Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

22. Les scandales de la pêche à Terre-Neuve

Paul Gemähling, « L’emploi des mousses pour la pêche à Terre-Neuve », in Revue populaire d’économie sociale

1906, t. 5, p. 62-67

Texte intégral

1Chaque année au retour de la Grande-Pêche on reparle sur la côte des drames qui se passent aux Bancs, des rixes, des brutalités, des crimes dont y sont victimes les petits mousses et des mentions étranges qu’on lit sur les livres de bord : « noyé par mégarde » et sur lesquelles on chuchotte…

2Il arrive parfois qu’une plainte est déposée par la famille des mousses devant la justice, les témoins évoquent des scènes horribles de brutalité et de folie et ces capitaines maîtres en mer sur leur bord, et soumis aux pires suggestions de l’alcool paraissent bien mériter alors leur triste nom de « bourreaux de la mer » ; mais une fois à terre ils nient tous les faits qu’on leur reproche et les jurys complaisants absolvent avec une étrange facilité de pareils crimes.

3« Quatre ans de prison, pour la vie d’un mousse ? C’est presque pour rien !... » s’écriait un journaliste au lendemain d’un scandaleux jugement d’indulgence pour le monstrueux forfait d’un capitaine.

4Ce ne sont pas des répressions de ce genre rares et complaisantes qui pourront mettre fin aux scandales qui se passent à bord des navires morutiers, mais d’énergiques mesures préventives indépendantes de toute complicité et de toute faveur.

5Nous ne voulons pas rechercher aujourd’hui les modifications qu’il serait indispensable d’apporter dans l’organisation économique et sociale de la pêche de la morue ni – bien que ce soit cependant le point capital – les impérieuses raisons, pour lesquelles l’alcool devrait être interdit à bord ; mais puisqu’il est certain que ce sont les enfants embarqués comme mousses sur ces navires qui souffrent le plus de ces abus, nous voudrions sur cette question spéciale et susceptible d’une solution immédiate attirer l’attention publique et réclamer de toutes nos forces l’intervention du législateur.

  • 1 V. Anatole Le Braz, Les mousses enfants-martyrs (Lectures pour tous, novembre 1905). Charles Le Gof (...)

6Ce sont les travaux d’écrivains bretons : Charles Le Goffic, Anatole Le Braz, Léon Vignols, Léon Letellier, etc., qui ont révélés les abus auxquels donne lien l’emploi de ces pauvres enfants à bord des navires qui vont pêcher la morue. Quelques-uns de ces auteurs ont été mousses eux-mêmes, quant aux autres ce n’est pas en romanciers, mais en enquêteurs possédant parfaitement la langue bretonne et connaissant bien les marins, qu’ils ont rédigé les poignantes études auxquelles nous empruntons ce qui suit1.

7C’est la loi du 24 décembre 1896, sur l’inscription et non la loi sur le travail des enfants qui règle la condition des mousses à bord des navires marchands. Dès 10 ans, s’il sait lire et écrire le mousse peut être embarqué, et, par suite de l’indulgence des autorités et de leur incapacité parfois à s’assurer du degré d’instruction de ces enfants, c’est dès cet âge qu’en grand nombre ils sont enrôlés.

8M. Léon Vignols, délégué de la Fédération nationale des syndicats maritimes, qui a pris à cœur la situation de ces pauvres petits, déclare qu’il a eu en main « des feuilles d’inscription d’enfants de 10 et 11 ans ». Pour empêcher que ces enfants ne quittent à ce moment définitivement l’école, la loi avait disposé qu’à 13 ans les mousses ne seraient maintenus sur les rôles, ou inscrits, pour ceux qui n’y figuraient pas encore, que s’ils présentaient un certificat d’études primaires ou une attestation de scolarité délivrée par le maire de leur commune ; cette faculté devait ruiner le principe que l’on espérait garantir et tout le monde s’accorde à dire que ces attestations sont purement fictives, les maires les délivrant sans contrôle pour se concilier la faveur de leurs électeurs ou pour ne pas priver la pauvre famille de pêcheurs du modeste gain du mousse.

9Ainsi donc dès 10 ans ces enfants sont embarqués, ne sachant parfois pas encore lire et écrire et quittant, le plus souvent pour toujours l’école à ce moment.

  • 2 Un directeur d’école de pêche écrivait en 1891 : « En août-septembre trois bateaux de notre port se (...)

10Est-il besoin de signaler les graves conséquences qu’entraîne pour un marin ce défaut d’instruction et les naufrages dont c’est bien souvent l’origine2.

11Voyons au moins si ces fâcheux inconvénients sont compensés par un sérieux apprentissage professionnel qui légitimerait ce précoce embarquement ? Quelles sont donc les occupations de ces enfants.

12« Sur les grands voiliers, lisons-nous, en dehors de la manœuvre, le service du mousse consiste à balayer le pont, à nettoyer les cages à poules, à soigner les bêtes, à gratter la rouille. » Pendant la manœuvre il doit s’épuiser à faire mouvoir un treuil, trop lourd pour ses forces.

13Mais surtout, la fonction traditionnelle de ces enfants de 12 ans à bord, on a peine à l’imaginer, c’est de faire la cuisine ; durant tout le jour son poste est dans la « Mayence », une boîte de quelques pieds carrés « juste assez spacieuse, nous dit M. Anatole Le Braz, pour contenir un fourneau et le maître-coq. Ce maître-coq, dans les bâtiments de moyen tonnage, c’est le mousse. Du jour où il a mis le pied à bord, il a été sacré cuisinier, Et l’on exige qu’il s’en tire comme s’il n’avait jamais fait autre chose que préparer des ratas. Il n’a pas la moindre notion de ce que c’est, et il faut qu’il s’arrange pour que ce soit bon ; on lui mesure parcimonieusement les ingrédients nécessaires et il faut qu’il s’arrange pour que ce soit abondant. La mer ça donne des appétits voraces. Si le régal est maigre, on accuse le mousse d’avoir rogné les portions à son profit, de s’être régalé pendant que les autres trimaient. C’est un prétexte pour lui arracher sa pitance. Quand vient l’heure du repas, toutes les mains plongent dans son assiette, l’un lui chipe une patate, l’autre lui subtilise un morceau de salaison. S’il proteste, c’est une grêle de coups et de quolibets... »

14Est-ce pour faire cet apprentissage que l’on a besoin d’embarquer des enfants si jeunes ! Et est-ce se familiariser avec la mer, dit fortement M. Le Braz, que de passer des journées et des nuits à être bafoué, abruti, martyrisé par les hommes ! Les intérêts de la marine, comme il le dit, n’ont rien à voir ici : « On n’embauche pas les mousses pour leur apprendre leur métier de marin ; on les embauche parce qu’on peut leur faire faire tous les métiers presque pour rien ».

15« Les mousses ne deviennent guère que de mauvais petits domestiques et de mauvais petits gargotiers ». Voilà comment encore M. Berthaut, qui fut chargé de mission à Terre-Neuve par les Hospitaliers-Sauveteurs, apprécie leur formation professionnelle.

16Mais ce qui rend particulièrement odieux l’emploi d’enfants à bord de ces navires de pêche ce sont les violences et les brutalités sans nom dont ils y sont victimes.

17Ces hommes surmenés, luttant sans cesse contre la mer dont le travail, quand la morue abonde, se prolonge durant des jours et des nuits, et qui pour lutter contre la fatigue et le sommeil vont parfois jusqu’à boire un litre d’alcool par jour, se vengent de leurs déboires et de leur fatigue sur le pauvre mousse, vrai souffre-douleur du bord qui doit essuyer les terribles colères de ces hommes que l’alcool transforme, par moment, en brutes sans conscience ni pitié.

18Voici quelques pages atroces de ce martyrologe enfantin :

19« Le capitaine de la Notre-Dame-des-Dunes, furieux de ce que le mousse n’arrivait pas assez vite à son appel, saisit sur le pont une morue fraîche, du poids de 14 à 15 kilogrammes et, visant l’enfant à la tête, l’eût infailliblement tué, si, par bonheur, le projectile n’avait rencontré en route le mât de misaine où il s’écrabouilla.

20« Aussi bien peu importe l’instrument de la torture quand il s’agit de ces « morveux ». On connaît l’histoire du mousse de la Baucis à qui le subrécargue commença par déchiqueter la chair à coups de couteau, et rompit les os à coups de barre de cabestan ».

21C’est le mousse du Dauphin que son subrécargue saisit par les cheveux et laisser tomber sur le pont, d’une hauteur de 2 mètres et qui mourut des suites quelques jours plus tard. C’est le mousse de la Gabrielle laissé à moitié nu en pénitence sur le pont par un froid de glace et qui expira sous les coups qu’on portait sur son échine. C’est ce matelot de vingt ans tué dans son lit par le second du bord à coups de bottes sur le ventre. C’est ce mousse de l’Amélia-Julia, mort de coups qu’il avait reçus et dont le capitaine, affirment les témoins, fit hisser le cadavre en haut du mât où il resta exposé vingt-quatre heures « à titre d’exemple ».

22Voilà à quelles aberrations ces hommes, sous l’empire de l’alcool, peuvent en arriver. Les récits, les mémoires de tous ceux qui ont écrit sur la pêche à Terre-Neuve sont pleins de ces atrocités ; ils demandent si l’on peut vraiment continuer à laisser embarquer des enfants dans de pareilles conditions ?

23Pour échapper à leur martyre il en est qui se jettent à la mer d’eux-mêmes – car il y a aussi ceux qu’on y jette – « préférant aller nourrir les morues, plutôt que d’être torturé par ceux qui les pêchent ».

24À côté de ces violences matérielles à quelle dépravation physique et morale ces enfants ne sont-ils pas exposés ?

25Pour ne parler que de l’alcool, sait-on, qu’il est fait chaque jour aux mousses une distribution d’eau-de-vie et que les règlements administratifs leur donnent le droit d’en exiger du capitaine une ration de 30 centilitres par jour ?

26Que l’on songe aussi aux conversations auxquelles est mêlé le mousse : il entend les marins relater avec complaisance les scènes de débauche de leurs dernières « bordées » et l’enfant de 12 ans écoute cela béatement et, à l’escale, il aspirera à être remorqué à leur suite dans les ignobles bouges du port.

27Vraiment trop de raisons exigent que ce scandale ne se perpétue pas indéfiniment et que l’on se décide à prendre les mesures qu’unanimement tous ceux qui ont étudié la pêche à Terre-Neuve, marins, armateurs, médecins, n’ont cessé de réclamer avec insistance en faveur des jeunes mousses.

28« Isolé de sa famille, condamné à des travaux pénibles, livré à un abandon moral, déplorable, écrit M. le Dr Fonssagrives médecin à bord des navires de l’État qui étudia de près la vie à bord des navires de commerce, le mousse devient vicieux s’il ne l’était déjà…

29« On a sans doute exagéré les misères des mousses à bord des navires marchands mais nous avons pu nous assurer par nous-mêmes qu’elles étaient bien réelles et bien profondes ; le corps et l’âme souffrent également. Chez ces pauvres créatures, nous avons souvent formé le vœu de voir remplacer le mousse des bâtiments marchands par un matelot ou un novice. »

30M. Le Braz demande que l’on empêche d’embarquer d’aussi jeunes enfants pour les pêches lointaines ; c’est à 18 ans que l’on devrait fixer selon M. Léon Vignols l’âge d’embarquement de ces enfants ; quant à M. Paul Houët, capitaine au long cours, il réclame la suppression complète des enfants à bord.

31Nous voudrions encore citer ici, en faveur de l’élévation de l’âge de l’embarquement, un avis particulièrement autorisé semble-t-il, en pareille matière : celui de M. le commandant Faubournet, commandant la division navale de Terre-Neuve :

  • 3 Revue maritime, février 1902.

32« La présence d’un mousse de 14 ans, dans ce milieu d’hommes rudes, écrit-il, est regrettable à tous points de vue, sans présenter aucune utilité réelle. Le mousse est censé faire la cuisine ; mais il n’a aucune aptitude pour s’acquitter de cette fonction, en réalité, il est mis en supplément à tous les travaux, sans besogne bien fixe. On ne devrait pas embarquer de marins de moins de 18 ans sur les navires bancquiers. À cet âge, l’homme des côtes est encore assez jeune pour être formé au métier de la mer, et on ne peut pas objecter que l’embarquement du mousse répond à la nécessité de former des marins »3.

33Ce sont là des témoignages d’hommes d’une compétence indiscutable, et qui nous ont autorisé à faire voter par l’Association nationale française pour la protection légale des Travailleurs dans sa séance du 3 février dernier, un vœu demandant à ce que l’on élève l’âge à partir duquel ces enfants peuvent être embarqués à bord des navires de pêche Terre-Neuviens et Islandais.

34L’exemple des navires américains à bord desquels les mousses sont actuellement remplacés par des matelots et des cuisiniers serait là pour attester, il en était besoin, qu’un pareil changement peut être fait sans inconvénient.

35Voilà déjà longtemps que la question est posée devant l’opinion publique et le Parlement pour les petits mousses français et il est temps qu’une loi de pitié intervienne en faveur de ces pauvres abandonnés.

Notes

1 V. Anatole Le Braz, Les mousses enfants-martyrs (Lectures pour tous, novembre 1905). Charles Le Goffic, Les métiers pittoresques, Fontemoing, édit. Pêcheurs de Terre-Neuve (récits d’un ancien pêcheur), édition de « L’Union pour l’Action morale ».

2 Un directeur d’école de pêche écrivait en 1891 : « En août-septembre trois bateaux de notre port se sont perdus, quatre hommes sont morts. L’un de ces bateaux, perdu à l’Île de Sein, aurait certainement évité la redoutable chaussée si le patron avait su faire le très simple calcul de latitude et se servir des cartes marines. Mais il n’y avait pas même une carte à bord ! »

3 Revue maritime, février 1902.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access