Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome II

 | 
Georges Lote

Troisième section. La rime

Chapitre V. Les complications de la rime

Texte intégral

I

1Le Moyen Age, parti de la simple assonance, évolue nettement vers la rime de plus en plus riche, c’est-à-dire que l’homophonie, réduite d’abord à la finale tonique du vers, suivie éventuellement d’une syllabe féminine, tend à envahir tout le reste de l’hémistiche, et même au delà, avec de nombreuses variétés qui peu à peu font de la versification un art extrêmement difficile, sans qu’elle en devienne pourtant d’une harmonie plus parfaite. Peu à peu l’accord qui termine le vers a paru en être la partie essentielle : il a donc pris une importance qui explique tous les développements dont il a bénéficié aux dépens des syllabes voisines, plus ou moins destinées à subir sa loi et à partager sa splendeur. L’origine de ses empiètements réside dans le désir qu’ont eu les poètes de se procurer des rimes impeccables, ce qui produisit d’abord l’apparition de la rime dite équivoque.

2Elle a reçu son nom de Gautier de Coincy († 1236), qui en a beaucoup usé ; bien qu’il n’en soit pas l’inventeur :

Vous, grant seigneur, vous, damoisel,
Qui a compas, qui a cisel,
Tailliez et compassez les rimes
Equivoques et leonimes.

  • 1 E. Langlois, Recueil, p. 24

3Elle consiste essentiellement dans l’union de deux mots identiques, mais de sens différent. Elle peut se limiter à une seule syllabe : « Terme de equivocque, déclare en effet Molinet (H. de Croy1), est quand une seule diction ou voix signiffie diverses choses, comme ceste diction nuit signiffie « porter dommage » et « privation de jour » :

Tel de bouche dit : « Bonne nuit »
De qui la langue fort me nuit »

  • 2 Cf. supra, p. 146.
  • 3 Levs d’Amors, éd. G.-A., t. I, p. 163. Les deux « lettres » dont il s’agit ici sont celles qui ren (...)
  • 4 Id., ib., p. 190.

4Mais on remarque que Gautier de Coincy ne sépare pas l’équivoque du léonisme, et en fait, dans la majeure partie des cas, l’équivoque porte sur deux syllabes. La règle la plus stricte, que ne connaissait pas ou n’admettait pas l’auteur de Saint Brendan2, veut qu’elle se réalise dans un seul mot, qui trouve son correspondant dans le vers suivant ; mais elle ne tolère pas que l’homophonie se répartisse sur deux mots distincts l’un de l’autre, c’est-à-dire que desastres soit associé à des astres. Les Leys d’Amors sur ce point se montrent très sévères. A propos de la rime parfaite pren la sarga : nos arga, qu’elles traitent de contrefaçon, elles s’expriment ainsi : « Et nous entendons que ces lettres s’assemblent immédiatement et sans intervalle avec la première3 ». Un peu plus loin elles renouvellent la même recommandation : « Nous avons dit que l’équivoque est un seul mot, pour qu’on ne croie pas qu’elle consiste en deux ou trois mots, dont chacun a sa signification propre... Nous avons dit encore que c’est un même mot, à cause des mots qu’on peut partager, en en faisant deux d’un seul, ou qu’on peut réunir en en faisant un seul de deux. Car, dans ce dernier cas, ce ne sont pas de véritables équivoques, mais des équivoques contrefaites (equivocz contrafayz), comme re mena : remena, semena : se mena4. » Cependant la commodité des poètes d’une part, et de l’autre le pittoresque qui résultait de certaines scissions syllabiques furent deux causes qui répandirent les associations interdites par les Leys d’Amors et qui les mirent bientôt à la mode. En effet, les Art de seconde Rhétorique, relativement si nombreux au xve siècle et au début du xvie, ne maintiennent explicitement, pour la plupart, aucune restriction. Ils admettent à la fois la rime équivoque qui se réduit à une seule syllabe, celle qui porte sur deux syllabes, ou qui en embrasse trois, et même davantage, avec répartition des sons homophones en plusieurs mots au besoin. Sauf chez le rigide P. Fabri, il n’est plus question des limitations autrefois édictées par les Leys d’Amors, et d’ailleurs, plus la rime étend ses concordances sonores, plus il est naturel qu’elle ait tendance à se diviser en un nombre de mots toujours plus grand.

5On connaît déjà la définition très orthodoxe de Molinet. Voici les autres. La première est celle de l’Anonyme lorrain, aux environs de 1450 : « Or saichons doncq que c’est de equivocque. Equivocque est deux scens sur une diction ; ou quant ung mot segneffie deus choses, come cy apert :

On doit Deu servir et amer
Qui veult vivre sans nulz amer, »

6L’Anonyme de 1500 donne à son tour cet exemple :

Quand du verbe et du non je rime,
L’ung contre l’autre, j’equivocque,
Le fachon passe riche rime.
Car elle est parfaite equivocque.

7L’Art et Science de Rhétorique, vers 1525, est beaucoup plus détaillé : « Equivocques simples se font d’un semblable terme en prononciation et escripture, tant en masculin que en feminin : toutesvoyes ilz sont de diverses significations et sens :

En masculin :
Qui n’a force argent et avoir,
A peine peut amys avoir.
En feminin :
Quant on s’en va a la donnée,
L’aulmosne est aux povres donnée.

8Autres equivocques se peuent aussi faire de deux pareilz termes, quant l’un est nom et l’autre verbe :

Quant mon compte je gecte et somme,
Je treuve d’argent trés grand somme.

9Il se fait aussi equivocques de plusieurs termes et sillabes :

  • 5 E. Langlois, Recueil, p. 200, 254, 316.

Si mon cueur fut de ire pou resjouy,
Certes pour vray dire pourray je : ouy »5.

10Quant au Jardin de Plaisance, il s’exprime ainsi, en des vers qui sont autant d’exemples :

Equivocques ainsi sont faitz,
Quant sur ung mot a double sens,
Comme contre faiz pesant faiz
Ou d’autres tieulx comme je sens,
Ou d’ung mot divisé en deux
Comme seroit contre puissance
D’honneurs, dire ainsi quasi de eulx
Bien vivre au monde ne puis sans ce.

11L’Infortuné, auteur de ce traité, réclame expressément le droit d’opérer la division en plusieurs mots :

  • 6 Jardin de Plaisance, f° xiiii.

Ceste rithme, vers tous maintien,
Est equivoque ; par exemple :
Je te donne ce qu’en main tien
Et de cest art cy tes yeulx emple.
Ces vers cy le prennent par eulx ;
On s’en peult bien appercevoir
Par vers semblables ou pareulx.
Mesmement l’appert par ce ver6.

  • 7 P. Fabri, éd. Héron, t. II, p. 17.

12On voit qu’il n’est pas ennemi des approximations. Fabri, au contraire, les rejette et revient aux règles les plus strictes : « Rithme équivoque, écrit-il7, c’est quant deux ou plusieurs lignes ont leur dernier terme de deux syllabes ou plus entre eux commun, qui est entendu en plusieurs diverses et différentes significations :

Tenez, messieurs, je vous livre
Ce mechant larron qui faict livre,
Lequel a rompu mon estable.
Et en ung lieu ferme et estable
Il est venu rober mon livre. »

13Il exige que l’orthographe soit semblable : ainsi moust (vin doux) et mult (beaucoup), forment une mauvaise rime. Puis il continue : « Il est une autre plus basse rithme de impropre équivoque, quant ung terme de plusieurs sillabes est mis en fin de ligne, et, en l’aultre ligne correspondante, il y a deux ou plusieurs termes qui font differente et diverse signification et sont assez de pareillle ou semblable orthographie. » Mais ces prescriptions sévères ne pouvaient avoir aucun succès, car un courant torrentiel avait déjà emporté toutes les barrières.

14Les Miracles de Gautier de Coincy sont émaillés de rimes équivoques. Rutebeuf s’en est servi très volontiers, puisque Tobler, Freymond et L. Jordan en ont relevé chez lui un certain nombre. Tartere : tart tere — a cort ira : acortira — parjet : par jet — anemis : asne mis — passage : pas sage — le lis a bel : Elysabel — pardon : par don — finement : fin ne ment, etc. ; elles sont assez fréquentes dans son Théophile. Froissart en est prodigue, sans se montrer d’ailleurs d’un goût très rigoureux. Il associe, en effet, des mots de même famille, par exemple avoir substantif et avoir infinitif, prueve verbe et prueve substantif, etc., mais sans renoncer à la division en plusieurs mots, comme amenée : asme nee — l’ostel : l’os tel — recordé : le corps Dé — guerredona : guerre donna, etc., même au prix d’invraisemblables contorsions de style :

...Qu’ils ont entiere souffisance
Et ung eür tres souffisant. Ce
Les fait en bonnes vertus croistre...
(Éd. Scheler, t. III, p. 244.)
— Regarde qu’elle te presente
Car je croy bien que son present te
Doura joye, veuilles ou non... (ib., p. 570).

15Christine de Pisan ne s’en montre pas plus avare, comme le prouve cet exemple cité par M. J. Pinet :

Te supplie humblement, tres or
A moy, ton valable tresor,
Que ou giron Science puisas,
Lequel bien estendu puis as.

  • 8 Éd. de l’ABC des Doubles de Guillaume Alexis (1896), Introd., p. 4.

16Selon A. Piaget et E. Picot8, le premier auteur qui ait employé les vers équivoqués, sans défaillance, d’un bout à l’autre d’un poème assez long, est Michaut Taillevent, un peu avant 1440, dans son Passe-Temps. La même année, et dans la même forme, Pierre Chastelain lui répondit par le Contre passe Temps ou Temps perdu, poème qui fut suivi du Temps recouvert, en 1451. A son tour, Guillaume Alexis, jaloux d’aussi rares lauriers, écrivit l'ABC des Doubles, qui porte cette même date de 1451. Alors ce fut la grande vogue, et elle dura jusqu’au xvie siècle. Qu’il suffise donc de transcrire ce passage de Jean Meschinot, afin de donner une idée, autrement que par des vers didactiques, de cet art à la fois puéril et somptueux :

Homme miserable et labile
Qui vas contrefaisant l’habile,
Menant estat desordonné,
Croy qu’enfer est dès or donné
A qui ne vivra saincteinent,
Ou l’Escripture saincte ment...
Quant morte sera ta charongne
Puante, quier qui ta char ongne
D’aucune odorante liqueur ;
Homme ne vouldra, car li cueur
Ne pourroit durer a sentir
Tel odeur, ni s’y assentir.
Apres, en jugement iras :
Croy tu qu’au juge mentiras
Qui scet tout ? Ne t’y attens point.
La rigueur en celui temps point.
Plus n’y aura misericorde
Davantage misere y corde
Dur cordage pour les dampuez
De la lignée d’Adam nez.

17Ainsi qu’on peut le constater, la rime équivoque aboutit au calembour, elle concentre sur la fin du vers toute l’attention du poète, qui doit se livrer à de véritables prodiges d’ingéniosité pour trouver les mots destinés à marcher ensemble ; si parfois il arrive à produire ainsi de curieux effets de surprise, le plus souvent il accroche ces mots l’un à l’autre de la manière la plus pénible, en mettant la langue à la torture.

  • 9 E. Deschamps, éd. G. Raynaud, t. VII, p. 277.

18Les vers équivoques, d’assez bonne heure, ont été considérés comme le comble de l’art. Quelques mots brefs d’E. Deschamps9 nous permettent de nous rendre compte de l’estime en laquelle il les tenait. Au xve siècle les Traités sont beaucoup plus explicites encore. « Qui veult practiquier la science, déclare Molinet (H. de Croy), choisisse plaisans equivocques, riches termes et leonismes, et laisse les bergiers user de leur rhetorique rurale. » Dejà les Règles de la seconde Rhétorique avaient donné une liste de deux cent trente « dictions de mots leonines et plains sonans et esquivoques et presonans ». Baudet Herenc en avait fait autant. A son tour Molinet a dressé un tableau d’ » equivocques a quatre », avec d’ailleurs quelques incorrections :

Voloye ; vous loye ; voloie (de voler) ; vol oye (audiat).
Sçavoie (scavoir) ; Savoye (pays) ; sa voie (via) ; sa voie (verbum !)
Sansonnet ; sans son net ; sans sonnet ; sans son est.
L’avoye (habeo) ; la voie (via) ; lavoie (lavo) ; la voy (unbo).
Sonnoie (sono) ; son oye (auca) ; son oye (audiat) : son noyé (mergo).
Chevalet ; ce valet ; ce val let ; cheval est.
Delictz ; de lis (flos) ; de lits (lectus) ; de lis (menus).
Divers ; dis vers (versus) ; dis vers (vermis) ; dis verts (viridis).
Mains (manus) ; moins (minus) ; mains (maneo) ; mains (matin).
Devis (verba) ; de vis (face) ; de vis (vivre) ; de vis (montée).
Vieillart (senex) ; vel art (ars) ; vieil lart (petasum) ; viel art (ardeo).
J’amasse (cumula) ; j’aimasse (amare) ; je masse (massa) ; je niasse (mulier).

  • 10 E. Langlois, Recueil, p. 15, 122, 249, 252, 316.

19Voilà un beau répertoire et des exemples pour les poètes. Pour ne pas être en reste, l’Anonyme de 1525 a rédigé un dictionnaire de rimes où il a pris soin de rassembler des mots qui permettront de rimer richement et par équivoques : « Il faut querir les termes les plus riches, s’écrie-t-il, comme equivocques ou autres dictions10. »

  • 11 Id., ib., p. 317 et n.

