Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Troisième partie. L'agriculture vauclusienne de l'entre deux guerres : une réussite économique et sociale

Chapitre V. Les organisations professionnelles et leurs domaines d'intervention

Texte intégral

1Dès avant la guerre, la modernisation de l'agriculture vauclusienne s'était accompagnée de la mise en place progressive d'un réseau d'organisations professionnelles : syndicats, mutuelles et organismes de crédit, qui témoignaient à leur manière de la profonde mutation en cours et des problèmes nouveaux qu'elle posait, auxquels précisément ces organisations s'efforçaient d'apporter des solutions. Le paysan qui entrait dans l'économie de marché, qui découvrait progressivement la complexité des facteurs techniques et économiques auxquels était soumis le destin de son exploitation, était conduit à sortir de son isolement, à accommoder son individualisme de producteur indépendant aux exigences d'une représentation et d'une entraide collectives. C'est une démarche et un mouvement relativement lents, mais l'encadrement professionnel de la paysannerie vauclusienne était en 1914 déjà bien avancé, à l'initiative de propriétaires, notables conservateurs le plus souvent, qui trouvaient sur ce terrain une revanche ou tout au moins une compensation à la perte d'influence qu'ils subissaient sur le plan politique. Sur cette trame, comment évoluent les institutions représentatives de l'agriculture et des agriculteurs de Vaucluse dans l'après-guerre ?

I – LES SYNDICATS AGRICOLES1

  • 1 Pour l'étude des syndicats agricoles, le mémoire de maîtrise de madame Viroulet : "Les syndicats ag (...)
  • 2 Voir mon étude : "Le Syndicat Agricole Vauclusien" (1887-1939) in le Mouvement Social, n° 67, avril (...)

2La guerre n'a apporté aux organisations agricoles vauclusiennes que des changements mineurs. Bien sûr on n'observe pas de créations de syndicats agricoles, mais aussi il n'est mentionné dans les statistiques qui les recensent qu'un très petit nombre de disparitions, à peine une dizaine. Les circonstances ont contraint les syndicats agricoles à une vie ralentie, encore que le plus puissant d'entre eux, le Syndicat Agricole Vauclusien, enregistre une forte progression du nombre de ses adhérents (3 900 en 1914 – 6 900 en 1920)2. Il est vraisemblable qu'il reprend là ce qu'il avait perdu – et accepté de perdre – dans les années de l'immédiate avant-guerre : dans ces années de pénurie et de contingentement sévère des produits industriels nécessaires à l'agriculture, il est capable, fort de ses structures commerciales et de son équipe dirigeante expérimentée et inchangée, d'assurer une fonction de répartiteur à laquelle d'ailleurs l'Etat l'engage. C'est ce qui détermine vers lui et les entrepôts de sa

A – FORMES NOUVELLES ET OBJECTIFS NOUVEAUX DE L'ACTION SYNDICALE

3Le dynamisme du syndicalisme agricole se réveille avec le retour à la paix. La mesure la plus simple – et aussi la plus grossière – qu'on peut en prendre se trouve dans le nombre des créations de syndicats. Le compte ne peut en être effectué avec rigueur, mais il est incontestablement très supérieur au total des créations de l'avant-guerre, et la représentation cartographique des syndicats existant en 1939 – en nombre inférieur à celui des créations, car il y a des disparitions par un processus d'élimination naturelle – indique clairement que le mouvement de syndicalisation de l'après-guerre d'une part a multiplié le nombre des syndicats là où il y en avait déjà, d'autre part a élargi l'aire de diffusion du syndicalisme, particulièrement dans les cantons d'Orange, Beaumes, Vaison et Valréas où l'on observe, à partir de la vigne, un processus de modernisation de l'agriculture. On ne peut en douter à l'examen de la carte : le syndicalisme agricole est lié étroitement à l'évolution de l'agriculture vers la spécialisation et l'ouverture sur les marchés.

  • 3 Les syndicats agricoles dans le département de Vaucluse. Op. cit.
  • 4 A.D.V. 1 M 817.

4La vérification est aisée, elle s'effectue par l'analyse de la nomenclature des syndicats agricoles. Avant 1914, la seule spécificité des syndicats était justement qu'ils étaient "agricoles", sans autre précision que celle du lieu où ils étaient créés. Ils s'inscrivaient dans une économie en mutation, mais leur fonction s'appliquait à l'ensemble des activités agricoles et exprimait aussi la réalité d'un genre de vie. Les temps ont changé après la guerre puisque n'apparaissent plus guère de syndicats de ce type, indifférenciés dans leurs activités, alors que s'imposent des titres qui spécifient un secteur privilégié d'activité ou bien qui annoncent une volonté de défense des intérêts agricoles et de ce fait situent le syndicalisme dans une orientation revendicative. Il convient sans doute de veiller à ne pas exagérer la signification du vocabulaire en matière de dénomination des syndicats agricoles, ne serait-ce que parce que les syndicats naissent dans une conjoncture donnée et que la plupart du temps ils lui survivent sans pour cela changer de titre. Et puis, le concept de syndicat de défense peut être retenu à des fins diverses, voire opposées. Dorgères l'a pris à son compte et, dans le Vaucluse, plusieurs syndicats dits "de défense et d'action paysanne" traduisent la pensée et l'effort d'implantation du dorgèrisme : c'est le cas à Montfavet en 1936, puis à Cavaillon, dans le contexte des grèves du Front Populaire, et c'est dans le même esprit que s'organise en 1937 le Comité de Défense des Maraîchers et Fruitiers de la Région Provençale, qui a son siège à Châteaurenard mais qui recrute une partie de ses adhérents dans le Vaucluse3. Or au même moment, le Syndicat de Défense Agricole de l'Arrondissement d'Orange crée la Fédération Paysanne de Vaucluse, affiliée à la Confédération Nationale Paysanne, dont les liens avec le Parti Socialiste sont connus4. Il est clair que la défense de l'agriculture s'entend dans les deux cas de manière bien différente. Mais il reste que la crise des années 1930 a fait surgir des syndicats qui se placent sous le signe de la défense des intérêts agricoles et ce fait est significatif d'une fonction nouvelle, plus proche de celle reconnue au syndicalisme ouvrier, que l'on assigne désormais au syndicalisme agricole. Il n'est d'ailleurs pas sans intérêt de remarquer que cela s'applique généralement à la culture maraîchère et à la viticulture, c'est-à-dire aux secteurs spécialisés de l'agriculture vauclusienne, les plus sensibles aux fluctuations de la conjoncture économique.

5Les syndicats de défense s'inscrivent donc dans le prolongement de syndicats apparemment moins engagés par leur titre, mais spécifiés par référence à une production agricole donnée. En prise directe avec la spécialisation de l'agriculture, ils apparaissent nombreux dans les années 1920 dans le secteur des fruits et légumes et dans celui de la viticulture. Il arrive même qu'ils limitent leur sphère d'activité à une seule production, ainsi qu'on le voit à Aubignan en 1923 avec le Syndicat des Producteurs Pépiniéristes, à Avignon en 1925 avec la formation d'une Fédération des Producteurs de Chardon ou encore à Lauris en 1928 avec le Syndicat des Producteurs d'Asperges. Par conséquent, dans les années 1920 la spécialisation agricole est dans certaines situations assez poussée pour que des agriculteurs se reconnaissent dans une seule production. Et s'il s'agit, bien sûr, de cas limites, ils aident à comprendre la démarche qui dans une conjoncture de crise conduit ces agriculteurs-là à s'engager dans un syndicalisme plus revendicatif, ce qui n'exclut pas d'ailleurs l'ambiguïté ou la confusion de ses options.

  • 5 J'ai eu communication du cahier de procès-verbaux de ce syndicat, grâce à l'amabilité de son présid (...)

6Du syndicat spécialisé au syndicat de défense, la démarche concrète et logique nous est proposée par l'exemple du "Syndicat des Propriétaires Viticulteurs de Châteauneuf-du-Pape, pour la défense de l'appellation d'origine"5. A l'origine du groupement syndical des propriétaires viticulteurs – précision restrictive remarquable ! – de Châteauneuf-du-Pape, il y a la prise de conscience d'un intérêt commun, produit des conditions spécifiques de la culture de la vigne dans le terroir, menacé par une pratique commerciale qui dévalorise cette spécificité. Aussi, "justement émus de l'arrivage considérable de raisins étrangers dans leur territoire et de l'usage abusif de l'appellation Châteauneuf-du-Pape, appliquée à des raisins de toute espèce et de toute provenance, (ils) décident la création d'un syndicat de défense de l'appellation d'origine... qui sera chargé de la protection de leurs intérêts". C'est une attitude résolument particulariste, qui conduit à des actions de procédure pour délimiter le territoire de l'appellation et en éliminer toute possibilité de fraude. La spécialisation est dans ce cas poussée à l'extrême et le label de qualité qui est son objectif doit être préservé à tout prix. Le syndicat est l'instrument de cette défense collective, mais aussi étroitement corporative. Dans ses assemblées générales annuelles, ses dirigeants annoncent comme des bulletins de victoire les poursuites engagées et les condamnations prononcées contre les fraudeurs convaincus d'avoir enfreint les règles d'encépagement et de productivité de l'appellation. On va même, en novembre 1931, jusqu'à adopter un voeu qui demande que "les fraudes et les infractions sur les appellations d'origine soient exclues du bénéfices de l'amnistie". Mais la bataille la plus spectaculaire, la plus acharnée a été celle qui a opposé M. P. Q..., négociant en vins à Châteauneuf, au syndicat. Bataille en plusieurs épisodes, qui sont rappelés dans l'assemblée générale extraordinaire convoquée le 7 mars 1928 pour se prononcer sur la demande d'admission présentée par le fils du négociant. Les dirigeants du syndicat y sont hostiles, ils y voient un intolérable défi en même temps qu'une tentative "d'entrisme" après que le père eut échoué dans ses attaques menées de l'extérieur, qui sont rappelées dans un véritable réquisitoire, où sont dénoncées

"... les interventions qu'il a provoquées dans les communes voisines et qui sont cause du retard apporté à la délimitation, les réunions tenues chez lui par tous ceux que gênait l'action entreprise, sa propre intervention dans le procès où il a soulevé des questions préjudicielles pour empêcher toute délimitation, puis réclamé une expertise qui a fait perdre des millions aux viticulteurs, mais lui a permis de continuer ses bénéfices à leur détriment quelques années de plus, sa condamnation pour infraction aux lois protégeant la viticulture et enfin ses actes de pression sur certains membres du syndicat, soit pour les décourager, soit pour les faire démissionner".

7P. Q... était un adversaire redoutable, d'autant plus qu'il disposait d'appuis politiques puisqu'il a été nommé conseiller du commerce extérieur, maigre une vive protestation du syndicat. On comprend dans ces conditions l'émotion soulevée par la demande d'admission de son fils : elle fut rejetée par un vote à bulletins secrets – procédure exceptionnelle – qui réalisa l'unanimité des 105 adhérents présents à l'assemblée générale.

  • 6 L'appellation d'origine conduit logiquement à une attitude malthusienne car pour défendre la qualit (...)

8Si elle est dans la logique de la spécificité du syndicat, la fonction de défense ainsi assumée s'opère sur une base étroite, particulariste. L'enjeu, il est vrai, est très important mais la défense des intérêts des adhérents peut être contradictoire avec le concept de solidarité, au sens large du terme, qui est un des principes du syndicalisme. On le voit d'ailleurs en 1932 lorsque la commission administrative réagissant à la crise viticole en fonction des intérêts étroits de l'appellation6 décide le retrait du syndicat de la Confédération Générale de la Viticulture qui, elle, privilégie tout naturellement la défense de la grande masse des producteurs de vins de consommation courante.

9Syndicats spécialisés et syndicats de défense ont fréquemment une assise communale, même lorsqu'ils s'appliquent à une réalité économique plus large. C'est ainsi que la délimitation de l'appellation Châteauneuf-du-Pape, sur des critères pédologiques et d'encépagement, a abouti à la création de quatre syndicats de défense de l'appellation, à Châteauneuf bien sûr, mais aussi à Orange, Sorgues et Courthezon. Il convient d'être attentif au fait que cette seconde génération de syndicats qui accompagne logiquement l'évolution de l'agriculture transpose l'individualisme agraire dans le cadre étroit des spéculations agricoles réussies mais aussi fragiles. Ce mouvement, économiquement justifié, peut faire naître des concurrences et des rivalités au sein d'une paysannerie que le mouvement de spécialisation morcelle en secteurs d'activité relativement indépendants les uns des autres. Il arrive que dans la même commune se constituent plusieurs syndicats spécialisés et il semble d'après l'analyse de leurs effectifs que les paysans se distribuent entre eux en fonction de la dominante de leur exploitation. Le cas de Puyméras, petit village du canton de Vaison, est à cet égard suggestif. Deux syndicats s'y étaient créés en 1899, selon le clivage Rouges-Blancs. Déjà atténuée avant 1914, l'opposition politique traditionnelle s'efface ensuite au point que les deux organismes fusionnent en 1934. Mais en 1931 est apparu un syndicat séricicole, ultime tentative pour prolonger la sériciculture moribonde, et en 1935 se crée un syndicat d'élevage ovin qui se situe lui dans une perspective plus dynamique. Enfin, la politique reprend ses droits avec la constitution en 1938 d'un Syndicat de Défense des Intérêts Paysans affilié à la Fédération Paysanne proche du Parti Socialiste.

  • 7 Dans un rapport de 1932 (A.D.V. 1 M 826), le sous-préfet de Carpentras présente ainsi celui qu'il d (...)

10Autre type d'évolution, celui que propose Sarrians, gros bourg proche de Carpentras. Le syndicalisme agricole n'avait pas réussi à s'y implanter avant 1914, malgré deux tentatives: il est vrai que la proximité de Carpentras où s'était imposé le puissant Syndicat du Comtat n'en faisait pas sentir la nécessité. Mais la présence à Sarrians de militants paysans communistes7 explique qu'en 1927 se crée un Syndicat Agricole des Paysans Travailleurs, fort de 40 adhérents, et ses références idéologiques ne peuvent lui permettre de rassembler la totalité ni même la majorité des paysans du village. A côté de ce syndicat, mais nous ignorons malheureusement le caractère de leurs relations, deux organisations spécialisées et apparemment revendicatives apparaissent avec la crise : le Syndicat de Défense Viticole avec 70 adhérents en 1931 et le Syndicat de Défense des Producteurs de Plants de Vigne fort de 60 membres en 1932. Les paysans se groupent par conséquent sur la base de leur activité dominante, qui est elle-même partagée par un plan de clivage idéologique et politique. On est loin du syndicat agricole de l'avant-guerre ...

  • 8 Dans les statuts de plusieurs syndicats "de défense et d'amélioration" des cultures qui apparaissen (...)

11On se tromperait, cependant, à ne voir dans ces créations syndicales de l'après-guerre que l'expression de forces particularistes, antagonistes et centrifuges. Elles sont, certes, le reflet des problèmes nouveaux que doit affronter l'agriculture, à la fois parce qu'elle se développe selon des directions nouvelles et spécialisées et parce qu'elle rencontre dans les années 1930 une conjoncture défavorable : ces deux faits, à des niveaux différents, agissent dans le sens d'une différenciation et de l'émergence d'intérêts antagonistes à l'intérieur de la paysannerie mais le syndicalisme agricole, s'il s'y adapte, ne perd pas pour autant sa vocation de rassembleur des énergies paysannes et il sait infléchir ses structures nouvelles dans ce sens. On le voit bien dans les deux secteurs les plus touchés par le mouvement "catégoriel", pourrait-on dire, du syndicalisme spécialisé : celui des cultures maraîchères et fruitières, où on discerne des interventions qui orientent et coordonnent ces créations : interventions de la direction départementale des Services Agricoles pour donner aux syndicats une dimension technique où justement peut se réaliser l'amélioration des productions8; interventions aussi de la Chambre d'Agriculture ou de l'équipe dirigeante des grandes organisations syndicales traditionnelles – Syndicat Agricole Vauclusien et Union des Syndicats Agricoles des Alpes et de Provence —, plus difficiles à saisir parce que plus discrètes mais pourtant importantes parce qu'elles visent à maintenir ces nouveaux syndicats dans la mouvance de la vieille maison conservatrice de la rue d'Athènes. On en a la preuve indirecte dans le fait que nombreux seront les syndicats à base maraîchère à participer aux campagnes d'inspiration dorgériste et corporatiste dans les années du Front Populaire, en particulier autour du comité de défense des maraîchers et fruitiers de la région provençale.

  • 9 Il semble se donner en 1933 une structure départementale, le syndicat des Vignerons de Vaucluse, d' (...)

12Dans le secteur viticole, la situation est un peu différente. L'influence idéologique du syndicalisme agrarien paraît ici faible, sinon nulle, et cela s'explique aisément : l'organisation professionnelle sur la base de la viticulture est récente, d'inspiration directement économique, et le Syndicat Régional des Vignerons du Sud-Est, adhérant à la Confédération Générale des Vignerons, n'a pas de coloration politique. Mais il assure une couverture à tous les syndicats viticoles et peut ainsi inspirer et coordonner leur action9. Par ailleurs, le mouvement en faveur de la délimitation et de la définition des appellations d'origine a eu un double effet : s'il a fait surgir des syndicats locaux et particularistes, dans la zone de Châteauneuf, mais aussi à Sainte-Cécile, Sérignan, Uchaux, Rasteau, il a eu cette autre conséquence, corrigeant les effets centrifuges et égoïstes du particularisme, d'obliger les vignerons concernés à des regroupements par zone. C'est ainsi qu'est né en 1929 le Syndicat Général des Vignerons des Côtes-du-Rhône, qui a son siège à Avignon et qui élit à sa présidence le baron Le Roy de Boiseaumarie : il n'est pas seulement le grand homme de Châteauneuf, il est aussi, en raison du succès obtenu par Châteauneuf, l'autorité derrière laquelle les villages rhodaniens désireux de se faire une place dans la viticulture de qualité oublient et dépassent leurs particularismes et rivalités de clocher. Il est remarquable de voir que quelques années plus tard, en 1938, les oubliés des Côtes-du-Rhône s'organisent d'emblée dans un cadre régional, avec le Syndicat Régional des Vignerons des Coteaux du Mont Ventoux et des Monts de Vaucluse : pour eux, l'étape initiale de l'affirmation particulariste, au niveau du village, a été brûlée.

  • 10 Rhône – Durance – Ventoux – Décembre 1928.

13Si l'on considère enfin le cas des producteurs de raisins de table, on constate une démarche très proche. Ce fut dans un premier temps l'affirmation villageoise ou intervillageoise d'une vocation qui pour se réaliser pleinement nécessitait la recherche de solutions à des questions techniques et commerciales, et c'est justement ce que l'on attendait du syndicat, conçu dans un cadre local, individualiste. Mais il est apparu dans les années de crise que c'était une méthode inefficace et l'on est passé alors à une vision plus collective du problème, avec la création, à Avignon en 1933, du Syndicat Régional des Producteurs de Raisins de Table du Sud-Est. C'est donc l'expérience acquise dans les années difficiles, celles où la surproduction et la mévente perturbent fortement les conditions du marché, qui a permis de retrouver des comportements de solidarité, adaptés aux nouvelles conditions économiques, c'est-à-dire circonscrits par les orientations spécialisées que s'est donnée l'agriculture. Les structures où s'exerce cette vision solidaire des problèmes agricoles paraissent plus solides, plus efficaces que celles que l'on avait mises sur pied un peu plus tôt, pour dépasser les antagonismes hérités du premier âge du syndicalisme agricole. En effet, en 1929 avait vu le jour une Fédération des Associations Agricoles de Vaucluse, appelée de ses voeux par le Syndicat Agricole Vauclusien, qui avait souhaité qu'elle "naisse à l'abri de toute idée politique, de toute tentative de lutte de classe, qu'elle soit l'expression d'un esprit nouveau, celui de la réalisation et du travail"10. Dans son assemblée générale constitutive, elle fait état de 114 associations affiliées, groupant 25 000 agriculteurs, mais elle reste une structure d'accueil formelle, sans possibilité d'action, témoignant par sa carence que désormais l'action syndicale dans l'agriculture vauclusienne passe, pour être efficace, par des structures adaptées aux spécialisations qui se sont imposées.

B – L'ACTIVITE SYNDICALE

14Quelles actions engage le syndicalisme agricole dans la période d'après-guerre ? Elles ne sont pas faciles à connaître, car elles n'ont que rarement une caractère public : elles n'ont les honneurs de la presse que lorsque le syndicat dispose d'un journal, ce qui est le cas du Syndicat Agricole Vauclusien avec son bimensuel Rhône-Durance-Ventoux à partir de 1925 ou bien lorsqu'il peut compter sur une chronique régulière dans un journal régional, ce que le journal carpentrassien Le Ventoux assure au Syndicat du Comtat. Bien sûr, la presse peut se faire l'écho de démarches entreprises par des syndicats agricoles, ou de manifestations organisées par eux, mais ces temps forts de l'action syndicale n'apparaissent que dans des conjonctures précises, exceptionnelles. Dans ces conditions, le problème de l'action syndicale dans la paysannerie vauclusienne peut être abordé et traité de la façon suivante. Il faut en premier lieu distinguer deux périodes : les années 1920 consacrées, pour l'essentiel, à un effort de prospection de marchés nouveaux, et les années de crise où le temps n'est plus à la réflexion et à une action méthodique et offensive mais à l'inquiétude et aux luttes défensives qu'impose une conjoncture défavorable. Je ne dirai rien dans ce chapitre de cet aspect de la question, me réservant de la traiter avec la crise elle-même, envisagée dans sa totalité et sa spécificité. Par ailleurs, on ne peut ignorer l'existence de deux niveaux d'intervention et d'action syndicales : au plan local et dans le cadre plus vaste, mais aussi plus élaboré et plus politique, des organisations régionales ou départementales affiliées à une Confédération Nationale. On retrouve là le Syndicat Agricole Vauclusien qui, bien qu'il ait vieilli dans ses structures et son orientation, n'en reste pas moins le grand relais entre une base qui cherche des solutions immédiates à ses problèmes et une vision nationale, politiquement orientée, de ces mêmes problèmes.

  • 11 Archives du Syndicat des Maraîchers d'Avignon (Section du Syndicat Agricole Vauclusien).

15L'action d'un syndicat agricole local dans sa sphère limitée d'intervention est la plus difficile à suivre. Une liasse de documents du Syndicat des Maraîchers d'Avignon11 nous permet, bien qu'elle ne concerne que les années 1923 et 1924, de saisir les mécanismes et la méthode d'une prospection commerciale. La production maraîchère dans la banlieue avignonnaise ne peut se satisfaire du marché local, et elle peut utiliser à son profit la proximité de la gare d'Avignon et les moyens nouveaux – wagons isolants, wagons frigorifiques – qui étendent le marché potentiel. Mais le syndicat n'a d'autres moyens de prospection que ceux qu'il peut se donner et tout repose en fait sur la personnalité de son président, qui multiplie les voyages, les démarches, engage des négociations avec des coopératives, des syndicats, des commerçants... L'effort est considérable, il commence par une tentative de créer une criée municipale pour la vente des légumes à Lyon, sans succès parce que soumis au bon vouloir des revendeurs qui imposaient leurs prix. Il est poursuivi par une prospection dans le Nord-Est, facilitée par l'organisation d'une mission d'étude conjointement réalisée par le PLM et les chemins de fer d'Alsace-Lorraine. Dans toutes les grandes villes des contacts sont pris, des circuits commerciaux s'ébauchent, des mesures à caractère publicitaire sont envisagées pour faire connaître aux consommateurs les produits légumiers provençaux. Le Syndicat des Maraîchers d'Avignon n'est pas seul dans cette prospection, dont les résultats ne sont pas connus, mais on voit bien comment elle parvient progressivement, par un travail patient et persévérant, à créer de nouveaux courants d'échanges. Ce qu'on observe enfin, c'est l'importance d'une action personnelle, individualisée, dans une entreprise de cette nature. Le président du syndicat y a fait la démonstration de ses aptitudes commerciales et lui qui était paysan a trouvé là une voie inattendue de promotion sociale : il devient directeur d'une succursale, installée à Montpellier, d'une usine d'engrais de Mulhouse... Mais c'est aussi avec son départ que s'interrompt la documentation du syndicat, et on peut penser que la coïncidence n'est pas fortuite : l'action d'un syndicat local est dans une large mesure subordonnée à la personnalité de ses dirigeants.

  • 12 Les syndicats agricoles dans le département de Vaucluse. Op. cit. L'auteur a utilisé les compte-ren (...)
  • 13 Par exemple, en 1924 le syndicat du Comtat organise dans le cadre de la foire de Strasbourg une sem (...)

16Elle échappe à cet aléa quand le syndicat atteint une dimension régionale et qu'il est pris en charge par des notables qui ont le loisir de s'en occuper et qui lui assurent de ce fait une continuité. C'est le cas du syndicat du Comtat12, carpentrassien par son implantation première mais qui déborde sur les communes voisines, jusqu'à Pernes et Beaumes. Le nombre de ses adhérents oscille, semble-t-il, entre 200 et 300 mais son autorité est bien supérieure à ce que pourraient laisser croire ses effectifs. Il est en mesure, par l'influence sociale de ses dirigeants, d'intervenir efficacement auprès du Syndicat du Canal de Carpentras pour étendre la période des arrosages, condition de l'intensification de la production maraîchère. Il a les moyens, avec son entrepôt dont il confie la gestion au Syndicat Agricole Vauclusien, d'assurer à ses adhérents au meilleur compte engrais et graines sélectionnées, ajoutant à ce service traditionnel du syndicat-boutique aux engrais une information technique sur les procédés de culture les mieux adaptés à la région. Ainsi il joue un rôle pilote et novateur dans l'agriculture comtadine et il en retire une grande autorité morale, qu'il renforce encore par sa politique de prospection des marchés, plus suivie et plus ample que celle pratiquée par le Syndicat des Maraîchers d'Avignon. Il est présent dans les foires-expositions des grandes villes, à Lyon, à Strasbourg13. Il participe à une mission commerciale en Angleterre, en 1924, il est en relations avec les attachés commerciaux des ambassades de France à Berlin, à Copenhague... Le couronnement de cette activité parfaitement coordonnée, c'est son rôle commercial : il assure la commercialisation de la production de ses membres, et l'on peut en suivre la progression dans ses comptes-rendus annuels.

17Malgré ses lacunes, cette série permet de voir l'importance et la progression de la production maraîchère commercialisée par le Syndicat du Comtat. On sait par ailleurs que les tomates tiennent la première place dans les légumes et que les fraises et les raisins de table représentent le gros de la production fruitière.

  • 14 Voir le graphique de l'activité commerciale du Syndicat Agricole Vauclusien.

18Le Syndicat Agricole Vauclusien, s'il n'intervient pas directement dans les créations des syndicats de l'après-guerre, conserve cependant une position dominante dans le syndicalisme agricole en Vaucluse. Les entrepôts de sa coopérative jouent un rôle important dans l'approvisionnement en engrais et en produits chimiques, par le volume de leurs transactions et plus encore par le contrôle indirect mais efficace qu'ils exercent sur les prix du commerce. Il semble d'ailleurs que ce soit au détriment du chiffre d'affaires de la coopérative, car il progresse moins vite que le nombre de ses adhérents14, lesquels ne font pas preuve d'une fidélité à toute épreuve mais suivent leur intérêt et leurs commodités, sans se rendre compte qu'ils les doivent pour une bonne part à l'existence du syndicat. Mais la fonction d'approvisionnement du Syndicat Agricole Vauclusien, qui lui vient de ses origines, cesse d'être la plus importante. Il s'attache à maintenir son rôle dirigeant dans la défense professionnelle, alors même que beaucoup de créations syndicales lui échappent, et pour cela il a des atouts non négligeables. En premier lieu, son équipe dirigeante est assez influente pour placer des hommes à la tête d'instances officielles comme l'Office Agricole créé en application de la loi du 5 janvier 1919 pour promouvoir le progrès technique, ou bien à la direction de la Fédération des Associations Agricoles de Vaucluse, ou encore pour faire élire plusieurs de ses membres à la Chambre d'Agriculture. Si l'on ajoute à ces positions celles qu'il détient dans le secteur de la mutualité agricole et dans celui du crédit, qu'il s'agisse de la Caisse de Prévoyance et de Crédit du Syndicat Agricole Vauclusien ou de la Caisse Régionale de Crédit Agricole, sans oublier les liens toujours étroits qui l'unissent à la Société d'Agriculture et d'Horticulture du Vaucluse, on remarque que le Syndicat Agricole est présent dans toutes les structures et institutions où se définit la politique agricole. Sa présence s'affirme encore au plan de l'information, depuis qu'en 1925 il a donné à son bulletin la forme d'un journal bimensuel qui est, en fait, la seule publication agricole du département, ouvrant ses colonnes à toutes les associations agricoles et servi gratuitement à tous les membres du syndicat. Une large part du journal est réservée aux questions techniques, mais il reste de la place pour une information économique et professionnelle de caractère régional et aussi pour des articles politiques, généralement repris d'organes nationaux contrôlés par les hommes de la rue d'Athènes. Les thèmes en sont toujours agrariens, exaltant la terre et déplorant l'exode rural, réservés et méfiants à l'égard des initiatives de l'Etat en matière de réglementation du travail et de fiscalité... On est dans la tradition du syndicalisme de droite, mais ce n'est pas sur ce terrain que le Syndicat Agricole Vauclusien joue sa plus grosse partie.

Expéditions du Syndicat du Comtat en gare de Carpentras (en tonnes)

Expéditions du Syndicat du Comtat en gare de Carpentras (en tonnes)
  • 15 C'est cette mission d'études qui a permis à un membre du syndicat du Comtat d'aller en Angleterre.

19Il veut être l'inspirateur et l'organisateur d'une politique commerciale adaptée aux spécialisations de l'agriculture vauclusienne, c'est-à-dire orientée vers les marchés extérieurs. L'action précédemment décrite des syndicats maraîchers n'est que le prolongement de celle qu'engage à un niveau plus élevé le Syndicat Agricole Vauclusien : il organise en 1924 une mission d'études en Angleterre15, et reçoit en retour l'année suivante des importateurs anglais; il participe aux travaux du Comité d'Expansion des Exportations de Produits Agricoles, qui cherche à développer une publicité appropriée et s'efforce d'imposer une discipline des exportations aux producteurs. Cette action a son prolongement dans le domaine douanier, car l'avenir des productions maraîchères et fruitières commande de veiller, dans l'élaboration des tarifs, à fixer des niveaux qui favorisent l'exportation des produits agricoles vauclusiens. L'idée maîtresse, c'est la revendication formulée en février 1925 à l'occasion de la révision du tarif douanier "d'un régime d'égalité indispensable à la prospérité de l'agriculture". Et dans cette ligne générale, la grande affaire, c'est le problème des relations commerciales franco-allemandes, soumises à un régime provisoire qui entraîne de fréquentes révisions, et chaque fois la fièvre monte. Elle monte en 1925-1926, sur la question des raisins de table pour lesquels le syndicat voudrait obtenir des tarifs avantageux. Et le débat prend assez d'ampleur pour que Daladier, député de Vaucluse et ministre de l'Instruction publique, intervienne et surtout souligne avec complaisance, pour d'évidentes raisons électorales, l'efficacité de son intervention... Mais le syndicat procède à une analyse serrée de l'accord signé et conclut, sans ménagement pour lui, que

"l'accord est fait pour les légumes des Bouches-du-Rhône, de la Touraine et de la Bretagne. Il ignore notre production fruitière et nous sacrifie".

20Nouvelle alerte en 1927... est-ce le résultat de l'action précédemment menée ? Toujours est-il que cette fois l'accord signé fin août est jugé favorablement, de même que l'engagement du gouvernement de ne porter aucune atteinte à la liberté d'exportation des produits agricoles.

21L'évolution des questions agricoles, leur complexité croissante, en relation avec l'évolution de l'agriculture vauclusienne, conduisent le Syndicat Vauclusien à une certaine révision de son attitude à l'égard des pouvoirs publics et de l'Etat. L'habitude se prend d'une collaboration plus confiante entre l'Etat et les organisations professionnelles, et un langage nouveau apparaît dans les professions de foi syndicales, sourtout lorsque la conjoncture politique favorise le dialogue. C'est ainsi qu'à l'Assemblée Générale du 30 novembre 1923 le président proclame :

  • 16 Deux ans plus tard, en pleine crise financière, l'assemblée générale du syndicat sera bien plus sév (...)

"L'Etat, notre défenseur naturel, puissamment secondé par M. Chéron, notre sympathique ministre de l'Agriculture, fait bien tous ses efforts pour nous aider"16.

22L'idée de l'Etat défenseur naturel de l'agriculture ne doit d'ailleurs pas prêter à confusion, elle implique l'obligation pour l'Etat d'une politique agricole exigeante, dans une double orientation. Il doit intervenir et peser de tout son poids pour défendre l'agriculture, que ce soit par les tarifs douaniers, que ce soit encore par des crédits et des investissements. Mais aussi, il doit reconnaître la représentativité des organisations professionnelles, faire appel à leurs conseils pour toutes les questions agricoles. Cette conception relativement nouvelle des rapports de l'Etat et de l'agriculture est exprimée à l'occasion des élections législatives de 1928, dans un programme électoral élaboré par la Société départementale d'Agriculture et repris à son compte par le Syndicat Agricole Vauclusien. A côté d'articles qu'on peut considérer comme traditionnels, tels que la revendication d'une "protection modérée", d'une réduction des impôts et des taxes qui pèsent sur l'agriculture, des préoccupations inédites apparaissent. Elles sont d'ordre économique et concernent des domaines aussi divers que l'extension du réseau téléphonique, une plus forte participation de l'Etat à l'électrification des campagnes, le développement du crédit agricole, l'aide aux coopératives, le contrôle des marchés "pour favoriser l'organisation de la vente des produits agricoles". Elles sont aussi d'ordre social, et, sous la rubrique "amélioration des conditions de vie des travailleurs des champs", elles évoquent la question des adductions d'eau, celle de la lutte contre la tuberculose et l'alcoolisme, celle de l'amélioration des logements paysans, et les problèmes de l'extension des lois d'assurance et de prévoyance sociale aux ouvriers agricoles. Elles sont enfin d'ordre intellectuel, et le programme s'inquiète d'une meilleure fréquentation scolaire, du développement d'un enseignement agricole post-scolaire, de l'accroissement du nombre des centres d'apprentissage agricole et horticole. Incontestablement, l'horizon du syndicalisme agricole s'élargit et sa vision des problèmes agricoles traduit à la fois la conscience que des solutions originales doivent être recherchées et le souci d'y parvenir par une action concertée des pouvoirs publics et des organisations professionnelles. Car si l'Etat doit s'engager au service de l'agriculture, il ne doit pas oublier l'existence des organisations agricoles, et le programme s'achève sur des suggestions "pour améliorer les rapports de l'Etat avec les agriculteurs" : consultation des groupements agricoles et chambres d'agriculture, représentation de l'agriculture "dans toutes les commissions (...) où les intérêts de l'agriculture sont mis en cause directement ou indirectement".

23C'est là le correctif de la fonction maintenant reconnue à l'Etat dans la gestion de l'agriculture : l'intervention et la participation des pouvoirs publics, si elles sont souhaitées, doivent éviter l'écueil toujours redoutable de l'"etatisme", et pour cela s'effectuer en accord avec les organisations professionnelles, et même par leur intermédiaire en certains cas.

24Très significative à cet égard est l'attitude du syndicat sur la question des assurances sociales. Il est très réservé devant le projet de loi déposé en 1927, et reprend l'argumentation de l'Union Centrale des Syndicats des Agriculteurs de France, dont l'idée essentielle est ainsi formulée

  • 17 Sous la plume de son délégué général, A. Toussaint, dans un article que publie Rhône – Durance – Ve (...)

"L'heure est passée où l'Etat pour l'aider dans sa tâche de plus en plus lourde peut négliger de s'appuyer le plus fortement possible sur les groupements corporatifs"17.

  • 18 On attire l'attention sur la différence entre l'ouvrier agricole et l'ouvrier d'industrie : il y a (...)

25Sur ce thème une longue campagne est poursuivie, qui continue même après que la loi a été votée en 1928. Pas d'hostilité de principe, mais une revendication majeure : les assurances sociales doivent être adaptées au caractère spécifique de la profession agricole18, et pour cela une exigence est formulée : réserver aux associations agricoles, tout particulièrement à leurs oeuvres mutualistes, une part importante dans l'application de la loi. Aussi, dès que la loi est adoptée par le Parlement, le syndicat s'emploie à la mise en place, par ses soins, des structures locales sur lesquelles reposera son fonctionnement. Dès le mois d'août 1928, il annonce la création de la Caisse Régionale d'Assurances Sociales, qui

"travaillera avec des conceptions identiques à celles qui ont fait le succès de nos caisses régionales Accidents et Incendies. Avec elles, elle formera une sorte de trilogie de la mutualité professionnelle qui met le travailleur à l'abri des risques qui le menacent".

26Et il appelle à la formation de caisses locales de secours mutuel agricoles qui ont vocation à organiser les assurances sociales. Appel renouvelé tout au long de l'année 1929, et le journal annonce régulièrement les créations de caisses : elles sont au nombre de 22 à la fin de l'année, ce qui est un témoignage de l'autorité du syndicat, du nombre de militants qu'il a su former et entraîner dans l'action mutualiste. En fin de compte, on peut penser que le bénéfice moral de la loi revient, plus qu'au législateur, à l'organisation professionnelle qui la considérait pourtant avec méfiance, mais qui a su tirer parti de ses structures propres pour en assurer l'application et apparaître ainsi comme un intermédiaire indispensable.

27Cet exemple souligne les limites du rapprochement qui s'est opéré entre l'Etat et le syndicalisme agricole en Vaucluse. L'évolution agricole elle-même condamnait à l'impuissance un syndicalisme replié sur lui-même, alors qu'au contraire, sans rien perdre de son caractère revendicatif (attesté par l'apparition de nouveaux syndicats au nom évocateur), il pouvait élargir son champ d'action et accroître son efficacité au prix d'une révision de son jugement sur l'Etat et d'un ajustement de ses rapports avec lui. C'est dans cette voie que s'est engagé le Syndicat Agricole Vauclusien, recherchant des contrats avec les pouvoirs publics, participant à des travaux divers en collaboration avec eux, et cela d'autant plus facilement que l'Etat est dirigé par des gouvernements de droite. Mais cette collaboration reste prudente, de puissance à puissance pourrait-on dire, et le syndicat est toujours soucieux de préserver son indépendance car, comme le rappelle en mai 1931 le rédacteur du journal Rhône-Durance-Ventoux, les organisations agricoles ont été formées "pour la sauvegarde des droits de l'individu en face de l'Etat".

28Le Syndicalisme agricole dans l'après-guerre a bien suivi, jusque dans ses organisations traditionnelles et conservatrices, l'évolution économique et il s'efforce non sans succès de répondre aux questions nouvelles que pose cette évolution. Il faut mettre à son actif aussi bien la délimitation des aires d'appellation vinicole que l'engagement des productions maraîchères et fruitières sur les marchés extérieurs, et il y a du réalisme de la part de ses dirigeants conservateurs à admettre l'intervention de l'Etat au service de l'agriculture. L'action syndicale ainsi comprise intègre le paysan vauclusien dans la société moderne, elle l'initie aux problèmes économiques généraux, elle est en quelque sorte un facteur de politisation et d'insertion dans la société globale. Elle est cependant insuffisante à résoudre tous les problèmes de la modernisation de l'agriculture, mais elle a préparé les esprits à accepter des solutions collectives à des problèmes de production : c'est ce que nous allons voir avec l'implantation et le succès des coopératives vinicoles.

II – LES COOPERATIVES VINICOLES19

  • 19 Tout le développement sur les coopératives vinicoles s'inspire du mémoire de maîtrise réalisé par M (...)
  • 20 Voir chapitre II de la IIème Partie.

29La reconstitution du vignoble et le mouvement ascendant de la production vinicole qui en était la conséquence avaient mis en évidence l'insuffisance et la médiocrité de l'équipement des vignerons vauclusiens en matériel de vinification et de conservation des vins. Cette situation était préoccupante à un double titre : elle mettait le commerce, qui achetait des raisins bien plus que des vins, en situation de force particulièrement dans les années où l'abondance pouvait aller jusqu'à une surproduction au moins apparente; mais aussi elle freinait la croissance de la production par le découragement qu'elle infiltrait chez les vignerons. Les données sociales de la viticulture vauclusienne, où dominaient les petits producteurs incapables de supporter le poids d'un équipement individuel, inclinaient vers la recherche d'une solution par la coopération, et le problème avait été posé en ces termes avant 191420. Il y avait d'ailleurs, pour juger sur pièces, deux régions proches où la coopération avait été expérimentée avec succès : le Var et l'Hérault. C'est la guerre qui remit à 1920 la création de la première cave coopérative vauclusienne, car l'idée avait été lancée à Bonnieux en 1913, et c'est dans ce village qu'elle prit corps pour la première fois. Il est toutefois à remarquer que le Vaucluse, prompt à s'engager dans la voie des innovations pour ce qui est des cultures maraîchères, a été plus circonspect pour la création des caves coopératives. Faut-il y voir la marque de l'individualisme ? ou bien celle de la pression exercée contre les coopératives par les négociants et courtiers ? ou encore une carence – et on l'imagine difficilement fortuite – des dirigeants agricoles vauclusiens ? Autant de questions ouvertes, pour lesquelles il n'y a pas de réponses toutes faites et elles redoublent l'intérêt de l'étude que nous entreprenons.

30Si le démarrage de la coopération est relativement tardif, eu égard aux structures de la viticulture vauclusienne, son succès est rapide puisque de 1920 à 1939 43 caves coopératives sont créees. Elles rassemblent 8 300 vignerons, elles offrent une capacité de logement de un million d'hectolitres, résultat impressionnant auquel elles sont parvenues par des agrandissements successifs qui ont plus que doublé la capacité prévue initialement pour chacune et elles assurent environ la moitié de la production vinicole vauclusienne. Dans le domaine des vins de consommation courante, elles tiennent une place dominante sur le marché et d'une certaine manière elles ont les moyens d'imposer au négoce sinon leurs conditions, tout au moins une règle du jeu. Enfin, certaines d'entre elles s'orientent vers une production fondée sur la qualité. La réussite au plan économique est incontestable, et elle n'a pu être obtenue que par une action puissante des hommes qui ont dirigé l'entreprise mais aussi de ceux, beaucoup plus nombreux, qui lui ont donné sa dimension sociale autant que son poids économique.

31Il faut être attentif à la progression dans l'espace et dans le temps du mouvement de coopération. Bonnieux donne l'exemple, bientôt suivi par Pertuis : c'est manifestement l'expérience varoise qui a inspiré les promoteurs du mouvement, mais le contexte social est aussi favorable. A Bonnieux, les fermiers et les métayers qui sont dans l'impossibilité d'équiper une cave sont les premiers intéressés et il semble bien que les conditions sont analogues à Pertuis, puisque le directeur des Services Agricoles appuie le projet en ces termes :

"La cave coopérative vinicole de Pertuis répond à un réel besoin; cette région du département en effet possède près de 2 000 hectares de vignes et la plupart des fermes y sont dépourvues d'installations vinaires, si bien que les agriculteurs sont à la merci des acheteurs de raisin au moment de la récolte. De même la vinification n'est pas toujours conduite dans de bonnes conditions et les vins obtenus laissent le plus souvent à désirer au point de vue conservation".

32La coopération apparaît dans des régions où la vigne est une importante – et croissante – source de revenu pour des petits paysans qui ont fait l'expérience de leur faiblesse individuelle, aggravée par leur éloignement des centres où s'effectue la vinification – les raisins de Bonnieux étaient expédiés dans la Loire – ce qui les contraignait à vendre même à des conditions très désavantageuses sous peine de perdre leurs raisins. Ce sont là des facteurs favorables qu'on retrouve dans les créations ultérieures, qui ne se distribuent pas au hasard. Il est évident en effet, à l'examen attentif de leur représentation cartographique, qu'elles s'ordonnent à partir des localisations premières et qu'elles prennent de ce fait une grande cohérence. Depuis Bonnieux, le versant Nord du Luberon est équipé dès 1925, et Pertuis joue un rôle identique pour le versant Sud : de Lauris à Grambois la mise en place d'un réseau serré de caves coopératives s'effectue avant 1930. Bédoin, où une cave est créée en 1924, commande avec un temps de retard l'équipement de la zone de collines qui assure la transition du Ventoux aux plaines comtadines et Vaison est dans une même situation pour les villages du Tricastin. Un dernier foyer apparaît, qui relaie en partant de l'Isle-sur-Sorgue l'influence venue de Bonnieux ; les villages de la grande région productrice de raisin de table s'équipent de 1924 à 1929.

  • 21 J'ai rencontré un de ces vignerons, M. C. à Flassans. Sa propriété était assez étendue pour qu'il a (...)
  • 22 C'est le cas de la famille A... de Cairanne, que nous avons déjà rencontrée. Elle s'est assuré une (...)

33Bonnieux, Pertuis, Bédoin et Vaison sont les centres d'une viticulture besogneuse, en progrès depuis la reconstitution du vignoble, mais qui reste insérée dans des structures agraires menues. Le succès rapide de la coopération dans ces régions – il faut y insister, tout se passe dans les années 1924-1929- fait la démonstration du nouveau rapport de forces qu'elle établit entre les producteurs et les négociants, mais aussi des conditions nouvelles qu'elle crée pour le développement de la vigne : les techniques modernes qu'elle met en œuvre révèlent la qualité des vins qu'on peut obtenir et que de rares vignerons jusqu'alors pouvaient atteindre21. Certes la vigne n'est pas à l'abri d'accidents conjoncturels mais au delà des fluctuations en creux que peuvent dessiner les accidents climatiques ou la baisse des prix, la coopération réalise pour ces régions la condition nécessaire à leur engagement dans la voie d'une spécialisation. Le cas des villages déjà spécialisés dans le raisin de table est différent : le raisin de cuve y est cultivé secondairement, et surtout la vinification est une assurance pour écouler l'excédent de production ou les qualités inférieures des raisins de table. Mais il est clair que les vignerons ne sont nullement intéressés par un équipement vinaire individuel et la coopération est pour eux un précieux auxiliaire, sans négliger le fait que ses moyens techniques permettent d'obtenir des vins marchands avec des raisins délicats et fragiles. Dans tous les cas, la coopération change profondément les conditions de la vinification que nous avons précédemment notée. Mais il est aussi remarquable qu'elle est à peu près absente des régions où le vin de qualité s'impose sans discussion : Rasteau et Cairanne sont à cet égard des exceptions, encore que dans ces villages beaucoup de propriétaires préfèrent la solution individualiste22. La qualité reconnue et payée comme telle s'accommode mal d'une vinification qui tend à une standardisation de la production et surtout les perspectives de profit qu'elle ouvre stimulent la concurrence et s'opposent à la discipline collective que requiert la coopération.

34Mais justement, la réussite de la coopération n'est pas venue toute seule, et il faut analyser les voies et moyens qu'elle a empruntés, les problèmes qu'elle a affrontés et les difficultés qu'il a fallu surmonter. Les conditions objectives telles que nous les avons définies ne suffisent pas, il faut encore l'intervention des hommes pour qu'elles s'imposent. En 1927 le journal du Syndicat Agricole Vauclusien consacre un article à la cave de Bonnieux, visiblement inspiré par l'ancien maire de la commune, qui avait été l'un des fondateurs de la cave, après en avoir lancé l'idée à la suite du directeur des Services Agricoles en 1913. Et l'article attribue le mérite de la création à "quelques agriculteurs d'élite" parmi lesquels il faut entendre bien sûr l'ancien maire qui lors de la création de la cave l'avait saluée des en termes qui méritent d'être cités :

"Les coopérateurs qui la composent, tous paysans, vivant sur cette terre faite de la poussière de nos souvenirs et du labeur de nos ancêtres, viennent de tous les points de l'horizon. Le plus modeste fermier s'y rencontre avec le riche propriétaire et tous ces hommes de bonne volonté laissant de côté leurs opinions politiques, religieuses et sociales, s'inspirant tant du vieux socialisme français et du positivisme d'Auguste Comte que du socialisme évangélique et des démonstrations des laboratoires de biologie, ont pensé que mieux que la lutte, la coopération est un facteur d'évolution et de progrès, si elle est éclairée par un principe de justice et de générosité. Ils ont voulu prendre une part active à la vie sociale et... ils désirent travailler et produire..."

35On peut sourire du ton, mais aussi d'ailleurs noter avec intérêt les références idéologiques, suggestives de la culture philosophique et politique de ce notable, qui est resté sur la terre et qui a conscience d'avoir un rôle intellectuel et social à y jouer. Un tel type social et humain existe encore après la guerre dans les campagnes vauclusiennes, et l'on voit justement à travers ce texte l'orientation que ces hommes voudraient imprimer aux innovations qu'ils acceptent dans leur nécessité économique mais aussi qu'ils redoutent pour leur éventuelle signification idéologique. Derrière l'oecuménisme des références, la grande crainte, encore qu'elle soit inexprimée, c'est que la coopérative rassemble les petits dans une optique de lutte de classes et qu'elle soit une démarche vers un socialisme réel. C'est pourquoi le notable de Bonnieux, comprenant fort bien que la coopérative s'imposait à l'expérience des paysans de sa commune à la fois comme une nécessité et une réalisation possible, a préféré être dans l'entreprise... sans y être ! Car c'est là que les choses se compliquent : il ne figure pas sur la liste des adhérents de la coopérative. Il est vrai qu'il n'en avait nullement besoin pour lui-même, et n'intervenait en sa faveur que par un paternalisme social qui était l'un des derniers moyens au service de son influence politique. Mais le témoignage du premier gérant de la cave est formel : cette attitude ambiguë fut ressentie comme une méfiance à l'égard de la cave et elle détourna de l'adhésion des paysans qui s'étaient pourtant déclarés favorables. Et ce fut l'une des causes du début difficile de la cave, l'autre venant – mais les choses ne sont évidemment pas indépendantes l'une de l'autre – de la lutte qu'engagèrent contre la cave les courtiers en raisins, n'hésitant pas à payer les raisins très cher et surtout à les payer comptant, alors que la cave ne pouvait régler les vignerons pour leurs apports que bien plus tard.

36Mais le problème posé lors de la création de la cave de Bonnieux reste : la coopération peut-elle n'avoir de finalités que techniques et économiques ? A regarder de près les conditions dans lesquelles se sont constituées les caves coopératives vauclusiennes, il semble bien qu'on peut répondre par l'affirmative à cette question. En régie générale, les projets sont lancés, souvent à l'initiative d'une personnalité marquante de la commune, par une équipe de "membres fondateurs" qui font les démarches administratives préalables, recueillent les avis nécessaires, rassemblent les vignerons intéressés, précisément mis en confiance par ce groupe qui exerce un rôle leader. La composition socioprofessionnelle et les options politiques de ces équipes sont impossibles à analyser statistiquement, mais nous avons des indices assez nombreux pour dégager une tendance. A tous égards, les équipes fondatrices sont très diverses. Sur le plan socio-professionnel, si les vignerons – le plus souvent propriétaires-exploitants – sont majoritaires, on trouve fréquemment des notables, propriétaires-rentiers exerçant une activité professionnelle sans rapport avec la viticulture. On note ainsi la présence d'industriels à Apt, Vaison et Mazan, de médecins à Maubec et au Thor, d'un notaire à Caromb – il sera même élu président. Sur le plan politique, la diversité des options est en quelque sorte assurée par le rôle actif que jouent les maires et il est évident qu'ils s'engagent au nom de l'intérêt général. C'est ainsi que le maire de Gadagne réunit son Conseil Municipal, et s'adresse à lui en ces termes, tels qu'ils ont été enregistrés par le secrétaire de séance :

"Il faut prévoir les aléas d'une mévente éventuelle des raisins soit par causes atmosphériques, commerciales ou autres... Il y aurait donc nécessité d"envisager la création d'une cave coopérative permettant suivant les circonstances de traiter et loger toute la récolte avec le maximun de garantie que peut permettre un matériel vinicole moderne et approprié. Monsieur le Maire demande donc l'autorisation au Conseil municipal de pouvoir s'adresser à Monsieur le Ministre de l'Agriculture afin de solliciter pour l'édification d'une cave coopérative le concours technique et financier de l'Etat".

37Souvent les coopérateurs ont élu comme président-fondateur de la cave le maire de la commune : c'est le cas pour Beaumont-d'Orange, Gadagne, Grambois, Lauris, Villes-sur-Auzon et Pernes. Là, il se trouvait être l'élu, entre autres, du marquis Gaspard de Soye qui avait activement contribué à la réussite de l'entreprise, souscrivant pour lui-même 50 parts, pour son fermier 50 autres et gagnant à la cause un de ses cousins, médecin à Avignon... Pourtant, le maire de Pernes est socialiste.

38Tous ces éléments témoignent en faveur du caractère de neutralité idéologique et politique des caves coopératives en Vaucluse. En règle générale, elles ne traduisent pas un clivage social et politique dans la paysannerie des villages où elles se créent et c'est assurément un facteur de leur réussite. Mais ce fait n'est pas contradictoire avec une conception plus engagée politiquement et plus signifiante idéologiquement qu'ont eue certains réalisateurs de caves coopératives.

  • 23 En 1926, le négociant en vins qui avait animé l'opposition à la cave Les Coteaux du Ventoux meurt e (...)

39La création de la cave "Les Côtes du Mont Ventoux" à Bédoin en 1924 s'inscrit dans une visée qui n'est pas seulement technique, puisque son président-fondateur, adjoint au maire de la commune, en eut l'idée au retour d'un voyage d'étude qu'il avait effectué en Union Soviétique l'année précédente, avec d'autres viticulteurs vauclusiens, dans la perspective de trouver des débouchés nouveaux pour la production des plants de vignes. M. Provane – c'est son nom – était membre du Parti Communiste Français. Est-ce à dire que la cave coopérative justifiait le nom que lui donnèrent ses adversaires : "la cave des Rouges" ? Il est pour le moins probable que la couleur politique de Provane contribua à passionner le débat, à durcir les positions antagonistes, mais ce fut à l'initiative de ceux qui refusaient la coopérative pour des raisons qu'il leur était difficile d'exposer au grand jour. En effet, le marché des raisins était à Bédoin jusqu'alors contrôlé par un marchand de vin qui avait monté une cave importante et qui s'était constitué à Bédoin et dans les villages voisins – Flassans, Crillon – une véritable clientèle de vignerons, sélectionnés sur la base de la qualité de leur production. Les autres n'avaient d'autre ressource que le marché de Carpentras, éloigné de 15 kilomètres, et il n'était pas question qu'ils en rapportent leurs raisins quel que soit le prix qui leur en était offert... La création de la cave changeait évidemment le rapport de forces et le négociant du village ne lui était pas favorable. L'action de Provane aurait été vouée à l'échec dans le milieu qu'il voulait convaincre si ces contraintes n'avaient existé, mais il est certain que dans sa pensée la solution coopérative devait être un facteur de prise de conscience politique pour les paysans. A cet égard, l'hostilité qui se manifeste à l'égard du projet – et qui devait d'ailleurs aboutir à la création d'une seconde cave coopérative quelques années plus tard23 – est de même nature que la préoccupation que nous avons décelée chez le notable de Bonnieux quatre ans auparavant.

  • 24 La Fédération Nationale de la Mutualité et de la Coopération Agricole est l'une des organisations d (...)

40C'est aussi un militant communiste, Jules Grand, qui est à l'origine de la cave coopérative de Cavaillon créée en 1924. Son autorité lui venait d'ailleurs surtout de sa qualité de président du Syndicat Agricole du canton de Cavaillon, et c'est à ses qualités personnelles autant qu'à son engagement politique qu'il devait d'avoir été élu à la tête du syndicat. Il est une figure d'exception, aussi inébranlable dans ses convictions que souple dans sa pratique syndicale, s'imposant par une compétence d'autant plus remarquable qu'il l'a acquise par un effort personnel et austère, seule voie possible pour le paysan aux ressources modestes qu'il était. La démarche qu'il propose aux vignerons de Cavaillon, particulièrement dans le quartier des Vignères, prend appui sur leur expérience. Ici comme ailleurs, les producteurs vendaient leurs raisins aux négociants : ils les apportaient sur le quai de la gare, et l'offre se faisant parfois attendre deux ou trois jours les raisins pourrissaient et devenaient invendables... Jules Grand les réunit à la mairie de Cavaillon, en présence d'un administrateur de la caisse du Crédit Agricole de Cavaillon – lui aussi communiste – après que dans une réunion publique, convoquée par ses soins, le directeur des Services Agricoles du département eut exposé, de façon générale, l'organisation et le fonctionnement des caves coopératives. Dès lors, le problème de la création d'une cave coopérative est posé concrètement : un modèle de statut, fourni par la Fédération Nationale de la Mutualité et de la Coopérative Agricole24, est proposé aux vignerons cavaillonnais et la réalisation de la coopérative est présentée comme le prolongement de l'action syndicale :

  • 25 Jules Grand avait ouvert un cahier sur lequel furent consignés les procès-verbaux des réunions prép (...)

"Le président (Jules Grand) fait appel à l'assemblée pour adhérer au syndicat agricole du canton de Cavaillon. Parce que c'est le syndicat, dit-il, qui travaille sans relâche à la réalisation de diverses oeuvres sociales agricoles et c'est lui qui en supporte tous les premiers frais. Si vraiment les agriculteurs veulent s'émanciper et soutenir sérieusement leurs revendications, qu'ils viennent à leur syndicat professionnel"25.

  • 26 Ce sont les conditions politiques créées par la défaite et l'instauration du régime de Vichy qui ex (...)

41Je ne connais pas d'autre exemple où la création d'une cave apparaisse dans le droit fil d'une action syndicale dont il faut souligner qu'elle est présentée dans une perspective d'émancipation. Il est clair que le militant politique se découvre dans cette formulation, mais il ne va pas au delà et dès lors que le projet prend forme – 27 viticulteurs ont décidé de s'inscrire dans l'équipe initiale— Jules Grand veille à ce qu'il ne prête le flanc à aucune critique, technique ou politique. Une information technique est rassemblée et communiquée aux membres de la commission d'initiative, des avis sont recueillis, celui d'un ingénieur, celui des présidents des caves de Bonnieux et de Bédoin... Et lorsqu'on arrive au terme, c'est-à-dire à la signature de l'acte constitutif, "la commission étudie longuement la question d'un notaire et craignant que des questions politiques puissent s'infiltrer dans les affaires de la cave décide de choisir le notaire qui soit le plus neutre au point de vue politique". La précaution peut paraître excessive, mais elle s'explique en ce sens que le maire de Cavaillon, l'un des leaders du radicalisme vauclusien, était le notaire Joseph Guis, et elle est par ailleurs significative de la prudence et de la rigueur de Jules Grand. Ainsi conduite l'affaire réussit, la cave coopérative prit un beau départ et Jules Grand devait en être le président jusqu'en 194026.

42Par conséquent, les conditions dans lesquelles sont créées les caves coopératives sont diverses, et la diversité des hommes qu'on trouve à l'origine des créations témoigne qu'une des conditions du succès était de dépasser les oppositions politiques traditionnelles. Néanmoins, les caves coopératives sont nées d'une prise de conscience paysanne et elles pouvaient être considérées, elles l'ont été dans un petit nombre de cas, comme un facteur d'émancipation sociale et économique de la paysannerie. Ont-elles joué ce rôle ? C'est une question difficile, à laquelle on peut toutefois apporter des éléments de réponse en considérant la composition sociale des caves et leur fonctionnement.

  • 27 La multiplicité des déclarations de récolte, en utilisant les liens familiaux au sein d'une même ex (...)

43On connaît le nombre des adhérents aux caves coopératives, mais on est très peu informé sur les superficies cultivées en vigne qu'ils représentent. L'adhésion à une cave coopérative comporte une prise de participation à son capital social, lequel est divisé en parts. La valeur d'une part varie d'une cave à l'autre, elle est le plus souvent de 150, 200 ou 250 francs. Les exceptions notables sont celles des caves du Thor, où la part ne vaut que 20 francs, de Caumont, Cavaillon et Gadagne où elle est de 30 francs. Elles s'expliquent par le fait que dans cette zone où le vignoble est avant tout orienté vers le raisin de table, les caves sont destinées surtout à absorber les raisins de table invendus, soit pour mauvaise qualité, soit pour mévente : elles ont donc une fonction de récupération et les coopérateurs ne seraient pas attirés si on leur demandait un investissement important. Théoriquement, une part correspond à une certaine quantité de vendange que le souscripteur s'engage à livrer à la coopérative, 500 ou 1 000 Kgs selon les caves. Peut-on établir une classification sociale entre les coopérateurs à partir du nombre de parts qu'ils détiennent ? C'est bien difficile, pour plusieurs raisons. En premier lieu, un viticulteur peut très bien n'adhérer à une cave coopérative que pour une part de sa production. Mais aussi, il n'est pas rare que pour une même exploitation il y ait plusieurs adhésions, condition nécessaire si l'on veut pouvoir faire plusieurs déclarations de récolte27. De ce fait, la très forte proportion des petits souscripteurs de parts que l'on observe généralement n'est pas absolument conforme à la réalité sociale de la viticulture vauclusienne. Nous pouvons l'approcher de plus près pour une cave, celle des Côtes du Mont Ventoux de Bédoin, dont les archives fort bien conservées permettent de dresser le tableau de la répartition de la production :

44Nous savons par ailleurs que lors de sa création en 1924, 63 % des fondateurs souscrivirent chacun moins de 10 parts, soit 32 % du nombre de parts, 33 % souscrivirent de 10 à 20 parts, soit 54 % du nombre des parts et les gros souscripteurs ne représentaient que 4 % du nombre total, et 14 % du capital. L'analyse de toutes ces données montre bien la part prépondérante – et croissante – des petits vignerons dans la coopération, même si l'on tient compte du phénomène des adhésions multiples par exploitation. Il convient donc de retenir l'image d'une paysannerie parcellaire adhérant massivement aux caves coopératives, mais les moyens exploitants vignerons ne sont pas restés à l'écart du mouvement, tout au moins ceux d'entre eux qui n'avaient pas d'installations vinaires personnelles : ils ont alors donné leur préférence à l'investissement collectif, bien moins lourd que celui qu'ils auraient dû réaliser eux-mêmes. On observe enfin que les caves coopératives ont permis à des hommes ayant rompu toute attache professionnelle avec la terre de conserver la propriété d'une vigne – en la faisant travailler "à façon" – pour en tirer au moins leur consommation personnelle de vin. C'est très net par exemple à Villes-sur-Auzon où une liste de nouveaux adhérents en 1934 comprend deux instituteurs, un employé de commerce, un mécanicien, un boulanger, un marchand de tissus et un gendarme. Ce faisant, les caves freinent le processus de concentration foncière qui est dans la logique de l'exode rural.

45Il existe une dynamique de la coopération, on le voit à l'essaimage des caves et à la forte progression du nombre de leurs adhérents qui accentue leur caractère populaire. Elles présentent bien des avantages pour les vignerons. Non seulement leur travail est allégé, mais aussi les caves poursuivent une politique d'amélioration de la qualité, par des investissements judicieux, tels que foulo-grappes, pressoirs puissants, salles de pressurage pour vin blanc, une surveillance rigoureuse de la vinification, confiée à des cavistes compétents, et des conseils donnés aux vignerons dans le choix de leur encépagement.

46Il faut bien voir cependant que la coopération implique une discipline collective, et c'était un problème que de convaincre des paysans pétris d'individualisme qui avaient, certes, fait à leurs dépens l'expérience de la loi du marché mais qui aussi n'ignoraient pas qu'il y a des conjonctures où l'offreur peut être en situation de force. Aussi est-ce une tentation permanente pour ces vignerons qui sont venus à la coopérative parce que c'était leur intérêt, de l'utiliser au mieux de leurs intérêts, même si ce jeu est contradictoire avec la bonne marche de la cave. La tentation commence avec les apports de raisins, déterminés par le nombre de parts souscrites, mais on peut faire jouer une marge importante, et difficilement contrôlable... C'est ainsi que la cave de Pernes n'enregistre en 1934 que le tiers des apports prévus, ce qui veut dire qu'une partie des coopérateurs en cette année de mévente a préféré tenter la solution individuelle plutôt que d'accepter la discipline de la coopérative, avec le risque qu'elle comporte puisque les cours s'inscrivent dans une baisse persistante. Cette conjoncture est, bien sûr, exceptionnelle : le Conseil d'Administration de la cave de Cavaillon l'a constaté pendant la récolte 1926, celui de la cave du Thor rappelle à leurs devoirs les sociétaires, en septembre 1929 :

"Sociétaires, écoutez les dirigeants que vous avez mis à la tête de votre belle coopérative. Apportez à la cave toute votre récolte... Le Conseil d'Administration vous parle en ami désintéressé, n'ayant en vue que l'intérêt général et la prospérité de notre superbe association. Ecoutez-le".

47Autre problème, celui des modalités de vente du vin. Deux sont possibles, la vente libre qui fait de la cave une simple structure de vinification et laisse aux adhérents la responsabilité de la commercialisation de leur récolte, mais aussi la vente en commun qui est indiscutablement dans l'esprit de la coopération; seulement elle exige une disciple collective que les coopérateurs n'acquerront que progressivement. C'est pourquoi la vente libre a prévalu dans un premier temps, au cours duquel l'expérience a été faite qu'elle n'était pas adaptée aux exigences de gestion et de comptabilité des caves. Et la vente en commun s'est imposée sans grandes difficultés, semble-t-il, favorisée par les réglementations mises en place pendant la crise et aussi par les avances que consentaient les caisses de Crédit Agricole, qui permettaient aux coopérateurs de percevoir un revenu échelonné, avant même que leur vin ne soit vendu.

48C'est en définitive par son efficacité que le système coopératif a convaincu les vignerons et qu'il les a plies, sans qu'ils en aient été sérieusement gênés, à des pratiques collectives et à une discipline auxquelles ils n'étaient pas préparés. Certes, tout ne fut pas limpide dans le fonctionnement des caves coopératives, il y eut des gestions maladroites, des oppositions de personnes. Mais si l'on considère que la coopération ne s'appuyait sur aucune tradition dans ce pays d'individualisme, et qu'elle eut à affronter la crise avec ce qu'elle pouvait réveiller de comportements âpres au gain et individualistes, on peut dire qu'elle n'a pas seulement réussi au plan économique mais qu'elle a aussi contribué à une éducation sociale des paysans coopérateurs, plus conscients de leur être collectif. Dans la mesure où la coopération a pour l'essentiel concerné des paysans disposant de peu de moyens matériels, elle a également contribué à une prise de conscience politique, et ce n'est nullement contradictoire avec le fait qu'on y évitait les discussions et oppositions politiques traditionnelles.

III – CREDIT ET BANQUE

A – LE CREDIT AGRICOLE S'IMPOSE

49La modernisation de l'agriculture vauclusienne crée les conditions de la mise en place d'un appareil bancaire adapté aux besoins propres du monde agricole, tout à la fois attiré par les revenus monétaires que les spéculations nouvelles de l'agriculture assurent et sollicité par les besoins de trésorerie et les investissements qu'impliquent ces orientations nouvelles. J'ai montré que cette implantation s'esquissait avant 1914 et qu'elle prenait des formes originales du fait de la liaison établie entre le syndicalisme et le crédit par la conception mutualiste du crédit qu'avaient eue les dirigeants agricoles vauclusiens. Qu'en est-il après l'épreuve de la guerre qui a stoppé le mouvement en cours mais qui aussi a créé des besoins financiers nouveaux ?

  • 28 Comme je l'ai indiqué dans le chapitre III de la 2ème Partie, j'ai pu consulter les bilans annuels (...)

50Les agriculteurs ont à leur disposition deux types d'organismes de crédit. Il convient de distinguer d'une part le Crédit Agricole, qui leur est spécialement destiné, dans ses deux versions – celui qui reçoit l'aide de l'Etat et qui accepte son contrôle, et celui qui entend rester libre – , d'autre part les banques privées qui s'adressent à tous les publics, toutes les clientèles possibles, mais qui ne négligent pas pour autant, lorsque les conditions leur paraissent favorables, la clientèle particulière, à certains égards originale, que peuvent constituer les agriculteurs. Dans tous les cas se pose pour nous le problème de la documentation accessible28 et, lorsqu'on peut l'atteindre, celui de son maniement et de son traitement car dans sa forme comptable et statistique elle manque d'homogénéité. Aussi suis-je conscient des lacunes et des incertitudes de cette étude, dont j'ai pris cependant le risque dans ma conviction que, malgré ses insuffisances, elle peut apporter de précieux éléments à l'intelligence des mécanismes économiques et des comportements sociaux dans l'agriculture vauclusienne.

  • 29 C'est ce qui ressort des différents tableaux publiés en annexe de son ouvrage par A. Gueslin : Les (...)

51La Caisse Régionale de Crédit Agricole n'a pas vraiment démarré avant la guerre29, elle est restée dans l'ombre de la Caisse de Prévoyance et de Crédit du Syndicat Agricole Vauclusien et les avances que lui consentait l'Etat constituaient pour les administrateurs de la Caisse de Prévoyance une sécurité et facilitaient leurs opérations d'escompte avec le Syndicat Agricole Vauclusien. Aussi les caisses locales qui avaient été ouvertes avant 1914 – pour plus de la moitié situées dans les départements voisins des Bouches-du-Rhône, du Gard et du Var – n'avaient-elles qu'une activité réduite, à l'exception bien sûr de la Caisse de Prévoyance et de Crédit qui jouissait d'une situation privilégiée dans la mesure où elle exploitait à son profit le crédit de la Caisse Nationale tout en restant libre de sa politique... Il y avait quelque hypocrisie dans ce jeu, et l'on peut dire que la caisse de Prévoyance était le meneur de jeu pour le crédit proposé aux agriculteurs vauclusiens. Cela explique au moins pour une part que la pratique du crédit et aussi celle des dépôts bancaires se limitaient alors pour l'essentiel à la région d'Avignon. Ce qui caractérise l'après-guerre, c'est un renversement de situation : la Caisse Régionale devient la structure essentielle, prolongée par des caisses locales toujours plus actives en même temps que plus nombreuses, alors que la Caisse de Prévoyance et de Crédit doit se résigner à une fonction plus locale et plus modeste et doit aussi se transformer pour assurer sa liberté d'action, à laquelle elle reste très attachée.

52Les caisses locales ouvertes avant 1914 sont trop peu nombreuses pour être représentatives de la modernisation de l'agriculture. Il en est tout autrement après la guerre : de 1921 à 1926, 36 caisses locales sont créées, et l'équipement du département est dès lors terminé. La cadence a été très rapide, et la densité des caisses est très forte, deux faits qui témoignent d'un changement profond dans le comportement des paysans vauclusiens face au crédit. Il convient de regarder de près la localisation des caisses, qui sont d'ailleurs des structures légères, de simples antennes reliées à la Caisse Régionale qui traite les dossiers importants. Tous les chefs-lieux de canton sont équipés d'un bureau du Crédit Agricole, mais aussi des villages où l'activité agricole est de plus en plus fondée sur des spécialisations assurant un important revenu monétaire et aussi exigeant, en raison même de leur technicité, des fonds de roulement, une trésorerie rapidement mobilisable. On pourrait multiplier les exemples : Lauris et ses aspergières, Châteauneuf-du-Pape et son vignoble, Jonquières, Aubignan et leurs pépinières de plants de vigne... Il est évident que le Crédit Agricole est entré dans les moeurs parce qu'il est bien adapté aux besoins et mécanismes d'une économie agricole en relation constante avec le marché, pour la commercialisation de ses récoltes mais aussi pour l'achat des produits et matériels qui sont nécessaires à la réalisation de ses performances.

  • 30 Les caves coopératives ont profité au maximum de ces facilités, à tel point qu'en 1929 le Conseil d (...)

53Une autre corrélation s'impose : les communes qui créent une cave coopérative possèdent déjà ou possèderont bientôt une caisse locale de Crédit Agricole, à moins qu'il n'en existe une à proximité. Cela se comprend, puisque les dispositions réglementaires prévoient l'intervention des Caisses Régionales dans le financement des caves coopératives. Celles-ci, à la condition d'inscrire dans leurs statuts un engagement collectif et solidaire de leurs adhérents vis à vis du Crédit Agricole et de soumettre leur comptabilité à son contrôle, peuvent emprunter à la Caisse Régionale de leur circonscription jusqu'au double de leur capital social, selon des modalités très favorables, puisque ces emprunts sont remboursables en 15 annuités, à un taux d'intérêt de 2 % jusqu'en 1928 et 3 % plus tard30. Par une suite logique, c'est au Crédit Agricole que les caves confient leur trésorerie; leurs opérations commerciales – très importantes par le mécanisme de la vente en commun – donnent lieu à dépôts à la Caisse Régionale et c'est aussi par son intermédiaire que fonctionne le système des warrants, qui assure aux vignerons notamment dans les années où l'écoulement de la récolte est difficile une certaine régularité de leurs rentrées d'argent. C'est pourquoi le développement des opérations de la Caisse Régionale, notamment la progression de ses dépôts et l'escompte des effets, le règlement des chèques, provient pour une très large part du secteur coopératif. A cet égard, l'activité de la Caisse Régionale est bien plus représentative de la viticulture que des autres spécialisations agricoles. Les assemblées générales de la Caisse Régionale en font d'ailleurs la constatation : celle de 1929 observe le développement rapide du service des dépôts -114.000 000 francs reçus en compte courant à vue en 1928 contre 30 000 000 en 1927 – et l'explique par les dépôts effectués par les caves coopératives et aussi par le fait que le nombre des déposants individuels "augmente dans de notables proportions". En 1930, 1934 et 1935, l'observation porte sur le recul des opérations à court terme, et il est mis sur le compte de la mévente des vins. Les vignerons sont, de tous les agriculteurs, ceux qui sont le plus familiarisés avec les mécanismes du crédit et de la monnaie scripturale, et ils le doivent aux méthodes commerciales des caves coopératives. Celles-ci, d'ailleurs, incitent leurs membres à adhérer à la Caisse locale la plus proche, et on peut lire par exemple à l'article 34 du règlement intérieur de la coopérative de Vaison que "les sociétaires... doivent faire partie de la caisse locale de Crédit Agricole et avoir un nombre suffisant de parts pour pouvoir à cette société faire accepter la totalité de leurs effets; un administrateur de la coopérative leur servira de caution".

  • 31 Statistique Agricole de la France : Résultats de l'enquête de 1929 – Paris, 1936.

54Nous sommes mal informés sur le nombre des sociétaires de la Caisse Régionale. Nous n'avons de chiffre précis que pour 1929 : elle comptait alors 3892 membres31. On peut penser qu'il n'a que peu évolué, si l'on juge par l'évolution des dépôts et si l'on tient compte de la crise des années 1930 qui ne favorisait pas la pratique du crédit. Mais le cap de 4 000, qui propose un ordre de grandeur tout à fait correct, signifie que la formule moderne et spécifique de crédit à destination des agriculteurs s'est imposée dans les couches les plus dynamiques de la paysannerie vauclusienne.

55L'activité de la Caisse Régionale de Crédit Agricole peut être analysée par les graphiques traçant le mouvement de ses dépôts et de ses différentes opérations de prêt. Dépôts et prêts à court terme que constituent l'escompte des effets et le règlement des chèques présentés à l'encaissement sont deux missions bancaires complémentaires et c'est là que l'on trouve la présence prépondérante de la viticulture et aussi la pression qu'exerce la conjoncture. Leur très vive progression – amplifiée il est vrai par la dévalorisation de la monnaie – témoigne d'un fait de mentalité nouveau, dont la diffusion est à coup sûr en relation directe avec l'évolution économique : l'habitude se prend de considérer l'argent comme une valeur éminemment circulante et le crédit est de mieux en mieux compris en tant que support d'une trésorerie dont les exigences ne doivent pas être étroitement subordonnées aux rentrées d'argent effectives. A terme, cette disposition d'esprit peut d'ailleurs compromettre le traditionnel et très fort sens de l'épargne. Mais on n'en est pas là, et la forte progression des dépôts, plus précisément du solde laissé par les retraits, montre bien que la gestion des revenus paysans reste prudente.

  • 32 A. Gueslin (Op. cit. p. 321) estime que cette loi "marque une mutation profonde dans l'histoire du (...)

56Les prêts à moyen et long terme procèdent d'une autre mission du Crédit Agricole. Le point de départ en est la loi du 19 mars 1919 sur le crédit individuel à long terme qui visait à "faciliter l'acquisition, l'aménagement, la transformation et la reconstitution des petites exploitations rurales", dans la perspective de consolider la petite propriété32. Son démarrage dans le Vaucluse avait été lent, mais aussi progressif puisqu'on enregistrait 5 prêts en 1912, 6 en 1913 et 19 en 1914, pour un montant total de 30 000, 27 500 et 40 000 francs. Elle fut complétée par une loi de circonstance – mais ses effets devaient être durables – votée le 9 avril 1918, qui instituait un système de prêt pour l'acquisition de propriétés rurales au bénéfice des victimes de la guerre, et par une autre qui se fixait un objectif de modernisation, la loi du 5 août 1920 qui organisait le crédit à moyen terme – prêts remboursables en 10 annuités – pour "constituer, accroître ou renouveler le capital d'exploitation". Cet ensemble de dispositions législatives n'intéressa pas d'emblée les agriculteurs vauclusiens, mais on voit bien, à suivre la progression des prêts à moyen et long terme consentis par la Caisse Régionale, qu'elle est liée à l'ouverture des caisses locales, qui ont une fonction d'information non négligeable. On remarque par ailleurs une corrélation entre l'effort d'investissement que représentent ces prêts et la conjoncture économique : ils dégringolent pendant la crise des années 1930. Le rapport présenté à l'assemblée générale du 7 mars 1936 de la Caisse de Prévoyance – qui fonctionne à cet égard comme une caisse locale – avance une explication qui met en cause l'Etat lui-même, estimant que la baisse de ces prêts "est dûe à ce que les fonds de l'Etat qui servent à réaliser les prêts n'arrivent que parcimonieusement et avec du retard et aussi au fait que les agriculteurs hésitent à s'engager de crainte de ne pas faire face au remboursement". Cette seconde hypothèse me semble être la plus sérieuse. Les prêts à moyen et long terme sont explicitement destinés, rappelons-le, à la petite exploitation et les petits paysans atteints par la crise retrouvent alors les vieux comportements d'épargne et d'angoisse devant un endettement qui leur paraît disproportionné à leurs ressources prévisibles. Les mécanismes de l'inflation leur sont mal connus, ils raisonnent en termes de valeur nominale et cela explique qu'ils adoptent une attitude défensive, de grande prudence à l'égard du crédit.

57Il est impossible, du fait de la dépréciation monétaire, de calculer la valeur moyenne d'un prêt. On peut cependant s'en faire une idée, à partir de quelques documents retrouvés et mis en forme. C'est ainsi que l'on connaît le détail des prêts à long terme consentis par la Caisse de Prévoyance et de Crédit pour les années 1919 à 1923 : aucun des 72 prêts ne dépasse 40 000 francs et 38 sont au plus égaux à 10 000 francs. Autre indication, le notaire de Châteauneuf-du-Pape a enregistré tous les actes de prêt de même type qui ont été instruits et accordés par l'intermédiaire de la caisse locale : il y en a eu 30, le dernier étant de 1932 – ce qui souligne l'influence de la crise précédemment évoquée – et parmi eux 15 ne dépassent pas 10 000 francs. Ce n'est pas trop s'avancer de dire que les caisses locales ont privilégié nettement dans leurs opérations la petite propriété ou exploitation et qu'elles ont correctement appliqué l'esprit de la législation.

58Au total, la Caisse Régionale a accordé de 1920 à 1938 875 prêts à long terme, dont 212 au titre de la loi de 1918 qui favorisait les victimes de la guerre. De 1922 à 1938 elle a traité 745 dossiers de prêts à moyen terme. Il est difficile d'apprécier l'importance de ces données, par rapport à la masse de la paysannerie vauclusienne et à son effort global de modernisation. Si on envisage ce recours au crédit moderne dans sa dynamique – brisée il est vrai par la crise des années 1930- il y a tout lieu de penser que c'est un démarrage prometteur. Si on l'envisage par rapport à la masse des agriculteurs et en référence à la progression réelle de l'agriculture, on est en droit de dire qu'il y a beaucoup à faire pour que l'investissement accepte l'endettement, en milieu paysan... En fin de compte, il convient sans doute de retenir que l'innovation en ce domaine se heurte à des obstacles puissants, les uns qui tiennent aux conditions économiques et sociales, les autres à des attitudes mentales profondément enracinées.

  • 33 Archives de l'étude notariale de Châteauneuf-du-Pape.

59Dans leur grande majorité, les emprunts à long terme contractés par les agriculteurs près du Crédit Agricole ont servi à acheter des propriétés. Parmi les 72 prêts traités par la Caisse de Prévoyance de 1919 à 1923, 50 sont mentionnés pour l'acquisition d'une propriété, 19 pour l'aménagement d'une propriété – terme bien imprécis, je le reconnais... – , 3 pour la construction d'une maison et 2 pour l'achat de matériel agricole. Nous avons quelques indications plus précises, mais elles sont très lacunaires, pour les prêts enregistrés chez le notaire de Châteauneuf-du-Pape : 55 000 francs en 1929 pour la construction d'une maison et d'une cave – 30 000 francs en 1930 pour "l'amélioration et la création du vignoble et l'achat d'un tracteur" 50 000 francs en 1931 pour "la construction d'une maison avec cave et cuves"33. Elles n'infirment pas l'impression générale que le crédit est avant tout destiné à devenir propriétaire. Là encore, témoignage de mentalité mais aussi ambiguïté de sa signification, car ces acquisitions peuvent créer ou bien agrandir une propriété et dans ce cas elles appparaissent comme un facteur de concentration de la propriété dans la zone de la moyenne propriété. Dans les deux cas, l'investissement foncier me paraît constituer un facteur favorable, peut-être même un préalable à la modernisation de l'agriculture. Nous savons en effet que, conduite le plus souvent dans le cadre de petites unités de production, elle exige à la fois travail persévérant, intense et esprit d'initiative : et l'effort de production dans ces conditions prend tout son sens lorsque le paysan a le sentiment de travailler durablement pour lui, de construire son avenir et celui d'un ou de ses enfants; l'acquisition de la terre, pour être propriétaire ou pour agrandir une propriété initiale, s'inscrit dans cette perspective. Il n'y a donc pas de contradiction entre l'investissement foncier et la modernisation de l'agriculture. D'ailleurs, dans la viticulture elle est considérablement facilitée par la coopération, et dans l'économie maraîchère elle repose davantage sur des améliorations culturales permanentes et sur l'acquisition de biens d'équipement non durables, comme l'achat d'une camionnette pour assurer une présence rapide sur les marchés.

  • 34 La documentation disponible est lacunaire et par sa nature ne permet pas toujours de comprendre son (...)
  • 35 Dans ses bilans figure le solde annuel de ses prêts à long et moyen terme, obtenu par la différence (...)
  • 36 Ces indications sont données dans le rapport annuel présenté à l'Assemblée Générale, dont le compte (...)

60Il n'est pas possible de terminer cette étude sans évoquer l'activité et la destinée originales de la Caisse de Prévoyance et de Crédit du Syndicat Agricole Vauclusien34. Depuis la loi du 5 août 1920 qui achevait l'organisation du système des prêts à long terme, elle fonctionne comme caisse locale de la Caisse Régionale, étendant son rayonnement jusqu'à Gadagne et Caumont, mais aussi Rognonas dans les Bouches-du-Rhône et les communes gardoises riveraines du Rhône, Aramon et Roquemaure. Elle peut alors cumuler ses activités traditionnelles : dépôts et prêts à court terme, gestion d'un portefeuille-titres constitué par le solde de ses dépôts, et proposer à ses adhérents les prêts à moyen et long terme de la Caisse Régionale35. Ce n'est donc pas une caisse locale comme les autres, elle met à profit le libéralisme de la législation pour conserver sa liberté tout en profitant de l'aide de l'Etat. Dans ces conditions, il n'est pas surprenant qu'elle vive dans la prospérité dont témoignent plusieurs indices concordants. Le nombre de ses sociétaires d'abord, qui est de 568 au 31 décembre 1929 pour atteindre le sommet de 691 en 193736. Dans leur très grande majorité, ce sont des paysans, exploitant un bien foncier, mais on note parmi les sociétaires quelques propriétaires rentiers dont les revenus principaux ne sont pas agricoles et même le Secrétaire Général de l'Archevêché, ce qui éclaire le concept de liberté dont se réclament les dirigeants de la caisse ! Autre signe de prospérité, la forte progression des dépôts, jusqu'en 1929, et corrélativement celle des prêts à court terme.

  • 37 Registre des Délibérations de la Caisse de Prévoyance et de Crédit.

61L'année 1930 semble briser cet élan, une situation nouvelle en effet apparaît. L'Etat a pris conscience du privilège qu'il accordait aux caisses dites libres en leur assurant son concours par l'intermédiaire du Crédit Agricole officiel pour des prêts à moyen et long terme, sans leur imposer la moindre contre-partie et un décret du 4 avril 1929 corrige cette anomalie en imposant aux caisses qui reçoivent son aide financière de verser dans les caisses régionales les fonds dont elles disposent. La réaction est immédiate, elle s'exprime dans l'assemblée générale du 8 mars 193037 où après de belles et solennelles déclarations de principe :

"Certaines libertés essentielles ne sauraient se trouver restreintes. Il ne faut pas perdre de vue que c'est dans la liberté et l'indépendance basées sur la mutualité que les caisses de crédit ont puisé jusqu'ici le meilleur de leurs formes".

62on en vient à une prise de position catégorique :

"Aujourd'hui ce concours de l'Etat entraîne une servitude que notre passé nous interdit d'accepter telle quelle. Nous voulons bien admettre tous les contrôles qu'on prétendra nous imposer, nous les sollicitons même, mais nous refusons toute intervention qui pourrait paralyser notre essor".

  • 38 Ibid.

63On le voit, l'équipe dirigeante de la Caisse reste fidèle à ses options fondamentales et dans la logique de cette attitude elle suscite la création d'une Caisse d'Economie et de Crédit, qui a ouvert ses guichets dès le 1er février 1930 dans les locaux du Syndicat Agricole Vauclusien et se présente comme "une association libre et essentiellement corporative", un retour à "l'initiative privée" et une réaction contre "l'Etatisme grandissant"... D'où le décrochage en 1930 des deux séries dépôts et prêts à court terme de la Caisse de Prévoyance : il a bien fallu assurer à la nouvelle caisse des moyens d'existence, et le Syndicat Agricole Vauclusien, dont les dirigeants ont joué un rôle déterminant dans l'opération, se tourne désormais vers la Caisse d'Economie pour ses prêts à court terme. L'ambiguïté de la position réelle de la Caisse de Prévoyance n'est pas pour autant levée car, en fait, le décret du 4 avril 1929 n'est pas appliqué, et c'est ce qui explique qu'après 1930 la Caisse conserve des dépôts et un service de prêts à court terme non négligeables. Il faudra attendre un nouveau décret, du 26 août 1936, pour que les dispositions prévues en 1929 soient effectives, et c'est alors seulement que la Caisse de Prévoyance deviendra une simple caisse locale. Dans l'Assemblée Générale du 22 avril 1939, son président fait un bilan désabusé et amer38:

"Tous les nouveaux emprunts à court terme que nous consentons sont, par application des règles qui nous sont imposées, réescomptés à la Caisse Régionale de Crédit, nous n'avons plus le droit de traiter et de financer directement les opérations pour lesquelles notre caisse fut créée, voici plus de quarante ans et au cours desquelles, à la satisfaction générale et dans les meilleures conditions, elle vint en aide à nos laborieuses populations agricoles".

64Cela ressemble fort à une oraison funèbre... Certes, la Caisse d'Economie et de Crédit existe toujours, mais elle n'a d'existence que par la volonté du Syndicat Agricole Vauclusien. Le combat d'arrière-garde que mènent ses dirigeants prendra bientôt, avec le régime de Vichy, la signification d'une revanche, mais le Crédit Agricole s'était progressivement dégagé des implications et arrière-pensées idéologiques où les promoteurs du syndicalisme agricole auraient voulu l'orienter. Il est essentiellement perçu, en 1939, comme une structure fonctionnelle de l'agriculture moderne.

B – LES BANQUES : UN RESEAU DENSE ET UNE ACTIVITE SPECIFIQUE

  • 39 . Bouvier. Un siècle de banque française. Paris, 1973, p. 276. L'auteur ajoute qu'au cours de ce si (...)

65Les banques n'ont, bien sûr, pas attendu l'après-guerre pour s'installer dans le Vaucluse, mais dans la mesure où dans la diversité de leurs activités et la dynamique qui les anime elles sont soumises à l'environnement économique39, prenant appui sur lui bien plus d'ailleurs qu'elles ne le créent, il est logique que leur diffusion et la pénétration de leurs pratiques en milieu rural accompagne le processus de modernisation de l'agriculture, qui engendre revenu monétaire et épargne disponible. C'est pourquoi la période de l'entre-deux guerres impose une étude de l'implantation et des pratiques bancaires dans le monde rural vauclusien.

  • 40 Pour rassembler les éléments nécessaires à cette étude, j'ai utilisé les annuaires commerciaux des (...)

66Il est possible de dresser la carte du réseau bancaire en Vaucluse, et de suivre son évolution afin d'apprécier sur une base objective le processus de diffusion des établissements bancaires en milieu rural, compte tenu de la nature elle-même diverse de ces établissements40. Les éléments de cette étude sont contenus dans le tableau :

67Le choix des dates est facile à justifier : l'année 1900 vise à approcher le processus de diffusion bancaire aussi près que possible de son origine, en relation avec le démarrage de la modernisation de l'agriculture – et l'on comprend de ce fait que je sois amené à prendre quelque liberté avec la chronologie du plan de l'ouvrage. 1924 me permet de faire le point après la guerre, alors que la reprise de la croissance agricole est vive et 1939 me propose un bilan nécessaire. A coup sûr il aurait été préférable de suivre les implantations bancaires dans la chronologie propre à chacune d'elles, mais c'était un travail excessif et peut être même impossible à mener à bien. Nous avons heureusement d'autres moyens d'analyser et d'apprécier la dynamique des implantations bancaires.

  • 41 Ce n'est pas seulement pour gagner du temps que les paysans traitent leurs affaires de banque à la (...)
  • 42 Les banquiers locaux ne cherchaient pas à avoir beaucoup de dépôts, c'était pour eux une charge car (...)

68Le réseau bancaire est déjà dense en 1900, et il est caractérisé par le dualisme des grandes banques de rayonnement national et des banques locales. Les premières sont installées dans les grands centres – ce qui ne veut pas dire qu'elles dédaignent la clientèle rurale – et elles n'entrent pas vraiment en concurrence avec les banques dites locales parce qu'elles limitent leur activité à la commune où elles sont installées et aux villages voisins. J'ai pu, par des discussions passionnantes avec d'anciens banquiers, particulièrement avec l'ancien patron de la Banque Pignet, de Buis-les-Baronnies, devenu en 1939 directeur de l'agence que la Banque Chaix ouvrit dans ses locaux quand elle en devint propriétaire, reconstituer le travail de ces banques locales. La banque Pignet n'a jamais employé plus de trois employés et elle disposait de bureaux dans quatre villages proches, ouverts un ou deux dimanches par mois. Ces bureaux étaient plus que rudimentaires et ils n'étaient signalés par aucun panonceau, pour ne pas avoir à payer la patente. Par ailleurs, le banquier "faisait les foires" de tous les villages du canton, et il s'y livrait à des opérations de banque en plein air, sous la capote de sa voiture à cheval. C'est que les paysans qui venaient vendre sur ces foires les produits de leur exploitation – agneaux, lapins, olives... – en profitaient pour faire leurs affaires : ils touchaient les coupons de leurs titres, et c'était tout l'art du banquier de leur proposer de nouveaux placements pour l'argent frais qu'ils avaient "fait" à la foire41. Dans ces conditions, les achats et ventes de titres ne pouvaient porter que sur des sommes modestes. Mais ces opérations de placement de titres étaient ce qui occupait le plus le banquier, et l'on comprend alors son travail itinérant. Il est avant tout un démarcheur, un infatigable prospecteur d'économies disponibles qu'il faut aller chercher, et convaincre de se diriger vers des placements combinant la promesse d'un bon revenu et la sécurité. C'est à l'école de ce banquier qui est proche d'eux, sait s'adresser à eux à partir de leur vie quotidienne, que les paysans apprennent la mobilité de l'épargne et qu'ils s'initient – parfois, on s'en doute, à leurs dépens ! – aux gains spéculatifs. On comprend alors cette sorte de division du travail qui se fait entre grandes banques et banques locales : elle revêt un caractère de complémentarité. D'autant plus que dans les banques locales l'escompte des effets de commerce tenait une place médiocre, mais le banquier était généralement, moyennant une commission, le correspondant sur place des grandes banques pour l'encaissement de leurs effets de commerce42.

69La situation de l'après-guerre comporte des changements notables par rapport à 1900. Alors que le nombre des guichets ouverts a sensiblement augmenté, celui des localités équipées a diminué. On observe par ailleurs un recul important des banques locales, qui cèdent du terrain aux grandes banques, mais aussi aux banques régionales, dont la plus représentative est alors la Société Marseillaise de Crédit qui a engagé une prospection méthodique dans le Vaucluse puisqu'elle a ouvert des bureaux à Avignon bien sûr, mais encore à Carpentras, Cavaillon, Orange et même à Bollène, Cadenet, l'Isle-sur-Sorgue, Vaison et Valréas. Là où des établissements bancaires ont cessé leur activité : Lauris, Roussillon, Courthezon et Monteux, ce sont des banques locales qui ont disparu, et l'on voit bien qu'elles deviennent vulnérables, notamment dans les villes où elles se heurtent à la concurrence des grands établissemnts, bien mieux équipés. Aussi elles amorcent un repli sur les gros bourgs des pays les moins engagés dans la modernisation économique, car c'est là que leur spécificité peut le mieux s'exprimer. On est donc en 1924 dans une phase de transition et l'apparente concentration des implantations bancaires prépare, sur des bases nouvelles mieux accordées aux exigences de l'environnement économique, une progression dont on peut mesurer les résultats en 1939.

  • 43 Elle s'expliquait non seulement parce que Malaucène est un chef-lieu de canton, mais aussi parce qu (...)

70A la veille de la guerre en effet, le réseau bancaire a considérablement gagné en densité : 87 bureaux de banque sont ouverts dans 19 localités. Le déclin des banques locales s'est poursuivi, seules subsistent celles qui se sont délimitées un espace cohérent, et le meilleur exemple qu'on puisse donner est celui de la banque Chouvion, qui existait à Malaucène dès 190043, qui avait ouvert un bureau à Vaison en 1924 et qui compte deux implantations supplémentaires en 1939, à Valréas et même Carpentras. Incontestablement, cette banque s'est taillé un domaine dans le nord-est du département – région économiquement encore mal dégagée de la tradition – que les grands organismes bancaires n'ont pas encore cherché à lui disputer. Partout ailleurs, ces derniers ont été à l'offensive et ils se sont intéressés, fait nouveau, aux campagnes : le Crédit Lyonnais a ouvert des guichets à Pernes, Bollènes, Valréas, l'Isle-sur-Sorgue, Le Thor. Ce gros bourg est par ailleurs très significatif de l'intérêt que les grandes banques ont porté a l'agriculture vauclusienne : après 1924 – et il y a tout lieu de penser que ce fut rapide – ‘ cinq banques s'y sont installées et non des moindres puisqu'à côté du Crédit Lyonnais on note la Société Générale, le Comptoir d'Escompte et les deux plus importantes banques régionales, la Société Marseillaise de Crédit et la Banque Chaix. Le mouvement d'affaires créé par le succès des raisins de table a eu sa traduction bancaire sans attendre, et on observe un phénomène analogue à Caumont, sur une plus petite échelle.

71Les banques régionales participent à cette progression, en premier lieu la Société Marseillaise de Crédit qui dispose en 1939 de 15 bureaux, mais aussi une nouvelle venue, la Banque Chaix qui compte, elle, 10 bureaux. Elle a été créée en 1927 à Barbentane, dans les Bouches-du-Rhône, dans un milieu paysan profondément traditionaliste – on est là au coeur de la "Vendée provençale" – mais aussi très ouvert aux innovations économiques. Le banquier, monsieur Chaix, a très vite compris que cette première localisation l'enfermait dans un milieu qui par sa réputation risquait de contrarier son développement et, dès 1928, il s'installe à Avignon, où il venait d'acheter la banque Cousin, vieille banque locale à bout de souffle. En 1929, il transforme son entreprise en société anonyme et lui donne une orientation spécifique, en direction d'une clientèle agricole qu'il faut faire l'effort d'aller chercher sur place. En deux ans, il crée des agences à Rognonas, Graveson, Cabannes et Noves dans les Bouches-du- Rhône, Caumont, Le Thor, Apt et Courthezon en Vaucluse. Nouvelle progression en 1931 avec l'achat d'une partie du réseau de la Banque de la Vallée du Rhône, ce qui lui assure de nouvelles implantations à Saint-Rémy-de-Provence, Cavaillon, Carpentras, l'Isle-sur-Sorgue et Orange où par ailleurs en 1933 il absorbe la banque Pécout. Le succès est donc venu très vite, il est associé à une politique bancaire qui repose sur le quadrillage méthodique des campagnes comtadines et des plaines rhodaniennes pour en débusquer l'épargne et l'orienter vers des placements de valeurs mobilières. Le rapport du conseil d'administration à l'assemblée générale du 4 mars 1931 précise cette politique évoquant l'activité du service de placement de titres :

"Vous savez avec quelle prudence nous choisissons les valeurs offertes à notre clientèle. Nous nous efforçons à ne placer que des obligations d'une qualité certaine, telles que : emprunts de chemins de fer, compagnies d'électricité, de villes, de départements ou d'établissements de premier ordre... Cette branche d'opérations représente environ la moitié de nos bénéfices : c'est vous dire tout l'intérêt qu'elle offre pour nous".

72On ne peut être plus net et indiquer plus clairement que la banque fonde sa stratégie sur les disponibilités d'épargne d'une population essentiellement rurale, dont il faut ménager les réflexes traditionnels de prudence. La confirmation en est apportée par ce commentaire de l'exercice 1934, l'année la plus noire pour l'agriculture vauclusienne :

"Malgré les difficultés de l'heure présente... vitalité de notre société qui paraît appelée à un développement croissant dans une région privilégiée où les capitaux se reforment constamment et où une banque régionale comme la nôtre est nécessaire".

73Et c'est bien l'agriculture qui est la source de l'aisance en capitaux : il suffit d'un accident climatique pour que la banque le mentionne comme élément explicatif de sa baisse d'activité. C'est ainsi qu'il est signalé à propos de l'exercice 1938 que "l'année 1938 n'a pas été particulièrement favorable dans notre région : les gelées du printemps ayant causé des dégâts sensibles, la campagne a été privée d'une bonne partie de ses recettes".

74Il ne fait aucun doute que l'activité des banques, quelles qu'elles soient, en direction des paysans visait essentiellement, par des placements de valeurs mobilières et des opérations de bourse sur les titres ainsi placés, à attirer et capter l'épargne abondante résultant de la modernisation des systèmes de production. Il est très difficile, on s'en doute, de préciser l'importance des résultats qu'elles obtenaient mais il me semble qu'on peut s'en faire une idée correcte à partir des documents statistiques – trop rares bien sûr – que j'ai pu rassembler et élaborer. Pour l'heure, je ne les analyse pas sous l'angle de la conjoncture ni pour leur origine, je m'interroge seulement sur leur nombre et sur la valeur moyenne qu'on peut en calculer – sans me dissimuler l'insuffisance et l'ambiguïté de la valeur moyenne.

Vaison : Banque Chouvion

Cavaillon : Société Générale

Buis-les-Baronnies : Banque Pignet

Carpentras : Banque Populaire de Provence

75Les banques dont j'ai pu consulter les archives – ce qui en reste... – sont implantées en milieu rural et il ne fait aucun doute que les agriculteurs constituent la majorité de leur clientèle, surtout si l'on tient conpte – ce qu'attestent tous les témoignages que j'ai pu recueillir – que leur clientèle était spécialement recherchée et qu'ils étaient l'objet de sollicitations pressantes, sur les marchés, chez eux... Un ancien démarcheur m'a même confié que ses collègues et lui se basaient sur l'inexpérience et la naïveté des paysans, dont la méfiance ancestrale était quelque peu endormie par la facilité avec laquelle "ils se faisaient de l'argent frais" ! Dans ces conditions, les données statistiques sur les opérations boursières que j'ai pu mettre en forme expriment une activité bancaire importante dans l'ensemble de la population paysanne du département. Sans doute il y a des différences, et la statistique les fait apparaître au niveau de la valeur moyenne des différentes opérations boursières. Pour chacune des banques considérées, cette donnée est cohérente du fait des faibles variations qu'elle enregistre d'une année sur l'autre et cette observation nous conduit à prêter attention aux différences des valeurs moyennes d'une banque à l'autre : Vaison, Buis-les-Baronnies présentent les valeurs moyennes les plus faibles, et les banques travaillent là dans un environnement économique relativement peu évolué. Il en est tout autrement à Carpentras et plus encore à Cavaillon, et le rapprochement s'impose avec des opérations de bourse sans doute plus nombreuses – mais nous n'en avons pas d'indices— et surtout portant sur des sommes bien plus fortes. L'activité bancaire est bien en prise directe sur l'économie et elle reflète son niveau de développement.

76On aimerait pouvoir évaluer l'importance du drainage de l'épargne paysanne par les banques, mais ce n'est évidemment pas possible. Le pourrait-on d'ailleurs que nous n'obtiendrions qu'un résultat partiel, car il faudrait aussi compter avec les placements réalisés par les notaires, et des sondages effectués dans des études notariales, à Châteauneuf-du-Pape et au Thor, montrent que les paysans – propriétaires rentiers et donc dans certains cas agriculteurs "en retraite", mais aussi propriétaires-exploitants – sont fréquemment en position de prêteurs. Mais là aussi, toute étude quantitative est en l'état actuel impraticable. Contentons-nous donc de cette impression, très sérieusement confortée par les analyses précédentes : les établissements bancaires exercent des fonctions complémentaires de celles du Crédit Agricole. Celui-ci est au service de l'agriculture, et les paysans lui confient de plus en plus la gestion de leur trésorerie. L'agriculteur vauclusien sait de longue date qu'il lui faut des réserves rapidement disponibles, pour parer à des accidents climatiques ou à des maladies des végétaux toujours possibles et aussi toujours imprévisibles. Aussi les dépôts à la Caisse Agricole ont-ils le caractère d'une épargne immédiatement mobilisable, dont le gonflement progressif répond aux charges croissantes des exploitations agricoles modernes. Les banques, dont l'activité en milieu rural ne cesse de s'affirmer, ne sont pas, quant à elles, au service de l'agriculture, elles visent le revenu des agriculteurs pour l'intégrer dans les circuits financiers nationaux et internationaux. Et il semble qu'elles n'y réussissent pas trop mal.

77Des syndicats agricoles qui prennent en charge les problèmes du développement économique, par une action de caractère technique et revendicatif; des coopératives qui orientent et stimulent les progrès de la viticulture; des structures de crédit, public et privé, qui assurent aux paysans possibilités d'investissement et aisance de trésorerie, mais aussi qui aspirent une partie de leurs gains : nous sommes dans une économie et une société largement ouvertes aux innovations, réceptives aux formules nouvelles. Décidément, le mouvement vers la modernité est bien engagé. Mais n'a-t-il pas sa rançon, ou tout au moins ne pose-t-il pas en des termes nouveaux les accidents de la production et de sa commercialisation ? C'est le problème qu'il faut maintenant aborder, avec la crise des années 1930.

Notes

1 Pour l'étude des syndicats agricoles, le mémoire de maîtrise de madame Viroulet : "Les syndicats agricoles dans le département de Vaucluse (1884- 1940)", réalisé sous ma direction, fournit une bonne documentation (exemplaire dactylographié déposé à la bibliothèque d'Histoire de Provence – U.E.R. d'Histoire de l'Université de Provence).

2 Voir mon étude : "Le Syndicat Agricole Vauclusien" (1887-1939) in le Mouvement Social, n° 67, avril-juin 1969.

3 Les syndicats agricoles dans le département de Vaucluse. Op. cit.

4 A.D.V. 1 M 817.

5 J'ai eu communication du cahier de procès-verbaux de ce syndicat, grâce à l'amabilité de son président. Voir à cet égard mon étude : "Un village vauclusien sous la Troisième République..." Et supra, chap. I.

6 L'appellation d'origine conduit logiquement à une attitude malthusienne car pour défendre la qualité du produit – mais aussi les prix – elle se fonde sur une stricte réglementation de la productivité. Un syndicat comme celui de Châteauneuf fait figure d'aristocrate dans le monde de la viticulture.

7 Dans un rapport de 1932 (A.D.V. 1 M 826), le sous-préfet de Carpentras présente ainsi celui qu'il désigne comme le "chef" des communistes de Sarrians, Girard, propriétaire cultivateur : il "a réussi à s'élever un peu au-dessus du niveau intellectuel de ses camarades et à prendre quelque ascendant sur eux".

8 Dans les statuts de plusieurs syndicats "de défense et d'amélioration" des cultures qui apparaissent dans les années 1930 à Pernes, Caromb, Cadenet, Vaison, Bollène, Carpentras..., des préoccupations techniques, agronomiques, sont explicitement formulées : elles concernent aussi bien l'étude des assolements et des fumiers que la recherche des meilleures variétés ou la vulgarisation des moyens de la lutte contre les parasites et insectes nuisibles.

9 Il semble se donner en 1933 une structure départementale, le syndicat des Vignerons de Vaucluse, d'autant plus solide qu'elle s'articule sur les caves coopératives, qui regroupent dès lors le plus grand nombre des vignerons producteurs de vins de consommation courante du département.

10 Rhône – Durance – Ventoux – Décembre 1928.

11 Archives du Syndicat des Maraîchers d'Avignon (Section du Syndicat Agricole Vauclusien).

12 Les syndicats agricoles dans le département de Vaucluse. Op. cit. L'auteur a utilisé les compte-rendus des assemblées générales du syndicat du Comtat, publiés par le journal local Le Ventoux.

13 Par exemple, en 1924 le syndicat du Comtat organise dans le cadre de la foire de Strasbourg une semaine de l'aubergine destinée à faire connaître ce légume jusqu'alors complétement ignoré des consommateurs alsaciens.

14 Voir le graphique de l'activité commerciale du Syndicat Agricole Vauclusien.

15 C'est cette mission d'études qui a permis à un membre du syndicat du Comtat d'aller en Angleterre.

16 Deux ans plus tard, en pleine crise financière, l'assemblée générale du syndicat sera bien plus sévère, réclamant "que par des mesures appropriées le gouvernement entre résolument dans la voie des économies". C'est le refrain de la Droite qu'il n'est pas surprenant d'entendre dans un tel auditoire.

17 Sous la plume de son délégué général, A. Toussaint, dans un article que publie Rhône – Durance – Ventoux, en avril 1927.

18 On attire l'attention sur la différence entre l'ouvrier agricole et l'ouvrier d'industrie : il y a "les gros travailleurs qui désirent s'élever, s'établir à leur compte" et leurs chances d'accéder à la propriété peuvent être compromises par les retenues de salaires effectuées au titre des assurances sociales. C'est pourquoi on suggère une formule qui permettrait de capitaliser les retenues salariales et patronales pour faciliter éventuellement l'acquisition d'un bien foncier. Cette proposition est caractéristique du souci du syndicalisme agricole conservateur d'atténuer le plus possible les clivages sociaux dans la société paysanne et d'ouvrir la perspective moralisante d'une promotion sociale par le travail.

19 Tout le développement sur les coopératives vinicoles s'inspire du mémoire de maîtrise réalisé par Melle Christiane Beaujour sous ma direction : "La coopération vinicole en Vaucluse de 1920 à 1940", exemplaire dactylographié déposé à la Bibliothèque d'Histoire de Provence – U.E.R. d'Histoire de l'Université de Provence. J'ai utilisé également les archives de la cave coopérative de Bonnieux, complétées par une forte intéressante interview de son premier gérant.

20 Voir chapitre II de la IIème Partie.

21 J'ai rencontré un de ces vignerons, M. C. à Flassans. Sa propriété était assez étendue pour qu'il ait pu monter une cave et son esprit d'entreprise l'avait orienté vers la recherche d'une clientèle de connaisseurs qui lui achetaient leur consommation personnelle. J'ai vu la comptabilité qu'il tenait : inutilisable dans une perspective d'analyse économique, elle témoigne de la réussite de l'entreprise mais aussi de son caractère exceptionnel.

22 C'est le cas de la famille A... de Cairanne, que nous avons déjà rencontrée. Elle s'est assuré une clientèle parisienne qui lui permet de vendre sa récolte à des prix très supérieurs à ceux du marché de gros, et elle commence en 1930 la vente en bouteilles.

23 En 1926, le négociant en vins qui avait animé l'opposition à la cave Les Coteaux du Ventoux meurt et son gendre qui lui succède cherche à céder l'entreprise. Il propose à la cave coopérative de lui vendre ses installations, et c'était la reconnaissance indirecte mais aussi indiscutable de la victoire remportée par la coopération. Mais le Conseil d'Administration repoussa à une courte majorité cette proposition, en particulier parce qu'il se souvenait de la lutte sourde qui avait marqué sa création. Les vignerons abandonnés par le négociant à qui ils avaient fait confiance, mais aussi rejetés par la coopérative existante, n'auront d'autre solution que de se constituer en coopérative afin de racheter les installations du négociant.

24 La Fédération Nationale de la Mutualité et de la Coopération Agricole est l'une des organisations dites du Boulevard St-Germain, républicaines de tradition. Ce n'est pas par hasard que Jules Grand est en relation avec elle.

25 Jules Grand avait ouvert un cahier sur lequel furent consignés les procès-verbaux des réunions préparatoires à la création de la cave. – Ce cahier, qu'il avait conservé, nous a été communiqué par son neveu.

26 Ce sont les conditions politiques créées par la défaite et l'instauration du régime de Vichy qui expliquent la démission de Jules Grand : le Conseil d'Administration de la cave eut alors la lâcheté de le désavouer...

27 La multiplicité des déclarations de récolte, en utilisant les liens familiaux au sein d'une même exploitation, est une parade aux mesures malthusiennes prises pendant la crise, notamment celles qui ont trait à la distillation obligatoire.

28 Comme je l'ai indiqué dans le chapitre III de la 2ème Partie, j'ai pu consulter les bilans annuels et le registre de délibérations de la Caisse de Crédit et de Prévoyance du Syndicat Agricole Vauclusien et le recueil des compte-rendus d'assemblée générale de la Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel. J'en ai retiré essentiellement les éléments d'une étude statistique de l'activité de ces caisses, et la mise en oeuvre en a été complexe car les données publiées n'ont pas toujours d'un point de vue de méthode et de présentation la continuité désirable. La prospection entreprise dans les banques a été décevante, je me suis heurté moins à la méfiance qu'à une impuissance venant du fait que les archives des banques locales et celles des succursales et agences des banques régionales et nationales n'ont été l'objet d'aucun effort sérieux et cohérent de conservation... La chance dans ces conditions, au terme d'une enquête qui fut persévérante, a joué pour moi dans trois circonstances :
– j'ai retrouvé à Buis-les-Baronnies – chef-lieu de canton de la Drôme, mais très proche par ses conditions naturelles et économiques des pays vauclusiens de Vaison et Malaucène – des archives d'une banque locale, la banque Pignet absorbée en 1939 par la banque Chaix.
– l'agence de Carpentras de la Banque Populaire de Provence m'a remis deux registres de souscriptions et de ventes de titres, respectivement pour les années 1929-1938 et 1934-1938.
enfin j'ai pu consulter les rapports annuels du Conseil d'Administration de la Banque Chaix, de 1930 à 1939 et j'ai trouvé dans son agence de Vaison un registre d'opérations de bourse, exploitable pour les opérations de vente de valeurs mobilières, couvrant les années 1932-1939, provenant de la Banque Chauvion rachetée par Chaix en 1941.

29 C'est ce qui ressort des différents tableaux publiés en annexe de son ouvrage par A. Gueslin : Les origines du Crédit Agricole. Op. cit.

30 Les caves coopératives ont profité au maximum de ces facilités, à tel point qu'en 1929 le Conseil d'Administration de la Caisse Nationale de Crédit Agricole a dû limiter à 50 000 francs le maximum des avances consenties à une même coopérative "par suite de l'insuffisance des ressources consacrées au crédit collectif à long terme et de l'importance des demandes d'avances soumises à son examen". Il y eut une protestation de la Chambre d'Agriculture du Vaucluse, à l'initiative de J. Grand, mais cette disposition restrictive ne semble pas avoir gêné la construction des caves vauclusiennes (A.D.V. 7 M 11).

31 Statistique Agricole de la France : Résultats de l'enquête de 1929 – Paris, 1936.

32 A. Gueslin (Op. cit. p. 321) estime que cette loi "marque une mutation profonde dans l'histoire du crédit agricole officiel. On passait selon l'expression de Joseph Ruau (le ministre de l'Agriculture), du "crédit aux agriculteurs" au "crédit à la terre".

33 Archives de l'étude notariale de Châteauneuf-du-Pape.

34 La documentation disponible est lacunaire et par sa nature ne permet pas toujours de comprendre son rôle spécifique ni d'interpréter correctement les données comptables qu'elle rassemble. Je dois beaucoup à son ancien directeur M. Bonn, en fonction de 1934 à 1950, qui a bien voulu me recevoir et m'expliquer des points qui sans lui seraient restés obscurs.

35 Dans ses bilans figure le solde annuel de ses prêts à long et moyen terme, obtenu par la différence entre le total cumulé des prêts accordés et les annuités remboursées. Cette série est difficilement comparable avec les deux séries des prêts à moyen et à long terme négociés chaque année par la Caisse Régionale. D'ailleurs, les prêts qui figurent dans le bilan de la Caisse de Prévoyance sont compris dans le récapitulatif que propose la statistique de la Caisse Régionale. Il semble qu'ils y tiennent une place importante.

36 Ces indications sont données dans le rapport annuel présenté à l'Assemblée Générale, dont le compte-rendu, malheureusement succinct, est publié par Rhône – Durance – Ventoux. Seuls les sociétaires ont le droit d'emprunter à la Caisse, il y a quelques membres non sociétaires qui ne peuvent utiliser les services de la caisse que pour y déposer des fonds.

37 Registre des Délibérations de la Caisse de Prévoyance et de Crédit.

38 Ibid.

39 . Bouvier. Un siècle de banque française. Paris, 1973, p. 276. L'auteur ajoute qu'au cours de ce siècle "les pratiques bancaires saisissent enfin la société française dans ses profondeurs. Mieux connues, sinon mieux aimées, les banques prennent place de plus en plus dans la vie quotidienne". C'est cette problématique que nous suivons dans le cas concret, peut-être spécifique, de la paysannerie vauclusienne.

40 Pour rassembler les éléments nécessaires à cette étude, j'ai utilisé les annuaires commerciaux des années retenues, soit 1900, 1924 et 1939.

41 Ce n'est pas seulement pour gagner du temps que les paysans traitent leurs affaires de banque à la foire. Ils trouvent aussi dans cette formule une certaine discrétion qui convient bien à l'idée qu'ils se font du maniement de l'argent.

42 Les banquiers locaux ne cherchaient pas à avoir beaucoup de dépôts, c'était pour eux une charge car ils devaient servir à leurs déposants un petit intérêt alors qu'ils n'avaient guère l'emploi des capitaux déposés chez eux.

43 Elle s'expliquait non seulement parce que Malaucène est un chef-lieu de canton, mais aussi parce que des papeteries constituaient une activité industrielle non négligeable.

Table des illustrations

Titre Expéditions du Syndicat du Comtat en gare de Carpentras (en tonnes)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Vaison : Banque Chouvion
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1957/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Cavaillon : Société Générale
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1957/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Buis-les-Baronnies : Banque Pignet
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1957/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Carpentras : Banque Populaire de Provence
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1957/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540