Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome II

 | 
Georges Lote

Première section

Les Mètres

Texte intégral

  • 1 Je réserve le mot mètre pour désigner la longueur des vers, et je réserve le mot rythme pour en us (...)

1Les différents mètres1 qu’ont employés les poètes médiévaux n’ont point fait simultanément leur apparition dans notre littérature, ainsi qu’on pourra s’en rendre compte. Tous sont issus, plus ou moins directement, de la poésie liturgique latine, et sont la conséquence du principe syllabique auquel elle obéit, traçant ainsi sa voie à la poésie en langue vulgaire. Qu’il suffise de dire pour le moment, puisque nous devons procéder par ordre de longueur décroissante, et en attendant d’autres précisions, que notre plus ancien vers est l’octosyllabe, que le décasyllabe vient ensuite, et après lui l’alexandrin, les autres formes étant plus tardives. Beaucoup des types que nous examinerons ont connu des fortunes diverses : certains ont été l’objet d’une faveur durable ; d’autres, au contraire, n’ont triomphé que fort lentement, après des périodes de long marasme. Il en est qui ont servi à peu près à tous les genres, tandis que d’autres n’ont eu qu’un champ d’application assez borné. En d’autres termes, comme il arrive toujours en ce bas monde, il y a des riches et des pauvres : on va pouvoir s’en rendre compte.

  • 2 Cf. supra, I, p. 216.

2On sait déjà2 que le vers le plus long est celui de seize syllabes et qu’on le rencontre parfois dans les refrains des poèmes lyriques. Pourtant il est moins ancien que celui de quinze syllabes, celui-ci également lyrique, qu’on voit apparaître pour la première fois en provençal, chez Guillaume IX de Poitiers († 1127), mais mélangé à d’autres mètres. Les vers de quatorze et de treize syllabes, réservés eux aussi aux chansons, et assez peu appréciés par les Leys d’Amors, ont été d’un emploi assez rare. Tous ces types n’ont joué qu’un rôle fort restreint et ne comptent presque pas dans l’histoire de notre versification où on peut les considérer comme des exceptions : ils n’ont mené d’ailleurs qu’une existence précaire, et, malgré quelques réveils, ont fini par succomber.

  • 3 Cf. E. Träger, Gesch. d. Alex.

3L’alexandrin a fourni une tout autre carrière, mais sans avoir eu des débuts aussi brillants qu’on pourrait le croire. Il se manifeste pour la première fois dans le Pèlerinage de Charlemagne, un poème très ancien dont il est difficile de citer la date avec précision, mais qui prend place sans doute entre Saint Alexis et la Chanson de Roland, bien que certains critiques, sans raisons valables, aient voulu lui assigner une date plus récente. A l’origine, c’est donc un vers essentiellement épique, qui reparaît encore comme tel dans le Roman d’Alexandre, achevé à la fin du xiie siècle, dans la première partie du Roman de Rou, commencé par Wace en 1160, dans la Vie de saint Thomas, de Guernes de Pont Sainte-Maxence, où il forme des strophes monorimes de cinq vers, enfin dans de nombreux remaniements d’anciennes Chansons de Geste qui ont vu le jour pendant le dernier tiers du xiiie siècle. Mais il ne reste pas spécialisé. On le rencontre en effet dans des œuvres didactiques, à la fin du xiie siècle dans l’Évangile aux Femmes, en strophes de quatre vers, et, au commencement du xiiiе, dans le Poème moral, écrit en dialecte wallon. Il pénètre aussi dans la poésie lyrique ; c’est dans ce mètre qu’a été composée une Chanson d’histoire, Au nouvel tens pascor ; Audefroi le Bastard s’en est servi dans trois de ses Romances, où il est assemblé en strophes de huit, sept et six vers. Enfin on le trouve également dans certains poèmes dramatiques, où il n’est d’ailleurs pas employé exclusivement. Dans le Jeu de saint Nicolas, vers 1300, Jean Bodel s’en sert pour faire parler le roi, le sénéchal ou l’ange qui jouent un rôle dans la pièce, et il les réunit en strophes. C’est un monologue en trois strophes d’alexandrins qui ouvre aussi le Jeu de la Feuillée, d’Adam de la Halle, et le Jeu du Pèlerin, attribué au même poète, contient cinquante-six vers de ce mètre contre soixante-quinze octosyllabes. De même, dans le Miracle de Théophile, de Rutebœuf, la prière et le repentir du héros sont également en alexandrins3.

