Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Troisième partie. L'agriculture vauclusienne de l'entre deux guerres : une réussite économique et sociale

Chapitre IV. Promotion de la petite propriété et force de la paysannerie moyenne

Texte intégral

1Nous avons souligné l'importance de la mutation économique dans l'agriculture vauclusienne après la guerre, et aussi l'accélération de la dépopulation des campagnes, les changements intervenus dans la structure de la population paysanne. Les structures foncières enregistrent bien sûr ces modifications et il faut s'attendre à ce qu'elles évoluent sur un rythme plus rapide, entraînant des changements dans la société paysanne. Il faut donc reprendre l'étude du cadastre, et je me tiens naturellement à la méthode précédemment suivie. Je dispose pour cela des documents du cadastre révisé à partir des années 1930, identiques à ceux des cadastres antérieurs, à ceci près qu'ils sont d'une lecture plus facile mais aussi que le récapitulatif des propriétés placé à la fin des registres de la matrice cadastrale a disparu – ce qui est pour le chercheur une difficulté. Mais la difficulté principale est ailleurs, elle tient à l'ambition même de la décision de réviser le cadastre. En effet, l'objectif était' de réaliser un véritable nouveau cadastre, tenant un compte exact dans les relevés topographiques, l'identification et l'emplacement des biens de tous les changements intervenus dans le paysage rural, corrigeant des erreurs que la rénovation de 1913-14 avait laissé passer... C'était ouvrir un chantier considérable, et il était loin d'être terminé en 1939 : ce fut une des difficultés rencontrées dans la constitution de l'échantillon de communes pour étudier la propriété foncière, elle ne fut pas totalement résolue puisqu'il me fallut renoncer à conserver Cheval-Blanc dans l'échantillon, la révision de son cadastre n'ayant été effectuée qu'après 1950. J'ai maintenu Caderousse, dont le cadastre a été refait en 1943 et pour toutes les autres communes la révision se situe entre 1931 et 1939. Cet intervalle de temps est moins grand que celui observé à propos du premier cadastre, et même si l'on est en présence d'une évolution plus rapide des structures foncières on peut considérer que ce nouveau cadastre nous propose l'image d'un état moyen, valable pour les années 1930, de la propriété foncière. C'est cette photographie – inévitablement floue – qui nous permet de mesurer l'évolution des structures foncières depuis 1914 et même depuis les années 1820-1830.

I – LA PROPRIETE FONCIERE D'APRES LE CADASTRE DES ANNEES 1930

A – LA CONCENTRATION DE LA PROPRIETE : UNE REALITE AMBIGUË

2Une première approche du fait de propriété consiste à compter les cotes foncières enregistrées sur les matrices cadastrales. Nous n'avons plus de statistiques générales comme c'était le cas avant 1914, on ne peut plus travailler que sur l'échantillon de communes, amputé de la commune de Cheval-Blanc. On ignore également quelle est la part des cotes multiples dans le total ainsi calculé, mais il y a tout lieu de penser qu'elle n'a pas diminué depuis 1914 et qu'elle porte toujours en majorité sur de petites et surtout très petites propriétés. Ces réserves faites, qui incitent à la prudence, on est néanmoins frappé par la régression des cotes foncières, de l'ordre de 27 %, depuis 1914. Rien de comparable, ni dans le sens de la concentration ni dans son contraire, ne s'était produit depuis le premier cadastre et les structures foncières se mettent à bouger sur un rythme considérablement accéléré : c'est un fait nouveau qu'il convient de souligner. Par ailleurs, alors qu'avant la guerre l'évolution de la propriété s'opérait sur des rythmes différents, voire divergents d'un village à l'autre, désormais elle devient plus homogène. Pour les villages des plateaux, la guerre ne marque pas une rupture, car ils étaient déjà engages dans un processus de concentration de la propriété qui ne fait ensuite que s'accélérer; mais il en va tout autrement pour les villages de plaine qui avaient entrepris avant 1914 une modernisation souvent radicale de leur système de production sans que la diffusion de la propriété en soit sensiblement affectée. La guerre terminée, alors que le mouvement de modernisation s'étend et s'approfondit, et alors même que la population paysanne de ces villages tend à se stabiliser, la propriété s'y concentre nettement.

  • 1 G. Garrier dans sa thèse "Paysans du Beaujolais 1800-1970" observe un phénomène analogue. p. 549.

3Dans ces conditions, le mouvement de concentration de la propriété ne peut pas être une réponse simple à une situation uniforme. Il s'explique partiellement, il est vrai, par les contraintes nées d'une conjoncture exceptionnelle, la guerre de 1914-18 qui a fait disparaître ou a mutilé, diminué dans leur force physique beaucoup de petits paysans et a incité certains autres à partir. Toutes les propriétés qu'ils exploitaient n'ont certes pas disparu, mais certaines ont été mises en vente et ont servi à arrondir des biens existants1, opérations stimulées par l'aisance rapidement retrouvée dans les campagnes provençales. Mais cette suractivité du marché foncier ne se prolonge pas au-delà de 1924-1925, elle doit être relayée par le jeu d'autres facteurs. Dans les villages déshérités qui restent à l'écart du progrès économique ou n'y participent que faiblement – Aurel, 3oucas, Saint-Christol, Vitrolles – c'est le dépeuplement dévastateur, prémice d'abandon pur et simple, qui conduit à la concentration de la propriété : elle prend alors un caractère défensif, et obéit à une certaine passivité. II en est tout autrement dans les villages de plaine, là où l'agriculture commerciale et spéculative impose des exigences de rentabilité maximum, par où passe nécessairement l'efficacité de l'activité économique. La concentration de la propriété devient ainsi calcul conscient et raisonné, elle est indissociable de la modernisation de l'économie et doit donc être considérée comme un fait positif. Mais dans les deux processus, contraires par leurs motivations, que je viens de présenter rapidement, un élément commun existe, qui ressort des faits de mentalité collective, eux-mêmes produits d'une évolution économique globale. L'attachement sentimental à la terre natale, longtemps après qu'on l'a quittée, s'affaiblit devant les sollicitations toujours plus pressantes de la civilisation industrielle et urbaine où se sont intégrés ceux qui ont quitté la terre. Ces sollicitations jouent à des niveaux différents de condition sociale : pour les grands propriétaires, elles s'expriment en termes de placements mobiliers, de dots à constituer; pour les petits propriétaires, elles prennent les traits d'un élément de mieux-être, l'achat d'une automobile, ou d'un appartement... Dans tous les cas, et c'est ce qu'il faut retenir, elles pèsent sur le marché de la terre et contribuent à abaisser ses prix, entretenant un mouvement de transactions important, facilité par ailleurs – cette fois dans l'optique des acheteurs – par l'inflation monétaire.

4Il faut essayer d'apprécier de façon plus précise le phénomène de concentration de la propriété et pour cela analyser les résultats d'ensemble de la répartition de la propriété pour notre échantillon de communes.

Répartition de la propriété. Cadastre 1930-1940. Résultats d'ensemble

Répartition de la propriété. Cadastre 1930-1940. Résultats d'ensemble
  • 2 Les prêts à long terme du Crédit Agricole facilitent aussi cette concentration foncière.

5Comme on pouvait s'y attendre, ce sont les plus petites propriétés qui font les frais de l'opération. Par rapport à 1913, celles de moins de un hectare perdent 38 % de leur effectif, elles se retrouvent sensiblement au niveau qu'elles atteignaient dans les années 1830. Celles de un à cinq hectares perdent sur 1913 (- 28 %) mais aussi sur les années 1830. A elles deux, elles rassemblaient 85 % des propriétaires dans le premier cadastre, 87 % en 1913, seulement 81 % à la veille de la guerre de 1939. Dans le contexte économique de l'entre-deux guerres, c'est le sort des propriétés de un à cinq hectares qui est le plus significatif car les micropropriétés qui s'étaient multipliées sous l'effet des mécanismes successoraux et faisaient de ce fait le plus gros des cotes multiples avaient déjà, en 1914, perdu toute importance économique. Avec le temps, leurs détenteurs s'en désintéressent, et ils y sont encouragés par des paysans qui ont des terres limitrophes et sont désireux de supprimer des enclaves ou de redresser le dessin de leurs parcelles, dans un souci de rationalisation qui constitue une première démarche, limitée mais nettement perceptible, vers le remembrement du terroir agricole. Ce facteur joue également pour des propriétés de un à cinq hectares, mais il ne peut suffire à expliquer leur contraction. C'est une classe de propriété qui pouvait jusqu'alors être le support d'une exploitation, et il est incontestable que dans sa phase initiale la spécialisation maraîchère et même viticole l'avait fortifiée. Son affaiblissement signifie que les conditions et contraintes pour qu'une unité d'exploitation soit viable, dans une économie de marché, se font plus rigoureuses, disqualifiant progressivement des propriétés qui jusque là ne paraissaient pas – du moins dans les plaines – absolument sans avenir. C'est dans cette zone de propriété que se poursuit après la guerre la dépopulation des campagnes, sur la base d'une sélection sociale qui procède par découragement et élimine les plus faibles. Souvent les vieux paysans les conservent au titre d'exploitations-retraite, mais leur mort précipite leur disparition. Par ailleurs, jouent contre ces petites propriétés des pratiques nouvelles en matière successorale : quand une succession concerne deux ou plusieurs ayants-droit, dont un seul est appelé à prendre la suite sur l'exploitation, le partage se fait souvent en termes monétaires, sauvegardant ainsi plus fréquemment que dans le passé l'unité économique de la propriété. Ces pratiques soulignent à la fois la nécessité de maintenir une superficie minimum et la possibilité qu'en ont les paysans du fait de la croissance de leur revenu monétaire2. Conséquence de cette évolution : la superficie moyenne des propriétés de un à cinq hectares s'élève, passant de 2,3 à 2,4 ha. C'est un accroissement faible, mais il révèle une tendance significative : on voit bien que ce sont les propriétés les plus menues, donc les plus fragiles, qui disparaissent.

  • 3 Il ne m'est pas possible, évidemment, de citer des noms car je n'ai pas été autorisé à le faire.

6A première vue, les très grandes propriétés, de plus de trente hectares, sont les grandes bénéficiaires du processus de concentration, puisque leur nombre augmente ainsi que leur part dans la superficie totale, qui passe de 28 à 32 %. Mais si l'on observe le revenu cadastral, la situation est moins favorable : il est en recul, et comme on peut le considérer comme un indice de productivité, même grossier, il apparaît que la valeur économique des grands domaines continue de régresser, car c'était déjà perceptible en 1914. La consolidation apparente de la grande propriété tient manifestement à la dépopulation, au fait aussi que dans les grandes familles les successions ou bien ne sont plus morcelées ou bien sont mises en vente et trouvent preneur dans la bourgeoisie provençale ou parisienne qui profite de prix favorables3. Les plus fortes croissances enregistrées dans l'après-guerre se remarquent dans les communes des hauts plateaux calcaires, Aurel, Saint-Christol, ou dans celles qui sont adossées au Luberon, comme la Tour-d'Aigues, Bonnieux, où d'ailleurs la chute du revenu cadastral est sévère, ce qui montre bien que la très grande propriété est en réalité en position défensive. Dans la plupart des cas, les très grands domaines ne constituent plus des unités d'exploitation adaptées tant aux systèmes de culture qu'aux techniques et conditions sociales de mise en valeur les plus évolués. Il y a certes des exceptions, on le remarque à Bédarrides où la très grande propriété est gagnante pour le revenu cadastral, mais il est manifeste que l'on a affaire à des domaines à dominante viticole, d'une superficie qui ne dépasse par cinquante hectares. Ce sont là des cas particuliers qui ne doivent pas faire illusion : la très grande propriété en Vaucluse est liée à des conditions naturelles peu favorables et la concentration à son niveau exprime une pesanteur plus qu'elle ne révèle une dynamique.

7C'est très précisément l'inverse pour les couches supérieures de la petite propriété, entre cinq et dix hectares, et la moyenne propriété, de dix à trente hectares. Certes leurs gains sont limités en superficie, respectivement de 1 et 2 %, mais l'indice de valeur économique que représente le revenu cadastral enregistre une hausse bien plus forte, de 3 à 5 %, et c'est le fait décisif. Nous avions déjà noté en 1913 un clivage au sein de la petite propriété, il apparaît plus nettement en 1939 : dans l'entre-deux guerres les couches supérieures de la petite propriété, dans les pays de plaine et dans les vallées et bassins de la zone intermédiaire, ont fait la démonstration qu'elles étaient adaptées aux conditions techniques de la modernisation agricole et qu'elles payaient de sa peine le travail du paysan. C'est pourquoi, d'une part elles sont protégées du morcellement successoral et conservent d'une génération à l'autre leur identité et d'autre part elles attirent autour d'elles, en un processus de lente mais irréversible croissance, les micropropriétés dont nous avons constaté le déclin. La concentration enregistrée à ce niveau ne peut être que modeste, elle ne peut en aucune manière créer les conditions d'une agriculture capitaliste, elle exprime une démarche d'adaptation positive et continue de la petite exploitation. Aucun pessimisme, bien au contraire, dans l'effort des petits propriétaires exploitants pour se hisser à un niveau qui soit en mesure d'assurer leur avenir et c'est un processus qui ne condamne pas au renoncement les propriétaires de un à cinq hectares : s'il y a clivage, différenciation entre les deux couches de la petite propriété, le passage promotionnel de l'une à l'autre est aussi une réelle possibilité, par une politique d'achats de parcelles associée à la location d'autres. Ce sont les propriétés des vieux paysans qui sont menacées, car leur succession n'est pas assurée.

8Ce raisonnement vaut dans une large mesure pour la moyenne propriété. Il y a d'abord les situations économiques, dans la zone intermédiaire, où elle est en fait une petite propriété en voie de développement. Et puis, elle ne progresse que rarement par le morcellement de grands domaines, son évolution dynamique provient du grossissement progressif, au rythme de leur réussite économique, de petites propriétés. L'évolution des structures agraires depuis le xixe siècle a introduit en ce sens une classe nouvelle de propriétaires, que par commodité j'appelle celle des moyens propriétaires, et qui constitue le témoignage le plus net de la réussite économique et de la promotion sociale dans la société paysanne depuis que s'est amorcé et développé le mouvement de modernisation de l'agriculture. Pour la première fois, à la veille de la guerre, l'indice de son revenu cadastral est supérieur à celui de sa superficie et il la place au premier rang de toutes les classes de propriété pour la valeur économique. C'est un changement important, sur lequel nous aurons à revenir.

9Une autre vision d'ensemble des structures de propriété, enregistrée cette fois dans chaque commune de l'échantillon, nous est proposée par l'indice de la superficie et du revenu cadastral moyen par commune. Leur représentation graphique comparée à ce qu'elle était en 1914 fait apparaître une continuité des structures de propriété dans la cellule de base où elles s'élaborent et évoluent. De gauche à droite du graphique, dans l'ordre que propose le classement des superficies moyennes, la distribution des communes ne connaît que des changements mineurs, de ce fait dénués de signification. L'évolution est plus complexe et plus difficile à suivre sur le graphique pour ce qui est du double indice du revenu cadastral, par propriété et par hectare. Il apparaît en premier lieu que la révision du cadastre a été l'occasion d'une révision parfois importante des modalités et critères d'évaluation du revenu cadastral, compte tenu des changements intervenus dans les systèmes de culture. Si l'on calcule les écarts à la moyenne de l'échantillon des deux indices du revenu cadastral pour chaque commune, on observe que par rapport à 1914 ils s'atténuent en général dans les communes où domine l'économie maraîchère alors que, là où la vigne a créé une spécialisation, ils traduisent une progression du revenu cadastral qui, manifestement, a fait l'objet d'un redressement. Par contre, c'est la stabilité pour les communes des reliefs montagneux. Vue sous cet angle, l'évolution des structures de propriété corrige dans une certaine mesure le sentiment, pourtant incontestable, d'une accélération. Elle montre qu'en règle générale – on ne peut bien sûr écarter l'hypothèse, par exemple, de l'éclatement d'un grand domaine – l'évolution des structures agraires n'implique pas rupture brutale avec les situations héritées et qu'elle ne modifie que lentement les hiérarchies et les rapports sociaux. On peut penser, même, que la continuité dans laquelle elle s'inscrit atténue et masque ses effets réels. Aussi convient-il de progresser dans l'analyse, en examinant successivement l'évolution des différentes classes de propriété.

B – FORTE CROISSANCE DE LA MOYENNE PROPRIETE

  • 4 Il semble que c'est par la culture de la vigne que les micropropriétés résiduelles conservent le mi (...)

10Réglons en premier lieu la question des très petites propriétés, inférieures à un hectare. Elles sont partout en recul, et le mouvement est plus net pour leur revenu cadastral que pour la part qu'elles détiennent dans les superficies. De même leur quotient de propriété s'affaiblit encore, ce qui montre bien leur pulvérisation et, partant, leur impuissance économique. Il faut une conjonction exceptionnelle, celle d'un territoire si étroit qu'il conduit à un morcellement artificiel des propriétés et d'un système de production à spécialisation maraîchère pour qu'à Saint-Saturnin-lès-Avignon et Saint-Didier les propriétés de moins de un hectare rassemblent encore environ 20 % du territoire, mais partout ailleurs le seuil de 10 % apparaît comme un maximum en deça duquel coexistent des propriétés hétéroclites, toujours résiduelles, mais pouvant être cultivées en jardin aussi bien qu'ignorées dans la garrigue où elles s'enfouissent. Il est à remarquer que c'est dans les villages où elles occupaient les plus fortes positions que les micropropriétés ont subi le recul le plus sensible : Saint-Saturnin-lès-Avignon où elles passent de 34 à 22 % de la superficie, Loriol de 19 à 12 %, Caderousse de 13 à 5 %, Lapalud de 12 à 6 %, Villelaure de 11 à 6 %. Or, ce sont les terroirs par excellence de l'agriculture intensive et on voit par là que même celle-ci est devenue impraticable parce qu'inadaptée techniquement sur d'aussi faibles superficies. C'est une constatation que nous avions déjà faite en 1913, elle se vérifie et se généralise et l'on est fondé à dire que dans les années 1930, la très petite propriété a, dans toutes les situations, perdu toute signification économique, dans l'optique de la paysannerie pour qui la terre est la force productive4. Plus encore que pour les périodes antérieures on est donc fondé à l'éliminer, pour restituer aux effectifs des autres classes de propriété leur importance réelle.

  • 5 Cf. supra. IIème Partie. Chapitre V.

11Nous savons que la petite propriété perd son homogénéité et qu'au recul des propriétés de un à cinq hectares correspond une avancée de celles de cinq à dix hectares, encore qu'elles ne récupèrent qu'une partie de ce que perdent les couches inférieures de la petite propriété. La divergence ainsi ouverte dans une classe majeure de la propriété foncière, parce qu'elle assurait traditionnellement à la paysannerie l'essentiel de ses forces productives, est un fait d'une extrême importance mais qu'il faut observer de près pour en saisir les causes. La superposition des graphiques représentant la répartition des propriétés de un à cinq hectares dans chaque commune de l'échantillon, pour 1913 et les années 1930, montre que leur recul est général, à deux exceptions près : Saint-Didier, ce dont rend compte l'exiguïté du territoire communal, et Villelaure où la progression en superficie est très faible – de 35 à 36 % – et s'explique sans doute par le caractère récent du morcellement des terres5, dont les vertus distributives ne sont pas encore épuisées. On remarque que le nombre des propriétés ne recule pas à un rythme égal, et qu'il est plus prononcé dans les villages où ce nombre était déjà le plus faible, c'est-à-dire là où les conditions naturelles médiocres définissent, pour la petite propriété, un seuil plus élevé que dans les plaines : on peut donc transposer pour ces communes l'explication avancée pour les très petites propriétés dans les villages de plaine. Mais ce n'est pas le plus important, qui réside plutôt dans la contraction des superficies rassemblées par les propriétés de un à cinq hectares là où elles étaient le plus solidement implantées, et où elles étaient apparues conquérantes, parce qu'adaptées aux conditions du progrès agricole, dans la période précédente. C'est dans ces villages de plaine, où elles exprimaient la diffusion de la propriété au profit du plus grand nombre, Bédarrides, Lagnes, Lapalud, Lauris, qu'elles perdent le plus de terrain au point de ne conserver que de justesse le premier rang qu'elles occupaient depuis plus d'un siècle dans la hiérarchie des classes de propriété. Un tel déclin, et aussi rapide, ne peut relever que de facteurs économiques car la force de cette classe de propriété, son dynamisme, résidaient avant tout dans l'identité du fait juridique de la propriété et du fait économique de l'exploitation agricole qui la prolongeait, même si cela devait comporter des ajustements, auxquels on procédait par des locations de parcelles. Les conditions techniques de la modernisation de l'agriculture et plus encore sans doute la dynamique qu'elle comporte – qui agit comme une contrainte – pour le volume de la production et le chiffre d'affaires à réaliser imposent progressivement à la petite propriété, considérée comme le support de l'exploitation familiale viable, de nouvelles dimensions, particulièrement dans les systèmes de production où elle paraissait le mieux assise, les cultures maraîchères bien sûr mais aussi la vigne puisqu'on observe à Roaix et Sainte-Cécile une contraction des superficies détenues par les propriétés de un à cinq hectares. Ce glissement vers le haut, dans sa définition et sa justification économique, de la petite propriété n'a en lui-même rien de surprenant; ce qui est à souligner c'est qu'il porte en lui la poursuite d'un mouvement de concentration "par le bas" pourrait-on dire. Il s'opère par le renoncement des propriétaires exploitants les plus vulnérables et par l'absorption de leurs biens, que grignotent et digèrent progressivement, en fonction de leurs disponibilités et perspectives d'avenir – l'installation d'un fils sur l'exploitation familiale est une incitation à l'agrandir- les paysans' initialement mieux pourvus, bien qu'ils appartiennent eux aussi à la classe des petits propriétaires. Ainsi, c'est par une dynamique qui lui est propre que la petite propriété s'allège de ses couches les plus faibles.

  • 6 G. Garrier (op. cit.) s'y est essayé avec succès, dans un objectif qui visait toutes les classes de (...)
  • 7 Le Vaucluse Agricole. 6 janvier 1965.

12Il serait fort utile de pouvoir préciser, par une étude quantitative, les rythmes de cette évolution. Un seul moyen, suivre sur les folios de la matrice cadastrale le destin de chaque propriété, enregistrer les entrées et les sorties et identifier leurs causes, mutation par transaction commerciale ou par voie successorale. C'est techniquement réalisable6, mais c'est un travail si écrasant que j'y ai renoncé et j'ai cherché une voie d'approche à coup sûr moins rigoureuse, plus impressionniste, mais aussi infiniment plus rapide. Le questionnaire qu'avec l'aide du journal "Le Vaucluse Agricole" j'ai diffusé, sur le thème général "Les paysans vauclusiens avant 1939"7 comprend des questions sur les structures agraires, et les réponses obtenues sont intéressantes, malgré leur petit nombre. Elles se résument de la manière suivante : 83 propriétaires-exploitants, 11 fermiers et 7 métayers ont répondu à mon appel et si je considère les propriétaires-exploitants qui seuls sont concernés par ma démarche présente, 19 situent leur exploitation – ou celle de leur père – avant 1939 en dessous de 5 hectares, 29 entre 5 et 10 hectares, 30 entre 10 et 30 hectares et 5 au-dessus de 30 hectares. 3'admets bien volontiers la fragilité de cet échantillon – encore qu'il couvre plus du tiers des communes du département – et je ne me hasarde qu'avec une extrême prudence à comparer ses données à celles du cadastre, pour lequel je dispose d'un échantillon plus représentatif. Et puis, je sais bien que toutes les propriétés ne sont pas prolongées par une exploitation agricole de même format. Tout de même, il est difficile de ne pas relever le petit nombre des exploitants de un à cinq hectares – 23 % du total – , ce qui ne peut manquer d'abaisser la valeur économique des propriétés de même grandeur, et c'est un facteur de détachement à leur égard dont profitent nécessairement les classes de propriété supérieures, pour lesquelles le coefficient de traduction des propriétés en unités d'exploitation indépendante est manifestement beaucoup plus fort.

  • 8 J'emploie le terme de dominante parce qu'il n'y a jamais de spécialisation absolue et les cultures (...)

13Sur les 19 exploitations de un à cinq hectares, 13 étaient à dominante de cultures maraîchères8 et on peut préciser que 7 étaient dans la zone de un à trois hectares et 6 de trois à cinq hectares, ce qui suggère une tendance à l'agrandissement de l'unité d'exploitation, dans le système de production qui s'accommode le mieux de petites surfaces. Cinq seulement étaient en vignes, alors que pour les exploitations de cinq à dix hectares, les chiffres sont respectivement de 3 et 22. La polyculture céréalière fait à ce niveau son apparition, sur trois exploitations; elle prend un peu d'extension dans les exploitations de dix à trente hectares, s'imposant dans six d'entre elles, mais la vigne est encore en position de force, imprimant sa marque à 21 des exploitations de cette grandeur. Nous savons que la vigne a enregistré une forte progression après la guerre, et il apparaît que le recul des propriétés de un à cinq hectares a été stimulé par la croissance de la viticulture, qui occupe désormais jusque dans les plaines des terres jusqu'alors vouées à des cultures diverses. Il résulte de tout cela que le recul des propriétés de un à cinq hectares est bien un effet de la modernisation de l'agriculture et qu'il traduit la nécessité d'élever le seuil par où l'on accède au statut économique et social de propriétaire exploitant, indépendant et relativement assuré de son avenir.

14Par voie de conséquence, le mouvement de concentration de la propriété foncière commence avec les propriétés de cinq à dix hectares. Mais il n'est pas général et on observe des évolutions contraires. En effet, à Aurel, Beaumont-d'Orange, Saint-Romain-en-Viennois, Saint-Christol, La-Tour-d'Aigues, Uchaux et Vitrolles les propriétés de cinq à dix hectares reculent, en nombre et en superficie : rien de surprenant, si l'on se souvient que ces villages appartiennent aux reliefs élevés du département qui par la médiocrité de leurs conditions naturelles donnent au concept de petite propriété une assise territoriale plus large que dans les plaines. Il s'agit donc de la dévalorisation des propriétés incapables d'assurer à une famille paysanne ses moyens d'existence, qui entraîne un processus d'abandon de ces propriétés, stimulé par l'intense exode rural qui se poursuit dans ces villages. Evolution voisine, moins pessimiste toutefois, celle que l'on constate à Cucuron, Bonnieux, Uchaux, Venasque, où les propriétés de cinq à dix hectares enregistrent une faible croissance, qui traduit à la fois l'effort de modernisation par la vigne et le caractère hétérogène de ces terroirs, sur lesquels des propriétés de cet ordre de grandeur peuvent aussi bien faire vivre une famille que n'intéresser que les chasseurs de grives... Mais la croissance des couches supérieures de la petite propriété prend tout son sens dans les villages de plaine, où elle se nourrit d'une bonne partie de ce qu'ont perdu les couches inférieures : c'est ce qui se produit à Caderousse, Lagnes, Loriol, Saint-Saturnin, et aussi Violès et Sainte-Cécile où la vigne domine le système de culture. Indiscutablement, dans ces villages qui sont au coeur du mouvement de progrès dans l'agriculture vauclusienne, la petite propriété, dans la définition dynamique et positive que nous avons voulu lui donner, est en train de glisser vers des superficies qui, au xixe siècle, apparaissaient comme la marque de la réussite pour les petits paysans propriétaires. Cette translation de la petite propriété ne signifie pas pour autant, de façon mécanique, enrichissement des petits paysans. Elle est certes facilitée par l'exode rural qui crée des possibilités d'extension pour ceux qui restent, mais surtout elle traduit l'exigence d'une croissance de la production et donc du revenu brut pour absorber le coût du progrès technique sans compromettre le niveau de vie. La concentration de la propriété à ce niveau fort modeste est donc avant tout une manifestation de la lutte pour la vie des petits paysans, même si elle est en mesure, comme nous aurons l'occasion de le voir, de leur assurer une certaine aisance.

15C'est dans la gamme des propriétés de dix à trente hectares représentatives de la moyenne propriété, qu'il faut aller chercher la réussite et l'accession à un statut social de paysannerie aisée. La situation n'y est pas simple, et la progression d'ensemble de la moyenne propriété est le produit d'évolutions très contrastées. Il y a en premier lieu le cas des communes d'altitude, Aurel, Beaumont-d'Orange, Saint-Christol, Vitrolles, où les propriété de dix à trente hectares reculent, et on ne voit d'autre explication que la dépopulation de ces villages, qui conduit à une concentration mécanique autour des plus grandes propriétés car ce sont les seules qui peuvent constituer des unités d'exploitation cohérentes; et de dix à trente hectares, il est rare que ce soit possible. A Bonnieux, Joucas, La Tour-d'Aigues, villages de la zone intermédiaire où la moyenne propriété détient de fortes positions, mais aussi où elle recouvre des terres de très inégale valeur, les changements sont de peu d'importance, alors que la progression est forte à Cucuron, Roaix, Saint-Romain-en-Viennois, Uchaux et Venasque qui sont dans une situation géographiqe et des systèmes de production très comparables. Les villages de plaine n'offrent pas plus d'unité, puisque à Loriol, Violès et Villelaure la moyenne propriété recule, tandis qu'elle enregistre une avancée spectaculaire à Bédarrides, Caderousse, Lagnes, Lauris... Mais ces villages, sauf Lagnes, n'ont pas connu de poussée au niveau des propriétés de cinq à dix hectares, et l'on comprend aussi que le mouvement de concentration peut ne pas être uniforme ni continu et qu'à le suivre dans le détail on fait inévitablement surgir des situations sinon inexplicables tout' au moins déroutantes, parce que derrière les données statistiques se dérobent des destins de propriétés qu'on ne peut connaître. Mais cette difficulté de l'analyse ne peut masquer l'essentiel, qui réside dans les gains appréciables réalisés par la moyenne propriété dans les terroirs où la modernisation de l'agriculture se poursuit et s'amplifie après la guerre. Il y a là, en relation avec les pertes enregistrées dans ces mêmes terroirs par la très petite et par la petite propriété, le témoignage de réussites économiques qui vont bien au-delà de la nécessaire adaptation des structures agraires aux conditions changeantes du progrès agricole. II nous faudra les apprécier, autant que faire se peut, en termes de revenu agricole. Mais aussi il importe de ne pas perdre de vue que le dynamisme de la moyenne propriété lui vient des capacités d'adaptation de la petite propriété dans ses couches supérieures, car c'est elle qui accède à ce niveau supérieur de la propriété foncière par un processus d'agrandissement progressif, où les paysans concernés investissent une partie de leurs économies. L'enquête sur les paysans vauclusiens avant 1939 permet de le vérifier : la question "Les revenus de votre exploitation, avant 1939, vous permettaient-ils d'acheter des terres ?" a obtenu 36 réponses affirmatives de propriétaires-exploitants (sur 83), qui se répartissent ainsi : cinq de propriétaires-exploitants de un à cinq hectares (sur 19), treize de cinq à dix hectares (sur 29), quinze de dix à trente hectares (sur 30) et trois de plus de trente hectares (sur 5). On discerne derrière ces chiffres l''inégalité des chances en fonction des structures agraires et comment, à partir d'un seuil qu'il serait sans doute vain de vouloir fixer avec précision, on pénètre dans une dynamique de la réussite qui peut conduire à des situations aisées. Mais ce mouvement s'opère lentement, de bas en haut, dans des conditions telles qu'il ne conduit pas à perdre de vue le point de départ ou, si l'on veut encore, à oublier ses origines. Nous touchons là, je pense, à l'un des cheminements par lesquels se transmettent les options politiques de gauche, hors de la condition sociale où elles se sont exprimées originellement.

