Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

15. La ville de Constantinople

H. Barth, Constantinople

Paris, 1903

Texte intégral

1. Le quartier de Galata (extrait p. 8-10)

1Assurément, cette antique cité a perdu quelque chose de son originalité, mais elle offre encore une matière surabondante aux études historiques et religieuses, aux recherches intéressant la linguistique et l’ethnologie. N’oublions pas que c’est ici le point de contact entre l’Occident et l’Orient, que deux mondes se choquent ici sans se confondre, et que ce choc accentue même des contrastes plus instructifs que partout ailleurs. Toutes les races, toutes les religions, toutes les langues sont représentées dans cette moderne Babylone. Chacune d’elles cependant domine dans un quartier qui lui est plus particulièrement affecté.

2Péra, située sur le sommet de la colline, est, tout naturellement, la première étape de chaque touriste. On y trouve, dans de vastes hôtels, tous les raffinements du confort et de l’hygiène moderne. C’est, en somme, la ville des étrangers, sans rien d’original. On se croirait presque dans une ville d’Italie, très fréquentée par les touristes.

3Pour redescendre, nous prenons l’escalier de Yuksek Kaldirim qui compte cent marches de pierre et qui conduit à Galata. Ce n’est pas dans ce faubourg qu’il faut chercher de fortes impressions, à moins qu’on les cherche dans un grand mouvement d’affaires. Cependant on peut commencer à prendre contact avec les types et les caractères orientaux. Galata – qui semble vouloir se précipiter vers le port – est bâtie sans règle, sans symétrie aucune : sauf quelques rues nouvelles, à peu près rectilignes, c’est un enchevêtrement de petites rues étroites et anguleuses, obscures et puantes, de vrais casse-cous ; les toits se touchent parfois d’un côté à l’autre. Agences commerciales, boutiques et magasins fort bas, ateliers, cafés, restaurants d’aspect peu ragoûtant, ouverts sur la voie publique, une vie de négoce jusque dans la rue : bouchers, boulangers, marchands de tabac, de poissons, de fruits, de confiserie ; ici des tables de change, là des barbiers ; au milieu de ce décor grouille une populace basse et abjecte, adonnée aux passions les plus viles. N’insistons pas. Bien entendu, Galata est, pour les ethnographes, le quartier le plus curieux, le plus intéressant. Et quel mouvement sur le port ! Un roulis continuel de masse humaine, un flot qui ne s’apaise guère qu’avec la nuit, un tumulte, une mêlée indescriptible, qu’on ne retrouve nulle part. Petits marchands, débitants ou boutiquiers crient, vantent et offrent leurs marchandises en sautant et en gesticulant comme des forcenés : les uns achètent ou marchandent, les autres se disputent ou se querellent. À chaque instant on entend le cri d’alerte ou d’alarme – varda ! varda ! – jeté aux passants par les cochers de louage, muletiers ou âniers, qui s’en vont au pas de leurs bêtes, transportant de l’eau, de la viande, des gravois ou des déblais, éboulis ou pierres de toutes sortes. Le camelot et le marchand de fruits font leur partie en cet étrange concert. Perses austères,

4Nègres taillés en Hercule, Turques voilées, Roumaines effrontées, Grecs escamoteurs et voleurs sans pareils, Levantins, Arabes, Indous, moines romains, traficants francs, matelots, mendiants qui rôdent en attendant leur proie ; touristes des deux sexes ; joueurs d’orgue de barbarie, toujours deux à deux, l’un portant l’instrument sur le dos, l’autre tournant la manivelle. L’Arménien Hamal, lourdement chargé, se précipite en quête de corvées. Son dos ploie sous la lourde charge qu’il porte solidement fixée à un coussinet en cuir rembouré. Admirez sa beauté virile, sa force indomptable, son pas pesant mais allongé défiant toute concurrence ; les veines de sa jambe saillent vigoureusement, le sang lui afflue au visage. De nombreux mendiants marmottent leur boniment le long des chemins, des Derviches de Bochara vont hardiment de masure en masure, leur bourse à la main ; là-bas, un élégant se fraie un passage à travers la foule ; le Kavas en livrée richement galonnée, avec son sabre recourbé, ses fontes de pistolet magnifiquement brodées, fait place au seigneur qui le suit. Telle est Galata, vrai Capharnaüm : coups de poings, coups de coudes, bousculades, pêle-mêle de nations, de types et de costumes, vacarme à rendre sourd, murmure continu, doublé de cris aigus, tohu-bohu inextricable dans ces misérables et pourtant pittoresques échoppes qui forment l’entassement de ces ruelles du haut en bas de la colline. Ce n’est qu’avec peine que le tramway se faufile à travers cette cohue. Dans les cafés, le récitateur de contes, le Madaf, intéresse un public nombreux par ses histoires épiques ou burlesques tirées du fonds commun, dont les Mille et Une Nuits sont le type. Au moment le plus captivant, il s’interrompt pour faire le tour de l’assistance et solliciter la générosité des auditeurs. C’est là que se fait effrontément le commerce des femmes destinées au harem. Dans la taverne voisine, au son des flûtes et des cymbales, les danseurs et les danseuses exécutent des danses folles, parfois gracieuses et toujours lascives, au sein d’un nuage opaque formé par la fumée du tabac.

L’escalier de Yuksek Kaldirim

L’escalier de Yuksek Kaldirim

2. Kavak (extrait p. 114-116)

5Au flanc des deux montagnes situées l’une en face de l’autre sur les rives du Bosphore, s’élèvent deux châteaux, Rouméli Kavak et Anatoli Kavak, utilisés par Mourad iv pour la défense du détroit ; cette partie resserrée, la clef du Pont-Euxin, fut de tout temps fortifiée avec soin et disputée avec acharnement. Des murs descendent le long des pentes de la montagne jusqu’à la mer et relient les citadelles ; il existe encore des restes d’un môle, dans la mer, du côté européen ; de l’autre côté, se trouvait également une digue semblable ; en cas de besoin, on fermait le détroit au moyen d’une grosse chaîne tendue d’une rive à l’autre. Du fort européen, il ne subsiste plus que les ruines du mur de jonction et de la jetée ; les matériaux ont dû être probablement employés à d’autres fins ; celui de la côte asiatique se dresse presque intact sur les rocs escarpés. Restes pittoresques, figuiers à la végétation luxuriante, lauriers et ceps poussant entre les créneaux et retombant au dehors, lianes enlaçant les tours rondes... La vue sur la mer est magnifique. La construction de ces forts a parfois été attribuée aux Génois ; mais la structure des bâtiments est bien byzantine, et le blason de pierre placé entre les deux tours rondes, au-dessus de la porte principale tournée vers la terre ferme et murée maintenant, ne laisse planer aucun doute à cet égard. Les Génois profitèrent effectivement de la faiblesse de l’empire pour s’en emparer, et prélever un péage sur les navires passant le détroit, mais ce privilège leur fut contesté par les Vénitiens. Dans l’antiquité, un autel consacré aux Douze Dieux s’élevait au détroit Hiéron derrière lequel s’ouvre la mer Noire ; une inscription en vieux grec, trouvée il y a quelques années au pied de la montagne, ne laisse aucun doute sur l’authenticité du fait. Sur le cap, s’élevait un temple de Zeus Ourios, très vénéré des marins du Pont. Des fouilles ont mis à jour des fragments d’architecture de style ionien, datant de la meilleure époque grecque. Justinien consacra ce sanctuaire à l’archange Michel. L’église n’existe plus. Quelques centaines de pas plus loin, vers l’est, sur la crête de la colline en communication avec le terrain situé derrière, se trouve un petit bois de chênes ; sur le sol, entre les arbres, gisent de vieux blocs de pierres, tout couverts de broussailles, des colonnes rondes, des architraves. Ce sont peut-être là les restes de l’église byzantine dédiée à l’archange. Sur le sommet de la colline, à l’endroit où s’ouvre la tranchée du Chrysorrhoas dans les flancs de la montagne, s’élève, à l’ouest des ruines du château Roumélien, une grosse tour ronde nommée, on ne sait pourquoi, tour d’Ovide ; c’est un phare byzantin, où la nuit on allumait des flambeaux qui guidaient les navires arrivant à l’entrée du Bosphore à travers les dangers des Cyanées.

3. Les palais du Bosphore (extrait p. 146-148)

6Le nouveau style se montre dans la construction des palais, par des façades magnifiques et par une surabondance d’ornements assez gracieux et d’un goût assez pur. La série des façades construites dans les cinquante dernières années du siècle passé commence par le superbe palais de Dolma-bagtché, qu’Abdul-medjid fit construire, près du Bosphore, sur l’emplacement d’une ancienne résidence d’été en bois, datant de Sélim iii et tombée en ruines. Vu du Bosphore, Dolma-bagtché offre un coup d’œil magnifique. La façade s’étend sur une longueur de 650 mètres. Un quai de marbre la parcourt dans toute son étendue et une grille de fer de grande valeur, représentant des motifs tirés du règne végétal, tels que rameaux et fleurs, la sépare de la mer. Tout autour du palais, sont des jardins fleuris où se trouvent les bâtiments secondaires réservés à la Cour. La façade elle-même est un mélange de styles convenant tantôt à un théâtre, tantôt à un temple : l’Occident et l’Orient y mêlent leurs motifs et produisent ainsi un nouveau caractère plein de grâce et d’effets. Une abondance d’ornements, une richesse féerique se montrent dans les arcs, les fenêtres et les grands portails, dont une des portes donne sur la mer, tandis que les autres s’ouvrent sur les jardins : l’une de celles-ci conduit sur une place plantée de platanes, située sur le rivage en face de la mosquée ; l’autre sur l’allée qui longe les hauts murs du palais et mène vers Béchik-tach. Le visiteur est surpris de la splendeur prodiguée à l’intérieur du château, du luxe raffiné qui y règne. La fameuse Salle du Trône, utilisée seulement dans les occasions exceptionnelles, occupe toute la longueur du bâtiment du centre et se place, par sa grandeur incroyable et sa décoration, parmi les plus imposantes de l’Europe entière. Je nommerai encore ici la salle de bain, avec ses murailles recouvertes d’albâtre.

Palais de Dolma-bagtché

Palais de Dolma-bagtché

Porte du palais de Dolma-bagtché

Porte du palais de Dolma-bagtché

7Abdul-aziz, fidèle aux règles posées pour la construction par son prédécesseur, éleva à son tour le somptueux palais de Tcheragan. Cette résidence s’étend sur une longueur de 750 mètres jusqu’à Orta-keuï. Autrefois se trouvait ici un pavillon que Mahmoud ii habitait au printemps ; sur son emplacement fut construit ce palais de marbre, le plus grand et le plus beau de tous ceux que le sultan possède. L’intérieur, décoré avec une richesse surprenante, laisse bien loin derrière lui Dolma-bagtché. Les appartements, dont les plafonds reposent sur des colonnes, sont ornés de sculptures en bois et en marbre distribuées à profusion.

8C’est dans le bâtiment le plus retiré, du côté de Orta-keuï, qu’on trouva Abdul-aziz, après sa déchéance, sans vie et les artères coupées.

9Ce palais féerique devint ensuite le lieu de détention de Mourad après sa déposition.

Le palais de Beylerbey

Le palais de Beylerbey

10Un peu obliquement, de l’autre côté, le palais de Beylerbey, aussi blanc que la neige, se mire dans les flots bleus. La façade est d’une beauté surprenante et des formes architecturales les plus nobles. Les appartements intérieurs sont décorés à la manière turque et mauresque, avec une prodigalité indescriptible, cependant pleine de goût et d’unité. De plain-pied, s’élève une halle dallée de marbre, supportée par des colonnes et renfermant des fontaines et des jets d’eau. La cage de l’escalier et la grande salle supérieure sont des chefs-d’œuvre de décoration orientale. Dans le parc du château, s’étendant en forme de terrasse sur le flanc de la montagne, se trouvent des statues de bronze et de marbre, des kiosques, des allées bordées de coquillages, des étangs pleins de poissons rouges, des serres et la ménagerie de léopards de l’amateur princier.

11Un vrai bijou parmi ces œuvres de style de renaissance turc est la Validé djami construite en 1870 dans le quartier Ak-sérail ; les balustrades des minarets sont richement sculptées en dessins étoiles, les fenêtres sont de style mauresque.

12Yildiz-Kiosk, la nouvelle résidence du sultan régnant, est située sur une hauteur, derrière Dolma-bagtché, dans un vaste parc s’étendant jusqu’au Tcheragan ; un pont de marbre jeté par-dessus la route conduit jusqu’à ce dernier. Le palais entier est une colonne formée de villas, de demeures pour le personnel, de harems, de pavillons, d’écuries et de casernes, car toute une division est réunie dans les environs pour le défendre en cas de besoin ; la maison des femmes est située au milieu d’un jardin de fleurs, dont les serres et les étangs artificiels réjouissent la vue. Tout à côté se trouve la petite Hamidié, où le sultan se rend pendant le Sélamlik pour faire la prière du vendredi, prescrite par la loi.

Yildiz-Kiosk et Hamidié

Yildiz-Kiosk et Hamidié

4. Sainte-Sophie (extrait p. 33-42)

13Sainte-Sophie est évidemment l’expression suprême de l’architecture byzantine. Vénérable témoin d’une grandeur passée, ce merveilleux monument, qui fut pendant des siècles l’orgueil du Christianisme oriental et qui, depuis bientôt cinq siècles, est le sanctuaire sacré de l’Islam, Sainte-Sophie, disons-nous, offre au point de vue de l’histoire et des arts, une source inépuisable d’inspirations.

Vue générale de Sainte-Sophie

Vue générale de Sainte-Sophie

14On en posa les premières assises vers l’an de grâce 325, le xxe du règne de Constantin, en même temps que les fondements des nouveaux murs de la ville et des palais impériaux, au moment de l’ouverture du concile de Nicée. Conformément à la tradition romaine, ce ne fut d’abord qu’une longue basilique avec toiture en bois. On reconnut bientôt l’insuffisance de cet édifice, qui dut être agrandi dans la suite. Il fut la proie des flammes sous le règne d’Arcadius (en 404), lorsque Chrysostome fut envoyé en exil et que les partisans de cet homme vénéré se soulevèrent pour sa cause, Théodose le Jeune la fit relever en 415. Elle fut de nouveau réduite en cendres sous Justinien, lors des troubles soulevés par les querelles des Verts et des Bleus. C’était en janvier 532. L’Empereur conçut immédiatement l’idée de le réédifier sur une place plus vaste et avec une somptuosité inconnue auparavant. Justinien voulait un monument auquel nul autre ne pourrait être comparé. On se mit aussitôt à l’œuvre et, le 23 février, quarante jours seulement après l’incendie, dès la première heure du jour, on procéda à la pose de la première pierre. […]

15Les témoignages des contemporains sur l’incomparable magnificence de la décoration intérieure défient l’imagination la plus exaltée. Justinien comme enivré de puissance et de richesse, avait orné le temple avec une profusion fabuleuse. Pour l’autel, l’or n’étant point suffisamment précieux, on avait employé un amalgame d’or, d’argent, de perles et de pierres précieuses pilées, des incrustations de camées et de gemmes. Au-dessus s’élevait un tabernacle en forme de tour, le Ciborium, dont le toit d’or massif reposait sur des colonnes d’or et d’argent incrustées de perles et de diamants et ornées de lys entre lesquels se trouvaient des boules avec croix en or massif, d’un poids de 75 livres et également ornées de pierreries. Sous le dôme, la colombe du Saint-Esprit se trouvait suspendue. C’est dans son corps qu’on renfermait et conservait les hosties. D’après le rite grec, l’autel était séparé du peuple par une cloison ornée des images des saints en relief ; elle reposait sur douze colonnes d’or. Trois portes masquées de voiles conduisaient à la Panagée. Au milieu de l’église s’élevait l’Ambon en forme circulaire et entouré de barrières. Il était surmonté d’un baldaquin de métal précieux, monté sur huit colonnes de marbre fin, avec une croix d’or d’un poids de 100 livres, parsemé de grenats et de perles ; des escaliers de marbre conduisaient à l’estrade. Les parois de l’escalier et le toit du lieu saint étincelaient de marbre et d’or. C’est là que s’assemblait le clergé pour les grandes fêtes officielles et que se dressait la tribune de la cour. Patènes, clefs, vases, bassins, vaisseaux, tout était de l’or le plus pur, tout ruisselait de pierres précieuses ; les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament pesaient, avec leurs appliques et leurs montures d’or, chacun deux quintaux ; d’or étaient également les ustensiles sacrés et les objets de luxe servant au cérémonial de la cour, aux couronnements et aux autres fêtes : 7 croix pesant chacune un quintal, six mille candélabres en forme de grappes de raisins, autant de porte-candélabres pesant chacun 111 livres. La voûte de la coupole rayonnait sous le reflet des candélabres ; partout des lampes d’argent étaient accrochées à des chaînes de bronze ; sur toutes les moulures couraient des guirlandes de lumière qui se multipliaient à l’infini dans les facettes des mosaïques et des pierreries. […]

Sainte-Sophie. Côté est

Sainte-Sophie. Côté est

16Après six ans de travail, cette œuvre gigantesque fut en état d’être inaugurée. Ce fut à la veille de Noël 537 que l’Empereur sortit du palais pour se rendre à l’église dans un équipage à quatre chevaux. Il y fit son entrée conduit par le patriarche Eutychius, s’approcha vivement du prie-Dieu et, levant les mains au ciel, il s’écria d’une voix émue : « Béni soit Dieu qui m’a choisi pour exécuter une telle œuvre. Je t’ai surpassé, ô Salomon ! ». […]

17Ce fut l’appropriation aux exigences des rites de l’Islamisme qui entraîna pour Sainte-Sophie les plus profondes modifications : les Turcs s’ingénièrent à détruire l’admirable décoration intérieure de cette basilique convertie par force à l’Islam. Un badigeonnage à la chaux couvrit sans miséricorde toutes les surfaces : l’Islam défendant par principe toute figure ou représentation d’être vivant. Les ornements précieux enlevés ou volés furent remplacés par des passages du Coran en écriture géante. Ceci excepté, l’intérieur resta tel qu’il était au point de vue architectural. […]

Sainte-Sophie. La grande nef

Sainte-Sophie. La grande nef

18Mahomet le Conquérant dota l’église de deux arches lourdes et informes, situées du côté sud-est de la mer. Là-dessus on éleva un minaret. Sélim ii en fit construire un deuxième, à côté, mais moins élevé ; son successeur Mourad iii, deux autres encore. Ces quatre tours érigées en différents temps n’ont tout naturellement aucun caractère d’unité. Sur la pointe des minarets, le croissant brille maintenant dans toute sa splendeur. Il surmonte encore, en bronze cette fois, le sommet de la grande coupole qui semble s’incliner légèrement. Cette coupole mesure 25 mètres de diamètre environ ; Mourad ii employa, dit-on, 50 000 ducats pour la dorer. Cent kilomètres à la ronde et, du côté de la mer, jusqu’à la pointe de l’Olympe bithynien, on la voit étinceler sous les rayons du soleil. Différentes constructions vinrent se grouper tout autour de Sainte-Sophie : turbés, écoles, refuges. Dans le parvis sud, Mourad iii fit bâtir son tombeau ; près de lui reposent les cercueils de ses 17 fils que Mahomet iii frère aîné et successeur fit décapiter et inhumer auprès de leur père le jour de son avènement au trône. Neuf ans plus tard, la mort l’amena lui-même à côté de Sélim ii : c’est là que se trouvent également les restes du prince Mahmoud et de sa mère qu’il fit égorger injustement. Ces tombes résument l’histoire, les malheurs et les crimes de cette horrible famille.

19Au milieu du siècle dernier, l’immense édifice menaçant ruine, Abdul-medjid ordonna de le restaurer d’une façon définitive. Il fit appeler le célèbre italien Fossati. Celui-ci abattit tout d’abord tous les contreforts superflus et chercha à réparer un peu l’ancien extérieur ; puis, les murs de la mosquée furent recrépis et agrémentés de raies transversales d’un rouge de garance, revêtement qui ressemble fort à l’habit d’un forçat ou à la robe d’une esclave. L’intérieur, après quatre cents ans d’attente, retrouva en partie ses anciennes couleurs, sa magnificence d’autrefois. Les précieuses tables de marbre, les mosaïques à fonds d’or furent découvertes, la madone et les saints se réveillèrent de leur long sommeil. Il est vrai que des pièces manquaient, les unes détruites en tout ou en parties, les autres ne valant guère mieux. Un grand nombre d’images montraient néanmoins encore toute la beauté de leur coloris. La mosquée conserve aujourd’hui ces restes de beauté autant que le permettent les préceptes de l’islamisme. Les représentations d’êtres vivants, nullement tolérées par le prophète, furent tout naturellement passées à la chaux. Il est vrai que, pour ce travail, on prit toutes les mesures de précaution nécessaires, on recouvrait tout d’abord les figures d’une toile, puis une légère couche de couleur fut passée par-dessus. Toutes les têtes eurent le même sort ; cependant quelques-unes percent encore le badigeonnage.

Sainte-Sophie. L’abside et la chaire

Sainte-Sophie. L’abside et la chaire

5. Sainte-Irène (extrait p. 60-62)

20Au surplus, ce serait une grande erreur si l’on croyait ne trouver dans l’Orient que de simples copies de Sainte-Sophie.

21Examinons, par exemple, l’église Sainte-Irène. Elle date en partie du règne de Justinien, mais elle impose, bien plus nettement que Sainte-Sophie, le souvenir de la basilique latine : un long rectangle avec absides et narthex faisant saillie et donnant sur l’atrium orné de galeries. Au-dessus des voûtes en berceau, la grande coupole, percée de vingt fenêtres entrecoupées de contreforts, repose sur un haut tambour. L’église a trois nefs. Les vieilles mosaïques dorées des voûtes existent encore, de même qu’une longue inscription. Ne parlons pas de l’affreux badigeonnage jaune qui déshonore l’extérieur comme celui de tant d’autres édifices byzantins. L’église Sainte-Irène sert d’ailleurs aux Turcs d’arsenal et l’entrée en est interdite aux étrangers. À l’entrée on peut voir deux canons avec une inscription latine et les dates 1586 et 1592. À l’intérieur étaient autrefois aussi plusieurs antiquités byzantines, mais qui font maintenant partie de la collection d’Hamdy Bey ; cependant on y peut voir encore quelques armes historiques : un sabre du Conquérant, un autre de Scanderbey, la chaîne à longues mailles qui barrait la Corne lors du siège de 1453, enfin les clefs des villes conquises !

Sainte-Irène, actuellement transformée en Arsenal

Sainte-Irène, actuellement transformée en Arsenal

6. La Suleymaniye (extrait p. 134-140)

22Avec Suléïman ii, s’ouvrit une période de grandeur pour l’empire, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. C’est avec raison que l’histoire lui donne le nom de Grand ou de Magnifique. Ses expéditions s’étendirent sur toute la Hongrie, Vienne fut assiégée ; il fut heureux dans la guerre contre la Perse ; ses flottes dominèrent les mers, jusqu’à l’Espagne et l’océan Indien. Sous lui, les forces des Ottomans parvinrent à leur apogée.

23Sous aucun sultan, l’idée de la domination de l’Islam sur le monde n’avait été si consciente d’elle-même, si réfléchie, et jusqu’à un certain point si justifiée.

24Dans les arts, son influence se fit sentir par la protection qu’il accorda à Sinan. Celui-ci illustra son art et le siècle de Suléïman par cinquante grandes mosquées qu’il construisit dans toutes les parties de l’empire et par une centaine de chapelles de ponts et de palais. […]

25La mosquée de Suléïman, construite par Sinan de 1550 à 1566 sur une vaste plate-forme de la troisième colline, est considérée comme la plus belle de Stamboul après Sainte-Sophie, C’est une œuvre admirable d’architecture ottomane, conçue dans un style digne de la splendeur de l’époque. Elle se distingue par la pureté du style, la régularité des plans, la perfection des différentes parties, et l’harmonie de l’ensemble.

26Toute la construction si vaste s’étend d’une manière imposante avec ses treize coupoles, son parvis, son jardin des tombeaux, sa bibliothèque, les trois écoles, les quatre collèges, les hôtelleries, les cuisines, les cyprès et platanes qui couvrent la cour extérieure longue de 190 mètres sur 130 de large. Tandis que la Shah-zadé n’a que deux minarets, la Suléïmanié en a quatre vers le haut.

Mosquée de Suleiman

Mosquée de Suleiman

27Le Haram à trois portes, animé par une fontaine jaillissante, excite l’admiration par ses formes choisies et les matériaux superbes dont il est construit : marbre, porphyre, granit ; au-dessus de la porte principale la formule de l’Islam ; tout autour court une colonnade couronnée par 26 coupoles : trois corridors sont munis de fenêtres donnant sur l’extérieur, des bancs de marbre s’allongent sur toute la longueur, les colonnes et les coupoles du quatrième corridor s’élèvent plus haut que les autres sur la façade de la djami. En face de la porte centrale du parvis s’ouvre l’entrée du sanctuaire, construite dans le style perse, décorée magnifiquement.

28L’intérieur à trois nefs est d’une beauté surprenante : rien que ce monument justifierait amplement le titre de Magnifique, donné au sultan. Le milieu est couronné d’une coupole gigantesque soutenue par quatre colonnes énormes : ce dôme a un diamètre de 26 mètres comme celui de Sainte-Sophie ; la fierté qu’il excite chez les Ottomans est peut-être un peu excessive, car il est moins hardi, sa hauteur dépassant de 5 mètres celui de Sainte-Sophie. Les matériaux de construction furent tirés du grand palais des empereurs grecs. C’est ainsi que les quatre grands blocs de granit, debout entre les piliers de soutien des deux côtés de l’axe principal de l’édifice, proviennent de l’Augustéon et du château impérial de Justinien.

29Ces colonnes, les plus grandes de la ville, servent de soutien aux nefs latérales, elles sont couronnées de chapiteaux sculptés en forme de stalactites. Gyllius nous est un témoin de leur destination première : deux d’entre elles portaient la statue de l’empereur et la Vénus éprouvant la Virginité. Les deux autres doivent avoir probablement servi à porter les statues des impératrices Théodora et Eudoxia.

30Le long des murailles des nefs latérales sont disposés des bancs de pierre formés de colonnes tronquées. Partout une magnificence de bon goût : des incrustations de marbre multicolores sur les murs et les colonnes ; des lustres énormes de bronze dans la niche de prière décorée de faïences perses aux couleurs chatoyantes, les neuf fenêtres de cette niche, garnie de vitraux éclatants, ornées d’arabesques, d’étoiles, de fleurs, du chiffre divin : ces vitraux proviennent des verreries du maître oriental si renommé à cette époque, Serhoch Ibrahim ; la tribune des prédicateurs et l’estrade des commentateurs du Coran sont de marbre blanc, d’un travail précieux.

31Partout des guirlandes, des lustres en fil de fer tressés, en bois et en fer forgé portant de petites lampes emplies d’huile ; parmi cela des raretés de toute nature : des dents d’éléphant, des œufs d’autruche. Tout l’intérieur de la mosquée donne l’impression d’un charme magique. Malgré les restaurations récentes au cours desquelles les fiers arceaux et les coupoles furent défigurés et enlaidis par des ornements bizarres, la mosquée justifie encore le jugement et la prétention de l’architecte disant qu’elle marquait l’apogée de l’architecture musulmane.

32Dans le jardin rempli de tombeaux situé derrière la mosquée, se trouvent les tombes de Suléïman et de son épouse favorite, la Roxelane. Ce sont des mausolées à huit pans. Trente-huit colonnes de marbre entourent le monument funéraire et soutiennent des arcs en ogive de couleurs différentes ; à l’intérieur quatre colonnes de marbre blanc et quatre de porphyre soutiennent la coupole magnifique. La galerie ainsi formée tout autour reçoit la lumière du dehors par des niches en arcades garnies chacune de six fenêtres accouplées deux à deux. Tout, dans ce mausolée, inspire une gravité solennelle.

33Au milieu, les cénotaphes des deux Suléïmans et du deuxième Ahmed : de grands candélabres se dressent de chaque côté, des draps précieux recouvrent les cercueils, vers la tête sont disposés les turbans blancs et les aigrettes de plumes de héron. Tout autour du monument de Suléïman ier, une balustrade incrustée de nacre. Sur des pupitres des manuscrits magnifiques du Livre sacré ; en outre, une carte en relief des lieux saints de la Mecque.

Table des illustrations

Titre L’escalier de Yuksek Kaldirim
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Palais de Dolma-bagtché
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Porte du palais de Dolma-bagtché
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Le palais de Beylerbey
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Yildiz-Kiosk et Hamidié
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Vue générale de Sainte-Sophie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Sainte-Sophie. Côté est
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Sainte-Sophie. La grande nef
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Sainte-Sophie. L’abside et la chaire
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Sainte-Irène, actuellement transformée en Arsenal
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Mosquée de Suleiman
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Grand portail
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1933/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 572k

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access