Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la thermochimie

 | 
Louis Médard
, 
Henri Tachoire

Chapitre 14. Le rattachement des données thermochimiques à la structure moléculaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

14.1 RAPPEL HISTORIQUE

Déjà en 1849, Favre et Silbermann avaient dégagé des corrélations entre les résultats thermochimiques qu'ils avaient obtenus pour les sels en solution aqueuse (cf. 4.9) ; mais c'est spécialement en chimie organique que des relations ont été cherchées entre les données thermochimiques (chaleurs de combustion ou de formation) et la structure des composés.

Les corps organiques connus, de plus en plus nombreux à partir de 1830, avaient été mis en ordre, mais de façon encore imparfaite, par la théorie des radicaux (sous la forme primitive qu'elle eut dans la période de 1825 à 1840) puis, en 1839, par la théorie des types de Jean-Baptiste Dumas. Ils furent ensuite mieux ordonnés grâce à la notion d'homologie clairement énoncée en 1842 par Charles Gerhardt (1816-1856). C'est ce dernier qui employa pour la première fois, en 1843, l'expression « série d'homologues » et qui, avec Auguste Laurent (1807-1853), développa davantage la théorie des types. Il fallut attendre jui...

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540