Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome II

 | 
Georges Lote

Troisième section. La rime

Chapitre premier. De l’assonance à la Rime

Texte intégral

  • 1 Il y a quelques exceptions, surtout en provençal. En français, on peut citer le petit vers qui ter (...)

1L’un des caractères les plus essentiels de la versification française consiste dans l’observance régulière d’une loi universellement acceptée, selon laquelle aucune fin de vers ne peut rester isolée1. Chacune doit s’accorder, au moins par un de ses timbres, celui qui porte l’accent terminal, avec une autre fin de vers voisine et peut s’accorder parfois avec plusieurs. Ces échos obligatoires, qu’on rencontre sporadiquement dans la poésie latine classique, soit par l’effet du hasard, soit par la volonté des écrivains, se présentent avec une fréquence croissante dans la poésie latine syllabique, jusqu’au moment où ils deviennent une règle qu’il n’est plus permis de transgresser, parce qu’ils servent à marquer la fin du vers et qu’ils la distinguent de la coupe intérieure. Il en existe deux types différents, l’assonance et la rime. L’assonance consiste dans l’identité de la voyelle tonique qui termine le mot par lequel s’achève le vers, tandis que les consonnes dont est suivie cette tonique sont différentes ; ainsi guerpir et esbaïz, ciel et almosniers sont des assonances. La rime, au contraire, exige l’identité non seulement de la voyelle tonique, mais encore de toutes les articulations subséquentes : métier et forestier, fort et tort sont des rimes. L’assonance peut être féminine : belle et terre, mere et contree ; la rime également : apaise et aise, garde et tarde.

2La poésie française, peu ambitieuse à ses origines, débute par l’assonance, qui se manifeste déjà dans Sainte Eulalie. On la retrouve dans la Passion, dans Saint Léger, dans le Boéce provençal, dans Saint Alexis et dans le Fragment d’Alexandre. Elle règne dans les plus anciennes Chansons de Geste, la Chanson de Roland, le Pèlerinage de Charlemagne et bien d’autres poèmes qui relèvent du même genre épique. Qu’elle change tous les deux vers, comme dans Saint Léger, ou tous les quatre vers, comme dans la Passion, ou tous les cinq vers, comme dans Saint Alexis, ou bien qu’elle s’étende à de longues laisses, comme dans les épopées, elle suffit à des poètes sans prétentions, dont le sens artistique est encore fort peu développé, et qui écrivent leurs vers d’une façon toute mécanique ; elle suffit également à leurs auditeurs, peu exigeants et que cette médiocrité satisfait. Pourtant elle s’est établie sur des positions si solides que tout le monde déjà la juge indispensable et que personne ne songerait à se passer d’elle. L’auteur des Miracula sancti Wulframni, qui écrit au milieu du xie siècle, l’appelle hinnulus rhythmus. Loin de l’écarter, on va au contraire travailler à la rendre plus forte.

3La rime se répand en effet et peu à peu va l’évincer. On en a découvert des exemples, assez rares il est vrai, chez Ennius et chez les grands écrivains classiques, Horace, Ovide et Virgile. Le plus ancien poème latin régulièrement rimé paraît être la Chanson de Clotaire ou Chanson de saint Faron, composée en 869 par l’évêque Hildegar de Meaux.

De Chlotario est canere rege Francorum,
Qui ivit pugnare cura gente Saxonum.
Quam grave provenisset missis Saxonum
Si non fuisset inclitus Faro de gente Burgundiorum !...
Quando veniunt in terram Francorum,
Faro ubi erat princeps, missi Saxonum
Instinctu Dei transeunt per urbem Meldorum
Me interficiuntur a rege Francorum.

  • 2 Cf. Chanson de sainte Foy, éd. A. Thomas (1925), Intr., p. xxx ; éd. Hoepffner et P. Alfaric (1926 (...)

4En langue vulgaire la rime apparaît pour la première fois dans une œuvre provençale, la Chanson de Sainte Foy d’Agen écrite au milieu du xie siècle en laisses octosyllabiques, tandis que les textes contemporains ne connaissent encore que l’assonance2. Celle-ci règne encore en maîtresse pendant toute la durée du xiie siècle. A cette époque, il existe cependant quelques poèmes rimes : le Voyage de saint Brendan, vers 1125 ; le Sermon rimé ; le Comput et le Bestiaire de Philippe de Thaon, qui sont sensiblement aussi anciens ; puis, entre 1150 et 1175, le Roman de Troie, qui a pour auteur Benoît de Sainte-More, le Roman de Thèbes, et le Roman d’Énée, ainsi que les deux ouvrages de Wace, la Geste des Bretons et la Geste des Normands, à quoi il faut encore ajouter l’abondante production de Chrétien de Troyes, et, à la fin du siècle, divers autres poèmes.

  • 3 Éd. P. Meyer et A. Longnon (1882), Introd., p. lxxiii.

5A partir de 1200 environ, l’assonance perd rapidement du terrain et s’efface devant la rime, d’abord dans la poésie savante, puis dans l’épopée populaire, qu’on entreprend de corriger pour la soumettre à la mode nouvelle. Il ne faudrait d’ailleurs pas croire que l’assonance ait cédé la place à sa rivale sans aucun combat, et que la transformation se soit opérée du jour au lendemain. « Lorsqu’on aura étudié, classé et comparé, lit-on en tête de l’édition de Raoul de Cambrai3, toutes les assonances qu’offre notre ancienne poésie, on constatera que, dans certains poèmes assonants, il y a tendance plus ou moins marquée vers la rime ». Il y a eu combat et empiètement progressif. Tout d’abord, il faut signaler que nous possédons des textes de transition. Orson de Beauvais, chanson de geste du xiiе siècle, est en assonances, mais avec une propension évidente à la rime. La première rédaction du Moniage Guillaume, écrite en Picardie vers 1160, comporte quatre laisses entièrement rimées, d’autres qui le sont presque, le reste demeurant fidèle à l’ancien système. Aucassin et Nicolette est assonancé dans ses parties écrites en vers :

Nicolete о le cler vis
Des pastoriaus se parti,
Si accoilli son chemin
Tres par mi le gaut foilli
Tout un viés sentier anti
Tant qu’a une voie vint,
U aforkent set cemin
Qui s’en vont par le païs.
A porpenser or se prist
Q’esprovera son ami...

6Mais bien souvent les vers y sont groupés de telle façon que l’assonance en prend des allures de rime :

Or s’asanlent pastouret,
Esmerés et Martinés
Fruëlins et Johanés,
Robechons et Aubrïés.
Li uns dist : « Bel compaignet,
Dix aït Aucassinet.
Voire a foi ! le bel vallet,
Et le mescine au corset
Qui avoit le poil blondet,
Cler le vis et l’oel vairet,
Ki nos dona denerés
Dont acatrons gastelés,
Gaines et coutelés,
Flaüsteles et cornés
Machuëles et pipés.
Dix le garisse ! »

7Ici on distingue des séries différentes, en -és et en -et, qui ne sont pas mélangées.

  • 4 P. Meyer, Romania, t. XXXVIII, 1919, p. 484.
  • 5 J. Vising, Et. s. le Dial. anglo-norm., p. 54.
  • 6 Éd. P. Meyer et Longnon, Intr., p. lxvi-lxviii.
  • 7 L. Foulet, éd. de Galeran de Bretagne, pat Jean Renart, Introd., p. xxvi ; Cf. également le Roman (...)

8Inversement dans des poèmes rimés, l’assonance reparaît çà et là selon la commodité du poète. Il en est ainsi au xiie siècle, alors que le nouvel usage est encore exceptionnel. Pourquoi faudrait-il se donner tant de peine et ne pas obéir à la facilité, quand tout le monde se contente de l’accord le plus simple ? Si, dans certains cas, on se trouve embarrassé, il est toujours licite de revenir aux anciennes habitudes. Dans le Lapidaire alphabétique en vers, attribué à Philippe de Thaon et par ailleurs correctement rimé, P. Meyer a relevé soleil : veeir ; jorz : valur ; mundes : ungles ; semblant : sang etc ...4 ; il y en a autant, déclare-t-il, dans le Bestiaire et le Comput. Ces négligences sont naturellement assez fréquentes chez les poètes anglo-normands, puisque J. Vising5 a signalé, dans l’Estorie des Engleis, écrite par Gaimar aux environs de 1 150, regne : batesme ; ensemble : femme ; Estengle : ensemble ; quaresme : ensemble ; evesque : Werisexe ; Edelwolf : sul ; Edeling : retint ; cinc : vint. Qu’il soit dit ici qu’elles le seront toujours, tant que des insulaires écriront en français. Mais sur le continent on n’est pas toujours plus châtié. La première partie de Raoul de Cambrai, rimée, mais qui n’est que le remaniement d’un poème assonancé primitif, présente des incorrections ; on trouve Ham, branc, sanc, champ dans les laisses en -ant, des mots en er, -ez ou -es dans des laisses en -é, Ribemont parmi des finales en -on, guere et estre parmi des finales en -èle6. Robert le Diable associe portent et renforcent, hermites er homecides, accordent et loent, croire et faloise, fontaine et raime. L. Foulet7 a compté une vingtaine d’exemples semblables dans l'Escoufle, et une quinzaine dans Guillaume de Dole, où l’on remarque entre autres apelent : repèrent ; monde : honte ; maint : esloint ; parole : ore ; visage : attache.

  • 8 Éd. Wallensköld ; Cf. Fr. Davids, Diss., Leipzig, 1885.
  • 9 Éd. Demaison, Introd., p. cvi.
  • 10 Éd. H. Suchier, t. II, p. xlvii.
  • 11 Éd. Fr. Michel.
  • 12 Éd. A. Jeanroy, Intr., p. xii.
  • 13 Éd. Grâce Frank, Intr., p. xii.
  • 14 L. Jordan. M. u. Spr. Rfs, p. 6-7.
  • 15 Éd. H. Suchier, t. I, p. cliv.
  • 16 Th. Linck, Ueber die Spr. von Phil. M., avec de trés nombreux ex.

9Au xiiie siècle, quand la rime décidément l’emporte, les irrégularités persistent. On en découvre chez les poètes lyriques, généralement soigneux. Si Gace Brûlé est très correct, Thibaut de Champagne8 se promet quelques assonances, arboie : s’envoi sent ; chainse : blanche ; folage : bâise ; demande : conoissance ; déçoit :avoir ; donc : on ; -is : larrecins : fins ; -is : merci : respondi. Il en est de même dans la littérature épique, Bertrand de Bar-sur-Aube, auteur d’Aimeri de Narbonne, laisse échapper des incorrections : « Par exemple, écrit l’éditeur de ce poème9, dans les tirades XCIX et CI, qui sont démesurément longues, il s’est fatigué de chercher toujours des rimes parfaites et s’affranchit de la règle rigoureuse qu’il observe exactement ailleurs. Sur 183 vers dont se compose la première de ces tirades, on compte 9 assonances, et, dans la seconde, 37 assonances sur 213 vers. » L’auteur des Narbonnais10 en fait autant, puisqu’il place legat parmi des finales en -a, qu’il mêle -ant et anz, -ant et -anc, -è et -ez, -on et -ont, sans parler d’autres licences analogues. Un roman d’amour, le Roman de la Violette est assez riche en incorrections11 ; on y relève notamment encore : karole ; Marguerite : Hongrie ; Toulouse : jagonse ; povre : cofre ; povres : offres ; encontre : outre ; mace : damage etc .. Les auteurs dramatiques sont aussi peu scrupuleux. Dans le Jeu de saint Nicolas12, Jean Bodel écrit : pec : mer ; voirre : candoille ; rouge : angouche, et Rutebeuf13, dans le Miracle de Théophile, unit estes avec prestres. On doit d’ailleurs noter que Rutebeuf n’est pas plus correct dans ses autres œuvres, puisque L. Jordan14 a relevé chez lui tasche : escraffe ; ele : debonere ; perte : terde ; val : travail ; quenoille : besoigne ; devin : ving et un certain nombre d’autres associations analogues. Philippe de Beaumanoir ne recule pas davantage devant l’assonance, comme le prouvent ces quelques exemples, damoisele : conseille ; blanc : argent ; robe : noble ; ombres : Londres ; pasques : papes ; aime : alaine ; prendre : membre15. Philippe Mousket, à son tour, permet de faire une riche moisson16 : droit : roi ; marine : envie ; viles : salines ; martirs : primitif ; sistes : sietimes ; desciples : sires ; tailles : Caries ; Jake : Arge ; nigromanche : grande ; aspre : Lascre ; coses : personnes ; longes ; coulombes ; crepe : nete ; freres : valees ; tierres : capieles ; piece : siege ; Auguste : Pampelune.

  • 17 E. Freymond, Ueber d. reichen Reim ; cf. Roman de Renart, Supplément de Chabaille, v. 268-9. De te (...)

10Ces fautes contre la rime n’ont point disparu au xive siècle, ni même au xve, et on en rencontre encore au xvie. Il faut observer pourtant qu’au xve siècle, comme nous le ferons ressortir plus loin, les assonances sont reléguées par les critiques dont les genres familiers ou bas, dont elles deviennent l’un des attributs. A la bonne époque, les éditeurs les mentionnent souvent sous le nom de « rimes imparfaites », terme trop généra ! pour que, semble-t-il, on puisse l’adopter sans réserve. Il convient, en effet, de distinguer entre l’assonance et la rime imparfaite. Les deux espèces sont mélangées dans les listes qui précèdent, auxquelles il serait encore facile d’ajouter des pages et des pages d’exemples. Il n’en est pas moins vrai que seules doivent être nommées assonances les finales qui ne se correspondent que par leur voyelle tonique, avec indifférence évidente du poète pour les articulations qui suivent, comme marine : envie ou martirs : primitif que nous présente Phil. Mousket. Les rimes imparfaites sont tout autre chose. On peut y ranger les rimes consonantiques, que les Leys d’Amors appellent rims consonans et où les consonnes qui suivent l’accent seules sont semblables, tandis que les voyelles toniques diffèrent entre elles : le type en est fourni par l’association s’areste : oste du Roman de Renart17. Le plus souvent, toutefois, elles se rapprochent de la rime régulière dont elles ne sont qu’une approximation. Elles reposent sur une prononciation négligée et elles la sollicitent. Soit donc d’abord ce cas précis. Il est indubitable qu’à une certaine époque il y a eu tendance à affaiblir l’r placée devant une autre consonne, ou même à ne pas la prononcer. C’est ce qui explique des correspondances comme fierce : piece ; bos : cors ; bourjois : avoirs ; large : volage ; marge : lignage ; deserte : fete etc. dans Guillaume de Dole ; comme tertre : estre ; sage : marge ; Brez : apers dans Galeran ; comme soulas : regnars dans Gautier de Dargies ; comme acontasse : arse dans l’Escoufle ; comme naigeours : vertuous dans Jean Priorat ; comme terme : pesme dans la Vie de saint Euslache. On en trouverait une infinité d’exemples dans les textes les plus divers. Mais on sait aussi que, dans de nombreux parlers locaux, on a tendance à ne pas articuler l’r située après une autre consonne : d’où les rimes arbre : arabe dans le Jeu de saint Nicolas ; estes : prestres dans le Miracle de Théophile ; tempre : atrempe dans Galeran ; quarante : entre dans Robert le Diable. Il en est parfois de même pour l’l en position semblable : robe : noble chez Beau manoir ; onques : oncles dans Guillaume de Dole. En maintes circonstances, les poètes spéculent sur le fait qu’en bien des régions toutes les consonnes finales s’assourdissent ; on trouve donc forche : gorge ; povre : cofre ; offres : povres dans le Roman de la Violette ; sache : outrage chez Rutebeuf ; piece : siege chez Phil. Mousket ; sache : message dans l’Escoufle ; patriarche : barnage dans Galeran ; visage : attache dans Guillaume de Dole. Ou bien encore on se contente d’assembler des sons voisins : quenoille : besoigne ; enseigne : Seine sont dans Rutebeuf ; aime : alaine ; prendre : membre chez Beaumanoir ; membre : tendre dans la Vie de saint Eustache ; semble : triangle ; forme : torne chez Jean Priorat. Pour chaque série on pourrait dresser de longues listes. Pour des raisons diverses, ce sont là de mauvaises rimes, sur lesquelles il y a lieu de revenir, mais ce sont des rimes, différentes de l’assonance.

11C’est une question de savoir ce qu’il faut penser de l’association d’une voyelle tonique simple avec la même voyelle précédée d’une semi-consonne, ou bien, ce qui n’en est qu’une variété, d’un accord établi entre une diphtongue et deux voyelles dont chacune forme syllabe. Ce dernier type serait représenté par Ju-is : puis le premier par vit : nuit. Divers cas peuvent se présenter. Il ne s’agit pas seulement de -i : -ui, mais encore de -é : -ie, de -e : -ue, etc. On ne rencontre de discussions à ce sujet que vers la fin du xve siècle, à une époque où les critiques ne considèrent plus ces rimes que comme une affaire d’élégance et même de style. Or, ce qui importe ici, c’est de savoir comment elles se sont établies et si elles sont légitimes. Or, on constate qu’à l’origine la diphtongue et la voyelle pure sont soigneusement séparées. Pour prendre un exemple, -ié formant une syllabe unique provient en français de trois sources différentes, soit de a libre tonique précédé de palatale, comme carum < chier, soit le suffixe latin -arium, semitarium < sentier, soit enfin de e ouvert latin tonique et libre, pedem < pié. Tous ces -ie assonent ensemble, mais ils n’assonent pas avec la finale -é, comme pratum < pré ; de même les mots en -ui n’assonent qu’entre eux ; de même les mots en -ue et ainsi de suite. Cet état de choses ne commence à se modifier qu’au début du xiie siècle, d’abord dans des textes anglo-normands. Saint Brendan présente cuire : sire ; esperit : guit ; mérite : quite, Philippe de Thaon deduire : martire. Mais ce poète confond aussi et -ié, incorrection dont le Comput présente quatre exemples et le Bestiaire deux autres, qu’on retrouve encore chez Gaimar, puis, avec plus de fréquence encore chez Angier, chez Chardry, chez Adgar et chez Jordan Fantosme. D’ailleurs le Roman de Tristan, de Thomas, offre ces rimes :

— A mal eür l’unt ubli-é :
Une wage l’ad despes-cié (v. 879-80)
— Car de vus me quid ben veng-ier
Quant vus me vulez mari-er (v. 1419-20).

  • 18 Les Cent Ballades, Intr., p. xxix.

12Or, ce phénomène n’est pas exclusivement cantonné chez les poètes insulaires, car il s’étend bientôt au continent, soit dans des œuvres assonancées, soit dans des œuvres rimées. L’association -ié : é se rencontre déjà vers 1160, en un seul exemple il est vrai, dans le Roman de Troie de Benoît de Saint-More, puis dans un poème lorrain de la fin du xiie siècle, Doon de la Roche. Au xiiie, on la trouve dans les Enfances Guillaume (laisiez : lever), dans le Roman de la Violette (pere : Piere ; cuer : requier), dans Philippe de Beaumanoir (commeres : manieres) et dans d’autres textes, si bien que les Cent Ballades de Jehan le Seneschal, au xive siècle, présentent un certain nombre de rimes mélangées, que signale G. Raynaud18, ié : i-é ; ien : i-en ; ier : i-er ; iere : i-ere ; iés : i-és ; ieu : eu ; ieus : i-eus et eus ; ieuse : i-euse et euse. Car le fait ne se limite pas aux diphtongues ni et ie. Benoît de Sainte-More fait rimer ne avece devant une nasale (sen : suen ; Jérusalem : huem ; sens : buens ; suens : tens ; porpens : suens, etc.), ou ueu : eu (dueus : eus et cheveus ; vueus : eus) ; Philippe de Beaumanoir admet eu : ieu (leu : lieu) ou aus : iaus (oisiaux : girfaus ; maus : dans ; chevax : gastiaux), ce que se permet également Philippe Mousket (Dieu : preu et desloiaus : faus).

13Un fait très intéressant, c’est que souvent la diphtongue se trouve réduite dans la graphie à son second élément. Simund de Freine donne pé (= pied) : pré ; esparpilez : assez ; cler : cher ; de même les Fragments d’une vie de saint Thomas de Cantorbéry, où P. Meyer a signalé suef : gref et despersoné : blescé (blacié) ; de même encore la Résurrection du Sauveur (alé : congé, au lieu de congié). Ou bien, inversement, c’est le premier élément de la diphtongue qui se maintient seul, tandis que le second disparaît. Benoît de Sainte-More fait rimer pertus (= pertuis) avec desus, us (= uis) avec plus ; d’ailleurs on rencontre buf et cur dans Saint Brendan, et cur, put, buf dans la Geste des Lorrains, au lieu de buef, citer, puet.

  • 19 Romania, 1921, p. 465 sq.

14Ces assonances et ces simplifications de diphtongues ont retenu à diverses reprises l’atrention de J. Bédier, qui s’est surtout attaché à l’accord -ié : -é. « Si on lit la Chanson de Roland dans le manuscrit d’Oxford, a-t-il écrit19, on y rencontre des formes telles que juget auprès de jugiet, telles que mus ter auprès de mustier, et les cas de réduction de à é foisonnent. Le copiste contrevient sans cesse à la loi de Bartsch, c’est-à-dire que son langage n’est plus soumis aux conditions phonétiques qui ont déterminé en ancien français la distinction de deux séries de mots, d’une part amer, pasmer, ber, etc., d’autre part cerchier, chevalier, vient, etc. Le fait est normal, puisque le copiste était un Anglo-Normand, et qui a exécuté son travail vers l’an 1170. Comme chacun sait, tandis que la loi de Bartsch reste en vigueur jusqu’au xive siècle, voire jusqu’au xve chez presque tous les écrivains français du continent, il n’y a guère de textes composés ou copiés en Angleterre, si anciens soient-ils, qui ne la violent plus ou moins ouvertement : en l’an 1130 déjà, Philippe de Thaon admet la rime : notuner : mer. » Le critique observe cependant que ces infractions à la règle phonétique se rencontrent dans d’autres manuscrits qui ne sont pas anglo-normands, qu’il ne faut pas en rendre responsables les scribes, mais bien les auteurs, il conclut que ce n’est pas là une affaire de langue, mais bien de versification : « Il s’agit de licences poétiques et de rien d’autre : une assonance aprochiée : ajustée est une assonance pauvre, mais qui ne choque pas l’oreille comme ferait, par exemple, l’assonance d’un e fermé avec un e ouvert ».

  • 20 Th. Gartner, Rhaetoromanische Grammatick, Heilbronn, 1883, § 34-37, p. 41 sq.

15Cette théorie est sans doute juste à un certain point de vue, mais elle ne tient pas compte de tous les aspects du problème. Sans doute, les poètes vont-ils à la facilité ; sans doute violent-ils la loi de Bartsch ou d’autres lois phonétiques. Mais il y a pourtant un fait qui doit être mis en lumière, c’est que toutes les diphtongues étaient primitivement descendantes, c’est-à-dire accentuées sur leur premier élément, puisque celui-ci a perdu son privilège au profit du second : de là proviennent les troubles constatés. Pour que primitivement amitié ne pût pas assoner avec bonté, il fallait bien évidemment que l’accent ne fût pas sur l'é. A cela on peut sans doute riposter que des mots devraient alors rimer en i, condition sans laquelle il serait difficile de se laisser convaincre. Or, c’est bien ce qui se produit : dans Floovant, poème du xiie siècle, on trouve tienent et lievent parmi les finales en i ; Amis et Amiles présente la série assonancée Marie : desire : lie : lumiere : chiere : pierre : almosniere. La Dîme de Pénitence, de Jean de Journy, associe pitié (pitié) et chevalerie, moitie et vie : on rencontre des accords semblables dans divers Fabliaux, puis, vers 1300, chez Girard d’Amiens, et, au xive siècle, dans Baudouin de Sebourg. D’autre part, comme on le sait, la triphtongue iei devient en français i (preco < priei < pri) et cette contraction ne peut se com-prendre que si l’accent n’était pas sur e. De même la finale -iacum aboutit à i (Avariacum > Avery). Il faut rapprocher de ce fait le sort que subit dans diverses régions la terminaison -ièe(laeia < liée) qui se réduit à ie : lie (cf. l’expression chere lie, où le mot est emprunté au picard), mangie, au lieu de mangiée, etc. En outre Neumann a fait observer que les poètes allemands du Moyen Age font rimer les mots français en -ier avec leur diphtongue -ie, alors articulée par deux sons, et qui est aujourd’hui i : barbier, fier, thier. Enfin, dans plusieurs dialectes lorrains et wallons, on trouve, à l’époque médiévale, les graphies brif et grif au lieu de brief et grief, ou laissir au lieu de laissier. D’ailleurs, le même phénomène se rencontre dans d’autres langues romanes. En rhétoroman20, à notre époque, on constate les deux prononciations avec accent sur l’i et ié, pour la diphtongue issue de l’ë accentué. En espagnol, l’assonance est morte depuis le xve siècle, et elle n’a survécu que dans le drame, où ie provenant de l’ë tonique latin (tiesta, cielo etc.) assone ene ; mais dans le Poème du Cid, vers 1150, ie fait groupe à part et ne se mélange pas à e ; en espagnol encore, un ie primitif s’est réduit à i devant l’l mouillée : anillo, castillo.

16On pourrait faire la même démonstration pour les autres diphtongues françaises. C’est au xiie sièle que commence ce déplacement de l’accent, qui va se placer sur le deuxième élément de la diphtongue. A quelle époque est-il achevé, c’est ce qu’il est difficile de savoir. Tant qu’il y a hésitation, les poètes, bien naturellement, profitent de l’une ou l’autre prononciation, et il est bien possible qu’ils aient continué de le faire, par un respect utile de la tradition, quand les choses avaient déjà changé. Les réductions graphiques, telles que muster au lieu de mustier ont peut-être leur origine dans d’autres analogies, mais plus complexes, où certains parlers négligés procédaient à l’allégement de groupes consonantiques assez difficiles à articuler : peut-être ne sont-elles qu’une façon de marquer qu’on entendait rimer par tel élément de la diphtongue. Rutebeuf, dans le Miracle de Théophile, associe obscure et luire, cure et nuire, c’est-à-dire qu’il rime en u, laissant au lecteur le soin d’articuler comme il convient ; dans Gui de Warewic au contraire, on trouve tantôt la rime en i, jo cui : respondi, tantôt la rime en u, nuit : apparut, ce qui peut s’accompagner parfois d’une réduction graphique, venuz : un pertus (= pertuis).

  • 21 Langlois, Recueil..., p. 209 (An. lorrain), p. 387, 402, 413, 417 (A. et Sc. de Rhet.).
  • 22 P. Fabri, t. II, p. 25.

17On voit donc que l’association d’une voyelle tonique simple avec la même voyelle précédée d’une semi-consonne n’existe pas primitivement, tant que l’accent porte sur le premier élément de la diphtongue, mais qu’il en est autrement dès que l’accent tend à se déplacer. Lorsque cette transformation linguistique s’accomplit, y a-t-il faute à glisser un mot comme ciel parmi des finales en e comme charnel, chanté, assez, etc. ? Non pas, puisque l’assonance, par définition, se limite à l’identité de la voyelle tonique. Lorsque la rime s’établit, de semblables accords sont déjà sanctionnés par l’usage, et d’ailleurs le Moyen Age ne connaît pas la nécessité de la consonne d’appui. Sans doute la rime léonine apparaît-elle de bonne heure, mais de nombreux poètes dédaignent longtemps cette richesse. Il faudra que les débauches de la rime équivoque et ses développements fastueux s’imposent à tous les versificateurs et deviennent quasiment un article de doctrine pour que certains critiques entreprennent de proscrire les accords dont il s’agit et tentent d’ébranler la vieille tradition. Ce mouvement s’affirmera au xve siècle, mais non pas une violence irrésistible. Les Arts de Seconde Rhétorique se montrent assez timides et tout au moins ne sont pas unanimes. L’Anonyme lorrain, qui donne un catalogue de rimes, place dans la même liste piteux : vieulx et savonneux : mieulx ; l’Art et Science de Rhétorique, écrit vers 1525, met ensemble ins-truyre, nuyre, pire, tire, etc., ou cuyrs, souvenirs ou asservis, huys, Loys, puyz, luy, joly etc... ou vœu, feu, lieu, millieu, Dieu, espieu, etc.. ou dieux, lieux, myeulx, yeulx, malicieux, delîcieux, vici-eux21, etc... Mais Fabri se rend bien compte que de telles concordances brisent les suites de syllabes équivoquées, et que, si l’on prend pour type de la perfection la rime léonine, elles ne valent rien du tout. Il les condamne donc22 : « Item, les termes de semblables orthographie, desquelz les ungs se proferent en une syllabe et les aultres en deux, ne font point rythme leonine, pour ce que les dernieres syllabes ne se conviennent point, comme cy :

L’autre jour vis ung cordelier
Qui avoit tant beu et pié
Qui convient de cordes lier,
Ou il n’eust sceu aller a pié.
Et, quant je l’euz bien espié
Qu’il estoit orgueilleux et fier,
De paour de perdre mon trepié
Je ne me osay a luy fier.

18Aultre exemple :

Gentil mignon, de moy que as tu ouy ?
Beaucoup secret. Me le diras-tu ? Ouy.

  • 23 Jardin de Plaisance, éd. E. Droz et A. Piaget, t. II, p. 53. L’auteur s’appelait sans doute Regnau (...)

19Et nota que ouy venu de ita n’est que d’une syllabe, mais ouy descendu de audio est de deux syllabes ». De cette proscription on peut rapprocher celle qu’avait formulée une vingtaine d’années auparavant l’Infortuné dans le Jardin de Plaisance et Fleur de rhétorique23.

Item chascun doit se garder
De toute diphtongue picarde.
En terminaison concorder
Ne se doit, mais y preigne on garde,
Ainsi que seroit contre duire
Ou comme seroit contre lieux,
Rime n’en vault guieres de cire,
Ne contre lieux cloz gracieux.

20Telles sont les décisions des Aristarques. Pourtant on ne s’entendra jamais pour interdire absolument de pareilles rimes, qui survivront jusqu’à nos jours. Le discrédit qu’ont jeté sur elles les critiques du xve siècle subsistera en partie, parce qu’elles ont été condamnées à cette époque, alors qu’on aura perdu de vue les raisons pour lesquelles elles ont été proscrites et qu’on aura oublié les beautés de l’équivoque et des finales léonines.

21Mais revenons à l’assonance. On a pu constater qu’elle a eu la vie très dure et qu’elle a longtemps résisté à sa brillante rivale, les poètes n’hésitent pas à s’en servir quand ils étaient pris de court, puisque, au surplus, ils n’étaient pas très rigoureux. Naturellement, les meilleurs l’ont méprisée, bien qu’on la rencontre encore, çà et là, pendant la période où l’on cultive avec prédilection la versification difficile, chez Molinet par exemple. Alors les critiques la rangent parmi les mauvaises rimes, dites « de goret » ou « de boutechouque », tout au plus bonnes pour les rustres et les illettrés, mais indignes des vrais artistes. En 1501, le Jardin de Plaisance les condamne sans rémission :

  • 24 Le Jardin de Plaisance, éd. E. Droz et A. Piaget, t. II, p. 55 ; Goret et Boutechouque (ib., p. 58 (...)

Pour ce dit l’on en mainte route :
Telle rime est « de boutechouque ».
Ceste forme est donc concordant
A celle « de goret »............
C’est pour les ruraulx et lourdois
Qui riment feves contre pois24.

  • 25 E. Langlois, Recueil..., p. 249-250.

22Jean Molinet (H. de Croy), se montre tout aussi sévère : « Des rimes en goret et pluiseurs autres menues tailles, dit-il25, ne ferons nous quelque estime, pour ce qu’elles sont vicieuses et condempnables... Rime en goret est quant les derrenieres sillabes de la ligne participent seulement en aucune lettre :

C’est le lit de notre conte :
On le fait quant on se couche. »

  • 26 Les éditeurs du Jardin de Plaisance proposent, il est vrai, de corriger conte en coute, selon la l (...)

23Ces deux syllabes ne présentent même pas une assonance caractéristique26. Mais l’assonance rentre bien cependant dans la catégorie des terminaisons interdites. Le Traité de Rhétorique de 1500 donne en effet ces vers :

  • 27 Ib., p. 253, avec l’amélioration du texte proposée par les éditeurs du Jardin de Plaisance, t. II, (...)

Je rime en goret,
La menre des rimes.
Si je suis appert
Vous le veez par signes27.

24Fabri, qui répète en partie Molinet, manifeste à l’égard de la rime en goret une hostilité tout aussi vive en citant à l’appui les octosyllabes suivants :

  • 28 P. Fabri, t. II, p. 28.

C’est bel ouvrage que de plastre,
Quant on le sçait bien mettre a point.
C’est dommage, quand on le gaste.
C’est bel ouvrage que de piastre
Le boissel en vault demy plaque,
Et ne l’avroit on point à moins.
C’est bel ouvrage que de plastre
Quant on le sçait bien mettre a point28.

  • 29 Langlois, Recueil..., p. 248.

25A partir de ce moment l’assonance pourra bien subsister encore dans les chansons de type populaire, mais elle n’est plus jugée bonne que dans « les dictz pour aller à la moutarde », selon l’expression de Fabri, ou dans des poèmes du dernier ordre, comme la baguenaude : « Baguenaude, écrit Molinet29 (H. de Croy) sont couplés fais a volenté, tenans certaine quantité de sillabes sans rime et sans raison. De ce mode peu recommandé, ymo repuisé des bons ouvriers, fut en son temps moult auctorisiez maistre Jehan de Wissocq :

Qui veult trés bien plumer son coq,
Bouter le fault en un houseau.
Qui boute sa teste en un saq,
Il ne voit goûte par le trau
Sergens prennent gens par le nez
Et moustarde par les deux bras.
Plus tost queurt le soleil a piét
Que ne fait le lievre a cheval.
Pour quoy fait on tant de harnas
Quant les gens sont armez d’escaille ? »

26Désormais la rime est maîtresse, et, jusqu’à une date récente, l’assonance ne s’est jamais relevée de cette proscription.

Notes

1 Il y a quelques exceptions, surtout en provençal. En français, on peut citer le petit vers qui termine les laisses dans certaines Chansons de Geste, j’en ai signalé un autre exemple dans une pièce du Châtelain de Coucy. Cf. supra. p. 91.

2 Cf. Chanson de sainte Foy, éd. A. Thomas (1925), Intr., p. xxx ; éd. Hoepffner et P. Alfaric (1926), t. I, p. 220.

3 Éd. P. Meyer et A. Longnon (1882), Introd., p. lxxiii.

4 P. Meyer, Romania, t. XXXVIII, 1919, p. 484.

5 J. Vising, Et. s. le Dial. anglo-norm., p. 54.

6 Éd. P. Meyer et Longnon, Intr., p. lxvi-lxviii.

7 L. Foulet, éd. de Galeran de Bretagne, pat Jean Renart, Introd., p. xxvi ; Cf. également le Roman de Guillaume de Dôle, éd. G. Servois.

8 Éd. Wallensköld ; Cf. Fr. Davids, Diss., Leipzig, 1885.

9 Éd. Demaison, Introd., p. cvi.

10 Éd. H. Suchier, t. II, p. xlvii.

11 Éd. Fr. Michel.

12 Éd. A. Jeanroy, Intr., p. xii.

13 Éd. Grâce Frank, Intr., p. xii.

14 L. Jordan. M. u. Spr. Rfs, p. 6-7.

15 Éd. H. Suchier, t. I, p. cliv.

16 Th. Linck, Ueber die Spr. von Phil. M., avec de trés nombreux ex.

17 E. Freymond, Ueber d. reichen Reim ; cf. Roman de Renart, Supplément de Chabaille, v. 268-9. De telles rimes sont très rares en français.

18 Les Cent Ballades, Intr., p. xxix.

19 Romania, 1921, p. 465 sq.

20 Th. Gartner, Rhaetoromanische Grammatick, Heilbronn, 1883, § 34-37, p. 41 sq.

21 Langlois, Recueil..., p. 209 (An. lorrain), p. 387, 402, 413, 417 (A. et Sc. de Rhet.).

22 P. Fabri, t. II, p. 25.

23 Jardin de Plaisance, éd. E. Droz et A. Piaget, t. II, p. 53. L’auteur s’appelait sans doute Regnaud Le Queux. Mais (ib., p. 54) lui-même a fait rimer admire et dire, produit, deduit, reduit, seduit et s’abatardit, dit, enfin dix et deduis.

24 Le Jardin de Plaisance, éd. E. Droz et A. Piaget, t. II, p. 55 ; Goret et Boutechouque (ib., p. 58-59) auraient été des rimeurs inexpérimentés.

25 E. Langlois, Recueil..., p. 249-250.

26 Les éditeurs du Jardin de Plaisance proposent, il est vrai, de corriger conte en coute, selon la leçon de l’éd. Vérard.

27 Ib., p. 253, avec l’amélioration du texte proposée par les éditeurs du Jardin de Plaisance, t. II, p. 56, n° 2.

28 P. Fabri, t. II, p. 28.

29 Langlois, Recueil..., p. 248.

© Presses universitaires de Provence, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter