Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome I

 | 
Georges Lote

Livre premier. Les origines du vers français

Chapitre premier. La dissolution de la métrique latine mètres et rythmes

Texte intégral

  • 1 K. Voretzsch, Einführung, p. 29.

1Il n’y a pas de problème plus controversé que celui des origines du vers français. Tout le monde, à quelques exceptions près, convient qu’il est issu du latin, mais on ne s’entend plus dès qu’il s’agit de définir les circonstances de sa naissance, les modèles selon lesquels il s’est formé, le rythme qu’il faut lui reconnaître aux époques les plus anciennes de notre littérature : « Nous rencontrons, dit Karl Voretzsch1, à place fixe à la fin de tous les vers, et à la césure dans les vers les plus longs, des accents qui n’ont pas besoin de tomber exactement au milieu de la ligne : à ces places l’ictus du vers et l’accent du mot coïncident réellement. Pour le reste, la place des accents est incertaine. Selon les uns, elle se confond avec les accents du sens et des mots ; d’après les autres, il y a une alternance régulière de sommets et de dépressions. De la sorte le premier vers de la Chanson de Roland, si l’on accepte la première théorie, doit être scandé ainsi :

Chárles li rëis, nostre emperere mäignes ;

2dans le cas contraire, il faut lui accorder ce rythme :

« Charlés li rëis, nostre émperére mäignes. »

3La solution que doit recevoir la question posée par K. Voretzsch dépend des réponses qu’il faut donner aux précédentes, ci-dessus énurnérées. Voilà pourquoi il importe de prendre les choses dans leur principe, de suivre leur évolution et de les examiner en détail.

4C’est ce que nous nous proposons de faire dans les pages qui vont suivre.

I

5La poésie latine était quantitative. Elle usait de syllabes longues (—) et de syllabes brèves (˘) ces syllabes brèves ou longues, réunies en combinaisons diverses, constituaient les pieds dont se composaient les vers. Le nombre des pieds, pour un mètre donné, était fixe. Il faut bien noter que ce système n’était pas indigène. Il avait été importé à Rome et il y avait remplacé la versification nationale apparemment basée sur l’accent, versification dont certains philologues modernes, à tort ou à raison, prétendent retrouver les traces dans le type saturnien, que nous connaissons par quelques échantillons dus à Naevius et à Livius Andronicus. D’autres, avec plus de certitude peut-être, invoquent des vers à toniques alternantes que les soldats de César chantaient derrière son char de triomphe :

Cáesar Gálliás subégit, Nícomédes Cáesarém :
Écce Cáesar núnc triúmphat, qui subégit Gálliás ;
Nícomédes nón triúmphat, qui subégit Cáesarém.

  • 2 Abbé Meunier, la Vie de saint Alexis, p. 83.

6L’abbé Meunier2 a cité pareillement des vers de Commodien, poète chrétien du iiie siècle. Ces vers, où la quantité s’efface devant l’accent, peuvent être comparés à ceux qu’on vient de lire :

In lége praecépit dóminus cáeli térrae marisque :
Nolite, ínquit, ádoráre Déos inánes
De mánibus véstris fáctos ex lígno vel áere
Nésciénsque Déum moriéntes Déos orábant
Ídola si vána rélinquántur néque colántur.

7Cette scansion, s’il faut l’adopter, est beaucoup moins régulière que celle des vers consacrés à César.

  • 3 D’une façon générale, je renvoie à l’excellent travail de Ph.-A. Becker : Vom christlichen Hymnus (...)

8Dès les premiers siècles de l’ère chrétienne, la métrique classique commence à s’altérer. L’Église, qui fait participer le peuple à ses cérémonies, emprunte de très bonne heure à l’Orient l’habitude de faire exécuter certains psaumes par l’assemblée des fidèles, et la nouvelle mode se propage dans tout l’Occident. De là la nécessité de poésies liturgiques écrites dans cette intention, et que l’on voit apparaître en très grand nombre, rencontrant la faveur de la foule. Ce sont les Hymnes, auxquelles s’essaya le premier saint Hilaire, évêque de Poitiers († 366). Mais les gosiers gaulois se montraient rebelles, et saint Hilaire échoua, ainsi que Prudence († après 405), qui écrivait en Espagne. Il appartenait à saint Ambroise, né sans doute à Trèves, et mort évêque de Milan en 397, de réussir dans cette tentative et de soulever l’enthousiasme de la multitude. Ses poèmes, dont nous possédons un certain nombre, firent une impression profonde sur saint Augustin et lui arrachèrent des larmes ; sainte Monique en récitait, peut-être en chantait par cœur des strophes entières. A partir de ce moment, les Hymnes se répandent dans toute la chrétienté, surtout à partir du concile de Tolède, en 633. Sous la plume d’auteurs divers, elles se multiplient, commencent une fortune qui durera pendant des siècles, et s’installent dans les Offices où beaucoup d’entre elles se sont maintenues jusqu’à nos jours. Raban Maur (Rabanus Maurus, † 856) vante la faveur où elles se trouvaient dans l’Église de France et nous dit qu’elles étaient en honneur dans l’Occident tout entier. Pourtant c’est seulement au xiie siècle que Rome les a introduites dans son rite local3.

9Les Hymnes, de forme essentiellement strophique, sont écrites selon deux systèmes différents, dont l’un est le système quantitatif de la poésie latine classique, tandis que l’autre est basé sur l’accent. Telles sont en effet les grandes divisions apparentes de la matière. J’étudie d’abord la première de ces deux catégories. Les formations employées sont de plusieurs sortes, mais les mètres ïambiques dominent, surtout le dimètre, qui est le vers par excellence pendant tout le Moyen Age. On rencontre de plus des sénaires ïambiques, des hexamètres dactyliques, des distiques composés d’un hexamètre et d’un pentamètre, des trimètres dactyliques, des vers trochaïques, des asclépiades et des saphiques. Je donne un exemple de la plupart de ces combinaisons, en séparant les pieds, et en me bornant à transcrire quelques strophes ou quelques vers des types choisis :

DIMÈTRES IAMBIQUES.

DIMÈTRES IAMBIQUES.

Hexamètres dactyliques.

Hexamètres dactyliques.

Trimètres dactyliques hypercatalectiques.

Trimètres dactyliques hypercatalectiques.

Septénaires trochaïques.

Septénaires trochaïques.
  • 4 Seuls les grands vers de chaque strophe sont des asclépiades (asclépiades mineurs) ; les vers cour (...)

Vers asclépiades4.

Vers asclépiades4.
  • 5 Les petits vers de chaque strophe sont des adoniques.

Vers saphiques5.

Vers saphiques5.
  • 6 Cf. E. Seelmann, ire partie, surtout p. 47 sq.

10Le second système de versification est appelé rythmique, parce que le poète néglige la quantité pour l’accent, celui-ci prenant la place de l’ictus métrique. Le Moyen Age, qui modifie sous quelques rapports l’usage du latin classique, observe les règles suivantes. L’accent, sauf s’il s’agit des enclitiques ou des proclitiques qui en sont dépourvus — il est inutile d’entrer dans le détail6, — tombe sur l’unique syllabe des monosyllabes, sur la pénultième des dissyllabes, à la même place dans les polysyllabes dont l’avant-dernière est de quantité longue, mais sur l’antépénultième quand la pénultième est de quantité brève. Il faut encore observer que vulgairement, sauf exception, le préfixe ne peut être tonique dans les mots composés : on accentue donc reféro et non réfero. Enfin la poésie liturgique, lorsque des dissyllabes sont suivis d’un enclitique, fait souvent porter l’insistance de la voix sur la syllabe qui précède l’enclitique ; ainsi l’on a signa, láudes, óras, vóbis, hújus, mais au contraire signáque, laudésve, orásne, vobíscum, hujúsce ; il en est de même pour les polysyllabes régulièrement paroxytons : la correction exige d’une part dolóres, de l’autre dolorésque.

  • 7 G. Paris, dans sa Lettre à M. Léon Gautier (1866), déclare que le vers rythmique latin répugne au (...)

11Dans ce second système, tous les accents de mots, déterminés comme je viens de le dire, deviennent temps forts de pieds rythmiques. Pourtant la proposition inverse serait fausse, et il serait inexact de déclarer que chaque temps fort du pied coïncide avec un accent de mot. Une rythmisation s’établit en effet de deux en deux syllabes, selon un mouvement binaire, par conséquent toujours trochaïque ou iambique7, et elle entraîne la mise en relief de quelques syllabes atones, quand celles-ci sont séparées des toniques régulières par une autre syllabe faible. Soit par exemple ce vers :

  • 8 Cf. G. Paris, ib., p. 21 : « La versification rythmique... assimile à une accentuée la syllabe qui (...)

12Resurrexit Christus vere ; les accents de mot frappent les syllabes troisième, cinquième et septième, et ce rythme détermine un appui de la voix à la première place, de telle sorte qu’il y a équivalence avec cet autre vers que j’emprunte à la même pièce d’Adam de Saint-Victor : Máne nóvum, máne láetum8. On lit donc : Résurréxit Chrístus vére.

  • 9 Priscien, ed. Putsch, p. 1289. — Aldhelm, ed. Giles, Oxford, 1844, p. 52.
  • 10 Micrologus, XV ; cf. Dom Pothier, p. 184. — Naturellement l’opinion de Guy d’Arezzo n’a que la val (...)

13Quant à la nature spécifique de l’accent latin, les philologues contemporains sont d’avis qu’à l’époque classique il avait un caractère musical et qu’il consistait en une élévation de la voix, mais qu’à l’époque impériale il était devenu un accent d’intensité. Il importe de marquer pourtant que les grammairiens de la basse latinité insistent encore sur la qualité de hauteur qui est celle des toniques. Priscien, l’oracle des écoles au Moyen Age, distingue l’arsis de la thesis et prend comme exemple le mot natura : l’arsis, dit-il, est sur tu, et alors la voix s’élève ; la thesis est sur ra, et alors la voix tombe. L’évêque de Sherborne, Aldhelm († 709), répète la même observation à propos du mot polus, dont l’arsis, dit-il, est sur po et la thesis sur lus9 D’une façon analogue, Guy d’Arezzo, au xie siècle, ne peut séparer l’idée d’accent de celle de hauteur, et il écrit que, pour des notes identiques, l’accent produit une modulation10 que :

14est alors comme :

  • 11 Pour la conception de l’intensité dans l’accent latin, on se reportera à l’ouvrage de E. Seelmann, (...)

15Je rappelle dès maintenant, mais pour y revenir, que les recherches de l’abbé Rousselot, auxquelles j’ai ajouté les miennes, prouvent expérimentalement que l’intensité résulte à la fois de la force, de la durée, du timbre et de la hauteur, mais que l’ictus dynamique à lui seul est incapable de marquer l’accent et d’engendrer un rythme11

  • 12 Ph.-A. Becker (Vom christl. Hymnus Z. Minnesang, p. 170, indique que la versification non prosodiq (...)

16Les Hymnes de la versification basée sur l’alternance des toniques sont issues des mètres classiques qu’elles copient exactement12, sauf réductions syllabiques éventuelles, en substituant l’accent à la quantité. On trouve donc sous la plume des auteurs chrétiens des poèmes tout semblables en apparence à ceux plus haut cités, mais où le frappé grammatical qui affecte le mot remplace l’ictus métrique. Je donne quelques exemples des formations rencontrées, et chaque fois en deux transcriptions différentes. Dans l’une de ces transcriptions (A), j’indique le rythme basé sur l’accent, tandis que dans l’autre (B), je marque la quantité dont le poète ne s’est pas soucié, et j’imprime alors en italique la syllabe qui, d’un point de vue métrique, rendrait le vers faux.

Dimètres iambiques.

A

Sic vóluntátis íntegráe
Perfécta nítent óperá.
Terráque córdis óptimí
Centénum réfert númerúm.

Septénaires trochaïques.

Septénaires trochaïques.

Vers saphiques.

O páter sáncte, mítis átque pie,
O Jésu Christe, fíli véneránde,
Paráclitúsque spíritús o álme
Deús aetérne.

  • 13 U. Chevalier, Poésie liturgique, p. 22.

17Ces exemples suffisent, encore qu’il soit facile d’en citer des quantités d’autres, des sénaires iambiques ou bien encore des tripodies trochaïques semblables à l’Ave Maris Stella. Telle est la poésie rythmique du Moyen Age, dans laquelle certains auteurs voient le développement d’une versification populaire tonique, qui aurait vécu obscurément à l’époque de la latinité classique pour s’épanouir ensuite dès les premiers siècles chrétiens. Tandis que G. Paris assigne à cette versification une origine toute populaire, le chanoine Ulysse Chevalier note que les Hymnes accentuées ne sont que des transpositions de vers asclépiades, de vers alcmaniens, de distiques, de tétramètres trochaïques catalectiques quantitatifs : « Examinons, écrit-il13, les unes après les autres les formes diverses que la poésie rythmique de l’Église a empruntées à la poésie métrique de l’époque classique, et nous constaterons, si je ne m’abuse, qu’elle en fut, à ses débuts, une simple altération. »

  • 14 Le premier de ces exemples est donné par P. Wagner (Einführung, t. I, p. 257) ; le second par le P (...)

18A côté des Hymnes, il faut donner une place importante aux Proses, qui apparaissent dans la liturgie à une date plus récente, et dont certains admettent — théorie d’ailleurs contestée — qu’elles ont été influencées dans leur formation par les ϰοντάϰιϰ des Byzantins. On attribue l’honneur de leur invention à Notker le Bègue († 912), quoique, à la fin du ixe siècle et d’une façon indépendante, on ait tenté en France, à Saint-Martial de Limoges, les mêmes essais. Notker était religieux au couvent de Saint-Gall, lorsqu’il prit connaissance d’un antiphonaire qu’y avait apporté un moine de Jumièges, échappé à la destruction de son monastère par les Normands. Il remarqua que les jubilations de l’Alleluia étaient soutenues dans ce manuscrit par quelques vers, afin qu’on pût les retenir plus facilement : « Aliqui versus ad sequentias erant modulati. » Lui-même avait souffert des modulations trop longues, et, tout jeune homme, il avait réfléchi aux moyens de corriger cette difficulté. Les vers de Jumièges étaient remplis de fautes et ne le satisfirent pas. Il se mit alors au travail sur le conseil de son maître Ison († 871), et il écrivit des Sequences ou Proses réunies sous le nom de Liber hymnorum. Elles se divisent en deux catégories ; les unes, en petit nombre, ne présentent pas de membres symétriques ; les autres au contraire, qui sont du type le plus fréquent, possèdent, outre leur introduction et leur conclusion, des groupes parallèles qui se répondent et dans leur ensemble et dans leurs parties. En plaçant l’un au-dessous de l’autre (II a et II b, III a et III b, etc...) les versets semblables, je donne deux exemples de cette seconde forme14 :

A) In nativitate S. Johannis Evangelistae.

B) Victimae paschali laudes

19par Wipo († vers 1050).

  • 15 Cf. Groeber, Grundriss, t. II, I, p. 155 et p. 325 sq., où l’on trouvera l’histoire de cette évolu (...)

20Or, au xiie siècle, les Séquences se rapprochent des Hymnes quant à leur structure et se confondent avec elles. Les versets deviennent de véritables strophes et conservent leur parallélisme, mais toutes les strophes sont identiques entre elles, tandis que l’introduction et la conclusion manquent quelquefois15. Telle est la forme des Proses composées par Adam de Saint-Victor : elles obéissent en outre à certaines lois de rime que je réserve pour le moment, et elles reçoivent une accentuation binaire que Notker n’observait pas. On remarquera qu’aucune Séquence, même parmi les plus anciennes, n’est construite selon les règles de la quantité classique.

  • 16 G. Paris, op. cit., p. 4.
  • 17 Diez, dans sa Poésie des Troubadours, admet que tous les vers romans sont soit ïambiques, soit tro (...)

21C’est du système rythmique que sont partis les romanistes quand ils ont voulu retrouver les origines du vers français. Pour quelles raisons ? On peut en découvrir plusieurs. La première, c’est que notre poésie moderne repose sur le jeu des toniques, et G. Paris, dans sa Lettre à M. Léon Gautier, le faisait ressortir avec force16. En outre, l’étude des parlers romans révélait aux philologues le rôle joué par l’accent dans la formation des langues issues du latin. Le mot rythmus, qui servait à désigner le vers dans la terminologie du Moyen Age, leur en imposait par lui-même, et ils étaient tout naturellement enclins à lui accorder le sens que nous lui donnons aujourd’hui. De plus, outre ce que leur apprenaient certains textes que je citerai moi-même, ils étaient frappés par la correction de cet accent dans certains poèmes médiévaux, en particulier dans les Proses d’Adam de Saint-Victor, longuement commentées par plusieurs d’entre eux ; ils en apercevaient la régularité, surtout à la césure et à la rime, où il tombe sans erreur sur la tonique d’un mot, avec cette particularité que la rythmisation entraîne, dans les proparoxytons, la mise en relief de la dernière syllabe, qui joue le rôle d’un accent effectif (homïnibús). Enfin les études de philologie romane s’étant surtout répandues en Allemagne, les spécialistes d’Outre-Rhin étaient tout disposés à admettre l’existence d’un rythme binaire dans les vers issus du latin, conformément à des types très répandus dans leur versification nationale17 : la poésie tonique latine, telle que l’avait pratiquée le Moyen Age, devait donc avoir donné naissance, pour tous ces motifs, à des formes inspirées d’elle.

  • 18 G. Paris, op. cit., p. 18.
  • 19 Ph.-A. Becker, Ursprung der rom. Versmasse, p. 43 (1890) : « Ein solches Verfahren öffnet jeder Wi (...)

22C’était une nécessité dont l’évidence paraissait écrasante, et l’idée que je signale se manifestait, avec quelques variations dans le détail, chez tous les théoriciens. Gaston Paris l’a développée en périodes magistrales : « Une versification purement syllabique, a-t-il écrit18 n’est qu’un corps sans âme ; elle est nécessairement toute matérielle et ne peut obtenir d’effets que par le moyen brutal de la rime. L’accent donne à ces syllabes alignées les ailes sonores et mobiles avec lesquelles elles vont s’envoler, soutenues et enveloppées par la mélodie. » Près de trente ans après, Ph.-A. Becker condamnait a priori les interprétations d’un autre romaniste, et il le faisait en ces termes19 : « Une telle façon de procéder ouvre la porte à l’arbitraire et méconnaît toute régularité dans la versification romane : celle-ci alors ne forme plus un système, mais se réduit à un amas de lignes rassemblées qui comportent un certain nombre de syllabes ; même le rythme, l’harmonie des vers romans, n’est plus qu’un accident de hasard. »

23Il est utile à ce propos, et avant d’aller plus loin, de marquer la part prépondérante que prit G. Paris dans la formation des idées qu’on adopta. L’abbé Misset et P. Aubry, en tête de leur édition d’Adam de Saint-Victor, signalent l’incertitude dans laquelle, pendant fort longtemps, on était resté : « Les règles de la versification latine rythmique, disent-ils, étaient à peine entrevues, et M. Léon Gautier avait cherché vainement à les formuler dans sa Leçon d’ouverture et dans sa Préface d’Adam (p. clii et suiv.). C’est alors que M. G. Paris publia une petite brochure qui, malgré quelques erreurs, a plus fait avancer la science que beaucoup de gros livres. La Lettre à M. Léon Gautier démontre d’une façon péremptoire l’influence prépondérante de l’accent sur la poésie latine rythmique. Les conclusions en sont indiscutables. M. Gautier lui-même les admet aujourd’hui. Dans la seconde édition de ses Épopées françaises, il abandonne en effet ses anciennes théories et reconnaît avec M. Paris que les éléments de la versification rythmique sont l’accent, le syllabisme, et l’assonance ou la rime. »

  • 20 Dans Groeber, Grundriss, t. II, I, p. 14-24 (1893). On y verra aussi que certaines interprétations (...)
  • 21 L’explication du numérisme par la chute des atones après les toniques de la césure et de la rime e (...)

24Donc, et à l’exception de certains savants qui prétendaient remonter à des modèles métriques, il y avait entente générale sur le principe accentuel. Mais, au contraire, toutes les tentatives faites pour appliquer ce principe se heurtaient à des objections très vives et rendaient l’accord impossible. Je donne, d’après Stengel20 un court résumé des opinions émises, sans viser à être complet, et uniquement pour faire éclater les divergences. Stengel considère que le décasyllabe est le vers roman par excellence. Appuyé sur le travail consacré par Thurneysen au saturnien, il invoque, comme type préhistorique, un vers de quatorze syllabes accentué sur la sixième et sur la douzième, selon la division 8 + 6, c’est-à-dire que chaque hémistiche comporte après sa tonique finale deux atones. Ces atones, par suite du développement des langues, s’effacent21, et l’on aboutit ainsi à une forme 6 + 4, plus ancienne que 4 + 6, et à rythme ïambique. Pour d’autres, l’origine serait différente. Rochat propose le sénaire ïambique, Léon Gautier l’asclépiade, tandis que d’autres encore invoquent des sources quantitatives, Thurneysen par exemple l’hexamètre dactylique, et Victor Henry le trimètre scazon, deux hypothèses que G. Paris rejette, comme déjà Diez avait repoussé le phalécien et le saphique.

25Dans le vers de douze syllabes, certains ont voulu voir soit la réunion de deux vers de six syllabes, soit le sénaire ïambique, conception à laquelle résistent Bartsch et Diez, ce dernier partant du décasyllabe avec césure sur la sixième, puis allongé afin que les deux hémistiches devinssent égaux. C’est aussi l’avis de Stengel, malgré L. Gautier et Tobler, qui tiennent pour l’asclépiade. Le même Stengel explique les vers de cinq et de sept syllabes de la façon suivante : le premier serait la moitié d’un décasyllabe trochaïque, le second la moitié du vers préhistorique de quatorze syllabes sous l’influence du tétramètre trochaïque de la poésie latine rythmique, tandis que H. Suchier est d’une autre opinion.

  • 22 Romania, I, p. 293, à propos de Saint-Léger.

26Je passe sur beaucoup d’autres formes, et j’en arrive au vers de huit syllabes, me proposant, par une citation, de donner un exemple des raisonnements employés. G. Paris le fait dériver du rythme latin analogue. « Diez, écrit-il22, donne de cette versification octo-syllabique latine un exemple très bien choisi :

27Ín Lyciáe provínciá
Fúit qúidam Christícolá
Póst transitum sanctíssimí
Nícolái pontíficís... etc.

(Rgans ut urum míser), Saint-Léger), (De mé vindctam faciat) (Cio fúd Lothiérs fils Baldcqui) ;
  • 23 W. Thomas, le Décasyllabe roman, p. 18.

28Cette hypothèse, quoique très ingénieuse, soulève d’énormes objections. Il n’est pas prouvé, loin de là, que la forme « régulière et ancienne » de l’octosyllabe soit celle indiquée par G. Paris. Il y a en effet, dans les Hymnes de saint Ambroise, de nombreux vers qui ne peuvent admettre un accent sur la sixième syllabe, sans compter que la versification française, par le moyen des finales féminines de la langue, aurait eu la possibilité de copier exactement le modèle proposé, ce qu’elle a fait seulement par exception. D’autre part il y aura lieu d’examiner si vraiment des vers césurés peuvent être brusquement privés de leur hémistiche et surtout si un type rythmique donné peut se modifier au cours d’une même pièce. Après avoir élevé contre ce système plusieurs critiques, W. Thomas a formulé la suivante : « Il reste d’ailleurs une difficulté plus grave et que l’on ne résout pas au moyen des arguments invoqués précédemment. Un vers qui repose essentiellement sur l’accent tonique ne saurait admettre d’infraction au mouvement ascendant ou descendant qui marque la mesure. Or, d’après M. G. Paris lui-même, bien que les rythmes latins se composent généralement de trochées toniques, on y trouve quelquefois des ïambes, c’est-à-dire le pied diamétralement opposé, et rarement des dactyles... Cet ensemble de faits si contraire à la pratique d’une versification vraiment accentuelle permet difficilement de supposer que le principe essentiel des rythmes latins puisse être l’accent tonique23 ». Disons donc provisoirement que ces variations du dessin accentuel sont une conjecture et que nous ignorons les phases successives d’une pareille altération.

  • 24 Voretzsch, Einführung..., p. 34.

29Quant aux autres théories ci-dessus examinées à propos des différentes espèces de mètres, on ne peut que s’étonner que le décasyllabe doive remonter à un rythme qui perdrait quatre de ses éléments, tandis que ce même décasyllabe, allongé par une couture dont on n’aperçoit pas la trace, donnerait également naissance à l’alexandrin. Il est bien trop commode d’imaginer un vers préhistorique qu’aucun texte ne nous fait connaître. Mais comment encore ce vers subit-il d’importantes diminutions pour produire le décasyllabe, tandis que sa moitié, sans retranchement d’aucune sorte, aboutit à l’heptasyllabe ? Tous ces éléments qui s’ajoutent ou s’effacent laissent le lecteur sceptique, car nous nous trouverions là en présence de phénomènes surprenants et presque miraculeux, dont la volonté des philologues ne suffit pas à nous persuader. Au bout de ces discussions extrêmement confuses, nous ne sommes pas plus avancés qu’au premier jour : c’est ce que K. Voretzsch a le grand mérite de reconnaître très franchement24. Écartant l’hypothèse de l’origine germanique ou celtique, il se rallie à l’explication par le latin, mais pour constater l’insuccès des théories émises : « Sommes-nous autorisés, demande-t-il, à invoquer la forme de l’ancienne versification latine, le saturnien, ou la transformation des mètres quantitatifs classiques en rythmes accentués ? On a fait par exemple venir le décasyllabe tantôt du sénaire ïambique, tantôt de l’hexamètre dactylique, tantôt du saturnien, sans qu’aucune interprétation, ni parmi celles-ci, ni parmi bien d’autres, ait trouvé l’assentiment général. »

II

  • 25 Par exemple, l’hexamètre peut se terminer par un (...)

30Reprenons pourtant ce problème. Nous avons opposé l’un à l’autre les deux systèmes de versification que nous présente la poésie latine du Moyen Age. Nous ajouterons que ces deux systèmes, rythmique et métrique, n’offrent pas entre eux de séparation absolue. Au premier coup d’œil, on constate qu’un même caractère les réunit : le syllabisme. Ceci demande quelques explications, et il nous faut remonter aux formes classiques. Avant la diffusion du christianisme, certains vers quantitatifs, tels que l’asclépiade et le saphique, obéissaient déjà à un schéma fixe, c est-à-dire qu’ils étaient numériques. Mais d’autres, le sénaire et le dimètre ïambiques par exemple, ou le septénaire trochaïque et l’hexamètre, étaient tantôt plus longs, tantôt plus courts, en raison de la composition différente des pieds admis par l’usage. Dans l’hexamètre, le dactyle était obligatoire à la cinquième place, mais il pouvait être remplacé par des spondées aux quatre premières. Dans le septénaire trochaïque, le septième pied seul devait être pur et présenter invariablement un trochée. Le dimètre et le sénaire ïambiques exigeaient l’ïambe dans leur dernière mesure, avec ce correctif que la longue finale, portant ictus métrique, pouvait être remplacée par une brève, selon une règle commune à toutes les espèces de vers25 Partout ailleurs l’ïambe ou le trochée se laissaient substituer des équivalents. Donc, pour ne retenir que le dimètre et le sénaire ïambiques, ils peuvent revêtir chez les écrivains classiques des formes différentes, le premier compter huit syllabes au minimum, onze au maximum, le second douze au minimum, dix-sept au maximum. J’indique pour chaque type les combinaisons possibles, en mettant entre parenthèses les plus rares (I = premier pied, II = deuxième pied, etc..) et j’obtiens ainsi le tableau suivant.

Dimètre ïambique

Dimètre ïambique

Sénaire ïambique

Sénaire ïambique
Aeterne rerum contutor. 2627hirmos 28hirmos ivevehirmos
  • 29 A. Möhler, t. I, p. 64. — Gevaert, Mélopée antique, p. 67. — P. Wagner, Einführung, p. 45-46.
  • 30 A. Gastoué, Origines, p. 65.
  • 31 Fr. Leo, Venantii Fortunati carmina (commentaire métrique).
  • 32 Groeber, Grundriss, II, 3, p. 112.

31Outre le caractère commun du syllabisme, mètres et rythmes n’ont pas, à l’origine, d’existence absolument distincte. En d’autres termes, les poètes chrétiens, dès la première époque, hésitent entre la quantité et l’accent, entre la tradition classique et l’élément naturel que leur fournissait la langue. Il est très remarquable que les textes les plus anciens, écrits selon des combinaisons de brèves et de longues, font aussi, semble-t-il, une très grande place à l’accent, ce qui a conduit les critiques à varier dans leurs classifications. Ainsi A. Möhler, Gevaert, P. Wagner29 tiennent les hymnes de saint Ambroise pour métriques, tandis que A. Gastoué30 considère qu’elles sont surtout basées par l’alternance des toniques et des atones. Ainsi les poésies de Venantius Fortunatus, que nous appelons Fortunat, ont été étudiées par leur éditeur, Friedrich Leo31, comme des productions métriques, tandis que Groeber32 indique expressément que le Vexilla regis est écrit en dimètres ïambiques rythmiques. On voit donc bien que la poésie latine accentuée est sortie de la poésie quantitative, sous la loi générale du syllabisme. Je transcris l’hymne célèbre de Fortunat. Chaque vers est de huit syllabes, soit quatre pieds, avec ictus métrico-rythmique, du moins à en juger par la forme écrite, sur la dernière de chaque pied.

II

  • 33 Par exemple Thalhofer, Handbuch, II, p. 549 (opinion assez nuancée) ; L. Gautier, Ep. franç., I, p (...)

32En somme, des trois principes sur lesquels est établi le vers liturgique, mètre, rythme accentuel et syllabisme, un seul domine et est de bonne heure universel, c’est le syllabisme. L’étude expérimentale des langues conduit à admettre que les timbres diffèrent, mais qu’il n’y a pas de voyelles longues ou brèves de nature ou par position, que la quantité grammaticale des Latins, excellent instrument pour la critique des textes, ne peut être une quantité phonétique, ni produire en poésie une ondulation cadencée. De plus le vers métrique, au Moyen Age, n’est qu’une tradition. A la fin de l’Empire, seuls quelques lettrés sont encore capables de distinguer les brèves des longues ; la quantité latine devient une convention écrite, une satisfaction que le poète savant se donne à lui-même, quand il a eu une bonne éducation classique, pour montrer à ses confrères qu’il a lu Horace et Virgile. Tous les spécialistes33 qui ont étudié la littérature chrétienne sont d’accord pour reconnaître que les diverses combinaisons métriques ne sont pas de nature à satisfaire le peuple, insensible à ces délicatesses. En d’autres termes, longs et brefs n’ont pas dans la langue des valeurs perceptibles qui puissent retenir l’attention.

  • 34 Cité par Kawezynski, Essai, p. 115.
  • 35 Abbé D. Tardi, Fortunat, p. 267.
  • 36 Grégoire de Tours, Hist. Franç., V. 45.
  • 37 Groeber, Grundriss, II, 3, p. III.
  • 38 Pourtant, même au ixe siècle, il y a toujours des indépendants. E. du Méril, dans ses Mél. arch. e (...)
  • 39 Thurot, Notices et extraits, p. 428 sq.

33Il y faudrait le jugement de l’oreille, et c’est lui qui fait défaut. Saint Augustin nous en fournit la preuve : « Nam aurium judicium, répond un disciple à son maître, ad temporum momenta moderanda me posse habere non nego ; quae vero syllaba producenda vel corripienda sit, quod in auctoritate situm est, omnino nescio. »34 Dès le iiie siècle, les poètes savent qu’ils peuvent commettre des fautes de quantité sans soulever les protestations d’une foule ignorante, et ils ne s’en privent pas. Commodien fourmille d’erreurs grossières. Au ive siècle, saint Ambroise est parfois incorrect (cf. lābēntes, scansion obligatoire au second pied du dimètre ïambique, au lieu du lābēntes classique, dans l’hymne Aeterne rerum conditor cité plus haut, au v. 25). Fortunat n’est pas moins négligent. L’abbé D. Tardi35 a relevé dans son œuvre ālacer, aperīēbam, archidiācon, candĕlăbrum, merĕretur, monastĕrium, antĕă,- postĕă : on trouve dans le Vexilla regis transcrit ci-dessus le trochée fūndĭs (v. 25) au lieu d’un ïambe ou d’un spondée peut-être meilleur. Grégoire de Tours, d’autre part, nous raconte36 que le roi Chilpéric avait composé des hymnes où il mettait des longues à la place des brèves et inversement. La décadence est donc très rapide, et, selon Groeber37, personne n’est plus capable, au début du viiie siècle, d’écrire des vers métriques. Mais bientôt la quantité, de nouveau enseignée dans les écoles, reparaît triomphante, à la faveur de la renaissance carolingienne, avec les noms de Paul Diacre, de Paulin d’Aquilée, d’Alcuin, de l’évêque d’Orléans Théodulphe et de bien d’autres. Le mètre redevient à la mode et durant de longues années primes le rythme38, Pendant tout le Moyen Age, même lorsque le système tonique aura atteint à sa plus haute perfection, on continuera à composer des vers quantitatifs. On le fera d’ailleurs avec plus ou moins de correction, puisque Thurot39 a pu dresser de longues listes de mots employés avec une autre quantité que celle que leur accordaient les Anciens. Enfin l’Humanisme, sous le pape Urbain VIII († 1644) soumettra les Hymnes, sauf celles de saint Ambroise, de saint Grégoire, de Sedulius et de Fortunat, à des révisions métriques, afin d’en éliminer les négligences barbares. Il résulte de ce qui précède que, si dès la fin de l’Empire la versification imitée du latin classique accumule les fautes, c’est que la quantité cesse d’être comprise et que les écoles seules la maintiennent. L’étude de la musique liturgique nous prouvera d’ailleurs qu’elle n’exerce aucune influence sur la déclamation des Hymnes. Si donc nous faisons abstraction de ces brèves et de ces longues, que reste-t-il de la poésie métrique du Moyen Age ? Tout simplement un syllabisme.

III

34Je passe à la versification rythmique, qui, nous l’avons vu, se confond dans ses origines avec celle qui a été précédemment examinée. Pour prouver que l’accent en était réellement l’âme, on invoque plusieurs textes de différentes époques. Cassiodore écrivant à Boèce († 525) au nom du roi Théodoric, lui fait remarquer que les toniques permettent de constituer des pieds. Le grammairien Marius Victorinus Palaemon, qui vivait sans doute au ve siècle, déclare que les vers non quantitatifs demeurent souvent semblables à ceux qui le sont. Après lui un religieux anglo-saxon, Bède le Vénérable († 735), moine à Wearmouth Abbey, c’est-à-dire dans un pays non roman, nous présente les mêmes observations : reproduisant et développant le texte de Marius Victorinus Palaemon, il ajoute que beaucoup d’hymnes ambrosiennes ont été faites sur le modèle du mètre ïambique, et que l’hymne du Jugement dernier se chante sous la forme d’un mètre trochaïque. Enfin Aldhelm, évêque de Sherborne († 709), à peu près contemporain de Bède, mentionne l’accent parmi les éléments qui constituent le vers.

  • 40 M. Aur. Cassiodori, éd. Mommsen, p. 71, 1. 14.
  • 41 Keil, Gramm. T. VI, p. 206.
  • 42 Ce dernier membre de phrase vise, semble-t-il, les voyelles en hiatus intérieur, souvent réduites (...)
  • 43 Bède, De arte metrica, 24, cf. Keil, t. VII, p. 258.
  • 44 L’abbé Meunier, cherchant dans ces derniers vers un rythme accentuel (op. cit., p. 100), les trans (...)
  • 45 Aldhelm, Epistola ad Heddam, p. 96.

35Je transcris les passages auxquels je fais allusion. Le premier est celui de Cassiodore40 : « Naturalis autem rhythmus animatae voci cognoscitur attributus, qui tunc melos pulchre custodit, si apte taceat, congruenter loquatur, et per accentus viam musicis pedibus composita voce gradiatur. » Marius Victorinus Palaemon s’exprime de la façon suivante41. « Rhythmus quid est ? Verborum modulata compositio non metrica ratione, sed numerosa scansione ad judicium aurium examinata42, ut puta veluti sunt cantica poetarum vulgarium. Rhythmus in metro non est ? Potest esse. Quid ergo distat a metro ? Quod rhythmus per se sine metro esse potest, metrum sine rhythmo esse non potest. Quod liquidius ita definitur, metrum est ratio sine modulatione, rhythmus sine ratione metrica modulatio. Plerumque tamen casu quodam etiam invenies rationem metricam in rhythmo, non artificii observatione servata, sed sono et ipsa modulatione ducente. » Ce que Bède à son tour répète et commente en ces termes43 : « Videtur autem rhythmus metris esse consimilis, quae est verborum modulata compositio non metrica ratione, sed numero syllabarum ad judicium aurium examinata, ut sunt carmina vulgarium poetarum. Et quidem rhythmus sine metro esse potest, metrum vero sine rhythmo esse non potest. Quod liquidius ita definitur : metrum est ratio cum modulatione ; rhythmus modulatio sine ratione. Plerumque tamen casu quodam invenies etiam rationem in rhythmo non artificis mode-ratione servatam, sed sono et ipsa modulatione ducente, quem vulgares poetae necesse est rustice, docti faciant docte ; quomodo et ad instar iambici metri pulcherrime factus est hymnus ille prae-clarus : [O] Rex aeterne Domine — Rerum creator omnium — Qui eras ante secula — Semper cum patre filius. Et alii ambrosiani non pauci. Item ad formam metri trochaici canunt de die judicii per alphabe-tum : Apparebit repentina — Dies magna Domini — Fur obscura velut node — Improvisos occupans44» Voici enfin ce que nous dit Aldhelm45 : « Sed de his prolixo ambitu verborum disputare epistolaris angustia minime sinit, quomodo videlicet ipsius metricae artis clandestina instrumenta literis, syllabis, pedibus, poeticis figuris, versibus, tonis, temporibusque conglomerentur. »

  • 46 Cl. Fauchet, Recueil, I, 6.
  • 47 Le texte de Victorinus donne la leçon tono au lieu de sono, qui est une correction suggérée par la (...)

36Écartons d’abord le témoignage de Marius Victorinus Palaemon et celui de Bède le Vénérable, où il ne s’agit aucunement d’accent, préoccupation qui leur semble étrangère. Au xvie siècle, l’illustre Claude Fauchet a traduit le texte de ce dernier de la façon suivante46 comprenant qu’il ne s’agit aucunement de combinaisons quantitatives, et attribuant au mot Rhythmus le sens de vers numérique, qu’il a d’ailleurs pendant tout le Moyen Age. « Il y a apparence que les Rhythmes tiennent du Metre : pour ce que c’est une harmonieuse composition de paroles, non par mesure et certain ordre tel que celuy qui se garde en la composition des Metres ou vers, ains par nombres de syllabes, selon qu’il plaist aux oreilles. Et tels sont les Cantiques des Poetes vulgaires. De vray le Rhythme peut estre faict par soy (parfois ?) sans Metre : mais le Metre ne peut estre sans le Rhythme ou mesure. Ce que l’on peut dire plus clairement, Metre est un chant contraint par certaine raison ; Rhythme est un chant libre et non subject à aucune loy. Vray est que bien souvent vous trouverez de la raison ou mesure certaine au Rhythme, non pour ce que le compositeur s’y soit assubjecti, mais pour ce que le son (ou ton47, selon Victorinus) et harmonie l’a paraduenture conduit et mené iusques à ceste raison. Laquelle il est de nécessité que les Poetes vulgaires suivent lourdement, et les sçauants sciemment. Comme l’Hymne qui s’ensuit, lequel est tres-bien en façon de vers ïambiques :

[O] Rex aeterne domine,
Rerum creator omnium,
Qui eras ante secula,
Semper cum patre filius,

37et autres en assez bon nombre de saint Ambroise. Encores s’en chante il en façon de Trochaïques, comme cestuy-ci du iour du iugement composé par alphabet :

Apparebit repentina
Dies magna domini,
Fur obscura velut nocte
Improuísos occupans. »

38A quoi Fauchet ajoute : « Et voilà ce que Bède dit du Rhythme, après Marius Victorinus plus ancien que luy, et du quel il a tout pris mot à mot, fors les exemples. Mais ne trouvant en ces Hymnes aucune cadence omioteleute, je pense que le Rhythme des Poetes dont Bede parle, n’estoit qu’un vers de certaine quantité de syllabes sans loy ne pieds, tels que ces deux couples latines cy-dessus transcriptes : lequel n’estant en usage entre les doctes, Terentianus n’a daigné en faire mention en sa Versificatoire. »

  • 48 Kawczynski, p. 113.
  • 49 Kawczynski, p. 108. Kawczynski explique le texte à mesure qu’il le cite ; cf. Quintilien, de Insti (...)

39A son tour Kawczynski, qui semble n’avoir connu que Marius Victorinus, donne de son texte ce commentaire48 : « Nous savons déjà que la scansio numerosa est étrangère à l’accent, que la composi-tio modulata veut dire des vers avec une mélodie... Selon notre grammairien, le rythme ressemble de très près au mètre : rhythmus est aliquid consimile metro : mais, comme il n’y a pas de mètre unique, mais bien des mètres divers, il s’ensuit que les rythmes ressemblent aux mètres, c’est-à-dire un schéme métrique quelconque à un schème rythmique correspondant... On rencontre, il est vrai, assez souvent dans les rythmes une certaine régularité métrique qui n’y est cependant qu’accidentelle. On la trouve, dit le grammairien, à l’aide de la mélodie, ou plutôt à l’aide du son, qui diffère dans les voyelles longues et dans les voyelles brèves. » Les deux interprétations, celle de Fauchet et celle de Kawczynski, sont donc concordantes. Mais ce dernier renforce encore la déposition de Marius Victorinus par deux textes qui se placent à une date antérieure et qu’il commente. Le premier est de Quintilien : il remonte donc à la fin du ier siècle49 : dans les rythmes. Mais il faut prendre cette expression dans le sens d’une suite réglée de longues et de brèves, qui n’était pas observée non plus dans les rythmes. »

  • 50 (Cf. p. 24). On notera son si conditionnel : « si per accentus viam pedibus composita voce gradiat (...)

40Dans tous ces textes, il n’est pas question de l’accent, bien au contraire. La versification populaire, dès le iiie siècle, selon l’opinion courante, se réduit à des nombres. Écartons encore Aldhelm, à cause de la valeur un peu obscure du mot tonis qu’il emploie, et de la remarque de Fauchet. Il ne nous reste absolument, en fait d’attestation d’un rôle joué par les toniques, que le témoignage peut-être purement théorique de Cassiodore. Cassiodore, en effet, est un lettré et un érudit, impatient avant tout de sauver quelques parcelles de l’héritage classique, et qui a bien pu prendre ses désirs pour des réalités50. Il est indubitable qu’au vie et au viie siècle l’accent latin se fait toujours sentir dans la prononciation, du moins chez tous ceux que de bons maîtres ont formés. Mais il reste à savoir si les poètes se sont souciés de lui quand ils ont composé leurs vers et si c’est lui qui gouverne leur technique. Telle est la question qu’il importe maintenant d’examiner.

41Dans les exemples que j’ai cités de compositions rythmiques, j’ai choisi à dessein des types à peu près parfaits, où le mouvement binaire met en relief les toniques, et, en outre, quelques atones qui se classent ainsi dans l’ensemble. De même la dernière strophe du Vexilla regis est correcte, si l’on considère que le premier salve, l’élision une fois faite, s’efface au profit de la syllabe initiale de ára. Toutefois cette pièce, que Groeber qualifie de rythmique, révèle ailleurs d’énormes négligences, et le temps fort, dans les pieds formés par un mot de deux syllabes, ne coïncide pas avec la tonique régulière (cf. v. 2, fulget et crucis — v. 5, tendens et manus — v. 16, ligno et Deus — v. 17, arbor — v. 22, praetium— V. 24, praedam — v. 25, fundis — v. 26, vincis — v. 28, plaudis). Or les quantités, observées sauf exception, nous indiquent nettement une construction ïambique, de telle sorte que l’accent, en se superposant au mètre, ne doit pas troubler l’ordre choisi parle poète. Nous devrions donc conclure, s’il fallait attribuer une valeur phonétique aux pieds dont nous constatons l’existence, que l’on doit rythmer en violation des règles : Fulgét crucis mystérium (v. 2) : en tout cas il est évident que Fortunat prend avec l’accent les mêmes libertés qu’avec les quantités.

  • 51 Composition rythmique, dit le P. Guido Dreves, p. 42 ; sur la date, cf. ib., sans doute viie ou vi (...)

42Il faut faire la même remarque pour la strophe citée par Bède, où la pureté métrique est rare, et où l’accent, dans l’interprétation la plus favorable du texte, devrait être le soutien du vers. Mais, là encore, nous voyons qu’il est en lutte avec l’arsis du pied (cf. v. 2, rerum — v. 4, semper). Ces faits ne sont pas isolés et se rencontrent couramment jusqu’au bas Moyen Age. Je transcris un fragment d’un poème irlandais pris à l’Antiphonaire de Bangor, écrit en sénaires ïambiques51, et où les fautes d’accent sont aussi fréquentes que celles de quantité. Soit qu’on l’envisage comme rythme (A), soit qu’on y cherche un mètre (B), beaucoup de pieds, ceux que j’imprime en italique, sont faux :

A

Sanctí, veníte, Chrísti córpus súmité
Sanctúm bibéntes, quó redémpti, sánguiném.

Salváti Chrísti córporé et sánguiné,
A quó refécti láudes dicamús Deó.

Hoc sácraménto córporís et sánguinís 5
Omnés exúti áb inférni faúcibús.

Datór salútis, Chrístus, filiús Déi
Mundúm salvávit pér crucém et sánguiném.

Pro únivérsis ímmolátus Dóminús
Ipsé sacérdos éxstitít et hóstiá. 10

Lege praecéptum ímmolári hóstiás, Qua ádumbrántur diviná mystériá.

Lucís indúltor ét salvátor ómniúm Praecláram Sánctis lárgitús est grátiám.

Ascéndant ómnes púra ménte crédulí, 15
Sumánt aetérnam sálutis custódiám.

  • 52 Cependant cf. Thalhofer, t. II, p. 549 : « Die Herrschaft des antiken Metrums wurde jedoch gebroch (...)
  • 53 Les chiffres gras marquent les accents qui n’ont pas de correspondance dans la clausule parallèle. (...)

43Les Proses les plus anciennes ne nous révèlent pas un sens plus rigoureux de l’accent. Tous les spécialistes sont d’accord pour reconnaître que la quantité n’y joue aucun rôle, mais certains admettent que les toniques se correspondent exactement dans les strophes parallèles52 Si cette affirmation était juste, on aurait ainsi la preuve de l’importance accordée par le Moyen Age à l’accent. Qu’on se reporte pourtant à la séquence In nativitate S. Joannis Evangelistae, et l’on verra que non seulement il n’y a point partout symétrie53 mais encore que le nombre des arsis est parfois différent (II a, syllabes 1, 2, 5, 8 ; II b, s. 2, 5, 8 ; III a, s. 1, 2, 4, 7, et 3, 5, 9 ; III b, s. 2, 4, 7, et 3, 6, 9 ; IV a, s. 1, 4, 6, 9, et 3, 5, 8 ; IV b, s. 2, 4, 7, 9, et 3, 5, 8 ; V a, s. 1, 2, 5, 8, et 1, 3, 5, 8 ; V b, s. 2, 4, 8, et r, 3, 8 ; VI a, s. 1, 3, 7, puis 1, 5 et 2, ; VI b, s. 1, 3, 6, puis 1, 3, 5 et 2, 4, 6 ; VII a, s. 1, 3, 5, puis 1, 4, 6, et 1, 4 ; VII b, s. ï, 3, 5, puis 1, 4, 6, et 1, 4). L’examen de la prose Victimae paschali laudes ne conduit pas à des résultats différents (II a, s. 1, 4,6, puis 1, 3, 6, puis 5, puis 3 ; II b, s. 1, 3, 6, puis 3, 6, puis 1, 2, 4, puis 3 ; III a, s. 1, 2, 5, puis 1, 3, 5, puis 2, 4, 7, puis 2, 7 ; III b, s. 2, 5, puis 2, 5, puis 2, 4, 6, 7, puis 2, 4, 7 ; IV a, 2, 5, 7, puis 2, 5, puis 4, 6, 9 ; IV b, s. 1, 3, 7, puis 2, 5, puis 1, 2, 4, 6, 9). Ainsi se trouvent confirmées, dès maintenant, nos précédentes observations.

  • 54 P. Lejay, le Grammairien Virgile, p. 90-107.
  • 55 Je n’attache aucune valeur phonétique à ce retour de l’accent à la fin du vers. La question sera e (...)
  • 56 Pour assiduum.

44En outre l’abbé P. Lejay, au cours d’une étude consacrée au grammairien Virgilius Maro, qui vivait dans le sud de la Gaule vers l’an 600 ap. J.-C., a formulé des remarques intéressantes. Il note que Virgilius Maro54 cite des vers rythmiques caractérisés par l’isosyllabime, la rime ou l’assonance, et le retour de l’accent à place fixe à la fin du vers55 « D’après la place de cet accent, écrit-il, on peut répartir nos textes en deux classes. Dans l’une, il est sur l’avant-dernière... ; dans l’autre il est sur l’antépénultième. » Mais hors de là il ne joue aucun rôle, car on n’aperçoit aucune régularité ni correspondance. Parmi les exemples que P. Lejay invoque à l’appui de ce qu’il avance, je choisis celui-ci : LAU. Contemptus pecúniae — DA. In omni molímine — BI. Per amoren sóphiae — LIS. Menti fiet périte. Ou encore : Lexisti siduum56 belláre — In toto curriculo vítae. Il faut rapprocher de ces faits un autre témoignage très important et plus ancien encore, qui est celui-ci : vers 393, saint Augustin, dont on connait tout l’intérêt pour les choses de la métrique, ayant à composer pour la plèbe africaine un poème anti-donatiste, rejette tout lien prosodique ou tonique ; il n’a souci ni de quantité ni d’accent, de telle sorte que dans le vers les syllabes sont simplement comptées.


peccatorum — solet fratres conturbare :
Propter hoc dominus noster — voluit nos praemonere,
Comparans regnum caelorum reticulo mare,
Congreganti multos pisces, — omne genus, hinc et inde.
Quos cum traxissent ad littus, — tunc coeperunt separare
Bonos in vasa miserunt, — reliquos malos in mare.

  • 57 E. du Méril, Poésies pop. lat., p. 82.
  • 58 W. Thomas, Décasyll. roman, p. 18.

45Ces vers avaient déjà retenu l’attention d’Edelestand du Méril57. Ils permettraient dès maintenant de répéter la question déjà posée par W. Thomas : « Si les rythmes latins sont purement accentuels, pourquoi comportent-ils toujours un nombre fixe de syllabes et presque toujours une finale assonancée ou rimée ? Le nombre des toniques devrait être l’unique préoccupation du versificateur58. » Il ressort tout au moins de ce qui précède que, de très bonne heure, l’accent latin n’est considéré, dans la poésie du plus haut Moyen Age, que comme un accident qui se surajoute souvent au vers, mais dont celui-ci peut se passer sans cesser de demeurer vers.

viiebélla consrgunt,

IV

  • 59 L’addition rythmique au Pange Língua de Fortunat présente régulièrement ténebráe.
  • 60 H. Berger, die Lehnwörter...
  • 61 G. Paris, Mélanges linguistiques, p. 335 sq.

46En réalité, la juste connaissance de l’accent latin est atteinte d’assez bonne heure. Dès le latin vulgaire, les premières altérations se manifestent ; dans un certain nombre de mots proparoxytons, un groupe muta + liquida déplace fréquemment la tonique qui affecte désormais la syllàbe pénultième. On ne dit plus tónitru, íntegrum, cáthedra, cólubra, vólucres, pháretra, álacrem, ténebras, etc.,...mais tonítru, intégrum, cathédra, colúbra, volúcres, pharétra, alácrem, tenébras, etc., tandis que *púllitra produit poltre et qu’il y a hésitation pour pálpebram, qui tantôt donne en français palpre (Psautier d’Oxford 10,5), tantôt est transcrit par palpebre (ib. 131, 4). C’est à peine si quelques poètes, qui écrivent en latin, maintiennent encore l’accentuation correcte59 D’autre part, il existe en ancien français une couche de mots mi-savants, où la tonique latine n’a point changé de place, bien que les sons composant chaque vocable n’aient pas subi toutes les transformations populaires. Tels sont órguene, ángele, ídele, apóstele, útele, áneme, ámele, vírgene, órdene, etc. Mais, dans les plus anciens textes, on en trouve d’autres qui ne présentent plus ce caractère. H. Berger60, examinant ces monuments de notre langue, y a trouvé un grand nombre de termes où la tonique n’affecte plus la syllabe qu’elle frappait en latin. G. Paris, reprenant son travail61 a distingué les formes verbales et les substantifs. Les premières, pour la plupart, comme estudie(t), gracíe(t), sazie(t), contrarie(t), glorifie(t), justifie(t), molteplie(t), senifie(t), vivifíe(t), lui semblent s’éclairer par l’influence des formes où la finale est normalement tonique : estudiier, graciier, saziier, contrariier, etc.. Cependant on voudra bien remarquer que, dans ces deux séries, l’accent tombe sur des voyelles différentes, et qu’on ne voit pas bien comment une analogie aurait pu s’exercer de la seconde à la première. Il est plus juste de rappeler que les finales des paroxytons se sont effacées en français dès le milieu du viie siècle, sauf l’a, qui est devenu e féminin vers le début du IXe. C’est à partir de cette époque (viie s.) que notre langue a pris la physionomie oxytonique qu’elle possède aujourd’hui : donc tout mot d’emprunt devait être modelé selon cette loi, et grátiat devait donner gracie(t) comme ílla a produit elle.

  • 62 D’Ovidio, Versificazione italiana, p. 218 sq.

47Il en est de même pour les substantifs. Sans doute armôniam > armoníe, allegória > alegoríe s’expliquent par la substitution du suffixe grec tonique ia au suffixe latin atone ia. Peut-être aussi peut-on supposer un accent proparoxyton dans estátue venant de státuam. Mais il reste cálicem < caliz, pérfidum < perfide, exércitum < exercite, cánticum < cantike, mártyrem < martír (à côté de mártre), týmpanum < timpáne, adúlteram < avultére, surréxit < surrexí, órganum < orgáne (attesté au xiie s.), sans parler encore de tous les cas qui seront examinés plus loin. D’Ovidio62, qui a examiné un grand nombre de ces mots, met en avant des analogies : elles ne sont pas toutes convaincantes, et, de plus, quelle que soit la raison invoquée, les faits subsistent, et corroborent ceux précédemment mentionnés. On notera, parmi les termes cités, dont certains ont sans doute été employés avec cette accentuation nouvelle bien avant qu’un texte les ait enregistrés, que beaucoup sont empruntés à la langue ecclésiastique, et qu’ils l’ont sans doute été par des clercs, c’est-à-dire par des gens que leur métier forçait à écrire, à lire, et même à parler latin. Il faut penser que ces clercs, ou bien personnellement ne savaient plus la bonne prononciation latine, ou bien que, s’adressant à des profanes, ils sacrifiaient ainsi, pour des raisons de facilité, à l’indifférence générale que le peuple ignorant marquait, quand il prenait part aux cérémonies du culte, pour l’exacte valeur des toniques.

  • 63 On trouvera, dans les développements consacrés à la césure, toutes les explications désirables sur (...)

48Cette impression devient une certitude, si l’on considère, non plus seulement la forme du terme d’emprunt, mais encore la place qu’il reçoit dans le vers. Si la finale coïncide avec la césure ou avec la rime, il est bien évident, selon les preuves qui en seront données plus loin, que cette finale est accentuée. Il faut donc examiner conjointement les mots latins qui pénètrent dans les plus anciens poèmes en langue vulgaire et ceux qu’une adaptation savante francise. A la césure, il est très rare que l’accent originaire occupe cette place privilégiée. Les scrupules, qui s’éteindront au xie siècle, sont encore manifestes dans les octosyllabes césurés suivants63.

Qui tal exércite vedist... (Saint Léger, 23 f)

Tot par envidie non por el... (ib., 17 f).

Et inter ómnes sunt vedud... (Passion, 82 b)

Un asne addúcere se roved... (ib., 5 d)

Spiritus Sánctus sobr’els chad... (ib., 119 c)

Est vanitátum vanitas.

Et univérsa vanitas (Fragm. d’Alexandre, v. 3-4).

Revs Alexánder quant fud naz.., (ib., v. 46).

Cum Alexánder Magnus fist,

Qui fud de Grécia natiz... (ib., v. 17-18).

Et de pecunia manent... (ib., v. 20).

49Au contraire, dans d’autres passages des mêmes poèmes, la négligence est complète :

Sa gratiá li perdonat (Saint Léger, 8 d).

Nicodemús de l’altra part... (Passion, 87 a).

Hebraïcé forment lo dis... (ib., 79 c).

Tot als Judéus o vai nuncer... (ib., 26).

Crucifigé, crucifige... (ib., 57 c).

Lo spiritús de lui anet... (ib., 80 d).

Mult lez sempér en esdevint... (ib., 53 b).

Enter mirrá et aloen (ib., 87 c).

Regnum Deí nuncent per tot (ib., 122 b).

Olimpiás, donna gentil... (Fragm. d’Alex., v. 44).

50On ne peut même pas arguer que dans les proparoxytons latins, l’accent final a un caractère de compensation, la tonique restant à sa place normale : il sera en effet facile de démontrer, lorsque le moment en sera venu, que ces mots n’ont plus qu’un seul accent, sur la dernière. Si l’on ouvre le Saint Alexis, on constatera que le nom du héros, placé fréquemment à la césure, est à n’en pas douter oxyton, de même que Tarsón (v. 193 = Társum, désignant la ville de Tarse), de même encore que les noms hébreux Noé, David. Si l’on trouve fort correctement vírgene et vírgenes à la finale du premier hémistiche dans Saint Alexis (v. 89) et dans le Pèlerinage de Charlemagne (v. 125), le Sponsus présente les décasyllabes suivants à césure féminine, avec ou sans élision :

Oiet virgínes aiso que vos dirum... (11)
De la virgíne en Betleem fu net... (17).

  • 64 G. Dreves, p. 166.

51Les césures des vers latins du Moyen Age, à cause de la nature variée des mots qu’elles affectent, sont utiles à consulter. Des octosyllabes partagés en deux hémistiches peuvent présenter dans le premier des combinaisons différentes. Un poème de Hildebert du Mans († 1133), cité par le P. Dreves64, débute ainsi :

Alpha et O, — magne Deus,
Heli, Heli, — Deus meus,
Cujus virtus — totum posse...

52On y distingue deux types dissemblables dont l’un, à terminaison monosyllabique, se manifeste très nettement dans le premier vers, et l’autre, à terminaison dissyllabique, dans le deuxième et dans le troisième. Ce dernier est de beaucoup le plus fréquent. Il ne règne pourtant pas sans partage, puisqu’on rencontre encore des exemples comme les suivants :

Flamen ab his — procedendo...
Ut nec in se — varietur...
Deus, ex te — totum quaero...

  • 65 E. du Méril, Poésies pop. lat., p. 271.

53C’est donc que pratiquement ces deux types sont équivalents et que l’accent tombe sur la quatrième syllabe du premier hémistiche. Le Chant sur la défaite du roi Albert65, qui date de 960, ainsi qu’une foule d’autres poèmes, donneraient lieu aux mêmes observations. Mais un texte important est le Sponsus, composé en Angoumois au début du xiie siècle, dans un mélange de décasyllabes latins et français. L’identité de la facture exige donc que nous lisions :

Partimini — lumen lampadibus,
Piae sitís — insipientibus,
Pulsae ne nós — simus a foribus.
Cum vos Sponsús — vocet in sedibus.

54En d’autres termes il ne s’agit plus ici ni de proparoxytons, ni de paroxytons, ni d’oxytons : partout le premier hémistiche est composé de syllabes semblables, sauf la dernière, que la voix met en relief.

55L’examen des mots d’emprunt placés à la rime est tout aussi concluant :

Il li respondem tuit adún
Jhesum querem Nazarenúm (22-23).

  • 66 Si toutefois Guillaume d’Angleterre doit bien être attribué à Chrétien de Troves.

56Outre le crucifige déjà cité, on trouve dans le même poème à la fin du vers judeu (43 a) ; judeus (56 b) ; pontifex (45 a). Le Fragment d’Alexandre présente à la même place vanitas (9 et 10) et genuit (19). Dans Saint Alexis, grabatun (grabátum) assone avec maisun (218), c’est-à-dire que tous ces mots exigent une accentuation oxytonique. Les plus anciens de ces exemples remontent à la fin du xe siècle. Or il s’agit là d’une règle générale, appliquée dans tous les textes postérieurs. Conreé : libera me se rencontre dans le Roman de Rou, vers l’an 1174. On relève dans la Vie de saint Gilles trové : benedicite (2429), dans Gaimar pallion (pallium) : baron (1047) ; Theodorus : plus (1545), etc., dans Chrétien de Troyes66, Tantalus : mal us (Guill. d’Angl., 903). Le Roman d’Eneas, auquel on assigne la date de 1160 environ, est riche en exemples : Pria-mus : dus (337) ; Dido : Juno (515) ; pas : Eneas (612) ; Eneas : trepas (621) ; Venus : plus (777) ; pres : Ulixes (884) ; Achilles : Ulixes (919) ; Orfeüs : Theseüs (2283) ; Adrastus : Theseüs (2269) ; Tantalus : desus (2747) ; dus : Romulus (2950) ; Anchises : anprés (2981) ; plus : Turnus (3328 et 3956) ; Eurialus : Mesapus (5075) ; cuens : Valens(5014) ; sus : Pandarus (5496), etc... Une cinquantaine d’années plus tard, cette habitude subsiste ; La Vie de saint Eustache fait rimer Placidus avec jus (387), avec nus (465), avec plus (434), ou bien Placide avec conté (363), ou bien Theospite avec dité (529), ou bien Agapitus avec Theospitus (531), ou bien Acha-tius avec Antiochius, ou bien Placidum avec iron (1116) et avec baron (1384), ou bien Traianus avec dus, ou bien Apollinis avec marchis (1818). Au xive siècle ; dans le Livre de la Passion, on trouve Lazaron rimant avec saison (77) et avec achaison (157), comme déjà ce même nom propre figurait à la césure masculine dans le Pèlerinage de Charlemagne (164). Voici d’ailleurs des octosyllabes de ce même Livre de la Passion, où l’on pourra constater que rien n’est changé depuis le xe siècle :

  • Mez en la croys tout au desus
    Escrit : Jhesus Nazarenus. (1705-6).
  • In manus tuas, Domine,
    Commendo spiritum meum67. (1726-7).
  • Sicut advis ad volendon,
    Sit homo ad laborandum (1101-2).
  • Baisier li vont par amitié.
    Il dit. « Noli me tangere » (2228-9).
  • Lors se mist Dieu de paradis
    En my eux et dist : « Pax vobis » (2264-5).
  • 68 En 1525, l’Art et Science de Rhétorique (cf. E. Langlois, p. 265) précise que tous les mots latins (...)

57On pourrait allonger à l’infini la liste de ces exemples. Ils prouvent que, dans le langage courant, tous les mots latins étaient devenus oxytoniques, c’est-à-dire que, sans distinction, ils avaient reçu l’accentuation française68.

58Il ne suit pas de là que l’ignorance ait été universelle. Il faut au contraire noter, en opposition avec ce qui précède, qu’au xiie siècle et au xiie, la poésie rythmique chrétienne pousse l’accent au plus haut point de perfection qu’il ait jamais atteint et ne se permet plus que de très rares licences. Les Proses d’Adam de Saint-Victor († 1192) nous offrent des vers le plus souvent irréprochables. G. Paris les a commentées avec enthousiasme. Soient donc ces deux strophes d’une séquence à la Vierge, dans un rythme binaire et trochaïque :

Ave, Virgo sínguláris,
Máter nóstri sálutáris
Quáe vocáris Stélla maris,
Stélla nón erráticá ;

Nós in hújus vítae mári 5
Nón permítte náufragári,
Séd pro nóbis sálutári
Túo sémper súpplicá.

Sáevit máre, frémunt vénti,
Flúctus súrgunt túrbulénti, 10
Návis cúrrit, séd currénti Tót occúrrunt óbviá :

Híc sirénes vóluptátis, Dráco, cánes cúm pirátis,
Mórtem péne desperátis 15
Háec inténtant ómniá.

59Soit mieux encore, parce que plus connu, le début du célèbre Dies irae, de Thomas de Celano († 1250), que l’Église n’a point cessé de chanter, et dont on admire la poignante beauté. C’est un des exemples que P. Meyer aimait à citer dans ses cours ; il le déclamait avec chaleur :

Díes írae, díes ílla
Sólvet sáeclum ín favílla
Téste Dávid cúm Sybílla.

Quántus tramor ést futúrus,
Quándo júdex ést ventúrus, 5
Cúncta strícte díscussúrus !

Túba mírum spárgens sónum
Pér sepúlchra régiónum
Cóget ómnes ánte thrónum.

Mórs stupébit ét natúra, 10
Cúm resúrget créatúra
Judicánti résponsúra.

  • 69 Rochat, Et. sur le v. décasyll. — Zarncke, Zwei mittelalterliche Abhandlg.
  • 70 G. Dreves, Kirche der Lateiner, p. 66.

60Le mouvement binaire, qui frappe par compensation quelques atones, met en relief, sans aucune faute, toutes les toniques. Mais cet art si parfait présente le caractère d’une renaissance. Il ne permet pas de conclure, comme l’ont fait Zarncke, Rochat69, et beaucoup d’autres, que le vers français avait lui aussi un rythme binaire, ïambique dans les vers pairs, trochaïque dans les impairs. Il tranche, en effet, sur la médiocrité rythmique de l’époque précédente. Le P. Dreves, éditeur des Analecta hymnica, et spécialiste de la poésie liturgique, l’a parfaitement remarqué dans l’excellent petit volume qu’il a consacré aux chants de l’Église latine : « Le xe siècle, écrit-il70, reprend le travail interrompu et arrêté par la Renaissance carolingienne, travail qui consiste à détacher l’hymne latine de l’ancienne métrique pour l’amener au rythme. C’est une lente évolution qui se poursuit dans la barbarie et la grossièreté. Les poésies hymniques ne sont plus quantitatives, mais elles ne sont pas non plus rythmiques ; l’accent n’a pas encore réussi à prendre la place de l’ictus métrique et à s’y maintenir, il semble bien plutôt qu’il ait disparu, et que les poèmes obéissent à un principe purement syllabique... C’est seulement le xie siècle qui pousse l’accent vers le point de perfection où nous le voyons aboutir au xiie siècle et au xiiie. »

61Ainsi, lorsqu’apparaissent les premiers vers français, leur forme ne peut avoir sa source dans le rythme tonique de la poésie liturgique, puisque l’accent latin, à ce moment, est en pleine décomposition. Si le traitement des mots d’emprunt laisse apparaître quelques scrupules chez l’auteur du Saint Léger, à la fin du xe siècle, on n’en aperçoit aucun chez le poète de la Passion, qui date de la même époque, ni dans le Saint Alexis, écrit vers 1050, ni dans tous les ouvrages qui ont suivi. La correction d’Adam de Saint-Victor ne doit pas nous faire illusion : l’alternance des toniques n’est chez lui, chez ses contemporains comme chez ses successeurs immédiats, qu’un ornement que recherchent les lettrés ; elle n’est pas le principal du vers, mais un accessoire qui se superpose à l’élément dominant, je veux dire au syllabisme, et qui d’ailleurs, nous le verrons, ne laisse pas de traces dans la déclamation. Elle n’a tout juste que la valeur du mètre dans les pièces de la même époque où l’on observe les brèves et les longues, elles aussi pure superfétation savante.

  • 71 Ch. Thurot, Notices et Extraits.
  • 72 Cf. Thurot, ib., p. 400.
  • 73 Il est vrai que illic représente un ancien illicce, istic un ancien isticce, etc.
  • 74 Thurot, De Alex. de Villa-Dei doctrina (1850), p. 4 : « De subtilioribus quaes-tionibus in fine du (...)

62Nous possédons, en effet, les traités didactiques où le xiie siècle et le xiiie ont puisé leur connaissance de l’accent latin. Certains extraits en ont été publiés par Thurot71. J’aurai plus loin à invoquer l’un deux, qui nous montre, par ses termes mêmes, qu’une prononciation correcte n’était pas courante et avait besoin d’être enseignée. Mais un auteur du xiiie siècle, Alexandre de Villedieu, déclare72 qu’un certain nombre de dissyllabes sont oxytons, ergo dans le sens de causa, les adverbes circum, puta, pone, una, alias, afin qu’on les distingue des autres mots qui ont la même forme, mais une signification différente ; il en est ainsi des adverbes tirés de pronoms, comme illic, istic, illac, istinc, istac73. Thurot, constatant ces faits, et remarquant que sur beaucoup de points on accentuait autrement qu’à l’époque classique, en se basant sur l’autorité de grammairiens parfois peu compris, surtout sur celle de Priscien74, conclut que l’accentuation était apprise dans les écoles. Par conséquent Adam de Saint-Victor, utilisant les toniques latines comme au xviie siècle Santeul et le P. Patin ont usé des quantités, n’a pu séduire la foule par son exactitude rythmique, et le peuple n’a vu dans son art si impeccable qu’un syllabisme. Il me restera à le prouver plus complètement par les arguments que nous fournit la musique du Moyen Age, puisqu’aussi bien l’habile technique des poètes ne se manifestait aux oreilles que portée par un chant.

  • 75 Thurot, Notices et Extraits, p. 418 et 453.

63On voit où je veux en venir. Ce qui ressort de la première partie de cet exposé, c’est que le vers liturgique, qu’il soit composé selon les règles du mètre ou selon celles de l’accent, ou que quantités et accents lui fassent défaut, a pour caractère essentiel un syllabisme permanent, agrémenté parfois de quelques recherches savantes, mais dépourvues de toute valeur pratique. Or, n’est-ce point là ce que nous disent les textes de Marius Victorinus et de Bède précédemment cités ? Ces deux auteurs s’entendent pour déclarer que le rythme consiste avant tout en un certain nombre de syllabes, qu’il est un numerus syllabarum ou une numerosa scansio, et que l’élément surajouté, quantité ou accent, comme on voudra l’entendre, ne joue qu’un rôle superflu. Quelques témoignages, réunis par Thurot, sont encore plus clairs, et nous montrent que les grammairiens du Moyen Age distinguent nettement le dictamen metrician dont Virgile donne le type, et le dictamen rhythmicum ou syllabique. Voici, en effet, comment s’exprime Sponcius au xiiie siècle : « Dictamen est litteralis editio venustate sermonum egregia, sententiarum coloribus adornata. Dictaminum aliud metricum, aliud prosimetricum, aliud rictimicum, aliud prosaicum. Metricum est illud quod pedum numero et vocum attenditur scansione. Prosimetricum est quod partim prosaice partimque metrice compi-latur. Rictimicum est quod sillabarum numero et vocum consonantiis est contextum. Prosaicum est quod solutum a lege metrica longa sed continua continuatione procedit. » Et un autre auteur du xiiie siècle nous donne cette définition : « Rithmus est paris sylla-barum consonans75 »

  • 76 Gerbert, Scriptores, t. I, p. 195.
  • 77 G. Mar !, Trattati medievali, p. 11, 17, 23, 28, 36.

64A la vérité, on peut remonter bien plus haut encore. « Ce qui n’était pas contenu dans une mesure précise (la quantité latine), a écrit saint Augustin dans son de Ordine (II, 14), mais qui pourtant se succédait dans un ordre régulier, reçut le nom de rythme, ce qu’on ne peut traduire en latin que par numerus. » A son tour la Musica euchiriadis, petit traité composé vers le milieu du ixe siècle, considère qu’il y a identité entre le rythme et le nombre : « Quid-quid in modulatione suavis est, y lit-on, numerus operatur per ratas dimensiones vocum ; quidquid rythmi delectabile praestant sive in modulationibus, seu in quibuslibet rythmicis motibus, totum numerus efficit76 » Au ixe siècle, Aurélien de Réomé s’exprime ainsi : « Rhythmus vero est modulatio sine ratione, et per syllabarum discernitur numerum. » Cependant, depuis Thurot, G. Mari a publié un important recueil de traités divers, dont aucun n’est antérieur à 120077. On y trouve à propos du rythme de nombreuses définitions qui concordent avec les précédentes. Du de rhythmico Dictamine, il y a trois rédactions ou remaniements qui nous apportent le même témoignage : « Rithmus est consonans paritas sillabarum sub certo numero comprehensarum. » « Rithmus est consona paritas sillabarum certo numero comprehensarum. » « Rithmus est oratio sillabarum certo numero comprehensa, et dicitur a rithmos grece quod est numerus latine, velut consonantia in rithmo, ubi connumerantur sillabe. » Le manuscrit d’Admont nous fournit cette phrase : « Rithmus enim est congrua diccionum consona. » L’Ars rithmica de Jean de Garlande déclare pareillement : « Rithmus ita describitur : Rithmus est consonancia dictionum in fine similium sub certo numero sine metricis pedibus ordinata. » Ces définitions sont identiques à celles que nous donneront, pendant toute une suite de siècles, les théoriciens du vers français. Nulle part il n’est question des toniques.

65Il est donc inutile de se préoccuper de l’accent latin si l’on veut retrouver les formes qui ont donné naissance à notre versification. Cette démonstration se complétera plus loin par l’examen de la rime et de la césure. Si d’ailleurs le jeu des syllabes accentuées avait eu au Moyen Age l’importance qu’on lui accorde, l’alternance que nous révèlent certains poèmes latins, tels que les Proses d’Adam de Saint-Victor, n’aurait pas manqué de se reproduire dans la littérature écrite en langue vulgaire, imposée par les modèles et soigneusement observée par les auteurs, qui n’auraient pu concevoir la versification sans cet attribut indispensable. Or les plus anciens monuments de notre langue, abstraction faite de la césure et de la rime, ne nous laissent apercevoir qu’un syllabisme. Il suffit, pour s’en rendre compte, de lire quelques vers du Saint Alexis :

Li bons serjanz quil serveit volontiers
Il le nonçat son pedre Eufemiien :
Soef l’apelet, sí li at conseilliet :
« Sire, dist-il, morz est tes provendiers,
E ço sai dire qu’il fut bons crestiiens. 335

Molt longement ai o lui converset :
De nule chose certes nel sai blasmer,
E ço m’est vis que ço est li om Deu. »
Toz souls s’en est Eufemiiens tornez ;
Vint a son fil o gist soz son degret. (v. 336-345). 340

66L’accent binaire du rythme ïambique, si on voulait l’introduire à toute force dans ce passage, frapperait souvent des e (œ) atones, parfois posttoniques, ou négligerait les mots de valeur pour tomber, en dépit du sens, sur des syllabes sans importance. De plus un tel rythme serait en désaccord avec ce que nous savons des hémistiches des xvie et xviie siècles, encore privés de coupe intérieure, ainsi qu’il sera facile de le démontrer, et nous serions dans l’impossibilité d’expliquer pour quelles raisons et à quelle époque des fractions ainsi brisées se sont rejointes et solidifiées, formant un ensemble qui plus tard s’est disjoint à nouveau, non plus cette fois selon un schéma fixe, mais d’après les exigences du sens. Car, de même que le rythme latin binaire, trochaïque ou ïambique, selon lequel on voudrait que les vers français du Moyen Age eussent été composés, de même, dis-je, que ce rythme n’est pas la loi de la poésie vulgaire qui pourtant aurait eu les moyens, par son propre accent, de le reproduire exactement, pas davantage il ne rend compte du rythme moderne, libre et varié.

67Ainsi les origines du vers français doivent être recherchées uniquement dans le syllabisme des Hymnes liturgiques, qui est aussi celui des pièces profanes construites sur le même modèle, et qui s’étendit plus tard aux Proses d’Église. Le décasyllabe, en formations strophiques, existe déjà dans l’œuvre de Prudence. Césuré à la cinquième syllabe, on le rencontre encore dans l’Antiphonaire irlandais de Bangor, qui date sans doute du viie ou du viiie siècle, à la suite d’un poème en l’honneur de saint Patrick :

laudes semper canemus

Ut nos cum illo — semper vivamus.

  • 78 E. du Méril, P. pop. lat. ant. au xiie s., p. 294.

68Sauf erreur, le premier exemple qu’on possède en latin du même vers avec coupe quatrième remonte à 1087, dans le Chant sur la mort de Guillaume le Conquérant78


Resolutus — est rex in cineres ;
Rex editus — de magnis regibus
Rex — bello fortissimus…

69Il est donc postérieur à Saint Alexis, le premier poème français qui ait été écrit dans ce mètre. Mais personne ne peut supposer un seul instant qu’il en soit une imitation, et c’est bien au contraire, en toute probabilité, Saint Alexis qui est la copie d’autres vers latins de dix syllabes césurés 4 + 6 et aujourd’hui perdus. Voici des heptasyllabes, en strophes de quatre vers, donnés par l’Antiphonaire de Bangor :

Benchuir bona regula,
Recta atque divina,
Stricta, sancta, sedula,
Summa, justa, ac mira.

70Voici encore des ennéasyllabes, également contenus dans le même recueil :

71Audite versus parabolae
De quondam puero nobili

  • 79 Cf. Kawczinski, p. 126 sq.

72Dum iret in solitudine
Aprum cum canibus querere79

73Le dimètre ïambique dont a usé saint Ambroise, rythmique ou métrique, a huit syllabes, comme Saint Léger. Le sénaire ïambique en a douze ; mais seul l’asclépiade classique, qui en compte autant, les partage par la moitié ; comme l’alexandrin :

O Roma nobilis — orbis et domina...

  • 80 Romania, t. XIII, p. 625.

74Le saphique en a onze, et la collection d’Hymnes éditée par Mone nous offre des lignes de toute longueur, ou à peu près, des vers de six syllabes, et d’autres plus ou moins amples. Kawczynski l’avait déjà montré. Il importe peu de savoir si les modèles latins dont les poètes s’inspirent présentent, outre leur numerosa scansio, une quantité classique ou des toniques alternantes. Je dirai même que la question de résoudre si tel de nos vers reproduit exactement tel ou tel vers latin, n’offre peut-être pas l’intérêt qu’on lui attribue. Le principe du syllabisme étant admis, et les types qu’on avait sous les yeux présentant des longueurs diverses, il n’y avait pas lieu, même pas quant à la position de la coupe intérieure, de n’avoir recours qu’à des schémas connus : de simples tâtonnements successifs pouvaient conduire par pur empirisme à l’adoption des formules définitives qui se sont établies dans notre langue. C’est l’idée, semble-t-il, qui se présenta un jour à l’esprit de Gaston Paris. J’élimine sa conception d’un accent primitivement binaire, qui aurait ensuite perdu du terrain pour se maintenir aux places fixes de la césure et de la rime ; mais je retiens sa pénétrante et judicieuse déclaration80 : « Les vers de quatre, six, huit, dix, douze syllabes ne sont que les variations d’un même type. »

Notes

1 K. Voretzsch, Einführung, p. 29.

2 Abbé Meunier, la Vie de saint Alexis, p. 83.

3 D’une façon générale, je renvoie à l’excellent travail de Ph.-A. Becker : Vom christlichen Hymnus zum Minnesang.

4 Seuls les grands vers de chaque strophe sont des asclépiades (asclépiades mineurs) ; les vers courts sont des phérécratiens acatalectes.

5 Les petits vers de chaque strophe sont des adoniques.

6 Cf. E. Seelmann, ire partie, surtout p. 47 sq.

7 G. Paris, dans sa Lettre à M. Léon Gautier (1866), déclare que le vers rythmique latin répugne au dactyle et à l’anapeste, et qu’il ne connaît, sauf exception, que l’ïambe et le trochée.

8 Cf. G. Paris, ib., p. 21 : « La versification rythmique... assimile à une accentuée la syllabe qui est séparée de la tonique principale par une autre syllabe, qu’elle la suive ou la précède. » C’est le principe de l’alternance.

9 Priscien, ed. Putsch, p. 1289. — Aldhelm, ed. Giles, Oxford, 1844, p. 52.

10 Micrologus, XV ; cf. Dom Pothier, p. 184. — Naturellement l’opinion de Guy d’Arezzo n’a que la valeur d’une théorie, puisque l’acuité est fixée par la note et ne change pas.

11 Pour la conception de l’intensité dans l’accent latin, on se reportera à l’ouvrage de E. Seelmann, p. 25-29. Il y a là des textes intéressants, mais assez rares, toute l’attention étant accordée en général à l’acuité. Quelques grammairiens parlent de la latitudo ou de la crassitudo de la syllabe, ce qui vise la masse du souffle et la durée pour le son tout entier. Servius déclare que la syllabe accentuée « plus sonat », Pompeius de même. Selon le premier, elle supporte l’effort de la voix (nisum vocis) ; selon le second elle a plus de force (majorem potestatem). Certains pourtant, disent-ils, ne perçoivent pas l’accent. Qu’ils supposent donc, conseillent les deux grammairiens, un homme qui en appelle un autre placé à une certaine distance : une syllabe domine les autres, justement celle qui reçoit l’accent. On remarquera que cette définition n’isole l’intensité ni de l’ampleur temporelle du sou, ni de la hauteur musicale, sur laquelle insistent tous les auteurs.

12 Ph.-A. Becker (Vom christl. Hymnus Z. Minnesang, p. 170, indique que la versification non prosodique apparaît dès le ve s., sûrement dans le Sud de la Gaule (aux îles de Lérins et à Arles), peut-être dans le Sud de l’Italie (au mont Cassin) vers la même époque.

13 U. Chevalier, Poésie liturgique, p. 22.

14 Le premier de ces exemples est donné par P. Wagner (Einführung, t. I, p. 257) ; le second par le P. G. Dreves (die Kirche der Lateiner) ; l’édition de Solesmes (Liber gradualis, p. 222) ne reproduit pas la clausule IV a du Victimae paschali laudes parce qu’elle ne se chante plus aujourd’hui. Cette œuvre de Wipo, dont les finales sont soit en assonances, soit en rimes, est une Prose de transition ; la conclusion manque.

15 Cf. Groeber, Grundriss, t. II, I, p. 155 et p. 325 sq., où l’on trouvera l’histoire de cette évolution. Les Proses, très nombreuses au Moyen Age, ont disparu de la liturgie depuis la réforme du pape Pie V, en 1568. On n’autorise que les suivantes : Victímae paschali, Veni, sancte Spiritus, Lauda Sion, Dies irae, et le Stabat mater, réintroduit en 1725. A Paris on connaît en outre les Proses de la Dédicace, de sainte Geneviève, de l’Assomption, et de saint Denis.

16 G. Paris, op. cit., p. 4.

17 Diez, dans sa Poésie des Troubadours, admet que tous les vers romans sont soit ïambiques, soit trochaïques.

18 G. Paris, op. cit., p. 18.

19 Ph.-A. Becker, Ursprung der rom. Versmasse, p. 43 (1890) : « Ein solches Verfahren öffnet jeder Wilkür die Pforte und verkennt jede Gleichmässigkeit in der romanischen Verskunst, welche kein System mehr bildet, sondern ein Konvolut zusammengeraffter Zeilen von gewisser Silbenzahl ; sogar des Rythmus, der Wohlklang der romanischen Verse, ist nur ein zufälliges Ergebniss... »

20 Dans Groeber, Grundriss, t. II, I, p. 14-24 (1893). On y verra aussi que certaines interprétations prétendent retrouver des origines germaniques, sémitiques ou celtiques : je passe sur celles-là.

21 L’explication du numérisme par la chute des atones après les toniques de la césure et de la rime est une théorie qui rencontre généralement la faveur des critiques.

22 Romania, I, p. 293, à propos de Saint-Léger.

23 W. Thomas, le Décasyllabe roman, p. 18.

24 Voretzsch, Einführung..., p. 34.

25 Par exemple, l’hexamètre peut se terminer par un Image img26.jpg ou par un tronchée Image img27.jpg

26 On notera pourtant que les hexamètres de Sedulius transcrits plus haut (p. 7) sont encore entièrement classiques et ne présentent aucune égalité numérique.

27 U. Chevalier, Poésie liturgique, p. 1-5.

28 A. Gastoué, Origines, p. 65.

29 A. Möhler, t. I, p. 64. — Gevaert, Mélopée antique, p. 67. — P. Wagner, Einführung, p. 45-46.

30 A. Gastoué, Origines, p. 65.

31 Fr. Leo, Venantii Fortunati carmina (commentaire métrique).

32 Groeber, Grundriss, II, 3, p. 112.

33 Par exemple Thalhofer, Handbuch, II, p. 549 (opinion assez nuancée) ; L. Gautier, Ep. franç., I, p. 284-275 ; U. Chevalier, op. cit., p. 2-3.

34 Cité par Kawezynski, Essai, p. 115.

35 Abbé D. Tardi, Fortunat, p. 267.

36 Grégoire de Tours, Hist. Franç., V. 45.

37 Groeber, Grundriss, II, 3, p. III.

38 Pourtant, même au ixe siècle, il y a toujours des indépendants. E. du Méril, dans ses Mél. arch. et lit., p. 348, n., cite deux textes intéressants ; l’un est de Walafried Strabo († 849) : « Et si in pedum mensuris et synalaepharum posi-tione fefelli, contra nullum luctamen inibo, quia ad ramusculos spargendos non egi, sed potius ob propositi mei conservationem ». L’autre est de Milo († 872) dans son De Sobrietate, II :
Posthabui leges, ferulas et munia metri.
Non puto grande scelus, si syllaba longa brevisque
Altera in alterius dubia statione locetur.

39 Thurot, Notices et extraits, p. 428 sq.

40 M. Aur. Cassiodori, éd. Mommsen, p. 71, 1. 14.

41 Keil, Gramm. T. VI, p. 206.

42 Ce dernier membre de phrase vise, semble-t-il, les voyelles en hiatus intérieur, souvent réduites à une syllabe (cf. hvmne Vexilla regis : prelium V. 22, selon des réductions courantes au Moyen Age).

43 Bède, De arte metrica, 24, cf. Keil, t. VII, p. 258.

44 L’abbé Meunier, cherchant dans ces derniers vers un rythme accentuel (op. cit., p. 100), les transcrit ainsi : ápparébit répentina — díes mágna Dómini. Traités quantitativement, le premier texte donne :Image img34.jpgImage img35.jpg

45 Aldhelm, Epistola ad Heddam, p. 96.

46 Cl. Fauchet, Recueil, I, 6.

47 Le texte de Victorinus donne la leçon tono au lieu de sono, qui est une correction suggérée par la rédaction de Bède.

48 Kawczynski, p. 113.

49 Kawczynski, p. 108. Kawczynski explique le texte à mesure qu’il le cite ; cf. Quintilien, de Institutione oratoria, IX, 4, 45. Quintilien nous donne la première indication que nous possédions à cet égard.

50 (Cf. p. 24). On notera son si conditionnel : « si per accentus viam pedibus composita voce gradiatur »

51 Composition rythmique, dit le P. Guido Dreves, p. 42 ; sur la date, cf. ib., sans doute viie ou viiie siècle.

52 Cependant cf. Thalhofer, t. II, p. 549 : « Die Herrschaft des antiken Metrums wurde jedoch gebrochen durch die Sequenzendichtung, bei welcher aufänglich weder Metrum noch Rhythmus, sondem lediglich Silbenzählung herrscht »

53 Les chiffres gras marquent les accents qui n’ont pas de correspondance dans la clausule parallèle. Cf. supra, p. 15-16.

54 P. Lejay, le Grammairien Virgile, p. 90-107.

55 Je n’attache aucune valeur phonétique à ce retour de l’accent à la fin du vers. La question sera examinée à propos de la rime.

56 Pour assiduum.

57 E. du Méril, Poésies pop. lat., p. 82.

58 W. Thomas, Décasyll. roman, p. 18.

59 L’addition rythmique au Pange Língua de Fortunat présente régulièrement ténebráe.

60 H. Berger, die Lehnwörter...

61 G. Paris, Mélanges linguistiques, p. 335 sq.

62 D’Ovidio, Versificazione italiana, p. 218 sq.

63 On trouvera, dans les développements consacrés à la césure, toutes les explications désirables sur ces coupes qui tombent à l’intérieur d’un mot.

64 G. Dreves, p. 166.

65 E. du Méril, Poésies pop. lat., p. 271.

66 Si toutefois Guillaume d’Angleterre doit bien être attribué à Chrétien de Troves.

67 Domine rime avec humilité et meum avec raison.

68 En 1525, l’Art et Science de Rhétorique (cf. E. Langlois, p. 265) précise que tous les mots latins ont « parfait son », c’est-à-dire sont oxytons.

69 Rochat, Et. sur le v. décasyll. — Zarncke, Zwei mittelalterliche Abhandlg.

70 G. Dreves, Kirche der Lateiner, p. 66.

71 Ch. Thurot, Notices et Extraits.

72 Cf. Thurot, ib., p. 400.

73 Il est vrai que illic représente un ancien illicce, istic un ancien isticce, etc.

74 Thurot, De Alex. de Villa-Dei doctrina (1850), p. 4 : « De subtilioribus quaes-tionibus in fine duodecimi saeculi : unus Priscianus in scholis praelegi coepit. In statuto Antistarum an. 1254 hoc praescribitur : legant Priscianum de accentu. »

75 Thurot, Notices et Extraits, p. 418 et 453.

76 Gerbert, Scriptores, t. I, p. 195.

77 G. Mar !, Trattati medievali, p. 11, 17, 23, 28, 36.

78 E. du Méril, P. pop. lat. ant. au xiie s., p. 294.

79 Cf. Kawczinski, p. 126 sq.

80 Romania, t. XIII, p. 625.

Table des illustrations

Titre DIMÈTRES IAMBIQUES.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Hexamètres dactyliques.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Trimètres dactyliques hypercatalectiques.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Septénaires trochaïques.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Vers asclépiades4.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Vers saphiques5.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Septénaires trochaïques.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Dimètre ïambique
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Sénaire ïambique
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1796/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter