Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Seconde partie. Les travaux dans les châteaux et les villes du Haut-Dauphiné

Les constructions et les réparations défensives

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les travaux ordonnés à partir de 1357 ne représentent pas des dépenses importantes, ni en valeur absolue, ni en valeur relative : jamais plus de 9 % dans la châtellenie de Château-Dauphin et seulement 1,5 % à Château-Queyras, entre 1357 et 1398 (voir première partie : bilan de la défense active). Ceci n’a rien à voir, par exemple, avec la somme de 700 florins que le gouverneur du Dauphiné décide de consacrer à la mise en défense du château de Crémieu (Isère) en 1366-13681. S’il est possible d’établir la typologie de ces travaux (défense, aménagement intérieur et extérieur), il est par contre difficile de connaître les coûts de chacun d’entre eux. En effet, ne sont comptabilisés que des coûts globaux qui totalisent tous les travaux dans un même château et qui mélangent même souvent les travaux, les achats de mobilier et d’armes2. Enfin, les réparations dites de confort sont tout aussi vitales que les réparations défensives mais, d’après les sondages effectués dans les comptes des châ...

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540