Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Troisième partie. L'agriculture vauclusienne de l'entre deux guerres : une réussite économique et sociale

Chapitre II. La modernisation de l'agriculture : une étape décisive et des voies originales

Texte intégral

  • 1 A.D.V. 6 M 391-392-393-396-397-398-399.
  • 2 C'est ainsi que les rendements figurent de façon épisodique. Mais aussi les observations faites par (...)
  • 3 A.D.V. 6 M 394-395, et aussi la publication de la statistique agricole de la France : Résultats gén (...)

1Une information statistique est nécessaire pour analyser l'évolution de l'agriculture vauclusienne, qui exige la connaissance des superficies cultivées et de leur répartition, des rendements obtenus... Si l'on veut en effet apprécier correctement les tendances de la production, il convient d'établir dans la continuité chronologique un profil de l'agriculture vauclusienne, à partir de ces données quantitatives observables. Nous disposons à cet effet des données de la statistique agricole annuelle1, qui valent pour les principales productions : céréales, vignes, cultures maraîchères, mais qui sont aussi souvent lacunaires ou incertaines2. II faut donc considérer que l'exploitation de ces données ne peut aboutir qu'à une approche générale, qu'à dégager les lignes de force de l'évolution. Pour plus de précision, nous avons heureusement les données de l'enquête agricole de 19293, l'héritière des grandes enquêtes décennales de l'avant-guerre, qui nous propose un cliché en instantané, où les détails apparaissent avec netteté. Par ailleurs, les archives communales nous livrent parfois des séries fort précieuses, permettant de réaliser des études de cas.

  • 4 A noter que la statistique agricole annuelle recense isolément les superficies consacrées à l'horti (...)

2Au total, les matériaux statistiques ne manquent pas, encore que l'on soit quelque peu surpris par la minceur des progrès réalisés dans leur collecte : la guerre à cet égard ne marque pas un tournant. Mais l'essentiel me paraît être ailleurs, dans le fait que l'agriculture vauclusienne se prête malaisément à un traitement statistique. Plus précisément, il faut admettre qu'il se limite aux voies majeures où s'est engagée l'agriculture vauclusienne, qui s'approfondissent après la guerre. On peut mesurer avec une bonne approximation la spécialisation viticole, il est plus difficile de faire la part exacte de la vigne à raisins de vendange et de celle à raisins de table – mais on y parvient – , il est encore plus compliqué d'apprécier quantitativement la part des vins d'appellation contrôlée et leur répartition dans une aire de production. Que d'incertitudes, lorsqu'on analyse la spécialisation maraîchère !4.... Les productions se situent sur une gamme très large, permettant des combinaisons d'une extrême diversité, lesquelles sont soumises aux variations des conditions atmosphériques et aux fluctuations du marché. Il faut donc entreprendre sans illusions l'étude statistique, et surtout ne pas s'y enfermer, c'est-à-dire prendre résolument son parti de la diversité vauclusienne, facteur de réussite qui impose à l'historien ses contraintes spécifiques.

I – LE RECUL IRREVERSIBLE DU BLÉ

  • 5 La chute des emblavures en 1922 est purement conjoncturelle : le directeur des services agricoles l (...)

3L'évolution de la céréaliculture doit retenir en premier lieu notre attention, parce qu'elle a toujours tenu la première place dans le système de production mais aussi parce que, s'inscrivant dans des assolements relativement rigides, elle n'est guère compatible avec les orientations nouvelles de l'agriculture provençale. C'est en quelque sorte une approche de la modernité qu'elle nous permet. Nous l'avons déjà noté, en observant le mouvement de flux puis de reflux de la culture du blé qui a accompagné le déroulement de la crise de l'agriculture traditionnelle. Le recul du blé avait donc en 1914 une signification positive, mais s'il s'est poursuivi pendant la guerre c'est sous la pression des circonstances et il n'est pas étonnant que dans les années qui suivent on observe un mouvement de rattrapage, qui s'inscrit dans l'effort général de récupération des forces productives qu'on avait délaissées5. Ce qui est remarquable, c'est qu'il reste très en deçà de la courbe des emblavures dans les années d'avant-guerre : le processus de déclin n'est donc pas stoppé. Bien au contraire, il reprend avec force à partir de 1928 et connaît une seconde accélération à partir de 1935. Dans sa première phase il traduisait la moindre rentabilité du blé et de ses compagnons d'assolement, comparée à celle des cultures légumières et de la vigne; dans sa seconde étape, il répercute le découragement qui s'empare des producteurs, où qu'ils soient, frappés par la chute des cours du fait de la crise. L'addition de ces deux facteurs, qui sont d'ailleurs imbriqués, explique qu'en fin de compte le blé n'est plus en 1939 qu'une culture secondaire, vestige du passé et sans perspective aucune, largement dépassée par la vigne pour la place qu'elle occupe dans le système agricole.

  • 6 Voir "Economie et Société à Bollène (1856-1936), Mémoire de maîtrise réalisé sous ma direction par (...)

4Les autres céréales opposent une forte résistance. Certes, elles perdent du terrain mais leur position est tout de même plus favorable. Ce qu'il est convenu d'appeler céréales secondaires, avoine et orge, sont d'une certaine manière valorisées par leur fonction d'aliments des animaux de labour et de trait, qui leur permet d'échapper aux fluctuations en baisse du marché : pour le plus grand nombre, les cultivateurs n'en attendent par un revenu monétaire. Un cas particulier doit être signalé, celui du millet à balai qui poursuit sa progression dans les cantons de Bollène et Orange, où l'enquête de 1929 lui attribue respectivement 1760 et 1950 ha, ce qui semble d'ailleurs constituer un record. En vérité, cette céréale suit un destin spécifique, totalement distinct de celui du blé, qui s'explique par son caractère de culture industrielle. Tout est utilisable dans cette culture : sa paille bien sûr, pour la fabrication des balais et des brosses "façon chiendent", mais aussi sa graine très recherchée pour la nourriture des volailles et des ovins, et même les "culots", c'est-à-dire la partie basse et ligneuse de la tige, convertie en engrais ou en pâte à papier6. Le millet à balai est devenu le support d'une petite industrie locale, active et pittoresque, et sa productivité est très supérieure à celle du blé.

  • 7 P. George. Op. cit. p. 385.
  • 8 Ibid. p. 385.
  • 9 La monographie agricole du département de Vaucluse (Avignon 1935) signale que les pommes de terre p (...)

5L'aventure positive du millet à balai souligne que les céréales en Vaucluse sont condamnées par la spécialisation de l'agriculture, elle-même fondée sur le critère de la rentabilité maximale. "La décadence de la culture du blé"7 est donc un fait d'évolution positive, progressiste, de l'agriculture provençale, mais il faut bien voir que c'est un phénomène de grande portée, qui a des conséquences sur le système de production agricole dans son ensemble. P. George l'indique avec beaucoup de clairvoyance, quand il écrit que "le système agricole du blé se désagrège : un certain nombre de ses compagnons d'assolement disparaissent, d'autres devenus plus rémunérateurs que lui l'exproprient"8. N'insistons pas sur le premier cas, il concerne la garance et, fait beaucoup plus limité, la betterave à sucre qui n'est pas parvenue à s'implanter dans les terres qui pourtant lui paraissaient propices de la vallée du Rhône. Mais le cas du blé en quelque sorte chassé de l'assolement dont il était la pièce maîtresse mérite qu'on s'y arrête. Prenons l'exemple de la luzerne, d'abord considérée comme une compagne d'assolement bénéfique au blé lui-même. La valeur marchande de son fourrage, puis de sa graine – l'un n'étant pas exclusi de l'autre – a conduit les agriculteurs à en faire une culture pluriannuelle et le blé dans cette évolution est marginalisé jusqu'à disparition complète. Autre exemple, celui de la pomme de terre, culture classique de subsistance et à ce titre complémentaire de celle du blé, auquel elle succédait dans l'assolement. Les conditions climatiques favorables ont permis dans un contexte d'urbanisation et de diversification des usages alimentaires de la cultiver comme "primeur". Par là, elle se dérobe à la rotation traditionnelle des cultures dans "le système du blé" et elle s'introduit dans les rythmes de production plus rapides et aussi dans les spéculations plus audacieuses des cultures maraîchères9. Naturellement, ces évolutions ne se remarquent pas partout, elles sont caractéristiques de l'agriculture des plaines, qui combine la fertilité des sols et les possibilités d'irrigation, mais elles sont assez avancées pour qu'on puisse parler, dans les années 1930, d'un nouveau système agricole, provenant de l'éclatement du système du blé, produit sinon achevé du moins très élaboré et équilibré d'une évolution dont nous avons daté l'origine dans les années 1880.

  • 10 C'est la première fois que le termes de "friches" est utilisé dans une enquête agricole. Le questio (...)
  • 11 Economie et Société à Bollène. Op. cit.

6Que reste-t-il, alors, du système du blé ? On peut avec les données statistiques de l'enquête de 1929 donner à cette question une réponse chiffrée, qui a toutes chances d'être encore valable dix ans plus tard, car le recul des années 1930 respecte les tendances qu'on peut dégager dès 1929. C'est dans les cantons des plateaux et des contreforts alpins que le blé domine encore le système de culture des terres labourables : à Apt, Gordes, Pertuis, Sault, Valréas, il est toujours au cœur de l'assolement. Ces cantons sont aussi ceux où l'évolution séculaire a fait sensiblement reculer la superficie cultivée, où l'on observe un processus d'abandon dont rendent compte les superficies enregistrées en tant que "friches"10, et c'est là enfin que l'on remarque une prépondérance des terres labourables dans l'ensemble du système agricole. Ces corrélations ne sont pas fortuites, elles mettent en lumière le caractère retardataire de la culture du blé : elle ne conserve des positions solides que dans les zones agricoles où elle est sans concurrence, en raison de la médiocrité des conditions naturelles. Il est normal que les rendements, que nous connaissons d'ailleurs de façon lacunaire, ne s'élèvent guère, le blé n'est plus qu'une culture de pis-aller, préface au renoncement, là où il tient encore une grande place dans le système agricole. Confirmation de cette analyse est d'ailleurs apportée par sa quasi disparition dans les cantons où s'impose l'agriculture nouvelle : Cavaillon bien sûr, mais aussi Avignon, l'Isle-sur-Sorgue, Carpentras, et même Beaumes et Mormoiron où la vigne apporte un véritable renouveau. Une seule exception à ce schéma général : le canton de Bollène consacre encore 2596 de sa superficie cultivée au blé. Mais nous sommes à la limite des plaines du Rhône Moyen et le blé, cultivé à partir de variétés sélectionnées bien adaptées au climat, connaît ici des rendements élevés, de 20 à 25 quintaux, atteignant même 30 quintaux en 1938, considérée il est vrai comme une année exceptionnelle11. C'est bien l'exception qui confirme la règle !

II – LA GRANDE RÉUSSITE DES CULTURES MARAICHÈRES

  • 12 Les cadres de l'enquête agricole de 1929 ne sont pas adaptés à la collecte d'informations précises (...)
  • 13 P. George. Op. cit. p. 441 sq.

7Incontestablement, les cultures maraîchères constituent la plus belle réussite, la plus spectaculaire en tout cas, de l'agriculture nouvelle – à tel point que dans l'opinion on a tendance à ne plus voir dans l'agriculture vauclusienne que les cultures maraîchères. Cela se comprend, du fait de la réputation acquise sur les marchés français et étrangers par les asperges de Lauris, les fraises de Pernes et Carpentras, les melons de Cavaillon... Mais ces réussites particulièrement éclatantes ne doivent pas faire perdre de vue que les superficies consacrées aux cultures maraîchères, calculées au plus large à partir des données de l'enquête agricole, ne représentaient en 1929 que 15 % des terres labourables12. Il s'agit donc d'un système de production – complexe dans ses variantes possibles – d'une extension géographique modeste, d'autant plus qu'il est très inégalement réparti sur le territoire vauclusien. Mais son importance est considérable, du fait de sa productivité exceptionnellement forte et du revenu élevé, très attractif, qui en découle. On connaît bien, depuis les travaux de P. George13, les facteurs et conditions de sa réussite et il est inutile que j'y revienne. Il convient seulement de souligner que le climat n'a révélé ses faveurs que grâce à l'irrigation, qui est le fait primordial, sans lequel toutes les techniques de production mises au point auraient échoué ou produit des résultats médiocres. Ceci dit, qui est fondamental, la réussite des cultures maraîchères est inséparable du mouvement général de la civilisation, dans sa technicité toujours plus perfectionnée – rapidité et souplesse des transports, modernisation des techniques de production... – mais aussi dans l'évolution de ses genres de vie, liée à l'urbanisation et à la progression des niveaux de vie. Rien cependant n'est donné sans efforts aux hommes et il serait fort injuste d'oublier la capacité d'adaptation de la population paysanne vauclusienne, la qualité de son travail dans un monde en rapide mutation – Mais j'aurai l'occasion de préciser ce point, qui pour moi est essentiel.

  • 14 P. George. Op. cit. p. 495 sq.

8La statistique agricole annuelle nous permet de suivre la progression des superficies consacrées aux cultures maraîchères, étant bien entendu qu'elle enregistre des superficies minima dans la mesure où elle ne recense pas les cultures pour graines, celles que P. George appelle "porte-graines" qui ont fait l'objet d'une migration vers le Nord, depuis la région de Saint-Rémy- Châteaurenard14. Par ailleurs, la distinction toute artificielle entre horticulture et cultures maraîchères est inévitablement un facteur de confusion. Il ne faut pas, par conséquent, demander à cette série statistique des résultats rigoureux, mais simplement s'attacher à son mouvement d'ensemble. A cet égard, on est quelque peu surpris de voir que la guerre ne semble pas avoir contrarié l'économie maraîchère, alors que les années qui suivent, de 1920 à 1922, marquent un creux sensible. Il est pourtant évident que la guerre a désorganisé les marchés lointains, notamment étrangers, qui comptaient pour beaucoup dans la croissance de l'agriculture maraîchère... Je ne vois à ce paradoxe qu'une explication possible, et je la livre avec les réserves et la prudence qui s'imposent. Pendant les années de guerre, la préoccupation majeure des autorités civiles et militaires étant le ravitaillement des armées et de la population urbaine, les cultures maraîchères apparaissent comme un luxe et elles échappent aux contrôles qui visent à connaître la production agricole. Dans ces conditions, j'ai l'impression que les fonctionnaires responsables de la statistique se sont contentés paresseusement de reproduire pour une année donnée les chiffres de la précédente... D'où cette apparente et curieuse stabilité ! Par contre, lorsqu'après la fin des combats s'effectue progressivement le retour à la normale on est amené à faire un compte plus précis des reculs qu'il avait bien fallu consentir et c'est alors qu'apparaît, avec un temps de retard, la réalité des dommages infligés par la guerre : on peut dire, dans cette hypothèse, que le recul imposé par la guerre serait de l'ordre de 30 %. Ce n'est pas négligeable, mais il est rapidement rattrapé puisque dès 1923 les superficies de l'avant-guerre sont dépassées.

  • 15 P. George. Op. cit. p. 478.

9Dès lors et jusqu'aux années 1934-35 – nous n'avons plus malheureusement de données statistiques pour les années suivantes – la progression de l'agriculture maraîchère est continue. Elle se fait sur un rythme lent jusqu'en 1930 et s'accélère ensuite. Cette différence de rythme s'explique de deux manières. En premier lieu, les années 1920 ont été une période d'intense prospection à la recherche de nouveaux débouchés et les marchés incontestablement s'élargissent. Mais aussi, elles ont été marquées par des prix favorables et les profits élevés réalisés alors ont exercé sur les paysans un effet stimulant, les ont incités à étendre leurs productions ... avec un temps de retard sur les prix ! C'est ainsi que les agriculteurs donnent, de leur propre fait, une dimension spéculative à l'économie maraîchère : ils ne la développent pas sur la base d'une connaissance raisonnée des besoins à satisfaire, mais par extrapolation des résultats comptables précédemment enregistrés, qu'ils projettent sur l'avenir. Il est alors facile de comprendre que la dure loi du marché, dont ils ne sont évidemment pas les maîtres, les pénalise de leur imprudence ou de leur optimisme ! Il convient d'ajouter à cela que la progression des cultures maraîchères ne se lit pas au seul plan des superficies, qu'elle est peut-être plus importante encore par le jeu de l'intensification des méthodes de culture, qui permet une rotation toujours plus rapide des productions et une compression du temps de repos accordé à la terre15. Il y a ainsi une dynamique de l'agriculture maraîchère, faisant surgir des problèmes nouveaux mais aussi appelant des progrès nouveaux.

  • 16 Questionnaire publié dans le numéro du 6 janvier 1965 du Vaucluse Agricole.

10Il me paraît intéressant de montrer comment elle a été perçue par ceux-là même qui en ont été les agents. J'ai reçu bien des témoignages, oraux et écrits, sur les transformations de l'agriculture vauclusienne, dans le cadre d'une enquête que j'ai conduite avec l'aide du journal des organisations agricoles vauclusiennes, le Vaucluse Agricole16. Je livre ici la réponse que m'a faite M. R. J..., habitant au quartier des Lônes à Carpentras. Né en 1907 dans la partie montagneuse de la Drôme, M. J... est devenu propriétaire exploitant d'un bien de 2 ha 16 ares, par sa femme, et il a commencé à travailler pour son compte en 1931. Son exploitation provenait du partage en trois lots, en 1912, d'une propriété de 7 hectares sur laquelle on cultivait, lui a-t-il été rapporté, des céréales, des prairies et quelques ares de fraisiers. Le partage a conduit à une modification radicale du système de production, fondé désormais sur la fraise (1 hectare), les cultures "maraîchères-potagères" (70-80 ares), le reste étant en prairies et cultures diverses. Et cette association culturale devait rester stable jusqu'en 1950. Voici comment il analyse cette mutation, et sa durée :

  • 17 A la question que je lui posais sur sa vie scolaire, M. 3... m'a répondu qu'il était allé à l'école (...)

"Après la guerre 14-18 la région de Carpentras s'est considérablement développée du fait de l'importante transformation intervenue dans les méthodes de culture des exploitations agricoles situées dans le périmètre arrosé par le canal.
Jusqu'à cette époque, qui est celle où j'ai commencé à travailler17, on y trouvait beaucoup de propriétés de 5- 10-15 hectares et même davantage, à prédominance fourragère, où l'on élevait des vaches laitières ou bien qui ravitaillaient en fourrage les agriculteurs des régions environnantes non irriguées, ainsi que les charretiers et transporteurs de toute sorte utilisant, à ce moment là, uniquement la traction animale.
La guerre ayant fait connaître d'autres possibilités d'énergie, les prairies ont commencé à être défrichées et les exploitations importantes divisées, d'autant plus que de nombreuses familles – dont la mienne- venues des régions montagneuses voisines – Drôme et Ardèche surtout – ont commencé également à immigrer vers ces terres moins ingrates. Assez rapidement, grâce à cet afflux de main-d'œuvre, les cultures maraîchères et fruitières ont pris la place des prairies. De même que la motorisation permettait par le système de pompage d'utiliser l'eau se trouvant dans le sous-sol et de mettre en culture des terres jusque là improductives. L'utilisation des châssis vitrés donnait aussi la possibilité d'avancer énormément les récoltes et de faire plusieurs récoltes sur le même terrain. Les marchés de fruits et légumes décuplaient leur importance et toute l'activité de la région se rattachant à l'agriculture connaissait une prospérité inconnue jusque là. Arrivait ensuite l'usage des voitures auto et vers 1925 on pouvait voir les premiers paysans venir au marché avec une voiture sans cheval. L'émulation allait crescendo et en moins de dix ans l'on pouvait dire qu'au moins 75 % des exploitants avaient sa camionnette, neuve ou d'occasion. Les tracteurs apparaissaient timidement ainsi que les motoculteurs, mais une certaine réticence se manifestait car l'outillage surtout n'était pas encore suffisamment adapté aux façons de cultiver. Tout cela libérait des prairies, dont d'ailleurs l'exploitation n'était plus rentable et autorisait l'implantation de nouvelles familles en augmentant le volume des productions légumières et fruitières. Si bien qu'en 1939 on ne reconnaissait plus les anciens quartiers de la région et en s'élevant un peu c'est par dizaines que l'on pouvait compter les habitations recouvertes de tuiles neuves".

11Ce témoignage doit être très précisément situé : il vaut pour les exploitations valorisées par le canal de Carpentras, qui a été un agent incomparable de fertilisation et d'innovation, attirant des hommes et leurs familles sur des terres jusqu'alors médiocres, voire incultes. Cependant, même si l'on retient de cette analyse ce qu'elle peut avoir de spécifique en raison de l'apport du canal de Carpentras, elle présente une valeur générale, à l'échelle de tous les pays touchés par la mutation maraîchère. D'abord, l'irrigation a apporté une plus-value à bien d'autres terroirs, dans les cantons de Cadenet, l'Isle-sur-Sorgue, Cavaillon, Avignon, Orange, qui ont connu de ce fait une évolution comparable. Et puis, ce qui me paraît le plus important dans le témoignage de M.J..., c'est l'articulation qu'il présente, qu'il met à nu en quelque sorte, des différents facteurs intervenant dans la mutation économique et sociale que réalise l'agriculture maraîchère : la substitution aux prairies des cultures légumières et fruitières, facteur de morcellement des exploitations et de peuplement, la recherche de la précocité et l'enchaînement des récoltes toujours plus nombreuses, tout ceci met en lumière la dynamique de l'économie maraîchère, qui crée une situation absolument nouvelle et irréversible et qui a une valeur d'entraînement considérable, d'où les progrès enregistrés au plan des superficies.

  • 18 P. George. Op. cit. p. 449.

12Revenons sur les superficies des cultures maraîchères. L'enquête de 1929 permet d'en établir le compte dans le cadre cantonal, et l'on voit bien l'écrasante domination des cantons de Carpentras, Cavaillon, l'Isle et Avignon qui s'approprient respectivement 27, 18, 9 et 8 %, soit au total 6 296 des superficies. Le cadre cantonal n'est bien sûr pas idéal, mais il nous permet de concrétiser la concentration sur une faible partie du département du système de production le plus intensif et le plus rentable et par là de montrer l'effet d'entraînement que cette réussite est susceptible d'exercer, et cela va jouer dans les années 1930. Il est en effet évident que dès 1930 il n'y a plus grand chose à gagner, au plan des surfaces, dans ces cantons qui ont tiré le meilleur parti des conditions favorables aux cultures maraîchères. Mais celles-ci ne sont pas inaccessibles dans d'autres lieux, où l'on a les yeux tournés vers ces zones pionnières, qui font rêver. L'économie maraîchère progresse ainsi à partir de pôles de croissance, qui diffusent des techniques, proposent des modèles. Sa progression épouse naturellement les contours des zones irrigables, et c'est ce qui explique que des surfaces relativement importantes se rencontrent dans les cantons de la vallée de la Durance, Pertuis et Cadenet, dans le canton de Pernes qui est traversé par le canal de la Sorgue et dans ceux de Bollène et Orange, traversés par le canal de Pierrelatte dont le rendement est par ailleurs médiocre18. Mais les techniques elles-mêmes de l'arrosage évoluent, et les gains de l'agriculture maraîchère s'observent jusque dans les bassins de la zone des plateaux, dans les cantons de Bonnieux, Gordes, Beaumes, Vaison. On ne peut parler de spécialisation dans ces zones, mais d'une activité complémentaire qui est compatible avec le système du blé et avec une autre progression, que nous étudierons bientôt, celle de la vigne.

  • 19 L'expression est celle qui a cours dans l'enquête agricole de 1929. Pierre George parle lui de la " (...)

13Il n'est pas artificiel de rattacher à cette évolution "les cultures pour graines de semence"19. Lorsqu'il s'agit de graines de légumes, telles que carottes, salades, betteraves, les techniques de production sont identiques à celles des cultures maraîchères – même si la durée du cycle végétatif est forcément plus longue – et dans tous les cas, y compris la récolte des graines de légumineuses – luzerne, sainfoin, trèfle – l'objectif est de rechercher un revenu élevé, en acceptant et même en recherchant son caractère spéculatif et donc risqué. On peut donc dire que la réussite des cultures maraîchères a entraîné le développement des cultures pour graines, à la fois dans la zone de l'agriculture maraîchère et dans d'autres qui, moins favorisées par la nature, étaient à la recherche de productions nouvelles, à haute rentabilité – nettement inférieure, cependant, à celle des cultures maraîchères – La localisation de ces cultures, possible avec les données de l'enquête de 1929, permet donc d'apprécier, d'une autre manière, le processus d'extension et de diffusion de l'économie maraîchère, considérée pour ses techniques mais plus encore pour les objectifs de rentabilité qu'on en attend. On n'est pas surpris de trouver des cultures pour graines dans les zones significatives de l'économie maraîchère, on doit noter avec intérêt comme signe de progrès dans les systèmes de culture leur présence, serait-elle faible, dans presque tous les cantons. Par là se poursuit le processus de modernisation, jusque dans les régions qui s'y prêtent le moins.

14En vérité, ce que l'économie maraîchère met en évidence, c'est un trait de mentalité collective que nous avions déjà relevé dans l'étude de la lutte contre la crise de l'économie traditionnelle, la remarquable aptitude de la paysannerie vauclusienne à s'adapter à des conditions nouvelles, sa capacité d'innovation. Bien sûr, on ne saurait oublier que ces qualités prennent appui sur des données naturelles favorables mais celles-ci ont besoin du travail intelligent, imaginatif des hommes. Et les exemples ne manquent pas à l'appui de cette thèse... Il y a celui de l'extension de la culture des asperges, que l'on trouve à Bonnieux, à Gordes, à Vaison. Il y a celui des "porte-greffes", c'est-à-dire la culture des plants de vignes américaines, sur lesquels on greffera les plants français, ainsi immunisés contre le phylloxéra : c'est devenu une spécialité fort lucrative à Aubignan, Sarrians, Camaret, Jonquières, Sablet. C'est encore le cas des cultures fruitières qui reprennent une tradition, celle des pêchers et des cerisiers de vigne, mais qui deviennent autonomes : il en est ainsi des cerisiers du pays d'Apt, indissociables de l'industrie des fruits confits, des abricotiers des cantons de Carpentras et Beaumes pour lesquels un effort de sélection des variétés a donné d'excellents résultats. On peut ajouter, dans le même esprit, les bois de chênes truffiers, qui ne sont pas négligeables dans les cantons de Pernes et Valréas. On ne saurait présenter un tableau exhaustif de ces initiatives, qui ont en commun la recherche de voies nouvelles pour l'agriculture vauclusienne.

  • 20 P. George. Op. cit. p. 498 et G. Bastide, instituteur agricole "Monographie d'Althen les Paluds : d (...)

15D'ailleurs, il est impossible de figer un effort collectif dont l'un des caractères est justement la mobilité. Car rien n'est définitivement acquis, les plus belles réussites sont toujours précaires, tant est contraignante la loi du marché. Le cas limite de la vulnérabilité me paraît être celui du psyllium20, plante curieuse que l'on cultive pour sa graine, communément appelée graine de puce, utilisée en pharmacie et aussi dans l'industrie textile, pour l'apprêt de certains tissus. C'est d'ailleurs ce second usage, mis au point aux Etat-Unis, qui a déterminé l'énorme succès de cette culture, localisée il est vrai dans la seule région du Thor. A Althen-les-Paluds, on en était arrivé en 1929 à cultiver le psyllium sur les 2/3 des terres labourables de la commune, et on vendait sa graine 20 à 25 francs le kg, ce qui assurait un revenu rivalisant avec celui des cultures maraîchères les plus précoces. Mais le succès fut éphémère : la crise mondiale lui porta un coup décisif, les prix tombèrent en 1932 à 2 francs le kg ce qui valait mise à mort... Le psyllium disparut, sitôt remplacé par des cultures maraîchères classiques. Plus généralement les variations des cours, d'une année sur l'autre, du début à la fin de la saison, sont telles que le paysan engagé dans l'économie maraîchère est tenu pour s'assurer une sécurité minimale de jouer – à l'intérieur de la spécialisation majeure que représente l'économie maraîchère – la diversité des options. C'est ce qu'exprime avec beaucoup de bonheur un des paysans qui ont répondu à l'enquête que j'avais lancée :

  • 21 Réponse de Monsieur L. B..., de Jonquières.

"Le Vauclusien est donc un joueur qui multiplie les mises pour limiter les dégâts. Le quart de la récolte qu'il vend bien représente les trois quarts de son revenu"21.

16Retenons la comparaison avec le joueur. Elle me paraît traduire fort justement une réalité spécifique de l'économie maraîchère.

III- LES DIVERSES ORIENTATIONS DU VIGNOBLE VAUCLUSIEN

17Dès le début du siècle, la vigne apparaissait comme une voie majeure de spécialisation pour l'agriculture vauclusienne. La reconstitution du vignoble était pour l'essentiel achevée et le vignoble ainsi renouvelé présentait avec le vignoble antéphylloxérique de grandes différences, tant par sa localisation géographique et son encépagement que par les méthodes de culture. C'est sur ces bases que la vigne devenait une spéculation moderne, par la valorisation des conditions naturelles favorables sur un marché élargi et diversifié. Cela n'allait pas d'ailleurs sans de sérieuses anicroches et la crise de surproduction des premières années du siècle en avait fourni la démonstration. Parce qu'il était déjà divers dans sa production, le Vaucluse en avait relativement peu souffert et c'est un fait à retenir. Autre facteur de diversité, la vigne à raisins de table commençait une carrière déjà prometteuse et rapprochait la viticulture des conditions de production et de vente de l'économie maraîchère. Au total, le tableau était favorable lorsqu'éclata la guerre et nous savons qu'elle fut dans ce secteur plus durement ressentie, apportant un lourd déficit de main-d'œuvre et désorganisant les marchés. Mais ses dégâts n'étaient pas irréversibles et ils furent d'une certaine manière compensés par la prise de conscience des possibilités de profit qu'offrait la vigne, à condition qu'on s'attache plus encore que dans le passé à valoriser, par un double effort de production et de commercialisation, les conditions naturelles les plus propices à sa culture.

18C'est pourquoi la progression des superficies plantées en vigne ne rend compte que très imparfaitement de la croissance réelle de l'économie viticole en Vaucluse après la guerre. Mais il faut commencer par là, et mettre à profit la distinction qu'établissent fort heureusement les services de la statistique agricole entre vignes à raisins de vendange et vignes à raisins de table. Commençons par ces dernières : ce sont les plus récentes, elles sont proches des cultures maraîchères et ce sont sans doute ces deux faits qui expliquent leur croissance très forte. Nous pouvons la suivre d'année en année, mais la statistique agricole annuelle appelle bien des réserves, au moins jusqu'en 1929. Rien à dire sur la situation en 1914, que nous connaissons dans sa distribution cantonale pour 1912 : nous sommes alors dans la phase de démarrage, concentrée pour l'essentiel sur les cantons de Cavaillon et l'Isle-sur-Sorgue qui rassemblent alors 81 % des plantations.

  • 22 P. Georges (op. cit. p. 504) ne met pas en doute les données statistiques et met la brusque progres (...)

19Mais il est fort douteux que les superficies plantées aient si peu progressé jusqu'en 1928. Sans doute, l'enquête agricole de 1929, bien plus rigoureuse que la collecte des données par la statistique annuelle, approche de plus près la réalité et il me paraît bien plus conforme à la réalité de concevoir la croissance du vignoble à raisins de table comme un processus continu22, peut-être marqué d'une accélération dans les années 1930, analogue à ce que nous avons déjà observé pour les cultures maraîchères, et pour les mêmes raisons.

  • 23 Le journal agricole Rhône-Durance-Ventoux rend compte chaque année du déroulement de ces journées.

20Ce qui est certain, c'est que le Vaucluse, à quelque période que ce soit de l'entre-deux guerres, est de loin au premier rang des départements producteurs de raisins de table. Le gros bourg du Thor en est le centre le plus productif et aussi le plus prestigieux, parce qu'on y cultive la variété la plus recherchée, à la fois pour sa précocité et sa saveur, le chasselas doré. Il s'y tient un marché quotidien très actif, un hôtel s'y est ouvert – l'hôtel du Chasselas – et chaque année en septembre depuis 1926 s'y tiennent "Les journées du Chasselas"23, marquées par une exposition de raisins, des rencontres entre producteurs, expéditeurs et négociants, sans oublier bien sûr leur caractère de fête populaire. Il est indiscutable que Le Thor, mais aussi Caumont, Cavaillon, jouent dans ce domaine le rôle d'un pôle de croissance, dont on peut apprécier les effets à l'analyse de la distribution spatiale de la culture des raisins de table en 1929 et 1936. Les cantons de Cavaillon et l'Isle enregistrent bien une croissance, mais inférieure à la moyenne départementale et leur part dans le total des plantations passe à 68 % en 1929 pour tomber à 56 % en 1936. Mais il ne fait aucun doute qu'ils sont à l'origine de la vive croissance – 163 % de 1912 à 1929 et 47 % de 1929 à 1936 – qu'on observe dans le cadre du département, par la valeur d'exemple, des revenus encaissés par les vignerons qui s'étaient orientés sur leurs terroirs vers la production des raisins de table. Croissance et aussi diffusion spatiale de cette spéculation, qui est présente dès 1929 dans tous les cantons, à l'exception de Sault et Valréas. La réussite des pionniers a mis en mouvement une émulation et un dynamisme qui concourent à élargir toujours davantage l'aire de production.

21Ce faisant, les producteurs de raisins de table doivent se plier à de nécessaires évolutions, en fonction de conditions naturelles moins favorables et moins conformes à l'idée qu'on se faisait initialement des raisins de table : alors que la production était primitivement orientée vers la précocité, on en vint à rechercher des variétés qui prolongent vers une arrière-saison la récolte et la commercialisation des raisins de table. Il y a à cela plusieurs avantages, d'une part éviter l'engorgement du marché qui fait brutalement tomber les cours, d'autre part valoriser des terroirs qui par leur situation géographique ne peuvent espérer une production primeur. L'extension de l'aire de production correspond donc à un allongement dans le temps de la fonction de production et c'est ce qui permit l'émergence d'une nouvelle zone de production dans l'arrondissement d'Apt, plus particulièrement les cantons de Pertuis et de Cadenet : alors qu'en 1912 cette zone ne représentait que 5 % des plantations, elle atteignait 14 % en 1929 pour se hisser à 22 % en 1936. Mais ici le chasselas n'est guère connu, on est dans le domaine par excellence des variétés tardives, Gros Vert et Servant qui se récoltent jusqu'en novembre.

  • 24 Un rapport du directeur des services agricoles sur la récolte de 1913 indique qu'elle se répartit e (...)

22Le vignoble à raisins de vendange connaît une croissance plus modérée. C'est en réalité dans les années de l'immédiate après-guerre – 1919 et 1920 – que l'on apprécie correctement les pertes infligées par la guerre au vignoble, dont la reconstitution peut être considérée comme réalisée en 1924. On entre alors dans une phase de croissance, hésitante jusqu'en 1930 où la progression devient sensible, pour se stabiliser dans les dernières années de la décennie. 11 y a dans cette trajectoire quelque chose de paradoxal, dans la mesure où la croissance est la plus vive dans les années dites de surproduction, marquées par un effondrement des cours : les mesures malthusiennes d'arrachage des vignes prises pendant la crise n'ont eu manifestement en Vaucluse aucun effet. C'est que justement le vignoble vauclusien, sans déserter les plaines où il est assuré de gros rendements, cherche sa voie originale dans la production de vins de qualité : cette orientation, balbutiante avant guerre24, devient un fait de tout premier ordre et elle est un facteur à ne pas ignorer pour l'intelligence de la croissance de la viticulture dans le Vaucluse. Il est simplement regrettable que nous manquions de données statistiques pour l'apprécier.

  • 25 Pour tout ce qui suit, je m'inspire largement de mon étude : "Un village vauclusien sous la Troisiè (...)
  • 26 C'est le cas de Paul Avril, dont j'ai retrouvé les archives. Son fils qui a pris le relais sur une (...)

23Là aussi s'est produit un phénomène d'imitation et d'émulation, et le modèle proposé est celui du vignoble de Châteauneuf-du-Pape25. C'est en effet dans ce village que les vignerons, s'appuyant sur une longue et glorieuse tradition, ont pris conscience les premiers de l'importance du facteur qualité, qu'avaient d'ailleurs découverte avant eux les négociants bourguignons, gros acheteurs de raisins et de vins de Châteauneuf, qu'ils transformaient dans leurs chais par la grâce de subtils coupages en crus de Bourgogne... Les négociants de Châteauneuf, intermédiaires incontournables entre les producteurs et le commerce bourguignon, avaient d'ailleurs vite compris le parti qu'ils pouvaient tirer de leur situation : ils faisaient entrer dans leurs caves – très supérieures en capacité à celle des vignerons – de grosses quantités de raisins en provenance de villages vauclusiens qu'ils faisaient cuver et vendaient comme des vins de Châteauneuf. Il y eut bien, avant 1914, des tentatives individuelles, dont le souvenir n'est pas perdu26, pour faire connaître dans des Concours Agricoles, sur des foires en France et à l'étranger les vins de Châteauneuf, mais ces initiatives pionnières pesaient d'un faible poids étant donné les conditions générales du marché des vins fins. On imagine que la situation était plus difficile encore pour les autres villages viticoles du Vaucluse, qui ne pouvaient invoquer à leur bénéfice la réputation historique des vignes pontificales.

  • 27 On notera la spécification professionnelle des membres du syndicat : "propriétaires viticulteurs", (...)
  • 28 L'aire d'appellation Châteauneuf-du-Pape s'étend sur le territoire des communes de Châteauneuf, Sor (...)

24C'est après la guerre – il y a là un témoignage, sur lequel les vignerons encore aujourd'hui insistent beaucoup, du changement qu'elle a introduit dans les mentalités – que les vignerons de Châteauneuf se décident à réagir contre une situation où ils ont le sentiment de jouer un rôle de dupes. Ils fondent à cet effet un "Syndicat des propriétaires-viticulteurs de Châteauneuf-du-Pape pour la défense de l'appellation d'origine" qui se fixe comme objectifs la délimitation du terroir de l'appellation et la lutte contre la fraude à l'égard de l'appellation27. Les vignerons de Châteauneuf ne sont pas seuls à s'organiser dans cette perspective et c'est l'action commune des organisations professionnelles concernées par la définition et la protection des aires de production des vins de qualité qui a permis le vote de la loi du 22 juillet 1927 sur les appellations d'origine. Mais il n'est pas indifférent que le mouvement soit parti du Vaucluse, et le président du Syndicat de Châteauneuf, le baron Le Roy, y a tenu un rôle de tout premier plan. Il n'était pourtant châteauneuvois que par son mariage et la propriété qu'avait apportée en dot son épouse, mais il avait une formation de juriste fort utile pour défendre le dossier de Châteauneuf devant les instances administratives et il consacra autant de talent que d'énergie à le faire aboutir. Il y fallut dix ans, c'est seulement en 1934 que fut définitivement gagné le procès de délimitation de l'aire du vin d'appellation Châteauneuf-du-Pape. Cette longue lutte, gagnée dans les faits avant sa conclusion judiciaire, était indispensable à la réussite économique du village et des producteurs des communes limitrophes englobées dans l'aire d'appellation28 : pour la première fois dans l'histoire de la vigne, la médiocre fertilité du sol et la faible productivité des vignes ne pesaient plus sur l'économie viticole comme des contraintes, mais définissaient les facteurs de son succès, qui misait désormais sur la qualité des vins produits, reconnue incompatible avec une productivité élevée.

  • 29 Recueil des déclarations d'appellations d'origine. Paris Imprimerie Nationale, 1930.
  • 30 Au palmarès des villages qui prennent cette orientation, il convient de noter Rasteau, Cairanne dan (...)
  • 31 On enregistre des reculs importants dans les cantons de Cavaillon et l'Isle, mais nous savons qu'il (...)
  • 32 La coopération vinicole en Vaucluse de 1920 à 1940. D.E.S. de Christiane Beaujour, sous ma directio (...)

25A l'exemple de Châteauneuf, d'autres terroirs favorables à la production de vins de qualité se firent reconnaître une spécificité qui valait prime sur le marché des vins. C'est ainsi que naquirent les appellations Côtes-du-Rhône, Côtes-du-Ventoux et Vin-de-Combres, sur les contreforts septentrionaux du Luberon. Nous connaissons le nombre des déclarations de récolte afférentes à ces appellations pour l'année 192929 : pour "les Côtes-du-Rhône", elles proviennent de 45 villages et elles sont au nombre de 1530, avec parmi elles 5 caves coopératives, celles de Bédoin (il y en a deux), Morières, Sainte-Cécile-les-Vignes et Vaison et elles rassemblent à elles seules plusieurs centaines de déclarations. C'est donc un phénomène de masse, d'une ampleur inégale selon les villages, mais qui témoigne bien d'une orientation nouvelle de la viticulture30. Elle s'inscrit dans la statistique cantonale que permet l'enquête de 1929, car on y observe par rapport aux superficies plantées en 1912 des changements significatifs. La progression est en effet sensible dans les cantons de Bonnieux, Cadenet, Pertuis, Beaumes, Orange, Vaison et Valréas, et c'est là que se manifeste l'effort pour produire des vins de qualité31. C'est également dans ces pays que s'est réalisé l'équipement en caves coopératives existantes32 : les cantons précités regroupent 18 des 37 caves coopératives en Vaucluse en 1929 et il faudrait ajouter celles de Morières, Sainte-Cécile, Bédoin, Villes, Mormoiron pour bien montrer la coïncidence, qui n'est pas fortuite, entre croissance du vignoble, politique de qualité et création de caves coopératives. C'est lorsqu'ils se mettent en mesure de vinifier leur récolte, dans de bonnes conditions techniques, que les vignerons peuvent valoriser leur production sur le plan de la qualité. Ils traitent désormais avec le négoce sur des bases qui leur sont bien plus favorables.

26Curieusement – mais la différence de comportement s'explique facilement – les vignerons de Châteauneuf, promoteurs de la politique de qualité, se tiennent à l'écart du mouvement coopératif qui nous apparaît ailleurs comme un facteur de réussite de cette politique. 3'ai interrogé beaucoup de vignerons de Châteauneuf, et obtenu un grand nombre de réponses, écrites et orales : la tradition est incontestable, on vinifiait une partie au moins de la récolte et cela remonte manifestement très loin dans le temps. Il y a là un facteur d'individualisme, que, bien sûr, la qualité officiellement reconnue aux vins de l'appellation a renforcé. Et les conditions du commerce, qui distingue entre vins de premier et de second choix, la recherche de clientèles personnelles par de nombreux vignerons, font que les producteurs durcissent leur individualisme, s'attachent à donner à leurs vins une personnalité, liée au terroir mais aussi à la vinification. Cette situation favorise naturellement les grands propriétaires, beaucoup de caves sont encore médiocrement équipées et il arrive que plusieurs petits propriétaires se groupent pour acheter un pressoir. Mais l'esprit d'entr'aide n'est pas dominant à Châteauneuf, alors que – sous réserve de cas individuels – il a trouvé une expression moderne, par la création des caves coopératives, dans les pays où la vigne devient une spécialisation de l'agriculture.

IV – INNOVATION ET SPÉCIALISATION AGRICOLES

  • 33 G.A. de Réparaz : "Le plateau de Saint-Christol – Etude de géographie rurale en Haute Provence", Ai (...)

27L'analyse que je présente de l'agriculture vauclusienne entre les deux guerres ne vise nullement à l'exhaustivité : après l'ouvrage de P. George, écrit sur le vif pourrait-on dire, quel pourrait être l'intérêt, et le mérite, d'une étude ainsi conçue ? Mon propos, indispensable aux analyses qui vont suivre, vise à mettre en lumière la lutte qui se poursuit et même s'élargit entre l'économie traditionnelle et les spéculations agricoles modernes. C'est pourquoi j'ai porté mon attention sur la céréaliculture, dont le déclin a valeur de condamnation de l'économie traditionnelle, les cultures maraîchères et la vigne, spéculations majeures qui apportent un dynamisme remarquable à l'économie agricole dans son ensemble et l'entraînent dans un mouvement ininterrompu de modernisation. Mais le souci de faire apparaître des systèmes agricoles, pour justifié qu'il soit en particulier par les réalités géographiques où s'inscrivent ces sytèmes, ne doit pas conduire à une vision schématique, appauvrie, de l'agriculture vauclusienne. Il y a certes des zones naturelles qui négocient fort mal le virage décisif de la modernisation et qui sont de ce fait condamnés à un irréversible déclin, marqué par un processus de désertification – sur lequel je reviendrai. Cependant, même là on peut noter la recherche de voies nouvelles et la culture de la lavande en est un bon exemple33. La lavande sauvage poussait naturellement sur les hauts plateaux calcaires des cantons d'Apt et de Sault et vers 1910 on commença à aménager les lavanderaies sauvages et à créer les premières plantations de lavande. Cet effort, interrompu par la guerre, s'intensifie après 1918, aux dépens des cultures céréalières, et l'enquête agricole de 1929 recense 2 150 ha de plantations de lavande dans le canton d'Apt et 2 300 ha dans le canton de Sault. C'était d'ailleurs excessif, d'une part parce que l'on ne se préoccupait pas des maladies qui pouvaient frapper ces plantations, d'autre part parce qu'on n'était pas attentif aux capacités du marché. Aussi la crise des années 1930 devait-elle provoquer la chute des cours et entraîner un recul des plantations. Mais l'important, c'est la pénétration d'un comportement spéculatif, caractéristique de la modernité économique, jusque dans les zones les plus deshéritées du département.

28En vérité, l'esprit d'innovation et de compétition, la recherche de nouvelles productions sont des caractéristiques de toute la paysannerie vauclusienne. Les spécialisations majeures, maraîchère et viticole, ont ceci de remarquable qu'elles stimulent l'effort de tous, par les modèles qu'elles proposent, et aussi qu'elles peuvent donner lieu à des réalisations partielles et progressives, valorisant des systèmes de production où la tradition reste importante, préparant des évolutions relativement lentes mais orientées dans un sens positif. A côté des pays où elles s'imposent totalement – je pense aux cantons de Cavaillon, l'Isle, Avignon, Bédarrides et dans une moindre mesure Carpentras, Pernes, Orange-, ces spécialisations sont présentes pour une part variable – mais qui n'est jamais négligeable – dans presque tous les villages vauclusiens, particulièrement ceux de la zone intermédiaire, où la tradition et la modernité poursuivent une lutte engagée dès avant 1914. C'est là qu'on mesure l'importance de la culture de l'asperge, des légumineuses pour graines, des plants greffés, des cerisiers et abricotiers, de la vigne à vins fins... C'est par ces spéculations, bien adaptées aux structures agraires et à la force de travail de la famille paysanne, que la modernité grignote le terrain des activités traditionnelles. Il y a donc interpénétration de l'économie traditionnelle et d'éléments diversifiés de modernisation, empruntés aux grandes spécialisations que la nature autorise dans le Vaucluse. C'est une interpénétration dynamique, évolutive, qui est d'une certaine manière une forme de lutte pour la vie et qui, de ce fait, n'est évidemment pas indifférente aux dispositions et aptitudes personnelles des agriculteurs concernés. C'est donc au niveau de chaque exploitation que se noue l'affrontement entre la tradition et l'innovation, que joue plus ou moins l'effet d'entraînement et que s'exerce l'émulation précédemment et en termes généraux évoquée. Les données statistiques risquent de masquer cet aspect humain de l'évolution de l'économie agricole, qui est pourtant très important, quelque difficulté qu'on ait à le saisir, car il est l'un des facteurs de la croissance de l'agriculture.

29Puisque la lutte entre la tradition et l'innovation se poursuit encore, il n'est pas sans intérêt de mesurer le chemin parcouru, sur le plan du territoire agricole et des systèmes de production, depuis les années 1850-60 que nous avions caractérisées comme le point extrême des perfectionnements apportés à l'économie traditionnelle. La superficie cultivée n'a pratiquement pas changé pour l'ensemble du département, mais sa répartition cantonale se trouve sensiblement modifiée : les cantons de plaine, Avignon, Cavaillon, Carpentras, Bollène, ont gagné ce que les pays de montagne et de plateaux calcaires, Mormoiron, Sault, Valréas ont dû abandonner. Ce transfert s'est parfois opéré à l'intérieur d'un même canton, et c'est ce qui explique de l'Isle et Pernes ont perdu une proportion importante de leur ancien territoire agricole, qui s'est au contraire élargi à Beaumes. On est que présence du processus de désertification que j'indiquais précédemment, et il est plus prononcé qu'il ne paraît si l'on veut bien tenir compte des friches, qui sont recensés dans l'enquête de 1929 et qui représentent au total 7 % de la superficie cultivée. Ce sont des terres abandonnées, depuis une date qu'on ne peut préciser mais qui doit pour l'essentiel remonter à la guerre, et qui retournent à l'état de nature. On n'est pas surpris qu'ils se rencontrent surtout dans les cantons déshérités, Apt, Mormoiron, Sault et ils annoncent une nouvelle phase du repliement de l'activité agricole, là où la modernisation ne peut se faire. Cet abandon, qui a quelque chose d'impitoyable, tout au moins d'inéluctable, s'observe jusque dans les cantons de plaine : partout la notion moderne de productivité s'impose.

  • 34 Cette zone herbagère se prolonge jusqu'à Sorgues, d'où la forte croissance des prairies naturelles (...)

30Autre signe évident de modernisation, dans le contexte vauclusien : le recul sensible des terres labourables, au profit de la vigne, mais aussi des vergers et des prairies naturelles. Ces dernières doivent être reliées au progrès de l'irrigation, qui a valorisé des terres jusqu'alors emblavées, et l'exemple le plus remarquable est, bien sûr, celui d'Avignon puisqu'autour de la ceinture maraîchère s'est constituée une zone verte, où les prairies naturelles sont l'objet d'une exploitation intensive34. Les gains réalisés par les vergers sont plus incertains, car on a recensé sous cette rubrique des plantations hétérogènes. Mais on ne peut négliger, car c'est un point de départ important et prometteur, les vergers de cerisiers du pays d'Apt et de Mormoiron, de cerisiers et d'abricotiers des cantons de Carpentras, Pernes et Beaumes. C'est bien entendu la vigne qui est la grande gagnante, et même là où elle a apparemment reculé elle enregistre un progrès de productivité très sensible. Toutes ces avancées se sont réalisées aux dépens des cultures céréalières, qui ont dû par ailleurs céder du terrain au profit des cultures légumières. Conduite à son terme logique, cette évolution a fait disparaître l'économie de subsistance dont le blé était le grand symbole, on le voit dans les cantons de Cavaillon et dans une moindre mesure d'Avignon et de Carpentras. Il y a là un modèle de croissance qui se met en place, selon des formes diverses et avec un bonheur inégal, mais sa force d'entraînement est incontestable.

31C'est donc une agriculture nouvelle, prenant appui sur une occupation du sol profondément modifiée, que nous révèle la confrontation des associations culturales vers 1860 et 1930. C'est une mutation considérable, dont les prémices nous sont apparues avant 1914, mais c'est dans les années 1920-1939 qu'elle se généralise. Elle est bien sûr le fait des hommes, et il faut maintenant les suivre dans leur nombre et leur répartition.

Notes

1 A.D.V. 6 M 391-392-393-396-397-398-399.

2 C'est ainsi que les rendements figurent de façon épisodique. Mais aussi les observations faites par le directeur des services agricoles (A.D.V. 7 M 112) révèlent des discordances ou des incertitudes qui incitent à une grande prudence. Pour ne prendre qu'un exemple, ce haut fonctionnaire signale en 1935 que de nombreux cultivateurs ont négligé de faire leurs déclarations d'emblavures, et il indique de ce fait une différence de 5000 ha entre la superficie qui figure sur la statistique annuelle et le total des déclarations. Et nous ne savons pas comment a été obtenue la superficie totale retenue par la statistique.

3 A.D.V. 6 M 394-395, et aussi la publication de la statistique agricole de la France : Résultats généraux de l'enquête de 1929. Paris, 1936.

4 A noter que la statistique agricole annuelle recense isolément les superficies consacrées à l'horticulture et celles portant des cultures maraîchères. Distinction bien subtile pour le Vaucluse. A regarder de près les questionnaires communaux de l'enquête de 1929, il apparaît que l'horticulture est concentrée dans les banlieues urbaines, mais c'est un critère qui n'est évidemment pas justifié dans le Vaucluse.

5 La chute des emblavures en 1922 est purement conjoncturelle : le directeur des services agricoles l'explique par l'exceptionnelle sècheresse de l'automne, qui a contrarié les ensemencements.

6 Voir "Economie et Société à Bollène (1856-1936), Mémoire de maîtrise réalisé sous ma direction par Marie Dominique Rousseau en 1976. Le millet présentait un autre avantage : on pouvait le semer tardivement, et sur les terres facilement inondées de la vallée du Rhône ce n'était pas négligeable.

7 P. George. Op. cit. p. 385.

8 Ibid. p. 385.

9 La monographie agricole du département de Vaucluse (Avignon 1935>) signale que les pommes de terre primeur sont fréquemment associées à la culture du chou-fleur ou de la salade d'hiver, qui lui succèdent. Aussi ai-je intégré les superficies consacrées aux pommes de terre primeur dans la rubrique des cultures légumières, alors que la nomenclature de l'enquête agricole de 1929 distingue pommes de terre, pommes de terre primeur et cultures maraîchères de plein champ. On peut mettre à part les pommes de terre classiquement cultivées d'avril à septembre, parce que la terre qui les produit ne porte qu'une récolte dans l'année, mais ce n'est absolument pas le cas des pommes de terre dites primeur.

10 C'est la première fois que le termes de "friches" est utilisé dans une enquête agricole. Le questionnaire communal en propose la définition suivante : "les friches sont les terres qui ne sont pas travaillées; elles sont abandonnées à la végétation spontanée et servent à la dépaissance du bétail, notamment des moutons. Ces terres ont été cultivées autrefois et sont susceptibles de l'être à nouveau.".

11 Economie et Société à Bollène. Op. cit.

12 Les cadres de l'enquête agricole de 1929 ne sont pas adaptés à la collecte d'informations précises sur les cultures maraîchères. Les pommes de terre primeur figurent dans la rubrique "Tubercules et racines", il est prévu ensuite une rubrique "Légumes ou fruits cultivés en plein champ", qui se distingue des "jardins potagers et maraîchers" par le fait qu'ils s'appliquent à des "terres qui ne sont pas continuellement affectées à la culture des légumes"... Ces subtiles distinctions devaient laisser perplexes les membres des commissions communales constituées autour des maires. A lire attentivement plusieurs réponses au volumineux questionnaire qu'on leur demandait de remplir, j'ai acquis la conviction que les plus sérieuses des commissions avaient indiqué les surfaces consacrées à chacune des productions mentionnées dans le questionnaire. Dans certains cas, cela aboutit à augmenter indûment les superficies car il n'est pas tenu compte des deux ou trois récoltes qui se succèdent dans l'année. Un total de 14 000 ha paraît très raisonnable.

13 P. George. Op. cit. p. 441 sq.

14 P. George. Op. cit. p. 495 sq.

15 P. George. Op. cit. p. 478.

16 Questionnaire publié dans le numéro du 6 janvier 1965 du Vaucluse Agricole.

17 A la question que je lui posais sur sa vie scolaire, M. 3... m'a répondu qu'il était allé à l'école jusqu'à 16 ans et qu'il avait obtenu son certificat d'études.

18 P. George. Op. cit. p. 449.

19 L'expression est celle qui a cours dans l'enquête agricole de 1929. Pierre George parle lui de la "culture des porte-graines".

20 P. George. Op. cit. p. 498 et G. Bastide, instituteur agricole "Monographie d'Althen les Paluds : des marais aux glaïeuls".

21 Réponse de Monsieur L. B..., de Jonquières.

22 P. Georges (op. cit. p. 504) ne met pas en doute les données statistiques et met la brusque progression de 1929 sur le compte des nouvelles plantations. Mais il faut trois ans au moins pour qu'une plantation devienne productive !

23 Le journal agricole Rhône-Durance-Ventoux rend compte chaque année du déroulement de ces journées.

24 Un rapport du directeur des services agricoles sur la récolte de 1913 indique qu'elle se répartit en 667398 hl de vins de consommation et 10992 hl de vins fins.

25 Pour tout ce qui suit, je m'inspire largement de mon étude : "Un village vauclusien sous la Troisième République : Châteauneuf-du-Pape".

26 C'est le cas de Paul Avril, dont j'ai retrouvé les archives. Son fils qui a pris le relais sur une propriété de tout premier ordre m'a longuement parlé de lui, soulignant son audace et son imagination.

27 On notera la spécification professionnelle des membres du syndicat : "propriétaires viticulteurs", qui écarte les négociants et introduit les propriétaires non exploitants. Le cahier des procès-verbaux des séances du Syndicat (Siège du Syndicat, à Châteauneuf-du-Pape) donne clairement les raisons de la constitution du syndicat :
"Les propriétaires viticulteurs de Châteauneuf-du-Pape, justement émus de l'arrivage considérable de raisins étrangers dans leur territoire et de l'usage abusif de l'appellation Châteauneuf-du-Pape, appliquée à des raisins de toute espèce et de toute provenance, décident la création d'un syndicat de défense de l'appellation d'origine ... qui sera chargé de la défense de leurs intérêts."

28 L'aire d'appellation Châteauneuf-du-Pape s'étend sur le territoire des communes de Châteauneuf, Sorgues, Bédarrides, Courthezon et Orange. Seuls les terrains miocènes recouverts "par le diluvium alpin des plateaux ou le diluvium des terrasses" y ont droit, c'est-à-dire les sols argilo-siliceux caractérisés par la présence de cailloutis et de galets. Au total, 1 300 hectares sont concernés. Par ailleurs, les conditions d'encépagement sont sévères.

29 Recueil des déclarations d'appellations d'origine. Paris Imprimerie Nationale, 1930.

30 Au palmarès des villages qui prennent cette orientation, il convient de noter Rasteau, Cairanne dans le canton de Vaison, Gigondas et Vacqueyras dans les cantons de Beaumes, Sainte-Cécile- les -Vignes dans le canton de Bollène, Bédoin, Villes et Mormoiron dans le canton de Mormoiron.

31 On enregistre des reculs importants dans les cantons de Cavaillon et l'Isle, mais nous savons qu'ils sont significatifs d'une autre orientation positive : c'est le raisin de table qui a pris ici la place du raisin de vendange, dont on ne pouvait d'ailleurs attendre qu'un vin de qualité médiocre.

32 La coopération vinicole en Vaucluse de 1920 à 1940. D.E.S. de Christiane Beaujour, sous ma direction – Université de Provence, 1972.

33 G.A. de Réparaz : "Le plateau de Saint-Christol – Etude de géographie rurale en Haute Provence", Aix-en-Provence, 1966.

34 Cette zone herbagère se prolonge jusqu'à Sorgues, d'où la forte croissance des prairies naturelles dans le canton de Bédarrides. Elle donne lieu à un élevage laitier non négligeable, puisque l'enquête de 1929 recense 1 080 vaches laitières sur le territoire d'Avignon, tout particulièrement à Montfavet.

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540