Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Existe-t-il une doctrine Menger ?

 | 
Gilles Campagnolo

Conclusion

S’il existe une « doctrine Menger » d’avenir, existe-t-il une « école mengérienne » pour l’avenir ?

Gilles Campagnolo

Texte intégral

1L’existence d’une « doctrine Menger », la question posée dans ce volume, se manifeste par un corps de doctrine, ensemble articulé de thèses cohérentes dont l’agencement par Menger a été en quelque sorte « déconstruit » par les commentateurs. La diversité des thèmes abordés dans les chapitres du présent volume en a témoigné : cette Mengerlehre dépasse largement le seul domaine de l’économie. En l’abordant au travers de facettes variées, on ne nuit pas à la cohérence de l’ensemble, mais on peut en proposer des approches renouvelées. Reste que seule la lecture des textes d’origine met en présence de l’œuvre synthétique – aussi, il convient en conclusion de renvoyer le lecteur à cette œuvre même. Pour l’y inciter en fournissant un exemple de texte à utiliser dans la recherche et l’enseignement, le document présenté en annexe a donné la première traduction française intégrale de l’essai paru en anglais, en 1892, sur l’origine de la monnaie.

  • 1 Traduction intégrale par G. Campagnolo des Recherches de 1883 disponible aux Éditions de l’EHESS en (...)
  • 2 L’intérêt semble grandir pour ce sujet : une demi-journée consacrée à la « philosophie économique » (...)

2Une autre raison a fait sélectionner cet écrit : comme il est indiqué dans la liste des références bibliographiques concernant Menger au début de ce volume, ses textes disponibles en français sont rares. Avec le même objectif de mettre ses œuvres à la disposition du public francophone, nous avions déjà reproduit dans notre biographie de Menger [Campagnolo, 2008b, p. 206-220] le seul texte en français paru de son vivant sous son nom et devenu quasi-introuvable : « La monnaie mesure de valeur ». Quant aux deux œuvres majeures, les Grundsätze der Volkswirtschaftslehre de 1871 et les Untersuchungen über die Methode der Socialwissenschaften und der Politischen Oekonomie insbesondere de 1883, leurs traductions françaises sont en cours par nos soins – les trois cent pages du second ouvrage, les « recherches sur la méthode dans les sciences sociales et en économie politique en particulier » sont en passe d’être publiées à l’heure où nous achevons ce recueil1. En permettant au lecteur de réexaminer sur pièce les œuvres directement dans sa langue, les traductions permettent au lecteur même non-germanophone un accès au texte sans passer par l’intermédiaire d’une tierce langue, un passage qui suscite souvent malentendus et commentaires mal fondés, faute de saisir l’exact contenu du texte : les travaux des traducteurs, qu’on ne louera jamais assez, doivent permettre d’éviter ces errements2.

3Pour manifester en quoi la rupture opérée par Menger a consisté au plan épistémique, l’analyse et le commentaire sur les textes (archives, écrits publiés et traductions) permettent d’appréhender en détail les dimensions d’une doctrine. En examinant tel ou tel aspect de manière spécifique, on est conduit à séparer des champs que l’auteur a explorés concomitamment et dont les résultats sont parfois (mais parfois seulement) intégrés dans ses démonstrations. À la tâche originelle de « déconstruction » d’une œuvre doit donc succéder celle de la remise en perspective des éléments découverts. Toute œuvre d’ampleur se présente alors pour ce qu’elle est : la source fondatrice d’une réflexion en droit infinie. De là, une tradition peut naître pour diffuser cette œuvre et « recomposer », en quelque sorte, son enseignement. Chaque nouvelle génération le perpétue en le reprenant à son compte. Dans le cas de Menger, les générations de ses disciples ont exprimé des « visions du monde » qui systématisaient souvent celle qu’il avait lui-même proposée, mais qui pouvaient, en cela, s’en écarter également plus ou moins. Le cas de Hayek est notoire, mais il n’est pas le seul.

4La reprise d’une doctrine implique une répétition, mais celle-ci ne se fait pas sans différence. Il ne convient d’ailleurs pas forcément toujours d’éviter ou, inversement, de susciter ces divergences. L’école dont Menger fut a posteriori reconnu comme le fondateur témoigne de sa vitalité par la variété de ses propositions. Mais le foisonnement ainsi provoqué facilite aussi les confusions. S’il vaut certes mieux cette situation d’abondance que le contraire, afin d’éviter que la « doctrine » se fige en un « dogme » menacé de stérilité, il est cependant souhaitable d’y voir plus clair et, pour ce faire, de revenir au corpus d’origine pour s’assurer de son contenu. Tout dogme suscitant à son tour d’ailleurs par réaction des hérésies (c’est-à-dire des séparations, au sens étymologique du terme), même menacée de dogmatisme idéologique (comme le craint Niall Bond), la pensée « autrichienne » suscite des interprétations nouvelles. Si les réinterprétations révèlent d’ailleurs parfois des failles dans la consistance originelle de la doctrine, les lectures concurrentes conduisent surtout à polémiquer ; mais il nous semble que, loin d’être de simples pertes d’énergie, celles-ci forcent à leur tour leurs protagonistes à justifier leurs positions et à les assumer pleinement – ou à les retoquer, de sorte que leur rôle est essentiel pour mesurer les variations de fond au sein de la doctrine la plus contemporaine. La gestion des conflits qui surgissent manifeste la nature du groupe qui s’est constitué. La formation sociale en question est ici une « école scientifique », en l’occurrence l’« école autrichienne », qui a presque tout au long de son histoire évolué dans des contextes polémiques successifs. De la sorte, la question peut se poser, par exemple, d’une « hétérodoxie » (dans ce volume, elle l’est par Becchio), voire en réaction, d’une orthodoxie qui cherche à se légitimer [Campagnolo, 2006]. C’est seulement en lisant les textes qu’on peut trancher sur la véritable nature de la doctrine originelle et sur les variantes ultérieures.

5Revenir au corps doctrinal d’origine est une obligation, non seulement afin de mieux comprendre la pensée fondatrice d’une école, mais encore pour saisir l’évolution ultérieure en son sein même alors qu’un auteur particulier est reconnu comme son fondateur. Dans le présent volume, les contributeurs ont traité en priorité le premier point en manifestant le contenu de la Mengerlehre, plus riche et divers que les histoires de la pensée économique ne le disent habituellement. Mais ils ne se sont pas interdits de porter l’examen en deçà, vers les sources (chapitres de Bond, Campagnolo et Lordon, Mayerhofer) comme au-delà, chez les héritiers (chapitres de Berkane, Campagnolo et Tosi, Magnan de Bornier). Tous les chapitres soulignent également à leur manière que l’activité du commentaire sur une pensée économique requiert l’ouverture à d’autres disciplines (épistémologie, anthropologie, science politique, etc.). Ce volume est ainsi le reflet d’une orientation neuve (ou plutôt renouvelée) de l’activité corollaire de l’économiste, en commun avec le philosophe : à la différence de la plupart des travaux du mainstream économique, elle diversifie et enrichit la discipline.

6Or la pensée autrichienne, issue de la « doctrine Menger », semble en vérité un terreau idéal dans le but de saisir à nouveaux frais l’orientation des sciences économiques : elle se situe parmi les courants les moins touchés par cette forme d’« autisme économiciste » qui a été reprochée aux économistes durant les deux dernières décennies, et qui est à l’origine d’une crise profonde de la profession. Sous la surface lisse que les revues dites de « rang A » veulent présenter au public et aux politiciens, la crise est en effet profonde. Elle se manifeste au niveau même des concepts fondamentaux de la discipline, comme dans les derniers fruits de la modélisation et de la simulation informatique appliquée aux questions économiques – en particulier quand les résultats de ces deux approches ne coïncident pas ! Et quand la crise économique frappe, à partir du champ de la finance, le système économique tremble tout entier sans qu’une interprétation sûre puisse être fournie. Si l’économie se veut scientifique, elle doit par conséquent entamer son autoréflexion.

7Le retour aux concepts fondamentaux implique à son tour que les chercheurs ne puissent plus ignorer ce que les archives leur livrent. Dans le cas, moins limité qu’il n’y paraît d’abord, de l’érudition concernant la « doctrine Menger », il convient notamment de s’appuyer sur les fonds exhumés des archives. Cette exploration, qui avait été entamée par Kauder à l’université Hitotsubashi dans les années 1960, puis poursuivie par Caldwell et d’autres sur les archives conservées à l’université Duke dans les années 1990, a été menée de nouveau, sur les archives présentes au Japon cette fois, par des chercheurs locaux et par nous (de 1997 jusqu’aujourd’hui). Il est véritablement fécond de la poursuivre, et elle doit se continuer en particulier du côté de cette bibliothèque où Menger notait le fruit de ses réflexions sur la discipline alors également en crise. Les textes du présent volume s’appuient d’ailleurs sur les preuves « philologiques » réunies en particulier dans les archives, témoignages dont doit bénéficier la communauté des chercheurs dans son ensemble. L’existence de ces documents se révèle déterminante pour caractériser la « doctrine Menger » dans la plupart des domaines abordés : théorie de la formation du capital (disséquée par Magnan de Bornier), théorie monétaire et théorie des institutions (le concept appelant des mesures de standardisation étatiques chez Menger est l’Absatzfähigkeitou « écoulabilité », notent Campagnolo et Tosi), ou afin d’analyser les agents économiques mêmes, sous l’angle anthropologique (Mayerhofer) ou en théorie de la connaissance (Berkane).

8Une fois les concepts remis au jour, l’usage qu’on peut faire de la « doctrine Menger » est plus large qu’une simple « archéologie du savoir », certes intéressante et nécessaire, à la Foucault. Il y a une seconde étape : l’analyse des effets contemporains de la doctrine tirée du passé. Voilà pourquoi la question d’une dérive entre épistémologie et idéologie est soulevée – par Bond, pour qui elle menace toujours l’école autrichienne, mais encore par nombre d’adversaires du courant autrichien, comme il en avait été dans le passé du marxisme. Le regard épistémologique et historique ne peut juger toutefois des « déviations », si l’on ose dire, que s’il peut les rapporter à un terme de comparaison originel. Les évolutions connues, pour le meilleur et pour le pire, ne sont propres à aucune œuvre en particulier (celles subies par la doctrine de Marx en témoignent assez).

9Menger lui-même s’occupa peu de la question du socialisme, qu’il renvoyait à la critique qu’il avait donnée de la valeur-travail chez Ricardo, et qui valait donc contre Marx d’une certaine manière que Böhm-Bawerk devait développer dans sa Théorie positive du capital (seconde partie de Capital et intérêt du capital) et dans son Vers la fin du système marxiste [Böhm-Bawerk, respectivement 1889 et 1896]. Menger n’avait été, quant à lui, ni le thuriféraire d’une autorité dans la science – fût-elle aussi établie dans l’université viennoise de son temps que celle d’Aristote, qu’il prisait pourtant au plus haut point (Campagnolo et Lordon l’ont montré sur l’« aristotélisme de Menger ») –, ni le partisan « doctrinaire » d’une vérité définitive (celle, par exemple, que délivreraient les « lois du marché »). Ce que Menger défendit toujours avec acharnement à la fois contre les écoles des classiques et des historicistes, contre les camps des conservateurs et des socialistes, ce fut bien la pureté d’une méthode de recherche exacte.

10L’« exactitude » dans les sciences économiques ne signifiait d’ailleurs pas que Menger eût souhaité « réduire » toute science à la « théorie ». Dans ses Grundzüge einer Klassifikation der Wirtschaftswissenschaften (Éléments d’une classification des sciences économiques) [Menger, 1889], il abordait de nouveau la nature des disciplines au sein de l’économie politique, après le grand opus des Untersuchungen de 1883 et ses lettres ouvertes polémiques de 1884 (Die Irrthümer des Historismus). Menger concluait alors non seulement à l’importance de développer respectivement chaque type de sciences (théoriques, historiques, pratiques), mais disait encore qu’il fallait forger une approche supplémentaire, plus « générale », afin d’expliciter les rapports entre ces disciplines au sein du champ économique ; il proposait rien moins qu’une épistémologie.

11Les archives apportent là encore des informations supplémentaires, comme le tableau des Geflügelte Worte présenté dans la note éditoriale au début du présent volume, pour confirmer l’intuition qui fait voir dans la « doctrine Menger » une « philosophie économique » avant la lettre, si l’on entend par là la mise en relation systématique de concepts qui se répondent (et manifestent ainsi leur nature commune) entre différentes « branches de la philosophie » (à supposer qu’elle en ait, ce que du moins laisse supposer la classification universitaire : philosophie morale, politique, ontologie, philosophie des sciences etc.) et les dimensions économiques – associant ainsi, par exemple, économie politique et philosophie sociale, économie normative et philosophie morale, science économique et philosophie des sciences [Livet et Leroux (dir.), 2006, p. 4]. Les concepts qui sont communs fournissent des clefs d’exploration de ces domaines et des clefs de lecture des théories qui s’y positionnent. Cela aujourd’hui comme hier, et quelle que soit la terminologie – ainsi Menger ne parlait pas lui-même d’« individualisme méthodologique », mais il fournit de facto tous les éléments que ses élèves Friedrich von Wieser et Josef Schumpeter devaient synthétiser. En garantissant l’indépendance des sciences des communautés humaines comme de la psyché individuelle (en bref, le domaine des Geisteswissenschaften), Menger traçait des frontières nettes entre disciplines (sociologie, psychologie, économie, etc.) pour un « découpage » qui est encore à bien des égards le nôtre aujourd’hui ; mais il légitimait de la sorte chaque science prise en elle-même tout autant qu’il la reliait à un cadre de compréhension « méta-théorique ». Au sein d’une même science, il délimitait enfin ce qui relève de la théorie, de l’histoire et de la pratique, des domaines différenciés, délimités et ainsi légitimés – parce que strictement bornés. La doctrine Menger déborde l’entreprise méthodologique, mais elle s’y ancre pour se rapprocher de ce qu’on assigne aujourd’hui au travail de l’épistémologue. Menger fondait ainsi un savoir ouvert à l’autoréflexion. Toute période de crise de la pensée économique bénéficiera à l’évidence d’une relecture de ses textes. Même lorsqu’on conclut négativement à l’impossibilité d’employer ses mécanismes pour une approche donnée (dans le cas des valeurs « non-économiques » selon Livet), la doctrine du Viennois fournit des pistes fécondes, loin de solutions toutes faites. La « doctrine Menger » n’est pas un dogme et c’est, selon nous, la meilleure garantie pour sa fécondité encore dans l’avenir.

  • 3 Le triangle présenté par Menger dans ses Grundsätze [1871, p. 93] est devenu célèbre. Nous l’avons (...)
  • 4 « Subjektives Moment » est le titre de la sous-section a) de la section « das ursprünglichste Mass (...)
  • 5 Il est impossible d’entrer ici dans les débats sur la nécessaire « dé-homogénéisation » des thèses (...)

12S’il existe une doctrine Menger d’avenir, comme nous croyons que les textes réunis dans ce volume en témoignent assez, qu’en est-il toutefois de l’accusation, qu’on ne saurait taire, d’un discours « doctrinaire » de l’« école autrichienne » ? Formulée par ses adversaires, cette critique vise un certain enseignement de la « doctrine Menger », ou bien ce qu’on lui impute (sans recourir aux archives, naturellement). L’incompréhension serait-elle donc seule en cause ? La valeur de la doctrine Menger est selon nous en particulier heuristique, répétons-le ; elle tient à sa capacité de demeurer ouverte à l’attitude réflexive qui permet d’en manifester les limites, d’en discuter les mécanismes. Ces derniers sont autant d’outils proposés au scientifique – ainsi, du fameux triangle du raisonnement marginal3. Menger déploie ainsi en particulier ce qui devait à jamais différencier l’école autrichienne des autres courants économiques post-classiques : il y présente en effet le « moment (ou le facteur) subjectif » de la théorie de la valeur4. Son raisonnement est souvent utilisé comme exemple pédagogique des présentations devenues scolaires du marginalisme, et il met en évidence la différence d’importance ou d’intensité de ce facteur, soit dans une traduction littérale : la « différence de grandeur de signification » (die Verschiedenheit der Größe der Bedeutung) attribuée par l’agent aux différents biens particuliers qu’il peut se procurer dans le but de la satisfaction des besoins particuliers (die Bedeutung der einzelnen Bedürfnisbefriedigungen). C’est donc moins cette doctrine que les lectures qui en ont été données qui présentent des variations : les « Autrichiens » ont pu lire de manière dynamique ce tableau, mais si on le compare aux représentations du raisonnement micro-économique « standard » par les courbes d’indifférence, il est également possible de dire qu’on « se déplace » (métaphoriquement) plus aisément le long de ces courbes que dans le tableau dont les valeurs chiffrées suscitent un dilemme quant à la nature ordinale ou cardinale de l’analyse (ce qu’on résout sans trop de difficultés en faveur de l’interprétation ordinale toutefois [Livet, 2008, in Campagnolo (dir.), 2008c]). Quoi qu’il en soit, entre la doctrine Menger et les raisonnements des autres auteurs marginalistes, Léon Walras et Stanley Jevons, il n’y a pas homogénéité mais confrontation croisée : si une approche est dynamique, l’autre est statique, et inversement. Les commentateurs ont d’abord confondu ces approches, puis n’ont pas été moins enclins à les dés-homogénéiser, passant parfois d’un excès à l’autre5.

  • 6 Menger se tint lui-même pourtant bien en retrait quant aux positionnements politiques. Il agit en e (...)

13L’opposition évoquée provient de deux attitudes dans la recherche qui se sont montrées incompatibles avec les propositions de Menger : d’une part, la tentation de pratiquer une méthodologie exclusive et unilatérale, une tentation qui remonte d’abord à l’époque de Menger et à l’historicisme de l’école allemande, dont Menger contribua à déliter les fondements – mais cette tentation a, depuis lors, fait place à une autre tendance « exclusiviste », de type mathématique cette fois, mais tout autant unilatérale à nombre d’égards. D’autre part, il faut souligner que le mainstream néo-classique dominant dans la profession a repris nombre d’éléments classiques que Menger avait cherché à écarter. Ces derniers éléments ont d’ailleurs successivement conforté les visées planificatrices dans les politiques économiques – qu’elles fussent socialistes ou keynésiennes, ou le soi-disant « règne des lois du marché », dans les crises successives, de 1929 jusqu’aujourd’hui (2009)6.

14Quant au premier point, Menger a refusé d’emblée toute méthode unilatérale, quelle qu’elle fût, tant à cause des principes myopes qui la fondent que des conséquences aveugles qu’elle entraîne. Sa doctrine à lui ne présente au contraire pas ce tort car, si Menger polémiqua durement contre les historicistes, il reconnut toujours l’intérêt de l’approche historique – tant qu’elle ne prétendait pas se substituer à la théorie et qu’elle se cantonnait à ce qu’elle pouvait effectivement et légitimement apporter à la science. Quelque réserve qu’on puisse émettre sur la philosophie de Karl Popper, le philosophe des sciences qui, au xxe siècle, fut sans doute le plus proche de l’école autrichienne (incarnée par Friedrich Hayek, son ami personnel), la question « vérificationniste » qu’il posait pour juger de la scientificité des doctrines continue de nous concerner. Et si l’on soutient qu’une doctrine n’est pas scientifique au cas où il est impossible de la falsifier, alors il est évident que toute méthodologie unilatérale est à écarter car elle se justifie toujours elle-même, du fait que son unilatéralisme la conduit à trouver en son propre sein les raisons ad hoc de soutenir son point de vue initial. Mais la doctrine Menger échappe à cette manière de procéder.

15Pourtant, les adversaires de l’école autrichienne seraient tentés de soupçonner (et il n’est certes pas interdit de le faire) celui-là même qui porte le soupçon : si la méthode unilatérale fait faillite, quid de la doctrine Menger ? La question est soulevée dans ce volume, par exemple, par Bond et par Magnan de Bornier. Même si, en conclusion, on ne peut pas développer un argumentaire complet, elle mérite l’attention : l’aspect polémique sous lequel Menger présentait ses réflexions ne doit pas cacher qu’il s’agissait pour lui de fournir des outils d’analyse et des mécanismes conceptuels en tant que tels. Dans les théories du capital, de la monnaie, ou dans le cas du raisonnement économique en général (du raisonnement marginal évoqué plus haut, par exemple), les résultats qu’on atteint peuvent être qualifiés de vrais ou de faux. Mais point l’outil lui-même. Son usage peut être maladroit ou mal adapté, mais comme un modèle dont on épouserait une interprétation instrumentale, il n’est pas remis en cause en tant que tel. Certes, il est vrai que Menger considère que les tests empiriques ne remplissent pas les conditions pour juger de la validité des concepts. Toutefois, c’est là plutôt seulement une question de logique, puisque les phénomènes purs dont traite le raisonnement ne se retrouvent jamais dans l’observation comme telle. Ce n’est pas ce qu’ultérieurement certains membres de l’école (en particulier Ludwig von Mises) prônent au travers de l’« apriorisme radical », auquel le reproche d’« infalsifiabilité » peut cette fois être formulé avec quelque vraisemblance. Les positions de Mises, encore plus leur formulation par Murray Rothbard, consistaient à rejeter non seulement tout test empirique, mais encore toute forme de confrontation au réel – ce qui n’était pas le cas chez Menger [Lordon et ohana, 2008].

  • 7 Elle peut l’être sous d’autres aspects, éloignés de la théorie mais communs, dans l’admiration que (...)

16Par ailleurs, si les résultats sont susceptibles de vérité ou d’erreur, les mécanismes proposés, c’est-à-dire des outils de type conceptuel, répétons-le, ne prétendent pas plus, quant à eux, à la vérité qu’un outil matériel (marteau ou tournevis) : plutôt, ils sont appropriés (ou pas) au but que le chercheur se donne en abordant tel ou tel champ du savoir pour résoudre une question donnée. La portée de la doctrine Menger se mesure dans un cadre si élémentaire – et pour cette raison, profond – que cela. Enfin, cette doctrine est suffisamment réflexive pour autoriser de penser ses propres limites, ou du moins en donner les moyens, ce qui suffirait à la faire échapper, au moins dans l’ensemble, à l’incrimination qu’on chercherait à tirer du critère de Popper. La doctrine de Menger n’est pas à cet égard similaire à celle de Marx7. Aussi acerbes (sans être toujours de bonne foi) que soient les critiques formulées à son encontre, répondons donc enfin à ceux qui vitupèrent la doctrine du Viennois que cette fameuse « doctrine Menger » paraît sauve au moins à cet égard.

  • 8 Nous avons proposé de nommer ainsi les « Autrichiens » qui ont réorienté leurs vues en suivant l’«  (...)

17Quant au second point, à savoir la reprise au sein du mainstream néo-classique de nombre de conceptions explicitement rejetées par Menger, il montre assez la spécificité de la doctrine que nous examinons ici. on prêtera attention au fait que l’école autrichienne s’est sans cesse constituée contre des obstacles au long de son évolution : du temps de Menger, les décennies 1870-1880 furent marquées par la « Querelle des méthodes » (Methodenstreit) ; puis, ses Enkel-Schüler dans les années 1930 affrontèrent keynésiens, socialistes et autres partisans d’une dose de planification plus ou moins grande dans les échanges économiques ; ensuite, les lointains héritiers « austro-américains »8des années 1980-1990 incriminèrent le pragmatisme et l’« herméneutique » d’origine philosophique (la French philosophy aux États-Unis) ; enfin, dans la crise actuelle (à partir de 2008) les divergences au sein du camp dit « libéral » éclatent devant les plus récents développements problématiques du « capitalisme moderne », car une crise de la pensée économique accompagne la crise économique (tout court) en rendant patent, d’une part, l’intérêt de concepts ancrés dans l’histoire de la discipline, qui est malheureusement trop souvent négligée, et, d’autre part, des affrontements entre courants comme celui qui existe entre les « Autrichiens » et le « mainstream », qui sont trop souvent confondus sous l’étiquette « ultralibérale » hors de la profession des économistes, tandis qu’en son sein les enseignements écartent souvent les positions « hétérodoxes ».

  • 9 Il y a une certaine ironie à retrouver aujourd’hui, sous la plume des économistes et des journalist (...)

18Dominant aux États-Unis (et depuis l’Amérique du Nord, partout dans le monde) depuis les années 1950, le néo-conservatisme des économistes néo-classiques montrerait-il ses limites ? Qu’on veuille bien remarquer ici que les « Autrichiens » dénonçaient déjà cette domination, au moins autant que celles des planifications keynésiennes et socialistes ; s’ils prêtaient la main aux uns dans des alliances stratégiques contre les autres, l’inverse est-il possible9 ? L’avenir le dira. Mais ces courants croisés de l’économie hétérodoxe et des philosophies sous-jacentes laissent retentir des échos qu’on suppose à tort lointains dans les deux professions ; ils sont en réalité selon nous beaucoup plus proches qu’on ne croit, mais ancrés si profondément qu’ils ressurgissent qu’en temps de crise. Dans la recherche contemporaine en économie, ils se font entendre. L’école devenue « austro-américaine » sert alors de « sonar » ou de révélateur. Pour qui relit les textes de Menger, elle n’en est pas moins parfois positionnée de manière tout à fait surprenante… Qu’on compare, par exemple, les thèses du free-banking sur la place de l’État dans l’émission de monnaie (les free bankers réclamant la fin du monopole des banques centrales) au texte publié en français par Menger dans la Revue d’économie politique en 1892 (reproduit in [Campagnolo, 2008b, p. 206-220]) ; dans le présent volume, il est complété par la traduction donnée en annexe – l’étude comparée de la doctrine Menger avec les thèses actuelles montre une différence qui saute aux yeux et doit susciter des travaux à l’avenir.

  • 10 Dans le cadre autrichien, les courants récents, nommés d’après leurs chefs de file, sont les couran (...)

19La question de l’avenir de la doctrine rebondit alors sur celle d’une école de pensée : qu’est-ce qui explique la forme prise par la doctrine Menger au sein de l’école qui en est issue ? De manière générale, si l’œuvre d’un fondateur, quel qu’il soit, ne devait valoir que par le mouvement qu’il a fondé, on verrait alors (et on voit effectivement dans le cas Menger précisément en particulier) une fâcheuse tendance des héritiers à oublier la doctrine d’origine tout en lui proclamant leur allégeance10. L’effort du commentateur circonspect consiste à recentrer l’attention sur les textes, car un auteur majeur doit être lu pour lui-même. Comment aborder alors les œuvres des disciples ? L’étude du cas de l’école autrichienne d’économie vue comme expression de la postérité de l’œuvre du savant viennois requiert des outils conceptuels d’analyse, tant en théorie de la connaissance qu’en épistémologie générale et en épistémologie sociale – notamment, par exemple, en vue de définir les termes « école », « groupe », « savoir situé », « engagement de groupe ». Ici se substitue à la question de la « doctrine Menger », celle de l’école mengérienne. Qu’implique donc une « école » ? Et qu’implique-t-elle pour l’avenir ? Voilà les questions sur lesquelles se clôturera ce volume.

  • 11 Quant aux concepts d’épistémologie sociale dans le cas de l’école autrichienne d’économie, le progr (...)

20En premier lieu, une école n’est pas l’expression d’une intention collective – puisque dans une école, il y a une diversité d’intentions affichée et supposée, une diversité qu’on ne peut pas « mettre en suspens ». L’expression est définie [Livet, 2007 et 2009] comme décision d’un chercheur de suspendre son jugement, ce qui est possible à plusieurs niveaux et sous des angles différents, pour permettre de l’exercer encore, mais par ailleurs, sur des aspects non « mis en suspens » – cette « mise en suspens » sert ainsi une judicieuse discrimination11. Il y a bien en revanche une activité collective de coordination entre les thèses produites par chacun des « membres de l’école », des thèses qui doivent au moins posséder des intersections communes. En fait, et c’est pourquoi le rôle des obstacles présentés par les théories opposées a été (et demeure) si important dans le cas autrichien, il suffit que ces thèses soient toujours des anti-thèses de thèmes d’autres écoles. Par exemple, ce sont l’anti-historicisme, l’anti-équilibre réel, l’anti-organisation par l’État, l’individualisme (contre l’illusion des métaphores holistes ou « collectivistes »), ou encore le subjectivisme – contre un objectivisme qui a toujours tendance à refaire surface : sur ce dernier point les différences entre les éditions de 1871 et de 1923 des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre de Menger présentent une illustration parlante, explicitée dans la note éditoriale du début de ce volume ainsi que dans le chapitre de Becchio.

  • 12 Cette notion, chère au mainstream, recouvre une idée d’équilibre général, chez Walras ; elle est d’ (...)

21Au sein d’une école, comme au gré des obstacles à vaincre et des publics à convaincre en concurrence avec les thèses adverses, les recherches menées peuvent certes toujours conduire à substituer, par commodité ou par opportunité, une activité théorique à une autre, voire une « doctrine » à une autre, en mettant en suspens les caractéristiques de ce nouveau développement théorique. Mais cela fonctionne seulement pourvu que cette activité continue à entretenir les oppositions antérieures : on en veut pour exemple le fait que le thème autrichien hostile à la notion d’équilibre ne veut pas dire, pour Mises et pour Hayek, mais contrairement à Menger, qu’ils refusent d’utiliser la notion d’équilibre12; toutefois, il demeure bien toujours chez eux une opposition à l’idée d’un prix réel d’équilibre. Un autre exemple : la notion hayékienne d’incertitude, qui va avec une inconscience partielle de l’action (thèse notoire dont on trouve un exposé dans [Campagnolo, 2009]) peut remplacer l’incertitude de Mises, qui va avec une conscience délibérative de l’action ; mais ces deux conceptions sont elles-mêmes opposées à une théorie classique des probabilités en espérance d’utilité, ou à la référence de la théorie économique à un régime d’information parfaite.

  • 13 Prenant en considération, avec Tosi, la conception temporelle du capital dans de ce qu’on appelle d (...)

22Il est toutefois également possible d’avoir des marges du prototype. Ainsi Rothbard n’est pas subjectiviste, mais objectiviste ; toutefois, il partage les autres anti-thèses « autrichiennes » [Campagnolo, 2006]. Mises et Menger ne sont pas clairement évolutionnistes, alors que Hayek l’est [Magnan de Bornier et Tosi, à paraître]13. Pour que ces auteurs fassent partie d’une même école, il suffit qu’ils partagent donc toujours plus d’anti-thèses entre eux qu’ils ne présentent de divergences (d’anti-thèses les uns par rapport aux autres). Il n’est pas nécessaire, en revanche, qu’ils présentent plus d’anti-thèses que de thèses partagées vis-à-vis des écoles qu’ils critiquent. Les activités collectives d’une école sont ici des activités de construction théorique polémique par rapport à d’autres écoles réelles ou supposées. De là provient encore le qualificatif « idéologique » parfois employé (péjorativement, et bien sûr parfois de manière malheureuse) à propos des écoles : il faut alors distinguer le corps de la doctrine d’origine et son évolution (comme l’a montré Bond dans ce volume sur le cas autrichien qui nous intéresse). Le rapport polémique quasi permanent à leurs collègues qu’entretinrent en particulier les « Autrichiens » les entraîna souvent à n’avoir en vue qu’un « schème » d’une autre école – schème qui peut ne correspondre à rien de réel, mais qui met en suspension de manière généralisée tous les traits des théories d’un ensemble de recherches, les réduisant à ce à quoi on s’oppose. Les exemples de ces traits sont légion : économie de l’équilibre, décision rationnelle probabiliste, acteur rationnel possiblement omniscient, information parfaite comme limite, etc. il s’agit moins d’une réduction dommageable à titre général que d’une suspension qui joue un rôle éminent dans chaque cas.

23Est-ce qu’une école constitue alors un « acteur collectif » ? Serions-nous d’ailleurs par là conduits à réintroduire, en prenant le détour de l’épistémologie sociale, la notion de Kollektivbegriff (concept collectif) que Menger avait déclarée illusoire ? Si l’on définit un acteur collectif par le fait que chacun de ses membres peut confier la tâche de développer des anti-thèses dans un domaine spécifique (mais qu’il ne connaît pas) à un autre chercheur, alors on dira qu’il semble que ce n’est pas le cas dans l’école autrichienne – puisque chacun des auteurs a quasiment entendu refondre toute la théorie pour son propre compte, et qu’en tout cas personne n’y supposait que ce que développait un auteur dans un domaine qu’il n’avait pas traité aurait pu lui être étranger. Si on prend au contraire l’exemple d’une sociologie qui se réclame fortement de l’individualisme méthodologique, Raymond Boudon [1994 et 2004] faisait ainsi, quant à lui, confiance aux économistes pour régler des problèmes de théorie économique : il se présente bien comme membre d’une « école individualiste ». Mais Hayek, lui, ne faisait clairement pas confiance à la théorie de l’incertitude de Mises. Et Mises ne faisait pas tout à fait confiance à la théorie hostile à l’équilibre de Menger… La doctrine est ici tout autant individuelle qu’individualiste ; il y a là une manifestation des spécificités de la doctrine Menger et de ses suites.

24Enfin, et si, en conséquence des spécificités autrichiennes, c’est dans des questionnements contemporains qu’on cherche la trace des concepts de Menger (ce qui a été le cas dans plusieurs chapitres de ce volume : aussi bien en théorie de la monnaie que de la connaissance, ou dans l’usage des notions de valeur), alors les commentateurs trouvent, mêlée d’influences diverses, une variété d’auteurs qui ont eux-mêmes reconnu leur dette envers Menger. Pas seulement ceux qu’on associe généralement à l’école autrichienne, comme Mises, Hayek et leurs disciples, mais tous ceux qui font appel aux intuitions profondes du Viennois – ainsi lorsqu’on a recours à la pensée de Max Weber, comme Boudon le fait, il faut rappeler combien Weber fut, de son propre aveu, un grand lecteur de Menger. Chez nombre d’auteurs ayant passé par Vienne et qui sont regardés comme hétérodoxes par rapport à l’école autrichienne (elle-même l’étant par rapport au gros de la profession des économistes), l’influence est encore plus parlante : si Hayek est en quelque sorte « à part » du mainstream dominé par les économistes inspirés par le positivisme de Milton Friedman et par les économètres, Karl Polanyi l’est, quant à lui, de l’école autrichienne. Pourtant, l’auteur de La grande transformation relie l’économie à une anthropologie dans une lignée aussi « mengérienne » que Hayek le fait à l’égard d’une théorie de l’information dispersée. L’« orthodoxie » mengérienne est toujours contestée (Mises et Rothbard refuseraient d’y inclure Hayek), mais la doctrine originelle suscite autant d’« hétérodoxies » fécondes.

25D’ailleurs, se réclamer de l’école autrichienne ne suffit pas plus pour présenter la compatibilité d’une théorie avec la « doctrine Menger » que pour rejeter tout label « autrichien », qui peut s’en trouver de facto bien loin. Les free-bankers reprennent certes une théorie de l’émergence spontanée (à la fois non-pragmatique, c’est-à-dire non due à une convention ou à une loi, et, bien entendu, non-étatique) de la monnaie qui a été fournie par Menger (voir l’essai en annexe de ce volume en particulier). Ils n’épousent pas pour autant sa conception du rôle de l’État quant à la standardisation disons souhaitable, insistons-y, que Menger prône pour la monnaie : la « doctrine Menger » n’est donc pas directement compatible avec le free-banking, contrairement à ce que laisse entendre le propos général de [Latzer et Schmitz (dirs), 2002]. Elle est en réalité bien plus proche de celle de tenants d’une attitude stricte dans l’organisation et la gestion de banques centrales indépendantes des caprices du politique mais prêtes à ajuster – indirectement par les taux d’intérêt directeurs, voire en cas de nécessité, plus directement – les quantités de monnaie en circulation au regard de la situation économique globale.

26En termes de typologie des « nous » (c’est-à-dire dans une épistémologie sociale qui accepte de dresser une telle liste de « concepts collectifs » et qui est donc ipso facto « non-autrichienne »), concluons donc que les « Autrichiens » forment ainsi un groupe, avec peu d’anonymes, et à l’extrême limite seulement un « acteur collectif ». Ce groupe institutionnel présente certes un contrôle proche sur les élèves directs, un contrôle plus lointain déjà sur les acteurs marginaux de la théorie, et il offre certaines activités de certification de l’étiquette « économie autrichienne » – en particulier autour d’institutions comme le séminaire de l’université de New York (NYU), fondé par Mises, ou le centre d’études autrichiennes de l’université George Mason, ou encore l’institut Mises en Alabama où une approche en termes d’orthodoxie a été pensée par Rothbard et établie avec Rockwell Jr. comme bailleur de fonds et directeur. Mais ces activités de certification sont véritablement entrelacées à des révisions des théories, donc à l’activité théorique de base, et elles ne sont pas totalement détachées d’elle – or cela, c’est justement propre à une école.

27En somme, dans l’école autrichienne, il existe plusieurs « doctrines », dont l’une, fondamentale et fondatrice, est la « doctrine Menger ». Le champ à explorer concernant les autres orientations est suffisamment riche pour avoir suscité des bibliothèques entières de commentaires – qu’on songe aux seuls écrits sur Hayek ! Mais il appartient à des recherches à venir de continuer à comparer de manière raisonnée la doctrine Menger restituée à partir des archives avec les développements contemporains de l’analyse du capitalisme. À qui souhaite, dans le sillage de la démarche illustrée par le présent volume, prolonger cette étude sur la doctrine Menger, voire au-delà d’elle – et du présent recueil –, proposons donc pour finir (et précisément pas pour en finir avec la Mengerlehre, mais bien pour développer ses implications) le programme suivant :

  • saisir le caractère contextuel de la production du savoir de chaque auteur particulier et enquêter (sur un mode « herméneutique », pour ainsi dire) sur l’école de pensée dont il se réclame et qu’il contribue nolens volens à faire évoluer. Ce qui est en jeu, c’est l’un des principaux courants « hétérodoxes » dans la pensée économique, celui fondé sur la « doctrine Menger », qui a influencé et influence toujours en profondeur, souvent par les critiques qu’il suscite, le mainstream des sciences économiques dans leur ensemble ;

  • appréhender la manière dont s’est formé et a évolué ce groupe « dépositaire du savoir », depuis les fastes de la Vienne 1900 à la Grande-Bretagne de l’Entre-deux-guerres puis aux États-Unis d’après 1945, jusqu’à la crise du capitalisme global du début du xxie siècle. C’est à travers l’exil, qui a contraint tant d’Autrichiens à quitter la Mitteleuropa, à réviser leurs ouvrages en les traduisant, en en modifiant les thèses initiales et/ou en les adaptant, qu’un groupe a de la sorte présenté l’exemple paradigmatique d’une relation évolutive du savoir dont il est « détenteur » par rapport au cadre de son élaboration et de son renouvellement.

28Pour qui s’engage dans cette double tâche d’analyse théorique autant qu’historique, ajoutons qu’il convient de :

  • ne pas se laisser aveugler par le cadre polémique dans lequel a quasiment constamment évolué cette école – dès l’origine chez Menger, contre les auteurs classiques (Smith, Say, Ricardo et son « disciple » Marx) et contre les historicistes allemands (Schmoller en particulier), puis au cours du xxe siècle, contre les marxistes et les keynésiens, les planificateurs et les positivistes de tous poils – mais également contre la domination du camp libéral par l’école de Chicago. Il convient de ne pas négliger ce cadre et de restituer la structure argumentative sans se faire déborder par la rhétorique. Contrairement aux positions du mainstream économique qui se fige, l’école autrichienne se constitue en réaction de manière diversifiée ; il est alors d’autant plus fécond de chercher à mieux identifier son corps de doctrine. Dans le présent volume, on s’est attaché à la pensée du fondateur. Mais, ailleurs, l’analyse est déjà portée au-delà des seules origines, et c’est là l’effort à poursuivre ;

  • discerner les ressorts subjectifs de l’action économique tels qu’ils ont été mis au jour par Menger, et tels qu’ils sont repris de manière différente au fondement des courants au sein de l’école – ainsi, la praxéologie de Mises, par exemple, se construit en parallèle sur une base a-priorique qui, comme telle, ne peut en aucun cas être immédiatement ou entièrement imputée à Menger. Si l’économie peut prétendre au titre de science, ce qui fut le combat de Menger, et si le constat hayékien est vrai, selon lequel la marche en avant de la science économique est une « subjectivation » progressive, alors la sortie de la crise de la pensée économique contemporaine dépend de la préoccupation que l’on doit dorénavant avoir de la subjectivité de l’agent économique.

29Des approches se présentent également comme nouvelles dans l’économie qui (suite à la crise ?) prétendent renouveler l’approche standard : ce sont l’économie dite « cognitive » (qu’il s’agisse de la neuro-économie, par exemple) ou la « nouvelle économie géographique », voire d’autres tendances innovantes, comme la simulation multi-agents individu-centrée, fondée sur l’utilisation des outils informatiques qui peuvent aller au-delà de la modélisation plus « traditionnelle ». Elles fournissent des points de contact, manifestent des rapprochements possibles avec une école autrichienne qui débordait dès l’origine le cadre « néo-classique » de la science économique. Dans cette perspective – en prenant en considération le temps, l’ignorance, etc. – se trouvent ainsi aujourd’hui réactivées en divers domaines (philosophie de la connaissance, économie monétaire, etc.) certaines des intuitions originaires de l’auteur que le présent volume aura contribué à faire redécouvrir.

30De ce point de vue, la pensée autrichienne concerne au moins trois « publics », qu’il convient de distinguer : les « membres » de l’école (ou ceux qui se positionnent explicitement par rapport à elle) ; les spécialistes de la profession des économistes (ou leurs voisins : philosophes et sociologues) ; enfin, un large public « cultivé » ou intéressé au rôle considérable de notions non-standard dans le développement de la recherche (une sorte de « demande sociale » relayée par ce qu’on appelle « l’opinion publique » et/ou des dirigeants politiques sensibles à ces thèses). L’instigation originelle provient cependant de la recherche économique en tant que telle, dans les directions théorique, historique et pratique que Menger différenciait déjà. Pour tous, l’enjeu d’avenir d’une meilleure compréhension des thèses autrichiennes se situe dans la perception de la vie économique, de la manière dont les agents, des sujets individuels conçus comme tels, peuvent conduire leur existence dans un régime d’échanges matériels évolutifs, un « système économique » (capitaliste, en l’occurrence) dont les structures sont soumises à des tensions toujours plus vives et des crises toujours plus brutales. Seule l’approche par les concepts fondamentaux – c’est-à-dire par une « philosophie économique » que nous appelons de nos vœux – peut à la fois donner sa place à cette dimension existentielle et interroger de manière efficace la pratique des agents, comme celle des économistes qui sont leurs observateurs.

31En effet, nous entendons par « philosophie économique » ce mouvement d’autoréflexion d’une discipline sur sa propre activité, une attitude qui conduit à analyser les concepts fondamentaux communs aux sciences de l’esprit et de la société. Menger a pris appui sur une réflexion de ce genre ; en un sens que nous avons essayé de remettre au jour dans le présent volume, il a été le héraut d’une telle orientation. Son texte de 1889 le soulignait déjà en réintroduisant comme indispensable une approche « méta-économique » reliant les orientations théorique, historique et pratique de la science économique. Un prochain travail consistera à donner la traduction française de cet article et à en développer cet aspect à tort oublié.

32Comme les économistes « standard », les « philosophes de l’économie » seront alors bientôt sommés de rendre compte de la vie moderne ; dans un contexte de crise qui frappe dès aujourd’hui, la réaction ne peut pas se faire attendre et elle passe par la remise en cause des formes de la rationalité économique moderne – situation qui présente de fortes analogies avec l’époque de Menger lui-même. Il est donc utile de revenir à elle et aux concepts qui ont structuré la connaissance d’une théorie économique renouvelée. Les commentateurs autrichiens sont inspirés par la doctrine originelle de cette tradition et, pour cette raison, ils sont parmi les mieux placés pour répondre à cette attente. Il s’agit alors moins de dénoncer quelque « captation d’héritage » par tel ou tel courant que de (re)découvrir les mécanismes forgés dans le contexte des combats théoriques et pratiques du passé. Certains sont évolutionnaires, d’autres cycliques, mais ils sont tous dynamiques, et c’est là leur chance de se perpétuer.

33Au-delà de la distinction entre des courants qui restent marginaux par rapport à la profession « standard », les enjeux véritables tiennent donc à cette position originelle qui diffuse plus largement les savoirs liés à la prise en compte d’aspects peu ou mal vus de la théorie standard. L’école autrichienne continue à jouer son rôle – comme cela fut le cas à propos des mécanismes dont Hayek avait cherché à rendre compte et qui ont en particulier contribué à refonder la théorie de l’information. Et le simplisme outrancier de certains discours « autrichiens » n’est pas rédhibitoire une fois qu’une lecture épistémologique attentive les « déconstruit » à son tour. En appliquant aux héritiers de Menger les critères d’autoréflexion sur la discipline que Menger lui-même avait contribué à faire émerger, une moisson riche de concepts est promise au chercheur d’aujourd’hui. Voilà de quoi prolonger les efforts du présent volume dont l’ambition, comme celle du programme d’où il est issu, aura été de susciter les contributions : après celles présentées ici, celles qui sont à venir. Au-delà des écoles, il y a cet espoir.

Bibliographie

Böhm-Bawerke. von, Capital und Capitalzins. Zweite Abteilung : Die Positive Theorie des Capitals, innsbruck, Wagner, 1889, rééd. 1902, 3e éd. en deux volumes, 1909 et 1912.

– Zum Abschluss des Marxschen Systems, in O. von Boenigk (dir.), Staatswissenschaftliche Arbeiten. Festgaben für Karl Knies, Berlin, Haering, 1896.

Boudon R. et Bourricaud F., Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, Presses Universitaires de France, 1994, dernière rééd. 2004, 714 p.

Bouvier A., « Qu’est-ce qu’un “engagement de groupe” en sciences sociales ? L’exemple de l’école autrichienne en économie », in A. Bouvier et B. Conein (dir.), 2007, p. 255-294.

Bouvier A. et Conein B. (dir.), L’épistémologie sociale. Une théorie sociale de la connaissance, numéro spécial de la revue Raisons pratiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 2007, 316 p.

Campagnolo G., « Friedrich August von Hayek, représentant du libéralisme “autrichien” au xxe siècle », in G. Kévorkian (dir.), Petite histoire du libéralisme, Paris, Ellipses, 2009.

– « De Carl Menger à Karl Menger – à Charles Menger ? sur la diffusion de la pensée économique autrichienne », in Weinmann U. (dir.), Autriche-France : transferts d’idées / histoires parallèles ?, revue Austriaca, 2008a, n°63, p. 133-150.

– Carl Menger, Entre Aristote et Hayek : aux sources de l’économie moderne, Paris, CNRS Éditions, 2008b, 241 p.

(dir.) Carl Menger. Neu erörtert unter Einbeziehung nachgelassener Texte / Discussed on the Basis of New Findings, Frankfurt/Main – Wien, Peter Lang Verlag, 2008c, 250 p.

– « Seuls les extrémistes sont cohérents », Rothbard et l’École austro-américaine dans la querelle de l’herméneutique, Lyon, ENS-Éditions, série Économie politique moderne, 2006, 176 p.

– « Note sur le raisonnement marginal version Carl Menger », Revue française de sociologie, octobre-décembre 2005, n°46/4, p. 799-806.

Gloria-Palermo S., Evolution of Austrian Economics, Londres, Routledge, 1999.

Ikeday., Die Entstehungsgeschichte der „Grundsätze“ Carl Mengers, Sankt Katharinen, Scripta Mercaturae Verlag, 1997.

Jaffé W., « Menger, Jevons and Walras De-homogeneized », Economic Inquiry, décembre 1976, n°vol. 14/4, p. 511-524.

Latzer M. et Schmitz S. W. (dir.), Carl Menger and the Evolution of Payments Systems, 1re partie trad. De M. Streissler et L. B. Yeager, Cheltenham, E. Elgar, 2002.

Livet P., « Élaboration du concept d’école. L’exemple de Menger et de l’école autrichienne », in A. Bouvier et B. Conein (dir.), 2007, p. 295-316.

– « Cardinality and ordinality in Menger’s framework », in Campagnolo (dir.), Carl Menger. Discussed on the Basis of New Findings, Frankfurt/Main – Wien, Peter Lang Verlag, 2008, p. 187-200.

– et Leroux A. (dir.), Leçons de philosophie économique, en trois tomes, Paris, Economica, 2005-2007.

– et Nef F., Les êtres sociaux, Paris, Hermann, 2009.

Lordon A. et Ohana M., « Empirical studies and Mengerian methodology », in Campagnolo (dir.), 2008c.

Magnan de Bornier J. et Tosi G., Évolution et auto-organisation en économie, à paraître.

Mayerhofer H., « Menger und die Tradition des Liberalismus », in Campagnolo (dir.), 2008b, p. 109-126.

Rosner P., « Liberal positions in Carl Menger’s wirtings », in Campagnolo (dir.), 2008b, p. 127-148.

Vaughn K., Austrian Economics in America. The Migration of a Tradition, Cambridge UP, 1994.

Wilke W., « Carl Menger in der Nachfolge von Adam Smith », in Campagnolo (dir.), 2008b, p. 149-164.

Yagi K., « Carl Menger as Editor : Significance of Journalistic Experience for his Economics and for his Later Life », Revue européenne des sciences sociales, 1992, t. xxx, n°92, p. 93-108.

Notes

1 Traduction intégrale par G. Campagnolo des Recherches de 1883 disponible aux Éditions de l’EHESS en 2010, avec présentation et commentaire sur le Methodenstreit. La liste des références bibliographiques concernant Menger au début de ce volume donne les principales traductions en usage dans les langues que nous pratiquons (anglais, italien, japonais). Les œuvres de Menger circulent en traduction dans d’autres langues encore (notamment l’espagnol) ; la situation française était donc une exception lacunaire regrettable, désormais graduellement comblée.

2 L’intérêt semble grandir pour ce sujet : une demi-journée consacrée à la « philosophie économique » au colloque triennal de la Société de Philosophie analytique (Genève, 3 septembre 2009) s’ouvrait par un hommage aux travaux de traduction avec la question : « Que ne peut-on pas traduire et que peut-on ne pas traduire ? Cultures économiques et traduction des œuvres scientifiques en économie » ; le cas des traductions de Menger y servait d’exemple paradigmatique.

3 Le triangle présenté par Menger dans ses Grundsätze [1871, p. 93] est devenu célèbre. Nous l’avons explicité dans le présent volume, à partir de notre essai pour la Revue française de sociologie [Campagnolo, 2005], dans la note de bas de page n°3 du chapitre de Pierre Livet, qui l’utilise pour sa démonstration.

4 « Subjektives Moment » est le titre de la sous-section a) de la section « das ursprünglichste Mass des Güterwerthes » (« la mesure la plus originelle de la valeur des biens ») du chapitre consacré à la valeur dans les Grundsätze de 1871. Dans le volume de l’édition originale, envoyé par l’éditeur W. Braumüller à Menger, ce dernier avait porté des annotations – voir la note éditoriale dans ce volume et [Campagnolo, 2008b].

5 Il est impossible d’entrer ici dans les débats sur la nécessaire « dé-homogénéisation » des thèses des marginalistes, déjà évoquée en introduction de ce volume. Sous un raisonnement d’apparence identique, il faut repérer ce que nous nommerions volontiers des « matrices » différentes. L’article séminal fut [Jaffé, 1976].

6 Menger se tint lui-même pourtant bien en retrait quant aux positionnements politiques. Il agit en expert auprès des ministères et non, comme son frère Max, en politicien libéral. Sur l’aspect politique chez Menger (non traité dans ce volume, comme indiqué en introduction), voir [Campagnolo (dir), 2008b, p. 109-164] (chapitres de P. Rosner, H. Mayerhofer et W. Wilke) et [Campagnolo 2008a, chapitre 1].

7 Elle peut l’être sous d’autres aspects, éloignés de la théorie mais communs, dans l’admiration que les deux penseurs vouaient par exemple à Aristote, même s’ils différaient dans l’usage qu’ils faisaient des textes du Stagirite.

8 Nous avons proposé de nommer ainsi les « Autrichiens » qui ont réorienté leurs vues en suivant l’« extrémiste » autoproclamé Murray Rothbard ; voir [Campagnolo, 2006].

9 Il y a une certaine ironie à retrouver aujourd’hui, sous la plume des économistes et des journalistes (chez certains la distinction n’est plus très claire…) le terme « capitalisme » que n’utilisaient d’ailleurs ni Menger, ni Marx (qui parlaient seulement du « capital »), mais Max Weber et Werner Sombart, deux auteurs trop souvent ignorés des économistes, écartés (voire dénigrés) car regardés comme « sociologues ». Comme si les catégories qui ont fait le tournant 1900 devaient enfin resurgir à l’occasion des crises ; et seuls ceux qui ne connaissent pas l’histoire trouvent toujours à s’en étonner : cela ne tient-il pas à ce que le cursus d’économie devrait être plus complet ?

10 Dans le cadre autrichien, les courants récents, nommés d’après leurs chefs de file, sont les courants « kirznérien », « rothbardien » et « lachmannien ». Ils héritent de traditions qui ont divergé dès avant l’Entre-deux guerres, entre Hayek, Mises, Machlup, Menger fils, Karl Polanyi, etc. Le lecteur trouvera des introductions éclairantes en anglais dans [Vaughn, 1994] et [Gloria-Palermo, 1999], et en français dans [Campagnolo, 2006].

11 Quant aux concepts d’épistémologie sociale dans le cas de l’école autrichienne d’économie, le programme d’études qui a donné lieu au colloque d’où est tiré ce volume a conduit à les répertorier [Bouvier, 2007 ; Bouvier et Conein, 2007 ; Livet, 2007 ; Livet et Nef, 2009]. Les réflexions qui suivent doivent beaucoup aux débats avec Livet dans le cadre du séminaire de « philosophie économique » d’Aix-en-Provence.

12 Cette notion, chère au mainstream, recouvre une idée d’équilibre général, chez Walras ; elle est d’abord formalisée par Abraham Wald dans le séminaire mathématique du fils de Menger dans les années 1930, puis plus tard, sous la forme connue aujourd’hui, par Arrow et Debreu et leurs successeurs ; mais l’équilibre peut être partiel, chez Jevons, Alfred Marshall etc.

13 Prenant en considération, avec Tosi, la conception temporelle du capital dans de ce qu’on appelle de manière quelque peu impropre « la théorie autrichienne du capital », Magnan de Bornier poursuit cette étude à propos des travaux de Hayek des années 1960 à 1980 orientés vers l’évolution culturelle et sa portée pour la vie économique – d’où le volume annoncé à paraître.

Auteur

Gilles CAMPAGNOLO : philosophe, chercheur au CNRS (unité CEPERC, Centre d’épistémologie et d’ergologie comparée : CNRS/Université de Provence), peut être contacté à l’adresse : Gilles.Campagnolo@univ-provence.fr

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable