Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Première partie. Un bilan : l'économie agricole et la société paysanne traditionnelles vers 1860

Chapitre I. L’agriculture

Texte intégral

  • 1 Les documents cantonaux de l'enquête sont rassemblés aux Archives Départementales 6 M 378 – Statist (...)

1C'est l'enquête agricole de 1852 qui permet l'étude la plus précise et la plus nuancée de l'agriculture vauclusienne, avant que les crises et catastrophes qui vont successivement atteindre la sériciculture, la garance et la vigne ne viennent affecter gravement ses système de production et lui imposer des orientations nouvelles. Pour cette étude, les enquêtes de 1862 et de 1866 ne sont pas à négliger, et nous utiliserons certaines de leurs données. Mais nous ne disposons pour elles que des résultats d'ensemble, au plan du département, alors que par un heureux hasard les documents préparatoires du bilan départemental, établis au niveau de chaque canton, ont été conservés pour 1852 : à cette date, nous connaissons donc les conditions de la vie agricole, les cultures et les associations régionales auxquelles elles donnent lieu, dans leur diversité1. Et elles n'ont pas sensiblement changé au cours des quinze années suivantes.

I – LE TÉRRITOIRE AGRICOLE

2Une première approche de la question consiste à analyser la structure du territoire agricole, qui se confond avec la superficie imposée au titre de l'impôt foncier. Il se répartit en "terres cultivées" – 59 %, "bois et forêts" – 21 % "pâturages, landes et pâtis" – 20 %. Il est à noter qu'en pays méditerranéen le passage du pâturage à la lande, de la lande à la forêt est très incertain et ne correspond à aucune règle stricte : il convient donc de considérer que pour plus de 40 % le territoire agricole vauclusien est constitué de terres impropres à la culture, pour des raisons de relief et de sol, mais aussi qui ne sont justiciables que d'une très médiocre mise en valeur. Il existe certes des pâturages recensés comme tels, ce qui indique qu'on leur attribue une signification économique précise, et ils représentent 10 % du territoire agricole : on y fait une maigre récolte de fourrage, et surtout ils servent une partie de l'année au parcours des troupeaux, concurremment avec les landes et même avec certains bois communaux, qui sont affermés à cet usage.

  • 2 J.-A. Barrai (op. cit.) estime à dix francs l'hectare le produit brut des bois soumis à l'administr (...)

3D'une façon générale, les bois et les forêts sont l'objet de coupes périodiques, dans une double perspective : pour le bois de chauffage et pour le tan de l'écorce des chênes. Par ailleurs, des usages anciens se sont perpétués, parce qu'ils correspondent toujours à des besoins économiques et, à ce titre, ils sont évocateurs du poids des traditions et de la persistance de techniques agricoles archaïques : on pratique encore la glandée pour l'alimentation du bétail, le ramassage des herbes et des feuilles mortes pour la litière ; les buis, qui s'accommodent des sols pierreux et secs, sont recherchés pour la fabrication d'un engrais grossier. Tout ceci est d'un profit dérisoire, tant pour la propriété privée que pour les collectivités, Etat et communes, qui pourtant confient de plus en plus l'exploitation de leurs forêts à l'administration des Eaux et Forêts, car c'est une garantie d'exploitation méthodique, sinon rémunératrice2.

  • 3 E. Reclus – Nouvelle Géographie Universelle. T. II.
  • 4 J.-A. Barrai – op. cit.

4Une activité nouvelle apparaît dans les forêts vauclusiennes : certains boisements de chênes verts et rouvres se révèlent propices à la production des truffes ; l'exploitation en est encore empirique, mais elle s'organise rapidement, stimulée par les gains élevés qu'elle procure dans les villages des plateaux de Vaucluse et du Mont Ventoux, si bien qu'en 1875 le Vaucluse peut être considéré comme le premier département producteur de truffes, alors même qu'elles continuent d'être commercialisées sous "l'étiquette trompeuse de truffes du Périgord"3. Enfin, et c'est par là que les forêts vauclusiennes s'engagent dans une vocation nouvelle, les Eaux et Forêts procèdent à partir de 1861, en application d'une loi de 1860, à des reboisements sur les versants du Mont Luberon et du Mont Ventoux. Ils portent sur plus de 10 000 hectares de sol pierreux, recouvert d'une mince couche végétale où s'enracinait jusqu'alors une médiocre végétation arbustive et herbacée, incapable de discipliner le ruissellement des eaux. C'est une œuvre de longue haleine, qui aboutit d'ailleurs rapidement à des résultats spectaculaires, puisque à la date de 1875 le reboisement est considéré comme réalisé sur plus de la moitié de la superficie initialement prévue4. L'entreprise sera poursuivie, étendue et perfectionnée ; elle est dès lors significative d'une conception neuve du rôle économique de la forêt, qu'il convient avant tout d'étendre et de protéger d'une utilisation irrationnelle et destructrice, pour discipliner le régime des eaux et par là assurer de meilleures conditions d'exploitation aux sols des plaines et des basses pentes.

5Mais la répartition de ces terres, improductives ou presque, est loin d'être uniforme et la représentation cartographique qu'on peut en donner souligne l'opposition que la disposition du relief annonçait déjà entre un Vaucluse des plaines et un Vaucluse des plateaux et des montagnes. Les cantons de Malaucène et de Mormoiron qui correspondent respectivement aux versants Nord et Sud du Mont Ventoux, le canton de Beaumes-de-Venise, qui se moule sur l'éperon calcaire du plateau de Saint-Amand et des pittoresques Dentelles de Montmirail, comptent moins de 40 % de leur superficie cultivée ; cette proportion s'élève quelque peu, jusqu'à 50 %, pour les cantons de Sault, Gordes et Apt, qui s'étendent sur les plateaux calcaires des Monts de Vaucluse, et pour ceux de Bonnieux et Cadenet où la masse du Luberon limite le développement de l'agriculture. Présence du Luberon encore, quoique moins contraignante, dans le canton de Pertuis où le pays d'Aigues est largement déblayé par l'érosion et dans le canton de Cavaillon où la montagne s'achève brutalement : la proportion des terres cultivées s'établit ici de 50 à 60 % du territoire agricole. L'ordre de grandeur est identique au Nord du département, dans le canton de Bollène qui appartient encore aux pays du Rhône Moyen et dans celui de Vaison qui annonce les pays dauphinois. C'est à ce niveau que s'opère le passage des zones deshéritées et répulsives aux régions favorisées par la nature et, de ce fait, attractives. Avec des nuances entre elles, qui tiennent à l'avancée de reliefs montagneux et calcaires jusque dans les plaines, ces régions se confondent avec la vallée du Rhône et son prolongement dans la plaine comtadine. Là, la proportion des terres cultivées est partout supérieure à 60 % du territoire agricole, elle dépasse même 70 % dans les cantons de Bédarrides, Carpentras et l'Isle-sur-Sorgue. C'est un pourcentage aussi élevé que l'on observe, de façon plus inattendue, dans l'enclave de Valréas : mais nous sommes ici à la lisière des pays méditerranéens, et le climat plus tempéré valorise des sols voués, plus au Sud, à la garrigue.

6Ainsi, l'analyse du territoire agricole met en évidence la triple contrainte qu'exercent les conditions naturelles sur l'agriculture, les limites qu'elles imposent à son extension : contrainte des reliefs montagneux mais aussi contrainte des sols calcaires et pierreux, qu'aggrave enfin le climat par son aridité et la brutalité de ses manifestations. L'opposition qui en découle entre plaines d'une part, plateaux et montagnes d'autre part, compliquée par l'interférence des données climatiques, si elle vaut pour l'étendue du territoire cultivé, est-elle aussi nette pour la répartition des cultures et les associations qu'elles réalisent dans le cadre des cantons du département ?

7L'étude, dès lors, néglige les terres improductives – sous réserve d'en signaler l'intérêt pour l'élevage ovin – et s'applique aux superficies cultivées. Là encore, il convient de partir des résultats d'ensemble de l'enquête agricole de 1852, pour déterminer les lignes de force de l'agriculture vauclusienne avant de pénétrer dans la diversité des combinaisons de cultures et d'élevage qu'on peut observer à l'échelle réduite du canton. L'évolution de l'agriculture, que nous saisissons presque à son terme en 1852, est décrite ainsi quelques années plus tard, à l'occasion de l'enquête de 1866, alors même que la crise de la garance commence à en compromettre les résultats :

  • 5 Enquête agricole de 1866 : Publication du Ministère de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux Pu (...)

"Il y a une quarantaine d'années, les terres dites de labour de première et de deuxième qualité étaient en général cultivées par assolement biennal, jachère et blé, les terres graveleuses des coteaux ayant du fond et propres à la culture de la vigne étaient consacrées à cette culture. Les fourrages artificiels et les garances n'occupaient que des étendues très restreintes. Les terres caillouteuses et sans profondeur étaient sous le nom de garrigues, en nature de bois de chênes verts ou de maigres pâturages de printemps. Cette distribution des cultures a éprouvé dans ces dernières années d'assez grandes modifications. Le blé est resté une des principales cultures du département, mais les jachères ont en grande partie disparu pour faire place à la garance, aux pommes de terre, au millet à balai et aux fourrages artificiels, particulièrement à la luzerne, au trèfle et au sainfoin. Les terres hermes ont été défrichées sur une étendue considérable pour être converties en vignobles ; enfin le haut prix des vins a même déterminé quelques propriétaires à affecter à cette production des terres de labour."5

8Cette analyse, pour rapide qu'elle soit, n'en est pas moins suggestive et elle nous incite à distinguer les terres labourables des terres de plantations, vignes et vergers. Les assolements créent, en effet, une étroite solidarité entre les cultures des terres de labour, alors que les cultures arbustives évoluent sur un rythme indépendant.

II – LA CULTURE DU BLÉ

  • 6 J.-A. Barrai (op. cit.) et Ph. Vigier – La Seconde République dans la Région Alpine : étude politiq (...)

9L'agriculture vauclusienne repose avant tout sur la mise en valeur des terres labourables, qui représentent 81 % des superficies cultivées, contre 14 % au vignoble, les vergers et les prairies naturelles se partageant à peu près équitablement les 5 % restants, et cette prépondérance se retrouve avec des nuances dans tous les cantons. Les terres de labour, où s'exerce l'esprit de recherche et d'initiative des paysans vauclusiens, ont d'abord une destination céréalière, héritée d'une tradition aussi ancienne qu'impérieuse. Mais tradition n'est pas immobilisme, et c'est ce dont témoigne la victoire définitivement acquise, depuis les années 1840, du blé sur les céréales pauvres6 : le blé est cultivé sur 86 % des terres ensemencées en céréales, il s'est substitué en bien des endroits au seigle et au méteil, qui ne conservent plus que des positions dérisoires, désormais protégées par la médiocrité même des sois qui les accueillent encore. Quant à l'avoine, elle est limitée dans son extension par les conditions climatiques qui ne lui conviennent guère et par le très faible développement de l'élevage chevalin et bovin.

  • 7 Nous sommes très insuffisamment renseignés sur les rendements : nous ne connaissons, de façon suivi (...)

10Le blé est ainsi au centre du système de cultures des terres labourables, et il est présent dans toutes les régions agricoles, à la fois comme culture de subsistance et comme production de marché, pour le surplus négociable. Pratiquée sur 44 % des terres labourables du département, la culture du blé présente cependant des inégalités pour la place qui lui est accordée dans les différents cantons, mais ce serait une erreur d'établir une hiérarchie dans sa productivité et sa rentabilité à partir de l'importance des superficies qui lui sont consacrées. Il convient en effet de faire intervenir la succession des cultures dans des assolements qui limitent d'autant plus la part du blé qu'ils proposent une gamme de cultures plus étendue : la diversification du système de cultures, qui se traduit par la complexité croissante des assolements, et par là crée les conditions du progrès technique de l'agriculture, peut très bien tout à la fois réduire la ceréaliculture dans son étendue et lui préparer de meilleurs rendements7. Les compagnes d'assolement du blé, telles qu'elles apparaissent à la lecture des données chiffrées de l'enquête de 1852, sont les prairies artificielles, qui entrent pour 9 % dans les terres de labour, la garance – 8 % –, les "autres cultures", où la pomme de terre occupe de loin la première place – 8 % –. Si l'on tient compte des céréales autres que le blé, il reste donc 24 % pour la jachère. Pour une étude précise, destinée à faire apparaître dans le cadre cantonal la diversité de l'agriculture vauclusienne, toutes ces cultures et la jachère doivent être étudiées ensemble.

  • 8 Ph. Vigier (op. cit.). Il cite un rapport du sous-préfet d'Orange de 1846 qui annonce que "l'agricu (...)

11Le recul de la jachère est manifeste et il est attesté par de nombreux témoignages8. Mais ceux-ci ignorent les nuances et présentent des progrès de l'agriculture vauclusienne une vision quelque peu idéalisée – quitte à noircir le tableau dès qu'apparaissent des difficultés conjoncturelles. Ce qui disparaît, c'est l'assolement biennal, générateur de jachères dite "mortes", sans autre utilisation que le parcours des troupeaux ; ce qui se développe, à un rythme d'ailleurs inégal, ce sont les cultures fourragères et industrielles, qui ne suppriment pas la jachère, mais réduisent son étendue et substituent à la notion de "jachères mortes" celle de "jachères cultivées", dans l'attente d'une nouvelle culture qui exige repos et préparation du sol. Dans la logique de cette évolution on comprend que les cantons qui consacrent la plus grande partie de leurs terres labourables à la culture du blé sont aussi ceux où la proportion des jachères est la plus forte : c'est le cas des cantons de Sault, Malaucène, Mormoiron, Vaison, Pertuis.

  • 9 P. George – op. cit., p. 376.
  • 10 Archives privées, communiquées par M. d'Anselme.
  • 11 Ph. Vigier signale la réponse du juge de paix de Bonnieux à l'enquête sur le travail de 1848, qui c (...)

12Il peut arriver, et c'est le cas à Gordes, qu'une céréaliculture très importante s'accompagne de jachères réduites, en même temps que d'un faible développement des compagnons d'assolement du blé : c'est que, à défaut de mieux, on en vient à pratiquer "le restoublage", c'est-à-dire la succession de deux cultures de blé sur le même terrain ; cette technique, traditionnellement déconseillée puisqu'elle était proscrite dans les contrats de fermage et de métayage9 peut être maintenant retenue, à certaines conditions, que précise justement un bail de 1856 pour l'exploitation à mi-fruits d'un domaine de Goult, dans le canton de Gordes10. Il y est stipulé que "les restoubles n'auront lieu qu'après de fortes fumures ou après les sainfoins et jamais les années de sortie". Dans ce contexte, significatif d'une première étape du progrès agricole, la culture du blé peut se développer sans modification profonde du système de cultures. Et c'est aussi par une démarche de ce type que le blé s'est progressivement substitué au seigle11. Sans négliger les progrès techniques que traduit l'extension de la culture du blé, du fait de fumures plus abondantes et de l'introduction des prairies artificielles dans l'assolement, il convient de marquer nettement que cette culture, quand elle s'impose comme la spéculation quasi exclusive du système de cultures, n'est qu'adaptation aux conditions naturelles dans ce qu'elles ont de peu favorable. Il est manifeste que ce n'est pas là qu'elle obtient ses rendements les plus élevés et qu'elle ne peut dégager qu'un revenu médiocre.

  • 12 J.-A. Barral – op. cit.

13Très différente apparaît la situation des régions agricoles qui ont pu substituer à l'assolement traditionnel des assolements complexes, où le blé, s'il occupe toujours la première place, est associé à des prairies artificielles, à la garance et aux pommes de terre et autres cultures légumières. Assolements d'autant plus complexes que garance et fourrages ne sont pas des cultures annuelles : certaines combinaisons culturales – il ne faut d'ailleurs pas en exagérer l'extension – portent sur neuf et même douze années12. Et le système le plus perfectionné, le plus intensif, paraît être celui en usage à Cavaillon, défini en ces termes à l'occasion de l'enquête de 1852 :

  • 13 J.-C. Cheinet – Cavaillon, étude économique et sociale (1851-1914). D.E.S. Faculté des Lettres d'Ai (...)

"Le mode de culture adopté depuis longtemps résultant du bienfait des irrigations, ne comporte plus aucun système d'assolement biennal ou triennal ; on ne laisse, pour s'expliquer plus clairement, jamais reposer la terre, elle est annuellement cultivée et ensemencée de produits divers et variés, le fumier y est toujours répandu en plus ou moins grande quantité".13

14Il y a là une anticipation, qu'il n'est pas surprenant de trouver à Cavaillon. Les données chiffrées de l'enquête la confirment : c'est ici que la jachère est au plus bas, avec 13 % des superficies labourables, alors que les céréales figurent pour 48 %, les prairies artificielles pour 11 %, la garance pour 15 % et les autres cultures pour 13 %. Et c'est une situation comparable que l'on trouve dans les cantons d'Avignon, l'Isle-sur-Sorgue, Carpentras : là, la jachère a reculé bien en deçà de la moyenne départementale, sous la contrainte d'un système de cultures à peu près équilibré entre les céréales et leurs compagnes d'assolement. C'est là aussi que se situent les terroirs les plus fertiles, ce qui n'est bien sûr pas étranger aux transformations du système de cultures. Le résultat ne fait aucun doute, la productivité des cultures s'élève en même temps qu'elles se diversifient et la distance s'accroît entre ces régions dynamiques et celles précédemment étudiées qui ne peuvent qu'aménager la mise en valeur traditionnelle de leurs terroirs.

  • 14 Le bail précédemment cité pour l'exploitation à mi-fruits d'un domaine de Goult (archives communiqu (...)

15Reste une zone intermédiaire, à mi-chemin entre la tradition et l'engagement dans le progrès agricole. Les jachères y sont d'un ordre de grandeur légèrement supérieur à la moyenne départementale, le blé domine le système de cultures : il y a là des indices d'une agriculture à évolution lente et prudente, mais qui aussi n'ignore pas les conditions et les voies d'une mise en valeur plus intensive et qui suit les traces ouvertes par les régions plus favorisées, avec des moyens – tels que les définissent les conditions naturelles – plus limités. Deux voies s'ouvrent pour les cantons concernés ; celle des prairies naturelles, qui débouche sur l'élevage ovin, et s'y engagent les cantons d'Apt, de Bonnieux, de Valréas ; celle de la garance, que prennent les cantons de Bédarrides, de Pernes, de Beaumes. Rien de décisif encore, des tentatives s'esquissent, mais aussi des tentations s'exercent, en particulier celle de la garance qui apparaît alors comme la plus rémunératrice des cultures vauclusiennes. Et pour ces recherches qui mettent en question, sans la condamner déjà, l'ancienne agriculture, le cadre cantonal est trop vaste : exploitant la diversité des sols, des expositions, suivant l'exemple que leur propose tel homme d'initiative et d'audace, c'est dans les limites étroites du village que les paysans secouent la routine, se lancent dans des expériences séduisantes mais incertaines. C'est dans les cantons où rien n'est joué encore que l'on saisit le mieux, suggérées par les chiffres, fugitivement entrevues au hasard d'un texte14, les conditions humaines dans lesquelles s'opère l'intensification du système agricole.

Ш – LA GARANCE

  • 15 P. Seignour – La Vie Economique du Vaucluse (1815-1848) – D.E.S. Faculté des Lettres d'Aix – Public (...)

16Une culture a joué un rôle de premier plan dans l'évolution de l'agriculture vauclusienne : la garance. Elle a été introduite dans le Comtat vers 1760, mais sa fortune remonte seulement aux années 182015 qui marquent le point de départ d'une ascension dont le point culminant se situera en 1860-1862. En 1852, la garance est cultivée sur 8 % des terres labourables, elle ne progressera plus que faiblement (de 11 500 à 13 500 ha) et surtout elle est déjà fixée dans ses lieux de prédilection. Sa fortune tient en premier lieu au revenu monétaire élevé qu'elle assure à l'hectare cultivé, et c'est ce qui explique qu'on l'identifie à la prospérité de l'agriculture dans le Vaucluse (qui est de très loin le premier département producteur) alors qu'elle ne concerne qu'une très petite partie de sa superficie cultivée. Plante exigeante, cultivée le plus souvent selon un cycle de trois années, elle impose la recherche de nouveaux assolements, elle demande des fumures abondantes, et c'est elle qui introduit en Vaucluse les premiers engrais : des tourteaux de graines oléagineuses qui viennent des huileries marseillaises, que les paysans appellent "la trouille".

  • 16 Des documents sur la culture de la garance intégrés dans le livret "la Prime d'Honneur du Départeme (...)
  • 17 Ph. Vigier – op. cit. p. Vol. I

17Mais c'est aussi une culture qui exige des sols profondément défoncés, des sarclages fréquents, et l'arrachage de la racine – c'est elle qui fournit la substance colorante – est un travail de force, exécuté à main tout comme le défoncement du sol préalable à la plantation. Au total, les sols cultivés en garance, par les fumures qu'ils ont reçues, par les travaux d'entretien et les façons culturales nécessaires à la croissance de la plante, sont remarquablement préparés à recevoir de nouvelles cultures : à ce titre, la garance est un facteur actif du progrès agricole. Elle l'est encore par ses implications sociales, liées à une autre de ses exigences : de sa plantation à l'arrachage de ses racines, la garance demande des soins constants, et donc une main-d'œuvre abondante16. C'est pourquoi elle est devenue, par excellence, la culture des petits exploitants, propriétaires ou fermiers parcellaires17. Elle a contribué à la division de la propriété et ainsi elle a fixé à la terre une population besogneuse qui ne compte pas le prix de son travail :

  • 18 Cité dans le "Compte-rendu des Conférences qui ont eu lieu à Avignon du 3 au 8 mai 1875 à l'occasio (...)

"Avant elle, explique le grand agronome De Gasparin, la cause principale du manque de prospérité chez les fermiers était le non-emploi utile d'une grande partie de leur temps. D'août en octobre et de novembre à mars, le métayer n'était occupé que d'ouvrages secondaires ; la culture de la garance est venue remplir ces intervalles d'oisiveté. Elle est donc devenue pour eux une source de vrais bénéfices, à quelque prix que cette racine puisse se vendre, puisqu'elle leur paie un prix quelconque un temps qui n'en avait aucun pour eux.18."

  • 19 C'est ainsi que le rapport du jury pour la prime d'honneur dans le Département de Vauciuse en 1858 (...)

18Voilà pourquoi la culture de la garance a connu une telle diffusion. Elle devait faire pénétrer dans les techniques agricoles des habitudes de travail minutieux, dont l'ensemble du système de cultures ne pouvait manquer d'être bénéficiaire. Culture de terres légères, naturellement meubles, mais aussi de sols fertiles, elle réussit particulièrement bien dans les cantons de la plaine comtadine, d'Avignon à Carpentras, de Cavaillon à Orange, qui constitue sa zone de prédilection : c'est là qu'on peut à bon droit l'identifier à la prospérité de l'agriculture. Mais si les superficies qui lui sont consacrées dans les autres régions du département sont faibles, elles sont significatives de l'effort d'adaptation et de progrès déjà signalés19. C'est donc a la fois par les revenus qu'elle procure et par les processus d'évolution où elle engage le système agricole que la culture de la garance s'inscrit comme une des grandes réussites de l'agriculture vauclusienne.

  • 20 J.-C. Cheinet – op. cit.
  • 21 J.-A. Barrai – op. cit. Il reprend sur ce point les conclusions de l'Enquête Agricole de 1866 qui i (...)

19Les autres cultures qui entrent dans les divers assolements pratiqués autour du blé ne présentent pas de semblable réussite. Pomme de terre et légumes sont inséparables de l'alimentation paysanne, leurs débouchés ne s'étendent pas au-delà des villes les plus proches, sauf peut-être pour Cavaillon qui commence à produire des melons à destination d'un marché qui atteint Lyon, Marseille et Montpellier20. Les prairies artificielles, si elles sont en progrès, restent cependant très insuffisantes, au dire de tous les agronomes qui déplorent les conséquences de cet état de fait sur l'élevage et les fumures21. Ainsi, les progrès agricoles, s'ils sont indiscutables, ne réalisent pas une mutation décisive du système de cultures : l'ouverture vers des cultures commerciales est un fait acquis, la pratique d'assolements complexes se généralise mais, outre les résistances qu'opposent à ces données nouvelles des conditions naturelles parfois défavorables, le blé reste le pivot de la rotation des cultures. Dans le contexte méditerranéen où se situe le Vaucluse sa culture sur près de la moitié des terres de labour signifie que les progrès agricoles s'inscrivent dans les limites d'une économie foncièrement traditionnelle.

IV – LES CULTURES ARBUSTIVES

  • 22 Barral – op. cit. Il cite en particulier une étude faite en 1866 à l'occasion de la prime d'honneur (...)

20Les cultures arbustives apportent-elles un élément d'innovation dans l'agriculture vauclusienne ? On entend par là la vigne et l'olivier, cultures méditerranéennes par excellence, mais aussi certains arbres fruitiers, en particulier le cerisier et l'amandier. En vérité, ces cultures sont d'une importance très inégale même si les conditions naturelles qui leur sont favorables sont largement réalisées en Vaucluse. Les amandes de la région de Pertuis, les cerises du bassin d'Apt proposent aux cultivateurs qui les récoltent un complément de ressources qui peut ne pas être négligeable certaines années tout au moins, mais ce sont des productions très localisées, et elles sont aussi en marge du système agricole, même là où elles ont quelque importance : elles s'inscrivent dans une tradition et un empirisme qui ne sont pas susceptibles d'adaptations majeures22.

  • 23 P. George – op. cit., p. 395.
  • 24 Celle-ci est importante. On peut en juger à la ration alimentaire d'un domestique agricole, telle q (...)

21L'olivier est plus qu'une culture traditionnelle, il est inséparable d'une civilisation qui ignore presque totalement les graisses d'origine animale, et il est présent dans tous les terroirs vauclusiens. L'huile d'olive que l'on obtient dans des moulins à huile d'une technique archaïque et d'une activité saisonnière – on en rencontre dans presque tous les bourgs – se trouve sur toutes les tables, on lui reconnaît même des vertus médicales ; les olives elles-mêmes, préparées et conservées selon différentes recettes, vertes ou noires, accompagnent fréquemment le pain du paysan. L'olivier est donc avant tout une culture de subsistance ; il n'y a guère que dans les cantons de Vaison et de Beaumes, où se prolongent les olivettes du Nyonsais23, qu'il peut procurer un revenu monétaire de quelque importance. Partout d'ailleurs, les huiles obtenues dans les moulins villageois peuvent tout juste donner lieu à un petit commerce local, dans la mesure où est assurée la consommation familiale24. D'autre part, les plantations d'oliviers, généralement sur les versants de coteaux abrités des vents du Nord, défient les statistiques en raison même de l'imprécision du terme de plantation : dans bien des cas, les arbres sont assortis de cultures intercalaires, la densité des arbres à l'hectare est très inégale d'une plantation à une autre, de même que les soins apportés aux plantations sont très variables. Dans ces conditions, les possibilités d'évolution de la culture de l'olivier sont très limitées.

  • 25 P. Georges – op. cit. p. 413.
  • 26 Cf. mon étude : "Un village vauclusien sous la Troisième République : Châteauneuf-du-Pape" in Actes (...)

22La culture de la vigne, fort ancienne25, s'est sensiblement développée depuis le début du xixe siècle : ses progrès sont constants jusqu'en 1869, qui marque l'apparition du phylloxera, mais l'enquête agricole de 1852 permet de saisir de façon correcte sa répartition géographique et d'apprécier l'importance qu'elle a acquise dans le système économique des différentes régions agricoles du département. Présente dans tous les cantons, à l'exception de celui de Sault, la vigne occupe 14 % de la superficie cultivée du département : elle vient après le blé pour l'étendue des terres qui lui sont consacrées. Certes, elle est inégalement représentée d'un canton à l'autre, mais on ne saurait encore parler, sinon avec beaucoup de précautions, de vocation viticole. Celle-ci n'est acquise, et encore, que pour des vignobles très localisés, celui de Châteuneuf-du-Pape en premier lieu26, et aussi à Gigondas, Sainte-Cécile-les-Vignes. Les vins que l'on y obtient ont acquis une certaine réputation, que les conditions du commerce ne permettent d'ailleurs pas encore de valoriser pleinement. Mais le plus généralement, le vignoble s'inscrit dans des terres médiocres, qui ne sont pas nécessairement les mieux adaptées à la vigne et à ses exigences ; il est avant tout, quels que soient les progrès qu'on ait pu réaliser, la traduction d'un souci majeur : tirer parti de terres qui entreraient difficilement dans le système de cultures des terres labourables. C'est ce qui explique sa très large diffusion, selon des critères plus négatifs que positifs, qui ne seront mis en question qu'après l'épreuve du phylloxéra. Certes, il est conforme à la nature des sols de voir la vigne s'étendre jusqu'à 20 à 30 % de la superficie cultivée dans les cantons d'Orange, Avignon, Bollène, Bédarrides, Beaumes. Il est plus surprenant de trouver des proportions voisines dans le canton d'Apt, celui de Gordes, alors qu'au contraire le canton de Pertuis ne lui consacre que 9 % de sa superficie cultivée.

23Ces anomalies, qui pèsent sur la productivité du vignoble vauclusien et freinent son extension, expliquent aussi le fait que la vigne est restée le parent pauvre de l'agriculture vauclusienne. C'est ce qu'exprime le Docteur Guyot, dans son enquête sur la vigne en Vaucluse en 1863. Constatant alors la chute de production de la sériciculture, la baisse du prix de la garance par suite de la crise cotonnière, il remarque très judicieusement :

  • 27 Dr J. Guyot – Etude des Vignobles de France – Paris 1868.

"C'est donc la vigne, la vigne à peu près seule, qui présente un état prospère et offre de très grands profits dans le département de Vaucluse, bien que jusqu'à présent elle n'y ait été l'objet d'aucune attention, d'aucun enseignement et d'aucun encouragement spécial de la part des sociétés d'agriculture, dont la sollicitude avait été absorbée par les mûriers, les garances et les blés."27

  • 28 Il arrive aussi (c'est l'expérience acquise par Raspail sur son domaine à Gigondas – voir la prime (...)
  • 29 Cette attitude est attestée par la persistance des cultures intercalaires dans l'intervalle des ran (...)
  • 30 Statistique de la France. Agriculture. Résultats généraux de l'enquête décennale de 1862, Strasbour (...)

24Aussi retire-t-il l'impression d'un potentiel viticole très partiellement et insuffisamment utilisé. Des terres parmi les mieux adaptées à la culture de la vigne sont laissées à l'état de garrigue, sur les coteaux caillouteux de la vallée du Rhône28. Les cépages ne sont l'objet d'aucune sélection, les façons culturales, la conduite de la vigne par la taille se transmettent de génération en génération de façon parfaitement routinière et l'on n'assiste qu'à de rares tentatives de rationaliser cette culture, de perfectionner les procédés de vinification. Manifestement, la viticulture n'est pas encore considérée comme une activité agricole indépendante et spécifique, elle reste subordonnée à d'autres cultures auxquelles on accorde beaucoup plus de temps et des soins plus attentifs29. Il n'est pas surprenant, dans ces conditions, que les rendements, même s'ils sont en hausse légère, restent faibles et inférieurs à la moyenne nationale30. On voit donc quelles limites le système économique impose à la culture de la vigne en Vaucluse. Elle se développe certes, elle produit un revenu croissant, elle reste cependant prisonnière d'une tradition qui ne lui permet pas de s'imposer comme une spéculation décisive de l'agriculture vauclusienne.

V – LA SÉRICICULTURE

  • 31 P. George – op. cit., p. 397-98.
  • 32 Un risque cependant pèse sur le mûrier : celui des gelées de printemps, qui peuvent détruire les je (...)
  • 33 P. Seignour – op. cit., p. 126.

25C'est aussi sous le signe de la tradition que se place la sériciculture, "l'éducation des vers à soie" comme on dit. Activité fort ancienne31, elle doit son importante à des raisons climatiques, qui ont permis dès le xvie siècle d'implanter le mûrier, dont la feuille est l'aliment par excellence du ver à soie32, mais aussi et surtout à des raisons sociales : pour tout un peuple de paysans parcellaires – propriétaires mais aussi fermiers ou journaliers – et d'artisans-paysans, elle est l'occasion de réaliser à peu de frais, avec des moyens matériels très rudimentaires, un gain monétaire modeste sans doute et cependant important car il est le premier à rentrer dans l'année33. C'est essentiellement sa fonction sociale qui rend compte de l'expansion de la sériciculture du début du siècle jusque vers 1850, au rythme, pourrait-on dire, de la croissance démographique. Fonction sociale qui se retrouve dans la transformation des cocons par l'industrie : les opérations de dévidage et de filature qui s'effectuent dans des ateliers qu'on rencontre dans les bourgs, les petites villes, assurent un travail saisonnier à une nombreuse main-d'œuvre féminine.

  • 34 A.D.V.E. 10 : un bail du duché de Caderousse, passé en 1848, énumère avec précision toute une série (...)

26La sériciculture s'impose dans le paysage agricole vauclusien par la place qu'y tiennent les mûriers. Tous les témoignages concordent, leur nombre a augmenté sensiblement. Mais les dénombrements statistiques sont illusoires, en raison de l'extrême diversité des plantations : en bordure des champs où ils constituent des haies, en quinconce dans des terres qui leur sont réservées, mais aussi ici et là dans des champs consacrés à d'autres cultures. Cette anarchie des plantations est assurément une gêne pour la culture, mais il est significatif que les arbres soient protégés, ce qu'attestent les baux de fermage où les propriétaires imposent aux preneurs des clauses rigoureuses quant aux soins à apporter aux mûriers, aux précautions à prendre pour éviter que les travaux de culture ne les abiment34 : dans la hiérarchie des exigences culturales, le mûrier est très haut placé, et c'est ainsi qu'une tradition, à justification sociale, entretient des routines techniques qui sont le reflet des structures sociales. De ce fait, l'éducation des vers à soie exerce une contrainte sur les techniques agricoles ; c'est d'ailleurs une activité qui s'insère très précisément dans le calendrier agricole de l'économie traditionnelle : elle se situe en mai-juin, après les labours et travaux de printemps, avant la fenaison et la moisson. De plus, elle ne sollicite que peu les hommes, elle est pour l'essentiel confiée aux femmes et aux enfants.

  • 35 A.D.V. 6 M. 378.
  • 36 A Cavaillon, on distingue dans les documents officiels les éducations "en petit" et "en grand" (J.- (...)

27Dans ces conditions, la sériciculture est devenue une activité qui intéresse la quasi-totalité de la population paysanne, et aussi, dans les villes, des ouvriers et artisans. Rares sont les paysans qui ne possèdent pas quelques mûriers, ou alors ils achètent la feuille qui se vend sur les marchés ; on peut toujours élever les vers à soie dans une chambre, un grenier, quand ce n'est pas dans la cuisine... L'enquête agricole de 185235 permet de préciser son importance dans les différents cantons du département. Seuls le canton de Sault, et à un moindre degré celui d'Apt, sont à l'écart de cette activité, alors que ceux de Bonnieux, Cadenet, Cavaillon, Bollène, Vaison et Valréas présentent la plus forte proportion de familles paysannes qui s'y livrent : l'élevage des vers à soie s'y pratique dans toutes les maisons, semble-t-il. Mais la production de cocons frais – indépendamment de ses variations annuelles – n'est pas également répartie et cinq cantons représentent à eux seuls près de 60 % de la production totale : ceux de Cavaillon, Carpentras, Bolline, Orange (et Vaison). C'est qu'il y a dans ces cantons conjonction d'éducations familiales, où les paysans parcellaires, les journaliers, trouvent une ressource d'appoint, et de magnaneraies relativement bien organisées, qui sont le fait de grands propriétaires, de négociants et d'industriels en soie36. Dans les autres cantons, les éducations menues l'emportent, et la production est plus faible, à l'image des moyens mis en œuvre.

  • 37 P. Seignour – op. cit., p. 129.