20Le procédé est tellement séduisant qu’il peut être encore perfectionné de plusieurs façons. L’une d’elles consiste a étendre l’homophonie à l’ensemble des deux vers associés. Quelques essais de ce genre tentés au xixe siècle ont un ancêtre authentique dans ce distique de G. Crétin, découvert par E. Langlois11 dans une épître de ce poète à Fr. Charbonnier, secrétaire du duc de Valois :

Tournay, entour sa folle oultre cuydance
Tournaye, en tour se affolle oultre qui dance.

  • 12 H. Guy, p. 85.

21D'autres vers cités par H. Guy12 atteignent presque partout la même perfection :

Quand cessera maultemps ? Incontinent
Qu’en ceps sera desir incontinent
Desir entends cueur de vain et lasche homme
Desirant temps qu’heure vienne, et la chomme

22C’est à peine si quelques syllabes, à l’intérieur des vers, ont résisté à l’envahissement.

  • 13 Sur les césures rimantes en français, cf. supra, I, p. 267-269.
  • 14 E. Langlois, Recueil, p. 318.

23Puisque la rime est le plus bel ornement de la poésie, pourquoi ne l’accorderait-on pas également à la césure, comme l’ont déjà fait certains poètes latins du haut Moyen Age ?13 Et pourquoi l’équivoque ne deviendrait-elle pas la parure de l’une et l’autre coupe ? L’Anonyme de 1523 conseille cet artifice : « Semblablement, dit-il, on peult faire equivocques en deux endroitz de chascune ligne, c’est assavoir : le commancement et la quadrure entiere en equivocques et aussi la fin de la ligne14. » Il cite ces décasyllabes :

Filz, par escriptz
Fis pareilz criz
Portant le faix
Pourtant le fais
Tes doulz yeulx secz
Tels douze excès,
Lesse courir,
Les secourir

j'ay sceu que ung jour, a Han,
d'homme qui souffre ahan,
de guerres et ses alarmes ;
qu'elle provocque a larmes
et sus eulx l'eau tost rend ;
plus soudain que torrent
son cours prendront tes forces :
est requis que t'efforces. (G. Cretin)

24La rime équivoque, dans ce morceau, est plus développée à la césure qu’à la fin du vers. Elle peut n’exister qu’à la coupe intérieure, tandis que l’homophonie terminale est simplement suffisante, sauf exception. C’est la « double unisonance au millieu par equivocques redoublez » :

Non sans voix voys
Car en croix croy
J'ai tousjours jours
Soubz ce boys boyz
Ou aincoys soys
A recours cours

  • 15 E. Langlois, Recueil, p. 318.

crier a Dieu merry
qui chasse maint soucy
ou prendz de mort morseure,
et bien vueil estre ainsi,
tout oultre et transi.
a elle en la mort seure15

  • 16 P. Fabri, t. II, p. 45.

25Cependant, au lieu de combiner l’équivoque sur deux vers, on peut la réunir dans un seul ; au lieu de faire rimer tonneau avec ton eau, on écrira à la fin d’une ligne dans un tonneau ton eau, et la ligne correspondante pourra se terminer par niveau ni veau. La rime est dite couronnée. Elle se fait de plusieurs manières. Le couronnement peut être d’une seule syllabe, ou de plusieurs : « Rithme couronnée, dit Fabri16, se fait quand les deux derniers termes de fin de ligne sont equivoques, ou que la pénultième syllabe, ou plusieurs du plus, se reprennent pour composer ung aultre terme et d’aultre signification en fin de ligne que il n’estoit au terme precedent :

Guerre a faict maint chatelet let
Et mainte bonne ville ville,
Et gasté maint gardinet net.
Je ne scay a qui son plait plest,
Ne a qui a trenche fille fille ;
Mais tousjours en sa pille pille.
Poures gens sont detenus nudz ;
Contre fortune ne peult nulz. » (J. Molinet.)

  • 17 E. Langlois, Recueil, p. 225.

26Cette espèce, qut consiste dans la répétition de la rime, s’appelle encore « Rhetorique a double queue », selon l’expression de Molinet (H. de Croy), qui ajoute qu’alors « la penultieme et la derreniere sillabe ont pareille termination17 ». Le couronnement peut être aussi de deux syllabes, comme dans cet exemple que cite l’Anonyme de 1525.

  • 18 Id., ib., p. 318.

Par guerre n’ont les pupilles plus piles,
Vefves ont perte aux longz desroys des roys.
Bourgz sont pillez, aussi villes si viles
Que c’est pitié : on mect surcroys sur croys.
Dieu de la sus nous gart des troys destroys
De nations infidelles ! Fi d’elles !
Sermens tortuz causent douleurs mortelles18. (G. Cretin.)

27C’est la rime « couronnée par double unisonance ». Mais le même auteur connaît également la « ryme couronnée par equivocque en triple unisonance », que Gracien du Pont sera le premier à nommer emperiere :

  • 19 E. Langlois, Recueil, p. 320.

Quant du gaz bruyt d’Amours souvent vent vente,
Et l’amant, qui son cueur sçavant vend, vante
S’amour, lors font telz cas, venus nudz, nue
Trouble, doncq en plaisir Venus n’euz nue,
Car elle trop ceulx telz goustans temps temple...19

28Ici la même syllabe est trois fois répétée, avec finale féminine. D’autre part, la césure elle aussi peut être de la fête, comme dans cette pièce que le même Anonyme de 1525 nomme « equivocque males par ryme double couronnee a double unisonance » :

Par discors cors
Creux garniz nidz,
En consors sortz
Hors joliz lictz,

  • 20 Id., ib., p. 319.

ja pris en recordz corps,
ou a mes amys mys
tant que en ressors sor?
non sentans delictz lis20.

  • 21 P. Fabri, t. II, p. 46.

29Au contraire, une dernière variété paraît à Fabri beaucoup moins estimable : « Apres il est une autre plus basse couronnée, qui ne se faict pas sur les dernières syllabes couronnees de leurs semblables syllabes, mais apres les syllabes couronnées ilz adjoutent une syllabe ou plusieurs qui portent aultre fleur en la dicte couronne » ; il en donne cet exemple, emprunté au Jardin de Plaisance21 :

Ces vers icy sont es cours couronnez
Et par ainsy par leur droict nom nommez,
Car ilz sont tous par bon ordre ordonnez.
C’est sur la fin ou leur nom renommez
Syllabes ont sans reditte redittes ;
Les rithmes sont ainsi que on les faict faire.

  • 22 Leys d’Amors, éd. G.-A., t. I, p. 180.

30L’obsession de la rime a eu cette conséquence que les poètes ont cédé à la tentation de lui faire rendre les effets les plus variés en l’essayant à toutes les places, en lui imposant les retours les moins prévus, en la faisant apparaître où on ne l’attendait pas, selon l’ordre de lecture qu’on adoptait pour le texte, à l’inverse des habitudes normales. Les Provençaux avaient inventé les rims retrogradatz, où les homophonies finales, d’une strophe à l’autre, se répétaient en succession inverse, c’est-à-dire qu’une série ababcbbc était suivie d’une série cbcbabba. De là ils passèrent aux rims retrogradatz per bordos, combinaison selon laquelle la strophe pouvait être lue en commençant par le dernier vers pour remonter jusqu’au premier, et de là aux rims retrogradatz per dictios, per sillabas e per letra, où les mots, les sillabes, mêmes les lettres retournés offraient encore un sens. Les Leys d’Amors mentionnent tous ces artifices de versification, mais avec un certain mépris : « Si chaque vers en particulier, y est-il écrit22, peut être renversé par mots, avec la même rime et le même sens, ou avec une autre rime, ou sans rime, ou avec un sens opposé, ou différemment, pourvu qu’il soit juste, ces rimes sont appelées rétrogrades par mots, avec même rime et même sens. Cependant on ne peut renverser les prépositions, ni certaines conjonctions, ni aucun surnom, non plus que les interjections, car leur nature s’y oppose, de même que la manière accoutumée de parler, à laquelle on ne peut rien changer... C’est pourquoi, dans cet ordre rétrograde, il ne faut pas séparer la préposition de son régime, moins encore l’article du nom... Ceux qui peuvent s’exercer et perdre leur temps à de semblables rétrogradations peuvent les faire encore par lettres ou par syllabes. »

  • 23 G. Naetebus, p. 19.

31La rime rétrograde est assez ancienne en français, puisqu’on en rencontre des exemples au xiiie siècle, dans le Dit des trois Morts et des trois Vifs et au xive dans Jean de Condé23. Mais elle fleurit surtout au xve. En voici un exemple emprunté à une ballade de Christine de Pisan, dont les vers qui suivent forment la première strophe :

Doulçour, bonté, gentillece,
Noblece, beaulté, grant honnour,
Valour, maintien et sagece,
Humblece en doulz plaisant atour,
Con forteresse en savour,
Dueil angoisseux secourable,
Acueil bel et agreable. (Balades d’estrange façon.)

32Si on lit ces heptasyllabes en commençant chacun d’eux par la fin, on obtient :

Gentillece, bonté, doulçour,
Honnour grant, beaulté, noblece.
Sagece et maintien, valour,
Atour plaisant, doulz en humblece.
En savour conforteresse,
Secourable, angoisseux dueil,
Agreable et bel accueil.

  • 24 Colletet, l’Art poëtique, 1658, p. 88.

33C’est à peine si quelques mots, placés à l’intérieur du vers, échappent à la rime. Pasquier et Colletet font remonter à Sidoine Apollinaire l’honneur d’avoir inventé un mécanisme si précieux : « Versus receurrentes, lit-on chez Colletet24, id est qui métro stante neque litteris loco motis ut ab exordio ad terminum sic a fine releguntur ad summum. » P. Fabri donne quelques exemples de vers rétrogrades lettre par lettre : l’un est un distique en latin dont il ne nous nomme pas l’auteur :

Signa te signa temere me tangis et angis.
Roma tibi subito motibus ibit amor.

34un autre est en français mélangé de latin :

Esse son soulas, salvos nos esse.

35le troisième est en français :

A mesure m’a dame rusé m’a

  • 25 E. Pasquier, Rech., t. I, p. 747-748. Il signale aussi des vers mixtes, à la fois latins et frança (...)

36Outre cela je ne connais que les échantillons recueillis par E. Pasquier25. Ils ont été composés au xvie siècle par Dallé, conseiller du roi et par le comte de Chasteauneuf :

— Un a un, elle nu a nu.
— Elle diffama ma fidelle.
— A relever mon nom, mon nom relevera.
— L’ame des uns jamais n’use de mal.

37On conçoit qu’on ait jamais écrit de longs poèmes selon ce système.

  • 26 Stengel, Grundriss, t. II, 1, p. 66. Les Leys d’Amors transcrivent cet exemple provençal (rims. se (...)

38Les premières rimes intérieures, à d’autres places qu à la césure et à la rime, paraissent au début du xiiie siècle. Steugel en a donné ces deux emplois pris au Dolopathos26 :

— li rois sens et savoir
puissance et avoir., (v. 1011-1012)
— cest don ne nos changiez
prions ke vos mengiez. (v. 1579-1580)

  • 27 E. Deschamps, t. I, bai. IX, p. 81.
  • 28 P. Fabri, t. II, p. 41.

39Cette manie, combinée avec la rime rétrograde permettra aux Grands Rhétoriqueurs des constructions extrêmement compliquées, où les vers se subdivisent en parties dont les finales s’accordent. Déjà E. Deschamps a composé une ballade qu’on peut lire de huit manières différentes27. On peut faire mieux encore. P. Fabri a transcrit une pièce dont les décasyllabes peuvent être pris hémistiche par hémistiche, ou dans leur totalité, en les commençant par leur début ou par leur fin, ou verticalement par groupes de deux à quatre syllabes, et qui, tout au moins en intention, offrent toujours un sens28. La voici :

  • 29 Kawczinski, p. 133, en cite un exemple de Paulin d’Aquilée. J’ai déjà montré les débuts de ces rim (...)
  • 30 Fr. Blume, p. 76.

40Le plus souvent toutefois les versificateurs, tout fanatiques qu’ils soient de la rime, se contentent d’ajouter cet ornement au premier hémistiche, par une habitude assez répandue au xve siècle, mais dont les premiers signes se découvrent à une époque beaucoup plus ancienne, chez les poètes latins du Moyen Age29. Divers types sont en usage. Ou bien, dans un même vers, la césure s’accorde avec la tonique finale. Fr. Blume30 en a cité divers exemples dans les œuvres de Froissart :

— Une heure à destre, et puis l’autre à senestre...
(Froissart, t. I, p. 59)
Et ce me fisent li espart
De son regart, qui ne se part (là., ib., p. 18)

  • 31 Naetebus, p. 18. Cf. également E. Langlois, Recueil, p. 282.

41Froissart n’en est pas prodigue, tandis que Molinet et G. Cretin s’en montreront beaucoup moins avares. Ou bien encore les césures riment entre elles, et les fins de vers également entre elles. Naetebus a rencontré cette forme dans des quatrains en alexandrins, et alors on peut se demander si ces alexandrins ne doivent pas être divisés en deux vers de six syllabes, pourvu cependant que le phénomène soit régulier et non sporadique31. Au xve siècle, il n’est pas rare que des décasyllabes soient pareillement construits, et dans ce cas, en général, la question de leur séparation en deux vers ne se pose pas :

Quand je regart, ma dame, de quel part
Le Doulc Regart se moet et se depart,
Qui ne me lait, ne pour gain ne pour perte,
Amours qui m’est, la merci soie, aperte.
(Froissart, éd. Scheler, t. 1, p. 67)

  • 32 P. 100 ; la ponctuation varie selon la division qu’on choisit.

42Mais il arrive pourtant que, le vers pris dans son entier possédant un sens, chaque hémistiche en possède un également, ce qui est le cas d’une ballade contenue dans le Traité II du Recueil d’E. Langlois32. En voici la première strophe :

Bien doit amant
Joyeusement
Au temps plaisant
Vray sentement
Tenir en soy
Et esbanoy
Car bien dire os
La ou enclos
A sans bonte
Rens par compos

qui veut amours servir
par maniere ordonnee
avoir doulz souvenir
faut qu'il ait c'est l'entree
largesce et courtoisie
si convient sans boidie
se il vuet remanoir
par amoureux vouloir
son cuer comme soubgis
en la fin puet avoir.
(P. de Compiengne)

  • 33 Certains étendent cette dénomination aux cas où les deux hémistiches d’un même vers sont de même f (...)

43Ces vers, comme dit l’auteur, sont « a trois manières », c’est-à-dire assez compliqués, beaucoup moins cependant que le poème Rimeurs nouveaux, précédemment cité. Enfin, la tonique terminale du premier vers peut s’accorder avec la césure du vers suivant, et alors on a affaire à la rime balelée33.

  • 34 E. Langlois, Recueil, p. 275 ; P. Fabri, t. II, p. 15, 61, 92 ; N. Dupire, J. Molinet, p. 70.

44La rime batelée a été en honneur au xve siècle et chez les Grands Rhétoriqueurs qui ont précédé la Pléiade. Elle ne se poursuit pas toujours d’un bout à l’autre d’un même poème. J. Molinet en a donné cette définition : « En pareille forme de vers huitains se fait rhetorique batelée, et est dite batelée pour ce que, avec ce qu’elle a sa volée de resonance en la finale sillabe, ...elle a un autre son et reson à la .iiij. sillabe, a maniere de batellage. » L’Anonyme de 1525 et P. Fabri répètent à peu près ce texte, ce dernier non sans quelque différence34, pour n’avoir pas exactement compris Molinet. L’exemple suivant est de Rabelais :

Cy entrez vous, dames de hault paraige
En franc corraige entrez y en bonheur,
Fleurs de beaulté à celeste visaige,
A droict corsaige, à maintien prude et saige :
En ce passaige est le sejour d’honneur.
Le haut seigneur, qui du lieu fut donneur
Et guerdonneur, pour vous l’a ordonné
Et pour frayer à tout prou ordonné. (Gargantua, 54)

  • 35 H. Chatelain, Recherches, p. 104.

45Naturellement des agréments accessoires peuvent s’ajouter au batelage, par exemple l’équivoque, comme dans les deux derniers des vers précédents. D’autre part H. Chatelain a rencontré dans Molinet un huitain à double batelage qui s’accompagne d’une rhétorique à double queue35 :

Je vous tiens mon tresor refulgent, gent
Argent ard gent, point ne m’est confort fort ;
Le inonde faulx par trop hardiment ment ;
Souvent son vent en maint bon convent vent :
Il prent et rend confus maint millord ord,
Support et port soyez quant la mort mord,
S’a tort me tord, j’av pour tout mon armoy
Vous seulement, Dieu le sçayt, vous et moy.
(Faictz et Dictz ; Oraison de saint Ypolite)

  • 36 E. Langlois, Recueil, p. 222.

46La formule est un peu différente dans les vers suivants, toujours du même Molinet36.

Povres gens sont
Tensez, bersez,
Tappez, trompez,
Bruslez, rifflez,
Pelez, choulez,
Passez, perdus,
Roingniez, tondus,
Pris et souspris,

a tous lez reversez,
confuchiez, confondus,
tourmentez, trondelez,
tempestez, triboulez,
espantez, esperdus,
martelez, morfondus,
pensis, patibulez,
pilez et pestelez.

  • 37 Chaque mot commence par la même consonne. Cf. infra, V, II.
  • 38 Cf. Le Jardin de Plaisance, éd. E. Droz et A. Piaget, t. II, p. 59-60 ; la discussion me parait ab (...)
  • 39 E. Langlois, Recueil, p. 233. La définition de la rime en kyrielle est assez vague sous la plume d (...)

47Je passe sur la rime dite senée, dont le troisième des vers précédents donne un exemple37 et qui appartient au système d’allitérations du Moyen Age. Je signale sans m’y arrêter longuement la rime palinode, faussement appelée taille palernoise par E. Langlois38 et que Gracien du Pont nonne rime en kyrielle ; elle consiste dans la répétition, de place en place, de différents vers qui ont déjà paru antérieurement dans le texte : « Respons en taille palinode, écrit J. Molinet (H. de Croy)39, est une espèce de rhetorique a manière de chant ecclésiastique, ou plusieurs membres se regettent ou corps principal :

A la fleur de virginité
En qui Dieu prist humanité,
Fuyons le cours.
Et prions par humilité
Qu’a l’umaine fragilité
Baille secours ;
Car les delis mondains sont cours,
Et s’est le terme limité
A chascun du jour de sa fin.
Dont nous estait necessité 10
D’abregier tost nostre chemin,
Pour avoir secours en pité.
Trop avons sieuvy vanité.
Et s’est le terme limité (8)
A chascun du jour de sa fin. (9) 15
Quoy plus ? Nous alons a declin,
Et si n’avons riens prouffité ;
Dont nous estoit necessité (10)
D’abregier tost nostre chemin. (11)
Monstrons nostre debilité 20
Pour avoir secours en pité (12)
A la fleur de virginité. (1) »

  • 40 Le Goffic et Thieulin, p. 59, en ont cité un exemple de Jean le Houx.

48On a encore des exemples au xvie siècle40.

  • 41 E. Pasquier, Rech., VII, 2.

49Plus importante est la rime enchaîna ou fratrisée, qui a une origine très ancienne, puisqu’on la rencontre déjà chez Ausone, de qui E. Pasquier a cité ces vers41 :

Res hominum fragiles, agit, et regit, et perimit sors,
Sors dubia, aeternumque labans, quam blanda fovet spes,
Spes nullo finita aevo, cui terminus est mors,
Mors avida, inferna mergit caligine, quam nox.

  • 42 E. Deschamps, Œuvres, t. VII, p. 277.
  • 43 E. Langlois, Recueil, p. 224.
  • 44 E. Langlois, Recueil, p. 282.
  • 45 P. Fabri, t. II, p. 41-43.

50Ici pourtant c’est le mot qui termine la ligne qu’on voit reparaître au début de la suivante, sans aucun changement. Or, au Moyen Age, la répétition pure et simple n’est pas admise, car le poète doit obéir à des règles que ne connaît pas Ausone. Elles ont d’abord été formulées par E. Deschamps, qui n’emploie pas encore le mot de rime enchaînée. Sous ce titre : Balade equivoque, retrograde et leonine, il s’exprime ainsi42 : « Et ce sont les plus fors balades qui se puissent faire, car il convient que la derreniere sillabe de chascun ver soit reprinse au commencement du ver ensuient, en autre signification et en autre sens que la fin du ver precedent. Et pour ce sont telz mos appelez equivoques et retrogrades, car en une meisme semblance de parler et d’escripture ilz huchent et baillent significacion et entendement contraire des mos derreniers mis en la rime. » La condition exigée est donc que la syllabe finale du premier vers et la syllabe initiale du second soient de sens différent. Cette prescription n’a pas toujours été exactement observée par les poètes. Du moins a-t-elle été maintenue par tous les Traités. « Autre taille de rimes se nomme enchayennée, dit Molinet. (H. de Croy)43 pour ce que la fin d’un mètre est pareil en voix au commencement de l’autre, et diverse en signification. » L’Anonyme de 1525 répète44 : « Autre taille de ryme s’ensuit, qui se nomme enchaîsnée, pour ce que la fin d’un mettre et ver est pareil en voix au commencement de l’autre et est diverse en signification, laquelle taille peut estre tenue et usitée en ballades, vers sizains, septains, huytains ou autres, et en chansons et rondeaux, de quelque quantité et nombre que soit le ver, ou de huit, de dix syllabes ou alexandrins. » Voici enfin la définition de P. Fabri45 : « Apres l’exposition de rithme leonine et croisee et des manieres de trouver sa richme, en disant que la plus noble et excellente rithme se fait de termes equivoques, s’ensuit une maniere de rithme, quant le terme equivoque termine une ligne et iceluy terme equivoquement pris recommence la prochaine ligne ; et est appelee ceste maniere de rithmer rithme enchainée, et doibt estre ledit terme de deux syllabes du moins. » Fabri, en exigeant que les vers soient en même temps équivoqués, exclut la trop facile reprise d’un même monosyllabe sans aucun changement de sens. Il a bien soin de dire pourtant, après le Jardin de Plaisance, que, si la rime du premier vers est formée par un polysyllabe, l’enchaînement peut être opéré par la dernière syllabe de ce mot ; c’est une variété qu’il appelle entrelaschée. En fait, l’enchaînement réduit à une seule syllabe paraît aux poètes trop pauvres pour qu’ils s’en contentent. On le rencontre parfois en séries assez longues, comme dans cet exemple de l’Infortuné, que cite Fabri :

Ains se font enchaînez vers Vers
vifz engins, comme je sens,
Sens ont, comment anges bien clers,
Clers et luysans scientes gens...

51De bonne heure, çà et là, on voit apparaître des homophonies plus étendues, ainsi qu’on peut le constater par ce fragment de Froissart :

A tres plaisant et jolie
Lie mon coer et renc pris
Pris m’en croist sans villounie.
Ounie est en bien de pris ;
Pris me renc en la prison
La belle que tant prise on. (Ed. Scheler, t. I, p. 114)

52Puis, grâce à l’invincible attrait qu’exercent le léonisme et surtout l’équivoque, on en arrive à des floraisons beaucoup plus riches, où brillent des rimes entrelaschées. On en jugera par le passage suivant, qui a pour auteur Meschinot :

  • 46 = Zélante (empressée).

Par ceste mort je sens guerre mortelle,
Mort telle fut desonques tres rebelle ;
Belle n’est pas, gente ne avenante ;
Venante à coup et voulentiers se cèle
Celle fait tant que tout haut bien chancelle ;
Ancelle est donc dommageuse et meschante ;
Chante qui veut, elle est toujours dolente,
Lente a tout bien et en dueil excellente,
Cellente46 aussi d’oïr male nouvelle.
Elle est de tous hauts meschiefs contenante,
Tenante en soi tristesse permanante,
Manante en pleurs et douleur eternelle.
(Lunettes des Princes, Douzain XXVII)

  • 47 Fabri, t. II, p. 44.

53Enfin la rime enchaînée donne naissance à la rime annexée que P. Fabri nomme annexe : « Rithme annexe se fait, dit-il47, quant du terme dernier de la ligne l’on en reprent ou du commencement ou de la fin, ou tout avec addition d’aultres syllabes, pour changer terme et signification ou aucunement differer. Et congnoist l’en la difference de rithme entrelaschee et de annexe, car entrelaschee reprent une ou plusieurs syllabes du terme dernier sans y rien adjouster, et de ce recommence sa ligne en differentes significations, et annexe avec sa reprise faict addition d’autres syllabes pour composer nouveau terme, et aucun effoys sans grande difference de signification. » L’exemple qu’il en donne est emprunté au Jardin de Plaisance :

Ainsi se faict rithme annexée,
Annexant vers a aultres vers,
Versifiee et composee,
Composant telz motz ou divers.
Diversement mis et repris,
Reprenant la syllabe entiere,
Entierement des vers compris,
Comprinse vers la derreniere,
Desrenier vers ou diction
Dictée, ou vers la fin changée.
Changeant en variation
Variablement arrangée.

54En somme, le système de la rime enchaînée, avec les enrichissements qu’elle a reçus, aboutit au même résultat que les autres combinaisons précédemment étudiées : d’une façon comme d’une autre des homophonies de plus en plus étendues envahissent le vers, dont quelques syllabes à peine échappent à leur loi.

II

  • 48 Éd. de Phil. de Beaumanoir, t. I,Intr., p. cxxiii.

55La rime rare, dont il faut bien dire ici quelques mots, relève au contraire d’un autre principe. Elle ne vaut point par l’abondance des sons qui la composent, mais par l’originalité des accords choisis ou par la fantaisie qui préside à leur accouplement. Au dernier genre appartiennent les fatrasies, qui portent aussi le nom de fatras, ou de resveries, ou de traverses, composées en assez grand nombre par des poètes du Nord de la France, parmi lesquels il faut citer Philippe de Beaumanoir et Watriquet de Couvin. Au xvie siècle ces pièces s’appelleront coqs à l’âne et au xviiieamphigouris. Ce sont, comme le dit H. Suchier48, « des non-sens rimés pour obtenir un effet comique ». Ici les phrases ne sont rien, et les mots qui remplissent les vers sont dépourvus de toute importance, puisqu’ils n’ont d’autre raison d’être que d’amener en fin de ligne des syllabes homophones qu’il serait très difficile de réunir par un enchaînement logique des idées. Voici le début d’une fatrasie de Philippe de Beaumanoir :

Li chans d’une raine
Saine une balaine
Ou fons de la mer
Et une seraine
Si em portait Saine
Deseur Saint Omer.
Uns muiaus i vint chanter
Sans mot dire à haute alaine.
Se ne fust Warnaviler,
Noié fuissent en le vaine
D’une teste de sengler.
Li pas d’un sueron
Feri un lyon
Si k’il le navra.
La moule d’un jon
A pris un limon
Ki s’en courecha.
Mauvais laron le clama.
Es vous le bech d’un frion
Qui si bien les desmella
Que la pene d’un oison
Trestout Paris emporta. (T. II, p. 305)

  • 49 A. Jeanroy, P. lyr. des Troub., t. II, p. 43, 47.
  • 50 E. Lauglois, Recueil, p. 175 et 197.

56Les rimes rares ont déjà été la passion favorite de certains poètes provençaux, Raimbaut d’Orange par exemple, ou Arnaut Daniel49. Elles se répandent au xve siècle dans les pièces « sottes », où elles jouent le rôle d’un élément comique qui atteste la virtuosité de l’auteur ; on y voit paraître des mots peu communs, et même des noms propres, déjà recherchés pour leurs colorations pittoresques. Baudet Herenc mentionne ces rimes « pesantes et d’estrange son ». Elles lui semblent un danger pour les versificateurs : « Et qui voeult faire grande clause, dit-il, qu’il se garde de prendre rimes pesantes et d’estrange son, car ce seroit pour faillir a son faict. » Sans doute a-t-il raison, car l’écrivain court le risque d’épuiser très vite le petit nombre de mots dont il peut disposer. Mais, d’autre part, il y a gloire certaine pour qui sait triompher de la difficulté ; celui-là force l’admiration de son public par des trouvailles miraculeuses grâce auxquelles il lui est possible au besoin de dissimuler quelques faiblesses. Baudet Herenc lui-même ne peut résister au plaisir de citer un de ces morceaux brillants : « Cy s’ensuit, annonce-t-il, la taille d’une sotte Amoureuse, lesquels se font à Amiens, le jour de l’an nceuf, ou il y a tous les ans prince d’icelles sottes amoureuses ; et tant plus sont de sos mos et diverses et estranges rimes et mieux valent. » Ce poème est de cinq strophes (I, II, etc...) suivies d’un court Envoi. Les rimes sont les suivantes : I sace ; traveille ; grimace ; oreille ; s’avale ; ravale ; part ; part ; afolle ; liepart ; fole — II place ; chandeille ; limace ; toneille ; balle ; cimbale ; Jaquemart ; briemart ; ole ; poupart ; capitole — III cicheface ; bouteille ; face ; cateille ; dole ; gondole ; Renart ; cornart ; Dole ; art ; ydole — IV sifflace ; seille ; besace ; corbeille ; Kale ; escale ; waghebart ; Lombart ; cole ; tart ; gayole — V pourchasse ; Marseille ; chasse ; conseille ; gale ; espringale ; regard ; gard ; molle ; Lienard — ENVOI, Coquart ; acole50. Banville aurait reconnu dans ce poète anonyme l’un de ses ancêtres. Voici d’autre part un curieux rondeau que donne le même Baudet Herenc :

Ma très doulce amye Tassine,
Voeulle faire pour Tassinet,
De vraye amour monstre ta signe,
Ma très doulce amye Tassine.
Se pour toy veoir jour t’assigne,
De loyal cœur que t’as si net,
Ma tres doulce amye Tassine,
Voeulles faire pour Tassinet.

  • 51 Cf. supra, p. 43. On peut rapprocher de ce poème et de celui de Marot, une autre pièce d’Octavien (...)

57Ce n’est pas tout. Il faut faire encore ici place aux rimes bizarres, à celles qui sont quelque peu extravagantes, dont personne ne veut user parce qu’au premier abord elles semblent d’un emploi fort limité. J’ai déjà cité un poème construit sur des séries en -oc et en -uc51 ; on ne s’étonnera pas que Marot se soit essayé dans une production analogue où se succèdent des rimes alphabétiques en -ac, -ec, -ic, -oc, -uc : la pièce à laquelle je fais allusion est la ballade Du Jour de Noël, dont voici la première strophe :

Or est Noël venu son petit trac,
Sus donc aux champs, bergieres de respec ;
Prenons chascun pauetiere et bissac,
Fluste, flageol, cornemuse et rebec,
Ores n’est pas temps de clorre le bec,
Chantons, saultons, et dansons ric a ric :
Puis allons veoir l’Enfant au povre nic,
Tant exalté d’Helie, aussi d’Enoc,
Et adoré de maint grand roy et duc. ;
S’on nous dit nac, il faudra dire noc.
Chantons Noël, tant au soir qu’au desjuc.

  • 52 E. Langlois, Recueil, p. 65.

58On peut en rapprocher une autre pièce à la rime également alphabétique, construite elle aussi sur les cinq voyelles des grammaires, qui s’encadrent entre des consonnes constantes, celles-ci ne présentant d’ailleurs pas l’étrangeté agressive qu’a recherchée Marot. Il s’agit de la Ballade estrange en Sotie que contiennent les Règles de seconde Rhétorique52. Je me borne encore à en transcrire le premier couplet :

Pour moy parer, hier me vestis de nate
Et affulay chaperon sans cornette,
Comme celuy qui a amer s’enate
Sote cornant qui n’est pas de corps nette.
Lors dame Amours, en guise de penite,
Se traist vers moy et me dis epanite
A sote amer qui a nom Vincenote,
Car moult bien scet de truande le note,
Et des marans sur toutes est congnute.
Je respondis, dont j’eus une hornote :
Non feray voir, point ne l’aray je nute.

  • 53 N. Dupire, J. Molinet, p. 333.

59Il est enfin une dernière curiosité sur laquelle N. Dupire a attiré l’attention. « Pour mieux faire sentir toute l’importance de la rime, a-t-il écrit53, on eut l’idée de la détacher du vers et de l’exprimer sous forme figurée. C’est ainsi que quelques poésies familières de Molinet ont dans les manuscrits l’apparence de rébus. Dans une Recommandation a Jehan de Ranchicourt, la transcription des notes de la gamme ut, ré, mi, fa, sol, la, tient lieu de rime. Dans une Ballade figurée, on trouve pour chaque strophe des dessins représentant un glai, un bouton, une pensée, un lys et une rose ; dans une autre, c’est un œil, un nez, une main. La fin du vers est marquée, dans d’autres piécettes, par une raie et un point, un temps et une pause, un dé et une table. Une fois même le début et la fin du vers sont représentés par des oiseaux : c’est le cas d’un Présent fait à l’Empereur soubz figures d’oiseaux, qui a pour auteur Molinet :

Aigle imperant sur mondaine ma Cyne
Roy triumphant, de proesse ra cyne
Duc, d’archiduc pere et chief du th oison,
Austrice usant de fer a grand foison.
Fenix sans per né sous bonne planette,
Coulomb benin qui sa pensée a nette,
Coc bien chantant se le Turc t’escar mouche,
Mesle aux abus comme un chieu qui s’es mouche,
Pellican vif qui pour nous sang es pans...
Faisans dictier, te donne ce que j’ay.

60Ainsi les poètes du Moyen Age, qui ont d’abord usé de la rime sous ses espèces les plus pauvres, et qui, à l’origine, n’ont vu en elle qu’un signe sonore destiné à marquer pour l’oreille la fin du vers, ont fini peu à peu par la transformer en un joyau fastueux. De simple procédé à valeur acoustique, elle devient ainsi, par une lente évolution, l’élément essentiel auquel l’auteur accorde tous ses soins, parce qu’il peut y manifester les preuves de son habileté et y déployer toutes les ressources de son invention. Il veut y exceller comme un bon ouvrier, et, en le faisant, il a le sentiment qu’il est l’égal des plus grands artistes, car la versification campe sur des confins où le métier et l’art se confondent. L’évolution dont il s’agit, et dont les premières traces se découvrent déjà à une époque ancienne dans la poésie latine numérique, se développe chez les poètes provençaux dont les Leys d’Amors ont catalogué les finesses de facture. Elle atteint son point culminant au xve siècle, dans la période qui coïncide en architecture avec le triomphe de ce style flamboyant où foisonnent les motifs ornementaux les plus compliqués. Mais le souci que les poètes nourrissent pour la forme leur fait oublier le fond, et l’exubérance du décor ne s’obtient qu’aux dépens du sens, de telle sorte que leurs recherches et leurs peines nous rendent aujourd’hui à peu près illisibles les œuvres dans lesquelles ils ont dépensé avec profusion une incroyable ingéniosité. La richesse produit la satiété, et l’excès même de l’effort fait dégénérer l’art en artifice A lire toutes ces rimes trop opulentes, à entendre tous ces échos persistants et implacables, on en revient à admirer la simplicité peu ambitieuse d’un Racine ; on trouve vraiment que des retours de sons aussi prolongés deviennent bien insupportables, que tout cela fait beaucoup de bruit, et, comme l’a dit Shakespeare, beaucoup de bruit pour rien.

Notes

1 E. Langlois, Recueil, p. 24

2 Cf. supra, p. 146.

3 Levs d’Amors, éd. G.-A., t. I, p. 163. Les deux « lettres » dont il s’agit ici sont celles qui rendent la rime léonine « parfaite », dans ce cas l's.

4 Id., ib., p. 190.

5 E. Langlois, Recueil, p. 200, 254, 316.

6 Jardin de Plaisance, f° xiiii.

7 P. Fabri, éd. Héron, t. II, p. 17.

8 Éd. de l’ABC des Doubles de Guillaume Alexis (1896), Introd., p. 4.

9 E. Deschamps, éd. G. Raynaud, t. VII, p. 277.

10 E. Langlois, Recueil, p. 15, 122, 249, 252, 316.

11 Id., ib., p. 317 et n.

12 H. Guy, p. 85.

13 Sur les césures rimantes en français, cf. supra, I, p. 267-269.

14 E. Langlois, Recueil, p. 318.

15 E. Langlois, Recueil, p. 318.

16 P. Fabri, t. II, p. 45.

17 E. Langlois, Recueil, p. 225.

18 Id., ib., p. 318.

19 E. Langlois, Recueil, p. 320.

20 Id., ib., p. 319.

21 P. Fabri, t. II, p. 46.

22 Leys d’Amors, éd. G.-A., t. I, p. 180.

23 G. Naetebus, p. 19.

24 Colletet, l’Art poëtique, 1658, p. 88.

25 E. Pasquier, Rech., t. I, p. 747-748. Il signale aussi des vers mixtes, à la fois latins et français :

Iliades curae quae mala corde serunt,
donne, sans aucun retournement, l’alexandrin suivant, lu en français :
Il y a des curés qui mal accordés seront.
La difficulté est au moins égale, et la niaiserie aussi parfaite.

26 Stengel, Grundriss, t. II, 1, p. 66. Les Leys d’Amors transcrivent cet exemple provençal (rims. serpentés) :

Vox, Dieus, clartatz clara,
Los miens gardatz ara.

27 E. Deschamps, t. I, bai. IX, p. 81.

28 P. Fabri, t. II, p. 41.

29 Kawczinski, p. 133, en cite un exemple de Paulin d’Aquilée. J’ai déjà montré les débuts de ces rimes dans la poésie française, cf. I, p. 267-269.

30 Fr. Blume, p. 76.

31 Naetebus, p. 18. Cf. également E. Langlois, Recueil, p. 282.

32 P. 100 ; la ponctuation varie selon la division qu’on choisit.

33 Certains étendent cette dénomination aux cas où les deux hémistiches d’un même vers sont de même finale.

34 E. Langlois, Recueil, p. 275 ; P. Fabri, t. II, p. 15, 61, 92 ; N. Dupire, J. Molinet, p. 70.

35 H. Chatelain, Recherches, p. 104.

36 E. Langlois, Recueil, p. 222.

37 Chaque mot commence par la même consonne. Cf. infra, V, II.

38 Cf. Le Jardin de Plaisance, éd. E. Droz et A. Piaget, t. II, p. 59-60 ; la discussion me parait aboutir à des conclusions très justes. On se reportera à E. Langlois, op. cit., p. 233.

39 E. Langlois, Recueil, p. 233. La définition de la rime en kyrielle est assez vague sous la plume de Gracien du Pont : « Kyrielle, dit-il, est une sorte de rithme qui se faict à couplets de rime platte, croysée ou riche, et fault que porte refrain à chaque couplet. » A la fin du xvie siècle, ce terme est appliqué à des artifices de rime très différents, ce qui prouve qu’on n’a plus une idée très nette de ce qu’il désigne.

40 Le Goffic et Thieulin, p. 59, en ont cité un exemple de Jean le Houx.

41 E. Pasquier, Rech., VII, 2.

42 E. Deschamps, Œuvres, t. VII, p. 277.

43 E. Langlois, Recueil, p. 224.

44 E. Langlois, Recueil, p. 282.

45 P. Fabri, t. II, p. 41-43.

46 = Zélante (empressée).

47 Fabri, t. II, p. 44.

48 Éd. de Phil. de Beaumanoir, t. I,Intr., p. cxxiii.

49 A. Jeanroy, P. lyr. des Troub., t. II, p. 43, 47.

50 E. Lauglois, Recueil, p. 175 et 197.

51 Cf. supra, p. 43. On peut rapprocher de ce poème et de celui de Marot, une autre pièce d’Octavien de Saint-Gelais, citée par H.-J. Molinier dans son Essai biographique et littéraire sur Octavien de Saint-Gelais (1910), p. 273, n. : les rimes sont quoac, *pac, patac, bec, haec, bricq, ric a ric, croc, etc.

52 E. Langlois, Recueil, p. 65.

53 N. Dupire, J. Molinet, p. 333.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Presses universitaires de Provence, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter