Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

13. La désinfection des effets

Dr Dujardin-Beaumetz, « Conférences de l’hôpital Cochin. De la désinfection », in Bulletin général de thérapeutique médicale et chirurgicale

1888, t. 115, p. 481-508 (extrait p. 491-497)

Texte intégral

1Pour les vêtements et les objets de literie, tout le monde est d’accord pour reconnaître la suprématie indéniable de la chaleur, et si l’on discute encore, ce n’est pas sur le principe lui-même, mais bien sur l’appareil à employer pour obtenir de cette chaleur son maximum de pouvoir désinfectant, et là, nous abordons l’étude des étuves à désinfection.

2Bien des modèles ont été proposés, mais si vous vous rappelez ce que je vous ai dit dans la dernière conférence, vous verrez que les seuls qui doivent être utilisés sont les étuves à vapeur sous pression, et que désormais on doit repousser impitoyablement les étuves à air chaud, les étuves à vapeur surchauffée, et enfin les étuves à air chaud et à vapeur sans pression. Le type de ces étuves à vapeur sous pression a été fourni par MM. Geneste et Herscher. Ce sont ces étuves qui sont placées aujourd’hui dans nos hôpitaux, et vous pouvez en voir fonctionner une à cet hôpital Cochin.

3Le dessin que je vous montre vous indique suffisamment sur quelle base sont établies ces étuves (voir fig. 5 et 6). Elles se composent d’un cylindre métallique de 1m,30 de diamètre dans lequel on fait pénétrer, à l’aide de deux rails en fer qui se prolongent en dehors de l’appareil, un chariot sur lequel on place les objets à désinfecter. Ce cylindre se ferme, bien entendu, à l’aide de deux portes pour le clore hermétiquement. À côté de cet appareil se trouve une chaudière qui fournit la vapeur, laquelle pénètre dans l’étuve par des tubes, les uns fermés, qui permettent d’élever la température de l’étuve et de la porter à 130 degrés ; les autres, au contraire, percés de trous de 4 millimètres de diamètre, laissant échapper la vapeur à un moment donné. […]

Fig. 5.– Coupe de l’étuve à désinfection

Fig. 5.– Coupe de l’étuve à désinfection

Fig. 6.– Étuve fixe à désinfection (modèle Geneste et Herscher)

Fig. 6.– Étuve fixe à désinfection (modèle Geneste et Herscher)
  • 1 Vinay, De la valeur pratique des étuves à désinfection. Lyon, 1887.

4On est en droit de se demander si, au point de vue de la pratique, ces étuves ne détériorent pas le linge et les divers objets qui y sont soumis à la désinfection. Le rapport si complet de Vinay1 répond victorieusement à cette question. Ses expériences très rigoureuses et bien conduites ont montré que la détérioration subie par les objets placés dans les étuves est extrêmement faible. Seulement, lorsque les linges sont mouillés de matières fécales et de sang, il en résulte des taches indélébiles. Aussi conseille-t-il de laver préalablement ces linges maculés avant de les désinfecter, et pour y procéder, il se sert d’une eau contenant en dissolution du permanganate de potasse.

5Quant à la rapidité de la désinfection, elle est une des plus considérables, puisque, au bout de quinze minutes dans de pareilles étuves, tous les microbes pathogènes sont détruits. Mais si les objets de laine, de coton, de lin peuvent subir l’action de la vapeur sous pression, il n’en est pas de même des substances animales utilisées pour les vêtements, telles que les souliers, les gants et les fourrures. Rien de plus curieux que de voir un gant ou un soulier soumis à l’action de ces étuves, ils se racornissent et cela à un tel point qu’ils ne peuvent plus s’appliquer qu’à des mains ou à des pieds de jeunes enfants. Aussi, pour ces parties du vêtement, faut-il recourir à d’autres procédés.

6En Allemagne et en Russie, où la fourrure joue un rôle si considérable dans le vêtement, on utilise les fumigations de chlore et les solutions phéniquées. En France, on emploie ou le chlore ou l’acide sulfureux. Je n’ai pas à revenir sur ce que je vous ai dit à propos de l’acide sulfureux, je n’ai pour compléter ce qui a trait à ces chambres de désinfection pour les vêtements, qu’à vous dire quelques mots sur l’emploi du chlore.

  • 2 Regnault, Traité de pharmacie, 8e édition, 1875, t. ii, p. 497.

7On peut obtenir le chlore de différentes façons, soit à l’aide du bioxyde de manganèse et de l’acide chlorhydrique, soit avec le chlorure de chaux. La formule adoptée ordinairement par les hôpitaux est celle qui a été proposée par le professeur Regnault2 comme donnant les meilleurs résultats pour la désinfection des objets de literie.

Chlorure de chaux sec

500 grammes

Acide chloridrique

1 000 grammes

Eau

3 000 grammes

8Vous mélangez dans une terrine l’acide et l’eau, et au moment de sortir de la pièce, vous projetez le chlorure de chaux dans le mélange. On obtient ainsi un dégagement de 45 litres de chlore. Mais le procédé le plus commode est de faire parvenir, à l’aide d’un tube, le chlore dans une pièce hermétiquement close.

9Aussi, dans tous les établissements de désinfection qui existent en Allemagne, en Russie et en France, faut-il joindre à l’étuve à désinfection par la chaleur une chambre où se pratique la désinfection chimique […].

Notes

1 Vinay, De la valeur pratique des étuves à désinfection. Lyon, 1887.

2 Regnault, Traité de pharmacie, 8e édition, 1875, t. ii, p. 497.

Table des illustrations

Titre Fig. 5.– Coupe de l’étuve à désinfection
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 6.– Étuve fixe à désinfection (modèle Geneste et Herscher)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access