Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

17. Les Tcherkesses

« Tcherkesses », in Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle

Paris, 1875, t. 14, p. 1 528

Texte intégral

1TCHERKESSES, peuple nomade de la Russie d’Europe, dans la Circassie, où il habite principalement la Grande et la Petite Kabarda, situées entre la droite du Térek et le Caucase, et les contrées situées entre cette même chaîne de montagnes et le Kouban, jusque près d’Anapa. « Les Tcherkesses, écrit M. Dulaurier (Revue des Deux-Mondes du 15 avril 1861), comme les autres enfants du Caucase, dépourvus de toute culture intellectuelle, ignorent l’art de fixer la pensée par des signes conventionnels ; par conséquent, ils n’ont point de monuments écrits, et ne se sont jamais inquiétés de préserver de l’oubli la mémoire du passé. Ce n’est que de loin en loin que se rencontrent quelques lambeaux de leur histoire dans des annales étrangères. Ces témoignages, quoique rares, nous apprennent que les Tcherkesses ont été asservis ou inquiétés par tous les peuples qui ont dicté des lois à la péninsule Taurique, Romains, Grecs-Byzantins, Huns, Khazares, Russes et Mongols, ainsi que par les Géorgiens ; mais que rien n’a pu affaiblir leur indomptable amour de l’indépendance et qu’ils ont secoué le joug dès qu’ils l’ont pu. Ce qui frappe dans les institutions et les coutumes des montagnards caucasiens en général, c’est la persistance avec laquelle ils les ont maintenues, et qui a triomphé de l’action du temps. Les descriptions écrites à des intervalles très éloignés, celles de Strabon d’Interiano et la relation de M. Stanislas Bell, qui est la plus récente (1838-1839), semblent avoir été calquées sur un même modèle. La vie de brigandage et de piraterie, la vente des esclaves ainsi que des prisonniers enlevés dans des razzias sans trêve ni fin ; le culte de l’hospitalité, le régime aristocratique et féodal que prête Strabon aux Akhéens, aux Zykhes et aux Héniokhes, reparaissent sans le moindre changement chez les Tcherkesses. Strabon raconte qu’ils étaient gouvernés par des skeptonkhes (porte-sceptre), qui avaient eux-mêmes au-dessus d’eux des rois ou tyrans. Ils en comptaient quatre à leur tête, lorsque Mithridate s’enfuit des bords du Phare vers le Bosphore Cimmérien. Redoutant de s’engager sur le territoire des Héniokhes à cause de leur férocité et de l’aspérité des lieux, il passa par mer chez les Akhéens, qui lui accordèrent asile. On voit que le géographe d’Amasie a connu les deux degrés supérieurs de la société tcherkesse : les rois, qui correspondent aux pchés actuels, et les skeptonkhes, qui sont les nobles du plus haut rang, work. En descendant sur cette échelle hiérarchique, on trouve les affranchis, les serfs attachés à la glèbe, enfin les esclaves. Quoique les Tcherkesses soient dépourvus de lois écrites, ils ont cependant un ensemble de coutumes (odat) qui les régissent depuis un temps immémorial. Elles sont basées sur trois principes : l’exercice de l’hospitalité, le respect pour les vieillards et le droit de la vengeance. Aucun tribunal permanent ne règle le cours de la justice, nulle autorité n’est investie de la mission de poursuivre les coupables ou de faire exécuter l’odat, et cependant M. Bell affirme qu’il se commet moins de crimes dans la Circassie que dans les pays civilisés, où la justice est protégée par un formidable appareil de répression. Toute affaire litigieuse ou communale est remise à la décision d’une réunion populaire tenue en plein vent et composée des princes, des nobles et même des serfs. Le rang ou l’âge détermine la préséance. Dans ces tribunaux improvisés, le nombre des juges est proportionné à l’importance de l’affaire : il y en a quinze pour un cas de meurtre. Les mollahsturks, envoyés à différentes reprises chez les Tcherkesses comme apôtres ou comme émissaires politiques, et entre autres le célèbre cheikh Mansour, dont il est question pour la première fois dans les annales caucasiennes eu 1785, se sont efforcés de faire prévaloir le schariat, la loi fondée sur le Coran. Le zèle de ces missionnaires tendait à proscrire l’odat, ou la loi coutumière, comme contraire aux prescriptions de Dieu mais il n’a pu abolir la loi du sang ou du talion. Schamyl seul, avec sa volonté de fer, a réussi à la faire disparaître dans le Caucase oriental ; mais ce n’est qu’après s’être fait accepter comme pontife, chef militaire et législateur par des populations entièrement musulmanes, animées d’une ferveur inconnue aux Tcherkesses. Pour ceux-ci, la vendetta est un droit sacré, imprescriptible. Le sang versé exige l’effusion du sang. Le fils en naissant hérite de ce droit. Le parent doit venger le parent, l’hôte son hôte. Le point d’honneur l’y oblige et lui permet d’employer tous les moyens pour y parvenir, la force ouverte ou la ruse, sous peine, s’il y manque, d’être chassé comme un lâche. Ces vendette qui se transmettent de génération en génération, deviennent quelquefois le lot d’une famille, de toute une hétairie (tleusch). Si le coupable vient à mourir, la dette n’est pas éteinte, elle incombe à celui qui représente le défunt jusqu’à ce qu’enfin elle soit acquittée, ou que le sang ait été racheté au moyen d’une somme fixée par des arbitres, ou effacé par un mariage ; mais les princes et les nobles sont inflexibles dans l’exercice de ces représailles, et n’acceptent jamais de composition. La coutume de la vendetta est sans doute une monstruosité ; cependant elle est un correctif nécessaire dans un état de liberté illimitée, le frein le plus puissant contre les attentats à la vie humaine. Les Tcherkesses ne sont point une émanation de ces races inférieures, à coloration rouge ou jaune qui, par une sorte de loi fatale, se sont dispersées et comme évanouies au souffle meurtrier de la race blanche, sur une foule de points du globe ; ils appartiennent à cette même race blanche comme un de ses types les plus beaux ; ils ont en germe toutes ses qualités morales, ils sont doués au plus haut degré d’énergie et d’activité. Ces qualités, ils les ont déployées partout où le sort les a jetés, dans l’ancien empire des califes, en Égypte et en Turquie. Nous inclinerions plus volontiers à croire qu’au moment où sonnera l’heure suprême de leur asservissement, ils feront ce qu’une partie d’entre eux a fait déjà : ils courberont la tête avec l’espérance sans doute illusoire, de jours meilleurs, ou bien ils iront chercher une nouvelle patrie sur la terre étrangère. Ce ne sont pas seulement les dissensions intestines qui leur ont été funestes ; leur ruine est due aussi à un concours de circonstances fatales, indépendantes de leur volonté, la substitution des Russes, comme voisins immédiats en Crimée, aux Tartares adversaires qu’ils pouvaient contre-balancer, l’affaiblissement graduel de la Turquie, leur auxiliaire naturel, et le blocus rigoureux de leurs côtes par les croisières russes, qui les a laissés eu proie au dénûment et à la famine. »

2« On se représente ordinairement les Tcherkesses, dit Fréderic Dubois de Montpéreux, comme un ramassis de brigands et d’hommes sauvages, sans foi ni loi ; on se trompe. L’état actuel de la Circassie nous donne une idée de la civilisation de la Germanie et de la France sous leurs premiers rois. C’est un modèle de l’aristocratie féodale et chevaleresque du moyen âge ; c’est l’aristocratie de la Grèce antique. La constitution est purement féodale ; l’esprit des castes est aussi sévère que naguère en France, en Allemagne. Les princes, les anciens nobles, les affranchis, les serfs, les esclaves, forment cinq classes bien tranchées.

3« Le titre de prince, pcheh, pchi, en tcherkesse, ne s’acquiert plus que par la naissance. Aussi les princes sont-ils très sévères dans leurs alliances pour se conserver une généalogie sans tache. Ils ne se marient qu’entre eux, et tiennent à grand déshonneur une mésalliance. Leur puissance dépend du nombre de vassaux, de parents et d’alliés qu’ils peuvent mettre sous les armes. Leurs filles, à défaut de fils, transmettent quelquefois la principauté à ceux qu’elles épousent, mais elle est inférieure à celle acquise par les exploits militaires.

4« La seconde classe est celle des nobles, work, dont quelques-uns deviennent très puissants en s’alliant à des familles nombreuses. Ils sont les écuyers des princes, les servent à table. La classe des affranchis comprenait les serfs qui avaient obtenu la liberté pour quelques services rendus, ou qui, ayant été vendus comme esclaves, revenaient dans leur patrie avec une petite fortune, avec laquelle ils faisaient l’acquisition d’un domaine. La liberté passait à leur descendance, et ils jouissaient des mêmes droits que les nobles.

5« La quatrième classe, celle des vassaux ou serfs, semblables à ceux qui existaient en Europe lors de la féodalité, vivent, de père en fils, sous la dépendance d’un noble dont ils labourent les champs en temps de paix, et qu’ils défendent en temps de guerre. Chacun d’eux possède un terrain et des bestiaux sur lesquels le seigneur n’a aucun droit ; il n’en a point non plus sur le vassal lui-même, ni sur sa familles qui, pour des motifs de mécontentement, est libre d’aller s’établir ailleurs. Ce n’est qu’à titre de punition et après un jugement qu’un seigneur peut les vendre, et, dans ce cas, l’affaire doit être jugée par une assemblée. Ces quatre classes diffèrent peu entre elles pour l’habillement et la vie domestique ; la plus parfaite égalité même règne parmi elles, tant l’influence du prince et des nobles sur les vassaux est peu sensible ; c’est une influence de confiance, de persuasion patriarcale, toute l’autorité est réglée par les anciens usages. La cinquième classe est celle des esclaves, tcho’khott ; tout étranger qui s’aventure dans ces pays-là, et qui ne peut nommer son conak ou son hôte, peut compter d’être fait esclave ; les princes et les nobles en augmentent journellement le nombre dans leurs courses sur le territoire russe et c’est un objet de richesse pour le propriétaire, qui les vend aux Turcs, ou qui les garde pour augmenter le nombre de ses vassaux, et les marie. Tous les princes sont égaux entre eux, de même que les nobles. Dans toute cette vaste population opposée à la Russie, et qui, comme je viens de le dire, peut mettre près de 100 000 hommes sous les armes, aucune tête influente ne peut régulariser une coalition, un plan général d’attaque et de défense ; chaque prince, chaque noble, même chaque affranchi est son maître et n’obéit qu’à lui-même. Des milliers d’intérêts divisent donc ce peuple en une multitude de tribus, de familles indépendantes, jalouses les unes des autres, jalouses de leur liberté, et souvent séparées pour toujours par la terrible loi du sang, la loi de la vengeance qui perpétue pendant des siècles la haine entre les tribus et les familles.

6« Les femmes tcherkesses rivalisent en beauté avec les Géorgiennes, sans qu’on puisse se décider pour les unes ou pour les autres. Taitbout, qui a mieux vu que moi les premières, dit que leur tête est allongée, et que leurs traits sont communément grands et réguliers ; leurs yeux, la plupart noirs, sont brillants et bien fendus, et elles les regardent comme une de leurs plus puissantes armes. Les sourcils sont bien marqués ; elles ont le teint olivâtre. Les jeunes filles portent de très bonne heure, dès l’âge de dix à douze ans, un corset, ou large ceinture en cuir cousu sur la peau ; les filles nobles l’attachent avec des agrafes d’argent. Ces corsets leur serrent tellement la taille qu’il n’y a pas de femmes qui l’aient plus mince ; il comprime aussi le buste de façon à en empêcher tout le développement. Les jeunes Tcherkesses non mariées ont toutes la poitrine (gorge) plate et frappent sous ce rapport. Ce n’est que le jour de leur mariage que leur époux a le droit de découdre leur corset avec la pointe de son poignard. Pour conserver cette taille svelte qui est un apanage de la beauté chez les Tcherkesses, on nourrit très mal les jeunes filles ; on ne leur donne que du lait, des gâteaux, de la pâte de millet. Si les femmes doivent avoir la taille mince au-dessus des hanches, il faut que le bas du corps soit gros, le ventre saillant, ce qui nous paraîtrait une difformité.

7« Elles laissent pendre, comme les Tartares, leurs cheveux liés en tresses ; leur costume consiste en une chemise qu’elles nouent avec un cordon, et en larges pantalons, que ne masque pas la robe de dessus agrafée par une ceinture. Les jeunes filles ne prennent le costume des femmes mariées qu’après leurs premières couches ; elles commencent alors à se couvrir la tête d’un linge blanc qui, serré sans plis sur le front, s’attache sous le menton. M. Taitbout de Marigny ne fait pas l’éloge de leur démarche, qui lui a paru lente et nonchalante ; mais ici je crois que nous ne jugerions que par des exceptions. Il leur a trouvé de l’esprit ; leur imagination est vive, susceptible de grandes passions ; aimant la gloire et s’enorgueillissant de celle que leurs maris acquièrent dans les combats.

8« Les jeunes filles apprennent chez leurs ataliks à broder, à tisser des galons, à coudre des robes, à tresser des corbeilles, des nattes de paille et autres ouvrages agréables de leur sexe. Elles ne sont point séquestrées comme dans l’Orient ; elles participent au contraire aux mêmes divertissements que les jeunes garçons ; elles ne sont ni gênées ni timides ; elles servent les étrangers qui arrivent chez leurs parents.

9« Leurs danses ne diffèrent guère de celles de toutes les peuplades caucasiennes ; les danseurs s’étudient à faire toutes sortes de pas et d’entrechats, comme les Cosaques qui tiennent peut-être leur danse favorite des Tcherkesses. Leur musique est un violon à trois cordes, un flageolet et un tambour de basque, comme chez les Tartares Nogaïs ; ce qui ne forme pas une harmonie des plus agréables. »

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access