Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Deuxième partie. Crise et reconstruction vers l'économie contemporaine (1860-1914)

Chapitre II. La lutte contre la crise et la recherche de voies nouvelles

Texte intégral

I – LES PAYSANS FACE A LA CRISE

1La décennie des années 1870 est donc à marquer d'une pierre noire pour la paysannerie vauclusienne qui voit s'écrouler les trois piliers de sa prospérité traditionnelle. L'analyse technique que nous en avons présentée, pour nécessaire qu'elle soit, est néanmoins insuffisante parce que l'ordre, la progression qu'elle introduit dans le déroulement des événements masquent dans une certaine mesure leur concomitance et, par là, la dynamique de leurs effets convergents. Tout à la fois l'homme de la terre est dépassé par une crise multiforme dont les mécanismes et les solutions lui échappent et il doit faire front, s'il veut échapper à la tentation du découragement et de son corollaire, le départ. On ne peut en douter, la vie est rude et souvent la situation apparaît sans issue, pour les paysans vauclusiens de cette période du désespoir. En 1876, alors qu'il parcourait le département pour les besoins du concours sur les irrigations, Barrai s'attarde sur la situation des villages de la vallée de l'Ouvèze, de Jonquières à Courthézon, où il est difficile de trouver à la garance et à la vigne disparues des cultures de remplacement rentables, et il apporte cette précision éclairante sur le déficit réel de l'activité agricole :

  • 1 J.-A. Barral : Les Irrigations dans le département de Vaucluse. Rapport sur le concours ouvert en 1 (...)

"Il y a quelques années deux notaires étaient à Courthézon ; ils faisaient 800 actes par an. Aujourd'hui un seul notaire subsiste, et le nombre des actes ne s'élève pas à 200. Il ne se fait plus de ventes volontaires, parce que l'on attend un temps meilleur ; il n'y a de vente que par expropriation forcée et la terre, qui se payait facilement 400 francs et plus par éminée, est maintenant adjugée à 250 francs. Enfin, la main-d'œuvre est tombée au-dessous de 2 francs, même 1,50 francs par journée d'homme, et encore tous ne trouvent pas d'ouvrage ; aussi des familles entières quittent chaque semaine une contrée qui ne peut plus les nourrir"1.

2Cette vision d'une économie profondément perturbée qui s'immobilise et ménage ses forces, mais aussi qui s'allège de ses travailleurs les plus démunis, s'impose à tous les témoins. On peut la compléter par l'évocation de drames plus discrets, plus émouvants peut-être dans la mesure où ils frappent ceux qui n'ont plus la ressource du départ. C'est ainsi qu'en 1878 le curé de Ménerbes expose devant le Conseil d'Administration de l'hospice du village les difficultés nouvelles auxquelles se trouve confronté l'hospice :

"Il y a seulement trois années peu de pauvres et de malades se présentaient, aujourd'hui les pauvres et les malades étant devenus plus nombreux dans notre commune et s'étant présentés à l'hospice avec un réel état de besoin, par pitié on les a reçus facilement. …

  • 2 Arch. Com. de Ménerbes, Reg. de Délibérations du Conseil d'Administration de l'Hospice.

Malheureusement le pays de Ménerbes perd chaque jour de sa prospérité passée et devient misérable, il est sûr que dorénavant les demandes de pauvres et de malades pour l'hospice vont être faites plus encore que par le passé et ce sera une désolation pour les familles si nous ne recevons pas au moins les plus nécessiteux"2.

3Ce serait cependant une grave erreur de ne voir que la peine des hommes et leur accablement. Combien d'indices, le plus souvent légers et furtifs, d'une ténacité qui était d'une certaine manière résignation à une vie rude, mais aussi volonté de résister au destin contraire...

  • 3 Voir mon étude : "Un village vauclusien sous la IIIème République : Châteauneuf-du-Pape", in Actes (...)

4A Châteauneuf-du-Pape3, on s'est transmis le souvenir de la crise phylloxérique, ici plus redoutable qu'ailleurs, et les paysans d'aujourd'hui évoquent encore le comportement de ceux des années 1870, frappés de bonne heure puisqu'on évaluait les vignes détruites, dès 1869, du tiers à la totalité des plantations selon les propriétés. Comme à cette date la garance était encore rentable, des petits propriétaires châteauneuvois, brusquement sans ressources, n'hésitèrent pas à s'embaucher pour l'arrachage de la garance dans la région d'Althen-les-Paluds et même jusqu'en Camargue où d'importantes cultures de garance avaient été tentées. Qu'on se représente ces hommes partant en équipe, pour la semaine, et revenant au village qu'ils ne voulaient pas abandonner... Ce sont les mêmes qui, pour "faire un peu d'argent" comme on dit encore, s'ingénièrent à planter des arbres fruitiers dans leurs vignes dévastées, pour un résultat décevant puisque les abricotiers ne s'adaptèrent pas au sol ; seuls les cerisiers donnèrent un petit revenu. Il fallut bien dans ces conditions, faute de mieux, semer du blé dans des terres pierreuses et sèches : les 500 hectares emblavés en 1881, année médiocre il est vrai, ne donnèrent qu'un rendement de 8 hectolitres de grain à l'hectare, alors que la moyenne départementale s'établissait tout de même à 11 hl. On mesure par là les conditions de vie particulièrement difficiles auxquelles se résignèrent beaucoup de paysans vauclusiens, pour préserver les chances de leur avenir sur leurs modestes exploitations.

  • 4 Souvenirs sur la famille A...

5Par chance, je peux livrer un témoignage d'une indiscutable authenticité et d'une rare précision sur les conditions humaines du déroulement de la crise. Un paysan de Cairanne, village de la vallée de l'Aigues dans le canton de Vaison, Denis A..., né en 1866, avait consigné dans ses dernières années, de 1943 à 1946, le récit de sa vie et son fils qui l'a recueilli a bien voulu me le confier4. Document fidèle, émouvant par sa sincérité comme par la volonté de témoigner qui animait son auteur, ces mémoires d'un simple paysan qui avait longuement médité sur son expérience d'homme, décrivent dans leur mouvement réel, étroitement imbriquées les unes aux autres, les diverses manifestations de la crise de l'agriculture et les réactions de défense qu'elle avait suscitées.

6Denis A... campe le portrait de son père, Cadet A. Il était le troisième d'une famille de six enfants, né en 1824 et placé comme berger dès l'âge de 9 ans. La garance accompagne son destin : pendant la crise de 1848, alors que la mévente des vers à soie l'avait contraint à quitter la maison paternelle où il était revenu après son mariage, c'est l'arrachage de la garance qui lui permet de subsister. Un peu plus tard, c'est une heureuse spéculation sur la valeur d'une récolte de garance, qu'il achète à bas prix à condition de l'arracher et qu'il revend en hausse, qui lui procure les moyens d'acquérir sa première terre "qu'il exploitait de grand matin ou le soir tard, sa journée faite". Par une promotion sociale caractéristique de l'économie garancière, il devient ainsi propriétaire d'une petite ferme. Cet homme entreprenant ajoute alors à son état de paysan une profession commerciale : il devient courtier en garance pour un industriel d'Avignon. Rémunéré par une commission de 3 francs par quintal, il achetait les racines de garance chez les paysans, se chargeait de leur emballage et de leur transport. Il eut ainsi à son service, jusqu'en 1873 date à laquelle la garance disparaît à Cairanne, "deux ou trois hommes allant emballer les garances à domicile et quatre charrettes charriant sans cesse ces garances en fabrique".

7Paysan-commerçant, et donc homme d'initiative, Cadet A... s'adapte à la crise de la sériciculture. En 1860, alors que les maladies du ver à soie condamnent les graines de pays et que l'attention est attirée sur les graines d'Orient :

"il réalisa un petit capital (une dizaine de mille francs, m'a-t-il dit) et au mois de mai suivant partit pour la Roumanie... Il put acheter et faire grainer sur place des cocons dont il avait vu l'élevage très sain et retourna à Cairanne avec de très bonnes graines qui donnèrent un brillant résultat. En 1862, 1861 et 1863 il en fut de même et il était devenu un des plus forts graineurs de la région."

8Mais la réussite était précaire et l'année suivante les graines importées connurent l'échec. On entrevoit alors les conditions très fragiles dans lesquelles vivait la paysannerie. Les paysans qui avaient acheté ses graines à Cadet avaient obtenu de lui un crédit jusqu'à la vente de leurs cocons, l'échec des éclosions les mit dans une impasse financière telle que le graineur ne put obtenir le paiement des sommes qui lui étaient dues... Il s'en suivit un procès, qu'il perdit puis qu'il gagna en appel à Nîmes, mais "cela lui avait coûté beaucoup d'argent et ses bénéfices des trois précédentes années y passèrent".

  • 5 J.-A. Barral – Op. cit.

9Ainsi, en l'absence de tout système de crédit, l'agriculture – tout au moins pour une de ses productions commercialisées – s'était adaptée à une situation de crise qui rognait très sensiblement son revenu monétaire par une formule, empirique et fort hasardeuse, de prêt gagé sur des rentrées d'argent elles-mêmes incertaines... Il y a là une forme spontanée d'adaptation à une situation de déficit, qui aide à comprendre la capacité de résistance de la paysannerie vauclusienne. N'oublions pas qu'il y fallait aussi, surgis de la paysannerie elle-même, des hommes d'audace comme Cadet A..., engageant, pour une entreprise qui tenait fort du quitte ou double, le modeste capital qu'ils pouvaient rassembler. En dernière analyse, les gains réalisés étaient médiocres, et les accidents climatiques ajoutaient un risque supplémentaire, avec lequel il fallait compter. On le voit à l'évocation d'une gelée printanière5 et de ses effets sur la sériciculture :

  • 6 Un tel rendement était un fait exceptionnel, ou tout au moins on ne pouvait l'atteindre que dans de (...)

"Le 16 avril 1876, nous fûmes gratifiés d'une forte gelée qui entre autres dégâts aux quelques vignes qui nous restaient et aux primeurs (pommes de terre etc..) nous brûla littéralement les bourgeons de mûriers, soit la feuille nécessaire à la nourriture des vers à soie, la seule récolte potable qui nous restait à ce moment-là. Or, précisément, cette année là mon père avait vendu des graines de vers à soie pour la maison Albin Marcy de Grasse, non seulement à crédit, mais encore à condition qu'elles produisent des cocons au minimun 20 kg par once de 25 grammes. C'était le début de l'examen des graines au système Pasteur, et mon père qui était très connu dans la région avait livré une bonne quantité de ces graines. Or, les feuilles de mûriers étant gelées, les vers à soie qui étaient éclos n'avaient plus rien à manger et nous étions menacés de tout perdre : nos graines d'abord et notre propre élevage qui était de 4 onces, qui, en réussissant comme on disait alors produisaient 50 kg par once6, soit 200 kg environ, chiffre que nous avons eu pendant longtemps. Que fit mon père ? Il s'informa des régions épargnées par la gelée, et il apprit qu'à Montélimar les feuilles de mûrier étaient intactes. Il fit un gros colis, autant qu'il put en trouver, de bourras, draps de lit, pour emballer la feuille cueillie et partit pour cette ville. Il acheta de la feuille disponible parmi les propriétaires ne pratiquant pas l'élevage des vers à soie. Le colonel du régiment lui donna des soldats tant qu'il en voulut pour cueillir cette feuille à forfait (1 franc les 100 kg). Le soir même, il mettait ces trousses de feuilles en gare, et deux heures après elles arrivaient à Bollène-la-Croisière, où mon frère aîné, avec d'autres charretiers, venait les prendre pour être rendues à Cairanne à minuit. Je revois toujours les personnes qui venaient acheter ces feuilles, couchées dans la cour, le soir, attendant patiemment l'arrivée des charrettes et il n'y en avait pas toujours pour tout le monde".

10Il ne fait pas de doute que Cadet A... était doué d'un esprit d'initiative et d'une volonté peu communes, et on ne saurait le considérer comme représentatif du milieu paysan dans son ensemble. Cependant, la paysannerie, groupe social laborieux et ouvert, où l'intelligence n'avait d'autre possiblilité de s'exprimer pleinement que dans des entreprises individuelles, tout à la fois risquées et raisonnées, ne pouvait manquer de faire surgir d'elle-même des hommes d'exemple, particulièrement nécessaires dans une période de crise comme celle que nous étudions. Sans doute les difficultés économiques ont d'une certaine manière facilité leur réussite parce qu'elles ont mis en valeur leurs qualités personnelles, mais aussi leur énergie et leurs audaces ont eu, à coup sûr, valeur d'entraînement pour un milieu humain désorienté et découragé. On le voit lorsque le vignoble est atteint par le phylloxéra :

"En 1867, le phylloxéra fait son apparition dans notre beau vignoble de Cairanne, et deux ans après toutes les souches étaient mortes. Ce fléau ne nous avait laissé que quelques pièds, soit dans le sable pur, soit dans le roc, qui avaient survécu ce qui nous a permis, à la maison, de récolter encore quelques litres de vin.

Mon père ne désespéra pas et en 1870, profitant qu'il y avait beaucoup de main-d'œuvre inoccupée dans le pays (chômage occasionné par la guerre avec la Prusse), il fit défoncer un terrain, à 50, 60 et même 80 centimètres de profondeur car on tirait des quantités de grosses pierres... L'expérience fut désastreuse. Les ceps qu'il y planta poussèrent prodigieusement pour un terrain si maigre et la vigne était de toute beauté et sans maladie aucune, lorsque à trois ans, en août, la grêle s'abattit sur ce quartier et détruisit la récolte qui était la première depuis la plantation. L'année suivante ce fut à nouveau le phylloxéra et la vigne dut être arrachée sans avoir rien donné.
Mon père ne se découragea pas et continua de planter des petits coins, à droite et à gauche, pour boire un peu de vin. Ces vignes donnaient généralement une récolte à trois ans, mais phylloxérées ensuite elles devaient être arrachées. Pourtant, le besoin de boire du vin était devenu si tentant et si fort que mon père trouvait des paysans pour lui planter en vignes son sol à compte et demi, c'est-à-dire partager intégralement la récolte et tout cela en travaillant trois ou quatre ans pour une récolte, tout au plus une et demie quand à quatre ans la vigne n'était pas morte en plein".

11Rappelons-le, cette évocation concerne un paysan aisé, à mi-chemin entre le. travail de la terre, où le portent manifestement ses préférences, et l'activité commerciale prolongeant le labeur du paysan, où il a vu la possibilité d'un gain supérieur. Cela veut dire que la masse des paysans vit encore plus péniblement, et l'écart se creuse sans doute entre ceux qui prennent les initiatives et ceux, le plus grand nombre, qui suivent et imitent : dans une période de crise aussi profonde, le profit récompense les audacieux. Le récit de la vie quotidienne, du mode de vie, n'en prend que plus de force, puisqu'il s'applique à un milieu familial relativement privilégié :

"C'est l'époque que j'ai connue où l'argent fut le plus rare à la maison. Nous n'étions plus que trois à table. Eh bien ! pour l'entretien du ménage mon père donnait à la mère Apollonie (la marâtre de l'auteur du récit) cinq francs pour sa semaine, et elle s'en tirait très bien, sans faire de dettes.

Le pot-au-feu du dimanche coûtait vingt sous environ. On achetait en plus une demi-livre de sucre, un peu de café (très peu), du sel, un peu de pâtes, un morceau de morue pour le vendredi et quelques anchois qu'on mettait avec des pommes de terre bouillies pour le goûter. On avait, en plus, les salaisons du cochon, des légumes du jardin et les olives qu'on récoltait ; c'était notre menu à peu près, de toute l'année.

Pour le pain, nous récoltions le blé, transformé en farine au moulin de Cairanne, c'est la mère Apollonie qui le pétrissait elle-même à la maison où le boulanger venait chercher la pâte sur ses épaules, pour la cuire à son four. Son paiement en nature était un pain tous les vingt, plus un morceau de pâte. On fabriquait ce pain dit "de ménage" pour 15 jours l'hiver et 8 jours l'été, car il durcissait beaucoup plus vite dans la saison chaude".

12Il est important, me semble-t-il, de situer dans leur contexte humain les efforts et tentatives par lesquels se dessine progressivement, par tâtonnements et approches successives, une politique de lutte contre la crise. Certes, des lignes de force d'une reconstruction de l'agriculture vauclusienne se profilent assez vite, en relation avec les conditions naturelles et les possibilités existantes de les valoriser pleinement. Mais si l'on veut bien le comprendre, le destin de l'agriculture vauclusienne doit être traité par l'analyse du comportement de tous ceux qui l'ont construit, comportement divers et complexe où interviennent leurs habitudes de pensée et d'action, leur endurance et leur résignation, mais aussi le sentiment de révolte qui parfois les fait se dresser contre le sort malheureux... C'est tout cela que traduit leur aptitude à s'adapter à une situation très rude, très sombre. La difficulté d'une étude comme celle-ci, c'est la nécessité où l'on est de la conduire sur deux plans bien distincts. Il y a le plan où s'élabore, se définit et se justifie la politique agricole de lutte contre la crise : les techniciens, les politiques s'y sont employés et leurs discours, leur programmes sont faciles à retrouver. Mais il y a aussi la mise en oeuvre des projets, la réalisation des programmes... C'est là, par un enchaînement que l'on ne saisit pas toujours très bien, que la lutte contre la crise entre dans la vie quotidienne de milliers d'acteurs, étrangement silencieux. Mais on comprend bien qu'ils n'avaient pas le loisir d'exposer leurs inquiétudes et leurs espérances, de conter leur peine ! Aussi c'est une très grande chance d'avoir mis à jour le témoignage de l'un d'eux et le fait qu'il l'ait rédigé bien longtemps après l'événement lui-même n'enlève rien à sa vérité. J'en retiens que pour vaincre la crise il a fallu que les hommes l'affrontent à pleines mains, dans une lutte à tâtons longtemps incertaine.

II – LE BLE, UN RECOURS CONJONCTUREL

13Présentant les résultats du concours sur les irrigations en Vaucluse pour 1876, J.-A. Barrai expose les objectifs qui lui étaient assignés en ces termes :

  • 7 J.-A. Barral – Op. cit.

"L'administration de l'agriculture a pensé avec raison qu'il y avait lieu d'encourager l'extension et le perfectionnement des irrigations, qui produisent une si luxuriante végétation partout où dans le Midi elles peuvent être employées... En appelant vivement l'attention sur les avantages que fournissent les arrosages, en signalant les meilleurs procédés suivis par les cultivateurs qui avec l'eau obtiennent de magnifiques récoltes là où sans eau le sol reste stérile et désolé, on ramènera l'espoir et l'énergie chez les propriétaires et les fermiers. Les exemples qui seront cités auront aussi pour résultats d'amener l'ouverture de nouveaux canaux et de faire servir à l'agriculture de magnifiques cours d'eau sans aucun usage aujourd'hui. La vigne submergée à l'automne n'a plus rien à redouter du phylloxéra : il faut rechercher dans quels terrains la submersion peut être appliquée aux vignobles qui pourront renaître après avoir disparu sous les coups d'un ennemi terrible. Dans les terres profondes et d'alluvion les luzernes arrosées peuvent remplacer la garance ; ailleurs, des prés, des cultures maraîchères, peut-être quelques cultures de plantes oléagineuses, de plantes textiles ou de graines de plantes de luxe... sont susceptibles d'être avantageusement essayés non seulement pour produire l'équivalent des richesses perdues, mais encore pour en fournir de plus considérables"7.

14Voilà bien le discours-programme type, et nous serions mal venus de le sous-estimer. Il définit des orientations claires, sur la base d'une observation lucide et d'un raisonnement optimiste que l'expérience a confirmés. Sans doute, Barral se trompe sur les vertus curatives de l'irrigation pour combattre le phylloxéra, mais l'important est la perspective qu'il trace – au moment où tout est sombre ! – d'une économie reconstruite sur la base de cultures commerciales, adaptées au climat dont on corrigera les inconvénients par l'apport des eaux d'irrigation. Ceci dit, la voie à suivre n'était nullement royale, elle réservait bien des détours et des embûches, et on le voit par l'évolution de la culture des céréales, plus particulièrement celle du blé.

15Le système agricole traditionnel, si perfectionné qu'il fût, maintenait à la céréaliculture une place prépondérante. La crise n'y change rien, bien au contraire elle conduit rapidement à une sensible extension des emblavures. Frappés dans leurs champs de garance et dans leurs vignes, les paysans vauclusiens se réfugient dans la culture familière entre toutes, celle aussi qu'on peut entreprendre aux moindres frais comme aux moindres risques. C'est la réaction spontanée d'une agriculture ébranlée, dans la mesure précisément où se dérobent devant elles les voies commerciales où elle était engagée. C'est bien évidemment le fait des petits producteurs, qui ne peuvent laisser la terre sans culture, et dans leur attitude on discerne à côté des facteurs économiques le poids d'une conception du travail de la terre, d'une morale, pourrait-on dire à la limite. La progression des céréales accompagne donc le mouvement de la crise agricole, avec un temps de retard cependant, puisque la courbe des superficies cultivées en blé atteint son maximun en 1884, à un moment où déjà s'esquissent des solutions à la crise. Ce décalage exprime le désarroi des premières années et la volonté qui s'affirme ensuite de tenir tête aux catastrophes.

  • 8 A.D.V. 6 M 412-412. Ces documents ont souvent disparu. On en trouve cependant, mais de manière disc (...)
  • 9 A.D.V. 6 M 413. Les rapports d'août 1885 sur la récolte en grains, qui ont été conservés pour les c (...)

16Le caractère psychologique de la démarche ainsi analysée apparaît d'une portée supérieure à son incidence économique si l'on considère l'évolution, dans le même temps, des rendements. Les données statistiques, rassemblées et exprimées en une moyenne départementale, ont certes valeur relative, d'approximation, et elles recouvrent des situations très différentes, mais on peut les vérifier en partie par des appréciations qualitatives fournies par les maires dans leurs rapports trimestriels sur l'état des récoltes8. En fin de compte, la série du rendement du blé est digne de foi, et l'amplitude des fluctuations annuelles n'a rien de surprenant : en Vaucluse, elle souligne l'importance des accidents climatiques qui sont toujours des excès : excès de sécheresse ou au contraire d'humidité, aux deux périodes décisives des semailles et de la maturation des récoltes9. Pour retrouver la tendance de fond, brouillée par les accidents d'une conjoncture climatique capricieuse, il convient de recourir au procédé des moyennes mobiles. On voit alors nettement qu'à la période d'extension maximum de la culture du blé correspond un mouvement rigoureusement inverse de ses rendements, et la coïncidence n'est évidemment pas fortuite. La disparition de la garance a entraîné un recul dans l'utilisation des fumures et engrais : "le gras de garance", comme on disait, entre pour une bonne part dans la différence entre les rendements des années 1865-1875 et ceux des dix années suivantes. Par ailleurs, la mise en culture céréalière de nombreuses vignes détruites par le phylloxéra n'aboutit le plus souvent qu'à des rendements faibles, et il faut enfin compter avec les tentatives de sauver le vignoble par la submersion : ce sont des terres de plaine, de bonnes terres à blé, qui sont ainsi devenues les terres d'élection du vignoble soumis à la submersion. Dans sa phase ultime, l'économie traditionnelle fait ainsi la preuve que le blé ne peut constituer en Vaucluse la base d'un système agricole à haute productivité et il apparaît que le progrès agricole, dans ce qu'il aura de fondamental, passera par une réduction de la céréaliculture.

17Cette exigence se vérifie aisément à la lecture des courbes des superficies et du rendement du blé. Les emblavures sont sensiblement et brutalement réduites de 1885 à 1887 pour se stabiliser à un palier légèrement supérieur à celui des années 1860 jusqu'aux dernières années du siècle. C'est qu'on est, dès lors, entré dans la phase de reconstitution du vignoble, élément important de la définition d'une nouvelle agriculture, et cela signifie récupération des terres qui n'étaient devenues – ou redevenues – des terres à blé qu'en raison de circonstances exceptionnelles. Par ailleurs, il faut compter avec la conjoncture nationale : la baisse des prix du blé, amorcée depuis 1880 et qui va se poursuivre et s'aggraver dans les années 1890, ne peut pas inciter les paysans à développer leurs emblavures. Mais les prix déprimés n'expliquent pas seuls, ni même pour l'essentiel, le nouveau décrochage des superficies cultivées en blé que l'on observe au tournant du siècle. Il faut surtout y voir l'effet d'une nouvelle distribution du territoire agricole, le vignoble ayant retrouvé et bientôt dépassé son aire d'extension anté-phylloxérique et les cultures maraîchères s'installant au cœur d'un assolement plus complexe et plus intensif que celui qui s'était constitué autour de la garance. Il y a là un ensemble de considérations agronomiques qui conduit à refouler la culture du blé, soit dans les terroirs qui lui sont le plus favorables, soit aussi dans ceux qu'on ne pourrait valoriser autrement.

  • 10 Mais le gain de productivité dans le contexte des cultures maraîchères ne doit pas faire perdre de (...)
  • 11 Arrondissement cPApt, monographies communales par M. Bancal. Cavaillon, 1896.
  • 12 M. Bancal, (op. cit.) indique qu'à Gargas, en 1895, les céréales sont cultivées sur 900 ha et produ (...)
  • 13 De Reparaz : Le plateau de Saint-Christol – Op. cit.

18D'où une certaine ambiguïté dans la culture du blé : indiscutablement, elle est plus efficace dans sa nouvelle aire, il suffit pour s'en convaincre de suivre le graphique de son rendement. Les fluctuations annuelles s'atténuent fortement à partir de 1898 et ce fait témoigne que la culture du blé est moins soumise que par le passé aux aléas climatiques, parce que pratiquée dans des terres moins vulnérables aux excès du climat méditerranéen. Mais plus encore, le dessin du mouvement de longue durée révèle une progression spectaculaire du rendement, en relation directe avec la réduction des superficies. Cependant, le rendement du blé en Vaucluse est inférieur à la moyenne nationale, malgré ses progrès, et ainsi apparaissent les limites de la céréalicuture : elle peut être d'une bonne productivité quand elle est intégrée dans un assolement complexe dont l'élément moteur est constitué par les cultures maraîchères, car alors elle profite des façons culturales et de l'apport d'engrais nécessaire à ces cultures10 ; elle se justifie encore dans les plaines rhodaniennes du Nord du département, dans le canton de Bollène, ou bien sur les terrasses de la vallée de la Durance. C'est ainsi qu'une monographie du village de Cucuron, écrite en 1895, signale que le blé de ce village "est un des meilleurs de la vallée de la Durance et surtout vendu comme blé de semence"11, ce qui lui assure une plus-value non négligeable. Mais, encore au début de ce siècle, combien de terres médiocres, sur les plateaux arides, ensemencées en blé... C'est ce qui explique en premier lieu l'importance que conserve le blé dans l'arrondissement d'Apt ; il ne correspond pas à une vocation céréalière, mais à l'utilisation de terres médiocres. Sans doute, cette culture extensive produit des excédents commercialisables, qui ont sur le marché d'Apt et au-delà, jusque dans les minoteries marseillaises, une réputation de bonne qualité. Mais on ne doit pas avoir d'illusions sur leur importance quantitative12, et l'on observe que même dans ces villages au terroir ingrat le blé est en recul13. Seulement, la population y est aussi en forte baisse et la régression de l'auto-consommation explique pour une part non négligeable que les paysans se trouvent désormais en position de vendeurs.

19L'évolution de la céréaliculture n'est donc pas achevée. Momentanément renforcée par la crise, elle cède du terrain à mesure que se dessinent les traits d'une agriculture nouvelle, mais elle reste tout de même la culture la plus importante par les superficies qui lui sont consacrées. Il ne semble pas qu'elle soit l'objet de recherches techniques particulières, même si le professeur départemental d'agriculture croit pouvoir porter un jugement très optimiste dans son rapport d'activité pour l'année agricole 1911-12, puisqu'il écrit :

  • 14 Ed. Zacharewicz. Rapport sur les travaux de la chaire départementale d'agriculture pendant l'année (...)

"La culture des céréales qui occupe dans le département 70000 ha y est faite maintenant rationnellement, soit au point de vue du choix des semences, soit à celui des engrais à lui appliquer... En opérant ainsi, les rendements par hectare ont été portés de 13 à 14 hectolitres pour le blé et de 22 à 28 hectolitres pour l'avoine"14.

  • 15 Statistique agricole de la France. Résultats généraux de l'enquête décennale de 1892 – Paris, 1897. (...)

20En tout cas, les enquêtes agricoles indiquent que de 1862 à 1892 la quantité de semence à l'hectare est restée inchangée, de l'ordre de 1,80 hl. Les renseignements font défaut par la suite, mais il est possible que la hausse du rendement s'explique partiellement par une semence plus généreuse en même temps que sélectionnée. L'enquête de 189215 montre par ailleurs que les semailles comme la moisson n'étaient que très faiblement mécanisées, puisque l'on dénombre pour le département 125 semoirs mécaniques, 132 faucheuses et 69 moissonneuses mécaniques. Il ne pouvait en être autrement, dans la mesure où la céréaliculture ne donnait pas lieu à spécialisation sur de grandes surfaces, mais restait présente dans la quasi-totalité des exploitations agricoles. Et c'est ce caractère d'une production diffuse, inséparable d'une économie qui conserve encore l'objectif d'assurer la subsistance de ses producteurs, qui permet de mettre en doute non pas l'orientation que définit pour elle le professeur départemental d'agriculture mais sa généralisation.

21C'est aussi parce qu'elle est à la fois culture de subsistance et culture commerciale, dans des proportions variables selon les zones de production et les années, mais toujours malaisées à préciser, que la céréaliculture, tout particulièrement la culture du blé, est d'une définition difficile quant au revenu qu'elle assure. Un fait à cet égard me paraît significatif : alors que les autres productions agricoles sont l'objet, à l'occasion des concours agricoles ou bien dans les analyses que font les responsables professionnels, de calculs tendant à chiffrer le revenu net qu'elles sont susceptibles de procurer aux paysans, le blé échappe à cette évaluation qui est, bien entendu, conçue comme un stimulant auprès des paysans. Deux raisons à cet oubli, qui ne peut être fortuit : d'une part, le revenu de la culture du blé, si on le calculait, serait en tout état de cause inférieur à celui des autres cultures ; d'autre part, le blé est cultivé indépendamment de sa rentabilité exprimée en termes monétaires, parce qu'il est à la base de l'alimentation paysanne.

  • 16 Voir à cet égard ma communication au Congrès des Sociétés Savantes de Tours : Contribution à l'étud (...)

22Le blé est encore l'élément le plus important de l'autoconsommation paysanne, on le voit bien d'après les usages en matière de fabrication du pain16. Si la cuisson domestique du pain semble peu répandue en Vaucluse, du moins la préparation de la pâte à la maison, par les soins des femmes, était-elle chose courante et le travail du boulanger consistait pour l'essentiel, dans les villages, à cuire le pain, moyennant une rémunération en nature. Au tournant du siècle, cet usage se perd et on voit apparaître des formes plus élaborées de division du travail : la plus courante est l'échange blé ou farine-pain. Cela correspond au désir, traduction d'un progrès dans le genre de vie, de manger du pain de meilleure qualité : on achète ainsi le pain chaque jour, alors que dans la formule précédente on faisait cuire tous les huit ou dix jours et il arrivait que les dernières miches fussent moisies... Mais ce qui relie cet usage au précédent, c'est sa finalité : il s'agit toujours pour le paysan de se procurer le pain nécessaire à l'alimentation familiale sans bourse délier, le meunier et le boulanger étant payés de leur travail en nature. Le souci d'échapper au circuit d'échanges monétaires est si fort qu'il s'exprime dans des formes coopératives : on relève, de 1900 à 1914, la création d'une trentaine de boulangeries coopératives dans les villages vauclusiens, et leurs statuts prévoient avec précision les conditions de l'échange entre le blé qu'apporte le paysan et le pain que lui livre le boulanger. Mais, coopérative ou non, la formule de l'échange est sans conteste la plus répandue en Vaucluse jusqu'en 1914.

23C'est ainsi que se prépare le dépérissement progressif de la culture du blé, d'autant plus que les nouvelles cultures assureront des résultats financiers bien supérieurs. Ne sous-estimons pas, cependant, le rôle qu'elle a joué pendant les années difficiles de la crise agricole : elle a permis, dans une large mesure, de tenir et c'était important. Bien qu'il ait été médiocre, son revenu monétaire réel a entretenu l'espoir. La culture du blé est, certes, la grande victime de la reconstruction de l'agriculture en Vaucluse, mais elle s'accroche encore, avec un succès relatif, là où les conditions naturelles n'ont pas imposé de spéculation agricole plus rentable. Et parce qu'elle est représentative du genre de vie paysan lui-même, elle conserve encore un potentiel affectique l'action syndicale agricole exploitera largement.

III – LE VIGNOBLE RECONSTITUE : UN SUCCES INCONTESTABLE ET DES PROBLEMES NOUVEAUX

A – LES VOIES ET METHODES DE LA RECONSTITUTION DU VIGNOBLE

24C'est dans les années 1880 que commence la reconstitution du vignoble. Jusqu'alors, les vignes françaises ont toutes été atteintes par le phylloxéra. Seules ont résisté, et encore de façon précaire, celles qui se trouvaient dans des sols sableux, dont la structure freine la progression de l'insecte. Cette particularité explique que l'on a fait des plantations dans des terrains sableux qui, jusqu'alors, n'avaient pas été considérés comme favorables à la vigne. De la même manière, les résultats positifs, encourageants, de la submersion ont eu pour effet d'orienter la vigne vers des terres de plaine, d'une topographie et d'une situation géographique qui permettent de les inonder pour une période de plusieurs semaines. Ces tentatives ne peuvent être considérées comme le point de départ de la reconstitution du vignoble, leur extension est par force limitée et leurs résultats sont par trop incertains. Retenons cependant qu'elles amorcent un déplacement du vignoble car elles ont révélé des terres, auxquelles on n'avait pas pensé jusqu'alors, parfaitement adaptées à la culture de la vigne. On doit noter aussi que les propriétaires qui ont la chance d'avoir dans leur patrimoine des terrains permettant, sinon d'éviter le phylloxéra tout au moins d'en limiter les dégâts, tirent de leur situation privilégiée un avantage considérable, en raison de la hausse des prix du vin. Il y a là, pour eux, la possibilité de réaliser le capital qui sera en tout état de cause nécessaire à la reconstitution du vignoble par le seul moyen réellement efficace : le recours aux plants américains.

  • 17 Bulletin de la Société Départementale d'Agriculture – Année 1876.

25C'est en effet une chose acquise dès 1880 : l'utilisation conjointe des cépages américains, sur lesquels le phylloxéra n'a pas prise, et des vieux cépages français conservés comme producteurs de raisins, permettra seule de vaincre le phylloxéra tout en maintenant au vignoble sa capacité de production, au plan qualitatif comme au plan quantitatif. Désormais, le recours aux insecticides et la technique de submersion apparaissent comme des actions défensives, que des considérations psychologiques plus qu'économiques justifient encore, mais sans convaincre. Que dire, alors, de l'obstination de beaucoup de vignerons à replanter leurs vignes phylloxérées... En 1876, la commission de viticulture de la Société Départementale d'Agriculture17 s'efforçait de justifier cette ténacité sur le plan économique, en constatant que ces vignes

"résistent au mal 5 à 6 ans, puis elles meurent mais après avoir payé à leur propriétaire, par deux ou trois bonnes récoltes, ses déboursés de plantation et le louage de la place qu'elles ont occupée".

  • 18 Ibid. Année 1884

26En 1884, au terme d'une nouvelle visite du vignoble, elle constate encore18 que bon nombre de plantations sont considérées par leurs propriétaires comme des plantations incorporées à un assolement pour 5 à 6 ans, mais elle ne voit plus de justification autre que morale à cette pratique :

"Ne faut-il pas voir... dans ce fait une nouvelle preuve de cette ardeur généreuse qui anime à tous les degrés notre population agricole et doit tôt ou tard assurer le salut !".

27Les auteurs du rapport ne sont manifestement pas convaincus que cette manifestation de foi puisse suffire à assurer le salut tant espéré et ils jugent préférable de terminer par un mot d'ordre très concret :

"Plantez des vignes américaines ; selon nous, le salut et l'avenir de la viticulture française sont là".

28Le problème de la reconstitution du vignoble, dans ces conditions, peut être posé très simplement : alors qu'en 1880 on n'a plus de doute sur la méthode à suivre, comment se fait-il – les statistiques, si insuffisantes qu'elles soient, sont à cet égard indiscutables – qu'il faut attendre les années 1910 pour que le vignoble soit totalement reconstitué, sur des bases géographiques d'ailleurs partiellement renouvelées ?

  • 19 A.D.V. 7 M 81.

29Avant d'essayer de répondre à la question ainsi posée, il convient d'indiquer les données dont on dispose. Il est naturellement nécessaire de partir d'une base statistique, puisqu'on veut suivre dans son évolution une aire de production. A cet effet, la statistique agricole annuelle fait le compte des superficies plantées en vignes et même distingue, pour certaines années, les vignes nouvellement plantées – de moins de quatre ans d'âge – des vignes en production. Malheureusement, la précision est plus apparente que réelle en raison des confusions qu'y introduisent fréquemment les maires et il est préférable de s'en tenir à la superficie totale. Par ailleurs, le fait qui, pour nous, serait le plus intéressant à connaître, c'est la technique de plantation : vignes traditionnelles, et donc condamnées à échéance plus ou moins rapide, ou vignes sur plants américains ? Or, sur ce point – décisif car c'est par là que se mesure réellement la rapidité et l'ampleur de la reconstitution du vignoble – la statistique agricole annuelle est muette. Fort heureusement, les services préfectoraux se sont préoccupés de la question, pour des raisons qui tiennent essentiellement à l'engagement pris par les pouvoirs publics de venir en aide aux vignerons dans une opération aussi fondamentale. Nous disposons donc d'une statistique des plantations sur cépages américains, mais elle comporte des lacunes19. Autre inconvénient, elle est associée à une statistique de la superficie totale du vignoble dont il arrive que les données ne concordent pas avec celles de la statistique annuelle. Les différences, il est vrai, ne sont pas grandes. Je me suis résolu à prendre comme référence les données de la statistique agricole annuelle, les seules qui me permettent d'établir une série continue, et je leur ai associé les éléments discontinus me permettant de suivre la progression des plantations sur porte-greffes américains.

