Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Troisième partie. L'agriculture vauclusienne de l'entre deux guerres : une réussite économique et sociale

Chapitre VIII. Le revenu des agriculteurs (1919 – 1938)

Texte intégral

1S'il est reconnu que la crise des années 1930 a été un événement au sens fort du terme, vécu dans la crainte et la colère, nous ne sommes pas encore en mesure d'évaluer -serait-ce grossièrement- son incidence sur le revenu agricole. Pour le faire, il serait nécessaire de suivre l'évolution de ce dernier tout au long de l'entre-deux guerres. J'y ai renoncé, en termes d'analyse économique, puisque la documentation indispensable se dérobe après 1929. Reste donc l'approche du revenu de toutes les catégories sociales qui se le partagent -propriétaires rentiers, salariés et exploitants agricoles -à partir d'une documentation d'une autre nature, qui nous conduira à des résultats dont nous apprécierons, le moment venu, la valeur et la portée.

I – LA RENTE FONCIERE

2Nous avons observé, dès avant 1914, qu'elle amorçait un mouvement de baisse et que de ce fait la terre, en même temps qu'elle devenait plus productive, apparaissait comme un investissement médiocre pour ceux qui en attendaient une rémunération en quelque sorte passive. Passivité qui avait signification d'anachronisme, en un temps où les placements en valeurs mobilières proposaient aux capitalistes des opérations bien plus dynamiques. Par ailleurs, le rapport des forces entre propriétaires et exploitants avait changé aux dépens des premiers et nombreux étaient ceux d'entre eux qui, ou se résignaient, ou au contraire cherchaient à se débarrasser de biens qui leur pesaient plus qu'ils ne leur rapportaient. L'après-guerre poursuit-elle cette évolution défavorable à la rente foncière ?

  • 1 Archives du bureau de l'Enregistrement Avignon. Il couvre les deux cantons d'Avignon et celui de Bé (...)

3Une difficulté doit être signalée en premier lieu, celle qu'il y a à constituer et rassembler une documentation de nature statistique. Il y a à cela deux raisons, l'une qui tient à la proximité de la période étudiée et donc aux conditions d'accès aux sources, l'autre qui découle de l'inflation et je m'en suis déjà expliqué. Les services de l'Enregistrement du bureau d'Avignon m'ont autorisé à consulter les déclarations de baux ruraux enregistrés entre les deux guerres1. Travail long et délicat, car les copies sur papier timbré conservées en archives sont classées chronologiquement, et il est de ce fait difficile de reconstituer l'histoire des biens affermés, pourtant indispensable si l'on veut suivre avec précision l'évolution de la rente foncière. Par ailleurs, on observe que dans leur écrasante majorité les baux concernent des parcelles isolées, à l'image du morcellement successoral et de la dispersion géographique et sociale des héritiers des biens fonciers ainsi éclatés. Ceux-ci sont donc dans la plupart des cas des micropropriétés résiduelles qui tiennent leur valeur économique de leur incorporation dans un ensemble de biens et l'exploitant est logiquement en position de force. Il y a là un facteur de baisse de la rente foncière, et d'ailleurs fréquemment les propriétaires de ces biens finissent par les vendre. Il y aurait donc quelque inconvénient à les prendre en compte dans une série chronologique à partir de laquelle on pourrait calculer la valeur moyenne annuelle de la rente foncière.

4J'ai, en conséquence, écarté de ma réflexion ces biens peu significatifs et j'ai reconstitué l'histoire de 18 domaines affermés et réaffermés de 1919 à 1939. Ils n'ont pas tous la même importance, mais ce sont des unités d'exploitation qui représentent un capital dont le revenu ne peut être tenu pour négligeable : manifestement il constitue dans certains cas l'essentiel des ressources de leurs détenteurs. On est bien, concrètement, dans la situation la plus propice à l'étude de la rente foncière. Mais l'échantillon ainsi obtenu est aussi très réduit, et cela demande explication. En effet, le nombre de domaines dont le bail est enregistré est bien plus élevé mais beaucoup disparaissent au terme du premier contrat. Cela ne peut être le fait d'une négligence, ni de la part de l'administration, ni de celle des cocontractants qui connaissent la valeur juridique, assurant une élémentaire garantie, de l'enregistrement. Il faut donc admettre que ces disparitions signifient changement de statut juridique, soit que le domaine ait été repris en gestion directe par son propriétaire, soit – et c'est bien plus vraisemblable – qu'il ait été vendu. Nous avons là confirmation d'une analyse que nous avons faite à l'occasion de l'étude des structures foncières, et il y a tout lieu de penser que la baisse de la rente foncière est d'autant plus forte que le marché foncier est plus actif.

  • 2 Il a fallu être attentif à d'éventuelles variations de surface, ce qui est facile parce que la réda (...)
  • 3 Rhône-Durance-Ventoux 10 septembre 1926.

5La mise en série des 18 baux retenus2 permet d'évaluer, sinon de calculer avec précision, le taux d'accroissement de leur prix de ferme. Les tarifs de 1919 sont très proches de ceux de l'avant-guerre, et cela doit retenir notre attention : même si la somme convenue tient compte, au moins dans certains cas, de la dégradation imposée aux biens fonciers par quatre années de guerre, le fait majeur est que l'inflation dans ce domaine marque un temps de retard, à l'avantage du preneur qui par ailleurs en tant que producteur et vendeur a préservé pour le moins son revenu. Il n'en faut pas plus pour que s'instaure un rapport de forces d'emblée favorable au preneur. L'inertie de la rente foncière devant l'inflation se confirme, et l'on peut établir qu'en 1925-26 elle atteint un coefficient de 2 à 2,5 par rapport à 1919 ; elle progresse encore pour atteindre le coefficient 4, soit une croissance de 300 %, en 1928-1929. Comparée à celle du revenu agricole telle que nous avons pu la calculer, cette croissance fait apparaître un retard considérable du revenu du propriétaire rentier par rapport à celui de l'exploitant et l'on comprend que, quand ils le pouvaient, les propriétaires aient alors cherché à substituer un contrat de métayage à leurs baux à prix d'argent. On comprend aussi l'activité du marché foncier, selon des cours qui semblent d'ailleurs très inférieurs, en francs constants, à ce qu'ils étaient avant-guerre. Le Journal Rhône-Durance-Ventoux fait état, en 1926, d'une étude sur la valeur de la terre en Vaucluse effectuée par P. Caziot, expert qui fait autorité : il établit que les prix sont en hausse, que la baisse accélérée du franc confère à la terre une valeur-refuge et que les vendeurs sont, de ce fait, réticents. Mais il conclut que, par rapport à 1913, le prix de la terre exprimé en valeur-or a baissé de 50 %3. C'est cette tendance qu'il faut retenir.

6L'évolution de la rente foncière est plus complexe dans les années 1930. Les baux renouvelés en 1935-36 sont stables par rapport à ce qu'ils étaient auparavant – 1926 à 1929 – et leur montant converti en francs constants se serait plutôt consolidé, contrairement à ce qui s'est passé pour le revenu des exploitants, touché de plein fouet par la mévente et la chute des cours. Il est vrai que, dans certains cas, les bailleurs ont dû consentir des réductions de fermage : un domaine de 15 ha de terres labourables et prairies affermé en 1930 au prix, considérable, de 40.000 F fait l'objet en 1934 d'une révision de bail qui fait tomber à 25.000 F la somme à débourser par le fermier. Il est fort probable que ce ne fut pas un cas unique, et que des fermiers ne purent s'acquitter de toutes leurs obligations. Mais dans tous les cas, la rente foncière reste une catégorie de revenu retardataire et l'on ne peut considérer comme un rattrapage le fait qu'elle résiste mieux à la crise que le revenu de l'exploitant, car elle lui était très inférieure dans la période qui l'a précédée.

  • 4 Voir Supra – 2ème Partie – Chap. VI. p.

7Nous pouvons vérifier la faiblesse de la rente foncière avec la comptabilité du domaine du marquis de Causans4. Jusqu'à la guerre de 1914 le domaine est exploité partie en fermage à prix d'argent -les prairies et les terres labourables –, partie à partage de fruits –le vignoble. Après la guerre, le marquis a renoncé à cette dernière formule et n'a conservé, en gestion directe, qu'une petite partie du vignoble initial. Ses fermages sont donc augmentés de deux manières, par substitution aux anciens contrats de métayage – pour une superficie que, malheureusement, nous ignorons – et aussi du fait des hausses liées à l'inflation. Si l'on considère le revenu brut du marquis provenant de ses fermages et de la vente de sa part de vin, on obtient pour la moyenne des années 1910-1914 le chiffre de 43.000 F et les fermages y contribuent pour 1/4. La même opération faite pour les années 1926-1929 donne le chiffre de 75.700 F et les fermages en représentent les 3/4, le 1/4 restant provenant du vignoble en gestion directe. Terminons par les années 1936-1939, le revenu moyen du propriétaire n'est plus que de 68.000 F, et la rente foncière s'élève aux 9/10 de ce chiffre. La comparaison avec l'avant-guerre fait apparaître que, exprimé en termes de pouvoir d'achat, le revenu du marquis a perdu les 2/3 de sa valeur. Evolution désastreuse, indiscutablement aggravée par le passage – subi et non recherché par le marquis, faut-il le préciser ?... – du fermage à partage de fruits au fermage à prix d'argent.

  • 5 Ce raisonnement ne vaut pas pour le fermage en grande culture céréalière, où la position du bailleu (...)

8C'est cela, en définitive, qui condamne la rente foncière, indépendamment de la conjoncture. Elle caractérise une rémunération passive, dans un rapport social où le propriétaire, détenteur du capital, renonce à l'exercice des responsabilités et transfère à l'exploitant, qui en use à son seul profit, sa capacité d'initiative. Il s'est développé une contradiction insurmontable – à laquelle échappent certains contrats à part de fruits, quand le propriétaire est présent et actif – entre l'agriculture moderne, commerciale et spéculative, qui s'est imposée en Vaucluse et ce mode de faire-valoir5... envisagé bien sûr sous l'angle de l'intérêt du propriétaire ! Car l'exploitant, lui, ne s'en plaint pas et nous savons qu'il grignote les biens qu'il exploite de la sorte. Mais n'oublions pas que la grande propriété peut aussi être exploitée en gestion directe, de type capitaliste.

II – LE SALAIRE AGRICOLE

9Dans la mesure où la condition de l'ouvrier agricole est déterminée par le système de production où il vend sa force de travail, les conclusions auxquelles nous étions parvenu en 1914 sont confirmées par l'évolution de l'agriculture après la guerre. Les structures agraires sont contradictoires avec l'existence d'un prolétariat agricole numériquement important et concentré dans de grandes exploitations, mais l'intensification des systèmes de cultures conduit à l'emploi d'une main-d'œuvre salariée complémentaire de la force de travail de l'exploitant et de ses aides familiaux. L'enquête agricole de 1929 a d'ailleurs reconnu cette distinction, que l'évolution économique a durcie, et ses résultats d'ensemble sont les suivants :

La main-d'oeuvre agricole d'après l'Enquête de 1929

  • 6 Voir Supra – 3ème Partie. Chap. III.p.

10Ces données statistiques ne doivent pas faire illusion par leur apparente précision. Les classes d'âge de moins de 15 ans et de plus de 60 ans me paraissent fort incertaines, notamment celle des plus de 60 ans pour les aides familiaux car il est quasiment impossible de déterminer par un décompte numérique la part de travail des personnes âgées dans une exploitation agricole. Critique plus grave : je suis surpris du petit nombre d'ouvriers étrangers et plus encore de leur absence totale dans la catégorie de main-d'oeuvre temporaire. Cela ne concorde ni avec mes sondages dans plusieurs listes nominatives de recensements de population, ni avec l'estimation de l'importance de la population immigrée dans la population rurale6. Et je ne m'explique pas pourquoi les étrangers se désintéresseraient du travail temporaire eux qui, plus que tous les autres, ont besoin d'arrondir leurs salaires. Mais ces réserves ne condamnent pas la statistique, car elle nous propose des ordres de grandeur significatifs.

  • 7 André L.A. Vincent, dans son étude sur les Comptes Nationaux de l'entre-deux-guerres (Sauvy.op.cité (...)
  • 8 Voir mon étude sur Châteauneuf-du-Pape (op.cité.p.400)

11J'en retiens le petit nombre d'ouvriers agricoles permanents, comparé à celui des exploitations agricoles – environ 20.000. Cela fait en moyenne un salarié agricole pour trois exploitations, alors que le nombre d'aides familiaux est légèrement supérieur à celui des chefs d'exploitation7. Il n'est pas possible de dire comment se répartissent ces salariés, mais on peut avancer l'idée qu'ils sont d'autant plus nombreux que l'agriculture est plus spécialisée, et l'on peut s'appuyer sur le cas de Châteauneuf-du-Pape, bon exemple de spécialisation, et aussi de haute rentabilité8. En 1936, j'ai dénombré à Châteauneuf 188 salariés agricoles, journaliers et domestiques. L'examen attentif de la liste nominative m'a permis de repérer leurs employeurs, et je parviens aux conclusions suivantes : 44 salariés ont plusieurs employeurs, ce sont des journaliers au plein sens du terme, allant d'un patron chez un autre au gré des offres d'emploi. La proportion serait plus forte en économie maraîchère, mais la garantie de travail serait aussi meilleure. Les 144 autres salariés sont employés à plein temps par 66 exploitants agricoles, soit 44 % du nombre total des exploitants et l'on ne sera pas surpris que la proportion de 1 pour 3 soit ici largement dépassée. Les 66 exploitants employeurs se répartissent ainsi cette main-d'oeuvre :

  • 9 Voir Supra. 3ème Partie. chap. V.p.

