Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Existe-t-il une doctrine Menger ?

 | 
Gilles Campagnolo

Table des matières analytique

Texte intégral

Avant-propos : Les origines de ce volume

1Références bibliographiques concernant Carl Menger (1840-1921)

2I. Recueil des œuvres

3II. fonds d’archives

4III. Principaux articles concernant le fonds d’archives de Hitotsubashi

5IV. Liste (partielle) des textes de Menger

6V. Textes disponibles en français (liste exhaustive)

7VI. Traductions des principaux textes de Menger en anglais

8VII. Traductions des principaux textes de Menger en italien

9VIII. Traductions des principaux textes de Menger en japonais

10IX. Correspondance de Menger

11X. Publications des membres du comité d’organisation du colloque concernant Menger et l’école autrichienne

12Note éditoriale

13Gilles Campagnolo

14I. Sur les deux principaux fonds d’archives, au Japon et aux États-Unis

15II. Sur les deux éditions des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (1871et 1923)

16III. Sur la réédition de l’œuvre publiée de Menger par friedrich Hayek : un éclairage sur les Gesammelte Werke

17Références bibliographiques

18Introduction : Existe-t-il une « doctrine Menger » (eine Mengerlehre) ?

19Gilles Campagnolo

La « doctrine Menger » et les traditions

20Menger était-il aristotélicien ? Nouvelles réflexions sur un débat déjà ancien à l’occasion d’une réponse à Ricardo f. Crespo

21Gilles Campagnolo et Aurélien Lordon

22I. Quel rapport Menger entretenait-il avec la pensée aristotélicienne ?

23II. L’économie : science pratique ou science théorique ? Conceptions de l’économie selon Aristote et Menger : 1) Les conceptions de l’économie selon Aristote et Menger ; 2) Ces conceptions sont-elles contradictoires ?

24III. L’orientation exacte de la recherche : son infaillibilité peut-elle être un concept aristotélicien ? 1)L’argument de Cresposur l’infaillibilité de la recherche « exacte » ; 2)L’utilité de l’observation des faits selon Menger

25IV. La méthode d’analyse des structures sociales organiques chez Aristote, Menger et… Hayek : 1)L’argument de Crespo concernant les structures sociales organiques ; 2) L’exemple de la monnaie Conclusion et références bibliographiques

26La conception de la nature humaine dans l’Antiquité, au Moyen Âge et chez Carl Menger

27Herta Mayerhofer

28Introduction

29I. L’individu et la communauté : 1) Dans l’Antiquité ; 2) L’individu chez Menger ; 3) Les conceptions de l’individu et de la communauté en vigueur au Moyen Âge opposées au « Moi » individuel du Siècle des Lumières ; 4) Menger et la reprise de la théorie avancée par kant

30II. La conception du bonheur dans l’Antiquité, au Moyen Âge et chez Menger : 1) Le bonheur chez Aristote ; 2) Conceptions augustiniennes et thomistes ; 3) Du Siècle des Lumières à Menger

31III. La psychologie du xixe siècle et Menger

32Conclusion et références bibliographiques

33Carl Menger entre épistémologie et idéologie

34Niall Bond

35I. La théorie « contre » l’histoire et la notion de « types » en sciences économiques dans les impasses de la réduction du « réel »

36II. Rationalisme économique et satisfaction des besoins (Bedürfnisbefriedigung) chez Menger

37III. Critiques de la « réduction utilitariste »

38IV. Individualisme méthodologique et lutte contre les métaphores collectivistes

39V. Un mot sur le Methodenstreit Quelques brèves conclusions et références bibliographiques

Aspects théoriques de la « doctrine Menger »

40Carl Menger et l’école autrichienne sur la question de la connaissance

41Abdelaziz Berkane

42I. La nature tacite de la connaissance : 1) L’analyse mengérienne de l’émergence des institutions sociales : a) L’évolution de la connaissance individuelle ; b) L’émergence de la monnaie et des marchés du point de vue cognitif ; 2) Connaissance et processus de découverte : a) La conception hayékienne de la connaissance ; b) Hétérogénéité des agents et apprentissage

43II. information et connaissance : 1) La problématique de l’émergence de la nouveauté ; 2) Interactions et nouveauté Conclusion et références bibliographiques

44Peut-on utiliser les concepts de Menger pour penser la notion de valeur sociale non économique ?

45Pierre Livet

46I. Valeur économique et valeur non économique

47II. Des pistes pour penser les valeurs de reconnaissance sociale

48III. Le schème propre aux valeurs sociales non économiques

49IV. Valeur sociale et compétition

50V. Échanges de valeurs sociales ?

51Conclusion

52Existe-t-il une « doctrine-Menger » « hétérodoxe » ? Sur la lecture et l’interprétation des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (seconde version, 1923) par Karl Polanyi Giandomenica Becchio ; traduit et adapté de l’italien par G. Campagnolo

53Introduction

54I. Les deux éditions des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre (Principes d’économie politique), 1871 et 1923 : une comparaison

55II. Existe-t-il une « doctrine-Menger » « hétérodoxe » (Polanyi) s’opposant à une doctrine « orthodoxe » (Hayek) ?

56Quelques conclusions et références bibliographiques

La « doctrine Menger » sur le capital et la monnaie

57Menger, Böhm-Bawerk et la théorie du capital

58Jean Magnan de Bornier introduction

59I. Existe-t-il une théorie autrichienne du capital ? 1) Définition du capital ; 2) La productivité des détours : a) La loi des détours est une loi économique ; b) Définition de la production ; 3)La période de production ; 4) L’explication de l’intérêt

60II. L’erreur de Böhm-Bawerk ? 1) Böhm-Bawerk et les catégories de théories de l’intérêt ; 2) Menger et l’intérêt ; 3) Menger et Böhm-Bawerk : divergences ou opposition sur l’intérêt ?

61Conclusion et références bibliographiques

62L’origine de la monnaie selon Menger. Une relecture à partir de la traduction française de l’essai On the Origin of Money (1892)

63Gilles Campagnolo et Gilbert Tosi

64I. Carl Menger, théoricien de la monnaie

65II. La place de l’essai On the Origin of Money

66III. Du troc à l’échange indirect

67IV. La « capacité d’écouler les marchandises » ou Absatzfähigkeit

68V. Le processus d’émergence de la monnaie-marchandise selon Menger

69VI. Le rôle de l’État

70VII. Actualité de la doctrine monétaire de Menger

71Références bibliographiques

72Document annexe : traduction française intégrale de l’article de Menger

73« On the origin of Money »

74The Economic Journal, 1892

75Avertissement du traducteur.

76Texte (sections de Menger) :

77I. introduction

78II. Les solutions proposées jusqu’ici

79III. La question de la genèse d’un intermédiaire des échanges

80IV. Des marchandises plus ou moins aptes à être écoulées

81V. Des causes des différents degrés d’aptitude à écouler les marchandises

82VI. De la genèse des intermédiaires des échanges

83VII. Le processus de différenciation entre les marchandises qui sont devenues des intermédiaires des échanges – et les autres

84VIII. Comment les métaux précieux sont devenus de la monnaie

85IX. L’influence du pouvoir souverain

86Conclusion : S’il existe une « doctrine Menger » d’avenir, existe-t-il une « école mengérienne » pour l’avenir ?

87Gilles Campagnolo

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable