Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Seconde partie. Les travaux dans les châteaux et les villes du Haut-Dauphiné

Matériaux et artisans du bâtiment

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’analyse des matériaux doit précéder l’étude typologique des réparations et des nouvelles constructions. Les unités de compte comme le setier, la charge et le muid sont présentées au moment de l’analyse des matériaux concernés (chaux, sable). Les autres unités de compte sont la pièce (planche, pièce de charpente), la douzaine (planches), la centaine (clous), le millier (clous, essandoles, tuiles) et le poids (métal). Afin de comparer les coûts des matériaux, il faut s’entendre sur les mesures employées dans chaque texte et qui reposent, pour la longueur, sur la subdivision de la toise delphinale ou canne :

  • La toise delphinale (2,046 m) dont le pied mesure 0,341 mètre – le pied étant la sixième partie de la toise1. Dans les châtellenies de Château-Queyras et de Château-Dauphin (Italie), la toise est plus petite (1,8755 m) car elle ne vaut que 5 pieds et demi2.
  • La canne, synonyme de la toise, varie selon les localités entre 1,87 mètre (Château-Ville-Vieille et Guillestre) et 2,05 mètre...

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540