Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la thermochimie

 | 
Louis Médard
, 
Henri Tachoire

Chapitre 13. Les pseudo-lois de la thermochimie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

13.1 LES SPÉCULATIONS PORTANT SUR LES RÉSULTATS THERMOCHIMIQUES

Les mesures de chaleurs de réaction, spécialement celles des chaleurs de combustion effectuées par Crawford, Lavoisier, Rumford et Despretz, avaient été entreprises, sinon exclusivement du moins principalement, en vue d'éclairer le problème de l'origine de la chaleur animale. Lavoisier ainsi que Rumford ont pensé aussi que les résultats calorimétriques peuvent servir dans une approche de la connaissance de la nature de la chaleur, mais ils n'ont guère songé à utiliser ces résultats pour en faire bénéficier la chimie.

L'idée que le calorique est un fluide ayant d'étroits rapports avec la matière (cf. 2.2) est probablement ce qui a incité les chimistes de la première moitié du xixe siècle à chercher si les quantités de chaleur mises en jeu dans les réactions chimiques obéissent à des relations semblables aux lois de la stœchiométrie. C'est ce que fit Welter en 1822-1824, puis Hess en 1838, Berzelius en 1839 et d'autres ensu...

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540