30Ce sont les années 1878-1880 qui représentent l'étiage du vignoble vauclusien. Même si l'on ne doit accorder aux statistiques de ces années de désarroi et de confusion qu'une valeur très relative, ce creux s'explique sans doute par la seconde vague de destruction qu'opère le phylloxéra sur des vignes qui avaient été partiellement replantées après son premier assaut. A partir de 1880 c'est la remontée : rapide tout d'abord parce qu'elle part de très bas, elle connaît un palier pendant les années 1883-1887 et, là encore, il convient sans doute d'y voir l'effet d'une reprise du phylloxéra, sur des vignes françaises replantées et qui ont atteint le terme du cycle de 5 à 6 ans qu'on s'accorde à reconnaître comme la survie maximum pour les vignes traditionnelles. Puis la marche en avant reprend, à peine troublée par un accident inexplicable en 1892 – ce n'est peut-être qu'une fantaisie de la statistique... – En 1902, on atteint un nouveau palier, au niveau de superficies des années 1860, et on s'y tient jusqu'à la guerre. Cela ne veut pas dire, nous y reviendrons, que le vignoble des années 1900 soit identique en tous points à celui des années 1860. Remarquons dès maintenant qu'à partir de 1904 apparaît dans la statistique la mention "vignes pour raisins de table". C'est une nouveauté et elle est importante.

  • 20 A.D.V. 7 M 83.

31Mais que sont les vignes ainsi recensées ? Reportons-nous, pour le savoir, à la statistique des plantations sur cépages américains, et calculons leur part dans la totalité du vignoble. En 1886, il n'y a encore que 1740 hectares de vignes américaines soit 15 % du vignoble vauclusien, et l'on compte 960 hectares soumis à la submersion... 10 000 hectares de vignes sont donc de jeunes vignes sur plants français, en sursis, pourrait-on dire. On voit que depuis 1880 les progrès ont été lents ; ils portent sur la submersion aussi bien que sur les plants américains, mais désormais les rythmes vont se dissocier et la submersion sera limitée en quelque sorte par les progrès et la réussite des plants américains. Un rapport de 191320 estime qu'elle concerne environ 1 500 hectares de vignes, dans les zones irrigables, c'est-à-dire autour de Cavaillon, l'Isle, le Thor et dans la plaine d'Orange, mais c'est son plafond et elle commence à perdre du terrain. Il convient de noter que son succès relatif s'explique non seulement par la protection qu'elle assurait contre le phylloxéra mais aussi parce que l'eau pouvait être utilisée comme arrosage pendant la saison chaude et accroître de ce fait le rendement des vignes.

32La grande question, c'est donc la lenteur des plantations en cépages américains. On en comprend les raisons à la lecture d'une lettre qu'adresse au préfet en décembre 1884 un vigneron de Sainte-Cécile :

"Le soussigné a l'honneur de vous exposer respectueusement que dans l'arrondissement d'Orange et particulièrement à Sainte-Cécile, déjà si éprouvé pour ne pas dire ruiné par le phylloxéra, la récolte des céréales a été très faible par suite de la grande sécheresse qui a sévi pendant l'année 1884. Cette sécheresse ayant avec plus d'intensité même persisté jusqu'à présent, à une époque où les blés d'ordinaire déjà germes ne sont pas encore sortis, nous condamne selon toute probabilité à une récolte encore plus désastreuse pour l'année 1885.
Il ne nous reste Monsieur le Préfet qu'un moyen de salut en ce qui regarde nos contrées, et la reconstitution de nos vignes au moyen de cépages ou plants américains... Malheureusement cette crise agricole a mis un grand nombre de propriétaires et votre très humble serviteur dans l'impossibilité de faire le sacrifice de l'achat de ces plants.

  • 21 Ibid.

... Le soussigné vous serait très reconnaissant de le faire participer pour telle quantité que vous le jugeriez convenable a la distribution gratuite de ces plants"21.

33Privés de leur ressource de substitution par une mauvaise récolte de blé – et bientôt découragés plus encore par la baisse des prix – les paysans saisissent mieux la nécessité de revenir à la vigne. Mais leurs réserves, quand ils en avaient, ont fondu avec la première phase de la crise et leur trésorerie est démunie. Or, la reconstitution du vignoble exige une mise de fonds importante, surtout dans sa phase de démarrage où les techniciens du greffage sont rares. Denis A..., dont le témoignage nous a déjà été précieux, explique comment son père a commencé la replantation de son vignoble : en 1883, grâce aux bénéfices qu'il retirait de son commerce de graines de vers à soie – il y a là une confirmation du problème que posait à l'agriculture l'insuffisance de ses revenus monétaires – il planta une vigne "en alternant rangées de plants américains et rangées de plants français". Apparaît ici la prudence, la méfiance même, du paysan à l'égard d'une innovation dont il sait bien pourtant qu'elle est inéluctable... L'expérience fut d'ailleurs concluante, puisque quatre ans plus tard tous les plants français étaient morts. Mais elle fut aussi décevante pour les plants américains, puisque :

"sur 1 200 plants greffés, 300 seulement furent bons le reste étant à refaire. On avait payé les journées du greffeur 10 francs, et nourri bien entendu. C'était un salaire énorme pour cette époque".

  • 22 Ibid.
  • 23 Voir mon étude : Un village vauclusien sous la IIIème République : Châteauneuf-du-Pape, in Actes du (...)

34A coup sûr, cette expérience ne fut pas unique en son genre, et l'on comprend que les petits vignerons, qui étaient le plus grand nombre, aient hésité à se lancer dans la replantation de leurs vignes. Ils ne pouvaient guère compter sur l'appui des services officiels, qui avaient organisé une pépinière expérimentale et qui distribuaient des plants américains, mais en petit nombre22. Seuls pouvaient entreprendre une reconstitution rapide de leur vignoble les grands propriétaires, disposant de capitaux qui n'étaient pas toujours d'origine agricole et considérant que leur investissement dans la viticulture rénovée représentait un placement rentable. L'exemple de Châteauneuf est très éclairant sur les conditions économiques et sociales de la reconstitution du vignoble23. Le pionnier en a été le commandant en retraite Ducos, qui était aussi un des dirigeants de la Société Départementale d'Agriculture. Mais c'était un vigneron de fraîche date, puisque c'est en 1877 qu'il a acheté le domaine de la Nerthe : château et dépendances, un tènement de 60 ha de terres qui avait supporté le vignoble le plus réputé de Châteauneuf dès le xviiième siècle, l'ensemble pour 100 000 francs. Sa fortune est d'origine industrielle puisqu'il est un des plus forts actionnaires de la Compagnie du Gaz d'Avignon et qu'il détient aussi 100 actions des Mines de Bessèges : ce sont ses revenus mobiliers qui lui permettent de refaire le vignoble de la Nerthe et aussi d'acheter la propriété voisine dite de Condorcet, qui comprend 40 hectares de terres.

  • 24 Le propriétaire de Château Fortia était le baron Leron de Boisseaumarie, dont le nom et l'action so (...)
  • 25 Bulletin de la Société Départementale d'Agriculture. Année 1901.

35Il est inconstestable que la crise a été fatale à beaucoup de grands propriétaires, mais ce n'est pas par hasard si des transactions immobilières importantes ont lieu dans les années 1890 et elles sont significatives par la qualité des acquéreurs. En 1890, un rentier de Marseille, ancien officier de marine, achète le Château Fortia. La propriété, maison d'habitation du xviiième siècle, bâtiments d'exploitation et tènement de 23 hectares, est vendue pour 33500 francs, alors qu'en 1854, elle avait été évaluée à 60 000 francs et d'importants aménagements y avaient été réalisés après cette date : on mesure par là l'avilissement de la proprièté foncière sous l'effet de la crise phylloxérique. Le nouveau propriétaire, lui aussi nanti d'un capital mobilier dont la diversité et l'importance se découvrent lors du partage de sa succession, devait rapidement relever le domaine : "il en fit une véritable exploitation viticole, avec cuverie, deux caves dont une souterraine, avec le matériel nécessaire", nous a dit son successeur24. Autre transaction du même type : en 1896 un notaire avignonnais achète à une famille de vieille noblesse comtadine, les de Laborde, le domaine du Rayas, et son fils nous a indiqué que cet achat "avait pour but l'agrément de la vie à la campagne et la possibilité d'occupations procurées par l'exploitation directe du domaine". Effectivement, un vignoble d'une vingtaine d'hectares fut créé de 1896 à 1899, complété par la construction d'une cave qui reçut un prix au Concours Agricole d'Orange en 190125.

36Mais l'opération la plus suggestive fut celle réalisée par un négociant en vins de Paris, qui en 1892 se constitue un domaine d'une vingtaine d'hectares, bien vite planté en vignes, par l'achat et le regroupement d'un grand nombre de parcelles qui étaient retournées à l'état de friche. Il devait construire au beau milieu de ce domaine une résidence imitée des châteaux-forts médiévaux... Mais aussi, il prête en 1893 la forte somme de 40 000 francs pour sauver le propriétaire d'un domaine de 58 hectares que la crise avait mis au bord de la faillite. Certes, le cas de Châteauneuf est particulier, dans la mesure où son vignoble jouit d'une réputation qui justifie au moins partiellement l'intérêt que lui portent des capitalistes à la recherche de placements. Il n'en reste pas moins que nous sommes en présence d'un processus par lequel la viticulture s'ouvre au capitalisme. Et dans les années 1890, alors que les prix agricoles étaient au plus bas, la reconstitution du vignoble ne pouvait progresser rapidement que par cette intervention de propriétaires qui étaient des hommes d'affaires et non des paysans de vieille souche.

37Les petits producteurs, eux, doivent adopter d'autres formules, nécessairement plus lentes, où la part du travail remplace dans la mesure du possible le capital inexistant. C'est un vigneron de Châteauneuf qui explique ainsi l'origine de son vignoble :

"ma grand-mère était veuve. Mon père après son mariage commença à planter des vignes petit à petit. Point d'argent. Un demi-hectare seulement était planté en 1870. Neuf hectares étaient plantés en 1914...".

38On comprend bien qu'il fallut plus de 20 ans pour réussir la reconstitution du vignoble ! Ne l'oublions pas, ces paysans travaillent la terre de leurs bras et la plantation de la vigne exige au préalable un labour profond, ou défoncement, à 40-50 centimètres de profondeur. Denis A... raconte comment il planta sa première vigne, en 1890 :

"C'était, dit-il, un hermas inculte depuis 4 ou 5 ans... qui n'avait reçu depuis longtemps ni fumier ni engrais et ne donnait plus de récolte. Les 68 ares avaient coûté 300 francs".

39Le travail de défoncement, à la bêche, fut effectué dans l'hiver par lui-même et quatre ouvriers agricoles

"qui devaient exécuter les travaux à la tâche et qui ne le faisaient pas à la profondeur voulue, sous prétexte qu'ils ne gagnaient pas leur vie. Je les priai de venir a la journée, ce qu'ils firent tous. Le tarif était alors de 35 sous par jour, du lever au coucher du soleil... Pour en finir avec ce défoncement, il m'avait coûté 35 francs l'éminée de 800 m2, alors que l'achat du terrain n'était que de 30 francs la même contenance".

  • 26 Il faut tenir compte des maladies de la vigne qui compromirent la reconstitution par les pertes de (...)

40Il est évident que beaucoup de paysans n'étaient pas en mesure de débourser une telle somme, à laquelle il fallait ajouter le prix des plants américains, les frais de greffage, sans compter les nombreuses façons culturales, et ce sans possibilité de revenu avant la troisième année. C'est pourquoi les paysans parcellaires étalèrent dans le temps leurs plantations, apprirent la technique du greffage, afin de réduire au strict minimum les frais de plantation. La seule chose avec laquelle ils pouvaient ne pas compter, c'était leur temps et leur peine... Ils ne furent avares ni de l'un ni de l'autre, et parvinrent ainsi à reconstituer leur vignoble et même, dans bien des cas, à l'agrandir en profitant du bas prix des vignes abandonnées, dont les propriétaires avaient quitté la terre. Ainsi se mit en place, dans le silence de l'effort solitaire de ces paysans qui avaient résisté à tous les découragements26, un nouveau vignoble, plus contrasté socialement que le vieux vignoble anté-phylloxérique mais aussi assuré de son avenir parce que solidement enraciné dans la paysannerie, et c'est l'apport irremplaçable des vignerons parcellaires à cette grande entreprise.

B – PRESENTATION DU VIGNOBLE RECONSTITUE

  • 27 A.D.V. 6 M 388. Par un heureux hasard, pour l'année 1912, les données statistiques établies dans le (...)
  • 28 A.D.V. 6 M 383. Agriculture. Nous avons pour 1901, la récapitulation par canton des superficies pla (...)

41Comment se présente le vignoble vauclusien au terme de sa reconstitution ? Sa distribution géographique nous est connue par la statistique agricole de 191227, et nous pouvons la comparer avec la carte du vignoble anté-phylloxérique, grâce aux documents de l'enquête agricole de 1852. Mieux, nous pouvons suivre la marche de la reconstitution dans les différents cantons, avec les données des enquêtes agricoles de 1882 et 1892 et celles de la statistique annuelle de 190128. La mise en série de documents d'origine différente réserve bien entendu des surprises, et quand on procède aux nécessaires confrontations, on s'aperçoit que les données de la statistique annuelle ne coïncident pas avec celles des enquêtes agricoles décennales. Pour gênantes qu'elles soient, ces discordances ne sont pas un obstacle à l'analyse de la progression dans le temps et l'espace de la reconstitution du vignoble. Simplement, il faut voir au-delà des chiffres et de leur apparente précision, et s'en tenir aux ordres de grandeur qu'ils expriment. La référence à 1852 est certes un peu lointaine puisque, nous le savons, le vignoble a continué à se développer jusqu'au début de la crise phylloxérique. Mais les lignes de force de son implantation n'ont pas changé jusqu'à ce moment, aussi pouvons-nous valablement comparer le vignoble reconstitué au vignoble anté-phylloxérique tel qu'il nous est présenté dans les données statistiques cantonales de 1852.

42De 1852 à 1912, l'accroissement de superficie du vignoble vauclusien est de 2596, mais cette moyenne départementale recouvre et efface des inégalités dans la croissance, très fortes d'un canton à l'autre. Il n'y a rien à dire du canton de Sault, secteur montagneux du département, où la vigne a de tout temps été si marginale qu'on peut la négliger. Mais le vignoble du canton d"Apt, le plus étendu en 1852, perd 27 % de sa superficie en 1912, celui de Gordes également et celui de Malaucène environ 25 %. Or, ce sont des cantons inscrits sur les plateaux et versants montagneux de l'Est du département et le recul de la vigne ne peut y être fortuit. Le vignoble anté-phylloxérique, dans l'incertitude où nous sommes d'ailleurs de ses modes de plantation, était ici bien plus étendu qu'il n'était productif et son extension dans l'espace – sans doute exagérée par les statistiques qui comptabilisaient en vignes des terres où il y avait des rangées de ceps à intervalles plus ou moins éloignés -traduit l'incertitude des récoltes en même temps que le souci de la population paysanne d'assurer en toutes circonstances sa boisson. Ces caractères spécifiques du vignoble des pays montagneux n'ont évidemment pas résisté à la mutation qu'entraîne la crise phylloxérique. La vigne ne peut plus être désormais qu'une culture commerciale, elle disparaît de ce fait des zones où elle était médiocrement adaptée aux conditions naturelles, d'où le resserrement très sensible de son aire de production. Mais elle gagne en productivité au-delà de ce qu'elle perd en surface.

43C'est une adaptation du même ordre qu'on observe dans le canton de Valréas, où la vigne recule de 21 %, mais les conditions naturelles sont tout de même plus favorables. Dans ce pays de transition avec l'ensemble alpin, la plantation de vigne en culture intercalaire était une tradition qui n'a pas résisté à la crise phylloxérique et les statistiques enregistrent cette disparition. L'observation vaut aussi pour le canton de Bollène. L'évolution a été différente pour le canton d'Avignon, où il convient de souligner un double recul, par rapport a 1892. Il y avait eu une première reconstitution du vignoble, en raison des facilités qui s'offraient à la submersion, mais cet avantage ne pouvait jouer que conjoncturellement et les paysans y renoncèrent d'eux-mêmes lorsque les cultures maraîchères virent s'ouvrir les perspectives d'un marché en pleine expansion.

LA CULTURE DE LA VIGNE : EVOLUTION DES SUPERFICIES PAR CANTON

LA CULTURE DE LA VIGNE : EVOLUTION DES SUPERFICIES PAR CANTON
  • 29 P. George – Op. cit., pp. 36-37.

44A l'opposé des cantons où la vigne est en recul, il y a ceux où elle a fait des progrès considérables. Sa superficie a triplé à Cavaillon et elle n'en est pas loin à Mormoiron, elle a plus que doublé à Cadenet et l'Isle-sur-Sorgue. Le cas de Mormoiron s'explique par une particularité du sol : une partie importante du canton s'inscrit sur les sables riches en silice et imprégnés d'oxyde de fer – d'où leur coloration ocre – du bassin de Carpentras29. Ces sables, médiocrement mis en culture dans l'économie traditionnelle, se sont révélés un obstacle à la progression du phylloxéra et c'est pourquoi ils ont été de bonne heure plantés en vignes : dès 1882, la superficie cultivée en vigne dans le canton de Mormoiron était plus étendue qu'en 1852, et c'est un cas unique. Il s'agissait alors, bien sûr, de vignes françaises, d'un avenir précaire, mais elles ont fait la démonstration que le terroir se prêtait à la culture de la vigne et la reconstitution en plants américains qui a suivi a retenu la leçon : c'est ainsi que s'est créée une aire de production nouvelle, dans une zone agricole que l'économie traditionnelle n'avait pas pu valoriser. Les canton de Cavaillon, l'Isle et Cadenet ont un point commun : ils sont parcourus par des canaux d'irrigation dérivés de la Durance et c'est un facteur d'explication décisif de l'évolution de la culture de la vigne. Comme à Avignon, mais pour un terroir à la fois plus vaste et plus complexe, les terres basses irrigables ont donné lieu aux premières expériences de la submersion des vignes, et leur relative réussite a déterminé un mouvement de translation, de descente, du vignoble. Mouvement précoce, antérieur à la période de reconstitution par cépages américains, puisque en 1892 le vignoble dans ces trois cantons est plus étendu qu'en 1852. A Cavaillon et à l'Isle, la plus grande extension du vignoble semble se situer en 1901, et elle s'explique sans doute par la juxtaposition des vignes traditionnelles traitées par la submersion et des vignes nouvelles sur plants américains. Ce sont ces dernières qui, naturellement, se sont imposées et c'est pourquoi la superficie du vignoble recule – légèrement à l'Isle, sensiblement à Cavaillon – de 1901 à 1910 : il y a mieux à faire pour l'irrigation que de protéger des vignes contre le phylloxéra et la haute rentabilité des cultures maraîchères explique ce repli de la vigne. Elle s'est cependant imposée dans une aire de production très élargie par rapport à la période antérieure au phylloxéra, aux dépens des cultures vivrières de l'économie traditionnelle, et elle est devenue un élément essentiel du nouveau système agricole, d'autant plus que c'est dans ces terroirs que la vigne cultivée pour les raisins de table a trouvé son sol d'élection : 870 hectares pour le canton de Cavaillon et 1200 pour celui de l'Isle, selon la statistique agricole de 1912. C'est dans cette orientation, on le sait, que la vigne prend son caractère le plus commercial et le plus rentable.

45Restent les cantons où l'accroissement de superficie du vignoble est de l'ordre de grandeur de la moyenne départementale. Ceux de Pertuis, Beaumes, Bonnieux affirment une vocation viticole que la crise phylloxérique n'a pas révélée, à la différence des cantons précédemment étudiés, mais qui n'avait pas pu s'exprimer dans l'économie traditionnelle. La progression de la vigne coïncide ici avec la reconstitution du vignoble, elle est plus encore en relation avec l'ouverture de ces pays à un marché de consommation national : aux céréales on commence alors à substituer la vigne dont la rentabilité est supérieure. Les cantons de Carpentras et Pernes ont partiellement participé aux tentatives de protection des vignes françaises par la submersion et les plantations dans des sols sableux : là aussi des terres nouvelles ont été de ce fait gagnées à la vigne, qui devient au début de ce siècle un élément de premier plan du système agricole. La stabilité la plus grande s'observe dans les cantons de Vaison et Orange, mais c'était là que la vigne avait son aire de production la plus sûre, avant même la crise phylloxérique. La reconstitution du vignoble s'est faite sans changements notables sur les coteaux de Châteauneuf-du-Pape, de la vallée de l'Ouvèze, sur les terrasses du Plan-de-Dieu. La vigne est bien là dans un terrain d'élection, et son domaine est assez nettement délimité. Ce qui est en question désormais, c'est précisément la possibilité de faire reconnaître par le commerce son caractère spécifique et l'on s'oriente de ce fait vers une spécialisation viticole, fondée sur la qualité des produits.

C – PRODUCTIVITE ET MOUVEMENT DES PRIX

46Ainsi, c'est un vignoble non seulement reconstitué, mais ausi largement renouvelé qui se dessine dans les premières années de ce siècle. La crise phylloxérique était certes un accident, mais les moyens mis en oeuvre pour la surmonter ont révélé pour la viticulture des possibilités jusqu'alors insoupçonnées en même temps qu'ils posaient une exigence plus forte que dans l'économie traditionnelle : le coût de plantation des vignes nouvelles, les dépenses d'exploitation orientent nécessairement la viticulture vers la recherche du rendement ou de la qualité. Une préoccupation nouvelle apparaît, celle du prix de revient.

47Naturellement, elle est d'autant plus pressante que les prix sont moins favorables, et c'est surtout lorsque la viticulture connaît sa première crise de surproduction, dans les années 1902-1907, qu'elle est formulée.

48Il est clair que la rentabilité de la vigne n'est pas uniforme, que ses inégalités proviennent pour l'essentiel de différences de rendement, qui ne pourraient être compensées que par la prise en compte par le négoce du facteur qualité. Malheureusement nous ne disposons que de données partielles pour l'étude du rendement et elles sont, de surcroît, d'une exploitation délicate. La statistique agricole annuelle indique le rendement moyen ou bien fournit les éléments nécessaires à son calcul : sous réserve de lacunes certes regrettables – en particulier parce\ qu'elles interdisent le calcul du mouvement de longue durée – nous connaissons le rendement moyen des vignes vauclusiennes de 1861 à 1903. Mais à regarder les choses de près, on s'aperçoit qu'il s'agit d'une série statistique incertaine. En effet, jusqu'en 1884, le rendement est calculé sur la totalité des vignes, quel que soit leur âge ; de 1885 à 1894 la statistique distingue au contraire deux rendements, celui des vignes de plus de 4 ans et celui des vignes de moins de 4 ans, qui n'ont pas encore atteint leur pleine capacité de production et à partir de 1895 le rendement est calculé pour toutes vignes à l'exception de celles plantées dans l'année... Il serait techniquement possible de rendre la série plus homogène : nous avons les moyens de calculer le rendement de la totalité du vignoble après 1885. Mais nous savons que pendant une vingtaine d'années les plantations nouvelles ont été très importantes, et la statistique annuelle quand elle traite à part les vignes de moins de quatre ans reconnaît en quelque sorte l'importance de la reconstitution du vignoble et son incidence sur le rendement. Aussi, je préfère conserver la série du rendement moyen du vignoble vauclusien telle quelle, dans sa relative hétérogénéité qui n'est pas si artificielle qu'un examen superficiel pouvait le donner à penser : du début de l'attaque phylloxérique à 1885 la situation du vignoble est telle que la notion même de rendement n'a pas grande signification. De 1885 à 1894, la place que tiennent les jeunes plantations est si grande qu'il est logique de n'en pas tenir compte dans une recherche de productivité qu'elles écraseraient de leur masse. A partir de 1895, le vignoble en état de produire est assez important pour que son rendement ne soit pas sensiblement amoindri par un calcul qui n'élimine que les plantations de l'année. Il n'est évidemment pas question de parvenir à des résultats rigoureux, mais l'objectif de la recherche vise simplement à repérer et dégager des tendances.

  • 30 En janvier 1902, le Ministère de l'Agriculture organise en raison de la mévente des vins, une enquê (...)
  • 31 Il serait très utile de connaître le rendement de la vigne dans un cadre géographique plus restrein (...)

49A cet égard, la série-rendement traduite en indices à partir d'une base calculée sur 5 années de la période anté-phylloxérique permet de construire une courbe d'une lecture très claire. Nul n'ignore que, bien plus que les céréales, la vigne est soumise aux accidents climatiques et les fluctuations annuelles du rendement s'expliquent aisément par ce fait. Au-delà de ces fluctuations, le mouvement de longue durée se perçoit aisément : le rendement s'effondre pendant la crise phylloxérique ; le mode de calcul à partir de 1885 exagère sans doute le redressement qui se produit alors, puisque nous n'avons retenu que le rendement des vignes de plus de 4 ans ; mais il se confirme après 1895, et même s'accentue. Surtout il s'établit dès lors, dans le contexte de la reconstitution déjà bien avancée du vignoble, à un niveau très nettement supérieur à celui de la période anté-phylloxérique30. Parce qu'il est rajeuni, parce qu'il s'inscrit dans une aire de production de définition plus positive, parce qu'il correspond à une vocation qui s'affirme et que, de ce fait, il est l'objet de soins culturaux plus attentifs et plus rationnels, le vignoble vauclusien reconstitué tel qu'on peut l'observer dans les premières années du xxème siècle, représente un secteur économique de valeur très supérieure à ce qu'il était avant la crise phylloxérique31.

50L'analyse de la production vinicole confirme naturellement cette mutation. Elle s'est effondrée plus encore que le rendement pendant les années sombres des décennies 1870 et 1880 ; production résiduelle, elle est très inférieure aux besoins de la consommation même si elle est artificiellememnt accrue par la fabrication de piquettes et vins de marc, et elle ne peut entretenir qu'un commerce échappant à toute règle et tout contrôle, tant est grand le déficit de production. Le redressement qui s'opère à partir des années 1880 amplifie le mouvement de replantation et c'est là que se fait sentir le progrès de productivité précédemment étudié. Dès la fin des années 1890, le niveau de production de la période anté-phylloxérique est rattrapé et dépassé et le vignoble vauclusien est sensiblement renforcé dans sa position de vendeur, alors que sa superficie est inférieure à ce qu'elle était, puisqu'il faut faire leur part aux vignes à raisin de table, qui commencent alors une carrière prometteuse. C'est donc bien une nouvelle période qui s'ouvre pour la viticulture vauclusienne.

  • 32 Voir à cet égard G. Dupeux : Aspect de l'histoire sociale et politique du Loir et Cher 1848-1914, p (...)

51Une dernière question se pose, et ce n'est pas la moins importante : celle des prix et des conditions de commercialisation des vins ainsi produits. Mais c'est celle qui soulève le plus de problèmes... Les mercuriales ne retiennent pas le prix du vin32 et la statistique agricole ne s'y intéresse qu'épisodiquement : outre les indications qu'on peut relever à l'occasion des grandes enquêtes agricoles, le prix du vin figure sur la statistique annuelle de 1881 à 1903. Mais quelle est la valeur de ces données ? Une note rédigée en 1897 sur l'établissement du prix du vin nous indique qu'on l'obtient par le rapport de l'estimation de la valeur de la récolte à celle de la production... On sait que ces estimations, recueillies dans les mairies, sont ensuite rassemblées, confrontées et synthétisées par les commissions cantonales, puis totalisées par les services préfectoraux. D'approximation en approximation, on a sans doute quelque chance d'approcher la vérité, mais on court aussi le risque de s'en écarter, et la division d'une estimation par une autre ne peut que nous donner un prix théorique, intéressant sans doute par l'analyse de son mouvement, mais qu'il convient aussi de manier avec beaucoup de prudence. Il nous faut, de toute évidence, rechercher des vérifications. Elles se révèlent difficiles, tellement la documentation existante est indigente. Je me suis tourné, naturellement, vers des prix de marché publiés par la presse : rien d'utilisable dans la presse d'information. Le bulletin du Syndicat Agricole Vauclusien, qui fait office de journal agricole pour le département, s'est efforcé à partir de 1905 de publier des mercuriales, mais l'entreprise était probablement disproportionnée à ses possibilités rédactionnelles : très vite, des lacunes apparaissent, sur des semaines et même des mois, et en novembre 1910 c'est l'abandon de l'expérience. Elle se limitait d'ailleurs à indiquer deux prix, minimum et maximum, déterminant une fourchette largement ouverte à l'intérieur de laquelle s'effectuaient les transactions.

  • 33 A.D.V. 6 M 333 et S.O. : Octrois – Généralités 1830-1897.
  • 34 A.D.V. S.O. : Octrois.

52Dans le même sens, j'ai recherché des renseignements dans les octrois33. Il reste malheureusement peu de chose de leurs données statistiques, qui distinguaient les vins de l'année et les vins vieux. Pour les années 1862-1868, qui pourraient constituer une base de référence tout à fait valable avant la crise phylloxérique, les octrois de Beaumes, Cavaillon, Châteauneuf, Pernes et Pertuis fournissent des prix avec des manques ici et là... Pour 1871-1898, les indications de prix, plus suivies, viennent des octrois d'Avignon, Apt, Carpentras et Orange. Une autre source34 nous donne "le mouvement des prix des principaux produits agricoles" à Avignon, mois par mois, pour les années 1871-1883 et là le vin n'est pas oublié. Lacunaires, imprécises, ces indications ne sont pas à négliger dans la mesure où elles nous mettent sur la piste des différences et inégalités dans le prix du vin, d'un lieu de production à un autre. Mais il ne faut pas se bercer d'illusions, le bilan est maigre, et d'une exploitation fort délicate...

53Les mercuriales du Syndicat Agricole Vauclusien et les indications en provenance des octrois montrent que le prix du vin est soumis à des variations qui ne peuvent s'expliquer que par le facteur qualité, variable selon les lieux de production. Par exemple, les prix à Orange sont supérieurs à ceux d'Avignon, si l'on en croit l'octroi de ces deux villes. Le fait ne nous surprend pas, Orange étant au centre d'une aire de production favorisée par la nature des sols. La différence était plus sensible avant la crise phylloxérique que pendant la période de déficit de production qui accompagne l'attaque du phylloxéra : rien de surprenant là encore, la pénurie effaçant dans une large mesure l'avantage que peut conférer une qualité supérieure. Pour nous, cette particularité a son importance : elle nous permet de calculer un prix moyen, que nous appellerons départemental, par la moyenne arithmétique des prix relevés dans les différents octrois. Le procédé est grossier, mais dans l'ignorance des quantités présentées aux octrois, nous n'en avons pas d'autre à notre disposition. Nous obtenons ainsi une série à peu près continue de 1862 à 1898, que nous pouvons comparer à celle que nous propose la statistique agricole pour les années 1881-1903. L'écart entre les deux n'est pas bien grand et nous obtenons dans sa réalité le mouvement du prix du vin, pour la période de la crise phylloxérique et de la reconstitution du vignoble.

54A partir du moment où l'attaque phylloxérique détruit le vignoble, les prix connaissent un mouvement ascendant qui accompagne le déroulement de la crise. Jusque dans les années 1880-1886, le prix du vin est donc en forte hausse : il fait plus que doubler. S'amorce alors le mouvement inverse, dans le contexte du retour progressif, qui accompagne la reconstitution du vignoble, à l'équilibre production-consommation. On y parvient à la fin des années 1890, mais c'est un équilibre fragile puisque dès 1900-1902 on assiste à une baisse brutale, qui ressemble fort à un effondrement des cours. Malheureusement, c'est aussi à cette date que s'arrête la série si péniblement constituée du prix du vin...

55Nous ne sommes cependant pas absolument démunis. Toute la récolte de la vigne n'est pas commercialisée sous forme de vin, il s'en faut de beaucoup. Un grand nombre de producteurs, surtout les petits, ne sont pas équipés pour vinifier leur récolte, si ce n'est la part qu'ils se réservent pour leur consommation familiale. Il y a de ce fait un commerce important de raisin de vendange, très limité dans le temps, car c'est un produit qui ne saurait attendre, entre les vignerons et les négociants qui, eux, disposent du matériel de vinification. Ce commerce s'effectue parfois sur de longues distances, jusqu'en Bourgogne depuis que le chemin de fer permet des transports rapides et peu onéreux. Naturellement, il a connu une période d'éclipse pendant la phase aiguë de la crise phylloxérique et il reprend vigueur au rythme même où se reconstitue le vignoble. Il semble d'ailleurs qu'il se renforce dans la mesure où il est plus facile aux petits producteurs de replanter leurs vignes que d'équiper une cave. Les souvenirs de Denis A... nous aident à connaître et comprendre dans ses mécanismes ce procédé de commercialisation. Ecoutons-le :

"Nos vignes, bien cultivées et bien traitées, augmentaient de rendement chaque année. Le seul problème a résoudre, c'était la difficulté que nous avions à trouver des acheteurs pour notre récolte. Il y avait bien quelques expéditeurs, par ci par là, qui ne voulaient acheter que des raisins bien mûrs. On ne vendangeait donc qu'après le 25 septembre et les pluies, très fréquentes après cette date, rendaient les raisins mous et non expédiables, ce qui occasionnait des pertes de récolte chaque année. Je ne détaillerai pas, ici, nos acheteurs pour toute cette étude (les années 1891-1900) ; je ne parlerai que de celle de 1899, où je vendis toute ma récolte à un expéditeur allemand, qui expédiait dans son pays. Je venais tous les jours à la gare d'Orange, faire recevoir un wagon de raisins que 4 charrettes chargées chacune de 30 caisses de 50 kg chaque, y apportaient. Ma femme faisait couper les raisins et faisait remplir les caisses sur place. Elles étaient chargées sur place le lendemain matin".

  • 35 A.D.V. 7 M 75.

56Les conditions mêmes de ce commerce, sa briéveté et son empirisme font qu'il est impossible de connaître avec précision le volume des transactions auquel il donne lieu. Une enquête de 1902 sur la situation de la viticulture organisée par le Ministère de l'Agriculture35 pose la question. Le conseiller général de l'Isle-sur-Sorgue, qui précise par ailleurs que seuls les gros propriétaires sont en mesure de loger leur récolte, estime que 55 % de la récolte sont expédiés en vendange ; le conseiller général de Bonnieux parle pour sa part des 3/5 ; le syndicat agricole de Lacoste, commune du canton de Bonnieux, écrit qu"'il s'expédie environ les 3/4 de la récolte sous forme de raisins de vendange" et le Syndicat Agricole Vauclusien, qui a une vision plus large, au niveau du département, se prononce pour les 2/5 de la récolte commercialisée sous forme de raisins de vendange. Pour différentes qu'elles soient, ces indications ne se contredisent pas et la vente du raisin de vendange apparaît bien comme le mode de commercialisation le plus répandu. On comprend d'autre part qu'elle est d'autant plus active, et d'autant plus contraignante, que la récolte est abondante. Il est donc très intéressant d'analyser la vente des raisins. D'une part, compte tenu de la plus-value que représente la fabrication du vin – où se loge le profit du fabricant qui est le plus souvent le négociant lui-même – on peut trouver là le relais du cours des vins quand ils nous font défaut. D'autre part, nous entrons dans les conditions concrètes du marché, sous leur aspect le plus spéculatif.

  • 36 Archives communiquées par M. le marquis de Causans. Le vignoble du domaine de Causans est un bon ex (...)
  • 37 Archives de Bimar, domaine de Saint-Martin, communiquées par M. de Lamothe, l'actuel propriétaire d (...)
  • 38 Archives communiquées par M. Bouer, petit-fils de M. Appy.

57Mais les transactions sur le raisin de vendange ne laissent aucune trace officielle des prix pratiqués, pas plus qu'elles ne trouvent place sur les mercuriales. On ne peut travailler dans cette direction qu'à partir de prix concrets, c'est-à-dire de comptabilités privées. Il se trouve que j'ai pu retrouver des comptabilités de propriétaires permettant d'établir des séries, assurément modestes, de prix de raisins de vendange. La première concerne le vignoble du domaine de Causans36, à Jonquières, pour les années 1885-1900 : le régisseur établit un prix moyen annuel, sur des ventes qui sont toujours supérieures à 100 quintaux (le quintal est l'unité de poids pour la vente du raisin de vendange). La seconde pour les années 1896-1913, provient de la comptabilité établie par le régisseur du domaine Saint-Martin37, à Cavaillon. Les ventes sont ici considérables, le plus souvent de l'ordre de plusieurs milliers de quintaux. Quant à la troisième série, c'est le prix moyen (calculé par moi) des ventes réalisées par un propriétaire rentier M. Appy38, sur sa part de récolte dans trois métairies dont il est le propriétaire, deux à Lacoste et une à Roussillon. Ces ventes, plus modestes que les précédentes, couvrent la période 1890-1913. Confrontées entre elles, ces trois séries, en provenance de lieux différents représentatifs tous les trois de zones de force du vignoble vauclusien, m'ont semble assez voisines dans leur mouvement d'ensemble sans pour autant se confondre – ce qui respecte la diversité des productions et des conditions du marché – pour se prêter à l'établissement d'un prix moyen par le calcul de la moyenne arithmétique. La série ainsi constituée peut aisément être confrontée à celle du prix moyen annuel du vin calculé à partir des données de la statistique agricole.

58La seule discordance sérieuse entre les deux séries concerne l'année 1890 où les prix des raisins apparaissent surévalués nettement. On comprend bien que, en raison même de la nature des documents, elle est d'une explication difficile... Je pense qu'il faut se souvenir qu'on est encore dans une conjoncture caractérisée par la pénurie du produit, sur un marché encore mal coordonné sur le plan national. Il en résulte une difficulté considérable du négoce à prévoir le rapport réel entre l'offre et la demande et, dans ces conditions, le marché peut connaître un certain emballement au moment de la récolte, immédiatement traduit par les cours des raisins de vendange, mais aussi sans lendemain. Ce qui me paraît confirmer cette interprétation, c'est que, à mesure qu'on s'éloigne de la pénurie, les deux séries se modèlent toujours mieux l'une sur l'autre. C'est très net en particulier avec la baisse des prix de 1900-1902. Je retiens donc cette concordance, qui me permet pour suivre le mouvement du prix du vin après 1906 de faire confiance à la courbe du prix du raisin de vendange.

D – LES CONDITIONS NOUVELLES DU MARCHE

  • 39 La presse régionale s'est fait l'écho, dans les derniers jours d'avril 1903, des gelées qui ont dét (...)
  • 40 P. Barral : Les agrariens français de Méline à Pisani. Paris, 1968, pp. 98- 103.
  • 41 Archives communales de Châteauneuf-du-Pape. Dossier agriculture et commerce.

59A partir des années 1900, le mouvement des prix viticoles – le vin ou à défaut sa matière première, le raisin – est très proche en Vaucluse de ce qu'il est au plan national. Ce n'était pas le cas auparavant, le prix du vin était plus hétérogène d'une région à l'autre du fait même de la progression chronologique du phylloxéra. En Vaucluse, où la crise phylloxérique avait sévi plus tôt qu'ailleurs, les cours avaient été de bonne heure influencés par une pénurie qui pesait lourdement sur le marché régional. Mais si l'attaque du phylloxéra s'est déroulée progressivement, d'une région à une autre, la reconstitution du vignoble a été plus rapide, parce qu'on a profité de l'expérience acquise par les première victimes. Celles-ci sont donc rattrapées par le retour à la normale et l'antériorité de leur malheur ne comporte pratiquement pas de compensation. Aussi bien le vignoble vauclusien n'échappe-t-il pas à la crise de surproduction relative du début de ce siècle. Celle-ci se déroule apparemment en deux temps : 1900-1902 et 1904-1909, mais la reprise des cours en 1903 est purement accidentelle : ce sont les gelées du printemps 1903 qui en rendent compte39 et l'on doit noter le synchronisme parfait des courbes du prix qui remonte et le rendement qui s'effondre en 1903. Le mécanisme de la crise est évidemment le même en Vaucluse que dans les autres départements méridionaux40 : aux fabrications de vins artificiels, héritage de la crise que les vignerons désignent sous le générique de fraude, s'ajoute le surcroît de production que la replantation apporte. Le marché est profondément perturbé, au point que l'avilissement des cours n'épargne pas les vins de qualité. Dans un rapport au préfet de 1902, le maire de Châteauneuf-du-Pape écrit41 :

"Les prix du vin subissent une crise qui ne saurait être imputée à la maladie. La qualité du vin s'est maintenue et tend chaque jour à s'améliorer encore".

  • 42 Dans les archives communiquées par de M. de Lamothe figurent des doubles de la correspondance que l (...)

60La chute des prix est sévère, elle est de l'ordre de 50 % des cours pratiqués auparavant, tout au moins en ce qui concerne les raisins de vendange. Il est probable que le raisin de vendange est plus vulnérable que le vin à la baisse des prix, et l'on comprend pourquoi à la lecture de la correspondance du domaine de Saint-Martin, à Cavaillon42. On y apprend que fréquemment la récolte était vendue sur pied, avant même d'être vendangée. Le propriétaire y gagnait en sécurité, il était garanti contre les intempéries, particulièrement le risque de pourriture. En contre-partie, les négociants traitaient ces affaires à des cours fixés en baisse par rapport aux prévisions qu'ils pouvaient faire de l'état du marché et de son évolution. Tant que la production n'excède pas les besoins de la consommation, ce mode de commercialisation paraît fonctionner à la satisfaction générale. Mais à partir du moment où le marché s'engorge, le commerce qui détient le matériel de vinification et de stockage joue froidement la baisse, aggravant ainsi les effets de la surproduction pour les producteurs sans moyens de vinification. Qu'on en juge par ces lettres d'un courtier en vins au Comte de Bimar :

61– Je première est du 16 août 1901, en réponse à une proposition faite par le comte :

"Pour votre édification, je dois vous dire qu'on m'a offert hier un petit lot : 15 000 kg, dont on me demande 5,50 francs. Je continuerai à m'occuper de vos raisins, mais si vous êtes renseigné vous devez me faire un prix plus abordable, qui n'effraie pas le négociant".

62– nouvelle lettre, le 21 août :

"Je reçois d'un négociant auquel j'ai communiqué votre nouvelle demande de 7 francs pour les petits bouschets (c'est un cépage à forte production). II me dit que c'est encore trop cher ; que lundi dernier, au marché de Nîmes, la propriété offrait des beaux alicantes à 6 francs sans pouvoir les obtenir, et que le commerce achetait à 5 francs tant qu'il voulait. Sans s'engager il me fait prévoir qu'il arriverait à ce prix de 5 francs si la marchandise lui convenait".

63On le voit, le commerce tient la dragée haute aux producteurs. Et le comte de Bimar est un très grand propriétaire... Combien doivent être plus vulnérables encore les petits producteurs ! Remarquons, d'autre part, la supériorité du commerce du fait de son information et de ses relations d'affaires sur toutes les places importantes du marché méridional.

64Les vignerons sont donc en situation d'infériorité. Pour peu que le mauvais temps s'en mêle, avec le risque de pourriture, c'est le désarroi. On le voit dans une correspondance du 5 septembre 1902 du régisseur du domaine d'Oiselay à Sorgues – autre propriété du comte de Bimar – au régisseur de Saint-Martin qui fait office de régisseur général :

"Je vous dirai que j'ai vendu 60 000 kg de petits bouschets à M. Gonnet. Mais comme le temps n'est pas beau, qu'il fait que pleuvoir, j'ai peur qu'il nous arrête la vendange, car il y a beaucoup de pourri et nous avons peur qu'il ne puisse pas supporter le voyage pour l'expédition. Maintenant il y a les raisins d'Allemand et ceux de mon beau-frère (des fermiers du domaine) qui ne valent rien du tout, ils sont complètement pourris.

Alors, si vous pouviez venir on rangerait tout cela, car nous sommes tous dans le désespoir, on pourrait chercher des cuves pour faire cuver, mais pour cela il faut s'entendre".

  • 43 Archives communiquées par le fils de ce courtier, courtier lui-même : M. B...

65Le problème de la vinification, de la vaiselle vinaire comme on dit en termes techniques, est décisif, et l'avantage du commerce est ici écrasant. On en prend conscience à la lecture d'une autre correspondance, celle d'un courtier en vins de Châteauneuf-du-Pape43. Le 4 septembre 1903, à la veille de la vendange, il écrit à un négociant de Mâcon :

"Je vous présente un lot de 300 hectos environ de grenaches, carignans, titrant d'habitude de 11° à 12°. Gourjon, le propriétaire, demande 35 francs de l'hecto, mais je crois qu'il vendrait à 30, peut-être même à 28. Son frère, à côté, en aura 400 hectos, dont il sera aussi vendeur et qu'on pourrait traiter dans les 26 francs ; ce vin ne titre que de 10° à 11°, tous deux ont pour cuver et loger... J'ai appris que des Lyonnais, dont je n'ai pu savoir le nom, ont fait arranger des cuves à Sainte-Cécile. On pourrait acheter à Sainte-Cécile grenaches et carignans, faisant de 10° à 12°, dans les 16 à 17 francs les 100 Kg, à prendre à la cuve,.. A Sainte-Cécile, j'aurais un cuvage de 300 hectos chez un propriétaire qui se contenterait du marc comme paiement, ou bien de 3 francs par demi-muid, rendu gare d'Orange. A Châteauneuf, il sera difficile de faire rendre le raisin chez vous ; si cela ne vous déplaisait pas de faire cuver à Châteauneuf, j'aurais des cuves ici".

  • 44 Les négociants sont durs en affaires, et leurs courtiers, personnages importants par lesquels le né (...)

66Selon la qualité du raisin, il faut de 140 à 150 kg de raisins pour obtenir un hectolitre de vin. On mesure la plus-value que représente la fabrication du vin quand on apprend, dans une lettre du 8 octobre 1903, qu'un grand propriétaire de Sérignan, qui a une cuve, a vendu à un négociant lyonnais la totalité de sa récolte, soit 2 500 hectos titrant à 11° d'alcool, sur la base de 32 francs l'hecto. Selon toute vraisemblance, c'est une récolte de qualité équivalente à celle de Sainte-Cécile évoquée dans la lettre citée précédemment, qui, elle, pouvait s'acheter 16-17 francs les cent kilos de raisin soit 3 596 de moins que le vin fait et ces indications concernent la récolte 1903, qui est déficitaire. Les conditions d'une spéculation avantageuse sur le raisin de vendange sont bien meilleures les années d'abondance, pour le plus grand profit du commerce. On peut s'en faire une idée à l'aide de la correspondance du courtier en vins de Châteauneuf : les indications qu'on y trouve sur les prix des vins, pour les transactions où il est intervenu, montrent que de 1902, année d'abondance, à 1903 année déficitaire, le prix des vins de plaine, de large consommation, s'est élevé d'environ 45 % et le prix des vins de coteaux, recherchés par le grand commerce, notamment de Bourgogne, d'environ 35 %. L'augmentation du prix des vins de Châteauneuf, qui constituent ce qui se fait de mieux dans le Vaucluse, n'est que de 20 %. Cette hausse différenciée s'explique aisément car le marché, forcément limité, des grands vins est plus rigide, moins sensible aux fluctuations de la production que celui des vins de consommation courante. Mais l'observation que je veux présenter est surtout celle-ci : dans le même temps, le prix du raisin de vendange double. Il est possible que la prévision d'une récolte déficitaire en 1903 joue en sa faveur, il est certain que les bas prix de 1902, comparés à ceux du vin pour la même année, témoignent de la pression que le commerce peut exercer les bonnes années sur les vignerons qui n'ont d'autre possibilité que de vendre leurs raisins44.

67Il convient donc de retenir que la reconstitution du vignoble crée une situation complexe au plan de la commercialisation des récoltes. La crise du début du siècle en est le témoignage, et nous savons que si les cours remontent à partir de 1910, sous l'effet conjugué des mesures législatives et administratives qui limitent la fraude et plus encore de conditions climatiques médiocres, le problème fondamental de l'équilibre production-consommation n'est pas pour autant réglé. Il est clair que les producteurs font les frais de ce déséquilibre latent, tout au moins ceux d'entre eux qui ne possèdent pas le matériel de vinification et de stockage assurant une relative indépendance à l'égard du commerce. Qui sont ces vignerons "inachevés" ? II s'en rencontre parmi les grands propriétaires, mais ce sont des cas individuels ; par contre, dans leur masse, les paysans parcellaires, qui ont laborieusement reconstitué leur vignoble et parfois même l'ont agrandi, sont démunis de cette infrastructure. Il s'agit là, bien sûr, d'un fait sociologique qui confirme, d'une certaine manière, ce que nous avons dit des conditions de reconstitution du vignoble. C'est une viticulture nouvelle qui s'annonce, et elle annonce aussi de nouveaux rapports sociaux, plus complexes que dans le passé : à une différenciation sociale plus poussée dans la paysannerie se superposent des rapports nécessaires sans doute, mais établis sur un pied d'inégalité, avec le monde puissant, à la fois proche et lointain, du commerce.

IV – L'IRRIGATION ET LES CULTURES MARAICHERES

68Si le phylloxéra laissa toujours un espoir aux vignerons, même aux pires moments, le sort de la garance fut réglé pratiquement sans illusions de la part de ceux qu'elle avait si bien servis, et la sériciculture, qui avait toujours été considérée comme une ressource d'appoint, n'apparut jamais, au-delà de ses vicissitudes, comme une activité sur laquelle on pouvait reconstruire l'avenir. Très vite, nous le savons, la paysannerie vauclusienne fut amenée à découvrir, à imaginer des activités nouvelles, et c'est dans l'association des eaux d'irrigation aux cultures commerciales qu'elle chercha sa voie. Elle y était poussée par une pratique séculaire de l'irrigation. Certes, celle-ci était encore très limitée et imparfaite mais la région de Cavaillon, la campagne avignonnaise, témoignaient des possibilités qu'elle offrait à des paysans à la fois laborieux et imaginatifs et c'étaient là deux qualités qui ne faisaient pas défaut aux paysans de Vaucluse.

69Par ailleurs, les pouvoirs publics aussi bien que les associations agricoles, naturellement inquiets de la ruine des activités agricoles les plus rentables, se devaient d'engager une action pour ouvrir à l'agriculture vauclusienne une perspective d'avenir. Nous avons vu que la lutte contre le phylloxéra retient leur attention, mais c'est sur le thème des cultures irriguées que leur intervention fut la plus spectaculaire, la plus persévérante aussi. C'est pour l'essentiel par l'irrigation que passe la recherche des voies nouvelles pour l'agriculture vauclusienne, et ce sont les cultures maraîchères qui constituent le résultat le plus important de cet effort.

A – LES PRECURSEURS

  • 45 J.-A. Barral : Les Irrigations dans le département de Vaucluse. Op. cit.

70La campagne de l'irrigation, si l'on peut dire, débute de façon magistrale par le Concours ouvert en 1876 et poursuivi en 1877 pour le meilleur enploi des eaux d'irrigation. Le Ministère de l'Agriculture et du Commerce en est l'organisateur, mais le mérite de sa réussite revient surtout à J.-A. Barrai, secrétaire perpétuel de la Société Centrale d'Agriculture de France, rapporteur du jury, qui conçut très largement sa fonction et saisit l'occasion du Concours pour faire un bilan très complet de l'irrigation dans le Vaucluse, des canaux existants et de leur règlementation, en même temps qu'il s'efforçait d'en présenter les résultats et les promesses économiques. Les deux publications qu'il présenta45 constituèrent la référence de base pour toutes les études ultérieures sur les irrigations, et elles sont pour nous une source majeure.

  • 46 Barral, en se fondant sur de nombreuses estimations, avance la somme de 3900 francs comme le prix d (...)

71Le recensement minutieux de tous les canaux et syndicats d'arrosants fait apparaître que "les arrosages" sont pratiqués en 1877 sur 5,896 de la superficie du Vaucluse. 129 communes sur 150 sont concernées et l'irrigation apparaît comme une technique de très large diffusion. Mais elle est réalisée à partir de cours d'eau souvent précaires puisqu'il arrive que les arrosages soient interrompus dès le milieu de l'été... En vérité, seules la Durance et les Sorgues permettent d'utiliser correctement l'eau pour les cultures, et c'est ce qui permet de comprendre la localisation des zones où l'irrigation est réellement importante, au point de déterminer une orientation agricole spécifique : Cavaillon et les villages voisins de Robion, les Taillades ; Avignon et Morières ; Pertuis, Villelaure et Cadenet ; Carpentras, Althen, Entraigues. On découvre les perspectives offertes par l'irrigation à l'analyse des monographies réalisées pour les 68 exploitations agricoles qui ont pris part au concours. Quatre productions en tirent grand bénéfice : je signale la vigne en premier lieu, parce que c'est un cas particulier que nous connaissons et qu'il convient de l'isoler, la submersion des vignes pour les protéger du phylloxéra n'ayant, évidemment, rien à voir avec l'irrigation et les bienfaits qu'on peut en attendre. Les prairies naturelles se prêtent facilement à l'irrigation qui, combinée avec l'emploi du fumier de ferme et autres engrais, permet d'élever très sensiblement les rendements du foin et valorise des terrains médiocres46. Les prairies artificielles, notamment les luzernes, connaissent des résultats analogues, prolongés en quelque sorte par le bénéfice qu'en retire à terme la céréale qui succède à la luzerne. Mais il est rare qu'une exploitation agricole irrigable se consacre exclusivement à ces deux productions, elles sont le plus souvent en position seconde, pour faire face aux besoins en nourriture des bêtes de labour et aux exigences d'une bonne rotation des cultures. Par contre, les cultures maraîchères, dans une perspective de commercialisation, sont partout présentes. Barrai le dit avec force :

"Il est en quelque sorte impossible de faire un pas dans les communes du département de Vaucluse traversée par des canaux d'irrigation sans être frappé de l'importance des cultures maraîchères arrosées".

72Analysant ensuite les indications relatives au revenu que l'on peut tirer des cultures maraîchères, à partir de 15 monographies d'exploitation "où elles forment une partie considérable, sinon la partie principale et essentielle de l'entreprise agricole", il conclut que :

"le produit brut moyen... est de 2390 francs par hectare, principalement en pommes de terre, haricots, melons, tomates, artichauts, aubergines, ces diverses denrées étant rangées par ordre de leur importance décroissante".

73Du produit brut au produit net, le calcul est malaisé et la méthode suivie n'apparaît pas clairement. Il ne peut guère en être autrement, car Barrai raisonne à partir de cas d'espèce, dont la comptabilité n'est évidemment pas formalisée. Il parvient à un revenu net minimum de 740 francs l'hectare, qui me paraît correspondre dans sa pensée à un profit d'exploitation, car la rémunération du travail est comptée dans les dépenses d'exploitation. Cela revient à dire que pour un propriétaire exploitant, le revenu net est en fait très supérieur. Le paysan doit d'ailleurs pour obtenir ce résultat manifester beaucoup de qualités :

"L"eau est plus ou moins nécessaire, selon la saison et le terrain, mais surtout selon la nature de la récolte ; il faut aussi la donner plus ou moins souvent. C'est affaire de coup d'œil, de pratique manuelle et par conséquent d'apprentissage. Un bon cultivateur maraîcher doit être en même temps bon irrigateur".

74Homme des marchés, où il cherche tous les jours à écouler ses productions, le cultivateur maraîcher doit aussi avoir l'intelligence des données instables du marché, et savoir que dans son affrontement avec les négociants il n'est pas le plus fort... Au total, le maraîcher est le prototype du paysan de progrès, entreprenant et audacieux, travailleur opiniâtre et habile, ouvert aux innovations et s'adaptant sans peine. Sa récompense, c'est une vie simple et heureuse, telle du moins que l'a vue et éprouvée Barrai dans une de ses visites d'exploitations agricoles :

"... La contenance de ce domaine n'est que de 24 éminées (2 hectares 11 ares) et il suffit néanmoins pour assurer une aisance, modeste sans doute, mais présentant tous les caractères du bonheur dans le travail, à une famille composée du père et du fils, et de deux enfants appartenant au jeune ménage. L'aspect de la maison, située au milieu des champs dont la végétation est luxuriante, indique une prospérité certaine...".

75Nous sommes en 1876, c'est-à-dire au moment où la crise agricole atteint son paroxysme. Il faut tenir compte de la personnalité de Barrai dans l'analyse de ses observations : c'est un agrarien au plein sens du terme, convaincu de la supériorité sur tous les autres du travail de la terre. Le lyrisme de son propos recouvre une conviction profonde, qui n'est bien sûr pas exempte de parti pris idéologique. Ceci dit, les études auxquelles il s'est livré, tout au long de ses visites dans les exploitations qui s'étaient présentées au concours, sont bien documentées et le témoignage qu'elles proposent ne peut être récusé. Mais il y a un problème de proportions : 68 exploitations ont participé au concours, et il y a tout lieu de penser d'une part que ce sont les plus représentatives – ce qui n'empêche pas le rapporteur d'être sévère pour plusieurs d'entre elles – , d'autre part que, en raison de l'importance que les pouvoirs publics attachaient à cette manifestation, la publicité en direction de tous les exploitants susceptibles d'y participer avait été bien faite. Il faut donc se garder de toute généralisation, l'irrigation n'en est encore qu'à ses débuts. Il reste, on le voit bien dans les études de cas réalisées par Barrai, que les cultures irriguées portent en elles la promesse d'une réussite indiscutable, économique et sociale. Nous en avons la confirmation dans le rapport sur la culture maraîchère présenté au Concours Agricole de l'arrondissement d'Avignon en 1881, rapport qui ne dissimule pas que beaucoup reste à faire :

  • 47 Bulletin de la Société Départementale d'Agriculture. Année 1882.

"D'un côté, voici des terrains couverts d'admirables cultures, morcelés en petites exploitations qui fixent au sol de nombreuses familles et emploient de nombreux journaliers ; de l'autre, des centaines d'hectares livrés encore aux ingrates céréales et menacées de désertion. Ici, la richesse, là la pauvreté, partout cependant une même nature de sol. C'est que les uns, les fortunés jouissent du bienfait de l'irrigation et que les autres l'attendent encore"47.

76Notons la remarque, incidente mais fort importante, du rapport cultures maraîchère – petites exploitations et main-d'œuvre abondante. Nous aurons à y revenir.

77Dans les années 1870 par conséquent, l'irrigation considérée comme une technique d'utilisation systématique et rationnelle, support d'un système agricole original, est une activité pionnière. On en découvre l'intérêt du fait de la crise de l'agriculture traditionnelle, mais aussi les conditions économiques générales ne font que commencer à se prêter à son développement, avec la mise en place du réseau ferroviaire et le mouvement d'urbanisation. Des initiatives que prennent les précurseurs à la généralisation des techniques et productions qu'ils mettent en œuvre, le chemin sera long et malaisé.

B – LES CANAUX D'IRRIGATION : L'EXEMPLE DU CANAL DE CARPENTRAS

  • 48 Le marquis de l'Espine, propriétaire d'un domaine de 70 hectares situé sur les communes de l'Isle-s (...)

78L'irrigation suppose en premier lieu une infrastructure de canaux bien alimentés et convenablement administrés, pour assurer à tous les utilisateurs l'eau dont ils ont besoin. Les insuffisances et les imperfections apparaissent plus nettement, après l'étude minutieuse réalisée par Barrai. La Société d'Agriculture a pris en mai 1879 l'initiative de constituer une commission des irrigations, sous la présidence de son propre président, le marquis de l'Espine48. Elle bénéficie du soutien préfectoral et, dès le mois d'octobre, le rapporteur de la commission peut présenter un rapport sur sa mission qui était :

  • 49 Rapport fait au nom de la commission des irrigations, par M. Niel Emile, ingénieur civil, rapporteu (...)

"d'étudier nos principaux canaux, de rechercher les améliorations dont ils étaient susceptibles, de s'appliquer à connaître leur administration, leur réglement, de constater le mal, de trouver le remède"49.

79On mesure, à la lecture de ce rapport, qu'il y a loin des canaux existants ou en projet à leur utilisation efficace. En premier lieu, il y a le problème du canal de Pierrelatte, véritable serpent de mer puisqu'on en parie depuis le fin du xviième siècle... Mais, pour l'essentiel, on n'a pas dépassé le stade des études préliminaires, et les tentatives faites pour passer à une réalisation effective se sont soldées par la faillite des compagnies concessionnaires. La conjoncture agricole impose un nouvel efffort de la part des pouvoirs publics, sollicités d'intervenir financièrement pour mener à bien des travaux qui doivent permettre l'irrigation des communes vauclusiennes de la rive gauche du Rhône, jusqu'à Sorgues. Ainsi :

"On rendrait la vie à toute cette région de la rive gauche du Rhône où s'étageaient autrefois les vignobles les plus renommés de Vaucluse et qui, désertés aujourd'hui par toute culture, n'offrent plus que de maigres pâturages entremêlés de rares vergers".

  • 50 Mon étude "Un village vauclusien sous la IIIème République : Châteauneuf-du-Pape". Op. cit., note 1 (...)
  • 51 P. George – Op. cit., p. 449.

80Les doléances de la commission, qui se faisait l'écho des populations des villages intéressés, ne furent pas vaines, et les travaux de construction du canal furent terminés en 1892, donnant lieu à des cérémonies d'inauguration marquées par de grandes fêtes populaires50. Elles témoignent des espérances qu'on mettait dans ce canal longtemps attendu, mais il ne semble pas qu'elles se réalisèrent, par suite d'erreurs dans son tracé51. Le canal de Pierrelatte, c'est certain, ne devait pas être d'un bon rendement et la reconstitution du vignoble fut pour les villages qu'il traverse d'une toute autre importance économique.

81La commission des irrigations demandait encore des subventions gouvernementales pour améliorer le fonctionnement de tous les canaux d'irrigation de quelque importance : il faut élargir certains passages, creuser de nouvelles filioles, construire des siphons, consolider des berges, cimenter des parois pour éviter les déperditions d'eau... L'énumération de tous ces travaux à effectuer montre à l'évidence que les canaux existants n'étaient que d'une médiocre productivité, qu'on les utilisait en réalité bien moins que ne donnait à penser leur développement linéaire. La technique de leur construction était encore très imparfaite. C'est la même impression qui se dégage de la lecture des critiques et recommandations que fait la commission au sujet de l'administration des canaux et de la réglementation des arrosages : négligences dans la surveillance, indiscipline de certains arrosants et anarchie dans la répartition des eaux... Ces défauts rappellent opportunément que l'irrigation implique des structures d'organisation, définissant et faisant respecter une discipline stricte. A cet égard, les paysans vauclusiens ont un apprentissage à faire, d'autant plus que les contraintes collectives auxquelles ils doivent se soumettre sont en contradiction avec l'esprit individualiste et d'émulation où les conduit la commercialisation sur les marchés de leurs récoltes.

  • 52 Dans une brochure de 1908 (La source de Fontaine l'Evêque et les canaux d'irrigation dérivés de la (...)

82La commission s'est préoccupée, d'autre part, de la règlementation des eaux de la Durance, problème essentiel puisque c'est la Durance qui alimente le plus grand nombre des canaux et que ses eaux limoneuses ont une vertu fertilisante et assurent le colmatage des sols caillouteux jusqu'alors infertiles. Mais le Vaucluse n'est pas le seul département à utiliser les eaux de la Durance, et la rivalité est vive avec le département des Bouches-du-Rhône, que l'on accuse d'être doublement privilégié, par le volume d'eau concédé à ses canaux d'irrigation52 et par la situation géographique de leurs prises d'eau, le plus souvent en amont des prises d'eau des canaux vauclusiens, ce qui leur assure un avantage considérable pendant l'été. C'est ce qui explique la vive émotion qui s'empare du monde agricole et politique du Vaucluse lorsque, en 1909, à l'initiative de Clémenceau, sénateur du Var, un projet de loi prévoit l'aménagement du lac d'Allos, qui permettrait le détournement de la grosse source de Fontaine-l'Evêque du Verdon vers le département du Var... N'entrons pas dans les aspects techniques d'un projet qui dut être abandonné devant l'opposition résolue des deux départements utilisant traditionnellement les eaux de la Durance. Mais retenons, parce qu'ils sont significatifs d'une mentalité collective, faite de fierté, de bonne conscience et d'individualisme transposé au plan des rapports régionaux, les propos justificatifs par lesquels Saint-Martin, député et conseiller générai de Vaucluse s'oppose au projet varois :

"Considérant que la vie agricole d'une partie du département de Vaucluse dépend du système d'irrigation des terrains par les eaux de la Durance, que ce système d'irrigation, établi par la succession des siècles, agrandi par des concessions successives, adapté aux besoins et aux progrès incessants de l'agriculture, consacré par les travaux pénibles des générations successives des agriculteurs de notre sol, constitue non seulement la fortune publique du département de Vaucluse, mais surtout le patrimoine chèrement acquis, essentiellement respectable, de nos populations paysannes.

  • 53 Défense des irrigations vauclusiennes – Les eaux de Fontaine l'Evêque – exposé et vœu de M. Saint-M (...)

Considérant que détourner une partie quelconque des eaux de la Durance serait une violation du droit, une atteinte à la propriété collective et individuelle du département de Vaucluse..."53.

  • 54 La commission des irrigations indique que sur les garrigues de Pernes "la valeur des terrains estim (...)
  • 55 R. Caillet : Le canal de Carpentras – contribution à l'histoire du comtat Venaissain – Carpentras, (...)

83La commission enfin a évoqué le problème du canal de Carpentras. Travail considérable, le plus important de tous ceux réalisés au xixème siècle, le plus fécond aussi, instrument sans égal de transformation des paysages agricoles puisqu'il a fait surgir sur les garrigues s'étendant entre Pernes et Carpentras un paysage bocager, voué à la riche culture de la fraise54, ce canal a eu cependant un démarrage difficile, que confirme R. Caillet dans l'étude qu'il lui consacre en 192555. La construction du Canal, qui prend son eau à Mérindol en Durance et s'achève dans l'Ouvèze à Travaillan, après avoir traversé le bassin de l'Isle, celui de Carpentras et mordu sur la partie orientale de la plaine d'Orange, avait commencé en 1853. Inauguré en grande pompe en 1857, il n'est, en fait, terminé qu'en 1869. Mais de nombreuses questions restent encore à régler : le réseau de distribution est insuffisant, la charge de la construction des filioles secondaires incombant aux propriétaires, le prix de l'eau est trop élevé... Tant et si bien qu'on est dans une situation paradoxale, que montre à l'évidence le graphique des superficies soumises à l'arrosage : alors qu'il y avait eu progression du rythme de la construction du canal, jusqu'en 1869, celle-ci est stoppée, et cette situation se prolongera jusque dans les années 1890. Beaucoup de propriétaires qui ont apporté leur souscription au canal n'utilisent pas, ou très partiellement, leur droit d'arrosage, ainsi que le précise la commission des irrigations en 1879 :

"Sur 6 800 (souscripteurs) représentant ensemble 5500 hectares souscrits, 4 720 représentant 4 420 hectares arrosent, mais seulement sur 2 360 hectares, et 2 080 représentant 1 080 hectares n'arrosent pas du tout".

  • 56 Ibid. Chap. III et IV, pp. 84-96.

84Le rapport du nombre des souscripteurs à la superficie souscrite montre que dans leur majorité les souscripteurs sont de petits exploitants, propriétaires le plus souvent. Il apparaît même que ce sont les plus petits qui renoncent à leur droit d'arrosage. Ces considérations ne sont pas inutiles à l'intelligence de la situation malsaine qui se développe après 1870, qu'il convient bien sûr de situer dans le contexte économique vauclusien56. Le plus grand nombre des souscriptions avait été pris avant 1869, c'est-à-dire avant que ne commence la crise de l'agriculture. La gêne et les difficultés de trésorerie sont venues ensuite, au moment où on s'aperçoit que la distribution de l'eau exige des arrosants un nouvel effort financier qu'ils sont pour la plupart incapables de consentir. Ainsi, c'est la crise agricole qui paralyse ou tout au moins freine l'achèvement du canal, alors que sa vocation et sa justification seraient d'aider les paysans à sortir de la crise par la reconversion de leur système agricole. On comprend bien que tous les paysans souscripteurs ne sont pas également victimes de ce processus : il y a ceux dont les terres sont situées à proximité du canal et de ses dérivations, qui n'ont pas, de ce fait, à supporter de gros frais pour amener l'eau sur leurs propriétés. Mais il y a aussi ceux qui ne peuvent supporter cette charge en raison de la distance et des dépenses relativement lourdes correspondant aux cotisations demandées pour l'entretien du canal et pour payer l'arrosage. Pour le plus grand nombre, l'irrigation est trop chère, ses avantages à venir sont masqués par des soucis financiers : la taxe d'arrosage de 33 francs par hectare et le prix des travaux d'amenée de l'eau des filioles déjà construites jusqu'à leurs parcelles leur paraissent excessifs, insupportables.

85L'administration du Canal s'est alors trouvée dans une impasse, car la rentabilité de l'ouvrage n'était plus assurée puisque de nombreux souscripteurs n'utilisaient pas leur droit d'arrosage et même demandaient le remboursement de leurs souscriptions. Pour s'en sortir, elle se tourna vers l'Etat, lui demandant une subvention – considérable – de 800 000 francs qui serait affectée à des travaux d'entretien, destinés à corriger les défectuosités constatées, et à la construction de nouvelles filioles et rigoles, permettant d'étendre le réseau de distribution de l'eau. Il fallut trois ans pour que l'Etat se décide. On était alors en 1884, mais les paysans sans doute lassés d'une trop longue attente et de ce fait peu convaincus, manifestèrent une surprenante indifférence. Le conseil des syndics du canal désireux de faire vite avait ouvert une enquête dans les communes concernées, demandant aux intéressés de faire connaître leurs désirs, de rappeler éventuellement leurs droits... L'enquête n'aboutit pas, car elle n'obtint pas les réponses demandées... Il fallut alors faire acte d'autorité, et comme dit R. Caillet, "faire le bonheur des propriétaires sans leur concours". Combien différente est l'attitude de ces mêmes sociétaires lorsqu'en 1896 leurs délégués protestent, dans une réunion publique tenue à Carpentras, contre les prétentions jugées inacceptables de la ville de Marseille à de nouvelles concessions d'eau en Durance, au nom des :

"agriculteurs de l'arrondissement, qui vivent péniblement de leurs rudes travaux, et dont les récoltes sont constamment et annuellement menacées par le manque d'eau"...

86On ne peut s'y tromper : la difficile partie de l'irrigation est désormais gagnée, comme le prouvent, par ailleurs, les données statistiques. La courbe des surfaces arrosées montre que depuis 1890, c'est-à-dire depuis l'achèvement des travaux, les arrosages ont repris leur marche ascendante. Le rapport de la surface arrosée à la surface souscrite, qui n'était que de 43 % en 1880, s'élève à 63 % en 1903 pour atteindre 76 % en 1910. On doit relever la coïncidence, car elle n'est pas fortuite et l'intervention de l'Etat n'explique pas tout : l'irrigation s'impose dans le périmètre desservi par le canal de Carpentras, pièce maîtresse du système des canaux d'irrigation en Vaucluse, au moment où s'impose également la reconstitution du vignoble sur plants américains. Les péripéties de la lutte contre la crise sont diverses, en relation avec les productions agricoles elles-mêmes, mais l'adaptation à la crise, la recherche tâtonnante, empirique des solutions s'inscrivent dans une chronologie commune à toutes les directions de recherche du renouveau agricole en Vaucluse.

C – LES CULTURES SOUMISES A L'IRRIGATION

87Reste à se poser une question : quelles sont les cultures où se révèle la réussite de l'irrigation ? Les prévisions établies par Barrai en 1876, sur la base de témoignages isolés, sont-elles confirmées ? Le graphique des cultures arrosées établi par Caillet répond par l'affirmative. L'importance des prairies naturelles s'explique par les besoins alimentaires des animaux de trait et de labour, non seulement dans la zone desservie par le canal, mais aussi dans les régions du département privées de prairies irriguées, dont la production de foin est déficitaire. On doit remarquer qu'elles plafonnent dans les années 1907-1914. C'est également l'image d'un sommet et d'une stagnation que donne la courbe des prairies artificielles, qui ne sont qu'exceptionnellement irriguées. C'est donc du côté des "cultures annuelles" (ainsi désignées par opposition aux prairies artificielles) et des fraises qu'il faut chercher le succès des cultures soumises à l'irrigation. La culture des fraises a été isolée parce qu'elle est spécifique de la région de Carpentras, comme l'est le melon pour Cavaillon et l'asperge pour Lauris et la vallée de la Durance, mais elle doit être considérée comme une culture maraîchère. C'est bien ce secteur qui apparaît dans son dynamisme indissociable de l'irrigation.

88Mais si le canal de Carpentras, par la documentation qu'il nous propose, constitue une base solide pour l'analyse de l'irrigation et de sa signification économique, il nous faut tenter maintenant une approche de la question au plan départemental. L'entreprise est difficile car la statistique agricole pas plus que les enquêtes agricoles ne retiennent une catégorie de "cultures irriguées", à l'exception des prairies irriguées qui sont recensées comme telles dans les enquêtes de 1882 et 1892. De la même manière, la statistique agricole annuelle ignore les cultures maraîchères jusqu'en 1904, et, par la suite, la mention qui en est faite relève manifestement d'une définition incertaine, que le contrôle qu'exerce le professeur départemental d'agriculture sur les services préfectoraux ne parvient pas à préciser. Les enquêtes agricoles, pour leur part, proposent une nomenclature de cultures légumières si étendue que les précisions chiffrées qui figurent dans cette rubrique sont incontrôlables et en réalité parfaitement formelles. Certes, ce n'est pas la première fois que nous constatons les insuffisances de la documentation statistique, mais ici elles sont particulièrement gênantes.

  • 57 Résultats généraux des enquêtes agricoles de 1882 et 1892 -Op. cit.

89Les prairies naturelles sont l'objet de renseignements apparemment précis que l'on peut regrouper dans le tableau suivant57 :

  • 58 Rapport sur les travaux de la chaire départementale d'agriculture pendant l'année 1911-1912. – Op. (...)
  • 59 Les irrigations en Vaucluse et les cultures fourragères par F. Zacharewics, in Revue de Viticulure, (...)

90Leur succès est dû pour l'essentiel à l'irrigation qui accroît sensiblement leur rendement en foin. Et si l'on en croit le professeur départemental d'agriculture, leur développement se poursuit dans les premières années du xxème siècle : il avance le chiffre de 9 830 hectares en 1904 et de 11 000 hectares en 1911, pour un rendement moyen qui passe de 4 920 kg à 6 200 kg58. L'accroissement du rendement doit être mis au compte non seulement des progrès de l'irrigation, mais aussi de l'emploi des engrais. On mesure cependant la plus-value qu'apporte l'irrigation à l'estimation qu'il donne ailleurs du rendement d'une prairie irriguée : 10 000 kg59. Le calcul des frais d'entretien fait apparaître un bénéfice indiscutable seulement dans cette hypothèse et l'on peut conclure que c'est seulement par l'irrigation que les prairies naturelles accèdent au rang de production agricole commercialisée. Elles peuvent alors dégager un produit net qui serait de l'ordre de 300 francs par hectare.

  • 60 Zacharewicz : Le Vaucluse agricole. – Op. cit.
  • 61 A.D.V. 6 M 388.
  • 62 Zacharewicz : Le Vaucluse agricole. – Op. cit.

91L'évolution des prairies artificielles est moins liée aux progrès de l'irrigation, puisqu'elle s'inscrit dans le processus de perfectionnement du système agricole traditionnel ; luzerne, sainfoin et trèfle sont cultivés sur près de 14 000 hectares en 1882 et 18 000 en 1892, pour l'essentiel dans le système d'assolement du blé. Cependant, les prairies artificielles, plus particulièrement la luzerne, entrent aussi dans le cycle des cultures maraîchères car il est d'usage de laisser la terre se reposer et se régénérer après quelques années de cultures maraîchères, en faisant une culture de luzerne pendant trois ou quatre ans60. C'est dans ce contexte précis que les prairies artificielles peuvent être irriguées, mais cela ne modifie pas sensiblement leur productivité d'ensemble. Ce qui, par contre, apporte une nouvelle dimension économique à la culture de la luzerne, c'est la spéculation, qui apparaît au début de ce siècle, sur sa graine : la statistique agricole de 191261 mentionne cette activité dans les cantons de Bédarrides, Carpentras, Bollène, Orange, Valréas. Elle s'inscrit dans une recherche incessante de nouvelles cultures rémunératrices, caractéristique d'une agriculture très commercialisée, toujours menacée de baisses de prix par suite d'engorgement du marché. Dans le même ordre d'idées, surgissent des cultures de graines potagères et fourragères : salade, oignon, carotte, betterave, plus étroitement localisées puisqu'elles sont une spécialité de Bédarrides, Entraigues, Monteux et des cultures de plantes aromatiques, l'absinthe, la sauge, le fenouil, dans la région de Pernes-Carpentras62.

  • 63 P. George : op. cit., pp. 486 et 494.
  • 64 Zacharewicz : Le Vaucluse agricole. – Op. cit.
  • 65 A.D.V. 6 M 388.

92Par là s'annoncent les cultures maraîchères, dont un caractère spécifique est d'être diversifiées et variables d'une année à l'autre, parce qu'elles débouchent sur un marché mal connu et instable, d'où des fluctuations de prix de grande amplitude. Le paysan qui s'adonne aux cultures maraîchères vit dans l'incertitude de l'écoulement de ses récoltes, il a tendance à choisir ses productions – d'autant plus faciles à adapter qu'elles sont d'un cycle végétatif très court – en fonction de ses ventes de la campagne précédente : on observe de ce fait une grande mobilité des cultures, mais elles procèdent de techniques identiques, pour leur production comme pour leur écoulement. Par ailleurs, certaines cultures s'imposent par leur qualité et leur précocité, et donnent le ton à l'ensemble de la production maraîchère. C'est le cas du melon pour Cavaillon et ses communes proches ; des asperges pour Lauris et les autres villages de la vallée de la Durance ; des fraises pour Pernes-Carpentras. Ces cultures sont par excellence "les primeurs", pour lesquelles les plaines irriguées de Vaucluse sont dans une situation exceptionnellement favorable. C'est ce qui explique leur essor rapide, à partir des années 1880-1890. P. George note63 que les premières expéditions d'asperges à Lauris sont de 1889 et qu'en 1909 1 000 tonnes d'asperges quittaient la basse vallée de la Durance, que l'expédition des fraises sur le marché de Lyon a commencé en 1886. Zacharewicz64 a relevé les expéditions de fraises de 1888 à 1892 : elles ont presque quadruplé et atteignent déjà 1 380 tonnes. Accompagnent ce mouvement, mais de façon plus diffuse et non mesurable, les cultures de petits pois, haricots, aubergines, salades... Un sort particulier doit être réservé à la pomme de terre, en raison de son ambiguïté : culture traditionnelle et vivrière, elle devient une culture primeur, et cette mutation s'accompagne d'une réduction des superficies qu'on lui consacre, qui passent de 14 000 hectares en 1 882 à 9 340 en 191265. Il n'est malheureusement pas possible de distinguer les deux productions, consommation courante et primeur, alors que pourtant leur signification et leur valeur économiques sont très différentes ; on peut seulement repérer les zones de production des pommes de terre primeurs : Pertuis et Villelaure ; Cavaillon et ses villages proches ; Monteux, Velleron, Althen-les-Paluds dans la région de Carpentras.

  • 66 Althen-les-Paluds : Des marais aux glaïeuls. Monographie de G. Bastide, instituteur. Archives des S (...)
  • 67 La culture de la betterave à sucre a été tentée en Vaucluse sous l'impulsion d'un industriel en gar (...)

93Au total, la culture maraîchère apparaît bien l'activité agricole la plus révélatrice de l'effort de reconversion et d'adaptation incessante de l'agriculture vauclusienne. On en prend conscience également quand on peut suivre, sur un terroir communal, la succession des tentatives et expériences, en fonction des perspectives de rentabilité qu'elles présentent ou qu'on leur prête. Althen-les-Paluds66, berceau de la culture de la garance, s'est trouvé privé de sa principale ressource en 1874. Ses paysans ont alors étendu la culture du blé et de la pomme de terre, en même temps qu'ils reconstituaient leurs prairies. C'étaient là des mesures conservatoires, qui avaient le caractère d'un retour au passé, d'un repliement sur soi. Mais les habitants du village retrouvent bientôt le goût des cultures commerciales ; en 1880, ils essaient la culture de la menthe et ils s'y tienndront avec des hauts et des bas provoqués par des cours très fluctuants. En 1888, ils se mettent à la culture de la betterave à sucre, stimulée par l'installation d'une sucrerie dans une ancienne usine à garance au Pontet67, et ils lui donnent une telle importance que les gens des villages voisins appellent les Althénois "les blets", du nom provençal de la betterave... Expérience fructueuse, mais compromise par la concurrence du sucre de canne marseillais. Les Althénois ne s'obstinent pas et, vers 1900, ils se lancent en grand dans la culture des pommes de terre primeurs, en même temps qu'ils s'essaient, avec succès, à la culture de l'asperge et font des plantations de cassis, qu'ils exportent en Angleterre.

  • 68 P. George – Op. cit., p. 504.
  • 69 Archives de Bimar, domaine Saint-Martin, communiquée par M. de Lamothe. Dès 1896, le comte de Bimar (...)
  • 70 A.D.V. 6 M 388.
  • 71 Les prix du raisin de table au domaine Saint-Martin sont des prix de campagne, c'est-à-dire pour ch (...)
  • 72 Au concours des plantations fruitières de 1908, à Carpentras, le rapporteur donne des conseils à pr (...)

94On peut associer aux cultures maraîchères la culture de la vigne pour le raisin de table. Nous l'avons vu, cette forme de viticulture apparaît sur les données de la statistique agricole à partir de 1904, sanctionnant une réalité récente. Il n'est pas possible de fixer son démarrage avec précision mais par comparaison avec la fraise et le melon et compte tenu du calendrier de la reconstitution du vignoble, c'est à la fin des années 1890 qu'elle prit quelque importance, et elle devait connaître un développement spectaculaire puisque la gare du Thor, principal centre de production, en expédiait en 1908 2 350 tonnes et 3 720 tonnes en 191368. La crise viticole du début du siècle contribua à cet essor, car les prix du raisin de table résistèrent mieux que ceux du vin et du raisin de vendange que j'ai pu établir à partir de la comptabilité du domaine Saint-Martin69. Les séries associées des prix raisin de table et raisin de vendange montrent un écart important entre les deux productions, au bénéfice du raisin de table. Et il est connu que les vignes à raisin de table ne le cèdent pas aux autres pour le rendement, d'autant plus qu'elles se sont implantées dans les plaines basses, fertiles, chaudes et arrosables, de la région de Cavaillon et l'Isle-sur-Sorgue : Ces deux cantons rassemblent en 1912, 2 070 hectares de vignes à raisin de table, sur les 2340 hectares qu'on dénombre dans le département70. Les fluctuations des prix sont de grande amplitude71 et constituent un dessin d'ensemble proche de celui du raisin de vendange. Mais s'il est vrai que les prix des raisins de table sont, comme ceux des raisins de vendange, sensibles à la surproduction, réelle ou invoquée par les négociants pour justifier leurs offres à très bas prix, ils résistent mieux à une telle conjoncture parce qu'ils s'adressent à une clientèle plus étroite, qui règle sa consommation sur d'autres facteurs que le mouvement des prix. Ajoutons que le raisin de table doit être d'une présentation impeccable72 et qu'il est, de ce fait, très sensible aux accidents climatiques, pluie ou grêle, dans la période de murissement. Il y a là un facteur non négligeable de variation des prix. Ce qu'il faut retenir, en fin de compte, c'est que malgré les contraintes qui pèsent sur elle, la culture du raisin de table se développe : c'est bien la preuve de sa rentabilité. Il n'empêche qu'elle est traversée d'incertitudes constamment renouvelées et son succès est la résultante de réussites brillantes et d'échecs imprévisibles.

  • 73 Archives Fabre : livre de comptes. La propriété Fabre était exploitée en métayage, ce qui explique (...)

95Il n'est pas possible de faire une étude des prix en culture maraîchère. On peut, certes, trouver sur les mercuriales publiées par la presse des cours quotidiens pratiqués sur les marchés ; mais justement les variations sont telles -et on ignore les quantités présentées sur les marchés et éventuellement les invendus – qu'on ne peut, sous peine d'erreurs graves, procéder à des calculs de moyennes. A titre d'exemple de ces variations, j'ai pu relever sur la comptabilité d'un petit domaine situé à Loriol-du-Comtat, près de Carpentras73, des prix de marché, correspondant à des ventes réellement effectuées. En 1912, les pommes de terre primeurs, récoltées en juin-juillet, se sont vendues de 20 à 12 francs le quintal ; la même année, les tomates sont tombées de 20-30 francs les 100 kg dans les premiers jours de juillet à 5 et même 4 francs fin juillet-août. C'est alors d'ailleurs, que le paysan apporte au marché ses plus grosses quantités. En 1912 toujours, les melons, qui se vendent à la douzaine, tombent de 3 à 1 franc de juillet à la mi-août. Les fraises semblent présenter des cours plus réguliers, les prix ne varient que de 1 franc à 0,40 franc le kilo. Ces exemples concrets, pour limités qu'ils soient, suffisent à éclairer les conditions de l'écoulement sur les marchés des productions maraîchères. Elles sont très proches de celles que nous avons déjà observées pour les raisins de table, plus déroutantes et éprouvantes encore dans la mesure où elles concernent une gamme étendue de productions. Le paysan qui vient au marché ne sait pas s'il vendra bien sa récolte du jour, ou s'il devra la céder à vil prix ou même la remporter au risque de la perdre... Il y a là un facteur psychologique à ne pas négliger : raisin de table et cultures maraîchères, nous sommes dans le domaine des cultures spéculatives qui se déroulent, de l'ensemencement à la récolte et à la vente, un peu à la manière d'un jeu de hasard, et les paysans doivent en admettre les règles implicites. Le fait qu'ils jouent sur le choix des cultures, sur les marchés, introduit dans leur comportement et leur mentalité un élément nouveau, par lequel ils surmontent leurs déceptions et échappent au découragement, aiguillonnés qu'ils sont par la perspective d'un gros gain. On est loin, en tout cas, de la résignation paysanne traditionnelle, même si celle-ci a été souvent exagérée.

96Comment apprécier la rentabilité des cultures maraîchères, si les prix ne peuvent nous y conduire directement ? Nous disposons des évaluations faites par Zacharewicz, le professeur départemental d'agriculture, en poste dans le Vaucluse depuis 1886. Procédant par des calculs simples à partir de rendements et de prix déterminés par une longue pratique, il estime en 1895 que :

  • 74 Zacherewicz : Le Vaucluse agricole – Op. cit.

"la culture maraîchère rapporte lorsqu'elle est bien comprise en moyenne 3 000 à 4 000 francs par hectare, mais elle demande des soins assidus et un labeur incessant ; malgré ce, elle tend toujours à gagner du terrain"74.

  • 75 Zacharewicz : Rapport sur les travaux de la chaire départementale d'agriculture – Op. cit.
  • 76 La petite propriété rurale en France. Enquêtes monographiques 1908-1909. Paris, 1909.

97Effectivement, un revenu net de 3 000 à 4 000 francs à l'hectare constitue un sommet qu'aucun autre système agricole ne peut espérer approcher. En 1912, rendant compte de son activité pour l'année précédente, Zacharewicz apporte d'autres précisions75, fruits des résultats obtenus sur des champs de démonstration : il a obtenu un revenu brut de 9 180 francs à l'hectare en culture de tomates, de 12 400 francs en culture d'aubergines, de 5 700 francs en culture de melons. Certes, il d'agit d'exemples isolés et on ne peut les généraliser. Ils sont dans la ligne, en tout cas, des estimations de 1895. Et si nous voulons une confirmation de la supériorité du revenu des cultures maraîchères, nous pouvons la trouver dans les estimations de la valeur vénale des terres effectuées par l'équipe du Musée Social en 1908-190976. Pour les plaines de Vaucluse, les terres arables (en culture céréalière) sont estimées 3 000 francs l'hectare, les vignes 4 000 francs, les prairies naturelles 5 000 francs et les terres à culture maraîchère 10 000 francs.

98Ainsi, les choses sont claires, à défaut de pouvoir être traduites en chiffres précis. L'irrigation, étendue et perfectionnée sous l'aiguillon de la crise agricole, a été le support technique d'une vaste entreprise de rénovation et de reconversion agricoles, qui acquiert ses traits originaux dans le secteur des cultures maraîchères. La garance n'est plus, dès lors, qu'un souvenir qu'on évoque sans regrets, et l'agriculture vauclusienne par ses productions de primeurs s'inscrit dans le mouvement d'un authentique progrès agricole, puisqu'elle est un effort d'adaptation aux conditions économiques générales. C'est ainsi qu'un département rural entre réellement dans la modernité.

V – ESQUISSE D'UN BILAN

99II n'est pas facile de présenter un bilan complet et précis de l'agriculture vauclusienne en 1914, date inévitable dans toute analyse économique. Deux raisons à cette difficulté : les lacunes et les imprécisions de la documentation statistique, au triple niveau des surfaces cultivées, des quantités produites et des prix. Inutile d'y insister, nous avons suffisamment montré, tout au long de l'étude en cours, la gêne que nous en éprouvions, et il est évident qu'elle est encore plus grande quand, après l'analyse, on s'efforce de regrouper les résultats dans une synthèse qui gagnerait singulièrement en force et en précision si elle s'appuyait sur des mesures homogènes, réalisées à partir de critères et d'unités communs à tous les secteurs successivement analysés... C'est un rêve auquel il faut renoncer. Mais un autre écueil surgit, des faits économiques eux-mêmes. Nous pensons avoir mis en évidence leur mobilité, et elle contrarie nécessairement toutes tentatives de fixer, sinon de figer, un processus éminemment évolutif. N'ayons donc pas de regrets excessifs si nous devons nous contenter d'une esquisse de bilan où le qualitatif et l'approximation des faits dissimulent dans une certaine mesure l'impuissance à quantifier avec rigueur et si nous ne pouvons appréhender fermement une réalité qui se dérobe sans cesse. C'est en quelque sorte accepter les contraintes de l'histoire, et l'on sait qu'elles sont lourdes en histoire économique.

100Une crise profonde, sans précédent par l'ampleur de ses manifestations et plus encore parce qu'elle ébranle et condamne tout un système agricole, pourtant très perfectionné. Sur ses ruines, évidentes aux yeux des observateurs lucides dès les années 1880, un double effort dont la chronologie est confuse. Celui de la survie d'abord, qui se manifeste naturellement en premier lieu, et de la façon la plus empirique qui soit, par des mesures et des tentatives qui marquent, dans l'interprétation économique qu'il convient de leur donner, un retour aux traditions, aux vieux réflexes d'une agriculture de subsistance. Quand on analyse la progression de la culture du blé, ou bien la lutte aveugle, toujours à recommencer, contre le phylloxéra, c'est bien de cela qu'il s'agit. Mais on décèle de bonne heure une réflexion et des tentatives où le calcul économique tient plus de place que le réflexe vital, et les deux voies de lutte, dès lors, interfèrent et se chevauchent. Elles sont, d'ailleurs, complémentaires, indissociables, puisque les succès obtenus dans la recherche de voies nouvelles seraient pour beaucoup arrivés trop tard si les paysans n'avaient pas d'abord rassemblé leurs forces et bandé leur énergie dans une résistance toute défensive à la crise.

101Cependant, des différences s'observent : les activités pionnières, la reconstruction du vignoble comme l'utilisation rationnelle des eaux d'irrigation, ne sont pas conduites sur un rythme unique et l'avantage appartient sans discussion à ceux qui peuvent ajouter à une capacité d'analyse économique, que leur formation intellectuelle a développée, des moyens financiers que la propriété parcellaire de la terre ne peut permettre d'accumuler. Mais si la lutte contre la crise propose ainsi un bon terrain d'observation de la différenciation sociale dans la paysannerie vauclusienne, des ambiguïtés n'en subsistent pas moins car les conditions techniques de la reconversion et de la rénovation de l'agriculture vauclusienne ne pénaliseront pas, bien au contraire, une fois terminée la phase initiale, la petite exploitation. Nous reviendrons, sur les problèmes de la société paysanne, mais c'est l'étude économique qui les révèle, dans leur confusion qu'une enquête sur la petite propriété en France met en évidence en 1909 :

  • 77 Ibid.

"Dans la commune de Cavaillon, on fait usage, depuis deux ans, d'une charrue à avant-train pour le labour profond. Le petit exploitant ne lésine pas sur la dépense en outillage, parce qu'il sait combien la culture intensive augmente ses rendements. Il se spécialise même par un outillage de châssis, bâches, chaudières et tuyautages pour la culture forcée des primeurs. Le moyen et le grand exploitant, surtout ce dernier, n'augmentent eux, leur matériel que lorsqu'ils y sont contraints par les exigences de la culture. Ils ont des frais très élevés de main-d'œuvre, un gros capital immobilisé, ils ont donc moins d'argent liquide pour opérer des achats d'outillage"77.

102Certes, c'est un cas limite qui inspire ces remarques, car Cavaillon est une réussite exceptionnelle. Mais le rapport évolution économique-structures sociales n'est pas, même à Cavaillon, aussi simple, ni aussi favorable à la petite exploitation que certaines apparences donnent à penser.

103L'évolution de l'agriculture vauclusienne, pendant cette période riche en péripéties, où la déception côtoie l'espoir, le succès, l'échec, mais où toujours se manifestent la persévérance dans l'éffort et l'imagination créatrice, s'est faite selon deux lignes de force : un engagement qui s'affirme progressivement dans des productions destinées à la commercialisation avec la spécialisation agricole qui en est le corollaire. Cette orientation, qui se réalise par touches successives, ce qui déjà rend difficile d'en préciser le poids économique, tient compte par ailleurs des données naturelles : accélérée dans les plaines riches bien irriguées et reliées efficacement aux marchés de consommation, déjà moins rapide dans les terroirs où la vigne s'impose, elle est hésitante et limitée, par la force des choses, sur les plateaux et reliefs semi-montagneux de l'Est et du Nord-Est du département, sans vocation agricole bien nette, pénalisés par leur relatif isolement. Par là, une nouvelle dynamique agricole se met en place, génératrice de déséquilibres régionaux qui ne peuvent manquer de se retrouver dans le nombre des hommes et leur avenir, défini tout à la fois par la démographie et la rentabilité de leurs activités. Est-ce à dire que le progrès économique conduise tout droit à la réussite ? Il comporte ses risques, en raison de la tendance à la monoculture qu'il implique et des emballements irréfléchis, spéculatifs, où conduisent des prix instables. Pour des observateurs lucides et désintéressés, ces risques sont réels et il convient de retenir la mise en garde du professeur départemental d'agriculture, formulée à l'occasion du Concours Agricole de 1905 :

  • 78 Zacharewicz : Rapport sur le concours des plantations fruitières -Op. cit.

"La monoculture ne doit... être admise qu'exceptionnellememnt car elle conduit fatalement à des déboires. La culture de la vigne nous en offre en ce moment un exemple frappant.
... Nous ne voudrions pas que par une élévation de prix d'une récolte ayant fait défaut par suite d'intempéries l'agriculture soit entraînée à abandonner ses cultures ordinaires pour s'attacher à n'entreprendre que cette dernière. Le fait s'est déjà produit et n'a conduit, vu l'ensemble de la récolte obtenue, qu'à des prix dérisoires, de la sorte ce qui a été excellent une année a été désastreux l'autre. Tenons-nous donc dans une régularité de production satisfaisante par des emblavures et des plantations raisonnées et nous éviterons des fluctuations désastreuses dans les prix de nos produits"78.

104La leçon a été comprise et nulle part en Vaucluse une production n'est exclusive d'autres. Bien sûr, la spécialisation conduit à un système qui privilégie ici les cultures maraîchères, là la vigne, mais un équilibre relatif, qui évite les grandes catastrophes sans interdire des gains substantiels, est maintenu jusque dans les régions les plus engagées dans cette évolution.

  • 79 La petite propriété rurale en France – Op. cit.
  • 80 Zacharewicz : Le Vaucluse agricole – Op. cit.

105C'est par cette pratique, d'ailleurs, que la petite exploitation s'adapte à un progrès diversifié dans les formes qu'il peut prendre et qu'elle lui propose des structures apparemment favorables. Elles se prête à un dosage incessamment corrigé des productions, parce qu'elle repose sur le travail compétent de la cellule familiale qu'elle fait vivre. Elle est disponible pour toutes les expériences, parce que dans le contexte technique du moment, on peut les tenter à peu de frais. Le matériel agricole nécessaire aux productions agricoles du Vaucluse n'est pas considérable, même si certains outillages de la culture des primeurs ont fait impression sur les enquêteurs du Musée Social à Cavaillon en 190979. La charrue "simple", pour reprendre le vocabulaire des grandes enquêtes agricoles, convient au labour dans les vignes comme dans les champs, les sarclages et binages se pratiquent le plus souvent à la main et même l'usage du rouleau n'est courant que dans les grandes exploitations, puisque "dans les petites on se sert encore pour briser les mottes des terres dures et fortes de maillets de bois"80. Contradiction, par conséquent, d'un système agricole intensif et d'évolution rapide, et de techniques qui n'évoluent que lentement. Mais elle n'est pas ressentie comme un frein par les paysans eux-mêmes.

106Ce qui, bien davantage, sensibilise l'opinion paysanne, ce sont les exigences du mouvement irréversible où s'est engagée l'agriculture : toutes ses expériences, toutes ses tentations aussi, l'insèrent toujours plus étroitement dans des circuits d'échanges qu'elle ne commande pas. Aussi ses réussites sont-elles précaires et elles exigent, pour être confirmées, une double action : pour élever la productivité, pour obtenir des garanties quant aux prix et à l'écoulement des productions. C'est ainsi que l'évolution économique peut, tout à la fois, justifier l'individualisme – c'est la loi des marchés – et faire découvrir la nécessité d'une solidarité professionnelle à la recherche des structures adéquates pour s'exprimer et s'exercer. Après la crise, les paysans seront obligés de s'engager dans une action professionnelle, de défense et de promotion de leurs productions.

Notes

1 J.-A. Barral : Les Irrigations dans le département de Vaucluse. Rapport sur le concours ouvert en 1877... Paris, 1878.

2 Arch. Com. de Ménerbes, Reg. de Délibérations du Conseil d'Administration de l'Hospice.

3 Voir mon étude : "Un village vauclusien sous la IIIème République : Châteauneuf-du-Pape", in Actes du 90ème Congrès National des Sociétés Savantes. Nice, 1965 – Paris, 1966, p. 381.

4 Souvenirs sur la famille A...

5 J.-A. Barral – Op. cit.

6 Un tel rendement était un fait exceptionnel, ou tout au moins on ne pouvait l'atteindre que dans des magnaneraies parfaitement organisées.

7 J.-A. Barral – Op. cit.

8 A.D.V. 6 M 412-412. Ces documents ont souvent disparu. On en trouve cependant, mais de manière discontinue, et pour cette raison ils sont d'une analyse très difficile.

9 A.D.V. 6 M 413. Les rapports d'août 1885 sur la récolte en grains, qui ont été conservés pour les communes de l'arrondissement d'Orange, insistent tous sur les effets de la sécheresse. Par exemple, le maire de Sainte-Cécile écrit : "Les propriétaires en général s'attendaient à avoir une faible récolte de toute espèce de grains, mais elle a été encore bien au dessous des prévisions". Mais l'année suivante, faisant la synthèse des rapports sur les semailles d'automne, le préfet écrit : "l'étendue des terrains ensemencés est inférieure d'environ un quart à celle d'une année moyenne. La cause de cette diminution provient des pluies abondantes survenues au moment des ensemencements. Les travaux d'ensemencements ont été exécutés dans de mauvaises conditions par suite des pluies abondantes et continuelles survenues dans le courant des mois d'octobre et de novembre dernier. Dans un grand nombre de communes du département, les semences ont été étouffées par les inondations". Il paraît évident que ces analyses qualitatives noircissent quelque peu le tableau : les rendements pour 1886 et 1887 sont supérieurs à la moyenne.

10 Mais le gain de productivité dans le contexte des cultures maraîchères ne doit pas faire perdre de vue que la part du blé dans ce système de culture est considérablement réduite. C'est ainsi qu'à Cavaillon les superficies cultivées en blé tombent de 600-650 hectares dans les années 1880-1900 à 80-100 hectares dans les années 1900-1910 (J.-C. Cheinet, Cavaillon, étude économique et sociale, 1851-1914 -D.E.S. Fac. Lettres Aix, 1966).

11 Arrondissement cPApt, monographies communales par M. Bancal. Cavaillon, 1896.

12 M. Bancal, (op. cit.) indique qu'à Gargas, en 1895, les céréales sont cultivées sur 900 ha et produisent un excédent de 9 000 hl. Ce sont là des données peu sérieuses : la superficie de la commune est de 1 463 ha et le blé n'a jamais dépassé 500 ha. Si l'on tient compte des besoins alimentaires d'une population de 900 habitants – au moins 2 000 hl – , de la semence à mettre de coté – 900 hl – on reste bien loin du compte : pour un rendement moyen de 14-15 hl, le surplus négociable ne pouvait dépasser 5 000 hl.

13 De Reparaz : Le plateau de Saint-Christol – Op. cit.

14 Ed. Zacharewicz. Rapport sur les travaux de la chaire départementale d'agriculture pendant l'année 1911-1912. Brochure de 30 pages. Avignon, 1912.

15 Statistique agricole de la France. Résultats généraux de l'enquête décennale de 1892 – Paris, 1897. Zacharewicz dans son mémoire sur l'agriculture du département de Vaucluse (Avignon 1895) indique que pour la moisson "le procédé qui domine est celui de la faux", alors que pour le battage "quelques fermes seulement l'effectuent à la batteuse même à la vapeur", le plus grand nombre restant fidèle au vieux procédé de la dépiquaison sur l'aire, au rouleau. Le grain est alors séparé de la paille à la pelle ou le plus souvent à l'aide d'un instrument mécanique, le tarare.

16 Voir à cet égard ma communication au Congrès des Sociétés Savantes de Tours : Contribution à l'étude de l'alimentation paysanne aux xix et xxème siècle.

17 Bulletin de la Société Départementale d'Agriculture – Année 1876.

18 Ibid. Année 1884

19 A.D.V. 7 M 81.

20 A.D.V. 7 M 83.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Voir mon étude : Un village vauclusien sous la IIIème République : Châteauneuf-du-Pape, in Actes du 90ème Congrès des Sociétés Savantes.

24 Le propriétaire de Château Fortia était le baron Leron de Boisseaumarie, dont le nom et l'action sont inséparables de la prospérité actuelle de Châteauneuf-du-Pape.

25 Bulletin de la Société Départementale d'Agriculture. Année 1901.

26 Il faut tenir compte des maladies de la vigne qui compromirent la reconstitution par les pertes de récolte qu'elles provoquèrent. La plus redoutable était le mildiou et voici à ce sujet le témoignage de Denis A... :
"Nos raisins furent entièrement détruits par l'attaque très violente de 1888. On avait fait des essais depuis deux ou trois ans à l'Ecole d'Agriculture de Montpellier, et les sels de cuivre donnèrent les meilleurs résultats. Ce fut alors en 1889 que mon père acheta le premier pulvérisateur Vermorel et se mit en devoir de faire sulfater ses vignes. Le résultat fut magnifique, beaucoup de nos compatriotes qui avaient eu peur de s'empoisonner eurent leur récolte perdue par le mildiou tandis que les neuf parcelles de mon père, situées un peu dans tous les quartiers, faisaient envie à tout le monde tant la récolte était belle".

27 A.D.V. 6 M 388. Par un heureux hasard, pour l'année 1912, les données statistiques établies dans les communes ont été conservées, ce qui permet d'établir une image précise du vignoble à cette date.

28 A.D.V. 6 M 383. Agriculture. Nous avons pour 1901, la récapitulation par canton des superficies plantées, des rendements et des prix. Pour ces deux dernières données, la plus grande prudence s'impose pour leur utilisation.

29 P. George – Op. cit., pp. 36-37.

30 En janvier 1902, le Ministère de l'Agriculture organise en raison de la mévente des vins, une enquête sur la viticulture. Le texte de l'enquête, diffusé par les soins du préfet, est adressé à des personnalités du monde rural et aux organisations agricoles. Quelques réponses ont été conservées A.D.V. 7 M 75. Une question concernait le rendement : "la production moyenne par hectare est-elle supérieure ou inférieure à ce qu'elle était avant la crise phylloxérique ?". Toutes les réponses sont affirmatives, le conseiller général de Bonnieux, précise "à cause des perfections apportées dans la culture et des engrais employés" et le syndicat agricole de Lacoste, village du canton de Bonnieux, confirme par cette appréciation : "surtout à cause des soins attentifs qu'on porte à cette culture".

31 Il serait très utile de connaître le rendement de la vigne dans un cadre géographique plus restreint que le département, ce qui permettrait en praticulier de préciser les notions de vocation viticole et de rentabilité différentielle du vignoble. Mais les données chiffrées font défaut. Nous connaissons pour 1901, par les matériaux de la statistique agricole A.D.V. 6 M 383, le rendement de la vigne pour chaque canton, mais ces indications chiffrées ne peuvent être utilisées qu'avec la plus grande prudence.

32 Voir à cet égard G. Dupeux : Aspect de l'histoire sociale et politique du Loir et Cher 1848-1914, pp. 194-195.

33 A.D.V. 6 M 333 et S.O. : Octrois – Généralités 1830-1897.

34 A.D.V. S.O. : Octrois.

35 A.D.V. 7 M 75.

36 Archives communiquées par M. le marquis de Causans. Le vignoble du domaine de Causans est un bon exemple de reconstitution rapide et précoce, conduite à grands frais. Les premiers travaux sont de 1881, en 1885 les premières vignes entraient en production, en 1888 la superficie plantée était d'une vingtaine d'hectares et une cave est construite : elle permettra de vinifier jusqu'à 2800 hl de vin en 1900. Sa capacité est cependant insuffisante puisqu'on continue à vendre du raisin de vendange.

37 Archives de Bimar, domaine de Saint-Martin, communiquées par M. de Lamothe, l'actuel propriétaire du domaine.

38 Archives communiquées par M. Bouer, petit-fils de M. Appy.

39 La presse régionale s'est fait l'écho, dans les derniers jours d'avril 1903, des gelées qui ont détruit aux trois quarts disait-on les espérances de la récolte dans tout le Midi viticole. Un négociant de Châteauneuf-du-Pape (voir infra) indique que la vallée du Rhône fut relativement protégée par le Mistral. 11 en est souvent ainsi en matière de calamités agricoles : leurs effets sont catastrophiques, mais aussi inégalement répartis et par le jeu des hausses de prix les pertes des uns peuvent devenir des gains appréciables pour ceux – le plus petit nombre, assurément – qui ont échappé au moins partiellement au désastre.

40 P. Barral : Les agrariens français de Méline à Pisani. Paris, 1968, pp. 98- 103.

41 Archives communales de Châteauneuf-du-Pape. Dossier agriculture et commerce.

42 Dans les archives communiquées par de M. de Lamothe figurent des doubles de la correspondance que le régisseur du domaine entretenait avec le propriétaire, M. de Bimar, et avec les courtiers qui représentaient les négociants.

43 Archives communiquées par le fils de ce courtier, courtier lui-même : M. B...

44 Les négociants sont durs en affaires, et leurs courtiers, personnages importants par lesquels le négoce prend figure humaine, ne le sont pas moins. En voici un témoignage : une lettre du courtier de Châteauneuf-du- Pape à un négociant de Saint-Paray près de Valence, à propos d'un grand propriétaire nouvellement installé à Châteauneuf. La lettre est du 30 novembre 1902 :
"J'ai pu enfin voir aujourd'hui Monsieur Payan. Ce sera un mauvais vendeur et, entre nous soit dit, il a besoin de quelques bonnes leçons qui certainement ne lui manqueront pas, car avec les présentations qu'il a, le vide se fera autour de lui de la part du commerce. Il demande, dernier prix, 150 francs net (la pièce de 228 litres) c'est-à-dire pas de commission au courtier. Au-dessous de ce prix, dit-il, il vendra sans peine son vin à une clientèle de détail. Il croit vendre du vin de ce prix comme il vend de l'huile à ses clients (Payan possède une huilerie-savonnerie dans les Bouches-du-Rhône) ; nous le reverrons, dans un an ou deux. Pour le moment, la conclusion c'est qu'il n'y a rien à faire avec lui. A vous de voir si vous voulez faire autrement".

45 J.-A. Barral : Les Irrigations dans le département de Vaucluse. Op. cit.

46 Barral, en se fondant sur de nombreuses estimations, avance la somme de 3900 francs comme le prix d'un hectare de prairie arrosée, créée dans les garrigues qu'arrose le canal de Carpentras. A l'état naturel, il ne valait que 500 francs et le capital à investir pour préparer la terre est de 1500 francs. La plus-value assurée par l'irrigation est donc de 1 900 francs, chiffre considérable.

47 Bulletin de la Société Départementale d'Agriculture. Année 1882.

48 Le marquis de l'Espine, propriétaire d'un domaine de 70 hectares situé sur les communes de l'Isle-sur-Sorgue et de Saumane, a participé au concours sur les irrigations de 1876. Il y avait présenté un ensemble de travaux permettant de conduire les eaux du canal de Carpentras sur 30 hectares en prairies, luzernes, vignes et jardinage. C'est un exemple assez rare de grand domaine en cours de reconversion, dans la ligne économique mais aussi sociale que suivent les grands propriétaires nobles qui animent la Société d'Agriculture.

49 Rapport fait au nom de la commission des irrigations, par M. Niel Emile, ingénieur civil, rapporteur. Avignon, 1879, 30 pages.

50 Mon étude "Un village vauclusien sous la IIIème République : Châteauneuf-du-Pape". Op. cit., note 11, p. 379.

51 P. George – Op. cit., p. 449.

52 Dans une brochure de 1908 (La source de Fontaine l'Evêque et les canaux d'irrigation dérivés de la Durance pour le département de Vaucluse, par A. Rousset inspecteur des Eaux et Forêts en retraite. Carpentras, 1908, 20 pages) on peut lire les arguments suivants pour refuser la répartition existante des eaux de la Durance :
"Les droits de riveraineté étant égaux pour les deux rives, l'équité exigerait qu'un même volume d'eau leur fût départi. On ne s'explique pas pourquoi on a attribué 54 450 par seconde à la rive des Bouches-du-Rhône et moitié moins, soit 27 750 par seconde à la rive de Vaucluse. C'est là un acte de favoritisme, en partie laissé par l'Ancien Régime, que la justice et l'impartialité du gouvernement actuel ne saurait maintenir ni justifier, attendu que tous les citoyens français ayant les mêmes charges doivent avoir les mêmes avantages. L'Egalité des droits des citoyens fait partie des principes des droits de l'homme !".
Ce raisonnement politico-historique n'est pas sans force auprès des paysans vauclusiens.

53 Défense des irrigations vauclusiennes – Les eaux de Fontaine l'Evêque – exposé et vœu de M. Saint-Martin devant le Conseil Général de Vaucluse. Avignon, 1909, 10 pages.

54 La commission des irrigations indique que sur les garrigues de Pernes "la valeur des terrains estimée jadis en moyenne 650 francs l'hectare, s'y est élevé à 3550 francs" (Rapport par M. Niel Emile, op. cit.).

55 R. Caillet : Le canal de Carpentras – contribution à l'histoire du comtat Venaissain – Carpentras, 1925, 254 pages, p. 83.

56 Ibid. Chap. III et IV, pp. 84-96.

57 Résultats généraux des enquêtes agricoles de 1882 et 1892 -Op. cit.

58 Rapport sur les travaux de la chaire départementale d'agriculture pendant l'année 1911-1912. – Op. cit.

59 Les irrigations en Vaucluse et les cultures fourragères par F. Zacharewics, in Revue de Viticulure, 1906.

60 Zacharewicz : Le Vaucluse agricole. – Op. cit.

61 A.D.V. 6 M 388.

62 Zacharewicz : Le Vaucluse agricole. – Op. cit.

63 P. George : op. cit., pp. 486 et 494.

64 Zacharewicz : Le Vaucluse agricole. – Op. cit.

65 A.D.V. 6 M 388.

66 Althen-les-Paluds : Des marais aux glaïeuls. Monographie de G. Bastide, instituteur. Archives des Services agricoles de Vaucluse.

67 La culture de la betterave à sucre a été tentée en Vaucluse sous l'impulsion d'un industriel en garance qui cherchait à remplacer la garance par une culture qui associe le travail agricole pour sa production au travail industriel poour sa transformation. Il a fait lui-même l'histoire de sa tentative, qui persista jusqu'en 1914 : Mémoire sur l'introduction de la betterave à sucre et de l'industrie sucrière dans le département de Vaucluse et la région du Sud-Est, par E. Verdet – Avignon, 1897.

68 P. George – Op. cit., p. 504.

69 Archives de Bimar, domaine Saint-Martin, communiquée par M. de Lamothe. Dès 1896, le comte de Bimar récoltait 96 tonnes de raisin de table et jusqu'en 1902, année où nous cessons d'avoir le relevé exhaustif des ventes réalisées, sa production oscilla entre ce tonnage et celui, maximum, de 220 tonnes.

70 A.D.V. 6 M 388.

71 Les prix du raisin de table au domaine Saint-Martin sont des prix de campagne, c'est-à-dire pour chaque année la moyenne obtenue à partir des ventes quotidiennes. Cette moyenne masque des variations de prix qui peuvent être très fortes, notamment en fonction de la plus ou moins grande précocité de la récolte.

72 Au concours des plantations fruitières de 1908, à Carpentras, le rapporteur donne des conseils à propos des raisins de table : "d'abord et avant tout les expéditions doivent comprendre des produits de premier choix, on a tout à y gagner soit comme valeur pécuniaire soit comme extension de clientèle. De plus, la préférence est accordée à ceux qui ont l'art de bien présenter, de parer et de faire valoir la marchandise expédiée. Le mode d'emballage joue donc le rôle important, il ne faut pas non plus l'oublier". (Rapport sur le concours des plantations fruitières par E Zacharewicz, Carpentras, 1908, 31 pages).

73 Archives Fabre : livre de comptes. La propriété Fabre était exploitée en métayage, ce qui explique la relative précision des comptes.

74 Zacherewicz : Le Vaucluse agricole – Op. cit.

75 Zacharewicz : Rapport sur les travaux de la chaire départementale d'agriculture – Op. cit.

76 La petite propriété rurale en France. Enquêtes monographiques 1908-1909. Paris, 1909.

77 Ibid.

78 Zacharewicz : Rapport sur le concours des plantations fruitières -Op. cit.

79 La petite propriété rurale en France – Op. cit.

80 Zacharewicz : Le Vaucluse agricole – Op. cit.

Table des illustrations

Titre LA CULTURE DE LA VIGNE : EVOLUTION DES SUPERFICIES PAR CANTON
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1947/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540