Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

1. L’importance de l’hygiène

« Hygiène », in Émile Littré, Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie et des sciences qui s’y rapportent

Paris, 1905-1908, p. 823-825

Texte intégral

1HYGIÈNE. s. f. [hygiene, το ύγιευόυ, de ύγιειυός, sain ; all. Gesundheitslehre, Hygiene, angl. hygiene, it. igiene, esp. higiene]. Étude des rapports sanitaires de l’homme avec le monde extérieur et des moyens de faire contribuer ces rapports à la viabilité de l’individu et de l’espèce (Arnould). L’hygiène a pour objet d’établir les règles à suivre pour le choix des moyens propres à entretenir et même à améliorer l’action normale des organes, et, par suite, à prévenir l’apparition des maladies ; elle a pour point de départ la mésologie, qui traite des agents cosmiques et de leur action sur l’organisme sain, et étudie l’influence du sol, de l’atmosphère et des eaux ; mais elle s’appuie également sur la physique, la chimie, la bromatologie, la toxicologie, l’anthropologie, etc., qui lui fournissent les indications nécessaires pour modifier cette influence de façon à en tirer un parti favorable à l’amélioration de la santé. L’étude des rapports de l’homme sain avec les agents ou milieux cosmiques à l’influence desquels il ne peut échapper, quelles que soient les conditions inhérentes à son genre de vie, constitue l’hygiène générale, qui traite du sol, de l’air, des eaux, de l’habitation, du vêtement, de l’alimentation, des moyens d’exercice et de repos. L’hygiène spéciale est l’application des notions acquises par l’étude précédente à la recherche des moyens capables de conserver la santé dans les différents âges, conditions ou professions, spéciaux à un homme ou à un groupe d’hommes déterminé : c’est ainsi qu’on distingue les hygiènes hospitalière, industrielle et professionnelle, infantile, militaire, navale, rurale, etc. – Hygiène administrative. Partie de l’hygiène dont les prescriptions sont soumises à des mesures et à des règlements administratifs. – V. HYGIÈNE publique et SALUBRITÉ publique. – Hygiène alimentaire. Ensemble des règles qui doivent présider au choix des aliments, eu égard au genre de vie ; d’une manière générale on peut dire qu’au moins dans la classe aisée, la quantité des aliments ingérés est trop considérable ; il semble que le premier luxe de l’homme soit la nourriture, et par crainte de ne pas manger suffisamment, il arrive sans s’en douter à manger trop. Ce désir de manger beaucoup entraîne l’emploi de condiments et des épices, le raffinement dans la préparation des mets qui parviennent à exciter l’appétit quand l’estomac est déjà satisfait. De même la quantité de boissons est en général trop grande, en dehors même de l’action particulièrement nuisible qu’exercent les diverses préparations alcooliques. Enfin l’hygiène alimentaire s’occupe encore de la régularité et du nombre des repas, de l’intervalle qui doit les séparer, etc. L’inobservation de ces règes peut entraîner non seulement les diverses variétés de dyspepsies, mais encore des troubles de la nutrition qui retentissent sur l’organisme entier. – Hygiène de l’âme. V. HYGIÈNE morale. – Hygiène cérébrale. Habitude de ne troubler ses méditations philosophiques par aucune lecture (Auguste Comte). On peut modifier et étendre le sens de cette définition en disant que c’est le régime à suivre dans les lectures, méditations et autres genres de travaux, pour entretenir les facultés intellectuelles dans le meilleur état. – Hygiène dentaire. Ensemble des soins quotidiens qu’on doit prendre pour entretenir la propreté des dents, le bon état de la bouche, la fermeté des gencives, pour prévenir l’accumulation du tartre entre les dents, etc. V. DENTIFRICE. – Hygiène hospitalière. Partie de l’hygiène qui traite de la construction, de l’aménagement et du service des hôpitaux et des hospices. V. ENCOMBREMENT et HÔPITAL. – Hygiène industrielle. Partie de l’hygiène qui concerne les établissements industriels. V. ÉTABLISSEMENTS insalubres. – Hygiène infantile. Partie de l’hygiène qui s’occupe des conditions propres à assurer le développement normal de l’enfant. V. ALLAITEMENT, ÉCOLE, NOURRICE, NOUVEAU-NÉ et SEVRAGE. – Hygiène militaire. Le conscrit est, plus que tout autre soldat, exposé aux chances de maladie ; c’est au début du service militaire que la mortalité est la plus forte, comme le montre le relevé suivant : perte sur 1 000, 1re année de service, 7,5 ; 2e année, 6,5 ; 3e année, 5,7 ; 4e année, 4,3 ; 5e année, 3. En France, l’homme paraît avoir acquis toutes ses forces à vingt ans ; quand on recule au-dessous, on accroît le nombre des victimes sans accroître les forces de l’armée. Le fardeau du fantassin français dépasse un peu 24 kilogrammes ; si l’on ajoute à ce fardeau les vivres et quelques objets dont le soldat est porteur en campagne, on arrive à plus de 30 kilogrammes. L’ensemble des causes morbitiques qui agissent sur l’armée se traduit par ce résultat : la mortalité y est, pour 100, de 2,25, tandis que, chez les civils de vingt à trente ans, elle n’est que de 1,25. On retrouve ici l’action si énergique du degré d’aisance, et la mortalité se règle en quelque sorte sur le tarif de la solde : elle est moindre pour le sous-officier que pour le soldat, pour l’officier que pour le sous-officier. La transplantation dans les climats différents et les fatigues de la guerre augmentent considérablement le nombre des décès. L’hygiène des armées touche à l’hygiène publique par la transmission possible de certaines maladies contagieuses au reste de la population. L’histoire montre combien de fléaux ont été apportés à diverses époques par des troupes revenant des pays lointains. En dehors même de cette circonstance, on sait avec quelle facilité surviennent des épidémies meurtrières, qui souvent prennent un caractère contagieux, au milieu des masses d’hommes agglomérés sur un point circonscrit, quand les règles de l’hygiène ne sont pas observées : l’encombrement a fait dans les armées plus de victimes que le feu et le fer de l’ennemi. Les médecins sont d’avis de maintenir les soldats dans des camps ruraux d’instruction, non dans les casernes des villes ; car l’encombrement de la caserne favorise le développement de la phtisie, de la fièvre typhoïde, des fièvres éruptives graves (Boupin, Tholozan, Villemin, Léon Collin, Léon Coindet, Michel Lévy et Boisseau. Au camp (Goffres), la mortalité est moindre ; les maladies vénériennes sont moins fréquentes, ce qui a son importance, car on a vu un huitième des soldats atteints de ces affections, qu’ils transmettent plus tard à leurs femmes et à leurs enfants. Le camp permet de ne pas attirer les jeunes habitants des campagnes vers les villes, où ils tendent à se fixer, dans des conditions anthropologiques fâcheuses (matrimonialité et natalité légitime moindres, natalité illégitime et mortalité principalement infantile considérables). Le camp rural, en temps de guerre, est encore de beaucoup préférable à la caserne urbaine, dont l’encombrement favorise l’extension des maladies épidémiques graves, comme le typhus, le choléra, etc. Il importe de réduire le plus possible la durée du service militaire ; car, outre qu’en temps de paix, les soldats présentent une mortalité bien supérieure à celle des civils de même âge, plus le service militaire sera limité dans sa durée, moins il fera obstacle au mariage des jeunes hommes et, par suite, à la natalité légitime, plus il devra restreindre la natalité illégitime, cause d’une si grande mortalité infantile (J. Guérin, Broca, Chauffard, Blot). La répartition des hommes valides en bans multiples d’après l’âge et l’étal social de célibat et de mariage, en permettant d’appeler les jeunes avant les plus âgés, les célibataires avant les mariés, favoriserait les mariages et, par suite, la natalité légitime et l’accroissement de la population. L’incorporation dans les mêmes régiments, bataillons, compagnies, des hommes de mêmes provenances géographique et ethnographique, a l’avantage de prévenir la nostalgie (Collin et Béhier), et permet d’appliquer aux soldats des différents corps des règles d’hygiène en rapport avec leurs coutumes antérieures et leurs aptitudes ethniques particulières (G. Lagneau). V. EXEMPTION. – Hygiène morale (C. Broussais) [hygiène de l’âme, de Feuchtersleben]. Application de la physiologie à la morale et à l’éducation publique, privée et individuelle ; étude des devoirs qu’imposent à l’homme l’organisation de son appareil cérébral et ses facultés instinctives et intellectuelles d’après l’observation des effets de l’exercice de cet appareil et de ces facultés, tant sur l’individu même que sur ceux qui l’entourent. – Hygiène navale. Elle comprend trois éléments principaux : le choix des hommes, les subsistances, la construction et l’entretien des navires. Le recrutement des matelots ne peut se faire que dans cette partie de la population qui, par l’exercice des professions maritimes, se trouve propre au service d’une flotte. Les rapports officiels établissent que, de 1830 à 1836 inclusivement, le chiffre de la mortalité de la marine anglaise n’a pas dépassé la proportion de 13,8 sur 1 000 hommes d’effectif ; et cela pour l’ensemble des possessions britanniques, y compris les stations les plus malsaines, telles que celles de l’Inde et de la côte occidentale d’Afrique. Cet état de choses peut être regardé comme le résultat de l’amélioration progressive de l’hygiène navale. L’alimentation des navires est saine et suffisante. Le matelot à la mer fait trois repas par jour : le matin, il déjeune avec du café, du biscuit et 6 centilitres d’eau-de-vie ; à midi, il reçoit une ration de viande salée, des légumes, du pain frais et 23 centilitres de vin ; le soir, il a une soupe faite avec une assez grande quantité de légumes, du biscuit et une ration de riz. Grâce à l’emploi des caisses de fer et aux appareils distillatoires, il a toujours une bonne eau douce ; les caisses de fer ont pour tout inconvénient la coloration de l’eau par la rouille quand elles restent trop longtemps sans être nettoyées, et l’eau des appareils distillatoires ne cause pas de colique, comme on l’en avait accusée. Le choix et la conservation des bois employés pour la construction des navires ont, au point de vue de la salubrité, une incontestable importance. On peut dire que, malgré les progrès de l’hygiène navale, les bâtiments constituent des foyers d’air confiné rendus plus insalubres encore par les exhalaisons du chargement et de la cale où séjourne une eau stagnante et corrompue et par l’encombrement des entreponts où se pressent dans un étroit espace les hommes de l’équipage. Ces causes d’insalubrité réclament d’énergiques remèdes, à la tête desquels se placent une ventilation réglée et une propreté rigoureuse (Fonssagrives). – Hygiène professionnelle. Celle qui concerne chaque profession en particulier. V. CARDEUR, ÉJARRAGE, ÉMOULEURS, HYGIÈNE navale et militaire, MÉCANICIENS, NACRIERS, etc. – Hygiène publique. Ensemble des connaissances qui ont pour objet d’assurer la santé des populations considérées en masse. À mesure que la vie sociale est devenue plus complexe, les industries plus diverses et les populations plus condensées, une foule de causes malsaines et pathogèniques ont surgi, qui nécessitent l’intervention de la médecine préventive. L’hygiène publique embrasse la climatologie, les subsistances et approvisionnements, la salubrité proprement dite, les établissements réputés dangereux, insalubres ou incommodes, les professions, la technologie agricole et industrielle, les épizooties et maladies épidémiques contagieuses, l’assistance publique, la statistique médicale et la législation sanitaire (A. Tardieu). – Hygiène rurale. Les habitations rurales sont, pour la plupart, mal distribuées, mal closes ; souvent elles ne sont que des refuges sales et malsains où hommes et bêtes s’entassent. Mais, en revanche, les habitants trouvent dans les champs l’insolation et un air pur. On a constaté que, sur 6 millions d’habitations rurales soumises à l’impôt, il y a 3 millions et demi de cabanes avec une porte, une ou deux fenêtres et quelquefois sans fenêtre. L’existence des fumiers exige des précautions ; il importe aussi bien à la fumure des terres qu’à la santé des hommes qu’ils soient enlevés fréquemment. En laissant se perdre l’urine des animaux, on perd un engrais très puissant, et l’on augmente l’insalubrité des étables. Le meilleur moyen d’assainir l’extérieur des habitations rurales consiste à fabriquer et à conserver les engrais d’une manière plus économique et moins insalubre que ne font généralement les paysans ; et sur ce point, les procédés les plus conformes aux intérêts de l’agriculture sont les plus favorables à la santé. L’alimentation des populations agricoles, bien qu’elle ait fait de notables progrès, laisse encore beaucoup à désirer, en ce sens qu’elle n’est pas assez riche en matières azotées. Quetelet a montré que le nombre des naissances, comparativement à la population, est plus grand dans les campagnes. La mortalité y est moins forte que dans les villes, et surtout dans les grandes villes ; néanmoins Charpenties (de Valenciennes) a observé que les épidémies qui s’étendent des villes aux villages et aux hameaux faisaient proportionnellement plus de victimes dans ces dernières localités. – Hygiène thérapeutique. Celle qui aux prescriptions ordinaires de l’hygiène ajoute l’emploi de moyens thérapeutiques, ou qui est prescrite pour un but thérapeutique. Ce n’est pas une partie spéciale de l’hygiène, mais seulement une application particulière, des règles ordinaires de l’hygiène, dont l’objet, habituellement préventif des maladies, devient curatif : elle comprend la climatothérapie, l’hydrothérapie, l’hygiène alimentaire et la kinésithérapie.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access