Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

19. Les références aux saints

Abbé Pétin, Dictionnaire hagiographique ou vie des saints et des bienheureux

Paris, 2 vol. , 1850

Texte intégral

1. Pierre l’Ermite (extrait t. 2, p. 1 545)

1PIERRE L’ERMITE (le bienheureux), prêtre et premier prieur de Neumoutier, monastère de Chanoines réguliers près de Huy dans le pays de Liège, était d’une famille noble d’Amiens et porta les armes dans sa jeunesse. Ayant ensuite renoncé au monde pour se faire ermite, il entreprit le pèlerinage de Jérusalem et trouva les saints lieux dans un état si déplorable qu’à son retour il en parla au pape Urbain ii. Ce pontife, touché de son récit, le chargea d’aller de provinces en provinces pour exciter les peuples à aller délivrer les chrétiens de la Palestine de la dure oppression sous laquelle ils gémissaient. Ses exhortations eurent tant de succès, qu’elles donnèrent naissance à la première Croisade, conduite par Godefroi de Bouillon. Pierre fut chargé de commander une partie de l’expédition, et après avoir perdu une partie de ses troupes dans divers engagements avec les Turcs, il rejoignit Godefroi et les autres chefs à Constantinople. Se trouvant en 1097 au siège d’Antioche, il voulut se démettre d’un commandement qu’il n’avait accepté que malgré lui ; il se proposait même de quitter les croisés pour retourner dans la solitude, mais Tancrède prévoyant le mauvais effet que produirait son départ, vu surtout qu’il était comme l’âme de l’expédition, lui fit faire le serment de ne pas abandonner ceux qui avaient mis en lui leur confiance. Il se signala au siège de Jérusalem en 1099, et après la prise de cette ville, le nouveau patriarche le fit son vicaire général, pendant son absence. Il quitta l’Orient au commencement du xiie siècle et fonda l’abbaye de Neumoutier près de Huy en Flandre. Il y mourut le 8 juillet 1115. En 1242 on leva de terre son corps et on le transporta dans la crypte de l’église. Lorsqu’on la répara dans le xviiie siècle, ses ossements, placés dans une caisse, furent déposés à la sacristie. On trouve son nom dans les calendriers de Flandre sous le 8 juillet.

2. Saint Roch (extrait t. 2, p. 893-894)

2ROCH (saint), Rochus, confesseur, né vers le commencement du xive siècle, d’une famille noble de Montpellier, se trouva orphelin vers l’âge de vingt ans. Après avoir distribué aux pauvres la plus grande partie de sa fortune, qui était considérable, il se revêtit d’un habit de mendiant et entreprit le pèlerinage de Rome pour visiter les tombeaux des apôtres saint Pierre et saint Paul. Comme l’Italie était alors désolée par la peste, il s’arrêta dans divers hôpitaux pour soigner les victimes du fléau dont il guérit plusieurs, soit à Rome, soit dans d’autres lieux, en faisant sur eux le signe de la croix. Après avoir satisfait sa dévotion dans la capitale du monde chrétien, il reprenait le chemin de sa patrie, lorsqu’il fut lui même atteint de la peste à Plaisance, que la contagion avait épargnée. La crainte que son mal ne se communiquât aux habitants de la ville l’en fit sortir au plus vite, pour se retirer dans une forêt, loin de tout secours humain. On rapporte que le chien d’un gentilhomme du voisinage, nommé Gothard, lui apportait tous les jours, pendant sa maladie, un pain pour sa nourriture ; et c’est sans doute en mémoire de cette circonstance merveilleuse que les peintres ont coutume de le représenter ayant un chien près de lui. Dieu lui ayant rendu la santé, il vécut d’aumônes sur sa route. De retour à Montpellier, son habillement, les privations qu’il avait endurées, et surtout sa maladie, l’avaient rendu tellement méconnaissable, que son oncle même ne le reconnut point, et qu’en sa qualité de magistrat de la ville, il le fit jeter dans un cachot, le prenant pour un espion. Il y resta pendant cinq ans, ajoutant des austérités volontaires aux maux qu’il éprouvait dans sa prison, où il mourut, selon quelques-uns, l’an 1327, et selon d’autres, vingt-cinq ans plus tard, parce qu’ils mettent son pèlerinage à Rome pendant la peste qui eut lieu en 1348. Bientôt après sa mort on commença à l’honorer comme saint et à l’invoquer contre la peste et les maladies contagieuses. Pendant la tenue du concile de Constance, la peste ayant éclaté dans cette ville, les Pères qui y étaient assemblés ordonnèrent par un décret qu’on transporterait processionnellement dans les diverses rues de la ville l’image de saint Roch, et le fléau cessa tout d’un coup. Son corps fut transporté à Arles en 1372 ; c’est de cette ville que se sont faites les principales distributions de ses reliques, à Venise, en Espagne, en Flandre, à Rome, à Turin, en Allemagne, à Paris, à Marseille et en d’autres lieux. – 16 août.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access