Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Troisième partie. L'agriculture vauclusienne de l'entre deux guerres : une réussite économique et sociale

Chapitre III. Vieillissement et renouvellement calculé de la population paysanne

Texte intégral

1L'étude des faits de population pour la période de l'après-guerre devient plus difficile du fait d'une documentation centralisée qui se fait plus indigente. Depuis 1906, en effet, les informations statistiques sur les naissances et les décès, à partir desquelles j'ai pu tenter une analyse du mouvement naturel de la population paysanne et cerner d'assez près les mouvements migratoires, font défaut. Il ne reste donc que les recensements quinquennaux, et la possibilité de faire des études monographiques, en utilisant les listes nominatives des recensements et les données de l'état-civil conservées dans les mairies. Mais le travail matériel est tel qu'il faut bien se limiter... Je me dois donc d'informer d'entrée de jeu sur le caractère imprécis de cette étude et d'adopter une attitude de prudence quant aux interprétations des données statistiques que je peux exploiter.

I – LE BILAN DE LA GUERRE

  • 1 On peut même penser que la mortalité de guerre a été en Vaucluse au plus égale à la moyenne nationa (...)
  • 2 Mémoire de Maîtrise par Colette Brivet, sous ma direction. Université de Provence, 1976.
  • 3 Archives Communales de Vacqueyras et Althen-les-Paluds. Pour ce dernier village, les naissances enr (...)
  • 4 Voir supra. 2e Partie. Chap. IV.

2La guerre a empêché que soit maintenue la périodicité quinquennale des recensements : de 1911 à 1921, il s'est passé bien des événements aux incidences lourdes sur la démographie. Plus de quatre années caractérisées par une effroyable surmortalité et une inévitable et forte réduction des naissances ne permettent cependant pas d'expliquer totalement la dépopulation qu'on constate dans la population rurale vauclusienne. En effet, de 1911 a 1921 la population de la France recule de 5 % et celle du Vaucluse de 8 %, alors qu'il n'y a pas de raison que la guerre ait pesé plus lourd en Vaucluse1. Par ailleurs, si l'on fait dans le Vaucluse la distinction entre population rurale et population urbaine, les taux de décroissance sont respectivement de 13 et 4 %. Même si l'on admet – ce qui n'est d'ailleurs pas certain – que les paysans massivement mobilisés dans les unités combattantes ont payé un tribut particulièrement lourd à la guerre, on ne peut rendre compte par ce seul fait d'un écart aussi important dans l'évolution de la population rurale et urbaine. Je dispose pour trois communes rurales, Beaumes-de-Venise2, Vacqueyras et Althen-les-Paluds3, des données de l'état civil, ce qui me permet, connaissant la population de ces communes par les recensements, de calculer le solde des mouvements migratoires4 et de pénétrer de façon précise dans les mécanismes d'évolution quantitative de la population. Dans les trois villages, le recensement de 1921 accuse une baisse de la population, modérée pour Vacqueyras où elle représente 4,2 % de la population, sensible à Beaumes où elle est de 8 % et forte à Althen où elle atteint 10,4 %. Curieusement, c'est à Althen que le déficit des naissances sur les décès est le plus faible et si l'on décompose à cet égard la décennie 1911-1920 en trois périodes – l'avant-guerre jusqu'à la fin 1914, les années de guerre 1915-1918 et l'immédiat après-guerre, 1919-1920- on s'aperçoit que seules les années de guerre ont été déficitaires. Althen est un village qui conserve un taux de natalité relativement élevé, où la guerre se trouve avoir modérément frappé, mais elle a favorisé – à tout le moins elle n'a pas empêché – un mouvement d'émigration important, et l'on peut calculer qu'il arrive à un total de 83 personnes. La situation est différente à Beaumes et à Vacqueyras, où les naissances sont déficitaires aussi bien avant et après que pendant la guerre, mais où la surmortalité de la guerre et la baisse de la natalité sont partiellement compensées par un solde positif des mouvements migratoires. Dans ces villages, il est probable qu'il y a encore des départs, mais les besoins de l'économie, c'est-à-dire de la vigne, attirent des hommes en plus grand nombre.

3Les monographies communales ont le mérite de mettre en évidence la diversité et la complexité des situations démographiques créées par la guerre. Ce qu'il faut en retenir, c'est que la guerre, tout en réalisant les conditions d'un dépeuplement exceptionnel, n'a pas interrompu les mouvements migratoires et même, dans certains cas, les a stimulés. C'est ce qui apparaît clairement quand on calcule les taux cantonaux de dépeuplement de 1911 à 1921. Dans les cantons où l'exode rural était le plus intense avant 1914, le dépeuplement est le plus fort : la population rurale perd 23 % dans le canton de Sault, 20 % dans les cantons de Malaucène, Mormoiron et Valréas, 18 % dans le canton de Gordes, 17 % dans celui de Bonnieux. Toutes les situations ne sont pas claires, puisque le canton de Cadenet perd 19 %, ce qui est plutôt inattendu étant donné son évolution économique. Mais il ne fait aucun doute que, dans tous ces cantons, la surmortalité et la dénatalité de guerre ont été relayées et amplifiées par un courant d'émigration qui paraît – il est impossible d'aller au-delà d'une hypothèse – plus fort qu'il ne l'était depuis la fin du xixe siècle. A contrario de cette évolution négative, il est remarquable que dans les cantons les plus engagés dans le processus de modernisation la dépopulation est limitée : il en est ainsi à l'Isle qui ne perd que 7 %, à Cavaillon où le recul est de 8 %, à Carpentras où il est de 9 %. Et l'on doit noter les bonnes performances des cantons de Beaumes et de Pernes, plus tard venus que les précédents à la spécialisation viticole et maraîchère, dont la population recule de 10 à 12 %. Il est très vraisemblable que dans ces pays le solde des mouvements migratoires pendant les années 1911-1920 n'est que faiblement négatif et nous avons vu avec les exemples de Beaumes et Vacqueyras que dans certains villages il était même positif.

4Par conséquent l'étude des faits démographiques confirme que la guerre n'a pas désorganisé les systèmes agricoles modernises au point d'en détacher les hommes qui avaient engagé l'entreprise de modernisation. Il est même très vraisemblabe que des arrivées de nouveaux bras se sont produites dans les pays concernés par la modernisation de l'agriculture. Par contre, dans les pays attardés dans une polyculture traditionnelle on a été sensible à l'appel de main-d'œuvre que constituait l'économie de guerre, à Marseille, à Avignon et dans sa banlieue – la poudrerie de Sorgues, pour ne citer que cet exemple, a considérablement développé ses productions. On peut dire, en définitive, que la guerre a agi sur les paysans vauclusiens comme un révélateur de leur condition et de leurs perspectives. Elle n'a pas été subie passivement mais bien au contraire elle a consolidé les attitudes antérieures et accentué les tendances qui s'en dégageaient. Elle apparaît de ce fait comme une transition importante, préparant une évolution plus tranchée qu'au cours de la période antérieure.

II – POPULATION RURALE ET POPULATION PAYSANNE. UNE ÉVOLUTION DIVERGENTE

5Il se trouve que les communes composant l'échantillon à partir duquel je m'efforce d'atteindre la population paysanne ont enregistré de 1911 à 1921 une baisse de leur population du même ordre de grandeur que celle de la population rurale. C'est donc en réalité à partir de 1921 que mon échantillon suit une évolution divergente de celle de la population rurale. L'écart n'est pas très important, deux points d'indice en 1926, quatre en 1936 et il ne me paraît pas être de nature à dévaloriser toute analyse de portée générale tentée à partir de cet échantillon. J'ai déjà dit la difficulté qu'il y avait à constituer un tel modèle, valable pour plus de trois quarts de siècle et je fais le constat qu'après la guerre de 1914 les communes qui le composent cèdent en grand nombre à la pente du dynamisme, dont l'incidence démographique n'est apparemment pas niable. Mais la question essentielle est de savoir si c'est bien la population paysanne qui en tire bénéfice. Ne l'oublions pas, telle qu'il nous est possible de la reconstituer elle évolue depuis 1891 à un étage inférieur à celui de la population globale de l'échantillon.

6Cette évolution est confirmée, même elle s'accuse : la population paysanne reconstituée continue à régresser, alors que la population globale où elle s'inscrit effectue une remontée qui n'est pas négligeable... Dynamisme économique, c'est un fait indiscutable, mais ses retombées démographiques sont beaucoup moins claires qu'il ne paraît à première vue. Alors que la population globale de l'échantillon est en décroissance de 9 % de 1911 à 1926, le nombre de ménages d'agriculteurs enregistre une baisse de 11 % et la population agricole reconstituée accuse une perte de 12 %. Pour les dix années suivantes, la population globale gagne 1 %, mais les ménages d'agriculteurs et la population agricole perdent encore 2 %. Ces données chiffrées mettent en évidence le jeu conjugué de deux facteurs explicatifs du recul persistant de la population agricole : la disparition de ménages, c'est-à-dire de cellules d'activité économique, et le retrécissement de la taille des ménages, qui nous introduit lentement mais de manière irréversible dans un nouveau type de civilisation.

7La régression du nombre des ménages est un effet, naturellement retardé, du vieillissement de la population. Elle doit être mise en relation, également, avec l'exode rural mais de manière plus incertaine car les départs concernent plus souvent des individus que des familles et c'est à terme – d'échéance bien sûr imprévisible – qu'ils compromettent la vie des ménages, notamment lorsque les parents qui ont dû se résigner au départ de leur fils arriveront au bout de leur existence, sans avoir pu assurer le maintien par leur descendance de leur patrimoine. Par ailleurs, nous savons que dans les secteurs modernisés de l'agriculture, des arrivées se produisent et elles donnent lieu fréquemment à la constitution de familles nouvelles. Ce qu'on peut dire, c'est que l'après-guerre additionne les effets négatifs du vieillissement de la population et de l'exode rural, d'où la baisse du nombre des ménages et au-delà de ce concept administratif la baisse du nombre des familles paysannes. Il est d'ailleurs remarquable que ce processus, continu de 1921 à 1936, ne souffre qu'une exception : dans les communes d'économie maraîchère, il arrive assez fréquemment – c'est le cas à Lauris, Althen, Loriol et Velleron – que le nombre de ménages d'agriculteurs se maintienne, voire progresse légèrement. Comment ne pas mettre ce fait en rapport avec l'intensification du système de production, qui permet d'accroître le nombre des unités de production – cadre de l'activité d'un ménage – sans réduire pour autant le revenu des exploitants ? Un cas particulier doit encore être signalé, celui de Châteauneuf-du-Pape. Mais là, le nombre des ménages d'exploitants reste stable, alors qu'augmente fortement celui des salariés, et il est clair que c'est une conséquence de la réussite exceptionnelle que connaît le vignoble châteauneuvois. Partout ailleurs, quel que soit le degré de modernisation de l'agriculture, on assiste à un repliement du groupe paysan dans la population rurale. Ce repliement est accusé par la baisse de l'effectif moyen d'un ménage, évolution qui vaut d'ailleurs pour la population rurale dans son ensemble.

  • 5 De Réparaz (op. cit. p. 160) note une évolution comparable à Saint-Christol, où pourtant le process (...)

8Que signifie ce rétrécissement de la dimension des ménages ? Nous l'approchons par une démarche statistique qui permet de dégager une tendance mais bien sûr ne nous informe pas sur les facteurs et aspects du processus lui-même. Le vieillissement de la population rurale conduit à accroître le nombre des ménages qui ne rassemblent plus qu'un couple dans la phase ultime de son existence, de même que la baisse de la natalité intervient de manière évidente. Mais il faut aussi tenir compte, et c'est le fait nouveau à mes yeux le plus important, de l'aspiration des jeunes couples à se constituer en ménage distinct de celui des parents. Il y a là un désir d'indépendance qui doit être mis en relation avec l'élévation du niveau de vie car c'est l'assurance d'un revenu monétaire relativement important qui permet que s'exprime l'aspiration à l'autonomie des jeunes couples5. Mais il faut voir aussi que la réalisation progressive d'une nouvelle structure familiale, même si elle n'est pas incompatible avec un travail effectué en commun, sur une seule exploitation, prépare des comportements collectifs nouveaux, favorise sur tous les plans – dans le travail, dans les loisirs – le processus de modernisation. Pour revenir à l'étude démographique, il me paraît évident que cela développe l'individualisme qui entretient, lorsqu'il ne l'accentue pas, la réduction de la natalité.

  • 6 Le cas le plus classique est celui du fils de paysan devenu fonctionnaire par voie de concours dès (...)

9L'évolution divergente de la population rurale et de sa principale composante, la population agricole, nous conduit à nous interroger sur les catégories socio-professionnelles qui accroissent leur importance dans la population rurale. Il faut relever un fait qui apparaît dans le recensement de 1936 : des retraités figurent sur les listes nominatives de douze communes de l'échantillon, et j'ai ainsi dénombré 134 ménages de retraités. S'agit-il de retraités ayant des attaches familiales et patrimoniales avec le village où ils se sont retirés ou de personnes qui y viennent, attirées par l'agrément d'un site ? Je penche pour la première hypothèse, qui me paraît dans la logique du caractère promotionnel qu'a toujours eu pour partie l'exode rural. On voit bien comment des gens, d'origine paysanne et devenus fonctionnaires par des itinéraires d'ailleurs très divers6, décident de revenir au terme de leur carrière dans le village de leur enfance, où ils ont généralement conservé des biens immobiliers et des attaches familiales et sentimentales. Il s'agit alors de retours, au-delà de la vie active, et ils constituent un facteur de vieillissement de la population. En 1936 ce phénomène commence à prendre une importance certaine et il contribue par ailleurs à rapprocher dans le mode de vie les villages des villes.

  • 7 A.D.V. 6 M 114.

10On doit aussi être attentif au développement des activités du secteur tertiaire liées à la modernisation de l'agriculture. A lire attentivement les listes nominatives du recensement de 1936 on repère des professions pour certaines nouvelles, pour d'autres plus densément représentées. Il en est ainsi des courtiers et transporteurs dans les villages d'économie maraîchère, des cavistes et négociants dans les villages du vin et de manière plus générale des marchands d'engrais et de produits chimiques, des mécaniciens qui témoignent de la diffusion précoce de l'automobile dans les campagnes vauclusiennes. Assez souvent ces métiers n'exigent pas une formation professionnelle préalable précise et rigoureuse, ils s'apprennent "sur le tas" et proposent ainsi des reconversions sur place à des agriculteurs. C'est vrai particulièrement pour les activités commerciales et de transport, qui exercent une attration d'autant plus forte qu'elles assurent – ou ont la réputation d'assurer – des revenus supérieurs à ceux des paysans, en même temps qu'elles n'imposent pas un travail aussi rude... Il est certain que ces métiers ont permis des réussites spectaculaires et qu'ils constituent un élément important de diversification des catégories socioprofessionnelles dans les villages. Au Thor on relève en 1936, quatre négociants, six expéditeurs et deux courtiers, mais encore quatre grainetiers – car à côté du raisin de table les cultures pour graines sont bien représentées – et même deux comptables. Ils sont trois à Châteauneuf-du-Pape, où l'on trouve cinq négociants et deux courtiers en vins, mais aussi quatre entreprises de camionnage et douze cavistes, employés dans les chais des plus gros viticulteurs7. On observe enfin une croissance non négligeable des professions du secteur public et para-public, notamment dans l'enseignement, les contributions indirectes et les transports ferroviaires, dont l'activité est d'ailleurs inséparable de la croissance des productions maraîchères. En dernière analyse, la légère croissance de la population rurale est bien liée pour l'essentiel au dynamisme de l'économie agricole, mais de manière indirecte. Il est nécessaire de souligner que la croissance de l'agriculture ne mobilise pas, bien au contraire, une force de travail plus importante.

III – LES MOUVEMENTS MIGRATOIRES. FORTE PROGRESSION DE L'IMMIGRATION ÉTRANGÈRE

  • 8 On ne peut d'ailleurs pas tout s'expliquer, ni la forte émigration à Althen pendant la guerre, ni c (...)
  • 9 Cf. mon étude :
  • 10 Le critère du lieu de naissance est bien sûr imprécis, en ce sens qu'il ne nous informe pas sur la (...)
  • 11 Plusieurs des ouvriers agricoles de souche châteauneuvoise occupent des postes de responsabilité et (...)
  • 12 Il n'y a pas de ségrégation au village, sinon dans l'habitat : les ouvriers vivent dans le vieux vi (...)

11Il ne suffit pas d'observer la baisse de la force de travail humain dans l'agriculture, il convient de s'interroger sur sa composition. Nous savons en effet que tout à la fois se poursuit l'exode rural et se produisent des arrivées et les études précises conduites sur Althen-les-Paluds, village d'économie maraîchère, Beaumes-de-Venise et Vacqueyras, villages où s'impose la viticulture de qualité, montrent que pour l'ensemble de la période de l'entre-deux guerres le solde des mouvements migratoires est nettement positif, ce qui signifie que les arrivées sont plus nombreuses que les départs8. Au sein de la population rurale ce phénomène vaut bien sûr pour la population paysanne et l'on est fondé à s'interroger sur la part que représentent respectivement les autochtones et les immigrés. Démarche d'ailleurs difficile car elle exige des comptages très longs, sur des données administratives elles-mêmes imprécises ou ambiguës. A titre d'exemple, je livre les résultats du travail que j'ai effectué sur Châteauneuf-du- Pape, précisément parce que c'est le village où la croissance de la population est si forte qu'elle ne peut s'expliquer que par une interrogation sur sa composition9. De 1921 à 1936 le village a vu sa population passer de 1108 à 1452 habitants, soit une augmentation record de 30 %. Naturellement le succès précédemment analysé du vin de Châteauneuf explique cette spectaculaire croissance, qui résulte de toute évidence d'un solde des mouvements migratoires massivement positif. Il y avait dans la commune 97 étrangers en 1911, 171 en 1926 et ils sont 255 en 1936. Dans l'intervalle certains ont pu repartir, mais c'est un mouvement qui ne peut être que très faible, sans commune mesure avec celui des naturalisations que je n'ai malheureusement pu évaluer. Indiscutablement, l'immigration étrangère et sa consolidation par le fait juridique de la naturalisation – témoignage éclatant de l'assimilation des éléments étrangers – ont joué un rôle de premier plan dans la croissance de la population. La plupart des étrangers travaillent comme salariés dans la viticulture, et l'on observe une forte augmentation des salariés agricoles : de 142 en 1926 ils passent à 188 en 1936. Au sein de la population agricole, ils constituent la catégorie dynamique et il est logique de s'intéresser à leur origine. C'est pourquoi j'ai recherché sur la liste nominative du recensement de 1936 le lieu de naissance de tous les salariés agricoles domiciliés dans la commune10. Quinze ouvriers agricoles, soit seulement 8 %, sont nés à Châteauneuf et ce chiffre est si faible qu'il donne à penser que certains ouvriers agricoles de souche locale ont émigré11. Trente-neuf, soit 21 %, sont nés dans le département de Vaucluse et ce mouvement de population n'appelle aucun commentaire. Il n'en est pas de même pour les 62 ouvriers qui sont nés dans un autre département : ils représentent 33 % du total et c'est beaucoup. Ils apportent la preuve qu'il existe un appel de main-d'œuvre vers le vignoble châteauneuvois et l'on sait que les départements qui y répondent sont pour l'essentiel ceux du Massif Central et des Alpes, tout particulièrement l'Ardèche. Quant aux ouvriers nés dans un pays étranger, Italiens et Espagnols à part presqu'égale, ils sont 72 soit 38 % du total. On recueille ainsi l'image d'un prolétariat agricole au sens moderne du terme, sans racines locales, et si son assimilation sous l'angle de la langue et du genre de vie ne pose pas de problème, ses possibilités de promotion paraissent très limitées si l'on en juge par la recherche des lieux de naissance des exploitants agricoles : 90 d'entre eux, soit 62 % du total, sont nés à Châteauneuf et 31, soit 21 %, dans le département. Quatre seulement sont d'origine étrangère et vingt sont nés dans un autre département. La prééminence d'un noyau châteauneuvois, qui vraisemblablement s'ouvre à des gens de l'extérieur essentiellement par la voie du mariage des filles, fait contraste avec l'accueil d'une main-d'œuvre provenant des horizons les plus variés12.

  • 13 Il est à noter que de 1926 à 1936 l'écart entre le pourcentage des étrangers dans la population urb (...)

12Il n'est pas question d'étendre à l'ensemble du Vaucluse le modèle châteauneuvois. II faut cependant en retenir que les mouvements migratoires s'effectuent toujours dans les deux sens et que la réussite de l'agriculture vauclusienne exerce une incontestable attraction sur les populations rurales des régions de montagne voisines. L'immigration étrangère exerce une fonction de régulation, c'est elle qui bouche les trous qu'ouvrent les départs et couvre les besoins de main-d'œuvre que fait surgir la modernisation de l'agriculture. On peut d'ailleurs prendre une vision assez précise de cette immigration à partir des recensements de population qui distinguent toujours les étrangers. Le tableau qui présente par canton la répartition des étrangers dans la population rurale en 1911, 1926 et 1936 est d'une interprétation facile, si l'on admet que leur activité professionnelle s'exerce pour l'essentiel dans le secteur agricole. C'est après la guerre que l'immigration étrangère prend sa signification économique : elle a doublé de 1911 à 1926, pour atteindre 5,4 % de la population rurale alors que celle-ci – dont nous avons déjà souligné le vieillissement – n'a pratiquement pas bougé. Dix ans plus tard, alors que la crise a sérieusement ralenti l'immigration, alors que les naturalisations ont été nombreuses, les étrangers représentent 6,3 % de la population rurale13 : le recours à la main-d'œuvre étrangère est donc de plus en plus nécessaire à la croissance de l'agriculture vauclusienne. Entendons-nous bien, cela ne signifie pas que les agriculteurs augmentent en nombre absolu leur force de travail humain, mais que les étrangers répondent tout à la fois au vieillissement de la population, au recul de la natalité et à la persistance d'un exode rural que nous ne pouvons malheureusement pas évaluer...

  • 14 L'existence de secteurs industriels en milieu rural gonfle les pourcentages d'étrangers dans des ca (...)

13La distribution spatiale des étrangers est en gros conforme aux lignes de force de l'évolution économique. Leur pourcentage dans la population rurale de chaque canton présente, bien entendu, des inégalités, mais l'on observe sans surprise que les plus forts pourcentages, au-delà de la moyenne départementale, se rencontrent dans les cantons où l'agriculture est la plus évoluée, la plus exigeante en force de travail. A dire vrai, il y a bien quelques bizarreries apparentes, qu'il s'agisse du score élevé que réalisent les étrangers dans les cantons d'Apt et de Gordes ou de leur petit nombre à Pernes et même Cavaillon. Dans le premier cas, l'exploitation des ocres à Gargas, Lioux et Roussillon surajoute à la main-d'œuvre agricole une main-d'œuvre industrielle qui fausse le calcul14. S'agissant de Pernes et de Cavaillon, l'explication est plus malaisée. Peut-être tient-elle à la réussite économique de ces pays, qui retiendrait jusqu'aux salariés de souche locale assurés d'y trouver un travail plus régulier et mieux rémunéré ? Au-delà de ces variations et des explications qu'on peut leur proposer, ce qui me paraît le plus remarquable c'est justement la faiblesse des écarts entre les pourcentages cantonaux et de ce fait la diffusion de l'immigration étrangère sur tout le territoire vauclusien. C'est dans les pays de transition vers l'ensemble alpin : cantons de Malaucène, Sault, Vaison et Valréas qu'elle pénètre le moins. Partout ailleurs, son caractère latin facilite son adaptation. Celle-ci se vérifie par les naturalisations, dont je ne peux donner qu'une approche impressionniste. Il suffit de lire les listes nominatives pour repérer les noms de consonance italienne – plus rarement espagnole car l'immigration ibérique est plus récente – mentionnés de nationalité française et acquérir par là la conviction que nombreux parmi les immigrants de la première vague ont demandé et obtenu la nationalité française. Il est plus difficile de savoir si cette mutation s'est accompagnée d'un changement de statut social, mais il est certain qu'avant 1939 un nombre non négligeable d'immigrés s'étaient élevés à la condition d'exploitant agricole, le plus souvent en tant que fermiers et métayers, parfois aussi par la voie du mariage avec la fille d'un exploitant français. On peut, sans risque, dire de l'immigration qu'elle reçoit la sanction rapide et positive de l'assimilation, même s'il est vrai que celle-ci n'efface pas automatiquement les inégalités sociales qui sont à la source même de l'immigration.

IV – LE VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION PAYSANNE

  • 15 Le taux de natalité pour les années 1926-30 est de 16,9 % à Athlen, de 13,3 % à Beaumes et de 12,9  (...)
  • 16 De Réparaz (op. cit.) fait la même observation pour Saint-Christol.
  • 17 Supra. 1ère Partie. Chap. II.

14L'immigration, étrangère ou non, est généralement le fait d'éléments jeunes. Elle a donc une incidence sur les faits de natalité et la structure d'âge de la population, mais elle est trop limitée pour pouvoir modifier – sauf cas d'espèce – les tendances qu'imposent conjointement la dénatalité et l'exode rural. De même qu'il ne nous est pas possible de mesurer celui-ci, nous devons renoncer à calculer après 1906 le taux de natalité de la population rurale. Les calculs effectués pour Althen-les-Paluds, Beaumes-de-Venise et Vacqueyras apportent des indications intéressantes par leur convergence : au-delà des différences de comportement qui font qu'Althen a un taux de natalité supérieur à celui de Beaumes et Vacqueyras15, il est remarquable que, par rapport à l'avant-guerre, les années 1920 et plus encore 1930 accusent un fléchissement sensible de la natalité16. Aucun doute n'est possible, le processus de réduction volontaire des naissances, déjà observé avant guerre, se poursuit et même s'amplifie. On peut prendre une vision précise de ses effets, conjugués avec ceux de l'allongement de durée de la vie, par l'analyse de la pyramide des âges construite en 1936 pour les mêmes communes où je l'avais réalisée en 186117. La superposition des deux images, pour toutes les communes retenues, montre à l'évidence que d'une date à l'autre on est passé d'une structure où une forte natalité assurait sans problème le renouvellement de la population à une autre où le dépérissement de la communauté est déjà engagé ou bien ne tardera pas à l'être. Ceci posé, il convient de voir les choses de plus près et d'observer les différences en fonction des situations économiques.

  • 18 A.D.V. 6 M 79 (Bédarrides) et 6 M 169 (Mormoiron).
  • 19 Dans la liste nominative du recensement de 1936, on dénombre à Bédarrides 52 ouvriers et 43 ouvrièr (...)
  • 20 La dimension moyenne d'un ménage en 1936 à Mormoiron atteint à peine 3, alors qu'elle est de 3,4 à (...)

15Bédarrides et Mormoiron présentent deux structures d'âge vivement opposées. A Bédarrides, la base de la pyramide reste large, même si l'on observe qu'elle se rétrécit depuis les années 1920. La brutale réduction des naissances imposée par la guerre apparaît nettement, pour la tranche d'âge des 15-20 ans, elle est masquée pour les 20-25 ans vraisemblablement par des apports extérieurs et ce sont eux également qui expliquent la remarquable stabilité des couches d'âge plus élevées, définissant une population active particulièrement importante. Les personnes âgées sont nombreuses certes, mais n'écrasent pas de leur masse les actifs : au total, l'image d'une maturité vigoureuse, d'un équilibre entre les grandes périodes de la vie que compromet à peine l'évidente tentation du malthusianisme démographique. A contrario, c'est l'image d'une pyramide dangereusement rétrécie, au déséquilibre aggravé par la dénatalité de guerre que nous propose Mormoiron. Une population active anémiée par des départs massifs, qui s'étale à l'approche de la vieillesse, témoignant ainsi pour le présent mais aussi pour l'avenir proche d'un vieillissement inquiétant. Depuis 1861, la mutation est impressionnante, bien plus que pour Bédarrides. Mais pour ces deux gros bourgs, chefs-lieux de canton, l'évolution économique a été très différente. En 1861, pour 3 003 habitants on dénombrait à Bédarrides une population agricole de 2 383 personnes, soit 79 % de la population totale, et il y avait à Mormoiron pour 2511 habitants 77 % de population agricole – 1 929 personnes18. Certes, les systèmes de production n'étaient pas les mêmes, mais l'agriculture était dans les deux cas l'activité prédominante. En 1936, Bédarrides a perdu 37 % de sa population et ne compte plus que 1881 habitants, parmi lesquels les agriculteurs et leurs familles ne représentent que 40 %. Ils sont encore 60 % de la population de Mormoiron, mais elle est tombée à 967 habitants, perdant 61 % de ses effectifs de 1861. Bédarrides entre pour une bonne part de son terroir dans l'aire d'appellation viticole Châteauneuf-du-Pape, mais ce n'est que le facteur second de la bonne tenue démographique du bourg qui participe à l'industrialisation de la région avignonnaise19 et c'est sans aucun doute le facteur décisif. A contrario, Mormoiron a réduit son territoire agricole, ses paysans concentrant leurs efforts sur un vignoble auquel ils s'efforcent de donner un label de qualité. Cela s'accompagne d'une attitude malthusienne, considérée, et ce n'est pas un mauvais calcul, comme le meilleur moyen de préserver le bénéfice d'une modernisation agricole toujours incertaine de ses résultats. Beaucoup des parents de ceux qui sont partis depuis les années 1880 sont encore en vie, et certains des émigrants reviennent, puisqu'on compte dix ménages de retraités20. Rien d'étonnant si, dans ces conditions, la pyramide des âges devient cylindrique...

16Entre ces deux extrêmes, les autres communes retenues proposent des situations intermédiaires. Dans toutes, la tendance à la restriction des naissances est observable, de même que l'incidence néfaste de la guerre et ces deux phénomènes, bien sûr, inquiètent pour l'avenir. C'est à Cheval-Blanc que la situation paraît la plus saine, mais le renflement de la pyramide dans les tranches d'âge de 25 à 35 ans montre que les éléments positifs de la démographie locale – qui peuvent d'ailleurs relever le taux de natalité – sont d'origine externe, car on ne peut l'expliquer que par des arrivées, justifiées d'ailleurs par la rapide progression de l'économie maraîchère. C'est une situation voisine que l'on trouve à Camaret : dans ce village d'immigration ancienne – en 1911 on y comptait 149 Italiens, pour une population de 1 785 habitants, attirés par l'agriculture mais aussi par les moulinages de soie – il semble que la natalité résiste mieux, mais le poids du "troisième âge" est bien lourd. On est quelque peu surpris de voir qu'à Lauris la base se rétrécit dangereusement, alors que la réussite agricole semblerait autoriser un comportement devant la vie plus généreux, et l'on est franchement inquiet devant le déséquilibre de la pyramide de Lapalud, qui n'est pourtant pas un village déshérité... La dimension moyenne d'un ménage n'y est que de 2,80, triste record résultant à la fois d'un comportement malthusien et d'un vieillissement accusé, qui vient de loin et que renforce encore le phénomène des retraités, particulièrement nombreux puisqu'ils forment 28 ménages. Ils constituent en quelque sorte l'effet boomerang de l'exode rural. Plus attendues sont les formes usées des pyramides de Bonnieux et Visan, où l'agriculture qui n'est relayée par aucune autre activité dynamique poursuit laborieusement une évolution certes positive, mais qui dans le contexte général ne peut conduire à l'expansion démographique.

  • 21 Cf. mon étude :

17Au total, c'est une impression de pessimisme et d'inquiétude pour l'avenir qui se dégage de l'analyse des pyramides des âges en 1936. Si une lueur d'espoir est permise, elle vient de la population immigrée et j'ai pu le vérifier en faisant apparaître sur la pyramide des âges de Châteauneuf-du-Pape la part qui revient aux étrangers21. En 1936 ils sont 247 sur un total de 1 452 habitants – soit 17 % ce qui est une proportion record – et l'on voit bien qu'ils constituent une population jeune, nettement plus jeune que la population autochone, à lire le tableau ci-dessous :

  • 22 Parmi les immigrants italiens, il peut y avoir des antifascistes, de même que les républicains espa (...)

18Il est normal qu'une population immigrée se distingue par sa jeunesse car l'immigration est avant tout dictée par des mobiles économiques22, mais ici le contraste est vif avec la population indigène et il semble que lorsqu'ils s'installent et fondent une famille, cas fréquent, les étrangers conservent une attitude nataliste qui accentue et prolonge le contraste, d'autant plus que lorsqu'ils acquièrent la nationalité française les immigrés ne changent pas de comportement. D'une certaine manière, la fonction régulatrice qu'a prise l'immigration pour résoudre les problèmes de main-d'œuvre constitue une incitation pour les paysans vauclusiens à persévérer dans leur individualisme et leur comportement malthusien. Attachée à son niveau de vie, attentive à le préserver, la paysannerie vauclusienne ne vise plus guère qu'à sa reproduction, mais on sait que c'est un calcul illusoire, d'autant plus qu'elle est très imbriquée dans la société urbaine et qu'elle continuera à subir son attraction, d'où de nouveaux départs prévisibles. Son avenir dépend donc, dans une large mesure, de l'accueil qu'elle réservera et de la place qu'elle fera aux travailleurs extérieurs à elle-même, qu'elle sollicite pour accomplir les tâches économiques auxquelles elle ne peut plus suffire par elle seule.

V – DIVERSITÉ ET PERSPECTIVES DE L'ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE

19Mais la réalité vauclusienne est faite de diversité, et les conclusions auxquelles nous parvenons doivent être nuancées en fonction même de cette diversité, que nous nous efforçons d'atteindre et de préciser dans le cadre des cantons. On peut regretter que, à ce niveau de l'analyse, nous n'ayons d'autres données statistiques que la population rurale, mesure incertaine puisque nous avons noté qu'elle évolue sur un registre différent, plus élevé que celui de la population agricole. Mais nous avons observé également que pour l'essentiel les catégories socio-professionnelles qui sont gagnantes dans la population rurale après la guerre sont indissociables de la modernisation de l'agriculture : l'évolution de la population rurale nous informe donc sur l'économie agricole et son dynamisme. Une dernière vérification peut être faite avec la population agricole des communes composant l'échantillon. De 1911 à 1936 pour l'ensemble de l'échantillon elle régresse de 14 %, mais si l'on effectue les calculs pour chaque commune, une grande dispersion apparaît, que l'on peut organiser en trois types d'évolution : les communes dont la population agricole progresse par rapport à 1911 – celles où elle recule moins fortement que pour l'ensemble de l'échantillon – celles où le recul est supérieur à celui de l'échantillon pris globalement. Dans le premier type se retrouvent Châteauneuf-du-Pape, Loriol, Lagnes et Le Thor, c'est-à-dire des villages pleinement engagés dans les spéculations agricoles les plus fructueuses. Le second type rassemble Caumont, Gigondas, Rasteau, Mormoiron et Velleron et, là aussi, la vigne et les cultures maraîchères s'imposent. La seule réserve qu'on est amené à faire concerne Mormoiron, mais la chute avait été si forte qu'elle devait au moins être freinée pour que la mise en valeur du terroir puisse se poursuivre. C'est le troisième type d'évolution qui est le plus hétérogène dans sa composition, puisque s'y rencontrent des communes aussi dissemblables que Lauris et La Bastide-des- Jourdans, l'une largement ouverte sur la Vallée de la Durance, l'autre isolée sur le Luberon. Il apparaît en tout cas que la modernité ne protège pas automatiquement contre la dépopulation agricole, c'est le cas de Lauris, mais aussi de Camaret, Caromb et Bédarrides. Ces trois types d'évolution ne peuvent manquer de se retrouver dans le cadre cantonal, au plan de la population dite rurale, même si leur repérage est plus malaisé parce que les associations de communes que réalisent les cantons atténuent les différences.

20Deux cantons dépassent en 1936 le niveau de 1911 pour leur population rurale, Cavaillon et l'Isle, tandis que ceux de Carpentras, Pernes, Bédarrides, Beaumes, Orange et Pertuis perdent moins que l'ensemble de la population rurale du département. On est ici dans les zones privilégiées où triomphent les spécialisations agricoles, qui justifient parfois la création de nouvelles exploitations, créent de nouveaux besoins de main-d'œuvre. Il s'y produit encore des départs – que nous ne pouvons chiffrer – provenant de milieux sociaux incertains de leur avenir – car la réussite n'est pas évidente pour tous – ou bien répondant à un désir de promotion sociale favorisé par l'école et que l'exploitation familiale est incapable de proposer. Ces départs sont irréversibles – tout au moins dans la période dite de vie active – mais ils appellent des arrivées, qui, elles, sont nécessaires à la dynamique de la croissance. Et ce sont précisément ces cantons qui présentent le plus fort pourcentage d'étrangers dans leur population, sans compter les immigrants de l'intérieur du territoire national. C'est là aussi que les perspectives démographiques sont les moins sombres.

21Tous les autres cantons enregistrent une baisse de leur population rurale supérieure au score départemental. C'est une chute libre pour Sault et Apt qui perdent respectivement 31 et 27 %, et elle est encore très forte pour Malaucène et Valréas avec 23 %. Dans ces cantons où la montagne est présente et que l'évolution économique isole et condamne à être de plus en plus marginaux – ou, si l'on veut, de moins en moins "vauclusiens" – il est logique que se poursuive l'hémorragie des hommes, la guerre ayant joué ici pleinement son rôle de révélateur. L'irréversibilité confirmée de l'exode rural – que nulle arrivée ne vient compenser – traduit l'impuissance des hommes à surmonter autrement que par des départs massifs les contraintes et duretés des conditions naturelles, qui deviennent d'autant plus insupportables que les régions voisines étalent leur réussite. Moins forte est la saignée à Gordes et Mormoiron qui sont dans l'après-guerre sur un palier. Réaction positive, qui s'explique pour une part par l'intensité du dépeuplement avant 1914 – il était de l'ordre de 40 % depuis 1861 – et pour une autre par la diffusion, lente mais porteuse d'espoir, des progrès agricoles, vigne et arbres fruitiers. Les cantons de Bonnieux, Cadenet, Pertuis, Bollène et Vaison connaissent eux aussi ces progrès, sous des formes plus complexes, mais ils doivent consentir de nouveaux allègements de population, qui persistent jusqu'en 1936. Ainsi, à un même objectif de croissance économique concourent deux comportements démographiques distincts, qui visent l'un et l'autre à établir un nouvel équilibre entre les hommes et la terre. Des hommes continuent à partir, plus ou moins, et ceux qui restent calculent plus rigoureusement qu'avant leur descendance et son coût, l'immigration assurant en cas de besoin sa fonction régulatrice.

  • 23 Ce phénomène explique l'importance des friches recensées dans l'enquête agricole de 1929.

22Les types d'évolution se simplifient lorsqu'on envisage la trajectoire de 1861 à 1936. Ne revenons pas sur ses accidents de parcours, ni sur la diversité des cheminements. Le fait essentiel dans la mise en perspective que j'esquisse, c'est que la population rurale a perdu 38 % de sa substance et la population paysanne plus encore, 47 % selon mes calculs dont il convient de retenir la valeur indicative. Sans doute peut-on penser que la population paysanne reste plus massive dans les structures économiques les moins évoluées qui ne suscitent pas la naissance d'un secteur tertiaire agricole et qui s'expriment dans des groupements de population peu nombreux, à faible armature administrative. Mais comme c'est aussi dans ces structures que la dépopulation a été la plus intense, on est en droit de dire que, tout compte fait, le critère de dépopulation rurale vaut, en toutes circonstances, avec une approximation suffisante pour apprécier la dépopulation paysanne. Il faut alors distinguer les cantons où la population rurale recule à un taux inférieur au taux départemental et les autres. Dans la première série, les cantons de plaine, la palme revenant à Cavaillon – qui ne perd que 16 % – suivi par Carpentras, Bédarrides, l'Isle, Orange, Beaumes, Pernes et Cadenet. Dans l'autre, on remarque que les cantons montagneux ont payé le plus lourd tribut, Sault perdant 56 %, Apt 54 %, Malaucène et Gordes 50 %, suivis par les cantons de la zone intermédiaire et par ceux qui associent plaines et plateaux. L'évolution démographique a donc respecté les données géographiques et, ce faisant, elle a durci l'opposition entre plaine rhodanienne et vallée de la Durance d'une part, plateaux appuyés aux premiers reliefs alpins d'autre part. J'avais noté, à la veille de la guerre, un processus d'abandon dans cette zone, il s'est poursuivi et amplifié et apparaît nettement sur la carte de densité de la population en 1936. II gagne les régions de la zone intermédiaire, là où les plateaux sont troués de vallées et bassins par où pénètre pourtant le progrès agricole. Il signifie repliement sur les bonnes terres et renoncement aux terres rocailleuses des plateaux et aux pentes pourtant si bien aménagées en terrasses. Elles sont dès lors irrémédiablement abandonnées23.

  • 24 Ch. Beaujour : La Coopération vinicole en Vaucluse de 1920 à 1940. D.E.S. sous ma direction – Unive (...)
  • 25 Il semble que les constructions neuves sont peu nombreuses. On le voit en circulant dans les campag (...)
  • 26 Cette mutation a été étudiée par C. Brivet (op. cit.) pour Beaumes-de- Venise.

23Processus d'abandon certes, mais il est sélectif et cela conduit à un certain desserrement de la population rurale, que fait apparaître l'analyse des taux de dispersion. Là aussi la comparaison avec 1861 est éclairante. Peu de changements dans la zone montagneuse, encore que la dispersion soit en progrès dans des communes à population inférieure à 400 habitants, ce qui signifie abandon du chef-lieu qui ne rassemble plus guère que les bâtiments administratifs : c'est la vie collective qui disparaît, les paysans qui sont restés vivent dans leurs fermes et leur vie de relations se noue au chef-lieu de canton plutôt qu'au village : Sault offre un bon exemple de ce relais, et sa population dans une certaine mesure s'urbanise. Plus intéressante est l'avancée de la dispersion dans les communes de la zone intermédiaire : elles sont 42, alors qu'elles n'étaient que 32 en 1861, à avoir au moins 50 % de leur population dispersée et cela conduit aussi à l'affaiblissement de la vie villageoise. Les contacts sont d'ailleurs plus faciles car les distances sont courtes, les routes bien entretenues, et de nouveaux centres d'attraction s'imposent, chefs-lieux de canton comme Bonnieux ou Vaison, mais aussi gros villages ayant relativement bien résisté au dépeuplement, prenant une importance nouvelle par l'implantation des caves coopératives. C'est le cas de la Tour-d'Aigues, qui limite ainsi l'influence de Pertuis sur les villages de la vallée d'Aigues. On voit même, dans le contexte de la dispersion croissante, apparaître des quartiers nouveaux autour des caves coopératives : près de la gare de Bonnieux, à Coustellet dans la vallée du Calavon où deux grosses caves coopératives s'implantent, celles de Maubec et Oppède24... Mais dans ces régions, la dispersion dans son aspect élémentaire représente aussi la recherche des meilleures terres, celles sur lesquelles se concentre l'effort de ceux qui sont restés. Elle a naturellement une fonction plus dynamique dans les plaines, où elle paraît liée au progrès des systèmes d'irrigation : à cet égard, il est remarquable d'observer sa progression à l'intérieur du périmètre arrosé par le canal de Carpentras. D'une manière générale, il est vrai que les vieux villages étaient indissociables de l'économie traditionnelle et d'un surpeuplement relatif qu'exprimaient les journaliers-cultivateurs, exploitants pour une part, salariés pour l'autre. Les hommes s’y rassemblaient dans un inconfortable entassement, qu'ils acceptaient parce qu'ils n'avaient qu'un médiocre outillage à ranger et de faibles récoltes à engranger. C'est la modernisation des systèmes de production qui conduit à l'éclatement des villages. La population paysanne, tout au moins celle des exploitants agricoles, abondonne les vieux bourgs avec leurs ruelles étroites souvent montueuses et leurs maisons développées en hauteur, pratiquement sans dépendances, pour se fixer dans les fermes de la campagne, ou bien même dans un habitat neuf25. Dans les bourgs, les commerces se mettent à l'aise, sur les places, dans les rues principales. Des restaurations apparaissent, elles sont liées au phénomène des retraités précédemment signalé. Et de vieilles maisons sont louées aux ouvriers agricoles immigrés26. Le bourg donc se desserre quelque peu, spécialise ses fonctions et les paysans, accaparés d'autre part par des rythmes de travail plus rapides, s'en éloignent pendant leur temps de travail.

24C'est donc dans des conditions nouvelles que s'organise et s'ordonne la vie collective. S'ils restent attachés à ses formes traditionnelles – le café, le jeu de boules, la fête votive... – les paysans sont conduits à y intégrer des aspects nouveaux, liés à leur activité professionnelle, particulièrement la vente sur les marchés, les réunions des caves coopératives, de syndicats professionnels. Formes anciennes et nouvelles ne se conçoivent – les nouvelles, bien sûr, plus que les anciennes – qu'à partir d'un seuil minimal de population et c'est ce qui condamne les villages exsangues des zones montagneuses et des plateaux de la zone intermédiaire. Seuls les villages de plaine – dans leur grande majorité – les chefs-lieux de canton et quelques gros bourgs non déchus conservent un tissu humain assez dense et diversifié, pour que puissent tout à la fois se maintenir les formes anciennes, et s'implanter les formes nouvelles de la vie collective. Plus que les cultures maraîchères, pour lesquelles les marchés sont relativement concentrés – Avignon, Cavaillon, Carpentras et aussi Châteaurenard dans les Bouches-du-Rhône – la vigne à raisins de table a favorisé cette mutation, au bénéfice des bourgs qui, autour de leur marché au raisin attirant les cafés, les banques et leurs démarcheurs, entretenant une animation intense d'août à octobre, ont connu une authentique promotion. C'est le cas de Caumont, Gadagne et plus encore du Thor.

Notes

1 On peut même penser que la mortalité de guerre a été en Vaucluse au plus égale à la moyenne nationale, dans la mesure où la population civile a été relativement épargnée.

2 Mémoire de Maîtrise par Colette Brivet, sous ma direction. Université de Provence, 1976.

3 Archives Communales de Vacqueyras et Althen-les-Paluds. Pour ce dernier village, les naissances enregistrées après 1930 ne représentent qu'une partie des naissances réelles car on voit apparaître les premiers accouchements en milieu hospitalier à Carpentras. C'est pourquoi je ne suis pas allé au-delà du recensement de 1931.

4 Voir supra. 2e Partie. Chap. IV.

5 De Réparaz (op. cit. p. 160) note une évolution comparable à Saint-Christol, où pourtant le processus de modernisation est bien plus lent et difficile. Il note que "la famille ‘étendue' qui groupait autour des parents plusieurs fils et filles célibataires – vieux garçons et vieilles filles utiles – avec assez souvent des enfants mariés et chargés de famille, devient une famille fossile". Son observation porte sur la période 1870-1936.

6 Le cas le plus classique est celui du fils de paysan devenu fonctionnaire par voie de concours dès sa sortie de l'école ou avant son service militaire. Mais d'autres ont accédé plus tardivement, notamment après la guerre, à la fonction publique. Le plus souvent ils ont parcouru des carrières modestes, la plus flatteuse étant celle d'instituteur.

7 A.D.V. 6 M 114.

8 On ne peut d'ailleurs pas tout s'expliquer, ni la forte émigration à Althen pendant la guerre, ni celle plus limitée mais cependant curieuse à Vacqueyras de 1921 à 1926. C'est l'inconvénient inévitable des analyses conduites sur des effectifs de population aussi réduits : elles mettent en évidence des évolutions auxquelles on n'a pas d'explication rationnelle à proposer.

9 Cf. mon étude :

10 Le critère du lieu de naissance est bien sûr imprécis, en ce sens qu'il ne nous informe pas sur la date ni les circonstances de la venue dans le village, lorsqu'on n'y est pas né. Il apporte cependant une indication précieuse sur le fait de l'immigration.

11 Plusieurs des ouvriers agricoles de souche châteauneuvoise occupent des postes de responsabilité et de confiance dans les grands domaines du village, ce qui accentue le caractère exogène du prolétariat agricole.

12 Il n'y a pas de ségrégation au village, sinon dans l'habitat : les ouvriers vivent dans le vieux village, aux maisons délabrées. Mais ce sont les Châteauneuvois de vieille souche qui continuent d'exercer les fonctions municipales. Ils ont une tradition de conservatisme politique et ce n'est pas un hasard si la cellule communiste qui est créée en 1936 est animée par des nouveaux venus, d'origine ardéchoise.

13 Il est à noter que de 1926 à 1936 l'écart entre le pourcentage des étrangers dans la population urbaine et la population rurale s'est sensiblement réduit, ce qui souligne les besoins en main-d'œuvre de l'agriculture.

14 L'existence de secteurs industriels en milieu rural gonfle les pourcentages d'étrangers dans des cantons où l'activité agricole explique par ailleurs leur présence nombreuse. C'est le cas dans le canton de l'Isle, où l'on dénombre, en 1936, 192 étrangers à Saint-Saturnin-lès-Avignon : ce sont les papeteries et usines d'engrais qui les emploient dans leur grande majorité.

15 Le taux de natalité pour les années 1926-30 est de 16,9 % à Athlen, de 13,3 % à Beaumes et de 12,9 % à Vacqueyras.

16 De Réparaz (op. cit.) fait la même observation pour Saint-Christol.

17 Supra. 1ère Partie. Chap. II.

18 A.D.V. 6 M 79 (Bédarrides) et 6 M 169 (Mormoiron).

19 Dans la liste nominative du recensement de 1936, on dénombre à Bédarrides 52 ouvriers et 43 ouvrières d'usine, 14 employés du P.L.M. (A.D.V. 6 M 79).

20 La dimension moyenne d'un ménage en 1936 à Mormoiron atteint à peine 3, alors qu'elle est de 3,4 à Bédarrides. Cette différence éclaire l'opposition des deux pyramides.

21 Cf. mon étude :

22 Parmi les immigrants italiens, il peut y avoir des antifascistes, de même que les républicains espagnols arriveront nombreux après la victoire de Franco. Mais dans les villages vauclusiens, le caractère politique de l'immigration paraît négligeable. Il en est tout autrement dans les villes.

23 Ce phénomène explique l'importance des friches recensées dans l'enquête agricole de 1929.

24 Ch. Beaujour : La Coopération vinicole en Vaucluse de 1920 à 1940. D.E.S. sous ma direction – Université de Provence, 1972.

25 Il semble que les constructions neuves sont peu nombreuses. On le voit en circulant dans les campagnes vauclusiennes et cela avait frappé le correspondant vauclusien du journal Clarté qui répondait à une enquête agricole lancée en 1925 par le journal, par une description de l'agriculture au pays de Cavaillon : "on bâtit peu de nouvelles fermes, mais on restaure surtout, on agrandit les existantes. Construction de dépendances, remises, hangars, cuves.".

26 Cette mutation a été étudiée par C. Brivet (op. cit.) pour Beaumes-de- Venise.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540