Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la thermochimie

 | 
Louis Médard
, 
Henri Tachoire

Chapitre 16. La thermochimie en Europe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

16.1 LA THERMOCHIMIE EN GRANDE-BRETAGNE ET EN IRLANDE

16.1.1 VUE GÉNÉRALE

La première moitié du xixe siècle avait vu les recherches thermochimiques de Rumford, de Dalton, de Davy et surtout d'Andrews dont les travaux furent remarquables tant par la justesse des résultats numériques qu'il obtint que par l'étendue de ses recherches.

Les expériences et les vues théoriques de Woods (cf. 16.1.2), après 1850, sont plus curieuses que fructueuses. La contribution de Frankland (cf. 9.3), en 1866, n'a été qu'une production épisodique dans l'œuvre de ce grand chimiste. Les expériences de Noble et Abel (cf. 8.7), vers 1870, relèvent autant du domaine de la pyrotechnie que de celui de la thermochimie. Cette branche de la chimie n'a guère attiré, semble-t-il, les savants britanniques, alors qu'après 1850 elle était en honneur au Danemark, en France et en Allemagne. L'Écossais M. Pattison Muir (1848-1931) chercha (1), en 1879, à attirer l'attention de ses compatriotes sur les perspectives nouvelles q...

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540