Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

14. Les impressions de pèlerinage du Dr Saleh Soubhy

Dr Saleh Soubhy, « Pèlerinage à La Mecque et à Médine », in Bulletin de la Société Khédiviale de Géographie du Caire

1894, t. 4, p. 45-88 et 105-144

Texte intégral

1. L’aïd el-Kébir (extrait p. 126-130)

1CHAPITRE VII
MOUNA ET LA FÊTE DU COURBAN-BAÏRAM

2Voici la tradition, confirmée par le Coran.

« Seigneur, dit Abraham à Dieu, donne-moi un fils qui compte parmi les justes. Nous lui annonçâmes la naissance d’un fils d’un caractère doux. Lorsqu’il fut parvenu à l’âge de l’adolescence, son père lui dit : « Mon enfant, j’ai rêvé comme si je t’offrais en sacrifice à Dieu. Réfléchis un peu, qu’en penses-tu ? ».
« Ô mon père ! Fais ce que l’on te commande ; s’il plaît à Dieu, tu me verras supporter mon sort avec fermeté ».
Et quand ils se furent résignés tous deux à la volonté de Dieu et qu’Abraham l’eût déjà couché le front contre terre, nous lui criâmes :
« Ô Abraham ! – Tu as cru à ta vision et voici comment nous récompensons les vertueux ! ».
Certes, c’est une épreuve décisive. » (XXXVII, 98. 107).

3Quelle était cette épreuve décisive ?

  • 1 Selon les musulmans, ce n’est point Isaac qui devait être offert au sacrifice, c’est Ismaël. Ils ap (...)

4Obéissant aux ordres du ciel, Abraham, soumis aux ordres de Dieu, avait résolu d’immoler de sa propre main son fils Ismaël1, l’espoir de sa race, l’enfant chéri de son épouse Agar, le père prédestiné d’un grand peuple.

5Sacrificateur et victime cheminaient vers Mouna. L’égyptienne Agar, épouse suppliante et mère désolée, suivait son époux et son fils en proie à une douleur mortelle, intercédant par ses prières, par ses larmes, par ses sanglots, en faveur de son Ismaël bien-aimé. Abraham et Ismaël marchèrent longtemps. Ils ne s’arrêtèrent qu’au fond d’une vallée morne et triste, où s’élève aujourd’hui le village de Mouna. Là devait s’accomplir le sanglant sacrifice.

6Dieu ne pouvait pas ordonner à un père le meurtre de son fils ; il voulait sonder sa foi et se contenter de sa bonne volonté. En vain le Patriarche frappa la tête chérie d’Ismaël : le fer résista ; mais, en s’écartant, le glaive toucha le rocher, et le rocher plus tendre que le cou d’Ismaël, s’entrouvrit sous le tranchant, laissant une trace que l’on peut voir encore, et, que j’ai vue moi-même. « Ô mon Dieu ! – s’écria le vénéré Patriarche – pourquoi le roc est-il plus sensible que le cou de mon fils ? Que me demandez-vous ? »

7Abraham, alors, entendit une voix qui lui dit :

8« Je suis content de toi ; j’ai voulu éprouver ton obéissance. J’épargne ton fils ; il deviendra le père d’un grand peuple ! Vois, un bélier vient derrière toi, immole-le à sa place, et que mon nom soit glorifié ! »

9Abraham se retourna. Du haut de la montagne, il vit descendre un bélier. L’ayant saisi, il l’immola à la place d’Ismaël. – Agar, où était-elle alors ?

10Voyant ses supplications se briser devant l’inflexible obéissance du Patriarche, la pauvre mère n’avait pas voulu être témoin du martyre de son enfant, de celui que, par ses larmes et ses prières, elle avait autrefois sauvé de la mort dans les solitudes de la Mecque. Éplorée, elle suivait son époux et son fils. – Arrivée au lieu du sacrifice, pensant que l’heure suprême était arrivée, elle se réfugia dans une grotte voisine, et, succombant à la douleur, tomba évanouie.

11La pierre que l’on vénère encore aujourd’hui, porte l’empreinte du corps d’une femme, du corps d’Agar, comme si Dieu, par ce miracle, eût, dans cette douleur, voulu honorer l’indicible douleur d’une mère impuissante à sauver son fils de la mort.

  • 2 Courban Baïram, c’est-à-dire « Fête du Sacrifice ».

12C’est en mémoire du sacrifice d’Abraham que furent instituées les fêtes solennelles du Courban Baïram2.

13Entre de hautes montagnes, arides et pierreuses – elles le sont presque toutes dans ce pays du Hedjaz – s’élève le petit village de Mouna.

14C’est là que le 18 du mois d’août se dressèrent les tentes innombrables des pèlerins.

15Vers les trois heures de l’après-midi, le canon annonça que la fête du Courban-Baïram avait commencé.

16Elle devait durer trois jours et chaque famille musulmane, du Maroc jusqu’à l’Inde, au son retentissant du canon, s’apprêtait à la célébrer.

17Les sacrifices commencent.

18Chaque pèlerin doit au moins immoler un mouton, mais beaucoup, selon leur degré de fortune, en immolent plusieurs. On en a vu en sacrifier jusqu’à cinquante et cent.

19Plusieurs même, – mais le fait est assez rare – offrent des chameaux en sacrifice.

20Ces holocaustes inspirent une profonde tristesse. Pendant trois jours, on ne peut, à Mouna, faire un pas sans être témoin de ces exécutions sanglantes ou marcher sur les corps des victimes.

21Devant sa tente, le pèlerin, invoquant le souvenir du grand patriarche Abraham, prend le mouton, le couche, l’égorge, et, ce sacrifice accompli, le laisse à l’endroit même de l’immolation.

22Lui, il ne prend rien pour sa nourriture. À peine quelques indigents viennent-ils chercher dans ces chairs palpitantes de quoi subvenir à leur subsistance d’un jour.

23C’est à l’autorité locale qu’il incombe de prendre les mesures nécessaires pour débarrasser le sol de ces cadavres, dont le nombre, comme on peut facilement le constater, s’élève au moins à neuf cent mille.

24Il est facile d’imaginer quels dangers peut provoquer un tel état de choses ; quelles épidémies peuvent naître de ces milliers de cadavres en putréfaction et combien est insuffisant l’ordre récent, émané du gouvernement turc, d’enfouir ces multitudes de cadavres.

25Le 21 août se termina la fête du Courban-Baïram. Aucune, chez le peuple musulman, n’est célébrée avec plus de joie et de solennité. Elle est pour lui ce qu’est la Pâque chez les israélites ou Pâques chez les chrétiens. Les familles les plus indigentes font, en ces jours sacrés, des réjouissances de toutes sortes. Tous ceux qui, à cette époque, ont visité l’Orient, savent que nos villes prennent un air de fête inaccoutumé. Devant les boutiques des marchands, des quartiers de mouton s’étalent ornés de feuillage et de fleurs, d’innombrables petites bannières rouges et blanches sont suspendues d’un côté à l’autre des rues ; le soir, devant les magasins illuminés, les hommes, revêtus de leurs plus beaux habits, fument, chantent et boivent le café, et de temps à autre la voix formidable du canon se mêle à l’allégresse publique.

2. Djeddah (extrait p. 73-84)

26CHAPITRE IV
DE DJEDDAH À LA MECQUE

27Avant de suivre les pèlerins en route pour la ville sainte de la Mecque, arrêtons-nous quelques instants à Djeddah.

28Cette petite ville est située, dans la zone torride, sur la côte occidentale de l’Asie, à 21°28´6´´ de latitude septentrionale et à 34°13´45´´ de longitude orientale du méridien de Paris. Elle compte environ 16 000 habitants de population fixe ; pendant les mois de pèlerinage, elle acquiert une population flottante d’au moins 40 000 âmes.

29De la haute mer, on la voit s’élever gracieusement toute blanche entre le gris lointain des montagnes et le bleu des flots sous un ciel resplendissant de clartés. Elle est regardée comme le port de la Mecque. Elle était très florissante et très fréquentée avant les conquêtes des Wahabites.

30On sait que cette secte puissante prit naissance au sein de l’Yémen, vers le milieu du xviiie siècle ; elle prétendait suivre, dans toute leur pureté, les préceptes de l’islamisme, admettait l’authenticité du Coran, mais refusait à Mohammed, ainsi qu’aux Imans, descendants d’Ali, tout caractère divin. Elle eut pour chef Mohammed-ben-Abd-el-Wahab, c’est-à-dire fils d’Abd-el-Wahab (d’où lui vint le nom de Wahabites), qui fut surtout secondé par un cheikh fort puissant nommé Sehoud. La nouvelle doctrine se répandit promptement dans toute l’Arabie, en Égypte, dans la Turquie d’Asie et se rendit bientôt partout redoutable. En 1801, les Wahabites s’emparent de la Mecque ; puis, au commencement de 1803, ils franchissent l’isthme de Suez et menacent le Caire, mais ils sont arrêtés par les mamelouks. Rentrés en Asie, ils s’emparent de Médine et de Damas ; mais en 1812, Mohammed Ali, pacha d’Égypte, l’illustre fondateur de la dynastie régnante, va les chercher jusqu’en Arabie et remporte sur eux de brillants avantages ; enfin, son fils Ibrahim parcourt en vainqueur tout le Nedjed, prend Derreyeh, leur capitale, fait prisonnier Abdallah, fils de Sehoud, et l’envoie à Constantinople, où le Sultan ordonne sa mort (1818).

31Depuis ce temps, malgré les espérances de l’émir Ben-Rachid, la puissance des Wahabites n’a pu se relever.

32Que le lecteur me pardonne cette petite digression et revenons à Djeddah.

33C’est un des ports dont l’abordage est le plus difficile. Tous les navires sont obligés de stationner bien au loin dans la mer : passagers et marchandises parviennent à terre au moyen de barques à voiles. Celles-ci, qu’on appelle dans le pays sambouks, très habilement dirigées par les indigènes, font de nombreux zigzags pour arriver au port. La voie droite leur est impossible, car cette rade, qui serait si belle si l’on voulait s’imposer quelques sacrifices, est parsemée de bancs de corail et de sables, d’algues, d’écueils et d’îlots rocailleux. Elle est aussi d’une malpropreté extrême.

34Encombrées de plantes marines, ne pouvant que très difficilement se renouveler, les eaux, sous ce climat brûlant, laissent continuellement échapper des émanations délétères qui provoquent facilement des fièvres intermittentes chez les indigènes et pernicieuses chez les Européens.

35L’on m’a assuré que l’état déplorable de cette baie était dû à la crainte qu’éprouvent les habitants de la contrée d’être victime d’une invasion étrangère.

36Peut-être ; mais je crois aussi que la situation financière y est pour beaucoup.

37Au nord de la ville est un cimetière très fréquenté de tous les musulmans, qui viennent y vénérer le tombeau d’Ève, que les traditions arabes placent à cet endroit. Il compte soixante-trois mètres de longueur ; à la tête et au milieu du mausolée s’élèvent deux petits oratoires ; aux pieds du monument est une grande pierre grisâtre. La tombe, souterraine et creusée dans le roc, est vide ; ses dimensions sont marquées, à la surface du sol, par un mur de quatre-vingts centimètres de hauteur.

38Lorsque j’ai visité ce monument, si renommé dans ce pays, j’y ai vu une affluence considérable de pèlerins venir, avant leur départ, réciter une prière à l’endroit où ils croyaient que leur première mère avait reposé pendant des siècles. Je n’ai pas à vérifier ici l’authenticité ou la valeur de cette tradition ; mais qui osera blâmer la pensée de donner un souvenir à la tombe de la femme, sainte et courageuse, mère de nos mères, de la fidèle compagne du premier homme dont Dieu a parlé en termes si magnifiques :

  • 3 Iblis, c’est le Chitân, le diable en enfer, ou l’Afrite.

Nous dîmes aux anges : « Prosternez-vous devant Adam. » Et ils se prosternèrent, excepté Iblis3, qui refusa avec orgueil, et fut compris parmi les impies. (xvii, 63.)

39Cette pensée me fit impression. Je respecte la piété filiale sous toutes les formes et, devant les flots de la mer qui venaient se briser sur la grève, devant le ciel qui s’illuminait d’astres sans nombre, sous le souffle délicieux de la brise du soir, foulant la terre qu’Ève avait, dit-on, sanctifiée, je remerciai Dieu d’avoir consolé l’homme de toutes ses souffrances en lui donnant une mère pour l’encourager et pour l’aimer !

40Si maintenant l’on se reporte à l’extrémité méridionale de la ville, on peut voir le cimetière européen, vaste enclos quadrangulaire, où, sous la surveillance d’un cawas du consulat de France, dorment de leur dernier sommeil ceux que la mort a frappés sur cette terre lointaine, victimes du devoir, du climat ou de la barbarie : consuls, marins, voyageurs, commerçants. Entre autres tombes, j’y remarquai celle de M. Hévéard, consul de France, massacré à Djeddah le 15 juin 1858 avec dix-neuf Européens, et celle de M. Charles Huber, le courageux explorateur français, que ses guides assassinèrent, il y a quelques années, à peu de distance de la ville, au début d’une seconde expédition scientifique.

41Quant à l’aspect de Djeddah, à l’intérieur, la propreté n’est pas ce qui y brille le plus. Les rues ne sont que de longues allées tortueuses et étroites, où, de chaque côté, se dressent de petites baraques. Généralement de vastes nattes unissent les parties supérieures de ces boutiques et forment au-dessus de la rue un plafond qui tempère les ardeurs du soleil, mais favorise très peu l’aération. Des marchands indigènes, auxquels il faut joindre quelques Grecs, assis tranquillement à la mode orientale, fumant dans leurs longs narghilehs ou psalmodiant le Coran, offrent aux passants des étoffes de toute espèce et de toutes couleurs, des articles de luxe ou d’utilité, divers objets d’alimentation, enfin tout ce qui est nécessaire à la vie humble ou aisée de ce pays. La plupart de ces marchands sont esclaves. Le soir, ils rapportent les bénéfices de la journé à leurs maîtres, dont la vie se passe dans l’oisiveté la plus complète. Non loin de la grande porte, qui du port donne accès dans la ville, on voit deux ou trois cafés européens, l’un d’eux est même orné d’un billard !

42Le nettoyage de la ville est d’une extrême simplicité : ce sont les pluies qui en sont chargées, et je me hâte d’ajouter qu’il n’y pleut qu’une ou deux fois par an, et encore ! Il n’est donc pas besoin d’un grand effort d’imagination pour se faire une idée de l’état intérieur de Djeddah. Toute la superficie du sol est encombrée d’épluchures de légumes, de fruits gâtés, de détritus de tout genre et de toute odeur.

43Bêtes à cornes, ânes, chevaux, chameaux, chiens vagabonds, y laissent aussi des traces de leur passage ; mais il ne faut pas même s’en plaindre, car les chiens et les chèvres, qui rôdent partout, sont, tout bien compté, les seuls agents de propreté en mangeant ce qui, sans eux, s’accumulerait en pourrissant sur le sol. D’autre part, la population pullule sur un territoire relativement restreint et les vidanges s’y font d’une manière surprenante. C’est le pays des expédients ; rien de plus simple : on fait un trou à côté de la fosse d’aisances, on y jette les matières fécales, on le referme, et c’est fini.

44Et dire que ces infiltrations vont rejoindre les citernes dont plusieurs milliers de pèlerins boiront l’eau !

45À tout cela si l’on ajoute ce que j’ai dit de l’insalubrité du port, de l’ardeur du soleil, de l’humidité des nuits sans air, on reste étonné que le choléra ou d’autres épidémies ne soient pas moins rares dans ces parages.

46Les habitants de Djeddah appartiennent à la grande famille sémitique ; mais le Djeddaoui de race pure n’existe, pour ainsi dire, plus. Ce peuple, dans le cours de son histoire si agitée, s’est mêlé à d’autres races, venues surtout de l’Arabie méridionale. En général, leur teint est basané, leur taille svelte et au-dessus de la moyenne ; le nez, droit et fin, les lèvres minces, les dents blanches comme l’ivoire, et sous leurs sourcils bien arqués, brillent des yeux d’un noir ardent. On les dit intelligents et hospitaliers, mais vindicatifs et querelleurs.

47Les hommes portent la galabiah, robe ample, aux couleurs voyantes, serrée autour du corps par une large ceinture ; leur tête est entourée du turban et la plupart ont aux pieds des babouches rouges.

48Les enfants – surtout ceux qui avoisinent le port – ont un costume beaucoup plus simple ou même absolument primitif ; ils passent une partie de la journée dans l’eau, où ils se trouvent comme dans leur élément naturel.

49Les femmes de la classe inférieure sont absolument vêtues comme celle de l’Égypte, c’est-à-dire d’un caleçon fermé à la cheville, d’une robe généralement bleu foncé et le visage recouvert d’un voile pour se préserver des regards indiscrets des passants. « La précaution n’est pas mauvaise, me dit un jour un de mes compagnons de voyage, mais je la crois trop générale ».

50Les dames riches (la coquetterie est de tous les temps et de toutes les pays) portent, dans leurs habitations, avec de nombreux bijoux, des caleçons brodés d’or et de soie, des ceintures de même espèce et des camisoles d’étoffes somptueuses recouvertes de broderies d’or. Beaucoup ont les doigts de pieds ornés de bagues !

51Tous sont d’une grande sobriété. Leurs aliments ordinaires sont, avec le pain, des dattes sèches, des raisins, du riz, des poissons, en un mot des fruits et des légumes – rarement de la viande – dont l’apprêt est des plus primitifs. L’eau est leur unique boisson.

52L’eau de Djeddah ! j’en conserverai un souvenir éternel. Il faut vivre dans ce pays et se voir tourmenté par la soif que procurent quarante degrés de chaleur pour se résoudre à la boire. Puisée dans des citernes extrêmement mal entretenues, où grouillent des quantités énormes d’animalcules que l’on peut voir sans microscope, elle est renfermée et apportée à domicile dans des outres goudronnées. Mais ce goudron ne dure pas toujours et l’on se trouve dans une alternative embarrassante : ou l’eau a une odeur trop prononcée de goudron et provoque des catarrhes stomacaux ; ou elle s’imprègne de l’odeur plus nauséabonde de l’outre et n’en devient que plus répugnante et plus malsaine.

53Et pourtant le gouvernement turc avait donné une somme considérable pour la construction d’un aqueduc qui devait amener à la ville les eaux de la fontaine Aïn-Zibedah, située à quelques kilomètres dans la montagne !

54Le canal, il est vrai, fut creusé ; mais la quantité d’eau qu’il apporte est tout à fait dérisoire. Pourquoi ? Je me suis laissé dire que cet aqueduc avait été détruit ou détérioré par ordre secret d’hommes riches et influents, propriétaires de citernes dont ils vendaient les eaux impures. Ce canal gênait leurs spéculations !

55Et maintenant la source d’Aïn-Zibedah ne pouvant suffire aux besoins du port, les habitants et les pèlerins se voient dans l’absolue nécessité d’acheter très cher l’eau des citernes.

56Il y en a de deux qualités : la première, qui se vend naturellement à un prix plus élevé, est celle dont j’ai parlé plus haut – la seconde est de beaucoup pire, et tout le monde comprendra ce qu’alors elle doit être.

57La construction des maisons ne brille pas précisément par l’élégance ; elles offrent avant tout un but pratique et l’ombre et l’air y sont ménagés pour toutes les heures du jour.

58Sur les faces de chaque habitation sont en effet disposés des espèces de kiosques en bois, appelés moucharabiehs, avec fenêtres pleines et grillées, et meublées à l’intérieur de nattes et de coussins. On occupe naturellement celui qui n’est pas exposé aux rayons du soleil. Ces moucharabiehs sont parfois d’une très grande valeur. J’en ai remarqué plusieurs, faites de bois des Indes, ornées partout de sculptures d’une gracieuseté et d’une délicatesse incomparables, dont le style rappelait l’art mauresque à son époque la plus brillante.

59Le soir, la ville prend un aspect bruyant et pittoresque. Devant les maisons, sur les places, partout sont disposés de nombreux dikka, espèces de bancs rectangulaires d’un mètre et demi de longueur sur quatre-vingt centimètres de largeur, et dont la partie où l’on s’asseoit et l’on se couche est en cordes tressées. De huit heures du soir à une heure du matin, les hommes conversent bruyamment entre eux, fumant, cela va sans dire, la cigarette ou le narghileh, tandis que d’autres chantent en s’accompagnant de battements de mains ou en frappant avec des lanières sur des planches de bois ou de métal. C’est un tintamarre à écorcher les oreilles les moins délicates. Jamais je n’ai vu l’harmonie si maltraitée que sur cette côte asiatique et pourtant cette musique provoquait de frénétiques applaudissements !

60À ces bruits discordants s’ajoutent parfois les fêtes nocturnes que donnent dans leurs sambouks les bateliers qui se marient ou qui reviennent d’un long voyage. Avec le même accompagnement de bazas, un des chefs de la troupe chante, pendant des heures entières, un couplet quelconque, que, par intervalles, interrompent les joyeux assistants en poussant un : « Ah ! » long et formidable qui n’a rien d’harmonieux.

61Mais ce qui produit toujours une impression profonde, c’est l’heure de la prière du soir.

  • 4 La prière comprend quatre parties :
    I. Le Bismillah ou invocation.
    II. Le Fatah, nom du premier cha (...)

62Des centaines de croyants, ayant à leur tête un cheikh vénérable à la longue barbe blanche, se tiennent sur deux ou trois lignes devant la mosquée, recueillis, les pieds nus posés sur les nattes qui s’étendent devant eux. En priant, ils s’inclinent, se prosternent et se relèvent tour à tour. Voici ce qu’ils disent :4

I

Ô Dieu Clément, qui dispenses les grandeurs et les petites fortunes, nous t’invoquons !

II

Louanges à Dieu, Maître de l’Univers !
Le Clément, le Miséricordieux !
Souverain au jour de la rétribution.
C’est toi que nous adorons, c’est toi dont nous implorons le secours.
Seigneur, dirige-nous dans la voie droite,
Dans la voix de ceux que tu as comblés de tes bienfaits ;
Non pas de ceux qui ont encouru ta colère, ni de ceux qui s’égarent.

III

Dieu est Grand !
Grâces soient rendues à Dieu.
Dieu est Grand !
Grâces soient rendues à Dieu.
Dieu est Grand !
Grâces soient rendues à Dieu.

IV

Salut, respect et gloire à Dieu !
Salut au Prophète !
Salut à nous-mêmes.
Il n’y a de Dieu que Dieu et Mohammed est son prophète !
Salut à vous ! salut à nous !

63Et pendant qu’ils récitent cette prière, du haut de la tour de la mosquée qui s’élève, svelte et blanche, dans l’azur du ciel étoilé, la voix éclatante et grave du muezzin lance successivement aux quatre points cardinaux cette majestueuse et touchante invocation :

  • 5 Pour se conformer aux ordres divins, cinq fois par jour, la voix du muezzin convoque les fidèles à (...)

Dieu est grand !
Dieu est grand !
Je le proclame : il n’y a qu’un seul Dieu et Mohammed est son esclave et son prophète !
Je vénère la Religion et la Vertu !
Voici l’heure de la prière : Dieu est grand !
Salut et vénération à Toi, ô type de beauté, ô prophète de Dieu !5.

64Les quatre grandes puissances coloniales, la France, la Russie, la Hollande et l’Angleterre ont à Djeddah un représentant chargé de défendre les intérêts de leurs nationaux musulmans. Je saisis avec bonheur l’occasion qui m’est offerte ici d’adresser à M. Wattbled, consul de France, mes plus sincères remercîments pour la bienveillance et l’amabilité qu’il m’a constamment témoignées. Je me fais un devoir d’acquitter la même dette envers M. Mardrus bey, agent de l’Administration de la Compagnie Khédivieh, qui, depuis plus de trente ans, habite le Hedjaz et n’est jamais si heureux que lorsqu’il peut obliger quelqu’un.

Notes

1 Selon les musulmans, ce n’est point Isaac qui devait être offert au sacrifice, c’est Ismaël. Ils apprirent cette version sur les paroles de Mohammed, qui avait coutume de dire que, parmi ses ancêtres, il y en eût deux qui devaient être sacrifiés à Dieu ; l’un, Ismaël, l’autre son père Abdallah. Abd-el-Mottalib, grand-père de Mohammed, demandait à Dieu de lui découvrir l’ancienne source de Zemzem, à la Mecque, et de lui donner dix fils, et s’il l’obtenait, il fit vœu d’en offrir un en sacrifice à Dieu. Ses vœux furent exaucés, et l’un de ses dix fils, Abdallah, père de Mohammed, fut racheté par un sacrifice de cent chameaux. De là, selon la Sounah, le prix du sang humain est porté à cent chameaux (Kasimirski).

2 Courban Baïram, c’est-à-dire « Fête du Sacrifice ».

3 Iblis, c’est le Chitân, le diable en enfer, ou l’Afrite.

4 La prière comprend quatre parties :
I. Le Bismillah ou invocation.
II. Le Fatah, nom du premier chapitre du Coran.
III. Le Rakhâh ou prostration ; en le récitant on se prosterne.
IV. Le Tahakïat ou salutation.

5 Pour se conformer aux ordres divins, cinq fois par jour, la voix du muezzin convoque les fidèles à la prière : à l’aube (el-faghr) ; à midi (el-dôr) ; vers trois heures (el-hasra) ; au coucher du soleil, (el-mahreb) ; enfin, une heure après le coucher du soleil (el-hâcchah) : « Célèbre les louanges de ton Seigneur avant le lever et avant le coucher du soleil et à l’entrée de la nuit ; célèbre-le aux extrémités des jours pour lui plaire. » (xx. 130).

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access