Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

Introduction

Texte intégral

1Le 14 novembre 1907, le Dr Marcelin Carbonell quitta le port de Marseille à bord du vapeur Nivernais, à destination de la Turquie. À Sinope, le navire devait embarquer des musulmans originaires d’Asie centrale qui souhaitaient effectuer leur pèlerinage à La Mecque. Le médecin marseillais fit preuve, tout au long du voyage, de ses compétences en matière médicale, mais aussi d’un intérêt particulier pour la religion et la culture des hommes qu’il côtoyait. Le témoignage du Dr Carbonell permet donc de comprendre l’état d’esprit d’un homme sensible au bien-être de ses contemporains, mais plus largement de percevoir le contexte intellectuel dans lequel il a rédigé son rapport.

2Les dossiers numériques de la collection « La page et l’écran » permettent de confronter le récit du Dr Carbonell à d’autres textes, d’origines diverses, produits à la même période. Ils complètent utilement l’édition papier, Avec les pèlerins de La Mecque, en donnant l’accès à une documentation éparse. Ces dossiers sont numérotés de 1 à 37 et peuvent faire référence à plusieurs chapitres de l’édition du manuscrit. L’orthographe d’origine des textes a été respectée.

3Deux dossiers sont issus du travail du Dr Carbonell. Le dossier n° 5 est la lettre écrite par le médecin au ministre de l’Intérieur en 1909, dans laquelle il a insisté sur l’intérêt pour l’administration sanitaire à analyser son expérience. Le dossier n° 26 est l’étude médicale détaillée sur le choléra développé à bord du Nivernais durant le voyage de Turquie au Hedjaz.

4L’action du médecin sanitaire maritime était conditionnée par des cadres juridiques extrêmement précis. Le rôle et les missions de ce médecin ont été définis par le décret du 4 janvier 1896 (dossier n° 4) ; ce texte établissait les normes strictes en matière de protection sanitaire. Le dossier n° 7 permet de préciser le cadre médical puisqu’il regroupe la nomenclature des coffres à médicaments obligatoires à bord des navires français. La règlementation spécifique du pèlerinage avait pour base la convention sanitaire internationale adoptée à Paris en 1903 : le titre iii portait sur les dispositions spéciales à prendre (dossier n° 16). De cette convention découlaient des règlements applicables dans les pays concernés par le transport des pèlerins. Pour argumenter son propos, Carbonell a mis en avant deux exemples : la réglementation du pèlerinage en Égypte, pays très exposé à cause du transit des navires à pèlerins par le canal de Suez (dossier n° 3), et la réglementation du pèlerinage en Algérie, pays sous domination coloniale française d’où les départs des pèlerins étaient rigoureusement contrôlés (dossier n° 8).

5La médecine a fait des progrès considérables au cours du xixe siècle ; différents dossiers permettent de comprendre l’état des connaissances du Dr Carbonell. La découverte des moyens de transmission de différentes maladies imposa progressivement à la société occidentale la prise en compte de l’hygiène dans ses formes larges (dossier n° 1). Au cours de son long voyage, le Dr Carbonell a été confronté à une grave épidémie de choléra ; les différentes formes de la maladie, ainsi que certains moyens de contagion, importants au Hedjaz, sont développés dans les dossiers 18 et 29. Le médecin a aussi évoqué la pellagre chez les pèlerins au retour (dossier n° 36) et les dangers de l’absinthe pour les marins (dossier n° 10). Pour limiter l’expansion des maladies contagieuses, les services sanitaires internationaux avaient développé toute une série de moyens, parfois de bon sens, parfois plus techniques. Il en allait ainsi pour l’assainissement de l’air (dossier n° 9) ou la stérilisation de l’eau (dossier n° 12) et la désinfection des vêtements ou objets divers (dossier n° 13) et des hommes (dossier n° 20).

6La protection sanitaire internationale passait, au début du xxe siècle, par un encadrement des mouvements des pèlerins. Ceux qui souhaitaient franchir le canal de Suez devaient stationner au lazaret de Tor, dans le Sinaï, présenté comme le verrou sanitaire de la Méditerranée (dossiers n° 33 et n° 34). Les médecins du lazaret de Tor rédigeaient chaque année un rapport sur la campagne quarantenaire ; les écrits de 1908 permettent de voir le passage du Nivernais au lazaret (dossier n° 6). Le navire a aussi stationné quelque temps au lazaret de Clazomènes (dossier n° 37).

7Les dossiers numériques permettent aussi de comparer les impressions du médecin marseillais à propos du pèlerinage à celles d’autres visiteurs, tels que le médecin égyptien Saleh Soubhy (dossier n° 14), le pèlerin perse Hossein Kazem-Zadeh (dossier n° 24) ou l’explorateur français Albert Le Boulicault (dossier n° 28). Carbonell a évoqué quelques aspects particuliers liés au pèlerinage, comme l’ihrâm, la tenue portée par les pèlerins (dossier n° 25), ou les caravanes du mahmal (dossier n° 31). Les impressions des médecins comme des voyageurs portaient aussi sur les lieux visités au Hedjaz ; celles-ci sont précisées pour la ville de Djeddah (dossier n° 27) ainsi que pour le tombeau d’Ève (dossier n° 30). La construction du chemin de fer du Hedjaz devait, promettait le Dr Carbonell, modifier l’économie du pèlerinage ; les travaux, ainsi que la protection sanitaire mise en place, ont intéressé les contemporains (dossier n° 32). Quelques éléments, plus culturels, permettent d’apprécier le voyage du Nivernais, avec les descriptions du Bosphore et de la ville de Constantinople (dossier n° 15), du canal de Suez (dossier n° 23), ainsi que des peuples tcherkesses, ayant posé quelques soucis lors du trajet aller (dossier n° 17).

8Les derniers dossiers font référence à l’argumentation du Dr Carbonell. Le médecin a fondé ses explications sur les travaux des maîtres de l’hygiène et de l’épidémiologie, les professeurs Jean-Baptiste Fonssagrives (dossier n° 11) et Adrien Proust (dossier n° 35). De manière plus anecdotique, il s’est appuyé sur Pierre l’Ermite et saint Roch (dossier n° 19), ainsi que sur l’œuvre d’Eugène Sue (dossier n° 21). Enfin deux dossiers se rapportent aux indignations du Dr Carbonell, comme le racisme envers l’islam (dossier n° 2) et, plus original, sur la situation à bord des navires de pêche à Terre-Neuve (dossier n° 22).

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access