Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre et les fortifications du Haut-Dauphiné

 | 
Nathalie Nicolas

Première partie. Le fait de guerre en Haut-Dauphiné

Des moyens dérisoires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’incertitude qui plane sur les effectifs exacts des routiers est due à la méconnaissance des hommes qui leur ont fait face et, de même que l’identité des routiers est changeante d’après les récits des témoins, ces derniers se perdent dans les estimations du nombre de routiers. Quelle est l’attitude des habitants pendant plusieurs décennies de guerre et de quels moyens disposent-ils pour riposter ? Leur condition sociale et matérielle diffère-t-elle vraiment de celle des attaquants ?

L’équipement des soldats

La circulation des armes dans les hautes vallées briançonnaises est attestée dans la seconde moitié du xiiie siècle. En effet, le péage du marché d’Abriès mentionne, déjà en 1265, davantage les arcs, les arbalètes, les lances, les casques et les boucliers que l’outillage agricole1. De cet armement avant tout défensif conservé au château, le châtelain doit en remettre tous les éléments à son successeur2. Il est vrai que les armes sont à ce point rares et précieuses que la ville de ...

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540