4Le vers de douze syllabes est cependant bien loin de recueillir tous les suffrages. C’est vraisemblablement parce que la déclamation syllabique le rend traînant et lourd. Beaucoup de pièces lyriques, quand il y est employé, le mélangent avec d’autres mètres plus courts. Au théâtre, il est réservé aux discours majestueux, et l’usage qu’on en a fait dans les Chansons de Geste prouve qu’on lui a reconnu un caractère pompeux. Bien vite il a semblé qu’il était vraiment trop peu maniable : il est significatif que Wace, dans le Roman de Rou, l’ait abandonné au bout de quatre mille vers pour écrire les douze mille autres en octosyllabes. Au xive siècle, et dans la première moitié du xve il subit une éclipse presque complète. Machaut, Froissart, E. Deschamps, A. Charrier, Christine de Pisan, Ch. d’Orléans, Villon n’en ont point usé.

  • 4 La version de Saint Alexis dont il s’agit ici est celle du xive siècle.
  • 5 E. Langlois, Recueil, p. 197-223 ; E. Pasquier, Recherches, éd. de 1723, t. VII, p. 690. Sur ce pa (...)
  • 6 Éd. Stecher, t. III, 131.

5Il renaît pourtant dans le premier tiers du xve siècle, et c’est alors seulement que nous lui voyons appliquer le nom sous lequel il est universellement connu de nos jours. Il est mentionné en ces termes par les Règles de la seconde Rhétorique, dont l’auteur lui assigne quelques emplois spéciaux : « Rime alexandrine, pour faire rommans, et pour le present de douze silabes chascune ligne en son masculin et de .xiij. ou feminin... Après sont aultres diz faiz de ceste rime alexandrine, et en fait ou tout communement diz de Vies de sains, ou aucuns traitiez d’amours, et se mettent quatre et quatre (en quatrains) a l’exemple du Testament maistre Jehan de Meun, et aussi de la Vie Florence de Romme et de Saint Alexis4. » Peu après Baudet Herenc, en 1432, s’exprime ainsi : « Cy s’ensuivent les tailles de lignes alexandrines. Et sont dittes lignes alexandrines pour ce que une ligne des faits du roy Alexandre fu faite de ceste taille. » Molinet, Fabri, Jean le Maire de Belges justifient de même son appellation. Quant à Pasquier, dans ses Recherches, son témoignage répète les précédents, à une nuance près toutefois : ce sont les continuateurs du Roman d’Alexandre, Pierre de Saint-Cloct et Jean le Nevelois (Jean le Vendais), à l’en croire, qui l’auraient fait désigner ainsi ; « ayant esté, dit-il, inventeurs des vers de douze syllabes (il est mal renseigné) par lesquels ils avoient escrit la vie d’Alexandre, la postérité les nomma vers alexandrins, mot qui est resté jusques à huy en usage5 ». L’agent le plus actif de cette résurection a peut-être été l’illustre Georges Chastellain, la lumière de son temps, qui fut suivi par les poètes de l’école bourguignonne et par quelques autres. On rencontre en effet l’alexandrin chez Coquillart, Guillaume Cretin, Martin le Franc. L’auteur du Siège d’Orléans, vers 1430, ainsi que Jacques Milet, qui composa de 1450 à 1452 un drame historique, la Destruction de Troie, l’ont transporté au théâtre. Jean Marot en a fait usage au début du xvie siècle dans son Voyage de Venise, qui contient une vingtaine de pages écrites dans ce mètre, mais réparties en une vingtaine de passages, et non pas réunies en une suite continue. Lemaire de Belges, dans son Temple de Vénus, qui est de 1509, s’en est servi pour de longues narrations en rimes plates. Il a tenu à signaler qu’à cette date il n’était pas encore d’un emploi courant : « Quand j’euz achevé, dit-il6, de lire tout ce beau dittier, composé de rithme alexandrine... (dont aucuns modernes ne tiennent conte aujourd’huy, toutesvoyes ceux qui mieux savent en font grand estime), je fus bien joyeux. » Lorsque Ronsard commencera à écrire, ce grand vers n’aura pas encore conquis la place qu’il s’est assurée dans la suite ; il ne jouira encore que d’une situation assez chancelante, sans que rien laisse encore prévoir la prodigieuse fortune qui sera la sienne.

  • 7 Cf. Bartsch, Zft. f. rom. Phil., t. II, 1878, p. 195 sq.

6Le vers de onze syllabes se trouve déjà chez Guillaume IX de Poitiers, mais mélangé avec d’autres mètres plus courts. C’est un vers lyrique, assez ancien dans notre langue, et qui a joui d’une grande vogue dans l’ancienne littérature provençale et française7.

7II a été emprunté du latin, puisque le recueil de Mons en cite cet exemple :

Subfragare trinitatis unitas,
Unitatis miserere trinitas,
Subfragare mihi, quaeso, posito
Maris magni velut in periculo. (T. I, p. 367.)

8Il serait vain, au contraire de ce que voulait Bartsch, de vouloir lui attribuer une origine celtique. On le rencontre dans un grand nombre de Pastourelles, dans les Lais, dans les refrains des Chansons, dans Renart le Nouvel, et, à la fin du xiiie siècle, chez Baudouin de Condé. Mais il semble n’avoir existé qu’en liaison avec d’autres mètres, surtout de six et de sept syllabes. Au xive siècle et au xve siècle il deviendra extrêmement rare. Bien qu’il ait été admis par les Leys d’Amors, il sera écarté par l’auteur anonyme du Traité de Rhétorique de 1500, et, plus tard, par Gracien du Pont.

  • 8 Cf. supra, I, p. 219.

9Le décasyllabe est l’un des types les plus courants au Moyen Age. En langue vulgaire, il est à peu près contemporain de l’octosyllabe et se manifeste pour la première fois dans le Boèce provençal, à la fin du xe siècle. Aux environs de 1050, il reparaît, mais en français, dans la Vie de saint Alexis. Bientôt il règne pour ainsi dire en maître dans la poésie épique, où il s’établit presque exclusivement, pour une durée d’un siècle et demi à deux siècles, dès la Chanson de Roland. De là, il passe dans la poésie lyrique, où il figure dans des couplets tantôt isométriques, tantôt hétérométriques. Il est plus rare dans la poésie dramatique ; cependant l’auteur anonyme du Sponsus en a fait usage tant en latin qu’en français ; il en est de même de Jean Bodel, dans quelques passages du Jeu de saint Nicolas. Certains poètes, dans des conditions qu’on connaît déjà8, ont essayé d’en varier la coupe, qui, en général, reste pourtant fixée à la quatrième syllabe. Dès la fin du xiie siècle il perd un peu de terrain, et surtout dans la seconde moitié du xiiie, où l’alexandrin tente de l’évincer de la poésie épique. Mais il triomphe de nouveau au xive et au xve où il devient en quelque sorte le vers par excellence et où il reçoit le nom de « vers commun ». Sans doute, chez Christine de Pisan, cède-t-il le pas à l’octosyllabe, plus souvent représenté ; elle l’emploie pourtant avec une grande fréquence, tantôt seul, comme dans l’Epistre à Deschamps, les Douleurs de Nostre Seigneur, les XV Joies Nostre Dame, tantôt mélangé avec des mètres plus courts. Alain Charrier, Martin le Franc, Ch. d’Orléans, d’autres encore, le cultivent avec prédilection. On le rencontre dans les Chansonniers : il abonde dans les poèmes à forme fixe, et il est pour ainsi dire obligatoire dans le Chant Royal et le Serventois. A cette époque, il est en possession d’une royauté presque incontestée, et nul ne peut encore prévoir qu’il sera un jour détrôné par l’alexandrin : la véritable lutte ne s’engagera qu’au xvie siècle ; il finira par succomber devant son rival.

  • 9 Éd. G.-A., t. I, p. 100.
  • 10 H. Châtelain, Recherches..., p. 234.

10Il y a peu de chose à dire de l’ennéasyllabe, dont l’existence est assez contestée. C’est un vers lyrique, et un certain nombre de poètes en ont usé. Mais il n’a jamais été en grande faveur. On l’a jugé gauche et peu harmonieux, à cause de la difficulté où l’on se trouvait de lui assigner une coupe satisfaisante. « Il faut remarquer, disent les Leys d’Amors9, qu’on ne doit point faire de vers de neuf syllabes, car ils n’ont point une cadence agréable ». Th. Gérold remarque qu’il est absent du Chansonnier de Bayeux, et H. Chatelain déclare qu’il ne l’a pas rencontré au xve siècle10. Il ne retrouvera quelque vogue qu’avec le romantisme, et surtout à l’époque symboliste.

11L’octosyllabe, simple transcription en roman du dimètre iambique latin, est le premier en date de tous nos vers. Il apparaît à la fin du xe siècle dans les strophes de la Passion et de Saint Léger, comme le monde est en proie à la terreur qui marquera l’approche de l’an 1000 (Quar finimonz non est plus lon, dit la Passion). On le rencontre ensuite dans des poèmes spirituels, la Chanson de Sainte Foi d’Agen, en provençal, au début du xiie siècle, et le Voyage de saint Brendan, écrit entre 1121 et 1125. Assez peu étoffé, il semble peu convenable à la littérature épique, et, en fait, parmi les Chansons de Geste, seuls le Fragment d’Alexandre et Gormond et Isembart nous présentent cette forme. Au contraire, il fournit une brillante carrière dans les romans courtois, avec Chrétien de Troyes, ainsi que dans les romans antiques, le Roman de Thèbes, vers 1155-1160, le Roman d’Énéas, vers 1160-1165, le Roman de Troie, de Benoît de Sainte-More, aux environs de 1170. Non seulement Marie de France s’en sert pour ses Lais, mais on le juge également bon pour les ouvrages d’histoire versifiés : Gaimar, entre 1147 et 1151, l’emploie à cet usage dans son Histoire des Englès ; il est suivi par Wace, dont la Geste des Bretons (Brut) a été composée vers 1157 et la Geste des Normands (Roman de Rou) entre 1160 et 1174. La poésie didactique l’accueille, et c’est en octosyllabes qu’Etienne de Fougères compose son Livre des Manières ; plus tard il sera illustré par le Roman de la Rose. Les poètes lyriques s’en servent volontiers. C’est aussi, sauf exception, le mètre courant des Fabliaux. Enfin la littérature dramatique se l’approprie, comme on peut le constater par le Mystère d’Adam, qui remonte au milieu du xiie siècle et par quelques passages du Jeu de saint Nicolas. C’est donc, dès l’origine, un vers universel, qui peut convenir à peu près dans toutes les circonstances et pour presque tous les genres. Au xive siècle, il est de beaucoup le type le plus répandu : on le trouve chez Machaut, Froissart, E. Deschamps, dans un grand nombre de poèmes à forme fixe. Au xve siècle, il balance la fortune du décasyllabe, et même l’emporte peut-être sur lui : c’est le vers favori de Villon, celui des poèmes dramatiques sérieux et des auteurs de farces. Ainsi il traverse tout le Moyen Age, et sa force vitale n’est aucunement affaiblie lorsqu’il aborde l’époque moderne.

12L’heptasyllabe est beaucoup moins usité. Il existe déjà en latin dans la poésie liturgique, et passe de là dans la poésie lyrique, seul, ou croisé avec d’autres mètres. Il a en outre l’insigne honneur d’avoir servi à former les laisses d’Aucassin et Nicolette. Plus tard, E. Deschamps ne le dédaignera pas dans ses virelais et dans ses lais. Christine de Pisan fera appel à lui pour écrire le Dit de la Pastoure et le Livre du Duc des Frais Amants. On ne le croira pas non plus indigne de la ballade, d’où il ne disparaîtra qu’après Ch. d’Orléans. Mais il se maintiendra dans les Rondeaux et dans les strophes courtes, assez robuste pour continuer son existence jusqu’à nos jours.

