Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Première partie. Un bilan : l'économie agricole et la société paysanne traditionnelles vers 1860

Chapitre IV. Revenu des agriculteurs et revenu agricole

Problématique de la croissance

Texte intégral

1C'est une étude difficile, et donc une entreprise ambitieuse que celle-ci. Précisons d'emblée que nous la conduirons sans illusions, dans la pleine conscience des lacunes énormes de la documentation, de l'incertitude des méthodes mises en œuvre pour y remédier et du caractère approximatif et grossier des résultats auxquels on peut parvenir. Mais c'est une démarche trop importante, dans la perspective d'une histoire totale, pour que nous y renoncions, quelles que soient les difficultés rencontrées.

2De celles-ci les contemporains avaient bien conscience, en particulier lorsqu'ils étaient sollicités par les pouvoirs publics de porter une appréciation aussi exacte et précise que possible sur le revenu agricole. On le voit dans la présentation des résultats de l'enquête agricole de 1866, où la commission expose son embarras et finalement son impuissance :

  • 1 Ministère de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics – Enquête agricole de 1866 – Paris, (...)

"... Pour une terre donnée, ce n'est que de la production dans un cours entier d'assolement et non d'une culture détachée qu'il est possible de conclure un ensemble de dépenses et un ensemble de recettes. La garance, qui fait partie de cet enchaînement de culture, comporte 1 000 francs de frais par hectare, au prix très bas de 60 francs par quintal, un produit de 1 500 francs ; elle fournit donc avec bénéfice une double culture profonde et sarclée qui permet d'établir, sans frais autres que le fumier, une prairie artificielle semée dans un blé ; il y a donc un enchaînement dans les façons successives qui ne permet pas de porter au compte de chaque produit les façons dont il a été l'occasion"1.

3Ce sont des praticiens qui s'expriment, ils le font à partir de leur expérience personnelle et c'est ce qui donne à leur argumentation toute sa valeur. Elle comporte une mise en garde implicite, que nous aurions grand tort de négliger : il est hasardeux, dans une économie que diversifient non seulement ses productions, mais aussi leur enchaînement dans plusieurs systèmes possibles d'assolements et de cultures, d'isoler pour apprécier sa rentabilité telle ou telle culture. L'agriculture est ainsi faite en Vaucluse que nous ne pouvons envisager le cas du producteur de blé ou de garance ou de vin... Dans la pratique, selon naturellement des proportions très variables, on est l'un et l'autre, et plus encore !

  • 2 J.-C. Toutain : Le produit de l'agriculture française de 1700 à 1958. Op. cit., pp. 3-22, Sources e (...)
  • 3 Voir sur ce point l'étude de P. Vilar : "Pour une meilleure conpréhension entre économistes et hist (...)

4Surgit alors une seconde difficulté. Le paysan est tout à la fois producteur, consommateur et vendeur, et son revenu se décompose en deux postes ; l'un en nature, l'autre en numéraire. Peut-on traduire, pour unifier l'ensemble, les produits d'autoconsommation en valeurs monétaires ? La chose peut être tentée, dans une perspective d'analyse économique2, mais il faut savoir que cette opération effacera nécessairement le caractère social de l'autoconsommation, et c'est une simplification à laquelle nous ne pouvons nous résigner. Par conséquent, sans pour autant renoncer à des calculs permettant d'appréhender dans sa dimension économique la production agricole, nous devons signaler leurs limites et leurs risques3.

5Peut-être alors la solution consiste-t-elle à conduire l'étude à deux niveaux ? Le premier serait celui du concret et du vécu, tel qu'on peut le saisir, ou tout au moins l'approcher, à partir de documents de caractère privé, globalement définis comme des comptes d'exploitation. Bien entendu, on ne peut atteindre par là que des cas d'espèce, qui se prêtent d'autant moins à des conclusions de valeur générale que les documents existants sont souvent rudimentaires dans leur conception et surtout qu'ils ne sont pas d'un modèle unique, ce qui rend toute comparaison entre eux difficile. Par contre, leur valeur d'exemple est précieuse et irremplaçable, ils nous introduisent dans la diversité des situations et proposent de ce fait une mesure du réel, un élément de pondération, voire de correction, des analyses économiques. Celles-ci constitueraient le second niveau de l'étude, réalisé à partir des données statistiques selon une méthode inspirée sinon imitée de celle des "historiens quantitativistes". C'est dans cet esprit, à la recherche d'une délicate conciliation entre les exigences également fortes, mais aussi contradictoires, de l'analyse économique et de l'étude sociale, que nous entreprenons cette étude – mieux cette approche, cette esquisse – du revenu agricole.

  • 4 Enquête agricole de 1866. Op. cit.

6Partons du vécu, des impressions ressenties et exprimées. Au plan le plus général, c'est-à-dire pour l'ensemble du département et de sa population agricole, il ne fait pas de doute que l'évolution de l'agriculture se traduit par une croissance des revenus et un mieux-être. C'est un bilan que proposent à cet égard les conclusions de l'enquête agricole de 18664. S'agissant des ouvriers agricoles, elles indiquent que "l'augmentation de (leurs) salaires a été, depuis trente ans, de 20 à 25 % en moyenne". Pour ce qui est du revenu des exploitants, les membres de la commission départementale sont sensibilisés à une conjoncture défavorable mais le tableau – tracé par l'un deux sans qu'il soulève la moindre objection – de la vie des petits paysans n'en est que plus suggestif :

"... Si grand nombre de fermiers ne payent pas exactement leur fermage, si les petits cultivateurs vivent difficilement aujourd'hui du produit de leur travail, c'est en premier lieu parce que des habitudes ruineuses ont passé dans les campagnes, y ont créé des besoins nouveaux qui se traduisent par de stériles dépenses. Les paysans fréquentent les cafés, où ils gaspillent inutilement une partie des ressources qu'ils savaient employer quelquefois pour améliorer leurs terres. Les vêtements qu'ils portent sont plus coûteux et moins solides que ceux qu'ils portaient jadis".

7Au-delà de son caractère moralisant, l'analyse repose sur la constatation d'un revenu monétaire plus important dans les campagnes vauclusiennes. On ne comprendrait pas sans cela les changements intervenus dans le genre de vie. Mais la question est d'apprécier correctement la croissance du revenu monétaire et plus généralement les différents niveaux du revenu agricole.

I – LES OUVRIERS AGRICOLES

  • 5 Statistique de la France – Résultats généraux de l'enquête décennale de 1862. Op. cit.
  • 6 Je laisse de côté volontairement le cas des domestiques agricoles, engagés à l'année, nourris et lo (...)

8Le cas le plus simple, en apparence tout au moins, est celui de l'ouvrier agricole. La statistique agricole de 18625 nous renseigne très précisément sur les salaires et sur l'emploi, indications à partir desquelles il est facile de calculer le revenu annuel du travailleur salarie dans l'agriculture vauclusienne6. Les choses se compliquent quelque peu du fait que le salaire a un caractère saisonnier, mais le calendrier des travaux agricoles permet de fixer à cinq mois, de novembre à mars, la morte-saison au cours de laquelle sont appliqués les salaires d'hiver : on peut donc calculer le salaire annuel, en précisant qu'il s'agit d'un salaire moyen qu'il faudrait majorer pour les journaliers qui sont employés à l'arrachage des garances, activité d'hiver mais aussi rémunérée à un tarif particulier. Autre problème : celui que pose la distinction entre le salaire de l'ouvrier nourri et le salaire de celui qui ne l'est pas. Remarquons que le coût nourriture d'un journalier adulte est estimé de 80 centimes à un franc par jour et que c'est un ordre de grandeur sans doute applicable aux agriculteurs exploitants eux-mêmes, car les journaliers partagent la table de leurs employeurs quand ceux-ci les nourrissent. Mais c'est le cas le moins fréquent, et le salaire représentatif de la condition du journalier est celui de l'ouvrier non nourri.

9Dernier problème et c'est le plus délicat : la distinction entre les sexes et en fonction de l'âge. Plusieurs situations sont à envisager. En premier lieu, parce que c'est la situation socialement la plus fréquente et aussi la plus logique, le journalier est chef de famille ; souvent c'est un homme mais il arrive aussi que ce soit la femme, que la mort de son conjoint a obligée à rechercher un travail permanent. Si la structure de la famille s'y prête, le salaire du chef de famille est complété par le travail, au titre de journalier également, de l'épouse ou d'un ou plusieurs enfants âgés de plus de quatorze ans.

Salaires et Emploi des journaliers agricoles
(Statistique agricole de 1862)

  • 7 On ne peut atteindre le travail des journaliers, dans sa réalité complexe, que par les listes nomin (...)

10Mais il arrive aussi que des journaliers se rencontrent parmi les enfants de cultivateurs exploitants ou d'artisans, et leur salaire doit être ici considéré comme une ressource d'appoint7, qui s'ajoute au revenu du chef de famille, dans une caisse commune. Il résulte de tout ceci qu'il est difficile de fixer le revenu du journalier agricole, dans la mesure où le salaire se présente rarement isolé. Pour envisager les cas où cependant il se rapproche de cette définition, disons que le gain annuel d'un journalier non nourri est de l'ordre de 650 francs ; pour une famille qui n'a de ressources que dans le travail salarié, le travail complémentaire de la femme ou d'un enfant porte à 850-900 francs le total de ses revenus.

  • 8 Archives privées communiquées par M. d'Anselme.
  • 9 La salmée est une mesure qui équivaut à 10 décalitres.

11Mais la réalité est encore plus complexe puisque, nous le savons, le plus grand nombre des journaliers ajoutent à leur travail salarié l'exploitation d'un lopin de terre, dont ils sont propriétaires ou fermiers. Voici, parvenu jusqu'à nous par la notation qu'en a faite le propriétaire sur un registre de comptes8, l'exemple d'un journalier de Goult, village du canton de Gordes. Il reçoit en location une terre de près de trois hectares que "comme tous les brassiers en général, (il) exploite à mi-fruits, soit bled, soit garances, soit fourrages coupés en vert", et il semble bien que le système soit fructueux puisque pour l'année 1860 il est noté que le fermier a récolté "17 salmées 9 3 dal, ce qui fait le 14 des semences et forme une récolte des plus heureuses". Bien sûr, cette exploitation agricole complémentaire d'un travail salarié n'engendre pas la richesse pour le journalier, elle lui assure tout au moins partie de sa subsistance et un petit revenu monétaire par la garance qu'il cultive. D'un pays à l'autre, il peut y avoir des variantes, en relation elles-mêmes avec les systèmes de cultures, mais dans le principe qu'il illustre, l'exemple choisi est à coup sûr représentatif de la structure double du revenu du journalier agricole. A la limite, c'est-à-dire lorsque le journalier n'a d'autre ressource que son salaire, on atteint la notion de minimun vital et il semble qu'on peut le fixer à 650 francs annuellement. On s'en éloigne par des transitions insensibles, des situations intermédiaires qu'on ne peut préciser davantage et qui établissent une continuité de fait entre la condition du journalier et celle de l'exploitant agricole.

II – APPROCHE DU REVENU DES EXPLOITANTS AGRICOLES

A – LE PROBLEME DES SOURCES

12Le revenu de l'exploitant agricole est d'une analyse et d'une appréciation bien plus délicates que celui du journalier : les dimensions de l'exploitation, le mode de faire-valoir, la nature des cultures... autant de variables qui peuvent se combiner entre elles, jusqu'à décourager toute tentative d'ordonner la question. C'est pourquoi nous n'allons procéder, dans un premier temps tout au moins, qu'à l'étude de cas particuliers qui n'épuisent certes pas toute la gamme des situations imaginables.

  • 10 Voir supra – Chapitre I.

13Nous avons déjà évoqué l'exaltation à la fois complaisante et inquiète de la petite culture à l'occasion du concours agricole dit de la prime d'honneur organisé dans le Vaucluse en 186610. Le couplet venait à propos de la visite par les membres du jury d'une propriété de deux hectares et demi dans la banlieue d'Avignon, présentée en ces termes :

  • 11 La Prime d'Honneur – op. cité.

"Une industrie agricole de toutes pièces accumulée dans cet étroit espace ; presque toutes les productions réunies ; à peine quelques avances et beaucoup de travail de bras ; le salaire de la famille payé par la vie matérielle, et ce qui dépasse cette rétribution accepté avec joie comme bénéfice... La maisonnette vous attire, avec ses volets verts... son ordre, ses aménagements ingénieux, ses allées et ses haies soignées autant que celles d'un riche ; on se sent imprégné doucement de l'atmosphère de jouissance modeste et de contentement intime que tout cela respire"11.

14On comprend, bien sûr, que le jury, composé pour l'essentiel de "propriétaires", cherche à se convaincre que le bonheur peut fleurir dans les situations économiques modestes... Nous pourrions même dire médiocres puisque un peu plus loin le jury indique avoir pris connaissance d'un compte de recettes et de dépenses établissant que le propriétaire "débourse, année moyenne, 728 francs de frais, sur 1 702 francs qu'il encaisse". Le "bénéfice", comme il était dit précédemment est donc de l'ordre de l 000 francs, et l'on compte alors pour rien la rémunération du travail du propriétaire et de sa main d'œuvre familiale. Certes, à ce prix la famille est pour l'essentiel assurée de sa subsistance, mais on voit combien est faible, au plan du revenu et du niveau de vie, la différence entre ce petit propriétaire et le journalier agricole tel que nous l'avons défini dans ses moyens d'existence.

  • 12 Les baux prévoient aussi, très souvent, des redevances annexes, particulièrement sur les animaux de (...)
  • 13 Les registres qu'utilisent les propriétaires pour consigner leurs recettes et leurs dépenses n'ont (...)

15Il serait, bien sûr, très précieux de disposer d'un grand nombre de tels comptes de recettes et dépenses, représentatifs de la diversité des exploitations agricoles vauclusiennes, dans leurs dimensions et leurs systèmes de cultures : on pourrait alors sans grandes difficultés reconstituer et analyser le revenu des agriculteurs. Mais inutile de rêver, ce n'est pas réalisable. Nous savons que pour des raisons culturelles évidentes les petits paysans dans leur masse ne pouvaient tenir la comptabilité de leur exploitation et par ailleurs cela n'avait pas grande justification économique car ils consommaient plus qu'ils ne vendaient les produits de leur travail. A supposer, ce qui est vraisemblable, que certains d'entre eux, plus éclairés et plus curieux que le plus grand nombre, aient tenu une comptabilité même sommaire il faudrait une chance singulière pour la retrouver un siècle plus tard et l'on ne voit pas quelle méthode on pourrait suivre pour y parvenir. Il n'y a pas lieu cependant de céder au découragement, car il y a dans les campagnes vauclusiennes d'autres structures sociales que celles inscrites dans la petite propriété et le passé y a laissé des traces plus appuyées, mieux conservées. Les grands propriétaires sont tenus d'établir une comptabilité, surtout s'ils n'exploitent pas eux-mêmes leurs domaines. Celle-ci peut être sommaire, sèche dans ses données lorsque le domaine se divise en métairies, avec partage des fruits. Dans ce cas en effet, le propriétaire – ou son "homme d'affaires" selon une expression qui revient à plusieurs reprises – tient le compte des récoltes engrangées, des ventes réalisées, des frais divers que supporte l'exploitation pour calculer son propre revenu et celui du métayer12. Il est donc possible d'atteindre le revenu du propriétaire et celui de l'exploitant et, partant de là, d'approcher le revenu du petit propriétaire exploitant, puisque les grands domaines exploités en métayage sont divisés en unités d'exploitation familiale. Certes, le revenu de la terre n'est pas indifférent à son mode d'exploitation et l'on sait que le métayage ne stimule pas l'esprit d'initiative ni la productivité du travail. On ne peut donc attendre de l'analyse de ces comptabilités des résultats de portée générale ni d'une inattaquable précision13.

16Par ailleurs, se pose le problème de la mise à jour et de la collecte d'une telle documentation. Nous ne pouvons espérer en retrouver qu'une faible part, même s'il est relativement facile de repérer un nombre significatif de familles de notables terriens susceptibles de posséder, dans leurs papiers de famille, des comptabilités. Il convient en effet de partir de l'hypothèse qu'elles ont pu être tenues et que la continuité du patrimoine est un facteur favorable à leur conservation. Sur cette base, la recherche devient une enquête empirique, favorisée parfois par des relations que j'ai pu établir à titre personnel, dans d'autres cas par la sympathie que mon discours introductif a pu éveiller. Dans le meilleur des cas, ces facteurs favorables se traduisent par l'accès aux papiers de famille quand ils existent encore, et l'on rencontre bien des déceptions alors que l'on croit toucher au but... Les archives familiales sont souvent mal conservées, quand elles n'ont pas été dispersées au hasard d'une succession, et elles m'ont livré plus de poussière et de papiers sans intérêt que de documents exploitables. Je pense néanmoins que mes démarches valaient la peine d'être entreprises et que la récolte en fin de compte n'est pas négligeable. Je suis conscient de ses insuffisances, de la faiblesse et de l'incertitude de certaines des données recueillies, et leur insatisfaisante répartition dans l'espace et de l'extrême difficulté qu'il y a à les constituer en séries homogènes. Je m'en expliquerai à mesure de l'analyse que j'en présenterai, sans rien dissimuler des obstacles rencontrés et des procédés mis en œuvre pour les contourner sinon les éliminer.

B – EXPLOITATIONS A DOMINANTE GARANCE

  • 14 Archives communiquées par M. Laval de Carpentras.
  • 15 Cette répartition géographique est significative du rayonnement de la bourgeoisie carpentrassienne (...)
  • 16 Lorsque les réparations viennent réduire le revenu du propriétaire, le fait est signalé.

17Voici en premier lieu la comptabilité tenue pendant une douzaine d'années par un bourgeois rentier de Carpentras, M. E...14. II possède plusieurs propriétés, situées respectivement à Carpentras, Monteux, Bédarrides et Loriol15. Nous n'en connaissons d'autres caractéristiques que leur valeur vénale : 8 260 francs, 16 200 francs, 25 000 francs, 42 000 francs, 46 800 francs. Par comparaison avec la valeur d'autres propriétés dont nous connaissons la superficie, ces domaines définissent, à l'exception du premier, des exploitations de type familial, pour lesquelles il faut prévoir des variations en valeur, qu'on l'apprécie en capital ou en revenu, de l'ordre de un a trois. Quatre de ces propriétés sont affermées à prix d'argent et, sur son livre de comptes, M. E... note à la date du 31 décembre le revenu de chacune, qu'il obtient par le retranchement de l'impôt du montant des fermages16. Pour les années 1862-1875, celles au cours desquelles M. E... tient ses comptes, on peut par des calculs simples établir à 4 % le taux d'intérêt du capital que représentent ses biens fonciers. Il s'agit là d'une valeur moyenne, qui dissimule des variations conjoncturelles du revenu agricole que l'on peut malaisément apprécier à partir des fermages. Mais justement nous pouvons affiner notre analyse avec la propriété dite "Les Tours", sise à Loriol, qui, elle, est exploitée en métayage.

18Dans son bilan annuel, en regard de la valeur vénale du domaine (46 800 francs) M. E... inscrit "le revenu net" et un compte spécial de recettes, "pour troupeaux et basse-cour". Il faut le total des deux chiffres pour parvenir au revenu du propriétaire, qui ne distingue le produit des récoltes de celui du bétail que parce que celui-ci, acheté et vendu "à compte demi" exige une comptabilité particulière et tient compte d'usages qui accroissent quelque peu la part du propriétaire dans le partage du revenu. Mais la structure du revenu global est telle qu'on peut estimer que ce bénéfice supplémentaire est compensé par la charge de fiscalité supportée intégralement par le propriétaire : autrement dit, le revenu du propriétaire et celui de l'exploitant sont équivalents. Notons cependant que le revenu du propriétaire s'obtient par la traduction en termes monétaires de toute sa part des récoltes. Il est évident que le métayer ne vend pas toute la sienne, qu'il en consomme une partie, que nous ne pouvons exactement apprécier. Retenons au moins que le revenu monétaire du métayer est inférieur à celui de son propriétaire.

19Nous connaissons pour l'année 1862 le détail du compte d'exploitation du domaine. Les ventes de garance tiennent la première place dans les recettes, et il faut noter que cette année là les cours sont défavorables. Les ventes du troupeau – agneaux et porcs gras – sont importantes, et surtout elles sont échelonnées sur toute l'année, ce qui assure des rentrées d'argent permanentes. On voit bien que dans ce système de production les céréales tiennent une place secondaire, alors que le vignoble – mais le métayer n'assure pas la vinification de la récolte – est en passe de devenir une ressource importante. Il convient de noter l'attention portée aux engrais et fumiers, et aussi une dépense de caractère exceptionnel, l'achat d'un mulet.

Compte d'Exploitation du domaine Les Tours à Loriol (1862)

20Pour les autres années nous n'avons plus que le chiffre du revenu du propriétaire, qui s'éclaire dans ses variations annuelles à partir de la structure des recettes de 1862 – qu'on suppose sans changements importants – et aussi grâce à quelques annotations du propriétaire. Le creux 1870 s'explique ainsi, "n'ayant cette année pour cause des événements pas arraché toutes les garances qui étaient à arracher", et il en est de même pour le fléchissement plus accusé encore du revenu de 1873 "sur lequel revenu j'ai imputé les pertes des garances", précise-t-il. Ceci confirme l'importance de la garance dans le système de cultures du domaine, mais aussi, bien au-delà, dans la plaine comtadine qui constitue nous le savons son terrain de prédilection. Revenons à la courbe du revenu de la propriété de M. E... : il y a tout lieu de penser que le revenu très médiocre des années 1862-1865 s'éclaire par le bas prix du revenu agricole, lié à la culture de la garance, pour une période qui correspond au crépuscule de cette production dans l'économie agricole vauclusienne.

Revenu du propriétaire du domaine Les Tours à Loriol

  • 17 Dans le cas présent, la consommation familiale amputerait le revenu monétaire sur les recettes blé (...)

21Apprécié dans ses variations conjoncturelles, ce revenu agricole est caractérisé par des fluctuations de grande amplitude puisque ses valeurs minimum et maximum sont dans le rapport de un à trois, et il est vraisemblable que la garance en est responsable pour la plus grande part de. Remarquons que le revenu du métayer reste toujours, même dans les circonstances les plus défavorables, largement supérieur à ce que nous avons défini comme le minimun vital et qu'il resterait encore au-dessus de ce seuil si nous tenions compte de sa consommation familale17. Mais on doit être également attentif aux pointes de ce revenu, où les résultats de la culture de la garance se combinent à coup sûr avec des ventes réussies d'autres productions de l'exploitation : elles sont évocatrices de la réussite qu'avait enregistrée ici l'économie traditionnelle, aménagée et perfectionnée au plus haut degré possible. I1 est évident que ce sont ces sommets que la mémoire collective retiendra, à l'heure des difficultés qui ruineront le système lui-même.

  • 18 Nous retrouverons Eugène Fortunet dans cette seconde phase de l'administration de ses biens. Il fai (...)