  • 9 La notion d'investissements dans l'agriculture vauclusienne recouvre des domaines très divers : ell (...)

16Il découle de tout cela que nous ne sommes pas encore dans un mouvement de concentration d'où surgirait une agriculture capitaliste. Il ne pourrait se développer que dans la classe des très grandes propriétés, de plus de trente hectares, mais nous savons que leur superficie ne doit pas faire illusion, corrigée qu'elle est par leur revenu cadastral, le plus faible à l'unité de surface de toutes les classes de propriété. Les très grandes propriétés, certes, connaissent une croissance tant pour leur nombre que pour la surface qu'elles rassemblent, mais à voir les choses de près cela ne signifie pas pour autant un renforcement de leur puissance économique. Il convient de noter tout d'abord que la plus forte croissance se situe dans les terroirs déshérités : Aurel, Beaumont-d'Orange, Joucas, Saint-Christol, Vitrolles et les regroupements qui s'opèrent là ne se font pas sous le signe de l'opulence. A l'opposé, il est des villages de plaine où la très grande propriété continue de se morceler, au profit de la moyenne propriété, paysanne par excellence : c'est le cas à Caderousse, à Lagnes, à Villelaure, qui sont des communes où de grandes propriétés nobiliaires et bourgeoises avaient traversé le xixe siècle; elles cèdent maintenant, car elles ne représentent plus pour leurs propriétaires un placement attractif. Il y a aussi, il est vrai, des villages de plaine où la très grande propriété, qui avait disparu en 1914, se reconstitue : il en est ainsi à Loriol, Saint-Didier, Saint-Saturnin-lès-Avignon; ou bien se consolide, comme à Bédarrides, Lapalud et Sainte-Cécile. Mais il est remarquable que dans ces villages elle n'occupe pas une très grande place dans le terroir et qu'elle se tient souvent près du seuil des trente hectares : elle peut donc parfois s'inscrire dans le processus de concentration modérée que nous avons analysé dans la classe des moyennes propriétés et ne témoigne pas nécessairement au bénéfice de structures capitalistes. Bien sûr, il en existe mais ce n'est pas la caractéristique de l'évolution de la propriété foncière en Vaucluse. C'est la paysannerie, sélectionnée par l'exode rural, résolument engagée dans un processus de modernisation de son système de production, et pour cela ne reculant ni devant le renouvellement de ses cultures ni devant des investissements parfois lourds9, qui opère pour son compte une concentration modérée de la propriété. Ce caractère de l'évolution de la propriété, lié étroitement au dynamisme de la paysannerie vauclusienne, montre à l'évidence que l'exode rural n'a aucunement affaibli son potentiel intellectuel, qu'au contraire sur ce plan la sélection a été positive.

  • 10 Pour les calculs qui suivent, j'ai naturellement retranché des données du premier cadastre les chif (...)

17Ainsi, l'entre-deux guerres apporte des modifications importantes à la répartition de la propriété, plus d'ailleurs par les orientations nouvelles qu'elles indiquent que par leurs résultats déjà acquis. Même lorsqu'elles connaissent une accélération de leurs rythmes d'évolution, et c'est bien le cas après la guerre, les structures de propriété ignorent les bouleversements rapides et c'est une difficulté de leur étude, où la part d'interprétation de faits en eux-mêmes menus est forcément très grande. Une autre difficulté, qui nous était apparue très sensible pour l'observation faite en 1913-14, c'est que l'on ne choisit pas, en raison de la nature du document utilisé, les dates autour desquelles portent l'observation et l'analyse des faits de propriété. D'où l'incertitude où l'on est du mouvement réel, dans sa chronologie. Il est certain, par exemple, que le mouvement de concentration de la propriété n'est pas sorti tout droit de la guerre, qu'il était déjà amorcé mais peu perceptible bien avant 1914. Et de la même manière, il serait bien imprudent de l'arrêter là où nous le saisissons, c'est-à-dire à la veille de la guerre de 1939. Ce qui est certain, c'est que le mouvement de concentration de la propriété foncière est inséparable de deux grands faits : la modernisation de l'agriculture et la dépopulation des campagnes; mais il n'y a pour autant aucune fatalité dans son déroulement, aucun schématisme. Et on le perçoit bien quand on prend de la hauteur et qu'on s'efforce de suivre l'évolution dans la longue durée, c'est-à-dire sur plus d'un siècle10. La propriété foncière dans le Vaucluse, au début du xixe siècle, enregistrant la diffusion de la propriété pendant la Révolution mais aussi les récupérations et consolidations de l'Empire et de la Restauration, opposait le grand nombre des petits possédants au petit groupe de grands possédants. Un bon siècle plus tard, alors que l'égalité successorale a exercé son action de morcellement, alors aussi que la civilisation industrielle et urbaine a largement dévalorisé le capital foncier, les petits et les grands ont cédé les uns et les autres du terrain. Les propriétés de un à cinq hectares ont reculé en effectifs de 16 % et en superficie de 13 %. Encore faut-il dire que le recul réel est sans aucun doute plus fort, si l'on tient compte de la progression du nombre des propriétés comptées deux ou plusieurs fois, du fait des cotes multiples. Si le nombre des propriétés de plus de trente hectares se retrouve à peu près inchangé, leur superficie a reculé de 8 %, et plus encore leur revenu cadastral. Bien sûr, les propriétés intermédiaires, moyennes par leur superficie, récupèrent ce que perdent les deux extrêmes. Et l'on voit ainsi se dessiner les traits d'une nouvelle société paysanne, car c'est dans ces classes de propriétés intermédiaires que se trouve la paysannerie : mieux pourvue de terre, plus indépendante, elle forme un groupe social plus homogène, qui a conscience de son enracinement et aussi d'avoir forgé, génération après génération, son destin collectif.

II – LES MODES D'EXPLOITATION

A – L'APPROCHE PAR LA PROPRIETE FORAINE

18Mais tous les paysans ne sont pas propriétaires, ou ne le sont que partiellement. C'est pourquoi il faut passer de l'étude de la propriété à celle des modes de faire-valoir. On sait que cet aspect des structures agraires, essentiel parce qu'il nous introduit dans les rapports de production en économie agricole, est d'une approche plus difficile que la propriété et que justement l'étude de la propriété, par l'information qu'elle donne sur la résidence des propriétaires, permet une première démarche pour déterminer ceux des propriétaires qui pour des raisons d'éloignement ne sont pas en mesure d'assurer par eux-mêmes la mise en valeur de leurs biens. Les comparaisons que l'on peut faire d'une période à une autre sont également intéressantes car elles permettent d'apprécier l'évolution de l'attitude des hommes à l'égard de la terre lorsqu'ils sont physiquement détachés du lieu où ils sont propriétaires. L'analyse que l'on peut faire de cette question pour les années 1930 est plus complète que pour les périodes antérieures, car il a été possible, du fait du maniement plus facile des matrices cadastrales, de relever la résidence des propriétaires pour la classe de propriété de un à cinq hectares.

RESIDENCE DES PROPRIETAIRES. Résultats d'ensemble 1930-1940

RESIDENCE DES PROPRIETAIRES. Résultats d'ensemble 1930-1940

19Il faut se débarrasser tout de suite de la propriété foraine limitrophe, qu'il faut bien isoler pour clarifier la notion de non-résidence, dans sa signification économique. Elle peut, par la proximité d'une ville se charger d'ambiguïté, et c'est le cas pour Loriol où les propriétaires, carpentrassiens par leur domicile, peuvent exprimer en réalité un rapport ville-campagne de domination de la ville sur un village aux riches terroirs qui simplement se trouve proche, par hasard en quelque sorte. Mais pour l'essentiel, et à cet égard on n'enregistre aucune évolution notable, la propriété foraine limitrophe est complémentaire de la propriété de résidence et c'est dans les classes de petite propriété qu'elle est le plus développée, traduisant l'impossibilité de contenir les limites de propriété dans les frontières administratives, évoquant aussi les réseaux de relations de village à village, par le jeu des mariages en particulier. Il est donc logique qu'elle connaisse son extension maximum parmi les propriétés de un à cinq hectares; mais, là où les conditions naturelles devenant plus médiocres imposent aux petites propriétés des dimensions plus grandes la propriété foraine limitrophe peut être importante dans des catégories ayant l'apparence de moyenne et grande propriété : c'est le cas à Bonnieux, Aurel, Saint-Christol.

20La large diffusion de la propriété foraine limitrophe dans les propriétés de un à cinq hectares affaiblit dans ses effectifs la place de la propriété résidente, mais l'incidence est faible sur les superficies et le revenu cadastral. Au total, de 1913 aux années 1930, la répartition de la propriété en fonction de la résidence des propriétaires n'a subi que de légers changements, ce qui revient à dire qu'à première vue le mouvement de concentration de la propriété n'a guère modifié les positions respectives des propriétaires résidents et non-résidents. Mais à y regarder de plus près on décèle des indices d'une évolution qui pour être lente n'en est pas moins importante. Tout d'abord, pour l'ensemble des propriétés, les propriétaires résidents améliorent le pourcentage du revenu cadastral qu'ils détiennent, aux dépens des non-résidents et cela signifie que la valeur économique des biens des propriétaires résidents – ceux qui donnent lieu pour une large part à exploitation directe – se renforce. On perçoit, dans la masse des mutations de propriété, aussi bien à titre vénal que par voie de succession, un courant de mutations raisonnées et sélectives par où les propriétaires exploitants opèrent une concentration indirecte et invisible, celle qui permet un remembrement judicieux. Et ce courant est assez net pour que l'indice du revenu cadastral des propriétaires forains devienne dans les années 1930 inférieur à l'indice des superficies qu'ils possèdent. Mais il y a aussi une concentration visible, au niveau des superficies, par les propriétaires résidents de plus de 30 hectares puisque de 1913 aux années 1930 ils gagnent en nombre – de 46 à 51 % -, en superficie – de 39 à 46 % – et plus encore en revenu cadastral – de 32 à 44 %. Certes les biens de cette catégorie détenus par les propriétaires forains ont encore une valeur économique supérieure à leur étendue, mais ils sont à cet égard en sérieuse perte de vitesse. Cela confirme que la terre n'est plus un placement attractif et que la rente foncière n'assure plus une rémunération compétitive du capital investi. Mais le grand propriétaire qui est aussi entrepreneur au sens capitaliste peut assurer à son entreprise, s'il la dirige de près, une rentabilité supérieure. La situation est différente pour les classes de petite et moyenne propriétés : là les départs de la campagne entraînent une croissance légère des propriétés foraines, qui ne se distinguent pas par leur valeur économique des propriétés résidentes. Elles trouvent plus aisément preneur pour leur exploitation que les grandes propriétés, car elles ont une fonction de complément par rapport à la propriété paysanne de même catégorie. II ne fait pas de doute cependant que la progression des propriétés foraines petites et moyennes est plus lente que le rythme de l'exode rural, ce qui confirme que des biens sont vendus à la suite de départs, source majeure du mouvement de concentration réalisée par la paysannerie que nous avons précédemment analysé.

21Il s'est produit depuis 1914 des changements sensibles dans la répartition des propriétés foraines en fonction des situations géographiques et économiques, qui confirment et précisent le nouveau rapport de forces en train de s'établir entre propriétaires résidents et forains. D'une manière générale, c'est dans les villages de plaine que la propriété foraine a cédé du terrain, là où la spécialisation agricole s'est imposée – les cultures maraîchères à Lagnes, Loriol, Villelaure; la vigne à Bédarrides, Sainte-Cécile, Violès – alors qu'elle est en progrès dans les zones d'abandon comme Saint-Christol et dans les villages à terroir fortement contrasté et partiellement inculte. Dans ces villages, elle prend parfois, sur un fond d'attachement sentimental au village, le caractère d'une propriété d'agrément, notamment pour la chasse, sanctionnant une belle réussite sociale. La fragilité de la propriété foraine se révèle donc dans les pays où l'activité économique connaît sa plus grande efficacité, et son recul traduit alors son infériorité devant la propriété résidente. Ce phénomène s'observe surtout pour les grandes propriétés, et c'est un fait nouveau qui suggère que dans le même temps un changement s'est produit dans le mode d'exploitation et de gestion des grandes propriétés résidentes, de nature à leur conférer une meilleure rentabilité. Ce changement ne serait-il pas dans l'apparition d'un secteur capitaliste dans l'agriculture vauclusienne ? Pour avancer plus loin dans cette hypothèse, il faut passer à une étude plus précise des différents modes de faire-valoir.

B – LA PROGRESSION DU FAIRE-VALOIR DIRECT ACCOMPAGNE LA CONCENTRATION DE LA PROPRIETE

  • 11 Les Archives Départementales (6 M 394 et 395) ont conservé les questionnaires communaux de l'enquêt (...)

22On peut penser, puisqu'elle donne lieu nécessairement au recours à un mode de faire-valoir indirect, que l'évolution de la propriété foraine depuis 1914 n'annonce pas une progression des modes de faire-valoir indirect. Mais nous savons aussi qu'ils sont souvent associés au faire-valoir direct au sein d'une même exploitation : dans les exploitations petites et moyennes, le morcellement de la propriété et le jeu des successions, où l'on attribue souvent des lots de terre à des personnes qui, quelle que soit leur résidence, ont rompu tout rapport de travail avec la terre, ont toujours facilité cette imbrication des modes de faire-valoir qui complique singulièrement, il faut bien le dire, leur étude. Les grandes enquêtes agricoles du xixème siècle y avaient échoué, on ne peut pas dire que l'enquête de 1929 y a beaucoup mieux réussi. Dans la troisième partie intitulée Economie Rurale, où elle s'intéresse successivement à la "répartition des propriétés agricoles" puis à la "répartition des exploitations agricoles, viticoles, horticoles", elle posait aux membres des commissions municipales chargées d'y répondre de redoutables questions et l'on voit bien, à la lecture attentive des réponses, qu'elles n'ont pas toujours été comprises ou bien qu'on a voulu s'en débarrasser, parce qu'on ne voyait pas comment leur apporter une réponse sérieuse... Incompétence ou mauvaise volonté, découragement devant un questionnement réellement très complexe, toujours est-il qu'au terme de cette lecture le chercheur perd toute illusion sur la validité des résultats de l'enquête : on n'en finirait pas de relever les erreurs, allant jusqu'à l'invraisemblance, les plus fréquentes provenant d'une confusion irrémédiable entre le concept de propriété et celui d'exploitation11. N'exagérons pas, il y a des réponses sérieuses et correctes, on a le moyen de s'en assurer et on peut aussi considérer que l'addition des résultats aboutit dans le cadre du département à atténuer, sinon éliminer les erreurs. Mais il ne me paraît pas possible de descendre dans l'exploitation des résultats jusqu'au niveau du canton, pourtant essentiel à mes yeux.

  • 12 A.D.V. 7 M 12.

23Nous ne sommes pas pour autant réduits à dresser un procès-verbal de carence ! La loi du 3 janvier 1924 qui a défini les attributions et le mode de désignation des membres de chambres d'agriculture a conduit les services préfectoraux à faire dresser dans les mairies les listes électorales correspondantes. Entreprise complexe, puisque l'inscription doit être demandée par les ayants droit et qu'elle distingue six catégories d'électeurs12 :

24"1. Propriétaires et usufruitiers d'exploitation rurale ou forestière

  1. Fermiers, métayers, colons partiaires, domaniers, chefs de culture, régisseurs (hommes seulement)

  2. Ouvriers agricoles à la journée ou à gages et membres de la famille du chef d'exploitation travaillant avec lui (hommes seulement)

  3. Anciens agriculteurs âgés d'au moins 50 ans, ayant appartenu pendant les dix dernières années au moins aux catégories visées ci-dessus (hommes seulement)

  4. Femmes-chefs d'exploitation agricole

  5. Femmes qui au cours de la dernière guerre pendant l'absence de leurs mari, père ou frère ont dirigé leur exploitation agricole."

25Ces modalités d'inscription présentent de notre point de vue plusieurs inconvénients, outre le risque que beaucoup d'électeurs négligent de se faire inscrire :

  • les propriétaires rentiers et les propriétaires exploitants sont confondus en une même catégorie

  • fermiers et métayers sont ceux aussi regroupés, alors que leur statut économique et social est distinct

  • le traitement de la main-d'œuvre familiale comme une composante du salariat agricole nous prive de la possibilité, qui serait pourtant fort utile, de compter l'une et l'autre.

  • 13 A.D.V. 7 M 16.
  • 14 Il apparaît d'ailleurs qu'elles sont peu fournies et présentent de grandes inégalités d'une commune (...)

26Ne faisons pas pourtant la fine bouche ! Il est fort heureux que l'on ait conservé les listes électorales pour l'année 193313 car elles sont tout à fait utilisables pour l'objectif que nous visons, à condition bien sûr de ne leur demander que ce qu'elles peuvent nous apporter. Il faut négliger les 3ème, 4ème, 5ème et 6ème catégories d'électeurs14, considérer que la présence des propriétaires rentiers ne modifie pas sensiblement le nombre des propriétaires exploitants – la vérification faite sur les listes nominatives du recensement de population de 1936 pour les communes constituant la base de notre étude démographique indique que les propriétaires rentiers n'atteignent jamais 10 % du nombre des propriétaires exploitants et on peut penser que le taux de non inscription est chez eux plus élevé – et se résigner à une approche indifférenciée des modes de faire-valoir indirect. Cela fait, il convient de s'assurer que le nombre des inscrits n'est pas d'une faiblesse telle qu'il en perdrait toute représentativité. Là aussi, la vérification est possible, par comparaison avec la population des villages et les effectifs de leur liste électorale politique : il apparaît qu'en Vaucluse l'inscription sur les listes électorales professionnelles s'est faite très sérieusement. On peut donc dresser le tableau par canton de la part respective du faire-valoir direct et du faire-valoir indirect en 1933.

  • 15 Voir supra. 1ère Partie. Chapitre III.
  • 16 Le tableau de 1861 était dressé à partir de données moins rigoureuses, celles proposées par le réca (...)

27La prépondérance du faire-valoir direct est indiscutable, et elle ne souffre pas d'exceptions puisque le taux le plus faible des propriétaires exploitants s'élève à 54 %, dans le canton de Bonnieux. Le Lubéron mis à part, c'est dans les cantons appuyés aux plateaux préalpins que le faire-valoir direct réalise ses meilleures performances alors que dans les plaines la dissociation de la propriété et de l'exploitation agricole est plus fréquente. C'est une différence que nous observions déjà en 186115 et qui s'explique aisément par l'inégale productivité et rentabilité de la terre dans les deux situations : le prélèvement de la rente foncière est bien plus tolérable, et le taux d'intérêt qu'elle assure au capital bien plus attractif dans un système économique à haute productivité. Cela dit, la comparaison entre 1933 et 186116 fait apparaître d'une part le respect des particularités historiques – dont Bonnieux offre le meilleur exemple – , d'autre part, et c'est plus important, un recul du faire-valoir direct qui passe pour l'ensemble du département de 81 à 77 %. Mais surtout, ce recul n'est pas uniforme; il souligne l'opposition plaine-montagne puisque c'est dans les cantons de plaine, ceux qui ont réussi la modernisation de leurs systèmes de production – Cavaillon, l'Isle-sur-Sorgue, Bédarrides – que le faire-valoir direct a cédé le plus de terrain.

  • 17 Voir supra. IIème Partie. Chapitre V.

28S'il est juste de retenir d'une évolution quasi-séculaire le désintérêt croissant du capital foncier pour les systèmes de production les moins rentables, il serait imprudent de conclure à un recul linéaire et continu du faire-valoir direct, particulièrement là où il est indiscutablement en concurrence avec la propriété non paysanne, bourgeoise ou nobiliaire. Mais c'est un fait que nous sommes fort mal informés sur l'évolution des modes de faire-valoir entre les deux dates extrêmes où nous disposons d'éléments de comparaison cohérents. Il y a bien les données des enquêtes décennales de 1882 et 1892, mais elles ne donnent que des indications très générales dont on peut retenir une tendance à la progression du faire-valoir indirect17. Après, les pistes se brouillent et il faut attendre les années 1930 pour y voir un peu plus clair. Dans cette incertitude, j'avancerai la ligne d'évolution suivante; le faire-valoir direct a reculé, de façon d'ailleurs très modérée, jusque dans les premières années du siècle. La tendance s'est renversée avant la guerre, mais c'est après qu'elle s'est affirmée et les données statistiques des années 1930 nous font saisir l'exploitation en faire-valoir direct en pleine progression. Enonçant cette hypothèse, j'établis une certaine correspondance – qui ne peut avoir rien de mécanique ni d'absolu – entre l'évolution de la propriété et celle des modes de faire-valoir. Notamment, je vois une nette corrélation entre la concentration de la propriété de l'après-guerre et la progression de l'exploitation directe. Je m'explique :

29Le mouvement de déconcentration de la propriété a créé les conditions d'un marché locatif de la terre éclaté en un grand nombre de transactions, lorsque la montée de l'exode rural dans les années 1880 a libéré des terres, qui n'ont été alors que rarement rachetées car l'argent manquait dans les familles paysannes. La progression du faire-valoir indirect qu'on enregistre alors – plus exactement on la pressent car elle relève d'un raisonnement que ne fortifient pas des données statistiques – s'est réalisée de façon originale par rassemblement de parcelles autour de noyaux de propriété qu'elles complètent (et l'on a alors des exploitations en faire-valoir mixte) ou bien par constitution d'exploitations nouvelles, toujours à partir de parcelles plus souvent affermées à prix d'argent que louées à mi-fruit. Mais cette progression s'applique à une situation de transition, la phase de reconstruction de l'agriculture. Le rapport entre bailleurs et preneurs va nécessairement se modifier à l'avantage des preneurs, à mesure que la réussite couronnera leurs efforts. Mouvement inverse du précédent qui s'amorce avant la guerre de 1914 et qui accompagne bien le mouvement de concentration de la propriété "par le bas". C'est naturellement après la guerre, l'inflation aidant, qu'il se développe et les petits et moyens propriétaires exploitants achètent alors des terres qu'ils exploitaient déjà, mais en location.

  • 18 Réponse à l'enquête sur les paysans vauclusiens avant 1939. Voir aussi P. George, op. cit. p. 483. (...)

30On observe aussi après la guerre, au moins jusqu'à la crise des années 1930, une activité plus grande du marché de la terre, sous forme d'achats de propriétés entières, jusqu'alors exploitées en fermage ou en métayage. Le processus me paraît bien décrit et correctement analyse dans ce témoignage que m'a donné un propriétaire du Thor, faisant revivre son enfance18 :

"Mon père était propriétaire exploitant en métayage (12 hectares en vignes à raisins de table) et jusqu'en 1939 il vivait bourgeoisement avec la moitié des revenus des récoltes de cette propriété. Le métayer recueillait la même somme de revenus que lui, et profitait du logement gratuitement, sans impôt foncier, et des avantages en nature nombreux et appréciables. Mon père faisait toutes les avances pour l'exploitation, qu'il récupérait au moment de la récolte. Il s'occupait intelligemment et amicalement avec le métayer, une confiance réciproque existait entre eux. Les métayers jusqu'en 1914 se succédaient de père en fils. Après 1919 la propriété était devenue inculte par suite de la guerre, les deux fils du vieux métayer ayant été mobilisés, ceux-ci n'ont plus voulu continuer et mon père a dû reprendre un jeune métayer qui était sans le sou revenant de la guerre, et lui a fait des avances pour vivre pendant deux ans, entreprenant tout de suite la replantation des vignes. Ce métayer a non seulement rendu à mon père tout l'argent avancé, mais après douze ans avait mis de côté la somme suffisante pour acheter une jolie propriété de sept hectares dans le plan de l'Isle-sur-Sorgue où il n'a fait qu'accroître son patrimoine depuis".

31Pas question de généraliser : nous sommes au Thor, au cœur d'une des réussites les plus éclatantes de la spécialisation agricole. Mais ce n'est pas non plus une situation exceptionnelle dans le Vaucluse et l'on comprend que les propriétaires rentiers lorsqu'ils sont possesseurs d'un domaine important y soient attachés, dans de telles conditions : le revenu en faisait vivre "bourgeoisement" le propriétaire et ouvrait des perspectives promotionnelles au métayer. C'est cette démarche qui nous intéresse, et je l'ai observée ailleurs, dans les réponses qui me sont parvenues. A Cavaillon, Carpentras, Mondragon, Roaix, Villedieu, des paysans ont acheté des propriétés et sont ainsi devenus propriétaires exploitants : c'est toujours dans le contexte de l'agriculture spécialisée. Elle seule peut d'un même mouvement créer les conditions de la concentration foncière et de la progression de l'exploitation directe, au bénéfice de la paysannerie. Celle-ci dans ses couches les plus aisées prépare aussi par des achats relativement importants l'avenir de ceux de ses enfants appelés à prendre la succession de leur père : dans les témoignages, oraux et écrits, que j'ai recueillis revient souvent le souci d"‘établir" un fils et cela comporte généralement la programmation d'un investissement foncier.

  • 19 Un paysan de Carpentras m'écrivait dans une réflexion à portée générale qui complétait sa réponse à (...)

32La propriété rentière est ainsi en position défensive, et l'inflation qui tend à réduire la valeur réelle de la rente foncière aggrave sa situation. Elle se défend bien, l'exemple précédent le montre, lorsqu'elle atteint un seuil de rentabilité que définissent de manière complexe la superficie, le système de production et le mode de gestion. Elle s'appuie aussi sur un enracinement profond dans les villages où ses détenteurs conservent encore une position de notables et font exploiter leurs terres par des fermiers ou des métayers dans une relation paternaliste. Mais l'exode rural atteint aussi cette couche de propriétaires et ils sont souvent contraints de vendre leurs biens pour faciliter leur reconversion19. En dernière analyse, le recul des modes de faire-valoir indirect peut s'apprécier comme un renforcement de leur capacité économique, par élimination de structures marginales et inadaptées, que pouvait d'ailleurs récupérer avec profit l'exploitation directe. L'évolution respective des modes de faire-valoir direct et indirect est ainsi dans la logique de la croissance de l'agriculture et de ses conditions économiques et sociales.

C – FERMAGE ET MÉTAYAGE

  • 20 Statistique Agricole de la France. Résultats généraux de l'enquête de 1929 – Paris, 1936. A.D.S.M.
  • 21 Voir supra. IIème Partie. Chapitre VI.
  • 22 Clarté. Numéro de mai 1925.
  • 23 Des sondages effectués dans les archives de l'Enregistrement (bureau d'Avignon – communes d'Avignon (...)

33On sait qu'ils n'ont pas la même signification socio-économique et il est nécessaire de chercher à savoir la part de l'un et de l'autre. Les résultats d'ensemble de l'enquête agricole de 1929 peuvent à cet égard être pris en considération, pour approcher la répartition du fermage et du métayage et leur distribution dans l'espace20. Ils indiquent que le fermage représente 60 % du faire-valoir indirect et que le métayage, s'il est en position d'infériorité, est géographiquement bien plus concentré, rassemblant l'essentiel de ses forces dans les cantons de Bonnieux et Gordes d'une part, Bollène et Valréas d'autre part. Sur ces points, on ne note pas de changements importants par rapport à la situation que présentaient les enquêtes décennales de 1882 et 1892 et, pour ce qui est de la localisation du métayage, on vérifie qu'elle tient à une tradition solidement ancrée, indissociable de structures de propriété nobiliaire et bourgeoise que nous avons d'ailleurs pu étudier pour certaines d'entre elles : les domaines de Balincourt à Lamotte-du-Rhône et les propriétés Appy à Bonnieux, Lacoste et Roussillon21. A signaler toutefois que le métayage paraît s'être quelque peu implanté dans les plaines : l'enquête de 1929 en dénombre des cas en quantité non négligeable dans les cantons de Cavaillon, l'Isle-sur-Sorgue et Carpentras. Confirmation est apportée par l'enquête lancée en 1925 par le journal Clarté22 : dans la réponse que lui apporte son correspondant vauclusien il est indiqué que dans la région de Cavaillon le tiers des exploitations étaient en fermage et en métayage – proportion qui est très proche de celle que nous avons calculée à partir des listes électorales de la Chambre d'Agriculture- et que les propriétaires s'efforçaient d'imposer le métayage. On les comprend d'ailleurs, à la lumière du témoignage que j'ai précédemment cité, et le calcul est d'autant plus habile que le partage des récoltes dans un contexte inflationniste protège le revenu du propriétaire. Mais il semble bien que la tentative de substituer dans les plaines le métayage au fermage tourna court23 car les preneurs, en situation de force du fait de l'exode rural, préfèraient pour d'évidentes raisons le fermage à prix d'argent.

  • 24 A.D.V. 7 M 8. On sait que le projet de statut du métayage, déposé en juillet 1937 sur le bureau de (...)

34Dans le cadre de la politique agricole du Front Populaire, le ministre de l'Agriculture Georges Monnet fit procéder en novembre 1936 à une enquête sur le métayage, préparatoire au projet de statut du métayage24. A la question : "Le métayage est-il en progression ou en régression, et dans quelle proportion ?" les réponses sont concordantes et concluent à une régression, mais on observe des nuances et des interprétations différentes :

  • Le directeur des Contributions Directes considère qu'il s'agit d"‘un temps d'arrêt dû à la mévente des produits agricoles", intervenant après un développement "considérable" dans les années de l'immédiate, après-guerre. Estimation d'autant plus incertaine qu'il indique que "les baux notariés sont l'exception"... Il n'est pas possible de croire à une telle progression du métayage, même si l'on tient compte de la pression exercée par les propriétaires dans ce sens.

  • Le directeur des Services Agricoles parle d'une "légère régression", intervenant après que "pendant la période 1919-1929 un certain nombre de métayers sont devenus propriétaires du fonds qu'ils exploitaient". Et il évalue à 10 % cette "réduction du métayage au profit de l'exploitation directe", observant que "depuis 1929 les changements de cette nature sont insignifiants, ce qui semble indiquer que la crise a bloqué l'évolution promotionnelle des modes d'exploitation".

  • La Chambre d'Agriculture situe l'origine de la régression du métayage en 1919, ce qui me paraît erroné, et en propose l'explication suivante : "Le fermier et le propriétaire paraissent préférer la rente fixe, le fermier pour se soustraire aux directives du propriétaire et ce dernier pour éviter tous soucis et tous risques de mauvaises récoltes".

  • 25 Il y a divergence sur ce point entre les Services Agricoles et la Chambre d'Agriculture qui met à l (...)

35Cet accord tacite des bailleurs et des preneurs est en contradiction avec l'analyse du correspondant de Clarté, confirmée, quoique avec excès, par le directeur des Contributions Directes. Il est vrai, de 1925 à 1936 la situation a bien changé et la mévente des produits agricoles a pu détourner les propriétaires de la tentation du métayage. Par ailleurs avec le temps qui passe de nombreux propriétaires rentiers distendent les liens qui les rattachent à leurs domaines et le métayage comporte pour eux des obligations qu'ils ont de plus en plus de mal à assumer. Dans le contrat-type de métayage que la Chambre d'Agriculture a joint à ses réponses, il est dit que le bailleur "aura la surveillance et la direction générale de l'exploitation". Ses charges financières ne sont pas négligeables : partage de l'achat des engrais, des bestiaux et animaux de basse-cour, des cotisations d'assurance. Et surtout, il doit en principe fournir au métayer "le train de ferme" qui, précisent les Services Agricoles, "comprend d'habitude un ou deux chevaux, un troupeau de moutons dont le nombre varie avec l'étendue des terres; une charrette, une charrue, une herse, un rouleau et divers autres instruments". Il semble que sur ce point financièrement très important, les propriétaires cherchent à échapper à leurs obligations puisque les Services Agricoles ajoutent que "le plus souvent c'est le métayer qui apporte le cheptel et les instruments aratoires"25.

  • 26 Le principe de la corvée est maintenu, par le biais des "charrois qui seraient nécessaires pour le (...)

36Mais il faut sans doute chercher les raisons principales de la régression du métayage du côté des contraintes qu'il impose aux métayers26, dont la plus grave est soulignée par le directeur des Services Agricoles :

"Les usages locaux n'attribuent au métayer sortant aucune indemnité pour les plus-value qu'il a pu procurer au fonds par les amendements, fumures, améliorations et travaux quelconques de culture (plantation de vignes, semis de luzernes ou sainfoin, de prairie naturelle)".

  • 27 Cela se produit, semble-t-il, assez fréquemment. Le directeur des Services Agricoles évoque "le cas (...)

37Les métayers ont leurs raisons propres de vouloir rompre avec un mode de faire-valoir qui ne reconnaît pas, sauf cas d'espèce relevant de la bonne volonté des partenaires27, leur esprit d'initiative. Leur réticence s'explique parfaitement dans ce pays où l'effort de modernisation de l'agriculture repose le plus souvent sur l'engagement plein, audacieux, de l'exploitant sur des objectifs qui ne peuvent s'apprécier que dans le court terme. Il n'est donc pas surprenant que les régions de plus forte implantation du métayage ne soient pas des zones d'avant-garde de l'agriculture vauclusienne. Il n'est pas non plus surprenant que le métayage comporte une durée telle que "certains métayers accomplissent toute leur carrière sur le même domaine", puisqu'il est lié à des systèmes de cultures à évolution lente et aussi à un certain paternalisme dans les rapports sociaux, dans la logique des principes de la bourgeoisie terrienne qui fait exploiter ses propriétés de cette manière. Il résulte de tout ceci que le fermage est naturellement plus répandu que le métayage, car il laisse à l'exploitant toute initiative qu'il juge bonne et il limite à un règlement financier simple et sans tentation de tricherie ni obligation de contrôle les relations du propriétaire et de son fermier. Par ailleurs, il se prête admirablement au regroupement de parcelles et micro-propriétés dans le cadre d'une seule exploitation et il est, de ce fait, susceptible d'une accession rapide à la propriété.

D – CONCENTRATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

  • 28 J'élimine les exploitations de moins de un hectare, toujours marginales et insignifiantes. Elles fa (...)
  • 29 Les 20 communes retenues se répartissent ainsi :
    – à dominante de cultures maraîchères : Avignon – C (...)

38Quel que soit le mode de faire-valoir, les exploitations agricoles doivent aussi s'analyser dans leur superficie. Nous savons qu'il n'existe en vue de cette étude aucune documentation qui puisse approcher en précision et en rigueur ce qu'apporte le cadastre à la connaissance des structures de propriété. Toutefois l'enquête agricole de 1929 ne me paraît pas à cet égard inexploitable, malgré les nombreuses erreurs qu'on relève dans les réponses des commissions communales. Il est aisé, en premier lieu, de prendre tels quels les résultats départementaux, tels qu'ils figurent dans la publication du Ministère de l'Agriculture, en respectant bien entendu les limites des différentes catégories : un à cinq hectares et cinq à dix hectares pour la petite exploitation, 10 à 20 et 20 à 50 pour la moyenne et au-dessus de 50 hectares pour la grande et très grande28. Il me paraît nécessaire de distinguer la superficie cultivée et la superficie totale, ce qui permet de mieux apprécier la valeur économique de chaque catégorie. Les données ainsi établies présentent inévitablement une grande incertitude, puisqu'elles sont la totalisation de données de base souvent erronées, et on ne peut se fier aveuglément au mécanisme de compensation des erreurs... Mais il est possible, après examen attentif, de retenir parmi les 150 communes du département une vingtaine d'entre elles où les commissions chargées de répondre à l'enquête ont indiscutablement effectué un travail sérieux, dont les résultats sont tout à fait crédibles. Ces vingt communes, peuvent elles-mêmes être classées en trois groupes par référence au système de production agricole prédominante sur leur territoire : communes à dominante de cultures maraîchères, à dominante viticole et en polyculture29. Certes, ce classement est quelque peu schématique, car les trois systèmes de production ne s'excluent pas forcément et même là où les cultures maraîchères ou la vigne se sont imposées, il subsiste encore des exploitations traditionnelles, en polyculture. Mais la notion de polyculture doit être précisée. Dans les villages où je la retiens comme représentative du système de production, elle n'est pas contradictoire avec la modernisation agricole : elle est même la seule voie possible du progrès, du fait des conditions naturelles peu favorables, par des retouches successives apportées au système ancien. Manquent par contre dans la classification proposée les villages où l'économie reste encore traditionnelle, montagnarde, mais il n'y en avait pas d'utilisables pour mon propos dans le chapitre Economie Rurale de l'enquête de 1929. Je n'ai donc pas pu retrouver toute la diversité de l'agriculture vauclusienne. L'inconvénient saute aux yeux à la lecture du tableau qui présente, en forme de pourcentages, les résultats obtenus.

39Le poids des grandes exploitations peu productives de l'est du département se fait sentir dans les résultats départementaux, alors qu'il est négligeable dans les trois catégories pour lesquelles j'ai pu constituer un échantillon de communes représentatif.

Les exploitations agricoles en 1929

Les exploitations agricoles en 1929

40On pouvait penser que les indices représentatifs de la superficie cultivée et de la superficie totale – pourcentages calculés pour chaque classe d'exploitations par rapport aux superficies totales correspondantes des trois types d'exploitations – présenteraient des divergences : elles sont si faibles qu'elles en deviennent insignifiantes. Il faut donc admettre que toutes les exploitations, quelle que soit leur superficie, se partagent de façon équitable la superficie cultivée – ce qu'on appellerait aujourd'hui la superficie agricole utile. Mais celle-ci est plus importante en économie maraîchère qu'en économie viticole et en polyculture : elle représente respectivement 88, 81 et 76 % de la superficie totale. Il est évident qu'elle serait bien plus faible si nous pouvions effectuer le calcul pour les exploitations de caractère montagnard, et nous avons là une confirmation du contraste, inscrit dans le paysage, entre les plaines soignées comme un jardin et les plateaux calcaires envahis par la garrigue.

  • 30 L'enquête de 1929 a recensé à Cavaiilon 400 exploitations de un à trois hectares, et seulement 150 (...)

41La forte corrélation entre la superficie des exploitations et la productivité des systèmes de cultures est évidemment attendue, mais le poids des petites exploitations, particulièrement celles de un à cinq hectares, est plus surprenant. Il est très probablement déformé par excès dans les communes à dominante maraîchère par la présence de Cavaillon, où les très petites exploitations sont effectivement très nombreuses30 (mais c'est un cas particulier connu de longe date,) et dans les communes à dominante viticole par la présence de 3onquières où la culture des plants de vigne en pépinières crée une ambiguïté. Cela dit, il faut aussi tenir compte des exploitations marginales, que continuent à cultiver avec les forces qui leur restent les vieux agriculteurs, et elles sont en plus grand nombre dans les plus basses classes. En dernière analyse, en économie maraîchère les positions me paraissent à peu près équilibrées entre les exploitations de un à cinq et celle de cinq à dix hectares, alors qu'en viticulture et en polyculture ce sont celles de cinq à dix et de dix à vingt hectares qui rassemblent les forces vives et dynamiques de la paysannerie. Ces données sont à rapprocher de celles concernant les structures de propriété, elles en sont complémentaires : il y a une réelle concordance entre le dynamisme des couches supérieures de la petite propriété et de la moyenne propriété et l'importance du nombre des exploitations de 5 à 20 ha. Il ne fait pas de doute que ces exploitations sont massivement le fait de propriétaires, dont certains réalisent le vieux rêve paysan d'arrondir leurs biens. Dans une large mesure, les plus petites propriétés – sans parler des micropropriétés -, même lorsqu'elles ont leur prolongement dans des exploitations de même grandeur, constituent une réserve pour que se poursuive le processus de concentration par le bas qui fortifie la couche fondamentale des paysans-propriétaires et exploitants familiaux.

  • 31 Un village vauclusien sous la Troisième République. Op. cit., p. 400.

42Mais l'étude des exploitations agricoles nous informe sur un autre mode de concentration, qui n'apparaît pas à l'étude des structures de propriété. Il convient en effet d'être attentif à la catégorie des exploitations de 20 à 50 hectares, remarquablement homogène quel que soit le système de cultures dominant. Il est certain qu'au-delà de 20 hectares les exploitations dans les plaines et aussi dans la zone de terrasses et coteaux où la vigne a trouvé ses meilleurs terroirs ne peuvent être conduites dans le cadre familial. L'enquête agricole de 1929 dénombre 163 tracteurs de 5 à 10 CV et 301 de plus de 10 CV et 110 pressoirs hydrauliques : il est clair que l'utilisation de ces engins ne se conçoit que dans des exploitations capables d'assurer leur plein emploi et donc l'amortissement correct du capital qu'ils représentent, et qu'il n'y a pas d'exploitations familiales – sauf cas d'espèce rarissimes – où les conditions de leur emploi soient réunies. C'est ce qui donne à penser que dans certaines exploitations autour de 50 hectares de superficie se met en place un secteur capitaliste dans l'agriculture vauclusienne. On ne le discerne pas dans l'étude des structures de propriété car il est dans les grandes propriétés tout à fait minoritaire et il s'observe dans des zones où la grande propriété n'est pas la structure dominante : fondé sur la recherche d'un profit d'exploitation, il s'intéresse à la vigne plus encore qu'aux cultures maraîchères. On l'observe à Chateauneuf-du-Pape, où 12 exploitations viticoles emploient en 1936 quatre ouvriers et plus31, je l'ai rencontré dans ma recherche d'archives privées. La question qui est posée, c'est de savoir si la concentration capitaliste qui se profile n'entrera pas en compétition, voire en conflit, avec celle, bien plus modeste, que réalise de son côté la paysannerie.

43Ainsi, les structures agraires ont bien connu entre les deux guerres une évolution sensible. 1914 n'est d'ailleurs pas un bon point de départ, il serait plus juste de situer au début du siècle le démarrage d'un mouvement de concentration qui s'est accéléré après la guerre et que les difficultés économiques des années 1930 ont incontestablement freiné. Concentration qui ne correspond que dans un nombre limité de cas à des investissements à la recherche du profit et qui obéit plus largement à des exigences techniques et économiques auxquelles doivent s'adapter, pour survivre dans des conditions correctes, le plus grand nombre des paysans, producteurs indépendants. Aussi l'essentiel dans le processus de concentration n'est-il pas dans son inévitable fonction d'élimination, sollicitée de toutes manières par la pression et l'attraction de la société urbaine; il faut plutôt le chercher, me semble-t-il, dans la consolidation qu'il assure à la paysannerie moyenne, qui élargit sa base de propriété, arrondit ses exploitations et tire ainsi parti de la prospérité des productions agricoles les plus importantes et les plus significatives du Vaucluse. A cet égard, l'évolution des structures agraires accroît l'homogénéité de la paysannerie vauclusienne et affaiblit la position des grands propriétaires traditionnels. Mais aussi elle fait surgir, soit par adaptation de la grande propriété traditionnelle, soit par réussite individuelle, soit encore par des apports de capitaux extérieurs une agriculture capitaliste qui pour être encore faiblement développée en 1939 n'en est pas moins suggestive de la précarité du destin de la paysannerie moyenne.

Notes

1 G. Garrier dans sa thèse "Paysans du Beaujolais 1800-1970" observe un phénomène analogue. p. 549.

2 Les prêts à long terme du Crédit Agricole facilitent aussi cette concentration foncière.

3 Il ne m'est pas possible, évidemment, de citer des noms car je n'ai pas été autorisé à le faire.

4 Il semble que c'est par la culture de la vigne que les micropropriétés résiduelles conservent le mieux une valeur économique, et c'est lié aux usages alimentaires qui font que le vin sur la table est toujours très recherché. Quand s'ouvrent les successions, il n'est pas rare que des héritiers tiennent à conserver dans leur part une pièce de vigne de quelques dizaines d'ares, confiée à un vigneron – frère ou beau-frère bien souvent – qui l'exploite à mi-fruit, de telle sorte qu'elle produise assez pour assurer la consommation familiale de son propriétaire. Les caves coopératives, qui accueillent ces propriétaires, aident à résoudre les problèmes de stockage de la récolte. Par le biais de la déclaration de récolte, cette micropropriété permet enfin de bénéficier du privilège des bouilleurs de cru !

5 Cf. supra. IIème Partie. Chapitre V.

6 G. Garrier (op. cit.) s'y est essayé avec succès, dans un objectif qui visait toutes les classes de propriété, en calculant des "taux de rentabilité" à partir des tableaux récapitulatifs qui figurent sur chaque folio p. 397 et 547, tableaux XXX et XLIV du tome II.

7 Le Vaucluse Agricole. 6 janvier 1965.

8 J'emploie le terme de dominante parce qu'il n'y a jamais de spécialisation absolue et les cultures maraîchères ne sont pas exclusives de la vigne, et vice versa.

9 La notion d'investissements dans l'agriculture vauclusienne recouvre des domaines très divers : elle s'applique au matériel agricole, mais ce n'est pas le plus important, aux engrais dont la consommation est très forte et aussi pour les producteurs de légumes et de raisins de table à la camionnette qui remplace de plus en plus, pour conduire les récoltes sur les marchés, la traditionnelle jardinière à traction animale.

10 Pour les calculs qui suivent, j'ai naturellement retranché des données du premier cadastre les chiffres de Cheval-Blanc, puisque je n'ai pu maintenir cette commune dans l'échantillon pour les années 1930.

11 Les Archives Départementales (6 M 394 et 395) ont conservé les questionnaires communaux de l'enquête. Un exemple de leur complexité : il était demandé d'extraire du tableau de l'ensemble des exploitations celles qui étaient exclusivement viticoles et horticoles, et il fallait en dresser un tableau les répartissant en 8 classes de superficie...

12 A.D.V. 7 M 12.

13 A.D.V. 7 M 16.

14 Il apparaît d'ailleurs qu'elles sont peu fournies et présentent de grandes inégalités d'une commune à l'autre. Manifestement, l'intérêt s'est concentré sur les catégories représentant les exploitants agricoles, et c'est bien eux qui pouvaient attendre une action positive de la part des Chambres d'Agriculture.

15 Voir supra. 1ère Partie. Chapitre III.

16 Le tableau de 1861 était dressé à partir de données moins rigoureuses, celles proposées par le récapitulatif du recensement de population. Cela ne saurait cependant nous interdire cette comparaison dont nous attendons qu'elle dégage une tendance bien plus que des chiffres précis.

17 Voir supra. IIème Partie. Chapitre V.

18 Réponse à l'enquête sur les paysans vauclusiens avant 1939. Voir aussi P. George, op. cit. p. 483. Son analyse est cependant excessive par les conclusions qu'il en tire car il n'est pas vrai que "petit à petit la terre est passée entièrement (souligné par nous C. M.) aux mains des cultivateurs".

19 Un paysan de Carpentras m'écrivait dans une réflexion à portée générale qui complétait sa réponse à l'enquête sur les paysans vauclusiens avant 1939 :
"Après la tourmente de 1914-1918... on voit de nombreuses propriétés rurales changer de maître. Métayers et fermiers achètent la ferme qu'ils exploitaient. Les vendeurs, vieilles familles plus ou moins notables, ont aliéné leurs biens pour aller à la ville exercer une profession libérale, carrière militaire ou autre".

20 Statistique Agricole de la France. Résultats généraux de l'enquête de 1929 – Paris, 1936. A.D.S.M.

21 Voir supra. IIème Partie. Chapitre VI.

22 Clarté. Numéro de mai 1925.

23 Des sondages effectués dans les archives de l'Enregistrement (bureau d'Avignon – communes d'Avignon – Bédarrides – Courthezon Sorges) montrent d'une part que la très grande majorité des baux enregistrés dans l'entre-deux guerres concernent des propriétés affermées à prix d'argent et d'autre part quelques cas, mais très peu nombreux, de passage du fermage à une formule de métayage. Mais alors, le partage se fait à 1/3 ou 2/5 pour le propriétaire et non plus à mi-fruit.

24 A.D.V. 7 M 8. On sait que le projet de statut du métayage, déposé en juillet 1937 sur le bureau de la Chambre des Députés, fut adopté par lui seulement le 31 mars 1939 mais qu'il ne vint jamais en discussion devant le Sénat.

25 Il y a divergence sur ce point entre les Services Agricoles et la Chambre d'Agriculture qui met à la charge du propriétaire "en général" la fourniture du train de ferme. Elle est plus sensible, il est vrai, aux intérêts des propriétaires et ses réponses tiennent compte des craintes que lui inspire le projet de statut du métayage.

26 Le principe de la corvée est maintenu, par le biais des "charrois qui seraient nécessaires pour le transport des matériaux employés aux réparations de la ferme". De même on trouve toujours des obligations de curage annuel des fossés, d'entretien des chemins, des clôtures, d'émondage des arbres. On y a ajouté "l'entretien des tonneaux, des cuves et autres vaisseaux vinaires".

27 Cela se produit, semble-t-il, assez fréquemment. Le directeur des Services Agricoles évoque "le cas de la culture maraîchère où, le plus souvent, c'est une collaboration très étroite, de véritables associés, qui unit le métayer au bailleur". Mais il faut pondérer cette appréciation par l'observation qu'en économie maraîchère le métayage est très peu répandu.

28 J'élimine les exploitations de moins de un hectare, toujours marginales et insignifiantes. Elles fausseraient les perspectives par la déviation qu'elles introduiraient dans les effectifs des exploitations agricoles : elles sont en effet 7194, soit 20 % du nombre total, pour 2725 hectares cultivés, soit 2 % du total.

29 Les 20 communes retenues se répartissent ainsi :
– à dominante de cultures maraîchères : Avignon – Cavaiilon – Pernes- Althen-les-Paluds – Puget – Puyvert.
– à dominante viticole : le Thor – Caumont – 3onquières – Saint- Hypolite – Uchaux – Violès.
– en polyculture : Gordes – Lacoste – Ménerbes – Oppède – Saint- Martin-de-la-Brasque – Entrechaux – Faucon.

30 L'enquête de 1929 a recensé à Cavaiilon 400 exploitations de un à trois hectares, et seulement 150 de trois à cinq hectares.
Dans les communes à dominante maraîchère, les chiffres sont à peu près équilibrés.

31 Un village vauclusien sous la Troisième République. Op. cit., p. 400.

Table des illustrations

Titre Répartition de la propriété. Cadastre 1930-1940. Résultats d'ensemble
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre RESIDENCE DES PROPRIETAIRES. Résultats d'ensemble 1930-1940
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Les exploitations agricoles en 1929
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540