Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Deuxième partie. Crise et reconstruction vers l'économie contemporaine (1860-1914)

Chapitre III. Les organisations professionnelles face aux problèmes agricoles

Texte intégral

1L'effort de progrès et de renouvellement imposé par la crise des productions traditionnelles de l'agriculture vauclusienne s'est heurté, naturellement, à bien des difficultés, et de toutes sortes. Difficultés financières, force d'inertie de structures agraires et mentales enracinées dans le passé, incertitudes techniques... toutes ces traverses, tous ces freinages doivent être considérés dans un contexte économique général qui les éclaire : nous sommes au cœur des problèmes d'adaptation d'une agriculture aux structures résistantes, à l'évolution lente, dans une économie que l'industrialisation entraîne sur d'autres rythmes, vers des directions et des priorités nouvelles. C'est ainsi que l'agriculture vauclusienne, sans rien perdre de son originalité, s'inscrit dans le malaise agricole de la fin du xixème siècle. Nous sommes ici dans une histoire nationale et, même s'ils présentent une tonalité particulière, les problèmes économiques de l'agriculture vauclusienne sont de même nature que ceux qu'on peut observer ailleurs. On ne sera donc pas surpris de rencontrer les mêmes analyses, les mêmes réponses que celles présentées par le monde agricole français, dans son ensemble. Mais qu'est-ce que le monde agricole ? En vérité, si elle est un monde par sa masse et par l'unité que lui confèrent ses activités professionnelles, la paysannerie est aussi une immense collection d'individus, à l'image de la parcellisation de la propriété et de l'exploitation du sol. Les problèmes qu'elle affronte et les solutions à leur apporter, la paysannerie ne peut les formuler et les prendre en compte que par l'intermédiaire de groupements où son être collectif se réalise et s'exprime, non sans ambiguïté d'ailleurs. C'est pourquoi il me paraît nécessaire d'associer dans une même étude problèmes économiques, qui sont ceux de la mutation en cours, et structures professionnelles, qui donnent vie à ces problèmes parce qu'elles les assument.

I – LA SOCIETE D'AGRICULTURE ET D'HORTICULTURE DE VAUCLUSE

2Dans le désarroi des années 1870, les crises qui s'accumulent sont perçues comme des catastrophes naturelles, ne relevant pas d'une action consciente et concertée des hommes, même dans le cas de la concurrence de l'alizarine artificielle à la garance. La lutte, empirique et incertaine, contre ces calamités se situe d'emblée sur un plan technique et il est significatif qu'on cherche à sauver la garance non pas par une protection, mais par une amélioration de sa culture qui la rendrait compétitive. La Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse, qui anime et coordonne ces premières réactions à la crise, ne leur donne absolument pas un caractère revendicatif pas plus qu'elle ne se tourne vers les pouvoirs publics, sinon pour rechercher leur patronage et, à l'occasion, leur soutien financier. C'est au niveau des communautés villageoises, là où justement se réalise concrètement la prise de conscience d'un être collectif, que s'élaborent et sont formulés des voeux qui ouvrent la perspective de revendications paysannes, et ces vœux s'expriment logiquement par la voix des conseils municipaux. Ils concernent la création des marchés locaux, que justifient les premières tentatives d'élargissement et de renouvellement du système agricole, comme l'indique en 1876 le conseil municipal de Monteux :

"Considérant que par suite de la mévente de la garance, la population agricole de cette commune se trouve forcée d'avoir recours à certaines autres cultures, afin d'apporter un remède à cette situation infiniment désastreuse.

  • 1 Archives Communales de Monteux – Reg. Délib. du Conseil Municipal.

Considérant que la création d'un marché, reconnue aujourd'hui d'une nécessité absolue, faciliterait inévitablement l'écoulement de divers genres de cultures, tels que fourrages, pommes de terre, légumes..."1.

  • 2 En 1877, le conseil municipal de Caderousse demande la création d'une foire le jour de la Saint-Mic (...)
  • 3 Archives Communales de Robion – Reg. Délib. du Conseil Municipal.

3Ces voeux ne sont absolument pas coordonnées, ils sont même parfois contradictoires, tout au moins ils expriment des rivalités, le désir d'un village de prendre de vitesse un village voisin2. Il y a de la naïveté, à coup sûr, à attendre de la création d'un marché la solution du problème de la commercialisation des nouveaux produits de l'agriculture, mais c'est à ce niveau, très concret, proche de l'expérience traditionnelle, que peut se réaliser la prise de conscience du problème lui-même. Et l'on voit bien par quel cheminement elle s'élargit : en 1878, le conseil municipal de Robion3, village du canton de Cavaillon, émet un voeu en faveur de la création d'un bureau télégraphique et pour que la compagnie ferroviaire P.L.M. accorde des tarifs spéciaux aux produits agricoles. De la revendication primaire et superficielle du marché local on est passé à celle, bien mieux argumentée, de la mise en place des structures et conditions de commercialisation de produits qui exigent un écoulement rapide vers des marchés éloignés.

4Il faut attendre les années 1880, et ce n'est pas par hasard, pour que la lutte contre la crise se colore de remarques relatives aux conditions économiques générales et qu'apparaissent les éléments, qui vont se préciser peu à peu, d'un programme de revendications agricoles. Deux facteurs rendent compte de ce glissement : en premier lieu, la crise régionale de l'agriculture est rattrapée par la crise nationale qui propose des thémes de réflexion auxquels ne sont naturellement pas insensibles les agrariens vauclusiens. D'autre part, le succès et la consolidation du régime républicain déplacent, pour ses opposants qui sont nombreux dans les organisations agricoles, le terrain de lutte du politique à l'économique. Les deux facteurs se conjuguent pour privilégier dans l'analyse de la situation agricole, de ses difficultés et des solutions a proposer, les faits économiques et la responsabilité des pouvoirs publics. On suit aisément cette évolution dans les activités de la Société d'Agriculture et d'Horticulture.

  • 4 A.D.V. 7 M 20.

5Cette société, fondée en 1847, est présidée par le marquis de l'Espine. Forte de 174 membres en 18764, elle a accordé la présidence honoraire à l'archevêque d'Avignon et au préfet de Vaucluse et elle recrute ses membres parmi les "propriétaires" bien plus que parmi les agriculteurs. Certes, elle compte d'authentiques praticiens de l'agriculture et parmi eux des représentants de la noblesse légitimiste, mais aussi des industriels, des avocats pour qui l'agriculture est surtout l'expression d'un état social. Ses réunions mensuelles sont assez suivies, son activité est sérieuse, qu'il s'agisse d'étudier les moyens de lutte contre le phylloxéra ou de perfectionner la culture de la garance, qu'il s'agisse aussi d'organiser des concours agricoles et, dans ce domaine, son action est prolongée par les comices agricoles d'Apt et de Carpentras, organismes dont les dirigeants sont membres de la Société Départementale d'Agriculture. Les sous-préfets sont attentifs à leur orientation et, en 1878, celui de Carpentras indique que le comice de son arrondissement se recrute largement dans "le parti libéral" alors qu'en 1880 celui d'Apt dénonce "le caractère réactionnaire" qu'a eu jusqu'alors son comice. Aucun doute à avoir sur le caractère conservateur et les sympathies monarchiques des cadres de la Société d'Agriculture et d'Horticulture...

  • 5 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Année 1880.

6En 1880, sans abandonner le terrain à la fois technique et social de son activité, elle y ajoute une réflexion où les préoccupations économiques et les arrière-pensées politiques se repèrent aisément. Elle étudie la question des tarifs de transport par chemin de fer des produits agricoles5 : l'initiative timide des conseillers municipaux de Robion, deux ans auparavant, reçoit une consécration qui la place désormais – et l'on voit que les choses vont vite – au premier plan des problèmes spécifiques de l'agriculture vauclusienne. La question, complexe dès qu'on entre dans le détail des tarifs, est simple dans sa formulation générale : le prix du transport est un élément important du prix de revient des produits agricoles à leur arrivée sur les marchés de consommation, tout particulièrement pour les fruits et légumes, denrées périssables qui doivent voyager à grande vitesse. Pour conquérir de nouveaux marchés, pour lutter contre la concurrence des produits espagnols et italiens qui bénéficient d'un tarif international apparemment plus favorable que ceux appliqués aux marchandises nationales, l'agriculture vauclusienne demande pour ses fruits et légumes des tarifs spéciaux, préférentiels. Le jeu de la Société d'Agriculture consiste à demander l'appui de l'Etat dans ses interventions près de la compagnie P.L.M., mais, parallèlement, elle réclame la suppression de la taxe que l'Etat perçoit sur les transports ferroviaires à grande vitesse... En fin de compte, ce n'est pas le profit de la compagnie ferroviaire qui est visé, mais la charge excessive de la fiscalité et, par là, s'amorce un thème promis à d'abondants développements...

  • 6 Ibid. – Année 1881.

7On le voit dès l'année suivante6 : dans la liste des voeux adoptés par la Société figurent un voeu pour le dégrèvement de l'impôt foncier, un autre pour l'exonération des propriétés rurales des centimes communaux, sans compter celui pour la suppression des droits d'octroi, ou tout au moins "l'abaissement des droits presque prohibitifs qui ont été établis sur les produits du Midi (vin et huile) à Paris et autres grandes villes", voeu par lequel la revendication se régionalise, autre attitude caractéristique des agrariens provençaux conservateurs. L'aggravation de la crise, avec la baisse des prix du blé, inspire de nouveaux développements à la campagne revendicative. Rendant compte au préfet de la très faible récolte de blé en 1884, le président de la Société d'Agriculture demande :

  • 7 A.D.V. 6 M 381.

"l'établissement de droits compensateurs sur tous les produits étrangers, principalement sur le blé, ... de réviser les tarifs de chemin de fer qui protègent les produits étrangers au grand préjudice des produits nationaux ; de réviser les droits d'octroi iniques établis à Paris et dans les principales villes du Nord, au détriment des produits du Midi qui sont repoussés des marchés où ils devraient trouver leurs premiers débouchés"7.

  • 8 Voir mon étude : le Félibrige, la République et l'idée de décentralisation (1870-1892) in la Décent (...)
  • 9 P. Barral : Les Agrariens Français, op. cit. p. 85.

8C'est sous le signe de la protection que se placent les grandes revendications agricoles, adaptées à la situation particulière du Midi où Mistral et ses amis du Félibrige mènent une campagne ardente, mais aussi approximative dans ses justifications, pour la défense des droits du Midi8. L'élément nouveau, et qui va devenir le pivot de toutes les revendications agricoles, c'est la référence au protectionnisme douanier. A la suite de Lecouteux et de ses articles dans le journal d'Agriculture pratique9, le marquis de l'Espine qui préside toujours aux destinées de la Société dénonce "le faux libre-échange", félicite Méline pour les premières mesures protectionnistes qu'il a prises et en appelle à l'action des agriculteurs :

  • 10 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Année 1884.

"... l'action des sociétés d'agriculture commence à se faire sentir, à éclairer l'opinion. Mais il ne faut pas se dissimuler que cette action a besoin de se généraliser, de se manifester sans cesse avec énergie et persévérance, pour empêcher les retours hostiles contre les intérêts agricoles, pour combattre avec succès les intrigues, le mauvais vouloir des uns, l'ignorance et les préventions des autres..."10.

  • 11 Ibid.

9Quelques années ont suffi pour que la Société d'Agriculture opère, dans son style comme dans l'orientation de ses travaux, une conversion d'importance. Mais quelle audience, quelle résonance peuvent rencontrer ces prises de position ? La Société d'Agriculture reste une association fermée, par son recrutement comme par ses références historiques, et il est significatif que dans le discours où il ouvre ses travaux pour 1884 le marquis de l'Espine dise pour la désigner "notre compagnie"11... Non moins significative est la conclusion du compte-rendu d'une délégation qui était allée présenter, cette même année 1884, les revendications de l'agriculture vauclusienne à la Société des Agriculteurs de France. Le rapporteur émet le souhait :

  • 12 Ibid.

"... que notre recrutement s'élargisse ; que nous devenions plus puissants, devenant plus nombreux. Chacune de nos réclamations ne vaudra que par le nombre d'adhérents groupés derrière elle ; – et pour tout dire enfin – il faudrait que de trois cents et quelques que nous sommes aujourd'hui dans la Société d'Agriculture de Vaucluse, nous passions demain cinq cents, et mille après-demain"12.

10Sans se l'avouer, la Société d'Agriculture découvre ses limites, et ce n'est évidemment pas un hasard si cela se produit en 1884 : la loi du 21 mars 1884 sur l'organisation des syndicats professionnels, pour fortuite qu'ait été son extension aux intérêts agricoles, vient à point, particulièrement pour le Vaucluse où la crise agricole, déjà ancienne, a fait mûrir la conscience paysanne. D'autres structures s'imposent que celles, inadéquates à une action de masse, des vieilles Sociétés d'Agriculture. Ce qui méritait d'être souligné, c'est le fait que la prise de conscience de cette nécessité ait eu lieu au sein de la Société d'Agriculture elle-même : dans une réunion du 3 juin 1884, un débat s'instaure sur l'utilité et l'opportunité des syndicats agricoles, au termes duquel on décide de tenter sans attendre l'organisation de deux syndicats :

"Un premier syndicat pour l'achat des engrais ; il est le plus facile à organiser. Il permettra au propriétaire d'avoir de l'engrais à bon compte, et de se renseigner exactement sur la quantité et la nature de la matière qu'il doit employer. Un second syndicat pour les vins ; il aura pour résultat immédiat de remettre en lumière les vins de Vaucluse, qui sont actuellement oubliés un peu partout.
... l'Assemblée donne son approbation aux idées qui viennent d'être émises. Notre Société ne saurait évidemment intervenir dans la formation et la gestion de pareils syndicats, mais elle considère de son devoir de les patronner, de les aider dans leurs débuts et à cet effet elle décide de mettre à leur disposition son local et ses moyens de correspondance".

11C'est donc la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse qui a tenu sur les fonts baptismaux le syndicalisme agricole en Vaucluse, et on ne saurait oublier que les pionniers du syndicalisme ont été formés par elle, qu'ils n'ont d'ailleurs pas cessé de la fréquenter. C'est le bulletin de la Société d'Agriculture qui publie les statuts des deux syndicats, qui lance l'appel à y adhérer, et ce sont deux de ses membres les plus écoutés qui en prennent la direction. Eugène Fortunet préside le Syndicat des Engrais ; c'est un avocat qui a renoncé au barreau pour se consacrer à ses propriétés, au Thor. Il est un des pionniers de la submersion et de la reconstitution du vignoble. D'une famille orléaniste, il fut le candidat des conservateurs aux élections législatives de 1885, 1889 et 1893 dans l'arrondissement de Carpentras, chaque fois sans succès. Le président du Syndicat pour la défense des produits en vins et huiles du département de Vaucluse et de la région attenante est le commandant Ducos, démissionnaire de l'armée. Propriétaire du domaine de la Nerthe à Châteauneuf-du-Pape, il est, lui aussi, un pionnier de la lutte antiphylloxérique. Maire de sa commune, il se présenta aux élections législatives de 1893 dans l'arrondissement d'Orange et fut élu. A la chambre, il se rangea parmi les "ralliés".

12Désormais, la Société d'Agriculture retrouve le caractère technique, agronomique qui correspond à sa vocation première. Ses débats ne font pas de bruit, son action n'est cependant pas sans efficacité, dans la mesure où ses membres siègent aussi dans les syndicats agricoles. Bien souvent, les thèmes développés dans les tribunes syndicales ont été d'abord discutés à la Société d'Agriculture : le syndicat est un amplificateur, mais l'équipe qui l'anime a reçu une formation et une orientation qui marquent durablement son action.

II – LE SYNDICAT AGRICOLE VAUCLUSIEN

  • 13 Pour toute cette étude, voir mon article : le Syndicat Agricole Vauclusien (1887-1939) in le Mouvem (...)
  • 14 Monographie du Syndicat Agricole Vauclusien présentée en 1909 à l'occasion de son vingt-cinquième a (...)

13Les deux syndicats fondés en 1884 étaient en fait complémentaires et, par leur origine, ils s'adressaient à un même public, constitué pour l'essentiel par la clientèle de la Société d'Agriculture. Il n'est donc pas surprenant que, très vite, ils se soient réunis pour n'en former qu'un seul13, qui était loin d'être un syndicat "de masse" puisque quand la fusion intervient, en 1887, il ne comptait que 650 adhérents14. C'est ainsi que naît le Syndicat Agricole Vauclusien, et il formule en ces termes ses "programmes et buts" :

"1° – Etudier et défendre les intérêts agricoles et économiques de ses membres.
2° – Procurer aux sociétaires, aux meilleures conditions de prix et de garantie, toutes les matières, machines, produits et objets utiles à l'agriculture ; acheter en commun les engrais, les semences, les insecticides et prévenir par son contrôle les fraudes dont ils sont susceptibles.
3° – Employer tous les moyens en son pouvoir pour déterminer un courant normal de vente des produits agricoles de la région, tels que vins, huiles, raisins, fruits, légumes, céréales etc, etc, et de rapprocher, autant que possible, le producteur du consommateur.
4° – Organiser une Union des syndicats agricoles de la région".

14Il présente donc une conception large et ambitieuse du syndicalisme agricole, précis dans la définition de ses objectifs professionnels, mais aussi ouvert aux questions économiques par lesquelles le syndicat peut devenir un guide et un conseiller du monde agricole, mais encore soucieux de l'efficacité de son action par la conjonction des efforts sur un plan régional.

15D'autre part, s'il se présentait à la fois comme agricole et vauclusien, le nouveau syndicat n'entendait pas s'enfermer dans des conditions d'adhésion intransigeantes, puisqu'il indiquait dans ses statuts que, pour en devenir membre, il fallait :

"être propriétaire, cultivateur ou exercer une profession connexe dans le département de Vaucluse ou dans un des départements limitrophes".

16L'influence de la Société d'Agriculture est ici évidente. Les conditions sociales d'adhésion très élastiques n'ont d'autre raison d'être que permettre et justifier la présence dans le syndicat de notables n'ayant avec l'agriculture que les rapports parfois lointains que crée la qualité de propriétaire foncier. Ces notables sont à la fois les chantres et les bénéficiaires d'un paternalisme qu'ils présentent comme un instrument de paix sociale à la campagne, et la logique de leur présence, c'est l'action très explicite du syndicat dans ce sens, comme il ressort de maintes déclarations, à l'image de celle-ci faite par le président du syndicat lors de l'assemblée générale du 30 novembre 1904 :

  • 15 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien. A noter encore cette définition du paternalisme, donnée p (...)

"... à côté des services matériels que rend notre association... il y a lieu de vous faire ressortir son rôle actif pour amener la fusion des classes, l'union entre les propriétaires et les ouvriers des champs, qui profitera à tout le monde en garantissant la paix sociale si menacée"15.

  • 16 Le Félibrige, la République et l'idée de décentralisation op. cit. Il est significatif que le bulle (...)

17Quant à l'ouverture du champ d'action du syndicat aux départements limitrophes, elle est significative de la volonté de retrouver, au-delà des frontières administratives de la France moderne, la réalité provinciale inséparable d'une longue histoire. Opposition d'un symbolisme à un autre, nostalgie du passé et tentative de faire revivre sur le plan économique des structures régionales que l'évolution politique a condamnées, il y a là des arrière-pensées qui prennent tout leur sens dans le contexte mistralien, et les conservateurs provençaux sont très sensibles à l'effort de Mistral pour réveiller le Midi, au nom de son passé et de sa langue16.

A – POSITION IDEOLOGIQUE DU SYNDICAT

  • 17 L. Prugnaud : Les étapes du syndicalisme agricole en France -Paris, 1963.

18Le Syndicat Agricole Vauclusien se défend énergiquement de faire de la politique, mais nous ne pouvons nous y tromper, l'analyse de ses statuts comme son acte de naissance permettent de le situer dans une référence conservatrice, que confirmeraient, si besoin en était, ses liens avec l'Union Centrale des Syndicats Agricoles de France. Ils ne sont jamais indiqués explicitement dans les assemblées générales, mais ils se devinent aisément à la lecture du bulletin syndical, où l'on trouve des articles repris de la correspondance mensuelle de l'Union Centrale des Agriculteurs de France, ou bien d'autres revues agrariennes non moins conservatrices, tel le Journal d'Agriculture pratique, la Démocratie rurale... Par ailleurs, dans les grandes consultations électorales, le Syndicat, en son nom propre ou bien en relation avec les autres associations agricoles du département, élabore un programme agricole, qui n'est qu'une adaptation régionale de celui proposé au plan national par l'Union Centrale17, et il le présente à tous les candidats ; en 1898, le programme est précédé d'un préambule impératif, où le refus de la politique dissimule mal une attitude très précisément de droite :

  • 18 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien – Année 1898.

"Il ne s'agit... que de voter pour ceux qui prendront l'engagement ferme de subordonner leur conduite à celle des agriculteurs, de soutenir exclusivement les lois indispensables au relèvement de l'agriculture ; qui renonceront à faire de la politique tant qu'ils n'auront pas obtenu le vote de ces justes lois et renvoyer chez eux tous les candidats qui, au lieu de vous parler de vos affaires, chercheront à vous mettre dedans en se plaçant sur le terrain politique, car ce seront des farceurs dont la devise est "diviser pour régner" et pendant ce temps se remplir leurs poches"18.

19D'une élection à l'autre, les programmes agricoles varient peu. C'est qu'ils s'organisent autour de thèmes majeurs, qui contituent une permanence dans la doctrine syndicale du bulletin. Ces thèmes constituent ainsi un corps de doctrine parfaitement cohérent, où l'on peut aisément analyser l'attitude du syndicat face aux grandes questions économiques qu'affronte l'agriculture.

  • 19 A.D.V. 7 M 10.
  • 20 M. Augé-Laribé : La politique agricole de la France de 1880 à 1940 – Paris, 1950, p. 141.
  • 21 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – 1897.

20Un débat est ouvert depuis la création en 1851 de Chambres consultatives d'Agriculture : c'est celui de la représentation de l'agriculture. Les Chambres de 1851 sont rapidement tombées en désuétude, du fait même de leurs attributions sans portée réelle. Leurs membres, nommés par le préfet, ont été renouvelés en 1878 pour les quatre arrondissements vauclusiens, puis en 1893 pour celui d'Apt – sans que l'on sache pourquoi. Elles étaient fort incomplètes, par suite de décès, quand une circulaire du Ministère de l'Agriculture du 20 octobre 1912 recommande de leur redonner vie. Par arrêté du 28 février 1913, le préfet de Vaucluse procède à leur renouvellement, nommant de nouveaux membres qu'il choisit parmi les animateurs des associations agricoles mais aussi parmi le personnel politique des conseillers généraux et d'arrondissement. Les Chambres se réunissent pour constater qu'elles sont sans pouvoir, ce qui explique le voeu adopté par la Chambre de l'arrondissement d'Avignon "que les Chambres d'Agriculture soient consultées, au même titre que les Chambres de Commerce, lors de l'élaboration de nouveaux traités de commerce"19. Rien n'était donc résolu20 et l'on comprend que les organisations agricoles n'aient cessé de revendiquer une réelle représentation de l'agriculture auprès des pouvoirs publics. En 1897, la Société d'Agriculture et d'Horticulture demande que soient créées des Chambres d'Agriculture "sur le même pied que les Chambres de Commerce"21 et la question sera bientôt discutée dans le Syndicat Agricole Vauclusien.

  • 22 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien – Année 1899.

21L'intérêt de cette discussion et des conclusions auxquelles elle aboutit, c'est qu'elles dévoilent les craintes et les arrière-pensées de l'équipe d'animation des organisations agricoles vauclusiennes. Dans une longue étude publiée en 189922, F. Rieu avocat et propriétaire, membre du Bureau du Syndicat Agricole Vauclusien, fait une analyse critique d'un projet de loi déposé par Vigier sur la création de Chambres d'Agriculture. Ce qui retient son attention, ce sont les modalités d'élection du projet et il marque nettement son hostilité à ce que les ouvriers agricoles et les instituteurs des établissements d'enseignement agricole soient retenus comme électeurs. L'année suivante, l'idée est reprise par le Conseil d'administration du Syndicat qui demande dans un voeu que le mode d'élection soit calqué sur celui des Chambres de Commerce, c'est-à-dire :

  • 23 Ibid. – Année 1900.

