Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysans du Vaucluse (1860-1939). Volume 1

 | 
Claude Mesliand

Introduction

Texte intégral

1La production historique de ces dernières années a apporté de si nombreux travaux d'histoire rurale sur les xixe et xxe siècle que celui-ci ne peut prétendre à l'originalité du sujet traité. Il n'en était d'ailleurs pas question quand je l'ai entrepris : il s'inscrivait dans un ensemble de recherches d'histoire sociale, conduites dans des cadres régionaux, qui plaçaient logiquement, nécessairement, l'agriculture et la société rurale au centre de leur problématique. Il s'agissait, en effet, de restituer dans son mouvement réel la longue marche de notre pays vers la modernité, et l'on savait bien que l'on partait de campagnes surpeuplées pour aboutir à leur désertion, que la part de l'agriculture dans la formation du revenu national décrivait une courbe déclinante, que le poids politique des ruraux devenait de plus en plus faible... La récente synthèse que propose l'Histoire de la France Rurale reprend en des formules-choc les conclusions qu'autorisent les travaux à ce jour, publiés et oppose "les campagnes à leur apogée, de 1852 à 1880" à "la fin de la France paysanne, de 1914 à nos jours". Vues de haut, dans le cadre national, c'est bien ainsi que les choses se sont passées, et toute étude historique se proposant d'apporter sa contribution à l'intelligence de la France contemporaine rencontre la terre, tout à la fois force productive, support d'une société et inspiratrice d'une culture, soumise à des forces contraignantes et contraires qui l'entraînent, d'un mouvement irréversible, vers une incontestable réduction de la place qu'elle occupe dans l'espace économique, social et culturel, où se meut la communauté nationale.

2Mais la réalité nationale est faite de diversité, et c'est ce qui justifiait l'approche régionale de son devenir contemporain. Celle-ci, pour d'évidentes raisons méthodologiques, car il fallait bien accepter la contrainte du découpage administratif et les conditions, qui en découlent, de la collecte des sources s'inscrivit le plus souvent dans le cadre d'un ou plusieurs départements. Pour mon compte, c'est un des plus petits départements français que j'ai retenu et j'ai limité délibérément ma curiosité à la seule paysannerie de ce département. Je me dois bien sûr de justifier le choix du site et l'intérêt porté au monde paysan : on me permettra de donner à mon propos la tournure personnelle qui me paraît nécessaire à la présentation correcte de mon projet.

3J'étais fils de paysans tourangeaux, devenu professeur au lycée d'Avignon ; toute l'histoire de ce travail tient à ces deux données. Je n'avais d'autres attaches provençales que celle de mon mariage – et je n'en sous-estime nullement l'importance car ma femme a su m'introduire dans ce pays qui était le sien et elle m'a beaucoup aidé à comprendre sa culture –, mais je connaissais bien, d'expérience vécue, les choses et le travail de la terre : il y avait là des éléments favorables à la mise en œuvre d'un projet que je ne concevais que dans un esprit de profonde sympathie.

4Je me souviens de ma découverte du Vaucluse, importante car elle détermina le choix de mon sujet et plus encore m'orienta vers une histoire au ras du sol, en prise directe avec les problèmes du temps que je vivais. Découverte des paysages, où se lisait aisément une longue aventure humaine, où la nature n'apparaissait généreuse que parce que le travail des hommes l'y avait contrainte mais alors, quelle réussite ! Découverte des bourgs provençaux, où le passé le plus authentique côtoyait le modernisme le plus agressif... Cavaillon, avec ses vitrines débordantes d'un luxe parisien, fut pour moi une révélation. Découverte des hommes, enfin et surtout. Je n'étais pas surpris par la qualité de leur travail, mais intrigué par l'extrême facilité qu'ils avaient à assimiler le progrès dans toutes ses dimensions – tout en manifestant un attachement sincère à la tradition. Leur aisance matérielle me frappait, alors que je voyais bien qu'ils exploitaient de petits domaines, et j'observais qu'elle ne les détournait nullement d'attitudes politiques clairement engagées à gauche.

5On conviendra qu'il y avait là un champ de recherches passionnantes, où l'histoire sociale prenait sa pleine signification, sollicitant l'économie, révélant les comportements collectifs. Mais aussi – et j'étais très sensible à ce rapport dialectique entre le passé et l'avenir – le temps présent avec ses problèmes de toute nature interpellait l'historien, qui était ainsi en mesure par sa lecture du passé d'aider à déchiffrer l'avenir. Un exemple, pour mieux me faire comprendre : n'est-on pas fondé à envisager avec confiance la capacité de l'exploitation familiale en Vaucluse à s'adapter aux technologies agricoles de la fin de notre siècle, sur la seule base des aptitudes qu'elle avait démontrées pour surmonter la crise de la fin du siècle dernier ? Sans doute bien des paramètres nouveaux sont à prendre en compte, mais ils n'annulent pas cette donnée qu'il appartient à l'historien de mettre en lumière, le rapport harmonique inscrit dans la longue durée entre les dimensions de l'exploitation familiale et l'esprit de responsabilité et d'initiative qui permet précisément de lui faire donner toute sa mesure, par une ouverture permanente au progrès technique et à l'innovation.

  • 1 P. Goubert : "Les sources modernes : le xviie et le xviiie siècles", in l'Histoire Sociale. Sources (...)

6Il est devenu banal de dire que l'histoire rurale se pratique sur le terrain, que l'historien du monde rural doit "aller aux champs"1. J'ai vite compris cette nécessité, mais je ne m'en attribue aucun mérite car elle était dans la logique du projet que j'avais conçu, lui-même indissociable de mon ascendance paysanne. Il ne fait pas de doute, à mes yeux, que je me suis orienté vers l'histoire rurale parce que, par delà l'inévitable déracinement de ma formation intellectuelle, c'était pour moi le moyen de conserver mon identité profonde. Aussi devais-je trouver naturellement le chemin des champs, c'est-à-dire nouer le dialogue avec les paysans aussi bien sur leur vie présente que sur leur passé, tel qu'ils l'avaient vécu ou tel qu'il leur avait été transmis. De l'une à l'autre la relation s'établissait toujours aisément et j'ai pu mesurer ainsi la force de la continuité, même si l'évolution scientifique et technique impose souvent des mutations en forme de rupture. Dialogue toujours confiant, et cela pour deux raisons bien difficiles à démêler l'une de l'autre. Il est dans la nature du paysan provençal, homme de marché rompu aux contacts humains et aussi acteur d'une vie sociale très développée dans les cercles et les cafés, dans les veillées et sur les places publiques – d'accueillir les gens, seraient-ils extérieurs à son cercle de relations habituelles, avec gentillesse et sans parti-pris. Mais la relation s'établit d'autant plus aisément que l'interlocuteur gagne sa confiance – au sens quasi intime du terme – par sa connaissance du milieu où il veut être introduit. C'est là que mon ascendance paysanne – le fait qu'elle fût tourangelle importait peu, et même par la curiosité qu'elle inspirait elle pouvait faciliter les choses – s'est révélée précieuse : elle m'a ouvert bien des portes, elle m'a permis de parler le même langage que celui de mes hôtes. Peu à peu s'est créée une intimité, à tout le moins une familiarité confiante entre nous, et ce fut un atout dont je mesure et apprécie toute l'importance. Il m'est impossible de citer les noms de tous ceux qui m'ont reçu et écouté, ont répondu à mes questions... Je crois pouvoir dire qu'aucune porte ne s'est refermée et que j'ai rencontré des hommes extrêmement divers, par leur âge, leur formation, leur situation professionnelle et sociale, leurs opinions – et aucun d'eux n'ignorait les miennes. Paysans naturellement, mais aussi instituteurs, prêtres, notaires, hommes politiques, je me suis informé auprès de tous ceux qui pouvaient, par leur expérience et leurs souvenirs, m'aider à comprendre l'entrée de la paysannerie vauclusienne dans la modernité.