28D'une façon générale, la sériciculture vauclusienne se remarque par ses techniques rudimentaires, l'empirisme de ses méthodes, ce qui est dans la logique des conditions sociales où elle s'est développée. C'est pourquoi de tout temps elle est sous la menace des multiples maladies du ver à soie, d'origines diverses, dont on connaît mal le processus et plus mal encore les moyens de les combattre. Cependant on sait aussi qu'elles se propagent d'autant plus rapidement que l'élevage est fait sans soin, sans hygiène37. Il se trouve qu'à partir de 1854, dans des conditions difficiles à déterminer avec précision, les risques-maladies qui pèsent sur les éducations de vers à soie vont prendre une ampleur et atteindre une gravité inconnues jusqu'alors. C'est le début d'une longue crise, dominée par les maladies de la pébrine, de la flacherie et de la muscardine, que les longs et patients travaux de Pasteur ont permis de mieux identifier et surtout de combattre efficacement, à partir des années 1872-1874. Ce que les travaux de Pasteur mettent en évidence en premier lieu, ce sont les carences et les vices des méthodes traditionnelles, qui ignorent les règles élémentaires de l'hygiène – pour les vers mais aussi pour ceux qui les élèvent... –, qui ne se préoccupent pas de ce fait des contaminations très rapides d'un élevage à l'autre. La crise – que nous étudierons plus loin – est donc le révélateur des limites et incertitudes où la tradition, inséparable de son support social, enferme une activité agricole qui a pourtant connu une expansion incontestable.

VI – L'ÉLEVAGE

  • 38 Concours pour la prime d'honneur dans le département de Vaucluse, Avignon 1858.

29L'élevage en Vaucluse est une activité agricole secondaire, et ses insuffisances sont déplorées par tous les agronomes du xixe siècle qui établissent une équation bien connue entre le développement de l'élevage à partir des prairies artificielles et cultures fourragères d'une part et le progrès agricole, dans les assolements et les rendements, d'autre part. C'est un fait que, si l'on peut incriminer les conditions naturelles, pour rendre compte de la médiocrité de l'élevage vauclusien, elle procède également d'un système agricole qui n'accorde qu'une place réduite aux spéculations herbagères. Subissant fortement la double contrainte des conditions naturelles et des options économiques prises par les agriculteurs ; l'élevage vauclusien ignore presque totalement les bovins : quelques centaines de têtes, essentiellement des vaches laitières, rassemblées en quelques points du département, autour des villes, Avignon en premier lieu. Des efforts sont faits pour attirer l'attention des paysans sur les possibilités de développement de cet élevage sur les alluvions de la Durance, dans les zones irrigables : le concours pour la prime d'honneur en 1858 présente comme une réussite l'exploitation du domaine de Château-Blanc à Avignon dont l'activité principale est l'élevage d'un troupeau de trente vaches laitières, et la prime d'honneur lui est décernée38. Mais la valeur d'exemple d'une telle réussite paraît bien mince. Il est vrai que le succès dans cette voie exige à la fois des investissements importants et une compétence qui ne peut être le fruit de la seule expérience : ce sont deux conditions rarement réunies dans la paysannerie vauclusienne.

  • 39 P. Seignour – op. cit., p. 134.
  • 40 Les vieux paysans, dans les régions où se pratique encore l'élevage ovin, rappellent ce principe d' (...)
  • 41 Le concours pour la prime d'honneur de 1858 cite en exemple une propriété d'Orange où on se livre r (...)

30Reste alors l'élevage ovin, familier celui-là parce qu'il correspond à une pratique ancienne. Il est en accord avec les données naturelles et il est un élément important du système économique traditionnel : étroitement associé à la céréaliculture par l'utilisation qu'il assure des pailles et menus grains, il valorise encore les jachères et les chaumes, et même les garrigues et les bois considérés comme terrains de parcours. On en retire un triple profit, limité assurément mais aussi acquis à peu de frais : la laine, filée par les paysans eux-mêmes – mais c'est une activité qui se meurt39 – ; la viande, pour la consommation paysanne mais aussi urbaine et sous la double impulsion de l'expansion démographique et de la hausse des revenus monétaires il y a là un débouché qui s'élargit ; le fumier enfin, très apprécié par les paysans. Ainsi conçu, c'est un élevage qui ignore les notions toutes modernes de sélection des races et de spécialisation, mais qui trouve une très forte justification dans le contexte d'une économie à faibles moyens40. C'est un élevage diffus, par troupeaux de trente à cent têtes, qui sont confiés à la garde d'un berger, le plus souvent un jeune garçon. Dans la mesure où les systèmes de cultures se perfectionnent avec la substitution des prairies artificielles à la jachère, c'est un élevage qui progresse, qualitativement plus que numériquement : les fourrages, et même les fanes de garance, servent à l'engraissement des agneaux41.

31Si les troupeaux ovins se rencontrent partout en Vaucluse, leur densité n'est pas uniforme et la répartition géographique qu'on peut en faire à partir de l'enquête agricole de 1852 révèle des inégalités significatives. Les plus fortes concentrations d'ovins – de 6 000 à 12 000 têtes – se rencontrent dans deux séries de cantons : d'une part les cantons de montagne – Apt, Bonnieux, Pertuis, Sault -où les pâturages et terrains de parcours constituent une bonne partie du territoire agricole : d'autre part les cantons de plaine – Cavaillon, Carpentras, Bollène, Valréas – qui présentent des systèmes de cultures complexes et intensifs, à forte production fourragère. Ainsi se dégagent deux visages de l'élevage ovin, l'un qui est adaptation de l'agriculture aux conditions naturelles dans ce qu'elles sont contraignantes et médiocres, l'autre qui, s'inscrivant également dans une tradition de médiocrité, parvient à l'aménager dans le sens du progrès.

VII – DIVERSITÉ DE L'AGRICULTURE VAUCLUSIENNE

  • 42 P. Seignour – op. cit., p. 123.
  • 43 D'après des témoignages recueillis auprès de vieux paysans, dans certaines fermes la vente des vola (...)
  • 44 J.-C. Toutain – Le produit de l’agriculture française de 1700 à 1958. Cahiers de l'I.S.E.A. n° 115 (...)

32Ce tableau de l'agriculture vauclusienne, pour être absolument fidèle, devrait comporter d'autres touches. Quelques villages se livrent à des spéculations bien particulières : le millet à balai dans la région d'Orange-Caderousse, le chardon utilisé pour le cardage de la laine, autour d'Avignon et de Carpentras42. A l'opposé, dans la quasi totalité des maisons paysannes on élève un porc, des volailles, des lapins : ce sont des productions qui sont liées à un genre de vie fondé sur l'autoconsommation des produits récoltés. Ce serait une entreprise sans grand intérêt de faire le recensement de toutes les activités et productions agricoles et la réalité économique n'est pas trahie par l'omission de productions mineures, même si elles se retrouvent pour partie sur les marchés43. Retenons cependant une difficulté réelle, celle qu'on éprouve à faire tenir l'agriculture vauclusienne dans une définition précise et rigoureuse : c'est qu'elle n'est pas une simple collection de productions où se combineraient le jeu des conditions naturelles, l'action des techniques et les possibilités du marché. Elle est tout cela, certes ; elle est aussi l'expression concrète d'un genre de vie, mieux d'une civilisation. Une étude qui se veut quantitative de l'économie agricole bute contre cette difficulté, d'autant plus grande que le paysan attend d'abord du travail de la terre sa propre subsistance, et c'est encore largement le cas dans le Vaucluse des années 1850-1870. C'est pourquoi nous avons pris le parti de dégager de l'économie agricole les productions majeures, celles par lesquelles on peut parvenir à une connaissance approchée du produit de l'agriculture44. Elles sont de deux sortes, soit qu'elles restent dans le secteur agricole au titre de l'autoconsommation et en tant que moyen de production, soit qu'elles en sortent, par le jeu des ventes, assurant ainsi aux agriculteurs leur revenu monétaire. Seules la garance et la sériciculture entrent dans la seconde catégorie, alors que le blé mais aussi la vigne et l'élevage ovin relèvent de l'une et de l'autre : la consommation paysanne de blé et de vin absorbe une part importante de la production et l'élevage ovin valorise pour l'essentiel les prairies artificielles et les cultures fourragères, en même temps que le fumier qu'il produit prépare le succès des récoltes à venir.

33Ainsi conçue, dans la perspective d'une analyse économique posant le problème de sa croissance, la présentation de l'agriculture vauclusienne dégage l'idée de la diversité. Mais celle-ci doit être précisée, car les grands produits de l'agriculture vauclusienne se distribuent inégalement sur toute l'étendue du territoire et réalisent dans le cadre le plus restreint qu'on puisse proposer, celui du canton, des associations culturales variées. Si la culture du blé assure un fonds d'uniformité qu'il est opportun de souligner pour montrer l'engagement de l'agriculture vauclusienne dans un système de production hérité du passé, un problème se pose pour le choix des autres productions dans les combinaisons qu'elles forment à l'échelle des cantons : quels critères peuvent décider qu'une production doit ou non être considérée comme un élément significatif du système agricole d'un canton donné ? Pour chaque production, nous avons procédé à un double calcul, afin de déterminer d'une part la place qu'elle occupe dans le système de cultures du canton considéré, d'autre part son importance relative à celle des autres cantons. Ainsi ont été éliminées, pour chaque canton, les productions marginales, qui n'interviennent que de façon mineure dans le produit de l'agriculture. Il est évident que les associations culturales retenues en dernière analyse – celles qu'on a tenté de représenter cartographiquement – proposent de la diversité agricole vauclusienne une image atténuée.

34Telle quelle, cette diversité n'est pas moins impressionnante puisqu'on peut, pour dix-neuf cantons, dénombrer huit associations culturales obtenues à partir de cinq productions. Immédiatement une corrélation apparaît entre conditions naturelles et diversité agricole : c'est dans les sols de plaine, privilégiés par leurs sols fertiles et par le climat, que le système de production atteint son degré maximum de diversification : à Cavaillon, l'Isle-sur-Sorgue, Carpentras et Orange il y a place pour toutes les productions agricoles. L'éventail des productions, encore très ouvert dans les zones de transition au Nord du département, se referme dès qu'on aborde les cantons montagneux, et ce sont les cultures commerciales, garance et sériciculture, qui disparaissent alors. Mais l'historien, s'il veut bien considérer que les contraintes naturelles, pour fortes qu'elles soient, ne sont pas immuables dans la tyrannie qu'elles exercent, peut trouver sous cette constatation géographique le sens d'une évolution. Dans le cadre général d'une économie de subsistance, dont témoigne encore vers 1850 la persistance des céréales comme clef de voûte du système de production, l'effort des hommes a consisté, par le gain patient de nouvelles terres a la culture, par le grignotage progressif de la jachère, à élargir l'éventail des productions : de la monoculture à la polyculture pourrait-on dire... c'est-à-dire une évolution rigoureusement inverse de celle qu'on peut constater dans l'agriculture contemporaine. Il y a diversification du système agricole dans la mesure où s'agrandit l'espace agricole, car les cultures nouvelles ne doivent pas se développer au détriment des cultures de subsistance. Bien mieux, elles sont d'autant plus recherchées qu'elles peuvent par un choc en retour créer les conditions d'un progrès des rendements, en même temps qu'elles assurent du travail pendant les mortes-saisons à une main-d'œuvre qui tend à s'accroître, au rythme de l'expansion démographique.

35En conséquence, il convient de porter sur cette évolution, que nous saisissons à son terme vers 1860 car la conjonction des contraintes de la nature et des forces productives s'oppose à ce qu'elle se poursuive plus avant, un jugement nuancé. Elle est certes orientée dans le sens du progrès, mais elle ne met pas en cause le système de production lui-même. Celui-ci atteint alors son sommet, tant par son ouverture à de nouvelles activités que par le niveau de productivité qu'il obtient. Mais c'est pour l'essentiel un système économique enraciné depuis des siècles et la mutation décisive, celle par laquelle s'accomplira le passage à l'économie contemporaine, reste à faire. La tradition, si souvent évoquée tout au long de cette étude, se charge ainsi d'un sens précis : elle est dans la nature de l'économie agricole vauclusienne des années 1860.

VIII – LE PROGRÈS AGRICOLE

36La tradition a son prolongement logique dans les moyens de production que met en œuvre l'agriculture. La situation à cet égard est d'une interprétation délicate : le Vaucluse ne vit pas replié sur lui-même, les progrès techniques de l'outillage agricole l'atteignent et des institutions – telle la société départementale d'agriculture, tels les comices agricoles et les concours qu'ils organisent –, des hommes aussi, à l'esprit ouvert et à la bourse bien garnie, font connaître les instruments aratoires nouveaux. Aussi peut-on aisément extrapoler certaines innovations, et c'est ce que fait la commission chargée de l'enquête agricole de 1866 lorsqu'elle indique après avoir évoqué le phénomène de l'exode rural qui est alors à ses débuts et de fait peu sensible :

  • 45 Enquête agricole de 1866 – Paris 1868 – op. cit.

"Pour combattre les effets de cette émigration... Il était naturel de chercher à substituer autant que possible le travail des animaux et celui des machines au travail à bras. Cette substitution s'est faite dans une assez grande mesure. Les vignes ont été mises au labour, l'emploi des charrues perfectionnées et notamment des charrues à double défoncement, celui de la faux pour les moissons, des rouleaux pour le dépiquage, celui des herses à cheval, des tarares pour le nettoyage ont remplacé les bras qui manquaient".45

  • 46 P. Seignour – op. cit., p. 101.
  • 47 Ce qui est contraire aux usages puisque un dicton recueilli par la commission d'enquête de la stati (...)
  • 48 Enquête agricole de 1862. Statistique de la France. Strasbourg 1868. op. cit. L'enquête agricole de (...)
  • 49 L'enquête agricole de 1862 (op. cit.) ne signale que 26 houes à cheval pour tout le département.
  • 50 Même des grands domaines pratiquent la culture à bras : un domaine viticole de 40 hectares de vigne (...)
  • 51 Cette technique, dite "culture à deux pans", s'est perpétuée jusqu'à la reconstitution du vignoble, (...)

37Tous ces changements sont effectivement en cours, mais la marche du progrès technique est moins rapide que ne le suggère ce texte. Ce qui est acquis, dès 1850, c'est la moisson à la faux et un peu plus tard la généralisation du dépiquage au rouleau46. Si les différentes techniques de labour sont connues, si l'on commence à se persuader de l'intérêt qu'il y a à ameublir le sol en profondeur47, préalablement aux ensemencements et plantations, la mise en œuvre de ces techniques à l'aide de charrues conçues à cet effet est encore limitée, en premier lieu par les effectifs des animaux de labour et de trait : on peut aisément calculer, à partir des données de l'enquête agricole, qu'il y a en 1862 dans le Vaucluse un cheval pour dix-huit hectares et un mulet pour dix hectares de terres cultivées48. Le complément logique en est le petit nombre de charrues dénombrées par l'enquête de 1862 : 22 500, c'est-à-dire sensiblement moins qu'il n'y a d'exploitations agricoles, et, sur le total, 7 500 seulement sont dites "perfectionnées", c'est-à-dire aptes aux labours profonds et au défoncement du sol. Très souvent, dans les petites exploitations en tout cas, l'usage du matériel agricole à traction animale reste limité à l'araire, qui écorche la terre plus qu'il ne la retourne. La culture à bras est reine pour les travaux de binage et d'entretien du sol cultivé, à l'aide du luchet, pioche à deux dents recourbées49. Elle est même utilisée jusqu'à quarante – cinquante centimètres de profondeur, pour l'arrachage des garances et la préparation des plantations de vigne. Là bien sûr, les charrues seraient sans rivales quant à la rapidité et à la qualité du travail accompli, mais outre leur prix élevé, elles exigent des attelages importants, ce qui freine leur emploi par les petits cultivateurs. D'autre part, ces travaux sont des travaux d'hiver et le temps ne manque pas pour les faire : aussi les paysans trouvent-ils souvent avantage à les entreprendre, ou à les confier à des ouvriers agricoles engagés "à prix fait"50, avec la fourche à garance, pour l'arrachage de cette plante, ou bien avec une bêche à long fer pour les labours de défoncement, selon une technique qui permet de retourner la terre à une profondeur double de la hauteur du fer de la bêche51.

38Ainsi les structures agraires, le calendrier agricole, l'abondance de la main-d'œuvre combinent leurs effets pour maintenir l'outillage agricole dans les limites d'une tradition technique qui a fait ses preuves et qui ne cède que lentement du terrain, au rythme même où évolue le système de production. La solidarité du système de production et des moyens de production apparaît à l'évidence quand on peut saisir une tentative de reconversion d'une exploitation, ayant le caractère de cette mutation décisive dont nous disions précédemment qu'elle restait à faire.

  • 52 La prime d'honneur en 1866 – Op. cit. L'intérêt de cette étude s'accroît du fait que Raspail a lais (...)

39Eugène Raspail, le neveu du grand Raspail, lui-même élu représentant du peuple du département de Vaucluse en 1848 et retiré de la vie publique depuis le Coup d'Etat du Deux Décembre, a hérité en 1854 d'un domaine de trente-deux hectares à Gigondas, le Colombier. Il l'a agrandi, il s'est rendu acquéreur en 1861 d'une propriété voisine, les Bosquets : trente-sept hectares d'un sol fertile, mais de relief tourmenté et pour cela à peu près abandonné à la friche. Après avoir transformé ces deux domaines, Raspail accepte de concourir pour la prime d'honneur du département de Vaucluse en 1866. Par le rapport du jury, qui lui décerne la prime d'honneur, nous pouvons suivre les transformations de ses propriétés52.

40Le domaine du Colombier en 1854 est une exploitation conduite comme toutes celles de la vallée de l'Ouvèze que dominent, à Gigondas, les reliefs déchiquetés des Dentelles de Montmirail : 18 hectares de terres de labour cultivées en céréales, garances et pommes de terre ; 12 hectares de vieilles vignes, des mûriers, des oliviers. Douze ans plus tard, la vigne est devenue la spéculation essentielle, la garance a disparu, la céréaliculture est reléguée au second plan, alors qu'une oliveraie de 600 pieds a été plantée. Aux Bosquets, la transformation est encore plus spectaculaire puisque 35 hectares de terre herme sont devenus vignoble, après que des travaux de terrassement et d'aménagement du sol ont permis de discipliner le ruissellement, jusqu'alors dévastateur. L'œuvre est unique, d'autant plus remarquable et remarquée que la prime d'honneur en 1866 n'a suscité que sept candidatures, et les concurrents de Raspail font piètre figure à côté des réalisations qu'il présente.

41Le mérite de Raspail ? Il est indiscutable, l'homme a su observer sa terre et en dégager une ligne de conduite audacieuse, ainsi définie dans le rapport du jury :

"... Il soigne les anciennes cultures, il étudie leurs chances, il compte. Un jour, il est fixé. Blé, fourrages, plantes sarclées, garance, il a compris que dans son sol brûlé tout cela n'a plus d'avenir, même traité le mieux possible ; il a vu de quel côté cet avenir se trouve, et il marche résolument... Les cultures arbustives, et la vigne par dessus toutes, voilà désormais son pôle agricole."

42Mais la clairvoyance de son jugement – il ne pouvait prévoir l'attaque phylloxérique – a été puissamment servie par une fortune solide qui lui a permis de réaliser, sans souci d'une rentabilité immédiate, d'importants investissements. En dix ans, le domaine du Colombier a absorbé près de quarante mille francs en agrandissements et accroissement du capital d'exploitation, et c'est une somme comparable qui a été investie dans le domaine des Bosquets, pour son acquisition et sa transformation. A ce prix, un nouveau système de production a été mis en place, caractérisé par la spécialisation de la production mais aussi par l'utilisation de moyens techniques adaptés à une production qui ne se disperse plus et qui demande des façons culturales et des récoltes plus rapides. En 1870, Raspail a dressé l'inventaire de son matériel d'exploitation : pour quatre mulets et un cheval, il dispose de neuf charrues, dont trois adaptées au défoncement du sol, de quatre scarificateurs pour l'ameublissement superficiel du sol. Sa cave, dont il estime la valeur à dix mille francs, comporte deux pressoirs, deux pompes, un alambic, des cuves pour une capacité de 660 hectolitres.

  • 53 La prime d’honneur de 1858 met en évidence les travaux d'assainissement et de mise en culture réali (...)
  • 54 Ce n'est pas diminuer le mérite de Raspail que constater l'importance et la diversité de sa fortune (...)
  • 55 On doit noter à ce propos les insuffisances de l'instruction, que signale en ces termes le rapport (...)

43Anticipation ? Certes, de telles réalisations présentent, dans le Vaucluse des années 1850-1870, un caractère d'exception. Elles ne sauraient, en effet, passer inaperçues et pourtant les documents du temps ne livrent que bien peu de travaux comparables à ceux de Raspail53. Il semble que la grande propriété, engagée le plus souvent dans des modes d'exploitation indirecte, reste conservatrice et elle y est d'ailleurs justifiée par la productivité croissante du système économique traditionnel : dont elle en recueille une partie sans qu'elle ait à s'imposer des investissements la rentabilité – qui n'est pas certaine54 – serait nécessairement différée. Comme il n'est pas possible que la petite propriété puisse donner l'exemple d'une remise en question de la tradition55, on comprend la persistance du système économique traditionnel, dans son couple indissociable productions -moyens techniques de production. Il trouve son expression la plus achevée dans la petite exploitation, qui s'y adapte sans effort et y obtient d'excellents résultats, qu'exalte le jury de la prime d'honneur en 1866 :

  • 56 La prime d'honneur de 1866 – op. cit.

"Elle est vraiment l'honneur de ce département. Pour le fini du travail et la supériorité des récoltes, elle n'est surpassée peut-être dans aucun autre. Qu'elle soit le fait de propriétaires, de fermiers ou de simples colons, la petite culture de Vaucluse montre une perfection sans égale"56

44Mais cette célébration rituelle des mérites de "la petite culture", qui est dans la logique de l'institution des primes d'honneur, n'empêche pas ceux-là mêmes qui y sacrifient de s'interroger sur ses limites et son avenir :

  • 57 Ibid.

"...Nous avons admiré plus d'une fois leurs soins extrêmes (des petits exploitants), mais en pensant que si le travail dépensé n'était pas le fait de familles dans lesquelles tout le monde s'y emploie, où les femmes, les jeunes enfants même font une partie de l'œuvre tandis que le père occupe ailleurs sa journée ou la loue à d'autres, ces cultures seraient stériles"57

  • 58 Enquête agricole de 1866. op. cit. On y cite un rapport de l'Inspecteur d'Académie qui préconise l' (...)

45Réflexion clairvoyante, qui pose le problème majeur de "la petite culture" mais aussi du système de production de l'agriculture vauclusienne : celui-ci s'est perfectionné sans que les forces productives subissent des modifications sensibles. Il n'est pas question de sous-estimer les améliorations et progrès que nous avons notés, que ce soit dans les assolements, l'emploi des engrais ou bien dans le matériel agricole. Mais le moteur du progrès agricole – et aussi son frein – ce sont les nommes par leur nombre grandissant, par l'utilisation toujours plus intense de leur force de travail, dans les conditions spécifiques de la cellule familiale et de la petite exploitation agricole. Un équilibre s'est ainsi établi entre les hommes et la terre, et la crainte qu'éprouve le jury de la prime d'honneur de 1866, c'est que cet équilibre ne vienne à se rompre, compromettant l'économie dans son ensemble, dans ses structures même. A cette date en effet, on commence dans les milieux agricoles à se préoccuper de la dépopulation des campagnes58. Certes le phénomène est encore très mal analysé, mais il est symptomatique qu'il fasse peur : il porterait atteinte au système de production dans son rouage essentiel, et on en a parfaitement conscience. Cette inquiétude ne peut qu'orienter la suite de notre étude : de l'agriculture dans ses productions et ses techniques, il convient maintenant de passer aux hommes, puisque ce sont eux qui donnent au système économique que nous nous efforçons de définir sa pleine justification.

Notes

1 Les documents cantonaux de l'enquête sont rassemblés aux Archives Départementales 6 M 378 – Statistique quinquennale 1852. Les résultats d'ensemble figurent dans J.-A. Barral : Les Irrigations dans le Département de Vaucluse : Rapport sur le concours ouvert en 1876 (et deuxième rapport sur le concours ouvert en 1877) pour le meilleur emploi des eaux d'irrigation – Paris 1877-78 – 2 vol. 595 p. et 583 p. Cartes et Plans.

2 J.-A. Barrai (op. cit.) estime à dix francs l'hectare le produit brut des bois soumis à l'administration des Eaux et Forêts.

3 E. Reclus – Nouvelle Géographie Universelle. T. II.

4 J.-A. Barrai – op. cit.

5 Enquête agricole de 1866 : Publication du Ministère de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics. Paris 1868.

6 J.-A. Barrai (op. cit.) et Ph. Vigier – La Seconde République dans la Région Alpine : étude politique et sociale – Paris 1963 – 2 vol. 333 p. et 527 p.

7 Nous sommes très insuffisamment renseignés sur les rendements : nous ne connaissons, de façon suivie, que les moyennes établies au niveau du département. Elles indiquent une progression, mais qui n'est certainement pas d'un rythme uniforme, à l'échelle plus réduite des cantons. Elles indiquent d'autre part que les rendements vauclusiens sont inférieurs aux moyennes nationales.

8 Ph. Vigier (op. cit.). Il cite un rapport du sous-préfet d'Orange de 1846 qui annonce que "l'agriculture va toujours s'améliorant. La jachère a presque complètement disparu". Et il ajoute "les réponses faites à l'enquête sur le travail de 1848 prouvent qu'il en est de même dans presque tout le Vaucluse...".

9 P. George – op. cit., p. 376.

10 Archives privées, communiquées par M. d'Anselme.

11 Ph. Vigier signale la réponse du juge de paix de Bonnieux à l'enquête sur le travail de 1848, qui célèbre les bienfaits du sainfoin : "Avant ce précieux fourrage, le seigle était seul cultivé. Le blé l'a remplacé et, depuis lors, une ascension du bien-être s'est manifestée dans toutes les classes de la population."

12 J.-A. Barral – op. cit.

13 J.-C. Cheinet – Cavaillon, étude économique et sociale (1851-1914). D.E.S. Faculté des Lettres d'Aix, 1966.

14 Le bail précédemment cité pour l'exploitation à mi-fruits d'un domaine de Goult (archives communiquées par M. d'Anselme) comporte un article garance : "Il sera fait chaque année dix éminées de garance après force culture et emploi de bon fumier." Dix éminées (moins de 1 hectare) c'est peu, mais c'est l'indice d'une recherche, sur une exploitation par ailleurs traditionnelle.

15 P. Seignour – La Vie Economique du Vaucluse (1815-1848) – D.E.S. Faculté des Lettres d'Aix – Publications des Annales de la Faculté des Lettres – Aix-en-Provence, 1957, 238 p., p. 124-125.

16 Des documents sur la culture de la garance intégrés dans le livret "la Prime d'Honneur du Département de Vaucluse en 1866" (Henry Doniol, Montpellier 1866, 26 p.) estiment à 262 journées-travail la culture sur 3 années de 1 hectare de garance. Dans son Cours d'Agriculture, De Gasparin avance un total de 300 journées, travail.

17 Ph. Vigier – op. cit. p. Vol. I

18 Cité dans le "Compte-rendu des Conférences qui ont eu lieu à Avignon du 3 au 8 mai 1875 à l'occasion du Concours Régional Agricole". Avignon, 1875.

19 C'est ainsi que le rapport du jury pour la prime d'honneur dans le Département de Vauciuse en 1858 (Avignon 1858 24 p.) signale pour une propriété de la Tour d'Aigues, dans le canton de Pertuis, "une belle culture de garance qui, par les défoncements qu'elle exige, a puissamment aidé M. de Bovis [le propriétaire] à convertir avec économie ses terres à seigle en terres propres à porter des blé".

20 J.-C. Cheinet – op. cit.

21 J.-A. Barrai – op. cit. Il reprend sur ce point les conclusions de l'Enquête Agricole de 1866 qui indiquait, après avoir noté l'extension insuffisante des prairies artificielles : "on comprend que, dès lors, les animaux de ferme soient réduits à un nombre strictement limité. Les bêtes de travail sont des chevaux ou des mulets dans la proportion d'un cheval ou d'un mulet pour 4 ou 5 hectares de terre labourable ; on y joint quelques moutons et des porcs afin de consommer toutes les pailles de la ferme. C'est la quantité annuelle des intempéries." (enquête agricole de 1866 – op. cit.)

22 Barral – op. cit. Il cite en particulier une étude faite en 1866 à l'occasion de la prime d'honneur mise au concours cette année-là dans le Vaucluse. On peut y lire : "le plus ordinairement, [les arbres fruitiers] sont situés dans les jardins ou ça et là dans les terres labourables." La notion moderne de vergers cultivés de façon spécifique est alors étrangère aux paysans vauclusiens.

23 P. George – op. cit., p. 395.

24 Celle-ci est importante. On peut en juger à la ration alimentaire d'un domestique agricole, telle que l'estime un propriétaire en 1866 : elle comporte en effet 12 litres d'huile d'olive pour l'année (la prime d'honneur pour le département de Vaucluse en 1866, op. cit.). Il faut aussi tenir compte du fait qu'un olivier ne parvient à sa pleine production qu'au bout de 25 ans et qu'il ne produit qu'un an sur deux.

25 P. Georges – op. cit. p. 413.

26 Cf. mon étude : "Un village vauclusien sous la Troisième République : Châteauneuf-du-Pape" in Actes du 90ème Congrès National des Sociétés Savantes – Nice 1965, t. III, p. 377. Avant le phylloxera, il existe bien des crus châteauneuvois, dans les limites étroites d'un domaine. Mais les rendements sont faibles et les prix sauf exception ne sont pas sensiblement supérieurs à ceux des autres vins produits en Vaucluse.

27 Dr J. Guyot – Etude des Vignobles de France – Paris 1868.

28 Il arrive aussi (c'est l'expérience acquise par Raspail sur son domaine à Gigondas – voir la prime d’honneur pour le département de Vaucluse en 1866) que des paysans s'obstinent à cultiver en garance des terres qui conviendraient bien mieux à la vigne.

29 Cette attitude est attestée par la persistance des cultures intercalaires dans l'intervalle des rangs de vigne et par la présence de nombreux arbres fruitiers dans les vignes (Dr Guyot – op. cit.). Un autre témoignage figure dans le rapport du jury de la prime d'honneur pour 1866. Visitant un vignoble de 7 ha, le jury constate : "Le chiendent y abonde. (Mais) cette herbe détestable sert pour la monte des vers à soie, on en vend à cet usage... si bien qu'il restait parfois indécis si on ne la respectait pas comme une récolte." Il y a là une contradiction significative et, à n'en pas douter, commune.

30 Statistique de la France. Agriculture. Résultats généraux de l'enquête décennale de 1862, Strasbourg – 1868 : le rendement à l'hectare est de 12 hl 20 pour le Vaucluse, contre 21 hl pour la France entière. Un rapport du préfet après la récolte 1863 considère comme "assez satisfaisant" le rendement obtenu de 13 hl, et il note qu'il y a accroissement du rendement. A.D.V. 7 M 3 (1861-1871).

31 P. George – op. cit., p. 397-98.

32 Un risque cependant pèse sur le mûrier : celui des gelées de printemps, qui peuvent détruire les jeunes pousses et compromettre gravement les éducations des vers à soie.

33 P. Seignour – op. cit., p. 126.

34 A.D.V.E. 10 : un bail du duché de Caderousse, passé en 1848, énumère avec précision toute une série de travaux et d'interdictions : le fermier doit émonder les mûriers, il lui est défendu d"‘en approcher de plus de deux mètres avec les instruments aratoires", de cultiver les terres en blé, sainfoin, luzerne, ou garance, à moins de trois mètres du pied de chaque arbre. Il est tenu de planter tous les mûriers que veut planter le propriétaire, il est pénalisé de cinq à dix francs s'il endommage ou détruit un arbre.

35 A.D.V. 6 M. 378.

36 A Cavaillon, on distingue dans les documents officiels les éducations "en petit" et "en grand" (J.-C. Cheinet – op. cit.).

37 P. Seignour – op. cit., p. 129.

38 Concours pour la prime d'honneur dans le département de Vaucluse, Avignon 1858.

39 P. Seignour – op. cit., p. 134.

40 Les vieux paysans, dans les régions où se pratique encore l'élevage ovin, rappellent ce principe d'économie rurale que leur ont transmis leurs pères, qui en étaient eux-mêmes les dépositaires : quoiqu'il arrive, ne jamais vendre le troupeau car il est une sécurité, la garantie qu'on ne sera pas sans argent.

41 Le concours pour la prime d'honneur de 1858 cite en exemple une propriété d'Orange où on se livre rationnellement à l'engraissement des agneaux, avec ce commentaire : "c'est une industrie agricole peu répandue dans le département de Vaucluse."

42 P. Seignour – op. cit., p. 123.

43 D'après des témoignages recueillis auprès de vieux paysans, dans certaines fermes la vente des volailles et des lapins sur les marchés – surtout ceux de Carpentras et de Vaison – a assuré jusque dans les années 1930, l'essentiel des sommes que la fermière à la fin du marché consacrait aux dépenses d'épicerie et d'entretien de la maison.

44 J.-C. Toutain – Le produit de l’agriculture française de 1700 à 1958. Cahiers de l'I.S.E.A. n° 115 – Juillet 1961, 216 p., p. 1-25.
Voir aussi M. Levy-Leboyer – Le revenu agricole et la rente foncière en Basse Normandie. Paris 1972.

45 Enquête agricole de 1866 – Paris 1868 – op. cit.

46 P. Seignour – op. cit., p. 101.

47 Ce qui est contraire aux usages puisque un dicton recueilli par la commission d'enquête de la statistique agricole à Cavaillon en 1852 indique : "pour semer il vaut mieux une bonne saison qu'un bon labour". A.D.V. 6 M 378.

48 Enquête agricole de 1862. Statistique de la France. Strasbourg 1868. op. cit. L'enquête agricole de 1866, moins rigoureuse, moins systématique dans sa réalisation propose "la proportion d'un cheval ou d'un mulet pour 4 à 5 hectares de terre labourable".

49 L'enquête agricole de 1862 (op. cit.) ne signale que 26 houes à cheval pour tout le département.

50 Même des grands domaines pratiquent la culture à bras : un domaine viticole de 40 hectares de vignes qui concourt pour la prime d'honneur en 1866 est travaillé de la sorte, indique le jury qui porte d'ailleurs un jugement défavorable sur la qualité du travail. (La prime d'honneur du département de Vaucluse en 1866. – op. cit.)

51 Cette technique, dite "culture à deux pans", s'est perpétuée jusqu'à la reconstitution du vignoble, dans les années 1880-1900. Elle était de pratique si courante que les vieux paysans d'aujourd'hui s'en souviennent très bien et la décrivent avec précision.

52 La prime d'honneur en 1866 – Op. cit. L'intérêt de cette étude s'accroît du fait que Raspail a laissé divers documents, en particulier une comptabilité de la gestion de ses propriétés, que Monsieur Ay, son arrière petit-fils, a bien voulu nous communiquer et que nous utiliserons (cf. infra) pour l'étude du revenu agricole.

53 La prime d’honneur de 1858 met en évidence les travaux d'assainissement et de mise en culture réalisés sur une propriété de 200 ha au Pontet par un industriel d'Avignon et surtout l'exploitation d'un domaine de 70 ha dans la banlieue avignonnaise en vue de la production laitière.

54 Ce n'est pas diminuer le mérite de Raspail que constater l'importance et la diversité de sa fortune : il dispose en 1870 d'un capital de valeurs mobilières de 140 000 francs, et ses investissements, si importants qu'ils aient été, n'ont pas compromis l'équilibre de sa fortune, qu'il gère prudemment.

55 On doit noter à ce propos les insuffisances de l'instruction, que signale en ces termes le rapport de la commission de l'enquête agricole de 1866 (op. cit.) : "L'instruction primaire... est encore bien imparfaite. Les parents ne répondent que trop souvent par leur incurie aux efforts du gouvernement pour la propager et la compléter. Il est surtout désirable que cette instruction soit dirigée de manière à inspirer le goût des travaux de l'agriculture à la jeune population des campagnes et à relever dans son esprit l'estime pour la profession de cultivateur."

56 La prime d'honneur de 1866 – op. cit.

57 Ibid.

58 Enquête agricole de 1866. op. cit. On y cite un rapport de l'Inspecteur d'Académie qui préconise l'annexion d'un jardin aux écoles rurales de garçons, qu'il justifie ainsi : "Les connaissances agricoles même peu avancées font aimer la campagne. Donnons à l'instituteur le moyen de les répandre et on ne verra pas les jeunes agriculteurs en si grand nombre déserter la ferme qui les vit naître pour aller à la ville chercher une existence aventureuse, plus brillante peut-être et plus facile, mais aussi tourmentée et précaire, souvent moins morale, partant moins heureuse."

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540