"... qu'il faudrait pour cela écarter de l'électorat :
1° – les instituteurs, parce qu'ils ne serviraient qu'à donner à l'administration préfectorale une influence prépondérante ;
2° – les simples ouvriers agricoles absolument étrangers aux connaissances que suppose le mandat de membre d'une chambre d'agriculture ; parce que la politique et les politiciens prendraient fatalement une place prépondérante dans ces Chambres d'Agriculture"23.

22Cette position doit être rapprochée des grandes déclarations sur "la fusion des classes" à laquelle travaillerait le syndicalisme agricole. En vérité, on en est très éloigné et l'image complaisante d'une paysannerie unie et solidaire n'est qu'un article de propagande. On voit bien ce que redoutent les administrateurs du syndicat agricole : d'une part, que s'introduisent dans le corps électoral paysan des éléments étrangers à la profession, parce qu'on les supçonne d'être porteurs d'une idéologie avancée ; d'autre part, que soient considérés comme paysans les prolétaires de l'agriculture, parce qu'on les suppose réceptifs, par leur nature même, à cette idéologie. Les propriétaires et notables qui ont pris l'initiative d'organiser le syndicalisme agricole ont, certes, voulu adapter aux besoins de l'agriculture les techniques et modalités d'association professionnelle de la société industrielle, mais plus encore ils refusent cette société et leur action s'exerce pour protéger de sa contagion le monde rural. Hommes du passé et de la tradition, ils poursuivent une chimère, celle d'une paysannerie unifiée par le travail de la terre, qui secrèterait ses cadres dans la logique – et selon la morale – d'une hiérarchie naturelle fondée sur le double critère de la propriété et de la capacité.

B – LE SYNDICAT ET LA POLITIQUE AGRICOLE DE L'ETAT REPUBLICAIN

  • 24 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Année 1884.

23On retrouve sur le terrain de la fiscalité et des charges de l'agriculture la même attitude d'agressivité et de rancœur à l'égard du monde moderne. Déjà en 1884, analysant "la situation économique de l'agriculture nationale"24 le marquis de l'Espine, président de la Société d'Agriculture et d'Horticulture, évoquait avec amertune la baisse de la valeur de la propriété rurale qui

"a continué à diminuer de plus en plus, lorsque les rentes, les actions de chemins de fer, les emprunts sont venus solliciter encore les capitaux et les détourner davantage de la terre".

  • 25 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien – Année 1896.

24Et il partait en guerre contre les projets d'impôt progressif sur le revenu et d'augmentation des droits de succession, présentés comme une machine de guerre dirigée contre les paysans. Il y a là une ligne de force de la protestation agrarienne contre les projets de réforme de l'impôt, ils ne peuvent être que d'inspiration anti-paysanne, ou révolutionnaire... Attitude, bien sûr, sommaire, et qui ne va pas sans contradictions puisque dans le même article, paru en 189625, on fait le procès du projet d'impôt progressif sur les successions, qui entraînerait la France à la ruine et à la révolution, et du projet d'impôt progressif sur le revenu, conçu de telle sorte que

"les capitalistes, les gros banquiers, ne paieront rien, mais le pauvre paysan qui tient au soi qui l'a vu naître, qui le féconde de son travail paiera pour eux".

  • 26 Ibid. – Année 1898.
  • 27 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien – Année 1908.

25Et l'on oppose l'économie paysanne à la prodigalité de l'Etat, qui entretient "à peu près un million de fonctionnaires", lesquels sont grassement rétribués "puisque pour une place vacante des milliers et des milliers de candidats se présentent"26. Dès lors, à grand renfort d'articles repris de la Démocratie Rurale, ou bien de la correspondance de l'Union Centrale des Syndicats des Agriculteurs de France, le Syndicat Agricole Vauclusien se fait le champion de la résistance à l'impôt sur le revenu, n'hésitant pas à dénoncer les quatre députés de Vaucluse qui, en mars 1908, ont voté le projet Caillaux, présenté comme "l'impôt sur la sueur du paysan"27.

  • 28 Ibid. – Année 1888.

26Si Caillaux est, sans doute, de tous les hommes politiques de cette période celui à qui les organisations agricoles vauclusiennes portent les coups les plus rudes, Méline est le seul à trouver grâce à leurs yeux, le seul homme d'Etat en qui elles se reconnaissent pleinement... Le Syndicat Agricole Vauclusien a adopté la position précédemment prise par la Société d'Agriculture sur le "faux libre-échange" et il ne manque pas une occasion de féliciter Méline ou de lui témoigner sa reconnaissance, selon qu'il est ou qu'il n'est plus ministre. Mais l'adhésion au protectionnisme est une pétition de principe qui gagne à être concrétisée, en particulier à l'occasion de négociations commerciales avec des Etats étrangers. On est particulièrement sensible, en Provence, aux traités de commerce bilatéraux, considérés comme le cheval de Troie du libéralisme oublieux des intérêts agricoles, et la méfiance est instinctive dès qu'il est question d'établir des relations commerciales contractuelles avec l'Italie, la grande rivale de l'agriculture méridionale. Le Syndicat Agricole Vauclusien a essayé ses jeunes forces, non sans succès, lorsqu'en 1888 s'est posé le problème du renouvellement du traité de commerce avec l'Italie. Il a adopté le texte d'une pétition, adressée à tous ses membres, pour qu'ils la fassent signer autour d'eux28. j'ignore le compte des signatures recueillies, mais au cours de nos recherches dans les archives communales, j'ai trouvé, à Sarrians et à Châteauneuf-du-Pape, un voeu rédigé en termes absolument identiques adopté par les conseils municipaux de ces communes :

  • 29 Archives Communales des Sarrians et de Châteauneuf-du-Pape -Reg. Délib. du Conseil Municipal.

"Considérant la misère actuelle de notre agriculture régionale dont aucun produit n'est désormais assuré d'une rémunération appréciable, si bien qu'on se demande quel sort est réservé aux petits propriétaires et aux ouvriers ruraux.
Considérant que la gravité de cette situation est presque en totalité imputable au régime de notre tarif des douanes, de nos tarifs de chemin de fer et de nos traités de commerce..."29.

  • 30 La question des relations commerciales avec l'Italie se pose à nouveau en 1897. La Société d'Agricu (...)

27Le vœu demande, à l'occasion des négociations en cours pour la signature du traité de commerce avec l'Italie, que la clause de la nation la plus favorisée ne soit plus inscrite dans aucun traité, quel qu'il soit, et qu'en tout état de cause des droits d'entrée protègent les produits de l'agriculture régionale : vins et raisins frais, huiles d'olive, fruits et légumes, cocons et soies grèges, pailles à balai, graines de luzerne... II est clair que ce vœu reproduit, en l'adaptant, la pétition du syndicat, et il est probable qu'un dépouillement systématique des archives communales montrerait que d'autres conseils municipaux ont suivi la démarche proposée par le syndicat. On mesure par là la force d'entraînement que pouvait avoir cette structure professionnelle, sa capacité à sensibiliser l'opinion paysanne sur des problèmes la concernant30.

28Cette fonction de relais, d'intermédiaire entre la paysannerie et les pouvoirs publics, le Syndicat Agricole Vauclusien ne l'assume pas seulement pour critiquer ou contester. Nous l'avons vu, dans bien des cas, des arrière-pensées politiques se dissimulent derrière des campagnes dont le caractère professionnel est un paravent confortable. Mais si le syndicalisme n'était qu'un combat idéologique et politique, il n'aurait pas grand succès, si habiles que soient ses chefs de file, dans un département où le corps électoral manifeste régulièrement son attachement à la République, et les électeurs paysans ne se distinguent pas des autres. On peut penser, même, que le caractère conservateur du syndicat, la réserve de ses dirigeants à l'égard du régime républicain, n'échappent pas à beaucoup de ses membres qui adoptent une autre attitude politique et, cependant, lui font confiance. C'est que le syndicat ne limite pas son activité à des critiques acerbes et négatives, il sait aussi, conformément à ses statuts, rendre des services.

C – LE SYNDICAT ET LES PROBLEMES DE L'AGRICULTURE PROVENCALE

  • 31 Voir supra – Chapitre II,
  • 32 Bulletin du Syndicat Agricole Vauciusien – Année 1909 – Le rédacteur de l'article qui fait connaîtr (...)
  • 33 Bulletin du Syndicat Agricole Vauciusien – Année 1911.

29La fiscalité, la protection douanière de l'agriculture, ce sont là des problèmes généraux et, de ce fait même, ils se prêtent à des positions où les choix politiques percent sous l'analyse économique. Mais à côté de ces questions, qui sont bien entendu de son ressort, le syndicalisme agricole en Vaucluse rencontre des problèmes d'économie régionale, en relation avec l'originalité de l'agriculture régionale : il y a là des thèmes pour une réflexion et une action syndicale critiques sans doute, mais aussi constructives et plus facilement débarrassées des interférences idéologiques et politiques précédemment signalées. 11 en est ainsi, par exemple, pour les irrigations, plus particulièrement pour la répartition des eaux de la Durance entre les départements provençaux. Le projet de dérivation des eaux de Fontaine-l'Evêque provoque, dès qu'il est connu31, de vives réactions de la part des organisations agricoles. Dans son assemblée générale du 30 novembre 1908, le Syndicat Agricole Vauclusien adopte un voeu où il demande que "le projet... ou tout autre soit impitoyablement rejeté", invoquant les droits anciens et la législation moderne, soulignant que le Vaucluse particulièrement touché par la crise agricole "serait réduit à la plus extrême misère si les irrigations... venaient à disparaître". Et quelques mois plus tard, le bulletin syndical signale la parution d'une étude technique de la question, justifiant, bien sûr, les revendications vauclusiennes, dans le bulletin de la Société d'Agriculture32. L'alerte passée, le syndicat reprend la question des eaux de la Durance et soutient dans un voeu de 1911 un projet de régularisation de la Durance par la construction de barrages-réservoirs33.

  • 34 A. Rieu : les tarifs des chemins de fer italiens et la décadence de nos exportations agricoles – Av (...)

30C'est surtout la question des débouchés pour les produits maraîchers et fruitiers qui a retenu l'attention du Syndicat Agricole Vauclusien, agissant là en liaison étroite avec la Société d'Agriculture. Les études et démarches portent sur les conditions de transport et sur la prospection et la conquête de marchés, notamment à l'exportation. La question des tarifs ferroviaires, toujours pendante depuis qu'en 1880 la Société d'Agriculture l'a posée, est souvent évoquée dans les discussions syndicales et c'est un dirigeant du syndicat qui a rassemblé la documentation nécessaire à la justification et à l'argumentation de la campagne et des négociations en direction des compagnies ferroviaires34. Le Syndicat Agricole Vauclusien est ainsi apparu comme l'interlocuteur des compagnies ferroviaires, discutant les tarifs, les horaires aussi qu'il convenait d'aménager en fonction des exigences de denrées très périssables. Il peut, à bon droit, lorsqu'il présente le bilan de son activité, à l'occasion de son vingt-cinquième anniversaire en 1909, prendre à son compte les résultats obtenus :

  • 35 Bulletin du Syndicat Agricole Vauciusien – Année 1909.

"Cette campagne, menée avec tant de logique et de ténacité par M. Rieu, suscite des polémiques et trouble la quiétude des Compagnies ; elle n'a pas été étrangère à l'amélioration des tarifs et des horaires dont nous bénéficions aujourd'hui ; elle amène la nomination de M. Rieu et de M. Ricard (ce sont des dirigeants du syndicat) comme membres de la commission extraparlementaire chargée d'étudier la question du transport des denrées périssables"35.

  • 36 Ibid.
  • 37 Le Bulletin du Syndicat publie en 1912, sous la plume du professeur d'agriculture de Pertuis, une m (...)

31Mais l'expédition des produits de l'agriculture vauclusienne est inséparable de l'organisation de marchés susceptibles de les recevoir, et le syndicat prend des initiatives aussi en ce domaine. Il charge d'une mission en Allemagne, en 1905, un de ses dirigeants : c'est ainsi que Ricard étudie l'exportation des produits maraîchers vers Cologne, Stuttgart, Hambourg, Berlin. L'année suivante, il assure la publication d'une brochure d'un de ses membres, M. Tacussel, sur "la production et les débouchés du raisin de table" et en 1908 il diffuse une étude technique, très documentée, sur "l'exportation des fruits et légumes frais sur la Belgique et la Hollande". Cet effort d'information se double d'une réflexion sur les conditions de la commercialisation des produits agricoles. La question des coopératives de vente commence à être d'actualité et le syndicat ne s'y dérobe pas. En 1908, il publie dans le bulletin un article sur les coopératives de production et de vente reproduit de la revue l'Agriculture Commerciale, et il y joint une note indiquant que la question est à l'étude. Elle sera effectivement reprise, dans le cadre du congrès de l'Union des Syndicats des Alpes et de Provence qui se tient à Avignon en 1909, avec un rapport de Maisonneuve, ingénieur agronome, membre du syndicat, sur "l'organisation de la vente coopérative des fruits et légumes"36. S'appuyant sur les réalisations à l'étranger, notamment au Danemark, et sur les premières tentatives amorcées en France, le rapporteur conclut nettement en faveur des coopératives, où il voit tout à la fois un nouveau champ d'action pour le syndicalisme agricole, un progrès technique et une victoire sociale de l'agriculteur, jusqu'alors soumis à l'expéditeur "dont la rémunération n'est pas proportionnée aux services qu'il rend et qu'il nous est permis de trouver exagérée". Mais on devait en rester là, et le mouvement coopératif ne démarra pas en Vaucluse avant 1914. La seule réalisation concerne le village de Cabrières-d'Aigues, dans le canton de Pertuis, où se crée en 1909 une coopérative pour la vente des raisins de table qui parvient, semble-t-il, à se créer des débouchés à Cologne, Strasbourg et Genève et à assurer à ses adhérents des prix nettement plus élevés que ceux du commerce37. Ce retard s'explique par l'individualisme paysan, que renforcent encore les conditions de commercialisation des fruits et légumes (ventes quotidiennes, aux prix fluctuants, qui accordent une prime aux productions les mieux présentées). Il faut aussi tenir compte d'un certain décalage entre les paroles et les actes des dirigeants du syndicat : ce sont de grands propriétaires, qui peuvent s'organiser individuellement. Ils conseillent la coopérative, mais pour les autres, et ne s'y engagent pas personnellement...

  • 38 Pour l'étude de la question vinicole, voir M. Augé-Laribé, op. cit. pp. 173- 194.

32Un dernier problème, le plus explosif, requiert l'intervention des organisations agricoles : c'est celui du vin, qui rassemble tous les problèmes économiques de l'agriculture : fiscalité et contrôle de l'Etat, formation des prix et tyrannie du commerce. Problème national, bien sûr, mais encore méridional. C'est sans doute d'ailleurs parce que le Languedoc voisin s'identifie à la défense de la viticulture et met sur pied des structures spécifiques que le Syndicat Agricole Vauclusien suit le mouvement plus qu'il ne prend d'initiatives dans ce domaine. La question vinicole commence à se poser lorsque, dans les années 1890, les effets de la reconstitution se font sentir et qu'un risque de surproduction ou, tout au moins, d'encombrement des marchés se manifeste38. De 1894 à 1897, le Parlement discute longuement, confusément, d'un projet de réforme du régime fiscal des boissons qui vise à faciliter l'écoulement des vins naturels par des mesures de dégrèvement. La question est techniquement complexe, elle est de celles qui ne peuvent sensibiliser l'opinion paysanne que si elle est débarrassée de son appareil technique, simplifiée et dramatisée... A ces conditions, elle peut enflammer les passions. C'est justement le rôle qu'en la matière s'attribuent les associations agricoles qui opèrent comme des groupes de pression auprès du Parlement. Ce mécanisme de l'action vinicole, qui sera perfectionné à l'usage et atteindra son efficacité maximum en 1907 dans le Languedoc, s'observe en Vaucluse. En 1896, alors que le projet de réforme du régime des boissons a été adopté par la Chambre des Députés, mais qu'il risque d'être remanié dans un sens moins favorable par le Sénat, la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse qui suit les discussions parlementaires estime le moment propice à une action large, en direction des sénateurs. Elle rédige un voeu et le fait passer aux conseils municipaux, avec la recommandation de le reprendre à leur compte. C'est ainsi que dans 60 communes vauclusiennes on adopte le texte suivant :

  • 39 A.D.V. 7 M 76.

"Considérant que le projet de réforme des boissons voté par la Chambre des Députés donne pleine et entière satisfaction aux revendications des viticulteurs en ce que, notamment, il assure le dégrèvement complet du vin, seule mesure capable d'en augmenter la consommation et de restreindre la production artificielle en faisant disparaître la prime à la fraude.
Considérant que toute modification à cette loi aurait pour effet de la ramener devant la Chambre, d'éterniser la discussion et d'en renvoyer l'application à un délai indéterminé.
Le Conseil Municipal émet le voeu que le Sénat vote la loi sur la réforme des boissons telle qu'elle a été présentée par le gouvernement et prie MM. les Sénateurs de Vaucluse de vouloir bien soutenir énergiquement le vote intégral de cette réforme bienfaisante et démocratique"39.

  • 40 Bulletin du Syndicat Agricole Vauciusien – Année 1905.
  • 41 Ibid. – Année 1908.
  • 42 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture -Année 1901.
  • 43 A.D.V. 7 M 77.

33Mais la défense du vin ne paraît pas être un thème très mobilisateur, pour les organisations agricoles vauclusiennes, après cet épisode pourtant prometteur. La grande crise de mévente des années 1900-1907 passe presque inaperçue, au plan des organisations agricoles. Il faut attendre 1905 pour que le Syndicat Agricole Vauclusien adhère au Syndicat National de Défense de la Viticulture que la Société des Viticulteurs de France avait fondé en 190240 et c'est seulement en 1908 que la lutte contre la fraude s'organise en Provence, avec la constitution d'une Fédération Régionale de Défense de la Viticulture, à l'initiative de l'Union des Syndicats Agricoles des Alpes et de Provence. Le Syndicat Agricole Vauclusien en est partie prenante et "il compte sur tous ses membres viticulteurs pour apporter leur adhésion personnelle et obtenir celle de leurs amis"41. Il ne semble pas que cet organisme ait eu une grande activité, il arrivait trop tard, alors que la conjoncture viticole changeait. Cette indifférence relative à la question vinicole surprend, elle s'éclaire en partie à l'analyse des réactions, fort vives, suscitées en Vaucluse par deux lois apparemment mineures, si on les apprécie dans le contexte général de la situation viticole. Elles concernent, la première en 1900 et la seconde en 1909, la circulation des raisins de vendange et elles visent à soumettre les raisins de vendange aux mêmes formalités et droits de transport que le vin, dans le but de faire obstacle à toute possibilité de fraude et de fabrication de vins artificiels. La loi de 1900 est l'objet d'une étude serrée de la part de la Société d'Agriculture et d'Horticulture42, qui redoute que son application ne complique à l'excès et, de ce fait, n'entrave le commerce des raisins de vendange. Or, précise-t-elle, "il s'agit d'un intérêt considérable, puisque les expéditions de vendange, dans le seul département de Vaucluse, s'élèvent annuellement à 50 millions de kilos" ; et elle demande des modalités d'application souples. Le texte de 1909 justement retire toute souplesse à l'application aux raisins de vendange des droits de circulation, en particulier il supprime la franchise de 1 000 Kgs, qu'avait accordée la loi de 1900... C'est aussitôt une levée de boucliers43 : le Conseil Général, les expéditeurs et viticulteurs de Valréas signent une protestation et une quinzaine de conseils municipaux adoptent un voeu identique, selon le même processus déjà observé en 1896 :

"Considérant que le projet de la loi Bender tendant à assujettir les raisins de vendange aux mêmes formalités que le vin empêcherait complètement l'expédition des raisins de vendange.
Considérant que nos viticulteurs ne possèdent pas les ustensiles nécessaires à la fabrication du vin, que leurs modestes ressources ne leur permettent pas de se les procurer, la prise en considération de ce projet de loi occasionnerait la ruine de nos populations agricoles. Le conseil compte sur l'esprit de justice et d'équité des membres du Parlement pour repousser le projet Bender".

34Si l'opinion paysanne est sensibilisée à ce problème, c'est qu'elle est concernée : nous savons bien, en effet, que beaucoup de vignerons ne peuvent faire leur vin, et toute mesure prise à l'égard des raisins de vendange, qu'elle complique leur expédition ou qu'elle les surcharge d'un droit de circulation, ajoute encore à la précarité du gain qu'ils peuvent espérer de leur récolte. Ils sont prêts à se défendre dans une situation qui leur semble spécifique, alors qu'ils subissent avec une certaine résignation le phénomène général de la chute des prix. On voit par là que l'action économique, telle que peuvent l'inspirer, l'orchestrer, la diriger, les organisations agricoles, ne peut être considérée hors de son contexte régional, qui lui assure une spécificité et, de ce fait, crée, ou ne crée pas les conditions de son succès.

D – LE SYNDICAT "BOUTIQUE AUX ENGRAIS"

35Dans son allocution à l'ouverture de l'assemblée générale du 30 novembre 1907, le président du Syndicat Agricole Vauclusien s'exprime en ces termes :

  • 44 Bulletin du Syndicat Agricole Vauciusien – Année 1908.

"Le nombre important de nos associés indique assez que les nombreux services créés par le Syndicat sont très appréciés des agriculteurs. Notre association a des racines profondes dans tout le département et sert de modèle à beaucoup de syndicats communaux. Il vous sera parlé tout à l'heure du bon fonctionnement de toutes les oeuvres de mutualité qui ont été l'objet de la sollicitude de vos administrateurs... Une question sur laquelle je dois insister... c'est qu'il faut que les agriculteurs comprennent bien quele syndicat n'est pas seulement une simple boutique, où l'on peut acheter des produits et des engrais meilleur marché..."44.

36Et il évoque ensuite l'activité de défense professionnelle du syndicat, dans le double contexte des problèmes économiques généraux et régionaux. Sans doute cette activité est-elle importante, non seulement par ses résultats mais plus encore peut-être par la prise de conscience collective qu'elle entraîne, même si elle peut être exploitée à des fins idéologiques et partisanes : c'est pourquoi nous l'avons étudiée en premier lieu. Mais si l'ambition des syndicalistes agrariens est de dépasser la prestation de services, il n'en reste pas moins que c'est souvent à ce niveau très concret que se situe la première démarche qui conduit le paysan à se syndiquer, et l'on ne comprendrait pas la croissance du mouvement syndical, l'autorité qu'il acquiert au fil des années, si l'on n'analysait son activité de "boutique", avec les développements souvent imprévus qu'elle a connus.

37Le Syndicat Agricole Vauclusien communique dans ses assemblées générales un bilan annuel de son activité qui permet de suivre, grâce aussi aux commentaires qui l'accompagnent parfois, l'évolution et les fluctuations des services matériels qu'il assure. Naturellement, cette analyse du chiffre d'affaires doit être menée de front avec celle des adhérents car ce sont eux, leurs dispositions d'achat mais plus encore leur nombre, qui commandent le volume des affaires traitées par le syndicat. Le démarrage est spectaculaire, puisque de 800 adhérents et 187 000 francs de chiffre d'affaires pour l'exercice 1888-1889 on passe à 1 600 adhérents et 508 000 francs de chiffre d'affaires pour l'exercice 1892-1893. La justification du syndicat n'est désormais plus à faire, et non seulement il rassemble des effectifs croissants mais encore ses adhérents passent des commandes plus importantes. La raison en est donnée dans l'assemblée générale du 11 février 1893 :

  • 45 Ibid. – Année 1893.

"Le Syndicat peut... affirmer avec raison qu'il a amené, par sa seule présence et en prenant position sur le marché, une baisse de prix considérable sur les engrais, comme sur toutes les marchandises qu'il livre en concurrence avec les marchands ordinaires... Le Syndicat est vraiment le régulateur du marché"45.

