Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

23. Le canal de Suez

Nilsson, Guide pratique. Alexandrie, Le Caire, Port-Saïd et environs

Alexandrie, 1907

Texte intégral

1. Port-Saïd (extrait p. 202-203)

PORT-SAÏD
(Deuxième port d’Égypte)

Un banc de sable couvert de maisonnettes basses ; une plage d’où partent deux longues jetées portant à leur pointe, l’une, celle de l’orient, un phare à feu rouge, l’autre à l’est, un phare à feu vert. C’est là tout ce qu’aperçoit de Port-Saïd le voyageur qui arrive par mer.

Le navire s’engage entre ces deux antennes poussées vers le large, et, après avoir franchi un vaste chenal jalonné de bouées, on pénètre dans le port proprement dit, le Port d’Ismaïl, agrandi d’une série de bassins creusés dans la rive occidentale. Ce sont, en venant du large, le Bassin du Commerce, le Bassin de l’Arsenal, le Bassin Chérif.

Au sud du Bassin du Commerce, un vaste bâtiment en pierre grise, de style byzantin, surmonté de trois coupoles et entouré d’un péristyle à deux étages, est occupé par les bureaux et la Direction de la Compagnie du Canal.

Entre le bassin Chérif et celui de l’Arsenal, une caserne anglaise vaste et élégante, construction édifiée autrefois par un prince hollandais.

Le port est très animé, de grands vapeurs attendent leur tour avant de pénétrer dans le canal. D’énormes paquebots refont leurs provisions de charbon, de vivres, de légumes frais, de fruits et de glace.

C’est un va-et-vient incessant de balancelles levantines, de boutres arabes chargés de bétail, de fruits de toutes sortes.

Toute la vie de Port-Saïd est là dans ce transit incessant, dans le passage ininterrompu des grands navires qui apportent en Europe les produits d’Extrême-Orient et d’Australie, ou transportent aux confins du monde les objets manufacturés d’Occident.

Port-Saïd n’existait pas avant le Canal de Suez et sa prospérité est liée à celle de cette grande voie marchande. Aussi, par un juste hommage, à côté du grand phare électrique de la jetée s’élève la statue de Ferdinand de Lesseps, qui fit naître sur cette rive sablonneuse une ville de plus de 45 000 habitants, le second port de l’Égypte.

La ville ne présente quelque intérêt que pour le touriste qui entrerait pour la première fois en contact avec le monde musulman.

Elle contient un quartier européen percé de larges rues, d’avenues bordées d’arbres, entre de grandes maisons en bois ou en briques à un ou deux étages entourés de larges vérandas.

La plupart des Grands Hôtels, des Bureaux de Poste (égyptien et français), du Télégraphe, des Maisons de Banque sont réunis sur le quai François-Joseph qui longe l’avant-port et le bassin du Commerce, soit dans les deux premières rues parallèles à ce quai.

Près du bassin du Commerce, un square avec un buste de Ferdinand de Lesseps.

À l’ouest de la ville, le quartier arabe (amas de petites maisonnettes en bois, cafés maures ou boutiques de marchands de denrées alimentaires).

Une population compacte, mélange bizarre où les différentes races méditerranéennes sont représentées, ou le Grec, le Maltais, l’Arménien et le Turc coudoient l’Arabe et le Fellah mêlés aux matelots de toutes les nations. Grand carrefour de races, à l’entrée de cette voie grandiose percée entre deux mondes, rapprochant des peuples séparés autrefois par une longue et dangereuse traversée. […]

2. Le canal de Suez (extrait p. 204-208)

LE CANAL DE SUEZ

Le canal de Suez, qui est la propriété de la Compagnie maritime de Suez, mesure 90 milles marins, soit 100 kilomètres.

Il s’ouvre à Port-Saïd sur la côte méditerranéenne, suit le bord oriental du lac Menzaleh, sorte de golfe marécageux formé par la branche pélusique du Nil, puis il traverse les lacs Ballah, Timsah et les lacs Amers et vient déboucher dans la mer Rouge au fond du golfe de Suez.

Sa largeur est de 60 à 100 mètres à la surface de l’eau, de 22 mètres dans le fond.

Sa profondeur a été portée dans les dernières années à 9 mètres, pour permettre le passage aux gros navires de guerre.

Le canal maritime est longé par un canal d’eau douce qui suit son côté ouest, alimenté par les eaux du Nil.

Histoire du canal de Suez

Dès l’antiquité la plus reculée, l’idée de réunir par un canal la mer Rouge à la Méditerranée avait préoccupé les souverains égyptiens, et un Pharaon, probablement Nékao (sixième siècle av. J.-C.), entreprit l’exécution de ce dessein en faisant creuser une voie navigable destinée à mettre en communication la mer Rouge et le Nil.

L’origine de ce canal se trouvait à Rubastis sur la branche orientale du Delta.

D’après la tradition 120 000 terrassiers y furent employés, mais le roi interrompit les travaux, un oracle lui ayant prédit que son œuvre ne profiterait qu’aux barbares. Il ne faut probablement voir dans cette légende rapportée par un auteur grec qu’une fiction imaginaire.

Plus tard, après que le canal eut été terminé par Darius, roi des Perses, ainsi qu’en témoignent plusieurs inscriptions retrouvées sur des stèles près du Serapeum et à quelques kilomètres du nord de Suez.

Le canal fut mis à plusieurs reprises hors d’usage par les sables et plusieurs fois restauré d’abord par les Ptolémées, plus tard pendant l’occupation romaine sous le règne de Trajan (98-117 ap. J.-C.) enfin, après la conquête arabe par « Amr-Ibn el As », général du khalife Omar.

Après l’invasion musulmane, le canal fut abandonné sans entretien et le désert le recouvrit de son manteau de sables. Lors de l’essor intellectuel et commercial de la fin du quinzième siècle, les Vénitiens, dont la prospérité se trouvait, ébranlée par la découverte de la route du cap de Bonne-Espérance, reprirent le rêve des Pharaons, mais sans que sa réalisation ait été même tentée.

Cette idée fut aussi exposée par Leibnitz dans le projet d’expédition en Égypte qu’il présenta à Louis xiv.

Il faut arriver jusqu’à Bonaparte pour voir un travail préparatoire sérieux, faire entrer le projet de percement de l’isthme dans la période d’étude.

L’ingénieur Lepère proposa à Bonaparte un plan de canal à écluses, nécessité par la différence de niveau des deux mers qui, d’après lui, atteignait près de 10 mètres (le niveau de la mer Rouge étant en contre-bas). Mais il préconisait la communication directe d’une mer à l’autre, sans emprunter la voie du Nil.

En 1837, la malle des Indes prenait la voie égyptienne, après la construction d’un chemin de fer d’Alexandrie à Suez, par le Caire, et un anglais, le lieutenant Waghorn, étudiait un moyen pratique de rendre plus facile les relations entre l’Extrême-Orient et l’Europe à travers l’isthme.

Mais ce fut à un Français Ferdinand de Lesseps (1805-1894) que revient l’honneur d’avoir entrepris et mené à bonne fin cette œuvre grandiose.

Consul de France au Caire, il consacra de nombreuses années à l’étude de son projet qu’il présenta en 1854 au khédive Saïd, dont il obtint la concession en 1856, mais l’opposition du gouvernement britannique arrêta l’entreprise et les travaux ne furent commencés qu’en 1859. Dix ans plus tard, le 17 novembre 1869, le canal maritime était creusé, et une flotte de quarante-huit navires en tête desquels le yacht l’Aigle portant l’impératrice Eugénie, l’empereur François-Joseph, le prince royal de Prusse et le khédive passaient pour la première fois de Port-Saïd à Suez.

20 000 hommes de corvée remplacés tous les trois mois avaient été fournis jusqu’en 1864 par le vice-roi pour ce travail, digne des constructeurs des pyramides, qui coûta près d’un demi-milliard.

Traversée de Port-Saïd à Suez

La traversée du canal de Suez est assez pittoresque, à condition de pouvoir contempler le pays, par-dessus les berges, du pont élevé d’un grand paquebot ; en petit bateau, le voyage serait sans intérêt.

Les grands navires passent nuit et jour, mais la nuit ils sont pourvus d’un puissant projecteur électrique qui éclaire la route.

Au clair de lune, par une belle nuit étoilée, cette fuite silencieuse à travers le désert prend une majesté et une beauté incomparable.

On fera donc en sorte de prendre passage sur un navire devant faire de nuit une partie du voyage.

Durée du trajet : quinze à vingt-quatre heures.

Prix variant de 60 à 100 francs, suivant les compagnies de navigation.

Un droit de 10 francs par personne (5 francs pour les enfants de 3 à 12 ans) est perçu par la Compagnie du canal.

Après Port-Saïd, le canal s’engage entre deux digues à droite : le canal d’eau douce et le chemin de fer (à l’ouest, par conséquent, de la voie étroite de Port-Saïd à Ismaïlia).

Au delà, la vaste nappe marécageuse du lac Menzaleh s’étend à perte de vue.

À l’est, une plaine basse à demi desséchée recouverte de cristaux brillants.

Des bandes de flamands roses et de grands échassiers blancs détachent çà et là sur le bord de l’eau leurs silhouettes immobiles.

À 44 kilomètres El Kantara (le pont), village pittoresque niché entre deux dunes de sable fauve, avec ses maisons blanches groupées autour d’un minaret dominées par des palmiers géants.

Ce village est situé sur la bande de terre jetée comme un pont entre les lacs Menzaleh et Balah.

C’était là un point de passage pour toutes les caravanes allant d’Asie en Égypte.

À l’est, les ondulations sablonneuses ont diminué par les massifs rocheux qui se percent dans la brume à l’horizon.

Puis le canal traverse le petit lac Ballah, franchit une ligne de dunes assez élevées et arrive au lac Timsah.

Sur la pointe occidentale, les bâtiments de l’hôpital et le chalet du khédive qu’une avenue bordée d’une double rangée d’arbres unit à Ismaïlia.

Ismaïlia, ville morte, à demi abandonnée après avoir été prépondérante pendant la période des travaux du canal.

Elle apparaît au loin comme une oasis de verdure au bord des eaux limpides du lac.

Le lac Timsah est une des principales gares du canal ; c’est là que les navires doivent attendre que la voie soit libre avant de s’engager dans la deuxième partie du canal.

Après avoir quitté le lac sur la rive droite, Tousoun, où l’on aperçoit la coupole blanche du tombeau d’un cheik, puis entre deux remblais élevés.

Le Sérapéum (90 kilomètres) où furent retrouvées les traces de l’ancien canal de Darius, roi des Perses, et des stèles couvertes d’inscriptions.

Le canal débouche vers le 100e kilomètre dans les lacs Amers et les navires peuvent marcher à toute vitesse.

Les rives basses sont couvertes de dépôts de sel cristallisé ; à l’orient, on aperçoit la chaîne du Djebel Geneffé.

Après le grand et les petits lacs Amers, le canal traverse une dernière bande de terre de 20 kilomètres, plaine sablonneuse d’où émerge, à gauche, vers le 140e kilomètre, Thâlouf et Tarrabeh, où ont été découvertes les ruines d’un monument persan remontant à Darius.

3. Suez (extrait p. 209-212)

SUEZ (Souës)

[…] Suez, petite ville de vingt mille habitants environ à l’ouest de l’embouchure du canal, n’était avant le percement de l’isthme qu’un humble village de pêcheurs arabes.

Malgré sa situation avantageuse, Suez n’a pas pris l’extension de Port-Saïd sa rivale, à l’autre porte du canal maritime.

La ville est reliée à Port-Ibrahim ; son bassin par une digue sur laquelle passe une voie ferrée.

Près de Port-Ibrahim, un phare, à côté duquel on remarque la statue du lieutenant Waghorn, le collaborateur et ami de F. de Lesseps.

Statue de Ferdinand de Lesseps « le Grand Français »

Le 17 novembre 1899 ont eu lieu à Port-Saïd de grandes fêtes pour l’inauguration de la statue de Ferdinand de Lesseps et le trentenaire de l’ouverture du canal de Suez.

Un grand paquebot frété par la Compagnie du canal, l’Indus, avait conduit à Port-Saïd de nombreux invités, l’avant-port avait été dragué spécialement pour permettre à ce navire de mouiller vis-à-vis du grandiose monument.

La statue de Ferdinand de Lesseps est l’œuvre du célèbre sculpteur Frémiet.

Elle est quatre fois de grandeur naturelle c’est-à-dire qu’elle mesure 7 mètres (exactement 6 m. 80).

Le piédestal qui la porte est haut de 10 m. 50.

Hauteur de la tête, 1 m.

Les narines mesurent 12 à 13 centimètres.

M. Frémiet a représenté Ferdinand de Lesseps debout, la tête haute et fière, montrant son œuvre. La vue de cette statue dissipe, semble-t-il, l’atmosphère de tristesse, d’incertitude douloureuse qui avait entouré les dernières années de l’existence du « Grand Français. »

On se rappelle ces photographies d’un aspect pénible qui le montraient paralysé, affaibli de corps et d’esprit, enfoui dans un fauteuil et sous des couvertures. Grâce à M. Frémiet et à la compagnie de Suez qui lui a commandé son œuvre, nous revoyons aujourd’hui Ferdinand de Lesseps, qui fut à la fois une nature si énergique et un si grand séducteur. C’est vraiment le « Grand Français » qui se dresse en pleine gloire, toutes ses misères secouées sur la jetée de Port-Saïd.

Dans sa main gauche, il tient un plan, celui du canal de Suez, si fidèlement reproduit dans le bronze par le statuaire qu’on pourrait, rien qu’avec ces indications, recommencer le percement de l’isthme.

M. Frémiet avait proposé de représenter sur le socle en un médaillon de bronze les profils des quatre khédives qui favorisèrent l’entreprise de F. de Lesseps, mais il apprit que les populations orientales seraient profondément choquées de voir l’effigie de leurs khédives au-dessous de la figure d’un autre homme.

Les quatre profils furent donc remplacés par la devise célèbre : Aperire terram gentibus (ouvrir la terre aux nations). La statue de F. de Lesseps surgit en quelque sorte du bras de mer qu’il a creusé. Elle se dresse sur la grande jetée transformée maintenant en jetée-promenade et commande l’entrée du port.

Elle a été transportée à Port-Saïd par un navire anglais. Aucune compagnie française n’avait osé assumer le transport de ces énormes morceaux de bronze. Le Duke of Buckingham fut, du reste, assailli par une tempête dans le golfe de Gascogne et l’arrimage des pièces de la statue se trouva compromis.

Il dut regagner l’Angleterre et procéder à un nouveau chargement. Son second voyage s’effectua sans encombre. (L’Illustration.)

La ville de Suez ne présente qu’un médiocre intérêt. Elle a, pour la défense de l’Europe contre les maladies contagieuses qui sévissent en Arabie et en Extrême-Orient, une importance considérable. Sans la précaution prise par les autorités sanitaires de faire subir un examen sérieux aux navires venant de la mer Rouge, le choléra asiatique et la peste, si fréquents à la Mecque, eussent plus d’une fois franchi le canal, transportés surtout par ces pèlerins arabes venant chaque année des lieux saints.

Tout le pittoresque de Suez réside dans le vaste golfe aux eaux d’émeraude, fermé au sud-ouest par les parvis de granit rouge du Djebel-er-Rahâ. Nous recommandons vivement aux touristes, une promenade en barque dans la baie. On peut aussi se rendre jusqu’aux sources de Moïse (Eyoun-Moussa), situées à 3 kilomètres d’un établissement sanitaire, sur la côte arabique, en un point où, d’après la légende, les Hébreux poursuivis par les troupes égyptiennes auraient traversé la mer à pied sec.

Théophile Gautier, dans son roman de la Momie, fait une jolie description de ce passage de la mer Rouge par les Hébreux. La voici : Mosche étendit son bâton sur la mer après avoir invoqué l’Éternel et alors eut lieu un prodige que nul hiéroglyphite n’eût pu contrefaire.

Il se leva un vent d’Orient d’une violence extraordinaire qui creusa l’eau de la mer des Algues comme le soc d’une charrue gigantesque, rejetant à droite et à gauche des montagnes, salées, couronnées de crêtes d’écumes séparées par l’impétuosité de ce souffle irrésistible qui eût balayé les Pyramides comme des grains de poussière ; les eaux se dressaient en murailles liquides et laissaient libre entre elles un large chemin où l’on pouvait passer à pied sec à travers leur transparence, comme derrière un verre épais, on voyait les monstres marins se tordre épouvantés d’être surpris par le jour dans les mystères de l’abîme.

Les tribus se précipitèrent par cette issue miraculeuse ; torrent humain coulant à travers deux rives escarpées d’eau verte.

L’innombrable fourmilière tachait de deux millions de points noirs, le fond livide du gouffre et imprimait ses pieds sur la vase que raye seul le ventre des léviathans. Et le vent terrible soufflait toujours, passant par-dessus la tête des Hébreux, qu’il eût couchés comme des épis et retenant par sa pression, les vagues amoncelées et rugissantes. C’était la respiration de l’Éternel qui séparait en deux la mer !

Effrayés de ce miracle, les Égyptiens hésitaient à poursuivre les Hébreux, mais Pharaon, avec son courage altier, que rien ne pouvait abattre, poussa ses chevaux qui se cabraient et se renversaient sur le timon, les fouettant à tour de bras, de son fouet à double lanière, les yeux pleins de sang, l’écume aux lèvres, et rugissant comme un lion dont la proie s’échappe, il les détermina enfin à rentrer dans cette voie si étrangement ouverte !

Les six cents chars suivirent ; les derniers Israélites, parmi lesquels se trouvaient Poëri, Rachel et Thamar, se crurent perdus, voyant l’ennemi prendre le même chemin qu’eux ; mais lorsque les Égyptiens furent bien engagés Mosche fit un signe, les roues des chars se détachèrent et ce fut une horrible confusion de chevaux, de guerriers se heurtant et s’entrechoquant puis les montagnes d’eau, miraculeusement suspendues, s’écroulèrent et la mer se referma, roulant dans des tourbillons d’écume, hommes, bêtes, chars comme des pailles saisies par un remous au courant d’un fleuve. Autour des sources de Moïse, de beaux jardins à l’ombre de grands palmiers-dattiers.

On peut aussi, au cours de l’excursion en barque, longer le banc de corail qui émerge à marée basse près du rivage (de 8 à 10 piastres l’heure).

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access