Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

24. Les impressions de pèlerinage de Hossein Kazem-Zadeh

Hossein Kazem-Zadeh, « Relation d’un pèlerinage à La Mecque en 1910-1911 », in Revue du monde musulman

1912, t. 19, p. 144-227

Texte intégral

1. L’ihrâm (extrait p. 200-202)

1Les lieux où il faut prendre l’Ihram, appelés mikat, sont au nombre de six selon la direction par laquelle on se rend à la Mecque :

1. Les pèlerins venant de Médine doivent prendre l’habit au lieu appelé Mesdjid-al-Chadjara, à 1 mille de Médine, ou à Al-Djohfa.

2. Les pèlerins venant de Syrie prennent l’habit à Al-Djohfa, près du puits de Bedr, au sud-ouest de Médine.

3. Les pèlerins venant par la Mésopotamie et l’Irak doivent prendre l’habit dans la vallée d’Akik, entre Al-Maslakh et Ghamra, et, au plus tard, à Zât-Irk, à 46 kilomètres de la Mecque.

4. Les pèlerins qui viennent du Yémen et du Tihama, prennent l’habit à l’endroit appelé Yelemlem.

5. Les pèlerins venant du Nedjd et de Tâïf prennent l’habit à l’endroit appelé Kern-al-Menâzel.

6. Les pèlerins qui ne sont pas obligés de passer par un de ces lieux, ou qui viennent par mer, doivent prendre l’habit à l’endroit qu’ils présument être à la même distance de la Mecque que l’une de ces localités. Ainsi par exemple, quand on se trouve sur les bateaux, les hamlédars ou les delils qui servent de guides, qui connaissent bien les lieux désignés et leurs points correspondant en mer, réunissent les pèlerins dès l’arrivée du bateau devant le passage de ces lieux. Alors on accomplit la cérémonie de l’Ihram sur le bateau, qui prend un aspect fort curieux. Chaque pèlerin se hâte de se déshabiller, de se laver et de faire sa prière. L’eau manque parfois, ou bien on ne veut pas attendre son tour, et alors s’engagent des discussions et parfois des querelles. Il y en a qui, dans leur zèle ardent, puisent de l’eau de mer au moyen de seaux et font leurs ablutions avec. Sur les bateaux de la compagnie persane de navigation Naseri, on a installé de grands robinets réservés à cet usage.

2Après la prise d’habit, il faut réciter les prières prescrites par la loi comme la talbia, etc., et s’abstenir, comme nous l’avons dit, de certains actes qui entraîneraient la nullité du pèlerinage, ou tout au moins une cérémonie d’expiation.

3Ces interdictions sont au nombre de vingt ; voici quelques-uns des actes qu’elles visent :

  1. Avoir des rapports sexuels.

  2. Chasser des animaux terrestres. La pêche reste permise.

  3. Contracter mariage ou servir de témoin pour un mariage.

  4. Témoigner en justice.

  5. Faire usage de parfums et de vêtements cousus, pour les hommes.

  6. Mentir ou jurer par le nom de Dieu.

  7. Porter des bottes ou des chaussures couvrant le dessus des pieds.

  8. Porter des bagues dans l’intention de s’en parer, pour les hommes.

  9. Se couper ou se raser les cheveux, la barbe ou les poils du corps.

  10. Couper un arbre vert ou de l’herbe fraîche appartenant à un autre ou croissant dans un territoire vacant.

  11. Se servir d’un parasol ou de tout autre objet garantissant la tête contre l’ardeur du soleil, à moins de nécessité absolue.

  12. Porter des armes, à moins de nécessité absolue.

4Toute infraction entraînerait, selon la nature du délit et l’intention du pèlerin, un acte de réparation, ou bien une expiation consistant dans le sacrifice d’un chameau ou d’une chamelle, d’une brebis ou d’un chevreau, des aumônes, l’obligation de nourrir des pauvres,

2. Djeddah (extrait p. 162-168)

  • 1 Le nom de Djeddah, que les Arabes prononcent ainsi, mais que les dictionnaires vocalisent Djouddah, (...)

I. DJEDDAH1, ASPECT GÉNÉRAL, ET LE MOUVEMENT ÉCONOMIQUE PENDANT LE PÈLERINAGE

5La ville de Djeddah compte à peu près 25 000 habitants musulmans. En outre des consuls des puissances européennes, on y rencontre quelques Chrétiens, employés dans les agences des compagnies de navigation et les maisons de commerce, ou exerçant de petits métiers.

6Djeddah est à vingt heures de la Mecque à dos de chameau, et à dix heures à dos d’âne.

7Son port est assez large, mais des rochers, atteignant parfois le niveau de la mer empêchent les bateaux de passer facilement ; ceux-ci ne peuvent entrer ni sortir du port le soir, une fois que la mer commence à devenir obscure, car ils risqueraient d’être endommagés par des rochers qui y forment des petites vallées et des carrefours.

8On jette l’ancre toujours à une distance de plus d’une lieue et on transporte les voyageurs dans de grandes barques à voile, appelées sambouks.

9Les bateaux, pour entrer facilement dans le port, prennent en général des guides arabes appelés rabbans ربان.

10Les bâtiments n’ont rien de remarquable dans leur construction. Ils ont en général trois ou quatre étages, en argile ou en bois. Les briques qu’on y emploie sont faites de la terre prise au rivage au moment du reflux et qu’on étale sur le sol pendant quelques jours pour la rendre dure et résistante comme de la pierre, grâce à l’action du soleil.

11La ville est, comme Médine, entourée de murailles avec plusieurs portes.

  • 2 On voit dans les rues les moutons et les chèvres manger des papiers et des brins de paille.

12Faute d’eau, il n’y a comme végétation, que quelques arbres sauvages dans le jardin du palais du Gouvernement et dans celui du chef de la municipalité, situé hors des murs de la ville2.

13Pour l’eau potable, les indigènes se servent de celle des torrents. Dans la plupart des maisons il y a des sahridjs, صهريج (citernes) pour emmagasiner l’eau de pluie, et quand on en manque, les Bédouins apportent, dans des outres chargées sur des chameaux, de l’eau qu’ils puisent dans des citernes creusées dans la plaine. Cette eau, de couleur jaunâtre, a une mauvaise odeur. Elle se vend 2 piastres turques (40 centimes) l’outre. On a aussi de l’eau de mer distillée par des machines au nombre de deux, l’une dans le port de Djeddah : son eau n’est pas saine à cause des mauvais éléments qui s’accumulent sur le rivage, et l’autre, dans l’île de Cheïkh Saïd, à quelques kilomètres du port.

14Les consulats font venir de l’eau potable de Suez par des bateaux égyptiens qui font un service régulier hebdomadaire entre Djeddah et Suez.

15L’eau de mer distillée se vend dans des bidons de fer-blanc ayant servi à contenir du pétrole, à raison de 40 paras ou 4 halalis (1 piastre = 20 centimes) le bidon.

16Ce sont les femmes arabes qui la portent sur leur tête en criant dans les rues : Ma’è kindâsè ! ماء كنداسه (eau distillée provenant du condenseur !)

17Elles gagnent 1 halali (5 centimes) par bidon.

18Il y a une machine pour fabriquer de la glace, installée depuis quelques années, mais elle n’a pas encore été mise en usage.

19Les consulats ont chacun une petite machine pour faire de la glace.

20Le quartier le plus beau de la ville est le Mahallat-al-Châmi الشامي « quartier de Damas ». Là se trouvent tous les consulats, les maisons des notables, le palais du Gouvernement, la poste, le télégraphe, etc.

  • 3 Le chef de la Municipalité, pour montrer la difficulté qu’il y aurait à tenir propres les rues de l (...)

21On ne trouve qu’un seul bain public et qu’une seule pharmacie ; ils dépendent de la Municipalité, qui veille à la bonne tenue de la ville, et les rues sont plus propres que celles de la Mecque3. Mais cela n’empêche pas les moustiques de remplir les marchés et les maisons.

22Les marchandises étalées dans le marché sont couvertes de mouches tellement nombreuses, qu’on ne peut pas se rendre compte de la couleur des objets tant qu’on ne les a pas chassées. Comme il serait trop difficile de manger ou de boire quelque chose s’il fallait chasser d’une main les mouches, au consulat général d’Angleterre, il y a une personne engagée spécialement pour remuer sans cesse le grand éventail suspendu au milieu de la chambre du consul général, afin de chasser les mouches et de rafraîchir l’air.

23Quand on ferme, le soir, les boutiques, les mouches se rendent, comme les marchands, dans les maisons pour y chercher leur butin, et c’est pourquoi on ne peut pas dormir sans être piqué si on n’entoure pas le lit d’un moustiquaire appelé namousiyè, ناموسية.

24Au point de vue intellectuel, il y a une école primaire, nouvellement construite, aux frais du Gouvernement, dans le quartier Chami, où les enfants étudient d’après la méthode adoptée à Constantinople, et un club fondé par le Comité Union et Progrès, dont le président est Nouri Bey, directeur de la poste et des télégraphes. L’année passée, le Comité Union et Progrès a fondé à Médine deux nouvelles écoles, bien organisées, où des centaines d’enfants reçoivent l’instruction primaire.

25Au point de vue commercial et économique, Djeddah est la ville la plus importante du Hedjaz.

26Lors du pèlerinage, principalement, le commerce est très actif, et les commerçants font preuve de beaucoup d’ingéniosité.

27On exporte à l’étranger du café, du cuir, de la nacre, de la gomme arabique, du corail, des coquillages, des chapelets, de l’aloès, du baume, des dattes, etc., et on importe du blé, du riz, des parfums, des cotonnades, de la mercerie, des verreries, des objets manufacturés, du thé, des fèves, des petits pois, des bronzes et des soieries de l’Inde, du savon, des draps, etc.

  • 4 D’après un nouveau règlement, les tapis persans provenant des ports contaminés par le choléra doive (...)

28Les commerçants persans de Djeddah vendent en général des tapis4, du riz, des combustibles, des turquoises du Khorassan, du tombac de Chiraz et d’Ispahan, des tissus, etc.

29En outre, les pèlerins apportent avec eux, ou envoient avant de venir des marchandises, pour les vendre à Djeddah, à la Mecque, à Médine, à Damas ou ailleurs.

30Ceux qui viennent du Khorassan envoient à l’avance des colis contenant des milliers de turquoises au nom d’un commerçant persan résidant à Djeddah. Une fois arrivés, ils payent les droits de douane et prennent possession de leurs marchandises, afin de les vendre. Si les turquoises sont d’une seule et même qualité, on en fait l’estimation à la douane d’après le nombre, pour le payement des droits.

31La monnaie la plus répandue à Djeddah et à la Mecque pendant le pèlerinage est la roupie indienne. Les administrations n’acceptent avec sa valeur officielle que la piastre turque, prenant les autres monnaies au-dessous du cours du change ; mais, dans toutes les transactions, c’est la roupie qui est prise comme unité monétaire.

32Cela tient peut-être au fait que les petites pièces turques ne suffisant pas aux besoins du commerce rendu intense par l’arrivée des pèlerins, on est contraint d’y suppléer à l’aide d’autres monnaies. C’est à cette insuffisance du numéraire turc qu’il faut attribuer la majoration de valeur des petites monnaies, surtout des pièces de 10 paras, dans la région.

33Quatre pièces de 10 paras, valant 1 piastre à Constantinople, valent, à Djeddah et à la Mecque, 1 piastre et 10 paras.

34On doit remarquer que dans ces contrées, où l’on ne dépense journellement que quelques piastres, où la population, qui est pauvre, se nourrit avec quelques sous par jour, on a toujours besoin, pour les transactions, de petites valeurs. La roupie vaut 8 piastres, ses fractions valent 4, 2, 1 piastre et une demi-piastre ; elles remplacent facilement les pièces turques de 10, 5, 2 et 1 piastre. Donc l’introduction de la roupie et de ses fractions loin de gêner les transactions et de compliquer les calculs, les facilite. Voilà pourquoi la circulation des roupies sur le marché augmente considérablement durant le pèlerinage. Cette circulation lui donne une plus-value temporaire, au point que sa valeur s’élève parfois jusqu’à 9 et même 10 piastres.

35Alors les intéressés inondent le marché de roupies pour profiter de cette plus-value. Voilà encore une autre cause de la circulation des roupies.

36Mais cette plus-value ne se maintient pas. D’abord l’abondance des roupies sur le marché, ensuite la diminution du trafic due au départ des pèlerins, ramènent peu à peu la valeur des roupies au taux normal, et même au-dessous.

37Après le départ des derniers pèlerins, la roupie ne vaut que 6 ou 7 piastres au maximum. Les personnes qui suivent de près ces fluctuations servent de changeurs et font ainsi un gain considérable.

38On réalise aussi des profits sur les roubles russes que les pèlerins du Caucase, de Crimée, de Boukhara et du Turkestan apportent.

39À Djeddah et à la Mecque, le rouble a une valeur moindre qu’à Constantinople. Car la monnaie russe que les pèlerins apportent, ne comprend que des pièces d’or de 5, de 10 et de 15 roubles et des papiers-monnaie de 3, 5, 10, 25, 50 et 100 roubles qui ne peuvent jamais remplacer les petites pièces dont le marché a besoin. Dans ces deux villes on change la pièce de 5 roubles contre 60 ou au maximum 61 piastres, tandis qu’à Constantinople on arrive à 62 et parfois même à 62 et demie. Les commerçants et les agents des compagnies de navigation réunissent tous ces roubles et les envoient à Constantinople, gagnant ainsi des sommes importantes.

40Toute personne au courant de ces opérations, disposant de quelques moyens, s’occupe de ces échanges durant le pèlerinage, en retirant le plus de profit possible.

41Ainsi vous voyez tel négociant de tapis qui se fait changeur, tel boutiquier qui devient courtier des pèlerins, tel autre qui abandonne son métier d’épicier pour se faire ‘akkam, etc.

42Car, comme je l’ai dit plus haut, cette époque du pèlerinage est pour les habitants pareille au temps de la moisson pour les agriculteurs. Alors chacun tâche de réaliser le plus de profit possible. Voilà pourquoi le 8 de Zil-Hedjdjeh, jour où les pèlerins doivent être à la Mecque, Djeddah prend l’aspect d’une ville abandonnée, la plus grande partie de la population s’étant rendue à la Mecque, non pas pour faire le pèlerinage, mais pour se nourrir et pour gagner encore quelque chose pour satisfaire ses besoins futurs.

3. La compagnie Naseri (extrait p. 151)

6. COMPAGNIE PERSANE DE NAVIGATION NASERI

43Les pèlerins qui passent par le Golfe Persique prennent les bateaux de la Compagnie persane de navigation Naseri, fondée, sous le règne de Naser-ed-Din Chah, par des commerçants de Chiraz et de Bouchir, dont les actionnaires sont tous des Persans, et qui organise au moment du pèlerinage des services réguliers entre Bouchir et Djeddah. Les bateaux naviguent sous la protection du pavillon anglais.

44La Compagnie a actuellement dix-huit bateaux, qui portent des noms persans, comme Mozafferi, Humayoun, Khosrau, Islami, Rahmani, Hoseïni, etc.

45Les capitaines sont en général anglais, quelquefois indous. Sur chaque bateau il y a plusieurs Parsis comme secrétaires ou interprètes, pour faciliter le service et donner suite aux réclamations des pèlerins.

46Chaque année, l’agence de la Compagnie à Djeddah donne des centaines de billets gratuits pour les pèlerins pauvres et les derviches.

4. Le tombeau d’Ève (extrait p. 168-170)

47Le tombeau d’Ève قبر أم حوا se trouve hors de la ville, dans un petit cimetière à quelques minutes de l’enceinte.

48En entrant dans ce cimetière, on remarque une coupole qui couvre une petite chambre où l’on voit, à travers une grille, une pierre tombale. On dit que sous cette pierre est la tête d’Ève.

49Des deux côtés s’étend un mur de 70 pieds de longueur, qui rattache la coupole à une autre coupole un peu plus grande recouvrant une vaste chambre, à l’intérieur de laquelle se trouve une pierre très haute, entourée d’une étoffe noire. On croit que là se trouve le nombril d’Ève.

50Dans cette chambre, aux murs de laquelle sont fixés plusieurs tableaux contenant des prières et des sourates du Coran, on entre moyennant une piastre et on fait des prières autour de la pierre qui recouvre le nombril d’Ève.

51Le même mur, qui n’a que 7 pieds de largeur, se prolonge encore sur une longueur de 30 pieds, jusqu’à l’autre porte du cimetière ; là se trouvent enterrés les pieds d’Ève et il n’y a pas de coupole.

52Si on admet que la tête, le nombril et les pieds d’Ève ne sont pas séparés, comme le croient les indigènes, Ève aurait un corps de plus de 100 pieds de long sur 7 de large. La distance qui sépare la tête du nombril serait de 70 pieds ; celle qui sépare le nombril des pieds, de 30.

53Les mendiants, hommes et femmes, très nombreux, se rangent le long de ce mur et autour des coupoles, étalent leurs sébiles sur la terre et prient les visiteurs d’y jeter quelques pièces de monnaie.

54Il va de soi que la forme donnée à ce tombeau est une œuvre de pure imagination, résultat de superstitions séculaires.

55Les historiens arabes, comme Tabari, Masoudi et beaucoup d’autres encore, disent que, d’après la tradition, Ève serait enterrée à Djeddah, mais ne donnent sur son tombeau aucun détail.

56Peut-être est-ce pour cette raison que l’ex-émir de la Mecque, Chérif Rafik ‘Aoun, avait tenté de détruire ce prétendu tombeau ; mais on raconte que, sur la protestation du corps consulaire de Djeddah, alléguant que Ève est la mère des Chrétiens aussi bien que des Musulmans, il y avait renoncé.

57Il faut considérer de plus que, dans un milieu aussi arriéré et aussi pauvre, les superstitions ont toujours le dessus.

58Il est certain que, si on détruisait ce tombeau, le peuple chercherait d’autres objets de vénération.

59Tant que l’instruction n’aura pas pénétré, la pauvreté régnera dans ce pays et les superstitions domineront l’esprit de ses habitants.

Notes

1 Le nom de Djeddah, que les Arabes prononcent ainsi, mais que les dictionnaires vocalisent Djouddah, signifie « voie, route », et on croit que, cette ville étant la route qui conduit à la demeure de Dieu (Kaaba), on lui a donné ce nom pour ce motif. Mais on peut croire aussi qu’il lui a été donné parce que le tombeau d’Ève s’y trouve, et le nom de Djedhah, comme on le prononce, veut dire, en arabe, « l’aïeule ».

2 On voit dans les rues les moutons et les chèvres manger des papiers et des brins de paille.

3 Le chef de la Municipalité, pour montrer la difficulté qu’il y aurait à tenir propres les rues de la ville, donnait cet exemple significatif : « Chaque jour, pendant la durée du pèlerinage, il entre et il sort de Djeddah plus de cinq mille chameaux. Si chaque chameau laisse 3 kilos de fiente par jour, les agents de la Municipalité auront à en enlever 15 000 kilos dans leur journée. Et cela demande de grands sacrifices et un nombreux personnel. »

4 D’après un nouveau règlement, les tapis persans provenant des ports contaminés par le choléra doivent subir à Djeddah ou dans un autre port turc une désinfection complète.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access