Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Première partie. Un bilan : l'économie agricole et la société paysanne traditionnelles vers 1860

Chapitre II. La population paysanne

Texte intégral

I – LE VAUCLUSE, DÉPARTEMENT RURAL

1La population du département de Vaucluse atteint un sommet en 1856-1861. En accroissement régulier et modéré depuis le début du siècle, son mouvement est en évidente harmonie avec l’évolution de l’économie agricole, qui dégage des revenus toujours plus élevés en même temps qu’elle exige une main-d’œuvre plus nombreuse. On notera que l’accroissement de population a été plus rapide en Vaucluse que dans la France entière : calculé de 1801 à 1856, il est de 40 % contre 32 % sur le plan national. Ce seul fait suffirait à montrer l’originalité de l’évolution économique vauclusienne.

  • 1 A.D.V. 6 M 22
  • 2 Le territoire communal d'Avignon comporte d'ailleurs un riche terroir agricole, remarquable dès le (...)

2Si sa superficie le définit comme un des plus petits départements français, la Vaucluse porte une population relativement nombreuse : les 268 255 habitants recensés en 18611 représentent une densité de population de 76 habitants au kilomètre carré, alors que la moyenne nationale n’est que de 70. Certes, ce chiffre est trompeur dans la perspective d’un sujet qui se limite au monde paysan et qui, par conséquent, étudie la répartition de la population dans ses rapports avec la terre et sa mise en valeur. Mais si la population urbaine introduit une déformation, celle-ci est moins grande qu’on pourrait le croire : Avignon mise à part, les villes vauclusiennes ne s’opposent pas brutalement à la campagne où elles baignent2 : centres administratifs et commerciaux plus que foyers d’activités industrielles, elles réalisent des concentrations humaines modérées et ne négligent pas l’occupation et la mise en valeur – généralement soignée – d’un territoire agricole souvent vaste par lequel elles s’insèrent dans le tissu rural où leur présence n’est nullement insolite : Pertuis avec 73 habitants au kilomètre carré, Vaison avec 126, Apt avec 130, Orange avec 138, Cavaillon avec 164 ne sont pas en discordance avec les villages qui les prolongent, et l’écart relativement faible qui sépare villes et villages sur le plan de la densité de population souligne à sa manière l’engagement des villes vauclusiennes dans l’économie agricole.

  • 3 Une commune de moins de deux milles habitants a été éliminée : Vaucluse, qui vit surtout de ses pap (...)

3D’ailleurs, où commencent les villes ? Il y a, bien sûr, le critère administratif retenu dans les recensements de population : 2 000 habitants groupés au chef-lieu. On ne peut le retenir tel quel pour notre propos : qu’il s’agisse d’étudier la population par commune, ou bien de procéder à des regroupements sur la base du canton ou dans le cadre du département, j’ai considéré que toutes les communes dites rurales, et aussi d’autres qui dépassaient le seuil des 2000 habitants précédemment évoqué, mais dont l’activité économique était à dominante agricole, étaient représentatives de la population agricole. Il fallait d’ailleurs, pour être en mesure de suivre correctement l’évolution de cette population, que j’en arrête les limites une fois pour toutes : le choix fait pour 1861 est aussi celui sur lequel je raisonnerai en 1936, ce qui explique qu’il peut paraître plutôt restrictif pour 1861, où le poids de l’économie agricole pesait plus lourd. J’ai donc éliminé de mon champ de travail Avignon et les communes qui constitueront par la suite sa banlieue industrielle : Sorgues et Vedène ; Carpentras, Orange et Apt les villes sous-préfectures, mais aussi les villes chefs-lieux de canton où le commerce et l’artisanat de fabrication et de réparation l’emportent sans conteste sur l’agriculture : Bollène, Valréas, Vaison, l’Isle-sur-Sorgue, Cavaillon et Pertuis. Bien sûr, je sais que dans les villes ainsi éliminées, il y a des paysans, et parfois – je pense à Cavaillon, Vaison, Pertuis -en nombre important. Je sais aussi que les communes retenues comme agricoles ne comptent pas que des paysans, et qu’à mesure qu’on se rapproche des temps contemporains, la proportion des paysans diminue...3. Il faut s’accommoder de ces inconvénients, et ne pas les grossir : l’important, en dernière analyse, c’est le mouvement de la population rurale ainsi définie, et on a tout lieu de penser qu’il reflète avec exactitude le mouvement de la population paysanne. Je reviendrai d’ailleurs sur ce point.

II – LA DENSITÉ DE LA POPULATION RURALE

4Calculée à l’échelle de chaque commune-, la densité de population fait apparaître de fortes différences dans le peuplement rural. Pour être appréciée à sa juste valeur, la dispersion des indices de densité doit être analysée en relation avec les conditions naturelles et l’on peut les insérer dans les trois zones précédemment repérées et délimitées dans le département : la "montagne" vauclusienne et les plaines comtadines, bien entendu, constituent des pôles contraires pour la densité de l’occupation humaine, alors que la zone dite intermédiaire remplit son office d’espace de transition, où s’affrontent les contrastes des deux autres zones.

5La réalité des zones naturelles, avec les chances et malchances qu’elles font peser sur le travail des hommes, apparaît clairement quand on donne une représentation cartographique aux densités de population, et la construction graphique de la répartition et de la fréquence des différentes classes de densité permet de préciser l’originalité de chaque zone naturelle dans la distribution des hommes. C’est dans les communes de la "montagne" que l’on trouve les densités les plus faibles et aussi les plus homogènes : dans les conditions d’une économie de subsistance peu susceptible de progrès, l’équilibre entre les hommes et la terre, nécessairement précaire, ne peut s’établir que par un peuplement médiocre. Dans les villages de la zone intermédiaire, le nombre des hommes croît sensiblement, mais les situations sont aussi plus diversifiées. C’est au Nord, dans les villages de l’enclave de Valréas et du canton de Vaison, que l’on rencontre les plus fortes densités, alors qu’au Sud la masse calcaire et sèche du Luberon et des plateaux de Vaucluse crée des conditions voisines de celles de la montagne. Les contraintes des sols et du climat sont visibles derrière ces inégalités.

6On les retrouve d’ailleurs dans les plaines, qui certes attirent les hommes mais ne sont pas pour autant homogènes, et cela se traduit par une grande dispersion des indices de densité. On sait que la plaine en milieu méditerranéen peut être répulsive, quand elle n’est pas aménagée par l’homme : c’est le cas de Loriol, avec ses sols caillouteux et secs que ne fertilisent pas encore les eaux limoneuses du canal de Carpentras ; c’est le cas de Lamotte, en bordure du Rhône, au terroir sans cesse menacé par les débordements du fleuve. Il est donc logique de trouver un peuplement de faible densité dans ces communes, comme il est normal que les villages de la vallée de la Durance soient aussi médiocrement peuplés, car leur territoire, en façade sur le fleuve, s’adosse au versant sud du Luberon, domaine de la forêt et de la lande. Mais ce sont là des cas particuliers, et s’ils nous rappellent opportunément le caractère déformant ou artificiel de certaines données moyennes, l’important réside dans la concentration humaine que permet la mise en valeur des plaines comtadines. Naturellement, la carte de la densité de population doit être superposée à celle des associations culturales et on voit bien alors comment les progrès des systèmes de cultures traditionnels sont indissociables de la croissance démographique : le progrès agricole, dans un contexte technique quasi immobile, passe par le recours à une main-d’œuvre familiale et salariée très nombreuse, en même temps qu’il assure ses moyens d’existence. On peut dire que, à la veille des crises qui vont l’ébranler et bientôt la condamner, l’agriculture des plaines vauclusiennes associant cultures de subsistance et cultures commerciales a réalisé un optimum de peuplement. Mais c’est un état d’équilibre fragile.

  • 4 A.D.V. 6 M 9

7De 1861 à 1866, s’amorce la baisse de la population en Vaucluse. Le phénomène, qui n’en est qu’à ses débuts, est encore très limité, mais il suscite déjà des appréciations qui traduisent le caractère précaire, instable, de l’équilibre réalisé entre l’économie agricole et la population rurale. A la demande du préfet, les maires formulent une opinion sur l’évolution de la population de leur commune, du recensement de 1861 à celui de 18664. Très peu ont à constater une augmentation du nombre de leurs administrés et ils ne peuvent en rendre compte que par des raisons conjoncturelles, telle la construction du chemin de fer qui a fixé provisoirement un grand nombre de familles ouvrières à Saint-Saturnin-lès-Avignon, tel le reboisement des versants du Mont Ventoux "qui occupe une cinquantaine d’ouvriers pendant presque toute l’année" à Bédoin. Les constats de diminution de la population sont beaucoup plus nombreux et ils donnent lieu à des explications qui soulignent une grande sensibilité à la conjoncture mais aussi mettent en question les conditions mêmes de l’économie. La maladie des vers à soie, la mévente de la garance sont toujours invoquées, et c’est ce qui compose une conjoncture maussade. Mais si elle se traduit aussi vite par des départs, c’est que ces productions jouaient un rôle essentiel dans l’existence d’une partie de la population. On le voit à Camaret, où les moulinages et filatures de soie assuraient un emploi saisonnier à de nombreux ouvriers et ouvrières. Les maires de Mondragon et Velleron expliquent que les propriétaires ont été contraints de réduire leur main-d’œuvre et que de ce fait les journaliers émigrent vers Marseille et Arles, où la Camargue et ses grands domaines attirent la main-d’œuvre. Le maire de Saint-Pierre-de-Vassols indique que les paysans de son village substituent à la culture de la garance le blé et les prairies artificielles, qui demandent moins de travail humain. C’est un processus identique qu’analyse le maire de Villelaure, avec le remplacement progressif du travail à bras par la charrue. Là aussi, les journaliers partent, d’autant plus aisément que Marseille, en pleine expansion, exerce une très forte attraction sur toutes les populations de la vallée de la Durance.

8C’est donc une population ouvrière qui s’élimine en premier lieu, et elle est d’autant plus nombreuse, d’autant plus vulnérable aussi que le système de cultures traditionnel avait été porté à un plus haut degré de perfection. Les paysans exploitant la terre pour eux-mêmes sont aussi menacés, dans certaines conditions tout au moins, dont rend compte le maire de Cabrières-d’Avignon :

"Depuis plusieurs années, les propriétaires et les fermiers ont été cruellement éprouvés et par le peu de réussite des vers à soie et par le manque des récoltes. Aussi quelques petits fermiers ne trouvant pas à vivre dans une commune dépourvue d’arrosage, se sont vus forcés d’aller s’établir dans une autre localité avec leur famille. Cela est si vrai que plusieurs petites fermes sont en ce moment inhabitées."

9Il est normal et attendu que les petits paysans soient frappés en premier lieu, car ils n’avaient d’autre revenu monétaire que le produit de la vente des cocons et d’un peu de garance. Ce qui doit aussi retenir notre attention, c’est l’impossibilité où est le village de reconvertir son système agricole parce qu’il ne peut irriguer ses terres. On voit par là les limites étroites qu’impose le contexte technique à l’adaptation de l’agriculture traditionnelle aux crises qui l’atteignent. Le départ des hommes est, dans un premier temps tout au moins, le remède au mal.

III – DIVERSITÉ DES VILLAGES VAUCLUSIENS

10Mais avant 1870, le dépeuplement des campagnes ne fait pas encore problème, il ne modifie pas la carte du peuplement en Vaucluse. Nous avons jusqu’à présent analysé celui-ci sous l’angle de la densité, et c’était une démarche indispensable pour établir le rapport complexe entre population et économie agricole. Nous ne pouvons en rester là, car les hommes intéressent aussi l’historien dans leur groupement en unités de population, et cet aspect est particulièrement important pour l’étude des sociétés rurales méditerranéennes, où la vie s’organise généralement autour du village. De la commune, réalité administrative, au village cadre de la vie sociale, telle est la démarche que je voudrais maintenant suivre, dans la perspective tracée par Maurice Agulhon qui, au terme d’une étude précise des villages du Var, conclut :

  • 5 M. Agulhon : la notion de village en Basse Provence vers la fin de l'Ancien Régime. Actes du quatre (...)

"En Haute Provence, univers alpin, le village est un gros hameau, enchâssé dans la masse rurale, distinct de la ville. En Basse Provence, univers méditerranéen, tout village est un bourg, une quasi-ville, distinct de la masse rurale, mais élément d’un réseau de civilisation urbaine."5

11De la Méditerranée aux Alpes, c’est l’itinéraire que nous suggèrent aussi les régions naturelles vauclusiennes, avec une transition. C’est donc dans ces cadres géographiques qu’il convient d’analyser les groupements de population, en premier lieu en fonction de l’importance de leurs effectifs humains, car la commune rurale est une structure qui s’apprécie quantitativement. De la montagne à la plaine, les groupements de population sont de dimension toujours plus grande : la montagne et la zone intermédiaire s’organisent en unités de population inférieures à mille habitants, alors que dans la plaine, les villages – ou encore les bourgs – de plus de mille habitants constituent la forme de groupement qu’on peut dire spécifique. Dans les trois zones considérées, on observe un rapport direct et fort, de part et d’autre de la frontière des mille habitants, entre le nombre des hommes et la structure sociale du village.

  • 6 J. Courtet, dans son Dictionnaire des Communes de Vaucluse
    Nelle Edition – Avignon 1876 semble réser (...)
  • 7 A.D.V. 6 M 169

12Jusqu’à mille habitants, le village se caractérise par la prépondérance écrasante des cultivateurs ; au-delà de mille habitants, la société se diversifie et c’est alors que se réduit la distance entre le village, le bourg – dans le vocabulaire provençal – et la ville6. Prenons l’exemple de Mormoiron, chef-lieu de canton dans la zone intermédiaire. Le dépouillement de la liste nominative pour le recensement de 18727 indique, pour 2 311 habitants, 628 ménages. Sur ce total, on compte 421 ménages de "cultivateurs" – quelques-uns sont désignés comme "propriétaires" ou "fermiers", sans qu’on puisse attribuer à ces termes un sens précis – ; 68 familles vivent d’une activité commerciale, et la liste des commerces est évocatrice de la fonction économique de la localité : épiciers, marchands de tissus, marchands de chevaux, de moutons, de cocons, de blé, de garance... Ces activités sont inséparables du marché et des foires qui se tiennent à Mormoiron et qui attirent les paysans du canton. Il en est de même pour un bon nombre des 54 artisans : cordonniers, serruriers, menuisiers, voituriers, dont l’activité déborde le cadre du seul bourg. Et la fonction administrative et culturelle de la localité, avec son juge de paix et ses gendarmes, son huissier et son médecin, son notaire et son receveur de l’enregistrement, ses prêtres, religieux et religieuses qui enseignent les enfants et gèrent l’hospice, achève de lui donner son caractère urbain, alors même que l’agriculture fait vivre plus des deux tiers de la population – sans compter ceux qui parmi les boutiquiers et les artisans trouvent un complément de ressources non négligeable dans le travail d’une petite propriété.

13Un telle structure socio-professionnelle se rencontre de loin en loin sur la montagne, elle est déjà courante dans la zone intermédiaire, elle est la règle dans la plaine – moins la fonction administrative pour les communes qui ne sont pas chef-lieu de canton. C’est en s’éloignant des plaines qu’on rencontre en Vaucluse le campagnard, c’est-à-dire l’homme qui n’a d’autre horizon que celui de ses champs, d’autres contacts quotidiens que ceux de son entourage familial et de travail. Encore cette définition doit-elle être complétée et corrigée par une réflexion qu’il faut maintenant conduire au plan de la concentration – ou de son contraire, la dispersion – de l’habitat dans les résultats des recensements de population, qui distinguent dans la population totale la population dite agglomérée au chef-lieu, celui-ci étant considéré comme le centre de la vie villageoise, avec la maison commune, l’église, l’école, les commerces. La dispersion au-delà du chef-lieu peut prendre des formes diverses, du hameau à la ferme isolée : l’important est qu’elle isole socialement les habitants qu’elle concerne, c’est alors que le campagnard, véritablement, s’oppose au villageois ; même lorsque le village est peu important, ce dernier rencontre d’autres hommes, en deux lieux de prédilection : le café, où l’on va de préférence l’hiver – la mauvaise saison est, de ce fait, la saison politique par excellence – et la place du village, où l’on se retrouve à la belle saison, le soir et le dimanche.

  • 8 P. George – op. cit. p. 549.
  • 9 Ibid. p. 556-559.
  • 10 J. Courtet – op. cit.

14On le voit sur la carte, la concentration de l’habitat l’emporte de beaucoup sur la dispersion. Sur la montagne, les conditions de sol exercent une action contraignante : la roche calcaire limite la dispersion, qui prend rarement la forme de fermes isolées ; mais le plus souvent la cellule de vie sociale est très petite, et le paysan vit sur un mode lent et silencieux. C’est dans les villages de la zone intermédiaire que la population éparse est la plus importante et on peut encore le vérifier et le comprendre de nos jours de quelques observatoires bien situés, en des lieux où le passé se déchiffre aisément sous les paysages actuels. Il en est ainsi des villages accrochés au flanc nord du Luberon, Bonnieux, Ménerbes, Lacoste : de leurs placettes en balcon sur la vallée du Coulon, on voit se dérouler un paysage mamelonné, des bouquets d’arbres signalent des sources et dissimulent des fermes, semblables par leur extérieur a ce qu’elles étaient voici un siècle. Les hommes ici s’étaient fixés en des lieux escarpés, les paysans parcellaires et les journaliers se sont maintenus dans les maisons étroites et sans dépendances du village8 alors que les grands propriétaires construisaient des mas sur leurs terres, qu’ils faisaient le plus souvent exploiter par des fermiers ou des métayers. Mais c’est alors, au tournant du milieu du siècle, que certains sites villageois par trop inconfortables et éloignés des terres de culture sont délaissés par leurs habitants : déjà s’amorce la descente d’Oppède9, alors qu’à Uchaux, le phénomène est plus avancé, au témoignage de Courtet10 : "Depuis quelques années, (les maisons) désertent la hauteur pour descendre dans la plaine, où l’on a construit une église."

  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

15Dans la plaine comtadine, la population villageoise est fortement agglomérée. Rares, et d’une explication facile, sont les cas de forte dispersion : Cheval-Blanc qui n’est commune que depuis 1790 et qui disperse ses habitants des "iscles" de la Durance aux bergeries du Luberon ; Althen-les-Paluds, née en 1844 et que Courtet11 présente comme "formée d’un amas de maisons rurales distraites de la commune de Monteux". Tous les villages et les bourgs, à l’exception des cas particuliers, ont leur centre historique, qui peut être relayé par un quartier récent qui le jouxte et le prolonge. C’est ainsi à Lapalud, où Courtet12 distingue "le bourg vieux" : "une centaine de maisons mal bâties, entourées jadis d’une ceinture de murailles à tours rondes et carrées" et "le bourg neuf" qui "se compose d’une longue file de maisons bordant la grande route". Mais toujours la vie s’organise autour du village qui dans le langage des gens se confond avec le chef-lieu de la commune. Nous sommes bien là en pays méditerranéen, où les traditions de vie municipale, les exigences d’une culture parcellaire et minutieuse, les habitudes d’une sociabilité que facilite le climat composent un genre de vie indissociable du groupement de population, plus proche de la ville que de la campagne où il s’exprime. Témoin d’une longue et lente histoire, le village méditerranéen tel que nous l’analysons dans les plaines vauclusiennes résistera-t-il à la dépopulation des campagnes qui s’amorce dans les années 1860 ? Ce qui est certain, c’est que nous le saisissons au point le plus achevé de son évolution, celle-ci étant inséparable de l’évolution de l’économie traditionnelle : jamais il n’a été plus peuplé, au point qu’il étouffe parfois.

IV – STRUCTURE DÉMOGRAPHIQUE DE LA POPULATION RURALE

  • 13 A.D.V. 6 M 9

16Mais il convient de s’interroger sur la structure de cette population. Les tableaux des dénombrements quinquennaux constituent à cet égard une source précieuse, puisqu’on y trouve la répartition par sexe et par âge des habitants et ces données chiffrées peuvent être traduites graphiquement, par la construction de pyramides des âges. Par ailleurs, la distinction que retiennent les recensements entre population rurale et population urbaine – de part et d’autre de la ligne des 2 000 habitants agglomérés au chef-lieu – permet de classer sous ces deux rubriques les naissances, décès et mariages13. Sans doute, le critère administratif n’est pas en lui-même pertinent pour définir deux types de société, mais en Vaucluse il ne conduit pas à déformer beaucoup la réalité sociale et l’on peut de ce fait calculer les taux démographiques dans la société rurale et dans les villes pour les comparer entre eux et chercher à situer le Vaucluse dans l’ensemble national. Les résultats sont les suivants pour le recensement de 1861 :

  • 14 A. Armengaud – Les populations de l'Est Aquitain au début de l'époque contemporaine (Vers 1845, Ver (...)
  • 15 A.D.V. 6 M 9

17Les faits démographiques sont de valeur très voisine dans la population rurale et urbaine, qu’on ne peut opposer à cet égard. Comparés aux indices chiffrés pour la France entière, ils font apparaître des différences : le Vaucluse est un département de forte natalité, d’une natalité de type ancien, pourrait-on dire, si on la compare à celle qu’a analysée A. Armengaud pour les départements de l’Est Aquitain14, et le phénomène d’une limitation volontaire des naissances ne s’y est pas encore manifesté, comme reste très limité le processus du départ des jeunes vers les villes. Il semble que l’on soit néanmoins sur la voie de la réduction des naissances, à en juger par le taux de nuptialité, inférieur à ce qu’il est pour la France entière. Et l’année 1865 propose un bilan défavorable, que relève et tente d’expliquer le préfet15 :

"Le nombre des mariages et des naissances constaté en 1865 dans le département est sensiblement inférieur à la moyenne des cinq dernières années. Le luxe qui se développe de plus en plus dans la classe ouvrière et les exigences croissantes de la vie sociale sont les principales causes de la diminution des mariages et des naissances."

18L’explication est surprenante, et on peut douter de sa valeur scientifique. Elle est néanmoins révélatrice de l’impréparation des hommes au phénomène lui-même : lorsqu’il se manifeste, ils sont réduits pour l’analyser à généraliser des attitudes et des impressions qui relèvent d’une expérience personnelle bien plus que d’une observation sociale.

  • 16 A.D.V. 6 M 9

19La croissance naturelle de la population vauclusienne est cependant faible, car la mortalité est forte, et son taux est nettement supérieur à l’indice national. Ce sont les décès du premier âge qui rendent compte pour l’essentiel de la forte mortalité en Vaucluse, puisque le taux de mortalité de la naissance à un an, calculé pour cent naissances vivantes, s’élève à 23,5 contre 17,9 pour la France. Cette situation met en cause en particulier l’hygiène de l’alimentation des nourrissons, dans un pays où l’élevage bovin est quasi inexistant. A ce niveau apparaît d’ailleurs une divergence entre population rurale et population urbaine : les documents conservés pour la période 1861-186516 permettent d’analyser la mortalité par âge et de calculer pour chaque tranche d’âge un taux de mortalité par rapport à cent décédés de tous âges :

20C’est dans les campagnes que la mortalité infantile est, de très loin, la plus forte, et cela suggère que l’hygiène et les soins médicaux y sont particulièrement déficients. On peut prendre la mesure des carences de l’hygiène publique et privée à la lecture d’un arrêté municipal pris par le maire de Beaumes-de-Venise en 1859 :

  • 17 C. Brivet – Un bourg vauclusien au xixe siècle : Beaumes-de-Venise. Mémoire de Maîtrise de l'Univer (...)

"Art. I : Les propriétaires ou locataires (...) seront tenus de faire balayer complètement la voie publique.
(...) Le balayage se fera chaque jour à partir du 15 juin au 1er septembre de chaque année et tous les samedis, le restant de l’année.
A partir du 11 juin jusqu’au 11 septembre de chaque année, aucun dépôt de fumier ou toute autre matière de nature à nuire à la salubrité publique, ne sera toléré dans les rues, le long des murs des maisons, ni dans les cours particulières.
Art. II : Il est expressément défendu de faire couler dans les rues les eaux infectes à l’époque des filatures de cocons. Les eaux provenant de la filature seront portées à la rivière, ou dans tout autre lieu où elles ne pourront pas nuire à la salubrité publique.
Art. III : Défenses sont faites de jeter par les fenêtres et même par les portes aucune eau propre ou sale, aucun résidu de ménage."17

  • 18 P. Simoni [op. cit. p. 476] cite à cet égard une anecdote significative. En 1855 le Conseil Municip (...)

21Les interdictions ne font que confirmer les usages, et l’on peut s’interroger sur leur efficacité. La situation à Beaumes ne constitue certes pas un cas isolé et pour bien l’apprécier il faut tenir compte du climat et de l’entassement des maisons à l’intérieur des villages, aggravé par la promiscuité des être humains et des animaux... On comprend que ces villages comtadins constituent un redoutable terrain d’élection pour les maladies épidémiques – dont on a la terreur18 – et ce sont bien sûr les nourrissons qui en sont les premières victimes. Par contre, la tranche d’âge 20-59 ans résiste mieux à la mort dans les campagnes que dans les villes, et on peut penser que cela correspond à des conditions de travail plus saines, parce que s’exerçant dans un cadre naturel.

22Mais nous pouvons aussi, avec les pyramides des âges réalisées pour quelques communes-témoins, rechercher si la structure de la population rurale est homogène. Une précaution s’impose : les communes retenues pour cette observation représentent des unités de population de faible dimension – 2 000 à 3 000 habitants – ce qui privilégie l’accidentel. Il ne faut pas, de ce fait, interpréter systématiquement toutes les dissymétries, tous les incidents de détail qui interrompent la régularité des graphiques, mais surtout s’en tenir à leur dessin d’ensemble. A Bédarrides, Camaret, Mormoiron, nous avons affaire à des pyramides régulières, où la succession décroissante des tranches d’âge indique un renouvellement de la population assuré par les naissances. Une population jeune, par conséquent, mais aussi des créneaux dans les pyramides qui, par leur répétition, suggèrent une situation que l’insuffisance de la base statistique précédemment évoquée ne saurait à elle seule expliquer : sauf peut-être à Cheval-Blanc, on remarque, en effet, un retrécissement des tranches d’âges 15-40 ans, plus sensible pour les hommes que pour les femmes, et on peut se demander s’il n’y a pas là l’indice d’un exode rural commençant, qui logiquement concerne en premier lieu les classes jeunes et les hommes en quête de travail mieux rémunéré et mieux assuré. Ce phénomène s’observe également à Lapalud, mais il est prolongé par une grande extension des tranches d’âge supérieur, et là nous sommes en présence d’une population en voie de vieillissement, où les naissances n’assurent qu’une base de renouvellement incertaine. C’est à une étape plus avancée de l’évolution que correspondent les graphiques de Visan, Bonnieux et Lauris, qui évoquent la forme caractéristique de l’ogive : la réduction des naissances est ici sensible et compromet le renouvellement de la population, dont l’équilibre est rompu au profit des classes âgées.

23On peut ainsi déceler un processus en action dans la population agricole vauclusienne : alors qu’elle plafonne et amorce une lente décroissance, deux types de structure démographique coexistent : l’une représentative d’une population jeune, mais déjà diminuée dans ses tranches d’âge masculines les plus actives, l’autre d’une population en voie de vieillissement. Mais il paraît bien difficile de rapprocher cette dualité des faits économiques tels que nous les avons analysés. Les communes témoins ont été prises tant dans la plaine (Bédarrides – Camaret – Cheval-Blanc – Lapalud – Lauris) que dans la zone intermédiaire (Bonnieux – Mormoiron – Visan) et on ne constaste pas d’harmonie entre les structures démographiques et les situations géographiques. On ne peut pas en observer non plus avec le système agricole des communes considérées. Tout au plus peut-on dire, mais avec prudence, que le vieillissement de la population et la réduction des naissances sont plus sensibles dans les villages où le progrès agricole n’a que partiellement modifié l’économie traditionnelle, alors que les villages représentatifs de l’économie de pointe combinent une forte natalité et la tentation du départ pour une fraction non négligeable – très vraisemblablement salariée – de leur population masculine jeune. Au premier type correspondrait un équilibre démo-économique plus durable en même temps que moins dynamique, au second type correspondraient des ressources démographiques plus importantes, mais aussi un comportement plus instable, plus sensible aux accidents de la conjoncture.

V – DIFFICULTÉ DE L’ÉTUDE SOCIO-PROFESSIONNELLE

24L’étude de la population comporte enfin une dimension sociale de première importance. Les dénombrements de population, qui mentionnent les professions et permettent à partir de 1851 de parvenir à la connaissance approchée sinon exacte de la population active, constituent à cet égard une documentation unique. On peut la traiter à deux niveaux, soit qu’on se contente des résultats d’ensemble, comptabilisés dans le cadre du département, soit qu’on exploite pour une étude plus fine les résultats recensés par commune, qui figurent dans chaque récapitulatif communal. Il faut bien dire que les opérations de dénombrement ne sont exemptes ni d’erreurs, ni de confusions, mais la loi des compensations qui joue au niveau du département permet sinon de les éliminer, du moins de les réduire. On gagne ainsi en certitude, alors que la démarche plus précise, mieux adaptée à une étude des diversités, qui consiste à suivre commune par commune les données sociales des recensements oblige en raison de son caractère minutieux à travailler sur un échantillon, ce qui rend son exploitation plus délicate.

  • 19 Les listes nominatives communales et les récapitulatifs annexes sont conservés – sauf des manques i (...)
  • 20 Formule utilisée dans les tableaux du Recensement de 1866. A.D.V. 6 M 24.

25Par ailleurs, les dénombrements successifs procèdent de techniques différentes, n’utilisent pas toujours le même vocabulaire socio-professionnel et pour parvenir à un même résultat n’empruntent pas nécessairement les mêmes voies d’approche. Considérons par exemple ceux de 1861, 1866 et 187219 : les deux premiers répartissent les professions agricoles en propriétaires-exploitants, régisseurs, fermiers, métayers, journaliers, bûcherons, maraîchers-jardiniers-pépiniéristes et "autres professions agricoles". Le dénombrement de 1872 ne retient plus cette catégorie, ni celle de régisseur, mais introduit celle des domestiques agricoles lesquels étaient précédemment recensés en tant qu’employés par les catégories sus-indiquées, à côté d’autres domestiques qu’on précisait "attachés à la personne", distinction bien subtile et, à coup sûr, source de nombreuses confusions... Il est donc difficile d’établir une série continue et rigoureuse des catégories socio-professionnelles du monde agricole, d’autant plus que certaines de ces catégories situent les paysans en référence à l’appropriation de la terre, alors que d’autres (bûcherons, jardiniers...) proposent un classement purement professionnel. L’objectif recherche dans les trois recensements est le nombre total des personnes "vivant directement ou indirectement des professions énumérées dans les divers groupes de l’agriculture"20, mais alors qu’en 1861 et 1866 on recense les chefs de famille puis les enfants et autres parents vivant avec le chef de famille, en 1872 on dénombre les individus exerçant réellement les professions agricoles retenues, puis les membres de leur famille. Dans ce cas, la première rubrique recouvre la population active agricole – approximativement tout au moins – alors que dans les recensements précédents elle nous proposait une indication du nombre des exploitations agricoles. Et tout ceci est encore compliqué par la distinction des sexes : quand on descend dans l’étude au niveau des communes, on s’aperçoit que d’une commune à l’autre, le nombre des femmes varie dans d’étonnantes proportions... Le plus souvent, elles apparaissent sans profession quand elles sont femmes d’agriculteurs.

26On voit donc la prudence dont il faut s’armer pour utiliser à des fins d’histoire sociale les dénombrements de population. Il ne faut pas en attendre des résultats rigoureux, et la précision des chiffres n’est bien souvent qu’illusion ; dans le meilleur des cas, il faudra n’en retenir que le sens général d’une orientation, par exemple dans le rapport entre elles des diverses catégories socio-professionnelles du monde agricole. Ou bien, l’étude devra se fonder sur les récapitulatifs communaux, les rassembler par canton pour atténuer leurs erreurs et les comparer d’un recensement à l’autre pour réduire les divergences les plus grandes. Autrement dit, l’étude sociale de la paysannerie, si elle n’a pas le droit d’ignorer les dénombrements de population, ne peut pas s’en contenter. Et même, elle a intérêt, me semble-t-il, à n’y venir que dans un second temps, à titre de vérification et pour extrapoler si possible des résultats plus sûrs, obtenus par la mise en œuvre d’autres documents. C’est ce que nous allons tenter maintenant.

Notes

1 A.D.V. 6 M 22

2 Le territoire communal d'Avignon comporte d'ailleurs un riche terroir agricole, remarquable dès le milieu du xixe siècle par ses cultures légumières et ses prairies naturelles.

3 Une commune de moins de deux milles habitants a été éliminée : Vaucluse, qui vit surtout de ses papeteries, utilisant l'eau de la célèbre fontaine comme force motrice. En 1861, toutes les autres communes retenues comptent au moins les deux tiers de leur population qui vivent de l'agriculture. Le calcul ne peut pas être fait rapidement pour le recensement de 1936, puisque depuis 1896 le récapitulatif a disparu des registres de dénombrement. Je l'ai effectué pour certaines communes dont j'ai suivi l'évolution des structures socio-professionnelles, et je veux dire qu'en 1936 les communes de l'échantillon constitué en 1861 vivaient de l'agriculture à plus de 50 % de leur population, cette proportion atteignant fréquemment 70 à 80 %. Je dispose donc d'un ensemble où je peux étudier sans risque d'erreur grave la population agricole vauclusienne.

4 A.D.V. 6 M 9

5 M. Agulhon : la notion de village en Basse Provence vers la fin de l'Ancien Régime. Actes du quatre-vingt dixième congrès national des Sociétés Savantes – Nice 1965. T. I. p. 301.

6 J. Courtet, dans son Dictionnaire des Communes de Vaucluse
Nelle Edition – Avignon 1876 semble réserver le terme de bourg pour les communes de plus de 1 500 habitants.

7 A.D.V. 6 M 169

8 P. George – op. cit. p. 549.

9 Ibid. p. 556-559.

10 J. Courtet – op. cit.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 A.D.V. 6 M 9

14 A. Armengaud – Les populations de l'Est Aquitain au début de l'époque contemporaine (Vers 1845, Vers 1871) – Paris 1961.

15 A.D.V. 6 M 9

16 A.D.V. 6 M 9

17 C. Brivet – Un bourg vauclusien au xixe siècle : Beaumes-de-Venise. Mémoire de Maîtrise de l'Université de Provence, 1976.

18 P. Simoni [op. cit. p. 476] cite à cet égard une anecdote significative. En 1855 le Conseil Municipal de Saint-Martin-de-Castillon veut agrandir le cimetière parce que "si une épidémie surgissait il serait impossible d'y ensevelir tous ceux qui succomberaient".

19 Les listes nominatives communales et les récapitulatifs annexes sont conservés – sauf des manques isolés – aux archives départementales (A.D.V. 6 M 35 à 257). On peut aussi trouver les résultats d'ensemble dans les volumes publiés par la Statistique de la France.

20 Formule utilisée dans les tableaux du Recensement de 1866. A.D.V. 6 M 24.

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540