Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

17. Les Tcherkesses

« Caucase », in Marcellin Berthelot et al. (dir.), La grande encyclopédie

Paris, 1885-1902, t. 9, p. 873-885 (extraits p. 873 et p. 880-883)

Texte intégral

1CAUCASE (en russe Kavkaz, en turc Khokh-kaf ou Kafdagh, en tatare Jal-boug). Vaste région montagneuse sur la limite de l’Europe et de l’Asie, baignée à l’O. par la mer Noire, à l’E. par la mer Caspienne, et connue aussi sous les noms de Caucasie ou Grand et Petit Caucase. […]

2Histoire. – L’occupation définitive du Caucase par les Russes et l’incorporation de cette région dans l’empire ont fait disparaître les anciennes divisions politiques de ce vaste pays, divisions basées principalement sur la distribution ethnographique de la contrée. Ces divisions, connues sous les noms de Géorgie, Lazistan, Iméréthie, Mingrélie, Abkhasie, Svanétie ou Suanétie, Circassie, etc. (auxquels d’ailleurs des articles spéciaux seront consacrés dans cet ouvrage), n’existent plus que comme souvenirs historiques. Toutes ces régions ont été arbitrairement taillées en gouvernements et districts dont on trouvera plus loin le tableau. Les populations de deux de ces régions, celles de la Géorgie au N. et de l’Arménie au S., – cette dernière en partie seulement occupée par les Russes, – peuvent être envisagées comme des nations historiques du Caucase. Ces deux puissances, qui se partageaient autrefois la plus grande partie de ce que nous appelons actuellement le Caucase, paraissent avoir été constituées vers le xxe siècle avant notre ère (V. ARMÉNIE). Les autres peuplades du Caucase n’ont, pour ainsi dire, pas d’histoire. Nous renvoyons donc le lecteur, pour tout ce qui concerne l’histoire politique des diverses populations du Caucase, à leurs noms respectifs, en nous limitant ici à retracer brièvement l’histoire des relations de ce vaste pays avec la Russie propre.

3Malgré les luttes assez vives qui eurent lieu, à une date encore très fraîche, pour la conquête de ce pays, on peut considérer actuellement le Caucase comme faisant partie intégrante de l’empire russe, lequel, grâce à sa position géographique et à un système intelligent de colonisation, est parvenu à s’assimiler cette vaste province en bien moins de temps qu’il ne lui en fallut pour la conquérir. La colonisation des provinces acquises par la Russie, tant au N. qu’à l’O. de l’Asie, lui est singulièrement facilitée par la position même de ces nouveaux pays qui n’ont proprement pas de frontière, et doivent fatalement être englobés par la grande puissance voisine, administrée à l’européenne. D’un autre côté, le respect des croyances et des traditions des populations nouvellement acquises, la sécurité établie, les promesses tenues et une prompte et énergique répression de toute tentative de rébellion ont largement contribué à transformer en citoyens dévoués les vaincus de la veille, et l’Europe a pu assister, en 1888, à ce spectacle étonnant de l’empereur de Russie accueilli triomphalement par ses nouveaux sujets du Caucase et recevant les hommages sincères d’une foule de peuplades si diverses de race et de religion, qui luttaient récemment encore pour la sauvegarde de leur indépendance.

4Les premières relations des Russes avec les populations du Caucase remontent à une date assez éloignée. Déjà vers le xe siècle, les Russes commencèrent à faire diverses incursions dans les montagnes du Caucase. En 943 ils s’emparèrent même du petit fort Barda (actuellement village dans le gouvernement d’Élisavetpol). Certaines relations de parenté s’établirent également entre diverses familles princières du Caucase et de Russie. La célèbre reine de Géorgie, Tamara (1184-1222), épousa le prince russe Grégoire, fils d’André Bogolioubsky. Ces rapports furent interrompus pendant la domination mongole. Durant le xviie siècle, les souverains du Caucase demandèrent à plusieurs reprises l’appui de la Russie contre leurs ennemis. Mais ce fut surtout Pierre le Grand qui comprit le parti que la Russie pouvait tirer de la possession du Caucase. Aussi, lorsqu’en 1712, le chah Houssein lui demanda son aide contre les Afghans, Pierre n’hésita pas à envoyer trente mille hommes au Caucase. Il trouva occasion plus tard de s’emparer de Derbent (1722) et de Bakou (1723). En 1770, les troupes russes franchirent pour la première fois la chaîne du Caucase, et occupèrent Koutaïs. Les événements se succèdent ensuite avec rapidité. En 1785, le gouvernement put transformer en province russe toute la partie septentrionale du Caucase. En 1799, la Géorgie, épuisée, fut cédée par son prince Georges xiii, fils d’Héraclius, à la Russie, et un manifeste impérial de 1801 érigea cette région en province russe.

