Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Deuxième partie. Crise et reconstruction vers l'économie contemporaine (1860-1914)

Chapitre IV. L'évolution de la population paysanne

Texte intégral

  • 1 Voir supra. Première partie, chap. II.

1Le processus de perfectionnement, d'intensification de l'agriculture traditionnelle avait conduit dans les plaines vauclusiennes à un optimum de peuplement, observable dans les années 18501. Mais l'équilibre ainsi réalisé entre les hommes et la terre était fragile, et la crise de l'agriculture traditionnelle le soumet à rude épreuve – épreuve à laquelle la population agricole réagit en fonction de sa capacité à surmonter la crise elle-même et à s'adapter à des conditions nouvelles. C'est donc en quelque sorte une mesure de la crise et aussi une évaluation des conditions humaines nécessaires à la mise en place d'une agriculture nouvelle que peut nous proposer l'étude de la population paysanne pendant la période 1860-1914. C'est dans cette perspective que je l'entreprends.

I – PROBLEMES DE METHODE

  • 2 La population qui vit de l'agriculture comprend les actifs agricoles et leurs familles, à l'excepti (...)

2La tâche n'est pas aisée, et cela tient pour l'essentiel aux incertitudes et insuffisances de la documentation. Jusqu'au recensement de 1891, les récapitulatifs qui accompagnent les opérations de dénombrement de la population permettent d'atteindre "la population qui vit de l'agriculture"2. Il y aurait, certes, bien des réserves à faire sur les calculs des recenseurs, à en juger par la vérification qu'on peut en faire dans chaque commune en utilisant les listes nominatives. Mais totalisés dans le cadre du département, ils ne semblent pas à rejeter, par le jeu de compensation des erreurs commises ici ou là. Et surtout, même s'ils ne proposaient qu'une approximation, ces calculs recouvraient la réalité la plus proche qu'on puisse espérer du concept de population paysanne. On pourrait, bien sûr, les effectuer en partant des communes, puisqu'on dispose des listes nominatives après comme avant 1891, mais ce serait un travail écrasant, proprement impraticable à l'échelle du département.

  • 3 Voir supra. Première partie, chap. II.

3Il faut donc se rabattre sur le concept de population rurale, dont nous avons déjà indiqué l'intérêt aussi bien que les limites3. Puisque c'est avec les données chiffrées qui l'expriment que l'on peut établir une série continue, le problème revient à vérifier cette série de telle sorte qu'on puisse l'utiliser à bon escient, dans la perspective préalablement définie. Il est possible, et facile, de la comparer à la série "population qui vit de l'agriculture", mais ce test de concordance, pour précieux qu'il soit, est insuffisant puisqu'il s'arrête en 1891 et à cette date apparaît une divergence sérieuse entre les deux séries. En effet, alors qu'elles connaissent une évolution très voisine jusqu'au recensement de 1886, il apparaît qu'entre 1886 et 1891 la population qui vit de l'agriculture subit une décroissance très supérieure à celle de la population rurale. S'agit-il d'une anomalie conjoncturelle, ou bien est-ce l'amorce d'un processus qui distinguerait nettement en milieu rural le comportement des agriculteurs et celui des autres groupes socio-professionnels ? On ne peut en décider, et il importe de poursuivre l'analyse au-delà de 1891.

  • 4 Les vingt-deux communes retenues sont : Althen-les-Paluds, La Bastide des Jourdans, Bédarrides, Bon (...)

4Pour ce faire, j'ai essayé d'approcher le concept de population paysanne à travers un échantillon de communes rurales aussi représentatif que possible du département dans son ensemble. J'ai retenu à cet effet vingt-deux communes, en prenant en compte les critères dont on sait, par expérience, qu'ils proposent l'ensemble des facteurs d'explication socio-économique des faits de population en milieu rural. C'est ainsi qu'elles se distribuent géographiquement des plaines aux premiers contreforts alpins, que leur population s'échelonne de quelques centaines à plusieurs milliers d'habitants pour respecter la hiérarchie si importante en Provence des villages, bourgs, et petites villes fortement engagées dans l'économie agricole. Mais, aussi, j'ai veillé à respecter la diversité des systèmes de cultures et c'est pourquoi figurent dans l'échantillon des villages de la vigne, d'autres qui ont substitué à la garance les cultures maraîchères, d'autres encore qui s'attardent dans une polyculture routinière. Dans le même esprit j'ai tenu compte des activités industrielles d'appoint, filatures de soie ou exploitation de carrières... Je pense être parvenu à un ensemble offrant une image réduite et fidèle de la population rurale vauclusienne4 et je peux sur l'échantillon ainsi constitué procéder à des comptages et calculs propres à faire apparaître avec une approximation satisfaisante la population paysanne. De cette manière, je pourrai prolonger l'observation que les récapitulatifs permettaient de faire jusqu'en 1891 sur la population vivant de l'agriculture et je pourrai préciser le sens de l'évolution de la population paysanne, comparée à celle de la population rurale.

5Reste à déterminer et justifier la méthode de travail à mettre en oeuvre sur l'échantillon, pour faire apparaître la population paysanne. J'ai renoncé à compter la population vivant de l'agriculture telle que les récapitulatifs des recensements la présentent jusqu'en 1891, et ceci pour deux raisons : les comptages auraient été fort longs, et ils m'auraient posé de difficiles problèmes d'identification pour les femmes et les adolescents, eu égard à la capricieuse fantaisie qui préside à leur recensement professionnel, d'un village à un autre quand ce n'est pour le même village d'un dénombrement à l'autre... J'ai donc choisi de dénombrer les ménages, qui sont toujours d'un repérage aisé puisqu'ils sont comptés sur les listes nominatives à partir d'un "chef de ménage" dont la profession est également toujours mentionnée. On peut donc isoler les ménages paysans, et suivre d'un recensement à l'autre l'évolution de leurs effectifs. La tâche n'est cependant pas toujours aussi simple qu'on pourrait le penser, et il convient d'être attentif à deux sources possibles d'erreur : lorsque le chef de ménage est une veuve, il arrive qu'elle soit mentionnée comme "sans profession" et l'activité économique de ménage n'apparaît alors qu'à propos de ses enfants. D'autre part des ménages, ou mieux des couples, d'un âge avancé sont mentionnés tantôt comme cultivateurs tantôt comme sans profession, alors que les uns et les autres sont manifestement des paysans vivant dans une semi-retraite au rythme des forces qui leur restent... On ne peut avoir la prétention d'une lecture infaillible des listes nominatives, du moins faut-il le savoir et ne pas s'interdire une lecture interprétative des documents. L'important, c'est de bien s'entendre sur la réalité qu'on vise à travers les ménages : au-delà de leur signification administrative, ils expriment un caractère essentiel du monde paysan, l'unité familiale qui se soude autour d'un homme, le chef de famille, et d'une activité économique à laquelle participent tous ceux qui, de l'adolescence à la vieillesse, vivent sous un même toit. C'est dans la cellule socio-familiale ainsi définie que se forme et se distribue le revenu paysan, et nous y reviendrons . Certes, des situations marginales existent, en particulier celle-ci : les listes nominatives font apparaître parfois, au sein d'un ménage, des professions différentes. Le père est paysan, mais une de ses filles est couturière ou encore un fils est journalier. Ces situations sont significatives des limites du revenu agricole dans le cadre de la petite propriété, et elles soulignent aussi la force de l'unité familiale précédemment définie : la fille couturière et le fils journalier n'ont pas la libre disposition de leurs gains, ils restent partie intégrante de la famille paysanne à la subsistance de laquelle ils apportent leur originale contribution. On ne trahit pas le sens profond des structures socio-familiales révélées par la notion de ménage en intégrant dans nos calculs ces situations marginales.

6Il est possible, à partir des ménages ainsi compris, de reconstituer la population paysanne, ou encore qui vit de l'agriculture. Le rapport du nombre des ménages à la population d'une commune donne la dimension moyenne d'un ménage, et je considère qu'elle vaut pour les ménages d'agriculteurs comme pour tous les autres. Il y a à cela plusieurs raisons : le nombre moyen de personnes par famille aussi bien que la lecture attentive des listes nominatives indiquent que nous sommes dans un système de "familles simples", et cela vaut pour les familles paysannes comme pour les autres. Par ailleurs, la prépondérance des familles paysannes fait que la valeur moyenne ne peut s'écarter sensiblement du résultat qu'on obtiendrait en ne travaillant que sur elles. Connaissant le nombre de ménages et leur dimension moyenne, une simple multiplication permet de reconstituer la population agricole. Bien sûr ce calcul escamote les situations marginales, précedemment évoquées, d'actifs vivant dans des ménages de cultivateurs et n'exerçant pas une profession agricole. Mais comme des situations inverses existent, d'actifs exerçant une profession agricole dans des ménages non agricoles, on peut considérer qu'il y a compensation d'une erreur par l'autre. D'ailleurs il est possible jusqu'au recensement de 1891 de vérifier les résultats obtenus, en les comparant aux chiffres des récapitulatifs : la concordance est tout à fait satisfaisante. Je dispose ainsi d'une documentation solide que je peux confronter aux données de la population rurale. Comme l'exploitation de l'échantillon de vingt-deux communes représente un travail matériel lourd et long, par l'attention qu'elle exige pour interpréter aussi correctement que possible les situations marginales ou ambiguës, je n'ai pas traité tous les recensements, mais seulement ceux de 1861, 1872, 1886, 1896 et 1911 qui représentent les articulations essentielles de la courbe d'évolution de la population rurale. Le tableau "Eléments d'analyse de l'évolution de la population paysanne" et le graphique "Evolution de la population paysanne" rassemblent et présentent visuellement la documentation ainsi élaborée.

II – RYTHMES ET DIVERSITE DU DEPEULEMENT DES CAMPAGNES VAUCLUSIENNES

  • 5 La population rurale de la France passe de l'indice 100 en 1861 à l'indice 94 en 1874 (Annuaire sta (...)

7La représentativité de l'échantillon est attestée par l'évolution de sa population totale comparée à celle de la population rurale du département. Traduites l'une et l'autre en indices sur la base 100 pour le recensement de 1861, leur marche est très voisine et les différences qui apparaissent en 1872, 1886 et 1896 sont trop légères pour être retenues au passif de l'échantillon. Nous pouvons retenir quatre étapes dans l'évolution de la population rurale, constamment orientée à la baisse de 1861 à 1911. De 1861 à 1872, c'est l'amorce du processus et l'on peut déceler une accélération de 1866 à 1872. Mais le Vaucluse ne se distingue pas du contexte national5, alors que son économie agricole est déjà profondément ébranlée par les crises de la sériciculture et de la garance et que le phylloxéra a entrepris sa marche dévastratrice. Il serait sans doute excessif de dissocier la décroissance de la population des difficultés économiques propres au Vaucluse, mais il convient de noter au moins un décalage entre les deux phénomènes. Justement, la seconde étape, parcourue de 1872 à 1886 avec une perte de 16 points d'indice qui souligne l'intensité de la dépopulation rurale, s'articule à l'évidence sur l'approfondissement de la crise agricole, et la relation de cause à effet devient alors nettement perceptible. On observe cependant une discordance entre le Vaucluse et le territoire national, où le recul de la population rurale est bien plus lent, ce qui donne à penser que la dépopulation rurale a été préparée par les premiers ébranlements du système agricole traditionnel. Le rythme de la dépopulation s'apaise de 1886 à 1896, et elle se poursuit de façon encore plus atténuée de 1896 à 1911. Ces deux dernières étapes accompagnent les efforts de reconversion du système agricole et les succès qui les sanctionnent dans les premières années du siècle : l'hémorragie d'hommes semble stoppée, et si elle a été particulièrement forte comparée à l'évolution de la population rurale nationale, elle se singularise aussi par l'antériorité du coup d'arrêt qui la freine. Ainsi, la dépopulation rurale en Vaucluse se remarque aussi bien par son ampleur que par ses rythmes.

  • 6 Une enquête conduite par questionnaire auprès des vignerons de Châteuneuf-du-Pape m'a valu à cet ég (...)
  • 7 Je reviendrai, pour la détermination du revenu agricole, sur l'évolution concordante de la populati (...)

8Mais peut-on identifier population rurale et population paysanne ? Il est certain que dans les communes définies comme rurales les paysans constituent la majorité de la population et de ce fait l'analyse de la population rurale révèle une tendance indiscutable, mais la divergence déjà signalée pour le recensement de 1891 avec les effectifs de la population qui vit de l'agriculture incite à regarder les choses de plus près. Le décompte sur les communes de l'échantillon des ménages d'agriculteurs et la confrontation des indices qui en rendent compte avec ceux de la population de l'échantillon permettent une première approche de la question. A l'exception de l'année 1886 les indices représentatifs de la population et des ménages paysans sont remarquablement concordants. Par contre, le recensement de 1886 indique, au terme d'une étape caractérisée par une brutale décroissance de la population rurale, que les ménages, c'est-à-dire les cellules socio-familiales fondamentales du monde paysan, ont mieux résisté aux départs que les individus. Le paradoxe n'est qu'apparent : sous l'empire de la nécessité, devant la généralisation de la crise agricole, les familles se sont allégées d'éléments jeunes, mais elles n'ont pas disparu6, sinon sous l'effet de la mort. Ce n'est pas encore le cas pour le plus grand nombre en 1886, et la résistance des ménages paysans à la dépopulation n'a alors d'autre signification que le vieillissement de la population paysanne. Par la suite, comme auparavant, les ménages de paysans sont ajustés à la population des villages7.

9Seulement, le contenu humain des ménages a changé, du moins tel qu'on peut l'apprécier à partir de la dimension moyenne d'un ménage. Critère lui-même ambigu du fait de la structure du ménage en milieu paysan, qui assemble fréquemment sous un même toit et dans une même activité économique trois générations... Le vieillissement de la population précédemment analysé se combine avec le fléchissement de la natalité et probablement aussi avec la tendance à l'émancipation des jeunes couples pour expliquer la réduction de la dimension moyenne d'un ménage. Nous reviendrons plus en détail sur ces différents facteurs, pour le moment il nous suffit de remarquer, à l'appui de l'interprétation précédemment proposée, que le décrochage en baisse de la dimension des ménages en milieu rural se produit justement en 1886, ce qui corrige sensiblement l'image de la résistance des ménages à l'exode rural. Et comme le processus se poursuit, on s'explique la marche originale de la population agricole "reconstituée", qui confirme et prolonge l'observation faite pour 1891 à partir de la population du département vivant de l'agriculture. Il apparaît ainsi que l'évolution de la population rurale propose une image atténuée du phénomène de la dépopulation paysanne. Les familles se sont réduites dans leurs effectifs, en raison de la baisse de la natalité, et les ménages, au sens socio-économique qu'il convient de donner à ce terme, se sont affaiblis dans la force de travail qu'ils représentent, du fait de l'exode rural. Ce double phénomène est indiscutablement plus net dans la population paysanne que parmi les autres secteurs socio-professionnels de la population rurale, et cette évolution divergente suggère que s'opère au sein du monde rural que l'économie traditionnelle unifiait par delà la diversité des activités professionnelles, une différenciation dans les attitudes devant la vie : il faut la mettre à l'actif des mutations économiques qui sont en cours, et elle traduit l'amorce d'un comportement spécifique des paysans dans le milieu qu'ils dominaient jusqu'alors de tout leur poids. Ceci dit, il ne semble pas que le mouvement de la population paysanne soit en contradiction avec celui de la population rurale. Simplement, il en accuse les tendances de fond.

10On peut, par conséquent, revenir aux données relatives à la population rurale pour poursuivre et préciser l'analyse de la dépopulation des campagnes vauclusiennes. Nous l'avons engagée dans le cadre du département, mais nous ne pouvons préciser les corrélations entre les faits économiques et les faits de population que si nous les confrontons dans les cadres géographiques pour lesquels nous avons déterminé une spécificité des faits économiques et de leur évolution. Nous retrouvons le cadre cantonal, qui se prête fort bien à l'étude de la population rurale, à l'exception, bien sûr, des cantons d'Avignon et à la condition de réunir en un seul les deux cantons de Carpentras et d'Orange. L'observation du mouvement de la population rurale dans les cantons vauclusiens révèle des situations très diversifiées, mais il est possible de les regrouper en trois types d'évolution, selon que la population rurale décroît à un rythme inférieur, équivalent ou supérieur à celui décrit pour le département.

11Les cantons de Carpentras, Cavaillon, Cadenet, Bédarrides, Valréas et Orange connaissent de 1861 à 1911 une dépopulation modérée, sensiblement inférieure à la moyenne départementale. Ce sont tous des cantons de plaine, encore que l'on puisse introduire des nuances, avec la présence du versant Sud du Lubéron dans le canton de Cadenet et la situation originale du canton de Valréas, antichambre des pays dauphinois. C'est peut-être ce trait, et le caractère équilibré par la polyculture de son système agricole, qui expliquent la régularité et la continuité de la dépopulation rurale dans le canton de Valréas : les étapes repérées au plan départemental sont ici malaisées à discerner et la décroissance de la population accompagne une évolution économique qui ignore les crises brutales de l'agriculture proprement provençale ; elle est un allègement que rendent inévitables les nouvelles conditions économiques, définies par l'introduction de techniques plus puissantes et l'accroissement de productivité qui en résulte, bien plus qu'une réaction de défense – par la fuite – d'un milieu humain assailli par des crises qui condamnent à bref délai son équilibre. Significatif de cet autre modèle d'évolution – qui parvient cependant en 1911 à un résultat voisin de celui de Valréas -me paraît être le canton de Carpentras qui enregistre très durement, au cours de la décennie qu'encadrent les recensements de 1872 et 1881, les effets démoralisants et socialement sélectifs des crises conjuguées de la sériciculture, de la garance et du phylloxéra. Mais la nature est ici assez généreuse, aidée il est vrai par les travaux des hommes qui lui ont apporté l'eau fertilisante du canal de Carpentras, pour qu'à la crise succède une reconversion dont la réussite se lit sur la courbe de la population : dès 1891, elle amorce une remontée qui se poursuit sans interruption jusqu'en 1911. Cette reprise de la croissance de la population rurale est un cas limite, et unique, mais on observe un processus voisin, de freinage et d'arrêt de la dépopulation, dans les cantons de Cavaillon, Cadenet, Bédarrides et Orange. Il est vrai qu'on l'observe aussi dans les cantons de Pernes et l'Isle-sur- Sorgue, dont l'indice de peuplement rural est en 1911 inférieur à l'indice départemental, et dans celui de Vaison, dont la population se tient au niveau départemental en 1911. On voit par là qu'il n'est pas possible d'analyser l'évolution de la population rurale à partir d'un simple regroupement des cantons autour des trois situations terminales précédemment définies.

