Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

10. Les dangers de l’absinthe

Dr P. Keraval, « Absinthisme », in Marcellin Berthelot et al. (dir.), La grande encyclopédie

Paris, 1885-1902, t. 1, p. 151-153

Texte intégral

1ABSINTHISME (Méd.). On désigne sous le nom d’absinthisme un ensemble d’accidents causés par l’ingestion chez l’homme de la liqueur d’absinthe. Comme il s’agit, dans l’espèce, d’un mélange d’alcool et d’absinthe, comme, de plus, les buveurs d’absinthe et d’autres liqueurs analogues, telles que le vermouth, limitent bien rarement leur consommation à ce genre de breuvages, il est difficile de discerner les phénomènes qui se rattachent à l’absinthe même de ceux qui relèvent de l’alcool. Aussi, n’est-ce que par la comparaison de faits soigneusement choisis et étudiés, dans les deux ordres d’intoxications, qu’on a pu réussir, dans ces dernières années, en tenant parallèlement compte des résultats de l’expérimentation, à constituer les types morbides que nous allons décrire. C’est Lancereaux qui a scruté à fond les symptômes de la maladie artificielle en question (Bulletin de l’Acad. de médecine, nos 36 et 42, 1880 ; – Gazette médicale, 1881 ; – Union médicale, 1882, p. 673-686). Un de ses élèves décrit, d’après ses vues, l’absinthisme chronique, qu’il dégage nettement et de l’absinthisme aigu et de l’alcoolisme chronique (Léon Gautier, Thèse de Paris, 1882). Il existe deux classes de buveurs d’absinthe. Les uns, sans en avoir contracté l’habitude, sont arrivés, dans un temps très court, à boire des quantités considérables de cette liqueur ; chez eux, les accidents éclatent brusquement, en dehors de toute cause accidentelle, constituant l’absinthisme aigu pur. Les autres sont des buveurs de profession chez qui l’intoxication, lentement préparée, se traduit par des effets moins évidents d’abord, mais dont la marche progressivement envahissante révèle les désordres à une époque où il est déjà difficile, sinon impossible, de les combattre ; c’est l’absinthisme chronique. Cette dernière forme présente, également, en dehors des manifestations strictement chroniques, des phases d’acuité correspondant à une petite débauche supplémentaire qui, venant fouetter le système nerveux, déchaîne les mêmes perturbations que celles de l’absinthisme aigu ; leur tableau se confond presque intimement avec celui de cette modalité.

2ABSINTHISME AIGU. – L’ivresse, bruyante, agressive, comprend une période d’excitation beaucoup plus longue que celle de l’ivresse alcoolique, et une période de détente, de collapsus. À mesure que des doses nouvelles viennent à être ingérées, se montre un délire alcoolique sans les tremblements musculaires habituels (Motet). En même temps, à la tombée du jour, le patient, plongé dans un état de stupidité intermédiaire à la mélancolie et à l’hébétude parfaite, nourrit des idées de persécutions imaginaires, entretenues par des illusions et des visions (flammes). Au bout de deux à huit jours, tout disparaît graduellement, à la suite de sueurs profuses, ou d’un sommeil profond réparateur, le malade conservant une demi-conscience des troubles énumérés. – Un autre accident qui peut se manifester, soit dès les premiers excès, soit après un temps relativement court, porte sur la motilité, c’est l’épilepsie absinthique. Magnan et Challand lui attribuent tous les caractères de l’épilepsie franche. Certains sujets n’ont, d’ailleurs, que des secousses musculaires, soit pendant le sommeil, soit pendant la journée, des raideurs tétaniques, des vertiges ou des absences à formes variables rappelant l’épilepsie larvée. D’autres ne sont terrassés par les attaques qu’après avoir subi ces derniers accidents, par une progression graduelle (Maunier). Quoi qu’il en soit, l’ensemble de ces perturbations épileptoïdes, d’une durée passagère, émane de grands excès ; elles éclatent près de l’époque où l’individu a commencé à boire, cessent totalement lorsqu’il devient sobre, pour reparaître dès qu’il reprend ses habitudes. Le plus ordinairement, 3 à 4 attaques se succèdent, mais un nombre considérable de crises est l’exception (V. A. Voisin, Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratique, 1870, art. Épilepsie). – La dose nécessaire à l’explosion de tels symptômes paraît être de 8, 10, 12, 20 verres d’absinthe par jour, ou même simplement 3 à 4, pendant six mois, un an, voire durant un temps plus court. Il y a là une double question de prédisposition individuelle et de qualité du liquide qui se chiffre par les décimales de 0,35, 0,51, 0,65 centigrammes d’essence d’absinthe absorbée. – M. Lancereaux a, dès les quelques heures qui suivaient l’ingestion du poison, assisté à des accidents hystériformes. Ici, pas de cri, ni de perte de connaissance au début des attaques ; pas de phase asphyxique, pas de régularité dans les phases convulsives. De grands mouvements polymorphes, désordonnés, des étouffements, la projection du bassin en avant : voilà les éléments de l’accès. – Nous n’insisterons pas davantage sur l’absinthisme aigu. Nous avons pris soin de faire ressortir le rôle du corps du délit (essence d’absinthe), les différences qui tranchent entre l’absinthisme et l’alcoolisme aigus. Le doute n’est plus permis quand il existe des convulsions. Toute épilepsie qui se manifeste à une période rapprochée du début de l’usage de l’absinthe, qui ne dure pas, qui se borne à un petit nombre d’attaques en série, émane de l’absinthisme seul ; les caractères des phases et leur ordre de succession entraînent la distinction entre l’épilepsie absinthique et une attaque épileptiforme (Magnan, Challand, Maunier). En présence des convulsions hystériformes, on tiendra compte des renseignements et des autres signes énumérés. Quand ces crises spasmodiques forment un épisode aigu dans l’absinthisme chronique, on pose le diagnostic à l’aide des caractères de celui-ci. – L’évolution de l’absinthisme aigu peut, d’ailleurs, comporter exclusivement des troubles moteurs ou des troubles psychosensoriels, voire même certains seulement parmi ce dernier groupe. En tout cas, le plus ordinairement, le malade survit à ces assauts, quelle qu’en soit l’intensité, quel qu’en soit le mode. Mais il faut que les excès cessent ; sinon, n’absorbât-on, après le choc, que de petites doses répétées du même toxique, on risquerait pour le moins les tortures de l’absinthisme chronique. – Le traitement consiste à calmer le système nerveux par l’isolement du malheureux, à l’abri de toute impression extérieure, à le soumettre aux narcotiques et à l’action de sédatifs simples par tous les moyens classiques en usage.

3ABSINTHISME CHRONIQUE. – L’intoxication s’établit alors lentement, régulièrement, silencieusement. Comme pour l’absinthisme, c’est à Paris ou en Algérie qu’ont été contractées ces habitudes. Mais les doses incriminées semblent moins fortes, parce que la quantité du principe actif paraît moindre. Ainsi voit-on des soldats de l’armée d’Afrique absorber huit, dix verres d’absinthe, ou même un tiers de litre, dans leur journée, sans que, pendant le temps du service là-bas, il se montre d’accidents. Rentrés en France, l’habitude quotidienne de deux à trois verres de leur apéritif, avant chaque repas, les intoxique à l’état chronique. L’absinthisme chronique sévit à Paris sur des individus de vingt à vingt-cinq ans, appartenant ou ayant appartenu à des classes sociales relativement aisées (prix élevé du breuvage, surexcitation cherchée des facultés), habitant certains quartiers (Halles centrales), travaillant en atelier (entraînement). Les victimes sont fournies par les provinces du nord et du centre de notre pays, ou par les régions du nord de l’Europe. Parfois (un tiers des cas) il existe de l’hérédité uni ou bi-latérale (père, mère) dans plusieurs maisons, on a l’habitude de déguster l’absinthe en famille. – Les symptômes psychiques sont une grande irritabilité ou une profonde tristesse ; une émotivité qui rappelle celle de l’hystérie ; de l’affaiblissement de la mémoire ; de l’hésitation de la parole avec gêne pour trouver les mots ; du délire à l’occasion d’affections intercurrentes aiguës, d’un excès surajouté, du froid, d’un accident chirurgical, d’une émotion, délire dans lequel les conceptions sont aussi incohérentes, aussi mobiles, aussi vagues que celles de l’alcoolique, mais plus déprimantes ; de la difficulté d’un sommeil entrecoupé de rêves professionnels dont la teneur, identique à celle de l’alcoolisme, est plus pénible, plus animée (les animaux, par exemple, sautent à la gorge et mordent) ; enfin des hallucinations toujours terrifiantes, aussi constantes dans l’absinthisme invétéré qu’elles sont rares dans l’alcoolisme chronique : l’ouïe, la vue, l’odorat concourent à la genèse de cette fantasmagorie subjective, en même temps que leurs fonctions spéciales diminuent ou disparaissent (achromatopsie, amblyopie, dysacousie, anosmie). – C’est, au reste, la sensibilité générale qui fournit les troubles les plus frappants de l’absinthisme chronique. La fréquence des douleurs spontanées est caractéristique. On en distingue trois types (Gautier). Un type périphérique (fourmillements, picotements, sensations de broiement, d’arrachement), symétrique, débute ou prédomine sur les extrémités inférieures, en s’exaspérant la nuit. Un type rhumatoïde siège au voisinage ou dans l’intérieur des grandes articulations et simule, sauf la rougeur, le gonflement, la fluxion, le rhumatisme vrai. Un type névralgique occupe le territoire d’un ou de plusieurs nerfs (facial, etc…) et révèle les points douloureux communs. En même temps, l’exploration montre une telle exagération douloureuse de toutes les sensations tactiles transmises par la peau (piqûre, pincement, chatouillement, contact d’objets froids ou chauds) une telle hyperalgésie, que le patient ressemble à une victime des tortionnaires d’autrefois. Rien de semblable n’existe dans l’alcoolisme (analgésie complète, constante). On rencontre aussi, dans les périodes très avancées de l’absinthisme chronique, une insensibilité absolue, mais toujours elle a été précédée d’hyperalgésie, et, la plupart du temps, l’analgésie complique la paralysie universelle (Maunier). La généralisation de l’hyperalgésie est peu ordinaire toutefois elle occupe, outre les extrémités, l’abdomen, mais jamais elle n’envahit les téguments du visage et de la région sternale. Les modifications de circulation, de sécrétion, de nutrition de la peau sont les mêmes que celles de l’alcoolisme, excepté cependant pour la face. Jamais les absinthiques n’ont le faciès rouge, la trogne du buveur ordinaire (Gautier). Maunier leur attribue une pâleur remarquable, une teinte terreuse, avec bouffissure spéciale des joues et des paupières supérieures, avec saillie des globes oculaires. – Dans le domaine de la motilité, nous trouvons : un tremblement des membres analogue à celui des alcooliques, mais à oscillations plus amples et plus tranchées comme rythme ; la trémulation des muscles de la face, des lèvres, du sillon nasolabial, comme chez tous les alcooliques ; des crampes (mollets et muscles antérieurs des jambes) et des soubresauts nocturnes particulièrement précoces et fréquents ; des convulsions généralisées (épilepsie, hystérie) à l’occasion d’un abus extraordinaire d’absinthe ; des étourdissements et des vertiges si fréquents et si intenses que parfois il y a chute et gêne de la marche ; enfin, une paralysie qui, variable comme intensité, part des extrémités inférieures pour gagner graduellement le corps entier et ne dure en général que six semaines. On observe également de l’incoordination motrice, mais elle résulte de l’anesthésie. – Les troubles gastriques quotidiens des alcooliques sont, à part les nausées et pituites matinales (vomissement d’un liquide glaireux, incolore ou verdâtre très amer), loin d’être aussi accentués dans l’absinthisme ; on n’y rencontre pas d’altérations du foie. En revanche, ces malades ont l’haleine courte ; ils éprouvent des palpitations de cœur (surcharge graisseuse de cet organe emphysème pulmonaire) ; l’anaphrodisie est chez eux plus rapide, plus complète, plus prématurée que dans l’alcoolisme ; la menstruation continue à être régulière et indolente, mais elle est extrêmement peu abondante ; les avortements sont fréquents, ou bien les enfants venus à terme succombent dès les premiers jours ou dès les premiers mois de leur existence. – Rien n’est plus variable, que la marche de l’absinthisme chronique : l’un s’empoisonne en deux ou trois ans ; l’autre ne tombe malade qu’après vingt ans d’excès. Le genre de vie, la prédisposition individuelle, la quantité et la qualité de la boisson, l’hérédité jouent ici un rôle. L’ordre d’apparition des phénomènes est inconstant. Généralement, on note successivement : 1° les pituites gastriques et les rêves effrayants avec crampes, soubresauts nocturnes (cauchemars), abolition des fonctions génitales ; 2° les sensations douloureuses périphériques ; 3° le tremblement ; 4° les hallucinations avec obtusion des sens. Fréquence des paralysies chez la femme. Une fois l’absinthisme chronique constitué, l’évolution en est incoercible, quelque sobriété qu’adopte l’intéressé, sobriété la plupart du temps involontaire (dégoût spontané). Il semblerait, au reste, que la cessation brusque des habitudes serait momentanément défavorable (Gautier). Ce qui est certain, c’est l’imperfection de la nutrition générale chez l’absinthique ainsi qu’en témoigne sa maigreur. Peut-être est-ce à elle qu’il faut rapporter la phtisie pulmonaire qui tue les trois quarts des buveurs d’absinthe de ce genre, la démence aiguë immédiatement consécutive à cette autre complication qui, méritant le nom de folie absinthique, éclate, à l’exemple des convulsions, un jour de liesse (après quelques jours d’agitation excessive avec violences, l’on n’a plus sous les yeux qu’un automate) ; et le peu de résistance de l’économie, impropre à faire les frais, sans encombre, de toute maladie intercurrente, de toute désorganisation chirurgicale (exacerbation des symptômes absinthiques ou de l’affection en question). Voilà bien des causes de mort, sans compter la paralysie générale (V. ce mot) observée à la suite de l’absinthisme (Maunier et Gautier) ; aussi s’explique-t-on que la moyenne de la vie des malades de cette catégorie se trouve abrégée, dans l’immense majorité des cas, de dix années. Les lésions anatomiques sont, même pour les complications, celles de l’alcoolisme chronique. Le diagnostic ressort clairement de notre description dans laquelle nous nous étions proposé de tracer le tableau de l’absinthisme chronique, et de relever systématiquement les signes qui le distinguent non seulement de l’absinthisme aigu, mais encore de l’alcoolisme chronique. – Le traitement consiste à apaiser les douleurs, à rendre le sommeil (narcotiques), à instituer les diverses médications qui conviennent à chaque appareil atteint ; l’hydrothérapie, sous la forme de douches écossaises à jet modéré, serait efficace contre l’hyperalgésie et la paralysie ; une bonne hygiène jointe à une bonne alimentation complète l’intervention utile.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access