Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Troisième partie. L'agriculture vauclusienne de l'entre deux guerres : une réussite économique et sociale

Chapitre VII. La crise des années 1930

Texte intégral

  • 1 Un exemple de la confusion que peut introduire dans l'appréciation de la situation économique régio (...)

1L'étude de la crise économique des années 1930 dans l'agriculture vauclusienne pose toute une série de problèmes. En premier lieu il convient de réfléchir sur les documents dont nous disposons pour l'étudier. Certes, la collecte que j'en ai faite ne peut prétendre à l'exhaustivité mais ce n'est pas le point important car l'événement est si récent – et de ce fait encore présent dans beaucoup de mémoires –qu'une lacune grave dans la documentation ne pourrait passer inaperçue. Ce qui fait problème, c'est la nature des documents et l'utilisation qu'on peut en faire pour traduire dans sa réalité la perturbation subie par l'agriculture vauclusienne. En effet, ce qu'ils nous livrent, ce sont surtout les réactions à la crise, c'est-à-dire son vécu, tel que l'expriment – selon des perspectives naturellement diverses –les organisations professionnelles, les organismes officiels qui ont compétence à suivre et apprécier l'activité agricole : la Direction des Services Agricoles, la Préfecture... Articles de presse, comptes-rendus et rapports ne manquent pas et à travers eux les sentiments des producteurs et l'attitude qu'ils adoptent, y compris dans le domaine politique, apparaissent. Ce sont là des éléments précieux pour l'analyse historique, encore qu'il faille y regarder de près pour faire la part du stéréotype dans la présentation des choses et de la pression parfois inconsciente, en tout cas involontaire, qu'exerce sur les auteurs de ces documents le contexte national et international.1

  • 2 A. Sauvy : Histoire Economique de la France entre les deux guerres t.III.p.344-365.

2Tels qu'ils sont, ces documents nous introduisent dans la crise-événement, s'imposant aux hommes qui la vivent et qui nécessairement l'interprètent, avec leur subjectivité. Mais l'analyse économique n'y trouve pas son compte, car il lui faut pour se développer des instruments de mesure permettant d'apprécier avec autant de rigueur et de précision que possible les rapports perturbés de la production et de la consommation, les mécanismes de la commercialisation et de la formation des prix... C'est beaucoup demander, et il ne faut pas nourrir d'illusions : cette documentation n'existe pas. On n'en est d'ailleurs pas surpris, puisqu'on sait l'indigence de l'information économique en France à cette époque2, et le secteur agricole plus que tout autre est rebelle, par sa nature et par ses structures de production, à une observation rigoureuse et précise. En dernière analyse, c'est peut-être en se plaçant à l'intérieur des structures de la production agricole que l'on peut le mieux – ou le moins mal... -démonter et comprendre les mécanismes propres à la détermination des prix et des revenus dans le secteur agricole : nous tenterons cette approche à partir des données que j'ai pu rassembler de comptabilités d'exploitations agricoles. Mais il convient d'abord de suivre la marche de la crise, de cerner ses aspects sectoriels, tels qu'ils nous apparaissent dans la perception qu'en ont eue les contemporains, jusqu'à leur globalisation qui marque le paroxysme de l'événement.

I – TRAJECTOIRE DE LA CRISE

3La presse professionnelle tout à la fois informe sur les difficultés que rencontrent les agriculteurs et amplifie ces difficultés, à la manière d'une caisse de résonance. La lecture de Rhône-Durance-Ventoux, l'organe hebdomadaire du Syndicat Agricole Vauclusien, est à cet égard édifiante : ses rédacteurs, qui sont à l'écoute des problèmes agricoles régionaux, transmettent en écho les nouvelles qui parviennent des différents secteurs de production, proposent des interprétations, suggèrent des actions. Mais aussi ils reprennent à leur compte des analyses et des positions nationales, provenant de la Confédération Nationale des Associations Agricoles, ou de l'Assemblée des Présidents des Chambres d'Agriculture, ou encore de la Société des Agriculteurs de France.. Par là, ils introduisent de bonne heure dans le journal le concept de crise, qui se superpose en les unifiant aux crises sectorielles, et qui aussi contribue à dramatiser la situation : le vécu de la crise entremêle de la sorte l'expérience concrète et quasi quotidienne qu'en prennent les paysans et la perception fortement marquée de subjectivité d'un climat de crise, dans lequel se dissout leur situation particulière. C'est dire que la lecture de la presse agricole doit être critique.

  • 3 Rhône-Durance-Ventoux 13 Mars 1930.

4Ce qui est sûr, c'est que le front des prix bouge dès avant 1930 dans un sens défavorable aux intérêts des agriculteurs, tout particulièrement dans le domaine viticole – là le contrôle est relativement aisé – et les indices d'un malaise, d'une inquiétude sont faciles à trouver. L'Assemblée générale de la Caisse de Prévoyance du Syndicat Agricole Vauclusien3, le 8 mars 1930, souligne que "la mévente de la plupart des produits agricoles n'a fait que s'accentuer encore ces temps derniers" et l'on voit le glissement qui s'opère dans l'appréciation portée sur la situation de l'agriculture : les cours du marché des vins sont le support d'une analyse qui conduit à l'idée de mévente, bien plus large dans son champ d'application. Et puis, les marchés des produits maraîchers sont si divers et si mouvants qu'on peut y trouver, conjoncturellement, matière à justifier et renforcer l'idée de mévente. Il ne faut donc pas se laisser impressionner, et l'agriculture vauclusienne n'est pas alors en grand péril ! Mais l'état d'esprit des paysans subit une mutation qui, elle, doit être prise au sérieux : l'inquiétude et la nervosité s'y substituent à la confiance et à l'assurance. Ce sont des facteurs psychologiques qui ont leur importance dans un secteur de production où la commercialisation s'effectue le plus souvent au jour le jour, dans la confrontation à coup sûr délicate et inégale des prétentions d'un offreur isolé et ignorant des conditions générales du marché et de celles de demandeurs bien mieux informés et qui ne se battent entre eux qu'à fleuret moucheté. L'orientation des cours à la baisse sur les grands marchés agricoles du Vaucluse et de la région comtadine : Cavaillon, Carpentras, Châteaurenard... est un phénomène que l'on ne peut guère appréhender de façon précise et rigoureuse, mais on conçoit aisément qu'elle engendre sa propre dynamique, où la nervosité et l'incertitude des producteurs sont pour quelque chose. Si une telle situation vient à durer, elle peut provoquer de vives réactions, conduire à des explosions. C'est pourquoi la crise agricole, perçue sur les marchés et plus ou moins rapidement ressentie comme un phénomène global et totalisant, reviendra dans ses temps forts, sur les marchés – où les tensions peuvent aisément s'exprimer – plus précisément sur tel ou tel marché : celui des raisins de table, ou de la tomate, ou du blé... Crises sectorielles et crise générale, il y a là deux niveaux d'analyse dont il importe de bien comprendre les rapports et les interactions.

5Le Conseil Général du Vaucluse entend dans sa session de septembre 1933 un rapport du directeur des Services Agricoles sur la situation de l'agriculture, qui permet de pondérer les appréciations pessimistes ou alarmistes que la presse professionnelle tend à diffuser, par un mouvement de pensée qui lui est naturel. Aux yeux de ce fonctionnaire très averti des réalités agricoles du département, la situation n'est pas si préoccupante qu'on veut bien le dire :

  • 4 Compte-rendu des travaux du Conseil Général – Année 1933.

"Sans cloute la crise qui n'a épargné aucune région ne pouvait laisser indemne le département, mais elle a tardé à le frapper de même que ses répercussions ont été moins lourdes et moins violentes qu'ailleurs, grâce à la diversité des productions et aux conditions climatiques de la région et j'ajoute, grâce aussi à la faculté de décision des agriculteurs qui savent s'adapter aux conditions imposées par les changements survenant dans la situation économique. Des progrès ont été réalisés dans toutes les productions, aussi bien dans celles qui appartiennent à la grande culture que dans les cultures spécialisées, maraîchères et fruitières. L'insuffisance de main-d'oeuvre a été combattue par l'adoption et l'extension d'un machinisme moderne et perfectionné dont sont pourvues les exploitations agricoles. Les institutions d'assurances mutuelles et de crédit ont apporté la sécurité du lendemain et permis d'entreprendre les améliorations que ne pouvait permettre l'effort isolé du producteur ; la coopération a apporté ses bienfaits sous toutes ses formes".4

6Ainsi, la crise agricole en Vaucluse présenterait, à l'automne 1933, la triple caractéristique d'être retardée dans son cheminement, atténuée dans ses effets et combattue efficacement. Cette appréciation est trop importante pour que nous ne nous y arrêtions pas. Il est de fait que la spécialisation agricole dans le Vaucluse, à la différence de ce qui se passe dans le Languedoc viticole, ne conduit qu'exceptionnellement à la monoculture et qu'elle s'inscrit dans un éventail de productions qui, si elles sont toutes soumises aux aléas des marchés, ont une relative autonomie et assurent de ce fait des rentrées d'argent dont les fluctuations ont un caractère compensateur. C'est une donnée observable en toutes circonstances, et la crise ne l'élimine pas, tout au moins dans un premier temps où elle apparaît et se développe d'un secteur de production à un autre. Alors, la pénalisation qu'elle inflige au revenu agricole est effectivement atténuée, mais ce n'est nullement contradictoire avec la conscience qu'en prennent les producteurs, au niveau de tel ou tel secteur de leur activité subissant une crise, d'où un décalage – auquel est naturellement insensible le directeur des Services Agricoles – entre la matérialité de la crise et la façon dont elle est vécue et ressentie. Cela dit, la prolongation de la crise et sa généralisation ne peuvent manquer de solidariser en baisse tous les produits agricoles et il semble bien que c'est avec l'année 1934 que s'accomplit cette mutation, qui alourdit le climat et rend caduc l'optimisme raisonné exprimé en 1933 par le directeur des Services Agricoles.

7C'est lui-même d'ailleurs qui observe cette détérioration de la situation, en septembre 1934 :

"L'état du marché devient de plus en plus alarmant.

  • 5 Ibid – Année 1934.

Une première déception, éprouvée au sujet des expéditions précoces, a été suivie de celles causées par les ventes de fraises, de petits pois et de pêches. Si bien que les appréhensions et les mécontentements des récoltants s'accentuent d'autant plus que, jusqu'à présent, ils ont échoué dans les tentatives de formation de coopératives ou de syndicats de vente qui auraient pu leur permettre d'obtenir, de leurs envois, des prix plus rémunérateurs"5.

8Certes, l'analyse porte essentiellement sur les conditions de commercialisation des produits maraîchers et fruitiers, mais c'est justement la réaction en chaîne sur ces marchés du phénomène de baisse des prix qui conduit à la généralisation de la crise agricole car c'est dans ce secteur, qui représente globalement une spécialisation mais qui aussi se décompose en une série de spéculations, que jouait la pondération des revenus qui avait jusqu'alors limité les effets de la mévente. Cela ne joue plus pour l'année 1934, qui voit donc la crise s'aggraver et s'approfondir sous l'effet d'une déflation généralisée.

  • 6 A.D.V. 7M8.

9Le préfet, dans une optique évidemment différente de celle d'un haut fonctionnaire du Ministère de l'Agriculture, parvient à des analyses fort voisines dans un rapport de janvier 1935 qui lui permet de présenter un bilan de l'année 19346. Il me paraît tout à fait remarquable qu'il souligne lui aussi des traits de mentalité collective, une disposition d'esprit caractéristique de la paysannerie vauclusienne, qui avaient été un atout contre la crise mais qui, semble-t-il, perdent maintenant leur vertu :

"Les caractères essentiels des masses rurales de mon département, sens de la mesure, esprit d'initiative, optimisme raisonné, n'ont pas manqué d'être affectés par la crise agricole qui sévit depuis environ deux ans".

  • 7 P. Barral.op.cit.p.225-231.
    Ce sont les mesures réglementant les plantations de vignes qui expliquen (...)

10Et il analyse la crise dans sa progression, qui condamne à l'impuissance ou à l'échec toutes les tentatives faites par les paysans pour la combattre : diversification des productions, perfectionnement des méthodes de culture... Toute l'expérience acquise par la paysannerie vauclusienne depuis qu'elle s'est engagée dans une agriculture commerciale et spéculative, qui avait en effet développé son esprit d'initiative et lui avait enseigné le sang-froid devant des fluctuations parfois inattendues et déconcertantes des cours, devient dérisoire dans la conjoncture de 1934, et c'est par cette constatation aussi que s'imprime avec force dans la conscience paysanne le concept de crise : c'est un état sans précédent, devant lequel l'expérience et le raisonnement se révèlent impuissants. Toute l'attention est concentrée sur les prix, car la crise c'est l'effondrement des prix. Le rapport préfectoral relève que c'est un phénomène général, pouvant aller, comme ce fut le cas pour les raisins de table -, nous y reviendrons – jusqu'à faire apparaître un déficit réel. C'est pourquoi d'ailleurs le paysan vauclusien est très attentif au décalage entre les prix à la production et les prix à la consommation, ce qui peut le conduire à des attitudes d'hostilité envers le monde des "intermédiaires", expéditeurs, courtiers et négociants qui prélèvent leur marge. Il est aussi très soucieux des débouchés offerts à ses productions,en particulier sur les marchés étrangers car il y voit à juste titre un facteur important de détermination des prix, et comme la crise intervient à un moment où la dynamique de la prospérité antérieure l'avait bien souvent conduit à accroître ses productions il est enfin en alerte devant les mesures malthusiennes prises par l'Etat pour limiter la production agricole, particulièrement dans le secteur viticole7. Aussi les conditions d'un profond malaise sont-elles réunies, au terme de la campagne de 1934 qui a cumulé tous les avatars, toutes les déceptions restés jusqu'alors sectoriels.

  • 8 A.D.V. 10 Per 194.
  • 9 Le meilleur compte-rendu de ce congrès a été donné dans le numéro du 1er décembre 1934 de "la lutte (...)
  • 10 A.D.V.S. 1M809.
  • 11 A.D.V. 7M8.

11Du malaise au mécontentement s'exprimant en termes politiques, le pas est évidemment facile à franchir et c'est à quoi s'emploient les partis Socialiste et Communiste ainsi que la Confédération Générale des Paysans Travailleurs, qui s'efforce non sans succès d'étendre son implantation et son influence dans le Vaucluse. La Fédération du Parti Socialiste publie à partir du 19 juillet 1934 un hebdomadaire, le Réveil Socialiste8, et elle ouvre dans cette feuille de propagande une rubrique paysanne qu'elle présente dans un article où sont fustigés en termes très durs "les parasites", "spéculateurs abjects, intermédiaires peu scrupuleux, détrousseurs de l'épargne, qui vivent de ton labeur". La lecture de la rubrique confirme la sensibilité de l'opinion paysanne au problème des prix : celui du blé, celui des raisins de table et en fin de campagne un article bilan sous le titre "Paysan, on te dépouille" fait le procès des prix agricoles en général, pour leur caractère non rémunérateur et injuste. La Confédération Générale des Paysans Travailleurs a tenu congrès à Velleron le 25 novembre 19349. Certes, les militants communistes y sont très actifs, mais on ne doit pas sous-estimer le fait que dans la salle était présent à côté du conseiller général communiste de Bollène, Charpier, le conseiller général socialiste de Pernes, Chiron : il y a là une manifestation unitaire qui témoigne des changements qui s'opèrent dans la conscience politique de la paysannerie et de l'audience non négligeable qu'atteint l'organisation des Paysans Travailleurs puisque 50 délégués représentant 21 communes siègent à ce congrès. On y a discuté du fermage et du métayage, du crédit agricole, mais plus encore de la crise, présentée pédagogiquement sous trois rubriques : crise viticole, crise maraîchère, crise du blé... Toujours le problème des prix, et il faut noter aussi l'accent mis sur la conjonction des crises sectorielles. Ce sont les mêmes thèmes que développe Waldeck Rochet dans une série de réunions publiques organisées par les Paysans Travailleurs du 17 au 23 décembre 1934, à Cavaillon, l'Isle-sur-Sorgue, Apt, Orange, Bollène10. Il est, bien sûr, difficile d'apprécier l'impact de ces réunions mais il est significatif qu'elles se tiennent à la fin de l'année 1934 car elles correspondent à une situation qui les justifie et l'effort du préfet dans son rapport de janvier 1935 pour en minimiser la portée n'est pas très convaincant, car il établit une symétrie entre "les partis agraires" qui sont effectivement inexistants dans le Vaucluse et les organisations "d'extrême-gauche" au sujet desquelles il cherche visiblement à rassurer le gouvernement. C'est une figure de rhétorique de dire que "dans son ensemble, (l'opinion rurale) fait confiance au gouvernement pour mener à bien l'oeuvre de restauration entreprise"11.

12En réalité, l'année 1935 s'ouvre sous le signe d'une grande inquiétude, que les partis de gauche et l'organisation professionnelle où leurs militants se retrouvent ont d'ailleurs contribué à développer et plus encore à orienter. Il n'est bientôt plus possible au préfet de s'en tenir à une vision optimiste. C'est ainsi que dans un rapport du 25 mars où il analyse la préparation des élections municipales il estime que

  • 12 A.D.V. 1M689.

"Les questions économiques joueront, sans doute, un très grand rôle ; en particulier dans certaines agglomérations, la population active vit presque exclusivement du commerce d'exportation des fruits et légumes et l'inquiétude y grandit au fur et à mesure que s'approche la saison des expéditions"12.

  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.

13Le traumatisme de la catastrophique campagne précédente est toujours sensible, et les réactions qu'il provoque affectent surtout le secteur maraîcher : d'une certaine manière, on se résigne à la persistance de la crise dans les secteurs céréalier et viticole car il s'agit là de situations nationales qui échappent en quelque sorte à la compétence des agriculteurs vauclusiens et l'on attend des productions spécifiques de la région qu'elles apportent un correctif positif à la crise nationale. C'est pourquoi le préfet pousse un soupir de soulagement lorsqu'il constate dans son rapport du 25 mai que "les producteurs et les expéditeurs paraissent pouvoir écouler les primeurs sans trop de difficultés et à des prix suffisamment rémunérateurs"13 et il confirme le 24 août : "Il semble que l'activité économique, en particulier agricole, du département passe par une période relativement heureuse, ce qui a contribué à maintenir le calme dans l'opinion"14.

14... Jugement à bien courte vue, puisque trois semaines plus tard la colère gronde à nouveau chez les producteurs de raisins de table, inquiets de la fermeture des marchés étrangers et le préfet se fait à nouveau pressant, car

  • 15 Ibid.

"des conseils Municipaux m'ont adressé des délibérations me demandant l'intervention immédiate et énergique des Pouvoirs Publics ; des réunions et meetings me sont annoncés sur les points principaux du département où se concentrent les expéditions ; l'opinion est houleuse et je crains des incidents analogues à ceux qui se sont produits, il y a deux ans..."15.

15En vérité, la crise est devenue une réalité globale, que le préfet ne maîtrise plus. C'est pourquoi ses rapports sont contradictoires, au gré d'une conjoncture qui souffle alternativement le chaud et le froid. Ce qui se cache derrière ses phrases tantôt apaisantes, tantôt affolées, c'est la conscience de son impuissance à enrayer une évolution de l'opinion publique de plus en plus défavorable au gouvernement. Et il est bien vrai que la crise est entrée dans le champ du politique, et qu'elle y restera jusqu'aux élections législatives de 1936.

16Mais notre propos n'est pas, pour le moment, de montrer la relation de l'économique et du politique. L'objectif visé, c'était de dégager à partir d'une documentation restituant le vécu de la crise la trajectoire qu'elle a suivie dans l'agriculture vauclusienne. Elle se présente, me semble-t-il, comme un faisceau de crises sectorielles, dont le déroulement chronologique et l'intensité sont variables, mais qui convergent vers une confluence où la crise devient globale et nécessairement politique. On retiendra le rôle de catalyseur que joue la mévente dans les secteurs spécifiques que sont les cultures maraîchères et les raisins de table, car ces productions ne sont plus, dès lors, en mesure d'assurer une compensation, au moins partielle, d'un revenu défaillant par un autre protégé. Dans la logique de cette analyse, il convient maintenant de passer du général au particulier, c'est-à-dire d'étudier dans leur genèse et leurs manifestations les crises sectorielles elles-mêmes.

II – UN ANACHRONISME : LA CRISE DU BLE

  • 16 Voir mon étude : Contribution à l'étude de l'alimentation paysanne en Provence xixèxxè siècles, (...)
  • 17 A.D.V. 7M8.
  • 18 Au cours de la longue et passionnante discussion que j'avais eue avec plusieurs paysans du village, (...)

17II faut bien, quand on aborde le problème des crises sectorielles, évoquer "la crise du blé", alors même qu'on a conclu précédemment au déclin irrémédiable de la céréaliculture en Vaucluse. C'est peut-être en effet la question qui revient avec le plus d'insistance dans les documents à notre disposition, celle aussi qui mobilise le plus instances politiques et professionnelles. Surprenante constatation, alors que la part du blé dans le revenu agricole est devenue très secondaire, sauf cas particuliers qui de toute évidence ne peuvent rendre compte de l'intérêt souvent passionné que soulève le prix du blé dans l'opinion paysanne. La surprise grandit encore quand on observe le comportement des paysans à l'égard de cette question et de son corollaire le prix du pain, dans une structure qui avait justement été créée par eux pour rentabiliser dans l'optique de la consommation familiale, la culture du blé : je veux parler des boulangeries coopératives16. Il s'en était créé une trentaine dans le département dans les années 1900-1914, qui justifiaient leur existence par "la fabrication au meilleur marché possible du pain de bonne qualité", mais la mévente du blé des années 1930 n'a absolument pas enrayé leur déclin. On le remarque de façon indiscutable à la lecture des procès-verbaux de la Société Coopérative Agricole et de Consommation de Mondragon, gros village rhodanien du canton de Bollène où la culture du blé était restée importante. La possiblité rétablie par le préfet en 193417 de pratiquer l'échange blé-pain – pour réduire l'écart entre leurs prix respectifs – n'y est exploitée qu'en 1936, et encore ne concerne-t-elle alors que 25 sociétaires sur 130, ce qui signifie que la grande majorité des producteurs de blé ne s'y intéresse pas. Et pourtant, l'effondrement des cours du blé en 1934 et 1935 est un souvenir toujours vivant dans la mémoire des paysans, comme j'ai pu le constater en conduisant une enquête près de plusieurs d'entre eux18. Devant ces contraditions, il est important d'analyser d'aussi près que possible la "crise du blé" en Vaucluse.

18C'est au Conseil Général qu'est exprimée pour la première fois, dès 1929, l'inquiétude qu'éprouvent les producteurs de blé – au moins certains d'entre eux – devant l'évolution des cours du blé. Leur porte-parole est Niel, conseiller général radical-socialiste du canton de Valréas où la culture du blé est un indice de la difficulté qu'il y a à spécialiser l'agriculture. Son intervention est intéressante parce qu'elle pose le problème du blé dans sa spécificité vauclusienne : la récolte est vendue sur l'aire, c'est-à-dire immédiatement après le battage, et les producteurs qui ne disposent d'aucun moyen de stockage sont de ce fait très vulnérables à la spéculation, dont le mécanisme est ainsi démonté par Niel :

  • 19 Compte-rendu des travaux du Conseil Général – Année 1929.

"Le blé a pu être payé aux paysans cette année dans les 136 francs les 100 ks à la récolte pour atteindre très certainement dans les 180 francs lorsqu'il sera vendu par les intermédiaires dans quelques mois"19.

19Ainsi, pour une production aussi classique, traditionnelle, que le blé les paysans vauclusiens retrouvent devant eux ces "intermédiaires" que l'agriculture spécialisée et commerciale a installés en position de force. Bien sûr, la spéculation à la baisse sur le prix du blé ne peut intervenir que dans un contexte, ou même simplement dans un climat psychologique, de surproduction, mais c'est précisément une telle conjoncture qui va s'imposer et qui se traduit dès 1930 par un important manque-à-gagner pour les producteurs vauclusiens, que Niel – toujours lui -dénonce vigoureusement au Conseil Général :

  • 20 Ibid.Année 1930.

"Au moment de la récolte on a prétendu qu'il y avait surproduction et on a payé le blé dans les 90 à 100 francs les 100 kgs. Depuis, sans motif apparent, une hausse considérable s'est produite et je dis que c'est honteux pour un gouvernement de tolérer une pareille situation"20.

20La solution, Niel l'avait suggérée et fait adopter par le Conseil Général dès 1929 : développer une politique de stockage des blés vauclusiens par la création de silos coopératifs que les pouvoirs publics devraient encourager par des subventions. Mais il est remarquable que ces propositions ne rencontrent aucun écho dans les organisations professionnelles vauclusiennes. L'organe du Syndicat Agricole Vauclusien répercute les analyses et les positions de la puissante Association Générale des Producteurs de Blé, qui s'en prend aux importations de blé russe dans une perspective où le thème de la protection de la production nationale cède le pas, très vite, à l'exploitation anti-communiste comme il ressort d'un article du 25 septembre 1930, sous le titre " Le dumping russe", où on peut lire :

  • 21 Rhône-Durance-Ventoux – 25 sept. 1930.

"Nous assisterons un jour ou l'autre à une campagne de certains journaux, obéissant aux ordres de Moscou, contre le pain cher afin de dresser les ouvriers urbains contre les producteurs. Les Soviets n'hésitent pas à brider, pour des fins économiques et politiques, ceux qui là-bas n'ont pas encore perdu le goût du travail des champs"21.

21Il n'est pas certain que l'indigence intellectuelle de l'argumentation soit perceptible à tous les lecteurs du journal, alors qu'une vieille méfiance les sensibilise rapidement au thème rebattu mais toujours efficace de l'antagonisme entre travailleurs de la terre et de la ville. Ce peut être un facteur d'amplification de la crise du blé, au-delà de toute rationalité économique, que l'incompréhension des positions et intérêts respectifs des producteurs et des consommateurs : le blé devient alors le symbole d'une condition paysanne méconnue voire méprisée, à la mesure non pas de sa valeur économique mais de la morale qui lui est attachée. Dans sa subjectivité, la crise du blé peut devenir un thème facilement récupéré par le conservatisme, ainsi qu'on le remarque au plus fort de la crise, en 1934, lorsque la spéculation s'ajoutant à la surproduction fait s'effondrer les cours des blés vauclusiens. Un article paraît alors dans le journal du Syndicat Agricole, sous un titre en langue provençale "Lou pan de noste blad", qui exalte les blés de pays aujourd'hui dévalorisés et se complaît dans l'évocation du passé :

  • 22 Rhône-Durance-Ventoux – 30 sept. 1934.

"On n'entendait pas comme à présent parler continuellement d'appendicite ou d'occlusion intestinale"22.

22Ces analyses en tout cas escamotent les mécanismes de la spéculation et le profit qui la motive. On évoque "la bataille du blé", et dans cette optique on lance des consignes guerrières, tel cet appel d'août 1932 du Syndicat Agricole Vauclusien aux producteurs de blé, fixant l'objectif de 140 francs le quintal et pour cela recommandant :

"Résistez à la spéculation baissière ! Faites appel au Crédit Agricole ! Défendez votre blé !".

23Savoureux conseils quand on sait que le recours au crédit est illusoire pour les plus pauvres et que ce sont eux, justement, qui sont tenus de vendre sur l'aire à la fois pour d'impérieux besoins de trésorerie et parce qu'ils n'ont, en raison même de leur pauvreté, aucun moyen de stockage.

24La crise devient véritablement aiguë en 1934, non seulement parce que les prix poursuivent leur dégringolade, mais plus encore parce que celle-ci est en contradiction manifeste avec les dispositions légales fixant depuis la loi du 10 juillet 1933 un prix minimum qui dans les faits n'est pas respecté. Cette situation n'est bien sûr pas propre au Vaucluse, mais elle s'y trouve aggravée par la réglementation complexe qui prolonge la loi elle-même : pour éviter que les invendus de la récolte de 1933 ne pèsent sur le marché, le Ministère de l'Agriculture a prévu leur écoulement fractionné, selon un contingentement fixé par ses soins, après la récolte de 1934. Cette réglementation pénalise le Vaucluse, dont les producteurs de blé ne peuvent assurer, avec leurs reports de la campagne 1933, qu'une faible part du contingent de blé de report imposé à la minoterie vauclusienne. Celle-ci doit donc se livrer à d'importants achats de blé à l'extérieur du département, et elle exploite cette contrainte légale pour acheter à la baisse les blés de pays, que les paysans ne peuvent conserver. Le constat de cette situation est dressé sans complaisance par le directeur des Services Agricoles, qui conclut de son analyse que le blé a été en 1934 en situation de "crise aiguë" :

  • 23 A.D.V. 7M105.

"Les céréaliculteurs de Vaucluse habitués à livrer au commerce tout de suite après la moisson ne disposent ni de greniers ni de locaux appropriés pour la conservation de leur blé et beaucoup d'entre eux ont été, ainsi, obligés de le céder au prix qui leur en était offert ou de le confier à des négociants devenus, en fait, les véritables acquereurs privilégiés"23.

  • 24 A.D.V. 7M11.

25La crise est effectivement assez sérieuse pour justifier une session extraordinaire de la Chambre d'Agriculture24. Mais l'étude attentive des voeux qui sortirent de ses discussions révèle une orientation qui tend à faire le silence sur la spéculation, ou plus exactement à en faire porter la responsabilité aux boulangers. Bien sûr, le thème de l'écart anormal et injustifié entre les prix des produits agricoles à la production et à la consommation est largement utilisé et pour solidariser tous les producteurs contre les consommateurs la Chambre d'Agriculture postule que "cette situation amène constamment le consommateur à faire supporter au producteur de la manière la plus injuste la responsabilité de la ‘vie chère'". Mais elle ne s'en tient pas là, elle accuse clairement les boulangers d'être les profiteurs de cette situation et elle va même jusqu'à chiffrer leur profit :

  • 25 Au sujet de l'échange blé-pain pour la consommation familiale, la Chambre d'Agriculture émet un voe (...)

"Considérant que la majorité abusive sinon scandaleuse du prix de vente du pain est basée sur le cours légal du blé et sur le prix fictif correspondant de la farine, alors qu'il est de notoriété publique que le blé n'est réellement payé à l'agriculteur et la farine vendue couramment au boulanger qu'a des taux fort inférieurs.
Que l'on peut sans exagération fixer à beaucoup plus de deux milliards, pour l'année, le total du tribut indûment prélevé de cette manière autant au détriment du producteur qu'à celui du consommateur..."25.

  • 26 Le Réveil socialiste - 19 juillet 1934.
  • 27 Idem 30 août 1934.

26J'ai déjà souligné l'importance dans la perception de la crise du phénomène de ciseau entre les prix à la production et à la consommation, et il est facile de comprendre que dans ce contexte l'opposition blé-pain peut jouer comme un révélateur, voire un détonateur. Mais la question décisive est celle des responsabilités, et l'interprétation qu'en propose la Chambre d'Agriculture souligne le caractère politique du problème. Bien sûr, la cible toute désignée, sur laquelle l'unanimité peut aisément se faire, c'est le gouvernement, qui a pris la décision d'une réglementation malaisée à comprendre et surtout, à l'usage, inefficace. Mais si elle prend appui sur des dispositions légales et si, donc, elle peut être imputée au pouvoir politique, la spéculation est un fait économique et social qui ne peut manquer de conduire les paysans à s'interroger sur les rapports économiques et sociaux dans lesquels elle s'inscrit. L'analyse de la Chambre d'Agriculture, qui est dans la ligne de celle de l'Association Générale des Producteurs de Blé, tend à solidariser le secteur de la production et celui de sa transformation industrielle, la minoterie, ce qui rejette sur la boulangerie le plus clair de la responsabilité du pain cher. Mais l'observation du directeur des Services Agricoles s'inscrit en faux contre cette présentation des faits et ouvre une piste que vont suivre les partis politiques de gauche, à leurs différents niveau d'intervention. C'est ce qui apparaît dans la rubrique paysanne du Réveil Socialiste, où la section Caderousse s'élève contre la politique du blé qui favorise les spéculateurs26 et elle publie le texte d'une pétition lancée dans le canton de Pertuis par les conseillers d'arrondissement, tous deux socialistes27. Et l'on sait par le préfet qui a dénombré soigneusement les signataires de cette pétition qu'ils sont 473 dans le canton de Pertuis

  • 28 Le Préfet est vivement préoccupé par cette pétition - forme d'action toute nouvelle -, il redoute q (...)

"considérant que l'État a donné au blé une valeur légale, (à exiger) que la loi soit rigoureusement appliquée et (à décider) dans la négative de payer en nature, au cours légal, toutes dettes publiques ou privées, conformément aux décisions prises par les groupements de producteurs".28

27Le Conseil Général offre une tribune pour traiter de ce problème, et Charpier, conseiller général communiste de Bollène, présente à la session d'octobre 1934 un vœu demandant des mesures sévères contre les spéculateurs, qu'il identifie clairement car, dit-il,

  • 29 Compte-rendu des Travaux du Conseil Général – Année 1935.

"il est de notoriété publique que des leveurs de blé violent systématiquement la loi en offrant un prix inférieur au taux fixé par elle".29

  • 30 A. Sauvy.op.cit.t.II.p.95.

28Il est d'ailleurs fort intéressant de remarquer que ce vœu est adopté par 8 voix contre zéro, la majorité des conseillers s'étant réfugiés dans une prudente abstention : la spéculation ne peut être niée, mais des solidarités idéologiques et politiques freinent sa dénonciation. Le débat reprend en septembre 1935, alors que s'achève une campagne à nouveau décevante dans un climat clarifié par la décision enfin prise d'abandonner la taxation du blé, qui était totalement inefficace puisque les transactions s'effectuaient pour une bonne part à un prix inférieur. Le retour au prix du marché a permis au gouvernement de baisser le prix du pain30 : il n'est plus possible maintenant de faire des boulangers les boucs émissaires, responsables tout à la fois du blé mal payé aux producteurs et du pain trop cher vendu aux consommateurs ! C'est Niel qui présente un texte au vote du Conseil Général, d'une rédaction si prudente qu'il se borne à constater

"que les cours du blé se sont relevés, mais que la hausse ne s'est produite que lorsque les paysans, surtout les plus nécessiteux, l'avaient déjà cédé au prix de 55 à 60 francs et même au-dessous, dans l'obligation où ils se trouvaient de faire face à des échéances pressantes".

29Mais dans la discussion Charpier met les choses au net, avec une dure précision :

  • 31 Compte-rendu des Travaux du Conseil Général - Année 1935.

"13.500 quintaux de blé ont été achetés au prix de 48 F le quintal dans le département. Ils étaient 15 jours après au prix de 68 francs. Un minotier dont je tairai le nom a ainsi réalisé en quelques jours un bénéfice de 300.000 francs".31

30Gageons que le nom du minotier, et aussi celui de quelques autres, devaient circuler et pas seulement dans la salle des séances du Conseil Général !

31En dernière analyse, ce que nous retiendrons de la crise du blé dans le contexte de l'agriculture vauclusienne c'est non pas son incidence sur le revenu agricole, malaisément mesurable et de faible portée même dans les pays où la culture du blé, faute de mieux, conserve encore quelque importance, mais sa valeur pédagogique. En effet le blé et son prolongement le pain, tout chargés de symboles et de morale et de ce fait aisément récupérables au profit d'une vision nostalgique et passéiste de l'économie et de la société, s'intègrent brusquement dans les tendances spéculatives de l'agriculture et proposent aux paysans une expérience concrète des mécanismes spéculatifs jouant contre eux, là où ils s'y attendaient le moins. A ce titre, la crise du blé est un facteur non négligeable de prise de conscience de la crise et elle contribue à lui conférer son caractère global.

III – LA CRISE DU VIN : L'ALGERIE ET LA FRANCE

  • 32 La commercialisation du raisin de vendange connait une poussée les années où la récolte est abondan (...)
  • 33 La documentation a été rassemblée et traitée, dans le mémoire de maîtrise de Christine Beaujour : L (...)
  • 34 Archives de Mr Gagon pour le chateau de Courtine, de Mr de Lamothe pour Saint-Martin et de Mr Levêq (...)

32Le vin, nous le savons, est une des grandes productions de l'agriculture vauclusienne et l'une de ses principales sources de revenu. Le rapide développement de la coopération a résolu pour le plus grand nombre des viticulteurs le problème de la vinification et la commercialisation du raisin de vendange, qui n'obéit pas aux mêmes règles que celle du vin et place le vigneron dans une situation de grande vulnérabilité, est devenue secondaire sinon marginale.32 S'il est vain de chercher à retrouver le mouvement du prix des vins à partir des mercuriales ou des indications fragmentaires publiées dans la presse professionnelle, nous ne sommes cependant pas démunis : les archives des caves coopératives nous permettent d'établir des prix de campagne, et j'ai pu le faire pour les caves de Bonnieux, Bédoin et Cavaillon représentatives des différentes conditions de production des vins de consommation courante dans le département33. D'autre part, dans les archives privées de grands domaines que j'ai pu consulter se trouvent également des éléments comptables permettant de calculer des prix de campagne, dont la crédibilité est d'autant plus sûre qu'ils portent sur des productions importantes. J'ai pu faire ces calculs pour le Château de Courtine à Avignon, le domaine des Iscles à Cadenet34. II est inutile d'insister sur la valeur économique et le réalisme des prix de campagne : c'est la seule valeur moyenne qui ait un sens à la fois rigoureux et concret, et on ne peut l'atteindre qu'en se plaçant dans les structures de production. Il n'est pas sans intérêt, enfin, d'observer le mouvement des prix dans deux situations économiques et sociales : celle du petit producteur qui est devenu coopérateur pour assurer son indépendance face au négoce et celle du grand producteur qui est son maître et traite directement avec le négoce.

  • 35 Les caves coopératives sont des organismes qui enregistrent avec une certaine lenteur les mutations (...)
  • 36 Registre Délibérations Cave Coopérative de Bonnieux.

33Considéré dans son dessin d'ensemble, le mouvement des prix du vin est animé de fluctuations très voisines, qu'il s'agisse des caves coopératives ou des grands domaines. Cette similitude confirme la validité de nos calculs et plus encore le bien-fondé de la notion de prix de campagne. On observe, en y regardant de près, quelques écarts ou distorsions, qu'on ne peut expliquer que par les circonstances plus ou moins heureuses et parfois imprévisibles qui interviennent dans la négociation des marchés. L'important, c'est que ces accidents ne modifient pas le profil d'ensemble des graphiques. On peut retenir cependant deux particularités. En premier lieu, parmi les caves coopératives celle de Bédoin se situe à un niveau toujours plus élevé : c'est la traduction d'une qualité de la production qui commence à être reconnue35. Mais surtout, un examen attentif des courbes révèle un avantage non négligeable des grands domaines sur les caves coopératives, alors que la qualité de leur production semblerait plutôt inférieure à celle des caves coopératives, à l'exception de celle de Cavaillon qui absorbe lorsqu'il y a mévente les invendus des raisins de table. Les caves coopératives s'en remettent le plus souvent à la formule de la vente en commun, on sans hésitations ni même sans conflits ; mais les responsables de la commercialisation, un peu écrasés par le poids même de leur responsabilité, fractionnent les ventes dans la crainte ou dans l'espoir d'une conjoncture nouvelle. Il arrive même, et c'est le cas à Bonnieux en novembre 1934 dans une assemblée générale extraordinaire convoquée en raison de la "débâcle des cours", que la cave renonce à sa mission : ses dirigeants proposent que les coopérateurs soient laissés libres de suspendre leurs ventes réglementaires, jusqu'à ce qu'ils estiment les cours redevenus rémunérateurs36. La suggestion n'est d'ailleurs pas retenue, mais elle est révélatrice d'une prudence et de scrupules qui honorent les équipes dirigeantes des caves mais qui ne constituent probablement pas l'attitude la plus efficace face à des négociants prompts à exploiter la moindre faiblesse, la moindre hésitation. Semblables contraintes ne pèsent pas sur les propriétaires de grands domaines, qui fréquentent les grands marchés, jouent de leurs relations et qui peut-être même peuvent compter sur une certaine complicité de la part du négoce qui n'a pas vu d'un oeil favorable, on ne doit pas l'oublier, se créer les caves coopératives.

  • 37 Ch. Beaujour.op.cit.
  • 38 Le régisseur du domaine de Saint-Martin lorsqu'il rend compte des pertes subies – qu'il qualifie de (...)

34La crise viticole démarre dès 1928, année de très forte récolte. La baisse des prix persiste en 1929, bien que tous les témoignages concordent pour souligner le caractère équilibré de la récolte, d'un point de vue tant quantitatif que qualitatif37. La forte remontée des cours pendant la campagne 1930-1931 ne doit pas faire illusion : une attaque de mildiou que les vignerons n'ont pas pu contrôler et maîtriser38 a créé une situation de déficit à laquelle les prix réagissent vivement. Et puis, c'est la descente inexorable des cours, sur un marché que l'on s'accorde à qualifier de mauvais, ne réagissant plus qu'aux perspectives de bonne récolte dans le sens bien sûr d'une accélération de la dégringolade des cours : c'est la situation de 1934, année record pour la viticulture vauclusienne comme pour la viticulture nationale, mais aussi année de catastrophe toujours vivante dans la mémoire de ceux qui l'ont vécue car le prix du vin ne couvrait pas alors, disent-ils, les dépenses engagées dans la culture de la vigne et la vinification de la récolte. C'est peut-être excessif, mais le prix moyen des vins de consommation courante pour 1934 -moyenne arithémétique de tous les prix de campagne de caves coopératives et de grands domaines que j'ai pu établir -est de 59 F, alors qu'il s'élevait en 1927 à 169 F : on mesure bien l'ampleur de la catastrophe. On est encore au creux de la vague en 1935, et la vigoureuse remontée des cours en 1936, à peu près maintenue les années suivantes, enregistre sans doute les effets de l'inflation et des dévaluations qui la sanctionnent mais elle s'inscrit aussi dans un nouveau contexte social qui lui donne une signification positive, éloignant le spectre tant redouté de la surproduction.

  • 39 Voir mon étude : Un village vauclusien sous la Troisième République. op.cit. La série de prix alors (...)

35Inutile de prolonger l'analyse du mouvement des prix du vin en Vaucluse, car on voit bien que l'on ne peut rien y déceler d'original par rapport à ce qu'on sait du déroulement de la crise viticole au plan national. Cependant, il convient d'évoquer l'évolution des cours pour les vins de qualité supérieure, qu'on peut approcher avec le vignoble de Châteauneuf-du-Pape39. La série de prix que j'ai pu établir montre jusqu'en 1933 une bien meilleure résistance de ces vins à la baisse des prix, qui s'explique par les caractéristiques du marché où ils se placent. Mais même ce marché, pourtant peu sensible aux fluctuations de la production et du pouvoir d'achat, s'effondre en 1934 et 1935, emporté par la vague de la déflation et de la contraction des revenus. La comparaison ne peut être faite avec 1927, qui n'était pas une bonne année sur le plan de la qualité, mais si l'on considère les années 1926 et 1928 on parvient à une chute des prix de l'ordre de 2 à 1. La crise à son paroxysme impose à la politique de qualité une contrainte indiscutable, qui fait perdre aux vignerons de Châteauneuf une partie de leur privilège. Ils sont ramenés en quelque sorte dans le droit commun et l'on comprend de ce fait qu'ils soient peu réceptifs aux conseils pressants que leur prodigue le président du Syndicat des propriétaires-viticulteurs, qui s'en prend au

  • 40 Archives du syndicat des propriétaires viticulteurs de Châteauneuf-du- Pape. Assemblée générale du (...)

"manque de fermeté des viticulteurs qui font preuve d'un amour-propre mal placé en hésitant à warranter leur récolte au lieu de la vendre à vil prix. L'année 1934 est un millésime à garder, les viticulteurs de Châteauneuf ne doivent pas hésiter à emprunter plutôt que de céder aux prix de misère actuels et à l'abominable campagne à la baisse menée par le commerce et les courtiers"40

36L'efffondrement des prix du vin, aggravé pour les récoltes 1934 et 1935 par les mesures de distillation obligatoire prises en application de la loi du 24 décembre 1934, frappe durement le revenu agricole, infiniment plus que la crise du blé. Et pourtant il ne provoque pas d'aussi vives réactions. D'une certaine manière, la crise est acceptée comme un fait inéluctable en raison même de son intensité et de son caractère général, dans tout le Midi. Les vignerons vauclusiens n'ont pas la tentation de protestations isolées, ils sont entraînés dans des actions qui concernent toute la viticulture méridionale, où ils ne peuvent prétendre jouer un rôle d'impulsion. Par ailleurs, l'attention des organisations professionnelles se porte essentiellement vers le Parlement, dont on attend des mesures d'assainissement et d'organisation du marché. Tout ceci compose une démarche réfléchie, d'où sont exclues les explosions de colère, les irritations provoquées par un sentiment d'injustice que nous avons perçues dans les réactions à la crise du blé.

37Le grand problème, c'est celui que pose à l'échelle nationale la croissance de la production face à une consommation relativement rigide. Les vignerons en cherchent naturellement la solution hors d'eux-mêmes, tout en sachant bien qu'elle ne peut être trouvée que sur le marché intérieur car les exportations sont marginales, limitées pour l'essentiel aux grands crus. Dans ce contexte, qui ne prête pas à de grandes controverses, la question est de savoir qui fera les frais des inévitables mesures de contrôle de la production et d'organisation des marchés. La viticulture méridionale, regroupée dans la puissante Confédération Générale des Vignerons du Midi – dans le Languedoc -entraînant dans son sillage la plus modeste Confédération Générale des Vignerons du Sud-Est – en Provence -, a conscience de sa vulnérabilité en raison de sa forte productivité et de la médiocre qualité de sa production, même s'il est vrai que le développement de la coopération a eu sur ce plan un effet bénéfique. Et ce qui l'inquiète, c'est la concurrence que fait peser sur elle la dynamique viticulture algérienne, dont les caractéristiques techniques sont voisines des siennes et les coûts de production bien moins élevés. Aussi le test le plus significatif de l'inquiétude des vignerons vauclusiens, dans les années difficiles de la chute des prix du vin, est-il leur attitude à l'égard de la viticulture algérienne, et c'est une question dont les incidences idéologiques et politiques sont évidentes.

38Avant même la récolte 1929, le problème est évoqué et l'on voit bien, à la lecture du registre des délibérations du Conseil d'Administration de la Cave de Cavaillon, par quelles instances :

  • 41 Ch. Beaujour.op.cit.

"Le directeur signale le danger de la concurrence algérienne au sujet des vins et fait part d'une lettre reçue de la Confédération Générale des Vignerons afin de faire toute la propagande nécessaire sur cette question. Il est décidé de demander une certaine quantité de tracts qui seront distribués parmi la population vivant de la viticulture"41.

  • 42 P. Barral. op. cit.p.226-227.
  • 43 Rhône-Durance-Ventoux 10 juillet 1931.

39Il n'est pas inutile de remarquer que le président et le directeur de la Cave Coopérative de Cavaillon sont deux militants communistes et à ce titre sans doute idéologiquement préparés à une critique radicale de la viticulture algérienne, considérée comme l'un des fruits de la colonisation. En tout cas leur initiative ne semble pas avoir rencontré un bien grand écho. Quand en juillet 1930 Tardieu présente son projet de loi – qui devait être adopté un an plus tard – sur l'aménagement du marché du vin42, il rencontre l'adhésion de la Société d'Agriculture sur rapport du Baron Le Roy et aussi celui du journal Rhône- Durance-Ventoux : dans les milieux professionnels modérés, on s'en tient à la nécessité d'aménager la production nationale par l'interdiction de nouvelles plantations et la recherche d'une qualité meilleure43. Du vignoble algérien, il n'est plus question...

  • 44 P. Barral.op.cité.p.228.

40C'est l'inefficacité de la loi et le danger toujours plus pressant de la concurrence algérienne – les plantations de vigne se poursuivaient en Algérie – qui font resurgir, et cette fois avec force, la question du vignoble algérien à l'occasion du débat parlementaire de l'été 1933, qui devait modifier la loi de 193144. On sait que Barthe menait l'offensive pour obtenir la limitation à 12 millions d'hectolitres de la production d'Outre-Méditerranée et que les colons, fortement appuyés sur les bancs de la Chambre des Députés, protestaient contre cette proposition où ils voyaient une atteinte à "l'unité nationale". C'est là que la question algérienne prend sa dimension politique, et la rédaction du journal du Syndicat Agricole Vauclusien en est si consciente qu'elle exprime son embarras devant un choix à faire entre deux solidarités :

  • 45 Rhône-Durance-Ventoux 25 juin 1933.

"Nous voulons espérer, malgré la difficulté de la tâche qu'ils (les députés) auront à remplir, qu'ils voteront un texte susceptible d'éviter la ruine des viticulteurs métropolitains tout en évitant de porter atteinte à l'unité nationale"45.

  • 46 Ibid 10 août 1933.

41La majorité de la Chambre accorda satisfaction, pour l'essentiel, aux colons d'Algérie, et la protestation de la viticulture vauclusienne s'exprime sans tarder, non sans ambiguïté parfois, ainsi qu'en témoigne la motion adoptée par le Syndicat des Vignerons de Vaucluse, qui rassemble la majorité des caves coopératives et aussi des producteurs isolés, soit "plus de 15 000 petits et moyens vignerons" – ce qui me paraît d'ailleurs excessif – : il est écrit dans ce texte que la viticulture méridionale est "sacrifiée au profit du Centre et de l'Algérie"46. Ainsi, le thème régionaliste est mis en avant, atténuant la condamnation du développement du vignoble algérien. C'est l'esprit de 1907 qui survit, avec la vieille opposition de la viticulture méridionale et de ses concurrentes abusives sur une base qui disculpe la colonisation. Curieusement, le Syndicat Général des Vignerons des Côtes du Rhône, dont le baron Le Roy est le président, adopte une attitude plus nette, alors que la qualité reconnue au vignoble des Côtes du Rhône le protège dans une certaine mesure de la concurrence algérienne.

  • 47 Ibid.

"... Regrettant qu'un certain nombre de parlementaires de la région des Côtes du Rhône aient cru devoir sacrifier la viticulture de leurs départements aux intérêts d'une colonie au nom d'une soi-disante unité nationale démentie par les faits et qui le sera encore davantage par les événements futurs"47.

42C'est le vote de plusieurs députés et sénateurs radicaux du Vaucluse et de la Drôme qui est visé ici, et la sévérité du jugement n'est pas étrangère au souci de régler certains comptes politiques. Mais enfin, le caractère fallacieux de l'unité nationale est affirmé sans ambiguïté et c'est sur le terrain de leurs intérêts économiques que les paysans vauclusiens sont appelés à en faire l'expérience. Ce thème ne devait plus être abandonné jusqu'à la fin de la crise, et le Syndicat des Vignerons du Vaucluse devait s'y rallier sans restrictions, affirmant dans une conférence donnée à Bonnieux en avril 1934 qu'

  • 48 Ibid. 15 avril 1934. Cependant, le syndicat des Vignerons de Vaucluse n'abandonne pas le thème trad (...)

"il est honteux de voir que la viticulture méridionale est sacrifiée à celle d'une contrée d'Outre -Mer, qui n'est province française que depuis 1830"48.

43On ne peut échapper, cependant, au sentiment que ce combat est mené avec un formalisme qui trahit un certain manque de conviction. Sans doute la mise en cause de la viticulture algérienne conduit-elle certains à s'interroger sur la nature de la colonisation et ses objectifs, et elle contribue dans ce sens à renforcer les idées de gauche dans la paysannerie vauclusienne. Mais on ne voit pas d'action propre des viticulteurs vauclusiens pour défendre leur revenu menacé. Il n'y a guère que l'initiative prise au printemps 1933 par la Fédération des Caves Coopératives du Vaucluse, dont il est rendu compte dans son assemblée générale avec une discrétion qui en dit long sur la détermination et la volonté d'action des viticulteurs vauclusiens :

  • 49 Rhône-Durance-Ventoux. 31 déc. 1933.

"En avril, la Fédération a fait déposer dans les caves coopératives et dans les mairies des listes de signatures (sic) pour demander l'aménagement du marché franco-algérien. 3200 signatures ont été recueillies en Vaucluse"49.

  • 50 A.D.V. 7M75

44Les dispositions malthusiennes de la législation de crise, relatives à l'arrachage et à la distillation obligatoire, ne suscitent pas davantage de réactions. Les procès-verbaux des réunions des conseils d'administration et des assemblées générales des caves coopératives n'en évoquent que les aspects techniques et ne mentionnent pas de sérieuses difficultés. Lorsque, en application des mesures qui frappent certains cépages considérés comme impropres à la vinification, les producteurs de Jacquez – l'un de ces cépages – de la région de Vaison se voient menacés de perdre leur récolte en 1935, l'incident donne lieu à une concertation entre producteurs et négociants sur l'initiative et sous l'arbitrage du directeur des Services Agricoles, et tout se passe sans bruit50.

  • 51 L'individualisme et la tricherie peuvent s'exprimer aussi dans les caves coopératives. Pour échappe (...)

45Par conséquent, la crise du vin est vécue différemment de celle du blé, bien qu'elle soit économiquement beaucoup plus redoutable. C'est que d'une certaine manière la surproduction culpabilise les vignerons et leur apparaît comme un fait qui échappe à leur volonté, malgré l'alibi que leur propose la dénonciation de la concurrence algérienne. Mais, peut-on rétorquer, les vignerons languedociens font preuve de beaucoup plus de mordant... Sans doute, et cela tient pour une bonne part au caractère de monoculture qu'a pris la vigne dans les plaines languedociennes : la crise viticole, c'est l'effondrement du revenu agricole à l'ouest du Rhône. La situation est différente dans le Vaucluse, où la vigne n'est que très rarement exclusive d'autres productions, et le morcellement du vignoble permet par ailleurs d'échapper à bon nombre des dispositions contraignantes mises en place par la législation de crise, surtout si l'on sait se débrouiller et maquiller quelque peu la réalité... A ce jeu les vignerons vauclusiens n'ont de leçons à recevoir de personne, et ils parviennent sans trop de peine à échapper au blocage de la récolte et à la distillation obligatoire. Mais la contrepartie de cette attitude individualiste51, c'est de mettre une sourdine aux protestations. On comprend mieux, ainsi, le caractère académique et quelque peu rituel des réactions à la crise du vin, et la mesure déformée qu'elles nous proposent de sa réalité économique.

IV – LE SECTEUR MARAÎCHER ET FRUITIER : DES DIFFICULTÉS SPÉCIFIQUES

  • 52 Voir Supra. 3ème Partie. Chap. V.
  • 53 Rhône-Durance-Ventoux- 25 avril 1931.

46La crise du vin fait surgir l'image de l'invasion du marché intérieur par des productions nationales, d'où d'ailleurs l'ambiguïté et la gêne qui pèsent sur les protestations contre la viticulture algérienne. Les spéculations maraîchères et fruitières soulèvent d'autres questions, en relation avec leur caractère spécifique. En premier lieu, le producteur vauclusien est tout à fait conscient que les perturbations qui frappent ces marchés le concernent personnellement, et qu'il ne peut s'en remettre à personne pour agir contre elles et les éliminer. Il s'agit en effet d'un secteur agricole où les rivalités et la concurrence ont un caractère régional, et dans ces conditions la règle du jeu impose une vision régionale des problèmes. D'autre part, l'essor des cultures maraîchères et fruitères dans les années 1920 était inséparable de la mise en oeuvre d'une politique de prospection des marchés potentiels, dans les grands centres de consommation en France et aussi à l'étranger52 ; maintenant que du fait de la crise le commerce international se disloque et se fractionne en relations bilatérales comportant des avantages mais aussi des concessions mutuels, les agriculteurs vauclusiens engagés dans les spécialisations maraîchères et fruitières portent toute leur attention sur les conditions mises aux exportations de leurs produits. Là où les choses se compliquent, c'est que dans bien des cas, ils sont aussi producteurs de blé et de vin et à ce double titre favorables à une politique protectionniste... Il n'est pas simple, dans ces conditions, de définir une politique agricole et l'on voit les contradictions ou tout au moins l'ambiguïté qui pèsent sur l'action revendicative agricole dans un département aussi composite que le Vaucluse. Elles apparaissent avec quelque naïveté dans le titre d'un article du journal du Syndicat Agricole Vauclusien, réclamant dès 1931 "la protection de nos exportations agricoles..."53.

  • 54 P. George. op.cit.p.512-515.

47Très tôt en effet dans le processus de la crise, les agriculteurs vauclusiens ont perçu la relation de causalité entre la sauvegarde de leurs intérêts et l'ouverture des marchés extérieurs. Les exportations des productions maraîchères et fruitières apparaissent comme un facteur essentiel de la prospérité de l'agriculture vauclusienne, peut-être même de façon excessive en ce sens qu'elles détournent l'attention des conditions sociales de la consommation sur le marché national. Mais c'est la fermeture des frontières sous l'efffet de la crise, en 1932, qui mit en émoi les producteurs vauclusiens et qui fut rendue responsable du marasme sur les marchés54. On se tourna, bien sûr, vers le gouvernement pour qu'il intervienne auprès des gouvernements étrangers, et on se mit à prêter attention aux conditions techniques des expéditions. C'est dans ce contexte que les responsables agricoles représentèrent aux agriculteurs le tort qu'ils se faisaient bien souvent eux-mêmes, en négligeant leurs devoirs envers leur clientèle. En vérité, c'est un problème qui n'était pas nouveau, qui avait été posé dès 1930 par des esprits lucides et courageux :

  • 55 Rhône-Durance-Ventoux 25 mais 1930. Un an plus tard, le sénateur Serre répand l'idée de la nécessit (...)

"Nos concurrents italiens, espagnols, etc.. offrent à l'acheteur des produits entourés de toutes les garanties désirables, alors que nous "fardons" nos colis, quand nous ne vendons pas des bottes d'asperges dont l'intérieur est rempli de déchets. Les réclamations s'accumulent, notre popularité se dissipe, notre clientèle se disperse"55.

48Il est clair que ce problème du "fardage" – on pourrait dire maquillage de la marchandise par une fallacieuse présentation -resurgit et prend de l'importance du fait du durcissement de la concurrence qui est une des conséquences de la crise. Il est d'ailleurs bien difficile d'apprécier son ampleur; il était tout à la fois une facilité qu'avaient autorisée des temps favorables et l'indice – en vérité peu sympathique – d'une aptitude à la fraude qui s'exerçait d'ailleurs dans bien d'autres domaines... Il est logique qu'il soulève de vives critiques au moment où la qualité de la production, mais aussi le sérieux et l'élégance de sa présentation, deviennent des atouts à ne pas négliger. Mais si je l'évoque, c'est parce qu'on le trouve sous-jacent, et qu'il sert en quelque sorte de détonateur, à la première grande manifestation des paysans vauclusiens pendant la crise.

  • 56 Comptabilités, déjà mentionnées, du domaine de Saint-Martin aux Vignères et de celui des Iscles à C (...)
  • 57 Pour 1937 et 1938, il est juste de noter l'influence positive sur les exportations des dévaluations (...)

49Ce sont les producteurs de raisins de table qui sont concernés. Le graphique des prix de campagne que j'ai pu calculer pour plusieurs exploitations56 indique le cheminement de la crise dans ce secteur : incertain en 1933, il prend l''allure d'une dégringolade en 1934 et 1935. Quant à la remontée des cours en 1936, il est évident qu'elle ne doit rien à de nouvelles conditions, plus favorables, dans les exportations et il faut donc la mettre au crédit des mesures prises à l'initiative du gouvernement de Front Populaire pour relever le pouvoir d'achat de la classe ouvrière et plus largement des salariés57. Cela remet à sa juste place le rôle des exportations dans les fluctuations des cours : il n'est assurément pas niable, mais le marché intérieur reste le grand régulateur de la commercialisation et la chute des cours en 1934 et 1935 s'explique d'abord par la contraction des revenus pendant cette phase de paroxysme de la crise.

50La campagne 1933 est celle où les producteurs commencent à s'inquiéter sérieusement de l'évolution des prix. Pour deux des trois exploitations dont j'ai pu calculer les prix de campagne, les résultats sont meilleurs que ceux de 1932, ce qui paraît contradictoire avec une aggravation de la situation. Mais, outre la fragilité de trois témoignages à quoi il faut bien se résoudre, il convient d'observer que le prix de campagne se calcule après coup et donc que l'état des marchés, suivi jour après jour, a fort bien pu créer et développer un sentiment de crainte, injustifié mais on ne pouvait le savoir. Il y a, répétons-le, une perception de la crise qui n'est pas nécessairement confirmée par l'analyse économique, et c'est à partir d'une réalité sensible – serait-elle déformée ou inexacte -que s'élaborent des réactions qui donnent à la crise sa dimension sociale. Cette dualité de la perception et de l'analyse économique me semble très réelle dans le cas du marché des raisins de table en 1933, et j'en trouve confirmation dans un article d'un journal agricole, où l'on lit ceci :

  • 58 Alerte Maraîchère et Fruitière n° spécial. Août 1933. Ce journal, qui a une publication mensuelle m (...)

"Nous vendons en ce moment le raisin blanc de 90 à 175 francs les 100 kilos, selon qualité, et le noir de 90 à 140. Les consommateurs savent ce qu'ils paient au détail. Ils pourront, en comparant les chiffres de nos ventes et de leurs achats, se rendre compte si c'est le paysan qui fait la vie chère. Et ceci n'est pas vrai que pour les raisins. Le consommateur serait édifié si les journaux publiaient les cours exacts des marchés de production. Je parle des cours exacts et non pas de ces invraisemblables mercuriales dont les chiffres sont donnés par qui ? Nous serions curieux de le savoir"58.

51L'incidence de la qualité sur les prix offerts par le négoce n'est pas niable, et les paysans sont les premiers à y être attentifs. Mais lorsqu'elle est invoquée pour justifier des écarts aussi importants elle devient un alibi à la baisse, qui ne frappe pas un grand coup, mais qui s'installe insidieusement sur les marchés. Elle multiplie d'ailleurs les situations contradictoires car, dans une telle conjoncture, certains, parce qu'ils ont de la belle marchandise, mais aussi parce qu'ils savent vendre ou tout simplement parce que la chance est de leur côté, tirent leur épingle du jeu alors que d'autres sont perdants : ce peut être l'explication des prix de campagne divergents. Il faut avoir pratiqué les marchés, avoir observé leur climat si particulier, parfois insaisissable au profane, pour comprendre le processus de dégradation d'un marché que les mercuriales peuvent effectivement masquer. Mais l'on peut aisément comprendre, par contre, que les expéditeurs et les négociants exploitent les fluctuations des cours pour établir leurs prix, vers le consommateur, à partir des niveaux les plus élevés enregistrés à la production... Les producteurs, pour leur part, savent très bien cela. Mais ils l'admettent en temps normal, c'est-à-dire lorsque leur revenu est correctement assuré, et ne s'en émeuvent que lorsque leur revenu s'effondre et qu'en même temps ils passent pour des fauteurs de vie chère ! C'est alors que la crise pénètre dans leur conscience, qu'ils la vivent comme une pénalisation de leur condition et aussi comme un scandale. Leurs réactions, dans ces conditions, peuvent être vives.

  • 59 P. George.op.cit.p.525.
  • 60 Le titre de cette Fédération, pour impressionnant qu'il soit, ne doit pas faire illusion : elle rec (...)

52C'est ce qui explique que l'inquiétude des producteurs de raisins de table, sourde mais réelle dès le début de la campagne 1933, va dériver en un conflit passionné avec les expéditeurs, sur la question apparemment secondaire des emballages, les "billots" comme on disait. L'usage, qui avait d'ailleurs été sanctionnné par un accord écrit en 1930, établissait qu'ils étaient fournis par les expéditeurs, qui en retranchaient le poids sur celui de la marchandise livrée. A titre de compensation, les emballages étaient récupérés par les producteurs qui pouvaient les réutiliser. Ils y trouvaient un menu avantage financier, mais c'était souvent au détriment de la présentation de leurs produits. Lorsqu'il devint évident en 1932 que les marchés d'exportation se fermaient, la question de la présentation -avec son corollaire le fardage – redevint d'actualité et c'est dans ce contexte qu'en juillet 1933 la toute jeune Fédération des Producteurs de Raisins de Table du Sud-Est59 négocie avec la Fédération Nationale des Exportateurs et Producteurs Expéditeurs en Fruits, Légumes et Primeurs60 une nouvelle réglementation des emballages, dans la perspective d'aboutir à leur standardisation. La négociation se termine par "l'accord du 11 juillet" : il revient désormais aux producteurs d'acheter eux-mêmes leurs emballages, qui sont considérés comme perdus après leur premier usage. Les expéditeurs les remboursent et en retirent le poids, selon des normes forfaitaires – OF75 pour le prix d'un billot et 1,3 kg pour son poids. C'est cet accord qui va provoquer une véritable explosion de colère chez les producteurs, qui désavouent leurs représentants.

53Le mécontentement des paysans s'exprime sur les marchés, de Châteaurenard à Cavaillon, Le Thor... D'abord diffus et peu sonore, il s'organise sous l'impulsion des syndicats du Thor et de Châteaurenard et aboutit à une réunion publique convoquée à Avignon le 12 août, rassemblant de l'aveu du Commissaire Spécial 1 200 participants : chiffre considérable, et pourtant très probablement inférieur à la réalité. A cette date, les positions prises sont révélatrices de préoccupations et d'objectifs très divergents. Les expéditeurs, qui sentaient venir l'orage et s'étaient réunis dès le 4 août, s'en tiennent à l'accord du 11 juillet, qu'ils justifient par la poursuite d'une politique de standardisation :

  • 61 A.D.V. 7M75.

"... considérant que la standardisation de l'emballage pratiquée par nos concurrents est unes des causes des progrès constants de leurs exportations à l'étranger et en France ;
Considérant que pour ce qui concerne le raisin de table et d'une façon toute spéciale observant qu'il est emballé par les producteurs eux-mêmes, la standardisation de l'emballage ne peut être réalisée pour ce produit que si le producteur fournit et achète lui-même son emballage"61.

54L'habileté de l'argumentation consiste à faire apparaître les paysans comme des attardés, d'éternels mécontents campant sur des positions condamnées:

  • 62 Le Petit Provençal. 7 août 1933.

"Les producteurs ne doivent pas ignorer qu'ils s'insurgent contre le progrès et se cantonnent dans un esprit routinier dont ils ont souffert déjà... C'est à leur retard dans l'application des méthodes commerciales qu'ils doivent d'avoir perdu plusieurs marchés..."62

55L'hostilité des producteurs à l'accord du 11 juillet se fonde sur trois arguments. En premier lieu, les normes forfaitaires prévues pour le remboursement des billots et l'estimation de leur poids leur sont très défavorables : 0F75 pour le prix d'un billot alors qu'il s'achète couramment de 1F60 à 1F80, 1 kg 300 pour son poids, récupéré par l'expéditeur, alors que se généralise la fabrication de billots légers, de 0,800 à 0,900 kg. La standardisation dès lors devient suspecte, ne leur apparaît plus que comme un "fallacieux prétexte". La méfiance envers les expéditeurs est telle que les leaders du mouvement redoutent qu'en cours de campagne ils n'organisent une pénurie de billots, en accord avec les fabricants pour en faire monter les cours :

  • 63 L'Alerte maraîchère et fruitière. Août 1933.

"Nous n'ignorons pas que l'accaparement des billots chez les fabricants est presque un fait accompli, et que ce ne sont pas les producteurs qui en ont le plus acheté, bien s'en faut..
Voyez-vous certains expéditeurs accapareurs faire vendre par homme de paille des billots à 3 F aux producteurs à court d'emballage et les rembourser le lendemain à 0F75. Quel beau spectacle moral !"63.

56Le procès d'intention est manifeste, et montre bien le clivage qui s'est opéré entre expéditeurs et producteurs. Mais ceux-ci ne font que transposer une réalité dont ils ont l'expérience quotidienne sur les marchés : le jeu spéculatif qui s'opère à leurs dépens depuis que la crise est lancée. Et l'on comprend dans ces conditions le dernier argument qu'ils avancent, à savoir l'obligation pour eux de faire une avance de fonds que leur trésorerie actuelle ne leur permet pas, au moins pour les plus vulnérables d'entre eux, métayers et fermiers.

57Ainsi, c'est la crise qui éclaire les réactions passionnées des producteurs de raisins de table à un accord qu'en d'autres temps ils auraient accepté : la crise qui les met en situation défavorable sur les marchés, qui compromet leurs gains tout en assurant la possibilité d'un jeu spéculatif fructueux aux expéditeurs. Parler progrès et standardisation dans ce contexte, c'est engager un dialogue de sourds... Pierre George, qui a parcouru les campagnes comtadines peu après ces événements et qui en a recueilli les échos encore tout sonores, ne me paraît pas avoir très bien perçu leur signification lorsqu'il écrit :

  • 64 P. George.op.cité.p.526.

"Mais au moment où l'union des producteurs paraissait nécessaire, alors que tout désaccord entre commerçants et paysans semblait particulièrement néfaste, on a assisté à un spectacle assez alarmant. Des marchés ont été désorganisés par suite de conflits violents au sujet de la taxe des emballages (Le Thor)"64

  • 65 Au meeting d'Avignon, Ginoux avait salué, selon le rapport du commissaire spécial "le jour prochain (...)

58Plus exactement, Pierre George nous restitue l'opinion dominante dans les campagnes comtadines, après que les passions se furent calmées et alors que les évènements avaient subi la décantation du temps. Au plus fort de l'action, tous ceux qu'elle avait entraînés n'avaient pas toujours clairement analysé la part décisive qu'y avaient pris des hommes de gauche, communistes comme Grand du Syndicat Agricole de Cavaillon ou sympathisants communistes comme Nègre, du Syndicat de Défense Viticole du Thor. Ce sont eux qui ont animé la réunion d'Avignon, avec Ginoux du Syndicat des Maraîchers de Châteaurenard, dont les sympathies politiques il est vrai allaient à droite, avec même un préjugé favorable pour l'organisation corporative italienne65. Il paraît évident que les militants communistes s'étaient efforcés de donner au mouvement de protestation une orientation politique, et les parlementaires vauclusiens qui assistaient à la manifestation d'Avignon, Gros du Parti Socialiste et Roumagoux du Parti Radical, n'y avaient pas été très à l'aise. Et il est non moins évident que dans leur majorité les producteurs de raisins de table n'étaient pas prêts à suivre une voie révolutionnaire : c'est pourquoi la vive opposition entre les producteurs et les intermédiaires, inséparable d'un contexte de crise qui inquiète tout le monde, ne pouvait être qu'un feu de paille. Plus forte, plus fondamentale que l'inégalité de situation révélée par la crise était la solidarité entre les producteurs et les négociants, quand l'ordre social était en jeu. Cela dit, il convient de retenir et l'effort déployé par les militants communistes et son relatif succès : l'un et l'autre traduisent un processus de prise de conscience révolutionnaire qui s'amorce, facilité par la crise, dans les secteurs les plus évolués de l'agriculture vauclusienne. Et l'on ne doit pas oublier davantage que l'action a porté ses fruits, puisque les expéditeurs ont accepté de revenir à l'accord de 1930 pour les producteurs qui le désireraient.

  • 66 A.D.V. IM689.
  • 67 A.D.V. 7M105.
  • 68 A.D.V. 7M75.

59Mais c'est surtout en 1934 que la mévente des raisins de table a été catastrophique, jusqu'à créer une situation de déficit pour les producteurs66, sans compter les répercussions qu'elle a entraînées sur le marché des vins, car une bonne partie de la récolte des raisins de table a dû être dirigée vers la cuve, contribuant ainsi à la surproduction de vin67. Cependant, la campagne 1934 a été calme, comme si les producteurs, sans doute sensibles au caractère global de la crise, renonçaient à tirer leur épingle du jeu. C'est la perspective d'une nouvelle catastrophe en 1935 qui mobilise à nouveau les producteurs de raisins de table, mais dans des conditions totalement différentes de 1933. Dès l'ouverture de la campagne, il apparaît que "la fermeture des marchés étrangers et plus spécialement du marché allemand" inquiète les producteurs, et le préfet s'en ouvre franchement dans un rapport adressé au Président du Conseil, Ministre des Affaires Etrangères68.

  • 69 Le Petit Provençal. 7 sept 1935.
  • 70 Ibid. 9 sept 1975.

60Encore une fois, le Syndicat de Défense Viticole du Thor est au premier rang des protestations et il imprime au mouvement qui se dessine une orientation précise : il proteste contre l'importation de pêches italiennes, qui ont fait concurrence sur les marchés aux raisins de table et ont de ce fait contribué à l'effondrement des cours69, et il dénonce avec vigueur "l'interdiction déguisée faite par l'Allemagne de laisser importer chez elle nos raisins de table pendant le mois de septembre" où il voit une menace de ruine pour les producteurs "qui ont de grosses quantités de gros vert et autres cépages tardifs"70. Ainsi, le thème de la défense des produits nationaux est repris par une organisation professionnelle dont le principal dirigeant, Nègre, est connu pour ses sympathies communistes et son action militante dans la Confédération Générale des Paysans Travailleurs : le syndicat est à l'écoute d'une base qui vit les marchés au jour le jour et ne peut échapper à son angoisse que si on lui propose une action concrète dans un domaine précis, où les pouvoirs publics puissent avoir quelque efficacité. Mais c'est une perspective unifiante, où peuvent converger des hommes et des organisations venus de tous les horizons idéologiques et politiques et la revendication prend alors un caractère "économique" et s'exprime dans un cadre fort éloigné de celui que redoutait le préfet.

  • 71 A.D.V. 7M75.
  • 72 Ce syndicat est un résultat du conflit de 1933 : il a été créé face à la Fédération des Producteurs (...)

61C'est en effet la Chambre d'Agriculture qui prend l'initiative de convoquer toutes les instances politiques et professionnelles concernées par la mévente des raisins de table71 à "une réunion extraordinaire consacrée exclusivement à l'exportation des raisins de table en Allemagne", le 12 septembre. S'y rencontrent les parlementaires, les représentants du Conseil Général, de l'Amicale des Maires, de la Chambre de Commerce et, bien sûr, de toutes les organisations agricoles, de la Fédération des Associations Agricoles de Vaucluse aux différents syndicats spécialisés dans la production et la vente des raisins de table. Un oubli cependant, et il est significatif : la Confédération Générale des Paysans Travailleurs, qui est pourtant implantée dans plusieurs communes et fait preuve d'une incontestable activité. Mais comme l'indique le président de la Chambre d'Agriculture dans son exposé liminaire "la situation... nécessite la solidarité absolue et en dehors de tout esprit politique de toutes les forces parlementaires et économiques du département", et la C.G.P.T. n'a pas sa place dans ce concert. Il est à noter cependant qu'elle n'en est pas totalement absente, puisque certains de ses militants y participent, en raison des mandats qu'ils détiennent dans les organisations professsionnelles : c'est le cas de Nègre, qui est là au titre du Syndicat Régional des Producteurs de Raisins de Table du Sud-Est72, et de Grand qui est membre de la Chambre d'Agriculture. On ne peut évidemment penser qu'ils opèrent un dédoublement de personnalité et l'on imagine aisément que dans la discussion -où nous savons qu'ils sont intervenus – ils ont avancé des idées conformes à leur engagement militant. Mais on peut aussi se demander s'ils n'ont pas apporté une caution, au moins involontaire, puisqu'ils ont voté la motion finale.

62L'important en effet, c'est l'unanimité qui se réalise dans la recherche d'une solution à la crise, car c'est un fait nouveau par rapport à ce qui s'était produit en 1933. Elle est d'une certaine manière une leçon tirée du conflit de 1933 par les hommes qui redoutaient et refusaient les clivages qui étaient alors apparus et elle témoigne aussi de l'importance que les producteurs accordent aux exportations pour la défense de leur revenu. Il est vraisemblable que sur ce point les militants de la C.G.P.T. suivent un courant et sont soucieux de maintenir une unité dont ils n'ignorent pas, cependant, le caractère superficiel et donc la fragilité. Mais l'autorité récente qu'ils ont acquise dans les milieux professionnels leur impose de ne pas s'isoler par des positions abruptes, qui ne seraient pas comprises du plus grand nombre. C'est pourquoi l'unanimité se fait entre tous les participants à la réunion du 12 septembre "unis dans une même volonté de défense économique", formulant leur inquiétude en ces termes :

"Déjà, devant l'importation de fruits italiens, les prix des raisins se sont brutalement effondrés au point que de grosses quantités ont dû être portées à la cave, aggravant ainsi le marché du vin.
Que sera-ce si le marché intérieur est obligé d'absorber en outre toute la production destinée à la consommation habituelle de l'Allemagne ?"

63et pressant les pouvoirs publics d'oeuvrer pour obtenir "des mesures d'extrême urgence" ainsi définies :

"Entente avec le gouvernement du Reich pour l'exportation d'un minimun égal à la moyenne des exportations de raisins de table en Allemagne pendant les cinq dernières années. Interdiction de toute importation en France de fruits étrangers, jusqu'à la fin de la présente récolte.
Mise à l'étude d'une réglementation des importations de raisins d'Algérie".

  • 73 Le Petit Provençal. 15 sept. 1935.

64Posée sur ce terrain, la crise relève bien d'une action "nationale" -avec cependant la résurgence de l'ambiguïté algérienne ! – dépouillée de toute exploitation politique qui serait alors partisane. Et la voie ainsi ouverte détourne les esprits de manifestations publiques d'inquiétude et d'indignation. On le voit bien à une tentative de politisation de la crise agricole faite par la section de Bollène de la Confédération Générale des Paysans Travailleurs qui veut organiser un rassemblement paysan le 22 septembre. Son initiative rencontre l'adhésion du Comité de Front Populaire de Bollène, et "le comité de la C.G.P.T. se félicite de cette décision qui ne peut que servir les intérêt du peuple travailleur, pour la lutte commune contre les spéculateurs, l'Etat et les magnats de l'agriculture, tous exploiteurs de la misère des paysans et des ouvriers"73. C'est un tout autre son de cloche que ce qui s'est dit à la réunion de la Chambre d'Agriculture...

  • 74 A.D.V. 1M820.

65Mais la C.G.P.T. ne peut réaliser son projet initial, et c'est en fin de compte le 29 septembre un rassemblement à l'initiative du Comité de Front Populaire qui se tient à Bollène, rasemblement réussi puisque le commissaire de police lui concède 400 participants74, mais où les revendications paysannes, dans leur spécificité de gauche, sont prises en charge par une structure politique et non pas professionnelle. Ce que dénoncent les participants au rassemblement, c'est "la diminution du pouvoir d'achat des travailleurs des villes, des fonctionnaires, etc.. (qui) se répercute inévitablement sur les masses paysannes qui ne peuvent plus vendre leurs produits", ce qu'ils réclament, c'est "la revalorisation des produits agricoles et le moratoire des dettes paysannes" et, pour bien localiser leur action, la suppression de "la taxe de 15 francs les 100 kgs sur la vendange, qui est une mesure réduisant les producteurs à la misère alors que les consommateurs sont dans l'impossibilité d'acheter".

  • 75 Le Petit Provençal – 13 octobre 1935.

66Par conséquent, à mesure qu'elle s'approfondit, la crise agricole pose des problèmes de nature politique qui mettent à rude épreuve les organisations professionnelles, traditionnellement placées sous le signe de l'apolitisme. Le conflit de 1933 a fait apparaître le risque d'un clivage redoutable parce qu'il se situait au coeur des rapports de production et d'échange, et l'unanimité du monde agricole un moment menacée s'est rapidement reconstituée, sous la bannière de la défense des productions nationales. Les éléments révolutionnaires de la paysannerie ne peuvent se tenir à l'écart de ce courant, et il leur est manifestement fort difficile de développer des actions spectaculaires sur leurs analyses et leurs mots d'ordre spécifiques. On le voit bien à la lecture d'un appel que le secrétariat départemental de la C.G.P.T. adressse à tous ses comités locaux, en décembre 1935. Il se fonde sur une analyse de la crise qui s'aggrave, et sur la volonté "de voir se réaliser le bloc de tous les exploités terriens" dont la C.G.P.T. veut être "l'expression". L'objectif proposé est "de préparer... un grand meeting paysan dans le centre le plus propice du département"75. Ce meeting ne sera pas organisé. Mais ce serait une erreur d'en conclure au conformisme retrouvé de la paysannerie. Il se crée en effet un second front d'intervention et d'action, où les revendications paysannes dans leur rapport dialectique avec celles des autres couches et classes laborieuses peuvent être formulées et développées : c'est le front proprement politique, dans le cadre du Rassemblement Populaire et des structures qu'il se donne. La paysannerie nous apparaît ici dans sa complexité psychologique, puisque pour une bonne part d'elle-même elle est tout à la fois fidèle aux vieux comportements particularistes et isolationnistes et réceptive aux analyses et revendications qui la solidarisent avec le monde des travaileurs urbains. Elle pratique en quelque sorte un dédoublement de personnalité, où il faut voir au sens fort du terme un processus de politisation et c'est la Gauche nécessairement qui en est bénéficiaire. Mais qu'en sera-t-il après que la crise aura reçu sa sanction politique, avec la victoire électorale du Front Populaire ?

V – APRES 1936 : L'AGITATION DANS LE SECTEUR MARAICHER

67Il ne fait pas de doute que le mouvement des prix agricoles change de sens à partir de l'année 1936 : la hausse des prix est incontestable pour les grands produits nationaux, tels que le blé et le vin ; elle ne l'est pas moins pour les raisins de table et si les conditions spécifiques du marché des produits maraîchers imposent toujours des fluctuations courtes brutales, qui peuvent aller jusqu'à la saturation et l'engorgement de tel ou tel marché, elles ne sont pas contradictoires avec la tendance générale. Bien sûr, la revalorisation des prix agricoles s'inscrit dans un contexte de hausse généralisée des prix et le revenu paysan ne progresse pas au rythme de la montée des prix. Il reste que le climat économique change à partir de 1936 et que l'angoisse, le désarroi perceptibles dans les années précédentes font place à des sentiments de confiance et d'assurance. Seulement, cette nouvelle conjoncture – qui ne peut être correctement appréciée que par comparaison avec la précédente – est inséparable du changement politique qu'a introduit la victoire électorale du Front Populaire et l'événement est trop important pour qu'il n'agisse pas en retour sur la conjoncture économique. Le mouvement de politisation que nous avons décelé dans les années 1933-1935 ne peut que s'amplifier à partir de 1936, et la situation économique suscite plus encore que pendant les années précédentes des analyses où interviennent des considérations idéologiques et politiques. Mais si la gauche en avait eu l'initiative et le bénéfice avant 1936, elle est, maintenant qu'elle exerce le pouvoir, exposée à l'assaut des forces sociales et politiques qui n'acceptent pas sa victoire. Le prisme inévitablement déformant du parti pris politique s'interpose donc entre la réalité économique et sa perception par les intéressés.

  • 76 Rhône-Durance-Ventoux – 1er août 1935.
  • 77 Ibid. 15 oct. 1935.
  • 78 Ibid. 15 nov. 1934.
  • 79 Ibid. 15 janv. 1935.
  • 80 Ibid. 1er nov. 1935.

68La lecture du journal du Syndicat Agricole Vauclusien est, à cet égard, instructive. Avant 1936, les articles qu'il publie s'attaquent en priorité aux aspects techniques de la crise agricole ou bien prennent pour cibles les pays concurrents et ceux qui ferment leurs frontières aux productions vauclusiennes. Naturellement les pouvoirs publics sont interpellés, mais les principes et les axes de l'action gouvernementale sont rarement discutés, ou s'ils le sont c'est avec modération, sous la forme de suggestions et de conseils qui ne mettent pas en cause l'orientation générale du pouvoir politique. Il en est ainsi à propos des décrets-lois : ils ne sont pas condamnés, on se contente de faire remarquer que la baisse des prix ne peut s'appliquer à l'agriculture qui vend déjà à perte76 et de suggérer qu'il faudrait utiliser leur procédure pour réviser le système fiscal, aménager le Crédit Agricole et "enfin et surtout s'attaquer résolument à refondre notre régime douanier"77. Dans le même temps d'ailleurs qu'il entre dans le jeu d'une opposition constructive, mieux d'une force de proposition, le Syndicat Agricole Vauclusien prête une oreille intéressée et sympathique aux thèses corporatives, ouvrant ses colonnes – en tribune libre – à Louis Salleron78 et J. Leroy-Ladurie qui dans une interview recommande "pour l'amélioration de la situation agricole" la mise en oeuvre d'un programme dont les lignes maîtresses seraient "protection de la famille, institution de la corporation dans le cadre communal, puis régional, enfin national, et réorganisation de l'économie"79. Mais à l'heure ou l'approche de l'échéance politique accentue le processus de politisation précédemment signalé, le syndicat confie le soin à ses administrateurs de préciser sa position de neutralité politique et sa mission toute professionnelle. Il écarte la double et contradictoire tentation du Front Paysan de Dorgères et de la Confédération Générale des Paysans Travailleurs et prêche l'union de tous les agriculteurs et la défense professionnnelle "dans le cadre strictement corporatif", formule ambiguë qu'éclaire cependant la recommandation faite aux paysans qu'ils "ne doivent pas toujours s'adresser à l'Etat providence"80.

  • 81 Ph. Gratton. Les paysans français contre l'agrarisme. Paris 1972 p. 181- 182.

69Les administrateurs du Syndicat Agricole Vauclusien prennnent à nouveau la plume au début de l'été 1936, après que s'est apaisée la houle des grèves qui ont accompagné l'installation du gouvernement de Front Populaire. Les grèves ont peu touché le monde agricole81 et, en tout cas, pas du tout l'agriculture vauclusiennne dont les structures de production ne sont pas favorables à la syndicalisation et à l'action revendicative des ouvriers agricoles, mais il est arrivé que les grèves ouvrières gênent les agriculteurs sur les marchés, sans qu'il y ait lieu de dramatiser ces situations, toujours localisées et isolées dans le temps. Pourtant, on est frappé par la solennité et la gravité du ton qu'adoptent ces notables agrariens évoquant les "conflits regrettables" qui ont opposé "patrons et ouvriers agricoles":

"Opposer les uns aux autres, alors qu'ils effectuent ensemble le même travail, est une incontestable hérésie sociale.
Dire que les propriétaires, qui ne font pas leurs affaires, sont des "exploitateurs" est une monstruosité.
.... Il faut observer la grande leçon de la terre qui unit, tous les jours, possédants et salariés pour un même labeur".

70Et leur déclaration s'achève sur des perspectives qui, dans le contexte, prennent l'allure d'une mise en garde à l'adresse du gouvernement :

  • 82 Rhône-Durance-Ventoux 1er août 1936.

"Pour nous résumer, disons que la liberté de tous doit être respectée, que si des lois sociales nouvelles compatibles avec le travail agricole doivent être appliquées, il faut au préalable assurer la revalorisation des produits agricoles indispensable à l'amélioration de la condition de tous les travailleurs de la terre"82.

  • 83 Ibid15 oct. 1936.
  • 84 Ibid1er déc. 1936. C'est une prise de position de la Chambre d'Agriculture qui est ici rapportée.
  • 85 Ibid 15 nov. 1936.
  • 86 Ibid 1er déc. 1937.

71Le ton a bien changé et la sommation de relever les prix agricoles n'a rien à voir avec les analyses techniques et désolées qui étaient de règle avant 1936 devant la baisse des cours. Le syndicalisme conservateur suit une démarche analogue à celle qu'avait cherché à développer le syndicalisme révolutionnaire de la C.G.P.T. dans la recherche des responsabilités de la crise, et l'on est bien en présence d'une tentative de politisation de la crise, cette fois à l'initiative de la droite. Le thème des prix se révèle à cet égard être un bon cheval de bataille, et l'on y revient avec insistance, à propos de la dévaluation dont on redoute qu'elle ne relève les prix de revient de l'agriculture plus que ses prix de vente83 et dont on " regrette l'atteinte nouvelle... portée à l'esprit d'épargne du pays, si vivace surtout dans les campagnes"84. Plus précisément, la hausse des prix agricoles – qui n'est pas niable – est mise en relation avec l'évolution des prix industriels et des prix à la consommation, afin d'abord de mettre en doute la réalité du relèvement du revenu paysan85 puis de le récuser tout simplement : "C'est...à un appauvrissement progressif et inéluctable du cultivateur que nous assistons", lit-on dans un article du 1er décembre 193786. Il y a certes du vrai dans la marche plus rapide des prix industriels et l'érosion du pouvoir d'achat des paysans, encore qu'il soit imprudent de généraliser. Mais l'important, c'est l'effort patiemment poursuivi pour semer le doute, saper la confiance et désigner le gouvernement comme responsable. De la part du Syndicat Agricole Vauclusien, c'est une attitude nouvelle, où le préjugé politique joue un rôle déterminant.

  • 87 1er juillet 1937
  • 88 15 mars 1937.

72Bien entendu, un langage analogue est tenu dans d'autres structures professionnelles, idéologiquement proches du Syndicat Agricole Vauclusien. C'est le cas à la Chambre d'Agriculture, dont le président prononce un discours inquiet en juin 1937, où il insiste sur la nécessité d'aménager les lois sociales : la stricte application de la semaine des 40 heures, avec la fermeture hebdomadaire des Halles et des maisons d'alimentation porterait un grave préjudice aux maraîchers87. Dans son assemblée générale du 6 mars 193788, la Caisse de Prévoyance et de Crédit du Syndicat Agricole Vauclusien s'en prend également aux mesures sociales du Front Populaire, qui "sont venues encore grever les frais généraux de la plupart des exploitants". Mais le chef-d'œuvre de la réticence se rencontre dans l'appréciation portée sur l'Office du Blé, au cours de cette même assemblée générale:

"L'adaptation n'a pas paru laborieuse. Faut-il trouver là une preuve de contentement général ? C'est plutôt sans doute qu'elle s'est produite alors que le marché du blé se trouvait aux prises avec de grosses difficultés.. En d'autres circonstances, il en aurait été peut-être autrement. Enfin à présent que c'est chose acquise, il faut espérer que cet office répondra par un fonctionnement souple et irréprochable aux aspirations des intéressés, et que ceux-ci ne se trouveront pas dans l'avenir soumis à une tutelle trop gênante, incompatible avec le tempérament des agriculteurs, fortement nuancé d'indépendance. Pour l'instant on ne peut que réserver son jugement et enregistrer avec satisfaction les signes d'apaisement que cette création a fait apparaître au milieu des producteurs".

  • 89 A.D.V. 1M826.
  • 90 Ibid. Rapport du préfet au ministre de l'Intérieur du 6 déc. 1937.

73Les tenants du syndicalisme agrarien cherchent à entretenir un climat de crise et à culpabiliser le pouvoir et ceux qui l'ont mis en place pour tout ce qui ne va pas, tout ce qui reste incertain dans la production et commercialisation agricoles. Il ne semble pas que cette attitude faite de critique négative, de suspicion et d'aigreur, rencontre un écho très favorable dans la paysannerie vauclusienne. Mais elle est relayée par d'autres comportements, plus agressifs et plus démagogiques, qui sont le fait d'hommes mieux introduits dans les masses, qui parlent leur langage et ont une incontestable habileté à se saisir des problèmes conjoncturels ou passionnels pour engager des campagnes retentissantes, qui secouent l'opinion sans pour autant d'ailleurs réussir à imposer un nouveau rapport de forces. C'est ce qui explique le relatif succès de Dorgères dans les milieux maraîchers vauclusiens, les plus réceptifs parce que les plus vulnérables aux fluctuations imprévisibles de la conjoncture. La tactique dorgériste consiste à créer ou détourner des syndicats, regroupés dans une Fédération de Défense et d'Action Paysanne et dirigés par d'anciens ligueurs et membres du Parti Social Français89. Cela compose une structure souple, trompeuse par ses mots d'ordre et qui fait illusion sur le préfet qui lui attribue des effectifs démesurés : 1 000 adhérents à Avignon et Cavaillon, 300 à Carpentras, 200 au Thor et 100 à Pernes90. Retenons au moins la localisation de ses forces, qui épouse les contours de la zone d'agriculture spéculative, et qui se prolonge dans la région de Châteaurenard, au Sud de la Durance. Et si le nombre des adhérents me paraît fort suspect et résulter d'une confusion avec les auditeurs occasionnels des meetings dorgéristes, on peut vérifier l'efficacité de la méthode d'action dorgériste à l'occasion d'un conflit qui surgit sur le marché de la pomme de terre primeur à Avignon, en mai 1937.

74La culture de la pomme de terre primeur intéresse la zone d'agriculture maraîchère de la basse vallée de la Durance, de Cavaillon à Avignon et le marché principal est à Rognonas dans le canton voisin de Châteaurenard. Dans cette région, la récolte commence dès le mois de mai et comme il s'agit d'un produit sinon de luxe, tout au moins limité dans sa diffusion par son prix, sa commercialisation est toujours incertaine, en fonction des arrivages sur les marchés et de l'exploitation spéculative qu'en font les négociants. Dans ce contexte, la campagne 1937 s'engage dans des conditions défavorables, dont rend compte le préfet dans un rapport du 21 mai :

  • 91 A.D.V. 1M689. Il y a tout un dossier sur "la crise de la pomme de terre", qui est notre source maje (...)

"Le 20 courant, il y avait à Rognonas environ 350 à 400 tonnes de pommes de terre à livrer, les expéditeurs ont acheté 150 tonnes au prix de 70, 80 francs le quintal. Ils ont ensuite interrompu leurs achats, n'offrant plus que 50 francs pour les 2/3 restant sur le marché.
C'est alors que les producteurs ont refusé de livrer leurs produits en déclarant qu'ils n'approvisionneraient plus le marché les jours suivants.
Finalement, la majeure partie du stock invendu fut achetée par les expéditeurs qui avaient encore à satisfaire des commandes au prix de 70-80 frs les 100 kgs. Quant au reste les producteurs l'apportèrent à Avignon.
Sur le marché d'Avignon, la pomme de terre était vendue 140 frs l'année dernière à pareille époque, les producteurs affirment que pour être rémunérateurs, les prix doivent être de 100 frs le quintal"91.

75Le scénario est classique, et il met en évidence la faiblesse des producteurs qui finalement s'inclinent devant les prétentions des expéditeurs et par leur déplacement d'un marché à l'autre contribuent à propager la crise. Mais la flambée de colère qui s'empare des paysans concernés est à la mesure de leur soumission à la loi du marché. Dès l'après-midi du 20 mai, les maires du canton de Châteaurenard et les représentants de syndicats agricoles se sont réunis à la sous-préfecture d'Arles et ils ont lancé un appel à la population, lapidaire mais énergique :

"La mévente des produits du sol qui ruine notre région n'a que trop duré.
Actuellement la mévente de la pomme de terre atteint une gravité intolérable. Des mesures s'imposent".

76Et ces mesures sont énoncées dans un télégramme adressé au ministre de l'Agriculture :

"Cultivateurs, petits propriétaires, producteurs cultures maraîchères et fruitières réunis à Arles, attirent votre attention sur grave mécontentement suite mévente produits agricoles et actuellement pommes de terre. Vous demandent instamment application immédiate tarifs PV 2 accéléré ; retrait contingentement en franchises pommes de terre Maroc accordé par arrêté 5 mai, Algérie 10 juin prochain – Récolte pomme de terre déjà suspendue, gares menacées d'occupation, troubles graves à redouter si pas satisfaction immédiate".

77La démarche des producteurs appelle plusieurs observations. Si l'action conjointe des maires et des dirigeants professionnels est un procédé classique, on ne doit pas négliger le fait que les communes rurales du canton de Châteaurenard se situent politiquement à droite. On retiendra, en corollaire, le ton menaçant du télégramme, la pointe de la revendication dirigée contre le pouvoir politique. Par ailleurs, comment ne pas remarquer la volonté de généralisation et de dramatisation : de la pomme de terre, dont les cours se sont effondrés en un jour, à la mévente et à la ruine... C'est aller rapidement en besogne! Et les "troubles graves" qu'on agite comme une menace relèvent plus du bluff et de l'intoxication que d'une appréciation réaliste et raisonnée de la situation. Sans doute faut-il compter avec un certain effet de mimétisme recherché par les dirigeants du mouvement, par rapport aux méthodes de lutte du mouvement ouvrier, pour lequel ils n'éprouvent – faut-il le préciser ? – aucune sympathie.

78Ce qui est vrai, c'est la sensibilité des paysans engagés dans la production maraîchère aux variations des cours et leur disponibilité pour des réactions promptes et des actions spectaculaires, qui s'explique par le fait qu'ils se rencontrent sur les marchés où les idées s'échangent, et où les têtes peuvent s'échauffer rapidement. Quant aux revendications,elles sont telles qu'on pouvait les attendre : les tarifs ferroviaires entrent pour une part non négligeable dans le prix de revient de la marchandise parvenue sur les marchés de consommation, et l'octroi de conditions préférentielles est une vieille revendication des organisations professionnelles ; la mise en question des importations marocaines et algériennes, contingentées certes mais aussi échappant à tout droit de douane, est normale pour un secteur de production relativement rigide et soumis par ailleurs aux contraintes d'un calendrier de récolte qui limite parfois à quelques jours la possiblilité de réaliser un bénéfice appréciable. Mais on doit noter l'absence de toute critique envers le négoce, dont on sait bien pourtant qu'il joue habilement des distorsions entre les approvisionnements et l'écoulement sur les marchés de consommation : ce silence n'est pas le fait du hasard, il est dans la logique d'une interprétation agrarienne de la crise.

79Ainsi lancée, la protestation des producteurs de pommes de terre gagne rapidement du terrain. Le 21 mai, le syndicat des maraîchers d'Avignon s'efforce de lancer une grève de l'approvisionnement du marché de la ville. Dans une affiche placardée aux halles, il informe les maraîchers de l'action entreprise dans le canton de Châteaurenard, reprend à son compte le télégramme adressé la veille au ministre de l'Agriculture et fait monter les enchères en concluant en ces termes:

"Nous patienterons encore 24 heures, mais si nous n'avons pas satisfaction nous inviterons énergiquement tous les cultivateurs à s'abstenir jusqu'à nouvel ordre d'approvisionner les marchés de la région".

  • 92 Dans un rapport du 21 janvier 1937, le sous-préfet d'Apt indiquait que les leaders de ce syndicat é (...)

80Effectivement, le marché de Cavaillon est touché le 22 mai, après que le Conseil Municipal a adopté un voeu pour que soit rapportée "l'autorisation qui a été accordée le 3 mai dernier aux pommes de terre du Maroc d'entrer en France en franchise de droits", après que le Syndicat de Défense Paysanne de la région de Cavaillon, de tendance sinon d'affiliation dorgériste92, a demandé à ses adhérents de cesser pour trois ou quatre jours l'arrachage des pommes de terre. Et l'on voit bien comment la coordination s'établit, puisque le fils du président du Syndicat des Maraîchers d'Avignon est le secrétaire du Syndicat de Défense et d'Action Paysanne, d'affiliation dorgériste. Le 25 mai, le mouvement s'est déplacé à Orange, où 60 maraîchers sont réunis à l'initiative du délégué du Comité de Défense Maraîchère et Fruitière de Provence, qui a son siège social dans les locaux du Syndicat Agricole Vauclusien, et l'on voit apparaître à côté des revendications tarifaires et protectionnistes un nouveau cheval de bataille :

"La création de la carte maraîchère, afin que les ouvriers d'usines possédant des terrains, et profitant de la semaine de 40 heures, ne puissent vendre leurs récoltes sur les marchés, faisant ainsi une concurrence aux véritables producteurs".

  • 93 Dans une réunion du 13 juin, 600 maraîchers de Châteaurenard (selon les dires des organisateurs de (...)

81Il est vrai que par souci de symétrie l'orateur s'en est pris également aux grandes sociétés foncières qui pratiquent la monoculture et provoquent la surproduction. Mais c'est la diatribe anti-ouvrière qui révèle le sens politique que voudraient donner au mouvement revendicatif ses promoteurs93. Et l'on sait aussi que sur les marchés, pendant ces jours de crise, un tract était diffusé appelant à l'adhésion au Parti Social Français, attaquant violemment le Front Populaire qui "vous ruine, vous précipite dans la plus noire des misères". Telle est la méthode d'action dorgériste, prenant appui sur des forces politiques conservatrices, appliquée par des hommes qui sont des paysans et qui savent exploiter une situation. Mais leur action est toute de surface et de passion, et la vague retombe vite : le 25 mai, une délégation des producteurs maraîchers des départements provençaux et languedociens, accompagnée des parlementaires de la région, reçoit du Ministre de l'Agriculture l'assurance que les revendications tarifaires et protectionnistes vont être prises en considération, et l'agitation s'arrête, bien que subsistent encore les jours suivants des difficultés pour l'application de tarifs ferroviaires plus avantageux. Il faut ajouter que la flambée de colère est inévitablement étouffée par les exigences du calendrier des récoltes : les pommes de terre nouvelles ne tiennent la vedette que quelques jours, le relais est pris par les fraises, les tomates... et les cours des productions nouvelles connaissent à peu près toujours une phase favorable, qui chasse la colère, dissipe l'inquiétude.

  • 94 A.D.V. 1M689.

82On doit retenir cependant qu'après 1936 le secteur de la production maraîchère est le plus agité et qu'on peut déceler dans cette nervosité la marque d'une tentative politique, à l'initiative des éléments les plus conservateurs, les plus hostiles au Front Populaire. Ils s'abritent derrière des syndicats influencés par l'idéologie dorgériste qui apportent un sang neuf et ouvrent des possibilités nouvelles au syndicalisme traditionnel, sans expérience dans la manipulation des masses. L'éffort d'organisation et d'action de ces forces hostiles ou même simplement méfiantes envers le Front Populaire passe aussi par le Comité de Défense Maraîchère et Fruitière de Provence, et nous le voyons à l'action dans la région de Carpentras où il prend le relais du très traditionaliste Syndicat du Comtat pour la défense des producteurs de tomates dans l'été 1937. Il s'agit cette fois d'une revendication qui s'adresse aux industriels de la conserve, pour qu'ils acceptent un prix minimum d'achat et pour qu'ils ne ferment pas leurs usines avant l'achèvement de la récolte d'arrière-saison. La revendication est imposée par un meeting qui rassemble 450 personnes à Carpentras le 6 août 1937, et l'accord est réalisé par un comité interprofessionnel94.

  • 95 A.D.V. 1M826. Ordre du jour voté dans une réunion de la C.G.P.T. à Orange, le 30 décembre 1936.
  • 96 Ibid.
  • 97 Ibid.

83Dans ces conflits, les syndicats agricoles de gauche sont absents. La Confédération Générale des Paysans Travailleurs n'apparaît plus que par des réunions qui n'attirent qu'un faible public, où elle s'en prend à la spéculation des grandes exploitations capitalistes, où elle demande l'application du programme du Front Populaire, en particulier "la création d'une caisse d'assurances pour les calamités agricoles ainsi que d'une caisse de retraites paysannes"95. Et le préfet peut dire, fin décembre 1937, qu'elle est peu importante dans le département96. Sans doute a-t-elle conservé son potentiel militant, mais elle éprouve d'incontestables difficultés à le mettre en oeuvre. Le Parti Communiste d'ailleurs prend conscience du danger que représentent dans le milieu paysan l'idéologie et l'action dorgéristes, puisqu'en décembre 1938 la région Bouches-du-Rhône -Vaucluse édite et diffuse un tract adressé aux "producteurs de fruits, viticulteurs, expéditeurs"97, qui proteste contre le projet du Conseil Municipal de Paris d"‘instituer à la date du 1er janvier un droit d'octroi de 40 francs par quintal sur les pommes, poires et raisins, favorisant ainsi les privilégiés de la fortune, et accablant un peu plus les consommateurs de Paris et les producteurs de notre région". Mais surtout, le tract vise à disqualifier la protestation dorgériste contre cette mesure, parce que Dorgères et ses amis "approuvent les décrets-lois de M. Daladier". L'association d'idées n'est peut-être pas très heureuse ni très convaincante, mais la conclusion montre bien l'importance prise par les organisations dorgéristes : "Démasquez partout, et chassez de vos rangs ces prétendus défenseurs des paysans que sont Dorgères et ses amis".

  • 98 La volonté Paysanne – 15 janvier 1938.
  • 99 A.D.V. 1M826.
  • 100 Ibid.

84De leur côté, les militants paysans socialistes ont poursuivi un effort d'organisation, qui a abouti à la constitution à Orange d'une fédération de la Confédération Nationale Paysanne, en novembre 193798. Mais il semble que l'implantation en soit limitée à la région d'Orange, grâce au soutien logistique du Syndicat de Défense Agricole de l'Arrondissement d'Orange et l'équipe dirigeante – composée d'ailleurs de paysans radicaux autant que socialistes – rassemble des gens d'Orange, Caderousse, Puyméras et Vaison99. Cette organisation tient Congrès à Avignon le 24 avril 1938, en présence des députés socialistes du département, Vaillandet et Lussy100. Si la question des raisins de table et de leurs débouchés est discutée, on y parle davantage de la question des blés et farines et du sorgho à balai, ce qui confirme les limites géographiques de la zone d'action et d'influence de la Fédération Paysanne de Vaucluse. Et le congrès se termine par l'adoption d'une série de voeux qui reprennent les problèmes nationaux – demande de création de caisses mutuelles contre les calamités agricoles – ou bien traduisent, mais sans passion, les préoccupations plus spécifiques des agriculteurs vauclusiens : droit de plantation de vignes ; facilités d'exportation pour les produits maraîchers. Le plus intéressant du congrès réside peut-être dans la discussion et l'adoption d'un voeu en faveur de l'établissement de la carte maraîchère, car cela témoigne de la force de pénétration de l'idéologie dorgériste et des réactions particularistes toujours vives dans la paysannerie, que partagent des hommes qui sont pourtant dans leur engagement politique solidaires de la classe ouvrière. Cette attitude aide à comprendre l'effacement des organisations agricoles de gauche après 1936.

85La situation économique de l'agriculture vauclusienne dans les années 1936- 1938, telle du moins qu'elle nous apparaît à travers les réactions du monde paysan, ne connaît plus que des tensions sectorielles, liées à la conjoncture brève des marchés primeuristes. On ne peut plus parler de crise, mais il reste des inquiétudes et, de l'expérience des années précédentes, une promptitude à réagir et une disponibilité pour l'action qu'exploitent les éléments agrariens pour créer des situations de crise. Le particularisme paysan, le sens d'une solidarité professionnelle évacuant la réalité des rapports sociaux sont des atouts dans leur jeu, mais les résultats de leurs efforts sont bien minces. Sans doute cela s'explique par un rapport de forces politiques qui n'est pas en faveur de la droite, mais on doit se demander aussi si le caractère épidermique des réactions à la crise, leur soudaineté mais plus encore leur brièveté, ne sont pas révélateurs en fin de compte d'un impact limité, atténué de la crise sur le revenu paysan.

Notes

1 Un exemple de la confusion que peut introduire dans l'appréciation de la situation économique régionale la pression du contexte national et mondial : le journal agricole Rhône-Durance-Ventoux, organe du Syndicat Agricole Vauclusien, publie dans son numéro du 25 décembre 1931 un article intitulé : "Fin d'année", qui commence par ces phrases :
"1931 touchera à sa fin lorsque ce journal parviendra à nos adhérents. Le moins, qu'on puisse en dire, c'est qu'il se termine avec un horizon bien sombre. Surproduction, mévente, difficultés financières se présentent sous forme de réalités qui découragent et font perdre confiance à toutes les activités".
Or, nous n'avons pas d'indices sérieux que la situation de l'agriculture vauclusienne soit alors gravement compromise. Mais la crise est devenue une réalité globale, et elle est transposée au plan régional hors de toute mesure. Une telle présentation sensibilise à la crise, diffuse un élément d'inquiétude et sans aucun doute attire l'attention des paysans qui la lisent sur tout incident, toute fluctuation des cours : le climat de crise est créé.

2 A. Sauvy : Histoire Economique de la France entre les deux guerres t.III.p.344-365.

3 Rhône-Durance-Ventoux 13 Mars 1930.

4 Compte-rendu des travaux du Conseil Général – Année 1933.

5 Ibid – Année 1934.

6 A.D.V. 7M8.

7 P. Barral.op.cit.p.225-231.
Ce sont les mesures réglementant les plantations de vignes qui expliquent le mécontentement des pépiniéristes, nombreux dans la région de Carpentras. Et le sous-préfet de Carpentras y insiste, dans son rapport du 21 janvier 1935 : "la catégorie la plus touchée est celle des pépiniéristes. La nouvelle loi sur la viticulture a motivé de sa part de violentes protestations. Mais les compensations qu'elle a obtenues semblent l'avoir apaisée".
A.D.V. 7M8.

8 A.D.V. 10 Per 194.

9 Le meilleur compte-rendu de ce congrès a été donné dans le numéro du 1er décembre 1934 de "la lutte anti-fasciste" (A.D.V. 10 Perl93). Le choix de la fin novembre pour un congrès paysan s'explique aisément : c'est la morte saison, un temps d'activité réduite et donc favorable à l'action politique.

10 A.D.V.S. 1M809.

11 A.D.V. 7M8.

12 A.D.V. 1M689.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Voir mon étude : Contribution à l'étude de l'alimentation paysanne en Provence xixèxxè siècles, in Actes du Quatre vingt treizième Congrès National des Sociétés Savantes – Paris 1971.p.224-225.

17 A.D.V. 7M8.

18 Au cours de la longue et passionnante discussion que j'avais eue avec plusieurs paysans du village, réunis par le directeur de l'école primaire, l'un deux se souvenait de sa récolte de 1935 : 95 quintaux, qu'il avait vendus 61 francs le quintal. Et cette évocation précise avait recueilli l'approbation des autres participants qui estimaient tous qu'à ce prix là ils étaient déficitaires sur leurs frais de production.

19 Compte-rendu des travaux du Conseil Général – Année 1929.

20 Ibid.Année 1930.

21 Rhône-Durance-Ventoux – 25 sept. 1930.

22 Rhône-Durance-Ventoux – 30 sept. 1934.

23 A.D.V. 7M105.

24 A.D.V. 7M11.

25 Au sujet de l'échange blé-pain pour la consommation familiale, la Chambre d'Agriculture émet un voeu dans lequel elle accuse les boulangers d'être responsables de son échec relatif "en raison du désir de leur part de bénéficier entièrement de l'écart croissant et abusif entre le prix du blé ou de la farine et celui du pain".

26 Le Réveil socialiste - 19 juillet 1934.

27 Idem 30 août 1934.

28 Le Préfet est vivement préoccupé par cette pétition - forme d'action toute nouvelle -, il redoute qu'elle ne prépare de mauvaises élections cantonales et ne peut qu'espérer "que.... les agriculteurs sauront garder le sang-froid au moment du scrutin et ne préfèreront pas les candidats essayant de s'imposer par la violence aux représentants éprouvés et sages auxquels ils accordaient leur confiance jusqu'à maintenant".

29 Compte-rendu des Travaux du Conseil Général – Année 1935.

30 A. Sauvy.op.cit.t.II.p.95.

31 Compte-rendu des Travaux du Conseil Général - Année 1935.

32 La commercialisation du raisin de vendange connait une poussée les années où la récolte est abondante, car la capacité de vinification des caves coopératives et particulières est alors insuffisante. Bien sûr, les cours du raisin de vendange amplifient dans une telle conjoncture le mouvement à la baisse que l'on enregistre sur les vins.

33 La documentation a été rassemblée et traitée, dans le mémoire de maîtrise de Christine Beaujour : La coopération vinicole en Vaucluse de 1920 à 1940.

34 Archives de Mr Gagon pour le chateau de Courtine, de Mr de Lamothe pour Saint-Martin et de Mr Levêque pour les Iscles. On obtient des séries malheureusement courtes ; celle de Courtine recouvre les années 1918- 1927, antérieures à la crise, mais elle nous assure un raccord avec Saint- Martin qui va de 1926 à 1937 et les Iscles qui va de 1927 à 1937 : la crise est ici bien présente.

35 Les caves coopératives sont des organismes qui enregistrent avec une certaine lenteur les mutations et tendances nouvelles du marché. C'est seulement en 1938 que l'assemblée générale de la cave de Bédoin s'engage dans une politique d'investissements (construction de cuves et acquisition de nouveaux matériels appropriés à la vinification de qualité) pour suivre la demande du marché et s'orienter vers la production de vins fins. Ch. Beaujour.op.cit.

36 Registre Délibérations Cave Coopérative de Bonnieux.

37 Ch. Beaujour.op.cit.

38 Le régisseur du domaine de Saint-Martin lorsqu'il rend compte des pertes subies – qu'il qualifie de "sérieuses" – au propriétaire cherche à tirer son épingle du jeu : "malgré les pertes, Saint Martin se classe parmi les privilégiés du pays, mais ceci ne me console pas de la bêtise des fermiers". Il y a de la mauvaise foi et de l'injustice dans son propos car la maladie a connu une ampleur telle qu'elle ne peut s'expliquer par des maladresses ou des erreurs individuelles.

39 Voir mon étude : Un village vauclusien sous la Troisième République. op.cit. La série de prix alors utilisée a été corrigée par d'autres estimations, recueillies auprès d'autres vignerons ou trouvées dans des comptes épars et discontinus.

40 Archives du syndicat des propriétaires viticulteurs de Châteauneuf-du- Pape. Assemblée générale du 11 mai 1935.

41 Ch. Beaujour.op.cit.

42 P. Barral. op. cit.p.226-227.

43 Rhône-Durance-Ventoux 10 juillet 1931.

44 P. Barral.op.cité.p.228.

45 Rhône-Durance-Ventoux 25 juin 1933.

46 Ibid 10 août 1933.

47 Ibid.

48 Ibid. 15 avril 1934. Cependant, le syndicat des Vignerons de Vaucluse n'abandonne pas le thème traditionnel de la pénalisation à infliger aux viticultures qui ne sont pas aussi favorisées par la nature que celle du Midi. En juillet 1935 il demande, au titre de l'assainissement et de "la moralisation du marché", "l'interdiction dans toutes les régions de la pratique du sucrage, dont nul n'ignore qu'elle masque des fabrications illicites très considérables". (Rône-Durance-Ventoux).

49 Rhône-Durance-Ventoux. 31 déc. 1933.

50 A.D.V. 7M75

51 L'individualisme et la tricherie peuvent s'exprimer aussi dans les caves coopératives. Pour échapper au blocage de la récolte, il faut la fractionner en plusieurs déclarations et c'est facile en utilisant les parents, voire les enfants pour qui on a acheté une ou plusieurs parts de cave...

52 Voir Supra. 3ème Partie. Chap. V.

53 Rhône-Durance-Ventoux- 25 avril 1931.

54 P. George. op.cit.p.512-515.

55 Rhône-Durance-Ventoux 25 mais 1930. Un an plus tard, le sénateur Serre répand l'idée de la nécessité de lutter contre le "fardage", dans le Radical de Vaucluse.

56 Comptabilités, déjà mentionnées, du domaine de Saint-Martin aux Vignères et de celui des Iscles à Cadenet. Par ailleurs, j'ai recueilli auprès de Mr V... de Maubec un registre des recettes d'une exploitation en métayage à Châteaurenard. Bien qu'il s'agisse d'une commune des Bouches-du-Rhône, il est évident que je ne pouvais pas laisser de côté la documentation qui m'était ainsi proposée, puisqu'elle s'appliquait à une production dont les prix étaient fixes sur des marchés communs aux producteurs des deux départements.

57 Pour 1937 et 1938, il est juste de noter l'influence positive sur les exportations des dévaluations du franc.

58 Alerte Maraîchère et Fruitière n° spécial. Août 1933. Ce journal, qui a une publication mensuelle mais en fait plus épisodique, est rédigé à Châteaurenard et imprimé à Avignon et s'annonce dans un sous-titre comme l' "organe de défense des véritables producteurs de fruits, légumes, primeurs de France".

59 P. George.op.cit.p.525.

60 Le titre de cette Fédération, pour impressionnant qu'il soit, ne doit pas faire illusion : elle recrute pour l'essentiel en Provence, et son siège est à Châteaurenard.

61 A.D.V. 7M75.

62 Le Petit Provençal. 7 août 1933.

63 L'Alerte maraîchère et fruitière. Août 1933.

64 P. George.op.cité.p.526.

65 Au meeting d'Avignon, Ginoux avait salué, selon le rapport du commissaire spécial "le jour prochain où, comme dans certains pays étrangers, les producteurs se débarrasseront de l'entremise des expéditeurs qui fraudent en se livrant au "fardage" si nuisible aux producteurs". (A.D.V. 1M689) L'allusion visait à n'en pas douter l'organisation du commerce des fruits et légumes en Italie P. George.op.cit.p.521-522.

66 A.D.V. IM689.

67 A.D.V. 7M105.

68 A.D.V. 7M75.

69 Le Petit Provençal. 7 sept 1935.

70 Ibid. 9 sept 1975.

71 A.D.V. 7M75.

72 Ce syndicat est un résultat du conflit de 1933 : il a été créé face à la Fédération des Producteurs de Raisins de Table du Sud Est, dont le président Peloux – propriétaire non exploitant et à ce titre visé par la propagande des militants communistes – avait négocié l'accord du 11 juillet 1933 avec la Fédération Nationale des Expéditeurs. Bien sûr, c'est un syndicat "de gauche", c'est-à-dire qui a été créé à l'initiative de paysans de gauche, qui avaient joué un rôle de premier plan dans le conflit de 1933. C'est ce qui explique la présence parmi ses dirigeants de Nègre.

73 Le Petit Provençal. 15 sept. 1935.

74 A.D.V. 1M820.

75 Le Petit Provençal – 13 octobre 1935.

76 Rhône-Durance-Ventoux – 1er août 1935.

77 Ibid. 15 oct. 1935.

78 Ibid. 15 nov. 1934.

79 Ibid. 15 janv. 1935.

80 Ibid. 1er nov. 1935.

81 Ph. Gratton. Les paysans français contre l'agrarisme. Paris 1972 p. 181- 182.

82 Rhône-Durance-Ventoux 1er août 1936.

83 Ibid15 oct. 1936.

84 Ibid1er déc. 1936. C'est une prise de position de la Chambre d'Agriculture qui est ici rapportée.

85 Ibid 15 nov. 1936.

86 Ibid 1er déc. 1937.

87 1er juillet 1937

88 15 mars 1937.

89 A.D.V. 1M826.

90 Ibid. Rapport du préfet au ministre de l'Intérieur du 6 déc. 1937.

91 A.D.V. 1M689. Il y a tout un dossier sur "la crise de la pomme de terre", qui est notre source majeure.

92 Dans un rapport du 21 janvier 1937, le sous-préfet d'Apt indiquait que les leaders de ce syndicat étaient deux grands propriétaires, l'un est inscrit aux Croix de Feu et l'autre "ne cache pas sa sympathie pour les ligues disoutes". Il ajoutait que "le nombre des affiliés serait d'environ 500, pour la plupart propriétaires ruraux qui se sont groupés en vue de lutter contre les prétentions prêtées à certaines organisations ouvrières d'entraver, le cas échéant, l'activité normale des travaux des champs et des transactions agricoles". A.D.V. IM826.

93 Dans une réunion du 13 juin, 600 maraîchers de Châteaurenard (selon les dires des organisateurs de la réunion) reprennent ce mot d'ordre. A.D.V. 1 M826.

94 A.D.V. 1M689.

95 A.D.V. 1M826. Ordre du jour voté dans une réunion de la C.G.P.T. à Orange, le 30 décembre 1936.

96 Ibid.

97 Ibid.

98 La volonté Paysanne – 15 janvier 1938.

99 A.D.V. 1M826.

100 Ibid.

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540