12Les cantons de l'Isle-sur-Sorgue et de Pernes, limitrophes l'un de l'autre, associent des terroirs contrastés, pris dans la plaine du Comtat et sur le versant occidental des plateaux de Vaucluse. La conséquence de leur hétérogénéité, c'est que dans la phase aiguë de la dépopulation ils cumulent les désavantages propres à l'une et à l'autre des situations géographiques et économiques où ils s'inscrivent : pays de la garance et de la vigne, ils connaissent dans leurs bourgs de plaine les départs massifs d'une population de paysans à mi-chemin entre le travailleur salarié et l'exploitant indépendant, bientôt relayés par l'écoulement du trop plein de la population des villages de plateau. C'est ce phénomène cumulatif qui explique la profondeur de la chute de la population, que parvient à stopper la reconversion de l'agriculture des plaines, comme à Carpentras, comme à Cadenet. Evolution voisine, mais moins tourmentée, à Cavaillon où l'équilibre de la terre et des hommes, soumis ici comme ailleurs à une révision fondamentale, se réalise plus aisément en raison de l'avance économique incontestable de la région cavaillonnaise. Dans tous ces cantons on apprécie mieux, après l'analyse du mouvement de la population, la signification sociale et humaine de l'agriculture maraîchère puisqu'elle suscite un appel de main-d'œuvre, sans lequel on ne comprendrait pas la stabilisation de la population à la fin de la période étudiée. Pour les cantons de Bédarrides et d'Orange, qui présentent une courbe du mouvement de leur population proche de celle des cantons précédemment analysés, l'explication est à rechercher dans le destin de la vigne, qui connait ici une faveur particulière, une fois résolu le problème posé par le phylloxéra. Dans des reliefs plus élevés et sous des cieux moins méditerranéens, les cantons de Beaumes et de Vaison, dont l'indice de peuplement se tient en 1911 à la moyenne départementale, doivent aussi à la spécialisation viticole qui s'amorce l'arrêt de leur dépeuplement, à partir de 1891 et 1896. Ainsi se vérifie le dynamisme que donnent à l'agriculture vauclusienne les deux spécialisations majeures, maraîchère et viticole, où elle s'engage. Elles font revenir des hommes à la terre.

13Assurément, il convient de se garder de toute schématisation : la vigne ni les cultures maraîchères ne règnent sans partage nulle part en Vaucluse, et les limites administratives ds cantons ne permettent de définir que des orientations agricoles prioritaires, qui ne sont jamais exclusives d'autres. Il reste cependant que la méthode d'analyse qui consiste à confronter faits économiques et faits de population, nous permet de rendre compte des différents modèles d'évolution de la population rurale. On va le voir aussi pour les cantons de la zone intermédiaire et de la montagne : nous connaissons déjà les contraintes et limites que la nature impose à leur agriculture, et nous allons pouvoir apprécier le prix humain de leur adaptation aux conditions économiques des temps contemporains. Nous sommes ici dans le lot des cantons où la population décroît à un rythme supérieur à celui de la population rurale du département tout entier, mais par un paradoxe au moins apparent ce ne sont pas les cantons les plus montagneux qui connaissent la baisse de population la plus profonde. Le cas de celui de Sault est particulièrement intéressant : alors que le rythme de son dépeuplement est lent, et plus lent que celui de tous les autres cantons jusqu'en 1886, il s'accélère par la suite – au moment où il s'apaise dans les cantons de plaine – et de façon continue jusqu'en 1911. Ces discordances révèlent une situation originale, celle d'un pays en marge de la Provence, qui en ignore les crises et qui obéit dans le mouvement de sa population tout d'abord aux contraintes de son isolement – elles le préservent de la tentation des départs – puis au tropisme des plaines, une fois créées les conditions de relations vers elles. L'isolement est moindre pour le canton de Malaucène, et pour celui d'Apt dont les communes rurales ont toutes une façade sur la vallée du Coulon : les départs y sont plus précoces, plus nombreux aussi puisque l'indice de peuplement tombe à 61 pour Apt. On retrouve à Gordes et Mormoiron la pente à peu près continue du début à la fin de la période d'un dépeuplement intense, révélateur du surpeuplement auquel on était parvenu au terme de l'économie traditionnelle aussi bien que de la difficulté qu'il y a à trouver un équilibre durable – dans les conditions nouvelles d'une agriculture qui doit s'ouvrir sur les marchés – entre la terre et les ressources qu'elle propose d'une part, les hommes nécessaires à les produire et capables d'en vivre d'autre part. Les cantons de Pertuis et de Bonnieux sont dans une situation voisine, moins défavorable toutefois si l'on en juge par l'évolution de leur population à partir de 1896 : le dépeuplement se ralentit, sous l'effet de la mutation partielle du système de culture que permettent ici la vigne sur les coteaux et les cultures maraîchères sur les sols d'alluvions.

  • 8 Voir Ph. Ariès : Histoire des populations françaises – Ed. 1971, p. 291 et 299.

14Nous pouvons conclure que l'évolution économique est le facteur déterminant du mouvement de la population rurale. Mais les choses ne sont pas simples, telles qu'on les observe au niveau des cantons. Pour bien les comprendre, il ne faut pas oublier que les perfectionnements introduits progressivement dans le système agricole traditionnel avaient conduit à un optimum, voire à une surcharge, de peuplement. Aussi est-ce dans les pays où la crise de cette économie a sévi le plus durement que le dépeuplement a été le plus intense, tout au moins pour la période de désarroi qui suit la fusion des crises sectorielles en une seule, généralisée à toutes les sources du revenu agricole. Dépeuplement imposé par une conjoncture particulièrement défavorable, qui distille le découragement parmi les plus vulnérables des producteurs, touchés aussi bien par la réduction de l'emploi que par la disparition des revenus, pour eux complémentaires, qu'assuraient la culture de la vigne et de la garance et l'éducation des vers à soie : il s'exprime alors par des départs et aussi il prépare sa propre aggravation car ce sont des éléments jeunes qui partent. C'est un tout autre type de dépeuplement que proposent les cantons représentatifs de l'économie de subsistance, isolés dans des reliefs d'accès difficile, faiblement pénétrés par les progrès agricoles : dans sa chronologie comme dans ses rythmes, il se distingue du dépeuplement lié à la crise de l'agriculture provençale et s'inscrit dans un contexte plus large, commun à tous les pays isolés et d'économie retardataire qui découvrent progressivement la réalité de leur isolement et de leur archaïsme8. Les départs ont ici une autre signification, structurelle dans la mesure où ils expriment la prise de conscience que l'avenir ne peut se jouer qu'ailleurs. D'où leur écoulement continu, qui contraste avec le freinage et même parfois le redressement que connaissent les cantons de plaine, où la mutation de l'agriculture s'accompagne de besoins humains nouveaux. Mais alors une question se pose : après les départs, se produit-il un phénomène de retour ? Ou bien au contraire, le coup d'arrêt au dépeuplement ne dissimule-t-il pas la poursuite de mouvements migratoires dans les deux sens, dans un contexte démographique lui-même en évolution ? C'est à ces problèmes qu'il faut maintenant essayer de répondre.

III – LA VIE ET LA MORT DANS LES CAMPAGNES VAUCLUSIENNES

  • 9 A.D.V. 6 M 9 à 12.
  • 10 Par exemple, Gordes était considéré comme population urbaine jusqu'au recensement de 1872, Mazan ju (...)
  • 11 Pour le calcul de ces taux – natalité, mortalité, nuptialité – j'ai évalué la population des années (...)

15Le mouvement de la population tel que nous l'avons analysé jusqu'à maintenant est la résultante de deux bilans, qui peuvent se contrarier aussi bien que cumuler leurs données : celui de la vie et de la mort, celui des départs et des arrivées ou des retours. La difficulté, c'est de saisir les éléments à partir desquels il serait possible de reconstituer ces bilans. L'accroissement naturel de la population peut être approché à partir des indications statistiques rassemblées par les services préfectoraux9 qui, jusqu'en 1906, comptent les naissances, les mariages et les décès et les répartissent entre population rurale et population urbaine. Mais une observation attentive, facilitée par l'heureuse conservation dans les dossiers de documents préparatoires à la statistique elle-même, permet de déceler une source d'erreur qu'il faut absolument éliminer. Les fonctionnaires préfectoraux se sont référés au critère administratif qui prend en compte la population rurale dans les communes groupant à leur chef-lieu moins de 2 000 habitants, et ils ont réparti les données démographiques entre la population rurale et la population urbaine en fonction de ce critère. La logique de cette méthode les a conduits à considérer que lorsqu'une commune passait sous la barre des 2 000 habitants, ses naissances, décès et mariages devraient apparaître dans la colonne population rurale10. Lorsqu'on veut calculer des taux démographiques, il est donc nécessaire de corriger le total de la population rurale et de la population urbaine chaque fois qu'on observe des passages d'une ou plusieurs communes de l'une à l'autre. J'ai pu le faire et j'ai ainsi établi une série continue – à l'exception de l'année 1870 – de taux démographiques pour la période 1861-190611. Mais il convient de souligner que la population rurale qui a servi de base de calcul de ces taux procède d'une définition administrative et qu'elle s'écarte quelque peu de celle que j'ai moi-même définie et exploitée : des gros bourgs comme Courthezon, Monteux, Pernes, que j'ai classés dans la population rurale en raison du caractère agricole de leur activité économique, ont été retenus dans la population urbaine par les services préfectoraux, parce qu'ils dépassent largement le seuil administratif des 2 000 habitants groupés au chef-lieu. Aussi bien, les taux démographiques calculés à partir de ces données ne peuvent prétendre qu'à une approximation des comportements spécifiques devant la vie et la mort des populations rurale et urbaine.