5De 1800 à 1829, la guerre ou les promesses acquirent successivement à la Russie la soumission des Ossètes (1802), des Lezghiens (1803), de la Mingrélie (1804), de l’Imérétie (1810). Par le traité de 1813, la Perse céda à son voisin les khanats de Karabagh, Gandja, Chekin, Chirvan, Kouba, Derbent et Bakou, qui lui avaient été rétrocédés quelque temps auparavant. Le haut Kouban, l’Abkhazie et le Daghestan, montueux et inaccessibles, soutinrent pendant longtemps, les uns par patriotisme, les autres par esprit de fanatisme religieux, des luttes acharnées contre l’envahisseur. Ces luttes durèrent pendant trente années consécutives (1815-1845), durant lesquelles les Russes durent se contenter de cerner les montagnards. La lutte fut surtout très vive dans le Daghestan, où le cheïk Kasi-Moullah, digne successeur de Mansour, souleva les populations en prêchant la guerre sainte. À la mort de ce chef, tué par les Russes, son disciple Chamyl (V. ce mot) continua la résistance et put tenir en échec pendant assez longtemps l’armée russe. La guerre d’Orient de 1855 mit fin à ces combats qui se terminèrent par la défaite des Caucasiens. Mais la pacification complète de ce pays ne date en réalité que de 1864. Dans cette dernière période (1857-1864), les Russes, mieux aguerris et armés, réussirent enfin à briser les dernières résistances et c’est de cette époque que le Caucase peut être considéré comme appartenant définitivement à l’empire des tsars.

6Ethnographie et anthropologie. – Au point de vue ethnologique, le Caucase se présente comme l’un des pays les plus intéressants du monde entier, tant par la variété des races qui l’habitent que par l’importance historique de ses peuples. L’étude ethnographique de cette portion de l’Asie, que beaucoup de savants désignent encore comme étant le berceau de la race européenne, devient d’autant plus intéressante, que les vaillantes populations qui l’habitent, naguère encore sauvages, tendent à se fondre, de plus en plus, avec l’élément européen ; la civilisation y a déjà fait des progrès immenses, et l’on prévoit que d’ici peu on ne trouvera plus, sous la domination russe, du moins, ni Tcherkesses, ni Lesghiens, ni Tchétchènes, mais des marchands et des cultivateurs russes, habitués au contact des Européens. Les plus récalcitrants abandonnent le pays, en voulant fuir la civilisation ; de nombreuses familles quittent encore à l’heure actuelle leur patrie pour se réfugier en Asie Mineure ou au Kurdistan. La population du Caucase suit néanmoins une progression constante tant par l’excédent des naissances que par l’immigration d’éléments européens. D’un autre côté, certaines familles indigènes, désabusées par l’accueil qui leur est fait chez leurs nouveaux hôtes, les musulmans, s’empressent souvent de revenir dans leur ancien pays. Beaucoup de villages ou aouls perdent également leur aspect asiatique, et les principales villes du Caucase visitées annuellement par une foule de touristes européens, pourront bientôt rivaliser avec les villes de province les mieux favorisées de l’occident de l’Europe. […]

7TCHERKESSES OU CIRCASSIENS. – C’est du commencement du vie siècle avant notre ère que datent les premières notions connues sur la Circassie. Depuis cette époque jusqu’à nos jours, c.-à-d. dans un intervalle de deux mille cinq cents ans environ, la Circassie semble avoir été habitée par les mêmes peuples et les mêmes tribus. À cette époque, les Tcherkesses habitaient la partie occidentale du Caucase et la Crimée. Ils étaient connus en Grèce sous le nom d’Ant, d’où le nom d’Adighés que les Tcherkesses se donnent encore actuellement. Au nombre d’environ trois ou quatre cent mille, les Circassiens formaient l’un des peuples les plus importants du Caucase. Malheureusement, depuis la conquête russe, cette magnifique population tend à disparaître. Préférant l’exil à ce qu’ils croyaient une servitude, la majorité des Tcherkesses s’est retirée, il y a vingt et quelques années en Turquie. On compte actuellement, au Caucase, plus de cent trente mille Tcherkesses, dont les Kabardiens constituent la plus grande partie. Leur réputation de beauté idéale, l’héroïsme de leur résistance aux armées russes, ont fait de ces intrépides montagnards un des peuples les plus intéressants de la terre. On divise actuellement les Tcherkesses en trois groupes principaux : les Adighés ou Tcherkesses proprement dits, les Kabardiens, les Abkhazes.

8À côté de ces grandes familles, s’en trouve un certain nombre de petites, toutes circassiennes, avec ou sans mélange. Quelques-unes de ces tribus sont des Kabardiens émigrés. Parmi ces tribus de moindre importance, la plus nombreuse est celle des Chapsoughs (éleveurs de chevaux), au N. de la chaîne et sur le littoral de la mer Noire, les Beslineï et les Tchernighoïs, ces derniers formant les familles les plus aristocratiques du pays. Car, malgré leur amour pour l’indépendance, les Tcherkesses, si unis dans la lutte contre l’envahisseur, n’étaient point égaux entre eux. Ils se divisaient en trois castes celles des princes et des nobles, et celle des simples paysans guerriers. Lorsqu’un danger extérieur les menaçait, tous se groupaient en tleouch (fraternité) et c’est cette cohésion qui donna aux Tcherkesses une si grande force de résistance contre les Russes. Les nobles exerçaient leur autorité principalement dans la plaine. En certains endroits, ils avaient même réussi à constituer un régime presque féodal. Leurs paysans s’enfuyaient souvent chez les Tcherkesses des montagnes ; de là, d’incessantes guerres, et l’immixtion fréquente des étrangers. Au-dessous des trois classes libres, travaillait la foule des esclaves, composée entièrement de prisonniers de guerre et de réfugiés. La volonté des hommes libres exprimée dans les assemblées populaires avait force de loi que les princes devaient faire exécuter. Les prêtres, classés au rang des seigneurs, n’avaient qu’une faible influence, car les religions fort mélangées dans le pays rendaient les Tcherkesses à la fois païens, par le culte qu’ils adressaient à leurs anciens dieux, chrétiens et mahométans par leurs pratiques. Aujourd’hui, on peut dire qu’il n’y a plus de constitution chez les Tcherkesses. Les princes et les hauts personnages qui n’ont pas émigré s’occupent presque uniquement de chasses et d’exercices militaires. Beaucoup d’entre eux ont pris du service, de gré ou de force, dans l’armée russe, où leur rang de noblesse leur a été conservé. Le gouvernement russe y a trouvé un moyen de plus, et non des moins efficaces, pour s’assurer la fidélité de ces précieux guerriers. Les croisements qui deviennent de plus en plus fréquents entre ce peuple et l’élément slave, ne tarderont probablement pas à disperser tous les débris de ces anciens représentants authentiques de la race caucasienne. Les coutumes qu’on observe encore chez les Tcherkesses dénotent chez ce peuple une certaine allure chevaleresque. Les femmes, par exemple, tout en étant considérées comme la propriété de leurs pères, frères, ou maris, jouissent du titre de sacrées pour les étrangers ; elles sont universellement obéies et écoutées. Les enfants des nobles sont généralement confiés à un précepteur appelé atalyk ou à la femme d’un riche gentilhomme d’un aoul (village) voisin, selon le sexe. Les garçons doivent apprendre l’équitation, le maniement et l’usage des armes ; les filles sont initiées aux travaux féminins et aux obligations futures de leur position. Les mariages se font d’une manière très discrète c’est par l’intermédiaire d’un parent ou d’un ami que le futur s’enquiert du consentement de la jeune fille. Chez les nobles, seul le mariage par le rapt est jugé convenable. La jeune fille se pare ordinairement de ses plus beaux vêtements ; à une heure de la nuit convenue d’avance, le fiancé vient subrepticement enlever sa future, avec laquelle il s’enfuit au galop. Alors seulement on commence à débattre les conditions du mariage, le chiffre de la dot, etc. Une autre coutume non moins originale des Tcherkesses est celle du premier accouchement. Au moment critique, le mari met entre les mains de sa jeune femme un pistolet que celle-ci doit avoir le courage de faire partir si l’enfant venu au monde est un garçon. – La langue des Tcherkesses est l’une des moins connues et des plus compliquées des langues caucasiennes. Divers essais ont pourtant été faits par des linguistes distingués et il existe déjà un dictionnaire tcherkesse-russe, dû à un Tcherkesse lettré qui avait fait ses études en Russie, M. Chora-Bérémourzin-Nogrov.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access