Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

5. L’introduction du Dr Carbonell

Dr Marcelin Carbonell, Lettre au ministre de l’Intérieur, 22 février 1909

ANOM, GGA 10 H 68

Texte intégral

1Monsieur Le Ministre,

2J’ai l’honneur de vous présenter, conformément aux dispositions du décret du 4 janvier 1896, mon rapport contenant la relation des événements d’ordre médical et sanitaire survenus pendant le voyage de transport de pèlerins musulmans au Hedjaz auquel j’ai pris part en qualité de médecin sanitaire maritime à bord du vapeur Nivernais, de la Société Générale des Transports maritimes à vapeur. Ce voyage, commencé le 14 novembre 1907 et terminé quatre mois après, le 13 mars 1908, a été marqué par des incidents sanitaires notables, puisque j’ai eu l’occasion d’observer à bord une épidémie de choléra en allant au Hedjaz et un cas de peste bubonique au retour.

3La relation de ces faits, si incomplète qu’elle puisse être, m’a paru de nature à justifier ce rapport et à lui donner quelque intérêt. Mais en le rédigeant je n’ai pu oublier que le rôle de médecin sanitaire maritime n’est pas uniquement de faire l’étude et de pourvoir au traitement des maladies qu’il peut observer. Principalement dans le cours de pareils voyages il doit, me semble-t-il, songer avant toute chose, à la mission dont les règlements l’ont investi et veiller non pas seulement au bon état sanitaire du navire mais encore et surtout à la /I/ protection de la santé publique dont la loi le constitue le défenseur à bord. À moins de considérer comme lettre morte le décret de 1896 et de n’accorder aucune signification pratique à l’institution des médecins sanitaires maritimes, il faut bien admettre que dans de semblables circonstances leur tâche et leurs devoirs dépassent singulièrement ceux d’un simple médecin de bord.

4Je sais bien que jusqu’à présent la législation nous laisse presque sans armes et que la plupart du temps nous sommes obligés d’assister, sans pouvoir ni les prévenir ni les réprimer, à toutes les pratiques dangereuses pour l’hygiène publique qui, malgré toutes les réglementations, ont encore malheureusement cours dans notre marine marchande. Mais de ce que nos moyens d’action sont insuffisants, s’en suit-il que, systématiquement, nous devions nous abstenir d’agir ? Je ne le crois pas.

5Tout d’abord, lorsque ne sont point en jeu les intérêts matériels de l’armement, lorsque l’ignorance et les préjugés sont, comme il arrive le plus souvent, la seule cause des fautes commises, il est évident que nous pouvons intervenir avec efficacité en éclairant le commandant sur les conséquences possibles de ses actes et en lui faisant entrevoir les responsabilités qu’il encourt. Mais en dehors de ces cas, lorsque cette action morale reste impuissante parce qu’il y a conflit entre les exigences des règlements et les intérêts commerciaux engagés, j’estime qu’il ne faut pas non plus hésiter à intervenir, eût-on la conviction que cette intervention n’aura pas de résultat immédiat.

6Le plus souvent, en effet, l’opposition entre les intérêts commerciaux et les exigences légales n’est qu’apparente et les événements ne tardent pas à démontrer que la crainte et le respect des lois sont pour l’armateur le commencement de la sagesse commerciale. Si l’on fait le compte du déploiement d’activité et de ruse, des ennuis, des humiliations /II/ et même des dépenses qu’implique la perpétration d’une fraude sérieuse, on constate que le plus souvent le bénéfice qui en résulte est dérisoire, surtout s’il est mis en parallèle avec les risques, les catastrophes même qu’un échec peut entraîner. En matière sanitaire surtout, les aléas financiers mêmes mis à part, les périls qu’encourent les fraudeurs ne sont pas seulement d’ordre pénal et même sans l’intervention de l’autorité publique, pour le développement logique de leurs conséquences naturelles, les fraudes portent en elles-mêmes leur propre châtiment. La loi n’est ici, en somme, que la codification des solutions que la pratique a démontré être en moyenne les plus avantageuses pour le commerce et la navigation, et c’est une morale très utilitariste que celle qui nous conseille de ne point en violer les prescriptions. En se faisant le défenseur de la loi, en s’efforçant d’empêcher toute infraction aux règlements, le médecin sanitaire maritime, même lorsqu’il sera réduit à laisser aller les choses à leur cours, verra bien souvent les événements donner raison à ses conseils et ceux même qui avaient été les plus ardents à les combattre, devant l’échec de leurs combinaisons, lorsqu’ils verront menacés leurs intérêts et même quelquefois leur existence, seront les premiers à se ranger de son côté. Il gagnera en de pareilles circonstances en estime, en considération et en influence pour l’avenir.

7Et quand il serait démontré que réduit à ses propres ressources le médecin sanitaire maritime est presque toujours impuissant et qu’il ne trouve pas dans les lois l’appui matériel ni même moral dont il aurait besoin pour mener à bien sa mission, ne lui reste-t-il point encore un devoir à remplir ? Ne doit-il pas porter témoignage de ce qu’il a vu et éclairer les pouvoirs publics sur les événements auxquels il a assisté ? /III/

8Lorsque le décret de 1896 a imposé au médecin sanitaire maritime le devoir d’adresser sur ses voyages des rapports au ministère de l’Intérieur, et lui a fait, Monsieur Le Ministre, l’honneur de lui permettre de vous les adresser directement, sans passer par l’intermédiaire de l’armateur ni du commandant, est-il besoin de se demander qu’elle a été l’intention du législateur et est-il permis un seul instant de supposer qu’il a voulu se borner à une manifestation platonique, à une vaine marque de confiance destinée à masquer la situation inférieure où il laissait le service médical des bords et l’impuissance où il était d’assurer cette indépendance du médecin qu’il reconnaissait être nécessaire mais que devant la coalition des intérêts opposés il devait renoncer à obtenir ? Une pareille supposition serait plutôt injurieuse et je ne crois pas devoir m’y arrêter.

9Il est plus naturel de supposer que le législateur, absolument convaincu au point de vue théorique de la nécessité d’opérer les réformes que demandait le comité consultatif d’hygiène de France mais se rendant compte qu’elles équivalaient à une véritable révolution dans l’organisation des services sanitaires à bord a hésité au moment de passer à la pratique. L’opinion dans les milieux maritimes ne lui paraissait sans doute pas assez préparée et on pouvait à la rigueur se demander quelle confiance on pouvait réellement avoir dans le personnel qui serait chargé de l’application des réformes. Trop de hâte aurait risqué de compromettre l’avenir et, à tout prendre, il a peut être mieux valu n’avancer qu’à coup sûr.

10C’était déjà un premier pas que l’institution d’un examen par lequel fatalement s’élèverait le niveau scientifique des médecins de la marine de commerce et qui leur donnant la conviction /IV/ de ne devoir leur situation uniquement au choix arbitraire et incompétent de l’armateur, les relèverait moralement à leurs propres yeux, les préparait à l’indépendance et les y conduirait progressivement. Ce n’est faire injure à personne que de constater combien est grand à ce point de vue le chemin parcouru. À l’heure actuelle, le personnel des médecins sanitaires maritimes peut sans illusions et sans vain orgueil constater qu’il n’est pas au dessous de la moyenne du corps médical français et qu’il est prêt à remplir dignement toutes les charges que la confiance du gouvernement voudra bien lui confier. De ce côté, le décret de 1896 a produit les effets utiles qu’on attendait.

11Mais ce n’était pas surtout la valeur intellectuelle et scientifique qui manquait aux anciens médecins de la marine de commerce. Parmi eux les esprits distingués n’étaient pas rares et quoi qu’on en ait pu prétendre, les faits déplorables qu’on pouvait citer à leur encontre n’étaient que des exceptions volontairement grossies et publiées par ceux qui se croyaient intéressés à maintenir le médecin à bord dans une situation obscure et effacée. Il manquait surtout aux médecins de bord l’occasion de se faire apprécier et il péchaient surtout par le manque de confiance en eux-mêmes, par un affaissement moral qui résultait de l’insécurité du lendemain et de la préoccupation constante où ils étaient de ne pas attirer sur eux les foudres du commandement ou de l’armateur. Placés souvent dans des circonstances difficiles, pris entre les prescriptions de la loi et les exigences de leurs employeurs, ils étaient forcés de s’incliner devant la volonté de celui de qui dépendait leur modeste situation. Certes bien souvent, plus souvent qu’on ne le suppose, leurs déclarations n’étaient pas exactes et ils couvraient de leur signature bien des erreurs, bien des fraudes même. Étaient-ils réellement /V/ coupables ? Pouvaient-ils agir autrement lorsqu’ils ne trouvaient dans la loi aucune protection et que des exemples nombreux leur montraient des confrères réduits à l’extrême misère pour avoir voulu se montrer scrupuleux observateurs des règlements ?

12Cette situation ne pouvait pas échapper au législateur et c’est certainement pour obvier en partie à ces inconvénients qu’il a fait au médecin sanitaire maritime une obligation d’adresser des rapports au ministère et qu’il lui a donné la faculté de les adresser directement. En attendant l’indépendance qu’on supposait prématuré de lui accorder, on lui donnait le moyen d’abord de faire valoir ses connaissances et sa valeur professionnelle, ensuite et surtout de porter à la connaissance des autorités compétentes les faits d’ordre sanitaire survenus au cours de ses voyages. On lui permettait d’attirer avec discrétion l’attention de l’administration sur les causes des conflits qui avaient pu s’élever entre l’armement et lui, et de l’éclairer ainsi sur les inconvénients des règlements existant et sur les modifications qu’il pouvait être utile d’y apporter. C’était en somme une enquête permanente ouverte par l’autorité sur le service médical des bords et sur la législation sanitaire. En faisant du médecin sanitaire maritime l’agent principal de cette enquête, on remettait entre ses mains une arme qui pouvait lui servir à conquérir de nouveaux avantages. Avant d’arriver à l’indépendance il pouvait montrer qu’elle était nécessaire et qu’il en était digne. On faisait de lui le propre artisan de sa libération future.

13Tel est, me semble-t-il, l’unique signification qu’on peut attribuer dans l’interprétation du décret de 1896, à l’institution des médecins sanitaires maritimes et au rôle qui leur est conféré.

14C’est à ce point de vue que je me suis placé en écrivant ce rapport /VI/ dont je ne me dissimule pas les imperfections mais qui à défaut d’autres mérites aura au moins celui d’apporter sur la question du pèlerinage musulman un témoignage sincère et impartial. Quoique je me sois efforcé d’être complet, j’ai dû laisser de côté bien des points qu’il aurait été intéressant de développer. Je n’ai avancé que les faits dont il m’est possible de fournir des preuves. Je n’y affirme rien que je n’aie vu par mes propres yeux ou qu’il ne m’ait été possible de vérifier exactement.

15En revanche, et toujours pour rester dans l’esprit du règlement, je n’ai pas cru devoir me borner uniquement à exposer les événements d’ordre médical survenus dans le cours du voyage. Certes le récit d’une épidémie de choléra offre toujours un vif intérêt et, en tout temps, pendant le pèlerinage musulman, l’observateur consciencieux trouvera à glaner quantité de faits dignes d’être étudiés et portés à la connaissance du public médical. Mais, par suite de l’insuffisance des moyens d’observation dont on dispose à bord et du manque absolu d’un personnel subalterne exercé, l’étude des maladies rencontrées ne peut être faite avec la rigueur et la précision auxquelles nous sommes habitués à l’heure actuelle. La valeur des observations du médecin sanitaire maritime s’en trouve fortement diminuée. À ce point de vue je crois avoir fait ce que j’ai pu mais je ne me fais pas d’illusions sur le peu de résultats auxquels doivent avoir abouti mes efforts.

16Il m’a semblé que le véritable intérêt d’une pareille étude résidait ailleurs. J’ai pensé que tout en laissant une large place à l’exposé des maladies dont nous eûmes à souffrir je devais ne pas les présenter à part, ne pas les isoler non seulement du milieu dans lequel elles se sont développées mais encore des événements qui souvent ont provoqué leur apparition, ont modifié leur marche et leur /VII/ ont imprimé un caractère tout spécial. Il m’a paru que détachés de ces événements les faits d’ordre médical et sanitaire que j’avais à exposer risqueraient de n’être pas exactement appréciés et même parfois de n’être pas complètement compris. J’ai donc été amené à faire le récit du voyage et cela explique que n’ayant point la prétention de faire œuvre littéraire je n’aie pas cherché à éviter des digressions qui dans un ouvrage d’un autre genre seraient considérées comme des longueurs mais qui m’ont paru utiles pour la clarté et l’intelligence du récit.

17En somme, j’ai essayé d’apporter ici l’observation non pas des maladies survenues pendant le voyage mais du voyage lui-même.

18J’estime d’ailleurs que ne pouvant prétendre à l’ambition d’apporter des choses nouvelles au point de vue médical la seule œuvre utile que je pouvais entreprendre était de faire connaître comment s’effectue en réalité le transport des pèlerins musulmans. Par le récit fidèle des événements survenus à notre bord j’ai essayé de montrer comment fonctionne l’appareil de défense que les puissances européennes ont organisé pour se protéger contre l’invasion de leurs pays par la peste et le choléra à l’occasion du pèlerinage. J’emporte de ce voyage la conviction très arrêtée que tous les efforts tentés dans ce but ont jusqu’à présent à peu près complètement échoué et il suffira, je crois, de parcourir mon rapport pour se convaincre que cet échec est dû uniquement à la non application des règlements existant et que la première réforme, la seule peut-être à opérer, est une réforme d’ordre moral. Par le simple exposé des faits dont j’ai été témoin (mesurage du navire, quarantaine de Sinope, passage des détroits) mon récit prend par moment la tournure d’une accusation contre l’administration sanitaire internationale de Constantinople. Après avoir bien réfléchi j’ai jugé que le plus élémentaire de mes devoirs /VIII/ était de ne pas reculer devant cette responsabilité.

19Les mœurs et les coutumes que je dénonce dans mon rapport sont d’ailleurs connues de tous ceux qui ont vécu en Orient. Le zèle et l’activité de nos agents à l’étranger me sont un sûr garant, Monsieur Le Ministre, qu’elles ont déjà été par eux portées à votre connaissance. Je ne fais donc sans doute que répéter leurs rapports, mais, comme les choses changent d’aspect suivant le point de vue duquel on les examine, il m’a semblé qu’il ne serait pas inutile de dépeindre tels qu’ils furent vus d’un navire les événements qu’ils avaient pu examiner de terre. Pour juger des effets d’un règlement il me paraît d’ailleurs que l’impression du sujet sur lequel il est appliqué est toujours intéressante à mettre en regard de celle des personnes qui en font ou qui en regardent faire l’application.

20J’emporte également de ce voyage et j’espère faire partager par la lecture de mon rapport l’impression que l’application des règlements sanitaires serait étrangement facilitée si un agent chargé de veiller à leur exécution était placé à l’intérieur du navire. Je crois, et c’est l’opinion de tous les agents du service sanitaire, que le seul moyen de rendre efficaces les mesures édictées est de placer à bord un représentant de l’administration sanitaire qui ne saurait être que le médecin. Si l’on peut à la rigueur discuter la nécessité de l’indépendance du médecin sanitaire maritime dans les voyages ordinaires, il est évident que cette indépendance s’impose dans les voyages de pèlerins musulmans. Le gouvernement français a si bien compris les vices de l’organisation actuelle qu’il place un commissaire du gouvernement sur les navires transportant les pèlerins d’Algérie. Mais quels que soient les résultats obtenus par l’application de cette mesure, elle ne saurait, me semble-t-il, être généralisée sous la même /IX/ forme. Toutes les fois qu’il s’agit de la mise en pratique d’un règlement d’hygiène il est des parties de ce règlement pour l’application desquelles sont nécessaires les connaissances spéciales du médecin. Lorsque le gouvernement italien décida de placer des commissaires royaux à bord des navires à émigrants, il nomma d’abord des fonctionnaires ou des officiers de l’armée de terre ou de mer. Il dut renoncer bientôt à ce système et actuellement les leçons de l’expérience ont conduit à ne nommer comme commissaires royaux que des médecins.

21Pour le pèlerinage algérien des considérations spéciales peuvent militer pour faire nommer comme commissaires des administrateurs civils. D’ailleurs la présence d’un médecin sanitaire maritime à bord serait un complément suffisant si le règlement était sérieusement appliqué. Mais lorsqu’un navire français va transporter des pèlerins turcs ou russes les mêmes raisons d’ordre surtout politique n’existent pas. Il y a d’ailleurs un certain intérêt à éviter une double dépense à l’armement. Le plus simple serait, je crois, de faire désigner le médecin du bord par le gouvernement dont le navire bat pavillon ou par l’administration sanitaire internationale. Bien entendu, ce médecin devrait être soldé par l’administration qui l’aurait nommé et non par l’armateur, afin d’éviter les abus qui se produisent à ce sujet dans le pèlerinage algérien.

22En attendant d’en arriver là, un grand progrès serait réalisé sur les navires français le jour où l’administration tiendrait sérieusement la main à l’application des règlements et seconderait l’action du médecin sanitaire maritime au lieu de l’abandonner à ses propres forces et de paraître même ignorer son existence, comme il n’arrive que trop souvent. Je ne parle pas, bien entendu, de l’administration sanitaire dont la solitude à l’égard des intérêts des /X/ médecins de la marine de commerce ne s’est jamais démentie, mais il est bien certain que trop souvent, surtout auprès de nos représentants à l’étranger, nous ne trouvons pas l’appui auquel les lois et les règlements paraissent nous donner droit. Dans le cours de ce rapport, en parlant des incidents qui marquèrent notre séjour à Djeddah, j’aurai à dire comment une lettre de protestation que j’envoyai à Mr le consul de France dans ce port, au sujet d’un projet de voyage à Yambo resta sans réponse parce qu’elle fut considérée comme une supplique et qu’il est, paraît-il de règle que nos consuls ne répondent pas aux suppliques qui leur sont adressées.

23Je n’exagère pas l’importance de ce fait insignifiant, mais il en est un autre beaucoup plus grave que les médecins de la marine de commerce sont en droit d’alléguer à l’encontre de nos représentants à l’étranger. N’est-il pas étrange que grâce à eux il y ait encore des vapeurs français qui naviguent au long cours avec plusieurs centaines de passagers à bord sans avoir ni médecin sanitaire maritime ni même un médecin français ?

24Le 26 novembre 1908, le vapeur français Roma, de la Compagnie Cyprien Fabre, de Marseille, est arrivé à Buenos Ayres, venant de Naples portant 1 100 (onze cents) passagers et ayant à bord pour assurer son service médical deux docteurs en médecine italiens, l’un de la marine royale, le capitaine médecin, Dr Olivi, faisant fonction de commissaire royal et le second, médecin civil, embarqué conformément au règlement italien sur l’émigration qui exige la présence de deux médecins lorsque le nombre des émigrants dépasse sept cents. Il n’y avait à bord aucun médecin français, cela en violation non seulement du décret de 1896 qui exige la présence à bord d’un médecin sanitaire maritime lorsque le chiffre des passagers dépasse cent et lorsque la durée de la traversée est de plus de quarante-huit heures, mais encore du /XI/ décret du 17 septembre 1864, qui n’a jamais été abrogé, que je sache, et dont l’article 2 est ainsi conçu : « Tout bâtiment du commerce expédié pour une destination de long cours est tenu d’avoir un chirurgien, s’il reçoit à bord cent personnes, tant hommes d’équipage que passagers. » Or il est de règle que le terme de chirurgien doit être actuellement traduit dans le sens de docteur en médecine et qu’aux yeux de la loi française les seuls docteurs des facultés françaises sont autorisés à exercer sur le territoire français et par conséquent sur les navires français. Cette interprétation est de droit d’autant plus strict que le médecin fait partie de l’état-major du navire et que légalement un navire ne peut jouir des avantages attachés au pavillon français que si tout son état-major et les deux tiers de son équipage sont de nationalité française.

25Il est à remarquer que le fait que je signale n’est pas isolé et qu’il n’a fait sensation que parce que les navires de la compagnie Cyprien Fabre ne transportent pas habituellement de voyageurs à Buenos Aires. Ils font d’ordinaire un service de Naples à New York, quelquefois du Pirée à New York. Ils n’ont jamais de médecin français à bord mais toujours des médecins italiens, quelquefois des médecins grecs. Comme circonstance aggravante il faut noter que la loi italienne n’oblige nullement les transporteurs à avoir deux médecins italiens à bord. Le commissaire royal suffit. Le second médecin peut être de nationalité non italienne. Il suffit qu’il soit agréé par le gouvernement italien. C’est ainsi que sur les navires de la Société générale des Transports maritimes faisant un service analogue de Gênes à Buenos Aires il y a à bord un médecin sanitaire maritime français qui le plus souvent est agréé par le gouvernement italien et remplit en cas de besoin les fonctions de second médecin des émigrants. La fraude de la compagnie Fabre n’a donc d’autre explication que le désir /XII/ d’économiser d’abord la différence entre la solde d’un médecin français et celle d’un médecin italien, les médecins civils italiens étant moins bien rénumérés, en second lieu le versement à la caisse de prévoyance dont elle est dispensée, les français seuls y étant assujettis, et enfin le versement à la caisse de retraites que très probablement elle doit éviter grâce au défaut de vigilance de nos fonctionnaires, car il est indubitable que les docteurs italiens y devraient être astreints comme les docteurs français puisque leurs occupations à bord sont de même nature que celles de ces derniers et que la loi n’en dispense pas les étrangers.

26Contre cette fraude exercée d’une façon permanente les protestations n’ont pas manqué et on a le droit de se demander comment elle peut se continuer encore. Le service de la santé maritime à Marseille interrogé à ce sujet a déclaré qu’il était désarmé parce que ces navires partaient de Marseille avec moins de cent personnes à bord et que ce serait aux consuls français de Naples et de New York d’agir et de refuser d’expédier le navire s’il n’était pas en règle au départ de ces ports. A leur tour, les consuls ont, paraît-il, répondu qu’ils n’avaient pas à appliquer des décrets qui ne leur avaient pas été communiqués.

27Je ne sais comment il peut se faire que dans un pays où nul citoyen n’est censé ignorer la loi seuls les magistrats chargés de l’appliquer puissent alléguer qu’ils n’en ont pas connaissance. Il est en tout cas bien certain que les intérêts du corps médical français et en particulier ceux des médecins sanitaires maritimes sont lésés par cette situation déplorable à laquelle il serait d’autant plus urgent de remédier qu’elle n’est pas préjudiciable pour eux seuls.

28Au moment où vont être mises en vigueur les nouvelles lois concernant l’hygiène et le travail à bord la présence d’un médecin sanitaire s’impose de plus en plus sur les navires de commerce. /XIII/ Malgré les lacunes regrettables des règlements actuels le médecin est le seul à posséder à bord avec la compétence suffisante pour diriger l’application des nouvelles dispositions légales l’indépendance nécessaire pour l’imposer et pour signaler, s’il y avait lieu, les infractions commises. Dans la marine de commerce plus que partout ailleurs le médecin doit être un agent de civilisation et de progrès. Supporter qu’au mépris de la loi, par des fraudes grossières, on puisse éluder les règlements qui exigent dans certains cas déterminés la présence à bord d’un médecin ne serait pas seulement refuser aux médecins français la protection légale à laquelle ils ont droit comme tous les autres citoyens. Ce serait compromettre l’hygiène des bords et se priver de tout renseignement sur l’état sanitaire des navires les plus dangereux pour l’hygiène publique. Ce serait surtout déclarer que la marine de commerce doit être tenue à l’écart du grand mouvement de progrès qui grâce à l’initiative énergique du gouvernement de la République entraîne notre pays vers la réalisation de l’idéal de solidarité sociale et de justice dont vous vous êtes toujours honoré, Monsieur le Ministre, d’être le plus résolu des défenseurs. Voilà pourquoi vous me pardonnerez certainement d’avoir profité de l’occasion qui m’était offerte pour signaler ces faits à votre bienveillante attention, persuadé qu’il suffira que cette situation illégale vous soit signalée pour qu’elle prenne fin aussitôt.

29Monsieur Le Ministre,

30Vous trouverez certainement étrange que ce rapport ne vous parvienne qu’un an après l’expiration du voyage dont il contient /XIV/ la relation. Ce retard est dû à des circonstances auxquelles je suis totalement étranger. Ce rapport n’est que la copie d’un manuscrit remis le 24 juin 1908 entre les mains de Mr le Secrétaire de la Santé maritime à Marseille et qui, d’après une déclaration de Mr le Directeur de la Santé a été expédié de Marseille au Ministère de l’Intérieur le 11 juillet 1908. Aucune nouvelle ne m’étant parvenue de ce rapport et des renseignements particuliers me permettant de croire qu’il a été égaré soit entre Marseille et Paris, soit au Ministère même, je me suis décidé à vous en envoyer copie.

31Je ne me permettrai pas d’insister sur ce que pourrait avoir d’étrange la disparition d’un pli officiel d’un volume aussi considérable et sur les dommages qui en pourraient résulter pour moi, me bornant à maintenir mon droit de priorité sur les communications ou publications qui pourraient avoir été faites sur les sujets traités dans ce rapport depuis le 24 juin 1908.

32Je suis persuadé d’ailleurs que cette circonstance n’enlèvera rien à l’intérêt et à la bienveillance avec lesquelles je suis persuadé que vous voudrez bien accueillir ce travail assurément très imparfait mais dans le cours duquel je n’ai été guidé que par le désir de remplir avec conscience les devoirs de mes fonctions et d’en faire apprécier l’utilité.

33Veuillez agréer, Monsieur Le Ministre, l’hommage de mon très respectueux dévouement.

34Marseille, le 22 février 1909.

/XV/

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1883/img-1.png
Fichier image/png, 135k

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access