Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Troisième partie. L'agriculture vauclusienne de l'entre deux guerres : une réussite économique et sociale

Chapitre I. La guerre (1914-18): l'élan est stoppé

Texte intégral

1La guerre vient brutalement, pour de longues et douloureuses années, interrompre et bloquer le processus de reconstruction et de modernisation de l'agriculture vauclusienne. Dans la perspective que nous nous sommes tracée, elle est une coupure et elle impose une régression. Elle constitue donc une conjoncture nouvelle, imprévisible par les faits et contraintes qui lui confèrent à la fois sa vigueur et sa spécificité, et sous cet angle il faut essayer de l'analyser et de mesurer son impact. Mais c'est une tâche difficile à accomplir, parce que les matériaux qu'on peut utiliser sont d'une qualité douteuse ou d'un maniement délicat. Je m'explique : il est bien connu que la guerre conduit l'État à une intervention plus diversifiée et plus pesante dans l'activité économique, particulièrement par la mise en place de procédures de contrôle de la production et des prix conduisant, en fonction des exigences de la situation, à des mesures de réquisition, rationnement, taxation... Inutile de développer, ces mécanismes n'ont plus à être étudiés. Pour la recherche documentaire de l'historien, l'intervention croissante de l'État paraît être une bonne chose, en ce sens qu'elle fait surgir des enquêtes et produit des rapports et des statistiques. Mais quel crédit leur accorder ? En temps normal, les données statistiques en provenance du secteur agricole sont déjà frappées d'un coefficient d'incertitude qui tient à l'atavique méfiance paysanne et à la très grande dispersion des unités de production. En temps de guerre, alors que la pénurie tout à la fois fait craindre la réquisition et stimule les prix, il y a tout lieu de penser que la dissimulation et la "sous-évaluation" des surfaces cultivées et des récoltes engrangées accroissent sensiblement ce coefficient d'incertitude.

I – ANALYSE ÉCONOMIQUE

  • 1 Enquête auprès des vignerons de Châteauneuf-du-Pape. Voir mon étude sur Châteauneuf-du-Pape. Op. ci (...)

2Considérons la série annuelle de la superficie du vignoble vauclusien : on remarque qu'elle enregistre un double recul, une première fois en 1915 et une seconde en 1919. Sans doute des vignes sont mortes en 1915, qui fut la plus mauvaise année de la guerre, mais il y a, me semble-t-il, projection excessive sur la superficie plantée en vigne de la récolte catastrophique de cette année-là. Le fléchissement de 1919 me paraît plus proche de la réalité et plus significatif car il traduit en termes de disparition la progressive dégradation du vignoble sous l'effet de la guerre. On comprend bien comment s'est réalisée cette dégradation, à lire les témoignages que m'ont donnés des vignerons de Châteauneuf-du-Pape évoquant leurs souvenirs des années de guerre1 :

"Je me souviens, dit l'un deux, de la déclaration de guerre de 1914, tout le monde pleurait à la maison, mon père et deux oncles partaient; un de mes oncles fut tué en 1914, l'autre en 1918; mon père prit les gaz à la fin de la guerre, revint en 1920 presque aveugle et mourut en 1926. Pendant la guerre, mon grand-père âgé faisait ce qu'il pouvait, aidé par ma grand-mère et ma mère, les vignes étaient très mal entretenues, souvent taillées seulement. On s'occupait plutôt du jardin et de la basse-cour".

3Exigeante en travaux et en main-d'œuvre, la vigne souffre particulièrement du départ des hommes, les vieux et les femmes sont tentés de porter leur effort principal sur les productions de subsistance ou bien s'imposent des tâches à la limite de leurs forces, comme le confirme cet autre témoignage :

  • 2 Ce vigneron évoque ici, pour souligner la régression imposée par la guerre, l'effort de replantatio (...)

"Mon père était parti et mon grand-père était seul, car pour trouver pour se faire aider c'était dur et il n'y avait que des personnes d'un certain âge et presque pas d'argent. Aussi le vignoble qui s'était agrandi2 a souffert pendant quatre ans. Ma grand-mère transportait l'eau à mon grand-père avec deux arrosoirs au milieu des vignes pour sulfater, avec la chaise pour charger et recharger l'appareil... Vint le moment où on put avoir un cheval ou un mulet et un homme qu'ils payaient avec l'argent que mon père qui était officier leur envoyait tous les mois, là cela commença d'aller un peu mieux".

4Il y eut des situations où, au prix d'un effort assurément considérable, des solutions au moins partielles purent être apportées et l'on imagine que, dans un contexte de pénurie, elles furent payantes, génératrices de profits élevés. Mais à côté il y eut la masse, qu'on ne peut chiffrer mais majoritaire à coup sûr, de tous ceux qui durent subir :

"Mon père mobilisé, les vignes sont restées quatre ans sans être travaillées ni taillées. En 1919 nous avons taillé sur du bois de quatre ans. En 1920 nous avons fait ou fait faire 4 000 trous de remplacement dans six hectares de vignes".

5Cela signifie que 4 000 ceps étaient morts, soit près du cinquième du potentiel de production, puisqu'on plantait en moyenne 3 500 pieds à l'hectare. Retenons en outre que ces vignes affaiblies n'ont pas à être comptées comme ayant disparu, ce qui confirme bien l'incertitude des statistiques officielles car elles ignorent ou interprètent – mais de quelle manière ? – cette réalité sûrement très banale. Il m'apparaît impossible, de ce fait, de parvenir à une estimation chiffrée sérieuse de l'affaiblissement du vignoble pendant la guerre. Notons simplement que c'est un fait incontestable, avec de sensibles différences selon les situations individuelles et familiales, ce qui crée, bien sûr, de grandes inégalités de revenu car l'inflation de guerre ne profite qu'à ceux qui sont présents sur les marchés.

  • 3 A.D.V. 6 M 389-390. 3'utilise pour ce développement les rapports des commissaires de police et des (...)

6Le cas du vignoble est particulier, sa vulnérabilité tient plus encore qu'au déficit de main-d'œuvre à la pénurie des produits chimiques, à base de cuivre et de soufre qui sont des matières premières importées, utilisées pour combattre les maladies redoutables que sont le mildiou et l'oïdium. L'insuffisance des traitements chimiques et la réduction forcée des travaux culturaux conjuguent leurs effets, d'intensité variable, pour dégrader les plantations et le processus peut aller jusqu'à la destruction, au moins partielle. Les cultures céréalières et légumières, dont le cycle végétatif s'étend sur quelques mois, ne courent pas les mêmes risques. Certes, on observe en Vaucluse comme ailleurs une baisse des rendements, mais il ne semble pas qu'il y ait un recul sensible des superficies cultivées. Il y a, bien sûr, des exploitations qui sont en situation plus difficile que d'autres, mais la vision d'ensemble qu'on peut prendre, à partir des statistiques – compte tenu des réserves exprimées précédemment – et des rapports préfectoraux3, n'indique pas un recul significatif. Dès février 1916, le préfet corrige son appréciation pessimiste – et tout à fait fondée – sur les récoltes de 1915 par l'observation que "à quelques exceptions accidentelles, il n'y a pas de terres abandonnées et sans culture". Le 24 septembre 1917, le sous-préfet d'Apt s'attarde sur cette question :

"... région de cultures variées où les grandes exploitations sont rares, il en résulte que peu de terres sont restées incultes. Il n'est pas de famille qui ne soit parvenue à assurer l'ensemencement de ses terrains et la rentrée de ses récoltes".

  • 4 Il faut tenir compte des permissions, celles de droit commun mais aussi celles qui concernent de fa (...)

7Retenons la corrélation positive entre l'exploitation de caractère familial et le maintien du potentiel de production. Elle n'a rien qui puisse nous surprendre, on comprend bien les mécanismes par lesquels s'affirme, dans un contexte défavorable, la supériorité d'une structure économique qui prend appui sur la cohésion et la solidarité de la famille. Des jeunes enfants aux vieillards, chacun apporte sa contribution et tant bien que mal on parvient à suppléer l'absence de l'exploitant mobilisé4.

  • 5 A.D.V. 6 M 389.
  • 6 Ibid.

8Mais il faut compter aussi avec ce que le sous-préfet d'Orange appelle "l'esprit de lucre"5. Il n'est pas sans intérêt de remarquer que cet aspect de l'état d'esprit dans les campagnes vauclusiennes apparaît en 1917 et qu'il accompagne la vive hausse des prix agricoles qu'on observe alors. Jusqu'à cette date le souci premier des paysans, en Vaucluse comme ailleurs, avait été de faire face à la pénurie de main-d'œuvre, ce qui avait conduit à une reconversion au moins partielle de leurs exploitations au bénéfice des cultures de subsistance. Lorsque les conditions générales de la guerre imposent une tension sur les marchés, génératrice d'inflation, les exploitations agricoles du Vaucluse paraissent, pour bon nombre d'entre elles, en position favorable pour exploiter les difficultés d'approvisionnement. Le cas le plus simple est sans doute celui de la proximité d'un grand marché de consommation : il est analysé par le commissaire de police de Pertuis qui note l'arrivée de Marseille de "quantité de commissionnaires" qui font monter les prix des légumes, du vin, bref de tout ce qui se mange. Dans une agriculture encore faiblement spécialisée, où les reconversions de circonstance sont faciles, il se crée un rapport spécifique entre le producteur et le consommateur où, commente-t-il, "les propriétaires-récoltants trouvent de quoi satisfaire leur appétit insatiable"6. Au même moment, le commissaire de police de Carpentras observe un recul de la culture du blé et de la pomme de terre car, précise-t-il,

"les paysans préfèrent récolter des graines fourragères et des tomates qui leur assurent de gros bénéfices. La tomate qui se vendait avant la guerre de 3 à 4 francs les 100 kg s'est vendue cette année jusqu'à 45 francs".

9Les mécanismes inflationnistes sont, dans ce cas, plus complexes que dans le précédent, ils jouent sur un marché national. Mais ils stimulent le travail, ce que le préfet exprime en ces termes en novembre 1917 :

"Les paysans stimulés par ces gains considérables mettent au travail de la terre femmes et enfants et arrivent ainsi à un résultat admirable".

10On a le sentiment que les exploitations agricoles vauclusiennes se sont bien adaptées à l'état de la guerre, du fait de leurs dimensions et de la plasticité de leurs systèmes de production. Cette adaptation, d'abord imposée par des circonstances contraires, a été ensuite dictée par l'intérêt matériel et cela n'est pas toujours compatible avec l'esprit civique... On le perçoit dans les rapports préfectoraux, lorsqu'en février 1918 le préfet constate avec regret le faible rendement des réquisitions de blé, qu'il met sur le compte d'un prix taxé insuffisamment rémunérateur (50 francs le quintal) et il développe sa pensée lorsqu'il écrit à propos de la pomme de terre

"partout où les arrêtés de taxation sont observés, la marchandise disparaît et il est à craindre que les agriculteurs ne cherchent dans d'autres cultures le bénéfice qu'ils étaient en droit d'escompter avec le produit de leur dernière récolte de tubercules".

  • 7 A.D.V. 6 M 390.

11Faut-il s'étonner de ces pratiques ? Elles s'inscrivent dans une situation exceptionnelle dont on ne saurait sous-estimer la dureté. Le préfet note par ailleurs la lassitude, particulièrement dans la population féminine, le mécontentement que provoquent ici et là le rationnement et la mauvaise qualité du pain, la pénurie de sucre, de pâtes alimentaires, les soucis que lui cause le moral des permissionnaires... Les profits réalisés dans les campagnes apparaissent à beaucoup comme une contrepartie d'ailleurs insuffisante des souffrances endurées. Mais il est certain que l'argent ne manque pas et il en donne deux indices sérieux, dans son rapport d'avril 19187 : les billets de banque de 500 et 1 000 francs qui avaient presque disparu de la circulation font leur apparition dans les campagnes et les banques indiquent que la demande des bons de la défense nationale n'a jamais été aussi forte.

  • 8 Cette moyenne, affectée de la valeur 100, me permet une comparaison par rapport au revenu des explo (...)

12Plusieurs des comptabilités d'exploitations agricoles analysées pour la période d'avant-guerre sont exploitables pour la période de guerre, ce qui peut nous aider à appréhender la réalité du revenu agricole pendant ces années d'exception, mais la tâche est délicate, pour plusieurs raisons. En premier lieu, je ne sais rien des conditions humaines dans lesquelles chaque exploitation a affronté et traversé la guerre et il est bien évident que la mobilisation ou non de l'exploitant, la présence d'enfants en âge de travailler ou bien la contribution des parents sont des facteurs qui pèsent lourd dans la conduite de l'exploitation. Une autre difficulté tient au fait que l'inflation donne aux valeurs monétaires une précarité qui contrarie les comparaisons d'une année sur l'autre et les facteurs d'évolution des prix agricoles sont trop divers pour qu'une conversion des francs courants en francs constants puisse être tentée. Comme je cherche simplement à vérifier, à partir de situations réelles – connaissant, bien sûr, leurs limites – le mouvement du revenu agricole tel qu'il a été perçu par les autorités administratives, je me suis contenté de calculer en valeur indiciaire le revenu de l'exploitant pour les années 1914-1919, en prenant comme base la moyenne de ce revenu pour les années 1911-19138. Les résultats de ces calculs sont consignés dans le tableau suivant:

Le revenu des exploitations agricoles pendant la guerre de (1914-1919)

Le revenu des exploitations agricoles pendant la guerre de (1914-1919)

13Traitons tous d'abord le revenu du marquis de Causans. Nous savons qu'il a une double origine : le produit de ses fermages et la part qui lui revient sur le vignoble qu'il a constitué. Il assure la vinification de la part de vendanges que lui remettent ses fermiers et c'est ce qui explique la quasi disparition de son revenu en 1916 car c'est avec un an de retard sur la récolte que ses gains apparaissent en comptabilité et l'on a de ce fait enregistré en 1916 la catastrophique vendange de 1915 : c'est tout juste s'il a pu cette année-là couvrir ses frais généraux avec le produit de ses fermages. Il s'agit bien d'une catastrophe, provoquée par une attaque d'oïdium que les vignerons étaient incapables de combattre car le soufre avait disparu des magasins et coopératives, et elle est repérable dans toutes les exploitations qui cultivent la vigne. Mais le revenu du grand domaine apparaît très vulnérable et cela ne tient pas seulement à la place prépondérante qu’y occupe la vigne car dans les propriétés Appy le revenu viticole résiste mieux qu'à Causans. II est très vraisemblable que les fermiers de Causans se préoccupent en premier lieu, en fonction des moyens qui leur restent, de leurs propres vignes et c'est ce qui explique la dégradation progressive du revenu du marquis. La guerre révèle la faiblesse d'un mode de production qui avait tenté d'associer l'intérêt du fermier-vigneron et celui du propriétaire-investisseur. C'est ce dernier qui est mis en grande difficulté, et ses fermiers seront à son égard en position de force, une fois terminée la guerre.

14Les métayers de M. Appy présentent des revenus dont la courbe d'évolution est comparable : le creux de la vague est atteint en 1915 – lorsqu'ils cultivent la vigne, ces paysans vendent le raisin sitôt vendangé – et la remontée s'effectue progressivement. Il faut certes y regarder de plus près, et signaler en premier lieu le cas particulier de Saint-Biaise, où le revenu agricole est nettement à la traîne. Simple coïncidence ? C'était en 1913 l'exploitation la plus moderne, et ses recettes viticoles disparaissent jusqu'en 1918. Sans doute le métayer a-t-il été mobilisé et dans une conjoncture très difficile il a fallu se résigner à renoncer à la culture jusqu'alors la plus rentable. Paradoxalement, c'est là où le système de production restait le plus archaïque, aux Martins, que la remontée est la plus régulière, alors qu'au Mourre et à Payan de bons résultats obtenus en 1916 sont suivis d'un recul en 1917. N'attachons pas une importance excessive à ces variations, il est plus important de retenir les points forts de l'évolution. A cet égard, on est frappé par la chute du revenu en 1915 qui est bien l'année la plus sombre, celle où il faut improviser et parer au plus pressé dans un désarroi général. Mais aussi, comment ne pas relever une discordance entre les observations sur le terrain et les analyses préfectorales pour 1917 ? Sans doute la région de Bonnieux-Gordes n'est-elle pas la plus propice aux spéculations que suscite la pénurie, mais l'idée d'un enrichissement de la paysannerie doit être retenue avec prudence et l'on doit se méfier des généralisations auxquelles se laissent entraîner dans leurs rapports les responsables administratifs. Enfin, il ne faut pas oublier que l'on raisonne sur des prix de marché, soumis à l'inflation, et l'envolée des revenus en 1918 et 1919 est plus apparente que réelle. Elle signifie cependant que les paysans vauclusiens se sont adaptés sans difficultés majeures aux conditions de la guerre. Cela témoigne de la plasticité de leurs systèmes de production, notamment là où ils n'étaient encore que modérément engagés dans la voie de la spécialisation, et la récupération dès 1919 d'un revenu réel voisin de celui de l'avant-guerre est de bon augure pour la reprise d'une marche en avant que la guerre a contrariée, mais n'a pas durablement compromise.

II – CHRONIQUE DE GUERRE D'UN VILLAGE

  • 9 A.D. 1 J 13 : "Faits locaux, relatifs à la guerre, observés dans la commune de Sablet par M. Roux, (...)

15Pour nécessaire qu'elle soit – compte-tenu, d'ailleurs, de ses insuffisances – l'analyse économique de la guerre ne peut nous satisfaire. Les données comptables ne proposent qu'un aspect de la réalité vécue par les paysans vauclusiens : ils ne raisonnent pas simplement en termes de revenu, de manque à gagner ou d'opportunités de profit à saisir, ils sont impliqués dans leur vie quotidienne par cet événement considérable, qui les atteint dans leurs affections les plus chères, qui leur impose des contraintes pesantes, irritantes ou douloureuses, qui les conduit à la révolte ou à la résignation... Pour approcher ce vécu de la guerre, d'où l'économique n'est pas absent, je dispose d'un document sans prétention et c'est peut-être d'ailleurs ce qui lui donne toute sa valeur. Le directeur de l'école de garçons de Sablet, village du canton de Beaumes-de- Venise, a consigné sur un cahier d'écolier les "faits locaux relatifs à la guerre" dont il a été le témoin9. Chronique en forme de journal, ces observations généralement sèchement rédigées nous restituent le quotidien de la guerre et nous aident à hiérarchiser les problèmes auxquels est confrontée la population du village.

  • 10 A mesure que le temps passe, les observations consignées par M. Roux se font plus concises. Du fait (...)
  • 11 Au recensement de 1911, Sablet comptait 975 habitants. A.D.V. 6 M 200.
  • 12 C'est un petit nombre d'exploitations agricoles qui sont frappées par la réquisition des chevaux et (...)

16Il est bien normal que notre chroniqueur ait été en premier lieu attentif au bruit de la guerre elle-même. Manifestement, la nouvelle de la mobilisation générale le 1er août 1914 l'a fortement impressionné et il s'y attarde longuement10... Scènes classiques de l'affichage de l'avis de mobilisation générale, du tambour municipal qui bat la générale, de la cloche de l'église qui sonne le tocsin, de l'animation soudaine dans les cafés, sur la place publique. Les femmes de leur côté préparent les provisions de route, cousent des sacs de toile, mais aussi vont dans les épiceries faire des achats de précaution car la crainte de la pénurie surgit immédiatement, et elle durera aussi longtemps que la guerre. Notation incidente, mais très éclairante : tous ces achats sont payés en billets, les pièces d'or et d'argent disparaissent de la circulation et c'est une attitude assurément spontanée, qui n'est en aucune manière l'exécution d'une consigne. Les départs sont rapides, et massifs, puisqu'au soir du 3 août "environ 135 mobilisés" ont quitté le village, "tous...calmes, confiants et paraissant décidés à faire leur devoir"11. Mais l'instituteur donne à la mobilisation sa pleine signification économique en incluant dans son bilan la réquisition des animaux de trait : elle a frappé 25 exploitations agricoles, qui lui ont abandonné 18 chevaux et 11 mulets12. Le 18 août, il s'y ajoute la réquisition de colliers et harnais, et de cinq charrettes.

17C'est en fin de compte un lourd tribut qui est imposé aux paysans de Sablet, et les choses n'en resteront pas là. Ce n'est d'ailleurs pas par hasard si aucune des mesures de mobilisation n'est oubliée dans la relation de M. Roux : le départ de la classe 1915 le 17 décembre 1914, celui de la classe 1916 le 10 avril 1916, mais aussi celui de la classe 1889 quelques jours plus tard (les hommes de 46 ans est-il précisé...) sont mentionnés, également, les nouvelles réquisitions de chevaux et mulets, en décembre 1914 et avril 1915. Par ces notations, d'ailleurs dépourvues de tout commentaire, l'instituteur nous transmet les préoccupations concrètes du village. Elles apparaissent avec plus d'intensité encore dans l'énumération qu'il donne des pertes en vie humaine. La première lettre du premier blessé, arrivée le 24 août, a fait le tour du village, et de la même manière les nouvelles reçues le 7 octobre du premier soldat fait prisonnier. Deux jours après, le village pleure son premier mort et le journal de l'instituteur les enregistrera tous, jusqu'au total de 29. Les blessés, les prisonniers, les citations militaires apparaissent de façon, semble-t-il, plus épisodique, et l'on observe comme une accoutumance aux malheurs de la guerre. Au fil des années, l'instituteur s'identifie de plus en plus au secrétaire de mairie et il faut voir dans cette mutation non pas un émoussemement de sa sensibilité mais la terrible pesanteur d'un conflit qui par sa durée et l'accumulation de ses malheurs banalise les drames personnels jusqu'à n'en plus retenir que le décompte statistique.

18Rien qui ne soit attendu ne ressort de la chronique sablésienne sur le moral de la population, son attitude politique. Dans un premier temps, comme assommés par les problèmes que la guerre leur posait, les gens rentraient en eux-mêmes et cette notation du 13 juin 1915 me paraît tout à fait significative :

"Depuis le dimanche 2 août 1914, je n'avais plus vu jouer aux boules sur la place... Aujourd'hui une partie a été faite par quatre joueurs".

  • 13 Les sommes recueillies varient de 128 francs 50 pour la vente du "petit drapeau belge" en janvier 1 (...)

19Premier indice, et d'autres suivront, d'une reprise de la vie collective, dont les cafés restent le lieu privilégié. C'est là qu'en octobre 1916 on discute de l'éventualité de la fermeture de la voie ferrée Orange – Buis-les-Baronnies, parce qu'il serait nécessaire d'envoyer son matériel roulant à Salonique. C'est là qu'un peu plus tard, en décembre de la même année, on discute des "propositions de paix des Empires Centraux", pour les repousser "afin d'arriver à un résultat qui nous donne des garanties de sécurité pour l'avenir". Le conformisme de ces débats est peut-être d'abord celui du chroniqueur, mais il faut aussi compter avec l'encadrement idéologique de la population. Il s'exprime dans l'organisation de la solidarité, dont l'ouvroir créé à l'hospice dès le 10 août 1914 est une pièce maîtresse. Ce sont les femmes des notables locaux qui en ont l'initiative, elles organisent des quêtes, collectent des vêtements et, le 12 septembre, elles font l'inventaire des objets de lingerie qu'elles ont préparés ou confectionnés : M. Roux nous annonce 193 chemises, 127 draps de lit et 120 kg de bandes de pansement, ce qui est effectivement important. Il n'est plus question de l'ouvroir par la suite, ce qui peut s'expliquer par la banalisation de son activité mais aussi par le fait que, passées les premières semaines avec leur impréparation et la nécessité d'improviser les solutions aux problèmes qui surgissaient, l'ouvroir a été conduit à modifier ses interventions. Je ne me prononce pas entre ces deux hypothèses, mais je retiens l'accueil des réfugiés : 44 puis 32 en septembre 1914 et à partir de 1915 l'organisation d'actions de solidarité, d'inspiration nationale : la vente du "petit drapeau belge", la "journée du 75", la "journée serbe", la "journée du Poilu", la "journée des Tuberculeux"... Il y en a sûrement d'autres, et chacune donnera lieu à une collecte : il n'est pas sans intérêt de noter que les sommes recueillies vont décroissant13.

  • 14 On trouve ici et là dans la chronique de Roux des indications de prix. Les 125 grammes de beurre se (...)

20L'appel systématique à la solidarité, sur une base patriotique et émotionnelle, contribue sans aucun doute à faire accepter la guerre et ses souffrances. Parmi celles-ci, il n'est pas excessif de faire leur part aux difficultés du ravitaillement et il convient en tout cas de remarquer qu'elles tiennent une grande place dans la chronique de l'instituteur de Sablet. Il y a d'abord eu la désorganisation provoquée par la mobilisation et les frayeurs qu'elle avait suscitées : dans cette rubrique il faut ranger la disparition du sucre dans les épiceries en octobre 1914, mais il y reviendra rapidement avec une hausse de 30 % de son prix et c'est la première expérience de rationnement par l'argent que font les Sablésiens. Ils y sont d'autant plus sensibles que dans le même temps ils enregistrent une baisse des prix de leurs produits : volailles et oeufs, mais aussi raisins de vendange. Ce sont les difficultés de transport qui paraissent expliquer la baisse des cours à la production. A partir de 1917 des phénomènes de pénurie réapparaissent, et ils sont, bien entendu, plus sérieux. Ils concernent le sucre, rationné en février 1917, l'essence et le pétrole, le charbon, le savon, le tabac. Les gens en éprouvent une gêne réelle, ils se plaignent du froid, ils se déplacent difficilement puisque à partir de 1917 il n'y a plus qu'un train chaque jour dans les deux sens sur la ligne Orange – Buis-les-Baronnies, qu'à certains moments l'autobus Orange – Vaison interrompt son service par manque d'essence. Ils découvrent aussi les inconvénients du dirigisme : le 1er avril, Roux écrit que "le beurre ayant été taxé... on n'en trouve plus ni à Orange, ni à Vaison" et il note avec un visible soulagement, le 15 avril, que la taxe est levée14.

  • 15 Des blocages de cette nature, dûs au caractère massif et aveugle de la mobilisation, ont à coup sûr (...)

21Mais la grande question en matière de ravitaillement, c'est le pain. Roux y revient sans cesse et il traduit ainsi à n'en pas douter une préoccupation générale. Il y avait à Sablet trois boulangers en 1914 et tous trois furent mobilisés, ce qui créait une situation difficile dont on sortit par la réouverture d'une boulangerie que son propriétaire avait fermée quelques mois plus tôt pour raison de santé et par l'embauche dans une autre d'un commis non mobilisable15. Vaille que vaille, l'approvisionnement en pain est assuré jusque dans l'été 1917 où surgissent de nouvelles difficultés. Le 1er août, le maître d'école consigne sur son cahier :

"La commune de Gigondas n'a plus de farine; ses habitants viennent se ravitailler en pain dans notre localité dont les deux boulangers ne peuvent plus satisfaire leurs clients. On s'empare du pain dès qu'il est sorti du four malgré l'arrêté préfectoral qui n'autorise la vente que lorsque le pain est rassis".

22Un mois plus tard, il exprime une autre préoccupation :

"Le pain continue à être noir, lourd, indigeste, de conservation difficile... On préfère manger des pommes de terre".

23Désormais, et jusqu'à la fin de la guerre, on peut dire que la question du pain, sous le double aspect quantitatif et qualitatif, est au centre des préoccupations de la population. Des queues se forment devant les boulangeries, le 3 décembre 1917 l'instituteur note que les enfants quittent l'école avant l'heure pour remplacer leur mère dans la file d'attente car c'est la cueillette des olives et toutes les femmes y sont occupées. Toujours en décembre, il y a une interruption de trois jours dans la fabrication du pain "faute de farine" et en mars 1918 la ration de pain est insuffisante pour les familles pauvres. Un élève qui a manqué la classe explique à l'instituteur :

"Il n'y avait pas de pain à la maison ce matin pour déjeuner, aussi ma mère m'a dit de rester couché".

24Sans doute faut-il éviter de trop noircir le tableau. L'insuffisance de la production locale de blé explique pour une bonne part les tensions qui se produisent épisodiquement dans l'approvisionnement en farine, et pour une grande majorité de la population il y a des aliments de substitution disponibles. Mais on voit bien que pour les plus pauvres les difficultés sont réelles et très sérieuses. Le problème, que je ne peux résoudre, est de savoir combien ils sont... A lire les observations fragmentaires, nécessairement impressionnistes, faites par Roux sur l'activité économique, on retire l'impression que la population paysanne n'a pas profité de la guerre. A plusieurs reprises, il insiste sur la baisse des prix agricoles qui paraît une tendance réelle au moins jusqu'en 1917, il annonce de mauvaises récoltes, notamment en 1917 pour le blé et la pomme de terre. Par ailleurs, une activité spécifique de l'agriculture sablésienne, la culture des plans de vigne (les "greffés" comme on disait) est forcément en crise car la guerre a pratiquement arrêté les plantations de vignes. Enfin, les observations sur la forte progression des prix des engrais et le renchérissement de la main-d'œuvre sont incontestables. Faut-il en conclure à une régression des revenus et du niveau de vie ? Ce qui paraît assuré, c'est que cette hypothèse ne vaut pas pour l'immédiate après-guerre, où l'inflation apporte un changement considérable, présenté en ces termes par Roux le 2 février 1919, en conclusion de sa chronique :

"Le coût de la vie continue de monter. Le consommateur récrimine en public mais il achète sans marchander et paie comptant. Il n'est réellement mécontent que lorsque la denrée qu'il veut acheter fait défaut.
Les petits exploitants ont de l'argent car les produits agricoles de la basse-cour se vendent à des prix très rémunérateurs...
Les non-possédants trouvent facilement du travail bien payé...
Beaucoup de ménages bénéficient d'indemnités multiples... Malgré le prix élevé des denrées alimentaires aucune famille ne souffre de privations. Tous les épiciers de Sablet m'ont affirmé qu'ils n'avaient jamais vendu autant de café que pendant la guerre".

25Nous savons que l'inflation, dans les mois qui ont suivi l'armistice, était dispensatrice d'illusions, et nous ne pouvons retenir de ce témoignage que l'apparence qu'il décrit. Il reste que je ne vois pas de contradiction entre l'analyse de la réalité sablésienne et celle des données économiques et comptables faite précédemment. Appauvrissement ou enrichissement de la paysannerie pendant la guerre ? La question ne peut être tranchée à partir de la documentation utilisée et il est probable que, posée telle quelle, elle restera toujours sans réponse. Mais il est une autre approche possible, suggérée justement par la documentation disponible. Les systèmes de production les plus modernes, les plus engagés dans la voie de la spécialisation et dans l'économie de marché ont été sans conteste pénalisés par la guerre et à cet égard c'est tout le processus de la modernisation de l'agriculture vauclusienne qui a été contrarié et retardé. Cela peut s'interpréter comme un appauvrissement, qui n'est d'ailleurs pas contradictoire avec des spéculations réussies et donc l'enrichissement de certains. Plus important, dans ce contexte, les propriétaires non exploitants se défendent mal et ils vont recevoir en situation défavorable le choc de l'inflation.

26Une chose en tout cas est certaine : l'agriculture vauclusienne, stoppée dans sa croissance et dans sa reconversion, n'est pas pour autant engagée dans un processus régressif. Il apparaît que ses structures d'exploitation familiale lui ont assuré pendant ces années exceptionnellement difficiles une plasticité et des possibilités d'adaptation qui lui ont permis de préserver pour l'essentiel les bases nouvelles progressivement mises en place depuis les années 1890 : le vignoble est certes diminué, mais il a résisté; les canaux d'irrigation ont été entretenus, l'infrastructure des cultures maraîchères est toujours en place. Une récupération est nécessaire, mais ce n'est qu'une question de temps et le potentiel de production d'avant-guerre peut être rapidement retrouvé. D'autre part, les besoins de la consommation alimentaire sont très grands, surtout pour des produits tels que le vin, les légumes et les fruits dont la population a été relativement privée pendant quatre années. A ces facteurs économiques d'une rapide reprise agricole il convient enfin d'ajouter des données psychologiques non négligeables. Toutes les conversations que j'ai pu avoir à Robion, à Châteauneuf-du-Pape et à Mondragon avec des paysans qui ont vécu la guerre comme soldats ou qui ont été les témoins, adolescents, du retour de la paix, sont à cet égard intéressantes. Le paysan qui rentre dans son village est différent de ce qu'il était à son départ : la guerre n'a pas été pour lui seulement une épreuve physique et morale, elle l'a sorti de son milieu, elle a considérablement élargi son expérience humaine. Aussi revient-il déterminé à poursuivre l'effort de modernisation, car il a pris une plus exacte conscience des résultats qu'il peut en attendre, dans la perspective qui lui est devenue plus sensible de l'urbanisation et de l'évolution des genres de vie, particulièrement des usages alimentaires. Et il est animé d'un désir de réussite stimulé tout à la fois par le souvenir des périls et par l'expérience acquise de vie plus large, moins besogneuse que celle qu'il connaissait avant-guerre.

Notes

1 Enquête auprès des vignerons de Châteauneuf-du-Pape. Voir mon étude sur Châteauneuf-du-Pape. Op. cit.

2 Ce vigneron évoque ici, pour souligner la régression imposée par la guerre, l'effort de replantation qu'avait poursuivi son père dans les années d'avant-guerre, effort qui avait permis par des achats de terres en friche d'arrondir la propriété familiale.

3 A.D.V. 6 M 389-390. 3'utilise pour ce développement les rapports des commissaires de police et des sous-préfets, dont le préfet fait la synthèse dans les rapports qu'il adresse périodiquement au Ministre de l'Intérieur.

4 Il faut tenir compte des permissions, celles de droit commun mais aussi celles qui concernent de façon spécifique les agriculteurs. Elles permettent aux paysans mobilisés d'intervenir efficacement dans les plus gros travaux saisonniers, elles assurent aussi un contact précieux pour déterminer les orientations de la production. L'exploitant assure ainsi – et de façon plus permanente par le courrier – une irremplaçable fonction de conseiller. Nul doute que, s'il meurt, l'exploitation familiale en subit le contrecoup. L'importance du retour du mobilisé est telle que le préfet peut écrire, dans un rapport de juin 1917, à propos du député de Carpentras Guichard qu'il "a rendu sa situation électorale inexpugnable en se spécialisant dans des propositions de renvoi des vieilles classes, en se livrant à une sollicitation intense de sursis, de permissions, de tout ce qui permet de ramener le soldat sur sa terre ou chez lui".

5 A.D.V. 6 M 389.

6 Ibid.

7 A.D.V. 6 M 390.

8 Cette moyenne, affectée de la valeur 100, me permet une comparaison par rapport au revenu des exploitants dans les années de l'immédiate avant-guerre. J'ai pris en considération le revenu du métayer, pour les fermes de M. Appy, et celui du propriétaire pour Causans.

9 A.D. 1 J 13 : "Faits locaux, relatifs à la guerre, observés dans la commune de Sablet par M. Roux, directeur de l'école de garçons".

10 A mesure que le temps passe, les observations consignées par M. Roux se font plus concises. Du fait même de la durée de la guerre, elles prennent inévitablement un caractère répétitif, où se lasse l'inspiration du chroniqueur. II en résulte un certain déséquilibre, un appauvrissement de l'information, entre la relation du début et celle de la fin de la guerre.

11 Au recensement de 1911, Sablet comptait 975 habitants. A.D.V. 6 M 200.

12 C'est un petit nombre d'exploitations agricoles qui sont frappées par la réquisition des chevaux et il y là un indice de la structure agraire à dominante de petites exploitations.

13 Les sommes recueillies varient de 128 francs 50 pour la vente du "petit drapeau belge" en janvier 1915 à 33 francs 70 pour la journée des Tuberculeux, en février 1917.

14 On trouve ici et là dans la chronique de Roux des indications de prix. Les 125 grammes de beurre se vendaient 0 franc 60 en septembre 1915, O franc 75 en décembre 1916 et 1 franc 35 en février 1918. L'échec de la taxation, c'est aussi la hausse des prix !

15 Des blocages de cette nature, dûs au caractère massif et aveugle de la mobilisation, ont à coup sûr été fréquents. C'est ainsi qu'il ne restait plus à Sablet qu'un boucher qui "par esprit de solidarité offre d'acheter sur les marchés, de tuer ensuite les bestiaux nécessaires au fonctionnement de la boucherie de son concurrent mobilisé".

Table des illustrations

Titre Le revenu des exploitations agricoles pendant la guerre de (1914-1919)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540