Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Deuxième partie. Crise et reconstruction vers l'économie contemporaine (1860-1914)

Chapitre I. La crise de l'agriculture traditionnelle

Texte intégral

  • 1 Les membres de la Commission départementale de l'enquête agricole de 1866 présentant le bilan d'ens (...)

1L'agriculture vauclusienne dans les années 1860 touche au terme d'une longue évolution qui, par touches successives, a perfectionné et diversifié le système économique traditionnel, au gré des conditions naturelles et aussi à la mesure de l'effort patient et créateur des hommes. Nous étions fondé, connaissant la suite des choses, à envisager comme un aboutissement notre analyse des structures économiques et sociales et, dès lors, il était logique d'en rechercher les faiblesses, les contradictions et les tensions en puissance. Mais cette perspective, historiquement correcte, ne saurait nous faire oublier qu'aux yeux des contemporains la réalité ne comportait pas de menaces graves, bien au contraire. Certes les paysans vauclusiens étaient attentifs à la conjoncture, d'autant plus attentifs que l'évolution agricole les engageait dans une économie de marché. Sensibilisés de ce fait au mouvement des prix et aux facteurs de contraction des débouchés de leurs productions, ils étaient prompts à s'alarmer et se plaindre1. Mais de là à mettre en doute leur avenir, il y avait un pas qu'ils ne franchissaient pas. Leurs inquiétudes n'étaient que sectorielles et temporaires, aisément compensées par des réussites dans d'autres secteurs, et les piliers de leur prospérité globale leur paraissaient inébranlables.

2Il faut avoir présentes à l'esprit cette sérénité, cette confiance dans un système dont le solde, tout compte fait, était largement positif pour comprendre, dans sa signification économique mais aussi dans sa portée psychologique, la crise générale du système qui se noue au tournant des années 1860 et 1870, par la conjoncture, sans précédent, de crises et catastrophes sectorielles. Mais faut-il n'incriminer qu'un malheureux et exceptionnel concours de circonstances ? C'est là que sera précieuse notre analyse critique des structures économiques et sociales. Dans un premier temps cependant, il convient de suivre les faits, tels qu'ils s'imposent et s'ajoutent les uns aux autres pour composer une conjoncture de calamité généralisée. Le désastre a surpris, mais aussi, très vite, il s'est révélé sans commune mesure avec les difficultés qu'avait pu connaître auparavant l'agriculture du département. En 1875, en pleine crise, les pouvoirs publics à leur tour alertés organisent un concours sur les irrigations en Vaucluse, considérées comme un moyen de reconstruire sur des bases nouvelles l'agriculture vauclusienne, et c'est l'occasion pour le président du jury, Barrai, secrétaire perpétuel de la Société Centrale d'Agriculture de France, d'établir un diagnostic précis, dur et lucide :

  • 2 J. Barral : Les irrigations dans le département de Vaucluse, op. cit.

"La propriété et l'agriculture y (en Vaucluse) traversent une des crises les plus douloureuses que l'histoire des choses rurales ait jamais eu à enregistrer. Le phylloxera a détruit des magnifiques vignobles qui prospéraient dans des terres de médiocre qualité, la découverte de l'alizarine artificielle a ruiné pour jamais la culture de la garance et l'industrie naguère si prospère qui exploitait cette racine ; la sériciculture ne s'est pas encore relevée de la cruelle atteinte que la maladie des vers à soie avait portée à la culture des mûriers... Que faire, comment s'y prendre pour remplacer tant de sources de richesse évanouies à jamais pour les unes, taries en grande partie pour les autres ? C'est avec anxiété que les cultivateurs y envisagent l'avenir, beaucoup sont désespérés, et abandonnent un sol qui assurait jusqu'alors l'aisance à de nombreuses familles maintenant réduites à la misère"2.

3Il est clair que ce sont les effets confondus, juxtaposés, de trois crises concomitantes ou tout au moins proches dans leur déclenchement qui rendent compte du spectacle de ruine et de désespoir que présente alors l'agriculture vauclusienne. Mais il est préférable pour la clarté de l'exposé de les analyser chacune pour elle-même, et de les suivre dans leur déroulement chronologique.

I – CRISE DE LA SERICICULTURE

  • 3 E. Zacharewicz : Le ver à soie du mûrier, son élevage. Avignon, 1892. Voir aussi P. George, op. cit (...)

4C'est la sériciculture qui est frappée en premier lieu. Rappelons que cette activité, très ancienne, n'a cessé de progresser tout au long de la première moitié du siècle et que ses techniques sont adaptées à une société de petits producteurs organisés en cellules familiales où chacun, des enfants aux vieillards, trouve à s'occuper et participe ainsi, selon ses forces, à la formation du revenu commun. On n'a pas perdu le souvenir, dans certaines familles paysannes, de ces temps et de ces rythmes d'activité où un enfant gardait le lit pour assurer le temps qu'il fallait la température nécessaire à l'éclosion des graines de ver à soie – disposées dans des boites placées dans le lit... –, où les femmes cueillaient la feuille du mûrier et surveillaient les repas des vers, pendant les cinq semaines de leur élevage, jusqu'à "la montée" où le ver s'enferme dans son cocon3. Point n'était besoin d'installations compliquées pour ce travail qui s'insérait dans le calendrier agricole à une morte-saison, entre les semailles du début du printemps et la fenaison et qui, de surcroît, ne sollicitait qu'accessoirement la participation des hommes. Dans ces conditions, c'est toute la population des régions où le mûrier était acclimaté qui se livrait, peu ou prou, à la sériciculture, le plus souvent dans la perspective d'une ressource d'appoint. Naturellement on ne prêtait pas plus attention à l'origine des graines qu'on ne prenait de précautions particulières pour l'éducation des vers : beaucoup de sériciculteurs prélevaient les plus beaux cocons de leur élevage pour le grainage, ou bien des éducateurs se spécialisaient dans cette activité, et on les désignait alors comme des graineurs. Ils se trouvaient surtout à Cavaillon et Valréas. Dans les deux cas, les sériciculteurs utilisaient ce qu'on appelait, en raison de leur origine, les graines de pays.

A – LES MALADIES DU VER A SOIE

  • 4 A.D.V. 6 M 420-421-422-423-424-425 et 7 M 62.
  • 5 Voir l'ouvrage de P. George, p. 403 et A.D.V. 6 M 378. Les données de l'enquête de 1852 ont été pri (...)

5La sériciculture ainsi comprise comportait d'évidents risques de maladie, auxquels s'ajoutait celui des gelées printanières détruisant les jeunes feuilles du mûrier et condamnant à peu près irrémédiablement les éducations. Les données statistiques font défaut avant 1860, mais on peut aisément reconstituer le mouvement de la production : sa progression, au rythme de la croissance démographique et d'une rentabilité également croissante, s'accompagnait de fluctuations annuelles où s'inscrivaient la réussite ou l'échec, pour des raisons qu'on ne cherchait pas à approfondir, des éducations de vers à soie. Le progrès d'ensemble, ressenti par tous, l'emportait sur les incidents de parcours. C'est cette courbe qui va brusquement et durablement se casser, dans les années 1850. Il n'est pas possible de dater avec précision le point de départ de la crise, puisque c'est seulement en 1859 que fut lancée une enquête séricicole annuelle à partir de laquelle on dispose de points de repère relativement sûrs4. Auparavant on a les données de l'enquête agricole de 1852, qui paraissent représenter une situation moyenne5, avant que les maladies ne s'abattent sur les éducations de vers à soie. Ce qui est certain, c'est que dès 1859 la perte de production approche 50 % d'une année normale et que, avec des fluctuations qui aggravent encore le déficit de production, cette situation de crise profonde se prolonge jusqu'en 1870. Ainsi se trouve circonscrite une période d'une quinzaine d'années caractérisée par des maladies, qu'on ne parvient pas à combattre efficacement, qui ravagent la sériciculture en Vaucluse comme partout en France.

  • 6 Lire E. Zacharewicz, op. cit. et surtout la conférence sur la sériciculture, dite par le docteur Fe (...)

6Il faut attendre les années 1860 pour que, dominant l'accablement d'échecs répétés et toujours plus graves, une action concertée et coordonnée s'organise contre les maladies qui détruisent les éducations – les chambrées comme on dit. C'est alors, très précisément en 1865, que Pasteur intervient et ce sont ses observations et ses travaux qui permettront d'identifier correctement les maladies et surtout de lutter contre elles. Que pouvons-nous retenir de ses travaux scientifiques6 ? En premier lieu, le fait nouveau, c'est l'extension et la persistance de leurs épidémies. En second lieu, elles sont ou bien contagieuses, comme la muscardine, ou bien héréditaires comme la pébrine, ou bien à la fois héréditaires et contagieuses, comme la flacherie. Ces caractéristiques expliquent l'ampleur du mal et la nature des mesures à prendre pour l'enrayer : tous les témoignages s'accordent à reconnaître la progression foudroyante des épidémies, et la nécessité de prévenir les maladies que l'on ne peut maîtriser lorsqu'elles se sont déclarées. Deux parades, dans ces conditions : s'assurer des graines saines, pour lutter contre la transmission héréditaire de la pébrine et de la flacherie ; s'attacher à l'hygiène des éducations, qu'il s'agisse des locaux où elles ont lieu, de la densité des vers élevés, de leur propreté ou de leur nourriture. C'est là qu'interviennent les conditions sociales de cette activité agricole qui est en quelque sorte victime de son propre succès, obtenu à peu de frais mais aussi à grand risque... Qu'on en juge : Ferry de la Bellone évoque :

"des fautes inouies commises par des éducateurs qui élèvent souvent des quantités considérables de graines sans posséder ni un seul mûrier ni souvent un local suffisant pour se loger eux-mêmes".

7et l'on comprend alors qu'il dise de la muscardine qu'

"elle est la maladie ordinaire des locaux humides, des magnaneries obscures et trop fraîchement bâties".

8et que

  • 7 Zacharewicz indique pour sa part, à propos de la flacherie, qu"‘on ne l'attribue qu'aux mauvais soi (...)

"la trop grande chaleur, au moment des mues..., le défaut de ventilation, ... accompagnés d'un repas trop copieux ou composé de feuille échauffée, avariée, poudreuse, suffisent pour provoquer l'invasion d'une flacherie promptement générale et rapidement mortelle"7.

9Sous les termes techniques apparaît la faiblesse majeure des éducations de vers à soie : liées à un état social de la paysannerie vauclusienne, elles sont réalisées sans le moindre investissement, dans des greniers ou dans les pièces des étages les plus élevés des maisons de village, étroites, serrées les unes contre les autres, obscures et mal aérées. Elles constituent, de ce fait, un terrain favorable aux épidémies, d'autant plus que la tentation est forte d'augmenter la quantité des graines mises à éclore et donc des vers à élever, en superposant à intervalles toujours plus rapprochés les claies sur lesquelles les vers sont disposés. Les vers alors vivent dans une atmosphère viciée, dans un excès d'humidité, leur entassement interdit toute hygiène, dont on n'avait d'ailleurs qu'une idée très vague, et l'on comprend que les maladies se propagent de façon foudroyante dans de telles conditions. Dans leur ignorance de ces processus, les sériciculteurs ont encore aggravé leur malheur par des initiatives malencontreuses, les premières années de l'épidémie. Alors que les mûriers n'étaient pas l'objet de soins aussi assidus que dans le passé, par un découragement facile à comprendre

  • 8 C. Ferry de la Bellone – Op. cit.

"on a cru suppléer à l'effrayante mortalité des vers à soie, en élevant des quantités de graines de plus en plus croissantes ; on a exagéré la disproportion existant déjà entre le ver et son aliment et, de plus en plus, on a violé cette loi de la biologie, qui veut que les êtres soient proportionnés à leur milieu, sous peine de le compromettre et de n'y plus trouver des conditions de leur vie"8.

10Par conséquent, les éducations se caractérisaient par un entassement accru des vers et une nourriture moins abondante et moins soignée, toutes conditions qui ne pouvaient qu'accélérer la progression des maladies...

11Il est remarquable que, avant même que les travaux de Pasteur n'aient établi le caractère héréditaire de certaines maladies des vers et attiré l'attention sur la nécessité de sélectionner les graines, l'empirisme des sériciculteurs se soit tourné vers ce problème de la qualité des graines soumises à éclosion. C'est que dans cette direction on peut agir et ainsi lutter, alors que les conditions sociales des éducations rendent bien aléatoire toute tentative d'améliorer les éducations elles-mêmes. C'est pourquoi, avant que Pasteur ne définisse les règles scientifiques de la sériciculture, tous les efforts se concentrent sur la question des graines de vers à soie. La crise, en effet, par l'incohérence apparente de ses manifestations conduit à s'interroger sur la source même de la sériciculture, puisqu'on ne peut rien déduire de l'observation des éducations, comme en apporte le témoignage d'un rapport de 1861 du sous-préfet d'Orange :

  • 9 A.D.V. 7 M 62.

"Les quelques chambrées qui ont donné de bons produits n'ont pas été autrement soignées que celles dont le résultat est négatif. Il n'y a pas dès lors moyen d'expliquer les causes de réussite, bien rares d'ailleurs, au milieu d'un insuccès général ; aucun raisonnement ne peut être établi à cet égard sur des données positives"9.

12On est venu très vite, dans ces conditions, à incriminer les graines de pays et à expérimenter des graines d'autres provenances, parfois fort lointaines. L'enquête séricicole annuelle et les rapports qui l'accompagnent permettent de mesurer l'ampleur de l'effort accompli dans cette prospection, et aussi ses incertitudes et ses déceptions. En 1862, les graines mises en incubation par les sériciculteurs vauclusiens proviennent du Liban et de Smyrne en Turquie d'Asie, de Philippopolis, Andrinople et Bucarest en Turquie d'Europe, de Milan et Turin en Italie, de Catalogne et Valence en Espagne... Seules ne subsistent, pour les graines de pays, que quelques entreprises à Valréas et Cavaillon. mais il semble bien que beaucoup de marchands exploitent le désarroi et la crédulité des paysans et livrent sous des étiquettes alléchantes une marchandise douteuse... Ainsi, en 1861, le maire de Cheval-Blanc remarque que :

  • 10 Ibid.

"les éducateurs ne savent, pour la plupart, d'où viennent les graines qu'ils achètent, les recevant des mains de courtiers parfois inconnus, dans l'espoir que ces graines réussiront mieux que celles qui, pendant plusieurs années, leur ont été livrées par des personnes connues et qui depuis quelque temps ont complètement échoué"10.

13L'année suivante, le maire de Vénasque signale l'apparition dans sa commune d'une race de provenance inconnue et il commente en ces termes :

  • 11 Ibid.

"Celle-ci a été introduite à Vénasque par des personnes qui ont trompé la bonne foi des acheteurs ; elle a fait des cocons gros et faibles de valeur moindre de moitié des autres cocons"11.

14Aussi, n'est-il pas surprenant que les résultats de ces expériences ne soient pas à la mesure des espoirs ni des dépenses engagées, car de toute évidence l'achat de ces graines lointaines était bien plus onéreux que celui des graines de pays. Tous les courtiers en graines, bien sûr, n'étaient pas des charlatans, et un effort fut fait pour réglementer et garantir les importations de graines. A l'initiative de la Société d'Agriculture et d'Horticulture, on créa à Avignon des magnaneries expérimentales ; sous l'impulsion du gouvernement impérial les agents consulaires dans les pays producteurs de soie intervinrent pour rechercher des graines sûres. Toutes ces démarches entretiennent l'espoir, sans plus... En 1864, le sous-préfet d'Orange signale :

  • 12 Ibid.

"la décadence presque complète de la race de Bucarest qui depuis quelques années donnait d'assez bons résultats"12.

15Et le directeur des magnaneries expérimentales, dans son rapport de 1865, ne peut lui aussi que parier sur l'avenir :

"La question séricicole semble devoir entrer cette année dans une nouvelle phase ; les diverses provenances déjà fortement atteintes par la maladie ont fini leur temps, et nous sommes arrivés à cette période fatale prédite depuis des années par les pessimistes, devant le fléau toujours envahissant. Mais... des races entières disparaissent et par un bienfait de la providence, on en découvre d'autres qui viennent les remplacer.

  • 13 Ibid. : Rapport du directeur des Magnaneries expérimentales d'Avignon sur les essais précoces de 18 (...)

En effet, voilà que de l'Extrême-Orient semble poindre l'étoile du salut, et les graines de vers à soie du Japon, que nous connaissons fort peu, se produisent et nous offrent d'abord une ressource d'autant plus précieuse que de toutes les provenances importées jusqu'à ce jour, c'est la seule qui nous donne l'espérance d'une reproduction assez saine pour fournir une bonne récolte l'année suivante"13.

  • 14 Ibid.

16Le gouvernement impérial devait faire un gros effort pour l'introduction de graines du Japon : en 1866 il en importe lui-même, qu'il répartit dans tous les villages, à charge pour les expérimentateurs de faire rapport des résultats qu'ils ont obtenus. Mais ceux-ci ne sont pas convaincants14 : outre que l'on signale des fraudes de négociants sur la provenance de graines importées soi disant du Japon, les rapports que transmettent les maires font état de résultats inégaux, qui signifient que comme les précédentes les graines japonaises ne sont évidemment pas à l'abri de la contagion !

  • 15 Ferry de la Bellone donne les conseils suivants : "il faut restreindre l'importance des éducations, (...)
  • 16 On ne peut accorder une confiance absolue aux éléments statistiques à partir desquels est construit (...)

17On vivait donc d'espoir, mais on avait à peu près fait le tour de toutes les races de vers à soie connues dans le monde, quand Pasteur se mit au travail. Et ce n'est que lorsque ses observations et expériences eurent abouti à des conclusions formelles que l'on put enrayer la crise. Faisant le point en 1875, Ferry de la Bellone estime que la muscardine est vaincue et que la pébrine, si elle subsiste encore ici et là, n'est plus inquiétante. La muscardine était la moins meurtrière des maladies responsables de la crise, et on pouvait la combattre par une hygiène simple des locaux d'élevage. Quant à la pébrine, la maladie héréditaire par excellence, c'est à son propos que les travaux de Pasteur sont susceptibles d'une application simple, par l'examen au microscope des papillons obtenus au terme de l'élevage. On pouvait donc, par sélection, obtenir aisément des graines saines et ce résultat fut atteint rapidement. Reste le cas plus délicat de la flacherie, parce qu'elle combine les risques de l'hérédité et de la contagion et qu'elle exige une sélection moins mécanique, inséparable de soins vigilants pendant toute la durée de l'élevage des chambrées15. C'était beaucoup demander aux sériciculteurs vauclusiens, et c'est pourquoi la flacherie restait redoutable, bien qu'en recul, en 1875. Les données statistiques confirment le jugement de Ferry de la Bellone : après les années noires de la décennie 1860 – les deux pointes des années 1863-1864 et 1866-1867 s'expliquant par le succès relatif et éphémère des graines du Levant puis du Japon – une remontée s'amorce, sensible dès 1870 et confirmée jusqu'en 1875. A n'en pas douter, le redressement de la courbe de la production des cocons s'inscrit au bénéfice des travaux de Pasteur. Mais la lecture de la courbe nous apprend qu'à peine entrevu le succès se dérobe à nouveau et au-delà des fluctuations annuelles, d'une amplitude parfois insolite16, la production s'établit pour une vingtaine d'années à un niveau de l'ordre de 60 % de la production moyenne des années antérieures à la crise. Il y a là une relance de la crise qu'il convient d'analyser.

B – LA CONCURRENCE DES SOIES D'EXTREME-ORIENT

  • 17 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse. Année 1876.

18Les contemporains ne tardèrent pas à ressentir cette rechute, et ils en analysèrent promptement les causes, ainsi qu'on peut en juger par un discours prononcé au Concours Agricole de l'Isle-sur-Sorgue de 1876 par le président de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse17. Le compte-rendu publié nous apprend qu'il

"fit... l'histoire de notre malheureuse industrie séricicole frappée au coeur par la gâtine et la flacherie et recevant le dernier coup par l'introduction ou plutôt l'envahissement des soies étrangères qui par leur bas prix de revient menacent de nous forcer à renoncer à la culture du mûrier, au moment où les découvertes de la science semblaient nous promettre par les graines de la sélection quelques chances de réussite".

  • 18 A.D..V. 6 M 422-423-424. La série du prix du kilo de cocons est établie pour les années antérieures (...)

19C'est donc vers la courbe des prix qu'il faut porter notre attention. Nous ne disposons que d'informations discontinues jusqu'en 187418, mais il est manifeste que pendant la crise provoquée par les maladies des vers à soie les prix avaient connu une marche ascensionnelle qui corrigeait dans une certaine mesure le déficit de production. Variable d'une année sur l'autre, en relation avec la réussite ou l'échec des éducations de vers à soie, la hausse des prix était en tout cas assez sensible pour entretenir l'espoir, d'autant plus que ses variations annuelles signifiaient que le rapport de l'offre et de la demande était pour l'essentiel soumis à une conjoncture nationale, voire même régionale.

  • 19 A.D.V. 7 M 62.
  • 20 Ibid.

20C'est cette sécurité relative, jusque dans ses pertubations, d'une économie à faible rayon d'action qui paraît irrémédiablement compromise à partir de 1874. Le décrochage spectaculaire de la courbe des prix qui descendent à des niveaux largement inférieurs à ceux qui se pratiquaient avant la crise, traduit un mécanisme de formation des prix qui ne tient plus compte qu'accessoirement des conditions de la production régionale. On était allé à la recherche de graines saines jusqu'en Extrême-Orient, on est revenu avec des soies plus encore qu'avec des graines et l'ouverture vers l'Occident du marché japonais introduit une concurrence devant laquelle les sériciculteurs français sont impuissants. Ils ont bien essayé de lutter, sous l'impulsion du Syndicat Général des Sériciculteurs de France, et des échos de son action nous parviennent par les vœux qu'adoptent, à son initiative, de nombreux conseils municipaux. C'est ainsi qu'en 1890-1891, dans le contexte de la discussion du tarif des douanes de Méline, soixante-dix conseils municipaux vauclusiens adoptent un voeu "tendant à imposer les soies grèges étrangères proportionnellement au droit proposé pour les cocons étrangers"19. Cette démarche présente assurément un caractère mécanique, stéréotypé, elle n'en témoigne pas moins de l'intérêt que l'on portait à cette date encore en Vaucluse à la sériciculture et son avenir. Répétée dans tous les départements sériciculteurs, elle explique partiellement au moins la loi du 1er janvier 189220 qui instituait une prime de 0,50 francs par kilogramme de cocons produits. Mais elle venait trop tard, et surtout elle était insuffisante. Certes, le rendement des graines mises à éclore s'était considérablement amélioré depuis les travaux de Pasteur et leur diffusion, et l'on peut dire que, sous réserve d'accidents impossibles à éliminer complètement, la productivité des éducations a doublé dans les années postérieures à 1875-80 ; seulement l'obligation de sélectionner les graines et les mesures d'hygiène ont eu dans le même temps pour effet d'augmenter très sensiblement les frais que supportaient les sériciculteurs, de telle sorte que leur revenu net s'amoindrissait et très vite il devint évident que ce processus était irréversible.

21D'autre part, il faut se souvenir que la sériciculture avait prospéré dans un contexte de surcharge démographique, et parce qu'elle s'insérait dans une morte-saison du calendrier agricole traditionnel. Que reste-t-il de ces données à la fin du siècle ? Si l'on considère la courbe du nombre des sériciculteurs, il apparaît qu'en 1874 encore la sériciculture conserve ses effectifs traditionnels, que la crise dans son premier temps n'a pas réussi à entamer. Il est clair, par ailleurs, que leur baisse rapide et profonde s'explique par les effets juxtaposés des différentes crises agricoles : nous y reviendrons, mais jusque vers 1895 le mouvement de la courbe du nombre des sériciculteurs se moule sur celui de la population agricole, et nous sommes alors dans la période de plus forte dépopulation des campagnes vauclusiennes. Les éducateurs de vers à soie qui abandonnent sont le plus souvent des paysans qui quittent la terre, et la médiocrité de leur revenu séricicole n'est qu'un des facteurs de leur détermination. On ne peut le négliger, car l'exode rural porte en premier lieu sur les travailleurs ruraux les plus vulnérables : ils étaient de petits sériciculteurs, mais, justement pour cette raison, ils ne peuvent supporter les frais supplémentaires qu'exigent, après les travaux de Pasteur, les éducations de vers à soie. Leur départ, dans une certaine mesure, explique le gain de productivité que nous avons précédemment constaté. Ainsi débarrassée de ses éléments marginaux, témoins d'un temps révolu, la sériciculture pourrait survivre, si l'évolution des prix ne lui était par trop défavorable. Dans une société paysanne qui a payé par l'élimination des plus faibles sa nécessaire adaptation à de nouvelles conditions économiques, la sériciculture n'apparaît plus comme une spéculation rentable et c'est alors une seconde étape, décisive celle-là, de son déclin.

  • 21 A.D.V. 6 M 420... 424. En 1852, avant les maladies des vers à soie, le canton de Cavaillon produisa (...)
  • 22 Souvenir sur la Famille Alary. Archives privées, communiquées par le fils de l'auteur.

22La chute du nombre des sériciculteurs se poursuit après 1895, mais le phénomène présente des caractères différents de ceux que nous avons observés pour la période précédente. Si l'on analyse l'évolution de la sériciculture dans le canton de Cavaillon21, le plus gros producteur de cocons dans l'économie traditionnelle, on remarque qu'elle conserve des positions encore solides en 1892, et qu'elle tombe à presque rien en 1912 : compte tenu des positions de départ, on peut dire qu'à Cavaillon, la sériciculture n'est plus qu'une survivance au début de ce siècle ; on observe une évolution comparable dans les cantons où la mutation de l'agriculture est la plus complète : dans la hiérarchie des activités agricoles considérées pour leur rentabilité, l'élevage du ver à soie est tout au bas de l'échelle et les travaux qu'il exige interviennent à une période de l'année où le calendrier agricole est désormais très chargé, qu'il s'agisse des cultures maraîchères ou de la vigne pour laquelle il faut procéder à des traitements chimiques qui ne souffrent pas de retard. On suit très bien le mécanisme qui conduit à l'élimination de l'élevage des vers à soie du système agricole à la lecture du cahier de souvenirs rédigé par Denis A...22, paysan de Cairanne, et le mieux est de lui laisser la parole :

"A cette époque (1890) nous élevions à la maison 4 onces de 30 grammes qui nous donnaient à la montée 200 à 240 kgs de cocons qu'on vendait hélas ! un prix dérisoire, une moyenne de 2,50 francs à 3 francs le kilo, mais c'était la première rentrée d'argent frais à la maison et tant que les vignes jeunes ne donnèrent pas beaucoup de récolte, celle-là était nécessaire et vraiment appréciée. Seulement les vers à soie, terribles mangeurs de feuilles de mûrier, qui à la première période (20 à 25 jours) étaient soignés par les femmes de la maison nécessitaient le concours de tous les hommes les 15 derniers jours, en général du 10 mai au 5 juin et pendant ce temps on ne pouvait plus faire aucun traitement à la vigne. Or, il arrivait très souvent que mai et juin étaient doux et humides, le mildiou qu'on ne pouvait plus combattre exerçait alors ses ravages et les raisins disparaissaient un à un séchés et brûlés. Comme on n'était pas encore bien au courant, on disait qu'il y avait eu du coulage et bien souvent la moitié de la récolte était perdue. Ce n'est que par ces expériences répétées chaque année que nous avons compris que pendant les 15 jours consacrés entièrement à l'élevage des vers à soie, et la vigne abandonnée sans traitement, le mildiou qui opère dans les 6 jours, avait le temps de nous réduire la récolte et au bout de 4 à 5 ans de ce régime, nous avons donné nos vers à soie à élever à compte et demi. Nous fournissions nous-même les graines et la feuille de mûrier et nous partagions la récolte de cocons, mais cela non plus ne dura pas longtemps. On nous demanda alors de vendre la feuille de mûrier, ce que nous fîmes, mais peu après tout le monde à Cairanne ayant planté des vignes, on ne voulut plus élever des vers à soie et en conséquence, nos mûriers ne produisant plus rien, nous décidâmes avec mon père de les arracher. C'était vers 1900...".

23A l'opposé, l'élévage des vers à soie conserve une importance relative inchangée dans des cantons qui sont à l'écart du progrès agricole ou réalisent leur mutation économique dans des conditions sociales plus difficiles. C'est le cas à Bonnieux, Orange, Bollène, Malaucène, Vaison. Bien sûr, ici comme ailleurs, les sériciculteurs sont de moins en moins nombreux et la production de cocons fléchit sensiblement, mais ce n'est pas un effondrement. Ce n'est pas qu'ici la sériciculture soit plus rentable que dans les cantons précédemment cités, c'est que les structures économiques et sociales tolèrent encore cette activité que protège en quelque sorte la lenteur de l'évolution économique et sociale.

  • 23 Des informations partielles relevées dans les archives communales de Châteauneuf-du-Pape montrent q (...)

24On peut dire, par conséquent, que si dans une première étape – jusque vers 1890 – l'évolution de la sériciculture est un bon révélateur de la crise de l'économie traditionnelle, dans un second temps, elle aide au repérage et au signalement des zones pionnières ou au contraire attardées de la mutation agricole en voie d'accomplissement. Par là, elle nous suggère que la croissance de l'économie agricole s'effectue avec des inégalités considérables, tout comme est distribué inégalement le revenu agricole. Ceci dit – sur quoi nous aurons à revenir – la sériciculture est bien en voie de disparition. Sa crise a un déroulement long, mais elle est irrémédiable, sous la double contrainte d'une concurrence contre laquelle elle ne peut lutter et d'une évolution des systèmes de production qui la chasse du calendrier agricole23. C'est une perte économique, c'est aussi un important facteur d'équilibre social du système traditionnel qui disparaît. Nous sommes donc au coeur des problèmes qui, par leur convergence et leur interaction, constituent la crise agricole en Vaucluse, crise d'une économie mais aussi d'une société.

II – L'EFFONDREMENT DE LA GARANCE

  • 24 La documentation statistique la plus complète sur la culture de la garance est donnée par Barrai da (...)

25C'est l'histoire d'une crise plus radicale encore et se déroulant sur un rythme plus rapide que nous propose l'évolution de la culture de la garance dans les années 1860-187524. On sait déjà que la garance s'est identifiée au progrès agricole dans les plaines comtadines jusqu'aux années 1860, aussi bien par ses exigences agronomiques que par le revenu qu'elle assurait. Dans un contexte démographique favorable – qu'elle avait d'ailleurs puissamment contribué à rendre tel – elle s'était adaptée à l'agriculture parcellaire prodigue de son temps de travail comme aux entreprises plus rationnelles, à tout le moins plus exactement calculées et mesurées dans leur effort, de la grande propriété. Il est significatif que de toutes les productions du système agricole traditionnel, c'est la garance qui se prêtait le mieux à des calculs de rentabilité, et il est non moins significatif qu'on se livrait à ces calculs dans les années de baisse de prix : par là apparaît la caractéristique essentielle de cette production agricole, liée dans son destin aux fluctuations du marché de son produit industriel, la teinture rouge garance. Portée vers les sommets de sa prospérité par les progrès spectaculaires de l'industrie cotonnière dans la première moitié du siècle, la culture de la garance recevra sa condamnation sans appel d'un autre progrès industriel, dans le domaine de la chimie celui-là. Et c'est parce qu'en ce domaine les mutations sont rapides que la crise de la garance fut elle-même brève, autant qu'irrémédiable. Dès 1876, on ne pouvait plus se faire d'illusions, comme l'avait fort bien compris J.-A. Barrai qui justifiait en ces termes l'étude qu'il avait consacrée à la culture de la garance :

  • 25 J.-A. Barral – op. cit.

"Il était intéressant de tracer à grands traits, dans un rapport consacré au département de Vaucluse, l'histoire d'une industrie agricole qui y a jeté un grand éclat, mais qui se trouve arrivée au moment fatal où bientôt elle ne doit laisser derrière elle que le souvenir d'une prospérité à jamais disparue"25.

26L'extension des superficies consacrées à la garance s'explique sans conteste par l'ampleur des gains que procurait cette culture : l'exploitant agricole qui la pratiquait, mais aussi le propriétaire foncier qui louait des terres à garance et l'ouvrier qui en faisait l'arrachage tiraient bénéfice, chacun à sa manière, d'une demande toujours accrue. En dernière analyse, les cours des garances se sont maintenus à un niveau largement rémunérateur, indépendamment d'accidents conjoncturels inévitables, jusque vers 1860, c'est à partir de ce moment que des nuages apparaissent. Autre remarque préalable, ce sont les prix qui dans leur mouvement entraînent l'évolution des superficies, et il est normal que la courbe des prix et celle de la production soient décalée, puisque la garance n'est pas une plante annuelle (on l'arrache à 18 mois ou, plus couramment, à 3 ans). Les producteurs sont en quelque sorte à la remorque des prix, que ceux-ci freinent ou stimulent leur effort.

27C'est cette particularité qui explique le déroulement de la première alerte sérieuse que connaît la culture de la garance. Les courbes juxtaposées des prix, de la production et de la valeur de la production indiquent que 1866 est une mauvaise année, parce qu'elle combine les effets de prix déprimés depuis 1861- 1862 et d'une production qui a suivi avec un temps de retard inévitable le mouvement des prix. Un rapport préfectoral analyse clairement le phénomène et ses prolongements prévisibles :

  • 26 A.D.V. 7 M 89.

"Les cultivateurs donnent à cette culture moins d'extension que par le passé, par suite du vil prix des racines alizaris...
La guerre d'Amérique ayant restreint l'importation du coton en France a porté un tort considérable à cette branche d'industrie du département de Vaucluse. Le stock de garance actuellement en magasin est tellement considérable que les prix ne peuvent se relever cette année.
Il en résulte un état de gêne très grand tant pour l'agriculture que pour le commerce"26.

  • 27 On voit alors apparaître des positions divergentes chez les industriels et les agriculteurs. Les pr (...)

28Alors que les prix restent à peu près stables depuis 1862, l'inquiétude s'exprime seulement en 1866, encouragée il est vrai, par l'enquête agricole de cette année-là, et par le véritable concours agricole que représente la prime d'honneur attribuée en 1866 au Vaucluse. D'où le paradoxe qui consiste à incriminer la guerre de Sécession pour son incidence sur l'industrie cotonnière en Europe, alors qu'elle est terminée ! Mais ce qui est certain, c'est que la baisse des prix aboutit, puisque les frais de culture sont à peu près incompressibles sous peine de compromettre le rendement, à effacer le profit qu'on retirait de la culture de la garance. Et le découragement s'empare des producteurs, d'autant plus que les stocks s'accumulent dans les entrepôts industriels, qui n'achètent pas seulement les garances du pays, mais aussi celles qu'ils importent d'Italie du Sud et même d'Asie Mineure27. Dans ces conditions, les deux courbes, des prix et de la production, connaissent dès lors une marche opposée : les cours se relèvent, malgré les stocks, parce que l'industrie cotonnière retrouve des conditions normales, et la production continue à baisser, échéance retardée du pessimisme des années précédentes. Bien sûr, le déficit de production contribue à la hausse des prix et l'analyse superficielle que font du processus de relèvement des cours les producteurs prépare une nouvelle poussée de la production. Ainsi se révèle à nous le caractère irrationnel d'une activité agricole spéculative, soumise à un mécanisme de formation des prix qui est extérieur aux agriculteurs, mal compris d'eux.

29Si l'année 1870 avec ses résultats médiocres s'explique par la conjoncture politique, qui a pesé tant sur l'arrachage des racines de garance que sur leur transformation industrielle, les indices de 1871 demandent explication. Le redressement spectaculaire de la production s'explique, pour une part, par des arrachages différés en 1870, mais surtout par les effets de nouvelles plantations, réalisées en 1868-1869. C'est encore une fois le retard de la production sur les prix qui rend compte du phénomène, mais c'est aussi un facteur nouveau qui intervient, évoqué en ces termes par le sous-préfet d'Orange dans un rapport sur l'état des récoltes pour 1871 :

  • 28 A.D.V. 7 M 89.

"Depuis la mortalité des vignes occasionnée par le phylloxéra, la superficie des terres ensemencées en garance a considérablement augmenté. Cette culture est incontestablement celle qui rapporte le plus aux cultivateurs"28.

30Il n'est pas possible de chiffrer l'incidence de la crise phylloxérique – qui n'en est encore qu'à ses débuts – sur la culture de la garance, mais il est certain que de nombreux paysans pour qui la vigne était une culture commerciale indispensable à l'équilibre de leur budget ont transformé en garancières des vignes ravagées par le phylloxéra, et il y a là un facteur de surproduction qu'il ne faut cependant pas exagérer car les garancières improvisées étaient d'un rendement médiocre. Mais si la production s'élève à un sommet en 1871, les prix amorcent une baisse, qui se confirme en 1872 et s'approfondit en 1873 au point de déclencher dans le monde des producteurs et des industriels de la garance une alerte comparable à celle de 1865-1866. Retenons le caractère d'unanimité de l'inquiétude que suscite cette fois la crise : c'est un indice de sa gravité comme de son originalité.

  • 29 Délibération de la Commission nommée par la Chambre de Commerce d'Avignon et la Société d'Agricultu (...)

31C'est que la garance rencontre une concurrence dangereuse avec un produit chimique dérivé de la houille : on lui donne le nom d'alizarine artificielle pour la distinguer de celle dite naturelle qu'on obtient à partir des racines séchées et broyées de la garance. Ainsi s'explique la baisse des prix de la garance à partir de 1871 et la réaction rapide, à la mesure de l'inquiétude qu'ils éprouvent, des producteurs, négociants et industriels de la garance. Ils se réunissent à l'initiative conjointe de la Chambre de Commerce et de la Société d'Agriculture de Vaucluse en une commission "pour étudier la question de l'alizarine artificielle". Elle tient séance le 6 avril 1873 en présence d"'un grand nombre d'industriels, propriétaires et agriculteurs"29. Les avis sont partagés sur la réalité du danger que l'alizarine artificielle fait courir à la garance, les optimistes mettant en doute la qualité de son pouvoir colorant, ou bien ne voulant voir dans la baisse des cours qu'un accident de conjoncture. Mais s'il est vrai, comme le précise un de leurs porte-parole, que "pour le moment, personne ne songe à abandonner la garance", le malaise est incontestable et la preuve en est que tous, les optimistes comme les pessimistes, sont d'accord pour une action de défense de la garance. Elle doit être engagée dans deux directions : pour améliorer les méthodes de culture d'une part, pour perfectionner les procédés de fabrication de la matière colorante contenue dans la racine de garance d'autre part. Et c'est la première voie qui sera explorée en priorité, car

"ce qui importe pour l'avenir, c'est de faire tous ses efforts pour venir en aide à l'agriculture, et lui inspirer toute confiance pour l'avenir de cette culture".

  • 30 Rapport à la Chambre de Commerce et à la Société d'Agriculture de Vaucluse au nom de la Commission (...)

32Une commission des essais pour l'amélioration de la culture de la garance est immédiatement formée et se met au travail sans attendre puisqu'elle peut présenter un premier bilan de son activité dès le 1er mars 187530. Partant de l'idée qu'il est possible d'accroître les rendements, d'autant plus que, dans bien des cas, une culture intensive et même excessive a épuisé les sols, la commission a fait porter son effort sur la mise au point d'un engrais composé adapté aux exigences de la garance. Utilisant les fonds d'une souscription lancée à cet effet parmi les négociants et les industriels en garance, qui a recueilli en quelques jours la somme de 11 000 francs – le Conseil Général du Vaucluse a voté pour sa part un crédit de 2 000 francs – la commission a pu procéder à 73 essais d'engrais, dans 33 communes de Vaucluse et des Bouches-du-Rhône. Cet effort est suggestif à un double titre : il traduit l'importance de la garance dans l'économie régionale, mais aussi il témoigne d'une ouverture d'esprit indéniable aux conditions du progrès agricole. Par là, au delà de son échec, la garance s'inscrit comme un support de l'esprit d'initiative, un stimulant du progrès agricole puisque, jusque dans ses difficultés, elle contribue à modeler un état d'esprit orienté vers la recherche. Il convient de souligner que dans ce processus, les grands propriétaires qui animent la Société d'Agriculture jouent un rôle de premier plan.

  • 31 Compte-rendu des Conférences qui ont eu lieu à Avignon, du 3 au 8 mai 1875, à l'occasion du Concour (...)
  • 32 Essais d'amélioration de la culture de la garance. 2ème mémoire présenté à la Chambre de Commerce d (...)

33Mais, si concluants qu'ils aient pu être, les essais réalisés n'ont pas apporté de solution à la crise qui s'accélère et s'aggrave du fait de la croissance de la production de l'alizarine artificielle, à des conditions de prix toujours plus défavorables à la garance. Il est encore question de lutter dans les conférences organisées à l'occasion du Concours Régional Agricole d'Avignon, en mai 187531, mais à quel prix... Un industriel, H. Lenhardt, suggère aux producteurs de persévérer, même si leur revenu monétaire s'amenuise jusqu'à disparaître, car il leur restera au moins le bénéfice des façons culturales pour les cultures ultérieures, ce que les paysans appellent "le gras de la terre""... Son argumentation ne convainc manifestement pas l'auditoire. Plus novatrice est l'idée de développer la culture de la betterave et d'utiliser les moulins à garance à la fabrication d'alcool : ce serait une solution d'attente, qui réserverait l'avenir au cas où l'alizarine artificielle connaîtrait à son tour une crise. Seulement, on ne peut vivre d'espoir bien longtemps et en 1876 la commission des essais d'amélioration de la culture de la garance reconnaît son échec32. Certes, les essais d'engrais ont été positifs, et il est possible d'augmenter les rendements, de même que la sélection des graines permet d'augmenter la richesse colorante de la racine de la garance. Ces résultats ne sont pas négligeables :

"Aussi nous pouvons dire que si ce n'était la situation exceptionnelle faite actuellement à la culture de la garance par la concurrence de l'alizarine artificielle, une voie nouvelle de progrès serait ouverte par les résultats de nos expériences à notre culture comme à notre industrie garancière".

34Mais justement, la chimie minérale détruit tout espoir :

"Il est vrai qu'en présence des prix actuels de 11 à 12 francs par 50 kg, tous nos raisonnements sont réduits à néant, la culture de la garance est radicalement impossible et si certains cultivateurs continuent encore à s'y livrer, c'est à cause du vague espoir qu'ils ont d'une reprise plus ou moins prochaine des cours et puis à cause de cette répugnance inhérente au coeur humain, qui fait qu'il ne peut se décider à bannir entièrement toute espérance ; c'est pourquoi plusieurs ont encore un reste de foi en l'avenir de cette culture si aimée et jusqu'à présent si rémunératrice".

  • 33 Le propos est d'un fermier de Saint-Saturnin-lès-Avignon, qui l'a tenu à J.- A. Barrai, lors du con (...)

35L'allure des trois courbes composant le graphique de la crise de la garance confirme ce diagnostic : la garance n'est plus qu'une survivance en 1876, elle ne sera bientôt plus qu'un souvenir, celui d'une époque qui était au dire d'un cultivateur, "le paradis du cultivateur de la plaine"33. Il est peu d'exemples, assurément, de disparition aussi rapide, aussi totale, d'une culture qui était pourtant un élément essentiel du système agricole des plaines comtadines, puisqu'elle avait déterminé l'élaboration d'assolements complexes. Le vide qui se crée, en moins de dix années, sur 10 000 hectares parmi les plus fertiles des plaines et vallées vauclusiennes, perturbe profondément le système agricole et pose le problème d'une remise en ordre fondamentale. Ne l'oublions pas, la garance était la production agricole au revenu unitaire le plus élevé, celle aussi qui exigeait la main-d'œuvre la plus nombreuse. Par ces deux caractères, elle rendait compte dans une large mesure de la très forte densité de population des plaines comtadines. On mesure par là les problèmes brutaux, économiques mais aussi sociaux et psychologiques, que pose sa disparition.

III – LA DESTRUCTION DU VIGNOBLE PAR LE PHYLLOXERA

36La vigne est la plus ancienne des cultures commerciales du système agricole vauclusien. C'est parce qu'elle était spontanément adaptée au climat régional mais aussi parce qu'elle était représentative d'un genre de vie, d'une civilisation matérielle, qu'elle connaissait une très large diffusion, dont les statistiques ne rendaient compte qu'imparfaitement, en raison des méthodes très diverses de ses plantations. Toujours est-il qu'avec 30 000 hectares recensés dans les années 1860, la vigne était sans conteste la culture la plus généralisée, après le blé. Les progrès de la commercialisation du vin conduisaient à des plantations mieux ordonnées, à la recherche de sols fertiles, mais beaucoup de vignes étaient encore médiocrement soignées, dans des terroirs où l'on ne pensait pas pouvoir procéder à d'autres cultures. Partout présente, mais aussi inégalement justifiée, la vigne est soumise, dans les années 1870, à une calamité sans précédent. Comparable par ses effets à celle de la garance et de la séricicuture, puisqu'elles aboutissent toutes trois à ruiner l'économie agricole traditionnelle, la crise phylloxérique n'en présente pas moins un caractère spécifique. Alors que dans la crise de la garance les facteurs économiques ont joué le rôle essentiel, alors qu'ils ont relayé de façon décisive des facteurs naturels, biologiques dans le cas de la sériciculture, l'invasion du phylloxéra est un fait uniquement d'ordre naturel. Ne peut-on mettre cette particularité en corrélation avec l'issue même de la crise ? Remarquons en tout cas que seule la vigne a survécu à la crise qui l'a atteinte, comme si les hommes avaient plus de ressources pour lutter contre la nature et ses méfaits que contre les produits de leur propre génie. En d'autres termes, et il y a sans doute là un signe de modernité, on peut dire, à la lumière de ces destins opposés, que les facteurs économiques l'emportent sur les facteurs naturels dans l'évolution de l'agriculture.

A – APPARITION DU PHYLLOXERA – Le diagnostic de Planchon -

  • 34 P. George, op. cit., p. 417.
  • 35 Pour l'historique de l'invasion phylloxérique en Vaucluse voir A.D.V. 7 M 80, en particulier le rap (...)
  • 36 Rapport sur la maladie du phylloxéra dans le département de Vaucluse. résumé des études faites sous (...)

37Le phylloxéra apparaît en Vaucluse en 1866 ; on l'avait observé sur la rive gardoise du Rhône, à Roquemaure, en 186534 et c'est à Orange et dans les villages voisins qu'il fait ses premiers ravages en Vaucluse, manifestant ainsi un caractère de contagion qui explique ses rapides progrès35. Dès 1868 tout l'arrondissement d'Orange est contaminé, mais le mal est signalé aussi dans ceux d'Avignon et de Carpentras. Le mal surprend par la rapidité de son attaque : "les vignes furent comme foudroyées" lit-on dans un rapport, et dans l'ignorance de son processus on lui donne le nom de "pourridié", par la constatation à l'arrachage des souches détruites que leurs racines sont pourries. L'affaire est jugée assez sérieuse pour que le 30 novembre 1868 soit créée à l'initiative du préfet une "Commission départementale de Vaucluse pour l'étude de la nouvelle maladie de la vigne". Elle groupe autour du Marquis de l'Espine, président de la Société d'Agriculture de Vaucluse, et de Loubet, président du Comice Agricole de Carpentras, Eugène Raspail, viticulteur de grande réputation, un inspecteur des forêts, un chimiste et un docteur ès-sciences. La cause du mal, l'action du phylloxéra sur les racines de la vigne, est découverte par Planchon de la Société Centrale d'Agriculture de l'Hérault, et dans une délibération du 30 Août 1869 le Conseil Général de Vaucluse charge le savant montpelliérain – Planchon était professeur à la Faculté des Sciences et Directeur de l'Ecole Supérieure de Pharmacie de Montpellier – d'une mission d'étude de la maladie du phylloxéra. Un an plus tard, Planchon présente le rapport de ses observations et conclusions, première étude scientifique de la maladie36. Il décrit "la marche de la maladie", plus ou moins rapide à partir de l'apparition des premiers symptômes (feuilles jaunies) qui signalent la présence du redoutable insecte :

"Autour de ces souches manifestement souffrantes, les phylloxéras se répandent en rayonnant sur les souches encore saines dont elles envahissent les radicelles, et dont le dépérissement graduel, pendant les mois d'été et d'automne, donne lieu au phénomène des taches. Quelquefois, les taches apparues dès le printemps, rapidement agrandies pendant les mois chauds, deviennent tellement confluentes que leurs limites disparaissent, et que des vignes entières présentent l'aspect d'un rabougrissement général.
Tel est l'état actuel d'un très grand nombre de points du vignoble de Vaucluse, sans parler des centaines d'hectares déjà supprimés par l'arrachage ; on peut dire que, en dehors de l'arrondissement d'Apt et de quelques quartiers de Carpentras, le mal s'est généralisé au point d'être à peu près partout ; circonstance qui ne laisse plus de prise à l'emploi des moyens dits préventifs, notamment la suppression des points d'attaque".

  • 37 A.D.V. 7 M 80.

38Le diagnostic est net autant qu'inquiétant ; il est confirmé par la première statistique établie par les services préfectoraux : elle indique, fin juin 1869, que plus de 6 000 hectares, soit le tiers des vignobles de l'arrondissement d'Avignon sont "atteints par la maladie"37... On n'osait pas encore parler de vignes détruites, mais c'est bien vers cette issue qu'on se dirigeait et si Planchon discerne ce qu'il appelle une forme "chronique" de la maladie, il ne croit pas que la vigne puisse surmonter le mal et il est surtout frappé par la contamination et "l'effrayante rapidité des ravages de ces imperceptibles rongeurs". Ces constatations, que personne n'a sérieusement contestées, sont d'un grand poids car elles déterminent dans une large mesure l'attitude à adopter à l'égard d'un fléau qui, bien sûr, ne restera pas cantonné dans le Vaucluse. C'est pourquoi les conclusions de Planchon sont pour nous intéressantes :

"En restant dans une juste mesure, sans découragement comme sans vaine illusion, voici ce qui semble se dégager de l'exposé qui précède.

Un remède curatif d'un effet certain est encore à découvrir ... Le remède préventif le plus sûr est la recherche et la destruction des galles que le phylloxéra détermine sur les feuilles. Mais ceci s'applique expressément aux régions encore peu atteintes par la maladie.
La submersion totale et prolongée des vignes est tout au moins un moyen de conserver et de rétablir plus ou moins les vignes malades, sinon de les guérir complètement.

Arracher les points d'attaques circonscrits, brûler dans ce cas les souches et faire de l'écobuage sur place, est un palliatif provisoire, en attendant mieux, dans les districts peu atteints".

  • 38 Les responsables de l'agriculture ne sont naturellement pas dupes des inventions qui leur sont prop (...)