12Si l'on considère que l'exploitation agricole de type capitaliste commence à partir de 3 ouvriers, on voit bien que l'agriculture capitaliste ne peut à elle seule en Vaucluse rendre compte du salariat agricole. Celui-ci est intégré, du fait de l'intensification des méthodes de culture, à l'agriculture "paysanne", conduite dans le cadre d'exploitations familiales. Ce serait d'ailleurs plus net si nous faisions de pareilles observations dans un village d'économie maraîchère, et le travail saisonnier accentue encore ce caractère. La dispersion des ouvriers agricoles, dans de telles conditions d'emploi, leurs conditions de travail, qui font que le plus souvent ils forment équipe avec leur patron, expliquent l'échec des tentatives de syndicalisation9.

13Dispersés du fait des conditions de l'emploi, les ouvriers le sont aussi dans leurs activités, en raison de la diversité des tâches qu'ils ont à accomplir. On leur demande une qualification polyvalente, à l'image des orientations de la production agricole. Sans doute à Châteauneuf l'ouvrier agricole est-il essentiellement un vigneron, avec les spécialisations qui en découlent, notamment pour la taille de la vigne. Mais c'est un cas rare, le plus souvent l'ouvrier agricole doit avoir compétence en culture maraîchère et en viticulure. Ce sont des exigences de qualification qui ne sont pas faciles à satisfaire, surtout si l'on se souvient de l'origine exogène du plus grand nombre des ouvriers agricoles. Par ailleurs, il y a des travaux plus faciles à accomplir, qui peuvent s'apprendre "sur le tas" et que l'on réserve de préférence à une main-d'oeuvre peu formée : le ramassage des sarments, les sarclages et binages... Toutes ces données, d'autant plus difficiles à combiner qu'il faut encore tenir compte d'un calendrier de travaux parfois tyrannique, conduisent à une hiérarchie non écrite mais pourtant bien réelle dans le salariat agricole, qui a sa traduction logique dans les rémunérations.

  • 10 Je traiterai toutes ces comptabilités pour étudier le revenu des exploitants, à l'exception de la p (...)

14C'est un problème difficile que celui du salaire des ouvriers agricoles. Les statistiques sont indigentes à ce propos et, quand elles existent, elles sont naturellement muettes sur la dispersion des salaires, dont on prend concience à l'examen des comptabilités d'exploitations agricoles. C'est ce que j'ai fait, à Loriol, Caromb, Châteauneuf-du-Pape, Sainte-Cécile-les-Vignes10. Partout, j'ai rencontré des rémunérations fort inégales, qu'il n'est d'ailleurs pas facile de justifier en raison du caractère laconique de leur mention. Ce qui se repère aisément c'est, au somment de la hiérarchie, le maître-valet, qui fait fonction de chef de culture et organise le travail en même temps qu'il y participe. Son salaire est très variable, en fonction de l'importance de l'exploitation et aussi de l'estime que lui porte le propriétaire, et il est fréquemment accompagné d'une prime, sous la forme d'un treizième mois ou d'un pourcentage sur les ventes, qui majore sensiblement son gain.

L'ouvrier "journalier" (rémunéré à la journée) reçoit un salaire que l'on ne peut fixer qu'à l'intérieur d'une fourchette, où se logent la qualification de chacun et le rythme saisonnier du travail. Le chiffre médian est représentatif de la valeur moyenne du salaire de l'ouvrier agricole dans le Vaucluse. Même si les données sont plus fragmentaires, il convient de faire sa place au salaire féminin, toujours inférieur à celui de l'homme : la hiérarchie fait ici référence à la moindre qualification du travail confié aux femmes.

  • 11 Annuaire statistique de la France. Rétrospectif. Année 1961. p. 262.

15Les gages annuels des domestiques s'entendent, nourriture et logement compris, ce dernier étant généralement sommaire. Ils paraissent fort élevés, tant par rapport à ce qu'ils étaient avant guerre que par rapport à une autre source, qui indique 4.400 F en 1934 et 1935, 4.800 F en 5.200 F en 1933 et 5.400 F en 1938. Mais cette série a été établie pour servir de base à "l'application du contrat de salaire différé de 1934 à 1955"11, son élaboration est plus théorique que la collecte ponctuelle de données à laquelle je me suis livré. Elle présente une indication intéressante pour nous : les valeurs que j'obtiens pour le Vaucluse sont largement supérieures, de 30 % en 1934 à 20 % en 1938, à la moyenne nationale. Cela dit, il ne fait pas de doute que mes données sont insuffisantes, qu'elles ne rendent pas compte de la diversité des gages des domestiques de ferme. Je les ai trouvées dans des exploitations engagées dans la modernité, où le domestique se rapproche du maître-valet. Il en va tout autrement dans les exploitations d'agriculture traditionnelle, qui emploient des hommes dont les perspectives professionnelles sont très médiocres : s'ils ne parviennent pas, généralement après leur service militaire, à s'échapper de leur condition de domestique, ils s'y installent, dans un célibat et une solitude sans avenir.

  • 12 A. Sauvy. op. cité. tII. p. 511.

16Comment évolue le salaire des ouvriers agricoles ? Il faut naturellement tenir compte de la durée annuelle du travail. Les données nationales proposées par A. Sauvy12 sont, pour les années 1934-1938, de 280 jours et il n'y a aucune raison pour ne pas les retenir pour le Vaucluse, d'autant plus qu'aucun rapport officiel, aucune information professionnelle ou syndicale ne mentionne qu'il y ait du chômage parmi les ouvriers agricoles pendant la crise. Dans ces conditions, ce qu'il faut retenir, c'est que la hausse des rémunérations intervenue en 1926 est sans effet sur le pouvoir d'achat du salaire du fait de l'inflation. On comprend alors le relèvement de 1929, mais on doit souligner qu'il est en retard sur la prospérité de l'agriculture vauclusienne, et ce fait montre bien les limites du paternalisme dans les rapports sociaux. Il est paradoxal qu'une nouvelle augmentation intervienne en 1930, mais la crise n'est pas encore très sensible et les progrès réalisés dans les cultures demandent, si l'on veut les préserver et les poursuivre, qu'on soit attentif aux conditions de vie des ouvriers agricoles, toujours sollicités par un courant migratoire qui risque de retirer aux exploitants leurs ouvriers les plus qualifiés. Bien sûr, les salaires restent sur ce palier pendant toute la crise, et la déflation des prix consolide leur pouvoir d'achat. La poussée de 1936 est attendue, et on observe qu'en dix années les ouvriers agricoles vauclusiens ont pratiquement doublé leur pouvoir d'achat. Comparé aux données nationales présentées par A. Sauvy, le salaire de l'ouvrier agricole vauclusien marque une avance sensible, de l'ordre de 40 %. Faut-il s'en étonner ? Il est vrai que ce résultat a été obtenu sans que s'exerce une pression revendicative, par ajustements successifs qui semblent avoir été facilement admis des deux côtés. Deux raisons à cela, dans un contexte de rapports sociaux où les relations personnelles, la présence conjointe de l'employeur et de son ouvrier sur le même lieu de travail et à des postes de travail identiques, jouent un rôle important. D'une part, la prospérité de l'agriculture vauclusienne, et donc des exploitants, était trop visible pour ne pas être répercutée sur le salaire ouvrier. D'autre part, le marché de l'emploi met en situation de force les ouvriers, sans même qu'il leur soit nécessaire d'y insister.

17Les ouvriers agricoles ont donc eu leur part de la réussite de l'agriculture vauclusienne. Leur condition s'est sensiblement améliorée, au-delà même de ce que nos chiffres indiquent, car il y a souvent double salaire dans les ménages d'ouvriers agricoles et il faut tenir compte du complément de ressources que leur vaut généralement l'exploitation d'un jardin et d'une parcelle de terre ou de vigne. On comprend que certains d'entre eux, les plus acharnés au travail, accèdent au statut d'exploitant agricole, par la voie du fermage ou du métayage.

III – LE REVENU DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

  • 13 Voir Supra. 1ère Partie.chap.IV et 2ème Partie. Chap. VI.

18Je reprends la problématique précédemment exposée13. Les conditions de la recherche d'archives privées, présentant des comptabilités d'exploitations agricoles, n'ont pas changé et ce n'est pas parce que nous nous rapprochons des temps actuels qu'elle devient plus aisée. Sans doute, on peut penser que les documents existent en plus grande quantité – encore qu'à cet égard les mentalités ne me semblent pas avoir évolué et l'intérêt de la tenue d'une comptabiltité n'est pas perçu par le plus grand nombre. Mais pour ceux qui l'on fait, la réticence est plus grande à en communiquer les pièces car désormais le passé et la curiosité de l'historien se rapprochent vraiment beaucoup du présent et l'on craint – de façon légitime – des indiscrétions, en même temps qu'une peur irraisonnée et inavouée du fisc freine la sympathie pour la recherche patiemment exposée par l'historien. La moisson est donc maigre, et elle présente les inconvénients que l'on sait : séries discontinues, imprécision et hétérogénéité des données comptables... Ce ne sont pas des raisons suffisantes pour renoncer.

A – REVENUS VITICOLES

19On sait que la vigne est une spécialisation majeure de l'agriculture vauclusienne, à plusieurs objectifs : vin de consommation courante, vins fins, raisins de table. Il n'est pas possible de rencontrer ces trois objectifs dans une même exploitation, et il est assez rare que l'un deux soit exclusif de toute autre production agricole. Lorsque c'est le cas, deux situations sont possibles : une exploitation de type capitaliste, réunissant les conditions financières de la monoculture ou un terroir si propice que toute autre production s'en trouve éliminée. J'ai retrouvé des comptabilités correspondant à ces cas, et ce n'est pas surprenant, eu égard aux exigences économiques et sociales de leur réalisation. Se posera bien sûr le problème de leur représentativité.

  • 14 Rhône-Durance-Ventoux 25 Avril 1928, et Revue de la Viticulture année 1928. Il est clair que la Rev (...)
  • 15 Le proprétaire du domaine, Mr Gacon, n'a pas pu me donner de précisions sur ce point, pas plus qu'i (...)

20Le domaine du château de Courtine, à Avignon, doit son nom au quartier où il est situé : au sud du territoire de la commune, dans la pointe de terre alluviale que délimitent à leur confluent le Rhône et la Durance. C'est un riche terroir, cultivé généralement en légumes primeurs, vigne et arbres fruitiers, dans le cadre d'exploitations familiales. Le château de Courtine dissimule la masse imposante de ses bâtiments d'habitation et d'exploitation, dont la construction remonte au xviiie siècle, sous d'épaisses frondaisons de platanes et son domaine foncier est d'un seul tenant, aéré par des chemins bordés de peupliers, quadrillé de loin en loin par des haies de cyprès. Mon attention avait été attirée sur cette propriété par deux articles, d'un contenu très voisin, paru l'un dans la Revue de Viticulture et l'autre dans Rhône-Durance-Ventoux, sous le titre identique d"‘Enquête sur les charges de la Viticulture", signés l'un et l'autre par J. Brethereau, ingénieur agricole assurant la direction technique et commerciale du domaine14. Et j'ai pu obtenir communication d'un registre comptable fort bien tenu, pour la période 1918-1928, dont je présume qu'elle correspond à la direction exercée par J. Brethereau15. Série relativement longue, homogène, qui nous informe sur les recettes et les dépenses du domaine.

  • 16 Partant de l'estimation proposée par 3. Brethereau des frais de plantations d'un hectare de vigne, (...)
  • 17 Voir R. Pech : Entreprise viticole et capitalisme en Languedoc –Roussillon – Toulouse 1975.

21Les articles précédemment cités nous donnent une bonne présentation du domaine pour les années 1925 et 1926, sur lesquelles s'appuie l'étude de J. Brethereau : 95 ha de vignes en production et 17 ha de plantiers de 1 et 2 ans en 1925 ,97 et 14 ha en 1926. Il est clair que le vignoble est rationnellement, méthodiquement renouvelé et la comptabilité qui distingue un poste de dépenses "Plantation de vignes" nous permet de dater la chronologie de ce programme : il a commencé en 1919, il a été considérablement développé au cours de l'année 1920, pour se poursuivre ensuite à un rythme de croisière16. On peut en déduire que la superficie en production se tient pendant toute la période étudiée entre 90 et 100 ha. C'est considérable, et une telle monoculture est rarissime. Elle représente une spéculation tout à fait volontaire et transpose dans un terroir qui a d'autres traditions les méthodes de la viticulture capitaliste languedocienne17, avec une orientation très précise, la recherche du rendement.

  • 18 Le régisseur du domaine de Saint-Martin, à Cavaillon, signale cette gelée à son proprétaire, dans l (...)

22Sur ce point, la réussite est brillante. Nous connaissons avec précision les récoltes commercialisées, qui sont pour les 3/4 en vin rouge et pour le reste en vin blanc, ce qui est une orientation singulière mais sans doute heureuse puisque les ventes de vin blanc sont souvent conclues à un prix plus élevé que le vin rouge. Il n'est pas possible de distinguer vin rouge et vin blanc pour une étude de rendement, la moyenne annuelle qu'on peut calculer varie de 90 à 172 hl à l'ha. Les points bas se situent en 1922 et en 1926, et nous savons par ailleurs que 1926 fut une année de gel printanier18 ; deux autres faits sont à remarquer : la guerre n'a nullement amoindri la capacité de production du domaine, et celle-ci bénéficie du programme de plantations nouvelles car la tendance à l'augmentation du rendement est nette à partir de 1924. Le bien-fondé de la spéculation est indiscutable, devant de tels résultats, à vrai dire exceptionnels.

  • 19 La différence s'explique à la fois par la médiocre récolte de 1926 et par une hausse des salaires.

23C'est une entreprise qui n'est pas à la portée de tout le monde... Elle ne peut se concevoir que sur une grande échelle, et exige la mise en oeuvre de moyens financiers considérables. Au titre des investissements, tout d'abord : le programme de renouvellement du vignoble implique des dépenses plus importantes que celles indiquées sous la mention "Plantation de vignes " car il faut y ajouter des frais de culture et de main-d'oeuvre. Et surtout, le domaine a dû équiper une cave, qui est estimée en 1925-26 à 872.000 F, capital énorme mais aussi indispensable car la réussite de la spéculation exige que le propriétaire maîtrise parfaitement la commercialisation de sa récolte. Le train de culture est d'une valeur moindre, il représente cependant un capital de 253.000 F , dans lequel deux tracteurs figurent pour 100.000 F. Le domaine doit par ailleurs disposer d'une trésorerie importante, pour faire face à des dépenses d'exploitation nécessairement élevées, dans lesquelles le coût de la main-d'oeuvre tient la première place. On aimerait avoir des précisions sur ce poste de dépense, dont on sait seulement, par les articles de J. Brethereau, qu'il comporte une part de nourriture – ce qui indique qu'une partie au moins du personnel est nourrie et logée sur le domaine – et que les vendanges représentent une dépense spécifique importante, puisqu'elle est estimée pour 1926 à 50.000 F et pour 1927 à 93.000 F 19. C'est là, sans aucun doute, que réside la faiblesse de l'exploitation capitaliste par rapport à l'exploitation paysanne familiale : le coût de la main-d'oeuvre pèse lourdement sur ses charges, et l'on voit bien que le paysan travaillant avec l'aide de sa famille peut rattraper ainsi, au moins pour partie, le handicap de sa faiblesse financière.

  • 20 R. Pech. op.cité.p.516.

24Mais le propriétaire du château de Courtine réalise de fort belles recettes. Il ne peut naturellement pas échapper à la loi du marché, les fluctuations des prix qu'il obtient en apportent la preuve. Remarquons que le marché sur lequel il travaille a une certaine autonomie par rapport à celui du Midi languedocien, car il n'y a pas concordance entre les prix auxquels il vend et ceux rassemblés par R. Pech20. Mais il faudrait savoir comment il négocie sa récolte, de façon fractionnée ou d'un seul coup et à quel moment... Toutes données qui nous échappent et qui sont pourtant importantes pour comprendre les recettes d'une exploitation. Quelles que soient les insuffisances de notre documentation, elle permet de mettre en évidence la situation extrêmement favorable de l'immédiate après-guerre et l'effet décisif -plus que la hausse des rendements -de la forte poussée des prix en 1926 et 1927. Quand elle coïncide avec une très belle récolte – ce qui est le cas en 1927 – le revenu s'envole vers les cimes....

25Car il faut en venir au revenu du propriétaire. Ses dépenses d'exploitation sont relativement rigides, la conjoncture ne les influence que faiblement, c'est ce qui apparaît clairement quand on les convertit en francs constants, et c'est là aussi une caractéristique de l'exploitation capitaliste. D'un côté, elle subit la contrainte d'une charge salariale à peu près constante, mais d'un autre elle est assurée d'une puissance financière qui lui permet de ne pas différer des dépenses jugées importantes, la conjoncture serait-elle défavorable. C'est donc du mouvement de ses recettes que provient l'élargissement ou le rétrécissement de sa zone de profit, et là l'élasticité est considérable. Le risque pris va jusqu'à l'acceptation du déficit, et cela se produit après la campagne 1920, désastreuse quant aux prix de vente d'une récolte par ailleurs abondante. Mais si l'on veut apprécier correctement ce déficit, le situer à sa juste valeur, il convient de retenir les remarquables résultats des deux campagnes précédentes : l'exploitation capitaliste ne vit pas, ne peut pas vivre, au jour le jour. On le vérifie d'ailleurs avec les années suivantes, qui sont moyennes puis médiocres avant d'enregistrer à nouveau des profits élevés.

26C'est curieusement à ce moment que le régisseur du domaine se livre à une enquête sur les charges de l'agriculture qui vise à démontrer qu'elles ont augmenté considérablement et qu'elles réduisent d'autant le profit de l'entreprise viticole. J. Brethereau prend appui sur la comptabilité qu'il tient lui-même, mais il procède à des regroupements et surtout introduit des données nouvelles ; intérêts du capital foncier et du capital d'exploitation, intérêts des avances de trésorerie, amortissement du matériel, qui alourdissent sensiblement les charges du propriétaire – 40 % en 1926 et 33 % en 1927-28. Même calculées ainsi, les charges du domaine sont largement inférieures à ses recettes, que le régisseur se garde bien d'exposer ! L'argumentation qu'il développe perd ainsi beaucoup de sa force, malgré sa technicité :

  • 21 Revue de Viticulture. 1928.

"Nous avons mis en regard les dépenses de notre exploitation pour les exercices 1925-26 et 1926-27. Nous l'avons fait intentionnnellement pour bien démontrer l'ascension énorme de nos dépenses.
Il nous faut bien répéter aux acheteurs de nos produits et aux consommateurs que si en 1927 le prix de notre vin a marqué une hausse sensible, cette hausse n'est pas seulement due à une récolte très déficitaire, mais encore que, du fait de la dépréciation de notre monnaie, nous avons été obligés d'acheter tous nos produits à des prix presque prohibitifs : nous avons payé le soufre indispensable à nos vignes jusqu'à 220 F les 100 kgs, 12 fois plus qu'en 1913. Y-a-t-il un vigneron qui ait vendu du vin 12 fois plus cher que le prix moyen des années qui ont précédé la guerre, prix établi à 31 F l'hl, ainsi qu'il a été précisé à la tribune de la Chambre les 19 et 29 novembre 1927"21.

27Il est bien vrai que le poste de dépense des "produits anticryptogamiques" a connu à partir de 1925 une hausse sensible, mais il faudrait préciser qu'en y ajoutant les engrais on atteint de 14 à 17 % du total des dépenses ! Et le poste main-d'oeuvre est loin d'avoir connu une croissance égale à celle du soufre... En vérité, l'exemple du Château de Courtine serait bien mal choisi pour apitoyer l'opinion sur le sort de la viticulture. Cela dit, il serait aussi fort imprudent de généraliser sa réussite : les rendements y sont exceptionnels, le propriétaire sait vendre et il a les moyens de tenir en respect le négoce. Retenons simplement que le revenu brut à l'hectare, calculé sur les dix années pour lesquelles nous suivons la comptabilité du domaine, s'élève à 3.900 F, en valeur 1914 et le revenu net à 1 400 F. Ce sont des indices qui pourront être comparés à d'autres, élaborés dans des situations pas nécessairement identiques.

  • 22 cf. Supra. 2ème Partie. Chap. VI.

28Dès la fin du xixe siècle, le domaine de Saint-Martin22, aux Vignères – commune de Cavaillon – s'était orienté vers la monoculture de la vigne, selon une double spécialisation puisque le raisin de table y tenait déjà une place importante. Nous pouvons suivre son destin après la guerre, pour les années 1926-1937, alors que par succession il est devenu propriété de Monsieur de L... Circonstance heureuse que la relative constance de la documentation -relative en ce sens qu'elle comporte tout de même un grand vide chronologique, pour des raisons que j'ignore. Mais elle est dans le principe de son élaboration inchangée : précise pour l'évaluation des recettes, utilisable pour calculer des prix de campagne et des rendements, elle est tout à fait insuffisante pour la détermination des charges d'exploitation et donc le calcul du revenu net. Mais cette lacune fort gênante pour nous n'est pas le fait d'une négligence, elle tient aux modalités d'exploitaton et de gestion du domaine, identiques à ce qu'elles étaient dès 1896.

  • 23 Il y a en effet plus de 2 ha de "terres abandonnées" et autour du château 4 ha environ sont en pré, (...)

29Le domaine est en effet affermé, avec partage à mi-fruits des récoltes. Un document établi en janvier 1928 permet de préciser cette organisation. Les 131 ha de la propriété sont répartis entre 11 fermiers, de façon fort inégale puisque l'un deux détient 26 ha, 8 autres exploitent de 10 à 13 ha chacun, les deux derniers n'intervenant que de façon accessoire, tant pour les superficies louées que pour le revenu qu'elles procurent. En fait, la partie "utile" du domaine – quelque 120 ha23 – est confiée à 9 fermiers, qui ne se préoccupent que de vigne. C'est une toute autre conception que celle du château de Courtine, mais si le mode d'exploitation de Saint-Martin est, dans sa forme, traditionnel le contenu qui lui est donné révèle qu'il s'inscrit dans une logique dominée par la recherche du profit, étant admis que les paysans qui font le travail doivent y être intéressés.

  • 24 Il faut ajouter que le produit de la vente des marcs revient intégralement au propriétaire.
  • 25 On peut ainsi calculer qu'il y a sur le domaine 20 chevaux.

30Nous connaissons les modalités de répartition des recettes et des charges du domaine pour la campagne 1927-1928. Rien à dire sur les recettes, sinon pour relever un fait menu mais aussi significatif : le partage de la récolte des vignes à vin se fait à partir de la quantité de vendange, sur la base de 140 kg de raisin pour 1 hl de vin. Les fermiers ne connaissent que le poids de leur vendange, c'est le propriétaire qui assure la vinification et qui seul peut vérifier la justesse du rapport vendange-vin. Le 25 octobre 1925, présentant le bilan de la récolte à Monsieur de L..., le régisseur indique que le rapport de 140 kg pour 1 hl laisse au propriétaire un bénéfice important, qui dépasse largement les frais de vinification... Mais les fermiers ignoreront ce fait, et aucune correction ne sera apportée à l'accord initial24. Le partage des dépenses d'exploitation est plus compliqué. Les fermiers paient le tiers des engrais et produits chimiques ; il leur est retenu 15 % des recettes de raisins de table pour "frais de récolte" et 4 F par hl de vin pour "frais de vendange" et ces deux retenues portant sur la totalité de la récolte indiquent que le proprétaire organise lui-même la cueillette des raisins de table et les vendanges. C'est un signe évident d'une gestion attentive. Enfin, les fermiers participent de façon forfaitaire aux "frais généraux" – entretien des chevaux et du train de culture (ils doivent 1 650 F par cheval25 – impôts et divers -. Il est difficile d'apprécier cet ensemble par rapport au total des charges. Si l'on en juge par les chifres dont nous disposons pour la campage 1927- 28 et par une indication donnée sur les dépenses d'exploitation du domaine pour 1928-1929, il semble que les fermiers supportent le 1/3 de celles-ci, et pour 1927-28 cela représente 25 % des recettes qui leur reviennent. Naturellement, le profit d'entreprise du propriétaire est proportionnellement moins élevé, et il lui appartient de financer les investissements que requiert la bonne marche du domaine.

  • 26 Le 29 octobre 1928, le régisseur présente au propriétaire un projet de plantation de 10 ha 70 de vi (...)

31Pour la période que nous étudions, ces investissements semblent porter essentielllement sur le renouvellement du vignoble. Il est probable qu'il était en place depuis la reconstitution post-phylloxérique lorsqu'en 1925 un programme de replantation fut décidé : il portait sur 41 ha de "vieilles vignes" et nous savons que trois ans plus tard ce programme est à demi-réalisé. En 1928, le domaine de ce fait compte 97 ha de vignes, dont 77 sont "en rapport", 42 ha en raisins de table et 55 ha en vignes à raisins de vendange26. On peut penser que pour l'ensemble de la période cette superficie n'a guère varié, car il y a toujours des vignes en cours de renouvellement, sur un domaine aussi vaste.

32Toutes ces indications témoignent de la rigueur qui préside à la gestion du domaine. La correspondance qu'échangent le régisseur et le propriétaire en apporte d'autres preuves, éclairantes de surcroît sur les rapports sociaux entre le propriétaire et ses fermiers. II n'est pas excessif de dire que le régisseur met en oeuvre une véritable politique de recrutement de fermiers, et il ne peut le faire qu'avec l'accord, et peut-être même à la demande, du propriétaire :

  • En 1925, le régisseur doit créer sur le domaine deux nouvelles fermes et il a le choix entre plusieurs candidats : il se fonde sur deux critères, la capacité professionnnelle mais aussi financière. Il est important, écrit-il, de retenir des hommes "ayant des avances" et il précise qu'un des postulants l'intéresse fort car il a 20.000 F d'avances, alors qu'il en écarte d'autres car ils n'en ont pas. Cela en dit long sur les conditions à remplir pour devenir fermier dans les zones riches de l'agriculture vauclusienne... et cela corrige en baisse les possibilités de promotion sociale offertes aux salariés agricoles. Dans cette logique, le régisseur écrit le 5 décembre 1925 à propos d'une ferme qui va être disponible : "nous avons sous la main plusieurs excellents fermiers que nous tenons en haleine" et le 29 janvier 1926 il présente au propriétaire les trois fermiers qu'il a sélectionnés – pour les deux fermes nouvelles et celle qui devient vacante – : "J'ai d'excellents renseignements sur ces trois fermiers, gens travailleurs et aisés".

  • En juillet 1927, un nouveau départ est envisagé, du fait d'une mésentente persistante entre le fermier et le propriétaire. Le régisseur a déjà en vue son remplaçant : "Je proposerai la succession d'abord à Dominique L... le paysan cossu que vous aviez remarqué l'an dernier et qui la voulait". Mais l'affaire n'est pas si facile à régler que l'imaginait le régisseur, et l'éventualité d'un procès ne peut être écartée. Dans une lettre du 21 décembre 1927, il présente en ces termes l'attitude qu'il se propose d'adopter :

"P... (le fermier dont on veut se débarrasser) n'a pas intérêt à nous faire un procès, j'espère que tout s'arrangera amiablement, mais pour que cette solution soit aussi avantageuse que possible pour nous, il faut que je résiste énergiquement et que je me mette en travers dans toutes les occasions, jusqu"à la limite de mon droit bien entendu. Pour faire un procès, ça coûte cher, P... est endetté partout, il n'a pas de crédit, et personne ne s'occupera de son affaire sans provisions. De plus, je doute fort qu'il obtienne l'assistance judiciaire. A moins que la caisse du parti communiste n'intervienne, je ne vois pas comment il se procurerait les fonds pour agir contre nous".

33Peut-être est-ce là un cas particulier, et le cynisme des propos du régisseur pourrait être la riposte appropriée à un comportement inadmissible. Mais on a quelques raisons de penser que ce conflit va plus loin, qu'il s'inscrit dans des relations dures, par la volonté du propriétaire qu'anime un souci de rentabilité et de profit avant tout. Un bon indice nous est fourni par le conflit qui oppose le propriétaire à tous ses fermiers, sur la question de l'électrification des fermes, que le propriétaire se refuse à prendre à sa charge. Il donne ses instructions au régisseur, dans une lettre de février 1929 :

"Je ne crois pas qu'il y ait intérêt à réunir les fermiers pour leur communiquer cette réponse. Vous leur ferez savoir individuellement cette réponse. Les assemblées faites pour discuter, cela soit dit sans critique, tournent rapidement comme toute réunion pubique au dépôt de surenchères, et vous ne pouvez facilement y protéger nos droits. Je crois qu'il n'y a pas intérêt, en tout cas,à les provoquer. Cela demande évidemment un surcroît de travail, mais il est préférable je crois de chercher une ou plusieurs adhésions individuelles, les plus faciles, et de gagner les autres, les plus difficiles, par imitation".

34On est loin du paternalisme le plus souvent sur le mode affable et amical qui caractérise le rapport traditionnel du propriétaire avec son fermier. Le fermage est ici un choix dicté par des considérations économiques inscrites dans les rapports de production capitalistes, et les relations qui se nouent traduisent un rapport de forces, qui s'exprime dans tous les actes et à tous les moments de la vie du domaine. Un événement comme une gelée, vécu généralement comme une catastrophe, est analysé dans la perspective de son incidence économique, ce qui est bien normal, mais aussi pour les forces et faiblesses qu'il révèle. C'est ainsi que la gelée de mai 1926 donne lieu de la part du régisseur au commentaire suivant :

"J'estime les pertes à la moitié de la récolte ; c'est un gros malheur. Cependant je dois dire que sauf B..., L... et P... les fermiers font face aux événements avec courage et calme.

Mais cette perte aggrave la situation déjà précaire des faibles. Nous réfléchissons sur les conséquences éventuelles de cet événement afin de vous entretenir sérieusement à votre prochaine visite".

35... Propos quelque peu inquiétants. On peut se demander si le destin de P..., évoqué précédemment, ne s'est pas noué alors.

36Il n'est pas jusqu'aux conditions de commercialisation de la récolte qui n'interviennent dans ce rapport de forces qu'on imagine aux limites de la tension. Qu'on en juge par cette lettre du 6 novembre 1926, où le régisseur annonce qu'il a conclu un marché à 17 F le degré/hecto :

"La raison principale c'est que nous sommes vraisemblablement à la veille d'une petite baisse, avec reprise à peu près certaine en mars pour des prix de 20 F le degré sans doute, mais je ne peux pas donner aux fermiers les regrets momentanés d'une baisse et l'angoisse d'un avenir que tout le monde s'accorde à croire bon mais qui est tout de même incertain.

  • 27 Trois ans plus tard, le 16 Novembre 1929, le régisseur expose au propriétaire que dans un contexte (...)

Garder son vin dans ces conditions, ce serait faire de la spéculation et vraiment vos fermiers ne sont pas gens à accepter ces risques. Ils auraient vendu à 15 F il y a quinze jours, je les ai dissuadés, je leur fais gagner 20 F par hecto, mais je ne peux pas prendre la responsabilité d'une plus longue résistance"27.

37Ce texte va loin, il nous fait toucher du doigt deux comportements devant le négoce, celui du spéculateur qui est en réalité le producteur visant un profit, acceptant le jeu et le risque que cela comporte et celui du paysan, gagne-petit soucieux avant tout d'assurer son gain, plus proche d'un salaire que d'un profit d'entreprise. Il est certain que les conditions mêmes de l'agriculture vauclusiennne élargissent le cercle de la spéculation, mais elle n'est pas de même nature selon les structures où elle se développe.

38Mais on ne comprendrait pas ces rapports sociaux d'une tonalité toute nouvelle si l'on n'appréciait leur enjeu. Ils sont en effet indissociables d'un système de production à haute rentabilité, dans lequel les fermiers mesurent parfaitement leur force, qui est leur efficacité. Et ils entendent bien en être correctement rémunérés. Ce qu'ils peuvent attendre, et aussi ce que vise le propriétaire, nous pouvons, sinon le calculer puisque nous n'avons pas les éléments de détermination du revenu net, du moins l'apprécier et l'approcher à partir d'une analyse des recettes.

39Le mouvement de la production, que nous pouvons suivre à la seule exception de l'année 1930 – nous savons d'ailleurs qu'elle fut mauvaise par suite d'une brutale attaque de mildiou -, indique d'amples fluctuations et nous ne prenons pas un grand risque en calculant les rendements sur la base des superficies précédemment déterminées de vignes en rapport. Pour les vignes à vin, le rendement varie de 70 hl/ha en 1927 à 145 hl en 1934. Curieusement, le rendement en raisins de table est au plus faible – 67 quintaux/ha – l'année où celui des vignes à vin est à son maximum, mais l'explication est simple : la mévente des raisins de table a obligé à faire du vin avec les chasselas invendus et de ce fait les rendements de 1934 sont faux. On peut dire que le rendement en raisins de table varie de 80 à 120 quintaux/ha. Tous ces chiffres sont évocateurs d'un vignoble à forte productivité, mais on peut apprécier aussi l'incidence des conditions climatiques, et l'inquiétude dans laquelle elles peuvent parfois plonger les paysans.

  • 28 Le 25 mars 1927, le régisseur annonce cependant la mise en place d'un dispositif de fumigènes pour (...)

40En vérité, la loi du marché est encore plus contraignante que les aléas climatiques, et les prix sont le facteur déterminant de la formation du revenu viticole. Une exception toutefois : la gelée printanière de 1926 a amputé d'au moins 50 % la production, et c'était un accident climatique trop localisé pour qu'il puisse modifier les données d'un marché qui est national. Le gel est incontestablement le grand ennemi du vigneron, et l'on n'y a pas trouvé de parade efficace28. Pour toutes les autres années, les fluctuations des recettes s'expliquent avant tout par les variations des cours, plus fortes, plus imprévisibles pour les raisins de table que pour le vin. Naturellement, la poussée inflationniste des années 1924-1928, puis la déflation de la crise amplifient encore ces variations, qu'il faut corriger par la conversion des recettes en francs constants. On voit bien alors que la crise a frappé à partir de 1932, et c'est une confirmation de ce que nous a indiqué l'étude "évènementielle" de la crise.

41Justement, l'occasion nous est donnée d'en mesurer l'impact, à partir du revenu du domaine Saint-Martin. Pour ce faire, je délimite deux phases, la première de prospérité de 1927 à 1930, la seconde de crise de 1932 à 1935 et je calcule pour chacune le produit brut à l'hectare. Il me paraît en effet nécessaire, d'une part d'éliminer des fluctuations annuelles qui interdiraient toute comparaison sérieuse, d'autre part de faire cette comparaison en prenant comme référence la prospérité qui est vivante dans toutes les têtes lorsque la crise s'abat sur l'agriculture vauclusienne.

Produit brut d'un hectare

Produit brut d'un hectare

42Les résultats sont fort intéressants. Le régisseur – c'est lui qui a la responsabilité des ventes – a réussi, servi il est vrai par de belles récoltes, à maintenir le revenu vinicole et il faut très certainement faire intervenir sa connaissance du marché, son sens du risque calculé. Mais sa compétence n'a servi de rien pour la vente des raisins de table, qui ont subi un véritable effondrement des cours, aggravé par la nécessité de retirer du marché d'importantes quantités de raisin : ce phénomène s'observe en 1934 et plus encore en 1935, où les ventes de raisins de table ne portent que sur 1 690 quintaux, ce qui ne saurait s'expliquer par une baisse de rendement. Ce sont d'ailleurs les deux années les plus sombres, mais la moyenne des années 1932-35 fait apparaître une chute du produit brut à l'hectare de 44 %, ce qui est considérable. Le calcul effectué sur l'ensemble des vignes atténue l'impact de la crise, qui n'est plus que de 26 % et cela souligne le risque très élevé de la monoproduction.

43Du produit brut au revenu net, la démarche est malaisée en l'état de notre documentation. Mais il est certain que les dépenses d'exploitation n'ont pas connu une marche descendante comparable à celle des recettes, et le revenu du propriétaire aussi bien que celui des fermiers a enregistré un recul sans doute sensiblement plus fort que celui du produit brut : une amputation de l'ordre de 30 %, par rapport à la prospérité des années 1927-30, me paraît réaliste, et elle crée à coup sûr de sérieuses difficultés.

44Nous connaissons, pour la campagne 1927-1928, le revenu net des fermiers du domaine, et comme nous connaissons par ailleurs la superficie des fermes pour la même année, il nous est possible de calculer le produit brut d'un hectare de vigne dans chacune des fermes. Comme les charges qu'elles supportent sont égales, on obtient ainsi un indice de rentabilité qui nous informe sur la qualité du travail que fournissent les fermiers. Les écarts sont très importants, de l'ordre de 1 à 2, et cela se traduit par des différences de revenu très sensibles, pour des exploitations comparables par leur superficie utile. Cela éclaire, au moins partiellement, le comportement dur du régisseur et du propriétaire car les inégalités de productivité se traduisent en fin de compte par un manque à gagner pour le propriétaire. Il est certain, en tout cas, que la gestion d'un grand domaine par faire-valoir indirect, respectant les cadres de l'exploitation familiale, crée des problèmes spécifiques, qu'ignore le propriétaire du château de Courtine. Mais je ne peux me prononcer sur la supériorité de l'un ou de l'autre mode de gestion.

45Nous savons que la spécialisation du vignoble en vue de la production de vins fins est une orientation non négligeable de la viticulture vauclusienne, et il nous est possible d'analyser les conditions spécifiques de l'élaboration du revenu agricole dans une grande exploitation de ce type, à Châteauneuf-du-Pape. Naturellement, cette étude doit s'entourer de beaucoup de précautions, d'abord parce que nous sommes dans le terroir le plus prestigieux, où la qualité du produit et sa réputation apportent une plus-value exceptionnelle ; mais aussi parce que la recherche de la qualité relève pour une bonne part de l'initiative individuelle et que les résultats obtenus sur une exploitation ne sauraient être généralisés, dans ce secteur moins que dans tout autre. Par ailleurs, et je m'en expliquerai, les insuffisances de la documentation recueillie constituent une contrainte qui limite encore la portée, sinon la signification, des résultats auxquels je peux parvenir.

  • 29 L'actuel propriétaire, Paul A..., m'a communiqué les éléments de comptabilité et les déclarations d (...)

46La propriété Paul A... 29 représente, dans les conditions spécifiques de Châteauneuf-du-Pape, une incontestable réussite économique et sociale, avec le passage, en une vingtaine d'années, du statut d'exploitation paysanne à celui d'entreprise capitaliste. L'actuel propriétaire raconte comment son père, dans les premières années du siècle, fut l'un des premiers à réagir contre la domination qu'exerçaient sur les vignerons de Châteauneuf les négociants bourguignons. Il "faisait" les grandes foires-expositions, à Grenoble, Orléans, Nancy..., pour présenter ses vins et il établit ainsi des relations directes avec un public de connaisseurs où il parvint progressivement à se constituer une clientèle : dès avant 1914, il commercialisait ainsi une partie de sa récolte, en petits fûts et en bouteilles, selon des tarifs très supérieurs à ceux que proposait le commerce de gros. Paul A..., il est vrai, avait une propriété solidement constituée, un bien de famille qui avait résisté à la crise phylloxérique et qui était replanté avant 1900. Sur cette base, nécessaire pour se lancer dans la prospection individuelle d'une clientèle de luxe en quelque sorte, étaient venues se greffer ses qualités personnelles, de persévérance, d'imagination et de confiance. Dynamique du succès : quand éclate la guerre, Paul A... a déjà bien arrondi son bien de famille ; il cultivait 15 ha de vigne en 1909, il en est à 19 ha – c'est-à-dire qu'il est au seuil de la classe des grands propriétaires. Compte tenu des conditions dans lesquelles il commercialise une partie de sa production, il exerce une fonction de direction bien plus que de travail des vignes. Le processus doit être bien compris, car à cet égard la réussite de ce vigneron n'est pas un cas isolé. La réussite est le produit de deux facteurs : l'esprit d'initiative et la prise de risque, mais aussi l'acquis d'une position économique assez solide pour que l'esprit d'initiative puisse se donner libre cours. Et le succès appelle le succès....

  • 30 La médiocre performance de 1926 est à mettre sur le compte de la gelée du début mai.

47Bien sûr, la guerre a interrompu ce processus, elle a même provoqué un recul, visible à l'observation des superficies plantées. En 1919, le quart des vignes a disparu et c'est seulement en 1925 que le vignoble retrouve son étendue de 1913. En vérité, son potentiel de production s'est renforcé par de nouvelles plantations substituées à des vignes usées et on le remarque à l'évolution des rendements30. Dans le même temps, les procédés de commercialisation expérimentés avant guerre sont repris, perfectionnés et rationalisés. La méthode associe désormais des marchés passés avec le commerce de gros sur des vins de l'année ou de la récolte précédente et des ventes de vin mis en bouteilles à la propriété, conservés en cave car leur vieillissement ajoute encore à leur qualité. La part de la récolte livrée au négoce est variable, elle dépend de la qualité car lorsqu'elle est médiocre le vieillissement perd beaucoup de son intérêt, mais aussi de l'état du marché, des supputations qu'on peut faire sur son évolution jusqu'à la campagne suivante, mais encore des besoins financiers à court terme du vigneron car le vieillissement est une vente différée qui peut poser de délicats problèmes de trésorerie. La commercialisation de la récolte est bien devenue une spéculation, et l'on n'est jamais assuré de gagner. Il est donc important, et même nécessaire, d'avoir des réserves et des possibilités de crédit pour s'y livrer. C'est le cas de Paul A..., qui a par ailleurs l'atout d'une clientèle déjà constituée, et il est certain qu'il joue de sa production avec bonheur et conclut des marchés dans l'ensemble réussis. Une part du profit qu'il en retire passe dans des investissements fonciers, d'ailleurs prudents : en une dizaine d'années, la superficie de son vignoble passe de 20 à 29 ha. Mais ce n'est pas la seule destination des gains réalisés : dans l'entretien que m'a accordé son fils, il est apparu clairement que Paul A... a également fait des placements en immeubles urbains et en valeurs mobilières, sur le montant desquels je ne peux, bien sûr, fournir aucune précision.

48Ce qui est important, c'est que, par cette évolution, Paul A... a changé de condition économique et de statut social. Il était, avant-guerre, un propriétaire exploitant certes aisé, mais toujours proche du travail de la terre. Il est devenu un entrepreneur capitaliste, tant par la superficie qu'il possède et fait travailler par des ouvriers salariés que par son insertion dans les circuits commerciaux, en position de force et d'initiative. A cet égard, il faut correctement interpréter la notion de stocks qui figure dans les déclarations qu'il est tenu d'adresser au service des Contributions Indirectes, chaque année à la date du 1er septembre. Ce ne sont pas des stocks passifs, reflètant une surproduction relative ou un état d'infériorité vis-à-vis du négoce, ils procèdent d'un calcul délibéré, fondé sur la plus-value escomptée par le vieillissement de la récolte et d'une certaine manière plus leur volume est important, plus grand est le jeu spéculatif. Tous les stocks déclarés par les vignerons n'ont pas cette signification : il arrive qu'ils soient subis, qu'ils traduisent l'engorgement du marché et la dépendance des vignerons par rapport au négoce.

  • 31 Je suppose naturellement que les déclarations de récolte sont sincères... En fait, je ne le pense p (...)

49Peut-on parvenir à la connaissance du revenu de la propriété ? Les déclarations de récolte nous indiquent avec précision la superficie du vignoble et le volume de la récolte, ce qui permet de calculer le rendement31. Ses fluctuations annuelles ne demandent pas à être toutes élucidées, on sait bien que les conditions météorologiques sont plus ou moins favorables et ne sont que rarement désastreuses. C'est le cas en 1926 du fait de la gelée et en 1930 par suite d'une attaque de mildiou, c'est aussi le cas, en sens inverse, en 1927 et 1934. II est plus important de noter une double tendance : à l'élévation du rendement, et à la réduction de l'écart entre bonnes et mauvaises récoltes. C'est la traduction des progrès techniques accomplis, qui permettent au vigneron de réduire l'incertitude qui pèse en permanence sur sa récolte.

  • 32 Pour une année donnée la production commercialisée s'obtient en faisant la somme de la déclaration (...)

50Connaissant d'une part la récolte de l'année, d'autre part les stocks, il est facile de déterminer la production commercialisée chaque année et aussi de distinguer dans les ventes ce qui revient à la production de l'année et ce qui provient du vieillissement des récoltes antérieures32. Mais ces données très précises ne s'accompagnent malheureusement d'aucune indication sur les marchés conclus. On connaît seulement les tarifs des vins en bouteilles. Malgré les insuffisances de la documentation, la propriété Paul A... peut être utilisée pour la construction d'un modèle permettant de présenter – sans autre ambition qu'une bonne approximation -le produit brut à l'hectare du vignoble de Châteauneuf-du-Pape. Pour ce faire, il me faut résoudre deux problèmes :

    • 33 Voir Supra. 3ème Partie, chap. VII. P.

    Le problème du prix de vente des vins de l'année. Je peux utiliser la série de prix que j'ai élaborée33, qui me donne un prix moyen pour chaque année.

    • 34 L'analyse des tarifs de P. A... montre qu'une bouteille de vin est vendue, 3 ans après la récolte q (...)

    Le problème des prix des vins commercialisés après vieillissement. Il est beaucoup plus ardu que le précédent, car les ventes sont le plus souvent très fractionnées, elles portent sur de vins d'âge très divers et il y a, de ce fait, une grande diversité de tarifs pratiqués. Mais la plus-value du vieillissement a sa contrepartie négative : le vin qui vieillit en cave est un capital improductif, et le fait même du vieillissement comporte des risques. Par ailleurs, je sais que tous les vignerons de Châteauneuf n'ont pas la possibilité de faire du vieillissement sur une aussi grande échelle que Paul A... Pour que le modèle construit puisse s'appliquer aussi correctement que possible à l'ensemble du vignoble de Châteauneuf, je suis conduit à accorder une plus-value modérée aux vins vendus après vieillissement. Je la fixe à 25 % des prix de l'année, conscient du caractère fragile de cette estimation, qui, appliquée à la propriété A..., est sans doute insuffisante34. Mais l'objectif visé n'est pas cette propriété, qui ne me sert que pour la construction d'un modèle plus ambitieux.

  • 35 Le résultat auquel je parviens est sensiblement différent de celui que j'ai proposé dans mon étude (...)

51Je peux, par conséquent, calculer le produit brut à l'hectare de la propriété de Paul A..., considérée comme représentative du vignoble de Châteauneuf-du-Pape35. La technique de commercialisation brouille, bien entendu, la comparaison qu'on est tenté de faire entre rendement et recettes, et les ventes réelles présentent un mouvement plus régulier que celui de la production, le vieillissement d'une partie de la récolte assurant une fonction de régulation. Mais il est clair que dans ces conditions les prix jouent un rôle majeur dans la formation du revenu. Le dessin de la courbe du produit brut à l'hectare montre, dans la logique d'un marché national, l'influence de la conjoncture nationale : la prospérité de la fin des années 1920 aussi bien que la crise des années 1930 s'y lisent aisément. Mais le marché des vins de Châteauneuf présente des traits originaux, car il s'agit d'un produit de luxe, tôt défini comme tel et cela explique en partie la très forte poussée du revenu dans les années 1926-1930. Le fait qu'il s'effondre en 1934-1935, alors qu'il ne vise pas une clientèle populaire, est un indice de la profondeur de la crise.

52La courbe du produit brut à l'hectare permet de délimiter des conjonctures, et l'on peut calculer pour chacune d'elles la moyenne annuelle du produit brut, ce qui est une démarche indispensable si l'on veut réduire les fluctuations annnuelles. Je sais bien que les vignerons apprécient leur revenu dans sa définition annuelle, mais c'est aussi une contrainte du revenu agricole d'être soumis à des variations telles qu'elles conduisent ses détenteurs à le situer dans des ensembles chronologiques que représentent justement les périodes de référence que je retiens.

53Il est normal de prendre comme référence initiale les années de l'avant-guerre, et tout au long de l'entre-deux guerres les paysans de Châteauneuf- et d'ailleurs ! – ont apprécié leur situation par rapport à cette période importante à plusieurs titres, et il n'est pas nécessaire d'y insister. Le jugement que peuvent porter les vignerons de Châteauneuf sur l'ensemble de la période que nous étudions ici est positif, puisque les années 1936-1938, qui sont celles de la sortie de la crise, leur assurent un revenu qui, en francs constants, dépasse de plus de 80 % celui des années 1910-1913. Autre sujet de satisfaction, la remontée du produit brut par rapport aux années de crise, remontée de l'ordre de 25 % et qui est sans doute appréciée plus favorablement car ce sont les années 1934 et 1935 qui ont été les plus rudes. Mais la grande nostalgie, c'est évidemment celle des années 1927-30.... C'était une période euphorique, le cru de Châteauneuf venait d'acquérir son titre de noblesse, il se vendait en France, à l'étranger à des prix qui défiaient l'inflation et le produit brut à l'hectare constitue un sommet absolu, que l'on peut apprécier par les dénivellations qui le relient aux conjonctures proches : + 150 % par rapport à l'avant-guerre, et la crise le réduira de 42 %. On retrouve à peu près le même pourcentage que celui observé pour les raisins de table à Saint-Martin et même s'il est imprudent de forcer la comparaison, on doit noter que les vins fins comme les raisins de table sont des produits de luxe, partiellement destinés à l'exportation et sensibles de ce fait à la crise, dans sa définition la plus générale. Mais si durement qu'elle soit ressentie, la crise ne conduit pas à Châteauneuf à la désespérance, elle est certes un accident sérieux mais elle ne remet nullement en question l'orientation prise depuis le début du siècle. On peut, sans risque, étendre cette conclusion à l'ensemble de la viticulture vauclusienne.

B – LE REVENU EN POLYCULTURE SPECIALISEE

54Nous avons jusqu'ici analysé le revenu d'exploitations agricoles qui, dans des situations d'ailleurs différentes, se livrent à la monoculture de la vigne. La documentation disponible les met en évidence bien au-delà de la place qu'elles occupent dans l'agriculture vauclusienne, et nous ne devons pas perdre de vue que la caractéristique de celle-ci est d'avoir réussi une spécialisation relative, reposant sur la diversité des productions. C'est ce que nous allons étudier maintenant, dans des conditions plus défavorables car la documentation comptable devient plus incertaine et d'une interprétation plus délicate à mesure que s'accroît la dispersion des recettes.

  • 36 Madame F... m'a remis les éléments de comptabilité qu'avait établis son mari pendant cette période.

55Le domaine du Lauron, qui s'étend sur une dizaine d'hectares à Caromb, appartient à une famille de vieille et riche bourgeoisie de Carpentras. De 1925 à 1930, son propriétaire – qui venait vraisemblablement d'en hériter – a tenu avec beaucoup de précision le compte de ses recettes et de ses dépenses36. J'ignore pourquoi cette comptabilité s'interrompt à la fin de 1930, mais on comprend aisément, à la lire, pourquoi elle fut mise en oeuvre : le domaine en 1925 était à l'abandon et son nouveau propriétaire entreprit de le restaurer et de le moderniser. Pendant cinq années, nous pouvons donc étudier la modernisation d'une exploitation moyenne par sa superficie, engagée par un propriétaire qui a d'autres ressources financières et n'est pas tenu de parvenir à la fin de chaque exercice à l'équilibre de ses recettes et de ses dépenses.

  • 37 C'est dans la région de Caromb-Beaumes-de-Venise, sur des versants bien abrités, que les vergers d' (...)

56L'objectif visé est une double spécialisation, viticole et fruitière, et il est tout à fait conforme aux conditions agricoles dans les villages par où se fait la transition entre la plaine du Comtat et les plateaux qui la dominent, au nord-est de Carpentras. Les ventes de raisins de vendange, de cerises, d'abricots et d'olives assuraient déjà en 1925 et 1926 les maigres recettes de la propriété et le propriétaire entreprit dès 1925 de nouvelles plantations : 450 abricotiers et surtout plus de 4 hectares de vigne, à raisin de vendange pour l'essentiel. Il lui fallut accepter un déficit d'exploitation, aggravé encore par la construction d'un bâtiment en 1928, facturé 16.500 F. Mais c'était un bon calcul, car les recettes ne devaient pas tarder à se relever. Elles comportent un secteur traditionnel, avec les cerises et surtout les olives37, mais ce n'est pas de là que vient la croissance. Les vergers d'abricotiers commencent tout juste à être productifs en 1930, mais le vignoble est déjà à pleine capacité de production, avec un rendement de 57 hl à l'hectare, ce qui est tout à fait satisfaisant pour un vignoble de coteau. Le propriétaire ne vinifie d'ailleurs pas sa production, il vend ses raisins ce qui ne peut être qu'une solution provisoire. Soucieux de diversifier les sources de son revenu, il a planté un demi-hectare en raisin de table et il a une plantation de vignes américaines, dont les bois sont vendus comme porte-greffes.

57Les dépenses d'exploitation sont de trois sortes. Il y a en premier lieu celles qui concourent directement à la modernisation du domaine : plantations de vignes et de vergers, construction d'un bâtiment, achat de deux mulets. Ce sont des investissements, qui représentent plus de 20 % du total des dépenses, sur les six années. Les achats d'engrais et de produits chimiques, de fourrages et pailles pour l'alimentation du bétail, les dépenses d'entretien qui figurent en "divers" seraient nécessaires quel que soit le mode de gestion, quel que soit l'état initial de la propriété : elles se montent à 24 % du total des dépenses et pour 1930, l'année où le domaine réalise son maximun de recettes, elles représentent 12 % des recettes. Bien entendu, ce sont les dépenses de main-d'oeuvre qui sont les plus importantes, avec 55 % du total sur l'ensemble des 5 années et l'analyse de ce poste de dépenses fait apparaître une forte croissance, en francs courants : il triple, à peu de chose près. Mais les salaires ont connu une forte augmentation : le maître-valet recevait 300 F par mois en 1925, sa rémunération est passée à 650 F en 1930 et le propriétaire lui accorde en plus une prime de 1500 F pour les vendanges. Quant aux journaliers, leur salaire est passé de 15 à 30 F et celui des femmes de 12 à 22 F. Il ne fait pas de doute que le propriétaire a suivi une politique de hauts salaires, et cela s'est révélé une bonne opération si l'on juge l'évolution des recettes. Il était important en particulier que le maître-valet soit intéressé au succès de l'entreprise, qui dépendait pour une bonne part de son esprit d'initiative et de son sens des responsabilités.

58Etant donné les conditions particulières de cette exploitation, cela n'aurait pas grand sens de calculer son revenu annuel. Il est plus important de retenir qu'en 6 années un domaine de 10 ha fortement délaissé est redevenu rentable : en 1930, son propriétaire, tous frais payés, en retire un profit d'entreprise de 35.000 F, soit 6 500 F en valeur de 1914, soit encore un revenu net de 650 F à l'hectare. Que serait le revenu d'un propriétaire exploitant ? Sans doute aurait-il besoin d'une main-d'œuvre d'appoint, mais il ferait au moins le travail du maître-valet et l'aide de sa famille lui permettrait de réduire sensiblement l'emploi des journaliers. Indiscutablement, une exploitation ainsi constituée assure à celui qui l'exploite un revenu cossu, dans la période prospère des années 1925-1930. Par ailleurs, le poids des investissements à réaliser, dans l'hypothèse d'une exploitation retardataire ou négligée, n'exigerait pas un crédit considérable. En fin de compte, la modernisation du domaine du Lauron témoigne en faveur des possibilités de progrès dans la paysannerie vauclusienne.

  • 38 Comptes du domaine des Iscles communiqués par Mr L..., fils du propriétaire de la période étudiée.

59Le domaine des Iscles, à Cadenet, nous propose le cas d'une très grande propriété exploitée par son propriétaire en polyculture spécialisée. Celui-ci a tenu sa comptabilité de façon très détaillée de 1927 à 1937, mais uniquement sous forme de compte de résultats annuels. Les superficies consacrées aux diverses productions nous sont connues pour une seule année, et bien des événements de la vie du domaine nous échappent, ou plus exactement nous ne pouvons qu'avancer des hypothèses pour éclairer certaines évolutions dans les comptes38.

60Le domaine des Iscles est situé dans la vallée de la Durance, du pied du coteau jusqu'au fleuve. Cette situation explique qu'il compte pourtant une forte proportion de terres non cultivables en bordure de la Durance : 37 ha sur 100, d'après un document établi en 1929 qui nous donne des informations précises sur le système de production. A cette date, la vigne occupe 40 ha – dont 6 en plantiers -, le blé se maintient sur 5 ha, en association culturale avec de l'avoine et de l'orge mais aussi de la luzerne et des légumes : pommes de terre, aulx, oignons. Les asperges, cultivées sur plus de 2 ha, tiennent une place à part : trois modes de production sont associés, en chaufferies qui permettent de récolter en plein hiver, sous chassis vitrés avec récolte en avril et en plein terre qui assure en mai-juin le gros de la production. On voit bien comment a évolué le système de production, par recul progressif de la céréaliculture au bénéfice d'une double spécialisation, viticole et légumière. La tradition n'a pas totalement disparu, elle est perceptible dans la grande dispersion des productions dont certaines n'ont d'autre justification que l'alimentation du bétail. Il est probable que cette dispersion, coûteuse en main-d'oeuvre, est un obstacle à la rationalisation du travail. Mais les rendements, qu'on peut calculer pour l'année 1928, sont significatifs d'une bonne productivité : 29 quintaux pour le blé, 58 hl pour le vin.

61L'étude des recettes du domaine fait apparaître une forte opposition entre les années 1927-1930, sous le signe d'une incontestable prospérité, et les années 1931-1937, où le produit des ventes diminue inexorablement. C'est peut-être l'évolution des recettes des plantations d'asperges qui est à cet égard la plus significative : plus de 30.000 F de recettes à l'hectare en 1928, c'était une performance remarquable ! On imagine le soin qu'on apportait, la peine qu'on prenait à cette culture délicate, réalisée avec de gros moyens. Que les prix se dérobent, ce qui est le cas en 1932, et le pessimisme s'installe, qui conduit à délaisser les techniques les plus sophistiquées parce qu'elles ne peuvent se justifier qu'avec des prix de vente élevés. On a le sentiment que le propriétaire réagit ainsi pour l'ensemble de ses productions, qu'il accepte de revenir à un système moins intensif parce qu'aussi moins coûteux en frais de production.

62Car l'évolution des recettes, pour être clairement interprétée, doit s'accompagner de l'analyse des frais de production. C'est la première fois qu'ils nous apparaissent aussi plastiques et c'est d'autant plus remarquable qu'ils comportent un chapitre main-d'oeuvre fort important. Si l'on considère par ailleurs que les postes Divers et surtout Matériel représentent pour une bonne part les investissements, on comprend que le propriétaire, dès que la crise a frappé, a recherché la sauvegarde de son profit par une évolution rétrograde de son système de production. Sans doute ses rendements ont diminué, ses productions les plus "modernes" ont été délaissées, mais il a pu réduire de plus de moitié ses dépenses de main-d'oeuvre en même temps qu'il renonçait à de nouvelles acquisitions de matériel.

63Il n'est pas sûr que c'était un mauvais calcul. Le revenu net du domaine a, certes, diminué, mais si on en fait la moyenne annuelle pour la période 1927-1930 et pour celle de 1932-35, on obtient 33.500 F et 21.000 F, c'est-à-dire que la crise a réduit de 37 % le revenu du temps de la prospérité. C'est une perte sévère, mais pas plus que ce que nous avons observé à Châteauneuf-du-Pape. Le fait nouveau, qu'il faut se garder de généraliser, c'est qu'elle résulte d'un retour en arrière, d'une attitude peureuse, rétractée, devant la crise. Mais c'est sans doute ce qui explique que le recul du revenu se poursuit en 1936-1937 et c'est ce qui condamne, en fin de compte, l'attitude de repli adoptée pendant la crise : elle enfonce le domaine dans la médiocrité. La leçon vaut d'être retenue, elle nous indique que l'agriculture vauclusienne est trop engagée dans la modernité pour refuser des risques.

  • 39 C'est son fils, qui m'a remis la comptabilité qu'avait tenue Mr F... Il a bien voulu me donner des (...)

64J'ai déjà évoqué les difficultés des propriétaires rentiers à s'adapter aux exigences de la spécialisation maraîchère. Nous pouvons suivre ce problème, non plus par l'approche générale du marché locatif et vénal de la terre, mais à partir de la vie d'un domaine placé dans ces conditions économiques et sociales. C'est une propriété d'une quinzaine d'hectares, sur le territoire de la commune de Loriol, que Mr F... avoué à Carpentras, a achetée en 190539. Le parti qu'il a pris de la diriger personnellement – il y est resté fidèle jusqu'à sa mort, en 1930 – nous éclaire sur les raisons de son acquisition. C'était un moyen d'acquérir une position sociale, car la bourgeoisie carpentrassienne a toujours eu une fortune foncière, et c'était aussi se donner le plaisir – le terme ne me paraît nullement excessif -d'une activité secondaire d'agriculteur éclairé. Il est clair que Mr F... suivit de très près l'exploitation de sa propriété, qu'il s'y est vivement intéressé : la précision de ses comptes en apporte la preuve.

65Voulant être le maître d'œuvre de l'exploitation, Mr F... confia le domaine à un maître-valet qui assurait une présence et une direction continues, gardant pour lui le choix et la responsabilité des orientations du système productif. Rien de révolutionnaire à cet égard : le canal de Carpentras imposait la spécialisation maraîchère, sur les quelque trois hectares qui entraient dans son périmètre d'irrigation, et des prairies naturelles s'étendant sur neuf hectares constituaient un secteur d'activité auquel les paysans de Loriol étaient bien rodés. Pour le reste, la vigne était de tradition, au moins pour la consommation familiale. On se contente d'y ajouter une plantation en vue de la production des raisins de table, vers 1920-21, sur près de deux hectares, mais ce fut rapidement un échec puisque après un démarrage très prometteur, de 1926 à 1930, ce poste de recettes disparaît.

66Manifestement, Mr F... éprouva rapidement de cruelles déceptions... C'est déjà évident dans les années de l'avant-guerre -la comptabilité commence en 1910, s'interrompt en 1917 et reprend en 1925 jusqu'en 1939 avec une lacune en 1932 – où les recettes ne font guère plus qu'équilibrer les dépenses : le profit du propriétaire est bien mince. Quand elle reprend en 1925, la tenue des comptes coïncide avec l'arrivée d'un nouveau maître-valet, qui remplace celui qui était sur la propriété depuis 1905. Et nous touchons dès lors l'une des difficultés majeures que rencontre le propriétaire : les maîtres-valets ne tiennent pas en place ! Celui qui est entré en fonctions en 1925 quitte son emploi un an plus tard, et l'on comprend aisément pourquoi, puisque les comptes sont cette année là déficitaires et c'est le propriétaire qui le congédie. Son remplaçant, nous dit-on, est compétent et de fait les recettes se relèvent sensiblement. Mais il quitte la place en 1928 et l'on peut penser qu'en raison même de sa compétence il n'a pas eu de mal à trouver mieux. Et pourtant, il recevait un salaire mensuel de 1000 F, rémunération élevée pour l'époque. Celui qui lui succède n'avait pas autant de qualités, et la maladie puis la mort du propriétaire créèrent une situation nouvelle, d'où son départ... Il faut bien comprendre que cette valse des maîtres-valets était forcément de notoriété publique, qu'elle proposait l'image – facilement vérifiable – d'une propriété médiocrement gérée, peu engageante pour un employé désireux de tirer le meilleur parti de sa compétence. Aussi bien la gestion directe du domaine s'achève par un échec : le maître-valet engagé fin 1930 "ne fait pas du tout l'affaire" et deux ans plus tard, le nouveau propriétaire renonce à la formule à laquelle son père était attaché. Il met le domaine en métayage, à mi-fruits, laissant le matériel d'exploitation à disposition du métayer, contre une redevance de 650 F par an.

67Le large éventail des recettes traduit une extrême diversité des activités productives. Certes, on peut repérer des dominantes : les cultures maraîchères, organisées autour de quatre productions majeures : asperges, melons, pommes de terre et tomates ; le foin et, se relayant, les raisins de table et l'élevage des porcs -spéculation tardive, quelque peu insolite -. Mais cela représente tout de même une grande et redoutable dispersion des efforts, et je ne suis nullement persuadé que ce soit, à Loriol, la meilleure organisation qu'on puisse imaginer. En vérité, le propriétaire hésite à s'engager dans une voie prioritaire, où il consacrerait l'essentiel de ses moyens, et cette hésitation est fort coûteuse en même temps qu'elle est contradictoire avec la recherche d'une productivité élevée. Si l'on considère les recettes que procurent les cultures maraîchères, elles n'atteignent à leur maximum, en 1928, que 12.000 F à l'ha, et nous savons que c'est une performance médiocre.

68Mais surtout, l'exploitation du domaine est ruineuse en main-d'œuvre, et c'est sa faiblesse majeure. Avec le maître-valet, figurent sur les comptes deux ouvriers payés au mois et des journaliers pour les travaux saisonniers les plus pressants. Tant que se poursuit l'exploitation directe, le coût de la main-d'œuvre représente entre 60 et 80 % des dépenses totales, et c'est une charge qui mange le bénéfice que pouvait espérer le propriétaire, qui l'oblige à comprimer ses autres dépenses, susceptibles d'accroître les rendements. C'est la grande contradiction de ce mode d'exploitation, dans un système de production effectivement gros consommateur de main-d'œuvre et qui pour trouver un équilibre satisfaisant de ses recettes et de ses dépenses doit valoriser le travail humain par l'intelligence et l'ardeur qu'on peut y mettre.... Il est clair que Mr F... n'y parvient pas et, au-dèlà de la personnalité des maîtres-valets qui se succèdent sur la propriété, c'est son mode de faire-valoir qui est en question.

69On comprend dans ces conditions qu'en 1932 – la mort de Mr F... est à cet égard une circonstance favorable – le domaine soit mis en métayage. Sans doute, ce n'est pas une garantie de productivité élevée, mais l'intérêt du métayer est de compter sur son travail et celui de sa famille. Le résultat ne se fait d'ailleurs pas attendre, les dépenses de main-d'œuvre tombent à presque rien. Le mouvement des recettes enregistre le choc de la crise à son paroxysme, en 1934 et 1935, et le redressement qu'on observe par la suite est modéré. Cela tient à une orientation nouvelle du système de production : le métayer délaisse les cultures maraîchères et se lance dans l'élevage des porcs, probablement pour réduire la charge en main-d'œuvre. S'il n'est pas brillant, le résultat laisse au moins au propriétaire chaque année un revenu, ce qui n'était pas toujours le cas dans la gestion précédente. Et le métayer vit, médiocrement mais probablement mieux que ne l'indiquent les comptes, car sa subsistance est partiellement assurée et il serait bien surprenant qu'il ne parvienne pas à dissimuler quelques ventes...

70Ce serait une grave erreur de voir dans la propriété F... un modèle d'exploitation maraîchère.... Ce serait plutôt le contraire. Envisagée de cette manière, l'étude me paraît suggestive. Par ailleurs, puisque pour toute la période où nous disposons d'une documentation, ce domaine est en état de sous-exploitation, de faible rentabilité, il est possible de confronter des conjonctures différentes, comme nous l'avons fait précédemment. Les contraintes de la documentation nous obligent à travailler sur des périodes de trois années, et il faut procéder aux calculs à partir des recettes, représentatives du produit brut, puisque certaines années se soldent par un déficit d'exploitation. On parvient ainsi aux évaluations suivantes du produit brut moyen annuel, exprimé en francs valeur 1914:

711911 – 1913 : 6.000 F

721927 – 1929 : 12.800 F

731933 – 1935 : 8.300 F

741936 – 1938 : 10.200 F

75Naturellement, ce sont des chiffres exprimant des valeurs médiocres pour le terroir de Loriol, quelle que soit la conjoncture. Cela étant, la progression de l'avant-guerre à la fin des années 1920 est spectaculaire (de l'ordre de 110 %) et il y a là un aperçu des possibilités de progression du revenu en économie maraîchère. La médiocrité ne protège pas de la crise, qui ampute le produit brut de 35 % de son montant. Et la reprise, qui s'effectue, il est vrai, dans une exploitation en métayage, n'est pas négligeable. Le bilan qu'on peut faire, d'une guerre à l'autre, est largement positif : 70 % de plus-value sur le produit brut, avec une évolution plutôt régressive du système de production. Nul doute que dans une exploitation paysanne, conduite avec l'esprit d'initiative et la persévérance que stimulent la propriété et l'intéressement personnel qui lui est attaché, la croissance ne serait pas inférieure, et surtout porterait sur des valeurs sensiblement plus élevées.

  • 40 Voir Supra. 2ème Partie. Chapitre VI.p.

76Les propriétés Appy, dans les cantons de Gordes et Bonnieux, sont elles aussi en métayage, mais nous savons qu'elles s'inscrivent dans un système productif plus traditionnel40. Leur évolution après la guerre, toujours dans la perspective d'une approche du revenu agricole, doit nous permettre d'apprécier les résultats d'une politique de modernisation, dans des conditions naturelles et agronomiques moins favorables que pour les exploitations précédemment étudiées.

77Malheureusement, les documents comptables s'arrêtent en 1921 pour les fermes des Martins et du Payan et en 1924 pour celle du Mourre. Seule traverse toute la période de l'entre-deux guerres la comptabilité tenue par le métayer de Saint-Biaise, à Gordes. Pour les années de l'immédiat après-guerre, les données comptables sont convergentes, elles indiquent pour les quatre fermes une situation analogue, qui souligne la pression qu'exerce la conjoncture nationale sur le revenu agricole : à la forte croissance, en valeur nominale, des années 1919- 1920 succède une dépression, dont on commence à sortir en 1924. C'est le mouvement des prix, bien plus que les fluctuations des rendements, qui commande le niveau du revenu agricole et cela veut dire que, dans des pays où la modernisation de l'agriculure se fait péniblement, les conditions générales du marché s'imposent aux paysans.

78Le mouvement de modernisation, lancé dès le début du siècle, se poursuit ou plutôt reprend dès la guerre terminée. Il apparaît, à l'analyse des postes de recettes des propriétés Appy, qu'il se réalise autour de deux productions, le raisin de cuve et l'asperge. Mr Appy s'est de bonne heure intéressé à la vigne, on en a la preuve par un cahier, tenu de 1916 à 1924, sur lequel il consignait le volume de la récolte, les renseignements à fournir au titre des déclarations de caractère fiscal, et aussi des informations recueillies dans la presse professionnelle ou puisées dans des ouvrages agronomiques. On voit par là comment il a incité ses métayers à planter des vignes et on peut suivre la progression des plantations réalisées. Réparti en 12 fermes, son vignoble qui est de 24 ha en 1918 passe à 30 ha en 1920, pour atteindre 40 ha en 1924, et sa productivité est de l'ordre de 40 hl à l'ha, ce qui, précise-t-il, est conforme à ce qu'on peut attendre dans notre pays. La récolte est pour l'essentiel commercialisée en raisins, le propriétaire et ses métayers ne vinifient qu'une faible fraction de la vendange, correspondant en gros à leur consommation. Si la vigne est un instrument de modernisation, il reste encore beaucoup à faire pour accroître sa rentabilité, et l'on comprend mieux la fonction de progrès qu'auront les caves coopératives.

79Mais pour une étude plus précise, il nous faut suivre la comptabilité de la ferme de Saint-Blaise à Gordes. Son système de production enregistre une sensible évolution. Sur la lancée de l'avant-guerre, la vigne à raisin de cuve apparaît tout d'abord comme une spéculation complémentaire des activités traditionnelles, céréaliculture et élevage ovin. Rien n'est changé, fondamentalemnt, dans les conditions et les rythmes de travail – d'autant que la sériciculture est abandonnée. Mais une nouvelle mutation, plus importante, se dessine à partir de 1926-27, avec l'introduction de deux cultures nouvelles : l'asperge et la vigne à raisin de table. Il y a alors incompatibilité avec la culture du blé – où prendre la terre pour les cultures nouvelles ? – et l'élevage ovin dont on sait les liens avec la céréaliculture : en quelques années, l'exploitation prend un nouveau visage, la spécialisation de l'agriculture est accomplie et la disparition progressive des recettes blé et "divers" en apporte une confirmation. La vigne tient la première place, le raisin de cuve est désormais vinifié à la cave coopérative et les variétés tardives de raisins de table –gros vert et servant – ont donné au vignoble une nouvelle impulsion.

80Cette mutation s'est réalisée très vite, stimulée par la prospérité de la fin des années 1920. Ses contraintes financières ne semblent pas très lourdes, si l'on en juge par l'évolution des dépenses d'exploitation. Sans doute, elles connaissent une sensible poussée à partir de 1926 : les plantations de vignes et d'asperges, la consommation d'engrais et de produits chimiques l'expliquent pour une bonne part. Le propriétaire, d'ailleurs, y contribue largement puisqu'il prend à sa charge la totalité des frais de plantation et les 2/3 du coût des engrais. S'il accepte ainsi une réduction de son propre revenu, il permet incontestablement que réussisse l'entreprise de modernisation elle-même, que le métayer ne pourrait assurer avec ses seuls moyens. On retrouve, d'une certaine manière, le problème, évoqué à propos de la propriété F..., de la contradiction entre la modernisation de l'agriculture et la propriété rentière, au sens traditionnel. Et l'on peut, en quelque sorte, évaluer le coût de la modernisation à Saint-Blaise en faisant la différence entre le revenu du métayer et celui du propriétaire. Il n'est pas très élevé, puisque la charge fiscale pèse totalement sur le propriétaire – et que, par ailleurs, il a consenti quelques investissements destinés à améliorer le confort du métayer : réparations à la maison, creusement d'un puits, installation de l'électricité.... Tout compte fait, le sacrifice consenti par le propriétaire est léger.

81Il est possible de suivre le revenu du propriétaire et celui du métayer. On peut aussi les regrouper, pour parvenir au revenu de l'exploitation, tel qu'il serait si l'exploitant était aussi propriétaire. On a d'ailleurs de bonnes raisons de penser qu'il serait en réalité plus élevé, en raison du stimulant que constitue l'intérêt personnel du propriétaire exploitant. Mais l'opération vaut d'être tentée telle que, dans la perspective de faire apparaître l'évolution du revenu agricole d'une conjoncture à une autre, et nous pouvons calculer la moyenne annuelle du revenu net de l'exploitation, ce qui donne les résultats suivants :

821910 – 1913 : 5.070 F

831927 – 1930 : 6.020 F

841932 – 1935 : 4.940 F

851936 – 1938 : 5.840 F

86Les taux de croissance sont ici plus modérés que dans les exploitations agricoles des plaines, aux systèmes de production plus avancés. La prospérité des années 1927-1930 est amoindrie par la mutation du système de cultures, en cours de réalisation, et la croissance du revenu – par rapport à l'avant-guerre, d'environ 20 % -apporte la justification de la mutation elle-même. Malheureusement, la crise empêche qu'elle ne donne les résultats attendus, et le revenu recule de 18 % sur la période précédente. On notera d'ailleurs que l'impact de la crise est moins fort que dans toutes les autres exploitations agricoles, concentré surtout sur l'année 1935. Et la sortie de la crise est indiscutable, même si le revenu des années 1936-38 ne retrouve pas tout à fait celui des années 1927-1930. On perçoit, à l'analyse de ces chiffres, le caractère besogneux de la modernisation de l'agriculture, dans des pays où les conditions naturelles ne s'y prêtent pas de façon évidente et l'on doit se demander si la relative stabilité du revenu, quelle que soit la conjoncture, est perçue comme un avantage par comparaison avec les revenus plus heurtés, plus incertains, mais aussi tellement plus séduisants quand les circonstances sont favorables, des exploitations des plaines.

C – CONVERGENCE DES RESULTATS

87Au terme de ce "voyage" dans les exploitations agricoles vauclusiennes, selon un itinéraire qui n'offre que des vues très partielles, imposées par des contraintes sur lesquelles je n'avais aucune prise, la conclusion ne peut être que le constat de son carctère impossible ! Impossibilité de conclure, en effet, si l'on entend par là dégager des observations à portée générale, car les situations que nous avons étudiées sont bien trop disparates, en elles-mêmes et aussi par la documentation qu'elles nous proposent, pour qu'on puisse en dégager une typologie sérieuse, indiscutable, du revenu des exploitations agricoles vauclusiennes dans l'entre-deux-guerres. Mais on peut raisonner autrement : la documentation disponible, si elle avait été plus abondante et plus solidement élaborée, nous aurait-elle permis d'aboutir à une telle typologie ? Je n'en suis nullement assuré, pour la simple mais très forte raison que, par sa nature et sa structure, l'entreprise agricole est soumise certes à des lois économiques mais plus encore peut-être à des facteurs humains et sociaux qui pèsent lourdement sur son destin et donc déterminent dans une mesure non négligeable son bilan comptable.

88Sur ce point d'ailleurs, nous pouvons retenir de notre incursion dans le paysage foisonnant des exploitations agricoles vauclusiennes quelques indices sérieux : autant l'exploitation de type capitaliste nous est apparue à l'aise dans l'agriculture très spécialisée, autant les anciens rapports sociaux du propriétaire rentier et de ses fermiers se sont révélés inadaptés à une politique de modernisation. Dans ce schéma général peuvent se loger, bien sûr, des cas individuels très contrastés, mais il est établi que l'entreprise familiale dans les cadres de la petite et moyenne propriété est la structure économique la mieux adaptée aux conditions spécifiques de la modernisation de l'agriculture en Vaucluse. C'est à partir de cette donnée, qu'il n'était pas inutile de vérifier, que les hommes, avec leur personnalité -où se combinent à des doses infiniment variables l'intelligence créatrice, l'ambition, la volonté – et aussi avec les chances ou malchances de leur histoire familiale et personnelle, interviennent et infléchissent de façon sensible les résultats attendus ou escomptables de leur travail.

89Il est permis de le déplorer, mais c'est un fait certain : la documentation statistique se dérobe devant ce facteur humain. Je l'ai d'ailleurs rencontré fréquemment, sans pouvoir pour autant l'exploiter, parce que, précisément, il n'est pas "exploitable" au sens où l'on exploite une source documentaire. Mais je voudrais, par deux exemples, montrer son incidence sur le revenu agricole. La spécialisation viticole vers la production de vins fins est affaire de terrroir, d'intervention des organisations professionnelles pour aboutir à une législation et à une réglementation et on peut en faire l'analyse économique dans certains cadres territoriaux : je l'ai fait pour Châteauneuf-du-Pape et je n'y reviens pas. Mais ce qui fut un des facteurs de la réussite de Châteauneuf, l'action pionnière de certains de ses propriétaires, se retrouve dans beaucoup d'autres villages après la guerre. Et des réussites individuelles brillantes, dont la valeur d'exemple ne doit d'ailleurs pas être sous-estimée, se sont construites de la sorte. A côté d'elles, placées pourtant dans des conditions identiques, les autres exploitations viticoles paraissent à la traîne... Et c'est souvent sur ces différences que s'enclenche le processus de différenciation économique par lequel le capitalisme peut aussi s'introduire dans le mode de production du village.

  • 41 Documentation communiquée par Mr C..., de Séguret, qui a bien voulu m'accorder un long entretien.
  • 42 L'écart entre le revenu de 1936 et celui de 1937 s'explique par la conjoncture viticole : les greff (...)

90Autre exemple, pris cette fois dans une forme très particulière, assez peu répandue, de la spécialisation agricole. On sait que depuis la reconstitution du vignoble, le Vaucluse – plus précisément quelques villages vauclusiens – est devenu l'un des grands départements producteurs de bois de greffage. Partant de là, s'était développée une activité "d'aval", le greffage des cépages français sur bois américain et certains vignerons s'y sont spécialisés, travaillant selon des techniques très fines -chauffage des greffes préalablement à leur mise en pépinière, où elles sont soumises à des soins constants et vigilants... – pour un marché régional. Ce n'est pas chose facile de réussir dans cette activité, qui demande beaucoup de compétence et de goût, qui implique aussi des qualités commerciales car il faut se faire sa clientèle, accepter des variations conjoncturelles qui épousent celles du marché du vin, avec d'inévitables rigidités. Mais le succès peut être impressionnant. Je m'en suis rendu compte à la lecture d'une comptabilité, tenue seulement pendant deux années, en 1936 et 1937, par un paysan de Seguret qui avec sa fille et son gendre – l'exploitation faisait donc vivre deux ménages – s'était spécialisé dans le greffage des plants de vigne41. Le revenu net s'élève à 57.000 F en 1936 et à 112.000 F en 1937, ce qui est considérable42. Mais ce qui est le plus remarquable, c'est le souci du paysan de tirer parti de tout ce qui peut être produit sur sa propriété. La vente des greffes assure les 4/5 des recettes, mais chaque semaine on porte au marché de Vaison les légumes de saison, les fruits du verger, les lapins et les volailles... Et c'est l'argent qu'on "faisait" sur le marché qui assurait la consommation familiale en produits d'épicerie, en viande de boucherie. La réussite est ici le produit hautement significatif de deux comportements apparemment contradictoires : l'engagement dans une spéculation inévitablement aventureuse, associé à la fidélité à un mode de travail et de vie transmis de génération en génération. Mais peut-on généraliser ? Même si l'on sait que ce n'est pas un cas isolé, il faut le retenir comme élément d'un climat économique, et renoncer à en donner une traduction chiffrée.

91C'est pour ces raisons, qui vont bien plus loin que les insuffisances de la documentation, que nous ne pouvons proposer une conclusion – au sens positif du terme – à notre étude du revenu des exploitants agricoles. Mais la réflexion à laquelle cette difficulté nous incite nous rappelle que nous devons adapter nos objectifs à la spécificité de notre recherche. D'autant plus que nous ne pouvons ignorer la concordance – à tout le moins le caractère cohérent – des résultats obtenus sur des points essentiels à notre propos. Chaque fois que nous avons pu mesurer la croissance du revenu, net ou brut, de l'immédiate avant-guerre à la fin des années 1920, nous trouvons des taux qui sont comparables à celui auquel nous sommes parvenus par l'analyse économique à partir des recettes de l'agriculture : l'idée d'une vive croissance du revenu, par la généralisation de processus divers et complexes de modernisation, s'en trouve indiscutablement confirmée. Second point à retenir : la crise des années 1930 est bien un accident sérieux, et l'on comprend qu'elle ait été vécue intensément. Dans la perception globale qu'en ont eue les agriculteurs vauclusiens, les années 1934 et 1935 marquent un creux profond, générateur d'angoisse. Mais le recul du revenu imposé par la crise est peut-être d'autant plus durement ressenti qu'il se produit après des années euphoriques ; la dénivellation est, certes, importante, mais une appréciation plus sereine, prenant appui sur des comparaisons avec d'autres régions de France, conduirait à un constat fort éloigné de la misère.

92Car c'est le fait majeur : malgré des inégalités, qui tiennent à de nombreux facteurs, d'ordre naturel, économique, social et humain, le revenu des exploitants agricoles vauclusiens a continué à croître entre les deux guerres. L'impression de vie facile que retirent des observateurs, pas toujours superficiels ou de parti pris, recouvre une réalité, celle d'un enrichissement incontestable, sanction d'une réussite économique comme la France agricole en compte peu.

Notes

1 Archives du bureau de l'Enregistrement Avignon. Il couvre les deux cantons d'Avignon et celui de Bédarrides, c'est à dire des pays d'agriculture riche où la rente foncière peut mieux qu'ailleurs défendre ses positions.

2 Il a fallu être attentif à d'éventuelles variations de surface, ce qui est facile parce que la rédaction du bail décrit avec précision la propriété affermée. Cependant, on ne peut éliminer l'hypothèse de changements dans la nature des cultures.

3 Rhône-Durance-Ventoux 10 septembre 1926.

4 Voir Supra – 2ème Partie – Chap. VI. p.

5 Ce raisonnement ne vaut pas pour le fermage en grande culture céréalière, où la position du bailleur est incontestablement plus solide.

6 Voir Supra – 3ème Partie. Chap. III.p.

7 André L.A. Vincent, dans son étude sur les Comptes Nationaux de l'entre-deux-guerres (Sauvy.op.cité.t.III. p. 331) estime que les aides familiaux représentaient 53 % des non salariés du secteur agricole en 1954 "et probablement davantage entre les deux guerres". Ces estimations, valables pour la France, concordent avec les nôtres.

8 Voir mon étude sur Châteauneuf-du-Pape (op.cité.p.400)

9 Voir Supra. 3ème Partie. chap. V.p.

10 Je traiterai toutes ces comptabilités pour étudier le revenu des exploitants, à l'exception de la propriété La Lignane, à Sainte-Cécile-les Vignes, dont les données sont trop disparates pour être utilisées dans cette perspective.

11 Annuaire statistique de la France. Rétrospectif. Année 1961. p. 262.

12 A. Sauvy. op. cité. tII. p. 511.

13 Voir Supra. 1ère Partie.chap.IV et 2ème Partie. Chap. VI.

14 Rhône-Durance-Ventoux 25 Avril 1928, et Revue de la Viticulture année 1928. Il est clair que la Revue de la Viticulture a repris l'étude publiée initialement dans la presse professionnelle vauclusienne.

15 Le proprétaire du domaine, Mr Gacon, n'a pas pu me donner de précisions sur ce point, pas plus qu'il n'a pu m'expliquer les raisons de la disparition de toute comptabilité après 1928.

16 Partant de l'estimation proposée par 3. Brethereau des frais de plantations d'un hectare de vigne, on peut évaluer à 40-45 ha les vignes replantées entre 1919 et 1927.

17 Voir R. Pech : Entreprise viticole et capitalisme en Languedoc –Roussillon – Toulouse 1975.

18 Le régisseur du domaine de Saint-Martin, à Cavaillon, signale cette gelée à son proprétaire, dans leurs correspondances des 8 et 11 mai 1926.

19 La différence s'explique à la fois par la médiocre récolte de 1926 et par une hausse des salaires.

20 R. Pech. op.cité.p.516.

21 Revue de Viticulture. 1928.

22 cf. Supra. 2ème Partie. Chap. VI.

23 Il y a en effet plus de 2 ha de "terres abandonnées" et autour du château 4 ha environ sont en pré, bosquets, cours et jardins, et il faut compter encore les chemins d'exploitation.

24 Il faut ajouter que le produit de la vente des marcs revient intégralement au propriétaire.

25 On peut ainsi calculer qu'il y a sur le domaine 20 chevaux.

26 Le 29 octobre 1928, le régisseur présente au propriétaire un projet de plantation de 10 ha 70 de vignes et il ajoute : "c'est le plus gros effort de reconstitution que nous ayons fait, il ne restera plus que 7 à 8 ha qui se feront l'année prochaine et ce sera fini".

27 Trois ans plus tard, le 16 Novembre 1929, le régisseur expose au propriétaire que dans un contexte de baisse générale des cours il avait réussi du beau marché, mais qu'il a dû rabattre de ses prétentions initiales pour le conclure. Prévenant sans doute une inquiétude du propriétaire, il ajoute : "Ne vous préoccupez pas des fermiers car ils sont dans l'impossibilité de juger la situation".

28 Le 25 mars 1927, le régisseur annonce cependant la mise en place d'un dispositif de fumigènes pour combattre une éventuelle gelée, dans toute la région de Cavaillon – Le Thor – Mais il émet des doutes sur son efficacité.

29 L'actuel propriétaire, Paul A..., m'a communiqué les éléments de comptabilité et les déclarations de récolte qu'il tenait de son père, pour la période 1909-1939. J'ai eu avec lui des entretiens qui ont enrichi et éclairé la documentation qu'il m'avait remise.

30 La médiocre performance de 1926 est à mettre sur le compte de la gelée du début mai.

31 Je suppose naturellement que les déclarations de récolte sont sincères... En fait, je ne le pense pas ! Mais toutes les statistiques agricoles, à quelque niveau qu'on les saisisse, sont affectées d'un coefficient – malheureusement impossible à déterminer – de tricherie.

32 Pour une année donnée la production commercialisée s'obtient en faisant la somme de la déclaration de récolte et des stocks -calculés juste avant les vendanges – et en retirant du chiffre obtenu les stocks de l'année suivante, qui peuvent être assimilés à des invendus. Pour déterminer la part des vins de l'année dans le volume global des ventes, on part de cette idée que le propriétaire vend de préférence des vins vieillis – pas seulement en bouteilles, mais aussi en cuve – et ses ventes de vin de l'année apparaissent par soustraction des ventes globales d'une année donnée des stocks de l'année suivante. Il est clair que d'année en année Paul A... augmente la fraction de sa récolte qu'il fait vieillir, notamment par la mise en bouteilles.

33 Voir Supra. 3ème Partie, chap. VII. P.

34 L'analyse des tarifs de P. A... montre qu'une bouteille de vin est vendue, 3 ans après la récolte qui lui donne son millésime, trois fois plus cher que le commerce de gros n'aurait payé le même vin. Mais cette bouteille supporte des frais élevés, et quelle part de la récolte de Châteauneuf est vendue sous cette forme ?

35 Le résultat auquel je parviens est sensiblement différent de celui que j'ai proposé dans mon étude sur Châteauneuf-du-Pape (op.cité). Je n'avais pas alors trouvé les archives de P. A... et je me fiais aux rendements proposés par le baron L. Roy, sous-estimés pour les besoins de la cause, c'est-à-dire, pour bien montrer l'incompatibilité entre qualité et quantité. Mais si le niveau du produit brut à l'ha est plus élevé, et de beaucoup, dans la propriété Paul Avril, le mouvement des deux courbes est très voisin.

36 Madame F... m'a remis les éléments de comptabilité qu'avait établis son mari pendant cette période.

37 C'est dans la région de Caromb-Beaumes-de-Venise, sur des versants bien abrités, que les vergers d'oliviers sont les plus importants et qu'ils donnent lieu à commercialisation. Il est normal que des recettes n'apparaissent que tous les deux ans, c'est le rythme de production de l'arbre.

38 Comptes du domaine des Iscles communiqués par Mr L..., fils du propriétaire de la période étudiée.

39 C'est son fils, qui m'a remis la comptabilité qu'avait tenue Mr F... Il a bien voulu me donner des informations orales, sur les conditions d'exploitation et le système de production du domaine.

40 Voir Supra. 2ème Partie. Chapitre VI.p.

41 Documentation communiquée par Mr C..., de Séguret, qui a bien voulu m'accorder un long entretien.

42 L'écart entre le revenu de 1936 et celui de 1937 s'explique par la conjoncture viticole : les greffes de 1936 se vendent mal parce que les vignerons sont sous le choc des deux années de mévente de 1934 et 1935. Les plantations reprennent en 1937 parce que les prix et l'écoulement des vins se sont sensiblement améliorés.

Table des illustrations

Légende La main-d'oeuvre agricole d'après l'Enquête de 1929
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1960/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1960/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1960/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Produit brut d'un hectare
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1960/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1960/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540