7Car le choix du site arrêté, il me fallait le borner chronologiquement. J'en ai eu quelques regrets par la suite, mais je n'ai pas eu d'hésitation à fixer le terme de ma réflexion au début de la guerre de 1939. Je savais bien que je ne pouvais pas l'arrêter avant, même si l'entre-deux guerres devait me poser de délicats problèmes documentaires et méthodologiques, car c'est alors que le modèle d'une agriculture spécialisée et marchande s'impose. A la réflexion, l'analyse de l'évolution de ce modèle jusqu'à nos jours se justifiait très bien. Mais de nouveaux problèmes se seraient posés, compliquant ceux que je devais déjà résoudre, et je crains que l'unité de l'étude n'en eût souffert.

8Plus délicat était le choix du commencement. La tentation de le reporter au début du xixe siècle était grande, dans la logique des sources utilisables et aussi pour donner à la longue durée sa pleine dimension séculaire. J'ai été arrêté par mon dessein d'une histoire totale, l'analyse de la société paysanne s'entendant a partir de sa détermination économique et aussi dans ses comportements collectifs : non seulement le poids du travail aurait été considérablement alourdi, mais encore j'ai redouté de perdre en homogénéité ce que j'aurais gagné en profondeur de champ. Aussi ai-je décidé de m'en tenir aux années 1860 – sans plus de précision. Elles marquent indiscutablement la fin de l'économie traditionnelle et se prêtent de ce fait à la présentation d'un bilan. C'est le point de départ d'un renouvellement qu'impose en termes de crise économique et d'épreuve humaine une conjoncture exceptionnellement défavorable. Trois-quarts de siècle, en fin de compte : c'est déjà un long parcours, d'autant plus que s'y loge une histoire dense et que s'y accomplit une mutation considérable, pourtant respectueuse de certaines traditions.

9Dans ce cadre chronologique, les archives publiques offrent de vastes ressources. Elles ont l'avantage d'être rassemblées, pour une bonne part, aux Archives Départementales ou dans des services administratifs aisément accessibles. Mais leur masse est souvent trompeuse, ou bien pose de redoutables problèmes de dépouillement et d'exploitation... Tous les chercheurs connaissent ces inconvénients, auxquels il faut ajouter la nécessité, évidente pour un travail d'histoire rurale, d'aller dans les villages, à la mairie où sont conservées – mais dans quelles conditions, bien souvent... – les archives municipales, à l'église où l'on a des chances de retrouver des archives paroissiales, à la cave coopérative qui a, elle aussi, ses archives. On sait bien que toute recherche historique est longue, celle-ci n'a évidemment pas échappé à la loi du genre, et elle a comporté ses contraintes propres : une certaine dispersion, et des conditions matérielles parfois rudes, dans le froid et la poussière de greniers où les dossiers s'empilaient, sans aucun classement.

10Plus sérieuse est la gêne éprouvée devant les insuffisances et lacunes de la documentation statistique : les statistiques et enquêtes agricoles, les mercuriales sont discontinues, et souvent inexploitables du fait des erreurs et contresens qu'on relève aisément dans leurs données. Echappent à cette critique les documents des recensements de population, des matrices cadastrales et des registres des déclarations de successions. Mais alors se pose le problème de la méthode à adopter pour les exploiter, tant sont fortes les contraintes qu'impose la masse de leurs données... On se prend à rêver de l'efficacité qu'apporterait un travail collectif, appuyé sur les moyens d'un traitement informatique des données collectées. C'est assurément une voie pour l'avenir, mais je m'en suis tenu à la méthode de l'échantillonnage, seule compatible avec la lourdeur du traitement manuel. S'agissant des données statistiques d'ordre économique, relatives aux faits de production et à leur expression monétaire, l'incertitude qui pèse sur elles, même lorsqu'on a éliminé celles qui sont manifestement et grossièrement erronées, conduit à les utiliser dans des cadres géographiques limitant, par leur étendue, l'importance des erreurs inévitables. J'ai choisi le canton, circonscription administrative certes mais de ce fait même tout indiquée pour la mesure des expressions religieuses et politiques ; comme il a par ailleurs une cohérence économique, il m'est apparu comme la cellule de vie économique, sociale et politique à partir de laquelle pouvait s'apprécier, dans la longue durée, la diversité d'une évolution complexe.

11La mise en œuvre des sources d'archives, dans le nécessaire respect de leurs contraintes comme de leurs insuffisances, m'a rendu plus sensible l'aide que je pouvais demander au réseau serré d'informateurs que je m'étais progressivement constitué. La confiance qu'ils m'accordaient m'autorisait à leur soumettre des problèmes d'interprétation des invraisemblances apparentes posés par ces sources, que leur bon sens et la connaissance "de l'intérieur" qu'ils avaient de ces questions m'ont souvent aidé à résoudre. Mais ils ont fait bien plus que m'éclairer : à mesure qu'ils comprenaient mon projet, ses objectifs désintéressés et aussi la justification qu'ils pouvaient y trouver de leur propre engagement professionnel, ils sont devenus plus attentifs à mes propos, plus coopératifs et pour certains de véritables collaborateurs. Ceux-là ont consenti à développer par écrit leurs témoignages et souvenirs, ou bien se sont prêtés à des dialogues enregistrés. De fil en aiguille, il m'a été possible de retrouver chez certains d'entre eux des documents privés, dont ils ne mesuraient généralement pas l'intérêt, mais qu'ils n'étaient pas prêts à remettre spontanément, car ils les considéraient à juste titre comme faisant partie de leur patrimoine : papiers de famille, livres de comptes, correspondances et chroniques en forme de journal sont ainsi venus compléter fort heureusement ma documentation. Ensemble assurément disparate et inégal dans son contenu, d'une lecture et d'une utilisation parfois difficiles, mais aussi très précieux à plusieurs titres : par la sincérité des informations, par les indications statistiques – notamment pour les prix – qu'on peut y recueillir, et plus encore parce que ces documents et témoignages assurent l'indispensable ancrage de la recherche dans le réel et le concret, au niveau élémentaire mais incontournable de l'exploitation agricole.

12J'ai rassemblé ainsi des matériaux à la fois divers et complémentaires, nécessaires à la réalisation du programme que je m'étais fixé : rendre compte du passage de la tradition à la modernité, analyser ses conditions et contraintes économiques, traduire en termes de croissance ses résultats et étudier dans l'ordre idéologique les conséquences de cette mutation. C'est par tous ces aspects, indissociables et solidaires, d'une évolution suivie sur près d'un siècle que la société paysanne acquiert dans le Vaucluse une incontestable originalité, qu'elle propose dans la diversité du monde rural français un modèle spécifique. Ce qui n'empêche d'ailleurs nullement que l'on décèle dans ce petit monde des diversités, qu'il convient de relever et si possible d'élucider. Mais l'important, c'est bien la spécificité vauclusienne. On serait tenté de penser que la nature y est pour beaucoup, mon hypothèse de travail est que ce sont les hommes qui l'ont faite pour l'essentiel. Aussi ai-je tenu à ce qu'ils soient présents tout au long de cette étude, non seulement par leur nombre et leur action collective, mais encore par leur peine, leurs espoirs et leurs passions, telles que je pouvais les saisir à l'humble niveau où chacun tenait sa place et jouait un rôle. C'est une des injustices de la société paysanne, me semble-t-il, que la disparition derrière son être collectif des personnalités, modestes mais attachantes, qui contribuent sans qu'on puisse toujours le faire apparaître à son évolution et à son progrès. J'ai essayé de les faire sortir de l'ombre, anonymement pour le plus grand nombre, mais je sais bien qu'ils ne revendiquent rien pour eux-mêmes, qu'ils sont plus sensibles à l'hommage qu'à travers eux je peux rendre à tous les autres – ils sont légion – qui par leur travail intelligent et acharné ont contribué à l'une des plus belles réussites de l'agriculture française.

13L'ouvrage se présente selon un plan chronologique, respectant et précisant les rythmes et étapes de l'évolution. On ne peut présenter un bilan de l'économie d'ancien type que parce qu'elle est brutalement frappée et ruinée dans ses productions les plus marquantes par une succession de crises spécifiques qui précèdent la grande dépression agricole de la fin du siècle. D'où un décalage avec l'évolution nationale, la nécessité d'une reconstruction qui conduit plus vite et plus tôt qu'ailleurs à la modernité, par des voies originales et surtout dans le respect et, mieux, la consolidation de la petite et moyenne exploitation familiale. La guerre ne sera qu'une pause, et l'élan acquis avant qu'elle n'éclate retrouvera toute sa force, entraînant à la suite des zones pionnières l'ensemble de l'agriculture du département. Mais gardons-nous d'idéaliser : cette réussite a été sélective, elle s'est faite au prix de nombreux départs, pour beaucoup parce qu'il n'y avait pas d'autre solution. A ce prix, la réussite se mesure socialement autant qu'économiquement.

