Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avec les pèlerins de La Mecque. Dossiers numériques

1. L’importance de l’hygiène

Dr P. Langlois, « Hygiène », in Marcellin Berthelot et al. (dir.), La grande encyclopédie

Paris, 1885-1902, t. 20, p. 462-466 (extrait p. 462-463)

Texte intégral

1HYGIÈNE. I. Hygiène privée, professionnelle et publique. – L’hygiène est la science qui étudie les rapports de l’homme avec le monde extérieur et les applications utiles qui peuvent résulter de la connaissance exacte de ces relations. Cette définition même montre à la fois l’importance de cette étude et la généralité qu’elle comporte. Aucune des sciences ne saurait être étrangère à l’hygiène ; toutes peuvent et doivent être mises à contribution. L’être vivant, en effet, réagit à toutes les modifications du milieu qui l’entoure. Néanmoins, on peut admettre que deux sciences surtout doivent servir de base à l’hygiène, deux sciences dont l’une surtout est tellement vaste qu’elle comporte, pour ainsi dire, la connaissance, partielle au moins, des autres sciences physiques ou naturelles : la physiologie ; enfin la seconde, qui porte aujourd’hui un nom nouveau, la bactériologie, mais qui, sous une forme plus confuse, a toujours joué un rôle prépondérant dans les études hygiéniques épidémiologie, etc. L’hygiène a pour but d’assurer le complet et régulier développement de l’individu et de l’espèce. On comprend qu’il importe, dans ce cas, de connaître les conditions les plus favorables que réclame l’individu, et c’est précisément la physiologie qui enseigne ces desiderata, fixe les conditions optimum, etc. Mais la santé n’est pas encore complètement assurée quand toutes les fonctions biologiques trouvent les conditions favorables à leur développement ; il faut encore tenir compte des dangers que présentent les microorganismes pathogènes, détruire leur foyer, empêcher leur dissémination et leur propagation, et c’est alors la bactériologie, envisagée dans un sens beaucoup plus large qu’on ne l’emploie généralement, qui vient apporter son précieux concours.

2Il n’existe pas, à proprement parler, de distinction entre l’hygiène privée et l’hygiène publique. Nulle part, en effet, plus que dans cette question, n’éclate évidente la solidarité qui relie fatalement tous les membres d’une agglomération. Néanmoins, il est parfaitement utile d’étudier séparément les conditions hygiéniques qui ressortissent de l’initiative individuelle et s’adressent à l’individu isolé ou considéré comme faisant partie d’une famille. Cette partie, qui comprend l’hygiène privée, a une importance d’autant plus grande qu’elle est plus méconnue, que c’est sur elle que lois et règlements sont totalement impuissants et que, sans elle, les mesures prises par les autorités restent le plus souvent inutiles.

3Dans l’hygiène individuelle, un grand nombre de facteurs interviennent ; contentons-nous de signaler les plus importants : l’alimentation, la propreté corporelle, les vêtements, l’aération et le chauffage, les exercices physiques, etc. Nous ne pouvons nous étendre sur chacun d’eux. Il est évident, par exemple, que l’alimentation doit être appuyée sur des données physiologiques, qu’elle doit être saine et suffisante. Au mot ALIMENTATION on trouvera tous les détails nécessaires sur la ration alimentaire. Mais il va de soi, par exemple, que l’hygiène alimentaire a des règles, les unes précises, les autres variables, desquelles on ne doit pas s’écarter. Nous ne parlons pas ici de la falsification ou des altérations des denrées alimentaires qui ressortissent de l’hygiène publique, mais c’est à l’individu d’assurer une alimentation hygiénique, d’écarter les nourritures trop irritantes, de modérer l’abus des fruits et des eaux glacées en été, de s’abstenir de boissons alcooliques, etc., de régler sa nourriture suivant les dépenses produites. Les individus malades doivent être astreints à une hygiène alimentaire variable, mais qui dépend du traitement.

4La propreté corporelle entre comme un facteur important dans l’hygiène privée. Trop souvent ces soins sont négligés. Signalons entre autres le peu d’importance que l’on donne chez les enfants aux soins de la bouche, les préjugés d’éducation religieuse qui font que l’on néglige à dessein certains soins intimes, des plus nécessaires cependant. La multiplication des bains généraux est un des desiderata des hygiénistes ; malheureusement les installations particulières, en France du moins, sont fort rares, et les établissements publics ne sont pas assez à la portée de la majorité des habitants. – L’éponge mouillée passée sur tout le corps compense facilement l’absence forcée du bain. – Des vêtements, peu à dire ; trop souvent, chez les femmes surtout, la mode est plus écoutée que les préceptes de l’hygiène et ce n’est pas ici la place de faire le procès du corset, des souliers à bouts pointus, de certains décolletages, etc., sans parler des cosmétiques et des fards qui peuvent être incriminés en même temps.

5L’aération et le chauffage doivent être envisagés en même temps que le logement. Dans les agglomérations actuelles, la question du logement est devenue première.

6Le logement sain, suffisant, bien aéré, est presque un mythe pour la famille d’ouvrier de nos grandes villes ; la promiscuité, l’entassement de tous les membres de la famille dans une même pièce offre les plus grands dangers au point de vue de l’hygiène physique et moral. Mais, même en dehors de ces cas déplorables, l’aération est souvent défectueuse, l’éclairage dans les rues étroites insuffisant ; enfin, il nous suffira de signaler les dangers des appareils d’inventions récentes de chauffage à combustion lente. Nous ne pouvons insister plus longtemps sur l’hygiène privée ; ces quelques lignes citées brièvement montrent l’importance de cette hygiène, son rôle essentiel, mais il suffit de les signaler pour comprendre que si l’individu peut souvent, avec un peu d’éducation, de conseils et de bonne volonté se soumettre aux prescriptions de l’hygiène individuelle, trop souvent aussi les conditions mêmes de son existence s’y opposent.

7Les questions hygiéniques sont extrêmement liées aux questions sociales. À quoi bon indiquer les bases de l’alimentation normale au pauvre diable qui ne dispose même pas d’un morceau de pain ; parler de la nécessité de changer fréquemment de linge à celui qui n’a pour se couvrir que quelque loque achetée chez le fripier, jetée dans la rue et portant, avec elle, toutes les souillures, tous les germes pathogènes qu’elle a pu recueillir dans ses transferts successifs ; la salubrité de l’habitation, au chef de famille qui réunit sa femme, ses cinq enfants, souvent solidaire, que le pauvre, par le fait même de la misère physiologique, devient un terrain de culture favorable à tous les microorganismes pathogènes, qu’en lui ils trouvent le terrain où s’exalte leur virulence, et que, une fois déchaînée, l’épidémie égalitaire frappe le bourgeois comme l’ouvrier. […]

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access