Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome I

 | 
Georges Lote

Livre deuxième. Les éléments constitutifs du vers français

Chapitre IV. Les conquêtes du vers français

Texte intégral

1Le vers français a une histoire extérieure qui, si elle ne peut être exposée dans tous ses détails, ni suivie dans tous ses développements, doit être au moins esquissée d’une manière très brève, encore que la compétence sur ce point nous fasse quelque peu défaut. Ce sont plutôt quelques remarques et quelques suggestions que nous voudrions présenter à cet égard, en partant de certaines constatations à propos desquelles la plupart des critiques sont d’accord. Les deux pays où notre vers a été imité au Moyen Age, et où il a continué dans la suite d’exercer une grande influence, sont l’Allemagne et l’Angleterre.

I. COMMENT IL A ÉTÉ IMPORTÉ EN ALLEMAGNE

2Le vers commun des peuples germaniques était à l’origine un vers sans rime, dans lequel du moins la rime n’apparaissait qu’à de lointains intervalles, comme un ornement particulier dont la rareté faisait le prix. Il n’était pas fondé sur le syllabisme, mais sur une opposition de temps forts et de temps faibles, ce qui a donné lieu à de longues discussions entre les spécialistes, sans qu’ils se soient mis d’accord pour définir le système rythmique auquel répond cette ancienne poésie. L’allitération initiale, qui marquait l’union des deux parties du vers, y jouait un grand rôle. Voici deux exemples qui donneront une idée de la métrique nationale allemande. Ils permettront de constater que ce vers, assez long, n’a rien de commun avec le vers roman. Le premier passage est extrait du Hildebrands lied, poème qui date du début du viiie siècle :

seggen
sih urhettun oenôn muotin
hiltibrant enti untar heriun tuêm.
sunufatarungo iro saro rihtun,
garutun sê iro gurtun sih iro suert ana,
helidos, ubar hringâ, dô sie tô dero hiltiu ritun.

3L’autre est emprunté à Muspilli, poème écrit au xe siècle en dialecte bavarois :

..sîn tac piqueme
uuanta sâr sô sih diu sêla
enti si den lîhhamun
sô quimit ein heri
daz andar fona pehhe :

daz er touuan scal,
in den sind arheuit,
likkan lâzzit,
fona himilzungalon,
dâr pâgant siu umpi.

4A partir du xie siècle, cette forme se relâche par la disparition de l’allitération ; mais elle subit d’autre part l’influence du vers hymnique latin et devient peu à peu plus régulière ; l’Évangéliaire d’Otfrid a déjà rendu la rime obligatoire ; les spécialistes considèrent la nouvelle rythmique comme un compromis entre la métrique latine chrétienne et l’ancienne métrique germanique.

5Un peu plus tard, dès la seconde moitié du xiie siècle, la versification provençale et la versification française, connues en Allemagne, commencent d’exercer une action qui se poursuivra jusqu’à une date très récente. Elle se fera sentir à l’époque de la Renaissance, lorsque Lobwasser, dans sa traduction des Psaumes de Marot, écrira des alexandrins à la française, et aussi des décasyllabes avec césure à place fixe. Elle se manifestera au début du xviie siècle dans les vers de Weckherlin. A la fin du xviiie, A.-W. von Schlegel écrira des rondeaux-triolets, tandis qu’on connaît de Filip von Zesen deux rondeaux nouveaux, à rentrement, composés cent ans auparavant. Ce sont là des faits notables, qui doivent être signalés à cette place pour qu’il ne soit plus nécessaire d’y revenir.

6Au Moyen Age, époque sur laquelle nous nous proposons d’insister davantage, parce que les faits y présentent un intérêt particulier, l’influence franco-provençale pénètre très profondément la littérature allemande, au point qu’un Gottfried de Strasbourg ou un Wolfram von Eschenbach n’hésitent pas à insérer des vers français au milieu des leurs. Elle débute avec Heinrich von Veldecke, originaire du Limbourg belge, dont l’activité se déploya entre 1170 et 1200, et elle s’étend sur toute la période qui est étudiée dans la présente partie de cet ouvrage. Les Allemands nous empruntent les finesses de rime qui fleurissent chez nos poètes, les rimes croisées, les rimes plates, les rimes enchaînées ou fratrisées, les rimes grammaticales dont il y a des exemples chez Gotfrid von Neifen et chez d’autres Minnesinger, les rimes avec tmèse, les césures rimantes, l’enjambement, et même l’envoi qui orne certains de leurs poèmes. Toutes ces curiosités abondent à l’époque du moyen haut allemand et méritent une courte mention.

  • 1 H. Paul, Grundriss der Germanischen Philologie, t. II, ii, Deutsche Metrik, p. 78.

7Pourtant il y a mieux. Ce qu’il faut surtout mettre en lumière, c’est l’introduction assez fréquente du syllabisme que l’ancienne versification germanique ignorait et vers lequel inclinent un certain nombre de poètes, tandis qu’ailleurs la vieille liberté numérique se maintient. « Une transformation plus importante de la rythmique, écrit Hermann Paul1, eut son origine dans l’influence de la métrique romane. Elle se manifesta dès les dernières décades du xiie siècle chez ces mêmes Minnesinger qui, à d’autres points de vue, subissent fortement l’action du lyrisme provençal ou français... Le principe du lyrisme roman consiste dans un nombre de syllabes déterminé et dans la liberté de l’accent naturel, sauf à la fin du vers et à la césure... Ce principe semble avoir été transposé intégralement en allemand par le poète qui se montre le plus dépendant des Provençaux, Rudolf von Fenis. On l’a admis moins sûrement pour d’autres poètes. D’autres encore ont tenté un accord entre le système roman et le système germanique, et ils ont essayé d’établir une alternance régulière entre les temps forts et les temps faibles, en évitant les pieds d’une syllabe... Les poètes qui appartiennent à l’école romane rejettent complètement les pieds d’une syllabe, en quoi ils sont suivis par les poètes plus tardifs, parmi lesquels quelques-uns seulement, comme Walter von der Vogelweide et Neidhart, se permettent çà et là quelques exceptions, en partie parce qu’ils veulent se rattacher à la rythmique populaire. Les pieds de trois syllabes, ceux en particulier dont la première est brève, ne sont pourtant pas évités. Sous l’influence de la poésie lyrique, les poètes épiques eux aussi, dans leurs vers courts accouplés par la rime, inclinent à remplir régulièrement les temps faibles, par exemple Gottfried de Strasbourg et Konrad de Würzburg, mais sans montrer beaucoup de constance dans l’exécution. »

8La chose hors de doute, c’est le syllabisme, qu’on voit apparaître dans des vers de sept et de huit syllabes. On le constate également dans des vers de dix, ceux-ci pareillement imités du français, mais qui, chez les Minnesinger, n’ont pas de césure à place fixe. Ces décasyllabes peuvent s’étendre à toute la strophe, ou bien être mélangés avec d’autres mètres. Parfois la régularité numérique n’est pas très rigoureuse, comme dans ce couplet en octosyllabes de Bernger von Horheim (fin du xiie siècle), dont le septième vers compte une syllabe de trop :

Swer nu deheine vröude hât,
der vingerzeige muo3 ich sîn.
Swes herze in ungebiten stât,
die selben vorhte die sind mîn,
Dass sie mir tuon ir nîden schîn.
doch singe ich, swie3 dar umbe ergât,
und kiage da3 sie mich trûren lât.
herze, die schulde wâren dîn :
du gaebe mir an sie den rât.

9Ailleurs au contraire elle est parfaite, comme dans ces vers du Bur-grave de Lüenz, écrits entre 1230 et 1260, et dont quatre ont des terminaisons atones comparables aux rimes féminines françaises :

E3 nâhet dass ich scheiden muo3 :
wie sol ich mich der friunde erwegen ?
Ich’ nbiute in allen mînen gruo3,
da3 in der hoehste müe3e pflegen.
Ich hân gedingen in da3 lant
dà got vil menschlich inne gie.
wer seit nu wider ûf den Sant
dâ ich die lieben alle lie,
und ich kein urloup von in habe ?
mîn wille stêt ze Kristes grabe.

  • 2 H. Paul, op. cit., p. 66.

10L’importance de l’influence franco-provençale n’est pas reconnue au même degré par tous les germanistes. Fr. Kauffmann n’en fait guère état avant la Renaissance. Pour H. Paul et pour quelques autres, elle remonte au contraire à une époque beaucoup plus lointaine, qui est celle que j’ai indiquée. Et il est évident que ceux-ci sont dans le vrai. Mais il ne s’ensuit pas qu’il règne entre eux une entente complète. C’est le problème du rythme qui provoque leur désaccord. Comme il leur semble a priori que toutes les versifications ne peuvent relever que de l’accent, c’est à la distribution des syllabes toniques et atones qu’ils vont demander son secret. Déjà la difficulté n’est pas mince quand il s’agit de vers qui échappent à la contagion romane ; ceux-ci déjà suscitent parmi les critiques des divergences dont H. Paul indique nettement les raisons : « La cause en est d’abord, dit-il2, dans la variabilité du schéma du vers, par suite de laquelle, pour le même vers, différentes accentuations sont possibles ou tout au moins peuvent être considérées comme possibles ; puis aussi dans l’incertitude des textes, en particulier dans les formes verbales qu’emploient les poètes et qui peuvent être exploitées pour justifier les théories métriques. »

11Or c’est au même principe accentuel que les spécialistes ont encore une fois recours pour rendre compte des vers allemands dont la technique est d’origine étrangère. Il semble qu’on doive les approuver quand ils recherchent l’application de ce principe dans leur versification strictement nationale, et il est indiscutable que leur poésie populaire, le Volkslied, lui restera fidèle. Il n’en est pas moins vrai que, sans doute sous l’influence française, et si les interprétations rythmiques des théoriciens modernes sont justes, des accents tombent souvent à des places indues, dans des cas comme ceux-ci que mentionne H. Paul, silbér und golt das swoere, gerné ze zinen hulden, où le temps marqué du vers est en contradiction avec la tonique exigée par la langue. Il signale encore que si l’on veut plier certains vers au rythme binaire, on doit scander à faux únsihtìger, únsoelìgin, éinwaltìgin, márcgroevìnne, wîssagùnge.

  • 3 Fr. Kauffmann en a fait la juste remarque (Deutsche Metrik..., p. 55), mais sans en tirer aucune c (...)

12La question est de savoir si l’on doit soumettre à ce rythme binaire des vers purement syllabiques, écrits à l’imitation des vers franco-provençaux, donc savants, ou bien encore s’il est licite de chercher à y découvrir, à côté des pieds normaux de deux syllabes, d’autres pieds plus rares d’une ou trois syllabes, comme ceux que les spécialistes isolent dans des poèmes qui ne se ressentent pas de la technique importée. Pour des poèmes chantés, quelle que soit leur genre de versification, il va de soi qu’ils n’ont d’autre rythme que celui que leur impose la musique3. Or, il est légitime de se demander si les poètes allemands, en imitant les chansons des Troubadours et des Trouvères, ne leur ont pas en même temps, sans qu’on en ait d’ailleurs la preuve certaine, emprunté leurs mélodies. En outre, si l’on applique à leurs vers le système des modes, on peut constater que celui-ci, pas plus que dans les poèmes français, ne met en valeur les accents naturels de la langue, et, si l’on fait appel au rythme binaire, on se heurte bientôt à des syllabes atones qu’on se trouve contraint de mettre gauchement en relief, comme dans les exemples précédemment cités.

13Cependant considérons encore ce vers syllabique, mais cette fois déclamé, non plus chanté. Faut-il lui attribuer un rythme moderne, basé sur l’accent ? Voilà qui semble assez téméraire. Disons qu’il est soumis, comme toute la versification franco-provençale, d’où il tire son origine, à la loi des nombres, qui méprise les règles de l’accent, sauf à la rime, et encore pas. toujours. Tandis que dans la versification nationale germanique, tout vers doit s’achever par une tonique, on remarque que la métrique importée fait usage de terminaisons féminines où la syllabe qui suit la tonique ne compte pas dans la mesure du vers, pas plus qu’elle ne le fait en français. On en trouvera des exemples dans la strophe du Burgrave de Lüenz citée précédemment. H. Paul le fait ressortir en transcrivant ces deux octosyllabes de Friedrich von Hausen que leur auteur a considérés comme parfaitement équivalents :

Ich sage ir nu vil lange zît
Wie sêre si mîn herze twinget.

14Mieux encore : certains poètes ne se font pas scrupule de placer à la rime une syllabe atone, cette fois bel et bien comptée, qui dans cette position reçoit un accent artificiel, de telle sorte que la syllabe antécédente est dépouillée de sa valeur normale. Il en est ainsi de ces octosyllabes que mentionne également le même critique, et qui rappellent ceux de Saint Brendan :

Und wollte mich damach haltén
Zugleich bey Jungen und Altén.

15L’imitation de la technique française produit de nombreuses accentuations fausses qui parsèment les œuvres des Minnesinger, telles que warzéichen, landsknéchte, wirtsháus, geisbóck, anfáng, manbár, einsám, künstlích, gröblícht, handlúng, fischér, peinígen. Toutes ont été colligées dans les poèmes de Hans Sachs, au xvie siècle, et figurent à la rime ; on fait même accorder par leur dernière syllabe des mots comme kleidér, diesér. De pareilles irrégularités se rencontrent non seulement dans des vers destinés à être chantés, mais aussi dans ceux qui devaient être simplement lus.

  • 4 Fr. Kauffmann, op. cit., p. 130.

16C’est donc bien vainement qu’on cherche à découvrir un rythme accentuel dans les vers syllabiques allemands. Fr. Kauffmann voit un système à quatre accents dans ce fragment de Hans Sachs4, dont il marque les toniques :

Weil nòch auf érden gíng Chrístùs
Und auch mít im wàndert Pétrùs,
Ains tàgs aus eim dórff mit im gìng,
Pey ainer wégscheid Pètrus ánfing :
« O hèrre gót und máister mèin,
Mich wúndert sèr der gûete dèin.

17On notera l’invraisemblance d’un certain nombre de ces accents, qui ne sont placés sur quelques-unes des syllabes qu’ils frappent que parce qu’il faut à toute force trouver les quatre temps marqués prévus. Tout démontre au contraire qu’il ne s’agissait plus d’un rythme accentuel, mais d’un simple syllabisme, d’une « rohmechanische Silbenzählung », avec une seule tonique, qui était celle de la rime. En d’autres termes la versification française ayant été adoptée, elle avait emporté avec elle tous ses attributs et s’était fait accompagner de la déclamation qui lui était propre. C’est la seule explication qui rende compte de la haute portée qu’il faut reconnaître à la réforme accomplie par Opitz dans les premières années du xviie siècle. Notre vers, transplanté en Allemagne, y avait partiellement étouffé les mètres indigènes et s’y était installé « comme chez lui », si l’on peut ainsi parler, grâce au prestige de la littérature dont il servait l’expansion.

II. COMMENT IL A ÉTÉ IMPORTÉ EN ANGLETERRE

  • 5 Sur la question, on consultera H. Paul, Grundriss des germanischen Philolo-gie, t. II, III ; K. Lu (...)
  • 6 Je cite d’après R. Huchon, Hist. de la lg. angl., t. I, p. 297, avec quelques modifications dans l (...)

18L’Angleterre possède elle aussi une versification nationale dont les plus anciens monuments sont plus rapprochés dans leur forme de ceux du vieux nordique que de ceux du plus vieil, allemand5. Elle aussi est accentuée et allitérante, mais elle emploie des vers généralement plus courts que ne sont ceux du Hildebrandslied ou de Muspilli. Elle aussi n’use d’abord de la rime que de loin en loin, comme d’un ornement irrégulier, soit à l’intérieur, soit à la fin de la ligne, soit entre les deux moitiés du vers. Quant à savoir quel était le système rythmique auquel obéissaient les poèmes de l’époque la plus reculée, ce n’est pas chose facile. Ils ne nous ont été transmis que par des manuscrits du xe et du xie siècle, qui avaient corrigé les formes dialectales primitives en les réduisant à celles de l’anglo-saxon occidental et qui souvent les avaient rajeunies, traitement dont on peut penser avec vraisemblance qu’il a altéré les mètres. Le premier en date de ces textes a pour auteur Cædmon et nous a été conservé par Bède le Vénérable. Une césure partage chaque vers en deux moitiés. On y marque les sons allitérants et les toniques dominantes (‘) ou secondaires (‘) que veulent y reconnaître les spécialistes, qui d’ailleurs ne sont pas toujours d’accord6 :

Nù, scýlun hérgan
métudæs ecti
uúrc uúldùrfàdur ;
éci Drýctin
áerist scóp
hében tìl hrófe
Thá míddungèard,
éci Drýctin,
fírum fóld[u],

héfaenrìcaes uárd,
ènd his mód gidánc,
suè hè uúndra gihuáes,
ór àstélidæ.
áelda bárnum
hálèg scépen.
móncýnnæs uárd,
ǽftèr tíàdæ
fréa állmèctig.

19Ces vers ne présentent aucune régularité syllabique ; la grande préoccupation des théoriciens est d’y découvrir un nombre constant de toniques dominantes, sans qu’ils aient songé à savoir quelle musique soutenait les mots du texte.

20Plus tard la rime devient plus fréquente, sans doute sous l’influence de la poésie liturgique latine, et ce mouvement se continue dans les premiers poèmes écrits en moyen anglais ; King Horn, composé au milieu du xiiie siècle, est rimé d’un bout à l’autre, et fort correctement, par l’accord des syllabes toniques et non pas par celui des seules syllabes de flexion, ce que se permettait souvent Layamon, qui, cinquante années environ auparavant, avait adapté le Brut de Wace. Au point du vue rythmique, les critiques, pour la période du moyen anglais, n’ont pas plus réussi à s’entendre que lorsqu’ils analysaient les vers de la plus ancienne langue. Pour les uns, les vers avaient quatre accents, tandis que d’autres ne leur en découvraient que trois ou même deux. Toute interprétation qui cherchait à établir des règles générales était forcée d’admettre de nombreuses exceptions et s’efforçait de les expliquer par des raisons très diverses : tonique flottante, absence de thésis, changement de rythme, double temps levé, double thésis, etc... Tous les problèmes que soulève la versification du moyen anglais semblent bien loin d’être définitivement élucidés. Ce qu’on peut constater, c’est que les vers, qui relèvent de la métrique indigène ne sont pas soumis aux règles strictes du numérisme, et que l’allitération y est toujours en grand honneur, ainsi qu’on peut s’en rendre compte par ce passage de la Destruction of Troy.

With stithe strokes and store, strong men of armys
Shildes throgh shote shalkes to dethe ;
Speires vnto sprottes sprongen ouer hedes,
So fuerse was the frusshe when Þai first met. (v. 1195-1196)

  • 7 E. Legouis, Chaucer (1910), p. 46.

21Cependant le syllabisme, sous l’influence française, s’introduit de bonne heure en Angleterre. Il y apparaît cent cinquante ans environ après la Conquête ; on rencontre l’octosyllabe dès la fin du xiie siècle, d’après le modèle donné par Gaimar, par Benoît de Sainte-More et par Wace. Ce numérisme d’importation n’est pas du tout rigoureux aux xiiie et xive siècles dans les régions du Nord, sauf chez certains versificateurs qui se montrent très sévères. Dans le Centre et dans le Sud, la correction n’est pas exagérée, mais les licences graves restent assez rares. Notre littérature est tellement connue outre-mer, que les poètes insulaires s’inspirent de nos poètes et leur prennent même la forme dans laquelle ils ont écrit. A des octosyllabes de Guillaume de Lorris, auteur fort admiré du Roman de la Rose, correspondent très exactement d’autres octosyllabes de Chaucer, en un parfait parallélisme qu’a tenu à signaler E. Legouis7 :

Avis m’iere qu’il estoit mains
Il a ja cinq ans, au mains ;
En mai estoie, ce songeoie,
El tens amoreus plein de joie,
El tens ou tote riens s’esgaie,
Que l’on ne voit boisson ne haie
Qu’en Mai parer ne se voille
Et covrir de novelle foille...

That it was May me thoughte tho,
It is fyve yere or more ago ;
That it was May, thus dremed me,
In tyme of love and jolitee,
That al thing ginneth waxen gay.
For there is neither busk nor hay.
In May, that it nil shrouded been
And it with newe leves wreen...

  • 8 J. Schipper, Grundriss, de H. Paul, p. 181.

22A quel rythme obéissent ces vers ? Telle est la question que n’ont pas manqué de se poser les métriciens. J. Schipper y a répondu de la manière suivante : « Les nouveaux mètres, dit-il8, se distinguent des mètres nationaux, qui reposent sur le principe d’une ligne allitérée à quatre temps marqués, par l’alternance en général régulière de syllabes toniques et atones, ainsi que, sous le rapport de la durée, par l’identité de leurs pieds ou mesures. » Passant à l’application, soit dans le Grundriss de H. Paul, soit dans l’ouvrage spécial qu’il a consacré à la métrique anglaise, il a scandé de nombreux vers. Soit donc ce passage de Chaucer qui servira d’exemple :

  • 9 Cité par J. Schipper, Grund. der engl. Metrik, p. 181.

First sawgh I thé destruccióun
Of Tróy, thórgh the Gréke Synóun
With his fálse fórswerýnge,
Ánd his chére and his lesýnge
Máde the hórs brogtht into Tróye
Thórgh which Tróyens lost ál her jóye9.

23On ignore comment, sur le papier, il peut constater l’égale durée des mesures, et l’on résiste à croire que des mots comme the ou and puissent être accentués autrement que par la volonté du critique. Aussi bien les métriciens se heurtent-ils aux mêmes difficultés que lorsqu’il s’agit de vers allemands syllabiques, et ils s’en tirent de la même façon, par des explications qui ne satisfont aucunement, mais qui témoignent d’une remarquable ingéniosité. Ils supposent que des temps faibles ont été omis au début du vers ou au début du second hémistiche, ou bien qu’il se produit un renversement subit du rythme. Mais toujours ils partent de l’idée préconçue qu’il ne peut y avoir de vers sans accents rythmiques, et que toute déclamation doit forcément ressembler à notre déclamation moderne.

  • 10 W. Thomas, Déc. roman., p. 96.

24Un fait est certain, c’est que beaucoup de vers du moyen anglais sont soumis à un numérisme imité du numérisme français, ce que d’ailleurs personne ne conteste. Mais il y a d’autres détails auxquels on n’a pas accordé une attention suffisante, et qui méritent d’être mis en relief. Les poètes d’Outre-Manche, loin de nous emprunter seulement notre syllabisme, se sont appropriés également les procédés de versification qui le complètent. Non seulement l’anglais possède, à côté de rimes masculines, des rimes féminines dont la syllabe posttonique est en surnombre, mais il présente aussi des césures lyriques et épiques dont la provenance est évidemment française. Ce sont peut-être surtout les césures lyriques qui sont intéressantes. Elles nous prouvent une indifférence totale pour l’accent de la langue, qui doit se soumettre à l’accent du mètre, et elles nous démontrent que le modèle étranger avait été copié intégralement, même avec ses faiblesses. Au xvie siècle, remarque W. Thomas10, beaucoup de poètes anglais « ne reconnaissaient d’autre principe constitutif du décasyllabe anglais que la numération des syllabes. Pourvu qu’il y en eût dix, régulièrement coupées par la césure..., ils croyaient être en règle avec leur art. C’est ainsi que raisonnait un des amis de Henry Howard, Sir Thomas Wyatt, dont la poésie choque parfois l’oreille, tant il y est peu tenu compte de l’accent des mots. Ses sonnets pèchent notamment sous ce rapport, ce qui les rapproche singulièrement de la prose, et son opinion que la position d’une syllabe, atone dans le langage courant, suffit pour lui conférer un accent tonique, produit des rimes déplorables, par exemple harbér : bannér : suffér ou fleéth : appearéth, qui n’ont pas l’excuse des terminaisons pleines chez Chaucer. »

25La raison de ces anomalies est très simple. Il faut admettre que le vers français a été importé en Angleterre dans les mêmes conditions qu’il l’a été en Allemagne. Il a passé la mer avec armes et bagages, c’est-à-dire avec la déclamation inaccentuée qu’il avait chez nous, et avec les deux seules toniques de la césure et de la rime, parfois marquées artificiellement. Après avoir provoqué au moment de la Renaissance des tentatives de réforme jusqu’ici mal expliquées, cette discordance qu’on vient de noter entre l’accent de la langue et certains aspects de la versification syllabique d’origine étrangère déterminera une crise assez grave. Puis le débat, comme en Allemagne, prendra fin par la remise en honneur des toniques naturelles, grâce auxquelles s’établit le rythme.

Notes

1 H. Paul, Grundriss der Germanischen Philologie, t. II, ii, Deutsche Metrik, p. 78.

2 H. Paul, op. cit., p. 66.

3 Fr. Kauffmann en a fait la juste remarque (Deutsche Metrik..., p. 55), mais sans en tirer aucune conclusion.

4 Fr. Kauffmann, op. cit., p. 130.

5 Sur la question, on consultera H. Paul, Grundriss des germanischen Philolo-gie, t. II, III ; K. Luick y a traité de la versification anglaise indigène, J. Schipper de la versification importée. Cf. encore J. Schipper, Grundriss der englischen Metrik, 1895.

6 Je cite d’après R. Huchon, Hist. de la lg. angl., t. I, p. 297, avec quelques modifications dans les signes.

7 E. Legouis, Chaucer (1910), p. 46.

8 J. Schipper, Grundriss, de H. Paul, p. 181.

9 Cité par J. Schipper, Grund. der engl. Metrik, p. 181.

10 W. Thomas, Déc. roman., p. 96.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter