Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome I

 | 
Georges Lote

Livre premier. Les origines du vers français

Chapitre IV. La cantilène de sainte eulalie

Texte intégral

1Il existe dans notre langue un poème très ancien, tout à fait différent du reste de notre poésie par sa facture, et qui, par conséquent, doit être examiné à part. C’est la Cantilène de sainte Eulalie, qui relate l’histoire, dans un style assez pauvre, d’une jeune Espagnole de Merida, martyrisée le 10 décembre 304, sous le règne de l’empereur Maximien, et dont le sacrifice, commémoré à plusieurs reprises par la littérature chrétienne, l’avait été en particulier au ive siècle, par une hymne de Prudence. D’après cette hymne furent composées, à la fin du ixe siècle et sur le même sujet, deux œuvres nouvelles, l’une en latin, l’autre en français. Le manuscrit qui nous les a conservées a appartenu d’abord à l’abbaye bénédictine de Saint-Amand-les-Eaux, tout au nord du territoire de langue française. Depuis la Révolution, il fait partie de la bibliothèque de Valenciennes, où un écrivain allemand, Hoffmann von Fallersleben, l’a découvert en 1837. Le poème latin précède dans ce manuscrit le poème français, qui en est l’adaptation en langue vulgaire. Vient ensuite le Ludwigslied, en allemand, dont le héros, vainqueur des Normands en 881, est mort en 882. C’est donc vers cette époque que la Cantilène de sainte Eulalie a été composée. Comme Hucbald, favori de Charles le Chauve, « monachus insignis et musicus lauda-bilis qui de multis sanctis cantus composuit », a enseigné à Saint-Amand-les-Eaux jusqu’en 883, on s’accorde à voir en lui l’auteur des deux pièces qui célèbrent la sainte. L’une et l’autre sont des Proses ou Séquences, ainsi que F. Wolf l’a montré le premier ; elles sont de construction notkérienne, avant que les Proses eussent reçu une forme strophique.

  • 1 Koschwitz donne un excellent résumé, très bien fait et très clair, des théories émises. Je suis de (...)

2Tout le monde, depuis fort longtemps, en est entièrement convaincu, et pourtant l’on a discuté pendant de longues années avant d’admettre cette évidence. Weigand, par exemple, a soutenu que le poème français avait été composé à l’imitation d’une strophe classique. Son opinion ne supporte même pas l’examen. L’explication de Littré et de Böhmer, qui ont voulu découvrir dans Sainte Eulalie une suite de décasyllabes, ne mérite pas davantage d’être retenue, puisque les séquences de la première époque sont libres dans leur forme. Depuis Wolf, les divers commentateurs, s’ils s’entendent en principe, sont loin, dans le détail, d’être parfaitement d’accord. Il s’en faut même de beaucoup, ainsi qu’on pourra s’en rendre compte en se reportant au chapitre que Koschwitz, dans son Commentar, a consacré à la question. Mais le livre de Koschwitz est de 18861, et, depuis ce temps, d’autres interprétations sont encore venues s’ajouter aux anciennes, sans que l’unanimité ait davantage été réalisée. Les critiques se sont donné beaucoup de mal et ils ont déployé beaucoup d’ingéniosité pour n’aboutir qu’à présenter des solutions aussi inexactes que vaines. Sur un point fondamental seulement, qui est celui du syllabisme, ils ont apporté parfois des observations justes et procédé à un travail vraiment utile.

  • 2 Cf. supra, p. 7, 21, 32, 36.
  • 3 On trouvera la séquence latine dans un ouvrage très accessible, la Geschichte der französischen Li (...)

3La Prose du type notkérien est en effet une œuvre semi-poétique ; elle répartit son texte en membres ou clausules qui se répètent deux à deux, d’un pareil nombre de syllabes et de même mélodie. Toutes les deux clausules (cl. a et cl. b), le nombre de syllabes change, ainsi que la mélodie, avec nouveau parallélisme : on connaît déjà cette forme par les deux exemples qui en ont déjà été donnés2, et dont l’un est le. Victimae paschali laudes de Wipo. Or, dans le poème français, le syllabisme est troublé en quelques places, ce qui oblige à corriger le manuscrit manifestement fautif. C’est à cette besogne que se sont attachés les romanistes qui ont étudié la Cantilène de sainte Eulalie ; ils y ont réussi avec plus ou moins de bonheur, en proposant des conjectures que ce n’est point ici le lieu de discuter à fond, et entre lesquelles il est parfois difficile de choisir. Il suffit d’adopter des hypothèses plausibles qui fournissent des correspondances exactes. Nul texte peut-être n’a été soumis à un traitement chirurgical plus audacieux que celui-ci. On l’a placé sur la table de torture pour l’allonger ou le raccourcir ; on l’a tailladé en menus morceaux ; on l’a rogné, écartelé, perforé, suturé, alors que le manuscrit est relativement très correct3, et que quelques retouches, cinq en tout, satisfont aux exigences d’un parfait numérisme. La sixième clausule tout d’abord présente une irrégularité : on peut y remédier très facilement en écrivant avec Suchier a icels au lieu de a cels (VI b). Dans la neuvième clausule, nouveau déséquilibre ; le texte donne : quelle perdesse (IX a) alors que la clausule parallèle compte une syllabe de plus ; or, quelques lignes plus haut (VII b), on lit qued elle fuiet ; il faut donc ici : qued elle perdesse, et, bien entendu, on ne doit pas élider la finale du mot morte. A la onzième clausule (XI a) manque une syllabe ; Stengel a adopté a ezo dans ce passage d’une graphie un peu indistincte, au lieu de a czo (= ad ecce hoc), à quoi G. Paris a objecté que si l’on pouvait être tenté de lire la première leçon sur la reproduction du poème en fac-simile, le manuscrit porte bien czo ; Koschwitz laisse donc subsister czo, mais introduit le mot ja pour compléter le syllabisme :

A czo voldret ja concreidre — li rex pagiens.

  • 4 Ce cas serait à rapprocher de ceux de cálicem > caliz, mártyrem > martir, etc., examinés plus haut (...)

4Dans la douzième clausule (XII b) le premier membre est trop court de deux syllabes par rapport à la clausule précédente, à laquelle il doit correspondre ; il faut donc corriger avec Suchier : Ele volt lo seüle laszier, au lieu de Volt lo seüle laszier, en comptant seüle (= saeculum) pour trois syllabes, ce qui, étant donnée la forme savante de ce mot, est tout à fait légitime4. A la treizième, avec presque tous les critiques, il faut supprimer le mot de (XIII a). Le texte se distribue ainsi, selon les lois du genre, en quatorze clausules doubles parfaitement régulières, dont sept sont de dix syllabes (I, II, IV, VII, VIII, XIII, XIV), trois de onze (III, IX, X), une de douze (VI), trois de treize (V, XI, XII). Comme il est de règle dans les Séquences de forme ancienne, le nombre des syllabes n’est pas constant d’un bout à l’autre du poème français, mais il est identique pour les membres parallèles qui composent chaque clausule. La Cantilène de sainte Eulalie, qui possède une courte conclusion de sept syllabes, se distingue des proses ordinaires en ce qu’elle est dépourvue d’une introduction.

5Conformément aux habitudes qui régissent tous les textes liturgiques, Sainte Eulalie est coupée par des pauses intérieures. Dans le manuscrit, les clausules sont écrites l’une au-dessous de l’autre, la séparation de chacun des deux membres parallèles étant assurée par un point. Pour prendre un exemple tiré de notre texte, on a donc :

Illi en ortet dont lei nonque chielt. Qued elle fuiet lo nom christiien
(Cl. VIII),

6ce qui, dans les éditions, est transcrit ainsi :

Il li enortet, dont lei nonque chielt,
Qued elle fuiet lo nom christiien.

7Or on remarque une séparation concordante des mots et du sens à la cinquième syllabe, ce qui prouve l’existence d’une césure à cette place. On est donc autorisé à écrire, mieux encore que ci-dessus :

Cl. VII a Il li enortet
dont lei nonque chielt
Cl. VII b. Qued elle fuiet
lo nom christiien,

8selon la disposition usuelle dans la transcription des Proses liturgiques. Mais d’autre part, dans la première clausule, aucune division n’est possible, car elle ne tomberait pas à la même place dans les deux membres parallèles, qui sont récités l’un et l’autre selon la même mélodie. Il faut donc adopter :

Cl. I a Buona pulcella fut Eulalia,
Cl. I b. Bel avret corps bellezour anima,

  • 5 Il en est de même dans les Psaumes, où la séparation de sens n’implique pas forcément un repos ; p (...)

9malgré ce que semble indiquer le sens dans le deuxième membre5 car c’est ici la forme chantée du premier qui commande celle du second. Il faut noter que la Séquence d’Église, n’étant pas versifiée, peut admettre des repos non seulement à des places variables, mais encore à des intervalles moins rapprochés qu’un poème écrit selon un syllabisme fixe, ainsi qu’on peut s’en rendre compte par la déclamation des Psaumes. En conséquence on doit reconnaître, avec d’ailleurs la plupart des critiques, que certaines clausules ne possèdent pas de coupe intérieure, ce qui est le cas, dans notre texte, de la première, mais que d’autres, les plus nombreuses, en ont une. Ces dernières sont ici : la seconde (5e s.), la troisième (6e s.), la quatrième (6e s.), la cinquième (5e s.), la sixième (8e s.), la septième (5e s.), la huitième (5e s.), la neuvième (6e s.), la dixième (7e s.), la onzième (9e s.), la douzième (9e s.), la treizième (6e s.), la quatorzième (6e s.) : en tout treize sur quatorze, la première seule faisant exception.

10En outre la séquence française est assonancée d’un bout à l’autre, avec plus de constance que la séquence latine correspondante, où l’on note quelques interruptions, comme on en relève également dans les deux Proses Joannes Jesu Christo et Victimae paschali laudes, précédemment citées. Très certainement, à l’époque où elle a été composée, le repos de la voix devait avoir lieu sur la finale féminine de la coupe et de la fin du vers (cl. I, Eulaliä, animä ; cl. II, veintrë, fairë, etc.), comme on articulait stellá et viscerá dans les vers latins, accentuation qu’on retrouve dans les césures lyriques des poèmes français du Moyen Age. Telles sont les remarques vraiment utiles qu’on peut faire sur la Cantilène de sainte Eulalie. Les seules améliorations à valeur explicative qu’on puisse apporter au manuscrit sont celles qui ont pour résultat de rétablir l’égalité numérique des syllabes entre les deux clausules qui s’équilibrent, ainsi que la correspondance des coupes, conformément aux lois du genre.

  • 6 P. Verrier, t. II, p. 102 sq.

11Or le dessein des commentateurs modernes a été beaucoup plus ambitieux. Comme ils l’ont fait pour les poèmes réguliers, ils n’ont pas résisté à la tentation de découvrir dans Sainte Eulalie un rythme accentuel analogue à celui qui anime aujourd’hui notre déclamation. Du moment qu’ils possédaient deux versions de l’histoire de la sainte, l’une en latin, l’autre en français, la première devait leur révéler les secrets de la seconde ; celle-ci devait être issue de celle-là, d’autant plus que, dans le manuscrit, elle prend place après elle. Cette hypothèse leur semblait posséder une évidence incontestable, jusqu’au jour où P. Verrier, sans renoncer à cette comparaison qu’ils avaient instituée, a supposé qu’au contraire la séquence latine aurait bien pu copier la séquence française6. Nous n’en savons et n’en saurons jamais rien, d’autant plus qu’il est fort téméraire de conclure de l’identité du fond à l’identité de la forme, ce qui est loin d’être prouvé, tout au contraire. On doit, en effet, noter que, si le total des clausules est bien le même, il en est autrement du nombre des syllabes qui les composent ; la troisième en a douze en latin, mais onze seulement en français ; la quatrième en a onze en latin, contre dix en français ; la septième douze en latin, mais dix en français, et ainsi de suite, en tout cinq cas sur quatorze, où il n’y a pas correspondance. Le désaccord est le même si l’on considère quelles sont les clausules césurées et la place où elles sont césurées. Enfin l’entreprise était d’autant plus vaine que les toniques, ainsi qu’il a été prouvé, ne sont pas exactement symétriques d’un membre à l’autre dans les Séquences notkériennes. Il résulte au contraire des précédentes recherches que toutes les Proses liturgiques qui répondent à cette facture, sans parler des autres, obéissent exclusivement au principe du parallélisme numérique, qu’elles sont purement syllabiques dans la déclamation chantée, et qu’elles ne comportent d’autres éléments accentués que la finale de la coupe et celle de la clausule : celles-ci sont affectées d’un allongement qui les met en relief même quand elles sont grammaticalement atones.

12Pour en revenir aux interprétations proposées, elles n’ont rien qui puisse satisfaire. Comme le poète allemand. Simrock, G. Paris a attribué aux toniques un rôle qu’elles n’ont pas ; tous deux, jusqu’à un certain point, ont méconnu l’important caractère des Proses notkériennes, qui consiste à opposer les uns aux autres des membres numériquement égaux. Suchier a porté sur le poème latin un jugement bizarre, considérant que les vers qui le composaient étaient accentuels avant leur césure, et quantitatifs après ; quant au poème français, il y a introduit la notion d’anacruse pour deux clausules, et il a cherché à y découvrir des correspondances artistiques ; celles-ci devaient manifester l’élégance de l’armature qui soutient l’édifice. Diez, Ten Brink, Bartsch, Wolf, Stengel, tout comme Suchier, ont bien donné à la Cantilène de sainte Eulalie le nom qui lui convenait et reconnu le genre auquel elle appartenait, mais tous se sont égarés d’une façon ou d’une autre : ou bien ils se sont efforcés, par des corrections de texte, de rapprocher le texte français du texte latin, ou bien ils ont distingué dans la prose française des césures lyriques et des césures épiques, ou bien encore, comme Koschwitz et Ph.-A. Becker, ils ont voulu trouver à tout prix une correspondance d’accents dans les clausules parallèles. Que certaines de celles-ci, comme la seconde, puissent être avec quelque vraisemblance soumises à ce traitement, c’est à quoi l’on ne saurait contredire, si l’accent avait vraiment joué un rôle quelconque dans la versification. Il est satisfaisant, en effet, d’un point de vue purement spéculatif, de proposer :

Vóldrent la véintre — li Déo inimi,
Vóldrent la fáire — diáule servír. (II)

13Mais, lorsque Ph.-A. Becker écrit :

Buóna pulcélla fut Eúlaliá
Bél avret córps bellezóur animá,

14il est évident qu’il attribue un accent initial au mot Eulalia, au lieu de Eulália, uniquement pour obtenir une concordance avec belle-zóur, et pour trouver une tonique à la septième place dans les deux vers. Koschwitz n’est pas plus heureux quand il propose avec Bartsch :

Élle nón eskóltet lés mals cónseilliérs
Qu’élle Déo ranéiet, chí maent sús en ciél (III)

15Le second tout au moins des pronoms personnels ainsi marqués, la négation, l’article, le relatif, la première syllabe du mot conseilliers sont mis en relief d’une manière paradoxale, en vertu d’un système qui veut obtenir à toute force une symétrie des toniques. Pour la même clausule double, P. Verrier donne cette scansion évidemment meilleure, mais tout aussi inapplicable à un texte de prose liturgique :

Élle nónt eskóltet — les máls conseilliérs
Qu’elle Déo ranéiet — chi máent sus en ciél ;

16encore faut-il bien remarquer que nont(= non inde) peut supporter difficilement un appui de la voix, et qu’il faudrait couper chi maent sus — en ciel, mais non pas chi maent — sus en ciel. Il est vrai que P. Meyer avait attribué trois syllabes à Eulalia et deux à anima pour faire entrer ces mots dans ses gabarits, ainsi il réussissait à faire de la première clausule double deux octosyllabes ; la suivante se composait de deux ennéasyllabes à césure féminine, et ainsi de suite. Son excuse est peut-être qu’il était alors dans la fleur de l’âge : « Il en frissonnera lui-même, a écrit Koschwitz, s’il relit cet essai de jeunesse. » Or Koschwitz, qui n’était plus sur les bancs de l’école, n’a pas mieux rencontré.

  • 7 J.-B. Beck, Festsch. f. H. R., p. 177.

17Plus curieuse est l’explication apportée par J.-B. Beck il y a quelques années7, et selon laquelle la Cantilène de sainte Eulalie serait bâtie selon un mode dactylique, conformément aux règles de la rythmique modale. Il scande comme suit la séquence latine du manuscrit de Valenciennes :

Cántica vírginis Éulalié
Cóncine suávisoná cithará ;

Ést operé quoniám preciúm
Clángore cármine mártyriúm. (I-II)

18Il considère aussi que les assonances intérieures du deuxième et du quatrième vers, qui concordent avec les temps marqués, confirment son interprétation. Il en profite donc pour attribuer le même rythme à la pièce française :

Buóna pulcélla fut Éulaliá
Bél avret córps bellezóur animá.

Vóldrent la véintre li Déo inimí
Vóldrent la fáire diáule servír.

19Les résultats sont sensiblement les mêmes que ceux auxquels était parvenu Ph.-A. Becker une vingtaine d’années auparavant, mais le point de départ est autre. Or les raisons alléguées ne sont pas convaincantes. Les assonances, en effet, ne sont pas constantes dans les deux clausules citées, et elles ne se répètent pas dans les suivantes. De même le mode dactylique n’est pas applicable à l’ensemble de la séquence latine, non plus qu’à l’ensemble de la séquence française. Enfin et surtout, à l’époque où ont été écrits les deux poèmes de sainte Eulalie, c’est-à-dire à la fin du ixe siècle, aucune théorie rythmique n’a encore été exposée qui puisse légitimer la scansion ci-dessus. A ce moment on en est encore au pur syllabisme, et les choses se passent beaucoup plus simplement : l’étude du rythme modal nous en apportera une autre confirmation.

Manuscrit du “Sainte Eulalie

Notes

1 Koschwitz donne un excellent résumé, très bien fait et très clair, des théories émises. Je suis de très près son ouvrage, et j’y renvoie d’une manière générale. — Cf. encore W. Foerster et E. Koschwitz, Altfranzösisches Uebungsbuch (4e éd., 1911), avec appareil critique et reproduction du manuscrit.

2 Cf. supra, p. 7, 21, 32, 36.

3 On trouvera la séquence latine dans un ouvrage très accessible, la Geschichte der französischen Litteratur, de Suchier et Birch-Hirschfeld, Leipzig et Vienne, 1900, p. 100.

4 Ce cas serait à rapprocher de ceux de cálicem > caliz, mártyrem > martir, etc., examinés plus haut, p. 40.

5 Il en est de même dans les Psaumes, où la séparation de sens n’implique pas forcément un repos ; pour que celui-ci intervienne, il faut que les lois du genre le permettent. Cf. Ps. 109 : « Juravit Dominus, et non paenitebit eum* : Tu es sacerdos in aeternum secundum ordinem Melchissedech » ; la voix ne s’arrête pas sur Dominus, mais seulement sur la médiante eum, et à la finale.

6 P. Verrier, t. II, p. 102 sq.

7 J.-B. Beck, Festsch. f. H. R., p. 177.

Table des illustrations

Légende Manuscrit du “Sainte Eulalie”
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 378k

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter