Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Troisième partie. L'agriculture vauclusienne de l'entre deux guerres : une réussite économique et sociale

Chapitre VI. Le revenu agricole en 1929

Texte intégral

1Les agriculteurs vauclusiens ont, après la guerre, intensifié la modernisation de leurs exploitations et de leurs systèmes de production par une spécialisation originale, qui ne conduit qu'exceptionnellement à la monoculture. Ouverts aux formules économiques les plus modernes et réalisant de ce fait des gains de productivité dont il y a peu d'exemples en France, ils sont de plus en plus engagés dans l'économie de marché. Leurs récoltes sont dirigées vers les grands marchés urbains, en France et aussi à l'étranger ; ils visent une clientèle capable de payer à leur prix la précocité et la qualité de leurs produits. Entreprise délicate, car qui décide de ces prix ? La plupart du temps, ils n'ont que l'apparence de l'initiative sur les marchés où ils présentent leurs raisins, leurs fraises, ou leurs melons... Le pouvoir de décision, invisible aux yeux des non initiés, est dans les organismes de transport et les circuits de commercialisation, qui par leur puissance et leur concentration exercent toutes sortes de pressions s'ur les marchés. Il est aussi dans le jeu complexe des facteurs économiques qui déterminent le niveau de vie des consommateurs. On dit que l'agriculture vauclusienne devient spéculative, mais la spéculation paysanne, qui porte essentiellement sur le choix des productions, est un calcul incertain et retardataire puisqu'elle est inspirée par l'analyse de résultats commerciaux antérieurs et l'appréciation de concurrences qui, dans bien des cas, relèvent des relations d'un Etat à un autre.

2S'il fallait caractériser l'agriculture vauclusienne, j'en chercherais les traits originaux dans des associations apparemment contradictoires : modernisme des formules économiques et enracinement paysan dans un tissu d'exploitations familiales ; individualisme stimulé par des réussites spectaculaires et dépendance à égard des grands intérêts et forces économiques, qui confère une inquiétante précarité aux succcès les plus retentissants... L'explication de ces contradictions est, me semble-t-il, dans la société globale, à laquelle s'intègre mieux que bien d'autres la paysannerie vauclusienne. Il est vrai – et il est important de le souligner – que ses structures de production restent dominées par la propriété individuelle éclatée en exploitations familiales, mais elle est pour l'essentiel – techniques productives, modalités de commercialisation et aussi consommation de son revenu – soumise aux mécanismes de l'économie capitaliste, dont les ficelles sont tirées bien loin des lieux où elle peut exercer son modeste pouvoir de décision.

3Conséquence de tout ceci, le revenu des agriculteurs doit être soumis à une analyse attentive, dans sa masse, dans sa répartition et aussi dans les emplois auxquels il donne lieu. Il propose en effet une mesure sans équivalent de la réussite économique, il éclaire les hiérarchies sociales et nous introduit à l'intelligence de la condition paysanne. Une chose est certaine, du fait même de l'évolution économique, la part subsistance de la production agricole enregistre un recul sensible et avec elle l'autoconsommation paysanne qui est une composante – difficilement mesurable il est vrai – du revenu agricole. Plus que jamais, c'est donc sous son expression monétaire calculée à partir des prix du marché qu'il faut rechercher le revenu agricole et je suis justifié à persévérer dans les deux approches précédemment définies, celle de l'analyse économique et celle de l'étude des comptabilités d'exploitation. Mais leur mise en oeuvre se heurte à des problèmes nouveaux.

I – L'INFLATION ET LES PROBLEMES QU'ELLE POSE A L'ETUDE DU REVENU

  • 1 Pour reprendre l'expression que J. Rueff a utilisée comme titre d'un de ses ouvrages (Paris 1957).
  • 2 J. BOUVIER : Initiation au vocabulaire et aux mécanismes économiques contemporains (xixèxxè sièc (...)

4En premier lieu il y a le problème des prix. C'en est fini de la stabilité monétaire qui jusqu'en 1914 permettait de tenir pour négligeables les variations du pouvoir d'achat du franc et donc de faire confiance, pour suivre dans la longue durée l'évolution des prix et des revenus, à leur valeur nominale. Nous sommes entrés depuis la guerre dans "l'âge de l'inflation"1, qui entraîne le franc dans une croissante et irréversible dévalorisation. La course des prix -envisagée ici dans son mouvement de longue durée et non pas dans ses fluctuations courtes – disqualifie leur expression nominale et rend impossible la comparaison dans le temps des variables économiques qu'ils représentent. J. Bouvier l'a dit dans une formule fort heureuse : "l'inflation brouille la recherche statistique"2 et c'est la première difficulté rencontrée. Il est aisé de la surmonter, techniquement, par la conversion des "francs courants" en "francs constants" que permet l'opération de déflation des valeurs monétaires à partir de l'indice des prix. La constante recherchée, c'est le pouvoir d'achat du franc qui rend possible alors la comparaison des prix et donc des revenus.

  • 3 A. Sauvy. Histoire Economique de la France entre les deux guerres. Paris. 1965. t. I chap. XVIII.p. (...)

5Mais les choses ne sont pas si simples car il faut s'interroger sur la pertinence des indices des prix dont nous disposons. Elle tient, bien sûr, à la nature des prix retenus et aux pondérations qui permettent de les associer et de les intégrer dans un indice nécessairement synthétique, mais plus encore aux valeurs produites et échangées et aux revenus qui en constituent le solde, confrontés à la structure des indices. Les prix du marché qui traduisent en termes monétaires les récoltes commercialisées sont des prix de gros, même si cette notion n'a pas la même signification pour les fruits et légumes que pour le blé, mais le pouvoir d'achat des recettes qu'ils fournissent ne peut être calculé à partir d'un indice des prix de gros. Ce sont en effet ces recettes qui assurent aux exploitants agricoles leur revenu, lequel donne lieu à des dépenses en capital mais surtout à des dépenses de consommation. Il convient donc de se tourner vers les indices des prix à la consommation, mais il n'en existe pas pour la période étudiée qui soit représentatif de la "consommation paysanne". Même s'il est vrai que l'autoconsommation des produits agricoles se réduit du fait de la spécialisation de l'agriculture, il reste que les paysans vauclusiens dans leur immense majorité mangent leurs légumes, boivent leur vin, qu'ils élèvent des poules et des lapins – des porcs plus rarement -pour leur consommation familiale. Si l'on considère maintenant ce que j'appellerai leur "consommation d'entreprise", dont la soustraction des recetttes est un élément décisif du passage du revenu brut au revenu net, je ne vois pas d'indice permettant de mesurer le pouvoir d'achat des recettes de l'agriculture par rapport aux engrais, produits chimiques, machines agricoles... Certes, nous avons des indications générales3 et les organisations professionnelles évoquent de façon quasi permanente le phénomène de ciseau dont seraient victimes les prix agricoles par rapport aux prix industriels, mais cela ne résoud pas le problème d'un indice spécifique et objectif. En fin de compte, il faut se résigner à une évaluation approximative du pouvoir d'achat du revenu agricole, et choisir l'indice qui par sa structure apparaît réaliser la pondération la moins éloignée de la consommation paysanne.

  • 4 A. Sauvy.op.cité. t III. Paris 1972. chap. XIIp. 340. Dans mon étude sur la fortune paysanne dans l (...)

6Il me semble que c'est celui établi par L.A. Vincent pour ses travaux sur les comptes nationaux pour la période de l'entre-deux guerres, indice des prix à la consommation des ménages – base 100 l'année 1913 – qui concerne "la France entière et l'ensemble des ménages"4.

  • 5 P. George.op.cité.p.509.

7Cette question réglée – sans masquer les imperfections de la solution retenue – l'analyse économique redevient possible, en particulier dans la perspective que nous avons adoptée d'une étude de croissance. Mais ce n'est pas notre seul objectif, nous avons aussi l'ambition d'une histoire sociale, où le revenu ne peut être seulement analysé en soi. Il faut bien le faire, mais l'intelligence du passé à quoi vise cette démarche ne saurait se limiter à cela : il faut aussi s'efforcer de reconstituer le contexte de l'inflation, c'est-à-dire être attentif à la perception qu'ont eue les gens du mouvement des prix et des revenus. La hausse des prix, dans la réalité, n'intervient pas sur un mode linéaire ni de façon homogène, elle est rationalisée après coup et dans une économie comme celle de l'agriculture vauclusienne il est tout à fait certain que dans certaines situations au moins la flambée des prix à la production – donc à la source du revenu – a été vécue comme le fait le plus important, déterminant des dépenses dont le coût réel n'est apparu que plus tard. C'est ce phénomène que P. George a rapporté : "En 1925-26 c'est un véritable boom. C'est l'époque où les revenus de certains jardins de Cavaillon atteignent le double du prix de la terre"5. Je ne suis nullement certain que l'observation soit confirmée par les calculs qu'on peut faire, mais le fait important, c'est la perception par les contemporains d'une progression spectaculaire des recettes, trop vite sans doute identifiée au revenu. Si l'on veut préserver la possibilité de telles analyses, qui font entrer la croissance dans l'expérience quotidienne des hommes, il me paraît nécessaire de maintenir les prix et revenus dans leur valeur nominale, parce que c'est elle qui est perçue, vécue. C'est pourquoi je ferai porter l'observation et le raisonnement à la fois sur les valeurs exprimées en francs courants et sur celles résultant de leur conversion en francs constants.

  • 6 Voir supra. 2ème Partie, chapitre VI.p.

8L'entre-deux guerres est une période courte, moins de deux décennies, mais aussi d'une grande densité de faits économiques, eux-mêmes à valeur d'évènements au sens fort du terme. C'est dire qu'il faudrait pouvoir suivre l'évolution du revenu agricole avec précision. Mais l'analyse économique fondée sur une documentation statistique est tributaire des enquêtes agricoles périodiques, seules en mesure d'apporter la masse et la diversité des matériaux nécessaires. Et une seule a été mise en chantier et réalisée, l'enquête agricole de 1929. J'avais pu construire un modèle analogue à celui des enquêtes décennales du xixe siècle, applicable à l'année 19126, mais l'appauvrissement des ressources de la statistique annuelle ne me permet pas de réaliser la même opération pour 1938. Il faut s'y résigner : l'analyse économique vaudra pour la première décennie de l'après-guerre et laissera hors de son champ d'application la grande crise des années 1930. Il ne saurait être question, naturellement, de faire l'impasse sur cet événement majeur, mais il faudra le traiter sur un autre mode, plus impressionniste, même si les données statistiques ne doivent pas y manquer. Peut-on compter, pour réaliser une sorte de synthèse, sur les documents comptables livrés par la recherche d'archives privées ? C'est douteux, car on ne peut généraliser à partir d'études de cas, et le champ chronologique de ces comptabilités d'exploitation est lui-même variable. C'est cependant par ce biais, si malaisé qu'il soit, qu'on peut espérer restituer pour l'ensemble de la période le mouvement du revenu. Ainsi peut se justifier le plan que je vais suivre.

II – L'ENQUETE AGRICOLE DE 1929

  • 7 A.D.V. 6M 394-395. Voir Supra. Je partie. ch. III p.
  • 8 La préférence que je donne aux estimations communales ne s'explique pas par ce souci de commodité. (...)

9L'enquête agricole de 1929 n'est certes pas irréprochable, ses faiblesses apparaissent à l'examen attentif de ses éléments de base, tels qu'ils ont été rassemblés dans le cadre communal. C'est donc une circonstance fort heureuse que de disposer des questionnaires communaux7, puisqu'ils nous permettent en premier lieu de vérifier la validité de leurs données et en second lieu – si la première épreuve se révèle concluante – de les utiliser dans la perspective d'une approche cantonale, avec l'assurance que les risques d'erreurs, qu'on ne peut jamais éliminer, resteront dans des limites acceptables. Il ne fait aucun doute que la première partie du questionnaire, intitulée "Les Cultures", soumis à la réflexion des commissions communales posait moins de problèmes d'interprétation que la seconde relative à l'économie rurale et les réponses qui lui ont été apportées sont dans l'ensemble correctes. Il est arrivé cependant qu'elles soient révisées par la commission départementale, puisque la confrontation des résultats enregistrés à ce niveau avec les totaux établis à partir des communes fait apparaître des divergences, en nombre limité mais parfois relativement importantes. Dans l'ignorance des raisons de ces "corrections" j'ai décidé après examen attentif de retenir les chiffres provenant des questionnaires communaux. Ils me sont d'ailleurs nécessaires pour élaborer le modèle cantonal auquel je reste naturellement fidèle8.

  • 9 La précision de l'Enquête Agricole de 1929 m'a aidé à isoler des productions qui jusqu'alors étaien (...)

10La connaissance des systèmes de production assure au modèle à construire ses fondations. On est frappé par le très grand nombre des productions qu'il convient de retenir et par la diversité des associations culturales auxquelles elles donnent lieu. La différence est considérable avec 1912, elle traduit la spécialisation multiforme de l'agriculture qui s'est réalisée en moins de deux décennies9. Il est clair, par ailleurs, que le calcul des recettes prend dans son expression monétaire un caractère de plus en plus réel car toutes ces productions nouvelles sont destinées à être commercialisées. Mais la méthode à mettre en oeuvre pour parvenir aux recettes ne s'en trouve pas simplifiée, bien au contraire.

  • 10 P. George. op.cité.p. 439.

11Première difficulté, celle des rendements. Elle n'est pas nouvelle, mais elle se complique avec la spécialisation croissante de l'agriculture, pour plusieurs raisons. Une même production peut se survivre et végéter dans un pays, et se développer dans un autre parce qu'elle y trouve des conditions favorables : l'écart entre son rendement dans l'un et l'autre site risque fort de s'accroître. Mais ce n'est pas le problème le plus délicat à résoudre, car ces situations extrêmes sont faciles à connaître. La spécialisation peut se jouer à l'intérieur d'une même production, et alors elle se fonde sur le critère de la qualité, généralement contradictoire avec des rendements élevés. Il y a donc des situations – c'est vrai en particulier dans la viticulture – où la faiblesse des rendements est volontaire, et l'on attend alors qu'elle soit compensée par la plus-value qu'assure la qualité. L'exemple le plus net qu'on peut donner est celui des vins d'appellation Châteauneuf-du-Pape : le règlement de l'appellation impose une limitation du rendement, et pourtant le revenu brut à l'hectare est très supérieur à celui de toutes les autres vignes vauclusiennes. La difficulté majeure, c'est de parvenir à un prix moyen, ou encore à un revenu moyen à l'hectare, dans le cadre cantonal qui n'est qu'exceptionnellement homogène à cet égard. Il y a une distinction majeure qui semble faire l'unanimité, entre les vignobles de plaine où les rendements vont de 60 à 100 hl à l'ha et les vignobles de coteau, où ils varient de 40 à 60 hl10. On peut sans difficulté ranger dans la première catégorie les cantons d'Avignon, Cavaillon, l'Isle, Carpentras et dans la seconde ceux d'Apt, Bonnieux, Malaucène. Mais que de situations confuses... Il y a dans le canton de Vaison des vignobles de cru : Cairanne, Rasteau. Il s'en trouve de plus célèbres encore dans le canton de Beaumes : Gigondas, Vacqueyras. Les cantons d'Orange et de Bédarrides sont naturellement fortement influencés par l'aire du Châteauneuf. Mais il est bien difficile de faire une pondération rigoureuse entre des situations très différentes.

  • 11 A titre d'exemple, dans une propriété de Loriol en 1929, les tomates sont passées de juillet à octo (...)
  • 12 Le revenu brut d'un hectare de pommes de terre primeurs est de 19 500 F, celui d'un hectare de pomm (...)
  • 13 Le revenu des vignes de coteau se calcule ainsi : Rendement moyen (50 hl) x Prix moyen (140 F) = 7  (...)
  • 14 C'est le cru de Châteauneuf-du-Pape qui introduit dans le calcul du revenu brut à l'hectare dans le (...)
  • 15 P. Georges. op. cité. p. 482.
  • 16 J'ai pu arrêter à 8-10 000 F le revenu brut à l'ha en culture fruitière, à 6500 F celui des culture (...)

12La difficulté est d'autant plus grande que les prix nous sont mal connus, surtout lorsque la spécialisation-qualité introduit sur les marchés un facteur subjectif. Les mercuriales sont inutilisables : elles ne renseignent qu'imparfaitement sur les qualités et n'apportent aucune information sur les quantités commercialisées au cours du jour. Les fluctuations, en particulier pour les productions maraîchères, peuvent être considérables...11. Il faut essayer de parvenir à une évaluation du revenu brut à l'hectare. On peut le calculer aisément à partir des résultats généraux, au plan départemental, de l'Enquête de 1929 et c'est correct pour des cultures qui ignorent ou presque l'effet qualité : blé, foin et fourrages, lavande. C'est déjà plus compliqué pour la pomme de terre, car la pomme de terre primeur pour un rendement presque aussi élevé que la pomme de terre de consommation courante – elle est cultivée dans des terres riches – s'est vendue en 1929 deux fois plus cher – 150 F le quintal contre 7512. Pour la vigne, les comptabilités consultées (caves coopératives – archives privées) permettent d'établir à 7 000 F le revenu brut à l'ha des vignobles de coteau et à 8 000 F celui des vignobles de plaine13. A partir de là j'ai tenu compte des crus là où ils existent, ce qui me permet de fixer – c'est le record – à 10.000 F le revenu d'un hectare de vigne dans le canton d'Orange14. Les choses sont en définitive plus simples en culture maraîchère, où le souvenir des vieux paysans m'a paru le meilleur guide : à Robion, à Althen-les-Paluds, ils étaient d'accord sur un revenu moyen de 20.000 F, et m'apportaient une vérification de l'estimation avancée par P. George15. Il y a dans ce chiffre la synthèse extrêmement complexe de revenus très divers, organisés en plusieurs combinaisons. C'est d'ailleurs cette variété qui finit par déjouer les pièges de la conjoncture et assure une stabilité de recettes bien plus forte que pour la vigne. Les choses changeront, il est vrai, dans les années 1930, mais nous n'en sommes pas là16.

13L'enquête agricole de 1929, plus précisément la conservation de ses questionnaires communaux, me permet de connaître le territoire agricole pour chaque canton – ce qui n'était plus possible depuis l'enquête de 1852 – et donc de calculer la productivité de l'agriculture, mieux des différents systèmes de production dont on peut aisément connaître la distribution géographique. Une ambiguïté toutefois devait être levée : elle provient de la rubrique, nouvelle, intitulée "Terres labourables laissées en friches". Il apparaît clairement à l'observation de leur répartition cantonale que ces friches représentent les terres qui ont été abandonnées, selon un processsus irréversible, et qui reviennent à l'état de nature, envahies par une végétation secondaire d'où émergent des cabanons plus ou moins ruinés, soulignées par les lignes verticales menacées d'éboulement des murets retenant les terrasses... Il est clair qu'il ne fallait pas les compter dans le territoire agricole : n'oublions pas que dans bien des cas la modernisation pour être tentée avec chances de succès implique ces abandons.

  • 17 Deux exemples des erreurs et lacunes de l'Enquête sur ce point : dans le canton de Bonnieux, le nom (...)
  • 18 Voir Supra. 2ème Partie. Chap. VI. p.
  • 19 Voir Supra. 3ème Partie. Chap. IV. p.

14Le calcul de rentabilité exige que soit connu d'aussi près que possible le nombre des exploitants agricoles. Il n'est pas possible d'utiliser les données de l'enquête, il est manifeste qu'elles comportent de graves erreurs – précédemment signalées – du fait de la confusion fréquente entre propriétés et exploitations et aussi parce qu'un assez grand nombre de questionnaires communaux n'ont pas été remplis sur ce point17. Je peux, bien sûr, reprendre la méthode de comptage indirect utilisée en 1882, 1892 et 191218. Inutile de revenir sur ses inconvénients, mais il convient tout de même d'indiquer qu'ils risquent de s'aggraver puisque nous savons que la poursuite du mouvement d'exode rural s'effectue depuis la guerre dans des conditions plus complexes. Je dispose heureusement d'une source nouvelle, dont j'ai déjà signalé l'intérêt et le sérieux : les listes électorales élaborées pour les élections aux Chambres d'Agriculture19. J'en dispose pour l'année 1933, et elle me paraît assez proche de 1929 pour que le risque d'erreur provenant des disparitions ou créations d'exploitations depuis cette date soit négligé – d'autant plus que la crise fige les structures agraires bien plus qu'elle ne modifie leur évolution. Les risques d'erreur sont ailleurs, dans les faiblesses, ici et là, des listes électorales elles-mêmes. Mais elles sont repérables, des vérifications et redressements peuvent être faits, notamment par comparaison avec les données de l'enquête là où elles sont utilisables ou encore avec les listes électorales politiques. Une dernière vérification a été faite, par confrontation des résultats obtenus dans le cadre cantonal avec ceux auxquels aurait abouti la méthode de comptage indirect. Les deux résultats sont voisins, et leurs discordances sont suggestives. Elles sont en effet de deux sortes : d'une part le comptage direct propose des totaux supérieurs dans les cantons "les plus ruraux", d'autre part il donne des résultats inverses dans ceux où le mode de production est le plus intensif.

15Arrêtons-nous sur ces distorsions, soumises à un autre éclairage, résultant de la confrontation de deux indices : l'indice d'évolution du nombre des exploitations agricoles et celui de la population rurale, tous deux calculés à partir de 1861 pour la population rurale et 1862 pour les exploitations agricoles. J'observe les phénomènes suivants :

  • L'indice d'évolution du nombre des exploitations agricoles est supérieur à celui de la population rurale dans les cantons "les plus ruraux" -je veux dire par là les plus éloignés des grands centres urbains.

  • Au contraire, il s'établit à un niveau inférieur dans les cantons de plaine, à plus forte densité de population, où l'économie agricole est très intensive et prolongée par des activités commerciales et industrielles.

  • 20 A cette distribution des fonctions, inévitablement schématique, semble échapper le canton de Sault, (...)

16Nous sommes en présence d'un processus de "ruralisation", plus précisément – pour les cantons les moins engagés dans la modernité -de renforcement relatif de l'agriculture, et ce n'est pas un signe de force, mais la traduction des difficultés qu'elle éprouve à s'intégrer dans une économie complexe, parce que précisément elle n'est pas en mesure de lui insuffler le dynamisme qui se dégage des secteurs les plus modernes de l'agriculture vauclusienne. Dans les cantons représentatifs de la modernité au contraire, qui sont aussi ceux où la baisse de la population est pratiquement stoppée, la part de l'agriculture -mesurée par le nombre de ses exploitations – se réduit, mais c'est un témoignage de santé et de vigueur. Car cela signifie que les exploitations agricoles se sont relativement concentrées, qu'elles se sont ainsi allégées de leurs éléments les plus fragiles. Elles s'insèrent dans un tissu économique qui profite de leur activité et c'est bien un nouvel équilibre économique et humain qui se réalise ainsi, auquel le revenu agricole apporte une contribution déterminante20.

III – STRUCTURE DU REVENU AGRICOLE

17Venons-en donc à l'analyse du revenu agricole. La diversité de ses composantes est la traduction du caractère original de la spécialisation de l'agriculture vauclusienne, qui n'a rien à voir avec la monoculture et qui apparaît aussi comme l'expression d'un trait de mentalité collective, déjà observé dans les temps difficiles de la crise de l'agriculture traditionnelle : la capacité d'adaptation et d'innovation. Après avoir exercé en quelque sorte une fonction défensive, elle est maintenant au service d'une croissance qui exploite tous les atouts de la nature et du travail des hommes. On le voit bien avec le développement rapide de la culture de la lavande sur les sols pierreux et arides du pays de Sault : jusque dans ces pays peu gâtés par la nature, la recherche d'un revenu spécifique, commercial et spéculatif, s'est imposée.

18Naturellement le processus de diversification des activités productives conduit à leur reclassement. On s'attendait à la chute du revenu céréalier, elle est plus forte que le donnait à penser le recul des superficies emblavées et l'on voit bien que la culture du blé est désormais reléguée au rang des cultures d'appoint. Le sorgho ou millet à balai n'a jamais eu une autre fonction, simplement elle était et reste masquée par sa localisation très étroite qui lui donne l'allure d'une spéculation. Elle ne l'est que par l'activité artisanale qui la prolonge, dans les villages de la vallée du Rhône, de Lapalud à Caderousse, qui fabriquent des balais et commencent à exploiter leur position sur la Nationale Sept pour exposer et faire connaître leurs fabrications... Ce n'est pas négligeable, cela fait vivre une population mi-ouvrière, mi-paysanne, mais ne représente que 1 % des recettes de l'agriculture vauclusienne.

  • 21 Il y a dans l'agriculture maraîchère, avec sa rotation rapide et épuisante des cultures, des besoin (...)

19Les prairies artificielles posent un problème : on se souvient que je les avais introduites dans le modèle du revenu agricole bien moins pour leur valeur marchande et même pour leur fonction d'aliment du bétail qu'en raison de leur caractère progressiste. Déja en 1912 elles perdaient ce caractère, mais elles apportent néanmoins toujours une plus-value dans les systèmes de production où elles se maintiennent. Leur place comme leur fonction a bien sûr tendance à se réduire et leur valeur marchande enregistre cette régression. C'est un processsus analogue qui rend compte de la contraction du revenu de l'élevage ovin : le troupeau fournisseur de fumier, mais aussi nécessitant une main-d'oeuvre et des champs de parcours, perd de son intérêt avec la diffusion toujours plus grande, liée à leur remarquable efficacité, des engrais chimiques21.

20La vigne conserve la première place dans les recettes de l'agriculture, mais la distinction entre vignes à raisin de vendange et vignes à raisin de table s'impose plus encore qu'en 1912. Les premières en effet sont en léger recul pour la part qu'elles détiennent dans le produit agricole, ce que confirme la croissance de leurs recettes, exprimée en francs constants : leur taux de croissance est de 35 % alors leur taux de croissance est que celui du produit total s'élève à 39 96. Cette situation s'explique pour une part par la forte avancée des vignes à raisin de table, qui apparaît tant par la place qu'elles occupent dans le produit agricole – 7 % contre 3 % en 1912 – que par la croissance de leurs recettes, exprimée en francs constants : + 214 %, ce qui est considérable et constitue un record. Le succès des raisins de table, en relation avec l'évolution des consommations alimentaires, tient à leur forte rentabilité, qui paraît aussi plus sûre que celle du vignoble classique surtout lorsqu'il est oriente vers le production de vins de consommation courante. On le voit au mouvement des prix des vins depuis la fin de la guerre : ils ont connu une vigoureuse poussée de 1925 à 1927, visible sur toutes les données que j'ai pu rassembler, mais la baisse s'est amorcée en 1928 et poursuivie en 1929 : on peut l'estimer à 30 % par rapport à 1927, à 15 % par rapport à 1928. Le vignoble est à un tournant de son histoire, il assure encore, certes, des revenus très appréciables mais il entre dans une zone d'incertitude dont les vignerons tentent de sortir par l'exploration de deux voies nouvelles : une politique de qualité, qui ne fait que commencer à porter ses fruits, et la culture de la vigne pour sa production fruitière, dont le succès est d'ores et déjà assuré.

21L'agriculture maraîchère apparaît comme le secteur décisif de la croissance de l'agriculture vauclusienne. C'est un ensemble complexe, car il convient de rattacher aux cultures maraîchères proprement dites les pommes de terre primeurs, que la statistique agricole a dissociées mais qui sont impliquées dans leurs associations culturales, et aussi les cultures pour graines qui procèdent des mêmes méthodes de culture et du même esprit de compétition – tempéré il est vrai par les contrats de culture et de vente que proposent les grandes maisons de commerce. L'analogie peut être étendue à la culture des porte-greffes et, à un niveau de rentabilité naturellement très inférieur, à la lavande. Au total, il y a là un ensemble d'activités extrêmement dynamiques, comme on le voit à la croissance des recettes des cultures maraîchères : + 101 % depuis 1912. Les cultures maraîchères non seulement s'imposent dans les plaines irriguées, mais encore elles proposent un modèle de développement qui permet à la modernité de s'introduire jusque dans les pays les plus défavorisés. A ce titre, il convient de retenir les comportements et attitudes mentales qu'elles ont développés et qui s'imposent toujours plus : rapidité des rythmes de travail, extrême attention à la conjoncture, tentation et séduction d'un gain apparent très élevé, se traduisant par de nouvelles habitudes de consommation et un sens également nouveau du confort, contribuant à modeler le portrait original du paysan vauclusien. C'est le maraîcher qui en est le prototype, mais la vigne définit un profil humain très voisin et nous ne devons pas oublier que souvent le maraîcher et le vigneron sont un seul et même paysan.

22La structure du produit agricole montre bien que l'agriculture vauclusienne est très engagée dans l'économie de marché, ce qui est un critère indiscutable de modernité. Corollaire inévitable, les formes traditionnelles de l'agriculture de subsistance connaissent une régression décisive. On peut classer dans cette rubrique le blé, la pomme de terre et le troupeau ovin, même s'il est vrai que pour une part non négligeable ces productions ont toujours donné lieu à commercialisation. Leur évolution est très significative : elles représentaient 47 % du produit agricole en 1862, elles sont tombées à 15 % en 1929. Derrière ces chiffres se dissimule une évolution fondamentale : le paysan vauclusien de l'entre-deux guerres n'a pas complètement rompu avec la tradition, il cultive encore un jardin, il élève toujours des poules et des lapins, mais il ne vient pas seulement sur les marchés comme vendeur, il l'est aussi et de plus en plus comme acheteur, au titre de sa vie quotidiennne. Aussi ne faut-il pas se laisser abuser par la montée des gains telle qu'elle ressort de l'évolution des recettes : d'une part, les investissements en matériel, les frais de culture sont plus élevés; d'autre part, le recul des productions de subsistance -qui est dans la logique de la spécialisation agricole – accroît les dépenses d'entretien. On peut même ajouter que la présence sur les marchés et le maniement quotidien de l'argent constituent une incitation à la dépense.

  • 22 Les séries établies par J.C. Toutain permettent de calculer que, pour la France entière, de 1905-19 (...)

23Je parviens à un produit agricole de 802 900 000 F. Il s'agit presque exclusivement d'un produit végétal et c'est une caractéristique qui vaut d'être soulignée car elle ne se retrouve que dans un très petit nombre de départements. Bien sûr, j'ai fait un choix dans les productions agricoles mais, si j'avais voulu être exhaustif, le résultat n'aurait pas été différent. Nous manquons de points de comparaison, et c'est inévitable, pour apprécier une telle somme. C'est une valeur nominale, et la confrontation qui s'impose avec celle du produit agricole de 1912 implique sa conversion en francs constants. Il apparaît alors que de 1912 à 1929, le produit agricole enregistre une progression de 39 %, qui représente une vive croissance, très supérieure à ce que nous connaissons pour la France entière22. Ajoutons que le sommet du produit agricole vauclusien ne se situe pas en 1929, car la baisse des prix du vin depuis 1927 pénalise bien de 5 % l'ensemble du produit agricole. Mais nous n'avons pas à nous appesantir sur la conjoncture dans une analyse de ce type, il faut simplement souligner avec force l'évolution spécifique de l'agriculture vauclusienne, qui confirme et élargit dans la décennie 1920 les succès déjà tout à fait remarquables qu'elle avait obtenus dans la reconstruction opérée entre 1892 et 1912.

24La conversion en francs constants ne peut nous dispenser d'une réflexion sur la valeur nominale elle-même. Elle est considérable, et il ne fait pas de doute que les paysans vauclusiens sont sensibles à la masse monétaire qu'ils manipulent. Bien sûr, ils éprouvent dans leurs achats la montée inflationniste des prix depuis la guerre, mais le fait premier dans ce processus c'est la multiplication des signes monétaires de leurs revenus encaissés et ils s'estiment gagnants au-delà du seuil qu'indique la conversion du produit brut en francs constants. C'est une donnée psychologique, confortée par deux faits d'expérience concrète. En premier lieu, pour certains de leurs achats, il leur est possible de recourir au crédit et c'est une manière de réduire l'effet de la hausse des prix. A condition, bien sûr, que celle-ci se poursuive sur leurs produits, assurant ainsi au moins la stabilité de leur revenu réel. Mais ils n'éprouvent pas encore, sur ce point, d'inquiétude sérieuse, si ce n'est en ce qui concerne le vin et c'est une inflexion trop récente pour qu'ils en soient profondément préoccupés. Aussi bien n'est-ce pas par hasard si un journaliste de l'Illustration a pu consacrer un article à ce qu'il a appelé "la Babylone Vauclusienne" où il écrit longuement la richesse et la facilité de vie dans le Vaucluse, particulièrement chez les paysans. Et il illustre son propos par le spectacle qu'ils lui ont offert, pendant la foire d'Avignon :

"Tout le jour, en ville, des paysans farauds, loquaces, heureux de vivre en leur matérialité individuelle et songeant avant tout à leur propre personne, lampant des apéritifs ou de grands verres de bière. Ils s'attablent dans de bons restaurants, se font déboucher des bouteilles de Châteauneuf-du-Pape, dégustent des liqueurs".

25Ce reportage avait un côté provocateur, et le journal Rhône -Durance – Ventoux y a vivement réagi. Il est tout à fait significatif qu'il ne discute pas sérieusement l'image d'une paysannerie riche, il se contente de la complèter par des considérations morales sur la ténacité et le sens de l'économie du paysan vauciusien – vertus indiscutables -et en fin de compte il la justifie :

  • 23 Rhône – Durance – Ventoux 10 septembre 1929.

"S'il (le paysan vauciusien) dépense largement, parfois, c'est qu'il en a les moyens et qu'il a, lui aussi, le droit de bien vivre puisqu'il travaille"23.

26... Dont acte : le paysan vauclusien a les moyens de bien vivre. Cette notion ne peut se concevoir que par référence à un revenu exprimé en valeur nominale. D'où pour nous l'obligation de ne pas l'abandonner, même si elle ne traduit qu'imparfaitement le pouvoir d'achat du revenu.

IV – PRODUCTIVITÉ DE L'AGRICULTURE VAUCLUSIENNE

27Elle tient compte, bien sûr, des conditions naturelles mais aussi de l'effort des hommes pour les exploiter au mieux et il convient pour cela d'avoir à l'esprit les systèmes de production, le processus d'abandon des terres les plus médiocres. Pour être appréciés correctement, les indices de productivité calculés en 1929 doivent donc être comparés entre eux, dans une analyse spatiale qui met en évidence le poids des conditions naturelles, mais aussi comparés aux indices calculés en 1862 car c'est ainsi que le rôle des hommes, de l'économie traditionnelle à l'économie spécialisée de la modernité, sera mis en évidence.

28Pour l'ensemble du département, les valeurs nominales de 1929 étant converties en francs constants, le produit agricole brut à l'hectare a enregistré depuis 1862 une croissance de 122 96, légèrement supérieure à celle du produit global, comme le donnait à penser la légère diminution de la superficie agricole. Ce calcul nous introduit dans une analyse économique fort éloignée du réel, considéré dans sa diversité... Toutefois, il est impossible de ne pas reconnaître à ce taux de croissance, qui recouvre une période fertile en péripéties et mutations, une valeur significative : depuis l'année 1862, considérée comme le point extrême du perfectionnement apporté à l'économie traditionnelle, les hommes ont réussi à doubler et un peu plus la valeur marchande créée à l'unité de surface. Progrès de productivité d'autant plus remarquable qu'il a été réalisé dans le contexte d'une diminution progressive du volume de travail consacré à l'agriculture. Nous manquons malheureusement de points de comparaison, mais il semble que le gain réalisé soit largement supérieur à ce qu'on pourrait obtenir par des calculs analogues au plan national. On comprend en tout cas que le paysan vauclusien se soit attaché à sa terre, qu'il ait le sentiment de l'avoir bien servie. La persistance d'une paysannerie moyenne, enracinée et tournée vers l'avenir, s'inscrit en filigrane derrière cette donnée.

29Mais nous le savons, l'agriculture vauclusienne est un puzzle et il importe de savoir comment les pièces qui le composent ont évolué : c'est ce que permet l'analyse dans le cadre cantonal. Remarquons en premier lieu que la distribution des indices cantonaux n'est pas en 1929 sensiblement différente de ce qu'elle était en 1862 : les deux extrêmes sont toujours Cavaillon et Sault, et l'écart entre eux est toujours de l'ordre de 5 à 1. Mais pour la plus grand nombre des cantons, les écarts à la moyenne départementale sont nettement inférieurs. Deux conclusions à tirer de ces observations : les cantons vauclusiens associent généralement des terres à vocation agricole contrastée et la modernisation de l'agriculture n'a pas supprimé cette donnée naturelle ; cependant elle a accusé les distances entre les situations globalement les plus favorables et les autres. Cela se vérifie à l'examen des taux de croissance par rapport à la moyenne départementale. C'est dans le groupe des cantons qui déjà en 1862 présentaient une productivité supérieure à la moyenne départementale que l'on rencontre les taux de croissance les plus élevés, ce qui revient à dire non seulement qu'ils conservent mais encore qu'ils améliorent leur position privilégiée. Trois exceptions à cette règle : à Bédarrides, Orange et Bollène la productivité à l'hectare tombe au-dessous de la moyenne départementale. Ce recul est faible à Bédarrides et Orange et de ce fait peu significatif, il est trop important à Bollène pour qu'on le néglige. Ces évolutions médiocres renvoient à deux faits majeurs : la substitution de la vigne à la garance et le succès inégal de l'irrigation. Justement, les plus belles performances ont été réalisées – par ordre montant – dans les cantons d'Avignon, Pernes, Cadenet, Cavaillon, Carpentras et l'Isle-sur-Sorgue. Pour ce dernier canton, et aussi pour Pernes, le résultat a été acquis au prix d'une concentration de l'effort de production sur les meilleures terres, par abandon des collines calcaires qui dominent les plaines. Mais partout ailleurs dans ces cantons on observe un accroissement de la superficie du territoire agricole, qui est lié à l'irrigation et n'est d'ailleurs pas contradictoire avec le processus de concentration à l'instant évoqué. Les plus forts gains de productivité réalisés sont donc indissociables de l'action conquérante des hommes, grâce à l'irrigation, et ils sont aussi associés au succès des cultures maraîchères. La vigne ne donne pas des résultats aussi brillants.

30Les cantons présentant un indice de productivité inférieur à la moyenne départementale sont les mêmes qu'en 1862 et ils recouvrent la zone intermédiaire et la zone montagneuse. Les évolutions les plus favorables concernent les cantons de Pertuis et de Cadenet, qui s'approchent de la moyenne départementale : le poids relatif de leurs terroirs de plaine s'est alourdi, sous le double effet des cultures maraîchères qui s'y sont développées et de l'abandon des terres les plus ingrates du Lubéron. A noter également la stabilité des cantons de Sault et Mormoiron, où la croissance de la productivité est proche de la moyenne départementale : ces performances n'ont pu être obtenues qu'au prix d'une diminution de 40 % de leur territoire agricole. Cela dit, les polycultures les moins engagées dans la modernité présentent à la fois des indices de productivité médiocres et des taux de croissance inférieurs à la moyenne départementale : c'est le cas à Apt, Gordes, Malaucène, Valréas. Et l'on voit bien que dans ces pays c'est la vigne qui a permis les plus forts gains de productivité : Bonnieux et Vaison en apportent le témoignage.

31Rien de tout cela n'est inattendu. Mais il n'est pas inutile de dégager les conclusions de cette étude de productivité. En premier lieu, l'évolution séculaire est en toutes circonstances largement positive : c'est le fait majeur qui rend justice aux efforts déployés, jusque dans les pays où leur succès est encore incertain. Mais les écarts se creusent, et la part des plaines dans l'agriculture vauclusienne s'est incontestablement élargie. Elles constituent un modèle et une référence, et c'est l'une de leurs grandes cultures, la vigne, qui joue le rôle principal dans la modernisation de l'économie de la zone intermédiaire, par son effort de spécialisation fondée sur la qualité de son produit.

V – RENTABILITE DE L'AGRICULTURE VAUCLUSIENNE

32C'est le rapport du montant du produit brut à l'effectif des exploitations agricoles qui me permet de l'approcher, dans une analyse -j'y insiste – strictement économique, qui ne peut en aucune manière apporter des lumières sur la hiérarchie sociale du revenu. Mesurée en francs constants, la croissance de l'indice de rentabilité est de 58 % depuis 1912, sensiblement supérieure à celle du produit agricole et l'on voit bien le rôle positif – pour ceux qui restent ! – de l'exode rural qui se poursuit. Apprécié en francs courants, le revenu moyen par exploitation a été multiplié par neuf, et de cela aussi il faut tenir compte car dans la majorité des exploitations les hommes sont toujours les mêmes : ils ont vécu le passage de la stabilité monétaire à l'inflation et pour eux le fait marquant de la période a été, dans le contexte d'une commercialisation élargie de leurs récoltes, la spectaculaire progression de leurs recettes, que traduit à cet égard imparfaitement leur conversion en francs constants. Il y a bien là une donnée pyschologique à ne pas négliger.

33Partout spectaculaire, la montée des revenus monétaires n'est pas pour autant uniforme et l'analyse des indices cantonaux révèle des évolutions d'ampleur très inégale. Ce qui ne change guère, c'est l'éventail des indices de rentabilité et la distribution des cantons dans le classement de leurs performances par rapport à la moyenne départementale. Avignon a pris la tête et devance Cavaillon, mais ce n'est pas très significatif car les données relatives au produit agricole et à la population paysanne dans la banlieue de la grande ville vauclusienne ont toujours un caractère incertain, d'où des fluctuations que je ne maîtrise pas toujours. A l'autre pôle, Malaucène est lanterne rouge et prend à Vaison cette place peu enviée... Il est plus important de remarquer que ni le peloton de tête ni celui de queue n'ont changé de composition, si ce n'est que Carpentras et Bonnieux passent la barre de la moyenne départementale tandis que Sault et même Bollène rétrogradent en deçà. Mais entendons-nous bien : l'évolution différentielle de la rentabilité que ces mouvements traduisent n'est pour aucun canton négative, tous enregistrent une progression de leur indice de rentabilité, calculé en francs constants.

  • 24 P. George.op.cité – p. 388-89

34C'est bien cette évolution différentielle qu'il faut regarder de près. La confrontation des indices de rentabilité avec ceux du produit agricole montre que dans les cantons de Mormoiron et Malaucène seul l'exode rural a permis de préserver et même d'améliorer légèrement le revenu des exploitants agricoles. D'une manière générale, les cantons de l'est et du nord du département sont à la traîne, tant pour leur indice de rentabilité que pour la croissance qu'il a enregistrée depuis 1912 et la représentation cartographique des indices de rentabilité montre bien cette réalité nouvelle, à tendance dualiste : la zone intermédiaire s'efface, c'est elle qui est l'enjeu de l'affrontement entre la modernité et la tradition et ses cantons basculent vers l'un ou l'autre des deux versants qui concrétisent les deux lignes d'évolution majeure de l'agriculture vauciusienne. La vive croissance du revenu agricole dans les cantons de Bonnieux, Beaumes, et même Gordes et Valréas – alors même que leur indice reste en deçà de la moyenne départementale – révèle des possibilités d'adaptation pour les cultures spécialisées des plaines dans les terroirs de la zone intermédiaire : la vigne, les variétés tardives de raisins de table, le cerisier sont ici en passe d'assurer un succès appréciable à la mutation de l'agriculture. Le chemin est plus incertain -encore qu'on y rencontre d'incontestables réussites individuelles -dans les cantons d'Apt, Mormoiron, Vaison. Le cas de Sault est particulier, en ce sens que ce canton est vraiment une enclave montagneuse, contraint de vivre sur un autre pied en dépit de ses tentatives de modernisation, que symbolise la lavande. Enfin, on est surpris de trouver en position défavorable le canton de Bollène, jusqu'alors bien mieux placé. Il s'agit là, me semble-t-il, d'une croissance bloquée : l'insuffisance des canaux d'irrigation limite l'extension des cultures maraîchères et les céréales, bien qu'elles trouvent ici les conditions les plus favorables24, ne peuvent être dans le Vaucluse le support d'une croissance vive. Aussi les exploitations agricoles bollénoises perdent-elles l'avance qu'une agriculture intelligente, mais maintenant dépassée, leur avait jusqu'alors value.

35Dans le groupe des cantons de plaine, où l'indice de rentabilité est supérieur à la moyenne départementale, on observe des mouvements fort intéressants. Les cantons qui étaient en quelque sorte partis les premiers dans la course à la modernisation sont rattrapés ou perdent leur avance initiale. C'est le cas de Pernes, où l'on s'était lancé dès le début du siècle dans la culture de la fraise. C'est aussi celui de l'Isle, pionnier pour le raisin de table. On note un processus analogue à Bédarrides et Orange, dont la croissance de l'indice de rentabilité est inférieur à la moyenne départementale : l'extension progressive d'un vignoble de qualité, dans un contexte de forte montée des prix, limite le privilège qu'avaient acquis les vins les plus réputés. D'une manière générale, on peut dire que les pôles de croissance, par l'action stimulante et l'émulation qu'ils ont provoquées, ont aidé – quelque peu à leurs dépens – à l'extension d'une réussite remarquable dans toutes les plaines du Comtat, et même au-delà puisque des signes sans équivoque de succès se remarquent dans plusieurs cantons de la zone intermédiaire. C'est ainsi que s'entretient la dynamique d'une croissance qui progresse le long d'un front pionnier, des plaines vers les plateaux et les vallées qui les prolongent vers l'Est.

36Dynamique certes, mais elle a ses limites. Il y a des pauvres et des riches dans tous les cantons vauclusiens, cependant le revenu moyen d'un exploitant agricole est à Cavaillon trois fois supérieur à ce qu'il est à Malaucène, la distance est encore plus du double pour Mormoiron et Vaison. Ce que nous savons des structures agraires nous autorise à dire que ces écarts ne s'expliquent pas par la prédominance dans le premier cas d'une agriculture capitaliste. Il faut bien admettre que ce n'est pas la même chose d'être un paysan pauvre à Cavaillon et à Malaucène... Ce sont là sans doute des cas extrêmes, mais ils nous mettent en présence de deux sociétés, l'une qui se contente de peu mais aussi qui s'étiole, l'autre qui est bien entrée dans la dynamique de la croisance, qui est à la fois croissance des revenus et croissance des besoins, source de réussite brillante mais en même temps insatisfaite, inquiète parce que jamais vraiment assurée de son avenir.

37Mais il est nécessaire de replacer cette analyse de rentabilité dans la longue durée, celle que nous suivons depuis les années 1860. On voit alors que l'après-guerre prolonge la période que nous avions saisie à son point de départ en 1892. Sans doute même sa croissance est plus forte, si l'on veut tenir compte du recul imposé par la guerre, que nous ne pouvons malheureusement faire figurer dans notre série. L'un des inconvénients les plus vivement ressentis de notre méthode d'analyse, c'est qu'elle nous conduit à des résultats qui ne peuvent guère être comparés à ceux que d'autres ont pu obtenir par une approche différente. Il me paraît cependant évident qu'on peut classer le Vaucluse au nombre des départements qui ont connu la plus vive croissance agricole, d'autant plus vive que la crise spécifique de l'économie traditionnnelle des pays méditerranéens a retardé son "décollage". Ce n'est pas, me semble-t-il, la seule originalité de l'agriculture vauclusienne. Il convient en effet de préciser que cette croissance a été obtenue dans le cadre de structures foncières de petite et moyenne propriété et de l'exploitation agricole familiale, et d'ajouter qu'elle a aussi ses oubliés, ses traînards. Ainsi nous deviennent plus sensibles la remarquable vitalité et la capacité d'adaptation d'une société profondément paysanne, qui adhère, qui colle à la terre qu'elle a si bien su mettre en valeur. Mais aussi nous sont indiquées les limites de cette réussite : elles sont dans l'inégalité des chances que la nature offre aux hommes et que ne parvient pas à faire reculer indéfiniment leur effort. Le Vaucluse est ainsi fait – c'est inévitable étant donné sa petitesse – que le succès et l'échec s'y côtoient, et la comparaison toujours rapide que sont amenés à faire les deshérités et les laissés-pour-compte de la croissance permet de mieux comprendre les raisons de leur abandon, qui se manifeste par un exode rural respectant pour l'essentiel l'inégalité du revenu agricole.

38Mais ce sont des conclusions suggérées par l'analyse d'une évolution économique dans un contexte favorable. Qu'en sera-t-il, quand vont arriver les temps de l'incertitude et du pessimisme ?

Notes

1 Pour reprendre l'expression que J. Rueff a utilisée comme titre d'un de ses ouvrages (Paris 1957).

2 J. BOUVIER : Initiation au vocabulaire et aux mécanismes économiques contemporains (xixèxxè siècles). Paris 1977. p. 175-176.

3 A. Sauvy. Histoire Economique de la France entre les deux guerres. Paris. 1965. t. I chap. XVIII.p.331-334 et t.II chap. XXIV. p. 392-401.

4 A. Sauvy.op.cité. t III. Paris 1972. chap. XIIp. 340. Dans mon étude sur la fortune paysanne dans le Vaucluse 1900-1938 (Annales ESC Janv. Février 1967), j'avais utilisé la méthode des Statistiques et Etudes Financières du Ministère des Finances, qui affecte les valeurs nominales d'un coefficient calculé d'après la moyenne des indices des prix de gros et de détail. La différence est sensible, notamment pour les années 1920 et 1928 où la forte hausse des prix de gros aboutit à un indice supérieur à celui de Vincent, ce qui réduit le pouvoir d'achat du revenu agricole de façon excessive.

5 P. George.op.cité.p.509.

6 Voir supra. 2ème Partie, chapitre VI.p.

7 A.D.V. 6M 394-395. Voir Supra. Je partie. ch. III p.

8 La préférence que je donne aux estimations communales ne s'explique pas par ce souci de commodité. Ce sont les vérifications auxquelles j'ai procédé qui m'y conduisent. En voici deux exemples. Dans la publication des résultats généraux de l'enquête, la superficie emblavée est de 29 040 ha, alors qu'elle atteint 33 070 ha à partir des questionnaires communaux. La statistique agricole annuelle indique 35 700 ha en 1928 et 31 900 ha en 1930 : il me paraît évident que pour 1929 le chiffre le plus plausible est celui de 33 070 ha. Autre exemple, la superficie en raisins de vendange est de 32 450 ha dans la publication du Ministère de l'Agriculture, de 29 300 ha à partir des questionnaires communaux et ce dernier chiffre s'insère parfaitement dans la série de la statistique annuelle – 27 900 ha en 1928 et 30 400 ha en 1930. La difficulté qui m'est apparue la plus sérieuse provient de la divergence sur les superficies en culture pour graines de semence : 1800 ha retenus par la commission départementale – 3 610 ha recensés dans les questionnaires communaux. Je l'explique ainsi : une partie des prairies artificielles sont cultivées pour la graine, et les enquêteurs communaux les ont alors comptées à ce titre, ce qui me semble correct car le produit obtenu est alors supérieur à celui qu'on peut attendre de la vente du fourrage.

9 La précision de l'Enquête Agricole de 1929 m'a aidé à isoler des productions qui jusqu'alors étaient regroupées en "divers". Mais il est clair que leur individualisation est significative de l'importance qu'elles ont prise, au moins dans certains cantons.

10 P. George. op.cité.p. 439.

11 A titre d'exemple, dans une propriété de Loriol en 1929, les tomates sont passées de juillet à octobre de 75 F à 15 F le quintal et les asperges d'avril à mai de 6 F à 2 F 55 la botte.

12 Le revenu brut d'un hectare de pommes de terre primeurs est de 19 500 F, celui d'un hectare de pommes de terre de consommation courante de 10 000 F.

13 Le revenu des vignes de coteau se calcule ainsi : Rendement moyen (50 hl) x Prix moyen (140 F) = 7 000 F. Celui des vignes de plaine s'obtient ainsi : 80 hl x 100 F = 8 000 F.

14 C'est le cru de Châteauneuf-du-Pape qui introduit dans le calcul du revenu brut à l'hectare dans les cantons d'Orange et Bédarrides le problème économique le plus délicat. Mais on connaît bien les prix (500 Fr/l'hl en 1929), d'assez près les rendements (30 hl/ha en 1929); et la superficie de l'aire d'appellation : 1 300 ha (P. George. op.cité.p.428) ainsi que sa répartition sur les territoires de Châteauneuf et Orange (1 000 ha), Courthezon, Bédarrides et Sorgues (300 ha) ne font aucun problème. Bien sûr, le choix du cadre cantonal dilue le privilège économique des producteurs du cru dans un espace bien plus large... On ne peut éviter des distorsions de ce genre.

15 P. Georges. op. cité. p. 482.

16 J'ai pu arrêter à 8-10 000 F le revenu brut à l'ha en culture fruitière, à 6500 F celui des cultures pour graines, à 900 Fr celui de la lavande. Pour les ovins, j'ai pris comme base la valeur du troupeau et pour le lait l'estimation retenue par la commission départementale de l'Enquête Agricole.

17 Deux exemples des erreurs et lacunes de l'Enquête sur ce point : dans le canton de Bonnieux, le nombre des exploitations est de 910, ce qui signifierait qu'il est resté stable depuis 1892. Dans le canton de l'Isle, seulement 4 communes sur 9 ont répondu à la question posée.

18 Voir Supra. 2ème Partie. Chap. VI. p.

19 Voir Supra. 3ème Partie. Chap. IV. p.

20 A cette distribution des fonctions, inévitablement schématique, semble échapper le canton de Sault, qui présente un profil comparable à celui des cantons de plaine. L'isolement de ce canton montagneux conduit à un développement de type urbain dans son chef-lieu, ce qui explique que l'indice du nombre des exploitations agricoles soit sensiblement inférieur à celui de la population rurale, qui est ici celle de tout le canton.

21 Il y a dans l'agriculture maraîchère, avec sa rotation rapide et épuisante des cultures, des besoins complémentaires d'engrais et de repos du sol. Les engrais chimiques, dont les formules sont très bien étudiées, assurent d'excellentes conditions de croissance à la végétation, notamment "le coup de fouet" qui a une incidence immédiate sur la productivité. Après plusieurs années de ce régime très intensif, l'ensemencement en prairie artificielle – voire même en céréales – permet à la terre de se reposer, de "se refaire".

22 Les séries établies par J.C. Toutain permettent de calculer que, pour la France entière, de 1905-1914 à 1925-34 la croissance du "produit agricole global" est de 11 % (op.cité.t.II.p.126).

23 Rhône – Durance – Ventoux 10 septembre 1929.

24 P. George.op.cité – p. 388-89

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540