13Le vers de six syllabes, dont on a un exemple en latin dans une hymne du ixe siècle a une histoire moins brillante. Le premier qui l’ait employé en français est Philippe de Thaon, dont le Comput a vu le jour entre 1113 et 1119, et dont le Bestiaire date de 1125 environ. Ce mètre, semble-t-il, a donc été primitivement réservé à la littérature didactique. Bien que celui qui l’a introduit l’ait d’abord jugé convenable pour sa matière sèche et élémentaire, il s’en est lui-même fatigué, puisqu’il l’a abandonné dans la dernière partie de son second poème. Pourtant il reparaît dans le Débat du corps et de l’âme et dans le Lai du Cor, composés l’un et l’autre au xiie siècle. Le vers de six syllabes sert aussi à terminer les laisses épiques dans un certain nombre de Chansons de Geste, et on le rencontre en liaison avec d’autres mètres dans les poèmes lyriques. Il est remis à la mode au xve siècle par Georges Chastellain et jouit alors d’une certaine vogue. Mais dans la suite il n’aura plus qu’un rôle assez effacé.

14Didactique est également le vers de cinq syllabes, qui se manifeste pour la première fois en langue vulgaire au début du xiie siècle dans le Sermon rimé :

A la simple gent
Ai fait simplement
Un simple sarmun.
Nel fis a letrez,
Car il unt assez
Escriz e raison.

15H. Suchier, éditeur de ce poème, en considérant cette disposition des rimes, a émis l’hypothèse que le pentasyllabe avait son origine dans l’hexamètre latin à rimes intérieures dont il y a des exemples dans le latin liturgique :

O miseratrix, | o dominatrix, | praecipe dictu.
Ne devastemur, | ne lapidemur, | grandinis ictu.

16C’est là une conjecture fort plausible. Toujours est-il qu’un pareil vers ne s’est pas maintenu, sauf dans la poésie lyrique, et mélangé avec d’autres mètres plus longs. Il faut arriver jusqu’au xve siècle, qui a été l’époque des grands virtuoses, pour qu’on le voie reparaître d’une manière indépendante, à cause de sa difficulté, en strophes tantôt longues et tantôt courtes. La carrière qu’il a fournie n’a jamais été éblouissante.

17Les vers plus courts terminent la série. Les Leys d’Amors admettent ceux de quatre syllabes construits sans mélange, ce qui se rencontre parfois dans la poésie provençale, puisqu’elles en donnent un exemple. Mais, par la façon dont s’expriment les rédacteurs de ce traité, on peut se rendre compte que c’était là un fait très rare. En français, on le rencontre dans les strophes lyriques ; il est très fréquent dans les lais et les descorts ; il sert aussi de conclusion aux laisses d‘Aucassin et Nicolette. Les Leys d’Amors le considèrent surtout, ainsi que les autres mètres plus petits, comme un vers « enté » ou « brisé », destiné à être placé au-dessous d’un autre vers plus long. Le vers de quatre syllabes, qu’E. Deschamps, dans son Art de Didier, appellera vers « coppé » (coupé) et qui sera encore connu sous ce nom au xve siècle, — comme d’ailleurs tous les mètres courts, y compris celui de cinq syllabes, qu’on peut employer dans la même position —, jouera alors un assez grand rôle, notamment dans les poèmes à forme fixe dits « layés ». Christine de Pisan et d’autres poètes avec elle ne le dédaigneront pas.

  • 11 Cf. Hist. litt. de la France, t. XXIII, p. 589.

18De bonne heure il s’est trouvé de remarquables artistes qui ont pressenti quels heureux effets ils pourraient tirer de ces entrelacements de formes très brèves mêlées à d’autres plus longues. Voici le début d’une sorte de descort écrit au xiiie siècle par Gilles Le Vinier d’Arras11 :

Au partir de la froidure
Dure,
Que voi apresté
Esté,
Lors plains ma mesadvanture,
Cure
N’ai eu d’amer ;
Car amer
Ai sovent son gieu trouvé ;
Prové
Ai soventes fois,
Malefois
Fait partout trop à blasmer.

19Il a pourtant fait mieux encore :

Icelle est la tres mignote
Note
Qu’amors fet savoir.
Avoir
Qui puet bele amie,
Mie
Nel doit refuser.
User
En doit sans folie ;
Lie
Est la peine as fins amans.

  • 12 E. Langlois, Recueil, p. 307.
  • 13 Christine de Pisan, Rondeaux, LXVIII et LXIX ; E. Langlois, Recueil, p. 62 et 202.

20Cependant, au xve siècle, le goût des acrobaties métriques répand la mode des mètres courts. Celui de quatre syllabes est assez souvent employé dans des strophes monorimes. Il forme les huit premiers vers du douzain nouveau, créé par Guillaume Alexis, qui en a composé son traité, le Blason des faulces Amours, tandis que les quatre derniers sont des octosyllabes12. Christine de Pisan a écrit un rondeau en vers de deux syllabes, et un autre en vers d’une seule syllabe, tour de force dont les Règles de seconde Rhétorique et l’Anonyme lorrain donnent également un échantillon13. J. Molinet-H. de Croy, dans son Art de Rhétorique, nous a laissé de son côté les trois exemples suivants :

  • 14 E. Langlois, ib., p. 227 ; Molinet est aussi l’auteur d’un « Rondel de quatre sillabes » et d’un « (...)

21Note 314

22Ce ne sont guère que des curiosités ; on les verra reparaître à l’époque romantique.

23En somme, le travail accompli par le Moyen Age a été considérable. Certes, il a recueilli l’héritage de la poésie latine liturgique et il s’est inspiré d’elle. Mais il a débuté avec des moyens très réduits, l’octosyllabe, bientôt soutenu par le décasyllabe. L‘auteur de la Passion et celui de Saint Léger, selon toute apparence, ont sans doute adopté l’octosyllabe sans dessein réfléchi et sans aucune préoccupation artistique, uniquement parce qu’il était très usité en latin, et simplement pour imiter un modèle très courant. En a-t-il été de même du décasyllabe, et déjà le poète de Saint Alexis n’a-t-il pas eu recours à lui parce que, plus ou moins confusément, il a senti qu’il avait besoin d’une forme plus large pour raconter le magnifique sacrifice de son héros ? Si l’octosyllabe, en plusieurs siècles, n’a pas encore réussi à se spécialiser, il est certain qu’on l’a jugé de très bonne heure trop peu étoffé pour qu’il pût convenir à la poésie épique, tandis que l’alexandrin, pour d’autres raisons, ne parvenait pas à s’imposer victorieusement et, dans tous les genres, reculait devant le décasyllabe. On a reconnu très vite que les mètres courts, parce qu’impropres à contenir un grand souffle, étaient tout à fait insuffisants pour qu’ils pussent servir à traiter des sujets empreints d’une certaine gravité ; le premier qui l’ait constaté a été Philippe de Thaon ; il s’est convaincu de son erreur et n’a pas hésité à changer de forme vers la fin de son Bestiaire :

Or voil je mun metre muer

Pur ma raison mielz ordener.

24S’il est vraiment l’auteur du Lapidaire alphabétique, qu’on lui attribue avec beaucoup de vraisemblance et qui est écrit en vers de huit syllabes, ce serait une preuve supplémentaire que celui de six l’a fortement déçu. Tous ces petits vers, bon pour les jeux d’ouvriers habiles, ont été soit éliminés, soit rejetés dans la poésie lyrique, où leur légèreté leur donnait un grand charme, mais où ils n’ont guère joué qu’un rôle d’appoint. Pareillement les mètres qui excédaient la dimension de l’alexandrin, jugés dès l’abord trop lourds et trop peu maniables, n’ont jamais servi à écrire un long poème et se sont réfugiés, mais en de rares exemplaires, dans les couplets lyriques, d’où ils n’ont pas tardé à disparaître. Enfin les mètres de neuf et de onze syllabes, ingrats parce que boiteux, mais acceptables quand ils étaient soutenus par la musique, ont été reconnus inaptes, dans d’autres conditions, à lutter avantageusement contre des formes plus carrées et plus robustes.

25Les poètes, guidés par un sentiment artistique qui s’est développé très rapidement en eux, qui d’ailleurs ne s’est pas manifesté aussi sûrement en d’autres parties de leur technique, mais dont, sur ce point, on ne saurait trop admirer la justesse, ont heureusement classé nos mètres. Ils l’ont fait d’une manière empirique, sans préciser dogmatiquement les résultats de leurs efforts. Ces résultats pourtant apparaissent clairement, bien qu’ils aient négligé de les proclamer. Le succès a couronné leurs tâtonnements, qui n’ont pas duré bien longtemps. Théoriquement, il est admis que le vers français peut comporter une syllabe — quelques-uns disent deux syllabes — au minimum, ainsi que le déclarent déjà les Leys d’Amors au xive siècle. Mais, pratiquement, on emploie surtout les octosyllabes et les décasyllabes, puis, avec une moindre fréquence, les alexandrins et les heptasyllabes. Ce sont là les quatre mètres qui comptent réellement, quoique les autres ne soient pas absolument exclus, et ce sont ceux qui continueront de compter. Bien évidemment, des changements s’opéreront dans la suite, et les hiérarchies, à l’intérieur de ce groupe, pourront se modifier ; mais, que ce soit l’octosyllabe qui recule ou l’alexandrin qui supplante le décasyllabe, il n’en est pas moins vrai que le Moyen Age a su discerner quels devraient être nos principaux types de vers. Notons encore que, çà et là, se marque quelque tendance d’attribuer certains mètres à des genres déterminés, comme au xviie siècle il sera bien entendu qu’une tragédie ne peut être écrite qu’en alexandrins ; mais, sur cet article, on procède avec discrétion : il s’agit d’usages judicieusement établis et qu’on approuve tacitement, plutôt que d’une décision tyrannique destinée à briser la liberté des poètes.

  • 15 Romania, t. VIII, p. 337.

26En général, les écrivains médiévaux ont l’habitude, quand ils ont adopté tel ou tel mètre, de n’en point changer tout au long du poème qu’ils ont entrepris d’écrire. Les exceptions sont très rares. On peut citer celle du Bestiaire de Philippe de Thaon, celle du Roman de Ron, de Wace, puis encore celle des petits vers qui parfois servent de conclusion aux laisses. Il existe aussi une Petite Philosophie écrite en Angleterre et étudiée par P. Meyer15, dont les vers, d’abord octosyllabes, deviennent vers la fin décasyllabes. De même Aiol débute par des alexandrins et se continue par des décasyllabes, selon un mélange qu’on rencontre encore dans Foucon de Candie, tandis que Robert de Ho, auteur de l’Enseignement Trebor, a mêlé dans son poème les vers de douze, de dix et de six syllabes, et que Christine de Pisan, composant son Chemin de lonc Estude, a glissé du vers de sept syllabes à celui de huit. D’autre part, le fabliau intitulé Richeut présente tous les deux ou quatre vers un petit vers de quatre syllabes qui coupe la série des octosyllabes, construction qui reparaît à peu près semblable dans le Renaît le Bestourné et dans le poème du Pharisien, de Rutebeuf, d’où est extrait le passage suivant :

Seignor qui Dieu devez amer ;
En qui amor n’a point d’amer,
Qui Jonas garda en la mer
Par grant amor
Les .iij. jors qu’il i fist demor,
A vous toz faz je ma clamor
D’Ypocrisie
Cousine germaine Heresie,
Qui bien a la terre saisie ;
Tant est grant dame
Qu’ele en enfer metra mainte ame.
Maint homme a mis et mainte fame
En sa prison.
Mult l’aime on et mult la prise on ;
Ne puet avoir las ne pris hom
S’il ne l’oneure.

  • 16 A. Tobler, V. F., p., 13.

27Enfin, à propos des petits vers par lesquels s’achèvent les laisses, Tobler fait un rapprochement intéressant : « Il faut ranger dans la même catégorie, dit-il16, une particularité que l’on rencontre dans les Miracles de Nostre-Dame : le dialogue y est généralement en vers de huit syllabes rimant deux à deux, mais chaque tirade se termine par un vers de quatre syllabes, masculin ou féminin, qui reçoit sa rime du premier vers de huit syllabes de la tirade suivante :

— Tien, je te pri pour Saint Marcel
Que tu la portes sans detri
La ou tu scez, et si li dy
Qu’il m’en rescrise.
— Dame, je ferai sanz faintise
Vostre commant.
— Or vas, a Jhesu te commant. »

  • 17 Il s’agit de la Ballade couronnée, qui sera décrite plus loin, IV, iv, 4.

28Telles sont les véritables exceptions : elles ne sont pas nombreuses. Mais il est deux genres où le changement de mètres est consacré par l’usage. L’un d’eux est le genre dramatique, qui, en dehors du cas précédemment exposé, jouit du privilège d’admettre des vers de différentes longueurs, répartis en groupes compacts, ou bien encore formant des strophes : c’est ainsi qu’ont été écrits, pour ne citer que quelques exemples, le Jeu de saint Nicolas, de Jean Bodel, le Miracle de Théophile, de Rutebeuf, le Jeu de Robin et de Marion, d’Adam de la Halle, le Mystère de la Passion, d’Arnoul Gréban ; cette liberté s’étend à beaucoup de poèmes dialogués ; au xve siècle, on insérera même des rondeaux et des ballades dans des pièces de théâtre. L’autre genre est la poésie lyrique, qui organise les vers en couplets, ou, comme nous disons aujourd’hui, en strophes. Ces strophes assurément peuvent être isométriques, c’est-à-dire ne comporter que des vers d’un seul mètre ; mais très souvent elles sont hétérométriques, composées de vers de mesures diverses. Parfois même, et c’est ce qui arrive dans les Lais, des strophes consécutives ne présentent entre elles aucune identité. A une époque tardive, on rencontre aussi des Complaintes, notamment chez Alain Charrier, où les mètres changent, et certains poètes construisent des Ballades compliquées17, où s’entremêlent deux systèmes strophiques différents. C’est donc dans la poésie lyrique que se manifeste surtout, au cours du Moyen Age, la virtuosité technique des poètes, qui ont multiplié leurs efforts pour trouver des combinaisons agréables et belles, quand ils n’ont point uniquement recherché la difficulté de la forme. Les strophes, jeux de mètres et de syllabe, vont maintenant retenir notre attention.

Notes

1 Je réserve le mot mètre pour désigner la longueur des vers, et je réserve le mot rythme pour en user dans son sens moderne d’ondulation produite par le jeu des toniques et des atones, alors que rythme signifiait au Moyen Age un certain nombre de syllabes, acception qu’il a souvent conservée jusqu’à nos jours.

2 Cf. supra, I, p. 216.

3 Cf. E. Träger, Gesch. d. Alex.

4 La version de Saint Alexis dont il s’agit ici est celle du xive siècle.

5 E. Langlois, Recueil, p. 197-223 ; E. Pasquier, Recherches, éd. de 1723, t. VII, p. 690. Sur ce passage de Pasquier, cf. M. J. Moore, Estienne Pasquier, Historien de la Poésie et de la Langue françaises, 1934, p. 40 sq.

6 Éd. Stecher, t. III, 131.

7 Cf. Bartsch, Zft. f. rom. Phil., t. II, 1878, p. 195 sq.

8 Cf. supra, I, p. 219.

9 Éd. G.-A., t. I, p. 100.

10 H. Châtelain, Recherches..., p. 234.

11 Cf. Hist. litt. de la France, t. XXIII, p. 589.

12 E. Langlois, Recueil, p. 307.

13 Christine de Pisan, Rondeaux, LXVIII et LXIX ; E. Langlois, Recueil, p. 62 et 202.

14 E. Langlois, ib., p. 227 ; Molinet est aussi l’auteur d’un « Rondel de quatre sillabes » et d’un « Rondel de cinq sillabes » ; comme ceux-ci sont beaucoup moins difficiles, je me contente de les mentionner.

15 Romania, t. VIII, p. 337.

16 A. Tobler, V. F., p., 13.

17 Il s’agit de la Ballade couronnée, qui sera décrite plus loin, IV, iv, 4.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires de Provence, 1951

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter