Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Première partie. Un bilan : l'économie agricole et la société paysanne traditionnelles vers 1860

Chapitre III. Propriété foncière et société paysanne

Texte intégral

1La société paysanne est d'une étude difficile, dès lors qu'on s'efforce d'analyser ses composantes dans leurs rapports hiérarchisés, engendrant inégalités de condition et phénomènes de domination – et de soumission – d'où peuvent surgir des conflits. Et l'on observe en Provence, une très grande diversité de situations dans la possession et le travail de la terre.

2Propriété et mise en valeur de la terre, telles sont les références majeures auxquelles doit se tenir l'analyse d'une société paysanne. Impossible en effet d'établir sur une base statistique indiscutable une classification des revenus agricoles, et on ne peut le faire pour les fortunes paysannes, que si on peut en extraire ce qui fait leur spécificité, c'est-à-dire la propriété de la terre. Nous avons là une donnée essentielle, qu'il est aisé d'atteindre. Mais tous les propriétaires ne sont pas des producteurs indépendants. Du propriétaire-rentier au fermier ou au métayer, du propriétaire-exploitant à l'ouvrier agricole, on voit bien les distances sociales, la diversité et les inégalités des situations socio-économiques, encore que pour les uns et les autres, le fait de travailler la terre apporte dans les genres de vie un élément unificateur, masquant et déformant la réalité des rapports sociaux.

  • 1 Ph. Vigier écrit dans "La Seconde République dans la région alpine". T. I., p. 40 : "Que de possess (...)

3Bien qu'elles soient complexes, les conditions sociales ainsi esquissées sont pour la période qui nous intéresse simplificatrices. Rappelons que nous situons cette étude au moment où arrive à son degré ultime de perfectionnement le système économique ancien. C'est alors qu'on observe, comme le produit d'une très longue histoire, la gamme la plus étendue et la hiérarchie la plus subtile des conditions juridiques et des positions sociales dans la paysannerie provençale. De ce fait les situations concrètes ont souvent quelque peine à se loger dans les grilles que proposent les catégories socio-économiques à l'instant évoquées : il n'est pas rare en effet que le même individu associe et rassemble dans une même exploitation des terres dont il est propriétaire et d'autres qu'il loue, à prix d'argent ou à mi-fruits, ou encore qu'un exploitant – propriétaire ou non – trouve dans le travail salarié un indispensable complément de ressources1. N'oublions pas, d'autre part, que nombreux sont les artisans ruraux à travailler – pas seulement pour leur subsistance – quelques pièces de terre.

4Faudrait-il, devant les difficultés de l'entreprise, renoncer à la connaissance des groupes sociaux de la paysannerie vauclusienne ? L'important c'est de prendre la mesure des difficultés et d'être conscient du caractère approximatif et incertain des résultats qu'on peut atteindre, puisque de toute évidence les catégories sociales ne sont pas tranchées mais se recouvrent pour partie, à la manière des tuiles d'un toit. Et si l'on veut introduire dans l'étude un élément objectif, assurant les comparaisons nécessaires dans l'espace et dans le temps, il n'y a pas d'autre méthode possible que l'analyse préalable de la propriété foncière. D'une part elle est mesurable, d'autre part son importance économique est telle qu'elle assure richesse et considération, qu'elle est par là même la grande aspiration sociale de tous les travailleurs agricoles et qu'elle propose en fin de compte une mesure de la réussite ou de l'échec.

I – PROBLÈMES DE MÉTHODE

  • 2 L'expression est de P. Léon, dans sa préface à l'ouvrage de Ph. Vigier : Essai sur la répartition d (...)

5Le cadastre, "cet austère, mais combien précieux enregistrement des biens"2, constitue la source majeure de l'étude de la propriété foncière. On connaît ses caractéristiques : il propose sur les folios de ses matrices une description précise de toutes les propriétés recensées dans les limites du territoire communal et une évaluation ; calculée en fonction de la nature des cultures et de la fertilité des sols, de leur revenu imposable, dit revenu cadastral. C'est d'ailleurs la grande justification du cadastre, qui est dans sa conception un document fiscal et c'est aussi ce qui garantit la valeur des données qu'il rassemble. On peut donc photographier en instantané la propriété foncière dans un cadre communal et cet instantané est valable pour le moment où le cadastre est réalisé. On en retire un triple indicatif : le nombre des propriétaires, la part des biens, exprimés en surfaces, détenue par chacun et son revenu cadastral. Il convient de les retenir tous les trois car ils s'éclairent l'un par l'autre, comme on le verra plus loin. Une remarque à propos du cadre communal retenu par l'administration pour l'élaboration du cadastre : le même individu peut être propriétaire dans plusieurs communes, et cela de plusieurs manières, soit que sa propriété même menue ne respecte pas absolument les limites de la commune où il réside et c'est un cas fréquent, soit qu'il détienne, par héritage ou par acquisition vénale, une ou plusieurs propriétés, dans des communes qui peuvent être très éloignées de son lieu de résidence. Dans tous les cas, le même propriétaire recevra autant de cotes foncières qu'il a de propriétés dans diverses communes et cela veut dire que le décompte des cotes du cadastre aboutit à un total supérieur au nombre de propriétaires. Par conséquent, si le cadastre présente une image exacte des propriétés recensées dans chaque commune, il déforme en le grossissant le nombre des propriétaires. Les études réalisées périodiquement par le ministère des Finances pour l'évaluation du revenu foncier des propriétés non bâties parviennent, il est vrai, à établir – par département – un rapport du nombre des propriétaires au nombre des cotes foncières, mais il y aurait quelque imprudence à appliquer ce rapport, calculé dans le cadre départemental, à telle ou telle commune. Par contre, nous pouvons établir le fait de la résidence, ou de la non-résidence, des propriétaires dans la commune où ils possèdent des biens. Trois situations doivent être notées : les propriétaires résidants et les propriétaires forains des communes limitrophes, pour lesquels la propriété, catégorie juridique, et l'exploitation, catégorie économique, peuvent se superposer ; les propriétaires forains des communes non limitrophes, pour lesquels propriété et exploitation sont à peu près nécessairement dissociées. On voit l'intérêt de ces indices : ils ouvrent une piste pour parvenir à la connaissance des modes d'exploitation, qui représentent un aspect très important de la réalité économique et sociale du monde paysan.

6Mais on mesure aussi la somme de travail qu'impose l'exploitation des matrices cadastrales, même si elle est facilitée par l'existence d'un récapitulatif qui mentionne pour chaque propriété le numéro du folio où elle est décrite, sa superficie et son revenu imposable. Il faut compter les propriétés, les classer selon une hiérarchie à déterminer, calculer pour chaque classe de propriétés la superficie et le revenu cadastral qu'elle représente et retourner aux folios des matrices pour repérer la résidence de chaque propriétaire... Ces opérations, pénibles par leur monotonie, mais qui aussi ne supportent pas l'erreur de calcul, ne peuvent guère être allégées. Simplement, s'agissant de la résidence, j'ai renoncé à la noter pour toutes les propriétés et je me suis limité à la rechercher pour les propriétés de plus de cinq hectares.

7D'autre part, il convient de tenir compte, pour apprécier le poids du travail, que celui-ci dans la conception d'ensemble de notre étude ne saurait se limiter à une coupe réalisée dans les structures agraires vauclusiennes à l'occasion de la confection du premier cadastre, dit Napoléon. Etudiant la société paysanne au cours du dernier siècle de son histoire, nous serons amené à suivre le cadastre dans ses révisions ou mises à jour et par conséquent à répéter la recherche pour le cadastre rénové de 1913-1914 et pour la révision, de grande ampleur, commencée en 1931 et qui s'est achevée un quart de siècle plus tard... Précisons que les matrices réalisées à partir de 1931 ne comportent pas de récapitulatif, ce qui oblige à les feuilleter folio par folio.

8Dans ces conditions, on ne peut entreprendre une étude exhaustive de la propriété foncière, à partir des matrices cadastrales de toutes les communes. Et même le voudrait-on qu'on ne pourrait le faire, puisque la révision commencée en 1931 était loin d'être terminée en 1939. Même si l'on admet – j'y reviendrai – que les structures agraires évoluent sur un rythme lent, il n'est pas possible d'escamoter la période de guerre qui justement a accéléré le processus d'évolution de la propriété foncière. Par conséquent, pour réduire le travail à des dimensions qui s'accordent aux exigences d'une recherche individuelle, mais aussi pour s'adapter aux contraintes de la documentation elle-même, il faut construire un échantillon de matrices cadastrales dont la représentativité et la validité soient correctes pour les trois coupes envisagées : il faut, de toute évidence, que l'échantillon soit unique, si l'on veut qu'il débouche sur d'indispensables comparaisons, et le caractère très partiel de la révision opérée à la date de 1939 complique encore les choses quant au choix des communes composant l'échantillon.

  • 3 On peut rapidement prendre une vue d'ensemble de la vente des biens nationaux en Vaucluse, grâce au (...)

9J'ai donc retenu vingt-quatre communes, et mon choix – qui n'était pas libre – a été inspiré par le souci de réaliser une réduction aussi juste que possible de la réalité du département, dans la diversité de ses reliefs et paysages, comme de ses aptitudes agricoles et de son histoire agraire. Entrent dans l'échantillon des villages de plaine : Bédarrides, Caderousse, Cheval-Blanc, Lapalud, Lauris, Lagnes, Loriol, Saint-Didier, Saint-Saturnin-lès-Avignon, Villelaure, Violès ; des villages de la zone intermédiaire : Bonnieux, Cucuron, Joucas, La-Tour-d'Aigues, Roaix, Sainte-Cécile, 5aint-Romain-en-Viennois, Uchaux, Vénasque ; des villages de la montagne : Aurel, Beaumont d'Orange, Saint-Christol, Vitrolles. Certaines communes rassemblent un terroir uniforme dans ses aptitudes, comme Caderousse, Aurel, Loriol ; d'autres au contraire associent plaine et montagne et c'est le cas de Bonnieux, Cheval-Blanc, Lauris ; Saint-Saturnin-lès-Avignon, Loriol furent des villages de la garance avant de se consacrer aux cultures maraîchères ; Sainte-Cécile est un village de la vigne... On pourrait ainsi, en passant en revue toutes les communes de l'échantillon, retrouver les différentes options entre lesquelles l'agriculture vauclusienne a eu à choisir. Par ailleurs, certaines communes ont conservé des communaux importants, c'est le cas de Beaumont-d'Orange, Lauris, Vénasque, Vitrolles ; dans d'autres, les ventes de bien nationaux3 avaient été importantes : Bédarrides, Caderousse, Loriol... Tout ceci pour montrer dans quel esprit a été établi l'échantillon pour l'étude de la propriété foncière.

10Est-ce à dire qu'il soit irréprochable ? Assurément pas... En particulier, la distribution des communes sur la carte fait apparaître une faiblesse : plusieurs cantons, Apt, Beaumes, Mormoiron, Valréas, ne sont pas représentés et c'est Jà qu'intervient, comme explication, l'inachèvement en 1939 de la révision cadastrale entreprise en 1931. Il fallait bien, de ce fait, choisir les communes pour l'étude du premier cadastre parmi celles dont la révision cadastrale la plus récente était antérieure à 1939. L'inconvénient ne me paraît cependant pas bien grave car, aurait-on pu choisir au moins une commune dans chaque canton que cela n'aurait pas permis d'en extrapoler les résultats au plan du canton, tant est grande jusque dans ce cadre la diversité des structures agraires. Dès lors que l'on doit renoncer à une étude exhaustive du cadastre, la recherche s'oriente nécessairement, par comparaison des communes de l'échantillon entre elles, vers la définition de types de structures agraires, aussi nuancés que possible et de ce fait représentatifs de la diversité des structures agraires existant dans l'aire géographique où a été constitué l'échantillon.

  • 4 Ph. Vigier – Op. cit., pp. 125-126.

11Il est possible de s'assurer de la validité de l'échantillon retenu par certains calculs comparés à des calculs semblables effectués par Ph. Vigier4. Il a dépouillé – selon une méthode plus rapide que la mienne – le cadastre de 80 communes représentant 70 % des terres vauclusiennes et trouve que les cotes de plus de 30 ha représentent 35,5 % de la surface appropriée ; j'obtiens 35,4 %. Nos résultats sont aussi très voisins pour la part détenue par les propriétaires de moins de dix et de moins de cinq hectares : respectivement 43 % et 29,5 % de la superficie totale chez Ph. Vigier, 41,2 % et 26,5 % chez moi. La concordance de ces résultats est frappante, elle accrédite l'échantillon sur lequel j'ai fondé mon analyse.

  • 5 Pour le recensement des cotes foncières voir Vigier op. cit., p. 124 et A.D.V.S.P. 9 – Cadastre.
  • 6 Nouvelle évaluation du revenu foncier des propriétés non bâties de la France. Paris, 1883.
  • 7 A.D.V. S.P. 9. – Cadastre. On trouve pour 1861 le récapitulatif par commune des cotes foncières.

12Un problème encore : celui de "l'âge du cadastre". Les opérations cadastrales sont complexes et la réalisation du cadastre a été une œuvre de longue haleine. Il est bien évident que, au gré des mutations par partages successoraux ou acquisitions vénales, les structures agraires telles qu'on les atteint au plan juridique de la propriété sont soumises à d'incessantes modifications. Par conséquent la méthode qui consiste à associer dans une coupe unique des communes dont les structures de propriété ont été saisies à des dates parfois éloignées (pour les communes de notre échantillon elles s'échelonnent de 1822 à 1839, ce qui donnerait "un âge moyen" de 1830) laisse à désirer... Mais le moyen de faire mieux ? Et puis, on observe que le rythme d'évolution des structures agraires est toujours très lent : on ne déforme donc guère le réel en situant vers 1830 les structures de propriété qu'on atteint par le cadastre. Cependant, notre intention est de présenter l'agriculture et la société paysanne en Vaucluse vers 1860 : l'observation faite, disons, trente ans plus tôt reste-t-elle valable ? Le nombre de cotes foncières recensées5 passe de 79 049 lors de l'achèvement du cadastre à 98 516 et 109 492 en 1861. Il y a donc un indiscutable mouvement de déconcentration de la propriété depuis l'achèvement du cadastre, encore qu'il soit moins fort que ne l'indique la progression du nombre des cotes car la proportion des cotes multiples est, elle aussi, en accroissement : il n'y a plus que cinquante-quatre propriétaires pour cent cotes en 18796 alors qu'il y en avait soixante-quinze en 1851. S'il faut renoncer à le mesurer avec précision, ce mouvement ne contredit pas les résultats qu'on peut dégager de l'étude du cadastre, puisque de l'année de confection de leur cadastre à 18617 toutes les communes de l'échantillon voient le nombre de leurs propriétés s'accroître.

13Ceci dit, le mouvement de déconcentration de la propriété est loin d'être uniforme. Son interprétation est parfois malaisée dans la mesure où il peut être faussé par l'éclatement fortuit d'un grand domaine, comme c'est le cas à Uchaux qui détient le record du taux d'accroissement. Mais ces cas particuliers étant signalés, on remarque que les rythmes d'accroissement du nombre des propriétés sont les plus élevés dans les villages de plaine : Saint-Saturnin-lès-Avignon, Lapalud, Bédarrides, Saint-Didier, qui sont ceux où s'intensifie et se diversifie le système de cultures, et dans les villages de la vigne, comme Violès et Sainte-Cécile. Le rapport qu'on peut ainsi établir entre les conditions de l'agriculture et la diffusion de la propriété foncière signifie que c'est la très petite propriété qui est gagnante dans l'évolution de la propriété depuis l'achèvement du cadastre, car c'est dans les pays d'agriculture intensive qu'elle trouve sa justification économique et sociale. Mais quels que soient ses gains, la part de ses biens reste si faible que le mouvement de déconcentration de la propriété ne peut modifier sensiblement les positions respectives des autres catégories de propriétés : la coupe réalisée grâce au cadastre vers 1830 reste donc une base d'étude valable pour les années 1860.

II – LES CLASSES DE PROPRIÉTÉ

14Nous parvenons ainsi au dernier point de méthode à régler, et ce n'est pas le plus simple. Il ne peut, en effet, y avoir d'étude de la répartition de la propriété en dehors d'un classement hiérarchique des propriétés : si le fait d'être propriétaire peut contribuer à modeler un comportement social, une mentalité, il convient aussi de situer, par le capital qu'elle représente, par le revenu qu'elle assure, la propriété qu'on étudie. S'agissant de biens fonciers, le premier critère d'une hiérarchie des propriétés réside dans leurs dimensions, mais il lui faut un correctif ou un coefficient de pondération calculé, autant que faire se peut, à partir des conditions naturelles et techniques de leur mise en valeur agricole. Il y a là une variable fort importante, tout à la fois géographique, car elle est dans l'espace, et historique, car à la relative permanence des conditions naturelles se superpose la mobilité des conditions économiques et techniques. La difficulté est grande pour résoudre le problème posé : on peut envisager des seuils variables, dans l'espace et dans le temps, pour passer d'une catégorie de propriétés à une autre, mais cela rend bien compliquées les confrontations qui s'imposent, surtout lorsque l'étude s'inscrit dans une aire géographique réduite. On peut aussi retenir comme critère de hiérarchie des propriétés non plus leurs superficies, mais leur revenu tel qu'il apparaît également sur les matrices cadastrales sous la forme de revenu cadastral. Mais au témoignage de R. Laurent, qui en a fait la base de son classement des propriétés dans le vignoble bourguignon, sa valeur diminue à mesure que le terroir perd de son homogénéité, car d'une nature de culture à une autre, d'une commune à une autre, les méthodes d'évaluation sont changeantes.

15Comment surmonter ces contraintes ? Le mieux est encore de les accepter. Comme il n'est pas possible, dans le cadre d'un département – où pourtant les paysages et les aptitudes agricoles sont très divers – de fixer à une même classe de propriétés plusieurs limites, j'ai choisi d'espacer ces limites, uniques pour chaque classe de propriétés, de telle sorte qu'elles puissent se prêter à des situations diverses, qu'il sera toujours loisible d'expliciter lorsqu'il y aura difficulté à les faire tenir dans les cadres proposés. Par ailleurs, quelles que soient l'imprécision et l'approximation des évaluations du revenu cadastral, je les retiens en considérant qu'appliquées justement à des sols très divers et totalisées dans chaque classe de propriétés, elles définissent un indice de valeur économique qui complète le critère des superficies. Certes, la confusion des propriétés bâties – au revenu cadastral généralement plus élevé – et des propriétés non bâties dans le premier cadastre introduit une déviation qui augmente artificiellement la part de la petite propriété, mais la comparaison de celle qui revient à la moyenne et à la grande propriété pour les deux critères des superficies et du revenu cadastral fournit une indication non négligeable sur la signification économique de ces types de propriétés : une discordance des indices chiffrés au profit du revenu cadastral annonce une structure agraire plus productive que semble l'indiquer sa seule superficie. Et une telle indication aide également à préciser le sens de l'évolution de la propriété foncière : elle fait apparaître qu'il y a des morcellements plus apparents que réels. C'est pourquoi nous retenons pour chaque catégorie de propriétés un triple indicatif : le nombre des ses propriétaires, l'importance de ses biens et le montant de son revenu cadastral. Chacun d'eux peut recevoir une double expression : en chiffres absolus, mais de façon plus significative en pourcentage du total de chaque catégorie calculé dans le cadre de la commune ou pour l'ensemble de l'échantillon.

16Mais quelles sont les catégories de propriétés qu'il convient de retenir ? Avant même de les avoir définies, nous avons été amené à parler de petite, moyenne et grande propriété... Il est bien vrai que le langage courant qualifie ainsi, spontanément pourrait-on dire, les classes de propriétés essentielles et qu'elles correspondent, par cela même, à une expérience concrète, familière à tous les hommes qui vivent de la terre, de sa propriété comme de son travail. La difficulté n'est pas tant de proposer pour chacune des limites chiffrées – puisqu'on sait que leur précision est inévitablement formelle – que de les définir par leur contenu socio-économique, c'est-à-dire au double plan de la force de travail qu'elles exigent et du revenu qu'elles assurent. Il est clair que si l'on parvient à définir correctement l'une d'elles, le problème sera résolu pour les autres.

17Dans le contexte de la civilisation rurale du xixe siècle, dimensions de la propriété, travail et subsistance de la famille paysanne sont des notions qu'il faut associer et comparer entre elles pour y voir plus clair : la propriété de la terre prend tout son sens dans la mesure où elle définit une unité de travail et où ses productions assurent une unité de consommation, dans une structure familiale. En deçà, la subsistance de la famille exige le recours à un emploi salarié ; au-delà, la mise en valeur de l'exploitation exige que l'on ajoute à la force de travail de la famille celle d'une main-d'œuvre salariée. Ceci dit, qui me paraît essentiel, il serait dangereux de s'enfermer dans des définitions précises, qui seraient plus raides que rigoureuses, car il convient de tenir compte de plusieurs variables : la famille d'abord, qui n'est pas une unité simple puisqu'elle peut s'étendre du nouveau-né aux grands-parents et se dilater ou se rétrécir selon le nombre et l'âge des enfants ; le système de cultures ensuite, car la nature des productions agricoles peut exiger – je pense à la vigne, à la garance – sur une propriété de faible superficie l'emploi d'une main-d'œuvre d'appoint, à caractère saisonnier ; l'apport enfin dans une exploitation agricole de terres en location à titre de complément de la propriété que détient le paysan. C'est justement pour tenir compte de ces variables que j'hésite à suivre Ph. Vigier reprenant à son compte la définition que A. Souchon propose des différents types de propriétés :

  • 8 Ph. Vigier – Op. cit., p. 45.

"les grandes propriétés sont celles qu'un chef de famille ne pourrait songer à exploiter directement sans recourir d'une façon régulière à l'aide de salariés ; les possessions moyennes sont celles dont la récolte doit être assez abondante pour nourrir le maître et sa famille, à condition que celle-ci ne soit pas excessivement nombreuse et que tous ses membres consacrent leur activité aux soins de l'exploitation ; les petites propriétés ne dispensent pas leurs détenteurs de demander au salaire une part de leur subsistance"8.

18A partir de critères corrects – travail productif et subsistance – cette définition me paraît restreindre la fonction économique et sociale de la petite propriété, l'enfermer dans un pessimisme que ne confirmera pas l'évolution ultérieure des structures agraires et par là fausser la réalité des conditions sociales dans les campagnes vauclusiennes. La petite propriété supporte des conditions sociales très inégales, mais il ne faut pas oublier qu'elle n'est pas seulement complémentaire d'un travail salarié – ou de l'exercice d'un métier dans le cas fréquent des artisans –, qu'elle peut aussi, soit qu'elle se suffise à elle-même dans un système de cultures intensives, soit qu'elle constitue le noyau d'une exploitation agricole, être une voie d'accès à l'indépendance économique. Il me semble nécessaire de marquer fortement cette fonction au moment où le morcellement de la propriété est à son paroxysme, où les temps sont proches d'une dure sélection entre ceux qui possèdent assez pour s'adapter et ceux pour qui la propriété et la mise en culture d'une terre ne pouvaient en assurer qu'en partie leur subsistance et celle de leur famille.

19C'est pourquoi je propose une catégorie – et l'on verra qu'elle est fort nombreuse – de "très petite propriété", regroupant toutes les propriétés inférieures à un hectare, parce qu'en deçà de cette limite – quel que soit le système de cultures – un propriétaire ne peut devenir producteur agricole indépendant. Cela revient à isoler le monde des journaliers agricoles, au moins ceux qui comptent en premier lieu sur leur salaire pour vivre, et aussi une bonne partie des artisans et petits commerçants, propriétaires à titre secondaire. Ajoutons que cette catégorie, négligeable quant aux superficies qu'elle rassemble, permet d'éliminer à peu près à coup sûr les seuls propriétaires d'une propriété bâtie, que les matrices du premier cadastre ne distinguent pas des non-bâties.

20Si la petite propriété peut conduire ses détenteurs à l'indépendance économique, la moyenne propriété se comprend dans des limites telles que le travail d'une famille n'y suffise pas et aussi qu'à la force de travail des hommes s'ajoute celle d'une ou plusieurs bêtes de travail, au service d'un matériel agricole que la petite propriété ignore bien souvent. Ici par conséquent le revenu monétaire, quel que soit le système de cultures, devient l'essentiel. Mais la propriété et l'exploitation qui la prolonge ne perdent pas leur caractère familial, et cette classe de propriété peut être considérée comme l'idéal de la petite propriété. Il en va autrement avec la grande propriété, qui échappe par ses dimensions et les problèmes que pose sa mise en valeur à une conduite familiale. Là, le travail salarié est la règle et la dissociation s'impose entre direction et travail productif. Mais cela ne correspond que rarement aux conditions économiques du xixème siècle et c'est pourquoi la grande propriété est souvent morcelée en plusieurs exploitations : on retrouve ainsi la conduite familiale qui caractérise petite et moyenne propriété.

  • 9 Ph. Vigier – Op. cit., p. 126, note 2.

21Ces définitions posées, il reste à indiquer les seuils par lesquels on passe d'une catégorie à une autre. Pour échapper dans la mesure du possible à l'arbitraire, il convient de faire appel à l'expérience qu'on peut avoir des diverses classes de propriété en Vaucluse et cela du xixème siècle à nos jours pour respecter la profondeur du champ historique de notre étude. Plusieurs témoignages peuvent être invoqués : celui de Ph. Vigier9 tout d'abord, qui propose cinq hectares comme limite supérieure de la petite propriété (mais il la conçoit, nous l'avons vu, de façon plus restrictive que nous) et trente hectares comme point de départ de la grande propriété. La commission départementale chargée de l'enquête agricole de 1866 dans le Vaucluse indique pour sa part :

  • 10 A.D.V. 6 M 380.

"Il résulte de l'ensemble des réponses faites au questionnaire général que la petite propriété occupe environ 20 % de l'étendue totale du territoire, la moyenne propriété 60 %, et la grande propriété 20 %. Dans cette répartition, on considère comme sortant de la petite culture une propriété de trois hectares de terre labourable, dont l'exploitant entretient une bête de travail et fait ses oeuvres principales à la charrue ; comme moyenne propriété celle dont l'étendue varie de trois à quarante hectares, et comme grande propriété celle qui est au-dessus de quarante hectares"10.

22Il n'est pas certain que cette définition ne reflète pas des arrière-pensées idéologiques, car il y a de la complaisance à étaler la moyenne propriété de trois à quarante hectares, et cela ressemble à une volonté de nier les hiérarchies et les clivages sociaux à la campagne. Retenons cependant l'idée de "petite culture", au-dessus de trois hectares de "terre labourable" – la précision est d'importance car il y a peu de propriétés homogènes quant à la nature de leurs sols – et le lien établi entre la moyenne propriété et le recours à une force de travail animale.

  • 11 Zachariewicz : Le Vaucluse agricole, ses principales cultures Avignon, 1898.
  • 12 Monographie agricole du département de Vaucluse. Avignon, 1935.

23A la fin du siècle, le professeur départemental d'agriculture publie en s'appuyant sur les données de l'enquête agricole de 1892 un ouvrage sur l'agriculture vauclusienne11 et il propose, sur la base d'une connaissance intime de son sujet, de fixer à dix hectares le passage de la petite à la moyenne propriété, et à trente hectares le passage de la moyenne à la grande propriété. C'est à ces limites que nous nous arrêtons, considérant qu'elles sont à peu près confirmées par l'étude publiée en 193512 à la suite de l'enquête agricole de 1929, qui définit la moyenne propriété entre dix et vingt hectares de terres labourables et prairies naturelles ou artificielles. Encore une fois, nous ne les concevons pas comme rigides, mais susceptibles d'adaptations, d'ajustements, en fonction des conditions naturelles. Et surtout nous proposons une subdivision de la catégorie petite propriété, de part et d'autre du seuil des cinq hectares. Cette subdivision présente un double intérêt : d'une part, elle permet de tenir compte des conditions naturelles, d'autre part, dans une étude qui se veut évolutive, elle permet de repérer et apprécier un processus promotionnel dans l'appropriation foncière, et cela à un niveau socialement très important.

III – PRÉSENTATION ET ANALYSE DES RÉSULTATS : LA RÉPARTITION DE LA PROPRIÉTÉ

A – RÉSULTATS D'ENSEMBLE

24Une première lecture des résultats du dépouillement des matrices cadastrales s'opère au niveau de leur totalisation, qui fait apparaître un état "moyen" des faits de propriété dans l'échantillon et au-delà dans le département.

1er CADASTRE (1820-1840) : RÉPARTITION DE LA PROPRIÉTÉ. RÉSULTATS D'ENSEMBLE

1er CADASTRE (1820-1840) : RÉPARTITION DE LA PROPRIÉTÉ. RÉSULTATS D'ENSEMBLE

sup. = superficie – cad. = cadastral – moy. = moyenne

25On remarque, pour chaque classe de propriété, la vive opposition entre eux de deux indices : celui des effectifs de propriétaires et celui de la superficie des propriétés. Très importantes par leur nombre, exprimant par là la large diffusion dans la société du fait de propriété, les très petites propriétés sont négligeables par les superficies qu'elles rassemblent, et la discordance des deux indices est telle qu'on comprend bien la nécessité de dissocier à ce niveau la propriété terrienne et les moyens d'existence. A l'opposé, les grandes propriétés s'imposent dans le système agricole par leur étendue, alors que le nombre de ceux qui les détiennent est très faible. Quel que soit le mode d'exploitation auquel elles donnent lieu, elles évoquent une hiérarchie sociale rigoureuse, qu'accentue encore la sous-représentation des catégories intermédiaires. On observe en effet que celle des propriétés de dix à trente hectares, – la moyenne propriété –, mais aussi celle de cinq à dix hectares – les couches supérieures de la petite propriété – rassemblent des effectifs faibles. Une remarque s'impose à propos de la catégorie cinq-dix hectares. Alors même qu'elle s'inscrit dans les limites générales de la petite propriété, elle a un comportement qui la distingue nettement de la classe de un à cinq hectares et c'est à son niveau que s'opère le renversement de l'opposition entre les indices des effectifs et des superficies : les propriétaires de un à cinq hectares représentent 38 % du nombre total des propriétaires mais ne se partagent que 22 % des superficies ; ceux de cinq à dix hectares ne sont plus que 8 % de l'effectif total mais détiennent 15 % des superficies. C'est bien un processus d'accession à une nouvelle situation économique et sociale que l'on saisit à ce stade. Ceci dit, qui ne concerne qu'une couche peu nombreuse parmi les petits propriétaires, on est frappé par l'écrasement numérique des moyens propriétaires et le face à face, dans les relations sociales, des petits et des grands propriétaires.

26L'indice du revenu cadastral est lui-même, dans chaque classe de propriété, en discordance avec celui des superficies. On s'explique aisément la chose pour les très petites propriétés, où le revenu cadastral des propriétés non-bâties est nécessairement faible. Si l'on isole ce cas particulier, on peut dire que, à mesure qu'on s'élève dans la hiérarchie des propriétés, leur revenu cadastral décroît. La structure des propriétés n'est pas identique d'une catégorie de propriétés à une autre, la part des terres improductives est plus forte dans les grandes que dans les petites. Ce phénomène est facile à comprendre, mais il est important car il nous propose un élément de pondération qui corrige en hausse la valeur économique de la petite propriété, en particulier dans ses couches inférieures. Certes, les distances sociales restent très grandes entre petite et grande propriété, mais l'attachement à la petite propriété, sa vertu d'enracinement seront d'autant plus forts qu'elle est économiquement viable et surtout adaptable aux progrès techniques.

27Ces constatations relèvent d'une observation très générale, qui doit être poursuivie au niveau des éléments constitutifs de l'échantillon, c'est-à-dire des communes dont le cadastre a été dépouillé. On peut, dans un premier temps, considérer les indices moyens calculés dans chaque commune : superficie moyenne et revenu cadastral moyen d'une propriété. La représentation graphique qu'on peut en faire montre la grand dispersion de ces indices et la diversité des situations, puisque à des superficies moyennes identiques ou très voisines correspondent parfois des revenus cadastraux moyens sensiblement différents. La superficie moyenne dans ses variations traduit l'influence des conditions naturelles : Loriol, Saint-Saturnin-lès-Avignon qui présentent l'indice le plus faible sont des terroirs de plaine, Aurel et Saint-Christol doivent à leur situation sur les plateaux calcaires de Vaucluse le chiffre élevé de la superficie moyenne d'une propriété sur leur territoire. Mais aussi, nous y reviendrons, la part plus ou moins forte des grandes propriétés intervient pour abaisser ou remonter le chiffre de la superficie moyenne. Dans ce cas une discordance peut apparaître entre cet indice et celui du revenu cadastral moyen : celui-ci est généralement faible s'il s'inscrit dans un contexte physique défavorable, il peut être élevé et accompagner une superficie moyenne également élevée si elle est le produit de rapports sociaux favorables à la grande propriété, dans un terroir de plaine favorable par nature au morcellement de la propriété : c'est le cas par exemple de Violès. On le voit, les cas particuliers ne manquent pas, qui rendent compte de la diversité des situations... Mais le graphique montre nettement une forte corrélation entre les conditions naturelles et la structure de la propriété : dans sa partie gauche où figurent les communes à faible superficie moyenne d'une propriété – et ce sont le plus souvent des communes de plaine – se rencontrent également les revenus cadastraux moyens les plus élevés.

28Nous avons déjà soulevé le problème que pose la très petite propriété, inférieure à un hectare : on peut préciser son rôle et son importance en procédant aux mêmes calculs de moyennes communales, sans tenir compte d'elle, et en superposant la représentation graphique des résultats obtenus à celle précédemment réalisée. On obtient, bien sûr, des chiffres supérieurs puisque, partout et de loin, le nombre des très petits propriétaires est sans commune mesure avec l'importance des biens qu'ils possèdent. Ces nouvelles données chiffrées ne modifient pas sensiblement l'allure du graphique, mais deux faits sont cependant à signaler. Ce sont les communes où la superficie moyenne d'une propriété était la plus faible qui voient s'accroître dans les plus fortes proportions cet indice : il ne faut pas en être surpris puisqu'elles s'inscrivent généralement dans un contexte physique favorable à l'émiettement de la propriété. Bien entendu, on observe aussi une forte élévation du revenu cadastral moyen dans ces communes. Par contre les communes qui en raison de leurs conditions naturelles ont une superficie moyenne de propriété élevée sont moins touchées que les précédentes par le retranchement des très petites propriétés et l'incidence en est particulièrement faible pour l'évaluation du revenu cadastral moyen. Par là s'accroît la distance entre les communes que favorisent et celles que pénalisent les conditions naturelles, et on peut dire que l'élimination des très petites propriétés introduit plus de vérité économique dans les calculs que l'on peut faire. Cette constatation ne peut que nous justifier à isoler des autres catégories de propriétés celle des très petites propriétés.

B – LA TRÈS PETITE PROPRIÉTÉ

  • 13 R. Laurent – Op. cit., T. II, p. 24.

29Mais avant d'en venir là, pour nous garder de tout reproche de simplification abusive, envisageons pour lui-même le cas de la très petite propriété. Pour cela – et nous ferons de même pour les autres catégories de propriétés- nous disposons, dans le cadre de chaque commune, d'un triple indicatif : celui du nombre des propriétaires de la catégorie considérée, celui de la superficie de leurs biens et celui du revenu cadastral afférent à leurs biens. Pour permettre les comparaisons de commune à commune, ces indicatifs ne sont pas exprimés en valeur absolue, mais en pourcentages par rapport respectivement à l'effectif total des propriétaires, à la superficie totale des biens et au revenu cadastral total de la commune. Le quotient de propriété13 complète les éléments d'analyse dont nous disposons : il exprime le rapport du pourcentage des propriétaires au pourcentage des biens qu'ils détiennent et il nous renseigne sur le degré de concentration des biens à l'intérieur de la catégorie de propriété : plus le quotient est élevé, plus est forte la concentration et inversement.

30Les propriétaires de moins de un hectare représentent 16 % de l'effectif des propriétaires et possèdent 1 % des terres à Saint-Christol, et ces indicatifs montent à 80 % et 23 % à Loriol : telles sont les limites extrêmes où s'inscrit le phénomène de la très petite propriété. Elles suggèrent les facteurs qui expliquent ses variations : de la montagne à la plaine, la très petite propriété se diffuse toujours plus largement, en relation avec la fertilité croissante des sols qui valorise des parcelles minuscules, en relation aussi avec le nombre des hommes et les possibilités de travail que leur assure l'agriculture diversifiée et intensive des plaines. Il résulte de ceci que si elle est négligeable là où les conditions naturelles et le système agricole lui sont peu favorables, la très petite propriété ne peut être ignorée pour ses implications sociales là où elle apparaît comme le produit d'une évolution économique et démographique positive. Il est certain qu'elle procure aux journaliers un complément de ressources – mieux, de subsistance – appréciable, mais aussi il est rare sinon exceptionnel qu'elle intervienne avec un poids appréciable dans l'économie d'échanges villageoise. Ce peut être le cas à Loriol, à Saint-Saturnin-lès-Avignon où elle représente 18 % de la superficie, à grand peine à Lapalud où 65 % des propriétaires se partagent 11 % des terres, mieux à Lauris où pour un même pourcentage de la superficie des terres les très petits propriétaires ne sont que 46 % de l'effectif. C'est dans ces villages d'ailleurs que le quotient de propriété est le plus élevé, ce qui est un indice de l'importance économique qu'y prend la très petite propriété. Mais partout ailleurs la disproportion est si grande entre le nombre des très petits propriétaires et les superficies qu'ils détiennent qu'on peut sans fausser gravement la réalité, ne pas tenir compte de cette classe de propriétés. Nous retrouverons d'ailleurs son importance sociale quand nous évoquerons la catégorie sociale des journaliers.