  • 46 Zachariewicz : Mémoire sur l'agriculture... Op. cit.
  • 47 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien – Année 1897

38Certes, la part du syndicat sur le marché des engrais est faible puisque le professeur départemental d'agriculture estime qu'en 1892-1895 il en est consommé dans le département 125 000 quintaux représentant une valeur de 1 610 000 francs46, mais il rend hommage à l'action des syndicats agricoles qui "sont à l'agriculteur d'un précieux secours pour lui assurer les engrais dans les meilleurs conditions de bon marché et de pureté". Car la bataille des engrais comportait deux aspects : c'était une bataille pour les prix et aussi pour la qualité, dans ce premier âge de l'industrie chimique où l'on s'improvisait fabricant d'engrais, où des publicités fallacieuses trompaient des paysans trop crédules. Dans ce domaine, l'action syndicale, qui pouvait aller jusqu'à engager des poursuites judiciaires contre les industriels peu scrupuleux, fut rapidement efficace et elle reçut sa consécration par le contrat passé en 1897 entre le syndicat et Saint-Gobain pour la vente des superphosphates47. Mais pour ce qui est des prix, l'action syndicale fut plus difficile : certes, son intervention fut bénéfique, mais le syndicat n'en tira pas toujours l'avantage qu'il pouvait en espérer car les marchands d'engrais engagèrent la lutte contre les tarifs syndicaux. C'est ainsi qu'en 1908-1909 on constate une baisse du chiffre d'affaires qui s'explique "par la concurrence acharnée faite aux syndicats par les négociants qui vont offrir leurs produits jusque dans les fermes de nos adhérents". Il apparaît clairement que la fidélité au syndicat ne résiste pas toujours à la perspective d'une économie, même faible, et cela montre bien que le syndicat doit, pour maintenir son audience, répondre aux besoins matériels de ses adhérents. C'est ce qui explique la diversité toujours croissante des articles qu'il propose : tourteaux pour fumures, engrais chimiques, tourteaux, graines, sons et farines pour la nourriture du bétail, produits chimiques pour la vigne, articles de caves et de vendanges, semences et plants divers, produits d'épicerie même... C'est un effort incessant qu'exprime ainsi le président du syndicat en 1909 :

  • 48 Ibid. – Année 1909.

"Il (le syndicat) s'est organisé pour analyser les vins de ses adhérents et faire analyser leurs terres à de bonnes conditions de prix. Il a acheté des semoirs, un trieur à grains, un treuil de défoncement pour les louer à ses membres, organisé des battages de graines, fait fabriquer une bouillie rationnelle pour le traitement des vignes contre le mildew"48.

  • 49 L'Union Régionale ainsi créée, sous la présidence du marquis de Villeneuve- Trans, accentue naturel (...)

39Devant cette extension continue de ses activités, le syndicat a dû rapidement prendre des mesures d'organisation et d'adaptation à sa fonction commerciale. Tout d'abord il s'installe : en 1893, il achète et aménage un immeuble en plein centre d'Avignon pour y accueillir ses bureaux et, à mesure de leur création, tous les organismes professionnels et mutualistes qu'il suscite et parraine. Ainsi se crée une "maison de l'agriculture" qui est le témoignage de la puissance du syndicat, de son rôle directeur sur toutes les organisations agricoles du département. C'est ensuite l'ouverture d'entrepôts pour rapprocher le syndicat de sa clientèle. Les premiers s'ouvrent en 1894, à Carpentras et l'Isle-sur-Sorgue, d'autres suivront dans tous les chefs-lieux de canton du département, dans des villes du Gard et des Bouches-du-Rhône. Ce réseau de distribution est aussi une structure syndicale, car la gestion des entrepôts est soumise au contrôle des syndiqués : le conseil d'administration de chaque entrepôt est une pépinière de militants syndicaux. Mais très vite le syndicat, dans sa définition juridique, s'est trouvé mal à l'aise pour exercer pleinement, efficacement sa mission d'approvisionnement. En particulier, il ne peut se livrer à des achats prévisionnels, de morte-saison, alors qu'il pourrait dans ces conditions profiter de meilleurs prix. C'est pourquoi il crée à côté de lui, en 1894, une coopérative agricole de Vaucluse qui peut réaliser toutes les opérations commerciales et pourrait, le cas échéant, devenir un organe de vente de produits agricoles. Doté ainsi d'une structure commerciale qui élargit son audience, le syndicat, sur les conseils de E. Duport, l'organisateur de l'Union des Syndicats Agricoles du Sud- Est, suscite la formation de l'Union des Syndicats Agricoles des Alpes et de Provence, qui rayonne sur tous les départements méridionaux, des Alpes Maritimes au Gard49. La Coopérative Agricole de Vaucluse devient alors la Coopérative Agricole des Alpes et de Provence.

E – UN BILAN DE L'ACTIVITE DU SYNDICAT

40Dans ces conditions, quels commentaires suggèrent les courbes associées du nombre d'adhérents et du chiffre d'affaires du Syndicat ? Le fait que la courbe du chiffre d'affaires se situe à partir de 1893-1894 en dessous de la courbe des adhérents signifie que les achats par adhérent ne progressent pas et même diminuent, alors que le nombre des adhérents augmente. Or, il est évident que l'agriculture utilise tounjours plus d'engrais et produits industriels de toutes sortes, ce qui revient à dire que la découverte du syndicat par les paysans ne signifie nullement qu'ils abandonnent leurs autres fournisseurs. On pourrait dire, même, que le syndicat par la concurrence qu'il suscite stimule le commerce privé des produits industriels à l'usage de l'agriculture. Ceci dit, on peut remarquer un sensible fléchissement du chiffre d'affaires pour les années 1900-1911, et la concurrence des marchands d'engrais ne suffit pas à l'expliquer. On n'en sera pas surpris, le chiffre d'affaires du syndicat – plus exactement de sa coopérative – se modèle sur la conjoncture agricole, et le rapport annuel présenté devant l'assemblée générale s'y réfère à plusieurs reprises : en 1901, on incrimine "la crise agricole et vinicole", en 1902 "la crise intense vinicole", alors qu'en 1903 on note que "l'augmentation sur les affaires est dûe en grande partie à la reprise des ventes de vin et aux prix élevés de la vente des fruits et primeurs". Et en 1908, année difficile, le rapporteur indique : "il faut tenir compte qu'en octobre-novembre 1907 nous avons eu une période d'inondations générales et avec la crise persistante traversée par la viticulture, nous devons être heureux du résultat obtenu". Cette concordance est suggestive quant aux disponibilités financières des paysans : le plus grand nombre calquent leurs dépenses d'exploitation sur leurs rentrées de la campagne agricole précédente, et vivent donc presque au jour le jour. Il y a là un frein au progrès agricole, et l'on comprend que les syndicalistes aient rapidement senti le besoin de doubler le syndicat d'un organisme de crédit.

  • 50 A.D.V. 10 M 45.

41La courbe des adhérents suit apparemment, elle aussi, la conjoncture agricole, mais ce n'est qu'une apparence. En réalité, ce qui explique la baisse des effectifs à partir de 1898-1899, c'est que le mouvement de syndicalisation se réalise, dès lors, par la création de syndicats communaux. Ceux-ci sont, le plus souvent, adhérents à la Coopérative des Alpes et de Provence, mais leurs membres n'ont pas toujours la double affiliation et ne paient souvent qu'une cotisation au syndicat local. Aussi les dirigeants du Syndicat Agricole Vauclusien ne s'émeuvent pas du tassement de leurs effectifs, qui s'élargissent en fait à mesure qu'apparaissent de nouveaux syndicats. Il est possible de suivre ces nouveaux syndicats, qui font l'objet d'une déclaration en préfecture50. Cinquante et un ont été fondés entre 1885 et 1914 : sept pour les années 1885-1889, trente pour la décennie suivante et quatorze entre 1906 et 1913. Onze d'entre eux ont disparu avant 1914, sans que l'on soit renseigné sur les raisons de leur dissolution, mais on sait ce qu'elles peuvent être : difficultés à faire vivre un syndicat dans les petits villages, querelles de personnes et mêmes conflits politiques... En milieu rural, dès qu'on s'éloigne des gros bourgs où des notables peuvent en prendre la direction, il est difficile de faire vivre durablement un organisme professionnel, qui demande à la fois du temps et de la compétence. Aussi peut-on considérer que la persistance de quarante syndicats, (dont deux, ceux de Bollène et Carpentras, reposent sur une assise cantonale), témoigne de l'intérêt qu'y trouvent les paysans. Par ailleurs, un changement s'amorce dans la conception du syndicat dans les années 1909-1914. Auparavant, on fonde le syndicat agricole de tel ou tel village, sans autre précision. Dès lors, on voit apparaître des syndicats spécialisés comme le Syndicat Maraîcher de la Coupe d'Or, dans la banlieue d'Avignon, et des syndicats qui insistent, par leur dénomination, sur leur caractère revendicatif, comme le Syndicat de Défense Agricole et Viticole du Thor. Ces traits nouveaux sont évidemment à mettre en relation avec l'évolution de l'agriculture, telle que nous l'avons précédemment analysée.

  • 51 Ce document nous a été communiqueé par M. Benoit, agriculteur et petit-fils du président du syndica (...)

42Comment vivent ces syndicats locaux ? Nous avons retrouvé le registre des délibérations de l'un d'eux, le Syndicat des Maraîchers d'Avignon, qui était une section du Sydicat Agricole Vauclusien, pour les années 1904-191051. Rédigé d'une écriture appliquée et maladroite, dans un style parlé, il témoigne que c'est une organisation de paysans, sans qu'interviennent des notables dans son fonctionnement. Ils sont environ 70 maraîchers qui paient leurs cotisations, se réunissent une fois dans l'année (en janvier) en assemblée générale au cours de laquelle ils élisent une commission administrative, laquelle tient en principe une réunion mensuelle... Mais pendant les mois d'été, il arrive que des réunions ne se tiennent pas. Ainsi le rythme des travaux des champs s'impose à l'activité syndicale, qui se déroule de préférence pendant l'hiver. Mais quel est le contenu de cette activité ? II est très concret, en prise directe sur le travail et ses exigences, ainsi qu'on peut en juger à ce compte-rendu d'une réunion de la commission administrative, en août 1905 :

"On discute sur les prix des tourteaux et des conditions avancées par plusieurs représentants de commerce, on traite une commande d'environ onze mille kilos colzas sulfurés plus cinq mille kilos colzas en pain.

On souscrit également pour des caisses et verres à chassis. Le président émet un voeu de félicitations aux conseillers municipaux et d'arrondissement qui ont voté contre le transfert du marché aux raisins de la porte Saint-Michel à Saint-Lazare".

43Les responsables du syndicat suivent attentivement les cours des tourteaux et engrais, ils passent commande au moment qui leur paraît le plus favorable. Le président, d'ailleurs, se félicite de la bonne marche du syndicat dans ce domaine "qui est le côté pratique et le but de notre société". Ce sens aigu du concret qui anime le syndicat n'est pas exclusif de préoccupations sociales et économiques : des conférences sont organisées sur les Mutuelles Bétail et Incendie, sur l'opportunité de créer une caisse de secours mutuels, une boulangerie coopérative, sur le mécanisme des coopératives de vente... Mais on en reste à des informations, les bonnes volontés ne sont pas assez nombreuses pour passer à la réalisation de ces oeuvres sociales auxquelles pousse le Syndicat Agricole Vauclusien.

44Le syndicat est, enfin, une structure de rassemblement efficace pour formuler et défendre des revendications. On le voit bien, dans le conflit qui oppose les maraîchers de la banlieue à la municipalité d'Avignon sur la question du marché. Celui-ci se tient de temps immémorial sur la place Pie, à l'intérieur des remparts, mais si les habitants et les petits commerçants de la ville y trouvent avantage pour leur approvisionnement, les maraîchers qui travaillent de moins en moins pour le marché local y sont à l'étroit et souhaitent le transfert du marché hors des remparts. La mairie est plus sensible à la pression des consommateurs urbains qu'à celle des paysans, qui représentent un poids électoral bien plus faible... La colère monte, elle s'exprime dans une réunion convoquée par les deux syndicats de maraîchers de la banlieue d'Avignon, le 10 octobre 1910. Et l'on y entend des déclarations véhémentes, telle celle d'un ancien conseiller municipal :

"... Vous n'ignorez pas que pendant notre passage à la mairie nous n'avons pu obtenir la moindre satisfaction aux demandes et projets soumis pour le transfert du marché ; mais ce que nous avons compris, c'est qu'il fallait que nous-mêmes nous le fassions. Et bien ! pas d'hésitation possible, il faut s'organiser pour la lutte".

45ou bien celle d'un autre paysan, conseiller d'arrondissement :

"Il dit que, n'ayant rien à espérer des pouvoirs publics, il fallait être ce que les temps présents nous obligent, d'agir même avec violence si l'on veut arriver à faire quelque chose, ne pas avoir peur de manifester hautement son opinion".