14Il n'était pas possible de traiter à chaque étape de l'évolution économique les faits de mentalité, les comportements collectifs. Aussi les ai-je rassemblés dans une quatrième partie, m'efforçant de les analyser dans la longue durée. Le problème qu'ils me posaient était en effet de savoir s'ils étaient en concordance avec une mutation économique profonde et rapide, s'ils s'inscrivaient dans une histoire du mouvement ou des résistances. N'est-ce pas là qu'il convient de chercher la cohérence fondamentale d'une société, sa fidélité à elle-même dans son incessant dépassement ?

••••

  • 2 P. George : La Région du Bas-Rhône – Etude de géographie régionale – Paris 1935, 691 p.
    R. Livet : H (...)

15Il me paraît inutile de faire une présentation géographique du Vaucluse : que pourrais-je ajouter, à cet égard, aux ouvrages qui l'ont déjà fait, bien mieux que je ne le pourrais ?2. Je voudrais simplement souligner quelques traits physiques, dans la perspective du projet ci-dessus présenté.

16Le département de Vaucluse inscrit ses 3 578 km2 dans des limites qui, même lorsqu'elles sont soulignées par le tracé d'un cours d'eau – le Rhône à l'Ouest, la Durance au Sud – ne constituent pas des frontières naturelles : la région du Bas-Rhône de P. George, "golfe de plaines et de plateaux encastré entre deux zones de montagnes", s'étend des Alpes aux Cévennes sur la rive languedocienne comme sur la rive provençale du fleuve ; la Basse Provence de R. Livet franchit la Durance et, du Pays d'Aix au Luberon et à la vallée du Rhône, déroule des paysages contrastés où les montagnes s'amenuisent, s'effilochent en lanières, se morcellent en chicots, jusqu'au cœur des plaines. Au Nord et à l'Est, le caractère conventionnel des limites vauclusiennes apparaît encore plus nettement : par le Tricastin, ce sont les plaines du Rhône-Moyen qui se raccordent à celles du Bas-Rhône, et l'on est ici dans l'antichambre du Midi méditerranéen ; les Baronnies et leur relief tourmenté viennent mourir en territoire vauclusien, au Nord du Ventoux, et celui-ci, prolongé vers le Sud par les Monts de Vaucluse, soude le Vaucluse à l'ensemble alpin.

  • 3 On comprend dans ces conditions que Ph. Vigier ait pu incorporer le Vaucluse à la région alpine, so (...)

17Nous sommes donc, sur cette terre minuscule – car c'est bien ainsi qu'elle apparaît quand on cherche à la situer sur une carte de France – à un carrefour : le Vaucluse réalise une convergence et une compénétration de caractères géographiques contradictoires qui sont sa première, sa plus grande originalité. Il est méditerranéen par sa situation, par son ciel et les contrastes de sa végétation, mais il est aussi alpin par les horizons qui le cernent, par les avancées montagneuses qui s'insinuent jusqu'au cœur de ses plaines, par les matériaux qui ont construit ses plaines3. Ces rencontres ont quelque chose d'exceptionnel, parce qu'elles se font sur un très petit espace et surtout parce qu'elles sont créatrices d'harmonie et c'est là que le Vaucluse, dépassant le formalisme de ses limites administratives, acquiert son unité. Mais c'est bien sûr une unité dans la diversité, une unité faite de contrastes associés, et l'historien de la société rurale est bien entendu sensible à la diversité des données naturelles. Elle se manifeste en premier lieu dans les paysages, tels qu'on peut les saisir, les embrasser d'un regard au détour d'une route montant de la plaine comtadine vers les hauts reliefs de l'Est du département, ou bien encore à la plongée quasi verticale de ces plateaux sur les bassins qui les trouent. Combinaison de lignes horizontales et de pentes abruptes, burinées, mises à vif par une érosion violente, le relief n'est jamais uniforme et les contrastes de la végétation, qui soulignent la variété des sols, accusent encore la diversité des paysages.

18S'il convient d'y être attentif, c'est qu'il n'y a qu'un pas de la diversité des paysages à la diversité des aptitudes agricoles. Certes, en ce domaine, des corrections s'imposent, car le déterminisme des conditions naturelles sur l'agriculture n'est que relatif, l'effort patient des hommes et les progrès techniques ont bien souvent gagné des terres naguère encore livrées à la friche, alors que d'autres y retournaient, abandonnées parce que trop exigeantes pour le maigre profit qu'on en pouvait tirer. C'est ainsi que l'irrigation a transformé des zones de plaine, alors que sur les plateaux des hameaux meurent. C'est ainsi, également, que des cultures n'existent plus qu'à l'état de vestiges, de survivance alors que d'autres s'imposent, qu'on n'imaginait pas possibles là même où elles prennent le plus d'ampleur. Au moins, les indispensables précautions qu'il faut prendre pour projeter dans le passé les paysages humanisés de notre temps nous rappellent opportunément que la diversité, même si elle n'est pas acquise une fois pour toutes, se prête aux expériences, aux innovations, qu'elle est un facteur d'adaptation permanente. Il reste que, des plaines alluviales aux plateaux calcaires, on rencontre une gamme très étendue de terroirs et que, à l'image de ses paysages, le département présente – et c'est une permanence – un éventail très ouvert de possibilités agricoles. Les rapports des hommes et de la terre n'ont pas partout la même signification, et ce serait une erreur de se laisser abuser par l'apparence d'unité que donne à l'ensemble son ciel méditerranéen.

19Diversité n'est pas désordre : il est possible, sans schématisation excessive, de proposer une image simplifiée du relief vauclusien, faisant apparaître de grandes zones naturelles, où les conditions de l'activité agricole sont homogènes – ce qui ne veut évidemment pas dire qu'elles y seraient figées.

20Il y a un Vaucluse montagneux, autour du Mont Ventoux visible par temps clair pratiquement de tous les points du département. Môle puissant et répulsif, il se prolonge en lourds plateaux calcaires, les Monts de Vaucluse, attaqués sur leurs flancs méridional et occidental par une érosion qui les morcelle et les amenuise, les entaille de gorges sauvages. Longtemps isolée par son relief, cette zone montagneuse constitue un univers spécifique, où les plantes de l'agriculture méditerranéenne ne pénètrent pas.

  • 4 George – op. cit. – p. 170.

21A l'opposé, en façade sur le Rhône et la Durance se déploie le Vaucluse des plaines, construites par les deux fleuves et leurs affluents, qui ont accumulé leurs alluvions, caillouteuses puis limoneuses, noyant de hauts reliefs calcaires qui pointent encore leurs sommets blêmes et sévères : collines d'Uchaux, au Nord d'Orange, de Thouzon près du Thor et colline Saint-Jacques qui projette son ombre sur Cavaillon. C'est la zone de fertilité, remarquable partout où les limons ont recouvert les cailloux. Mais il subsiste encore de "grandes solitudes pierreuses"4, de Châteauneuf-du-Pape à Gadagne, au nord de Courthezon et là c'est l'intelligence humaine qui a suppléé le travail de la nature : les limons de la Durance y ont été apportés par le canal de Carpentras, assurant un très efficace colmatage. Partout d'ailleurs, dans ces plaines, l'homme est intervenu : au réseau hydrographique naturel s'est ajouté le réseau serré des canaux d'irrigation, condition majeure de la réussite agricole contemporaine.

22Plaines et montagnes ne s'affrontent pas directement ; entre elles on repère aisément une zone de transition, disposée en diagonale du Nord-Ouest au Sud-Est. Par les formes de son relief, extrêmement diverses dans le détail, on peut la caractériser comme un ensemble de bassins et de collines, individualisés par l'érosion au contact de la zone alpine. Se succèdent du Nord-Ouest au Sud-Est le Tricastin, avec la plaine de Valréas et les collines au relief fouillé du pays voconce, la partie orientale du bassin de Carpentras, au pied du Ventoux, le bassin d'Apt déblayé par le Calavon et le Pays d'Aigues, au flanc sud du Luberon. Deux reliefs montagneux s'y remarquent, le massif de Gigondas-Vacqueyras au Nord, qui domine la vallée de l'Ouvèze par les pittoresques Dentelles de Montmirail, le chaînon du Luberon au Sud, qui fait frontière entre le pays d'Apt et la vallée de la Durance. Pour notre propos, cette zone intermédiaire est importante : ouverte sur les plaines, dont elle se distingue par de faibles différences d'altitude, et des sols plus hétérogènes, elle reçoit leurs influences et, le climat aidant, elle adopte leurs innovations culturales, dans la mesure de ses possibilités. En quelque sorte, elle est un enjeu du progrès agricole, ce qui ne peut être le cas pour la zone montagneuse.

23La diversité vauclusienne n'est pas seulement une réalité physique, elle est aussi un produit de l'histoire. Le département de Vaucluse, qui n'est apparu qu'en 1793, est un assemblage des enclaves pontificales d'Avignon et du Comtat, de l'ancienne principauté d'Orange et des terres provençales de la Viguerie d'Apt et du Comté de Sault. Le sentiment d'appartenir à une collectivité vauclusienne ne s'en est pas moins développé et le rayonnement d'Avignon y a beaucoup contribué, malgré sa situation excentrique, corrigée il est vrai par la construction et l'entretien d'un bon réseau de routes puis de voies ferrées. Un fait est révélateur de la solidité de la communauté ainsi forgée : c'est l'attachement à Avignon et au Vaucluse des habitants du canton de Valréas, enclave vauclusienne en pays drômois. Par là, le Vaucluse acquiert un élément de sa personnalité, qui plonge ses racines jusque dans le fonds de culture commune que constitue la lointaine civilisation occitane, et c'est dans la société paysanne naturellement que se sont perpétuées les traditions et la langue héritée du Moyen Age.

24Mais si l'on peut parler d'une unité vauclusienne tissée par l'histoire, fortifiée par la durée des cadres administratifs surgis de la Révolution, il convient de remarquer qu'elle s'accompagne, dans l'ordre idéologique et politique, d'attitudes violemment contrastées. Nous ne sommes pas ici dans un pays de juste milieu : la déchristianisation a été rapide et profonde, tout en laissant subsister des îlots de pratique et de foi ; de la Terreur Blanche à la résistance au Coup d'État de 1851, de l'aventure boulangiste au Poujadisme, le Vaucluse est présent, activement, dans tous les drames, dans toutes les passions de la vie politique nationale... Ce département n'est pas une terre d'unanimité, mais de contestation et de protestation ; il s'en dégage un tempérament politique, qui se complaît aux attitudes extrêmes mais qui aussi affirme dès 1870 de nettes préférences républicaines, et le corps électoral vauclusien restera fidèle à ce choix fondamental.

25C'est pour toutes ces raisons que le Vaucluse, malgré un territoire exigu, malgré une population paysanne peu nombreuse – considérée à l'échelle nationale – a constitué pour nous un champ d'étude passionnant.

Notes

1 P. Goubert : "Les sources modernes : le xviie et le xviiie siècles", in l'Histoire Sociale. Sources et Méthodes. Colloque de l'E.N.S. de Saint Cloud – Mai 1965 – Paris 1967, 298 p.

2 P. George : La Région du Bas-Rhône – Etude de géographie régionale – Paris 1935, 691 p.
R. Livet : Habitat Rural et Structures Agraires en Basse Provence. Publication des Annales de la Faculté des Lettres – Aix-en-Provence 1962 -465 p.

3 On comprend dans ces conditions que Ph. Vigier ait pu incorporer le Vaucluse à la région alpine, soulignant la présence de la montagne au-dessus des plaines comtadines, présence physique mais aussi humaine puisque bien souvent l'homme est venu de la montagne.
(Ph. Vigier : La Seconde République dans la Région Alpine : Etude Politique et Sociale – Paris 1963 – 2 vol. 333 et 527 p.).

4 George – op. cit. – p. 170.

© Presses universitaires de Provence, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540