Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

21. L’écrivain Eugène Sue

« Sue », in Marcellin Berthelot et al. (dir.), La grande encyclopédie

Paris, 1885-1902, t. 30, p. 644

Texte intégral

1SUE (Eugène), littérateur français, né à Paris le 20 janv. 1804, mort à Annecy le 3 août 1857. Fils d’un médecin de la garde consulaire, il fit quelques études médicales et fut nommé chirurgien du vaisseau le Breslau, sur lequel il assista à la bataille de Navarin (1828). Démissionnaire en 1829, il profita des observations qu’il avait recueillies dans ses voyages pour écrire des nouvelles relatives aux choses de la marine, à l’existence des matelots, aux exploits des pirates, etc. Ces essais furent accueillis avec une vive faveur et Sue, auquel son père avait laissé une grosse fortune et qui était fort répandu dans les salons de Paris, se haussa jusqu’à la peinture des mœurs élégantes de la vie parisienne. Puis il se ruina, et dégoûté du monde par la trahison d’une maîtresse, il s’établit en Sologne et se lança dans le roman social. Il publia alors dans les journaux ses fameux romans humanitaires, qui obtinrent un succès inouï. Les Mystères de Paris (Journal des Débats, 1842) ; le Juif errant (Constitutionnel, 1844), d’une observation curieuse, d’une imagination débordante, et où les effets dramatiques, habilement employés, atteignent à la véritable puissance, mirent dans toutes les bouches le nom d’Eugène Sue. On était à la veille du grand mouvement social de 1848, on se passionnait pour les sujets sociaux : Sue sacrifia encore davantage au goût du temps, en publiant deux manifestes révolutionnaires : le Républicain des campagnes et le Berger de Kravan (1848). Aussi fut-il élu sans difficulté représentant de la Seine à l’Assemblée législative le 28 avr. 1850. Un des montagnards les plus résolus, il protesta vivement contre le coup d’État du 2 déc., se constitua prisonnier, bien que Napoléon n’eût aucune idée de le faire arrêter, et se retira en Savoie. Sue était très lié avec Félix Pyat, qui lui a consacré une étude débordante d’admiration, dans la Revue de Paris et de Saint-Pétersbourg (1888). Citons de ce fécond romancier : Atar-Gull (Paris, 1831, in-8) ; Latréaumont (1837, 2 vol. in-8) ; Plik et Plok (1831, in-8) ; la Salamandre (1832, 2 vol. in-8) ; la Vigie de Koat-Ven (1833, 4 vol. in-8) ; Histoire de la marine française (1835-37, 5 vol. in-8) ; Mathilde (1841, 4 vol. in-12) ; la Famille Jouffroy (1854, 3 vol. ) ; les Fils de famille (1856-57, 9 vol. in-8) ; la France sous l’Empire (1857, in-18) ; Jeanne et Louise (1853, in-12) ; la Bonne Aventure (1851, 6 vol. in-8) ; le Diable médecin (1855-57, 7 vol. in-8) ; Gilbert et Gilberte (1853, 7 vol. in-8) ; Jeanne d’Arc (1865, in-12) ; Mademoiselle de Plouërnel (1864, in-4) ; les Misères des enfants trouvés (1851, 4 vol. in-8) ; le Morne au diable (1842, 2 vol. in-8) ; les Mystères du peuple et les Mystères du monde ou Histoire d’une famille de prolétaires à travers les âges (1849-57, 16 vol. in-8) ; les Sept Péchés capitaux (1847-49,16 vol. in-8), etc. Beaucoup de ces romans ont été mis au théâtre, notamment : les Mystères de Paris (1842) ; Latréaumont (1840) ; le Juif errant, Mathilde (1842) ; le Morne au diable, etc.

Annexes

BIBL. G. PLANCHE, Eugène Sue, dans Revue des Deux Mondes, janv. 1838. – SAINTE-BEUVE, Eugène Sue dans Revue des Deux Mondes, sept. 1840. – LIMAYRAC, le Roman philanthrope et moraliste, dans Revue des Deux Mondes, janv. 1814. – L. ULBACH, Eugène Sue, dans Revue de Paris, 1857, III. – Eug. DE MIRECOURT, Eug. Sue ; Paris, 1858, in-32.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access