46Il faut sans doute faire la part de l'irritation, qui est le résultat d'une trop longue attente, et aussi tenir compte des interférences politiques. II reste, me semble-t-il, que le syndicat a rassemblé les paysans plus efficacement que n'aurait pu le faire toute autre initiative, et qu'il incline les gens, par sa nature même, à une attitude de lutte. Par là, même si tous les syndicats – c'est bien évident – n'ont pas eu semblable expérience, le syndicalisme jusque dans ses structures les plus modestes, est un facteur de prise de conscience et d'éducation politique, au sens large du terme.

47Mais justement, les dirigeants du syndicalisme agricole veulent orienter le mouvement, dans cette perspective, vers l'affirmation d'une solidarité paysanne. C'est ce qui explique qu'ils ne veulent pas s'en tenir à la "boutique aux engrais", mais lui adjoindre des réalisations sociales, appliquant la mise en garde de Duport :

  • 52 L. de Vogüe : Emile Duport. La leçon de ses oeuvres. Lyon, 1908, p. 197.

"Il est permis de redouter que l'extension de la personnalité commerciale des syndicats agricoles ne fasse dévier le mouvement syndical agricole, le transformant en un simple mouvement coopératif basé sur le seul intérêt matériel, lui faisant perdre aussi son caractère social élevé"52.

  • 53 A.D.V. 10 M 45.

48Ils ont donc développé avec succès des oeuvres mutualistes, qui visent à couvrir les risques inhérents à la profession d'agriculteurs : assurance-accidents, assurance-bétail et surtout assurance-incendie. Dans ce secteur qui sensibilise, plus que tous les autres, le monde paysan, le Syndicat Agricole Vauclusien a fait un gros effort : il a crée, en 1904, une caisse régionale mutuelle incendie, à l'image de l'Union des Syndicats Alpes-Provence et il s'est employé, dans ce cadre, à créer des caisses locales : de 1904 à 1913, 100 caisses locales groupant 4120 membres ont été créées53, avec l'aide du professeur départemental d'agriculture et le concours de dirigeants du syndicat. D'ailleurs, les adhérents du syndicat sont sollicités d'être les artisans de la mutualité agricole, et on peut lire par exemple dans le bulletin syndical de novembre 1910 :

"Il appartient aux hommes de dévouement si nombreux dans nos communes et en particulier aux membres des syndicats agricoles, de prendre l'initiative de ces créations. La saison dans laquelle nous entrons donne des loisirs aux agriculteurs. Les veillées du soir sont longues. Ils en profiteront pour organiser sans plus tarder la caisse mutuelle incendie de leur commune".

49Ainsi la mutualité agricole prolonge la syndicalisation et elle lui donne un sens ; elle contribue à façonner un état d'esprit de solidarité professionnelle à l'échelle d'un groupe social présenté comme homogène et uni, en raison même de la solidarité qui joue entre tous ses membres. Dans l'esprit de ses promoteurs, il ne fait pas de doute que la mutualité est une parade à l'intervention de l'Etat, comme elle est contradictoire à la lutte des classes. Mais il n'est pas sûr que les mutualistes dans leur masse lui attribuent cette double signification ; les œuvres mutualistes se suffisent à elles-mêmes par les services qu'elles rendent et la solidarité qu'elles développent peut fort bien être invoquée au bénéfice des idéologies de gauche.

III – LES DEBUTS DU CREDIT AGRICOLE

50Parmi les réalisations mutualistes du Syndicat Agricole Vauclusien, il en est une dont l'importance économique justifie une étude particulière, je veux parler de la Caisse de Prévoyance et de Crédit, par laquelle la paysannerie vauclusienne fit l'expérience du crédit agricole. Son succès doit beaucoup à la gestion compétente de ses administrateurs et à l'esprit militant qui les animait, mais il s'explique aussi parce que l'entreprise venait à son heure, à un moment où les formes traditionnelles du crédit étaient largement dépassées et inadaptées aux besoins financiers de l'agriculture.

51Le crédit auquel ont recours traditionnellement les paysans est indissociable des structures de la société rurale. Les notables villageois, mais aussi les paysans, artisans et boutiquiers nantis d'économies qu'ils désirent faire fructifier trouvent en la personne des notaires l'intermédiaire social et la garantie juridique sans lesquels leur projet resterait impraticable. Inversement, le paysan qui veut acheter une terre sans avoir les moyens de la payer comptant, ou bien qu'une mauvaise récolte a mis dans la gêne et qui ne peut, de ce fait, acquitter son fermage, trouve chez le notaire la discrétion et l'efficacité qu'il recherche pour sortir d'une situation de trésorerie embarrassée ou pour réaliser son rêve d'agrandissement.

  • 54 Archives de l'étude de M. Geoffroy à Châteauneuf-du-Pape et de l'étude de M. Grangier au Thor. J'ai (...)

52Dans ce contexte, se sont mis en place de longue date des circuits de crédit à très faible rayon d'action. Ils assurent une rémunération correcte de leur capital – ils sont consentis à 3,5 ou 4 % d'intérêt et il est possible que la somme à rembourser soit majorée par rapport à celle réellement prêtée – aux prêteurs, notables et épargnants que les listes nominatives des dénombrements de population désignent fréquemment, surtout lorsqu'ils ont perdu la qualité d'actifs du fait de leur âge, sous le vocable de "propriétaire-rentiers". Mais aussi ils apportent le ballon d'oxygène, par un apport souple et rapide d'argent frais, dont a besoin une économie à faible revenu monétaire. On peut retrouver ces mécanismes rudimentaires de crédit dans les archives notariales, où sont enregistrés ces contrats de prêt, avec désignation assez précise des emprunteurs et des prêteurs pour qu'on puisse reconstituer le cadre économico-social où ils s'inscrivent. Des recherches systématiques conduites dans deux études, à Châteauneuf-du-Pape et au Thor, m'ont permis de suivre l'évolution de ce système de crédit, de 1871 à 191454. Je n'ai retenu que les prêts consentis à des cultivateurs, et j'ai éliminé ceux qui portaient sur des sommes supérieures à 10 000 francs. Ils sont très rares, et s'appliquent à des opérations de grande envergure qui ne sont pas le fait de "paysans", mais de "propriétaires". Dans l'optique qui est la mienne, ils auraient introduit une déviation faussant complètement le rapport du nombre au montant des prêts ainsi consentis.

53Il convient d'analyser et d'interprêter la représentation graphique des prêts enregistrés chez notaire – on les désignait par le terme d'obligation – à Châteauneuf-du-Pape et au Thor pour la période 1871-1913. J'ai pris en considération leur nombre et leur montant annuels, ce qui donne un système de deux courbes associées pour chaque cas. Il ne faut pas demander à ces courbes plus qu'elles ne peuvent donner, et, en premier lieu, on ne doit pas oublier que les prêts enregistrés chez le notaire d'un village ne représentent qu'un partie – importante sans doute mais on ne peut pas préciser davantage – de ce type de crédit mis à disposition des paysans : ils pouvaient s'adresser à des prêteurs résidant dans d'autres villages que le leur et la créance pouvait alors être enregistrée chez un autre notaire. On ne peut demander aux courbes ainsi construites que l'expression d'une tendance, et leur lecture s'entend dans la moyenne et la longue durée. Il y a lieu, de ce fait, de négliger les variations annuelles qu'elles présentent, surtout lorsqu'elles prennent la forme de dénivellations importantes. Celles-ci sont d'ailleurs inexplicables pour la courbe du nombre des prêts consentis, alors qu'on peut rendre compte des écarts parfois considérables entre les deux courbes par la présence ou non d'un prêt de quelques milliers de francs. Mais l'important n'est pas là, il est dans le fait que chaque système de courbes est cohérent, c'est-à-dire que les deux courbes associées ne forment pas un ensemble contradictoire. Et lorsqu'on compare dans leur évolution le système du Thor à celui de Châteauneuf-du-Pape, on ne trouve dans leur cheminement rien de contradictoire. On peut en conclure que ce cheminement traduit une évolution qui a valeur générale.

54De 1871 à 1891, on observe une chute très prononcée des prêts consentis aux paysans, et la corrélation positive avec la marche de la crise de l'agriculture est évidente. Ce processus est tout à fait dans la logique d'un crédit qui s'alimentait aux résultats monétaires de l'économie rurale, dans le cadre étroit d'un ou plusieurs villages proches. On imagine la gêne que peuvent en éprouver tout à la fois ceux qui comptaient sur le revenu de leurs économies ainsi capitalisées pour vivre leurs dernières années et ceux, plus jeunes et médiocrement installés sur de petites exploitations, qui trouvaient dans ce crédit – lui aussi médiocre mais d'un accès facile – le moyen de surmonter une mauvaise passe ou d'améliorer leur équipement. Même si l'on observe au Thor un redressement du crédit-obligationns autour de 1900, on peut dire qu'il ne se relève pas de la chute observée dans les décennies 1870 et 1880. Cela se comprend car la source de ce crédit traditionnel ne peut que se tarir, du fait même de la crise qui a réduit le revenu des agriculteurs. Mais alors les difficultés de trésorerie sont sans doute plus grandes – pour ceux qui ont résisté à la crise – pendant la phase de reconstruction de l'économie. Et il ne leur faut plus seulement survivre, s'accrocher à la terre, ils connaissent les voies possibles du renouveau et pour cela ils doivent investir, même petitement. De ce fait, c'est tout à la fois dans la décadence du crédit traditionnel et les exigences techniques de la reconstruction de l'agriculture que s'impose la nécessité d'un crédit agricole moderne.

  • 55 André Gueslin : Les origines du Crédit Agricole, pp. 135-169.
  • 56 P. Barral, op. cit. p. 108.
  • 57 Le rapport présenté à l'Assemblée Générale de la Caisse le 13 avril 1929 donne cette précision, qua (...)

55Cette nécessité, bien sûr, n'était pas seulement vauclusienne et le problème fut traité au plan national, par le vote de la loi dite Méline, le 6 novembre 1894, sur les caisses de crédit agricole à responsabilité limitée55. Cette loi peut être considérée comme l'acte de naissance du Crédit Agricole, et elle l'inscrivait dans le prolongement de l'action syndicale puisqu'elle précisait que les syndicats agricoles pouvaient créer des sociétés de crédit agricole. Par ailleurs, une expérience était proposée aux responsables d'organisations agricoles désireux de se lancer dans l'aventure : c'était celle des caisses allemandes dites Raiffesen du nom de leur promoteur. D'inspiration chrétienne-sociale, elles étaient constituées sans capital et fondées sur la confiance mutuelle. Les militants de l'Union Centrale des Syndicats Agricoles les introduisirent en France, en particulier Duport, président de l'Union du Sud-Est des Syndicats Agricoles56, et c'est sur le modèle mis en place par Duport, que prirent exemple les dirigeants du Syndicat Agricole Vauclusien lorsqu'en 1898 ils créèrent la "Caisse de Prévoyance et de Crédit du Syndicat Agricole Vauclusien"57. Il fallait, pour en faire partie, être membre du syndicat et les statuts précisaient ainsi le but poursuivi :

"Cette société a pour unique objet de faciliter les opérations du Syndicat Agricole Vauclusien et de procurer à ses membres pris individuellement, porteurs de parts ou non, l'usage du crédit et de les encourager à l'épargne dans le but d'améliorer leur situation morale et matérielle".

  • 58 Il s'agit du Congrès de l'Union Centrale des Syndicats Agricoles tenu à Nice en avril 1913, et c'es (...)

56Quelques années plus tard, alors que le succès de l'entreprise est éclatant, ses promoteurs qui en présentent l'historique devant le Congrès National des Syndicats Agricoles sont plus explicites sur les motivations qui les avaient poussés58 :

"... Nous pouvions et devions nous suffire à nous-mêmes. Nous le pouvions, car il n'y avait à cela aucun obstacle. Nous le devions, car nous estimons que le recours à l'Etat ne doit être accepté qu'en cas de nécessité, que le développement de l'initiative et de l'énergie individuelles est un exemple et une réaction salutaire contre la croyance déprimante à l'Etat Providence".

57On retrouve donc la vieille méfiance à l'égard de l'Etat et aussi une critique du "fonctionnement de l'épargne", que ce soit par les caisses d'Epargne qui immobilisent en fonds d'Etat des sommes considérables sans bénéfice pour l'agriculture, ou que ce soit par les banques qui sacrifient trop souvent l'expansion économique nationale aux profits des placements à l'étranger. La Caisse de Prévoyance et de Crédit apparaît ainsi comme une œuvre d'intérêt national et régional :

"Il nous a paru... qu'en recueillant l'épargne agricole et en l'utilisant sur place, nous contribuerions pour notre modeste part à la décentraliser et à éviter son exportation à l'étranger. Nous y voyons en plus l'immense avantage de favoriser le développement de notre agriculture locale, en distribuant le crédit aux agriculteurs de notre pays qui le méritent".

58Les mécanismes de la Caisse sont simples. Placée sous la responsabilité d'un Conseil d'Administration dont les membres sont élus par l'assemblée générale des porteurs de parts de la Caisse, elle fonctionne avec un capital initial très faible : 6 000 francs couverts par des parts de 20 francs. Toutes ses activités dérivent du principe que l'épargne des uns est au service des besoins des autres : les dépôts qu'elle reçoit assurent le financement du crédit qu'elle consent. A l'origine, les dépôts étaient à durée fixe, pour 6, 12 et 18 mois et renouvelables, à intérêt croissant avec l'augmentation de la durée, et ils étaient acceptés à partir de 50 francs, jusqu'à une valeur de 1 000 francs – ce plafond fut très vite élevé à 5 000 francs-. L'Assemblée générale du 20 décembre 1902 décida de mettre en oeuvre la formule des dépôts à vue, inscrits sur un livret d'épargne et assortis d'un intérêt égal à celui servi par la Caisse d'Epargne Postale. En 1905, le système des dépôts fut complété par l'ouverture de dépôts en compte courant "dont les titulaires pourront recourir à des avances de fonds qui devront dans ce cas être garantis par des dépôts de titres". En fait, il s'agit d'un système d'avances sur titres, qui ne rencontra pas un grand écho. Le Conseil d'Administration joue sur le taux d'intérêt en fonction de la conjoncture : en novembre 1906, il abaisse de 3 à 2,7596 le taux d'intérêt des dépôts à durée fixe pour "enrayer un peu" leur afflux. Par contre, il constate en janvier 1909 une légère baisse des dépôts et il s'empresse de rétablir à 396 leur taux d'intérêt.

59Les prêts sont à court terme :

"nous nous sommes imposés comme règle absolue de n'accorder le crédit que pour les spéculations agricoles qui seront achevées au moment de l'échéance : achats d'engrais, ventes de récolte différées, engraissement de bétail, etc . " .

60On voit par là les limites mais aussi l'intérêt de ce crédit, qui est adapté aux exigences techniques et économiques de la mutation en cours dans l'agriculture vauclusienne. Il vise à offrir aux agriculteurs les facilités de trésorerie qui leur permettront d'échapper à la tyrannie des marchés spéculatifs et de prévoir en toutes circonstances l'usage nécessaire des engrais. Les prêts consentis sont d'une durée de 3, 6 ou 9 mois et un plafond de 500 francs est fixé, qui peut être porté à 1 000 francs "si l'emprunteur fournit une caution solidairement responsable avec lui, pour la totalité de la somme avancée". Le taux d'intérêt est resté inchangé : 4,5 %, "absolument net de toute commission".

  • 59 Le bilan est calculé pour un exercice annuel qui va du 1er juillet au 30 juin de l'année suivante.

61Le rayon d'action de la Caisse de Prévoyance et de Crédit est calqué sur celui du Syndicat Agricole Vauclusien. D'ailleurs, lorsqu'elle fut fondée, elle s'appuyait sur des "sections" qui reprenaient en fait les structures d'entrepôt du Syndicat. On connait pour l'exercice 1900-190159 l'activité de la Caisse ventilée dans ses "sections" et c'est un indice – il est dommage que nous n'en ayons pas d'autres et qu'il s'applique à la phase de démarrage de la Caisse – de son rayonnement. Ce qu'il faut en retenir, c'est que si les prêts ont une distribution géographique qui ne privilégie aucune des régions du département, les dépôts proviennent pour l'essentiel d'Avignon : ce sont les paysans de la région avignonnaise qui assurent pour 80 % les disponibilités de la caisse, et on retrouve la même proportion pour 1904-1905. Ce déséquilibre s'explique sans doute par la proximité de la caisse, mais aussi peut-être parce que l'influence des dirigeants du syndicat et de la caisse – ce sont les mêmes – est forte à Avignon, où beaucoup d'entre eux résident. On ne connaît pas le nombre des déposants, on sait seulement pour les années 1907-1910 le nombre des dépôts à durée fixe reçus et celui des dépôts renouvelés : selon la conjoncture, le nombre des dépôts reçus varie de 32 en 1907-1908, qui est une mauvaise année, à 106 en 1909-1910, marquée, nous le savons, par le redressement des prix agricoles. Quant aux dépôts renouvelés, qu'on peut assimiler à une épargne de précaution, ils sont plus réguliers, de 110 à 140. On voit par là que l'analyse de l'activité de la caisse est un élément de vérification de la conjoncture agricole.

  • 60 A. Gueslin – Op. cit. pp. 211-220

62Le succès de la caisse est venu très vite ; les paysans informés par le syndicat et son bulletin n'ont pas tardé à prendre le chemin de ses bureaux, installés dans l'immeuble du Syndicat Agricole Vauclusien. Pour suivre les activités présentées dans le bilan, il convient de savoir que les opérations de prêt sont toutes ramenées à une durée de 3 mois, afin de faciliter les comparaisons d'une année à l'autre, et le calcul du solde des dépôts n'est effectué qu'à partir de l'exercice 1900-1901. Dans l'historique présenté au congrès des syndicats agricoles de 1913, le président souligne que, au cours du deuxième exercice, "tandis que le montant des prêts a triplé, celui des dépôts a quintuplé. C'est la démonstration la plus manifeste de la confiance inspirée autour d'elle par la Caisse de Prévoyance et de Crédit". Certes, les prêts consentis dépassent le montant total des dépôts, mais leur courte durée et la confiance que, par le renouvellement de leurs dépôts, les sociétaires témoignent, permettent aux administrateurs de satisfaire des besoins croissants de crédit. Cependant, l'extension des opérations commerciales du Syndicat et de sa coopérative et l'exigence corrélative de facilités de paiement, tant à l'égard de leurs fournisseurs qu'au bénéfice de leurs adhérents, conduisent les dirigeants de la caisse à une nouvelle démarche. Exploitant à leur profit les dispositions de la loi du 31 mars 1899 qui définissait les caisses régionales de crédit agricole mutuel, lesquelles devaient recevoir de l'Etat des avances gratuites60, ils oublient leur méfiance envers l'Etat et prennent l'initiative, en juin 1903, de créer une caisse régionale à Avignon :

"... en raison du nombre croissant des prêts consentis par la caisse et des avances de plus en plus nombreuses qu'elle va être amenée à faire au syndicat... La création d'une caisse régionale serait d'une réelle utilité pour notre société à laquelle elle pourrait consentir à un taux très réduit, grâce aux avances sans intérêt qu'elle pourrait recevoir de l'Etat, les sommes nécessaires pour ses opérations".

63Il en est ainsi fait : en septembre 1904 s'ouvre la Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel d'Avignon, et la Caisse de Prévoyance s'engage, dès lors, dans l'escompte des effets de commerce du Syndicat Agricole Vauclusien et de la Coopérative des Alpes et de Provence, forte de l'appui de la Caisse Régionale qui réescompte le portefeuille-effets de la caisse de Prévoyance, au fur et à mesure de ses besoins.

64On voit sur le graphique l'importance que prirent immédiatement ces opérations, dont le mouvement est naturellement proche de celui du chiffre d'affaires du syndicat.

65La Caisse Régionale de Crédit Agricole souffrira d'ailleurs dans son développement, tout au moins jusqu'en 1914, de sa situation quasi filiale par rapport à la Caisse de Prévoyance et de Crédit ; son conseil d'administration le reconnaît dans l'assemblée générale du 6 février 1908 quand il invoque pour expliquer la baisse de valeur de ses opérations d'escompte :

  • 61 Le recueil des Compte-rendus d'assemblée générale de la Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel (...)

"La prospérité très grande de la Caisse de Prévoyance et de Crédit... qui inspire aux agriculteurs une telle confiance qu'elle voit les dépôts affluer dans ses caisses et peut conserver en portefeuille jusqu'à l'échéance une partie des effets qu'elle escompte..."61.

66En fait, le grand client de la Caisse Régionale, c'est le Syndicat Agricole Vauclusien et cela montre que le problème de la diffusion du crédit, dans ses principes et dans sa pratique, au sein de la paysannerie vauclusienne n'est pas encore résolu. La réussite de la Caisse de Prévoyance, si éclatante qu'elle soit, a des limites évidentes et elle ne concerne qu'une faible minorité de la paysannerie vauclusienne. La Caisse Régionale, dont les moyens étaient puissants, n'a pu que rester dans l'ombre de la Caisse de Prévoyance, et son insuccès témoigne de la force d'inertie, de l'incompréhension qui persistent dans la paysannerie. Dès février 1907, le Conseil d'administration de la Caisse Régionale en faisait la constatation lucide et un peu arrière, devant l'échec de ses tentatives pour créer des caisses locales :

  • 62 Ibid.

"Ce n'est pas cependant que les populations agricoles auprès desquelles nous avons réitéré les plus pressantes démarches n'aient pas besoin du crédit ; le très grand développement pris par la Caisse de Prévoyance et de Crédit... est une preuve irréfutable du contraire. Nous savons d'ailleurs parfaitement qu'un grand nombre d'agriculteurs qui ne s'adressent pas aux syndicats pour leurs fournitures d'engrais, de semences ou d'autres matières, usent des délais de paiement que leur accorde le commerce, sans se rendre compte que celui-ci leur fait payer un taux très élevé l'intérêt de ces avances. C'est à répandre des idées plus exactes sur la pratique du crédit agricole que nous continuerons à nous appliquer"62.

67La tâche était difficile, elle devait se solder par de maigres résultats si l'on en juge par ce bilan dressé à l'assemblée générale du 20 février 1913 :

  • 63 Ibid.

"Plusieurs de nos caisses locales, qui avaient beaucoup de peine à propager dans leur circonscription la pratique du crédit, y ont définitivement renoncé. Aucune caisse nouvelle n'a pu être créée, bien que la nécessité en ait été reconnue dans plusieurs localités, et quoi que nous ayons tenté pour encourager les initiatives"63.

68L'implantation du crédit agricole en Vaucluse se dessinait comme suit, en 1913 : la Caisse de Prévoyance, qui était à la fois autonome et caisse locale de la Caisse Régionale et d'autres caisses locales – d'une activité très inférieure à celle de la Caisse de Prévoyance – à Pernes, Pertuis, Carpentras, Villes-sur- Auzon, Bollène et Bonnieux. On le voit, c'est un réseau aux mailles très larges. Mais on ne saurait oublier que c'est au syndicalisme agricole que l'on doit les initiatives essentielles en ce domaine.

69Un dernier point mérite d'être signalé dans le fonctionnement de la Caisse de Prévoyance et de Crédit : c'est la création et le développement de son portefeuille-titres. C'est une décision de 1902, qui s'explique par la progression des dépôts, dont le montant paraissait supérieur aux besoins des opérations de prêt. L'achat de titres permet à la caisse d'utiliser ses excédents et de s'assurer un revenu dont une partie est consacrée à la formation d'un compte spécial dit de "réserve pour fluctuations de valeurs diverses". La progression du portefeuille-titres est spectaculaire, elle suit celle des dépôts qui est elle-même plus rapide que ne l'est la courbe des prêts, et cela indique que la gestion des économies de ses déposants prend dans la caisse plus d'importance que ses opérations de prêt : autre témoignage que la partie du crédit est loin d'être jouée, en Vaucluse, puisqu'il en est ainsi dans ce milieu particulièrement réceptif que constitue le Syndicat Agricole Vauclusien. Mais un problème se pose, celui du choix des titres à acquérir. Alors que les premiers achats, en 1902, portent sur des rentes françaises parce qu'elles sont considérées comme "un placement sûr et rémunérateur", par la suite une autre conception s'impose, présentée en 1910 en ces termes :

  • 64 Ibid.

"Nous n'achetons que des titres de premier ordre tels qu'obligations de chemin de fer, emprunts d'Etat ou garantis par l'Etat, etc, etc... considérés comme valeurs de père de famille, nous varions les achats de titres de façon à ne consacrer qu'une faible somme à chacun d'eux et non content de cette division des risques, votre conseil se conforme à la règle de la division géographique des risques, prévue avec tant de raison par l'éminent économiste Paul Leroy-Baulieu"64.

70Certes, la prudence et le souci de préserver un capital qui lui a été confié inspirent toujours la Caisse de Prévoyance. Mais elle s'est engagée dans le marché des valeurs mobilières, et elle achète aussi bien des valeurs ferroviaires espagnoles et lombardes que des valeurs coloniales, des valeurs russes et japonaises que des valeurs industrielles françaises... Autre oubli d'une position de principe naguère proclamée d'opposition au capitalisme international ! Et surtout, cette attitude qui se conjugue avec l'effort des démarcheurs bancaires contribue à détourner les paysans des placements que peuvent leur proposer les caisses de crédit agricole. Dans une société rurale que ses cultures orientent déjà vers le jeu et la spéculation, on comprend mieux les résistances au crédit. Le conseil d'administration de la Caisse de Prévoyance confirme cette analyse lorsqu'il explique ainsi la diminution constatée en 1913 sur les dépôts d'épargne :

"... d'autres, cédant aux nombreuses sollicitations dont ils sont l'objet, se sont portés vers l'achat des valeurs de bourses, escomptant un plus grand rendement".

●●●●

71Je pense l'avoir montré, le syndicalisme agricole est partout présent, fortement organisé et structuré par le Syndicat Agricole Vauclusien qui s'est pratiquement identifié à toutes les activités, à tous les combats qui pouvaient solliciter les organisations agricoles dans le département. Mais la vie du syndicat se déroule à deux niveaux bien distincts. L'équipe de direction et d'animation du syndicat, qui ne se renouvelle guère et qui conserve l'esprit des fondateurs, d'autant mieux qu'elle puise toujours aux mêmes sources son inspiration, agit dans une certaine mesure en doctrinaire et, chaque fois qu'elle engage le syndicat dans une voie nouvelle, propose à son action des justifications idéologiques, dans la logique d'une paysannerie qu'il faut organiser, solidariser et, par là, protéger des tentations et des périls du monde moderne, qu'ils prennent le visage d'un Etat omnipotent ou qu'ils s'expriment par la contestation de l'ordre social traditionnel, par le jeu des luttes politiques. A cet égard, le syndicat peut nous apparaître comme un refuge plus que comme une force de rayonnement.

72Mais il est aussi animé d'un dynamisme que lui communiquent ces mêmes dirigeants, tout à la fois, et contradictoirement, tournés vers le passé et orientés vers la recherche de solutions techniquement nouvelles aux problèmes que pose une évolution économique dont ils sont conscients et qu'ils ont l'ambition de dominer. C'est à ce niveau que se réalisent l'expansion et la diversification des activités du syndicat, à tel point que, à l'image de son siège social qui ouvre ses locaux à toutes les organisations agricoles, il n'est pas un secteur de la vie agricole, il n'est pas une association agricole dans le département qui se soient organisés en dehors du Syndicat Agricole Vauclusien ; il leur a apporte le concours de ses dirigeants ou bien de sa Caisse de Crédit, ou encore de sa coopérative, ou même tout simplement de son bulletin. Assurément c'est sur ce plan, visible et sensible à tous, que le syndicat peut faire état de sa réussite. Mais, d'une certaine manière, l'intégration de ses dirigeants dans la société où ils jouent un rôle non négligeable reste à faire, quand éclate la guerre de 1914. En outre, par les considérations et justifications dont ils ont coloré leurs réalisations et leur action de défense professionnelle, ils ont contribué à isoler le monde paysan de la nation. S'ils ont échoué sur le plan des attitudes politiques, en Vaucluse tout au moins, il n'est pas contestable que le syndicalisme agricole tel qu'ils l'ont conçu et organisé conduit à un esprit de corps qui masque la réalité des clivages sociaux et propose à la paysannerie une image d'elle-même qui l'oppose artificiellement aux autres groupes socio-professionnels de la nation.

Notes

1 Archives Communales de Monteux – Reg. Délib. du Conseil Municipal.

2 En 1877, le conseil municipal de Caderousse demande la création d'une foire le jour de la Saint-Michel, fête patronale de la commune. Il insiste avec complaisance sur les performances agricoles du village : "Caderousse est le grand et presque unique fournisseur des blés de semence pour le département de la Drôme et la partie Nord de celui de Vaucluse ; il n'a pas de rival en ce qui concerne la production et la fabrication de millet à balais ; il figure également au premier rang comme fournisseur de bestiaux de boucherie sur les marchés du département, article boeufs". (Arch. Com. Rég. Délib. du Conseil Municipal). Il y a bien sûr quelque exagération dans cette énumération de premiers prix !

3 Archives Communales de Robion – Reg. Délib. du Conseil Municipal.

4 A.D.V. 7 M 20.

5 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Année 1880.

6 Ibid. – Année 1881.

7 A.D.V. 6 M 381.

8 Voir mon étude : le Félibrige, la République et l'idée de décentralisation (1870-1892) in la Décentralisation, VIème Colloque d'Histoire organisé par la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Aix-en-Provence, 1963.

9 P. Barral : Les Agrariens Français, op. cit. p. 85.

10 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Année 1884.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Pour toute cette étude, voir mon article : le Syndicat Agricole Vauclusien (1887-1939) in le Mouvement Social – Avril-juin, 1969.

14 Monographie du Syndicat Agricole Vauclusien présentée en 1909 à l'occasion de son vingt-cinquième anniversaire, publiée dans le bulletin du Syndicat – Année 1909.

15 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien. A noter encore cette définition du paternalisme, donnée par le Président de l'Union des Syndicats Agricoles des Alpes et de Provence, à laquelle adhère le Syndicat Agricole Vauclusien, en 1910 :
"Le syndicat agricole a amélioré le sort des petits, en grande partie grâce au concours dévoué des grands et moyens propriétaires qui se sont mis à la tête de ce mouvement dès le premier jour et qui ont donné sans compter leur temps, leur dévouement et leur argent".

16 Le Félibrige, la République et l'idée de décentralisation op. cit. Il est significatif que le bulletin syndical reproduit en 1910 le poème de Mistral "Lou Paisan", qui évoque en ces termes le syndicalisme agricole et ses perspectives :
"Vienne le jour où tous, pleins de sagesse, nous serons groupés en syndicat – d'accord pour défendre notre Provence et ses usages. Charlatans et conteurs de fariboles pourront ce jour-là changer de tâche".

17 L. Prugnaud : Les étapes du syndicalisme agricole en France -Paris, 1963.

18 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien – Année 1898.

19 A.D.V. 7 M 10.

20 M. Augé-Laribé : La politique agricole de la France de 1880 à 1940 – Paris, 1950, p. 141.

21 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – 1897.

22 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien – Année 1899.

23 Ibid. – Année 1900.

24 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Année 1884.

25 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien – Année 1896.

26 Ibid. – Année 1898.

27 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien – Année 1908.

28 Ibid. – Année 1888.

29 Archives Communales des Sarrians et de Châteauneuf-du-Pape -Reg. Délib. du Conseil Municipal.

30 La question des relations commerciales avec l'Italie se pose à nouveau en 1897. La Société d'Agriculture demande alors "qu'aucun nouveau traité ne soit contracté avec l'Italie, qui a elle-même dénoncé l'ancien traité, et que dans le cas où on serait réduit à en contracter un nouveau, notre tarif maximum actuel devienne, dans la nouvelle convention, notre tarif minimum". (Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture – année 1897). Le Syndicat Agricole Vauclusien adopte une attitude voisine, dans le cadre de l'Union des Syndicats Agricoles des Alpes et de Provence.

31 Voir supra – Chapitre II,

32 Bulletin du Syndicat Agricole Vauciusien – Année 1909 – Le rédacteur de l'article qui fait connaître l'étude de la Société d'Agriculture se livre à un commentaire politique inévitable : "il faut compter, dit-il, sur les influences politiques et les intérêts personnels de M. Clémenceau", qui souhaitait, on le sait, Te projet de dérivation varoise des eaux de Fontaine l'Evêque.

33 Bulletin du Syndicat Agricole Vauciusien – Année 1911.

34 A. Rieu : les tarifs des chemins de fer italiens et la décadence de nos exportations agricoles – Avignon, 1904.

35 Bulletin du Syndicat Agricole Vauciusien – Année 1909.

36 Ibid.

37 Le Bulletin du Syndicat publie en 1912, sous la plume du professeur d'agriculture de Pertuis, une monographie de "la coopérative de Cabrières d'Aigues pour la vente des raisins de table tardifs".

38 Pour l'étude de la question vinicole, voir M. Augé-Laribé, op. cit. pp. 173- 194.

39 A.D.V. 7 M 76.

40 Bulletin du Syndicat Agricole Vauciusien – Année 1905.

41 Ibid. – Année 1908.

42 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture -Année 1901.

43 A.D.V. 7 M 77.

44 Bulletin du Syndicat Agricole Vauciusien – Année 1908.

45 Ibid. – Année 1893.

46 Zachariewicz : Mémoire sur l'agriculture... Op. cit.

47 Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien – Année 1897

48 Ibid. – Année 1909.

49 L'Union Régionale ainsi créée, sous la présidence du marquis de Villeneuve- Trans, accentue naturellement la vocation régionale du syndicalisme agricole, avec ce que cela comporte de nostalgie du passé, de réserve à l'égard de la France moderne. Elle est présentée dans une perspective de régionalisme revendicatif aux adhérents du syndicat : "Cette union va permettre à l'agriculture de notre région de faire entendre ses doléances auprès des pouvoirs publics, avec plus de force que par le passé, parce qu'elles s'appuieront sur un faisceau réunissant toutes les forces vives de notre Midi agricole". Voir le marquis de Villeneuve-Trans et les syndicats agricoles de Provence, préface de R. Gavoty – Lyon, 1916, 229 pages.

50 A.D.V. 10 M 45.

51 Ce document nous a été communiqueé par M. Benoit, agriculteur et petit-fils du président du syndicat des Maraîchers.

52 L. de Vogüe : Emile Duport. La leçon de ses oeuvres. Lyon, 1908, p. 197.

53 A.D.V. 10 M 45.

54 Archives de l'étude de M. Geoffroy à Châteauneuf-du-Pape et de l'étude de M. Grangier au Thor. J'ai choisi Châteauneuf parce que c'est un village de la vigne, et le Thor parce que c'était un des centres de production de la garance.

55 André Gueslin : Les origines du Crédit Agricole, pp. 135-169.

56 P. Barral, op. cit. p. 108.

57 Le rapport présenté à l'Assemblée Générale de la Caisse le 13 avril 1929 donne cette précision, quant aux origines de la Caisse : "Une caisse de Crédit Agricole ayant été constituée à Belleville-sur-Saône par M. le président Duport, ce grand animateur de la profession agricole organisée, les administrateurs délégués du Syndicat Agricole Vauclusien eurent l'idée d'étudier le fonctionnement de cette caisse et d'en créer une pour la région vauclusienne". La documentation sur la caisse provient du Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien qui publie son bilan annuel, présenté lors de son assemblée générale, et de son registre de délibérations, conservé dans les bureaux de la Caisse d'Economie et de Crédit du Syndicat Agricole Vauclusien. Henry Sagnier le Crédit Agricole en France, ses origines, son essor, son avenir, Paris, 1911 a présenté en annexe de son ouvrage la Caisse de Prévoyance et de Crédit du Syndicat Agricole Vauclusien.

58 Il s'agit du Congrès de l'Union Centrale des Syndicats Agricoles tenu à Nice en avril 1913, et c'est le Bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien qui publie la communication présentée par M. Ricard, président de la caisse.

59 Le bilan est calculé pour un exercice annuel qui va du 1er juillet au 30 juin de l'année suivante.

60 A. Gueslin – Op. cit. pp. 211-220

61 Le recueil des Compte-rendus d'assemblée générale de la Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel est conservé au siège de la Caisse et les administrateurs actuels ont bien voulu m'autoriser a le consulter.

62 Ibid.

63 Ibid.

64 Ibid.

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540