Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Première partie. Le fait de guerre en Haut-Dauphiné

Bilan de l’organisation de la garde et de la défense active

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les châteaux delphinaux, la garde incombe principalement aux clients et aux nobles auxquels on n’hésite pas à faire appel massivement en cas de nécessité, pendant de courtes périodes, par exemple à Château-Dauphin (Italie) du 18 au 23 novembre 1362 (28 clients) quand les hommes de Galéas de Saluces occupent la châtellenie. Dans chaque château, la mobilisation des hommes est rapide, réversible, et, somme toute, les effectifs réquisitionnés pour le guet sont relativement importants à partir de 13601. Mais, comme si les Dauphinois avaient prévu l’échec des négociations de paix et la poursuite des attaques, on regroupait encore 15 nobles à Upaix du 15 mars au 26 avril 1369 (Figure 9)2. Dans ce château, c’est au cours de la dernière décennie du xive siècle qu’une organisation de la garde reposant sur une différenciation entre temps de paix et temps de guerre est mise en place. Et pour être davantage efficace, les gardes sont « fidélisés » : Louis Gache occupe toujours son poste de g...

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540