22Bien sûr, il y aurait de l'imprudence à généraliser et systématiser les conclusions de l'analyse d'un revenu d'exploitation agricole, sur lequel notre documentation est d'ailleurs sommaire. Mais nous avons un point de comparaison, avec la comptabilité que tient Eugène Fortunet. Il appartient à une famille de bonne bourgeoisie carpentrassienne et, à son mariage en 1867, il a reçu de son père un domaine, dit La Planquette, situé sur le territoire de la commune du Thor, gros bourg du canton de l'Isle-sur-Sorgue. Il en tient les comptes sur un registre qu'il intitule "budget des campagnes". Jusqu'en 1875, il en respecte l'organisation économique traditionnelle : une partie de la propriété – cinq hectares à peu près – est affermée à prix d'argent ; deux métayers se partagent le reste, c'est-à-dire la plus grosse part. Partage inégal d'ailleurs, pour autant que nous pouvons en juger par les recettes de l'une et l'autre métairie : elles sont dans le rapport de un à deux et, comme une annotation nous indique pour la plus petite une superficie approximative de six-sept hectares, on peut estimer à treize-quatorze hectares celle de la plus importante. Ce sont les comptes de cette métairie que nous allons suivre, pour la période 1867-1875, date à laquelle le propriétaire passe à la gestion directe de toute sa propriété18. Elle est plus que l'autre – dont l'exploitant est une veuve, ce qui peut expliquer sa superficie réduite – représentative d'une exploitation familiale. Mais nous ne pouvons ignorer que des exploitants métayers vivent avec un revenu qui n'atteint guère plus de la moitié de celui que nous allons suivre maintenant.

  • 19 Ils se décomposent en impôts (le poste le plus important), cotisation pour le syndicat d'arrosage d (...)

23Les comptes du propriétaire distinguent pour chaque année recettes et dépenses, et ils sont assez précis pour que nous puissions les décomposer et atteindre ainsi les caractéristiques et lignes de force du système agricole et de sa rentabilité. Passons très vite sur les dépenses : les frais généraux mis à part19, dont le propriétaire supporte tout le poids, elles sont réparties par moitié et consistent en achats d'engrais – la "trouille" – qui représentent le poste le plus important, de semences diverses et de porcs que l'on engraisse à la ferme. Si l'on ne considère que les frais d'exploitation, on constate qu'ils sont d'une relative plasticité, en fonction des recettes de l'exercice précédent : c'est ce qui explique qu'ils tombent à presque rien en 1874 ; cette année là, le propriétaire qui prend conscience du déclin irrémédiable de la garance a supprimé tous ses achats d'engrais.

24Le compte-recettes est d'un plus grand intérêt, et je l'ai reconstitué dans sa diversité... Encore ai-je dû regrouper sous une rubrique "divers" des recettes épisodiques, telles que des ventes d'avoine, de miel, d'arbres et de "jardinage". On remarquera que le produit des "divers" tend à prendre de l'importance à mesure que s'amenuise le poste de recettes le plus important, celui de la garance, et ces mouvements contraires sont évocateurs d'un système agricole en crise qui cherche de nouvelles ressources. La remarque est valable pour la vente des chardons, qui n'apparaît que comme une ressource d'appoint incertaine, et aussi pour le blé dont on peut noter, au-delà des variations annuelles de ses ventes, qu'il tient de plus en plus de place dans le système de cultures : il se substitue à la garance. Reste à expliquer la brutale disparition du poste raisins : elle accompagne les progrès foudroyants du phylloxéra, contre lequel on est alors désarmé.

  • 20 Il est possible qu'il y ait un rapport harmonique entre la superficie des métairies et la dimension (...)

25C'est donc l'extrême fin du système agricole traditionnel que nous saisissons en un lieu privilégié puique les conditions naturelles convenaient ici à toutes les productions qui avaient contribué à sa réussite, quand la conjoncture s'y prêtait. Sans doute les années où les bonnes récoltes et les prix favorables se conjuguent pour toutes les productions ont-elles été rares, mais dans le souvenir imprécis qu'en gardent les paysans ce passé devait leur apparaître facile et heureux. Si l'on compare en tout cas la courbe de ce revenu à celui du domaine "Les Tours" pour les années correspondantes, elles révèlent l'une et l'autre une orientation identique à la baisse profonde des recettes et du revenu. Il est difficile de dire si le sommet de 1868 à la Planquette, celui de 1869 aux Tours donnent une mesure correcte de la rentabilité du système avant qu'il ne soit confronté aux difficultés qui vont le ruiner dans un délai très court, mais il ne fait pas de doute que ce système assurait une revenu monétaire appréciable. Rappelons qu'il peut être inférieur aux chiffres que nos études proposent puisque des métayers travaillent et vivent sur des exploitations plus réduites que celles pour lesquelles nous avons une documentation20. Mais rappelons aussi que notre documentation nous met en présence d'exploitations en métayage, où le partage des revenus définit le niveau de ressources le plus bas des exploitants agricoles.

26Ces conclusions peuvent paraître bien imprécises, mais il ne saurait être question de parvenir à autre chose qu'à des ordres de grandeur à partir de comptabilités isolées, même si elles se vérifient l'une par l'autre. Et puis, le revenu monétaire auquel nous aboutissons, s'il est réel pour le propriétaire, est théorique pour le métayer qui, répétons-le, ne commercialise pas toute sa part, qu'il s'agisse du blé, des produits du jardinage ou des porcs. L'important, c'est que dans le contexte économique où nous raisonnons, l'exploitant agricole était assuré de sa subsistance pour l'essentiel et disposait encore d'un revenu monétaire variable, certes, avec les dimensions de son exploitation et la conjoncture, mais toujours supérieur aux dépenses d'exploitation et aux frais généraux. Il arrivait que la rémunération du travail soit médiocre, mais l'exploitant ignorait les situations de déficit réel et il était en mesure de réaliser des économies, de précaution ou en prévision de l'acquisition de terres.

C – UN DOMAINE VITICOLE A CHATEAUNEUF

27Mais ceci n'est valable que pour l'économie des plaines, déjà profondément engagée dans des cultures commerciales. La situation est-elle aussi favorable dans les autres systèmes agricoles ? Nous pouvons apporter un élément de réponse pour un autre type d'économie agricole, où la vigne est l'élément déterminant du système de cultures. Mais qu'on y prenne garde : la spécialisation viticole au sens où nous l'entendons aujourd'hui, est exceptionnelle dans le système agricole traditionnel et nous ne saisissons ici que des situations peu représentatives, à considérer donc avec beaucoup de prudence.

  • 21 Voir note étude : Un village vauclusien sous la IIIème République – Op. cit.
  • 22 Archives communiquées par M. Lançon, l'actuel propriétaire.

28En premier lieu, nous pouvons tirer parti d'éléments discontinus de comptes d'exploitation pour une propriété de Châteauneuf-du-Pape. S'il est un terroir où dans le cadre de l'économie traditionnelle on peut parler de spécialisation viticole, c'est bien celui-ci, encore qu'elle traduise dans une certaine mesure moins la réputation des vins que l'impossibilité de valoriser autrement des sols pierreux et arides21. J'ai trouvé des lambeaux d'archives privées concernant un domaine d'une vingtaine d'hectares, dans la même famille depuis 177822. Pour la période qui nous intéresse, son propriétaire était Paul Martin Moricelly, médecin à Avignon : il assurait en personne la direction de l'exploitation, dont le travail était confié à des ouvriers permanents et saisonniers et, de 1853 à 1873, il prit note d'éléments chiffrés à partir desquels on peut reconstituer un modèle de revenu agricole, valable dans ses grandes lignes pour Châteauneuf. (le tableau de la page suivante).

29Pour toute la durée de la période, nous connaissons les recettes-vin, et pour les années 1853-1860 nous connaissons les autres recettes du domaine et ses dépenses d'exploitation, entretien et main-d'œuvre. Les recettes autres que le vin sont de peu d'importance, de l'ordre de 20 % des recettes totales et de toute évidence elles seraient encore bien plus faibles si l'exploitant vivait sur le domaine : il consommerait alors le peu de céréales et l'huile d'olive récoltées, il brûlerait le bois des taillis de la propriété comme les sarments des vignes... On ne prend pas de risque en avançant que pour Châteauneuf le revenu monétaire se confond avec le produit de la vente du vin.

  • 23 Elles sont en tout cas plus rigides que dans les exploitations précédemment étudiées. C'est que les (...)

30Par ailleurs, on constate que les dépenses de la propriété sont stables, donc incompressibles23 et qu'elles comportent deux rubriques : les dépenses de main-d'œuvre et ce qu'on peut appeler les frais généraux et dépenses d'exploitation. Ce dernier poste, en tout état de cause, serait supporté par un propriétaire-exploitant, travaillant de ses mains sa propriété. Comme c'est une dépense stable, que nous connaissons pour les années 1855-1860, nous ne faussons pas gravement la réalité en calculant sa moyenne annuelle et en l'extrapolant pour l'ensemble de la période 1853-1873. Nous avons ainsi déterminé d'une part le revenu monétaire dans ses fluctuations annuelles d'une propriété qui compte sept à huit hectares de vignes, d'autre part des dépenses d'exploitation d'un niveau constant. La traduction graphique de ces deux données essentielles nous permet d'atteindre avec une approximation suffisante la réalité du revenu viticole pour une propriété moyenne de Châteauneuf.

Recettes en vin du domaine de la Solitude (Châteauneuf-du-Pape)

31Il convient, dans cette perspective, de considérer la courbe des recettes dans ses orientations successives plus que dans ses variations annuelles : de 1854 à 1861, les recettes décrivent un creux qui s'explique par la crise de l'oïdium ; elles retrouvent un niveau favorable jusqu'en 1870 – à l'exception de la mauvaise récolte 1866, commercialisée en 1867 pour s'effondrer ensuite avec l'attaque du phylloxera. Rentable dans une conjoncture favorable, la culture de la vigne voit s'amenuiser dangereusement ses bénéfices – on peut appeler ainsi le revenu net de l'exploitant qui se nourrit en grande partie sur l'exploitation – quand la production est compromise : la hausse des prix n'est pas telle qu'elle puisse compenser la perte de production. I1 semble, au total, que ce type de revenu ait été, dans l'économie traditionnelle, plus incertain, plus aléatoire que celui fondé sur la culture de la garance. Mais il est possible que le mode d'exploitation du domaine soit aussi un facteur défavorable. Car la gestion d'un domaine quand son propriétaire n'est pas sur place court toujours le risque de la négligence.

32Dans les vignobles moins spécialisés que celui de Châteauneuf – c'est le cas le plus fréquent – le revenu viticole est sans doute en position moins prépondérante dans le revenu global, il doit néanmoins se comporter de la façon que nous avons décrite et déterminer un revenu monétaire également instable et vulnérable. Enfin, il n'est pas sans intérêt de noter que la vigne, tout comme la garance, a connu une période très favorable, encore qu'elle ait été courté, entre la crise de l'oïdium et celle bien plus grave du phylloxera. Le choc de celle-ci n'en sera que plus brutal, plus traumatisant. En outre, les situations ne manquent pas où la crise du phylloxera se superpose à celle de la garance...

D – LA PROPRIETE RASPAIL A GIGONDAS : une réussite exceptionnelle

  • 24 Voir supra – Chap. Nous avions utilisé l'étude réalisée à l'occasion de la prime d'honneur de 1866 (...)

33Nous avons jusqu'ici raisonné sur des revenus agricoles représentatifs de l'exploitation paysanne petite et moyenne, même si nous sommes partis, guidé par notre documentation, d'éléments de comptabilité élaborés dans des structures de grande propriété. Il existe cependant des grandes propriétés qui sont exploitées comme telles, dans la perspective d'un revenu – mieux, d'un profit – à la mesure des capitaux qu'elles mobilisent. Il se trouve que nous pouvons suivre le destin d'une d'elles, à dominante viticole : il s'agit du domaine que possède Eugène Raspail à Gigondas. Nous le connaissons déjà, par les transformations que lui a apportées son propriétaire dans les années 1853-1870, abandonnant la garance et le blé, renouvelant et étendant le vignoble dans la voie d'une authentique spécialisation, qui nous était apparue comme une anticipation24. La question qui nous intéresse maintenant, c'est le coût et le résultat financier de l'entreprise. Rappelons qu'elle se situe à une échelle sans commune mesure avec les exploitations précédemment étudiées, puiqu'elle concerne une propriété de trente-deux hectares, agrandie de sept hectares et d'une autre de trente-sept hectares qui était pratiquement à l'abandon quand Raspail l'acheta en 1861... Au total, près de soixante-quinze hectares sur lesquels des travaux de défrichement, de protection des terres contre le ruissellement torrentiel et une reconversion du système de cultures traditionnel ont permis la constitution progressive, de 1853 à 1865, d'un vignoble d'une cinquantaine d'hectares. On mesure l'ampleur de ces transformations aux évaluations suivantes : 60 000 francs pour la propriété du Colombier en 1854, 140 000 francs en 1870 ; 25 000 francs pour la propriété des Bosquets à son acquisition en 1861, 60 000 francs en 1870. Et à cette même date, Raspail évalue la cave qu'il a fait construire à 10 000 francs et à 5 500 francs son cheptel et le matériel d'exploitation.

  • 25 Les dépenses d'exploitation sont ici prises dans leur sens le plus large, E. Raspail y incluait les (...)

34Le jury de la prime d'honneur décernée en 1866 à Eugène Raspail pour l'œuvre accomplie sur ses terres a mis en évidence l'intelligence de la gestion du domaine et le réinvestissement sur place des bénéfices réalisés. Ce sont incontestablement des facteurs importants de la réussite d'Eugène Raspail, mais il faut en ajouter d'autres, qui apparaissent à la lecture attentive de son livre de comptes. On y trouve en effet une rubrique intitulée "Valeurs mobilières : intérêts et dividendes", et elle s'applique à un capital évalué en 1870 à 140 000 francs. On remarque encore qu'il prend en compte les profits réalisés sur une grande exploitation agricole, basée sur la culture de la garance, qu'il possède au pays d'Arles. Il est clair que l'entreprise agricole de Gigondas, pour laquelle Raspail s'était pris d'une véritable passion car elle lui permettait de donner libre cours à son esprit pionnier, a mobilisé des capitaux de diverses provenances. Ceci dit, la représentation graphique des recettes et des dépenses d'exploitation25 montre qu'il y a eu de façon ininterrompue jusqu'à la mauvaise année 1870 – prélude à la crise phylloxérique des années 1873 et suivantes – un revenu net positif, que l'on doit considérer comme un profit d'entreprise.

  • 26 Les recettes du domaine atteignent cette année-là 48 240 Frs dont 43 810 Frs pour les ventes de vin (...)

35L'analyse de la structure des recettes et des dépenses d'exploitation de la propriété aide à préciser la gestion d'Eugène Raspail. Il partait d'une situation où le revenu viticole, tout en tenant la première place, était équilibré par le produit de la garance, du blé et de l'élevage des vers à soie. Il n'a conservé des activités traditionnelles que la récolte des cocons, il a créé une oliveraie, et surtout il a concentré tous ses efforts sur la vigne, dont les recettes représentent en 1868 jusqu'à 90 % des recettes totales. A cet effet, il a consenti des dépenses d'exploitation où la rémunération de la main-d'œuvre entre pour la plus grande part, ce qui souligne qu'il a conduit son entreprise avec des moyens techniques limités. Significatif à cet égard est le poste de dépenses "divers" dans lequel entrent les achats et l'entretien du matériel d'exploitation, les achats d'engrais et de fumures. Sans être négligeables – il convient en particulier de noter qu'ils s'accroissent – ces achats sont très minoritaires dans l'ensemble des dépenses, et il est clair que c'est en premier lieu sur le travail humain que compte Raspail pour mener à bien son entreprise. Les résultats en sont probants puisque, la reconversation du domaine accomplie pour l'essentiel, son revenu net atteint le sommet quelque peu insolite de 36 000 francs en 186926, mais surtout oscille entre 12 000 et 20 000 francs pour les années 1867, 1871 et 1872. Il y a là l'indice d'une rentabilité qui atteignait en quelque sorte un régime de croisière, et qu'on peut évaluer à 10 % du capital. Raspail lorsqu'il s'était lancé dans l'aventure s'était fixé comme objectif un taux de rémunération du capital foncier de 7,5 %. On mesure donc sa réussite, au moment précis où commence à s'exercer sur les détenteurs de capitaux la tentation des valeurs mobilières. Mais une hirondelle ne fait pas le printemps... Le jury de la prime d'honneur aurait aimé que Raspail ait des émules, il ne semble pas que ce fut le cas. Et on ne doit pas oublier que la conjoncture devient, après 1870, si défavorable qu'elle décourage les tentatives de ce genre.

E – MEDIOCRITE ET EFFRITEMENT DU REVENU DES GRANDS DOMAINES NOBILIAIRES

  • 27 A.D.V. S.E. 10-11-12 et 67.
  • 28 Ces données proviennent de calculs effectués sur les recettes et dépenses du duché pour la période (...)

36La très grande propriété n'a pas toujours le souci d'une rémunération maximum de son capital ni du progrès agricole et elle justifie parfois le jugement du jury de la prime d'honneur qui soulignait les mérites de Raspail – "au Colombier, le propriétaire seul conduit tout, comme il conçoit et gouverne tout" – pour déplorer avec force qu' "il n'existe que trop de faire-valoir directs distraits, de gestions éloignées ou par intermédiaires". Qu'on en juge par la gestion des propriétés du duché de Caderousse27 : elles sont considérables, puisqu'un document établi en 1865 par le régisseur du domaine en vue de la succession du duc de Gramont-Caderousse les établit à 365 hectares de terres de cultures et 189 hectares de bois taillis, hermes et gravières sur le territoire de Caderousse, auxquels il faut ajouter 52 hectares de terres et 20 hectares de bois et hermes en rive gardoise, sur la commune de Codolet. Le duc a d'autres soucis en tête que l'administration de ses terres, aussi s'en remet-il à un régisseur qui n'est lui-même qu'un encaisseur, car tout le domaine est affermé par petites parcelles qui s'insèrent dans les exploitations paysannes : on dénombre en 1865 186 baux pour Caderousse, portant revenu annuel de 80 000 francs et 71 baux pour Codolet, pour un revenu de 14 725 francs. Mais c'est un revenu brut, dont il faut défalquer les impositions, de l'ordre de 6 000 francs, le traitement du régisseur et les dépenses d'entretien – en particulier les digues du Rhône – qui représentent au total et en moyenne 5 000 francs28. Et il y a le problème des fermages en retard. Les fermages acquittés ne peuvent être calculés sur une seule année, car il y a des retards qui donnent lieu à des paiements quelques mois après l'échéance : la moyenne annuelle, calculée pour la période 1853-1865, s'élève à 91 660 francs, pour un total théorique de 95 225 francs établi en 1865. La perte annuelle est donc de l'ordre de 3 500 francs, et elle n'est considérée comme telle qu'après la mise en œuvre de moyens divers, qui vont du simple avertissement au commandement d'huissier. Le régisseur connaît son monde, il établit des listes après la vente des vers à soie, après la récolte du millet et il distingue sur ses listes ceux qu'il faut "avertir doucement", ou bien "presser vivement" ou encore "menacer"... Et c'est alors qu'intervient la justice, après un ultime avertissement imprimé – ce qui montre bien que le fait se produit couramment – ainsi libellé :

  • 29 C'est l'avoué du duc.

"Vous êtes invité à venir payer dans ... jours, pour tout délai, vos ... échus jusqu'à ce jour.
Faute par vous de le faire, je serai obligé de vous y contraindre et de mettre l'affaire dans les mains de M. Monnier Vinard29, qui vous fera des frais".

37Une note manuscrite du régisseur nous apprend qu'en 1862 dix fermiers sont poursuivis pour 5 650 francs de fermages en retard, et un bilan dressé en septembre 1865 à la mort du duc indique que des reconnaissances de dette relatives à des arrérages de baux s'élèvent à 7 240 francs, avec cette précision que "sur cette somme les deux tiers sont désespérés".

  • 30 Ph. Vigier, dans l'Essai sur la répartition de la propriété foncière, signale p. 219 qu'après la mo (...)

38Dans ces conditions, le revenu du propriétaire est médiocre. Il est difficile de l'évaluer avec précision : les chiffres que nous donnons permettent de situer le revenu net des terres du domaine autour de 80 000 francs par an, et si l'on tient compte de la fertilité des terres alluviales du terroir de Caderousse cela représente un intérêt du capital de l'ordre de 4-5 %... Nous sommes loin des résultats qu'obtient Raspail, dans des conditions pourtant plus difficiles. Mais ce que le propriétaire perd, ses fermiers dans un certain sens le gagnent... Bien involontairement sans doute, mais c'est dans la logique d'une gestion lointaine et paresseuse de ses biens, le duc de Gramont-Caderousse contribue à l'aisance des paysans qui vivent dans l'ombre de son château, cultivent ses terres et braconnent dans ses bois30... L'économie agricole, elle, n'y gagne rien car ce système d'exploitation est un facteur de routine.

  • 31 A.D.V. S.E. 56-59.
  • 32 Ph. Vigier – Op. cit., p. 133.

39On ne saurait étendre à toute la propriété nobiliaire l'exemple de la gestion de la propriété du duché de Caderousse. Mais il semble que, même lorsqu'elle se veut efficace, elle atteint rarement son but, du moins durablement. C'est en tout cas l'impression que l'on retire en suivant l'histoire de la propriété des Balincourt, dite des Barrinques, sur le territoire de Lamotte-du-Rhône, dans le canton de Bollène31. Le marquis de Balincourt, conseiller général du canton de Bollène dans les dernières années de la Monarchie de Juillet, s'était acquis la réputation d'un bon agronome32 et il fut candidat à la prime d'honneur en 1858. Il présentait au concours son domaine, exploité par des métayers se partageant 256 hectares, dont 175 hectares en culture et 25 en prairies artificielles. L'ensemble avait belle allure : bâtiments bien entretenus, magnaneries modernes, matériel agricole puissant, cultures soumises à l'arrosage à partir du canal de Pierrelatte et abondamment fumées car le marquis s'était assuré l'exclusivité des vidanges des casernes de Pont-Saint-Esprit... Le bilan comptable était éloquent : le propriétaire se flattait d'un revenu annuel de 32 000 francs, auquel il convient d'ajouter les denrées consommées au château par les habitants et les animaux estimées à 6 000 francs... Eclatante réussite, puisqu'en 1832 quand il le prit en mains le domaine ne lui rapportait que 16 500 francs.

40Les années passent, et le silence se fait sur les Barrinques. Le marquis meurt en 1864 et sa veuve, qui partage son temps entre sa résidence nimoise et le château des rives du Rhône écrit en 1868 à son fils Fernand :

"... chaque changement d'homme d'affaires me laisse voir des charges ignorées. On blâme celui qui précède et le successeur ne fait pas mieux. Mon éloignement des Barrinques en leur livrant toute l'administration sans contrôle en a augmenté considérablement les embarras. Les dettes de ton père se sont accrues faute de paiement des intérêts".

41Deux faits à retenir de ce constat d'impuissance résignée. Tout d'abord, la gestion du marquis ne fut pas, dans les dernières années de sa vie tout au moins, aussi réussie qu'on aurait pu le penser à le lire en 1857. Et surtout, sa veuve n'a ni la compétence, ni l'autorité qui lui permettraient de s'imposer à "l'homme d'affaires" qui est son mandataire auprès des métayers et règle en fait tous les problèmes de la gestion du domaine. Circonstance aggravante, elle a de gros soucis d'argent, des dettes qui s'accumulent et qui la conduisent, pour faire face à des échéances pressantes, à jouer de façon quelque peu imprudente avec la comptabilité des Barrinques. De ce fait, elle tombe sous la coupe de l'homme d'affaires que, justement, elle a engagé en 1868. Celui-ci se prête avec une apparente docilité aux jeux d'écritures que lui suggère la marquise, il la dépanne financièrement quand besoin est... Dans ces conditions, la confusion s'installe dans la comptabilité du domaine, dont les recettes paraissent s'amenuiser.

  • 33 L'homme d'affaires du domaine a été attaqué en justice en 1872 par le fils de la marquise après la (...)

42La marquise de Balincourt est une vieille femme, elle a quelque peine à se retrouver dans des comptes embrouillés et décevants... Elle en vient alors à accepter la proposition de son homme d'affaires : il prendrait en charge toute la gestion du domaine, contre le paiement d'une rente fixe de 12.000 F par an, à quoi s'ajouteraient diverses prestations en nature évaluées à 2 000 francs. Il semble bien que la marquise n'ait pas longuement hésité, et elle passe ce contrat, séduite par la perspective d'un revenu assuré, supérieur à ce que la gestion des années précédentes lui a rapporté33. Mais si nous prenons comme terme de comparaison la situation que décrivait le marquis de Balincourt en 1857, avec ses 38 000 francs de revenu, nous mesurons l'échec de l'entreprise. Certes, la conjoncture en 1868-1872 est plus défavorable que celle des années 1850, mais la structure des revenus du domaine, où les céréales, les fourrages, les vers à soie et les bestiaux constituent les postes de vente les plus importants et équilibrés entre eux, limite les pertes de revenu imputables à la conjoncture.

43Lorsque la succession de la marquise s'ouvre en 1872, la propriété des Barrinques est estimée à 600 000 francs. Si nous retenons ce chiffre – il y a pourtant tout lieu de penser, comme le reconnaît le marquis qui en hérite, que l'estimation est largement inférieure à la valeur vénale réelle – le revenu de 14 000 francs, qui représente non pas le revenu réel, mais le revenu maximum que pouvait attendre le propriétaire, représente un taux d'intérêt dérisoire de 2 % ... L'échec d'une telle gestion, qui caractérise la grande propriété absentéiste, est manifeste. Sans doute doit-il être mis en relation avec les conditions économiques et sociales générales du Second Empire : la spéculation sur les valeurs mobilières, que ne dédaigne pas l'aristocratie, et la vie mondaine accroissent les risques d'endettement. Les domaines que l'aristocratie se transmettait de génération en génération non seulement ne justifient plus aux yeux de leurs détenteurs qu'on leur consacre des investissements, mais encore sont considérés comme les bouche-trous d'un train de vie fastueux. L'assurance, au moins apparente, d'un revenu régulier se substitue à la recherche d'un profit d'entreprise qui exigerait une direction proche et attentive. Ces domaines sont alors sur la voie de la décadence et de la dilapidation, pour le plus grand profit des "hommes d'affaires", gens habiles qui savent exploiter leur position pour tromper des propriétaires qui ne demandent qu'à l'être et exercer une pression adroite, faite de rigueur et de complicité, sur les métayers.

44Peut-on formuler des conclusions au terme de ces études ? En d'autres termes, dans quelle mesure proposent-elles une typologie du revenu agricole ? La prudence s'impose, mais nous pouvons avancer quelques idées force. Sans doute, le revenu agricole progresse en valeur monétaire en même temps que s'accroît la superficie des exploitations agricoles ; il est évident également que le propriétaire exploitant dispose, à superficie égale, d'un revenu supérieur à celui de l'exploitant non propriétaire : le poids des structures agraires se retrouve naturellement de façon déterminante dans la hiérarchie des revenus. Toutefois, si l'on pouvait calculer le revenu à l'hectare, on constaterait à coup sûr un avantage pour les exploitations familiales caractéristiques de la paysannerie parcellaire. Celle-ci ne compense certes pas par l'intensité et la qualité de son travail l'infériorité où la met la faible superficie des biens qu'elle détient et exploite, mais elle atteint au moins une double sécurité : pour ses subsistances, pour ses achats et dépenses indispensables. Elle a d'autre part largement tiré parti de la réussite des cultures commerciales, parce que ses dépenses d'exploitation sont réduites. Ce schéma s'applique aussi aux métayers et aux fermiers, ceux-ci favorisés par rapport à ceux-là parce que la rente foncière à prix d'argent représente, dans une économie qui s'ouvre de plus en plus sur les marchés, un prélèvement relativement faible et qui suit avec retard la progression du revenu agricole. Il convient de noter aussi que le fermier, même s'il est tenu par les clauses de son bail, est bien plus libre de ses mouvements que le métayer, soumis à un contrôle qui limite son esprit d'entreprise et d'initiative.

45Dans ce contexte, le revenu du propriétaire non exploitant ne rémunère son capital foncier qu'à un taux médiocre, inférieur à coup sûr à celui qui peuvent proposer les valeurs mobilières. Mais s'il y a une incontestable discordance entre la réussite économique de l'agriculture et le profit qui en revient au propriétaire, ce n'est pas une fatalité, ainsi qu'en témoignent des réussites isolées, comme celle de Raspail. Il apparaît alors qu'au delà des aménagements et perfectionnements qui lui ont été apportés, le système économique traditionnel peut être mis en question fondamentalement, dans une optique de spécialisation qui peut créer les conditions d'une agriculture capitaliste. Mais il y faut des investissements dans la perspective d'une rentabilité calculée à long terme, et aussi l'abandon des rapports sociaux traditionnels entre la propriété de la terre et l'exploitation agricole. Cette perspective existe, mais on ne l'entrevoit qu'exceptionnellement. Une autre se profile, derrière la réussite assurément relative de la paysannerie parcellaire : c'est la mutation économique – que les circonstances vont bientôt imposer – plus lente et plus besogneuse, à la mesure des faibles moyens financiers dont ils disposent mais aussi de leur opiniâtreté au travail et de leur ingéniosité, que pourraient entreprendre les paysans vauclusiens, petits et moyens exploitants agricoles.

III – ANALYSE ECONOMIQUE DU REVENU AGRICOLE

46Le revenu agricole dans la diversité de ses éléments constitutifs et dans ses différences et inégalités sociales, tel est l'objectif que j'ai visé à travers les comptabilités agricoles que j'ai pu découvrir et mettre en forme. Cette approche est précieuse, mais comme par la nature même des documents utilisés elle ne peut donner lieu à généralisation, l'analyse économique ne peut s'en contenter. Le revenu agricole est une catégorie économique inscrite dans un système de production donné, dont on doit pouvoir calculer les performances. Celles-ci, nous l'avons bien vu, ne sont pas indifférentes aux rapports sociaux, mais leur diversité et leurs inégalités tiennent aussi aux conditions naturelles et aux techniques – ce qui nous ramène d'ailleurs pour une part aux rapports sociaux. Il faut enfin pour les apprécier correctement tenir compte du nombre des hommes qui obtiennent de la terre ses récoltes et s'en partagent le produit. Cette visée, complémentaire de la précédente, me conduit à recenser les productions, en poids et en valeur, dans des cadres territoriaux à déterminer, pour parvenir à une distribution dans l'espace du produit agricole. Il y a là d'ailleurs une manière de poser concrètement, en les relativisant, les problèmes de la pauvreté et de la richesse car on doit arriver à apprécier dans un milieu naturel et humain aussi homogène que possible les résultats qu'obtient le travail des hommes. Telle est la problèmatique, mais la tâche est malaisée car elle repose sur l'exploitation de données statistiques dont la collecte et l'interprétation sont difficiles et il faut par ailleurs s'assurer qu'elles seront disponibles tout au long du champ historique que je me propose de parcourir. Sinon, les comparaisons et mises en séries sans lesquelles l'évolution économiques resterait inintelligible seraient impossibles.

A – PROBLEMES DE METHODE

47Mon propos est d'exprimer en valeur monétaire le produit du travail de la terre, pour l'utiliser comme indice de réussite économique et facteur explicatif des structures sociales. Le concept de revenu agricole est naturellement tout à fait adéquat à cette démarche, mais au sens où l'entendent les économistes familiers du modèle de la comptabilité nationale il m'est parfaitement inaccessible. Il ne pourrait en effet prendre forme qu'au terme de toute une série de calculs déterminant la valeur de la production, les frais de production, du travail et du capital (intérêt du capital foncier, taux d'amortissement du capital d'exploitation)... Arrêtons cette énumération, nous savons bien que nous ne pouvons parvenir à la connaissance – serait-elle approximative – de tous les postes de la comptabilité agricole permettant d'aboutir au revenu agricole ainsi défini. Il faut donc nourrir une ambition plus limitée, compatible par ailleurs avec la nécessité d'inscrire les résultats obtenus dans des cadres territoriaux aussi homogènes que possible. Sur ce point, pas d'hésitation à avoir : dès le début de ce travail je me suis décidé pour le cadre cantonal et il ne peut être question de l'abandonner au moment où la recherche des corrélations pouvant éclairer les résultats de l'activité productrice va devenir un élément essentiel de l'analyse économique. Il convient d'ailleurs de souligner que le canton constitue en règle générale – seul Avignon fait problème à cet égard, et c'est inévitable – un ensemble naturel et humain d'une cohérence telle que l'on peut y traduire en valeurs moyennes significatives la somme des données statistiques retenues.

  • 34 Voir à cet égard l'article de P. Vilar précédemment cité et, pour sa bibliographie et la voie qu'il (...)

48Mais quelles sont justement les données statistiques que nous pouvons exploiter ? C'est une question difficile que les économistes ont posée aux historiens et qui, au-delà des débats qu'elle a soulevés, a suscité au moins des esquisses de solutions34. Je précise tout de suite que, m'inscrivant dans cette démarche, il n'est pas, pour autant, question pour moi d'imiter mécaniquement des travaux déjà réalisés et cela pour une raison bien simple : on ne peut choisir une méthode qu'en fonction de la documentation disponible et des objectifs poursuivis. Ceci dit, les données statistiques les plus complètes et les plus précises quant à leur localisation dont nous disposons proviennent des enquêtes agricoles décennales – et encore dans la mesure où ont été conserves les documents communaux et cantonaux à partir desquels a été établi le tableau départemental... Si elles nous informent convenablement – sous réserve des vérifications qui bien souvent s'imposent – sur les faits de production et si elles nous mettent sur la piste du "produit total non reconstitué de l'agriculture" pour reprendre le langage des économistes, elles nous renseignent très partiellement, quand ce n'est pas de façon extrêmement fantaisiste, sur les charges de l'agriculture et elles ignorent certains postes d'une comptabilité agricole moderne. Nous pourrions, bien sûr, mettre en œuvre d'autres sources : les nouvelles évaluations du revenu foncier des propriétés non bâties pour déterminer la valeur de la terre, les archives des contributions directes pour fixer le montant de l'impôt. Mais nous serions encore loin de compte et, de ce fait, dans l'obligation de multiplier les évaluations, selon une méthode plus intuitive que raisonnée. Au total, un travail considérable pour des résultats partiels, incertains et décevants, et en tout état de cause totalisables au seul niveau du département.

49J'ai donc choisi de rester sur un terrain à peu près solide, celui des productions par lesquelles, en combinaison avec les prix unitaires, on atteint la notion de produit de l'agriculture. En d'autres termes, mon ambition se limite à approcher d'aussi près que possible les recettes de l'agriculture. Au moins ai-je la possibilité d'en présenter un tableau à l'échelle du canton, et par là je reste dans la ligne que je me suis fixée. Et puis, sans vouloir pour autant présenter une défense de la démarche très restrictive ainsi adoptée, il est possible de faire quelques remarques qui la justifient.

50En premier lieu, les insuffisances et les lacunes des questionnaires mis au point pour les grandes enquêtes agricoles, aussi bien d'ailleurs que les silences ou la fantaisie des réponses quand, d'aventure, certaines questions relatives aux charges de l'agricultures sont posées, ne sont-elles pas évocatrices de l'idée qu'on se faisait alors du revenu agricole ? Bien sûr, il est stimulant de chercher à utiliser pour l'intelligence du passé des instruments de mesure éprouvés pour notre temps. Mais il convient aussi de rester dans le temps qu'on se propose d'étudier et par conséquent de respecter, jusque dans le choix des moyens d'analyse, l'idée que s'en faisaient et la vision qu'en avaient les contemporains. Le concept de produit agricole, inspiré de celui de comptabilité nationale, ne s'est élaboré que dans un contexte économique et technique précis et on ne peut projeter sans risques, dans un contexte différent, le concept lui-même. Revenons pour un instant aux comptes d'exploitation précédemment étudiés : les charges qui pèsent sur l'exploitation, au titre des frais de production, sont toujours mentionnées mais celles qui relèvent de l'amortissement du capital foncier et d'exploitation, ou même de l'entretien du matériel ne sont jamais considérées. Dans la mentalité du temps, il n'est pas douteux que le revenu agricole s'identifie avec une comptabilité fruste où l'on retranche des recettes les frais d'exploitation. Et encore, dans de nombreux cas lorsqu'il n'est pas utilisé de main-d'œuvre salariée, les frais d'exploitation présentent une certaine plasticité, au gré de la conjoncture.

51En conclusion, l'approche du revenu agricole par les recettes de l'agriculture présente l'avantage d'une certaine fidélité à l'esprit du temps : si la démarche relève d'une technique économique grossière, elle est par contre "historique". Bien entendu, j'ai conscience de ses limites : il n'est pas question de retenir pour elles-mêmes, comme des indices réels du revenu agricole, les valeurs monétaires ainsi obtenues. Je les calculerai dans un cadre cantonal, selon des modalités qui permettront de les comparer entre elles, dans l'espace et dans le temps. Par là j'estime pouvoir, avec la documentation dont je dispose, aborder les problèmes de la croissance de l'agriculture vauclusienne.

  • 35 Voir supra – Chapitre I

52Dans cet esprit, je dois procéder à un choix des productions agricoles. En effet, mon objectif étant de cerner les recettes de l'agriculture – les productions marchandes traduites en valeur monétaire aux prix du marché – je ne peux retenir toutes les productions telles qu'elles figurent sur les tableaux des enquêtes agricoles. Il y a à cela plusieurs raisons, à commencer par celle-ci qui relève de l'expérience : moins une production est importante dans le système économique, plus la connaissance qu'on en a est incertaine, parfois même fantaisiste... Ce propos abrupt doit être corrigé car le cas peut se présenter d'une production négligeable à l'échelle du département mais importante dans tel ou tel canton. Mais on connait par d'autres sources sa localisation et son histoire et il est facile de la retenir à sa juste place. Ce cas particulier admis, il convient bien d'éliminer toutes les productions dont la valeur marchande serait tout à fait artificielle, parce qu'elles constituent des éléments impossibles à calculer de l'alimentation des hommes et des animaux. Je pense là aux olives, aux légumes secs, aux carottes, navets et betteraves, aux prairies naturelles et pâturages... Je propose de ne retenir pour évaluation monétaire qu'un petit nombre de productions, représentatives des différents systèmes agricoles déjà définis35.

  • 36 Il y a aussi le problème des semences. Problème difficile, car les quantités ensemencées ne sont pa (...)

53Le blé, la pomme de terre et le vin sont de ce nombre, naturellement. Mais une question se pose à leur propos. Elles sont pour une part consommées par les paysans : ne doit-on pas, de ce fait, éliminer de leur masse la part qui relève de l'autoconsommation ? Celle-ci pourrait être calculée avec une bonne approximation. Plusieurs objections cependant se présentent. En premier lieu, nous serions conduits à considérer le phénomène de l'autoconsommation comme également réparti entre toutes les exploitations agricoles alors que, bien évidemment, il va décroissant à mesure que s'élève la superficie des exploitations. Il paraît plus logique dans ces conditions de traiter ces productions comme si elles étaient totalement commercialisées, ce qui revient à envisager l'autoconsommation comme un revenu indirect, et c'est bien le cas. Par ailleurs, je rappelle mon souci de procéder à cette analyse du revenu agricole tout au long de la période étudiée et je sais dès le départ, que l'autoconsommation n'est pas constante dans le temps, qu'elle se réduit avec le processus de spécialisation agricole. Donc, il est bien préférable de prendre comme base d'évaluation des recettes de l'agriculture la totalité des récoltes retenues36.

54Le choix des autres productions végétales est simple. La garance s'impose, comme culture industrielle, et aussi les cultures légumières, non négligeables dans les cantons d'Avignon, Cavaillon et l'Isle-sur-Sorgue, annonciatrices du maraîchage qui fera la fortune des plaines comtadines. Ajoutons le millet à balai, culture spécifique de la vallée du Rhône dans les cantons de Bollène et Orange (38). Ainsi, le choix des productions végétales prend comme critère essentiel leur traduction réelle en revenu monétaire, étant admis que pour certaines d'entre elles l'autoconsommation est une réalité importante – mais aussi variable dans le temps – qui assure un revenu indirect dont on respecte ainsi la distribution sociale.

55Au titre de la production animale, il y a bien sûr la sériciculture dont la récolte s'apprécie au poids des cocons obtenus, mais la question devient délicate avec le bétail d'élévage. Le seul qui ait de l'importance, ce sont les ovins. On sait qu'ils donnent lieu à commercialisation pour leur viande – en particulier les agneaux –, que leur laine intervient dans les ressources d'autoconsommation de la paysannerie, et aussi qu'ils sont un élément de fertilisation non négligeable, par leur fumier : à ce titre, leur présence plus ou moins nombreuse introduit un élément de pondération indirecte dans le calcul du revenu agricole. C'est pourquoi, après bien des hésitations, j'ai retenu comme évaluation du troupeau ovin sa valeur monétaire d'ensemble, bien que je n'ignore pas qu'une partie seulement de ses effectifs donne lieu à commercialisation chaque année. Autre difficulté : la nourriture de ce bétail qui en toute logique devrait être défalquée de son prix de vente... Je la résous en ne faisant entrer dans mes calculs ni les céréales secondaires, ni les pailles de blé, ni les foins des prairies naturelles et je considère qu'ainsi je règle également, grossièrement au moins, le problème du coût d'entretien des bêtes de travail. Reste alors la question des prairies artificielles, dont la production est aussi destinée à l'alimentation du bétail. Je les retiens cependant dans le calcul du revenu agricole car on connait la signification agronomique qu'elles ont prise : elles ont brisé le rythme binaire de l'assolement traditionnel et elles apparaissent comme un indice de haute productivité agricole. Il est donc logique que je les considère comme un élément de pondération, tout comme j'ai déjà procédé pour l'élevage ovin, au bénéfice des cantons où elles sont le plus répandues. Par ailleurs, là où justement elles sont très développées, elles donnent lieu à une commercialisation non négligeable.

56Ainsi je parviens à une approche du produit agricole brut, qu'on peut assimiler au revenu agricole brut. La méthode utilisée est certes grossière, mais c'est le sujet lui-même et la documentation disponible qui m'imposent leurs contraintes. Ce qui est important, c'est qu'il n'y a là rien de figé et que je pourrai introduire dans la matrice les nouvelles recettes qui apparaîtront dans les systèmes de production successifs.

B – LE PRODUIT AGRICOLE BRUT D'APRES L'ENQUETE AGRICOLE DE 1862

  • 37 Statistique de la France – Agriculture – Résultats généraux de l'enquête décennale de 1862 – Op. ci (...)
  • 38 A.D.V. 6 M 378.

57Pour nous qui visons le revenu agricole dans les dernières années de l'économie traditionnelle, afin de poser aussi fermement que possible la base et les termes de comparaison indispensables à partir desquels nous pourrons mesurer toute l'évolution ultérieure, l'enquête agricole de 1862 présente un très bon poste d'observation : si la sériciculture a connu dans les années 1850 de sérieuses difficultés en raison des maladies des vers à soie, une certaine stabilisation se dessine dans ce secteur ; par ailleurs, la garance est encore la grande réussite de l'agriculture vauclusienne et la vigne, qui vient de sur-monter la crise de l'oïdium, connaît une expansion incontestable. D'autre part, la confrontation qu'on peut faire des récoltes de 1862 avec celles des années voisines situe cette année comme une année moyenne, et la conjoncture définit des prix également représentatifs d'une situation moyenne. Par conséquent, structuralement et conjoncturellement, le choix de l'année 1862 est bon. Mais l'enquête agricole elle-même ne nous est connue que pour ses résultats départementaux, publiés par les soins du Ministère de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics37... Faut-il alors renoncer ? Non, car les documents préparatoires de l'enquête agricole de 1852, élaborés au niveau du canton, ont été conservés38 et nous pouvons utiliser leurs données relatives aux superficies cultivées, aux effectifs du troupeau ovin et au poids des cocons de la récolte des vers à soie. Certes, ces données totalisées au plan du département ne donnent pas des résultats absolument semblables à ceux de l'enquête de 1862 (par exemple ; 75 500 hectares de blé en 1852, 67 600 en 1862 ; 25 900 hectares de vigne en 1852, 30 700 en 1862), mais l'important c'est que la part de chaque canton, calculée en pourcentage, a toute chance d'être restée stable car les documents qu'on peut consulter par ailleurs n'indiquent pas de changements notables dans les systèmes de cultures.

  • 39 Par exemple, l'enquête de 1852 indique pour le canton de Mormoiron la superficie invraisemblable de (...)
  • 40 C'est ainsi qu'il m'a fallu baisser légèrement la valeur de la production du blé dans les cantons d (...)
  • 41 Par exemple, pour l'appréciation de la valeur des cultures maraîchères, j'ai utilisé le travail de (...)

58Partant de ces considérations, je retiens pour 1862 la part que détenait en 1852 chaque canton pour toutes les productions figurant dans la matrice du produit agricole, et j'applique les pourcentages qui l'expriment à la valeur monétaire de toutes ces productions, telle qu'elle ressort des données récapitulatives de l'enquête de 1862. En réalité, le travail est plus délicat que semble l'indiquer la formulation de cette règle... Je dois en premier lieu corriger des erreurs repérées dans les chiffres de l'enquête de 185239. Mais il y a aussi le fait que la projection mécanique de pourcentages calculés en superficie sur des données représentant la valeur des productions effacerait des inégalités réelles provenant des différences de rendement, ou encore de qualité. Ce sont des variables qui dans l'économie traditionnelle ne sont pas d'une grande importance, mais que l'on ne peut pour autant ignorer : là aussi, des ajustements ont été nécessaires40. Enfin, il me fallait apprécier en termes monétaires la valeur de certaines productions très étroitement localisées et les indications départementales de l'enquête de 1862 n'y suffisaient pas toujours : c'est le cas des cultures légumières41. Sans entrer dans le détail des corrections et ajustements auxquels j'ai procédé – ils sont d'ailleurs au total peu nombreux et toujours d'une ampleur limitée – je crois être parvenu à des résultats cohérents, présentant pour chaque canton un revenu agricole brut fidèle pour l'essentiel aux possibilités réelles de son système de production.

59Les valeurs ainsi obtenues doivent être rapportées au territoire agricole d'une part, aux producteurs des biens d'autre part : nous parvenons ainsi à des valeurs moyennes de productivité et de rentabilité sur quoi peut se fonder l'analyse économique envisagée sous l'angle de la croissance. Mais il faut alors définir le territoire agricole et les producteurs des biens. Pas de difficulté pour le territoire agricole, qui dans la logique de notre conception du produit agricole rassemble les terres labourables, les superficies plantées en vignes et en arbres fruitiers et les prairies naturelles. Une hésitation toutefois : elle concerne les terres recensées sous le vocable de "pâturages". De 1852 à 1862, leur superficie varie du simple au double, ce qui montre bien l'ambiguïté de leur définition. En vérité, il s'agit de terres incultivables, partiellement utilisables comme terrains de parcours, et il est raisonnable de les sortir du territoire agricole, sous peine d'y introduire des superficies importantes qui fausseraient gravement l'indice de productivité qui est l'objectif recherché. Mais le récapitulatif départemental de l'enquête de 1862 fait apparaître une différence sensible avec celui de 1852 : 13 000 hectares de plus de terres labourables et 5 000 hectares de plus de vignes. Cet accroissement de territoire agricole est dans la logique de l'évolution des systèmes de production, mais je suis dans l'impossibilité de le répartir entre les cantons. Je prends donc comme base de travail la superficie du territoire agricole en 1852, ce qui aura comme conséquence inévitable de majorer de façon uniforme l'indice de productivité. Le fait que cette déformation soit limitée – d'environ 10 % – et qu'elle soit uniformément répartie m'autorise à la négliger.

  • 42 Les documents du recensement de 1861 présentent quelques lacunes et aussi des erreurs, que révèlent (...)

60J'en viens à la question du nombre des producteurs des biens. Pour être indiscutable, l'indice de rentabilité devrait être calculé en référence à l'effectif de la population active agricole, toutes catégories sociales confondues. Ce n'est pas, en apparence tout au moins, impossible à réaliser puisque nous disposons des listes nominatives du recensement de population de 1861 et surtout de leurs récapitulatifs qui nous fournissent le décompte des chefs de famille appartenant à ces catégories sociales : propriétaires – exploitants, fermiers, métayers, régisseurs, journaliers... Mais il faudrait recourir aux listes nominatives elles-mêmes pour dénombrer les actifs non-chefs de famille, et ce serait une tâche décourageante par sa lourdeur. L'entreprendrions-nous que nous nous heurterions à l'impossibilité de traiter correctement le travail des femmes, qui sont fréquemment mentionnées "sans profession" alors que ce n'est manifestement pas le cas. Dans ces conditions, je choisis de retenir les seuls exploitants agricoles – propriétaires, fermiers et métayers42. Ce sont des catégories que je suis assuré de retrouver dans l'avenir et je mets ainsi en place un modèle durable. Ne nous le dissimulons pas, ce parti présente l'inconvénient, en éliminant les journaliers, d'escamoter des micro-exploitations. De ce fait, l'indice de rentabilité se trouve inévitablement gonflé, et il faut le savoir.

61En conclusion, nous avons les moyens – à coup sûr imparfaits mais comment l'éviter ? – de calculer deux indices essentiels à l'intelligence de la croissance de l'agriculture vauclusienne. Il va de soi que les calculs effectués pour 1862 serviront de base pour tous ceux intervenant à des dates ultérieures et que les indices cantonaux seront confrontés à l'indice moyen départemental. De cette manière, nous pourrons analyser la croissance dans le temps, en respectant ses inégalités dans l'espace. Bien entendu, cette démarche implique que l'on ne se méprenne pas sur la signification des valeurs monétaires : elles ne sauraient être interprétées comme des revenus réels, pas plus qu'elles ne traduisent des rapports sociaux. Nous sommes dans une analyse strictement économique.

62Les indices du revenu brut à l'hectare cultivé présentent une très forte dispersion : alors que la moyenne départementale s'établit à 360 francs, les cantons de Sault et Cavaillon représentent les valeurs extrêmes, soit respectivement 155 et 720 francs. L'écart est considérable, mais il n'est pas inattendu : des montagnes calcaires et arides aux plaines alluviales fécondées par l'irrigation, on mesure ainsi les contraintes aussi bien que les chances des conditions naturelles. Il y a là une clé pour l'intelligence du revenu agricole calculé à l'unité de surface, mais il convient aussi de rappeler que les cas précités définissent les situations extrêmes : pour le plus grand nombre des cantons les écarts par rapport à la moyenne départementale restent modérés. Dans cette perspective, nous pouvons circonscrire un étage inférieur du revenu agricole à l'hectare : il rassemble les cantons de Malaucène, Apt, Pertuis et même Mormoiron autour du canton de Sault, défini comme un cas limite. La zone ainsi délimitée se superpose sans discordance majeure à la zone de la montagne.

63De la même manière, nous retrouvons dans son dessin général la zone de relief intermédiaire à travers les cantons de Valréas, Vaison, Gordes, Bonnieux et Cadenet, où le revenu à l'hectare approche de près, sans toutefois l'atteindre, la moyenne départementale. Une anomalie apparaît à ce niveau, avec le canton de Beaumes qui propose une valeur élevée du revenu à l'hectare. Il est possible que les indications des superficies cultivées soient pour lui erronées, mais les vérifications auxquelles j'ai pu procéder ne permettent pas de l'affirmer, et de toutes manières l'erreur, à supposer qu'elle existe, ne pourrait déformer gravement la réalité. Il faut, en tout état de cause, chercher ailleurs l'explication de cette discordance : de tous les cantons de la zone intermédiaire, Beaumes est celui où la culture de la vigne est la plus importante, et c'est ce qui élève très sensiblement son revenu agricole à l'hectare. C'est en quelque sorte une spécialisation agricole avant la lettre qui corrige les effets négatifs des conditions naturelles, et le fait en lui-même est suggestif quant aux conditions de croissance de l'agriculture vauclusienne.

64Dès qu'on s'engage dans les plaines, le revenu à l'hectare s'élève au-dessus de la moyenne départementale, par paliers en eux-mêmes très signifiants : les cantons de l'Isle-sur-Sorgue et Pernes, mi-plaine, mi-plateaux calcaires, celui de Bédarrides traversé d'un alignement de collines caillouteuses, qui constituent des régions de contrastes, à vocation agricole inégale, décrochent faiblement la moyenne départementale, alors que le canton de Carpentras qui s'identifie pour l'essentiel avec les plaines du Comtat, ceux de Bollène et d'Orange ouverts sur la vallée du Rhône s'en écartent sensiblement. Ne revenons pas sur Beaumes, pas plus qu'il n'est nécessaire d'expliquer longuement la situation très favorable d'Avignon, favorisée par ses sols alluviaux, ses arrosages, et stimulée par le marché urbain. Quant à Cavaillon, c'est si l'on peut dire un revenu d'anticipation qu'il nous propose, une promesse qui ne pourra s'étendre à des horizons plus vastes que dans un tout autre contexte.

65Nous retiendrons donc qu'un facteur important de la croissance de l'agriculture, dans sa disparité régionale et dans ses rythmes différents, réside dans le jeu des conditions naturelles, auxquelles l'économie traditionnelle reste largement soumise, parce qu'elle ne dispose pas de moyens techniques qui pourraient lui permettre d'en corriger les effets négatifs. Ce n'est qu'exceptionnellement et accidentellement peut-on dire – on le voit à l'exemple du canton de Beaumes – que le système agricole s'adapte, jusqu'à annuler leurs effets, à des conditions naturelles peu favorables. Et même là où il a été diversifié et perfectionné, il n'assure pas une productivité et un revenu également répartis. Ceci dit, ces conclusions ne concernent qu'un aspect du revenu agricole brut... L'analyse doit se poursuivre au plan des exploitations car il nous propose un autre indice de la croissance, où interviennent cette fois les hommes et les structures agraires.

66Confrontés l'un à l'autre dans leur représentation cartographique, le revenu brut à l'hectare cultivé et le revenu brut par exploitation agricole apparaissent nettement distincts, non superposables. Le fait le plus important n'est pas dans la moindre dispersion des indices du revenu par exploitation – 1 870 francs pour la moyenne départementale, 930 et 2 550 francs pour les cantons de Malaucène et de Cavaillon qui représentent les écarts extrêmes –, mais dans un classement hiérarchique sans rapport avec celui établi pour le revenu à l'hectare : il est remarquable que cinq cantons seulement – Cadenet, Mormoiron, l'Isle-sur-Sorgue, Gordes et Pernes – se trouvent dans un rapport à la moyenne départementale équivalent à celui qui les définissait pour le revenu à l'hectare. D'autre part, alors que l'on discernait nettement dans l'analyse précédente une corrélation avec les zones de relief, dans le cas présent elle n'apparaît qu'à propos des cantons où l'indice du revenu par exploitation est le plus élevé – Cavaillon, Avignon, Bédarrides, l'Isle-sur-Sorgue, Pernes – qui sont au cœur des plaines vauclusiennes.

67Pourquoi ces différences ? Le premier indice de croissance considéré se fondait sur la vocation agricole, définie par les conditions naturelles, corrigée très faiblement par les techniques, encore impuissantes pour l'essentiel à surmonter les défaveurs de la nature. L'indice de croissance que nous suivons maintenant se fonde sur les forces productives, telles qu'elles s'expriment par les exploitations agricoles où l'on retrouve à la fois les structures foncières et les hommes qui les animent. C'est dans la perspective ainsi tracée que prennent tout leur sens, tout leur intérêt, les discordances précédemment signalées entre les deux indices de croissance. Elles sont de deux sortes, selon que l'indice du revenu par exploitation, rapporté à la valeur moyenne départementale, est supérieur ou inférieur à celui du revenu par hectare, rapporté lui aussi à la valeur moyenne départementale.

68La première situation à distinguer est donc celle des cantons qui présentent un indice du revenu par exploitation supérieur à l'indice du revenu à l'hectare. C'est le cas pour Apt, Bonnieux de façon assez peu sensible, pour Pertuis, Bédarrides, et Valréas de façon très nette et pour Sault avec éclat. D'une manière générale, cela signifie que les forces productives réalisent avec la terre un équilibre tel qu'il corrige ce que pouvaient avoir de défavorable les conditions naturelles. Nous retrouvons en quelque sorte l'idée des seuils variables avec les conditions naturelles pour fixer les différentes classes de propriété, mais nous voyons aussi qu'il n'y a pas simplement un phénomène de compensation : des pays pauvres, ou jugés tels par leurs paysages et leurs cultures, ne sont pas nécessairement des pays de pauvreté pour les paysans qui y vivent ; on le voit bien avec les cantons de Sault et de Pertuis, où le revenu par exploitation s'établit à un niveau supérieur à la moyenne départementale.

69Si nous considérons maintenant la situation des cantons où l'indice du revenu par exploitation est inférieur à l'indice du revenu à l'hectare, nous constatons qu'elle s'applique dans une faible mesure aux cantons de Malaucène et Vaison, avec netteté à ceux de Carpentras et Orange, et de façon spectaculaire à ceux de Beaumes et Cavaillon. S'il est vrai que se retrouvent dans cette situation des cantons de faible revenu, pour les deux indices retenus, il est remarquable que ce sont ceux à productivité la plus forte qui sont aussi les plus touchés. Orange, Carpentras se retrouvent ainsi avec un revenu par exploitation inférieur à celui de Sault, et même Cavaillon perd une bonne part de l'avantage que lui confèrent des conditions naturelles exceptionnellement favorables. C'est que, dans ces cantons d'économie très diversifiée, les structures d'exploitation traduisent à leur manière – et encore, de façon imparfaite car c'est dans ce contexte économique que le nombre des journaliers agricoles est le plus élevé – un état des forces productives où l'exigence de travail humain est telle qu'elle réduit quand elle n'annule pas purement et simplement l'avantage pris au plan des conditions naturelles. C'est pourquoi la fertilité des sols et l'opulence des récoltes ne doivent pas faire illusion : elles ne signifient pas nécessairement l'aisance pour tous les hommes qui vivent là de leur travail d'exploitants agricoles.

70Entendons-nous bien, et pour cela, s'il le faut, je me répète : je conduis ici une analyse économique, non pas une étude sociale. Cela veut dire que l'indice du revenu brut par exploitation ne doit pas prêter à confusion : pour chaque canton, il exprime une valeur moyenne, obtenue à partir d'un nombre donné d'exploitations agricoles entre lesquelles il existe, bien évidemment, un classement hiérarchique, qui n'apparaît en aucune manière dans l'indice lui-même. Je ne prétends pas ici résoudre le problème de la répartition sociale du revenu des exploitations agricoles, tout au plus puis-je suggérer que les pauvres sont sans doute plus nombreux dans les pays riches que dans les pays pauvres, si étrange que cela puisse paraître ! L'intérêt de notre tentative, c'est d'avoir proposé des indices de croissance qui indiquent clairement que les meilleures chances de réussite ne sont pas forcément ni toujours du côté des zones agricoles représentatives du système économique le plus évolué, le plus perfectionné. Les chances de réussite s'entendent ici au sens de la rentabilité des exploitations, considérée pour le niveau de vie des exploitants mais aussi pour la reproduction élargie de leur capital : en dernière analyse, ce sont les perspectives d'avenir de l'agriculture vauclusienne, envisagée dans ses structures d'exploitation, que nous cernons.

71Nous sommes devant une situation paradoxale : l'économie traditionnelle que nous saisissons à son crépuscule, a su évoluer là où les conditions naturelles et humaines s'y prêtaient, jusqu'à mettre en place des systèmes de cultures diversifiés, à haute productivité. Mais là même où on constate ces succès, la pression des hommes – ces travailleurs sans lesquels le succès n'aurait pas été possible est devenue telle qu'elle se traduit par une parcellisation excessive des exploitations agricoles, et l'amenuisement corrélatif du revenu des exploitants. C'est ainsi que, poussé jusqu'à son plus haut degré de perfectionnement, le système en même temps se bloque. Quelles qu'en soient les circonstances, toute mutation économique de progrès devra désormais souscrire à une condition nécessaire : un allègement démographique conduisant à un nouvel équilibre entre les hommes et la terre. C'est ainsi, me semble-t-il, que se posent les problèmes de la croissance de l'agriculture vauclusienne dans les années 1860.

Notes

1 Ministère de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics – Enquête agricole de 1866 – Paris, 1868

2 J.-C. Toutain : Le produit de l'agriculture française de 1700 à 1958. Op. cit., pp. 3-22, Sources et Méthodes.

3 Voir sur ce point l'étude de P. Vilar : "Pour une meilleure conpréhension entre économistes et historiens : Histoire quantitative ou Economie rétrospective ?" in Revue Historique – avril-juin, 1965.

4 Enquête agricole de 1866. Op. cit.

5 Statistique de la France – Résultats généraux de l'enquête décennale de 1862. Op. cit.

6 Je laisse de côté volontairement le cas des domestiques agricoles, engagés à l'année, nourris et logés. Certes, leur nombre n'est pas négligeable : 7 684, dont 2 000 servantes de ferme, indique la statistique agricole de 1862, qui paraît cependant majorer leurs effectifs, si l'on en juge par les données des recensements de population. Mais les domestiques, jeunes ou vieux, sont généralement des célibataires et ne font vivre qu'eux-mêmes ; leur salaire annuel, de l'ordre de 240 Frs pour les hommes et 130 Frs pour les femmes, définit un revenu d'entretien de leur personne, sans autre perspective que des économies très menues, dans l'attente d'un éventuel et hypothétique mariage pour les jeunes qui se recrutent dans les couches les plus déshéritées de la population paysanne.

7 On ne peut atteindre le travail des journaliers, dans sa réalité complexe, que par les listes nominatives des dénombrements de population et encore avec bien des incertitudes car il est fréquent que tous les travailleurs agricoles, exploitants et salariés, soient désignés comme "cultivateurs". Il est sûr cependant que, s'il y a des ménages de journaliers, le travail salarié agricole se rencontre également dans des familles classées par l'activité de leur chef comme non salariées.

8 Archives privées communiquées par M. d'Anselme.

9 La salmée est une mesure qui équivaut à 10 décalitres.

10 Voir supra – Chapitre I.

11 La Prime d'Honneur – op. cité.

12 Les baux prévoient aussi, très souvent, des redevances annexes, particulièrement sur les animaux de basse-cour. Mais il est rare qu'elles figurent dans les livres de comptes.

13 Les registres qu'utilisent les propriétaires pour consigner leurs recettes et leurs dépenses n'ont évidemment été ni conçus ni tenus dans la perspective d'une possible utilisation par un historien... Leur lecture doit donc être attentive et comprise comme la redécouverte, au delà des comptes eux-mêmes, de la vie de l'exploitation agricole, dans la succession de ses cultures, des travaux et des récoltes. Il faut aussi, dans certains cas, regrouper les recettes et les dépenses ; il faut encore se résigner à certains silences, par exemple des recettes imprécisées dans leur origine. D'autre part, ces comptes se suivent rarement sur une longue période et l'on ne sait pas le plus souvent pourquoi ils sont interrompus... Mort du propriétaire, découragement devant les comptes eux-mêmes, négligence... toutes les suppositions sont possibles. Enfin, nous ne disposons généralement que de renseignements très incertains, très partiels sur la propriété en question. C'est dire qu'ils composent une documentation difficile à manier. 3e pense cependant qu'ils sont d'un grand intérêt, c'est ce qui explique que je me sois obstiné à les faire parler, parfois au prix d'un long et délicat travail de reconstitution.

14 Archives communiquées par M. Laval de Carpentras.

15 Cette répartition géographique est significative du rayonnement de la bourgeoisie carpentrassienne sur les riches terroirs du Comtat.

16 Lorsque les réparations viennent réduire le revenu du propriétaire, le fait est signalé.

17 Dans le cas présent, la consommation familiale amputerait le revenu monétaire sur les recettes blé et bétail (surtout porcs). Elle peut être facilement évaluée pour le blé : sur la base d'une consommation annuelle de 4 hl 5 pour un adulte (estimation d'un propriétaire pour le coût-nourriture d'un ouvrier agricole, cité dans le concours pour la prime d'honneur en 1866), elle serait pour une famille de 4 personnes, dont deux enfants, de l'ordre de 18 hl, soit 400-450 Frs pour tenir compte des variations du prix du blé. Toute évaluation me paraît imprudente pour la consommation en viande, car quand on tue les porcs de l'élévage à la ferme, le partage se fait le plus souvent en viande avec le propriétaire. Les autres dépenses alimentaires de la population paysanne étaient très limitées, et n'intervenaient que comme complément des productions de l'exploitation.

18 Nous retrouverons Eugène Fortunet dans cette seconde phase de l'administration de ses biens. Il fait son expérience de propriétaire au cours de la période que nous étudions ici, il en dégagera des enseignements qui lui permettront de jouer le rôle d'un pionnier dans la période suivante.

19 Ils se décomposent en impôts (le poste le plus important), cotisation pour le syndicat d'arrosage du canal de l'Isle et entretien des fossés et filioles d'irrigation.

20 Il est possible qu'il y ait un rapport harmonique entre la superficie des métairies et la dimension des familles qui les exploitent, et je ne suis pas éloigné de penser que ce mode de faire-valoir se prêtait en toutes circonstances à la vie modeste, mais relativement assurée, d'une famille paysanne.

21 Voir note étude : Un village vauclusien sous la IIIème République – Op. cit.

22 Archives communiquées par M. Lançon, l'actuel propriétaire.

23 Elles sont en tout cas plus rigides que dans les exploitations précédemment étudiées. C'est que les engrais en sont à peu près absents, comme c'est alors la règle en viticulture.

24 Voir supra – Chap. Nous avions utilisé l'étude réalisée à l'occasion de la prime d'honneur de 1866 (Op. cit.). Nous disposons aussi pour l'étude que nous entreprenons maintenant des comptes d'exploitation tenus par E. Raspail de 1853 à 1885, que nous a communiqués son descendant M. Ay. Nous ne les utiliserons ici que pour la période antérieure à l'attaque phylloxérique, c'est-à-dire 1853-1873.

25 Les dépenses d'exploitation sont ici prises dans leur sens le plus large, E. Raspail y incluait les impôts qu'il payait.

26 Les recettes du domaine atteignent cette année-là 48 240 Frs dont 43 810 Frs pour les ventes de vin : chiffre énorme et de ce fait douteux. Mais je n'avais aucun moyen de le vérifier et je l'ai maintenu. D'une façon générale, la minutie des comptes de Raspail plaide en faveur des chiffres qu'il avance.

27 A.D.V. S.E. 10-11-12 et 67.

28 Ces données proviennent de calculs effectués sur les recettes et dépenses du duché pour la période 1862-1865. (A.D.V. S.E. 67).

29 C'est l'avoué du duc.

30 Ph. Vigier, dans l'Essai sur la répartition de la propriété foncière, signale p. 219 qu'après la mort du duc, si la majeure partie de son héritage est partagée entre trois parents, des paysans de Caderousse se portent acquéreurs d'une partie du domaine : une trentaine de nouvelles cotes apparaissent ainsi en 1869 et 1870 sur la matrice cadastrale du village.

31 A.D.V. S.E. 56-59.

32 Ph. Vigier – Op. cit., p. 133.

33 L'homme d'affaires du domaine a été attaqué en justice en 1872 par le fils de la marquise après la mort de celle-ci. Le nouveau marquis, en effet, voulait obtenir l'annulation d'un contrat qui lui semblait défavorable à ses intérêts et il accusait le régisseur de malversations dans sa gestion. Ce sont les documents établis à l'occasion du procès, jugé devant le tribunal correctionnel d'Orange puis en appel à Nimes, qui nous donnent les éléments de cette étude. En particulier, le régisseur a produit pour sa défense un état récapitulatif des recettes et dépenses du domaine pour les années 1868-1871, qui dégage un revenu de 9 000 Frs, ce qui tend à démontrer le caractère avantageux pour le propriétaire du contrat incriminé... Le marquis réplique en invoquant des dissimulations de recettes de l'ordre de 5 à 6 000 Frs par an. Mais, répond le régisseur, la marquise a toujours ratifié les comptes qui lui étaient présentés. Le tribunal lui donne d'ailleurs raison, et le marquis perd son procès. Il a pourtant plaidé l'incompétence de sa mère autant que la malhonnêteté du régisseur, et dans une lettre adressée au tribunal de Nimes il fait cette confidence aussi significative qu'ahurissante : "jamais ma mère n'a su la somme exacte de ses dettes, à la mort de mon père, elles étaient de 150 000 Frs environ, à la sienne 374 000 Frs ..."

34 Voir à cet égard l'article de P. Vilar précédemment cité et, pour sa bibliographie et la voie qu'il explore, l'article de J. Poperen : L'étude historique de la comptabilité de l'agriculture : l'exemple de l'Indre et Loire, in Revue Historique oct-déc. 1967. Egalement, l'étude de 3. Pautard : la croissance de l'agriculture française depuis le début du xixème siècle et ses disparités régionales, in Cahiers de l'I.S.E.A. Economie et Sociologie rurales, n° 160, Avril, 1965.

35 Voir supra – Chapitre I

36 Il y a aussi le problème des semences. Problème difficile, car les quantités ensemencées ne sont pas constantes, ni surtout connues toujours avec précision. Je n'en tiens pas compte, elles n'auraient qu'une très faible incidence sur les valeurs totales que je cherche à atteindre pour leur ordre de grandeur.

37 Statistique de la France – Agriculture – Résultats généraux de l'enquête décennale de 1862 – Op. cit.

38 A.D.V. 6 M 378.

39 Par exemple, l'enquête de 1852 indique pour le canton de Mormoiron la superficie invraisemblable de 4 312 hectares de pommes de terre ; je l'ai ramenée à 1 312 hectares..., après vérifications faites grâce à l'examen de certains rapports trimestriels sur l'Etat des Récoltes (A.D.V. 7 M 2).

40 C'est ainsi qu'il m'a fallu baisser légèrement la valeur de la production du blé dans les cantons de Sault et Vaison, et relever celle des cantons de Pertuis et Bollène. Dans le même esprit, j'ai corrigé en baisse la valeur de la production viticole dans le canton d'Apt et je l'ai relevée dans celui d'Orange pour tenir compte de la qualité déjà reconnue des vins de Châteauneuf.

41 Par exemple, pour l'appréciation de la valeur des cultures maraîchères, j'ai utilisé le travail de J.-C. Cheinet sur Cavaillon (Op. cit.).

42 Les documents du recensement de 1861 présentent quelques lacunes et aussi des erreurs, que révèlent des invraisemblances. Pour combler les unes et corriger les autres, j'ai utilisé les recensements voisins, ceux de 1866 et 1872. (A.D.V. 6 M 23-24-25).

Table des illustrations

Légende Salaires et Emploi des journaliers agricoles(Statistique agricole de 1862)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Compte d'Exploitation du domaine Les Tours à Loriol (1862)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1944/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Revenu du propriétaire du domaine Les Tours à Loriol
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1944/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Recettes en vin du domaine de la Solitude (Châteauneuf-du-Pape)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1944/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540