16Mais tout d'abord, ces comportements spécifiques existent-ils ? Pour en décider, il faut analyser les courbes de natalité et de mortalité pour les deux populations. Elles sont accidentées par de fortes variations annuelles, parfois de sens opposé, qu'il n'est pas possible d'expliquer. On repère cependant des analogies : l'orientation en baisse des deux taux et le passage indiscutable à partir des années 1870 à une balance négative, déficitaire, des naissances et des décès. Par conséquent, si les populations rurale et urbaine adoptent devant la vie et subissent face à la mort des attitudes spécifiques, celles-ci s'inscrivent dans un contexte malthusien mais aussi de chances de vie croissantes qui leur est commun.

  • 12 Annuaire statistique de la France – Rétropectif 1961.

17Vers la fin des années 1880 le taux de natalité, jusqu'alors à l'avantage des villes, s'y affaiblit plus nettement que dans les campagnes qui résistent mieux à la tentation générale de la restriction des naissances. Au début du xxème siècle, un mouvement inverse s'amorce mais la défaillance de notre documentation nous laisse sur notre faim... Il est très vraisemblable, cependant, que les villes retrouvent durablement leur avantage initial et le vieillissement de la population rurale – sur quoi nous reviendrons – propose de ce renversement de situation une explication à elle seule suffisante. Si l'on compare maintenant les courbes de mortalité, on note des différences plus sensibles, plus surprenantes aussi. Jusque dans les années 1880, la mort recule dans les campagnes alors que dans les villes elle reste terriblement présente. Elle régresse dès lors de façon régulière, alors que dans la population rurale elle réalise une forte avancée dans les années 1880, pour s'inscrire en baisse par la suite, avec un certain retard sur la population urbaine. Nous sommes bien en présence de comportements spécifiques, d'autant plus intéressants à observer qu'on ne les retrouve pas dans l'évolution des taux de natalité et de mortalité, calculés à l'échelle nationale12. Assurément, nous travaillons sur des échantillons de population peu importants, ce qui introduit dans les taux calculés un facteur incertain très visible dans les fluctuations des courbes annuelles mais cela ne saurait nous dispenser d'essayer de rendre compte, à partir des conditions locales, des particularités démographiques de la population rurale vauclusienne.

18Le mouvement de la natalité, dans les rythmes qui l'animent, est très voisin de celui de la population rurale dans son ensemble : une lente décroissance jusque dans les premières années de la décennie 1870, s'accélérant ensuite jusque vers 1885 pour s'apaiser jusqu'aux années 1900, où s'amorce une nouvelle chute de la natalité. Cette concordance ne doit pas nous faire oublier que le recul de la natalité n'est qu'un facteur parmi d'autres de la dépopulation des campagnes, mais il ne fait pas de doute que la crise de l'économie traditionnelle, par le désarroi qu'elle provoque et l'inquiétude qu'elle infiltre dans la paysannerie, a pour effet rapproché un comportement malthusien, dont les techniques étaient par ailleurs bien connues. L'analyse de la courbe de nuptialité confirme qu'on est bien en présence d'une attitude consciente, volontaire. On observe en effet qu'au plus fort de la baisse de la natalité – pendant les années 1870-1885 – le taux de nuptialité ne fléchit pas et pour la période suivante il a tendance à s'élever alors que le taux de natalité poursuit une lente décroissance. C'est donc bien une attitude nouvelle devant la vie qui s'impose progressivement.

  • 13 Voir infra. Quatrième partie, chapitre III.

19On est en droit d'interpréter la chute brutale de la natalité de la période 1870- 1885 comme une réaction immédiate – sa rapidité même donne la mesure de l'inquiétude paysanne – de défense contre la crise, complémentaire des départs : pour faire face à la baisse du revenu agricole, à la baisse de la demande d'emploi, dans l'agriculture mais aussi dans ses activités périphériques, la famille paysanne se limite, se replie sur des dimensions volontairement réduites. Par la suite, la sortie de la crise et la recherche de voies nouvelles pour l'agriculture conduisent à des calculs plus raisonnés, où sont prises en compte les exigences du présent et les perspectives d'avenir. En effet, la reconstruction d'une agriculture modernisée et spécialisée demande une forte quantité de travail et les structures agraires font que pour la satisfaire la cellule familiale reste déterminante. Mais dans le même temps, l'agriculteur prévoyant ou tout simplement soucieux du destin de sa propriété est conduit à ajuster le nombre de ses enfants – de préférence du sexe masculin – aux possibilités réalistes de transmission de son patrimoine car il sait bien que celui-ci ne saurait, sous peine d'inefficacité économique, descendre en deçà d'un seuil de rentabilité que définissent, bien sûr de façon variable et souple, les nouvelles exigences de l'agriculture. Par conséquent, la famille paysanne tend à se modeler en fonction des facteurs économiques. Il faut envisager aussi l'évolution des mentalités, leur affranchissement en particulier des enseignements de la religion catholique, et c'est un fait très important dans le Vaucluse13.

  • 14 A.D. Série M. Mouvement de la Population. J'ai effectué les calculs à partir des données rassemblée (...)
  • 15 De la mortalité des enfants du premier âge dans le département de Vaucluse. Thèse de doctorat en mé (...)

20Si l'on veut bien considérer que les faits économiques ont une incidence directe – mais aussi complexe – sur les attitudes devant la vie, il est intéressant de poursuivre cette analyse dans des cadres territoriaux plus étroits que le département, pour faire apparaître de façon plus précise les corrélations économie-démographie. Nous retrouvons naturellement le cadre cantonal, que les statistiques démographiques n'ignorent pas. Mais la documentation directement accessible est incomplète et hétérogène. Le recensement de 1886 nous livre des taux démographiques, les données du mouvement de la population permettent de calculer des taux pour les années 1901-190514 et nous disposons enfin de taux moyens pour la décennie 1891-190015. Des taux annuels pour 1886, des taux moyens calculés sur 10 ans puis sur 5 ans... Il est clair que l'évolution dans le temps ne peut être suivie que de façon incertaine. Du moins pouvons-nous nous y risquer, averti des risques d'erreur, et porter notre attention sur la distribution dans l'espace de la natalité. D'une manière générale, les naissances diminuent et l'évolution cantonale ne contredit pas la courbe départementale. On remarque bien le palier de la décennie 1891-1900 : il est, certes, plus ou moins accusé, mais le fait qu'il soit repérable presque partout montre bien que c'est dans la démographie de la paysannerie vauclusienne un événement important. Pour l'interpréter correctement, il convient précisément de l'analyser dans ses différentes intensités, en référence au taux moyen départemental. A ce propos, les écarts des taux cantonaux à la moyenne départementale, pour les années 1901-1905, ne sont pas considérables, ce qui renforce l'idée d'un comportement homogène.

21Mais les facteurs d'explication de ce comportement sont divers et complexes. On est tenté de souligner la corrélation dénatalité-dépopulation, très forte dans les cantons de Gordes, Pertuis, Mormoiron, Pernes, Malaucène, et on voit bien qu'à Gordes et Pertuis le taux de nuptialité est sensiblement inférieur à la natalité par le vieillissement de la population et le départ des filles, générateur du célibat masculin dans des pays peu attractifs. Mais comment ignorer qu'à Mormoiron, Malaucène et Pernes la nuptialité est largement supérieure à la moyenne départementale ? C'est aussi le cas à Bonnieux, et Sault où le taux de natalité est également supérieur à la moyenne départementale. Il est vrai qu'il a enregistré à Sault une baisse sensible, mais tous les cantons que j'ai jusqu'à présent cités sont caractérisés par l'hémorragie de leur population et, en fin de compte, il n'est pas facile de décider si la baisse de la natalité en est une cause ou un effet. La vérité me paraît être à mi-chemin, je veux dire par là que les difficultés de l'économie traditionnelle pèsent sur les couples mais aussi qu'elles créent les conditions de l'exode rural qui par un choc en retour réduit forcément les naissances. J'ajoute que dans ces pays de tradition, la réalité se laisse difficilement découper en tranches : la modernité pénètre lentement dans l'ordre économique mais c'est vrai aussi pour les mentalités et l'attitude devant la vie apparaît alors comme un fait de civilisation, combinant l'incidence des données économiques et un héritage mental que protègent un relatif isolement et un cadre de vie d'une grande stabilité.

22A l'opposé, les cantons de Cavaillon, Carpentras et, dans une moindre mesure, Cadenet enregistrent eux aussi une baisse sensible de la natalité, qui les place néanmoins dans une position favorable par rapport à la moyenne départementale. La dépopulation y a été modérée, elle est sinon stoppée du moins très ralentie au début du siècle et nous savons que c'est en ces lieux que la reconversion de l'agriculture peut être dès ce moment considérée comme une réussite. C'est là que la rapidité des mutations économiques, l'ouverture sur le monde extérieur et la traduction en termes monétaires du travail et de son produit interviennent comme facteurs d'explication de la limitation des naissances. C'est là qu'elle n'est plus manifestation d'inquiétude et de désarroi, mais calcul intégrant la réussite économique dans une vision d'avenir. La paysannerie qui a su résister à la crise de l'agriculture traditionnelle et promouvoir des productions nouvelles adopte un comportement malthusien – modérément malthusien – pour s'assurer durablement les fruits de son effort. Elle tient compte de la force de travail qui lui est nécessaire, mais aussi des investissements qu'il lui faut réaliser, des éléments de progrès et de confort que le revenu déjà acquis – qu'il convient non seulement de préserver mais encore d'accroître – lui permet d'introduire dans son genre de vie. Elle n'ignore pas, par ailleurs, que la terre revalorisée par les transformations de l'agriculture perdrait tout ce qu'elle a gagné si la division des patrimoines se poursuivait comme par le passé. Ce sont tous ces éléments qui se conjuguent pour aboutir au calcul malthusien précédemment évoqué. On peut alors parler d'un malthusianisme des pays riches, bien différent dans ses motivations et perspectives de celui des cantons attardés dans la tradition. Il est l'un des aspects de l'individualisme que justifie et renforce le succès de la reconversion de l'agriculture.

  • 16 P. George – Op. cit., p. 20.

23L'étude de la mortalité pose moins de problèmes d'interprétation. Le taux en est toujours supérieur à la moyenne nationale, les fluctuations annuelles, surtout pendant la première période – jusque vers 1885 – sont fortes, sans que nous puissions les éclairer avec certitude. Il est probable qu'elles sont en relation avec des épidémies, elles-mêmes favorisées par des conditions météorologiques particulières : hivers humides ou froids à l'excès, ouragans de mistral glacial...16. Elles témoignent surtout de la vulnérabilité de la vie, dans un contexte sanitaire et médical précaire. C'est ce qui expliquerait, le progrès pénétrant lentement dans les campagnes, que les fluctuations courtes de la courbe de la mortalité tardent à s'apaiser : dans le mouvement général de baisse du taux de mortalité, la mort se fait plus égale, moins capricieuse. Un double accident de la courbe – particulièrement visible sur les moyennes quinquennales – cependant fait problème : l'amorce d'une baisse sensible, dans les premières années de la décennie 1880, suivie d'une brusque remontée qui ne s'infléchit vraiment qu'à la fin des années 1890. Retenons-en, tout d'abord, que la crise de l'agriculture jusque dans ses années les plus rudes, n'a eu aucune incidence sur la mortalité ... On pourrait dire qu'elle eut à cet égard un heureux effet ! Mais ce ne peut être bien sûr qu'une coïncidence qui aurait d'ailleurs pour une part préparé l'anomalie suivante. En effet, la brutale offensive de la mortalité pour la période 1885-1895 ne peut être interprétée que comme une conséquence logiquement retardée des départs qui sanctionnent la crise dans sa phase aiguë : elle est un indice du vieillissement de la population, facteur durable qui explique que la mort frappe désormais plus lourdement les campagnes que les villes vauclusiennes.

  • 17 A.D.V. 6 M 9 à 12.

24La répartition de la mortalité aux différents âges de la vie peut être analysée aux deux extrémités de la période étudiée et donner lieu à une intéressante confrontation. Précisons tout de suite les limites et insuffisances de notre documentation17 qui distribue les décès, dans la population rurale et dans la population urbaine, par tranches d'âge : on peut ainsi calculer le pourcentage des décès de chacune des tranches d'âge déterminées par rapport au nombre total des décès, mais dans l'ignorance des effectifs de ces tranches d'âge, on ne peut calculer les taux de mortalité par âge ; les comparaisons qu'on peut faire sont donc prudentes, puisque les données sur lesquelles elles portent ne tiennent pas compte de l'évolution des effectifs des tranches d'âge dont on a simplement isolé les décès. Plusieurs faits apparaissent néanmoins avec netteté. Pour les années 1861-1865, on observe le poids écrasant de la mortalité dans les couches jeunes de la population : 50 % des décès se situent avant 20 ans, et plus de 25 % avant 1 ans. Les premières années de l'existence constituent un cap redoutable, et la mort qui frappe les jeunes vies est un fait d'expérience quotidienne, qui contribue sans doute à faire accepter les naissances encore nombreuses à cette époque. La fragilité de la vie à ses débuts est un fait général, mais les campagnes apparaissent à cet égard plus vulnérables que les villes. Si l'on observe ensuite la structure des décès pour les années 1901-1905, un changement important apparaît : les décès de la naissance à l'âge de 20 ans ne représentent plus que le quart de la totalité des décès, alors qu'au-dessus de 60 ans, ils entrent pour 56 % dans le total. Certes, les tranches d'âge ne sont plus entre elles dans les mêmes rapports où elles étaient quarante ans auparavant, mais il est clair que la protection de la vie dans les premières années est devenue bien plus efficace, que les chances de vie se sont sensiblement accrues. D'autre part, cette évolution positive se combine avec un vieillissement de la population qui explique en partie le grand nombre des morts qu'on peut qualifier de vieillesse. La preuve en est dans la divergence qu'on remarque avec la population urbaine : les décès au-dessus de 60 ans, en l'état de la médecine d'alors, les chances devant la maladie et la mort ne peuvent pas être différenciées en fonction de l'habitat et des professions exercées, pour un département comme le Vaucluse. Par conséquent, l'analyse de la répartition de la mortalité par âge nous incite à porter notre attention sur deux facteurs démographiques qui paraissent jouer un rôle particulièrement important dans la population rurale vauclusienne : la mortalité infantile et le vieillissemnt de la population.

  • 18 F. Bec op.cit.

25Il est possible, à partir des documents disponibles, de calculer le taux de mortalité infantile pour la période 1861-1906, en distinguant population rurale et population urbaine. Une première constatation : comparée à ce qu'elle est sur le plan national, la mortalité infantile est très forte en Vaucluse. Mais le graphique qui rend compte de son évolution révèle une marche assez comparable à ce qu'elle est sur le plan national : jusqu'en 1890 on est sur un palier accidenté par de fortes fluctuations annuelles – qui ne concordent d'ailleurs pas, le plus souvent, avec les fluctuations de la mortalité générale – et la dernière décennie du siècle est marquée par un décrochement de la courbe, au terme duquel le taux de mortalité infantile d'une part s'égalise entre population rurale et population urbaine, d'autre part rejoint le taux national. Ainsi la baisse de la natalité est-elle sensiblement corrigée par l'accroissement des chances de vie. Mais la mortalité infantile est un phénomène social qui intéresse l'historien, et il se trouve qu'une thèse de doctorat en médecine18 nous permet de l'aborder sous cet angle. L'auteur a fait porter ses observations sur la fin du siècle, et il a remarqué et cherché à expliquer le recul important de la mortalité infantile que nous avons précédemment indiqué. Ce sont les mois d'été qui sont les plus redoutables pour les enfants du premier âge, et la chaleur est dangereuse parce qu'elle pénalise les insuffisances graves de l'hygiène publique et privée. C'est parce que les logements sont plus salubres – et ce progrès est en relation avec la disparition progressive de la sériciculture pratiquée le plus souvent, comme on sait, dans les maisons d'habitation, – parce que les rues et places des villages sont mieux tenues, parce que l'usage de l'eau de source se répand, que les décès du premier âge reculent. Bien sûr, il faut aussi compter avec les progrès de l'alimentation des enfants et l'on apprécie par là, indirectement, l'importance des changements introduits dans les systèmes de cultures par les prairies naturelles et artificielles : la production laitière sauve bien des jeunes vies naguère encore condamnées, et elle aide à ce que s'impose, progressivement, une alimentation spécifique des enfants. Il est clair que le jeu positif de tous ces facteurs, s'effectue inégalement selon les pays et les milieux sociaux.

  • 19 F. Bec. Op. cit. Pour mieux apprécier l'importance de l'industrie nourricière, qui est pour l'essen (...)
  • 20 Archives communales de Saint-Saturnin-d'Apt.
  • 21 F. Bec – Op. cit.
  • 22 Cité par F. Bec – Op. cit.

26La dimension sociale de la mortalité infantile se découvre particulièrement à l'analyse de l'industrie nourricière, dénoncée par le corps médical comme une pourvoyeuse de la mortalité infantile. C'est une industrie importante, mais aussi en déclin puisque pour 1884 on dénombrait 2 125 enfants – de 1 jours à 2 ans placés en nourrice ou en garde hors du domicile de leurs parents et que pour 1900 on n'en compte plus que 94519. Le placement en nourrice n'est pas, le plus souvent, le fait de parents riches, mais plutôt une contrainte que subissent des familles de condition modeste : artisans, commerçants, quand ce n'est pas une douloureuse nécessité faisant suite à la mort en couches de la maman. J'ai pu appécier ces caractères de l'industrie nourricière à partir d'un registre du placement en nourrice conservé aux archives communales de Saint-Saturnin-d'Apt pour la période 1878-191420. Les observations qu'on y trouve montrent par ailleurs que les nourrices sont généralement de condition pauvre et qu'assez souvent le nourrisson qu'elles prennent remplace le bébé qu'elles ont perdu, ce qui souligne le caractère de ressource d'appoint que présente l'industrie nourricière en même temps que cela aide à comprendre la très forte mortalité des nourrissons. Celle-ci est difficile à apprécier exactement, et les chiffres calculés par le docteur Bec : 9,9 % du nombre total des nourrissons en 1884, 6,3 % en 190021 n'ont qu'une valeur indicative car il arrive qu'on retire les enfants de chez les nourrices avant leur mort, alors qu'ils sont déjà condamnés. Par ailleurs, la statistique des enfants placés incorpore des gardes d'enfants pour une brève période, dans des conditions où le risque de mortalité est très réduit. Quoi qu'il en soit de ces incertitudes, il ne fait aucun doute que la mortalité des enfants en nourrice est supérieure à la moyenne mais aussi qu'elle tend à baisser, conformément au mouvement général de la mortalité infantile. Il reste beaucoup à faire, dans la mesure où l'industrie nourricière tend de plus en plus à se localiser dans les cantons à faibles ressources agricoles et à se concentrer dans les milieux sociaux les plus modestes, ainsi que l'indique un rapport médical de 189622 qui constate "le placement de jour en jour plus fréquent de nourrissons dans les familles d'ouvriers vivant dans l'enceinte des bourgs et des villages et dans des habitations où fait défaut l'hygiène la plus élémentaire tandis que les nourrices à la campagne, en plein air et sous l'action bienveillante du soleil, deviennent de plus en plus rares".

27Ce texte souligne à juste titre l'opposition de deux habitats, qui est sensible encore de nos jours, et sa signification sociale. Il va de soi que les conséquences de l'insalubrité des maisons de village, avec leur entassement, leur exiguïté, leur aération et ensoleillement insuffisants et la promiscuité qu'elles entraînent, ne se limitent pas aux seuls enfants en nourrice mais sont valables aussi pour les enfants des ouvriers agricoles et petits paysans parcellaires qui habitent là. On retrouve ainsi, par le biais de l'industrie nourricière, le caractère socialement différentiel de la mortalité infantile. On comprend aussi que la mortalité infantile dans la population rurale soit, jusqu'au début de notre siècle, plus élevée que dans la population urbaine : l'industrie nourricière est un facteur de surmortalité dans la population rurale, et il faut en tenir compte dans l'analyse de la mortalité générale. Mais la confrontation des deux courbes, de la mortalité générale et de la mortalité infantile, montre clairement, par la lourdeur persistante de la première, que la population rurale vauclusienne est soumise à un processus de vieillissement.

IV – LES MOUVEMENTS MIGRATOIRES DANS LA POPULATION RURALE

  • 23 A.D.V. 6 M 29.
  • 24 P. Merlin : L'Exode rural. Cahier n° 59 de INED. Paris, 1971, p. 99. L'auteur s'appuie pour sa démo (...)

28Le vieillissement de la population rurale est une donnée bien connue, qui n'est pas particulière au Vaucluse. Décelable à l'analyse de la natalité et de la mortalité, il se précise par l'étude de la répartition par âge de la population. Nous n'en possédons les données pour la population rurale vauclusienne que pour le recensement de 188623, mais la construction de la pyramide des âges à cette date est tout à fait éclairante du processus de vieillissement que nous saisissons alors à son démarrage. La base se rétrécit et les naissances apparaissent insuffisantes à assurer le renouvellement de la population. On peut prévoir la poursuite et l'accentuation du phénomène, en raison des départs très visibles dans les tranches d'âge de 20 à 40 ans qui ne peuvent qu'aggraver la dénatalité en même temps qu'ils augmentent la proportion des vieillards et contribuent de ce fait à élever le taux de mortalité. Cette analyse souligne le rôle de tout premier plan de l'exode rural dans la structure de la population rurale et son évolution, dont la baisse de la natalité et l'accroissement de la longévité ne suffisent pas à rendre compte24. De la constatation du vieillissement à l'étude des facteurs d'évolution de la population rurale vauclusienne, telle est la démarche que je me propose de suivre maintenant.

29Deux facteurs concourent à faire évoluer une population : son mouvement naturel apparent et le solde de ses mouvements migratoires ; on peut les calculer et les isoler tous les deux à partir des dénombrements de population qui permettent de mesurer l'évolution quantitative de la population pour une période donnée, et de la confrontation des naissances et des décès sur la même période, qui dégage le mouvement naturel apparent. Le solde migratoire est la différence entre les deux nombres obtenus, mais il convient de souligner que cette donnée, pour importante qu'elle soit, présente une ambiguïté fondamentale : c'est un bilan, positif ou négatif, de deux mouvements opposés – départs et arrivées – que nous ne pouvons saisir chacun pour lui-même. Le solde migratoire peut donc, dans son apparente rigueur, masquer la réalité d'échanges de population complexes dans leurs mécanismes et contradictoires dans leurs motivations. Nous aurons à revenir concrètement sur cette difficulté, mais il est possible de suivre l'évolution de la population rurale vauclusienne telle qu'elle ressort de la confrontation de son mouvement naturel apparent et de son solde migratoire.

30Le déficit des naissances sur les décès s'impose à partir de 1876, mais il n'explique que pour une faible part la baisse de la population rurale. Cumulé sur l'ensemble de la période pour laquelle nous disposons de données statistiques – 1861 – 1906 – il représente moins du tiers du déficit du solde migratoire, et ce sont bien les départs, qui sont les grands responsables de la dépopulation des campagnes vauclusiennes. Leur flux naturellement n'est pas uniforme, il paraît être commandé pour l'essentiel par la crise de l'agriculture provençale, qui atteint son paroxysme dans les années 1875-1880. Il est à noter, et cela confirme des observations faites précédemment, que le solde migratoire et le mouvement naturel apparent se meuvent sur des rythmes décalés : les départs précèdent et préparent la dénatalité, laquelle s'amplifie alors que le solde migratoire se rapproche de l'équilibre. Il y a donc une relation dialectique entre l'exode rural et la dénatalité – celle-ci procédant aussi, nous l'avons montré, d'autres données – et de ce fait on comprend que, dans une économie qui a surmonté la crise et réussi son entrée dans la modernité, les départs conduisent logiquement à des arrivées – car ceux qui sont partis ne reviennent pas – qui sont dans les premières années de notre siècle le témoignage tout à la fois du vieillissement de la population autochtone et de la demande d'emploi que, dans un contexte économique nouveau, elle ne peut plus satisfaire. L'ampleur respective du mouvement naturel apparent et du solde migratoire apparaît clairement sur le graphique "Evolution de la population vauclusienne", et l'on comprend alors que les villes absorbent pour partie, impossible à préciser mais sans nul doute importante, le trop plein des campagnes.

  • 25 A.D.V. 6 M 12.

31Arrêtons-nous à la situation au début du siècle, telle qu'on peut la saisir dans l'intervalle des recensements de 1901 et 190625 : situation complexe, puisqu'elle combine un déficit persistant des naissances et un solde migratoire positif, pas assez cependant pour stopper la baisse de la population rurale. Mais nous pouvons affiner l'analyse et donner de l'évolution de la population une image cantonale. Le tableau révèle une grande diversité de situations que l'on peut, pour les commodités de l'étude, regrouper en deux types d'évolution. En premier lieu, il y a les cantons dont la population s'accroît et ils le doivent tous à un courant d'immigration. Il est, par ailleurs, remarquable que les cantons dont la population décroît dans les plus faibles proportions sont aussi ceux qui se rapprochent des précédents par un solde migratoire positif, alors que tous les autres juxtaposent un solde migratoire et un mouvement naturel apparent l'un et l'autre négatifs. Ce qui fait la différence des situations, ce sont donc les mouvements migratoires, puisque le déficit des naissances est une donnée générale, à l'exception du canton de Bédarrides – mais c'est un échantillon de population rurale bien réduit et de ce fait incertain – et du canton de Valréas, d'une remarquable stabilité. On observe une forte corrélation entre un mouvement naturel apparent fortement déficitaire et un taux de natalité faible : les cantons de Gordes, Pertuis, Mormoiron, Pernes, Bollène, Malaucène en témoignent. On ne saurait en être surpris, mais on doit ajouter que des taux de natalité supérieurs à la moyenne départementale conduisent parfois – c'est le cas à Apt, l'Isle, Beaumes – à un déficit des naissances sur les décès également important. Mais nous savons que ces cantons ont été très touchés par l'exode rural, et nous avons à travers eux la confirmation que le vieillissement de la population n'est qu'une étape vers la dépopulation.

32Faut-il en déduire que les cantons dont le solde migratoire est négatif sont engagés dans un processus de dépopulation qui ne pourra que s'amplifier par le jeu conjugué de la surmortalité et de la dénatalité ? Effectivement, l'inquiétude pour l'avenir provient du constat que la baisse de population est le produit tout à la fois d'un mouvement naturel apparent négatif, qui traduit un vieillissement acquis, et d'un solde migratoire négatif qui annonce une aggravation du vieillissement. Et le diagnostic est largement confirmé par la confrontation de la radiographie, pour ainsi dire, qu'on a pu réaliser, de l'évolution de la population rurale pour la période 1901-1906 et de la courbe d'évolution de cette population, dans ses cadres cantonaux, de 1861 à 1911. La baisse de population de 1901 à 1906 n'est pas conjoncturelle pour les cantons d'Apt, Bonnieux, Gordes, Pertuis, Mormoiron, Sault : ce sont des pays qui, pour des raisons économiques sur lesquelles je me suis déjà expliqué, se vident de leur substance. Il faut au contraire des circonstances exceptionnelles pour que ce processus inéluctable soit passagèrement interrompu, c'est le cas du canton de Malaucène, dont le solde migratoire largement positif – au point qu'il entraîne un accroissement de la population – ne doit pas faire illusion : l'entreprise de reboisement du Ventoux en rend compte, et elle explique également la bonne tenue démographique du canton de Mormoiron. Inversement, les cantons où l'immigration apporte un sang nouveau et annule le déficit des naissances sur les décès sont ceux où nous avions observé l'arrêt du processus de dépopulation : Bédarrides, Carpentras, Orange, Vaison et, dans une moindre mesure, l'Isle et Bollène.

33Un problème toutefois : celui que pose le canton de Cavaillon. Ce n'est pas le mouvement naturel apparent négatif qui surprend, encore qu'il convient d'apprécier ici l'attitude malthusienne devant la vie comme le prolongement logique de la haute rentabilité de l'agriculture cavaillonnaise. Mais le solde migratoire négatif est franchement inattendu, en raison justement du caractère intensif de l'économie cavaillonnaise et des exigences en main-d'œuvre qui en découlent. On doit, pour comprendre sinon résoudre le problème posé, tenir compte des inconvénients de notre méthode d'analyse, et cela à un double titre. Pour traiter comme un ensemble homogène la population rurale, nous sommes amenés à pratiquer une coupure à certains égards artificielle entre des communes où les différents secteurs économiques sont en fait intimement mêlés et solidaires. C'est particulièrement net pour Cavaillon, centre commercial mais aussi zone de production agricole : si on fait le calcul du solde migratoire pour la ville de Cavaillon, on s'aperçoit qu'il est positif et qu'il annule, et au-delà, le déficit constaté dans les villages du canton. Or, le journalier d'origine italienne qui se fixe à Cavaillon n'est pas distinct dans sa justification économique de ce qu'il aurait été si le hasard de la dispersion de l'habitat l'avait installé dans les limites d'une commune limitrophe... Mais cet inconvévient, par ailleurs inévitable, n'est pas le plus gênant. Il convient, en effet, de revenir sur l'ambiguïté du solde migratoire, instrument d'analyse fort utile mais aussi trompeur si l'on ignore que c'est un bilan, la résultante de deux mouvements contradictoires. Certes, il est des périodes et des lieux pour lesquels le risque de confusion est minime, et l'on voit bien par exemple que le solde migratoire négatif des années 1870-1890 s'identifie à peu de chose près avec l'écoulement d'un trop plein de population révélé par la crise agricole, ou encore qu'entre 1901 et 1906 le solde migratoire des cantons des plateaux – Sault, Gordes, Apt – correspond à une descente des hommes vers les plaines, sans contre-partie économiquement et socialement significative. Mais pour Cavaillon dans le même temps ? Et même pour des cantons où apparemment les choses sont claires, tant est net le solde positif, comme Carpentras, Orange... ? Il me paraît certain que sous le bilan que nous pouvons seul appréhender en termes mesurables se croisent des départs aussi bien que des arrivées.

  • 26 A ces composantes quantitativement décisives de l'exode rural, il convient d'ajouter ce que M. Agul (...)
  • 27 A.D.V. 6 M 114 (Châteauneuf-du-Pape) 6 M 97 (Camaret) et 6 M 147 (Lauris).

34J'écarte l'hypothèse de retours, en raison de la dimension sociale de l'exode rural qui donne aux départs un caractère irrévocable. Mais les départs des plus démunis se poursuivent une fois réalisée la mutation par laquelle l'agriculture sort à la fois de la crise et de la tradition, et il s'y ajoute, le progrès de la scolarisation aidant, une volonté de promotion sociale qui n'existait pas au même degré dans la période précédente26. La preuve en est dans le mouvement d'immigration, qui concerne essentiellement une population ouvrière, répondant à des besoins nouveaux mais aussi remplaçant des travailleurs villageois, partis vers les villes à la recherche d'emplois plus attirants, parce qu'ils sont mieux rémunérés et moins contraignants. Quant aux immigrants dans les villages, nous savons d'où ils viennent : de l'Ardèche et des départements alpins, et aussi des communes vauclusiennes des confins alpins, mais plus encore de l'étranger, Italie et déjà Espagne. Les immigrants de nationalité étrangère sont aisément repérables sur les listes nominatives des recensements de population et l'on peut avec eux vérifier le caractère économique de l'immigration, le remplacement qu'elle assure aux départs en même temps que la réponse qu'elle apporte à l'élargissement des tâches de production. Par exemple, considérons Châteauneuf-du-Pape, village de la vigne, Camaret qui se spécialise dans la culture des porte-greffes, et Lauris, déjà réputé pour ses asperges27. L'immigration italienne y est forte en 1911, et ses actifs apparaissent souvent sous la mention de "journalier", mais ils sont aussi associés à des activités traditionnelles désertées par les travailleurs français : les Italiens sont bûcherons à Lauris, où l'on exploite pour le charbon de bois les maigres forêts du Luberon, carriers à Châteauneuf-du-Pape où le calcaire propose une excellente pierre à bâtir, et ouvriers et ouvrières en soie à Camaret, où un important moulinage de soie s'est maintenu... Pourvoyeuse d'emplois du secteur agricole modernisé, mais aussi d'emplois d'un secteur traditionnel qui se survit grâce à elle, l'immigration n'est pas dépourvue d'ambiguïté.

V – VILLAGES ET BOURGS

35Ainsi, le bilan qu'on peut présenter de l'évolution de la population rurale vauclusienne au cours du demi-siècle où se réalise l'entrée difficile et laborieuse dans la modernité, est marqué tout à la fois par l'importance, mais aussi l'ambiguïté, l'inachèvement des changements observés. Tout d'abord, la population rurale et plus précisément la population paysanne, ont subi une baisse d'effectifs très importante. Mais celle-ci ne fut pas uniforme, nous l'avons montré. Revenons sur ce trait, en regroupant le faisceau des évolutions autour des trois grandes zones de relief qui se partagent le département. Les communes rurales de la "montagne" ont perdu 39 % de leur population, celles de la "zone intermédiaire" 34 %, celles de la "plaine" seulement 23 %. Alors qu'en 1861 les plaines de la Durance et du Rhône faisaient vivre à peine 50 % de la population rurale du département, la proportion atteint 55 % en 1911. Nous le savons, les zones de relief expriment des réalités économiques et les calculs effectués dans leurs cadres proposent une réflexion fondamentale : c'est un processus d'abandon qui est engagé sur les marges vauclusiennes, par où la Provence se rattache au domaine alpin. Le déséquilibre des hommes, mais aussi des ressources, s'aggrave entre deux mondes qui évoluent selon des rythmes et dans des perspectives contradictoires.

  • 28 Voir supra. Première partie, chapitre II.

36Mais la décroissance de la population rurale vauclusienne doit encore s'apprécier dans le cadre des communes, là où les hommes se groupent et où ils vivent, en tant que producteurs mais aussi comme citoyens, leur existence sociale. Il importe alors de savoir si la dépopulation des campagnes a modifié le caractère original du peuplement rural en Provence, c'est-à-dire son groupement en bourgs28. La dépopulation n'a épargné aucune des classes de communes définies par le nombre de leurs habitants. Sur les plateaux calcaires de la "montagne" cet appauvrissement du groupe humain rassemblé dans le cadre administratif de la commune est tel – et la dispersion de l'habitat l'aggrave encore – que la commune n'a plus d'autre justification qu'administrative, dans un grand nombre de cas. La zone intermédiaire présente des situations plus contrastées, que souligne l'affaiblissement numérique des villages de 600 à 1 000 habitants : une vie villageoise se maintient au-delà de ce seuil, alors que s'accroît le nombre des communes touchées par le processus d'abandon et c'est là incontestablement que la dispersion de l'habitat condamne au dépérissement les vieux villages : le cas d'Oppède est à cet égard très démonstratif, avec le mouvement de descente de sa population vers la vallée du Coulon et l'apparition d'un nouveau centre autour du hameau des Poulivets. Dans les plaines comtadines la dépopulation n'a apparemment pas gravement altéré la structure des bourgs, qui restent la forme de groupement spécifique.

  • 29 M. Agulhon. Op. cit.

37Justement, dans la mesure où les bourgs – gros villages ou fausses villes – sont la forme de groupement spécifique des campagnes vauclusiennes, il convient de s'attarder sur leur évolution29. Considérés dans leur ensemble, et pour chaque zone de relief, les bourgs sont affectés par la dépopulation dans les mêmes proportions que l'ensemble de la population rurale. A voir les choses de plus près, on s'aperçoit que cette évolution moyenne recouvre des cas particuliers extrêment diversifiés. La fonction administrative, qui compte pour les chefs-lieux de canton, ne protège nullement de la dépopulation ; elle n'a pu empêcher Gordes et Mormoiron de perdre plus de 50 % de leur population. Mais elle ne saurait davantage expliquer la remarquable stabilité de Cadenet, ni la décroissance modérée, dans son contexte, de Sault ou encore Pernes... C'est du côté des évolutions économiques qu'il faut chercher l'éclairage de toutes ces nuances. Sur les plateaux et dans les bassins de la "zone intermédiaire" les bourgs et leur concentration humaine résistent d'autant mieux qu'ils restent isoles – c'est le cas de Sault – ou bien qu'ils constituent des groupements proportionnés par leurs effectifs au milieu humain où ils s'insèrent – c'est le cas des villages de 1 500 à 2 000 habitants. Les très gros bourgs, comme Gordes et Mormoiron, que les progrès des voies de communication ont considérablement rapprochés des villes voisines, ont été ramenés à ce statut plus modeste. Dans les plaines, les bourgs dont la croissance antérieure était associée à l'une des grandes spéculations de l'agriculture traditionnelle – le Thor et Velleron avec la garance, Camaret avec la soie – ont fortement subi l'effet de sa disparition. La où les cultures légumières et maraîchères se sont imposées, la population a généralement résisté aux forces centrifuges – à moins que ce ne soit la fonction de marché qui l'ait retenue. C'est le cas de Cadenet, Lauris, Monteux, Robion, Cheval-Blanc, Jonquières, qui ont perdu moins de 10 % de leur population, et, dans une moindre mesure, de Caromb, Caderousse, Pernes, Sarrians. Et au-delà de la perte d'une partie de leur population, qu'il convient d'interpréter comme un ajustement aux nouvelles conditions économiques et non comme une perte de substance vive et dynamique, ces villages s'imposent par leur animation, sur leurs marchés, dans leurs gares, mais aussi dans leurs cafés.

  • 30 La population agricole a été calculée, comme je l'ai précédemment expliqué, à partir des ménages.

38La structure socio-professionnelle des bourgs vauclusiens a-t-elle changé ? Comme dans toutes les communes rurales, mais semble-t-il plus fortement, la proportion de la population agricole par rapport à la population totale a baissé30. Il est vrai que l'analyse socio-professionnelle est difficile en raison des ambiguïtés de la nomenclature utilisée sur les listes nominatives des recensements de population, qui sont notre grande source en la matière. Indiscutablement, l'affaissement du groupe paysan est à la fois l'effet de l'exode rural qui a fait partir une population de paysans mi-exploitants, mi-ouvriers, indifféremment désignés comme "journaliers" ou "cultivateurs" et du vieillissement de la population, qui accroît le nombre des ménages sans profession – sans compter ceux que l'on continue à qualifier de cultivateurs alors même que leur âge les écarte manifestement de toute activité économique importante. L'incertitude des spécifications s'aggrave par les variations de sens du terme de propriétaire : fréquemment employé dans les années 1860 et 1870 en association avec celui de rentier – et alors représentatif d'une bourgeoisie rurale – par la suite ou bien il disparaît purement et simplement du vocabulaire des listes nominatives – c'est le cas à Lauris après 1896 – ou bien il s'associe au terme de cultivateur et précise utilement les rapports de production, ou encore on le réserve de préférence à des personnes âgées et il désigne alors un retraité de la paysannerie.

39Peut-on conclure dans ces conditions à un processus de "ruralisation" dans les bourgs vauclusiens ? Sans doute si l'on pense à la disparition progressive des bourgeoisies rurales traditionnelles et au poids qui s'alourdit des personnes âgées, paysannes dans leur immense majorité, de formation et plus encore de tradition. Mais on ne saurait négliger un autre processus de diversification sociale, auquel participent tous les bourgs, quel que soit leur contexte économique : employés des Postes, des Finances, des Ponts-et-Chaussées et des Chemins de Fer, gendarmes et employés municipaux, instituteurs voient leur nombre s'accroître et ils apportent une dimension nouvelle dans l'échelle des hiérarchies sociales. Par ailleurs, tout particulièrement dans les bourgs des plaines, le secteur commercial évolue : marchands d'engrais, courtiers, négociants et entrepreneurs de transport s'imposent comme des fonctions essentielles – d'où l'autorité qu'on reconnait volontiers à leurs détenteurs – mais aussi comme des perspectives de reconversion sur place offertes aux paysans. Et on ne saurait oublier que l'évolution économique dégage enfin, dans les plus gros bourgs tout au moins, un secteur ouvrier qui prend son autonomie et ne s'identifie plus tout à fait avec le milieu rural. Il en est ainsi des ouvriers des fabriques d'engrais de Bédarrides, des ouvriers baletiers de Lapalud, des ouvriers papetiers de Malaucène et Entrechaux, des ouvriers en chaussures de Visan... C'est vrai aussi des ouvriers et employés du secteur commercial, manutention et transports dont le nombre grandit dans les villages maraîchers. On le voit, c'est une évolution complexe que celle des bourgs vauclusiens, ces "gros villages urbanisés", et on doit s'attendre qu'il s'en dégage des tensions nouvelles, dans la vie sociale et politique.

40L'étude de la population rurale des années 1860 au début du xxème siècle pose ainsi bien des interrogations, en même temps qu'elle apporte une utile confirmation aux rythmes et à la diversité des mutations économiques des campagnes vauclusiennes. Profondément marquée par des départs nombreux et un déficit persistant des naissances sur les décès, facteurs l'un et l'autre de vieillissement, la population paysanne doit être maintenant analysée dans ses rapports à la terre : comment les structures agraires enregistrent-elles les changements que nous avons observés dans la population paysanne ? C'est par cette démarche qu'apparaîtra la société paysanne, dans l'évolution où l'entraînent tout à la fois les mutations économiques et les faits démographiques.

Notes

1 Voir supra. Première partie, chap. II.

2 La population qui vit de l'agriculture comprend les actifs agricoles et leurs familles, à l'exception des éléments qui exercent une profession non agricole tout en vivant dans le ménage dont le chef exerce une profession agricole. II est évident qu'il y a là une source d'erreurs fréquentes.

3 Voir supra. Première partie, chap. II.

4 Les vingt-deux communes retenues sont : Althen-les-Paluds, La Bastide des Jourdans, Bédarrides, Bonnieux, Camaret, Caromb, Caumont, Châteauneuf-du-Pape, Cheval-Blanc, Entrechaux, Gargas, Gigondas, Goult, Lagnes, Lapalud, Lauris, Loriol, Mormoiron, Rasteau, Le Thor, Velleron et Visan. Elles rassemblent en 1861 39911 habitants, soit 24% de la population rurale du département.

5 La population rurale de la France passe de l'indice 100 en 1861 à l'indice 94 en 1874 (Annuaire statistique de la France -Rétrospectif Edition 1961).

6 Une enquête conduite par questionnaire auprès des vignerons de Châteuneuf-du-Pape m'a valu à cet égard des réponses convaincantes. En voici une, relative à une question posée sur la crise phylloxérique :
Une enquête conduite par questionnaire auprès des vignerons de Châteuneuf-du-Pape m'a valu à cet égard des réponses convaincantes. En voici une, relative à une question posée sur la crise phylloxérique :
Voir mon étude : "Un village sous la Troisième République : Châteauneuf-du-Pape", op. cit. p. 382.

7 Je reviendrai, pour la détermination du revenu agricole, sur l'évolution concordante de la population rurale et du nombre des ménages paysans.

8 Voir Ph. Ariès : Histoire des populations françaises – Ed. 1971, p. 291 et 299.

9 A.D.V. 6 M 9 à 12.

10 Par exemple, Gordes était considéré comme population urbaine jusqu'au recensement de 1872, Mazan jusqu'à celui de 1886, Mondragon, Malaucène, Vaison jusqu'à celui de 1896.

11 Pour le calcul de ces taux – natalité, mortalité, nuptialité – j'ai évalué la population des années comprises entre deux recensements en tenant compte d'une part du bilan annuel des naissances et des décès et d'autre part des mouvements migratoires, dont le bilan peut être établi entre deux recensements, et que j'ai supposé également réparti sur les années comprises entre deux recensements.

12 Annuaire statistique de la France – Rétropectif 1961.

13 Voir infra. Quatrième partie, chapitre III.

14 A.D. Série M. Mouvement de la Population. J'ai effectué les calculs à partir des données rassemblées par les services préfectoraux.

15 De la mortalité des enfants du premier âge dans le département de Vaucluse. Thèse de doctorat en médecine par F. Bec -Montpellier, 1901.

16 P. George – Op. cit., p. 20.

17 A.D.V. 6 M 9 à 12.

18 F. Bec op.cit.

19 F. Bec. Op. cit. Pour mieux apprécier l'importance de l'industrie nourricière, qui est pour l'essentiel une industrie rurale, rappelons que pour 1884 il y avait 2186 naissances dans la population rurale.

20 Archives communales de Saint-Saturnin-d'Apt.

21 F. Bec – Op. cit.

22 Cité par F. Bec – Op. cit.

23 A.D.V. 6 M 29.

24 P. Merlin : L'Exode rural. Cahier n° 59 de INED. Paris, 1971, p. 99. L'auteur s'appuie pour sa démonstration sur l'analyse de plusieurs communes des plateaux de Haute-Provence, dont trois sont vauclusiennes : Monieux, Lagarde-d'Apt et Saint-Christol.

25 A.D.V. 6 M 12.

26 A ces composantes quantitativement décisives de l'exode rural, il convient d'ajouter ce que M. Agulhon (la fin des petites villes dans le Var intérieur au xixème siècle, in Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Nice. N° 9-10-1969) appelle "l'exode rural par la haut" qui reconvertit vers les professions libérales, les affaires ou la fonction publique les anciennes "bourgeoisies de village".

27 A.D.V. 6 M 114 (Châteauneuf-du-Pape) 6 M 97 (Camaret) et 6 M 147 (Lauris).

28 Voir supra. Première partie, chapitre II.

29 M. Agulhon. Op. cit.

30 La population agricole a été calculée, comme je l'ai précédemment expliqué, à partir des ménages.

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540