Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Deuxième partie. Crise et reconstruction vers l'économie contemporaine (1860-1914)

Chapitre VI. Le revenu de l'agriculture et des agriculteurs : un repli suivi d'une forte avancée

Texte intégral

1Des années 1870 à la guerre de 1914 la paysannerie vauclusienne a vécu une période riche en péripéties contradictoires, porteuses d'angoisse ou de promesses. Elle n'a jamais connu la sérénité, ni même l'assurance de la continuité. J'ai déjà évoqué les qualités de ténacité patiente et d'adaptation créatrice que la crise de l'économie traditionnelle a révélées, elles ne furent pas moins nécessaires dans la phase ultérieure de reconstruction, marquée par bien des tâtonnements, portant échecs et déceptions. Avec le recul du temps, on voit clairement que, en raison même des conditions économiques générales, il n'y avait pas d’autre voie possible que celle de l'innovation, mais sa nécessité ne doit pas faire oublier les embûches qui la parsemaient, pour une société de petits producteurs dépourvus – ou peu s'en faut- de moyens financiers et techniques et sans autre formation professionnelle que celle – assurément non négligeable mais forcément statique, conservatrice – transmise empiriquement de génération en génération. D'une certaine manière c'est à une reconversion mentale qu'obligent les transformations de l'agriculture, par le mouvement rapide et l'esprit de recherche incessante qu'elles introduisent dans les activités productrices. Il en découle des rythmes nouveaux dans la vie quotidienne et saisonnière des paysans, car le calendrier des travaux agricoles devient plus dense du fait des expériences culturales et de l'intensification des systèmes de cultures, mais aussi parce que les horaires de travail se compliquent par l'exigence d'une présence parfois longue sur les marchés où s'écoulent les productions et par les contraintes de la répartition des eaux d'irrigation. Tous ces traits nouveaux de la vie paysanne doivent être pris en considération pour une analyse de l'évolution de la condition paysanne pendant cette période si pleine et changeante, mais ils ne constituent pas, bien évidemment, l'essentiel. Notre recherche soit s'orienter d'abord vers un compte de résultats matériels, enregistrés en termes monétaires, des mutations de l'agriculture vauclusienne. Nous retrouvons donc la problématique exposée précédemment, celle du revenu des agriculteurs. Faut-il ajouter qu'aucune des difficultés alors signalées n'est levée ? Bien au contraire, les bouleversements que connaît l'agriculture vauclusienne, la diversité des solutions apportées à la crise et le caractère très inégal de leur réussite ne peuvent que compliquer l'étude et accroître le coefficient d'approximation et d'incertitude qui frappe inévitablement ses résultats.

I – LA RENTE FONCIÈRE

  • 1 Les travaux réalisés par les services du Ministère des Finances ont donné lieu aux publications sui (...)

2Le. revenu que le propriétaire non exploitant tire de sa terre, affermée à prix d'argent ou à portions de fruits, propose un baromètre de la productivité et de la rentabilité de l'agriculture. Certes, nous savons qu'il est d'une interprétation délicate car il convient d'analyser le marché de la terre – locations et ventes – en fonction des données démographiques et le poids de la conjoncture exerce sur lui sa pression avec un certain retard. Au moins disposons-nous d'une documentation sérieuse : celle rassemblée par les services du Ministère des Finances pour établir l'assiette de l'impôt foncier. Travail considérable, nécessitant par ailleurs des révisions périodiques pour tenir compte de l'évolution de l'agriculture qui modifie les natures de culture et leur produit. C'est pourquoi le Ministère des Finances a procédé à trois enquêtes systématiques pour la période qui nous intéresse : en 1851, 1879 et 1913 et fort heureusement – le cas n'est pas si fréquent qu'il mérite d'être souligné – leurs résultats provenant d'une démarche méthodologique inchangée peuvent être comparés les uns aux autres sans la moindre difficulté1.

  • 2 Le rapport des baux à prix d'argent à ceux à portions de fruits est une indication intéressante sur (...)
  • 3 Le taux d'intérêt de la terre est dans le Vaucluse supérieur à la moyenne nationnale : 3,80% contre (...)

3Ce qui est déterminant pour l'exploitation des résultats de ces enquêtes, c'est le caractère statistique de la méthode suivie. A titre d'exemple, celle de 1913 a retenu pour le Vaucluse 12 169 baux et locations verbales à prix d'argent, 238 baux à portions de fruits2 et 1 716 actes de vente, portant ensemble sur 70 976 hectares soit 21 % de la superficie totale des propriétés évaluées du département. Tous ces actes ont été déclarés à l'Enregistrement, et s'il est vrai que cette caution légale ne permet pas d'écarter l'éventualité de sous-estimations préalables a la déclaration officielle des actes, du moins réduit-elle sensiblement le risque de dissimulation et de tromperie, mieux que ce que les enquêteurs auraient pu obtenir par une information directe, orale, sur les conditions du marché de la terre. D'ailleurs, en 1851 et en 1879 les fonctionnaires du Ministère des Finances avaient commencé leur travail de cette manière, et l'avaient poursuivi par la vérification dans les documents de l'Enregistrement... S'ils sont allés au plus court en 1913, c'est parce que c'était aussi le chemin le plus sûr ! Nous travaillons donc sur une documentation sérieuse, indiscutable dans sa nature mais aussi dans le traitement qu'elle a subi et elle nous permet de suivre l'évolution du marché de la terre autour de trois dates qui représentent trois moments essentiels de l'évolution économique : dans l'économie traditionnelle – mais avant qu'elle n'atteigne ses sommets – avec l'évaluation de 1851; au cœur de la crise, avec celle de 1879; au terme de la reconversion qui fait entrer l'agriculture vauclusienne dans la modernité, avec celle de 1913. Le tableau ci-dessous rassemble l'essentiel des données élaborées, non seulement la valeur locative des terres mais aussi leur valeur vénale, ce qui leur permet de calculer ce qu'ils appellent le taux d'intérêt de la terre, qui n'est autre que le rapport de la valeur locative à la valeur vénale3. Il est clair que les tendances du marché de la terre s'inscrivent dans les actes de vente aussi bien que dans les locations, encore que – j'y reviendrai – la sensibilité du marché ne soit pas identique dans les deux cas. (Voir tableau page suivante).

4Quel crédit peut-on apporter à l'évaluation de 1851 pour déterminer le revenu du propriétaire foncier dans la période – en gros, les années 1860 – où le système agricole vauclusien traditionnel fut porte à son point extrême de perfectionnement, avec comme corollaire sa rentabilité maximum ? La question est importante à deux titres : en premier lieu parce qu'il nous faut réfléchir à la relation existant entre conjoncture et marché de la terre; en second lieu parce que les données établies pour 1851 constituent la base sur laquelle nous prenons appui pour suivre et apprécier révolution du revenu du propriétaire foncier jusqu'en 1914. Nous savons bien que la conjoncture était encore médiocre en 1851 et que dans les années suivantes l'agriculture vauclusienne améliora sensiblement ses performances, mais il n'est pas sûr que sous ses deux aspects, location et vente, le marché de la terre ait enregistre cette promotion de l'agriculture. Nous connaissons en effet le montant de la valeur locative des propriétés pour les années 1862 et 1874 : il procède de corrections – mieux, de retouches-apportées aux calculs de grande ampleur effectués en 1851 et on y a incorporé, ce qui est fort gênant pour notre propos, la valeur locative des propriétés bâties. Si l'on considère celle-ci comme stable, on reconstitue la trajectoire de la valeur locative des propriétés non bâties – assimilables sans déformation d’importance à la superficie agricole – et elle apparaît comme très légèrement ascendante jusqu'en 1874. Paradoxalement, la nouvelle évaluation de 1879 a pris en compte les gains de productivité et de rentabilité enregistrés depuis 1851 – que les estimations intermédiaires de 1862 et 1874 avaient manifestement minorés-bien plus qu'elle n'a été sensible aux effets de la crise. Pour être plus précis, le marché de la terre et, par extension, la rente foncière traduisent avec un temps de retard les fluctuations de la conjoncture et ils opposent une certaine force d'inertie aux mouvements de fond, mesurables dans la moyenne et longue durée, qui ébranlent le système agricole.

5C'est ce qui explique que la valeur locative et la valeur vénale de l'hectare de terre s'établissent en 1879 à des niveaux supérieurs à ceux de 1851. On ne sera pas surpris de l'avancée réalisée par les prés et herbages : leur superficie reste stable, de 6 000 à 7 000 hectares, et leur localisation principale dans les basses terres de la banlieue avignonnaise faciles à irriguer apporte un élément de plus-value. Par contre, la spectaculaire croissance des indices et valeurs du vignoble ne doit pas faire illusion. On est en 1879 au plus profond du désastre phylloxérique et les superficies encore plantées en vigne – nous connaissons par ailleurs leur précarité – représentent à peine le cinquième du vignoble de 1851. Aussi bien les transactions auxquelles elles donnent lieu sont-elles affectées d'une considérable plus-value, à la mesure du désastre lui-même, et il y a là en quelque sorte l'exception qui confirme la règle formulée précédemment, selon laquelle la rente foncière digère avec retard et de façon atténuée les chocs conjugués de la conjoncture et d'une mutation structurale. Mais nous retrouvons cette règle avec la stabilité des indices et valeurs des terres labourables, qui ont gagné en superficie ce que le vignoble a perdu et pour lesquelles on est dans une situation d'attente, conservatrice de leur valeur marchande et de la rentabilité qu'on leur assigne, ou mieux que leur propriétaire en attend.

Évolution du marché de la terre en Vaucluse (1851 - 1913)

Évolution du marché de la terre en Vaucluse (1851 - 1913)
  • 4 Comptes rendus des travaux du Conseil Général. Année 1878.
  • 5 Ibid. Année 1879.
  • 6 Ibid. Année 1886.

6La perspective ainsi tracée est quelque peu réductrice de la crise et de ses effets. Elle est mise en question par d'autres témoignages, d'autant plus intéressants à prendre en compte qu'ils proviennent eux aussi des services fiscaux. A ce titre le rapport annuel que le directeur de l'Enregistrement et des Domaines adresse au Conseil Général retient notre attention. En 18784 il souligne que tous ses postes de recettes sont en régression constante depuis 1873 : il signale une dépréciation des immeubles ruraux, une baisse du revenu des propriétés, une réduction du nombre des donations de parents à enfants dans les familles paysannes et il voit dans tous ces signes convergents l'effet de la crise. Analysant plus précisément l'évolution des locations verbales de terres depuis 1874, il estime que leur prix a baissé de 25 %, proportion qu'il juge "considérable" mais aussi qui "n'a rien qui puisse surprendre ceux qui connaissent la situation actuelle du département de Vaucluse". Il est clair à le lire que l'évaluation de 1879 du revenu foncier ignore ou en tout cas atténue considérablement l'impact de la crise, mais c'est tout simplement parce qu'elle est de caractère statistique et qu'elle vise à établir la base de l'impôt foncier pour l'avenir. Le directeur de l'Enregistrement, tout au moins dans ses rapports avec le Conseil Général qu'il doit informer sur les rentrées fiscales et l'état de l'économie, est bien plus sensible à la conjoncture, bien plus attentif aux diverses manifestations de la crise et on le voit dans son rapport de 18795, où il interprète un relèvement de ses recettes par "les résultats heureux obtenus par la submersion des vignobles atteints de phylloxéra, et (les) espérances que fondent les propriétaires sur la culture des vignes de provenance américaine; on remarque en effet, et notamment dans certains cantons, celui de l'Isle par exemple, un plus grand nombre de mutations immobilières et une augmentation de la valeur des terrains que leur situation rend facilement submersibles". Mais l'information statistique l'emporte sur la signification de faits ponctuels, que nous devons retenir pour les espoirs dont ils étaient porteurs et l'inégalité des situations qu'ils révèlent; le rapport de 18866 indique sur un ton désabusé, résigné que "en dehors de quelques exploitations maraîchères la spéculation abandonne les propriétés rurales". Ainsi, le pessimisme s'est imposé et le propriétaire est dès lors perdant.

  • 7 A.D.V. IX 228.

7Nous n'avons pas les moyens de chiffrer la perte qu'il subit. Le pourrait-on d'ailleurs dans la diversité des situations ? Je verse simplement à ce dossier plus impressionniste que quantitativement structuré un fait – ponctuel bien sûr... – qui a le mérite de la précision. Il concerne la rente foncière d'un domaine constitué de 14 hectares de terres labourables, sur la commune de Monteux, propriété de l'hospice de Carpentras7. Deux familles se le partagent et y cultivent essentiellement la garance qui trouve là sa terre d'élection. S'agissant d'un bien public, sa location est soumise à adjudication, ce qui contribue à accentuer les tendances du marché. La première adjudication que nous connaissons est de 1866, période faste pour l'économie garancière, et le bail est signé pour un fermage annuel de 3 000 francs. En janvier 1875, quelques mois avant son échéance, les deux preneurs adressent une supplique au préfet, qui exerce un pouvoir de tutelle sur l'administration des hospices :

"Les soussignés.... ont l'honneur de vous exposer qu'ils tiennent à ferme le domaine de Grandreau... moyennant le prix fixe de 3 000 francs par an. Que les bonnes années ils ont payé assez régulièrement leur fermage, en s'imposant beaucoup de sacrifices. Mais qu'à l'échéance du 1er novembre 1873 ils n'en purent donner qu'une portion. Que l'année dernière ayant été plus mauvaise encore ils n'ont pu donner que 1 200 francs de l'arriéré de 1873 et un acompte de 450 francs sur l'annuité de 1874, bien qu'ils aient donné tout le produit des récoltes qu'ils ont recueillies, soit dans le dit domaine soit dans le peu de terrain qu'ils possèdent, de telle sorte qu'ils se trouvent aujourd'hui avec un arriéré de 2 550 francs.
Si on les forçait à payer cette somme ils se trouveraient réduits à la mendicité car le peu qu'ils possèdent suffirait à peine à combler le déficit.
Il est à remarquer... que tous les propriétaires en général ont fait des réductions assez importantes à leurs fermiers pendant les années de 1873 et 1874, vu la crise extraordinaire que les cultuvateurs traversent".

8J'ignore la suite donnée à la requête, mais le bail fut renouvelé pour 2 000 francs de fermage annuel, par entente à l'amiable après l'échec de l'adjudication qui n'avait pas trouvé preneur pour une mise à prix de 2 490 francs. En 1884, la mise à prix est tombée à 1 400 francs, mais elle fait le vide et les sortants négocient à 1 300 francs un nouveau bail. Le scénario se reproduit en 1902 et en 1911, et les conditions restent les mêmes. Ainsi on observe dans ce cas, représentatif de la crise de la garance mais aussi de la reconversion maraîchère qui lui fait suite, une chute de la rente foncière en deux temps, liés pour le premier à la crise de la garance et pour le second à l'incertitude qui la prolonge. La perte au bout du compte est de 57 %, et il faut sans doute y ajouter les remises que le propriétaire à dû consentir, d'une manière ou d'une autre, dans l'intervalle... Dans un pays réputé riche, à juste titre, on reste ensuite à ce niveau déprimé de la rente foncière, ce qui indique à coup sûr qu'un nouveau rapport, très différent de celui des temps heureux d'avant la crise, s'est établi entre le propriétaire et l'exploitant de sa terre.

9Revenons aux données du tableau de l'évolution du marché de la terre. Elles indiquent pour 1913 un net repli du capital foncier et de son revenu sous forme de rente, accusé sans doute par le fait que l'évaluation de 1879 avait atténué l'impact de la crise. L'impression est différente de celle produite par l'analyse de cas conduite précédemment, mais elles ne sont pas contradictoires l'une par rapport à l'autre et l'on peut dire que la reconstruction de l'agriculture vauclusienne n'a pas pu enrayer la baisse de la valeur marchande de la terre. Il est probable même qu’elle s'est poursuivie, mais il serait hasardeux de chercher à préciser son ampleur. A cet égard, il est cependant intéressant de noter les lignes d'évolution divergentes que proposent les principales natures de culture. La chute des valeurs vénale et locative des prés et herbages pose un problème, qui trouve une solution au moins partielle dans l'extension de leur superficie – elle double presque – car elle s'effectue sur des terrains médiocres, reconvertis à moindres frais de l'ancienne agriculture et il y a là un facteur de dépréciation pour l'ensemble de cette production devenant plus contrastée. A l'inverse la vigne se révèle, malgré les apparences, comme une catégorie victorieuse : elle a presque retrouvé sa superficie de 1851 et représente un capital supérieur, qui traduit d'ailleurs imparfaitement sa productivité. Mais celle-ci doit beaucoup plus au travail qu'on lui prodigue qu'au capital qu'on y investit et de ce fait la rente foncière ne recueille pas la meilleure part du succès qu'elle connaît. Par là se perçoit l'un des facteurs du nouveau rapport de forces qui s'établit entre le propriétaire et l'exploitant de la terre. Il est difficile de tirer des conclusions de la baisse modérée des valeurs vénale et locative des terres labourables, car l'expression recouvre des modes de culture de plus en plus diversifiés du fait même de la modernisation de l'agriculture. On imagine que celles qui sont vouées à la culture maraîchère résistent mieux que celles qui persistent dans la polyculture traditionnelle.

  • 8 Ibid.

10Mais il ne peut s'agir que d'une résistance de la rente foncière à son inéluctable abaissement. On le comprend en suivant les péripéties de la location d'un petit domaine appartenant à l'hospice de Carpentras8. Petit par la surface – 2,40 hectares – mais aussi d'une productivité élevée puisqu'en 1875 il avait été adjugé à 1 000 francs de fermage, après que plusieurs postulants s'étaient affrontés. En 1884 la mise à prix était à 750 francs et l'adjudication eut lieu à 895 francs : un recul certes, mais limité et après compétition. En 1892, quelques mois avant l'échéance du bail, la commission administrative de l'hospice décide de traiter de gré à gré avec le fermier sortant, car celui-ci

"qui a donné à cette propriété par une exploitation sage et intelligente une certaine plus-value et qui est de plus un homme sérieux et solvable proposerait à l'administration de renouveler son bail pour une nouvelle période de 9 années, si elle consentait à réduire le prix de ferme de 895 à 800 francs par an.
Monsieur le Président est absolument convaincu que ce prix ne serait pas atteint par les enchères si on procédait par voie d'adjudication".

11En 1903 nous savons simplement que le bail est renouvelé dans les mêmes conditions, à 650 francs de fermage annuel, mais il est évident que les raisons invoquées en 1892 sont toujours valables. Que faut-il en retenir ? Le renversement du rapport entre bailleur et preneur apparaît nettement, et cela tient sans aucun doute à l'évolution démographique : l'adjudication après enchères, qui garantissait la loyauté de la transaction en même temps qu'elle créait les conditions les plus nettes de la concurrence, devient inopérante quand la pression de la demande s'atténue, jusqu'à disparaître. Le propriétaire est dès lors bien content de trouver un fermier compétent et solvable – l'accent mis sur cette qualité en dit long sur les difficultés que les propriétaires éprouvaient à se faire régler... – et il lui faut en passer par ses conditions. Bien entendu, la position du fermier se renforce de l'ascendant qu'il prend sur son propriétaire et tous deux sont engagés dans une dynamique de relations qui conduit à des transferts de propriétés, au bénéfice du fermier.

  • 9 Ibid.

12Le recul de la rente foncière prépare la baisse de la valeur vénale de la terre, et l'on voit à l'évolution indiciaire des valeurs locatives et vénales que le prix de la terre à la vente subit une érosion plus forte que sa location. Voilà bien la preuve du pessimisme des propriétaires, qui est aussi d'ailleurs l'expression d'un sens réaliste de leurs intérêts : constatant la baisse de leur revenu foncier ils en viennent à rechercher d'autres placements, jugés plus avantageux. C'est encore la commission administrative de l'hospice de Carpentras qui nous fait toucher du doigt cette évolution des comportements9. Propriétaire d'un domaine de 18 hectares situé à Monteux, elle est saisie en 1891 d'une proposition d'achat pour la somme de 25 000 francs et elle décide d'y donner suite car elle calcule que ce capital placé en rente 396 serait d'un rapport très supérieur au revenu net de la ferme du domaine. Cela donne à penser que le taux d'intérêt calculé dans l'évaluation de 1913 par division de la valeur locative par la valeur vénale est surestimé, puisqu'il se monte à 3,8096 (il était de 3,66 % en 1879). C'est en effet un taux théorique, il est réduit par les charges que supporte le propriétaire : impôts, assurances, entretien des bâtiments... Et ces charges ont tendance à s'alourdir. Mais la commission administrative de l'hospice fonde également sa décision qui serait profitable même "dans l'hypothèse d'un retour du capital vers la propriété" sur le fait que

"ce grand tènement ne peut réellement augmenter de valeur que par suite d'une bonne exploitation exercée sous la vigoureuse impulsion de quelqu'un qui en soit la propriétaire, et encore faut-il que ce propriétaire soit agriculteur praticien".

13Par conséquent, les nécessités de la conduite d'une exploitation agricole moderne, qui demande esprit d'initiative et aménagement constant du système de cultures, se révèlent peu compatibles avec la situation dépendante et passive du fermier et les mutations économiques interviennent dans le même sens que l'évolution démographique pour orienter en baisse la valeur de la terre. On objectera peut-être qu'une propriété publique est plus vulnérable à la pression à la fois économique et sociale qui s'exerce sur la terre que ne le sont des propriétaires ayant eux aussi compétence et esprit d'initiative. Sans doute, mais il y a des propriétaires lointains et distraits et tout bien pesé la démarche suivie par l'hospice de Carpentras peut être considérée comme significative.

14Il faut donc retenir de cette étude la baisse sensible du revenu du propriétaire non exploitant, persistante alors même que l'agriculture se renouvelle dans ses productions et se perfectionne dans ses méthodes. Elle s'inscrit dans une évolution démographique et économique qui non seulement contraint à la baisse la rémunération du capital foncier mais encore conduit ses détenteurs à liquider pour partie ce capital. Cela aide à comprendre le mouvement de concentration de la propriété au profit de la petite et moyenne propriété paysanne. Mais aussi cela pose le problème du financement des progrès agricoles, pour lequel il n'est plus guère possible – sauf cas particuliers sur lesquels je reviendrai – de compter sur une participation importante des capitalistes fonciers. Les paysans propriétaires des terres qu'ils cultivent dans le cadre de l’exploitation familiale peuvent-ils y faire face ? Leurs charges en tout cas sont allégées à la fois par la baisse de la valeur vénale des terres et par celle de leur valeur locative, dans la mesure où ils sont nombreux à compléter leur patrimoine par des locations de parcelles.

II – LE SALAIRE AGRICOLE

  • 10 A.D.V. 6 M 97 (Camaret), 6 M 114 (Châteauneuf-du-Pape) et 6 M 147 (Lauris).

15A l'autre extrémité de l'échelle sociale, les ouvriers agricoles vivent de leur salaire. En réalité, beaucoup d'entre eux exploitent aussi une terre, au moins un jardin et assez souvent une vigne, dont les productions assurent une partie de leur subsistance. Mais l'exode rural a clairsemé leurs rangs, en même temps que se produisait dans les régions d'agriculture intensive et spécialisée un appel de main-d'œuvre, que comble l'immigration alpine et surtout italienne. S'il n'est pas possible de mesurer à l'échelle du département ce mouvement migratoire, des sondages effectués dans les listes nominatives des recensements de population permettent d'en apprécier l'importance10 : en 1911, 95 Italiens figurent dans la population active de Lauris (1 528 habitants) et ils sont dans leur quasi-totalité employés comme ouvriers agricoles; à Camaret (1 785 habitants), si l'usine de soie occupe à elle seule 12 ouvriers et 45 ouvrières de nationalité italienne, 21 journaliers agricoles sont aussi de nationalité italienne; et à Châteauneuf-du-Pape, où triomphe la spécialisation viticole, 19 journaliers et 4 domestiques agricoles sont Italiens ou Espagnols. De toute évidence, ces ouvriers sont des prolétaires au sens strict du terme, et le salaire est leur unique source de revenu. Il ne fait pas de doute que l'évolution économique, en même temps qu'elle a réduit ses effectifs, a modifié la condition du prolétariat paysan. Mais les journaliers et domestiques agricoles restent souvent ou bien des jeunes gens qui n'ont pas acquis leur autonomie par rapport à leur famille, ou bien des déshérités, les laissés pour compte de la société paysanne qui ne fondent pas de famille le plus souvent, à l'exception bien sûr de ceux en provenance d'Italie ou d'Espagne. Pour toutes ces raisons, l'étude du salaire agricole ne peut aboutir qu'à la détermination du minimum vital, mais il ne correspond à une réalité effective que dans un petit nombre de cas.

  • 11 Enquêtes agricoles de 1882 et 1892. Op. cit.
  • 12 A.D.V. 7 M 8.

16C'est par les grandes enquêtes agricoles de 1882 et 189211, et aussi par un rapport de mai 1913 du directeur des Services Agricoles au Préfet du département12 que l'on dispose d'une documentation relativement homogène et suivie sur les salaires pratiqués dans l'agriculture vauclusienne. Le traitement des informations recueillies n'est pas le même en 1882 et 1892 d'une part et 1913 d'autre part : les enquêteurs dans le premier cas ont manifestement calculé, pour chaque situation, la moyenne des données qu'ils avaient rassemblées, alors que la direction des Services Agricoles en 1913 s'en est tenue à la présentation d'une fourchette à l'intérieur de laquelle se situent les rémunérations et cette méthode est plus réaliste, elle correspond mieux aux conditions du marché du travail.

17Le cas le plus simple est celui des domestiques de ferme, engagés à l'année, nourris et logés, ils partagent la table de leur employeur, et leur logement est généralement médiocre : une chambrette dans le meilleur des cas, un coin aménagé dans l'écurie assez fréquemment. Les enquêtes de 1882 et 1892 distinguent une diversité d'emplois qui paraît mal adaptée aux conditions de l'agriculture vauclusienne, où l'importance des labours et de la conduite de grands attelages est bien moindre que dans les régions de grande culture céréalière. Il est curieux cependant que l'enquête de 1913, plus proche des réalités locales, ne retienne pas la catégorie de berger. C'était une fonction médiocrement rémunérée en 1882 et 1892, ce qui souligne le caractère second de l'élevage ovin dans l'agriculture traditionnelle. C'est toujours le cas en 1913, et on peut confier la garde du troupeau à n'importe quel domestique de ferme. Nous ne sommes pas surpris que la servante de ferme vienne au dernier rang dans la hiérarchie de la domesticité, mais cela ne saurait faire oublier la multiplicité des tâches qu'on lui demande, l'absence de temps mort dans sa journée de travail, puisqu'elle passe de la cuisine à la basse-cour, du jardin aux soins des animaux de ferme... Les tarifs de 1913 suggèrent que les conditions d'embauche tiennent compte des qualités professionnelles des demandeurs. La chose est facile à comprendre : les réputations vont bon train dans des microsociétés où le cercle des relations est étroit et où l'on connaît bien les qualités d'ardeur au travail, de soumission et de fidélité des domestiques. Comme leur nombre tend à diminuer, il se crée en faveur des meilleurs une certaine mobilité de l'emploi, et même s'ils n'en usent pas ils peuvent s'en servir pour obtenir une augmentation de leurs gages. C'est par ce mécanisme que se réalise en un mouvement régulier mais aussi peu sensible la progression des salaires des domestiques de ferme. Ils restent très médiocres, surtout si l'on tient compte qu'ils s'appliquent à un travail continu du premier au dermier jour de l'année, et même ne respectant pas toujours le repos dominical. Les domestiques s'en accommodent d'autant plus facilement que bien souvent ils n'ont pas ou plus de famille proche, et qu'ils vivent dans une solitude morale telle qu'ils n'ont pas toujours l'occasion de dépenser leurs gains.

  • 13 Les moissonneurs posent un problème plus difficile, car leur fonction est traditionnelle, de même q (...)

18Les journaliers agricoles constituent une main-d'œuvre remarquablement adaptée à des structures d'exploitation de caractère familial et à des systèmes de cultures d'une relative spécialisation, comportant des travaux saisonniers pour lesquels une main-d'œuvre d'appoint est nécessaire, jusque dans les exploitations de faible superficie. Témoignage de la plasticité de la main-d'œuvre journalière, les hommes, les femmes et mêmes les enfants la composent : les labours, mais aussi le binage, la taille des vignes et la confection des fagots de sarment, la cueillette des raisins et des légumes, toutes ces opérations qui se succèdent mais aussi s'associent justifient le recours à une main-d'œuvre combinant une certaine compétence technique, mais plus encore habileté manuelle et agilité dans le travail. Il est évident que dans ce système productif les occasions de travail sont moins nombreuses, de caractère plus étroitement saisonnier, pour les femmes et plus encore les enfants. Il n'est pas surprenant que la scolarisation se soit rapidement imposée et qu'en conséquence les enfants disparaissent en tant que catégorie de salariés, mais on doit les retrouver, confondus avec les enfants des exploitants, pendant la période des vacances d'été, dans les travaux de la moisson, de la cueillette des légumes et des vendanges. D'autres évolutions apparaissent à la lecture du tableau qui regroupe les données relatives aux salariés agricoles. Assurément, l'activité spécifique du faucheur, du moissonneur et du vendangeur existait bien avant qu'on leur reconnaisse un salaire propre, en 1913. Mais la spécificité ainsi reconnue au plan de l'embauche me paraît être en relation avec la spécialisation de l'agriculture : la zone fourragère des campagnes avignonnaise et carpentrassienne, le vignoble vauclusien reconstitué demandent des solutions rapides au problème de la rentrée de leurs récoltes, et elles ne peuvent être trouvées que par l'appel à une main-d'œuvre extérieure. C'est un processus comparable qui conduit à la notion d'une main-d'œuvre particulière aux cultures maraîchères, de caractère saisonnier13. Et parce qu'ils sont indispensables dans le système économique, ces travailleurs reçoivent une rémunération nettement supérieure à celle des journaliers ordinaires, d'autant plus qu'ils sont nourris.

Les salaires des ouvriers agricoles

Les salaires des ouvriers agricoles

19L'évolution sur ce point est divergente entre le journalier et l'ouvrier agricole auquel on reconnaît une qualification. Dans le premier cas, l'usage traditionnel qui consistait à nourrir l'ouvrier se perd, alors qu'on y revient pour le saisonnier. La tradition, c'est d'abord celle du système économique, où le revenu monétaire était maigre, et la rémunération du travail salarié comportait tout naturellement une part en nature. A mesure que l'agriculture vauclusienne s'en éloigne, au bénéfice de diverses formules qui toutes ont en commun la commercialisation d'un petit nombre de productions, il devient plus rationnel de payer en espèces la totalité du travail, ce qui en particulier soulage la femme, devenant ainsi disponible pour le travail dans les champs. Mais quand il s'agit de rentrer les récoltes vulnérables aux intempéries et que, de ce fait, la rapidité du travail devient un facteur non négligeable de réussite, l'efficacité recherchée passe par le service de la nourriture à des travailleurs dont on peut ainsi plus facilement augmenter la durée ou les cadences de travail.

  • 14 Voir supra. Première partie, chap. IV.
  • 15 Voir supra. Deuxième partie, chap. I.
  • 16 Le total de 240 jours de travail se décompose en 5 mois et 18 jours de travail effectif au tarif d' (...)

20C'est bien sûr le salaire qui définit pour l'essentiel la condition et le niveau de vie des ouvriers agricoles. La confrontation des salaires de 1882 avec ceux de 186214 permet de mesurer l'incidence de la crise sur eux : ils subissent un recul de 10 %, et il faut encore tenir compte d'un chômage partiel, qui affecte particulièrement les femmes et les enfants, mais que nous ne pouvons apprécier avec précision. Dans l'ignorance où nous sommes du nombre de jours de travail effectués dans l'année, il est bien difficile d'établir le revenu annuel du journalier agricole. Le livre de comptes tenu par la famille A... de Cairanne15 permet de suivre du premier au dernier jour de l'année 1883 le travail et le salaire d'un journalier employé en permanence sur la propriété : il a travaillé cette année là 233 jours, selon 3 tarifs en fonction des saisons, 1,50 franc, 1,75 franc et 2 francs, et au total il a reçu 418 francs. Si nous rapprochons la durée du travail de cet ouvrier de celle qu'avait retenue l'enquête de 1862 – 224 jours – , nous pouvons dire que les choses n'ont pas changé et la stabilité des conditions climatiques autorise à penser qu'il en sera de même jusqu'en 1914. Pour ne pas risquer de sous-estimer le revenu du journalier, je prends comme référence 240 jours de travail dans l'année16 et j'obtiens ainsi, au plus fort de la crise, un minimun vital de 400 francs pour l'ouvrier nourri et de 580 francs pour l'ouvrier non nourri.

  • 17 Archives privées de H. R..., à Sablet.

21La médiocrité de ce gain suffit à expliquer les départs des journaliers vers les villes, car ce sont eux qui alimentent en premier lieu l'exode rural. Mais la lutte contre la crise, les diverses mesures et expériences pour reconvertir et moderniser l'agriculture exigent une main-d'œuvre plus nombreuse et on comprend que dès 1892 les salaires amorcent une remontée, à l'exception il est vrai de ceux des ouvriers nourris. Elle est encore faible puisque le salaire moyen du journalier non nourri atteint 635 francs, ce qui n'est qu'un rattrapage de ce qu'il était avant la crise. Mais le mouvement se poursuit et s'amplifie, car les départs ne cessent pas et les premiers succès que connaît la reconstruction de l'agriculture se traduisent par une demande de main-d'œuvre, dans des conditions il est vrai nouvelles. Les structures d'exploitation n'exigent qu'assez rarement l'emploi d'une main-d'œuvre salariée permanente, et les propriétaires bourgeois qui conduisaient l'exploitation de leurs domaines avec un maître-valet et un ou plusieurs journaliers éprouvent fréquemment des déboires du fait de la passivité et de l'absence d'esprit d'initiative de cette main-d'œuvre forcément routinière, médiocrement concernée par les innovations qu'impose la reconversion de l'agriculture. Ecoutons l'un de ces propriétaires, qui partage sa vie entre son domicile orangeois et son domaine à Sablet, qu'il a entrepris de replanter en vignes américaines17. Son agenda de l'année 1891 reçoit ses confidances, souvent amères :

22Le 9 janvier : "J'ai fait appeler Soleil (son maître-valet) et lui ai fait connaître mon mécontentement sur la façon dont il comprenait son service. Le bien-être l'a gâté lui comme tous les autres. Bien brave garçon, assez intelligent pour toute sorte de travail, surtout avec les bêtes, mais ayant aucune énergie pour diriger une exploitation".

23Le 30 janvier à 8 heures: "aucun travailleur n'était encore à son ouvrage".

24Le 17 février : "Le matin Chassilan et Teston ont fait des trous en haut du Pas du Vège, Soleil a charrié du fumier. Le milieu de la journée a été pour tous les trois à finir de tailler la vigne. Le soir tout le monde est allé planter au Pas du Vège pour occuper les trous faits le matin. Le travail a été fait à ma convenance... La journée a été bien employée aujourd'hui.

25Le 28 février : "De plus en plus il est à reconnaître que l'œil et l'aide du maître font plus que doubler le travail".

26Le 10 mars : "Peu content du travail de la journée. Quand j ‘ ai manqué une semaine, il faut à mon personnel quelques jours d'entraînement".

27Le 9 mai : "Lever de bonne heure. Me suis aperçu que la matinée serait propice pour soufrer. Immédiatement je commence l'opération. Quand les hommes sont arrivés, j'avais parcouru bien quelques rangées. J'ai quitté moi-même le travail pour préparer la matière et les appareils. A 9 heures du matin c'était fini. Si je n'avais pas été là l'opération ne se serait point faite ou on aurait mis trois ou quatre fois plus de temps".

  • 18 Prenons le cas d'un paysan de la plaine du Thor, qui se spécialise dans deux directions : la vigne (...)

28Sans doute serait-il imprudent de généraliser, mais on doit retenir la cohérence de ces propos, et la relative incompatibilité qu'ils soulignent entre le travail salarié non guidé ni contrôlé et des tâches complexes, à accomplir rapidement avec esprit d'initiative. C'est cela qui pénalise les domaines à gestion lointaine ou distraite, et c'est un des facteurs du processus d'abandon observé chez les propriétaires fonciers. A l'inverse, les exploitations familiales où tous les membres de la famille contribuent dans la mesure de leur force et de leurs disponibilités à remplir un calendrier de travaux d'autant plus dense que le système de cultures est plus spécialisé sont obligées de recourir au travail salarié, soit à titre complémentaire, soit pour des activités de caractère saisonnier18. La condition du journalier reflète ces données nouvelles. A côté de ceux qui sont embauchés de manière permanente chez un exploitant – ce n'est pas le cas le plus fréquent -, d'autres, particulièrement dans les systèmes de cultures les plus évolués, associent les occasions de travail que leur assurent plusieurs exploitations. Les premiers bénéficient d'une certaine sécurité d'emploi, qui leur est d'ailleurs comptée puisque le directeur des services agricoles indique dans sa réponse à l'enquête sur les salaires agricoles de 1913 que :

"Certains employeurs payent les journaliers qu'ils occupent toute l'année 3 francs par jour sans différence pour les saisons, pour 10 heures de travail l'été et 8 heures environ l'hiver. Dans ce cas le patron fait à l'ouvrier une retenue sur la journée d'hiver, retenue qui est réglée à l'ouvrier à la fin de l'année, s'il est resté toute l'année fidèle à son travail".

29La sécurité de l'emploi n'est donc pas un privilège... Mais les journaliers au service de plusieurs employeurs ne courent pas grands risques, surtout lorsqu'ils cultivent pour eux-mêmes un lopin de terre. Aussi, si l'on se place au point de vue de la rémunération qu'elles assurent, on peut dire que les deux formules aboutissent à des résultats très voisins, et l'on peut évaluer à 750-800 francs le salaire moyen du journalier agricole en 1913, soit une progression de 18 à 25 % depuis 1892. Redisons-le, ce sont des données d'une projection délicate dans la vie réelle, car il y a fort peu d'ouvriers agricoles qui sont dans la nécessité de vivre avec le produit de leur seul travail salarié : une partie au moins de leur subsistance provient des récoltes qu'ils tirent d'une ou plusieurs parcelles qu'ils possèdent ou même louent. Et lorsqu'ils sont constitués en famille, la femme et les grands enfants ajoutent au salaire du chef de famille le leur propre. Il y a là, d'ailleurs, la voie étroite d'une promotion, que souligne le remarquable observateur des réalités économiques et sociales de l'agriculture vauclusienne qu'était Zacharewicz quand, décrivant la condition des journaliers à la fin du xixème siècle, il écrit :

  • 19 Zacharewicz : le Vaucluse agricole. Op. cit.

"Dans quelques cas seulement ils arrivent à devenir propriétaires lorsque la femme et les enfants participant à des travaux de culture gagnent aussi leur journée et contribuent par leur pécule a augmenter les ressources du ménage"19.

30Cette voie promotionnelle, difficile malgré la diminution du prix des terres, sera suivie en particulier par un nombre non négligeable d'ouvriers agricoles d'origine italienne.

31Je retiens donc, pour terminer, le salaire de l'ouvrier agricole non nourri comme indice représentatif du revenu minimal que produit la travail de la terre, pour qu'il vaille la peine de la poursuivre. En prenant comme base la situation de 1862, et en lui affectant l'indice 100, j'obtiens pour 1882 l'indice 89, pour 1892 98 et pour 1913 115 au moins, 123 au plus. Le minimum vital dans les campagnes vauclusiennes n'a enregistré par conséquent qu'une faible progression et l'on comprend qu'elles se soient vidées d'une bonne partie de ceux qui devraient, à peu de chose près, s'en contenter.

III – LE REVENU DES EXPLOITANTS AGRICOLES

A – PROBLÈMES DE MÉTHODE

  • 20 La petite propriété rurale en France. Enquêtes monographiques 1908-1909 – Paris, 1909.

32L'affaiblissement de la rente foncière et les caractères spécifiques du salariat agricole en Vaucluse – il représente une force de travail d'appoint, de caractère saisonnier plus que permanente – soulignent que pour sa plus grande part le produit agricole reste entre les mains des exploitants agricoles. Ceux-ci ne sont pas nécessairement propriétaires des terres qu'ils cultivent, mais nous savons que c'est le cas le plus fréquent et que rares sont les fermiers ou les métayers à ne posséder par eux-mêmes aucune terre. L'important, c'est que la très large diffusion du fait de propriété s'accorde avec les conditions spécifiques du progrès agricole pour imposer en Vaucluse la petite exploitation, considérée comme une unité de production et de consommation à la dimension d'une famille. Dans une étude consacrée à la petite propriété rurale en France, dans les premieres années du xxème siècle20, le cas du Vaucluse est souligné avec enthousiasme, dans des formules catégoriques : il est "actuellement le département privilégié de la petite culture" et même, affirmation bien sûr excessive, "on peut dire qu'il n'y a pas de prolétariat agricole dans le Vaucluse, devenu la Terre Promise du petit agriculteur". N'attachons pas plus d'importance qu'il ne faut à cette métaphore biblique, mais remarquons qu'elle ne fait qu'amplifier une situation bien réelle, où le petit cultivateur apparaît comme le fer de lance du progrès.

  • 21 Voir supra. Première partie, chap. IV.

33C'est donc dans le cadre – nécessairement souple – de la petite exploitation qu'il faut essayer d'appréhender le revenu des exploitants agricoles car c'est là qu'il réalise ses meilleures performances. Mais nous savons que la saisie du revenu des exploitants est une entreprise hasardeuse, fréquemment vouée à l'échec et toujours délicate et incertaine dans les résultats qu'on peut en tirer21. Je n'ai rien à ajouter aux problèmes précédemment exposés sur ce sujet, je me dois simplement – dans la logique du projet que je poursuis – de persévérer dans la démarche que j'ai adoptée : d'une part rechercher des revenus réels, pour les interpréter avec précaution; d'autre part recourir à l'analyse économique, loin des situations réelles mais assurant à la réflexion une base statistique indispensable à l'étude des différences qui fondent la diversité de l'agriculture vauclusienne.

  • 22 Pour cette étude, j'utilise les documents suivants :
    – Comptabilité de la propriété Raspail à Gigond (...)

34Il n'y a pas de recette, encore moins de guide méthodique, pour retrouver des document comptables d'exploitations agricoles. Je suis conscient des faiblesses et lacunes de ceux que j'ai pu rassembler, je sais aussi que leur distribution dans l'espace ne peut m'autoriser à les présenter comme un échantillon représentatif de l'agriculture vauclusienne. Mais ils sont assez divers et recouvrent un champ chronologique assez continu pour nous livrer des tendances incontestables du revenu des exploitants agricoles22. Je dois retenir que je ne les ai découverts que dans des structures de grande propriété donnant lieu le plus souvent à des exploitations en faire valoir indirect, et il serait de ce fait fort imprudent d'extrapoler les conclusions qu'on peut en dégager à la situation réelle des exploitants familiaux propriétaires de tout ou partie de leurs biens dans des conditions géographiques et économiques comparables. Il convient en effet de faire leur part aux rapports de production dans la conduite d'une exploitation agricole et les résultats qu'on peut en attendre. Il est bien connu que l'autorité lointaine – ou au contraire trop proche et tatillonne – d'un propriétaire sur ses ouvriers ou ses métayers est un facteur de rendement médiocre dans le travail. Je l'ai montré dans le cas des ouvriers agricoles, la comptabilité tenue minutieusement par Monsieur Appy nous en apporte un autre témoignage, dans le cas du métayage cette fois. En 1911, il décide de congédier son métayer de la ferme du Payan à Lacoste, dont le bail vient à expiration et il note les raisons qui justifient sa décision dans ces termes :

"Griefs : deux fois élevage d'un poulain malgré mes ordres contraires – eau de Queyriès complètement abandonnée – pas travaillé les terres ni les vergers oliviers – impossible de faire des vers à soie – ne tient pas de cochons, pas de bêtes à laine, pour vendre fourrage et paille – mauvaise exploitation, ruine des terres – autour de la ferme mal tenue – bassin encombré sans cesse linge sale – ordures jetées sur le passage – bassins jamais nettoyés, pas même celui devant la ferme – se plaint toujours de ce que je ne fais pas pour lui – tas de fourrages laissés dehors – diminuer l'étendue des luzernes pour éviter travail pour les rentrer, faire davantage du blé – les eaux ne sont pas utilisées – maison mal tenue – n'a jamais planté un arbre ni n'a jamais fait la moindre réparation aux portes ou à la ferme dans la crainte d'en faire profiter le propriétaire. J'ai fait réparer chambres, cuisine – N'a aucune prévenance pour nous – Les enfants font des dégâts à nos fruits".

35Le réquisitoire est sévère même s'il apparaît désordonné. Nous n'avons pas, bien sûr, à le prendre pour argent comptant, mais il convient de remarquer que c'est le seul de ses métayers, sur plus de trente ans, que Appy a congédie et cela plaide plutôt en sa faveur. En d'autres termes, cela donne de la consistance à ses griefs qu'il n'est pas sans intérêt d'étudier de plus près. Appy connaît le travail de la terre, il est informé de l'évolution des techniques agricoles comme il sait, parce que c'est un homme de terroir, l'adaptation qu'on peut en proposer pour tenir compte des caractères spécifiques de ses propriétés. C'est ce qui explique le souci qu'il a de l'eau et du bétail. L'irrigation dans la vallée du Coulon, sur le versant Nord du Luberon, ne peut être que très limitée et doit tirer parti des eaux de source qu'il faut savoir recueillir et distribuer. Travail minutieux et délicat que le métayer – par ailleurs manifestement peu soigneux – estime bien trop lourd puisqu'il lui faudra en partager les fruits. On perçoit l'enchaînement de travaux et de contraintes qu'implique l'élevage : la culture de la luzerne exige un temps de travail supérieur à la culture du blé et, ce qui me paraît plus important encore, l'élevage diffère, retarde le moment où le paysan empoche le produit monétaire de son travail. On voit bien, dès lors, comment le métayage – indépendamment de la personnalité des métayers eux-mêmes — oppose une certaine force d'inertie au progrès agricole et l'on comprend mieux pourquoi les résultats de l'analyse des comptabilités que j'ai retrouvées constituent plutôt un revenu minimum par rapport à celui que, à superficies égales, pourraient obtenir des exploitants propriétaires, c'est-à-dire pleinement intéressés aux fruits de leurs efforts. On peut objecter à ce raisonnement que les grands propriétaires, exploitant directement ou non, ont plus de facilités pour l'investissement et que c'est un atout non négligeable dans une période où le progrès et la réussite passent par la reconversion – aussi rapide que possible – du système de cultures. Nous ne devons pas ignorer ce fait, mais il est plus limité et d'un poids économique inférieur aux inconvénients précédemment évoqués.

36Je voudrais évoquer une autre difficulté encore. Le terme de comptabilité ne doit pas faire illusion, les données chiffrées qui les constituent ne sont pas rassemblées en fonction d’un objectif bien précis, selon des modalités absolument identiques et comparables d'une propriété à une autre. Pour ne prendre qu'un exemple, dans certains cas il est tenu compte de l’impôt au titre des dépenses, dans d'autres il n'apparaît pas... Le revenu net tel qu'on peut le calculer n'est donc pas toujours conçu de la même manière. Par ailleurs, les documents comptables couvrent des champs chronologiques différents et il n'est pas question de raccorder les séries auxquelles on parvient, non seulement parce que leur contenu est parfois différent mais aussi parce que chaque comptabilité s'inscrit dans un contexte géographique et économique bien défini et que l'on ne peut de ce fait espérer des revenus homogènes. C'est donc au mouvement des revenus d'exploitation et à la typologie qu'ils permettent – avec beaucoup de prudence – d'élaborer qu'il faudra surtout s'attacher.

B – REVENUS VITICOLES

37Il est rare, mais non exceptionnel, que la vigne soit alors une spécialisation exclusive dans l'agriculture vauclusienne. La crise phylloxérique a d'ailleurs créé les conditions d'une telle orientation : dès qu'ont été entrevus et expérimentés des moyens de reconstitution du vignoble, ceux qui pouvaient engager les investissements nécessaires ont naturellement cherché à exploiter au maximum l'avantage de leur situation géographique et économique. D'où la création de vignobles importants, précédant l'effort obscur mais massif où s'engagèrent à leur suite les petits et moyens vignerons, plus réservés quant à eux sur la notion de spécialisation. Il n'est pas surprenant, dans ces conditions, que j'aie pu retrouver des comptabilités évocatrices de l'effort spéculatif de reconstitution du vignoble dans les structures de grande propriété.

  • 23 Voir supra. Première partie, chap. IV,

38La propriété Raspail à Gigondas retient en premier lieu notre attention. Elle s'était imposée à nous comme une anticipation, une entreprise agricole d'avant-garde intelligemment conduite et sanctionnée par une éclatante réussite23. Nous l'avons laissée au sommet de sa réussite, atteint dans les années 1868- 1872 au cours desquelles le vignoble entrait dans sa pleine capacité de production. Mais le phylloxéra devait rapidement détruire ce bel édifice et la courbe des revenus aussi bien que la représentation graphique de la structure des recettes montrent le caractère brutal de son attaque. En quatre années, les recettes s'effondrent, parce que le vin n'entre plus que pour une part dérisoire dans leur total. Les dépenses d'exploitation sont difficilement compressibles, le poste main-d'œuvre en particulier, et l'on voit aisément les limites de l'effort que le propriétaire entreprend pour les contenir. Poids de la crise, contrainte qu’impose en tout état de cause le maintien du potentiel de production, ces deux données contradictoires font disparaître le profit d'exploitation et le domaine de Raspail frôle le déficit. Cela ne signifie nullement que son propriétaire subisse passivement cette conjoncture désastreuse, mais il apparaît que ses moyens d'intervention sont limités. La structure des dépenses montre qu'à mesure qu'elles meurent les vignes sont partiellement replantées, mais de toute évidence l'opération n'est pas rentable puisqu'elle est à recommencer avant même que les jeunes plantations ne portent réellement récolte. Il est moins aléatoire, et le profit en est bien plus rapide, de revenir à la culture du blé sur vignes arrachées et Raspail le comprend très vite. Par un paradoxe apparent, lui qui était parti en guerre contre l'ancien système de production en redécouvre les vertus et il se défend contre la crise phylloxérique en revenant au blé et à l'élevage des vers à soie. Mais il a d'autres atouts, plus modernes ceux-là : les ventes d'huile d'olives et de fruits – essentiellement des amandes – relèvent ses recettes de façon appréciables. L'important, parce que c'est une démarche qu'adoptent spontanément tous les paysans touchés par la crise phylloxérique, réside en ceci : les ressources secondaires, que la modernisation du système de cultures cantonnait dans une fonction de sécurité et d'équilibre, sont valorisées par la crise.

  • 24 Voir supra. Deuxième partie, chap. I,

39Cette analyse vaut surtout pour la phase de démarrage de la crise, qui oblige à une politique strictement défensive, de repliement de l'exploitation sur elle-même, l'objectif étant de sauver ce qui peut l'être et de survivre dans l'attente de jours meilleurs. Il n'y a pas alors, me semble-t-il, de comportement spécifique de la part d'Eugène Raspail, il réagit en fonction d'une expérience de son terroir qu'il partage avec la masse des paysans. Mais ce n'est pas une attitude durable, il faut sortir de la crise pour éviter qu'elle ne vous condamne et c'est là que Raspail retrouve un comportement qui le distingue du plus grand nombre. Sans doute est-il plus attentif que d'autres aux expériences conduites pour triompher du phylloxéra, sans doute son activité antérieure est-elle un gage de combativité et ce sont des facteurs qui comptent dans une situation aussi difficile. Mais n'oublions pas qu'Eugène Raspail a d'autres ressources financières que celles qu'il tire de ses propriétés de Gigondas, que le souci qu'il a d'éviter le déficit de leur exploitation n'est pas contradictoire avec la possibilité qu'il conserve d'investir. On perçoit à partir de 1880 la mise en œuvre d'un plan de replantation du vignoble et l'on a de bonnes raisons de penser qu'il s'agit de plants américains greffés puisque Raspail est l'un des lauréats du concours de vignes américaines organisé en 1880 par la Société d'Agriculture de Vaucluse24. Les résultatsne se font pas attendre et l'on observe une remontée des recettes qui s'explique essentiellement par la réapparition de ventes de vin. Il est vrai que ce redressement n'est pas simple puisque le bilan de l'année 1883 se solde par un déficit relativement lourd, de quelque 3 300 francs. Mais à y regarder de près, il tient surtout à un effort important de plantations nouvelles. Ne nous y trompons pas : le déficit comptable de l'exploitation est l'indice d'une réelle capacité d'investissement car Raspail n'est pas acculé à la faillite par ce compte négatif. Bien au contraire, il prépare l'avenir par des opérations de ce genre et l'on en perçoit les résultats dès 1885 puisque les ventes de vin cette année-là atteignent 7 800 francs, soit plus de 50 % des recettes.

40Il est certes très regrettable que la comptabilité tenue par Raspail s'arrête en 1885, car c'est précisément après cette date que l'on pourrait pleinement apprécier les résultats de la politique qu'il a engagée à partir de 1880. Cette interruption, qui reste inexpliquée mais qui ne signifie absolument pas disparition de la propriété elle-même, souligne les limites et la fragilité de la documentation ainsi retrouvée. Pour m'en tenir à ce qu'elle m'apporte de solide et d'indiscutable, je dois me satisfaire au terme de cette étude d'une tendance, qui se dégage de l'analyse des données comptables d'une période de cinq années puisque c'est à partir de 1880 que Raspail s'engage dans la voie de la reconstruction de son vignoble dévasté. Retenons d’abord la précocité de son effort, mais plus encore gardons en mémoire que l'entreprise ne pouvait être tentée alors, sur une base aussi large, qu'avec le concours de disponibilités financières extérieures à la propriété. Cela ne saurait se concevoir que dans la perspective d'un profit élevé et c'est la persistance de la crise pour le plus grand nombre qui autorise et rend plausible ce calcul.

  • 25 Voir supra. Première partie, chap. IV,

41Confirmation de sa validité nous est apportée par la comptabilité d'Eugène Fortunet. Ce propriétaire ne nous est pas inconnu, puisque j'ai présenté précédemment25 les comptes de l'une des métairies de son domaine de La Planquette au Thor, pour les années 1867-1875. Exploitation que l'on peut qualifier de traditionnelle, même si elle s'inscrivait dans un système de cultures très productif. La crise de la garance et le phylloxéra l'ont brutalement condamnée, et c'est curieusement au moment précis où ses revenus s'effondrent que le propriétaire passe à la gestion directe de son domaine, qui implique de sa part prise d'initiatives et de responsabilités accrues. Fortunet prend des risques, puisqu'il se lance dans la création d'un vignoble qui atteindra près de 20 hectares en 1880 sur le domaine de La Planquette. Il n'en reste d'ailleurs pas là : en 1880 justement il achète à trois propriétaires – vraisemblablement ruinés par la crise – le domaine proche de Saint-Eugène, l'agrandit à plusieurs reprises jusqu'en 1887 et là aussi crée un vignoble d'une cinquantaine d'hectares, essentiellement plantés en 1880 et 1881. L'entreprise est d'importance, elle est inconcevable sans de très lourds investissements et une solide confiance dans la rentabilité qu'on peut en espérer.

  • 26 Infra. Quatrième partie, chap. IV.

42La décision ainsi prise par Eugène Fortunet, qui constitue un tournant dans sa vie, peut s'expliquer de plusieurs manières. Ce notable comtadin, avocat inscrit au barreau de Carpentras, avait épousé en 1867 la fille d'un riche négociant en garance, qui lui avait apporté 200 000 francs en dot, somme considérable convertie pour l'essentiel en valeurs mobilières. Si l'on ajoute à cela le revenu de son propre patrimoine, on comprend que le jeune avocat ait délaissé le barreau pour céder à la tentation de la politique où la réussite lui vint rapidement puisqu'il devint maire de Carpentras. Les bases étaient jetées pour de plus larges ambitions lorsque survint la révolution du 4 septembre 1870 qui le chassa de sa mairie... D'où une reconversion, incertaine tant que ne fut pas fixé le destin national, consciente de ses fins à partir de 1875 et point n'est besoin ici d'expliciter cette chronologie. Une reconversion qui n'est en aucune manière retraite politique : nous savons par ailleurs qu'Eugène Fortunet, de convictions orléanistes, devint le leader du parti conservateur de l'arrondissement de Carpentras après la mort du duc de Chambord26 et sa fonction sociale de grand propriétaire éclairé le préparait admirablement à ce rôle.

  • 27 Voir supra. Deuxième section, chap. I,
  • 28 Le registre sur lequel Eugène Fortunet a consigné, de 1867 à 1880, ses opérations de bourse permet (...)

43Mais le mobile politique, pour puissant qu'il fût, ne suffit pas à rendre compte de ce retour à la terre. En 1875, les piliers de l'ancienne prospérité vauclusienne se sont effondrés et le phylloxéra poursuit son offensive sur l'ensemble du vignoble national. Dans le désarroi qui s'installe, la première lueur d'espoir vient des travaux de Planchon et de l'application que leur donne, au Thor justement, le docteur Seigle, par la submersion des vignes27. Rien d'étonnant à ce qu'Eugène Fortunet suive cet exemple : il y a là une voie ouverte à la mise en œuvre de sa réelle compétence agronomique, une certaine manière également de rendre service, dans la logique du comportement social des grands notables. Ces bons sentiments n'auraient cependant pas apporté la garantie du succès, car l'entreprise était difficile, aléatoire et surtout très coûteuse. C'est ici qu'intervient, comme un facteur nécessaire et peut être même décisif, la capacité financière de Fortunet telle qu'elle lui vient de sa fortune mobilière. Nous en connaissons les données : un portefeuille de valeurs, françaises et étrangères, constituant un capital de près de 200 000 francs en 1867 et portant un revenu certes variable mais important puisque de 1867 à 1880 j'ai pu l'établir et en calculer la valeur moyenne annuelle, qui est de 14 210 francs. Ajoutons que Fortunet ne gère pas de façon passive son portefeuille de valeurs mobilières, qu'il procède fréquemment et, semble-t-il, fort judicieusement à des opérations de vente et d'achat qui lui laissent un bénéfice appréciable28. Il y a pour lui dans la gestion ainsi comprise de sa fortune mobilière non seulement le moyen de maintenir son train de vie mais aussi la possibilité de réaliser les investissements qu'exige l'entreprise de création d'un vignoble submersible. Il est possible d'ailleurs que l'acquisition du domaine de Saint-Eugène l'ait conduit à liquider pour une bonne part son portefeuille de valeurs mobilières. Nous savons en effet qu'il l'a payé 152 000 francs et c'est précisémment en 1880 que s'interrompt la tenue du registre sur lequel Fortunet tenait la comptabilité de ses opérations boursières. Notons la coïncidence, sans aller au-delà de l'hypothèse qu'elle autorise.

44J'en viens au compte d'exploitation des deux domaines que dirige Eugène Fortunet. Leur dessin d'ensemble est très comparable, mais il y a bien sûr un décalage chronologique entre eux. Il semble que la création du vignoble de La Planquette ait démarré en 1874, alors que la propriété était encore en métayage, mais cela ne modifie guère les données de notre raisonnement. La distinction faite par Fortunet entre deux grands postes de dépenses est essentielle : d'un côté les dépenses d'exploitation proprement dites, qui mériteraient bien sûr d'être précisées dans leur contenu mais je ne prends pas grand risque en disant que le poste main-d'œuvre est le plus lourd; de l'autre les investissements et l'on sait que pour La Planquette ils représentent pour l'essentiel la construction d'une cave (15 000 francs en 1878) et l'achat du matériel vinaire (10 000 francs en 1879). La comparaison des dépenses entre les deux domaines montre une corrélation tout à fait satisfaisante pour les dépenses d'exploitation puisque l'on a à La Planquette 20 hectares de vigne et 50 à Saint-Eugène. C'est dans le secteur des investissements que la différence est sensible, et je ne peux formuler que des hypothèses pour l'expliquer. Ce qui me semble le plus vraisemblable, c'est qu'à Saint-Eugène le nouveau propriétaire a dû équiper le domaine dans la logique de l'objectif qu'il visait et cela implique non seulement des constructions comme à La Planquette mais aussi la réalisation d'un complexe de canaux d'irrigation adaptés à une submersion durable des vignes. Ce poste de dépenses représente sur l'ensemble de la période pour laquelle nous avons les données comptables plus du tiers du total des dépenses, soit une proportion double de celle observée à La Planquette. On comprend dans ces conditions que le propriétaire ne se soit engagé dans cette nouvelle entreprise, dont il savait qu'elle exigeait d'importants investissements, qu'une fois qu'il ait été assuré de la rentabilité de sa première expérience. A coup sûr, l'apparition de bénéfices d'exploitation à La Planquette dès 1879 et surtout 1880 a joué dans sa décision d'étendre considérablement son vignoble.

45Nous savons par des annotations ici et là dans les registres que la vigne fournit la totalité des recettes, des ventes de sarments et d'alcool assurant parfois des ressources d'appoint qu'on peut négliger. Ce qui est remarquable, c'est la rapidité avec laquelle les recettes apparaissent et les sommets qu'elles atteignent. Pour les années où il est à pleine capacité de production – 1883-1891 – le vignoble de La Planquette assure une recette moyenne de 24 700 francs et le même calcul effectué à Saint-Eugène, également pour les années 1883-1891, donne 58000 francs. Les résultats sont donc très proches sinon identiques puisque nous avons ici 20 hectares et là 50 hectares de vignes. Dans un temps où la production vinicole nationale est très déficitaire, les récoltes que permet la submersion s'enlèvent à des prix rémunérateurs et dès lors que les plantations atteignent trois à quatre ans et que les gros investissements sont faits, le profit d'entreprise est important. Les graphiques des deux comptes d'exploitation montrent bien les deux temps de l'expérience : le premier pendant lequel le propriétaire doit consentir un lourd déficit d'exploitation, à la mesure même de son ambition, le second où il recueille les fruits, à coup sûr avantageux, de son effort. Calculé sur l'ensemble de la période, le profit réalisé à La Planquette représente 30 % du revenu brut. 11 est moins élevé – 11 % – à Saint-Eugène, ou les investissements ont été plus lourds et où aussi la période "comptable" est moins longue. Quoiqu'il en soit de cette différence, l'important réside dans le fait qu'une entreprise, même conduite à grands frais, de reconstitution du vignoble alors que la crise phylloxérique exerce toujours ses ravages paraît bien assurée du succès. A cet égard, l'analyse de la comptabilité Fortunet confirme et même amplifie – dans une situation il est vrai particulière – les conclusions dégagées de l'étude des comptes de Raspail. La fortune sourit aux audacieux ... à condition qu'ils soient préalablement nantis ! C'est une condition nécessaire, mais il est certain qu'elle n'est pas suffisante car des entreprises comme celles de Raspail et Fortunet sont restées isolées, à la mesure des qualités professionnelles de leurs promoteurs.

  • 29 Les quelques commerçants du hameau de Causans (épicier, fournier...) sont eux aussi locataires du m (...)
  • 30 Les archives de Causans, conservées en vrac dans un grenier poussiéreux, sont d'une analyse diffici (...)

46Cependant, elles ne sont pas restées ignorées et elles ont ouvert la voie à la reconstitution du vignoble, selon des modalités économiques plus prudentes. Il est bien certain que c'est la masse des petits et moyens exploitants qui s'est engagée dans la voie explorée à grands frais – et aussi à grands risques car la réussite ne leur était nullement garantie— par les pionniers. Mais les petits exploitants n'ont pas laissé trace de leur effort... Fort heureusement, nous pouvons dans une certaine mesure le reconstituer et l'évaluer à partir de la comptabilité retrouvée du domaine de Causans, sur le territoire des communes de Jonquières et de Vacqueyras. Le marquisat de Causans est un vieux titre de noblesse comtadine, autour de son château s'est développé un hameau auquel il a donné son nom et toute sa population vivait encore à la fin du siècle dernier dans la dépendance économique du marquis, propriétaire des terres et des bâtiments29. Les archives conservées ne permettent pas de préciser l’étendue du domaine mais elle est à n'en pas douter considérable. Jusque dans les années 1880, il était pour partie affermé à prix d'argent à une cinquantaine de fermiers et pour le reste exploité directement. La structure des recettes telle que nous pouvons la reconstituer à partir de 1884 indique que la céréaliculture et l'élevage du ver à soie constituaient le fonds du système de production traditionnel mais que l'exploitation des prairies de la vallée de l'Ouvèze et l'élevage d'un troupeau d'ovins assuraient des ressources non négligeables. Sans doute la vigne était-elle présente, mais le phylloxéra l'avait détruite ici comme ailleurs30.

47Les archives dont j'ai eu connaissance commencent en 1881, de manière éparse et morcelée. Ce n'est qu'à partir de 1884 qu'il est possible de dresser une comptabilité sérieuse mais c'est en 1881 que le marquis de Causans a décidé de reconstituer – ou de créer – un vignoble. Cette année-là en effet apparaissent des travaux de défoncement et de plantation, des achats de plants racinés et de boutures qui montrent de manière indiscutable que l'on plante des vignes américaines greffées. 1881, c'est une date pionnière et à cet égard le marquis de Causans n'agit pas différemment de Raspail. Ce qui le distingue, c'est la démarche économique et sociale qu'il adopte. Il prend sur sa réserve foncière pour constituer le vignoble, et de ce fait porte un coup décisif à la céréaliculture et à l'élevage traditionnel, mais il partage avec ses fermiers les responsabilités et les bénéfices de l'opération. En effet s'il apporte la terre et le capital nécessaire à la plantation, s'il supporte les frais de démarrage (plants à remplacer – fumure) il rémunère par un partage des récoltes à mi-fruits le travail des vignerons à qui il remet et confie les plantations. Les mêmes paysans sont ainsi liés à leur propriétaire par une rente à prix d'argent pour les terres labourables qu'ils tiennent de lui et par une variante du métayage pour les vignes qu'ils n’auraient peut-être pas pu planter si la trésorerie du marquis n'était intervenue.

  • 31 La cave est mentionnée pour la première fois dans le registre d'inventaire en 1888, mais la charge (...)
  • 32 La croissance de la superficie du vignoble, à l'intérieur d'une superficie globale de terres afferm (...)

48C'est là que la méthode utilisée à Causans pour la constitution du vignoble nous introduit dans les conditions et contraintes propres aux petits vignerons. Leur démarche est nécessairement plus tardive, mais aussi plus lente que celle du grand propriétaire investisseur. Nous sommes ici à mi-chemin entre les deux formules : le propriétaire assure la mise de fonds initiale, mais aussi – nous le savons par d'autres documents – il construit une cave et l'on voit que pour la part de récolte qui lui revient il vinifie lui-même les raisins que lui apportent ses fermiers31. Ceux-ci sont à coup sûr placés dans des conditions moins favorables pour la commercialisation de leur part. Il est probable que les vignerons de Causans sont propriétaires d'une partie de leur exploitation et il est certain qu'ils ont à leur actif d'autres productions que la vigne. Aussi bien, préoccupés du destin d'une exploitation à laquelle ils sont pour une part directement intéressés et tenus d'adopter une démarche prudente, recherchant un équilibre entre diverses sources de revenu, ils ne peuvent se prêter à la constitution précipitée du vignoble dont ils assurent la bonne gestion. On comprend dans ces conditions que sa superficie, qui atteint 20 ha en 1888, croît ensuite plus lentement pour atteindre 60 ha dans les années 190032.

49Quels sont les résultats, exprimés en termes monétaires, de la création du vignoble de Causans ? Nous les connaissons vus par le propriétaire, ce qui n'est bien sûr qu'un aspect de la question. Dans la comptabilité que tient son régisseur, j'ai isolé la recette vignes et celle que procurent les fermages car ce sont à la fois les plus importantes et les plus constantes. Peu de chose à dire sur les fermages : leurs variations sont faibles et s'expliquent par des retards de paiement. La représentation graphique de la comptabilité du domaine souligne l'importance du vignoble dans le mouvement du revenu. Il était sur un palier de médiocrité jusqu'à ce que les vignes soient productives, dès lors la progression des ventes de raisins et de vin commande la croissance du revenu et les recettes liées au système de productions traditionnel sont marginalisée. Pour leur importance, bon an mal an, elles assurent la rémunération des serviteurs du marquis jusque vers la fin du siècle et n'y suffisent plus ensuite. Les recettes du vignoble sont sensibles à la conjoncture, et l'on voit à cet égard l'intérêt qu'il y a à éviter la spécialisation absolue car les recettes secondaires jouent un rôle d'amortisseur dans les mauvaises années. On peut d'ailleurs penser que les vignerons qui exploitent à mi-fruits le vignoble de Causans y sont plus sensibles que le marquis lui-même. La progression des recettes, liées naturellement à l'extension du vignoble, s'accompagne d'une montée des dépenses, particulièrement le poste dit "Frais Généraux" où sont comptabilisées toutes celles – à la charge exclusive du propriétaire – afférentes aux plantations, mais la zone de profit est nette et son importance indiscutable. La totalisation de toutes ces données comptables sur l'ensemble de la période étudiée – de 1884 à 1913 soit trente années – fait apparaître 1 055 630 francs de recettes, et 552 000 francs de dépenses, soit 603 000 francs de profit d'entreprise encaissés par le marquis, selon une progression de l'ordre de 1 à 3 du début à la fin de la période. En effet, pour les années 1890-1894, la moyenne des recettes annuelles est de 19 250 francs, celle des dépenses d'exploitation de 8 755 francs. Pour les années 1909-1913, ces données montent respectivement à 51 350 francs et 20 775 francs, la progression est donc de 26 696 pour les recettes et 237 % pour les dépenses, et elle est à l'actif de la création du vignoble. Ce sont des résultats brillants, qui justifient l'intérêt que le marquis a porté à la reconversion de son domaine. Celle-ci, obtenue par la création du vignoble, a assuré 60 % des recettes alors que les frais généraux, qui concernent pour l'essentiel mais nullement de façon exclusive les dépenses spécifiques du vignoble à la charge du propriétaire, ne couvrent que 45 % du poste global dépenses. Pour en terminer avec ces données comptables, le vignoble de Causans a produit pour son propriétaire 613 000 francs de recettes et lui a coûté au plus 248 000 francs. C'est bien dans ce secteur de production qu'a été assurée la plus forte rentabilité et cela démontre de façon convaincante la validité économique d'une modernisation fondée sur une spécialisation relative.

50Peut-on passer du point de vue du propriétaire à celui des paysans qui exploitent ses vignes ? Leur part du revenu est supérieure à celle du marquis puisqu'ils sont tenus quitte sinon de la totalité du moins d'une partie des dépenses d'exploitation – les achats de sulfate, soufre et engrais sont partagés —. Si nous considérons les cinq années qui courent de 1909 à 1913, concernant un vignoble en pleine capacité de production de 60 ha, nous obtenons pour eux une recette moyenne de 33 500 francs et un revenu net qui ne doit guère être inférieur à 30000 francs, soit près de 500 francs à l'ha. Partant des mêmes bases de calcul, adaptées cette fois à des paysans propriétaires de leur vigne, la recette serait de 67 000 francs dont il serait raisonnable de retirer le quart au titre des dépenses d'exploitation, ce qui laisserait un revenu net de l'ordre de 800 francs à l'ha. On voit ainsi l'écart économique mais aussi la distance sociale qui séparent le paysan propriétaire du métayer – dans une situation plutôt avantageuse il est vrai. On perçoit par ailleurs le revenu réel des uns et des autres, dans des exploitations où la vigne n'est jamais exclusive d'autres productions et se cultive sur des superficies de deux à quatre hectares, pour rester dans le cadre des forces productives moyennes d'une famille paysanne. Je ne pense pas qu'il soit possible d'avancer des résultats plus précis mais ils proposent un point utile de comparaison avec d'autres.

51C'est dans cette perspective que je retiens les éléments de comptabilité retrouvés dans les archives du domaine de Saint-Martin, sur le riche terroir du hameau des Vignères. C'est une propriété du comte de Bimar, portée au cadastre des communes de Cavaillon, l'Isle et Le Thor pour 136 ha, dont 115 environ ont été plantés en vigne. Les comptes, d'ailleurs rudimentaires, commencent en 1896 et il semble bien qu'à cette date le vignoble soit en pleine capacité de production, ce qui indique une création rondement menée et donc appuyée sur d'importants capitaux. Mais la grande originalité de ce vignoble, c'est qu'il est composé pour partie – 15 à 20 ha, on ne peut être plus précis – de cépages de raisins de table, essentiellement le chasselas qui commence alors une remarquable carrière. La méthode d'exploitation retenue par le comte de Bimar est identique à celle déjà observée sur le domaine de Causans : le propriétaire a pris à sa charge les frais de plantation et il confie à des fermiers la conduite des vignes, sur la base d'un partage à mi-fruits de la récolte et d'une répartition en deux parts égales des dépenses d'exploitation – engrais – sulfate... – , les frais de replantation et de cave, les impositions et l'entretien des constructions étant totalement à la charge du propriétaire. Répétons-le, c'est une situation particulière, à l'avantage des fermiers que le propriétaire cherche à intéresser dans l'accomplissement d'un travail délicat et pionnier.

  • 33 Voir supra. Deuxième partie, chap. II, et note 45.
  • 34 J'ai pris comme base de ce calcul une superficie de 100 ha en raisins de cuve et une de 15 ha en ra (...)
  • 35 On peut d'ailleurs en juger encore aujourd'hui car les bâtiments où elle était installée existent t (...)

52Les comptes, vraisemblablement tenus par un régisseur33, sont utilisables pour une courte période de 7 années – de 1896 à 1902. Par la suite, ils sont manifestement incomplets et ne peuvent être exploités que pour établir des prix de vente. Ils récapitulent les ventes effectuées dans chacune des fermes du domaine, mais il est malheureusement impossible d'établir une série ferme par ferme, car l'ordre dans lequel elles figurent sur les documents varie selon les années et je n'ai pas pu les identifier avec certitude : force est donc de raisonner pour l'ensemble du domaine et de ce fait il n'est pas possible d'analyser le revenu de chaque fermier. Les comptes présentent séparément les recettes des raisins de cuve ("raisins noirs" est le terme utilisé) et celles des raisins de table et dans chaque cas la récolte est présentée pour son tonnage et la somme qu'on en a retirée. Il est clair que les fermiers n'avaient aucun rôle dans les opérations de vente, leurs apports étaient enregistrés en poids et la somme correspondante était calculée par le régisseur à partir d'un prix moyen. Il est donc très facile de retrouver ce prix moyen et de calculer le rendement à l'ha et la recette qu'on en obtient34. La présentation des comptes indique qu'à partir de 1901 le plus gros de la récolte est vinifié sur place, ce qui implique la construction d'une cave et elle devait être fort importante pour produire près de 10 000 hl de vin35, malheureusement je n'ai retrouvé aucune indication de son coût. Cela représente à coup sûr un lourd investissement, mais nous savons que la commercialisation du vin était plus avantageuse que celle des raisins. Les dépenses d'exploitation qui figurent dans les comptes sont faibles, mais c'est parce qu'elles sont incomplètes. Elles ne comportent en effet que l'achat des engrais et des "produits de vigne", supportés à part égale par le propriétaire et les fermiers. Ces derniers supportaient l'entretien de leurs attelages, de leur matériel de travail, de la main-d'œuvre quand ils devaient en embaucher et le propriétaire payait les impôts, les frais de plantation, l'entretien des bâtiments... Impossible par conséquent de parvenir au revenu net de la propriété.

  • 36 Voir supra. Deuxième partie, chap. II,

53La période qu'on peut étudier s'ouvre par une mauvaise année, et ce sont les conditions climatiques qui sont en cause car les rendements sont anormalement faibles. Je m'interroge sur cet accident, qui ne peut avoir qu'une portée locale car les statistiques départementates ne le font pas apparaître : un coup de gel tardif, ou encore une brutale attaque de mildiou suite à de gros orages sont concevables. L'important, c'est la vulnérabilité que cela révèle puisque la perte de production est supérieure à 50 % pour les raisins de cuve. Autre accident de même nature : la médiocre récolte de 1901 pour les raisins de table. Comme le rendement des raisins de cuve ne fléchit pas, il faut en chercher la cause dans une mauvaise maturité, qui compromet la vente alors qu'elle n'affecte que la qualité du vin. Retenons que sur sept années les conditions climatiques infligent une sévère pénalité à deux reprises, ce qui est beaucoup et permet de comprendre la prudence des paysans à l'égard de la spécialisation. D'autant plus que la nature n'est pas seule à jouer de mauvais tours et les années 1900 et 1901 témoignent de l'instabilité du marché, sur lequel s'accumulent des productions excédentaires36 : la chute des prix est alors presque aussi redoutable que les intempéries... Au total sur sept années la conjoncture a été franchement défavorable à trois reprises. Je ne prétends pas pour autant me lancer dans l'étude d'un mouvement cyclique puisque je ne considère que sept années consécutives, livrées comme telles par les aléas de la quête des documents, mais je crois tout de même que cette proportion est évocatrice de la réalité des contraintes qui pèsent sur la viticulture, activité il est vrai plus vulnérable que d'autres.

54Mais les résultats obtenus à Saint-Martin ne sont pas pour autant décourageants. Le vignoble à raisins de cuve ne vise pas à la qualité : implanté sur des terres alluviales fertiles et humides – arrosables s'il le faut-il est orienté vers la production de vins de consommation courante, à gros rendements, et ses performances sont à cet égard remarquables. Le commerce ne lui propose jamais des cours élevés mais la valeur moyenne, obtenue sur l'ensemble de la période étudiée, de 1 060 francs de recette à l'hectare est remarquable, elle situe la rentabilité de ce vignoble dans le même ordre de grandeur qu'à Causans. Et il convient d'ajouter la plus-value qu'apporte la culture des raisins de table : à ne considérer que les recettes, on passe de 1 à 2. La prise en compte des dépenses d'exploitation réduirait l'écart car les frais, notamment pour le palissage des vignes à raisin de table et la quantité de travail qu'elles exigent, sont plus élevés. Il reste que s'ouvre là une perspective de spécialisation de bon rapport et l'on comprend que dans les années de l'avant-guerre une orientation en ce sens se dessine justement dans la région de Cavaillon – Le Thor.

55Etude de cas, chacun étant pris dans une situation économique particulière et dans un champ chronologique qui lui est propre... l'analyse que j'ai tentée me met dans l'embarras au moment d'en dégager les conclusions. Seul point commun, et il n'est pas négligeable même s'il tient pour une bonne part aux contraintes de la documentation, les vignobles dont je me suis efforcé de cerner le revenu ont été constitués à l'initiative de grands propriétaires et les capitaux qui y ont été investis étaient à l'affût d'un profit élevé. Comment aurait-il pu en être autrement d'ailleurs, alors que le marché fort actif des valeurs mobilières offrait des placements séduisants ? Aucun doute, par conséquent : les entreprises pionnières de reconstruction – ou de création – du vignoble étaient de bonnes affaires et cela vaut encore lorsque la conjoncture enregistre l'effet négatif d'une surproduction inattendue puisqu'elle intervient peu de temps après que le déficit de production ait été résorbé. On observe que leur réussite implique l'intervention de paysans qui ne sont pas de simples salariés, mais des hommes à qui le propriétaire consent un statut de métayer aménagé d'heureuse manière. Ainsi se réalise une association du capital, de l'esprit d'entreprise et de la compétence technique alliée à la traditionnelle capacité de travail. Elle a valeur d'incitation et propose un modèle qu'adapteront librement, en fonction de leurs moyens, les petits et moyens paysans. Comment n'y seraient-ils pas encouragés par des revenus que je crois avoir établis à l'intérieur d'une fourchette de 500 à 800 francs l'hectare ? Projetés dans des exploitations pratiquant une polyculture progressivement et prudemment spécialisée, ils apportent un gain monétaire qui contraste heureusement avec les budgets serrés que la crise de l'agriculture traditionnelle avait imposés.

C – REVENUS D'EXPLOITATIONS EN POLYCULTURE

56Les comptabilités exhumées dans les archives privées ne peuvent nous conduire à une vision exacte de la répartition des systèmes de production de l'agriculture vauclusienne. Il serait à cet égard tout à fait imprudent d'extrapoler les analyses faites précédemment : la spécialisation agricole qu'elles mettent en évidence est rare sinon exceptionnelle. Elle doit être retenue pour les résultats qu'elle obtient mais plus encore pour l'effet d'incitation qu'elle exerce, sur des exploitations – et ce sont les plus nombreuses – moins bien armées ou moins bien dirigées pour pouvoir s'y engager, mais en mesure d'en retenir le principal et d'y adapter pour partie leur système de production, qu'on peut toujours qualifier de polyculture. La documentation est ici bien plus difficile à rassembler car c'est surtout dans les structures de petite et moyenne propriété que l'investissement progressif de l'agriculture traditionnelle par les éléments significatifs de la modernité s'est opéré. Je peux cependant proposer à la réflexion l'évolution dans ce sens de deux domaines, sanctionnée dans un cas par un échec et dans l'autre par une réussite.

  • 37 Voir supra. Première partie, chap. IV,
  • 38 La succession de la marquise de Balincourt comprend son domaine des Barrinques de 220 hectares, est (...)

57J'ai déjà évoqué, le destin du domaine des Baringues sur le territoire de Lamotte-du-Rhône37. Lorsque la succession de la marquise de Balincourt s'ouvre, en 1872, sa valeur en capital estimé à 1 320 000 francs est grevée d'un passif de 365 000 francs, constitué de dettes hypothécaires et chirographiques38. Son fils aîné et principal héritier Fernand, qui prend le titre de marquis, découvre avec stupeur et irritation cette situation dont il rend responsable le régisseur de sa mère pour ses propriétés vauclusiennes et, suivi par son frère cadet Edgard, il l'assigne en justice,

"comme prévenu d'avoir à Lamotte, depuis moins de trois ans et notamment pendant l'année 1871, détourné ou dissipé au préjudice de la marquise de Balincourt diverses sommes qui ne lui avaient été remises qu'à titre de dépôt ou de mandat, et d'avoir ainsi escroqué partie de la fortune d'autrui".

  • 39 Dans les archives de la famille de Balincourt, on trouve plusieurs notes écrites par le marquis Fer (...)

58Le tribunal correctionnel d'Orange le déboute de sa plainte car les faits incriminés "ne sauraient constituer la preuve de malversations ou de détournements frauduleux". Fernand de Balincourt ne se tient pas pour battu et poursuit en appel, mais la Cour d'Appel de Nimes confirme le jugement du tribunal civil d'Orange. Cet épisode procédurier n'a d'intérêt pour nous que par ce qu'il révèle d'inconscience – à tout le moins de légèreté – dans la conduite de son patrimoine par la vieille marquise car il ne faut pas s'y tromper : l'acquittement du régisseur ne signifie absolument pas que sa gestion ait été limpide et irréprochable... Mais sa comptabilité était en règle et le tribunal ne pouvait juger sur des suppositions. Dans un conflit de cette nature, le régisseur est en situation de se donner toutes les apparences de la bonne foi et de la rigueur !39.

  • 40 Vauvert, gros bourg de la Costière du Gard, est le centre d'un vignoble réputé et nous savons que l (...)

59La succession réglée, Fernand de Balincourt se trouve à la tête d'un domaine de 137 ha, reparti en quatre fermes exploitées à mi-fruits. La comptabilité a disparu, mais des notes rédigées de la main du marquis nous donnent d'intéressantes informations sur le dessein qu'il a de constituer un grand vignoble sur sa propriété. Ce n'est pas à proprement parler une création : la vigne était cultivée avant le phylloxéra, sans atteindre le rang d'une production importante. Mais elle semble avoir bien résisté à l'attaque phylloxérique et c'est sur cette constatation que le marquis décide en 1879 d'accroître considérablement les plantations qui lui restent et qu'il évalue à 7 ha. Pour ce faire, il engage par un bail de 9 ans un vigneron de Vauvert, dans le Gard40, "me défiant à juste raison de la capacité viticole des gens du pays". L'affaire est rondement menée et en 1883 s'achève un plan de plantation qui porte le vignoble à 36 ha. C'est le fermier venu de Vauvert qui en a la charge pour l'essentiel, mais le marquis indique en 1885 que

"pour vulgariser la culture et la faire progresser dans le pays, j'ai exigé que chaque fermier du domaine menât un hectare de vigne sous ma surveillance, d'après les méthodes suivies par le fermier du Gard".

60Ce dernier déçoit d'ailleurs le marquis et de graves difficultés surgissent entre eux. Le bail stipulait en effet que pendant les trois premières années de chaque plantation, les plantations elles-mêmes et les travaux d'entretien seraient à la charge du propriétaire et qu'ensuite le fermier prendrait à son compte les travaux de culture et de traitement... Ce sont là des charges qu'à l'expérience le fermier trouve excessives et il a tendance à les réduire, au détriment des vignes elles-mêmes. On imagine aisément le mécontentement du marquis, dont le caractère autoritaire et impatient transparaît dans tous ses écrits. Bref, les rapports se dégradent entre le propriétaire et son fermier, d'autant plus dépendant du marquis qu'il s'est endetté auprès de lui. Et le vignoble se révèle dans ces conditions une affaire médiocrement rentable. Nous n'en savons pas plus, sinon que le fermier quitte le domaine à l'expiration de son bail et que le marquis semble alors avoir bien du mal à lui trouver une successeur. Il est vrai que ses prétentions sont grandes, puisqu'il propose un partage non pas à mi-fruits, mais sur la base de 3/5 pour le propriétaire et 2/5 pour le fermier... Ce sont des conditions que je n'ai rencontrées nulle part ailleurs et comme elles sont proposées par un propriétaire qui a pris dans son passage à l'armée le sens du commandement impératif et qui ne fait manifestement pas confiance à ses fermiers, il n'est pas surprenant que les volontaires soient rares ! L'échec de cette tentative en tout cas, comparé aux réussites précédemment analysées, montre bien l'importance des facteurs d'ordre psychologique et aussi la nécessité pour le propriétaire d'intéresser matériellement ses fermiers à une entreprise qui est toujours incertaine et périlleuse.

  • 41 Les recettes du domaine sont notées avec une grande précision, à tel point qu'il est possible de re (...)

61Le frère cadet du marquis, Edgard Comte de Balincourt, ne semble pas avoir le caractère autoritaire et suffisant de son aîné. Il a hérité de sa mère un lot plus modeste, 83 hectares estimés à 217 000 francs au moment du partage et il ne manifeste aucunement l'intention d'y faire œuvre pionnière. Jusqu'en 1879 il en laisse la gestion au régisseur qui avait été cité en justice en 1872 et en 1880 il remet à un homme d'affaires le soin de dresser la comptabilité de ses quatre métairies. Décision heureuse pour nous, puisque les comptes, assez complets41, de cette nouvelle gestion ont été conservés sur plus de 30 ans : ils s'arrêtent, sans qu'on en connaisse la raison, en 1912. La série est remarquablement longue et homogène dans ses données. Elle exprime par ailleurs les résultats d'une exploitation que le propriétaire manifestement suit de loin, sans prendre d'initiatives. Rien d'étonnant si l'analyse de cette comptabilité révèle la persistance d'une polyculture faiblement évolutive.

  • 42 E. Verdet : Mémoire sur l'introduction de la betterave à sucre et de l'industrie sucrière dans le d (...)

62Les recettes du propriétaire sont en effet d'une extrême diversité : douze rubriques les composent et encore l'une d'elles apparaît comme un fourre-tout puisque le régisseur la qualifie de "divers". C'est là qu'il enregistre tout à la fois le produit des redevances de basse-cour, des ventes d'osiers et surtout des coupes de bois. Ce dernier poste de loin en loin gonfle sensiblement la rubrique "divers", qui n'apparaît pas de ce fait négligeable. Le système de cultures s'organise autour du blé, selon un assolement il est vrai complexe, moderne pourrait-on dire puisqu'il introduit dans la rotation des cultures outre les céréales secondaires – orge et avoine – , la luzerne cultivée pour son fourrage mais aussi pour sa graine et de manière plus originale le millet dont la paille est utilisée pour la fabrication des balais. De façon plus discontinue figurent dans l'assolement la pomme de terre et la betterave à sucre qui avait fait l'objet dans la région, lorsque la crise était à son plus fort, d'essais assez concluants pour que se construise une raffinerie de sucre à Orange42. Ce sont les productions classiques des terres d'alluvions, riches mais lourdes, de la moyenne vallée du Rhône, médiocrement arrosées par le canal de Pierrelatte et de ce fait faiblement sollicitées par la spéculation maraîchère. La production animale valorise pour l'essentiel les sous-produits de la production végétale, sous la forme d'un petit élevage de porcs et de moutons. Plus significative est la présence jusqu'en 1909 de la sériciculture, qui n'a valeur que de ressource d'appoint et qui témoigne surtout du caractère conservateur de cette agriculture car nous savons que l'élevage des vers à soie est condamné par la médiocrité de ses gains et par son incompatibilité avec le calendrier des cultures nouvelles qui se mettent en place. Aussi n'est-il pas surprenant que la vigne soit réduite à un rôle de figurant, mais le souvenir tout frais des déboires qu'a connus le marquis dans ce domaine n'est peut-être pas étranger à la méfiance des métayers du comte envers elle.

  • 43 Nous n'avons aucune indication sur les superficies emblavées, pas plus d'ailleurs que sur celles co (...)

63Un système de productions dont la diversité est signe de médiocrité ainsi qu'on l'entrevoit sans peine à la lecture du bilan comptable de chacune de ses composantes. Le blé assure les recettes les plus importantes et les plus constantes, mais elles ne semblent pas traduire une productivité élevée43. La part de la luzerne a tendance à s'élever, de même que celle du millet et ce sont les indices les plus forts de la modernisation, mais celle-ci est bien timide et ne s'éloigne pas des voies familières aux paysans de la région. Les métayers n'y sont encourages ni par leur statut social ni par l'indifférence du comte, laquelle leur apparaît d'ailleurs peut-être préférable aux initiatives maladroites et autoritaires de son frère ! Au total, les recettes du propriétaire atteignent sur l'ensemble de la période une valeur moyenne annuelle de 6 600 francs et les écarts extrêmes ne dépassent pas, dans les deux sens, 20 % Une exception toutefois, les recettes de 1902 tombent à 3300 francs, mais les dépenses de l'année suivante nous en apportent l'explication : le comte obtient un important dégrèvement d'impôts, justifié à coup sûr par une catastrophe naturelle et la faiblesse du revenu céréalier donne à penser qu'il s'agit d'une inondation du Rhône, calamité rare mais redoutable. Retenons la faiblesse des écarts par rapport à la moyenne des recettes, elle corrige par la stabilité la médiocrité du revenu. C'est en effet la contrepartie positive que comporte la dispersion des recettes, elle a valeur d'assurance, de garantie d'un revenu minimum et ce n'est nullement négligeable.

  • 44 Le marquis et le comte de Balincourt remplissent ainsi une obligation expressément inscrite dans le (...)

64Mais le domaine vit à peu de frais, ce qui l'enferme dans son système où la routine et l'archaïsme restent prépondérants. L'analyse des dépenses est à cet égard tout à fait éclairante. Rien à dire sur les honoraires de "l'homme d'affaires", sinon pour observer qu'ils ne peuvent rémunérer qu'un travail à temps partiel, en d'autres termes que sa tâche est purement comptable et qu'elle n'implique pas une réelle fonction de direction et de contrôle. La fiscalité apparaît légère, mais c'est une remarque banale. Plus intéressante m'apparaît la faiblesse des dépenses d'exploitation que supportent à part égaie le propriétaire et ses métayers, car elle apporte confirmation du caractère conservateur de l'exploitation du domaine. C'est d'ailleurs une logique pernicieuse, car la médiocrité des recettes incite les métayers à limiter à l'indispensable leurs achats d'engrais. Mais comment briser ce cercle alors que le comte de Balincourt lui-même s'inscrit dans cette logique ? Il accepte les premières années de débourser des sommes importantes, pour prendre sa part des pensions de retraite que son frère et lui assurent aux vieilles domestiques de leur mère44 et se contente de recevoir chaque année – à l'exception des plus mauvaises – quelques billets de mille francs de son régisseur, sans trop se soucier du compte exact de ses recettes et dépenses... Gestion paresseuse, sans conviction pourrait-on dire, et elle finit par compromettre le capital. C'est ainsi qu'il convient d’interpréter la brusque remontée des dépenses en 1912 : cette année-là le comte doit faire procéder à des réparations aux bâtiments de ses fermes, que le laisser aller et les carences des années précédentes avaient profondément dégradés.

65L'analyse des courbes associées des recettes et des dépenses d'exploitation fait apparaître leur parallélisme, en aucun cas elles ne sont contradictoires. Pour être précis, les dépenses d'exploitation épousent le mouvement des recettes, et c'est ce qui met en lumière leur caractère de nécessité, elles sont envisagées et calculées au plus juste. L'observation des années 1890 est à cet égard intéressante : lorsque, après 1894, les recettes fléchissent, pour l'essentiel du fait de la baisse du prix du blé, les dépenses accusent ce fléchissement avec un temps de retard. En quelque sorte elles sont passives, en aucun cas elles n'ont une fonction d’anticipation, de stimulation des recettes et c'est un signe non équivoque de conservatisme, routinier et résigné. Il y a, il est vrai, dans les dernières années des indices de modernisation, de recherche de sources de revenu mieux assurées et plus rentables : la progression des ventes de graines de luzerne et de paille de millet est à cet égard significative. Mais c'est un mouvement timide, qui peut annoncer une tendance, sans pour autant se traduire dans les recettes.

66Venons-en, en effet, à l'étude des différents éléments constitutifs du revenu :

67Ce qui retient en premier lieu l'attention, c'est leur cohérence et leur stabilité. La part des dépenses d'exploitation – dans lesquelles j'ai incorporé, bien sûr, la charge fiscale mais aussi la rémunération de l'homme d'affaires du comte- est faible, de l'ordre de 18 %, ce qui est dans la logique d'une faible productivité. On peut approcher celle-ci par le calcul du produit brut à l'hectare; les biens du comte de Balincourt étant réellement cultivés à raison de 3/4 de leur superficie , on obtient des valeurs moyennes qui soulignent la remarquable stabilité, mais plus encore la médiocrité du système de production en vigueur sur le domaine. Nous sommes très loin des performances qu'obtiennent le marquis de Causans et le comte de Bimar sur leurs vignobles ! La progression des années 1880-1884 à 1890-1894 est dans la logique des choses, ce qui l'est moins c'est le recul enregistré en 1908-1912 par rapport à 1890-1894, car la conjoncture est redevenue favorable après le creux de la fin des années 1890. Incontestablement, le piétinement – voire le recul- des recettes et revenus relève de causes et facteurs propres au domaine et à son système de gestion : sous les chiffres se lit un processus de dégradation qui ne relève d'aucune fatalité.

  • 45 Il est à peu près certain que le capital se déprécie. Nous en avons un témoignage lorsque s'ouvre l (...)

68Comment dans ces conditions apprécier le revenu du propriétaire ? Nous savons que ses biens ont été évalués lors du partage successoral de 1872 à 217 000 francs. Si l'on étend à l'ensemble de la période cette valeur en capital et qu'on lui applique le revenu moyen du propriétaire, on peut dire qu'il assure au capital un taux de rémunération de 296. Dans les faits, le taux d'intérêt est d'ailleurs inférieur puisque dans les premières années le comte a supporté le paiement de la procédure qu'il avait engagée avec son frère contre le régisseur, soit 20000 francs et qu'il a dû régler des dettes de la succession, notamment le versement de pensions aux domestiques de sa mère... Au total, il a reçu en 35 années 110 000 francs et l'on comprend mieux dans ces conditions le mécanisme qui conduit de la médiocrité du revenu à la dépréciation du capital lui-même45. Dans la logique de ce mécanisme, le comte se désintéresse d'un bien de famille qui ne conserve plus guère pour lui que valeur sentimentale.

69Quant aux métayers, eux qui travaillent cette terre, ils se partagent à quatre environ 6 000 francs. Si nous supposons que les fermes sont d'égale superficie – hypothèse la plus vraisemblable – cela revient à dire que chaque métayer dispose en moyenne de 1 500 à 1 600 francs pour faire vivre sa famille. Je sais bien que dans la réalité les choses sont différentes, car une part des récoltes allant aux métayers n'est pas commercialisée mais utilisée à la subsistance de leur famille. On peut penser que la comptabilité de l'homme d'affaires du comte n'enregistre pas la totalité des recettes réalisées par les métayers, qui doivent bien profiter de la gestion négligente du domaine pour tricher quelque peu... La dissimulation n'est d'ailleurs dans ce cas que la conséquence de la médiocrité du gain, et c'est bien cela qu'il faut retenir : la comparaison entre la condition des métayers des Barrinques et celle des fermiers de Saint-Martin fait apparaître une divergence profonde. Est-elle un cas isolé ? Nouis allons essayer de répondre à cette question par l'étude d'autres comptabilités.

  • 46 Le Conseil Général de Vaucluse – Avignon 1937 – Ouvrage publié par le Conseil Générai de Vaucluse, (...)

70Caprice de la recherche historique ? Avec les archives de la famille de Balincourt, j'entrais dans un domaine noble de vieille lignée qui avait traversé sans dommage la tempête révolutionnaire. A l'inverse, Jean-Pierre Appy est l'arrière petit-fils d'un paysan qui sut arrondir son bien par l'achat de biens nationaux. Partant de là, la famille Appy – aidée par une charge notariale – se constitue tout au long du xixème siècle un solide domaine foncier et Jean- Pierre, abandonnant l'étude paternelle, s'y consacre totalement. La gestion de ses propriétés ne contraria nullement une carrière politique qu'il plaça sous le signe du radicalisme: élu meure de Lacoste en 1888 et conseiller général du canton de Bonnieux en 1891 à la mort de son père, il fut constamment renouvelé dans ces deux mandats jusqu'à la guerre de 191446. S'il eut la sagesse de maintenir son mandat politique dans le cadre limité où son influence et sa compétence pouvaient s'exercer efficacement, sa notoriété bien réelle s'explique pour une part par sa qualité de propriétaire terrien éclairé, c'est-à-dire tout à la fois ouvert aux idées et aux techniques nouvelles et respectueux de l'expérience que donne une longue et intime familiarité avec le terroir. C'est bien d'ailleurs un homme du terroir, en l'occurrence la vallée du Calavon où s'est inscrite toute sa vie. Quand il montait à la mairie de Lacoste, il la découvrait à ses pieds et il pouvait aisément y repérer ses propriétés... On comprend mieux, après avoir suivi les mêmes chemins et contemplé ce paysage aux lignes harmonieuses et aux vives couleurs, l'attachement qu'il éprouvait pour ce pays et cette terre.

  • 47 Supra.
  • 48 Pour des raisons que je ne suis pas parvenu à élucider, ces comptabilités ne recouvrent pas une mêm (...)

71Propriétaire au sens plein et traditionnel du terme, il maintient à ses domaines une structure d'exploitations familiales et sa préférence le porte vers le métayage, qui lui permet d'intervenir dans le système productif, de l'orienter et d'exercer un contrôle réel sur l'exploitation elle-même. Il ne semble pas d'ailleurs que ses manifestations d'autorité aient indisposé ses métayers : il ne s'est mal entendu qu'avec un seul et il y a de fortes présomptions que celui-ci ait été un médiocre paysan47. Réjouissons-nous, en tout cas, de l'intérêt qu'il portait à la conduite de ses fermes, puisque nous lui sommes redevables d'une importante documentation qui permet d'établir la comptabilité de trois métairies48. Par ailleurs, la famille Appy possédait une propriété sur le territoire de Gordes, Saint-Biaise, et il se trouve que son métayer tenait avec beaucoup de soin son propre livre de comptes, que j'ai retrouvé de façon tout à fait indépendante de la piste qui m'avait conduite chez le petit-fils de Jean-Pierre Appy. C'est donc au total les comptabilités de quatre exploitations familiales, toutes quatre en polyculture, que je peux étudier. J'en arrêterai naturellement l'analyse à l'année 1914, quitte à la reprendre dans un prochain chapitre pour la période qui suit. Bien qu'elles soient géographiquement voisines les unes des autres – dans un cercle de quelque 10km de diamètre – ces propriétés ne présentent pas de caractéristiques uniformes et elles ne se prêtent pas de la même manière à une politique de modernisation, de toute évidence voulue dans tous les cas par Jean-Pierre Appy.

  • 49 Autre indice de cette confiance, les conditions dans lesquelles est commercialisée la récolte de bl (...)

72La ferme des Martins, sur le territoire de la commune de Roussillon, est la plus vaste mais aussi la plus traditionnelle des propriétés Appy. D'une superficie de 35ha, elle a été achetée en 1885 pour la somme de 45 000 francs, ce qui n'est pas cher. On était alors au plus fort de la crise et Jean-Pierre Appy était trop avisé pour n'avoir pas flairé la bonne affaire ! Il a estimé opportun en 1898 de l'agrandir d'une terre de 2 ha, payée cette fois un bon prix – 3 000 francs – et il fit construire un hangar en même temps qu'il faisait crépir les murs de la maison d'habitation. Travaux d'aménagement qui témoignent de l'intérêt que présentait à ses yeux, expérience faite, la propriété et aussi de son souci de créer de bonnes conditions de travail et de vie pour son métayer, qu'il avait eu tout loisir d'apprécier puisqu'il était entré dans la ferme le 1er novembre 1886 apportant avec lui, comme c'était l'usage, les bêtes d'attelage et le train de culture. Entre les deux hommes, il est clair que la plus grande confiance régnait49 et seule la mort du métayer en 1900 mit fin à leur association. Mais son fils tout naturellement prit la suite et il était toujours en place quand la comptabilité fut arrêtée en 1921.

  • 50 Le revenu du propriétaire, tel qu'il ressort de notre comptabilité, est surévalué. En effet, les dé (...)
  • 51 On dirait, actuellement, surface agricole utile, mais je préfère utiliser une formule exprimant mie (...)
  • 52 On voit la difficulté de parvenir à une évolution rigoureuse du revenu paysan... D'autant plus qu'i (...)

73L'analyse des principaux postes de recettes et leur présentation individualisée montrent que nous avons affaire à une exploitation avant tout céréalière. Puisque les documents nous précisent le volume de la récolte et aussi les quantités réservées pour la semence, il est possible de calculer les superficies emblavées et les rendements : de 12 à 14 ha sont consacrés à la culture du blé, et l'on obtient des rendements de 12 à 16 quintaux. Ces chiffres sont significatifs tout à la fois d'un système de cultures traditionnel, car le blé revient un an sur deux sur les terres labourables, et d'un effort remarquable pour accroître sa productivité car les rendements réalisés exigent une culture soignée et savante, dont nous avons la preuve par la consommation d'engrais, relativement importante puisqu'elle représente en moyenne plus de la moitié des dépenses d'exploitation. Dans ces conditions, la culture du blé reste une spéculation justifiée, assurant de 60 à 8096 des recettes de l'exploitation. Ajoutons pour être complet que de temps à autre apparaissent des ventes de paille, mais leur caractère exceptionnel souligne la complémentarité de l'élevage – ovin et porcin – avec la céréaliculture. C'est la seconde vocation de l'exploitation, et elle assure un revenu monétaire régulier, qui tourne autour de 20 % des recettes, sans compter l'enrichissement que le fumier apporte à la terre. Tout ceci fonctionne manifestement sans anicroches sérieuses, comme en témoigne la stabilité du revenu. Si l'on considère celui du métayer50, dans sa valeur moyenne de 1890 à 1913, on observe que les écarts s'inscrivent à l'intérieur d'une fourchette de – 40 à + 30 % par rapport à cette valeur moyenne. A le considérer dans sa valeur nominale, c'est d'ailleurs un revenu relativement important, mais une correction me paraît s'imposer. Une exploitation de 38 hectares – dont il est raisonnable d'estimer à une trentaine d'hectares la superficie cultivable ou mieux réellement productive51 – excède la force de travail d'une famille et implique l'intervention d'une main-d'œuvre salariée. Tout porte à penser que le métayer des Martins, sollicité par de nombreux labours mais aussi par les soins à donner au cheptel, emploie un domestique de ferme, ouvrier polyvalent particulièrement bien adapté à la polyculture traditionnelle. Il est naturellement à sa charge, et c'est pourquoi il ne figure pas sur la comptabilité du propriétaire52.

74Les résultats obtenus aux Martins sont ambigus. Le revenu moyen du propriétaire, compte tenu de la fiscalité à sa charge et d'une plus-value de 10 % sur le prix d'achat de la propriété, assure au capital un taux d'intérêt de 3 à 3,5 % et ce n'est certes pas négligeable. Mais on n'observe pas une sensible croissance des recettes ni des gains, puisque le revenu moyen annuel du métayer calculé sur la période 1909-1913 accuse seulement 10 % de mieux par rapport à ce qu'il était pour les années 1890-1894 (2 650 francs contre 2 440 francs). Même observation pour le revenu brut à l'hectare, alors que les dépenses d'exploitation ont augmenté dans une forte porportion, passant de 40 à 55 francs à l'hectare. Autrement dit, la polyculture traditionnelle, servie pourtant par un travail intelligent et intense, montre ses limites en quelque sorte infranchissables : elle ne peut que se survivre. Jean-Pierre Appy connaît trop bien son terroir pour qu'on puisse le soupçonner de passivité ou de routine, et l'on voit d'ailleurs qu'il a tenté de briser le cercle de la tradition. Il a fait planter des vignes, mais sans grand succès; il s'est essayé à la culture de la luzerne pour sa graine, quelques ventes de ci de là en apportent le témoignage, mais leur caractère épisodique traduit là encore un échec. On peut conclure, dans ce cas, que les contraintes du sol l'emportent sur la volonté et les capacités du paysan et il faut retenir que l'immobilisme où elles enlisent le système de production annonce inéluctablement la décadence, même si l'on parvient à en retarder l'heure.

75C'est un problème important, notamment dans la zone intermédiaire des plateaux et des hautes vallées, que celui des voies d'accès à la modernité. La polyculture traditionnelle y a toujours été moins productive et plus rustique dans ses combinaisons culturales que dans les plaines et l'irrigation ne peut y être qu'étroitement localisée.

76L'exemple des Martins montre qu'il y a des situations où, encore en 1914, la modernité se dérobe, telle du moins qu'on peut la définir par le système de production et sa productivité. II en est d'autres où des perspectives s'ouvrent, et il est particulièrement intéressant de pouvoir analyser les uns et les autres dans le cadre d'une même direction économique, qui suggère qu'il y a unité de comportement. Si donc les résultats sont différents, c'est que les conditions économiques ne sont pas identiques. Voyons ce qu'il en est pour la propriété du Mourre, sur le territoire de la communes de Lacoste. Elle s'étend sur 16 ha, dont plus de 2 sont en bois et il est raisonnable d'estimer à 13 ha sa superficie réellement productive. Elle comprend d'importants bâtiments de ferme : un logement de 4 pièces, des greniers, une écurie et deux bergeries et une grande remise. De 1885 à 1924, deux métayers se sont succédés et J.-P. Appy a entretenu avec eux d'excellents rapports.

77A première vue, le système de production ressemble beaucoup à celui de la ferme des Martins : prédominance de la culture céréalière, associée à l'élevage d'un troupeau de moutons, et ceci reste valable jusqu'en 1914. Il convient toutefois de noter une continuité plus grande qu'aux Martins dans l'éducation des vers à soie, et il arrive certaines années que les ventes de feuilles de mûrier figurent dans la rubrique "divers". Certes le produit monétaire de cette activité est modeste, mais il est un élément de sécurité, une assurance non négligeable. Et surtout, dans le cadre d'une exploitation qui, à la différence de la ferme des Martins, est un peu juste pour la force de travail d'une famille, la sériciculture valorise une main-d'œuvre qui serait sans elle sous-employée. En quelque sorte la tradition se maintient dans des structures économiques et sociales où elle n'est pas perçue comme un frein mais où, au contraire, elle peut contribuer à son propre dépassement. Mais on a d'autres atouts à la ferme du Mourre, en premier lieu la fertilité du sol dont portent témoignage les rendements céréaliers, tels qu'on peut les approcher : le métayer ensemence de 5 à 6 ha en blé, et il obtient de 12 à 18 quintaux à l'hectare. La différence par rapport à la ferme des Martins n'est pas négligeable, d'autant plus qu'elle se retrouve dans les résultats de l'élevage. C'est un élevage intensif, d'engraissement de moutons élevés pour leur viande, et il apparaît en dépenses par l'achat d'agneaux et parfois d'un complément alimentaire. Il apporte des recettes qui équilibrent presque celles obtenues par la vente du blé, et elles corrigent en hausse la sensibilité à la conjoncture du prix du blé. Par ailleurs, le terroir se prête mieux qu'aux Martins à l'établissement d'un vignoble et l'on observe une politique de plantation à partir du début du siècle qui aboutit à la création d'un vignoble de 1 ha en production à partir de 1908-1909. Le propriétaire a bien saisi l'intérêt de cette piste nouvelle puisqu'en 1906 il décide de prendre complétement à sa charge l'achat des produits chimiques nécessaires à la vigne : c'est un geste significatif.

78Rien de spectaculaire dans cette évolution, étalée sur plus de vingt années, mais les résultats en sont appréciables. La courbe des recettes et celle du revenu du métayer font certes apparaître le creux des dernières années du xixème siècle, qui tient pour l'essentiel à l'évolution des prix céréaliers, mais le calcul des moyennes annuel-les par période quinquennale, du revenu du métayer montre que malgré cette conjoncture défavorable la condition du métayer s'est légèrement améliorée du début des années 1890 au début des années 1900 et qu'elle enregistre une spectaculaire progression au cours de la décennie suivante. Il est vrai que l'alourdissement des charges d'exploitation est supérieur à la montée des recettes, mais cela se comprend aisément puisque pour parvenir à ce beau résultat le paysan doit d'une part élever la productivité de ses cultures traditionnelles et d'autre part créer des activités nouvelles. Cela se paie relativement cher mais l'important est qu'à ce prix une voie de progrès et de développement se dessine nettement pour une exploitation qui n'a pas les moyens de réaliser une mutation rapide : l'avenir ne lui est pas pour autant interdit.

79La propriété de Payan, à Lacoste également, est dans une situation analogue. S'étendant sur 16 ha 1/2, dont une quinzaine sont productifs, son exploitation est confiée à un métayer qui ne lui apporte pas tous les soins désirables. Cela explique sans doute le mouvement en baisse des recettes et du revenu qu'on observe de 1906 à 1914. Certes, c'est un mouvement de faible amplitude, mais comme il est contradictoire avec les autres observations qu'on peut faire il est légitime de lui attribuer une cause humaine. Cette remarque a par ailleurs l'intérêt de nous rappeler que les exploitations agricoles, surtout quand elles sont de faibles dimensions, sont sensibles aux qualités professionnelles et humaines de leurs responsables. A la ferme de Payan, le blé occupe une place maîtresse, avec des rendements comparables à ceux du Mourre, mais les résultats de l'élevage sont plutôt moins brillants, en tout cas irréguliers. Le métayer, qui n'a sans doute pas la même ardeur au travail que celui du Mourre, a abandonné la sériciculture et se contente de vendre la feuille de ses mûriers ce qui grossit le poste des divers où figurent assez souvent des ventes de paille – au détriment du troupeau et de la production du fumier... – Deux voies de modernisation : la vigne, dont la réussite est supérieure à celle du Mourre, mais aussi la culture de la luzerne pour sa graine, qui apporte un complément de recettes non négligeable. On obtient dans ces conditions des résultats d'exploitation très proches de ceux du Mourre, et l'on peut penser qu'ils pourraient être encore meilleurs. Je retiens surtout la confirmation d'une voie promotionnelle pour la polyculture des exploitations de la zone intermédiaire.

  • 53 Je ne m'explique pas bien le silence des archives de J.-P. Appy sur Saint- Biaise, sinon par le fai (...)

80Poursuivons cette analyse avec la comptabilité de la propriété Saint-Biaise, à Gordes. Elle appartient toujours à la famille Appy, mais il n'y a rien qui la concerne dans les archives qu'a laissées J.-P. Appy. Nous disposons fort heureusement du cahier sur lequel le métayer tenait sa propre comptabilité, et il n'y a pas d'obstacles techniques à reconstituer, partant de là, les comptes d'exploitation globaux de la propriété53. C'est la plus petite des propriétés Appy, puisqu'elle s'étend sur une dizaine d'hectares qui paraissent d'ailleurs être tous mis en culture, et elle comprend un important corps de bâtiment, avec deux logements, l'un pour le métayer et l'autre pour le propriétaire – qui d'ailleurs n'en usait qu'exceptionnellement. L'étude des recettes montre en premier lieu la place modeste qu'y tient le blé, ce qui est une différence sensible avec les comptabilités précédentes. Ce n'est pas tant, me semble-t-il, des conditions de culture que les contraintes de la faible superficie de l'exploitation qui en rendent compte : dans le contexte économique du début du xxème siècle, une exploitation de 10 ha, sans possibilité d'irrigation, ne peut se fonder sur la céréalicuture. Le blé, qu'il n'est pas encore question d'abandonner, ne peut plus être maintenu en position dominante car il assure à l'unité de culture un revenu nettement insuffisant, même s'il est prolongé du fait de ses associations culturales par un revenu animal et des recettes épisodiques de paille et de fourrage. La survie de l'exploitation passe obligatoirement par la recherche de ressources nouvelles, trouvant preneur sur le marché. Paradoxalement, cette reconversion à Saint-Biaise remet à l'honneur la sériciculture, qui représente un poste de recettes appréciable, très supérieur en tout cas à ce que nous avons noté dans les autres propriétés Appy. Je reprends l'explication déjà avancée à propos de la persistance de cette spéculation au Mourre : la main-d'œuvre nécessaire existe, et aussi les greniers où l'on fait l'éducation des vers à soie, et les mûriers qui n'ont pas été arrachés en bordure des champs... La tradition dans ces conditions n'est nullement dévalorisée, d'autant plus que nombreux sont ceux qui l'ont abandonnée.

81Mais l'instrument du progrès, c'est la vigne. On voit bien que le vignoble a été créé – ou reconstitué, mais dans cette hypothèse vraisemblablement agrandi – avant que ne commence la comptabilité que nous analysons. Les mauvaises années du début du siècle l'ont durement frappé et l'incidence sur le revenu de l'exploitation apparaît nettement à la lecture du graphique, mais la progression est dès lors continue et les recettes obtenues par la vente des raisins tiennent la première place dans l'ensemble des recettes de l'exploitation. Pour autant qu'on puisse l'affirmer, car il y a dans cette estimation une part d'incertitude, le vignoble à Saint-Biaise s'étend sur le quart de la superficie, soit environ 2 ha 1/2. On peut parler ici d'une polyculture spécialisée, ce qui constitue dans les conditions agronomiques du pays une étape décisive sur la voie de la modernisation et l'on peut en apprécier les résultats : une progression du revenu proche de 50 % du début du siècle à 1914 et une productivité très supérieure aux autres observations rassemblées sur des exploitations placées dans des conditions comparables mais moins engagées dans le processus de modernisation. On ne peut en douter, l'exploitation familiale peut s'adapter aux conditions et exigences du progrès économique.

82La présentation synthétique du revenu des propriétés Appy confirme cette perspective optimiste et met en évidence la diversité des situations. Pour la ferme des Martins l'avenir, considéré à moyen terme, n'est nullement assuré en 1914 alors qu'au Mourre et au Payan les acquis de la modernisation définissent une situation irréversible. N'oublions pas que notre analyse porte sur des exploitations en métayage, ce qui veut dire que le revenu d'un propriétaire exploitant dans les mêmes conditions serait presque le double de celui des métayers. A ce propos, il n'est pas inutile de revenir sur les dépenses d'exploitation, d'abord pour indiquer qu'à Saint-Biaise elles sont plus complètes que dans les autres métairies puisque la charge des impôts y est incluse, mais aussi diminuées du fait de la technique comptable qui retient le bénéfice réalisé sur l'élevage et de ce fait élimine les dépenses engagées au titre de l'élevage. Tout compte fait – la charge fiscale est légère -l'analogie est forte entre le Mourre, le Payan et Saint-Biaise et les dépenses d'exploitation progressent moins vite que les recettes. Le prix de la modernisation n'a donc rien d'excessif, tel qu'on peut l'exprimer en termes monétaires, et l'on discerne bien la voie lente, réalisée par approches successives, où interviennent la capacité de travail, l'esprit d'initiative et le savoir-faire, qui s'ouvre pour les petits et moyens exploitants agricoles vauclusiens. Une dernière remarque : je dis "la voie lente", par opposition aux possibilités que permet la création d'un vignoble dans un grand domaine disposant de capitaux. Mais je suis frappé par la rapidité des résultats qu'elle obtient, puisque en moins d'un quart de siècle au Mourre le revenu est presque doublé et qu'en moins de 15 ans sa progression est d'environ 70 %, et de 45 % pour Saint- Biaise. C'est bien une révolution agricole qu'a connue le Vaucluse entre la fin de sa crise spécifique et 1914, si ces chiffres ont valeur générale.

Evolution du revenu des propriétés Appy

Evolution du revenu des propriétés Appy

83Mais justement il n'est pas possible de généraliser à partir des situations réelles analysées jusqu'ici. Elles sont trop peu nombreuses et ne peuvent prétendre constituer un échantillon représentatif de l'agriculture vauclusienne. Je me dois de signaler une absence particulièrement regrettable, celle des exploitations maraîchères... Elle s'explique aisément, d'ailleurs : l'agriculture maraîchère se réalise essentiellement dans de petites exploitations, le plus souvent en faire-valoir direct. Ce sont des conditions peu favorables à la tenue d'une comptabilité et le hasard aurait dû se montrer bien favorable pour que j'en découvre au moins une. N'ayons pas de regrets inutiles, mais il est temps d'en venir à l'analyse économique car c'est elle qui peut proposer une vérification correcte des analyses conduites précédemment.

IV – RECETTES DE L'AGRICULTURE ET REVENU AGRICOLE

A – SOURCES ET MÉTHODE

84L'examen des comptabilités d'exploitations agricole a mis en lumière l'importance de la mutation accomplies par l'agriculture vauclusienne, et nous a montré les voies suivies par les agriculteurs pour parvenir à ce résultat, dont les répercussions heureuses sur le revenu des exploitants sont indiscutables. On peut demander à l'analyse économique de nous apporter les vérifications indispensables et aussi de nous indiquer les rythmes dans le temps et dans l'espace de cette mutation.

  • 54 Supra. Première partie, chap. IV.

85Pour ce faire, je reprends la problématique précédemment exposée54, visant à construire un modèle propre à observer et évaluer la croissance de l'agriculture vauclusienne, dans le cadre cantonal. Les exigences documentaires statistiques de la construction de ce modèle trouvent la réponse la meilleure dans les résultats des grandes enquêtes agricoles décennales, et ce sont elles qui nous imposent les postes d'observation chronologique sur lesquels notre analyse s'appuiera. Il se trouve, fort heureusement, qu'ils conviennent à notre projet : l'enquête agricole de 1882 nous installe au cœur de la crise de l'agriculture traditionnelle, et celle de 1892 nous permet de saisir le démarrage de la reconstruction, contrarié par la conjoncture nationale fort médiocre des premières années de la décennie 1890. Mais on ne peut se contenter de ces deux "coupes", il est nécessaire d'apprécier à la veille de la guerre les résultats des efforts de modernisation et d'innovation qui commençaient à produire leurs effets dans les années 1890. Malheureusement, il n'y a plus d'enquête décennale après 1892 ... Il faudra trouver autre chose.

  • 55 Les résultats départementaux de l'enquête agricole de 1882 figurent dans la Statistique agricole de (...)

86La mise en œuvre des données statistiques des enquêtes de 1882 et 1892 ne pose pas de grandes difficultés55. Il convient naturellement de procéder à des vérifications et à cet égard la proximité dans le temps des deux enquêtes permet d'utiles tests de concordance. C'est d'ailleurs ainsi qu'apparaît la grande faiblesse de l'enquête de 1882, relative au vignoble. Le total de 10 800 ha, même si l'on tient compte que pour 5 000 ha il s'agit de vignes ayant moins de 4 ans, c'est-à-dire non encore en production, est excessif. Il me paraît évident et d'ailleurs compréhensible qu'en un temps où l'on ne savait pas encore bien combattre le phylloxéra des vignes déjà atteintes par le mal ont été comptées alors qu'elles ne produisaient pratiquement plus. L'estimation de la production me paraît également un peu gonflée, mais la désorganisation du vignoble était telle qu'il est impossible de calculer des rendements dignes de foi à partir de situations réelles.

  • 56 On peut les vérifier avec les mercuriales A.D.V. 6 M 333.

87Pour l'enquête de 1882 aussi bien que pour celle de 1892, l'évaluation des recettes dans le cadre cantonal peut prendre comme base les prix moyens auxquels se sont arrêtés les membres de la commission départementale56 car il n'y a pas, dans une économie à la recherche de son avenir, de différences de qualité pour un même produit telles qu'elles puissent influencer sensiblement ses prix. Ce phénomène commence tout juste à apparaître en 1892 dans la viticulture mais comme on est encore en période de pénurie la qualité n'est vraiment rémunératrice que pour quelques grands crus, sur le terroir de Châteauneuf-du- Pape. L'incidence des inégalités de rendement est plus importante, il n'est pas possible de la faire apparaître avec précision pour chaque canton, mais c'est possible pour chacune des trois grandes zones naturelles. Les enquêtes rendent compte de façon sommaire du mouvement d'innovation qui est un des aspects essentiels de la reconstruction agricole. Il en est ainsi pour les cultures maraîchères et les cultures pour graines : leur localisation nous est connue de façon assez précise, de façon plus incertaine leur superficie mais les prix sont plus suspects et les associations culturales que réalisent nécessairement ces productions ne sont pas envisagées. Fort heureusement, le professeur d'agriculture Zacharewicz qui a joué un rôle moteur dans l'enquête de 1892 propose une évaluation dans cet esprit : 3 à 4 000 francs à l'hectare. On sait, toujours par lui, que les melons, les fraises et les asperges réalisent les plus belles performances et c'est dans leurs zones de production qu'il convient d'attribuer les recettes les plus élevées.

  • 57 Zacharewicz, op. cit. La statistique de 1912 recense 2250 ha consacrés à la culture de la luzerne p (...)

88Mais comment faire pour élaborer un modèle compatible avec celui que permettent les enquêtes décennales, nous permettant de saisir la situation comptable des recettes de l'agriculture avant la guerre ? La statistique agricole annuelle nous offre un recours, parce qu'il se trouve que dans les années 1910-1913 les documents préparatoires, rassemblés et mis en forme par des commissions constituées dans le cadre cantonal, ont été conservés. Leurs informations sont sur certains points plus précises que celles des enquêtes décennales : les cultures maraîchères sont présentes, et même on distingue en raison de leur réputation la culture des fraises et celle des asperges. De même pour la luzerne et les légumes cultivés pour la graine, qui sont devenus des spéculations non négligeables, donnant lieu à la signature de contrats entre les producteurs et les maisons qui commercialisent les graines, contrats qui assurent une garantie de prix aux paysans57. La modernisation de l'agriculture apparaît encore dans le signalement des vignes à raisin de table, et dans la place faite à la lavande.

89Mais il y a le revers de la médaille... La statistique annuelle se désintéresse complètement des prix – ce qui n'a rien de surprenant puisqu'elle est orientée vers la mise en œuvre d'un plan de ravitaillement, dans l'hypothèse du déclenchement d'une guerre. Il faut donc rassembler toutes les ressources des mercuriales, toutes les indications sur les prix du marché... Les difficultés ne manquent pas, en particulier celle qui est liée à la spécialisation croissante de l'agriculture : les cours sont de plus en plus sensibles à la qualité des produits, à la plus ou moins grande précocité de leur apparition sur les marchés. Il faut bien parvenir à la notion moyenne de prix de campagne, comme il convient également de tenir compte du facteur qualité, contradictoire le plus souvent avec une productivité élevée. Autre problème, s'agissant de la culture de la vigne : il faut observer les conditions de commercialisation de ses récoltes. On le sait, de très nombreux vignerons sont contraints de vendre leurs raisins de vendange car ils ne sont pas équipés pour vinifier leur production, et les négociants en tirent avantage. Il ne me paraît pas possible de traduire toutes ces différences dans des évaluations qui ne peuvent prétendre qu'à dégager un état moyen, mais m'appuyant sur toutes les données utilisables, j'ai calculé les produits bruts à l'hectare :

904000 francs en cultures maraîchères

91800 francs pour les cultures pour graines

921 500 francs pour le raisin de table

931 000 francs pour les vignes de plaine

94900 francs pour les vignes de coteau

  • 58 Je me suis appuyé sur les travaux de Zacharewicz et sur les archives privées que j'ai pu consulter. (...)

951 200 à 1 400 francs pour les vignobles de cru58.

96Puis-je prétendre avoir apporté à toutes les questions que je me suis posées des réponses absolument sûres ? Je m'en garderai bien, mais je n'ai esquivé aucune difficulté et j'y ai été aidé par les longues discussions que j'ai eues avec de vieux paysans. Leurs souvenirs sont certes imprécis, mais ils restituent un contexte, éclairent ce qui peut apparaître comme une anomalie. Par ailleurs, chaque fois que les estimations et évaluations auxquelles je parvenais me paraissaient excessives, je les ai corrigées en baisse dans le souci de ne pas généraliser des performances que je savais ici et là brillantes mais qui ne pouvaient manquer d'être contrebalancées par des situations d'inertie et de routine. En procédant ainsi, je suis parvenu à mettre en place, pour l'année 1912, des éléments de calcul des recettes de l'agriculture – ou encore de son produit brut – comparables en tous points à ceux tirés des enquêtes en 1882 et 1892. Pourquoi 1912 ? Bien sûr parce que cela permet de retrouver un écart décennal avec les coupes précédentes, mais aussi parce que c'est une année de performances moyennes sur le plan des rendements et sur celui des prix.

  • 59 Supra. Première partie, chap. IV.
  • 60 Supra. Deuxième partie, chap. IV.
  • 61 La faiblesse de mes calculs, mais je n'ai pu y remédier, réside dans le fait qu'en 1881 et 1891 j'a (...)

97Nous n'avons pas, au niveau des cantons, toutes les données permettant aux trois dates retenues le calcul du revenu brut à l'hectare, mais nous avons les moyens de calculer le revenu brut moyen, dans le cadre cantonal, d'une exploitation agricole. Il nous faut pour cela déterminer, en 1882, 1892 et 1912, le nombre des exploitations agricoles. En 1862, nous étions partis des données du recensement de 1861 telles qu'elles apparaissaient dans le récapitulatif socioprofessionnel des listes nominatives59, mais celui-ci disparaissant après le recensement de 1886 nous devons adopter un mode de calcul indirect pour approcher de façon cohérente, sinon déterminer avec rigueur, le nombre des exploitants agricoles aux trois dates retenues. Je ne peux faire autrement – ni mieux ! – que reprendre en l'adaptant l'analyse de la population paysanne de 1861 à 191460. J'ai observé alors que population rurale et population paysanne – ou vivant de l'agriculture – évoluent sur un même rythme, avec cependant une discordance non négligeable entre les recensements de 1872 et de 1896, par rapport à l'évolution du nombre des ménages d'agriculteurs qui recule moins vite que celui de la population rurale. Je me dois de prendre en compte cette divergence, qui exprime le vieillissement de la population paysanne et se traduit par la survie d'exploitations condamnées à échéance plus ou moins proche mais prévisible par le départ déjà acquis de leurs héritiers. Aussi ai-je appliqué dans chaque canton à l'effectif des exploitants agricoles de 1861 le coefficient d'évolution de la population rurale – le seul que je puisse calculer rigoureusement jusqu'en 1911 – mais pour les recensements de 1881 et 1891 je l'ai majoré de la différence enregistrée par rapport au coefficient d'évolution du nombre des ménages d'agriculteurs, soit respectivement 4 et 3 %. J'ai effectué cet ajustement afin de respecter le mouvement spécifique de l'évolution des ménages car c'est dans cette structure, où il s'élabore, que doit être apprécié le revenu agricole. Par contre, la divergence qu'on enregistre en sens contraire dans le recensement de 1911 m'est apparue trop faible – elle est de l'ordre de 196 – pour être retenue. Mais il est important de noter que s'amorce alors un recul du nombre des exploitations supérieur à la baisse de la population paysanne, c'est la confirmation qu'il existe bien un décalage chronologique entre l'exode rural, analysé au niveau des individus, et le destin des exploitations agricoles en un premier temps affaiblies par le départ des jeunes. Je suis très conscient que les calculs indirects auquels j'ai procédé n'ont pas la sûreté de comptages directs; ils me permettent néanmoins d'aboutir à des résultats sérieux61 et le meilleur moyen de s'en assurer, c'est de passer à l'analyse des données comptables qu'ils ont permis d'élaborer.

B – 1882 : AU CŒUR DE LA CRISE

98Le tableau des recettes agricoles traduit avec netteté l'impact de la crise de l'agriculture : la garance a disparu, la sériciculture accuse une baisse de 21 % par rapport à 1862 et le revenu viticole s'est effondré, apparemment de 53 %, mais la réalité est sans doute plus grave parce qu'il y avait eu progression de la vigne entre 1862 et les premières atteintes du phylloxéra et aussi parce que les données statistiques sur lesquelles repose l'évaluation des recettes du vignoble en 1882 sont d'un optimisme douteux. Quoi qu'il en soit, la défaillance des piliers de l'agriculture traditionnelle est incontestable. C'est pourtant dans les productions de l'agriculture traditionnelle, sans modification majeure de son système productif, que les paysans vauclusiens ont trouvé les moyens de réduire l'incidence de la crise sur leur revenu et ils n'y ont pas si mal réussi puisque au total les recettes ne diminuent que de 6 % sur ce qu'elles étaient en 1862. Sans doute ils ont poursuivi l'effort en quelque sorte classique de modernisation des assolements puisqu'on observe une progression – mais elle est légère – des prairies artificielles et de façon plus sensible – 19 % – du troupeau ovin. Le plus remarquable n'est pas là, il se trouve dans la progression du revenu céréalier – 23 % de mieux qu'en 1862 – et dans la spectaculaire poussée des recettes que procure la culture de la pomme de terre : plus de 130 % par rapport à 1862. La reconversion en terres à blé d'une partie des vignes abandonnées, qui a valeur conservatoire, s'est accompagnée, sur les anciennes vignes et plus encore sur les terres à garance, de tentatives plus dynamiques dont la progression de la pomme de terre représente le meilleur exemple. En 1862, la conversion monétaire de la récolte ne signifiait pas commercialisation réelle, la situation est différente en 1882, en particulier dans certains cantons – Cavaillon, l'Isle, Pertuis- où l'on est en présence de la recherche d'une spécialisation. C'est un processus du même ordre qui s'amorce avec les recettes des "Divers", où j'ai rassemblé les cultures maraîchères, les cultures pour graines, le millet, le chardon... S'expriment là les tâtonnements, la démarche empirique d'où sortiront les orientations nouvelles de l'agriculture vauclusienne. Démarrage encore timide, puisque les "Divers" ne rassemblent que 6 % du total des recettes.

99Au cœur de la crise, par conséquent, apparaissent des lueurs d'espoir. La résistance à la crise n'a pas été inutile, elle a permis de préserver l'essentiel du revenu. Une réserve, cependant, doit être formulée. La crise a frappé des productions qui étaient en totalité commercialisées et donnaient lieu à un revenu réellement monétaire. Ce n'est pas le cas à un même degré pour les cultures de substitution, à l'exception de la pomme de terre et des divers, et la traduction monétaire des récoltes, tout à fait logique dans la perspective d'une étude économique de croissance, ne doit pas faire illusion si l'on raisonne en termes sociaux : la lutte contre la crise, dans un premier temps, conduit à un renforcement des productions de subsistance, les paysans doivent s'adapter à une trésorerie réduite et sont contraints d'accroître l'autoconsommation de leurs récoltes.

100Sous cette réserve, le revenu brut de l'agriculture vauclusienne enregistre une réduction de 6 % de 1862 à 1882. Mais dans le même temps, l'exode rural a provoqué une baisse de 11,5 % du nombre des exploitations agricoles et de ce fait le revenu moyen d'une exploitation s'est légèrement élevé, de 1 870 à 1 960 francs. Voilà qui permet de mieux comprendre la fonction régulatrice de l'exode rural, lorsqu'on l'analyse au plan des exploitations agricoles – du moins tel qu'on peut l'approcher à partir des ménages. Mais ces moyennes départementales ne doivent nous dissimuler ni la diversité des situations ni les divergences d'évolution entre les cantons. L'impression d'ensemble qu'on retire de la comparaison des deux cartes du revenu agricole en 1862 et 1882 est que la crise a revalorisé les pays les moins engagés dans les productions à caractère spéculatif de l'économie traditionnelle : d'une part les sources de leur revenu ont été mieux protégées, d'autres part le mouvement de longue durée de descente des hommes vers les plaines s'est poursuivi, assurant une autre protection du revenu agricole. Cette évolution est particulièrement nette pour les cantons de Sault, Apt et Pertuis, où le revenu moyen d'une exploitation gagne respectivement 18, 35 et 24 points par rapport à 1862... En un temps de crise, ce sont des résultats qui impressionnent, même si l'on doit rappeler que les données chiffrées auxquelles nous parvenons valent plus pour les ordres de grandeur qu'ils proposent que pour leur apparente et formelle précision. N'accordons pas cependant une importance excessive à ces performances qui reposent sur une capacité de résistance par inertie et perte de substance. Elles sont d'ailleurs sinon infirmées, tout au moins corrigées par les reculs qu'on observe dans presque tous les cantons de la zone intermédiaire. Ils s'étaient engagés, dans la mesure de leurs aptitudes, dans les spéculations de l'agriculture traditionnelle et leurs agriculteurs apparaissent bien démunis devant leurs crises successives, ce qui se traduit par l'érosion de leur revenu : la conjoncture révèle ici la fragilité de la structure, alors que le retard économique est plutôt protecteur. Dans aucune des deux situations, la crise n'a trouvé de solutions.

101Dans les cantons de plaine, l'évolution des revenus suggère d'autres remarques. Seul le canton d'Avignon voit son revenu progresser sensiblement – plus de 13 % – mais son caractère urbanisé, la profusion des eaux d'irrigation facilitent bien évidemment les adaptations. D'une manière générale, ces pays maintiennent leur revenu de 1862, bien que l'immigration y soit encore réduite, et c'est là qu'appparaissent les signes les plus prometteurs, même s'ils ne sont qu'avant-coureurs, d'un renouveau. En quelque sorte, pour sévère qu'elle soit, la crise ici n'a rien compromis. Mais elle fait apparaître, avec un retard chronologique sur les autres ensembles naturels du département, un trop plein de population agricole. En définitive, la crise de l'économie traditionnelle n'a pas apporté de bouleversements à la distribution du revenu agricole, tout au plus peut-on dire qu'elle dégage ou confirme des tendances, mais elle n'apporte pas de condamnations irrémédiables. Rien n'est joué encore, le revenu agricole a résisté fort honorablement à une série d'épreuves pourtant fort redoutables et les indices d'une possible reconstruction apparaissent.

C – 1892 : LE POIDS DE LA CONJONCTURE NATIONALE

  • 62 De Réparaz signale qu'à Saint-Christol, sur les plateaux de Haute Provence, une partie de la récolt (...)

102Dix ans plus tard, le cap le plus dur est passé pour les agriculteurs vauclusiens qui entrevoient et expérimentent des solutions d'avenir. Mais le ciel n'est pas pour autant dégagé, l'effort de reconstruction – tâche de longue haleine – est contrarié par la conjoncture nationale très déprimée. La baisse des prix agricoles est forte, les prix moyens que retiennent les responsables de l'enquête décennale sont en recul de 15 % pour le blé et 25 % pour la pomme de terre sur ceux de 1882 et les mercuriales confirment cette évolution. A cela s'ajoute un fléchissement des rendements et aussi un recul qui s'amorce des superficies qui leur sont consacrées. Ces deux faits sont d'ailleurs positifs, en ce sens qu'ils traduisent la recherche des solutions nouvelles tout à l'heure évoquée : les terres sur lesquelles les cultures maraîchères sont essayées, celles qui retournent à la vigne sont reprises au blé et à la pomme de terre de consommation courante, c'est-à-dire qu'on assiste au dégonflement – ce n'est encore qu'un début – des productions de subsistance que la crise avait par force remises en honneur. Le résultat, c'est que les recettes du blé reculent de 24 % et celles de la pomme de terre de 31 %. Pour cette production, dont j'ai signalé qu'elle prenait un double caractère en 1882, l'aspect commercial reposant sur la précocité et la qualité de la récolte l'emporte de plus en plus62. Autre recul, que nous savons inévitable, celui des recettes de la sériciculture que l'application de la loi toute récente sur les primes à lui accorder ne peut enrayer. Rien à dire sur la baisse légère du revenu du troupeau ovin : il s'inscrit dans la logique de la conjoncture.

103Il est remarquable que les plus-values qu'on enregistre sur 1882 concernent les productions qui sont par leur nature indifférentes a la conjoncture. C'est le cas des fourrages artificiels, dont la progression régulière – 23 % – reflète le mouvement de fond de la modernisation agricole par la généralisation des assolements complexes, chaque fois que les conditions naturelles s'y prêtent. La vive croissance du revenu viticole, de quelque 120 %, traduit tout à la fois les premiers résultats de la reconstitution du vignoble et la persistance d'un marché de pénurie, ce qui entretient des cours élevés et, nous l'avons montré, accroît considérablement le profit sur les vignobles précocement reconstitués. Cette situation est d'ailleurs génératrice d'illusions sur la rentabilité de la vigne, elle contient en germe le mécanisme de la surproduction qui s'enclenchera quelques années plus tard. Il m'est apparu qu'il valait mieux rassembler encore sous la rubrique "Divers" des productions qui tendent cependant à se préciser, pour l'essentiel les cultures maraîchères, mais aussi le millet à balai : elles ont encore un caractère ponctuel, prenant valeur d'incitation en raison de leur haute rentabilité. Les perspectives qu'elles ouvrent apparaissent clairement dans l'accroissement de leurs recettes – de 68 % sur 1882 – mais elles n'entrent que pour 11 % à peine dans le total des recettes de l'agriculture. Beaucoup reste à faire, par conséquent, dans ce secteur.

104Innovations brillantes d'un côté, marasme des prix de l'autre, c'est le poids de la conjoncture qui l'emporte puisque le total des recettes accuse un fléchissement de 4 % par rapport à 1882 et l'on voit ainsi comment la superposition de la dépression agricole à la crise spécifique des productions méditerranéennes complique les choses pour les paysans vauclusiens, particulièrement par la gêne de trésorerie et la faiblesse des capitaux disponibles à l'investissement que cela entraîne. Comme le mouvement d'exode rural s'est poursuivi durant la décennie qui sépare les deux enquêtes, l'incidence de la baisse des recettes sur le revenu moyen d'une exploitation agricole est nulle, et l'on enregistre même un léger progrès, de 1 960 à 2 000 francs. On peut parler d'une stagnation du revenu brut, et c'est un fait en réalité négatif dans une période où la tâche essentielle est de reconstruire. L'opération, déjà complexe dans ses contraintes agronomiques, ne peut qu'en être retardée, tout au moins étalée sur une plus longue durée.

105Mais l'intervention contradictoire de la conjoncture nationale, sensible par les prix, et des premiers résultats de l'effort de reconstruction sur la formation du revenu agricole ne peut manquer d'avoir des répercussions sur la répartition dans l'espace du revenu agricole. On revient à une répartition plus conforme à la logique des conditions naturelles, les cantons de la zone montagneuse du département qui n'avaient pas ou peu été touchés par la crise des productions spécifiques de l'économie provençale sont cette fois atteints par la baisse des prix des céréales et de la pomme de terre. Le canton de Sault résiste mieux que les autres, mais il le doit à l'intensité du dépeuplement, qui protège le revenu de ceux qui restent. D'une manière générale, dans une économie de plus en plus ouverte – les liaisons ferroviaires sont maintenant assurées d'Apt vers Avignon, de Pertuis vers Avignon et Marseille – la baisse des prix agricoles, notamment du blé, marque le déclin irrémédiable de l'économie traditionnelle. Ici comme ailleurs, le choix devient ou bien renoncer, ou bien s'orienter vers de nouvelles productions. C'est un choix difficile, nous pouvons nous en convaincre par l'étude des comptabilités des propriétés Appy, mais l'analyse économique montre bien que c'est un problème général, pour les cantons de la zone intermédiaire aussi bien que ceux de la zone montagneuse. Certes, il y a entre eux bien des inégalités de revenu, qui tiennent d'ailleurs pour une bonne part à la plus ou moins forte pression démographique, mais il est surtout remarquable qu'une tendance commune se dégage, celle de la stagnation voire du recul du revenu agricole.

106A l'opposé les cantons de la zone des plaines amorcent, bien sûr avec des inégalités, une remontée de leur revenu. Le dynamisme des nouvelles orientations de l'agriculture l'emporte ici sur la baisse des prix, qui ne joue d'ailleurs pas pour leurs productions spécifiques, vin et cultures maraîchères. Pas de surprise à voir Cavaillon à l'avant-garde, car on connaît la fonction pionnière qu'assument les paysans de ce riche terroir sur de petites exploitations qui fonctionnent un peu comme des laboratoires d'essai. Remarquable est la performance de Cadenet, qui profite d'une réussite exceptionnelle mais aussi étroitement localisée, celle des asperges de Lauris. Le bon comportement des exploitations de l'Isle est attendu, par diffusion de la réussite cavaillonnaise, et celui de Bollène est moins prometteur car la part de l'innovation y est moins grande. Elle est plus importante à Carpentras et même à Orange, mais il y a là une densité très forte d'exploitations agricoles et donc dispersion du revenu. Toutes ces inégalités ne sauraient faire oublier le fait essentiel, qui est dans la tendance à la progression du revenu agricole, montrant ainsi que la phase de reconstruction a bien commencé et qu'elle donne déjà des résultats positifs. Sans doute, la conjoncture nationale obscurcit les données spécifiques du problème agricole vauclusien, mais on ne peut s'y tromper : en 1892 le grand tournant de l'agriculture vauclusienne est en train de se prendre et l'on est à un moment décisif pour l'intelligence de son évolution et de sa croissance, même si l'on est au plus creux – au moins dans les apparences – de son revenu.

D – 1912 : UN BOND EN AVANT

  • 63 Histoire de la France rurale, t. III. Paris, 1976, pp. 453-456.

107L'évolution porte cette fois sur deux décennies, et il faut en premier lieu l'apprécier en fonction de la mutation économique dont les prémices nous étaient apparues en 1892. Le total des recettes de l'agriculture s'élève à 101 700 000 francs, soit une augmentation de 75 % en vingt années, ce qui est considérable et évoque une croissance sans égale à ma connaissance dans aucun secteur de l'agriculture nationale63. Une telle progression est nécessairement liée à des changements profonds dans la structure du produit agricole. Bien que l'on fût alors dans une conjoncture très médiocre, la culture du blé représentait en 1892 36 % des recettes de l'agriculture. En 1912, les prix étant nettement plus favorables, elle tombe à 19 % et reste en valeur nominale en dessous du niveau de 1892 : il y a là un indice sûr du déclin de la culture céréalière, en passe de devenir une culture secondaire. L'observation vaut également, avec des nuances, pour les prairies artificielles et le troupeau ovin, qui augmentent très légèrement leurs valeurs nominales. Ils étaient jusqu'alors des indices du progrès agricole, mais la culture intensive qu'implique la spécialisation maraîchère passe par des assolements bien plus complexes que dans le passé et exige l'emploi à fortes doses des engrais chimiques : prairies artificielles et troupeau ovin vont bientôt passer dans la tradition, ils n'occupent plus, d'ores et déjà, qu'une place très secondaire dans la palette des recettes de l'agriculture. L'abandon est pratiquement acquis pour la sériciculture, elle n'existe plus qu'à l'état de vestige, présente un peu partout mais ne se maintenant que du fait de l'existence d'exploitations marginales qui lui maintiennent une fidélité sentimentale.

  • 64 On peut se demander s'il est rationnel de distinguer pommes de terre nouvelles et cultures maraîchè (...)
  • 65 C'est au Thor qu'a été créé le premier marché spécifique des raisins de table, en 1913.

108C'est d'une certaine manière la culture de la pomme de terre qui assure la transition entre la tradition et l'innovation. La statistique annuelle distingue les pommes de terre nouvelles des pommes de terre de consommation "ordinaire", et ce sont elles – assurant une plus-value de 40 % – qui expliquent la progression des recettes. Les cultures maraîchères64 ont enregisté une croissance de l'ordre de 300 %, elles tiennent le deuxième rang dans l'ordre de la valeur des productions, et on peut dire qu'elles ont franchi le cap de l'expérimentation. Ce qui est à souligner cependant, c'est leur concentration : les cantons de Cadenet, Avignon, Cavaillon, l'Isle, Carpentras et Pernes rassemblent plus de 80 % de leur produit. C'est bien entendu conforme aux conditions naturelles, mais le processus de diffusion déjà observé à partir de Cavaillon n'est sûrement pas terminé. La progression du revenu viticole est plus malaisée à analyser, en raison de l'apparition des vignes à raisins de table, qui appartiennent à la viticulture par les procédés de culture mais sont à rapprocher des cultures maraîchères pour les méthodes de commercialisation. On en est là au stade expérimental, dans une zone qui couvre les cantons de Cavaillon et du Thor65. La vigne à raisins de vendange enregistre une progression de 180 %, qui témoigne de la réussite de la reconstitution du vignoble, exploitant tous les facteurs favorables, la forte productivité des plaines et la qualité des coteaux qui n'est d'ailleurs pas encore reconnue par le commerce sauf cas particuliers. La viticulture, dans ses deux orientations, est devenue la première production de l'agriculture vauclusienne et les gains qu'elle assure justifient pleinement les paysans dans une politique de spécialisation relative, exclusive de la monoculture.

109Rapportée à l'effectif des exploitations agricoles, la croissance du produit agricole est encore plus vive puisque la dépopulation des campagnes s'est poursuivie et que son corollair, le vieillissement de la population agricole, en vient maintenant à faire disparaître des exploitations qui jusqu'alors étaient en état de survie et naturellement végétaient. Le revenu moyen d'une exploitation agricole atteint 4 090 francs, soit une augmentation de 105 % depuis 1892 : qu'on l'envisage sous l'angle de la consommation, de l'investissement productif ou de l'épargne, c'est un changement considérable ! Naturellement, tous les cantons ne sont pas également bénéficiaires de cette vigoureuse poussée du revenu agricole. Le calcul du taux de croissance cantonal fait apparaître plusieurs situations, de part et d'autre du taux de croissance départemental.

    • 66 Le revenu agricole moyen dans le canton d'Avignon paraît en perte de vitesse, puisque son indice pa (...)

    Les cantons "de pointe", qui étaient déjà dans cette situation avantageuse en 1892 – Avignon66 et Cavaillon – enregistrent une croissance modérée, dans le contexte vauclusien. Ils sont rejoints par d'autres, venus plus tard à la modernisation et qui l'ont pleinement réussie : Cadenet, l'Isle, Pernes.

  • Les cantons où le revenu agricole est à la traîne ou bien améliorent sensiblement leur position sous l'effet de la modernisation – Carpentras, Orange – ou bien suivent d'assez loin le mouvement ascendant du produit agricole et s'attardent dans un revenu médiocre – Bonnieux, Vaison, Valréas.

  • Il arrive aussi que la progression du revenu, parceque le point de référence était bas. C'est le cas à Mormoiron, Beaumes où le progrès se loge– par la vigne essentiellement – dans un ensemble médiocre et traditionnel du fait des conditions naturelles.

110L'observation de ces évolutions diverses et la représentation cartographique de leur point d'aboutissement, en 1912, mettent en évidence le poids croissant des plaines dans l'économie vauclusienne. Bien sûr, le découpage en cantons de la réalité géographique est un facteur de confusion, dont rendent bien compte les cantons de Pertuis et Cadenet, où il faudrait pouvoir isoler la façade durancienne, et aussi ceux d'Orange et Carpentras, partiellement engagés dans les plateaux de la zone intermédiaire. Mais le clivage des plaines et des plateaux et contreforts préalpins est indiscutable. Ceci dit, ce ne sont pas les cantons les plus "montagneux", Sault et Apt, qui présentent les performances les plus faibles. Il faut souligner en particulier la bonne tenue du revenu agricole dans le canton de Sault, où la dépopulation a conduit à un équilibre favorable entre les hommes et les ressources. C'est dans les cantons de la zone intermédiaire que la situation est la plus incertaine, parce que le revenu agricole persiste dans la médiocrité : les conditions naturelles et agronomiques y sont hétérogènes et de ce fait les voies du progrès agricole sont d'une exploration difficile. Retenons que dans ces pays la vigne est le grand vecteur de la modernisation de l'agriculture, qu'il y a des indices non équivoques de son succès possible et que les cultures maraîchères de plein champ, les arbres fruitiers y sont également adaptables : on arrive alors à la conclusion que pour la zone intermédiaire l'année 1912 n'est qu'une étape sur un parcours encore long. Par ailleurs, la notion de revenu moyen recouvre et recoupe ici des situations réelles très éloignées les unes des autres, sur le plan social et aussi sur le plan économique. Il est certain que le processus de modernisation accuse le caractère ambigu de la zone que, faute de mieux, j'ai appelée intermédiaire.

111La diversité des situations ne peut masquer le fait essentiel d'une croissance exceptionnellement forte du revenu agricole depuis 1892. Cela ne signifie pas, bien sûr, que chaque exploitation peut se retrouver dans les taux de croissance calculés. Le calcul économique ignore les données sociales, plus simplement encore les facteurs humains qui interviennent dans le processus de formation du revenu agricole, et c'est bien parce que je suis conscient de ses limites que j'ai tenu à la compléter par des études de cas, brisant le carcan de l'abstraction et de l'impersonnel. Dans la logique de la double démarche adoptée, je suis conduit à m'interroger, en les confrontant, sur la cohérence des résultats obtenus par l'une et l'autre approches. Je ne peux naturellement pas comparer mécaniquement ces résultats, mais leur confrontation doit au moins permettre de déceler des convergences. Sur ce point, l'épreuve est parfaitement concluante, et les deux méthodes d'analyse que j'ai retenues se confirment en quelque sorte l'une par l'autre. La croissance du revenu agricole est un fait générai, elle est la sanction positive d'une politique de lutte contre la crise et de modernisation du système de production et elle ouvre à la paysannerie vauclusienne des perspectives de confiance. Ceci dit, il n'y a rien de mécanique dans cette évolution et les rapports sociaux – mais aussi les qualités humaines, bien qu'elles soient impossibles à mesurer – y jouent un rôle actif, au bénéfice des grands domaines quand ils sont bien gérés et surtout de la petite et moyenne exploitation familiale, plus lente dans sa politique de modernisation mais adaptée à ses exigences technologiques et commerciales par l'intensité et la qualité du travail qu'elle peut donner.

  • 67 Dans cette mise en place, je sacrifie les terroirs de la moyenne vallée de la Durance et je mords s (...)

112Je reviens pour conclure sur le terrain économique. J'ai déjà indiqué qu'une donnée nouvelle dans la distribution géographique du revenu agricole en 1912 était l'opposition marquée entre le Vaucluse des plaines et celui des plateaux et des montagnes. Les limites des cantons se superposent malaisément à celles des grandes zones physiques du département, mais je ne déforme pas gravement la réalité en disant que les cantons d'Avignon, Cavaillon, l'Isle, Pernes, Bédarrides, Carpentras, Orange et Bollène constituent pour l'essentiel le Vaucluse des plaines67. En 1862 cet ensemble homogène par ses caractères physiques et par ses associations culturales regroupait 51 % des exploitations agricoles et réalisait 54 % des recettes de l'agriculture. Position avantageuse des plaines, donc, pondérée par une forte densité des exploitations ce qui assurait un relatif équilibre entre les régions naturelles du département. Confirmation de cette observation nous est apportée par la faible dispersion des indices cantonaux du niveau agricole autour de la moyenne départementale. En 1882, la position des plaines s'est légèrement affaiblie, puisqu'elles ne font plus que 53 % du revenu, et regroupent toujours 51 % des exploitations. Si faible qu'elle soit, cette variation montre que la crise de l'agriculture provençale pénalise les régions où ses spéculations spécifiques avaient trouvé leur terrain d'élection. Le redressement s'amorce en 1892 puisque les plaines font 55 % du revenu alors que leurs exploitations agricoles ne représentent que 50 % du total. C'est là d'ailleurs une surprise, mais compte tenu du caractère indirect de nos calculs un écart aussi faible n'a pas grande signification. Ce qui est sûr, c'est que le relatif équilibre observé en 1862 entre les plaines et leur encadrement de collines, plateaux calcaires et contreforts montagneux n'est pas encore sérieusement modifié.

113La situation de 1912 est bien nouvelle, puisque les cantons de plaine concentrent 59 % du produit agricole brut mais aussi 54 % des exploitations agricoles. L'aptitude des plaines à la modernisation de l'agriculture est un fait acquis, et du même coup apparaît le caractère répulsif des régions physiquement les plus défavorisées du département. Là on assiste à une hémorragie humaine, qui est d'ailleurs insuffisante à assurer une progression du revenu équivalente à celle qu'on observe dans les plaines où pourtant les départs se ralentissent, où se produisent des arrivées, qui ne restent pas toutes dans les rangs du salariat. Voilà qui conforte la petite et moyenne exploitation dans la conscience qu'elle prend de son avenir, de sa fonction économique dans le grand mouvement de modernisation de l'agriculture. Ainsi se réalise la convergence de l'analyse économique et de l'observation sociologique pour dessiner une voie originale de la croissance de l'agriculture dans le Vaucluse : elle passe bien sûr par un processus d'abandon des terres les plus médiocres, mais surtout elle s'inscrit dans les cadres de la petite et moyenne exploitation agricoles, qui en tirent de très substantiels bénéfices.

Notes

1 Les travaux réalisés par les services du Ministère des Finances ont donné lieu aux publications suivantes, que j'ai utilisées :
- Nouvelle évaluation du revenu foncier des propriétés non bâties de la France. Paris, 1883. L'ouvrage rassemble les résultats de l'enquête effectuée en 1879 et les compare à ceux de la précédente évaluation, en 1851.
- Evaluation des propriétés non bâties – Paris, 1913.

2 Le rapport des baux à prix d'argent à ceux à portions de fruits est une indication intéressante sur l'importance respective du fermage et du métayage. Mais il faut prendre en considération le fait que le métayage porte généralement sur des exploitations agricoles alors que le fermage concerne souvent des parcelles, complémentaires de petites porpriétés. Le rapport est donc dans la réalité – si on le calcule au niveau des superficies – moins déséquilibré qu'il ne le paraît ici.

3 Le taux d'intérêt de la terre est dans le Vaucluse supérieur à la moyenne nationnale : 3,80% contre 3,32% en 1913, ce qui est un indice de la rentabilité de l'agriculture vauclusienne dans le contexte national.

4 Comptes rendus des travaux du Conseil Général. Année 1878.

5 Ibid. Année 1879.

6 Ibid. Année 1886.

7 A.D.V. IX 228.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 A.D.V. 6 M 97 (Camaret), 6 M 114 (Châteauneuf-du-Pape) et 6 M 147 (Lauris).

11 Enquêtes agricoles de 1882 et 1892. Op. cit.

12 A.D.V. 7 M 8.

13 Les moissonneurs posent un problème plus difficile, car leur fonction est traditionnelle, de même que leur recrutement dans les montagnes des Alpes du Sud. Et l'on ne peut parler de spécialisation céréalière dans le Vaucluse ! S'ils sont toujours très recherchés, comme le suggère leur forte rémunération, c'est qu'il y a un grand retard dans le processus de mécanisation de la moisson.

14 Voir supra. Première partie, chap. IV.

15 Voir supra. Deuxième partie, chap. I.

16 Le total de 240 jours de travail se décompose en 5 mois et 18 jours de travail effectif au tarif d'hiver et 7 mois à 23 jours de travail effectif au tarif d'été. Pour les données de 1913 je fais la moyenne des deux salaires extrêmes.

17 Archives privées de H. R..., à Sablet.

18 Prenons le cas d'un paysan de la plaine du Thor, qui se spécialise dans deux directions : la vigne à raisins de table et les cultures légumières de plein champ. Il lui faut faire face à des travaux très divers, requérant des compétences et qualités physiques différentes, qui doivent s'enchaîner avec une grande rigueur, selon un calendrier très serré : taille de la vigne, ensemencement et plantation des légumes, traitement de la vigne contre le mildiou, binage des cultures légumières, cueillette des légumes, récolte des raisins de table... Pour mener à bien ces travaux, il faut prévoir tantôt une main-d’œuvre de complément, tantôt une équipe de caractère saisonnier.

19 Zacharewicz : le Vaucluse agricole. Op. cit.

20 La petite propriété rurale en France. Enquêtes monographiques 1908-1909 – Paris, 1909.

21 Voir supra. Première partie, chap. IV.

22 Pour cette étude, j'utilise les documents suivants :
– Comptabilité de la propriété Raspail à Gigondas.
– Comptabilité des propriétés Fortunet, au Thor.
– Comptabilité des propriétés du marquis de Balincourt, à Lamotte du Rhône. A.D.V.5.E. 61.
– Comptabilité du domaine de Causans, à Jonquières.
– Comptabilité de la propriété de Bimar, à Saint-Martin, Cavaillon.
– Comptabilité des propriétés Appy, à Lacoste, Rouillon et Gordes.
Ces comptabilités ont été mises en forme, parfois reconstituées à partir des documents retrouvés. Pour ne prendre qu'un exemple, l'homme d'affaires qui gérait les propriétés du comte de Balincourt portait en recettes le produit des ventes des récoltes au moment où s'effectuait la transaction, laquelle était parfois – pour les céréales notamment – décalée de plusieurs mois par rapport à la récolte elle-même. J'ai été conduit à redresser l'ensemble de la comptabilité sur la base de l'année récolte.

23 Voir supra. Première partie, chap. IV,

24 Voir supra. Deuxième partie, chap. I,

25 Voir supra. Première partie, chap. IV,

26 Infra. Quatrième partie, chap. IV.

27 Voir supra. Deuxième section, chap. I,

28 Le registre sur lequel Eugène Fortunet a consigné, de 1867 à 1880, ses opérations de bourse permet de calculer avec précision le produit de ses coupons, d'où j'ai tiré le revenu annuel de son portefeuille-titres. Par ailleurs, s'il est plus délicat de suivre l'enchaînement et la complémentarité des opérations d'achat et vente de titres, il est possible de faire le bilan de certaines d'entre elles. Par exemple, un lot important d'obligations ferroviaires du Nord Espagne, achetées en 1875, 1876, 1877 et 1879 pour une somme totale de 119040 francs. L'impression d'ensemble qui se dégage de ces transactions, c'est qu'elles ont sensiblement grossi le capital initialement constitué.

29 Les quelques commerçants du hameau de Causans (épicier, fournier...) sont eux aussi locataires du marquis. Sa puissance n'est d'ailleurs pas seulement économique : il entretient une école, naturellement confessionnelle, et c'est la seule qui est proposée aux enfants du hameau.

30 Les archives de Causans, conservées en vrac dans un grenier poussiéreux, sont d'une analyse difficile. Le registre d'inventaire qui en constitue la partie le plus important fait défiler une quantité considérable d'opérations comptables qu'il est impossible de vérifier ni d'affecter à tel ou tel fermier. Il faut donc se fier au bilan annuel établi par le régisseur, réparti en rubriques dont il retient pour chacune le solde, positif ou négatif, des opérations consignées pendant toute l'année. On obtient ainsi un compte rentes, qui totalise les fermages effectivement payés, un compte vignes, un autre céréales, troupeau, prairies, vers à soie, bois, moulin et divers. Les rubriques placées sous le signe d'une production donnée sont représentatives des revenus de la part du domaine directement exploitée par le marquis. Il convient cependant de mettre à part la culture de la vigne.

31 La cave est mentionnée pour la première fois dans le registre d'inventaire en 1888, mais la charge financière de sa construction n'apparaît pas dans les données comptables. La vinification sur le domaine commence dès lors; on peut suivre sa progression jusqu'en 1901, elle semble supérieure à la croissance du vignoble lui-même ce qui signifie d'une part que la vente des raisins – qui n'est jamais abandonnée – n'a plus qu'une fonction de complément, d'autre part que la cave construite en 1888 a sûrement été aménagée et agrandie par la suite.

32 La croissance de la superficie du vignoble, à l'intérieur d'une superficie globale de terres affermées probablement inchangée, s'accompagne d'une réduction sensible du nombre des fermiers. Il existe un "registre des fermiers" tenu de 1884 à 1893 à partir duquel on peut établir une statistique : ils sont 54 en 1884. En reprenant le registre d'inventaires, on n'en trouve plus que 34 en 1913. En admettant un risque d'erreur, il reste qu'il y a eu entre ces deux dates un mouvement de concentration des exploitations sur le domaine.

33 Voir supra. Deuxième partie, chap. II, et note 45.

34 J'ai pris comme base de ce calcul une superficie de 100 ha en raisins de cuve et une de 15 ha en raisins de table. Ce faisant, je prends le risque d'une erreur car la réalité se situe entre respectivement 95 et 100 ha et 15 et 20 ha. Mais l'erreur ne peut être telle qu'elle déforme sérieusement la réalité et les chiffres auxquels je parviens ne peuvent exprimer à mes yeux que des ordres de grandeur.

35 On peut d'ailleurs en juger encore aujourd'hui car les bâtiments où elle était installée existent toujours.

36 Voir supra. Deuxième partie, chap. II,

37 Voir supra. Première partie, chap. IV,

38 La succession de la marquise de Balincourt comprend son domaine des Barrinques de 220 hectares, estimé à 609 000 francs, le château des Barrinques estimé à 26 000 francs, le moulin des Barrinques estimé à 30 000 francs. Par ailleurs figurent dans ses biens une propriété à Nîmes pour 180 000 francs, un hôtel particulier à Nîmes pour 90 000 francs et une propriété à Vauvert, dans le Gard également, pour 295 000 francs. Je ne m'intéresse qu'au domaine des Barrinques, dont je dissocie le château et le moulin qui n'ont rien à voir avec l'exploitation et le revenu du domaine.

39 Dans les archives de la famille de Balincourt, on trouve plusieurs notes écrites par le marquis Fernand de Balincourt, pendant et après le procès qu'il a intenté au régisseur de sa mère. Dans l'une d'elles, on peut lire cet aveu stupéfiant de l'inconscience dont faisait preuve sa mère : "Jamais ma mère n'a su la somme exacte de ses dettes. A la mort de mon père en 1864 elles étaient de 150 000 francs environ, à la sienne de 373 000 francs". II est clair que pour lui le régisseur est pour beaucoup dans cette accroissement du passif. Mais il est mauvais perdant et on ne peut le suivre dans l'argumentation qu'il développe dans une correspondance adressée au procureur général de Nîmes, après le jugement de la Cour d'Appel :
"Je suis catholique, grand propriétaire, marquis authentique, je fais de plus partie de l'armée du pays et de celle de l'ordre, voilà de quoi déplaire à des adversaires protestants à Nimes, à un avocat radical président du Conseil Général de Vaucluse et exerçant sur le Tribunal une immense influence. J'ai trouvé datant de mon père de vieilles rancunes à assouvir, je croyais que la magistrature même dans ce malheureux pays livré à l'anarchie était pure de toute contagion... C'était une illusion".

40 Vauvert, gros bourg de la Costière du Gard, est le centre d'un vignoble réputé et nous savons que la famille de Balincourt y est propriétaire d'un grand domaine.

41 Les recettes du domaine sont notées avec une grande précision, à tel point qu'il est possible de reconstituer la comptabilité en année récolte. Il est fréquent en effet que la récolte de blé soit vendue tardivement et que son produit n'apparaisse sur les comptes que l'année suivant celle de la moisson. Le compte dépenses est moins satisfaisant : les impositions, la rémunération du régisseur, les achats d'engrais, de sulfate et soufre et d'aliments du bétail sont individualisés. Mais les dépenses d'entretien de l'outillage et des bâtiments, celles de caractère exceptionnel, n'apparaissent que dans le total des dépenses et ne peuvent être repérées chacune pour elle-même.

42 E. Verdet : Mémoire sur l'introduction de la betterave à sucre et de l'industrie sucrière dans le département de Vaucluse et la région du Sud-Est -Avignon, 1897.

43 Nous n'avons aucune indication sur les superficies emblavées, pas plus d'ailleurs que sur celles consacrées aux autres cultures. Il paraît raisonnable de ramener à 50-60 ha la part du domaine effectivement cultivée et la superficie emblavée serait alors de 15 à 20 ha, le rendement étant compris entre 12 et 20 hl.

44 Le marquis et le comte de Balincourt remplissent ainsi une obligation expressément inscrite dans le testament de leur mère. Il y a une logique dans ce comportement, celle de la conception aristocratique et chrétienne des droits et devoirs du grand propriétaire.

45 Il est à peu près certain que le capital se déprécie. Nous en avons un témoignage lorsque s'ouvre la succession du marquis Fernand de Balincourt, en 1894. L'évaluation qui est faite alors de ses propriétés des Barrinques – je laisse de côté volontairement le château – s'élève à 290 000 francs, contre 392 000 en 1872, soit une dépréciation de l'ordre de 25%. On peut penser qu'il en est de même pour les biens du comte, et le taux d'intérêt du capital s'en trouve relevé. Mais cela ne change rien à la faiblesse réelle de ce revenu, à laquelle s'ajoute une vive érosion du capital.

46 Le Conseil Général de Vaucluse – Avignon 1937 – Ouvrage publié par le Conseil Générai de Vaucluse, rédigé par le Secrétaire administratif Aimé Autrand. 3.-P. Appy fut même président du Conseil Général en 1910 et 1911.

47 Supra.

48 Pour des raisons que je ne suis pas parvenu à élucider, ces comptabilités ne recouvrent pas une même durée et c'est bien sûr une gêne considérable car les comparaisons sont de ce fait bien difficiles, de l'une à l'autre.

49 Autre indice de cette confiance, les conditions dans lesquelles est commercialisée la récolte de blé. C'est le métayer qui indique au propriétaire le volume de la récolte, d'où il retire la quantité nécessaire à l'ensemencement de l'année à venir. Le propriétaire vend lui-même sa part, le métayer fait de même après avoir prélevé sa consommation familiale. Pour l'élaboration du bilan comptable, je n'ai pas tenu compte de cette autoconsommation et j'ai pris le parti de convertir en termes monétaires la totalité de la récolte, moins la semence, au prix mentionné sur un cahier tenu spécialement à cet effet par le propriétaire pour la part qui lui revenait. J'ai procédé de la même manière pour les autres fermes.

50 Le revenu du propriétaire, tel qu'il ressort de notre comptabilité, est surévalué. En effet, les dépenses d'exploitation ne tiennent compte ni des impôts – dont le montant varie de 150 à 200 francs-, ni de l'entretien des bâtiments, sur lequel nous n'avons aucune information – ce qui ne veut pas dire évidemment que ce poste de dépenses soit nul !

51 On dirait, actuellement, surface agricole utile, mais je préfère utiliser une formule exprimant mieux – serait-ce au prix d'une certaine imprécision – les conditions économiques de la période que j'étudie.

52 On voit la difficulté de parvenir à une évolution rigoureuse du revenu paysan... D'autant plus qu'il ne fait aucun doute que la femme du métayer et ses enfants apportent leur contribution, sans qu'il soit possible de la traduire en rémunération effective ! Je n'ai pas cru devoir retrancher du revenu du métayer le salaire d'un domestique, pour respecter la logique de la comptabilité utilisée. La correction serait de l'ordre de 400 francs et je laisse dans l'ombre le problème du coût nourriture, dont on sait qu'il correspond pour la plus grande part à des recettes invisibles, non monétarisées.

53 Je ne m'explique pas bien le silence des archives de J.-P. Appy sur Saint- Biaise, sinon par le fait qu'il lui venait de sa femme. Ce qui est sûr, c'est que le cahier de compte du métayer nous livre des informations moins complètes que les documents établis par Appy. 3'ai noté l'absence des recettes en blé pour les années 1902-1907-1909 et 1911, et je les ai reconstituées par comparaison avec celles des années voisines et contrôlées avec les recettes des autres métairies Appy. Il en résulte une incertitude incontestable, qui me paraît cependant assez limitée pour ne pas fausser gravement les calculs du revenu de l'exploitation.

54 Supra. Première partie, chap. IV.

55 Les résultats départementaux de l'enquête agricole de 1882 figurent dans la Statistique agricole de la France publiée par le Ministère de l'Agriculture. Op. cit. Par ailleurs, un certain nombre de documents préparatoires, établis dans le cadre cantonal, figurent aux Archives Nationales, sous la cote F 11 2722.
Les résultats de l'enquête de 1892 ont été publiés dans la Statistique agricole de la France – Résultats généraux de l'enquête décennale de 1892. Op. cit -. Ils ont été exploités par le professeur départemental d'agriculture Ed. Zacharewicz, dans son ouvrage Mémoire sur l'agriculture du département de Vaucluse. Avignon, 1895. En particulier, Zacharewicz qui avait joué un rôle essentiel dans la collecte des informations pour l'enquête de 1892 indique la répartition cantonale des principales productions agricoles.

56 On peut les vérifier avec les mercuriales A.D.V. 6 M 333.

57 Zacharewicz, op. cit. La statistique de 1912 recense 2250 ha consacrés à la culture de la luzerne pour graine (dont plus de la moitié dans les cantons de Bollène et Orange) et 1000 ha consacrés à la culture des légumes pour graine (dont plus de la moitié dans les cantons de Bédarrides et Orange).

58 Je me suis appuyé sur les travaux de Zacharewicz et sur les archives privées que j'ai pu consulter. J'ai considéré comme cultures maraîchères les cultures légumieres qui permettent deux et parfois trois récoltes annuelles, mais aussi les asperges, les fraises qui ne s'intègrent pas dans un assolement annuel, mais qui sont d'une productivité très forte. Il est certain que les dépenses d'exploitation sont plus élevées que pour les autres productions – frais d'arrosage, d'engrais... – mais il ne m'est pas possible d'en tenir compte dans le cadre de cette étude. Je suis même parvenu à une recette pour la culture de la lavande : 100 francs à l'hectare.

59 Supra. Première partie, chap. IV.

60 Supra. Deuxième partie, chap. IV.

61 La faiblesse de mes calculs, mais je n'ai pu y remédier, réside dans le fait qu'en 1881 et 1891 j'ai appliqué dans tous les cantons la majoration de 4 et 3% qui provient d'une observation départementale. Or il ne fait pas de doute que la différence ainsi exprimée entre l'évolution de la population et celle du nombre des ménages agriculteurs n'est pas uniforme. Mais le risque d'erreur que je prends ainsi est bien limité.

62 De Réparaz signale qu'à Saint-Christol, sur les plateaux de Haute Provence, une partie de la récolte de pommes de terre est commercialisée comme pomme de terre de semence dans la plaine comtadine, où l'on apprécie à cause de leur résistance les tubercules mûris sur le plateau. |G. de Réparaz : Le Plateau de Saint-Christol. Etude de géographie rurale en Haute Provence. Aix-en-Provence, 19661.

63 Histoire de la France rurale, t. III. Paris, 1976, pp. 453-456.

64 On peut se demander s'il est rationnel de distinguer pommes de terre nouvelles et cultures maraîchères. Cela se justifie en ce sens que la culture des pommes de terre, nouvelles ou non, est une culture de plein champ, généralement non irriguée. Elle n'est donc pas intégrée à la rotation des cultures maraîchères, mais c'est une distinction qui s'effacera par la suite.

65 C'est au Thor qu'a été créé le premier marché spécifique des raisins de table, en 1913.

66 Le revenu agricole moyen dans le canton d'Avignon paraît en perte de vitesse, puisque son indice par rapport à la moyenne départementale est plus faible que ce qu'il était en 1892. Je ne suis nullement assuré que les calculs donnent ici un résultat satisfaisant car l'agriculture et la population agricole avignonnaises sont difficiles à appréhender avec précision, noyées qu'elles sont dans un tissu urbain qui par sa densité croissante fait obstacle à la collecte d'une information très fiable. Apparaissent difficilement dans cette information, notamment, les résultats des marchés locaux, qui assurent aux producteurs une plus-value que l'on ne peut apprécier.

67 Dans cette mise en place, je sacrifie les terroirs de la moyenne vallée de la Durance et je mords sur la zone intermédiaire, dans les cantons de Pernes, Carpentras et Orange... Je ne peux éviter ces inconvénients, il faut simplement savoir qu'ils donnent aux plaines une définition plutôt restrictive.

Table des illustrations

Titre Évolution du marché de la terre en Vaucluse (1851 - 1913)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Les salaires des ouvriers agricoles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1951/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1951/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Evolution du revenu des propriétés Appy
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1951/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540