39Ce n'est pas un constat d'impuissance, mais c'est la reconnaissance de moyens d'action limités et incertains. 11 est important cependant d'agir, pour lutter contre le découragement, d'autant plus à craindre que le malheur s'ajoute à la crise de la sériciculture et qu'il coïncide avec le début du processus d'effondrement des prix de la garance. La lutte contre le phylloxéra va s'organiser très vite, à partir des premières conclusions formulées par Planchon, qui devient l'animateur de toutes les enquêtes et expériences conduites dans tout le Midi. Bien qu'elle soit coordonnée et soutenue financièrement par les pouvoirs publics, à l'échelle départementale comme sur le plan national, elle doit beaucoup à des initiatives individuelles, reprises et amplifiées par les Sociétés d'Agriculture. Mais aussi, elle comporte un côté où la naïveté, la crédulité côtoient le charlatanisme pur et simple, ainsi qu'on peut en juger par les nombreuses élucubrations présentées aux services préfectoraux, ou de la presse locale. Il est naturellement exclu de tenter une analyse de ces découvertes et inventions qui prétendent avec une belle assurance représenter le remède miracle ; il n'est cependant pas inutile de leur prêter attention, dans la mesure où leur diffusion, le soin qu'on prend à les recueillir expriment d'une certaine manière le désarroi d'une population qui a besoin de croire, serait-ce contre la raison, pour persévérer dans son effort et dans la vie difficile que lui imposent des circonstances contraires38.

B – LES PREMIERS MOYENS DE LUTTE

  • 39 A.D.V. 7 M 80.
  • 40 Ibid.

40Pendant que se poursuivaient des expériences en vue de la mise au point d'un insecticide capable de débarrasser la vigne de son parasite, les observations faites par les vignerons dans la perspective tracée par Planchon confirmaient la validité de la submersion considérée comme une arme défensive. Dans ce domaine, un propriétaire du Thor, le docteur Seigle, apparut comme un pionnier et les résultats qu'il obtint entraînèrent beaucoup d'autres vignerons à le suivre dans sa tentative. Mais les limites d'une telle opération apparaissent bien vite : en décembre 1875, le préfet du Vaucluse indique que la submersion porte sur 182 hectares, et il faut beaucoup d'optimisme – et des études bien superficielles – pour estimer qu'elle pourrait être étendue à 5 500 hectares, vu l'état des canaux d'irrigation39. En fait la commission départementale d'enquête sur le phylloxéra, présidée par Eugène Raspail et le professeur départemental d'agriculture Coste, fixe dans un rapport du 15 Septembre 1879 à 585 hectares les superficies en vigne soumises à la submersion, et elle signale un obstacle non négligeable à l'extension du procédé : il faudrait que les syndicats des divers canaux consentent à y laisser l'eau pendant l'hiver et à la livrer à prix très réduit40. On voit par là que la submersion est liée à des conditions techniques mais aussi financières qui sont autant de freins à son extension ; elle exige d'énormes quantités d'eau, pour inonder les vignes pendant une période de 40 jours après les vendanges et, même à ce prix, elle ne détruit pas complètement le phylloxéra, comme l'avait prévu Planchon et comme le confirme le docteur Seigle en 1876 :

  • 41 J.-A. Barral, op. cit. Le docteur Seigle avait présenté sa propriété du Thor au concours ouvert en (...)

"... Il ne faudrait pas croire cependant que l'on a dans ce procédé un remède réellement curatif ; ce n'est qu'un palliatif. L'expérience et l'observation me l'ont démontré. Depuis plusieurs années et durant la saison d'été, j'ai fait de nombreux sondages aux pieds des souches dans divers points du vignoble, et l'on n'a jamais découvert de phylloxéras sur les racines ; mais à partir du mois d'août l'insecte reparaît et vers le milieu de septembre on en trouve à peu près partout, en petite quantité il est vrai. Il en est ainsi depuis que je pratique la submersion. Aussi ma conviction est que, si je cessais l'emploi de l'eau, d'ici à deux ans mon vignoble serait encore complètement détruit"41.

41Et la submersion telle que la pratique le docteur Seigle, favorisé par la topographie de son domaine et des moyens financiers importants, est un modèle du genre assez peu répandu puisque la commission du concours des irrigations en 1876 constate qu'elle :

  • 42 Ibid.

"a eu le regret de rencontrer souvent, dans ses explorations dans le département de Vaucluse, des essais incomplets de submersion de vignes et des résultats peu satisfaisants qui en étaient la conséquence"42.

  • 43 Compte-rendu des conférences qui ont eu lieu à Avignon, du 3 au 8 mai 1875, à l'occasion du Concour (...)
  • 44 A.D.V. 7 M 81. Rapport de la commission départementale d'enquête, le 15 septembre 1879. Il convient (...)

42Autre méthode empirique de lutte contre le phylloxéra, l'ensablement. Elle procède d'une observation simple, à savoir que les vignes plantées en terrain sablonneux étaient épargnées ou tout au moins résistaient mieux au phylloxéra que celles plantées en terrain argileux ou pierreux. A partir de là, on peut établir que l'insecte chemine difficilement dans les sables, où sa membrane externe se déchire. La tentation était donc forte d'établir de nouvelles vignes dans des terrains sablonneux et l'on n'y manqua pas. L'ensablement consiste à créer des conditions de sol sablonneux autour des souches... Il y eut des tentatives43, mais sans grand succès, semble-t-il, et le bilan positif de cette expérience se limite à quelques plantations nouvelles, que l'on ne peut d'ailleurs évaluer et qui n'eurent qu'une vie précaire. Simplement, quelques communes dont le terroir était partiellement sableux constituèrent des ilots de résistance relative au phylloxéra : c'est le cas de Bédoin, Villes, Visan, Robion, Maubec44.

  • 45 A.D.V. 7 M 81.

43L'insecticide auquel pensait Planchon dès 1870 fut trouvé à la suite des expériences faites à l'Ecole d'Agriculture de Montpellier : en 1875 on commence à parler en Vaucluse de sulfure de carbone, mais ce produit était d'un maniement délicat puisque, injecté au pied des ceps, il tuait les vignes elles-mêmes si la dose utilisée était trop forte... Dans un rapport de 187845 le professeur départemental d'agriculture signale que ce procédé de lutte se heurte à un grand scepticisme, et que seuls des viticulteurs d'avant-garde ont commencé ce traitement, qui présente d'autre part l'inconvénient d'être trop cher, puisqu'on l'évalue à 250-300 francs l'hectare... Bien peu de bourses paysannes peuvent disposer d'une telle somme ! Par la suite, le traitement au sulfure de carbone n'est mentionné que pour des superficies négligeables.

  • 46 On connaît par exemple le programme des conférences agricoles données pour la campagne agricole 187 (...)

44Ainsi, ¡1 s'est écoulé une période de dix années pendant laquelle, si on peut dire, les vignerons vauclusiens ont vécu d'espoir. Dans quelle mesure étaient-ils exactement informés des recherches qui se poursuivaient pour trouver la parade à la maladie ? Sans doute la presse locale s'en faisait-elle l'écho, la Société d'Agriculture et les pouvoirs publics faisaient un effort d'information, dans le but justement d'entretenir l'espoir et la confiance46. Mais le paysan parcellaire, qui déjà a dû renoncer à la garance, qui ne peut plus compter sur l'argent des cocons, n'a d'autre ressource que dans son travail... Ce qui fait que sa vigne détruite par le phylloxéra, il la replante un peu plus loin, en cherchant si possible un sol de sable. C'est ce qui explique que le sous-préfet de Carpentras indique en 1873 :

  • 47 A.D.V. 7 M 80.

"le phylloxéra a continué ses ravages pendant l'année 1873. Les vignes vieilles ont complètement disparu ; des plantations nouvelles ont été faites sur plusieurs points du territoire, mais on ignore quels résultats elles donneront"47.

45... Il peut préciser l'année suivante :

"les nouvelles vignes périssent généralement de la deuxième à la troisième année".

  • 48 A.D.V. 7 M 81.

46Comme les vieux cépages français commencent à porter fruit la deuxième année, on pouvait espérer une demi-récolte, voire deux avec un peu de chance... Cette attitude explique la signification très incertaine des statistiques en matière de vignes : vignes détruites, vignes nouvellement plantées se chevauchent confusément dans les états dressés par les maires. Les données chiffrées rassemblées et totalisées pour le département prennent seulement à ce niveau quelque consistance, et il faut bien s'en contenter. Aucun doute en tout cas : le tableau des superficies et des productions et les graphiques correspondants confirment bien la désolation des années 1870. Elle serait plus grande encore s'il n'y avait eu ces vignerons obstinés que la commission d'étude du phylloxéra critiquait d'ailleurs vivement en février 187948 car leurs plantations, symboliques d'une guerre d'usure entre les paysans et le phylloxéra, contribuaient à entretenir le mal. Dès lors, les membres de la Commission, les mieux au fait de la question, considéraient qu'il fallait tirer des conclusions négatives de la lutte conduite depuis bientôt dix ans. Ils estimaient nécessaire de combattre l'illusion, très répandue parmi les petits cultivateurs, que le fléau aurait un terme et que les vignes indigènes renaîtraient. Très clairement, ils prenaient position en faveur d'une solution qui n'en était encore qu'au stade expérimental, dans le cadre des travaux poursuivis à l'Ecole d'Agriculture de Montpellier : les cépages américains, sur lesquels l'insecte n'avait pas de prise.

C – LES PREMIERES EXPERIENCES SUR CEPAGES AMERICAINS

  • 49 Voir l'ouvrage de R. Laurent : Les vignerons de la Côte d'Or au xixème – Dijon, 1958.
  • 50 A.D.V. 7 M 81.

47C'est à plus d'un titre que 1880 marque un tournant dans la lutte contre le phylloxéra. Il faut se souvenir que l'insecte a envahi progressivement le territoire national, à partir de deux foyers initiaux, dans le Comtat et le Bordelais. Le vignoble vauclusien, qui eut le triste privilège d'être le premier atteint et ravagé, n'était pas d'une importance telle que l'Etat dût s'émouvoir de sa ruine... Il devait en aller tout autrement quand le Languedoc, puis le Beaujolais et la Bourgogne furent à leur tour infectés. Aussi des mesures d'ampleur nationale sont prises : la loi du 15 Juillet 1878, celle du 2 Août 187949, complétées par de nombreux décrets d'application, définissent les conditions de traitement des vignes phylloxérées, posent le principe d'une aide financière de l'Etat et encouragent la formation d'associations de défense contre le phylloxéra. Certes pour le Vaucluse ces mesures venaient un peu tard, elles n'en étaient pas moins psychologiquement importantes. Mais les vignerons vauclusiens allaient peu profiter de la possibilité de se grouper : rares furent les associations de défense qui se créèrent. De 1881 à 1890, on en compte neuf50, et presque toutes ne rassemblent qu'une dizaine d'adhérents. Très significatif de cette fort médiocre réussite est le cas de l'association créée à Piolenc en 1890 : dix-huit vignerons s'étaient inscrits pour le traitement au sulfure de carbone de 28 hectares de vignes. C'était peu... Et le président indique dans une lettre au préfet que :

"un certain nombre de propriétaires qui avaient en principe donné leur adhésion... a reculé devant les grosses dépenses que laissait à leur charge un traitement trop coûteux pour les ressources que le fléau leur a laissées, et au lieu de dix-huit propriétaires syndiqués et de vingt-huit hectares dix de vignes, il n'est plus resté que onze propriétaires s'engageant pour une quantité de sept hectares cinquante".

48A l'opposé, la seule association de quelque importance est "l'Association Syndicale temporaire de Vaucluse pour la destruction du phylloxéra". Créée en 1881, elle rassemble des propriétaires de plusieurs gros bourgs de la plaine comtadine, bien desservis en canaux d'irrigation : ils sont 94, sous la présidence honoraire du docteur Seigle et sous la présidence effective d'Eugène Fortunet, et ils totalisent 672 hectares de vigne qu'ils veulent protéger par la submersion. Mais parmi eux, quinze se sont inscrits pour des propriétés de 10 à 20 hectares de vignes, trois de 20 à 30 hectares, un pour un domaine de 46 hectares et un enfin pour un domaine de 70 hectares... On mesure ainsi la signification sociale de cette association de défense. En vérité, les vignes indigènes pouvaient, on l'a vu, reculer leur condamnation à mort par un effort individuel, sans signification économique ; elles pouvaient aussi, dans certaines conditions priviligiées, s'adapter provisoirement et alors bénéficier de l'aide de l'Etat. Mais pour le plus grand nombre, la solution résidait dans la reconstitution d'un vignoble doté de l'immunité par rapport au phylloxéra.

49C'est très précisément ce que permettent les cépages américains, car le phylloxéra est venu d'Amérique, où il était parfaitement inoffensif. Très vite leur immunité retint l'attention des agronomes montpelliérains, mais la question était complexe car les cépages américains étaient de fort médiocres producteurs : il n'était pas possible de substituer aux plants français les plants américains, sous peine de compromettre tant les rendements que la qualité des vins. Cependant l'Ecole d'Agriculture de Montpellier commence toute une série d'expériences, tendant à acclimater et améliorer les cépages américains et plus encore à mettre au point des procédés de greffage permettant d'associer la résistance au phylloxéra des plants américains et les qualités de producteurs des cépages français. C'était une recherche absolument nouvelle qui ne pouvait progresser que lentement, qui devait même s'entourer de précautions, dans la mesure où une publicité maladroite et les déceptions et échecs inévitables dans une phase expérimentale auraient compromis l'entreprise elle-même. Il fallait d'autre part compter avec les préjugés à l'égard des plants américains, qu'on accusait d'être des porteurs de phylloxéra et des agents de contamination, et le scepticisme à l'égard de la technique de la greffe et de ses conséquences.

  • 51 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Nov., 1880.
  • 52 Compte-rendu des Conférences... Op. cit.
  • 53 A.D.V. 6 M 381.
  • 54 A.D.V. 7 M 81.

50Dans ces conditions, l'expérimentation des vignes américaines en Vaucluse suit prudemment la démarche montpelliéraine. Il est néanmoins remarquables que, dès 1874, l'école départementale d'agriculture crée un champ d'expérience, en même temps que Je vice-président de la Société d'Agriculture de Vaucluse plante sur sa propriété les premières vignes américaines en Vaucluse51. Début timide, sans bruit, mais on ne devait pas en rester là. Une première allusion publique aux vignes américaines est faite à l'occasion du Concours Régional Agricole de 187552 ; le professeur départemental d'agriculture signale en 1878 qu'à Avignon, Sorgues, Aubignan, Pertuis des vignes jeunes, de cépages français greffés sur des pieds américains, se présentent sous un jour favorable mais cela ne représente encore que dix à douze hectares53. Le mouvement est lancé cependant puisque en février 1879 la commission d'étude du phylloxéra se prononçait pour l'extension des expériences en cours et demandait qu'à cet effet la pépinière de l'école départementale d'agriculture soit développée pour livrer aux vignerons des plants à des prix modérés. En septembre de la même année, dans un autre rapport54, la commission donnait le chiffre de 128 hectares pour les plantations de vignes américaines, l'estimant d'ailleurs exagéré. Et le rapport ajoutait :

"la commission, sans se prononcer définitivement, croit qu'il y a de ce côté de sérieuses espérances".

51Les temps étaient venus pour une action spectaculaire, base de départ d'une étape nouvelle dans le déroulement de la crise phylloxérique. L'initiative en revient à la Société d'Agriculture qui organise en 1880 sous l'impulsion du commandant en retraite Ducos, propriétaire à Chateauneuf, un concours des vignes américaines. On sortait ainsi de la période des expériences, on le voit bien au rapport présenté à la Société le 2 novembre 1880 par le jury du concours :

  • 55 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Nov., 1880.

"Notre concours a reçu 28 inscriptions pour les plantations ou pépinières et 15 pour les instruments ou procédés de greffage.
La Commission a dû prolonger ses courses dans toutes les directions autour d'Avignon : sur Orange, sur Sablet, sur Carpentras, sur l'Isle, sur Pertuis et La Tour d'Aigues. Les propriétés qu'elle a visitées représentent plus de 50 hectares de plantation à demeure et environ 500 000 plants en pépiniére. Grâce aux explorations qu'elle s'est efforcée de multiplier aux environs de ses stations principales, elle a pu combler les lacunes de son itinéraire... Il lui a été possible de compter au moins 100 hectares de vignes américaines dispersées parmi les ruines de notre ancien vignoble comme les germes précieux d'une prochaine renaissance"55.

52C'est pourquoi le jury du concours, réconforté par ses visites et observations, conclut sur une note résolument optimiste :

"La période des expériences, des tâtonnements est close ; celle des résultats va s'ouvrir ; après avoir étudié la mise en place, l'adaptation au terrain, nos populations sont prêtes pour la plantation à demeure et le greffage en masse ; au champ d'essai, à la pépinière, va succéder la grande culture. Tout le prouve : l'importance des chiffres que nous avons mis sous vos yeux, le nombre de concurrents et plus encore, la passion convaincue qui les anime et le ferme propos qu'ils manifestent de mener à fin leur tentative. Partout nous avons rencontré ce sentiment de confiance et d'espoir".

53Il est certain que les vignes sur plants américains greffés ont désormais fait leurs preuves, aussi bien pour leur capacité de production que pour la qualité de leurs raisins. Il est important que des réalisations existent un peu partout dans le département, pour la valeur d'exemple et d'entraînement qu'elles représentent. Mais la vision optimiste de la Société d'Agriculture doit être quelque peu corrigée. Nous l'avons dit, elle est présente dans tous les secteurs de la lutte antiphylloxérique et son action est à cet égard exemplaire. Cependant, à travers elle, c'est la grande propriété qui se manifeste et on ne peut manquer d'être frappé par le clivage social qui apparaît très nettement dans les expériences et tentatives par lesquelles s'exprime la lutte contre le phylloxéra. C'est vrai pour la submersion, ce l'est également pour les vignes américaines et la lecture du rapport sur le concours de 1880 est édifiante. Les pionniers, qui sont d'ailleurs hors-concours, c'est le Comte d'Oléon à Sorgues et Eugène Raspail à Gigondas. On remarque également de Camaret dans son domaine St-Louis à Sarrians, le marquis de Jocas et de Bressy à l'Isle, Loubet président du Comice Agricole de Carpentras, Villion et sa propriété du Bois Marron à Sorgues, le commandant Ducos, propriétaire du château de la Nerthe à Châteauneuf...

  • 56 A.D.V. 7 M 81.

54On pourrait allonger cette liste, elle est déjà évocatrice d'une couche de grands propriétaires de progrès certes, mais aussi qui en ont les moyens intellectuels et, plus encore, financiers. Entre eux et la masse des paysans concernés par le destin de la vigne, il y a bien sûr un lien, mais aussi une distance, que ne perçoivent peut-être pas exactement les animateurs de la Société d'Agriculture. C'est elle cependant qui explique que la partie, pour bien engagée qu'elle soit, n'est pas encore gagnée. Le chemin qui reste à parcourir, on le mesure à l'analyse de la première statistique des plantations de vignes américaines. Elle est de 1881 et dénombre 395 hectares56 : c'est beaucoup, si on compare ces chiffres aux données sans doute incomplètes du concours de 1880. Mais si on les compare à la superficie du vignoble vauclusien, qui est de 9 000 hectares contre 7 200 l'année précédente, on remarque d'une part que tout ou presque reste à faire, d'autre part qu'on continue à planter des vignes françaises sans espoir, à un rythme bien supérieur à celui des plantations de vignes américaines : c'est là qu'est l'action obstinée, force d'inertie autant que confiance irraisonnée, de la paysannerie parcellaire.

●●●●

55Lorsque commence la décennie de 1880, l'agriculture vauclusienne dans sa crise structurelle – puisque les catastrophes cumulées de la sériciculture, de la garance et de la vigne compromettent et même condamnent le système ancien – est au plus bas. Après la garance, la sériciculture est confrontée à la dure réalité de la concurrence des prix et le vignoble ne pourra être sauvé, c'est maintenant certain, que par une totale reconstitution dont les techniques se dégagent de longs tâtonnements. Le problème est donc de reconstruire, sur des ruines, et aussi dans une conjoncture générale difficile puisque la phase dépressive de l'économie mondiale, particulièrement sensible sur les prix agricoles, ajoute ses effets défavorables au bilan déjà très lourd de la crise proprement vauclusienne. J'ai conscience d'ailleurs qu'à présenter ainsi les choses je les schématise quelque peu... La reconstruction de l'agriculture vauclusienne, c'est bien évident, est un effort continu qui ne se laisse pas enfermer dans une chronologie précise, et l'incidence de l'évolution économique générale est peut-être plus importante sur le plan psychologique que pour ses répercussions strictement économiques. C'est pour éviter, dans la mesure du possible, le danger de schématisation qu'il me paraît nécessaire de donner à l'étude de la crise, dans ses manifestations négatives, une suite où apparaîtront tout à la fois les réactions des hommes devant la crise et leurs efforts, à plus long terme, pour en sortir.

Notes

1 Les membres de la Commission départementale de l'enquête agricole de 1866 présentant le bilan d'ensemble des réponses faites, signalent que "les déposants, dans l'enquête écrite comme dans l'enquête orale, s'accordent pour signaler comme l'obstacle principal à l'extension de la vente et de la consommation des vins, qui ne suivent pas le développement de la production, l'élévation des droits d'octroi dans la ville. Ils en réclament tous l'abaissement avec une grande insistance...