C – LA PETITE PROPRIÉTÉ

31Donc, nous ne raisonnons plus sur la totalité des propriétés, mais sur celles qui sont égales ou supérieures à un hectare. C'est dans ce cadre réaliste que nous analyserons les différences classes de propriété et tout d'abord celles qui définissent la petite propriété. La plus modeste, qui va de un à cinq hectares, est aussi la plus importante, par ses effectifs qui ne sont nulle part inférieurs à 40 % de l'effectif total et parfois par les biens qu'elle rassemble, qui peuvent aller jusqu'à 55 % de la superficie totale. Ce qui frappe au premier abord, c'est la relative homogénéité de ses effectifs, qui presque partout la définissent comme la classe de propriété de la masse paysanne. Il est vrai que les biens possédés se distribuent sur une gamme beaucoup plus large : 4 % de la superficie à Saint-Christol, 55 % à Saint-Didier... En d'autres termes, cette propriété, d'essence paysanne à n'en pas douter, exprime des situations économiques et sociales fort diverses.

32La diversité s'inscrit d'abord dans les contraintes ou les facilités des conditions naturelles : il y a concordance entre les indices les plus faibles, tant pour les effectifs que pour les superficies, et les communes des hauts reliefs, aux sols maigres et arides, comme Saint-Christol, Aurel, Vitrolles, Beaumont-d'Orange. Symétriquement, les indices les plus forts se rencontrent dans les villages des plaines fertiles, Saint-Didier, Saint-Saturnin-lès-Avignon, Bédarrides, Lauris. D'une manière générale, la petite propriété a de fortes positions dans les pays d'agriculture diversifiée, mais aussi la part des biens qu'elle détient est d'autant plus importante qu'elle ne subit pas la concurrence de la grande propriété : c'est le cas à Sainte-Cécile, à Joucas, à Roaix, communes de la zone intermédiaire. Par contre, le quotient de propriété est faible dans d'autres villages où les conditions naturelles sont aussi favorables, mais où de grandes propriétés limitent l'extension de la propriété paysanne : c'est le cas à Villelaure, à Lapalud, à Violès. Il est enfin d'autres situations, où le territoire communal présente une double structure, l'une favorable à la petite propriété ; l'autre défavorable. On l'observe à Cheval-Blanc, Cucuron, deux villages adossés au Luberon, associant des terroirs de plaine à d'autres de montagne. La petite propriété est alors circonscrite dans les limites des terroirs de plaine et elle présente la caractéristique d'un revenu cadastral proportionnellement très supérieur à l'étendue de ses biens. On constate d'ailleurs fréquemment le dépassement de l'indice du revenu cadastral par rapport à celui de la superficie des biens, ce qui confirme l'adaptation et la rentabilité économique de la petite propriété. C'est donc, en définitive, une classe de propriété d'analyse simple, elle exprime une réalité sociale essentielle : celle de la paysannerie parcellaire. Retenons qu'elle est parfois contenue dans son développement par les môles de résistance que peut lui opposer la grande propriété : la lutte est engagée entre ces deux structures agraires complémentaires autant qu'antagonistes, et l'évolution économique joue alors plutôt en faveur de la propriété parcellaire.

33Avec les propriétés de cinq à dix hectares, nous atteignons les couches supérieures de la petite propriété, mais aussi nous introduisons dans notre recherche un moyen de repérer les petites propriétés là où les conditions naturelles ne leur permettent guère de s'exprimer au-dessous du seuil de cinq hectares. Il est significatif, justement, qu'elles rassemblent les effectifs les plus importants dans des communes de la montagne, comme Beaumont-d'Orange, Saint-Christol. Mais elles sont aussi caractéristiques des villages de la zone intermédiaire, puisqu'elles sont bien représentées à Roaix, Joucas, Vénasque. Il convient d'ailleurs de noter que là elles rassemblent une proportion des biens largement supérieure à celle des effectifs, et on peut penser, pour expliquer leur importance, qu'elles représentent tout à la fois adaptation aux conditions naturelles et réussite, à une échelle évidemment modeste, pour ceux qui les détiennent. Indiscutablement, cette catégorie présente une certaine ambiguïté, et on le voit aussi dans les communes où son implantation est la plus faible. Ce sont des communes de plaine, très précisément celles qui atteignent les indices maxima pour la catégorie de un à cinq hectares : Saint-Didier, Villelaure, Saint-Saturnin-lès-Avignon.

34Aucun doute possible, dans les conditions de sol les meilleures et donc de mise en valeur intensive, la limite de cinq hectares est difficile à franchir pour le petit producteur indépendant, dans l'hypothèse – à vrai dire la plus vraisemblable – où il est propriétaire des biens qu'il cultive. C'est bien ce qui explique ici le petit nombre des propriétés de cinq à dix hectares, mais leur quotient de propriété est aussi élevé, témoignage de leur dynamisme et de la force d'entraînement qu'elles peuvent avoir pour les petites propriétés – les plus nombreuses – de la catégorie inférieure. Elles nous proposent donc une mesure de la réussite, une promotion possible sans sortir du cadre de la petite propriété. Elles n'ont pas ce caractère dans les communes de la montagne, où elles rassemblent une proportion de biens inférieure à celle de leurs effectifs : Saint-Christol, Aurel, Vitrolles. Là, elles sont tout simplement la petite propriété, qui ne pourrait pas vivre à moins que cela. Mais elles peuvent aussi, comme nous l'avons remarqué pour les propriétés de un à cinq hectares, être bloquées dans leur développement par l'existence de grandes propriétés importantes, et c'est le cas à Uchaux et Bonnieux. Pour conclure, on peut dire que cette catégorie de propriété, sensible aux conditions naturelles comme au jeu des facteurs économiques, nous apparaît, à la date où nous la saisissons, incertaine de son avenir. Il faudra donc être très attentif à son évolution.

D – LA MOYENNE PROPRIÉTÉ

  • 14 Ph. Vigier et P. George – Op. cit., passim.

35La moyenne propriété, définie par les biens compris entre dix et trente hectares, n'est pas en position de force et c'est une caractéristique, que d'autres ont notée avant nous14, de sa situation très inconfortable, entre la petite et la grande propriété qui se partagent la plus belle part. Elle réalise ses plus belles performances là où elle est l'expression la plus harmonieuse de conditions naturelles médiocres, qui la définissent de ce fait comme l'unité de production la plus efficace pour le paysan à la fois propriétaire et exploitant. C'est le cas à Vitrolles, à Saint-Romain-en-Viennois, à Beaumont-d'Orange, où la vie est moins rude et le travail de la terre moins ingrat que sur les hauts plateaux calcaires de la région de Sault. Là, et on le voit bien sur les matrices cadastrales d'Aurel et de Saint-Christol, la moyenne propriété, si elle rassemble des effectifs appréciables, ne s'impose nullement au plan des superficies, et c'est bien la preuve qu'elle maintient encore ses détenteurs dans la médiocrité, comme nous l'avons déjà noté pour la catégorie précédente : on en a confirmation par le taux très faible du quotient de propriété dans ces communes.

  • 15 Ph. Vigier – Op. cit., p. 205 – texte et note 3.

36Par contre, le quotient de propriété est très élevé dans les communes de plaine où la moyenne propriété, négligeable par ses effectifs, concentre des superficies appréciables. C'est que dans ces villages, Saint-Didier, Lauris, Saint-Saturnin-lès-Avignon, Loriol, la moyenne propriété définit une situation économique et un état social voisins de ce qu'on peut observer dans des conditions moins favorables pour la grande propriété. Elle n'échappe pas par conséquent, elle aussi, à une certaine ambiguïté, et c'est dans les villages de la zone intermédiaire qu'elle répond le mieux aux critères économiques et sociaux qui la définissent en tant que telle : à Bonnieux, à Roaix, à Vénasque, à Cucuron elle est à la fois accordée aux conditions naturelles qui imposent diversité et inégalité d'aptitudes dans le périmètre d'une même propriété et aux exigences de la réussite, jusqu'à l'aisance et au statut social de notable rural. Elle peut, de la même manière, constituer un bien de rapport appréciable par le truchement de la rente foncière. Ce sont d'ailleurs ces caractéristiques qui limitent son extension : elle est peu accessible pour le petit propriétaire, car elle implique à son niveau une réussite qui reste exceptionnelle ; elle ne peut guère procéder d'un morcellement de grands domaines livrés, lorsque les circonstances se prêtent à leur disparition, à la faim de terre de la masse des petits propriétaires – ce qui est, c'est bien connu15, un facteur de hausse du prix des terres.

E – LA GRANDE PROPRIÉTÉ

  • 16 Ph. Vigier (Op. cit., p. 39 note 3) indique qu'en 1847 de Rouvil était le plus riche électeur censi (...)
  • 17 Les garrigues du Plan-de-Dieu ont été récemment gagnées à la culture. Les moyens modernes ont permi (...)

37Reste donc la grande propriété, dont la limite inférieure se trouve à trente hectares. Certes, elle n'a pas partout la même signification économique et le seuil ainsi fixé lui confère une importance excessive à Aurel et Saint-Christol, communes représentatives de la région naturelle la plus répulsive du département. Mais si on isole ces cas particuliers, on est frappé par le très petit nombre de ses détenteurs, toujours inférieur à 10 % de l'effectif total des propriétaires, et par les variations très sensibles d'une commune à l'autre de la part des biens qu'elle concentre. Plusieurs situations, donc, sont à envisager. Il y a tout d'abord celle des communes où elle se présente avec un faible quotient de propriété : Vitrolles, Beaumont-d'Orange sont dans ce cas, Bonnieux et 3oucas de façon un peu moins nette. Dans ces communes, adossées au Lubéron (Bonnieux et Vitrolles) ou aux Monts de Vaucluse (Joucas et Beaumont-d'Orange) la forte proportion de terres improductives accroît le nombre des grandes propriétés, car le seuil de trente hectares est ici plutôt faible. Il ne faudrait pas pour autant sous-estimer leur importance, certaines d'entre elles constituent de très grands domaines, non seulement par leur superficie mais aussi par leur productivité et leur rentabilité, dont on peut se faire une idée par le revenu cadastral. C'est le cas à Bonnieux de la propriété de Rouvil16 : 169 hectares et 7 446 francs de revenu cadastral, et de la propriété Massip : 171 hectares et 5 920 francs de revenu cadastral. On peut assimiler à ce type de grande propriété où la contrainte des conditions naturelles s'exerce fortement, le cas de Cheval-Blanc, avec l'extrémité occidentale du Luberon, de Uchaux avec ses collines calcaires, de Violès où une grande propriété de 350 hectares se confond avec les garrigues caillouteuses, domaine du chêne vert et du buis, du Plan-de-Dieu17 et de La Tour-d'Aigues, qui présente un écart sensible entre la part des biens de la grande propriété : 46 % et celle de son revenu cadastral : 21 %. Là aussi, il faut compter avec la masse du Luberon et une propriété de 31 hectares est affectée d'un revenu cadastral de 1 500 francs alors que plusieurs autres, de même étendue, oscille entre 175 et 300 francs de revenu cadastral.

  • 18 Ph. Vigier (Op. cit., p. 138 et 139) indique que le domaine de Forbin, qui sera vendu en 1848 après (...)

38Hétérogène là où elle correspond à des conditions naturelles médiocres ou contrastées, la grande propriété s'impose comme l'expression indiscutable du capitalisme foncier quand elle surgit, pour la dominer, dans une structure agraire à large diffusion de petite propriété. C'est à Villelaure qu'elle trouve son expression la plus achevée, puisque le marquis de Forbin-Janson possède à lui seul 700 hectares18, d'un revenu cadastral de 10 398 francs, soit environ 50 % du territoire communal approprié, et des meilleures terres. Certes, le destin de cet énorme domaine devait être malheureux puisqu'il fut vendu en petits lots, mais cela ne condamne pas pour autant la grande propriété en tant que structure économique efficace et rentable. On le voit aux positions fortes et durables qu'elle détient dans d'autres villages de plaine : Lapalud, Lagnes, Loriol, Bédarrides pour ne citer que les cas les plus significatifs. Ici, pas de discordance entre l'indice des biens possédés et celui de leur revenu cadastral, et c'est un témoignage de leur valeur économique. Dans ces communes proches des villes, la propriété à ce niveau est souvent bourgeoise ou nobiliaire : les d'Alauzier possèdent à Bédarrides un domaine de 57 hectares ; le marquis Testu de Balicourt est propriétaire à Lapalud de 57 hectares qui forment une partie de son domaine des Barrinques, situé pour l'essentiel sur la commune voisine de Lamotte-du-Rhône ; le marquis de Fortia, qui réside à Paris, possède 155 hectares à Lagnes, le marquis de Cambis en possède pour sa part 120 hectares, affectés du plus gros revenu cadastral de la communes : 3 193 francs. Clientèle soumise ou semi-prolétariat sensible à l'infériorité et à la dépendance de sa condition, la paysannerie parcellaire de ces villages est indissociable de cette grande propriété.

39Reste le cas des communes où la grande propriété n'est pas ou n'est que faiblement implantée. On remarque ce fait dans des villages de plaine qui ne sont pas différents dans leur système agricole de ceux précédemment analysés : pourquoi la grande propriété n'y a-t-elle pas eu prise ? On ne peut qu'invoquer les circonstances historiques, et aussi le fait qu'il s'agit de villages de faible superficie : Saint-Didier, Saint-Saturnin-lès-Avignon, qui ne peuvent être isolés des villages voisins, avec lesquels ils constituent un tissu plus homogène qu'il n'y paraîtrait si on les enfermait artificiellement dans les limites de leur territoire communal. Mais la grande propriété est aussi quasi inexistante dans des communes de la zone intermédiaire, comme Roaix, Saint-Romain-en-Viennois, Sainte-Cécile. Là aussi il faut compter avec les situations historiques variables d'un lieu à un autre, mais encore faire intervenir le caractère "moyen" des conditions naturelles, à mi-chemin entre la facilité et la dureté : or, la grande propriété se justifie ou bien par les profits qu'elle dégage, ou bien par les superficies qu'exigent des conditions naturelles défavorables ; on comprend donc qu'elle ignore ces pays qui ne sont en aucune manière son lieu d'élection.

IV – LA PROPRIÉTÉ FORAINE

40On peut encore demander au cadastre une autre information, relative à la résidence des propriétaires : elle nous éclaire, par le jeu de la propriété foraine, sur l'unité ou la dissociation du couple propriété-exploitation et ainsi elle nous introduit dans la connaissance des modes de faire-valoir, qu'une étude des structures agraires ne saurait négliger. Pour alléger un travail de dépouillement long et fastidieux, je me suis borne à repérer la résidence des propriétaires de plus de cinq hectares ; par ailleurs, pour des raisons précédemment exposées, j'ai distingué les propriétaires forains des propriétaires résidant dans une commune limitrophe de celle où se trouve leur propriété. Les résultats obtenus sont exprimés en pourcentages par rapport aux effectifs, aux superficies et au revenu cadastral de l'échantillon dans son ensemble, de chaque catégorie de propriétés ou de chaque commune. L'étude peut aussi être conduite à différents niveaux, dans la perspective d'une analyse de plus en plus précise.

41En premier lieu, considérons la question de la résidence pour l'ensemble des propriétés de plus de cinq hectares. Elles appartiennent dans leur très grande majorité à des propriétaires résidents, mais l'indice des biens que ceux-ci possèdent est sensiblement inférieur à celui de leur nombre et la différence s'accuse encore pour le revenu cadastral. Naturellement les propriétés foraines, limitrophes ou non, compensent ces déséquilibres, qui traduisent une certaine inégalité au profit de la non-résidence. Elle est plus importante à mesure qu'on s'élève dans les catégories de propriété. Ce mouvement se suit très nettement, mais il présente des différences entre propriétés limitrophes et propriétés foraines. Pour les premières, les trois indices signalant les propriétés croissent d'un même rythme, les discordances entre eux sont négligeables et l'on peut aisément expliquer cette croissance par la difficulté toujours plus grande qu'il y a à faire tenir dans les limites d'un territoire communal des biens de plus en plus étendus. Ainsi, les propriétés foraines limitrophes traduisent l'inadéquation inévitable des limites administratives au fait juridique et historique de la propriété. Le cas des propriétés foraines est d'une interprétation plus complexe. D'une part, leur nombre s'accroît très fortement de la moyenne à la grande propriété, d'autre par les divergences vont en s'accusant entre l'indice du nombre, celui des superficies et surtout celui du revenu cadastral. Ici par conséquent, la non-résidence tend à définir des propriétés non seulement très grandes, mais aussi d'une valeur économique et donc d'une rentabilité particulièrement fortes. On imagine, bien sûr, que cette considération pèse lourd dans la détermination des propriétaires non-résidents de conserver dans leur patrimoine des biens dont ils sont physiquement détachés.

1er CADASTRE (1820-1840) : RÉSIDENCE DES PROPRIÉTAIRES (Résultats d'ensemble)

1er CADASTRE (1820-1840) : RÉSIDENCE DES PROPRIÉTAIRES (Résultats d'ensemble)

42La propriété foraine ainsi analysée dans ses rapports avec les autres types de propriété nous introduit donc dans le mécanisme complexe des structures et des rapports sociaux, et c'est ce qui fait l'intérêt de son étude. Prenons garde toutefois de ne pas la privilégier, car la grande propriété est sur ce plan signifiante par elle-même, qu'elle s'accompagne ou non de la résidence : elle implique en tout état de cause un prélèvement sur le revenu de la communauté villageoise, par la rente foncière ou le profit de l'exploitation dans le cas d'une gestion directe. Mais les rapports sociaux ne se posent pas seulement en termes de revenu, la présence ou l'éloignement du grand propriétaire déterminent des liens quotidiens ou des relations lointaines qui retentissent nécessairement sur le vécu et la qualité des rapports sociaux. Il faut bien voir par ailleurs que la direction lointaine d'une propriété – nous aurons l'occasion de le vérifier par des études précises – n'offre pas toutes les garanties d'efficacité et qu'elle crée parfois les conditions de sa propre disparition. Bref, les raisons ne manquent pas pour justifier cette étude ; il convient maintenant de la poursuivre au niveau des communes, pour rechercher dans la diversité des situations les facteurs et conditions favorables et défavorables à la propriété foraine.

  • 19 De Reparaz, dans son ouvrage : Le Plateau de Saint-Christol, étude de géographie rurale en Haute Pr (...)

43Tout d'abord, la propriété foraine est inexistante dans plusieurs communes : Joucas, Roaix, Saint-Romain-en-Viennois, Uchaux et Vitrolles ; on peut rattacher à ce groupe Beaumont-d'Orange, Aurel, Saint-Christol et Cucuron où elle est insignifiante. Il est remarquable que, à l'exception de Uchaux où intervient le fait accidentel et isolé d'un très grand domaine – près de 400 hectares – dont le propriétaire réside à Orange, et la proximité de la ville fausse ici sans doute le contenu du qualificatif limitrophe, ces communes ne comptent que très peu de propriétés dont les détenteurs résident dans une commune limitrophe. Il existe donc, car la corrélation est trop fréquente pour n'être que coïncidence, des situations qui excluent à peu près toute autre forme de propriété que résidence. Et l'on voit bien ce qui définit ces situations, puisqu'il s'agit de villages de la montagne ou de la zone intermédiaire, constituant, dans une nature répulsive ou à tout le moins peu favorable, des unités de vie et d'activité économique où se réalise une relative harmonie entre les conditions naturelles avec leurs contraintes, les dimensions du terroir et le nombre des hommes. Ces villages forment, de ce fait, des communautés consacrées par la nature et par la tradition, et le fait juridique de la propriété traduit d'une certaine manière, par l'enracinement des propriétaires au lieu où ils possèdent, la vie repliée sur elle-même, dans une économie faiblement ouverte sur le monde extérieur, de ces communautés. On le sait, dans ces communes, les termes de petite, moyenne et grande propriété sont l'expression de conditions naturelles défavorables plus que de rapports sociaux étroitement hiérarchisés. On est donc en présence, si l'on combine toutes ces caractéristiques, d'un type de structures agraires que nous a permis de repérer et de définir l'étude conduite à travers notre échantillon de communes. C'est ici que les hommes dans leur rapport à la terre – tel qu'il est traduit par l'appropriation foncière – apparaissent le plus soumis aux contraintes de la nature ; c'est ici aussi que la fonction vitale de la mise en valeur de la terre – en d'autres termes la recherche de leur subsistance par les hommes – est la plus pure, la mieux conservée, ce qui isole aussi la communauté du monde extérieur. A beaucoup d'égards, c'est un anachronisme, une survivance, au moment où nous le saisissons, et on ne peut guère le rencontrer que dans les lieux déshérités puisque c'est la condition même de sa survie19.

44Très faible encore à Lauris et Vénasque, la propriété foraine prend un peu plus de consistance à Bonnieux, Violés, Sainte-Cécile, la Tour-d'Aigues et Cheval-Blanc. Mais ce groupe de communes ne constitue pas une catégorie aussi homogène que la précédente. Certes, aucune ne se signale par des conditions naturelles très favorables, mais on ne peut aller plus loin dans l'analogie. Pour certaines, Bonnieux, La Tour-d'Aigues, Violès, la présence de grands propriétaires-résidents de vieille souche locale, noble ou bourgeoise, écarte la possibilité d'une propriété foraine de quelque importance : elle n'a pas sa place dans des structures de propriété anciennes et qui n'évoluent que très lentement. N'est-ce-pas d'ailleurs le cas également, même si le contexte naturel est différent, pour Sainte-Cécile, village de la vigne et de la propriété parcellaire ? Et pour Cheval-Blanc, qui commence seulement à coloniser son terroir de la vallée de la Durance ? Il est significatif que dans cette commune le revenu cadastral des propriétés foraines soit faible : cela montre bien qu'elles sont inséparables de la mise en valeur traditionnelle, et qu'elles n'ont rien à voir avec le peuplement et la mise en culture des terres de la vallée, gagnées sur les crues et les divagations de la Durance. Pour nous résumer, nous sommes ici en présence de communes où les faits de propriété expriment un rapport ancien et toujours équilibré entre les hommes du lieu et la terre sur laquelle ils vivent. La différence entre elles et celles précédemment étudiées est de degré et non de nature : la tradition reste le fait majeur ; simplement elle s'exprime ici dans un contexte naturel moins défavorable et elle n'est pas de ce fait exclusive de relations avec le monde extérieur, ce qui traduit à sa manière la propriété foraine.

45Est-ce un degré supérieur d'un fait de même nature que nous atteignons avec le dernier groupe de communes que l'on peut repérer ? Saint-Saturin-lès-Avignon, Caderousse, Loriol, Lapalud, Bédarrides, Saint-Didier, Lagnes et Villelaure présentent au moins un trait commun : ce sont des villages de plaine et d'agriculture diversifiée et intensive. En harmonie avec ces conditions naturelles, la petite propriété y détient des positions importantes, mais aussi parfois la grande propriété et on a affaire alors à une propriété foraine : c'est à Villelaure qu'elle est de très loin la plus importante, parce qu'elle s'identifie avec le domaine Forbin-Janson ; mais elle est aussi importante à Lagnes et Bédarrides, et même à Lapalud. La différence de situation est remarquable avec des communes comme Bonnieux, La Tour-d'Aigues, Violès où la grande propriété, d'un ordre de grandeur comparable, est essentiellemnent résidente. On ne peut l'expliquer qu'en invoquant l'inégalité des revenus et des profits : dans les plaines, la propriété foncière compte plus par les profits qu'elle dégage que par son origine ; les grands propriétaires, s'ils sont nobles et donc de tradition, la conservent lorsqu'ils s'installent en ville et les bourgeois de la ville l'acquièrent à grands frais pour sa rentabilité et pour la considération sociale qu'elle confère. Nous sommes ici dans un rapport villes-campagnes très différent de ce qu'on peut observer dans les régions de la zone intermédiaire et de la montagne. Avignon, mais aussi Carpentras, rayonnent sur la plaine du Comtat et c'est là qu'on trouve les grandes familles du Comtat, qui ne résident plus sur leurs terres mais ne s'en désintéressent pas. Bien sûr, là où la grande propriété est faible, la propriété foraine a de moins fortes positions : Saint-Didier, Loriol, Caderousse en témoignent, mais elle est supérieure aux pourcentages des communes des deux premiers groupes, ce qui confirme la corrélation essentielle entre propriété foraine et rentabilité de l'agriculture.

46On voit par là se profiler un type de structures agraires à l'opposé de celui que nous avons tout d'abord présenté et défini comme représentatif d'une agriculture traditionnelle, orienté vers la subsistance du groupe humain qui possède et exploite la terre. Ici, la propriété foncière définit une hiérarchie sociale, en raison même de la valeur économique que lui confère sa mise en valeur intensive et elle propose des clivages sociaux que précise encore le phénomène de la propriété foraine, puisqu'elle contribue à dissocier plus nettement propriété et exploitation, en d'autres termes jouissance et travail de la terre. Indiscutablement, le système agricole des plaines, ouvert aux cultures commerciales, générateur d'un revenu monétaire, valorise la propriété foncière qui peut devenir le support d'un capitalisme agricole. Mais aussi, dans un contexte technique qui ignore le machinisme agricole, ce système agricole prime le travail humain, facteur essentiel de productivité, et c'est ce qui explique que les structures agraires peuvent aussi bien, quand l'histoire n'a pas apporté la grande propriété, s'orienter vers la diffusion croissante de la petite propriété, à la mesure des unités d'exploitation possible. L'on peut en déduire que dans ce cas la grande propriété se prolonge à peu près nécessairement par son morcellement en petites exploitations, en accord avec les possibilités techniques et démographiques. Il conviendra d'être attentif à ce fait, qui peut être un facteur de fragilité pour la grande propriété.

47Par conséquent, l'étude du cadastre telle que nous l'avons conçue et conduite met en évidence deux types de structures agraires d'autant plus faciles à distinguer qu'ils sont opposés l'un à l'autre. La propriété et le classement hiérarchique de ses diverses classes sont, dans les deux cas, étroitement soumis aux conditions naturelles et servent de support à des réalités sociales très différentes : d'une part, dans un contexte difficile, des communautés repliées sur elles-mêmes et solidaires dans leur destin ; d'autre part, là où la nature est favorable, des campagnes qui s'ouvrent aux activités commerciales, qui adaptent à des exigences nouvelles leur système agricole, mais aussi où s'organisent des groupes sociaux plus opposés dans leurs intérêts propres que solidaires par leur vie collective. Entre ces deux pôles, où le passé se survit et où s'annoncent les mutations de l'avenir, bien des situations intermédiaires se remarquent, mais on peut difficilement en établir la typologie. On peut cependant dégager une situation médiane, où la moyenne propriété est en position de force parce qu'elle exprime un accord entre les conditions naturelles et les exigences en force de travail d'une unité de production, où se réalise un relatif équilibre entre les diverses classes de propriété et où la propriété résidente est sans rivale. Ce n'est pas un type de structure agraire à proprement parler car les caractères ainsi signalés ne se rencontrent pas toujours ensemble et ils doivent être interprétés avec souplesse. Disons, pour situer ces cas, qu'on les rencontre à La Tour-d'Aigues, à Bonnieux et à Sainte-Cécile, mais aussi qu'ils s'appliquent à Joucas et Roaix déjà classés dans le type traditionnel de structure agraire. La difficulté vient de la diversité des situations, que, pour simplifier, je résume en une situation moyenne, intermédiaire entre les deux pôles qu'il a été possible de mettement individualiser. Justement, on observe que ces situations se rencontrent géographiquement dans ce que j'ai appelé, faute de mieux, la zone intermédiaire et il y a là un fait significatif : croisement des influences contradictoires de la plaine méditerranéenne et de la montagne alpine, la zone de collines et de plateaux troués de bassins ainsi définie inscrit dans ses structures agraires ambiguës, où les contraintes naturelles mais aussi le poids des hiérarchies sociales interviennent, l'incertitude et les limites de son économie devant la question de son adaptation au progrès, qui implique le dépassement de l'économie de subsistance.

V – LES MODES DE FAIRE VALOIR

48Il nous faut passer maintenant de l'étude du fait juridique de la propriété à l'analyse du fait économique de l'exploitation, c'est-à-dire des différents modes de faire-valoir, dont dépendent les mécanismes de formation et de répartition du revenu agricole. Nous approchons ainsi de plus près la réalité et la complexité des rapports sociaux qui organisent la société paysanne. C'est une entreprise difficile, pour laquelle nous n'avons pas le recours d'une documentation statistique rigoureuse et irréprochable comme le cadastre. Nous n'avons à notre disposition qu'une source spécifique : les enquêtes agricoles, mais il y a beaucoup à dire sur leurs résultats, et une documentation indirecte, elle aussi d'une exploitation délicate et prudente : les données socio-professionnelles des recensements de population. Voyons ce que nous pouvons tirer de l'une et de l'autre.

A – UNE VISON D'ENSEMBLE PAR LES ENQUÊTES AGRICOLES

  • 20 Statistique de la France-Agriculture – Résultats généraux de l'enquête décennale de 1862. Strasbour (...)

49L'enquête agricole de 1862 est connue pour ses résultats départementaux20 ; il n'est malheureusement rien resté des questionnaires et documents à partir desquels, dans le cadre des communes et des cantons, ils ont été obtenus. Double inconvénient : nous n'avons aucun moyen de contrôler l'enquête elle-même dans sa méthode et dans les données chiffrées qu'elle a rassemblées, et nous ne pouvons l'analyser et l'interpréter que globalement, dans un cadre où, l'expérience nous l'a enseigné, la diversité des situations est un fait essentiel. Ceci dit, dont il faut prendre son parti, ses auteurs avaient eu le souci d'atteindre la réalité des modes d'exploitation du sol, puisqu'ils avaient distingué parmi les propriétaires, ceux cultivant "par les soins d'un maître valet", ou d'un régisseur, ceux "cultivant de leurs mains et ne cultivant que leurs terres", ceux qui sont à la fois propriétaires et fermiers ou métayers et journaliers non propriétaires. Mais on peut se demander si la multiplicité des questions n'accroît pas les risques d'erreur, par confusion. Aussi convient-il sans doute de ne pas accorder trop d'importance à la lettre des chiffres, mais plutôt de les considérer comme des ordres de grandeur significatifs et dans leurs rapports entre eux, ainsi que pour les comparaisons qu'ils permettent entre le Vaucluse et la France toute entière.

50L'association de la propriété et de l'exploitation agricole apparaît comme le fait le plus frappant, par son extension mais aussi par ses limites : la proportion des agriculteurs propriétaires de tout ou partie de leurs terres est en Vaucluse supérieure à ce qu'elle est pour la France entière (758/1 000 contre 723/1 000) mais parmi eux une majorité, de l'ordre de 55 %, doit chercher dans des locations de terres ou dans le travail salarié un complément de revenu. Les précisions que l'enquête apporte sont sans doute suspectes, mais il n'est pas excessif de fixer à 35-40 % du total des agriculteurs propriétaires le nombre des journaliers propriétaires, auquels il faut encore ajouter les journaliers non propriétaires, à vrai dire peu nombreux. Ces données constituent un aspect essentiel de la réalité économico-sociale des campagnes vauclusiennes, tout au moins de certaines d'entre elles ; elles sont évocatrices d'une culture menue, capable d'atteindre à l'unité de culture une productivité élevée ; elles sont aussi significatives d'une surcharge démographique éclairante sur les départs et leurs caractères sociaux. Il ne fait pas de doute qu'il y a là un facteur d'originalité pour le Vaucluse, puisque l'enquête indique que la proportion des journaliers y est supérieure à ce qu'elle est en France. Nous retrouvons par ce biais le phénomène de la très petite propriété, qui est bien un élément d'un équilibre socio-économique que nous saisissons au moment où il va se rompre.

  • 21 A.D.V. 6 M.378.
  • 22 A.V.D. 6 M 20.

51Mais qu'en est-il des différents modes de faire-valoir ? On ne peut calculer la part respective des propriétaires, des fermiers et des métayers car il y a tout lieu de penser que les réponses faites aux questions de l'enquête, cherchant à distinguer fermiers et métayers propriétaires ou non, ont introduit là plus de confusion que de clarté : à partir de quelle proportion de terres en location un exploitant cesse-t-il d'être propriétaire pour devenir fermier, et inversement ? Il est probable que les réponses ont été ici variables d'une commune à une autre, et on ne sait que faire, dans la perspective d'un classement par mode de faire-valoir, de ceux qui sont à la fois fermiers et propriétaires, métayers et propriétaires... Si l'on veut déterminer avec une relative exactitude la part respective des différents modes de faire-valoir dans les années 1860, nous pouvons combiner les résultats de l'enquête agricole de 185221 qui proposent 70 % de propriétaires exploitants, 15 % de fermiers et autant de métayers, et les données socio-professionnelles des recensements de population22 : en 1851, elles concernent la population active agricole et les propriétaires agriculteurs y figurent pour 78 %, les fermiers pour 15 % et les métayers pour 7 %. En 1861, le dénombrement a isolé les chefs de famille et à ce niveau les propriétaires exploitants sont 80 %, les fermiers 12 % et les métayers 8 %. En 1872, il faut faire les calculs pour "les individus exerçant réellement la profession considérée" : "les propriétaires vivant dans leurs terres ou les cultivant eux-mêmes" sont 75 %, les fermiers 18 % et les métayers 7 %. Que pouvons-nous conclure de ces données chiffrées ? Elles sont, certes, malaisément comparables dans la mesure où elles ne procèdent pas de la mise en œuvre d'une méthode homogène ; on ne peut, également, écarter la possibilité d'une évolution dans le temps ; mais nous savons qu'en ce domaine les changements sont lents. Tout bien pesé, la relative concordance des proportions calculées les accrédite et l'on peut dire que dans les années 1860 les propriétaires exploitants représentent 75 à 80 % des exploitants agricoles, les fermiers 12 à 15 % et les métayers 7 à 8 %. Si une évolution doit être retenue, il apparaît qu'elle concerne les fermiers, dont le nombre tend à s'accroître dans la mesure où diminue celui des métayers. A cet égard, une discordance est à noter entre ces données et les conclusions, qui ne sont que qualitatives, de l'enquête agricole de 1866 :

  • 23 Ministère de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics : Enquête agricole de 1866. Paris, 1 (...)

"La division de la propriété a fait beaucoup de progrès dans les trente dernières années et a augmenté considérablement la production. Les propriétaires de très petits domaines exploitent en général par eux-mêmes. Les domaines d'une contenance de six hectares quand ils ne sont pas exploités par le propriétaire, sont soumis au métayage. Le fermage à prix d'argent existe, mais dans une proportion relativement faible. La contenance ordinaire des métairies est de dix à vingt hectares.
... La division de la propriété fait toujours de nouveaux progrès sur les successions et les ventes parcellaires.
... Plus la terre est divisée, mieux elle s'afferme et plus elle rend. Le prix de ferme varie de 2 à 3 % de la valeur foncière et peut s'élever pour les prairies à 4 % ; il s'est donc abaissé avec la valeur foncière, mais en général le bail à mi-fruits domine : c'est le résultat ordinaire de l'abaissement du prix des denrées et de l'incertitude des récoltes"23.

  • 24 Ph. Vigier – La Seconde République dans la région alpine, p. 42.

52Retenons tout d'abord que l'analyse impressionniste ou qualitative s'accorde avec les données statistiques pour dégager le fait essentiel de l'exploitation familiale indissociable de la petite propriété. Dans ce contexte, la divergence précédemment notée est peut-être plus apparente que réelle : le fermage est un procédé d'exploitation complémentaire du faire-valoir direct, alors que le métayage s'applique non pas à des parcelles que l'exploitation solidarise mais à des propriétés appartenant à un seul propriétaire. En d'autres termes, on est le métayer d'un propriétaire alors qu'on peut être le fermier de plusieurs, et c'est alors que les prix de ferme sont les plus élevés parce que c'est la ou les parcelles que l'on veut affermer qui donnent à l'exploitation son équilibre et sa valeur économique24. On comprend donc que le phénomène du fermage soit apparu aux enquêteurs de 1866, qui étaient des propriétaires plus que des exploitants, comme moins apparent sinon moins important que celui du métayage. Leur analyse, dans cette perspective, ne contredit nullement l'interprétation des données statistiques. Ajoutons, pour être complet, que les conclusions de l'enquête de 1866 sur ce point reprennent mot pour mot la réponse qu'avait faite au questionnaire de l'enquête la chambre d'agriculture de l'arrondissement d'Orange, animée par le grand propriétaire et célèbre agronome de Gasparin. La généralisation au plan du département d'une situation sans aucun doute analysée avec soin dans le cadre de l'arrondissement d'Orange n'est peut-être pas de bonne méthode. Le procédé est en tout cas significatif des techniques de l'enquête elle-même, et justifie la prudence avec laquelle nous en accueillons les conclusions.

  • 25 Ministère des Finances. Nouvelle évaluation du revenu foncier des propriétés non bâties de la Franc (...)

53Mais nous pouvons préciser le caractère social du fermage à l'aide d'une statistique établie par les services des Contributions Directes à l'occasion de l'évaluation de 1879 du revenu foncier25. Pour vérifier l'exactitude de leurs évaluations, les contrôleurs des Contributions Directes ont procédé à des contrôles sur "les baux et déclarations de locations verbales soumis à l'enregistrement dans la dernière période décennale". Que la période soit légèrement postérieure à celle où nous nous plaçons pour notre étude, ce n'est pas bien gênant puisque, nous le savons, les structures agraires évoluent lentement. Ce qui est important, par contre, c'est que les contrôles ont porté sur 3 000 baux enregistrés : nous sommes en présence d'un échantillon indiscutable et voici ce qu'il nous apprend (Cf. tableau page suivante).

54La part respective de chaque catégorie de baux dans le classement hiérarchique qui en est fait montre bien que, dans le Vaucluse, le fermage s'inscrit dans une structure d'exploitation familiale. Les baux de moins de 500 francs, qui représentent une superficie moyenne de 3,9 hectares interviennent fréquemment, comme complément d'une propriété personnelle et jusqu'à 3 000 francs ils s'appliquent à des exploitations qui constituent des unités accordées à la force de travail d'une famille, si l'on tient compte de la diversité des conditions naturelles. Le fermier vauclusien, sauf exception, n'est pas un entrepreneur capitaliste, c'est un paysan qui ne se distingue guère de la masse des petits propriétaires exploitants. Si l'on envisage le fermage du point de vue des propriétaires, on remarque que ceux-ci ne sont pas toujours des grands propriétaires. Certes, il arrive que le même propriétaire morcelle son domaine en plusieurs exploitations affermées, mais il est hors de doute, et cela confirme les conclusions de notre étude de la propriété foraine, que la propriété bourgeoise, serait-elle modeste, trouve là une rémunération fort convenable de son capital. Un rapide calcul, effectué à partir de la valeur vénale moyenne d'un hectare de terre et du prix de fermage moyen à l'hectare, permet de fixer à 5,5 % le taux d'intérêt du capital foncier. Il est clair que cette valeur moyenne est largement dépassée là où le fermage s'applique à un système agricole engagé dans les cultures commerciales, et on comprend ainsi la tendance précédemment signalée à l'extension du fermage aux dépens du métayage.

B – CONTRASTES ÉCONOMIQUES ET DIVERSITÉ DES MODES DE FAIRE-VALOIR

  • 26 On utilise à cet effet les tableaux récapitulatifs annexes qui accompagnent les listes nominatives (...)

55Pour en savoir davantage, il faut maintenant poursuivre l'analyse dans un cadre plus restreint que celui du département et à partir d'autres sources que celles des enquêtes agricoles, dont on a vu les limites. On en vient alors aux dénombrements de population, précédemment évoqués pour leur bilan socio-professionnel à l'échelle départementale, mais que l'on peut exploiter pour une étude plus fine, dans le cadre du canton26. Lorsqu'on confronte les catégories socio-professionnelles du monde paysan retenues par les tableaux récapitulatifs aux professions et aux situations sociales mentionnées sur les listes nominatives des dénombrements, on observe une simplification qui suppose des interprétations à coup sûr discutables : les paysans qui se sont désignés comme cultivateurs ont-ils été comptés sur le récapitulatif comme propriétaires, ou fermiers ou métayers ? On peut penser toutefois que cette opération de totalisation, qui exigeait le regroupement de données ambiguës, a été conduite d'autant plus valablement qu'elle était effectuée au niveau de la commune par des hommes connaissant leurs concitoyens. Et puis, en dernière analyse, le moyen de faire mieux ?

  • 27 Il y a bien une difficulté du fait qu'en 1861 on a dénombré les "chefs de famille", alors qu'en 187 (...)

56Nous retenons donc, dans le cadre cantonal, les catégories socio-professionnelles de propriétaires exploitants, fermiers et métayers. Nous pouvons négliger celle des régisseurs et chefs de culture, trop faiblement représentée pour être significative ; nous laissons de côté, pour le moment, celle des journaliers et nous renonçons à repérer les domestiques de ferme, tant paraît avoir été confus et arbitraire leur dénombrement dans de nombreuses communes. Les tableaux récapitulatifs comptabilisent pour chaque catégorie les hommes et les femmes mais je n'ai retenu que les chiffres des hommes, le comptage des femmes se révélant très fantaisiste, d'une commune à l'autre : tantôt sont comptées comme telles les épouses des chefs de famille, tantôt il n'est tenu compte que des femmes qui sont réellement à la tête d'une exploitation agricole, et leur nombre est alors infime. Ultime précaution préalablement à l'exploitation des données ainsi recueillies, j'ai confronté dans cette perspective les recensements de 1861 et 1872. On peut considérer comme négligeable l'évolution des modes d'exploitation dans un tel délai, par contre on peut valider l'un par l'autre ces deux recensements pour ce qui est de l'approche socio-professionnelle de la population rurale : si les résultats sont sinon identiques, du moins très voisins, il y a, pensons-nous, une forte présomption qu'ils sont corrects27.

57Il en est bien ainsi : les pourcentages de chacun des modes d'exploitation sont proches les uns des autres, d'un recensement à l'autre, et les discordances ne sont sensibles que dans le cas de Cavaillon, où la proportion des propriétaires exploitants tombe de 74 à 58 % de 1861 à 1872 pendant que s'élève de 24 à 42 % celle des fermiers. Je penche pour la situation de 1861 parce que les données de l'enquête agricole de 1851 la confirment, mais je reconnais qu'une incertitude subsiste. Quoi qu'il en soit, l'analyse au niveau cantonal précise et nuance l'impression d'ensemble que nous avons déjà dégagée dans le cadre du département. Partout les propriétaires exploitants, expression du faire-valoir direct, sont largement majoritaires : leur pourcentage ne tombe jamais en dessous de 60 % et il s'élève jusqu'à plus de 90 % du nombre total des exploitants agricoles. Le fait majeur réside donc bien dans l'association du fait juridique de la propriété et du fait économique de l'exploitation agricole, et il ne souffre pas d'exception.

58Cependant, de 60 à 90 % et plus de propriétaires exploitants, les nuances sont assez fortes pour qu'on leur prête attention. A cet égard, on remarque un groupement géographique des cantons vauclusiens de part et d'autre de la limite des 80 % de propriétaires exploitants : une opposition se dessine entre les cantons de l'Est du département, qui se confondent en gros avec la région montagneuse, et les cantons de l'Ouest, en façade sur le Rhône et la Durance, qui coïncident à peu près avez la zone des plaines. Les problèmes de l'exploitation agricole se posent donc en des termes différents dans les deux situations ainsi repérées. Le faire-valoir direct détient les plus fortes positions dans les régions de haut relief, celles où la structure de grande propriété s'impose, celles aussi où le système de cultures est le moins diversifié et traduit une économie de subsistance, faiblement ouverte sur le marché. On voit par là apparaître des corrélations suggestives : l'association quasi sans partage de la propriété et de l'exploitation s'inscrit dans une économie traditionnelle, dont les revenus supporteraient difficilement le prélèvement de la rente foncière. Nous sommes là au coeur du système économique et social le moins évolué, parce que le plus soumis aux contraintes d'une nature ingrate : l'exploitation agricole par son uniformité exprime une réalité sociale faiblement différenciée, où les hiérarchies n'apparaissent guère. Cette société n'est pas en mesure de connaître de graves tensions, tout au moins en référence avec sa base économique.

59La diversité des modes d'exploitation et la part moins forte du faire-valoir direct qui en est le corollaire se manifestent plus nettement dans les plaines. Certes, il y a des situations particulières, qui détonnent quelque peu dans ce dessin d'ensemble : le canton de Bédarrides où on ne voit pas pourquoi le faire-valoir direct correspond à près de 90 % des exploitations ; les cantons de Pernes et de Bonnieux, où le pourcentage des propriétaires-exploitants tombe au contraire à moins de 70 % alors que ce sont des cantons à demi engagés dans le relief des plateaux. Mais on sait que dans ces cantons l'histoire a inscrit de grands domaines qui donnent lieu à de nombreuses unités d'exploitation dissociées de la propriété du sol. Laissons ces situations divergentes qui nous rappellent d'ailleurs opportunément que les faits de structures agraires ne sont pas d'explication simple, et observons que, d'une manière générale, le faire-valoir direct recule à mesure que le système de cultures se diversifie, plus précisément à mesure que s'imposent dans ce système des cultures commerciales.

60Dans ce contexte on doit porter attention aux diverses formes de faire-valoir indirect et à leurs rapports entre elles. Le fermage à prix d'argent l'emporte sur le métayage, qui se fait généralement sur la base du partage à mi-fruits des récoltes. Partout fermage et métayage coexistent et on ne peut pas de ce fait isoler l'un et l'autre comme correspondant précisément à une situation économique spécifique. Cependant, il est remarquable que le métayage détient ses plus fortes positions dans des cantons où le poids de l'économie traditionnelle reste lourd. En particulier, à l'exception des cantons de Pernes et d'Orange, ce sont des cantons où la garance est absente ou bien ne joue qu'un rôle secondaire. Le métayage dans ses zones de force – toute relative d'ailleurs – recouvre donc une double réalité : une structure de propriété de grands domaines, souvent d'origine ancienne, et une économie où les cultures céréalières et l'élevage ovin tiennent toujours la première place. La tradition est à la fois dans les productions et dans les rapports sociaux, le métayage n'en est qu'un aspect, préservé par la lenteur et les limites de l'évolution.

61Il en va différemment avec le fermage. S'il est présent partout, plus encore que le métayage, c'est dans les plaines, de façon indiscutable, qu'il est en position de force. Il ne s'incline devant le métayage que dans les cantons de Bollène et de Valréas, mais là déjà le Dauphiné s'annonce. Il peut certes s'inscrire dans une économie traditionnelle, mais ce n'est pas par hasard si le canton de Cavaillon est celui de sa plus grande diffusion : la corrélation est évidente et majeure, entre ce mode d'exploitation et les progrès d'une agriculture qui s'engage dans les productions de marché, ce qui élève très sensiblement le revenu à l'hectare. Il est tout à fait significatif, à cet égard, que la carte du fermage se superpose pour l'essentiel à celle de la garance : tous les témoignages s'accordent à reconnaître à la garance un revenu très supérieur à celui de toute autre culture, tant que ses prix restent élevés. De ce fait la valeur vénale des terres à garance et leurs prix de ferme ont connu jusque dans les années 1860 une forte hausse, et une propriété urbaine et bourgeoise s'est développée à côté, quand ce n'est pas à leurs dépens, des grands domaines des familles nobles du Comtat. Le fermage dans son évolution accompagne donc les progrès de la culture de la garance et plus généralement des productions qui accroissent le revenu monétaire des paysans. Il est de même signification sociale que le morcellement de la propriété, et il s'inscrit comme un fait de promotion sociale pour des journaliers qui accèdent ainsi à la dignité d'exploitants agricoles. Mais il exprime aussi des rapports sociaux entre propriétaires et exploitants plus modernes et plus antagonistes que le métayage. On se succède de père en fils dans une bastide, et le partage à mi-fruits solidarise propriétaire et métayer dans la médiocrité comme dans la prospérité. Le fermier au contraire est plus mobile, et le renouvellement de son bail se prête à des révisions et ajustements où s'exprime en fonction de la conjoncture le rapport de forces entre bailleur et preneur.

C – LES SALAIRES AGRICOLES

  • 28 On peut lire, dans le compte-rendu des travaux de la commission de la prime d'honneur du départemen (...)

62Cette analyse sociale serait incomplète si nous n'y ajoutions la catégorie des travailleurs agricoles salariés. Mais l'étude statistique se heurte ici à des difficultés quasi insurmontables... Précisons d'abord les questions de vocabulaire : les travailleurs salariés dans l'agriculture sont ou bien des journaliers ou bien des domestiques. Les journaliers travaillent à la journée, selon des formules très variables : les uns sont nourris, les autres ne le sont pas ; certains sont tacitement attachés à une exploitation et jouissent ainsi d'une sécurité de l'emploi que tous d'ailleurs ne recherchent pas car ils associent le plus souvent travail salarié et exploitation d'une micro-propriété. Il arrive encore qu'ils travaillent à la tâche, "à prix-fait" comme on dit, et cette formule est pratiquée assez couramment pour la culture de la vigne28. Ils habitent tous ou presque tous dans le village, dont ils constituent la population besogneuse, dans des logements étroits et sombres, sans autres dépendances qu'une cave-écurie, où ils abritent un matériel rudimentaire, rangent quelques provisions et élèvent quelques chèvres. Les domestiques agricoles sont engagés à l'année sur un domaine qui leur assure le gîte et le couvert ; assez souvent on les désigne comme bergers, ce qui est une confusion suggestive du système économique où ils s'intègrent : on les emploie surtout dans des exploitations d'agriculture traditionnelle, où la conduite des bêtes de labour et la surveillance du troupeau exigent une main-d'œuvre permanente.

  • 29 Il n'est pas possible de compter les domestiques du sexe féminin, car on ne peut le plus souvent di (...)

63Mais comment compter les uns et les autres ? Pour les domestiques, les tableaux récapitulatifs des recensements de population ne peuvent être utilisés, il faut s'attaquer aux listes nominatives. Un sondage effectué sur vingt communes, pour le recensement de 1872, permet d'évaluer à 4 % de la population active agricole masculine le nombre des domestiques agricoles29. Et leur nombre ne prend quelque importance que dans les villages d'économie traditionnelle, où nous savons par ailleurs qu'existent de grands domaines, lesquels peuvent en l'occurrence être des mainteneurs de la tradition alors qu'à leurs côtés les paysans parcellaires s'adaptent mieux : il en est ainsi à Rasteau, Gigondas, Lagnes. Quoi qu'il en soit, on ne peut être surpris du petit nombre des domestiques agricoles dans le Vaucluse, ni de leur insertion dans un système de tradition, au plan des relations sociales aussi bien qu'à celui des activités économiques. Plus important est le phénomène des journaliers, par leur nombre bien sûr, mais aussi par leur signification économique et sociale. L'ennui, c'est qu'on ne peut les compter alors qu'il faudrait de toute évidence commencer par là... Certes, les enquêtes agricoles, les dénombrements de population dans leurs résultats d'ensemble nous proposent des chiffres, mais ils sont difficilement comparables entre eux car ils recouvrent deux réalités bien distinctes : les chefs de ménage exerçant la profession de journalier, et tous les individus exerçant cette profession. D'autre part, les listes nominatives nous indiquent une autre ambiguïté : souvent, on désigne sous le vocable de "cultivateurs" des hommes qui sont tantôt des exploitants, tantôt des journaliers... Devant tant de confusions et d'ambiguïtés, comment s'y reconnaître ?

64L'ordre de grandeur qui revient le plus fréquemment, et qu'on peut de ce fait accréditer, serait une proportion de journaliers chefs de famille de 1/5 à 1/4 du nombre des familles paysannes. Cela veut dire que, dans la population active, la proportion est plus forte car dans les listes nominatives il est fréquent que soient mentionnés comme journaliers des enfants d'exploitants agricoles et on entre là dans la zone incertaine, mais non négligeable, de la paysannerie parcellaire tout à la fois en position d'exploitant et de salarié. C'est dire que là où leur nombre est particulièrement important, les journaliers agricoles sont révélateurs d'une économie exigeant une main-d'œuvre salariée, mais aussi d'une mobilité sociale qui accompagne l'évolution économique elle-même.

65Il n'est pas possible de fixer la répartition des journaliers dans le cadre cantonal, en raison de l'incertitude vraiment trop grande des données chiffrées à ce niveau, mais on peut tout de même dégager une tendance : il y a un rapport étroit entre l'agriculture diversifiée et intensive des plaines et le poids des journaliers agricoles dans le monde rural. Ce sont eux, naturellement, qui constitueront dans la crise d'une économie qui pourtant les a fait vivre, et mieux vivre, la surcharge démographique des campagnes vauclusiennes. La question est aussi de savoir s'ils sont tout à fait intégrés dans la société, ou s'ils y ajoutent une tension spécifique. S'ils sont les éléments les plus vulnérables du monde rural, on doit tenir compte du fait que dans bien des cas ils n'ont pas en face d'eux un patron, mais des paysans qui les emploient petitement, un jour par ci, deux jours par là, qui sont dans le village leurs voisins. D'une certaine manière, ce semi-prolétariat paysan qui nourrit l'espoir d'une promotion prolonge le comportement social des paysans parcellaires.

66Comment conclure ? Dans la société paysanne vauclusienne des années 1860, c'est la diversité des situations qui frappe en premier lieu, et elle traduit aussi bien la diversité des conditions naturelles que les péripéties d'une longue histoire agraire. C'est ce qui fait la complexité d'un monde paysan où la propriété foncière est très largement diffusée mais aussi très inégalement répartie, où se superposent mais aussi s'interpénètrent des catégories sociales aux contours plus imprécis qu'il n'y paraît. L'analyse aussi fouillée que le permettent les matériaux et instruments de mesure à notre disposition conduit à mettre en évidence diversité et relativité des structures socio-économiques, et par conséquent nous met en garde contre toute schématisation.

67Sans doute, mais d'un autre côté pouvons-nous limiter notre étude à ce constat ? Bien évidemment nous devons aussi ordonner cette diversité et par là lui donner un sens. Il apparaît que dans cette recherche deux voies s'offrent à nous, la première et la plus simple d'ordre géographique, la seconde d'un cheminement moins sûr qui consiste en une réflexion sur l'évolution du système économique. On s'aperçoit alors que toutes deux se recoupent, et que la société paysanne par delà ses nuances reste homogène et fortement solidarisée là où l'économie rurale reste traditionnelle et préoccupée avant tout d'assurer la subsistance du groupe humain, alors que les hiérarchies se précisent et que les intérêts divergent lorsqu'elle s'ouvre à des cultures commerciales, de caractère spéculatif parfois et qui en tout état de cause tendent à faire passer au second plan le souci de subsistance. N'allons pas trop loin, cependant... Les oppositions ne sont pas si tranchées, la tradition recule certes dans les plaines, mais le système agraire est encore fondamentalement traditionnel, et on le voit bien à la pression démographique qui s'exerce sur lui là où justement il est le plus évolué. Et même là où la différenciation sociale est la plus avancée, ses effets sont limités par l'uniformité du genre de vie et l'espérance d'une promotion sociale secrétée fortement par une société qui solidarise le plus grand nombre sur la réalité apparente d'une démocratie agraire. Reste à se demander ce qu'il en est de cette réalité au plan non plus des structures agraires mais à celui du revenu qui s'en dégage.

Notes

1 Ph. Vigier écrit dans "La Seconde République dans la région alpine". T. I., p. 40 : "Que de possesseurs d'un petit lopin de terre dans les plaines du Comtat exploitent en qualité de "fermiers parcellaires" un champ voisin appartenant à un bourgeois de la ville, et vont à l'automne arracher les garances comme journaliers du châtelain du village ! Propriétaire, fermier, journalier, dans quelle catégorie sociale faut-il ranger un tel personnage ?".

2 L'expression est de P. Léon, dans sa préface à l'ouvrage de Ph. Vigier : Essai sur la répartition de la propriété foncière dans la région alpine. Paris, 1963. Il est inutile, après ce maître livre, de décrire les documents cadastraux. De la même manière, le livre de R. Laurent : Les Vignerons de la Côte d'Or au xixème siècle. Dijon, 1958. Deux ouvrages généraux doivent encore être cités : Th. Dreux : Le cadastre et l'impôt foncier. Paris, 1933 et R. Herbin et A. Pebereau : Le cadastre français. Paris, 1953. Pour le Vaucluse, les documents du cadastre sont conservés à la direction Départementale du Service du Cadastre, à Avignon. J'ai pu très librement les consulter, malgré l'inconfort du lieu...

3 On peut rapidement prendre une vue d'ensemble de la vente des biens nationaux en Vaucluse, grâce aux registres des Archives départementales cotés I Q 65 à 68, établis chacun pour un arrondissement sous le titre de "Répertoire Général de Ventes d'Immeubles". Il apparaît ainsi, dans une optique de recherche rapide qui a délaissé les immeubles urbains, maisons et chapelles ou autres lieux de culte, que les ventes de biens nationaux n'ont pas été effectuées dans toutes les communes du département et qu'elles ont concerné des biens d'église bien plus que des biens d'émigrés. Au total elles n'ont affecté que des superficies faibles, insignifiantes pour le plus grand nombre des communes. De ce fait, il ne semble pas que la Révolution ait en Vaucluse sensiblement modifié les structures de la propriété et les ventes réalisées ont eu lieu fréquemment sous forme de petits lots, acquis soit par des paysans soit par des bourgeois des villes proches.

4 Ph. Vigier – Op. cit., pp. 125-126.

5 Pour le recensement des cotes foncières voir Vigier op. cit., p. 124 et A.D.V.S.P. 9 – Cadastre.

6 Nouvelle évaluation du revenu foncier des propriétés non bâties de la France. Paris, 1883.

7 A.D.V. S.P. 9. – Cadastre. On trouve pour 1861 le récapitulatif par commune des cotes foncières.

8 Ph. Vigier – Op. cit., p. 45.

9 Ph. Vigier – Op. cit., p. 126, note 2.

10 A.D.V. 6 M 380.

11 Zachariewicz : Le Vaucluse agricole, ses principales cultures Avignon, 1898.

12 Monographie agricole du département de Vaucluse. Avignon, 1935.

13 R. Laurent – Op. cit., T. II, p. 24.

14 Ph. Vigier et P. George – Op. cit., passim.

15 Ph. Vigier – Op. cit., p. 205 – texte et note 3.

16 Ph. Vigier (Op. cit., p. 39 note 3) indique qu'en 1847 de Rouvil était le plus riche électeur censitaire du canton et qu'en 1850 les biens de sa succession "un château et terres très fertiles plantées en mûriers" furent mis à prix pour la somme considérable de 473 900 francs.

17 Les garrigues du Plan-de-Dieu ont été récemment gagnées à la culture. Les moyens modernes ont permis de les défricher et de les planter en vignes. Il y a là, depuis une vingtaine d'années, un vignoble qui produit des vins réputés.

18 Ph. Vigier (Op. cit., p. 138 et 139) indique que le domaine de Forbin, qui sera vendu en 1848 après faillite, s'étendait sur les communes voisines pour atteindre une superficie totale de 1 350 hectares.

19 De Reparaz, dans son ouvrage : Le Plateau de Saint-Christol, étude de géographie rurale en Haute Provence (Aix, 1966) insiste, en contradiction au moins apparente avec moi, sur l'importance de la propriété foraine à Saint-Christol. C'est, dit-il, une permanence des structures foncières, encore qu'il reconnaisse qu'elle a subi un recul relatif et passager après la Révolution. Mais de Reparaz ne distingue pas dans les propriétés foraines celles qui appartiennent à des possédants résidant dans les communes limitrophes, alors que pour nous la distinction est essentielle puisqu'elles s'intègrent dans l'économie locale et les rapports sociaux originaux qui lui correspondent. Les conditions naturelles de l'économie agricole sont telles, à Saint-Christol, que les limites d'une commune sont insuffisantes à définir le cadre physique d'une vie rurale qui reste encore pour l'essentiel repliée sur elle-même.

20 Statistique de la France-Agriculture – Résultats généraux de l'enquête décennale de 1862. Strasbourg, 1868.

21 A.D.V. 6 M.378.

22 A.V.D. 6 M 20.

23 Ministère de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics : Enquête agricole de 1866. Paris, 1868.

24 Ph. Vigier – La Seconde République dans la région alpine, p. 42.

25 Ministère des Finances. Nouvelle évaluation du revenu foncier des propriétés non bâties de la France faite par l'administration des Contributions Directes. Paris, 1883.

26 On utilise à cet effet les tableaux récapitulatifs annexes qui accompagnent les listes nominatives jusqu'en 1891. Ph. Pinchemel (Structures sociales et dépopulation rurale dans les campagnes picardes de 1836 à 1936. Paris, 1957) a montré que leurs données ne coïncidaient pas toujours avec les résultats que l'on peut obtenir par le dépouillement des listes nominatives. Mais ces tableaux, pour imparfaits qu'ils soient, allègent considérablement le travail. Il serait à coup sûr imprudent de les exploiter au plan communal, mais le groupement de leurs données socio-professionnelles au niveau du canton permet par le jeu des compensations sinon d'éliminer, tout au moins d'atténuer les erreurs et confusions les plus grosses, et on parvient ainsi à des ordres de grandeur acceptables.

27 Il y a bien une difficulté du fait qu'en 1861 on a dénombré les "chefs de famille", alors qu'en 1872 on a compté "les individus exerçant réellement la profession" : dans certaines communes les chiffres de 1872 sont manifestement excessifs, comparés à ceux de 1861 et cela s'explique sans doute par le fait qu'on a ajouté les enfants aux chefs de famille, ce qui n'a pas été fait partout. Mais si l'on passe des chiffres aux proportions des différents modes d'exploitation, l'inconvénient signalé est atténué, s'il ne disparaît pas tout à fait, et la comparaison des deux recensements est possible. Ajoutons, pour ne rien cacher des difficultés rencontrées, que les tableaux récapitulatifs manquent pour huit communes en 1861 et deux en 1872. Mais leur dispersion dans plusieurs cantons permet de ne pas en tenir compte.

28 On peut lire, dans le compte-rendu des travaux de la commission de la prime d'honneur du département de Vaucluse en 1866 (op. cit.) qu'un grand propriétaire viticulteur "trouve des ouvriers en abondance qui s'engagent pour quatre ou cinq années sous réserve par lui de les renvoyer pour malfaçon. Il prennent à prix fait le travail annuel des vignes".

29 Il n'est pas possible de compter les domestiques du sexe féminin, car on ne peut le plus souvent distinguer entre les servantes de ferme et celles qui sont parfois précisées comme "les domestiques attachées à la personne".

Table des illustrations

Titre 1er CADASTRE (1820-1840) : RÉPARTITION DE LA PROPRIÉTÉ. RÉSULTATS D'ENSEMBLE
Légende sup. = superficie – cad. = cadastral – moy. = moyenne
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 1er CADASTRE (1820-1840) : RÉSIDENCE DES PROPRIÉTAIRES (Résultats d'ensemble)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1943/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540