Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux, villages, terroirs en Baronnies Xe-XVe siècle

 | 
Marie-Pierre Estienne

Deuxième partie. Castrum et lignages une cellule majeure au sein du terroir

Chapitre 7. Castra et paroisses : les limites de l’incastellamento

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’annexion de l’église au sein du castrum ne se systématise qu’après 1150 et se généralise au xiiie siècle en Baronnies, dans un contexte de concurrence entre bourgs castraux et bourgs prieuraux.

En effet, dans le second tiers du xiiie siècle, 59 % des castra qui ont généré un bourg castral abritent un lieu de culte. Les châteaux ayant engendré la naissance d’un bourg castral représente 50 % sur le nombre total de castra. Dans certains castra dont les vestiges ont aujourd’hui disparu, le vocable de l’ancienne église désigne encore l’emplacement du castrum : Dulions (Saint-Mathieu), Sigottier (Saint-Michel), Montmorin (Saint-Martin), Montfroc (Notre-Dame). Malgré une diversité de formes prises par la parrochia castri, les églises situées dans le territorium castri sont plus nombreuses que les églises édifiées à l’intérieur des remparts (trois à quatre par mandement) ; ces dernières échappent, dans de nombreux cas, à la domination des seigneuries laïques qui doivent composer avec l’anc...

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540