2 J. Barral : Les irrigations dans le département de Vaucluse, op. cit.

3 E. Zacharewicz : Le ver à soie du mûrier, son élevage. Avignon, 1892. Voir aussi P. George, op. cit., pp. 399-400.

4 A.D.V. 6 M 420-421-422-423-424-425 et 7 M 62.

5 Voir l'ouvrage de P. George, p. 403 et A.D.V. 6 M 378. Les données de l'enquête de 1852 ont été prises comme base indiciaire de l'étude graphique de la sériciculture, parce que c'est l'année moyenne la plus proche du déclenchement de la crise.

6 Lire E. Zacharewicz, op. cit. et surtout la conférence sur la sériciculture, dite par le docteur Ferry de la Bellone aux conférences agricoles du concours régional tenu à Avignon en 1875. Cette conférence fut publiée en brochure à Avignon en 1876.

7 Zacharewicz indique pour sa part, à propos de la flacherie, qu"‘on ne l'attribue qu'aux mauvais soins qu'on a donnés à la graine pendant sa conservation, à l'entassement excessif des vers ou à une mauvaise aération des locaux, enfin à la distribution d'une feuille malpropre ou avariée".

8 C. Ferry de la Bellone – Op. cit.

9 A.D.V. 7 M 62.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ibid. : Rapport du directeur des Magnaneries expérimentales d'Avignon sur les essais précoces de 1865. Avignon 1865. L'échec des races expérimentées jusque-là est confirmé par un rapport au préfet du président de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse, qui écrit : "l'année 1865 sera le terme fatal où nous aurons vu disparaître toutes les belles et bonnes races du Levant qui, jusqu'à ce jour, nous avaient donné quelque espérance".

14 Ibid.

15 Ferry de la Bellone donne les conseils suivants : "il faut restreindre l'importance des éducations, n'élever que des quantités de graines que l'on puisse toujours et constamment surveiller et qui soient toujours proportionnelles à la feuille que l'on possède ; par dessus tout, il faut encore faire de l'hygiène".

16 On ne peut accorder une confiance absolue aux éléments statistiques à partir desquels est construite la courbe de la production de cocons. Ceci dit, le creux particulièrement marqué de 1876 s'explique par une gelée printanière, survenue dans la nuit du 16 avril, qui détruisit les jeunes pousses des mûriers et ruina la quasi totalité des éducations. Cet accident météorologique, rapporté par J.-A. Barrai dans son rapport de 1877 sur les irrigations dans le département de Vaucluse (op. cit.) a fortement impressionné les contemporains, qui l'ont transmis comme exemple de catastrophe naturelle. La réussite s'explique partiellement par l'échec de 1876 : le nombre des éducations et la quantité des graines mises à éclore furent d'autant plus importants qu'on recherchait une compensation à la catastrophe de l'année précédente.

17 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse. Année 1876.

18 A.D..V. 6 M 422-423-424. La série du prix du kilo de cocons est établie pour les années antérieures à 1874 à partir des indications de la statistique agricole annuelle. A partir de 1874 on dispose d'informations très précises, qui distinguent le prix des cocons d'origine française, ou japonaise, ou d'autre provenance. J'ai calculé un prix moyen qui tient compte des quantités produites par les cocons de ces diverses origines.

19 A.D.V. 7 M 62.

20 Ibid.

21 A.D.V. 6 M 420... 424. En 1852, avant les maladies des vers à soie, le canton de Cavaillon produisait 13 % de la production totale des cocons dans le Vaucluse ; ce pourcentage est inchangé en 1874 mais il tombe à 9 % en 1892 et à 3 % en 1912.

22 Souvenir sur la Famille Alary. Archives privées, communiquées par le fils de l'auteur.

23 Des informations partielles relevées dans les archives communales de Châteauneuf-du-Pape montrent que de 1893 à 1902, c'est-à-dire au plus fort de la reconstitution du vignoble après le phylloxéra, le nombre des sériciculteurs s'est réduit des 2/3. La rapidité du processus est significative de la pression des conditions économiques générales sur cette activité agricole, et il en est ainsi parce qu'elle est maintenant en discordance avec l'évolution économique.

24 La documentation statistique la plus complète sur la culture de la garance est donnée par Barrai dans son ouvrage sur les irrigations dans le département de Vaucluse en 1875. Il précise que les données chiffrées qu'il présente lui ont été communiquées par Gabriel Verdet, industriel en garance "auteur de plusieurs notes sur la culture et le commerce de la garance", qui les tient lui-même de l'inspecteur de l'Union des Garances procédant à des relevés commune par commune. On dispose ainsi d'une série sérieuse qui permet de suivre avec précision le processus de la crise de la garance.

25 J.-A. Barral – op. cit.

26 A.D.V. 7 M 89.

27 On voit alors apparaître des positions divergentes chez les industriels et les agriculteurs. Les premiers veulent maintenir la libre entrée des garances étrangères sur le territoire national, qui est un facteur de baisse des prix et donc de sauvegarde de leur profit alors que les producteurs retrouvent le réflexe protectionniste traditionnel et demandent qu'on institue un droit à l'entrée des garances étrangères. Cette divergence ne se manifeste que dans une conjoncture de prix déprimés, la concurrence étrangère n'inquiète pas les producteurs vauclusiens quand le marché de la garance est favorable.

28 A.D.V. 7 M 89.

29 Délibération de la Commission nommée par la Chambre de Commerce d'Avignon et la Société d'Agriculture Vauclusienne pour étudier la question de l'alizarine artificielle. Brochure de 21 pages – Avignon, 1873.

30 Rapport à la Chambre de Commerce et à la Société d'Agriculture de Vaucluse au nom de la Commission des essais pour l'amélioration de la culture de la garance par Aug. Besse, membre de la Société des Agriculteurs de France, vice-président de la Commission. Brochure de 15 pages – Avignon, 1875.

31 Compte-rendu des Conférences qui ont eu lieu à Avignon, du 3 au 8 mai 1875, à l'occasion du Concours Régional Agricole sous le patronage de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse et de la Chambre de Commerce d'Avignon. Brochure de 75 pages – Avignon, 1875.

32 Essais d'amélioration de la culture de la garance. 2ème mémoire présenté à la Chambre de Commerce d'Avignon et à la Société d'Agriculture de Vaucluse, le 29 mars 1876 par A. Besse, vice-président de la Société d'Agriculture de Vaucluse et de la Commission des Essais sur la Garance. Brochure de 64 pages -Avignon, 1876.

33 Le propos est d'un fermier de Saint-Saturnin-lès-Avignon, qui l'a tenu à J.- A. Barrai, lors du concours ouvert en Vaucluse pour le meilleur emploi des eaux d'irrigation (J.-A. Barrai, op. cit.).

34 P. George, op. cit., p. 417.

35 Pour l'historique de l'invasion phylloxérique en Vaucluse voir A.D.V. 7 M 80, en particulier le rapport de la commission départementale de Vaucluse pour l'étude de la nouvelle maladie de la vigne, rédigé en 1869.

36 Rapport sur la maladie du phylloxéra dans le département de Vaucluse. résumé des études faites sous les auspices du Conseil Général de Vaucluse, par J.-E. Planchon, in Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Août, 1870.

37 A.D.V. 7 M 80.

38 Les responsables de l'agriculture ne sont naturellement pas dupes des inventions qui leur sont proposées, témoin une lettre adressée au préfet de Vaucluse par le président de la Société d'Agriculture de Vaucluse (A.D.V. 7 M 80) pour motiver son refus de s'intéresser à un insecticide : "j'ai tout lieu de supposer que ce nouveau sauveur de la vigne est à la recherche d'une recommandation. Nous ne pouvons pas le prendre sous notre patronage ; nous aurions trop à faire si nous voulions écouter tous les inventeurs". Par prudence tout de même on ne les éconduit pas avant un examen au moins rapide de leurs propositions.

39 A.D.V. 7 M 80.

40 Ibid.

41 J.-A. Barral, op. cit. Le docteur Seigle avait présenté sa propriété du Thor au concours ouvert en 1876 pour le meilleur emploi des eaux d'irrigation. Il y obtint le 3ème prix.

42 Ibid.

43 Compte-rendu des conférences qui ont eu lieu à Avignon, du 3 au 8 mai 1875, à l'occasion du Concours Régional Agricole – Avignon 1875. M. de la Paillonne, propriétaire à Sérignan, a exposé son expérience sur l'ensablement.

44 A.D.V. 7 M 81. Rapport de la commission départementale d'enquête, le 15 septembre 1879. Il convient sans doute de souligner le caractère tout relatif de la résistance de ces vignobles puisque le préfet de Vaucluse signale en 1878 qu"‘on a remarqué cette année dans l'arrondissement de Carpentras que les vignobles situés dans les terrains sablonneux qui paraissent résister, commençaient eux-aussi à être attaqués par la maladie. Les vignes nouvellement plantées sont en général dans un état satisfaisant jusqu'à la troisième, quatrième et même cinquième année. A cet âge la plupart sont attaquées par la maladie et dépérissent à vue d'oeil".

45 A.D.V. 7 M 81.

46 On connaît par exemple le programme des conférences agricoles données pour la campagne agricole 1879-1880 (de l'automne au printemps, en fonction des loisirs des paysans) par le professeur départemental d'agriculture, avec l'aide du préfet qui intervient à l'occasion près des maires pour qu'ils apportent leur concours. Consacrées aux engrais minéraux, au greffage de la vigne, aux opérations agricoles du printemps, elles semblent avoir connu un vif succès : le maire de Mormoiron rapporte au préfet que 300 paysans sont venus s'informer sur "la crise agricole et les moyens d'en sortir" ; celui de Mornas indique un auditoire de 150 personnes, ce qui lui paraît considérable, et il émet le voeu que ces conférences soient moins rares (A.D.V. 7 M 50).

47 A.D.V. 7 M 80.

48 A.D.V. 7 M 81.

49 Voir l'ouvrage de R. Laurent : Les vignerons de la Côte d'Or au xixème – Dijon, 1958.

50 A.D.V. 7 M 81.

51 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Nov., 1880.

52 Compte-rendu des Conférences... Op. cit.

53 A.D.V. 6 M 381.

54 A.D.V. 7 M 81.

55 Bulletin de la Société d'Agriculture et d'Horticulture de Vaucluse – Nov., 1880.

56 A.D.V. 7 M 81.

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540