Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Existe-t-il une doctrine Menger ?

 | 
Gilles Campagnolo

La « doctrine Menger » sur le capital et la monnaie

Menger, Böhm-Bawerk et la théorie du capital

Jean Magnan de Bornier

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement Gilles Campagnolo (coordonnateur de cet ouvrage et du programme CNRS évoqué en (...)

1Note portant sur l’auteur1

Introduction

2La théorie du capital est un objet de controverses continuelles pour les économistes, et pour les spécialistes du social en général. Qu’il s’agisse de larges constructions théoriques comme celle de Marx ou de débats plus étroits comme, par exemple, celui qui opposa Friedrich Hayek à Frank Knight dans les années 1930, ou la querelle entre les deux Cambridge (de Grande-Bretagne et du Massachusetts, où se trouve notamment Harvard) dans les années 1960-1970, les protagonistes s’opposent à la fois sur leur conception de la société, sur leur idée de la « nature » du capital, sur la sémantique, et parfois sur l’analyse économique même…

3Böhm-Bawerk, qui propose au cours des années 1880 une vaste entreprise à la fois critique et constructive dans ce domaine, a bien sûr participé à certains de ces débats. De ses travaux est résulté une « théorie autrichienne du capital » qui a servi, en particulier, de fondement à l’explication des crises économiques que proposait Hayek [1975], à savoir la théorie autrichienne des cycles, rivale des théories proposées alors par Keynes.

  • 2 Communiqué par Gilles Campagnolo.

4Or, cette théorie autrichienne du capital semble n’avoir pas fait l’unanimité dans le camp autrichien ; pire, le fondateur de l’école, Carl Menger, aurait déclaré à Schumpeter que cette théorie constitue « une des plus grandes erreurs jamais commises » [Schumpeter, 1983, p. 137]. Cependant, ce dernier est resté sibyllin sur les raisons de ce jugement, comme sur ses circonstances. On a voulu, à l’occasion du colloque de clôture du programme « Menger et l’évolution de l’école autrichienne » poursuivre ici une réflexion déjà entamée [Magnan de Bornier, 2008] sur cette question, grâce, en partie, à la lecture d’un texte inédit de Menger provenant des archives de Duke University2.

5La présente contribution comporte deux sections ; la première expose brièvement la théorie du capital et de l’intérêt de Böhm-Bawerk, et la seconde tente, en revenant à Menger, d’élucider au moins en partie les incompatibilités entre les théories de l’intérêt de ces deux économistes.

Existe-t-il une théorie autrichienne du capital ?

  • 3 John Rae (1796-1872), auteur de Statement of Some New Principles on the Subject of Political Econom (...)

6Dans le courant des années 1880, le jeune Böhm-Bawerk (il est né en 1851) publie ses deux livres majeurs concernant la théorie du capital et de l’intérêt, constituant la somme connue sous le titre de Capital und Capitalzins (Capitalet intérêt du capital). Le premier volume (dont la traduction française parut en 1902) [Böhm-Bawerk, 1902] est une revue critique extrêmement approfondie des théories explicatives du phénomène de l’intérêt, alors que le second volume (dont la traduction française parut en 1929) [Böhm-Bawerk, 1929] expose sa propre théorie, nouvelle et originale, de ce phénomène. Böhm-Bawerk a adhéré de manière enthousiaste, quelques années plus tôt, aux idées de Menger. Pour autant il n’a pas été son élève au sens propre, et sa formation d’économiste s’est largement déroulée dans le cadre de l’école historique allemande, alors dominante. Ses idées concernant le capital et l’intérêt ont été élaborées de manière indépendante, et il ne manque pas de critiquer l’approche mengérienne de l’intérêt, au même titre que tant d’autres, dans l’ouvrage de 1884. En matière de capital et d’intérêt, à la suite de circonstances diverses, les idées de Böhm-Bawerk constituent de facto ce qu’on appelle la « théorie autrichienne du capital » ; cette appellation n’est pourtant justifiée qu’en partie. Certaines de ces idées ont en effet été pressenties ou exposées par divers auteurs avant Böhm-Bawerk, ou ont été développées après lui par des auteurs ne faisant pas réellement partie de l’école autrichienne… Dans le premier groupe d’auteurs, Turgot, Ricardo et Rae3sont des précurseurs, tandis que William Stanley Jevons doit être considéré comme le premier à avoir exposé la conception du capital que Böhm-Bawerk allait développer plus tard, dans laquelle le capital et le temps sont indissolublement liés. Dans le second groupe, Knut Wicksell et plus tard John Hicks, sont parmi les plus notables.

7Mais l’épithète « autrichienne » n’a pas pour origine les seuls travaux de Böhm-Bawerk ; après lui, Ludwig Mises et Friedrich Hayek ont fondé chacun leur approche des crises économiques sur la structure temporelle du capital, et la « théorie autrichienne du cycle », qui n’est admise que par les économistes autrichiens ou une partie d’entre eux, dépend donc étroitement de cette vision du capital – ce qui ne peut que renforcer, sinon totalement justifier, l’appellation pour la théorie du capital : au demeurant, l’expression théorie autrichienne du capital est sémantiquement ambiguë, puisqu’elle peut désigner, soit une théorie du capital (en soi) qu’on qualifie d’ « autrichienne », soit le sous-ensemble « capital » du plus grand ensemble qu’est la « théorie autrichienne ». Dans cette section, nous entendons présenter les éléments essentiels de la théorie böhmienne du capital et de l’intérêt, en quatre points concernant i) la définition du capital ; ii) la productivité des « détours de production » ; iii) la période de production ; et iv) l’explication de l’intérêt.

Définition du capital

8La relation existant entre le capital et le passage du temps, bien développée par Jevons dans son ouvrage majeur The Theory of Political Economy, peut s’expliquer et se comprendre à l’aide de petites « robinsonnades » dont voici un exemple simple. En effet, Robinson, perdu sur son île, n’en a pas moins conservé l’esprit d’efficacité ; il sait qu’il peut survivre en passant la quasi-totalité de ses journées à pêcher avec ses mains nues ; mais il sait aussi qu’en consacrant tout son temps libre (ce qui lui en reste quand il a pêché) pendant dix jours à construire une canne à pêche (il devra fabriquer la ficelle et l’hameçon), il pourra par la suite ne consacrer que deux heures par jour à sa survie : grâce à son nouvel outil, qui est bel et bien un capital, il produira sa subsistance (la même qu’auparavant) de manière plus efficace, plus économe en travail.

9Ce capital est caractérisé par ses dimensions temporelles qu’on peut décrire de diverses manières :

  • le temps de fabrication de la canne à pêche ;

  • la durée de vie de la canne à pêche ;

  • le temps nécessaire pour capturer les poissons (produit final), compte tenu du temps de fabrication du capital et de sa durée de vie. Cette dernière dimension tient compte des deux précédentes, tout en considérant directement non le capital lui-même, mais le produit final qu’il permet d’obtenir. C’est la plus intéressante mais aussi la plus complexe.

10Le concept de capital ainsi développé met en évidence la longueur des processus de production ; selon Böhm-Bawerk, il s’agit d’un phénomène technique universel, et cette conclusion est relativement inévitable. Si on cherche par exemple à imaginer ce que pourrait être la production sans capital (en utilisant exclusivement le facteur travail), on ne trouvera guère que la cueillette, la chasse ou la pêche à mains nues…

11La conception temporelle du capital amène aussi à donner toute sa force à l’idée, qui n’est pas spécifiquement autrichienne, qu’un stock de capital n’« est » jamais qu’un ensemble de biens de consommation non encore finis : la canne à pêche n’est « réellement » que des poissons non encore prêts pour la consommation, comme une chaîne de production d’avions, des services de transport non encore arrivés à maturité… Enfin on note que cette représentation du capital est valide aussi bien d’un point de vue individuel qu’au niveau agrégé de l’économie. Pour Böhm-Bawerk, le capital national est un concept non dépourvu de sens : il est constitué de tous les biens de capital individuels.

12Jevons, et plus tard Hayek, ont représenté graphiquement le capital sous la forme d’un triangle, nommé tantôt « triangle de Jevons », tantôt « triangle de Hayek ». Dans cette représentation figurent deux dimensions : celle du travail investi (ou de sa valeur), et celle de la durée de cet investissement. Böhm-Bawerk a de son côté choisi une illustration en termes de cercles concentriques.

La productivité des détours

13Une des propositions réellement originales de Böhm-Bawerk, et une de celles qui ont suscité le plus de controverses, est que les méthodes de production capitalistiques permettent une plus grande production :

« [E]n choisissant prudemment, ou en allongeant dans le temps, les détours de production, on arrive généralement à une augmentation technique du rendement, c’est-à-dire qu’on obtient plus et de meilleurs produits avec la même dépense de forces productives originaires. » [Böhm-Bawerk, 1929, p. 279]

14Il y a donc une loi, selon Böhm-Bawerk, de la productivité marginale positive, mais décroissante, de la durée des détours de production. Loi technologique ou loi économique ? Il faudra trancher. De nombreux commentateurs n’ont pas accepté la loi de la productivité des détours de production, soit parce qu’ils l’ont considérée comme une proposition portant sur la technologie, soit parce qu’ils n’ont pas réellement saisi le sens du mot « production » tel qu’il est utilisé dans la formulation de la loi.

La loi des détours est une loi économique

15La loi des détours est l’expression d’un arbitrage qui s’impose aux producteurs, et non une proposition de nature technique, que l’économiste ne saurait évidemment formuler sans s’exposer aux démentis quasiment inévitables de la nature. La phrase que nous venons de citer est en effet précédée de celles-ci :

Avec [l]es forces productives élémentaires, l’homme peut produire les biens de jouissance désirés ou directement ou indirectement par l’entremise de produits intermédiaires qui s’appellent biens capitaux. Cette dernière méthode réclame un sacrifice de temps, mais apporte à la masse des produits un avantage qui, bien que de façon décroissante, se rattache aussi d’habitude à des allongements successifs des détours de la production. [Böhm-Bawerk, 1929, p. 209-210]

16Et la dernière de ces phrases décrit les éléments d’un choix économique, c’est-à-dire un gain et un sacrifice. Toute la thèse de Böhm-Bawerk consiste à rendre intelligible le choix des méthodes détournées, alors qu’elles impliquent un sacrifice. La rationalité du producteur est bien présente dans la loi proposée. Montrons-le sur un parallèle avec l’expression d’une fonction de production plus courante, impliquant du travail et du capital, qu’on notera simplement : Q = f(K,L).

17Nul ne s’étonne que l’on caractérise cette fonction en précisant qu’en augmentant la quantité des facteurs de production, on obtiendra plus de produit. Et pourtant la proposition que « plus de facteurs donnera plus de produit » n’est pas une proposition d’ordre technologique ; c’est aussi une proposition exprimant un arbitrage du producteur, et elle n’a de sens qu’à travers une hypothèse (au demeurant faible) de rationalité, qu’on peut formuler en disant que le producteur rationnel ne fera que des choix de production sur la frontière de l’ensemble de production. Bien sûr, il est techniquement possible à un producteur de décider une augmentation des facteurs de production en vue d’une production plus faible, mais ce serait peu conforme à ses intérêts, et on peut douter que ce producteur conserve longtemps son appareil de production s’il persiste dans cette voie !

18Il en va de même du producteur böhmien, qui n’acceptera un allongement de la durée de la production qu’à condition qu’il permette une augmentation du produit : il ne considérera comme acceptables que des méthodes de production conformes à la logique de cet arbitrage, et les méthodes qui allongent la durée sans rapporter plus de produit n’existent tout simplement pas dans son espace de choix.

19Cette manière de penser, cette forme de raisonnement typiquement économique, n’est guère comprise des critiques de Böhm-Bawerk à son époque, et ce, malgré la clarté de son exposition. Dans les textes explicatifs qu’il a rédigés par la suite, il devait être plus explicite et parler de l’extension de la durée de production « en choisissant prudemment » [Böhm-Bawerk, 1929, p. 279 et 405].

Définition de la production

20Certains auteurs s’étonnent de la notion d’allongement, car ils ne comprennent pas à quoi elle s’applique. L’allongement de la durée de production, selon Böhm-Bawerk, concerne la totalité du processus de production, depuis la production des premiers outils jusqu’à l’obtention du produit final ; pour reprendre notre petit exemple de Robinson, la durée de production sera :

  • en l’absence de canne à pêche, le nombre de minutes M consacré (en moyenne) à attraper un poisson à la main ;

  • mais quand la canne à pêche a été fabriquée, la durée de production est composée du :

    • temps nécessaire m pour attraper un poisson avec la canne à pêche,

    • à quoi il faut ajouter f, qui dépend (mais comment ?) de la durée de fabrication de la canne à pêche.

21Comparer m à M n’a pas de sens pour Böhm-Bawerk ; mais beaucoup de ses critiques l’ont fait et voient là une réfutation de ses propositions. Les détours de production de Böhm-Bawerk, c’est le fait que m+f est plus grand que M. Raisonner en termes de processus, comme le fait Böhm-Bawerk, nous place à un niveau d’analyse qui n’est plus celui des agents économiques individuels ; contrairement à notre robinsonnade, c’est rarement la même firme qui produit le capital et qui ensuite l’utilise pour produire les biens finals. C’est une difficulté supplémentaire, mais doit-elle amener à rejeter cette approche de la production capitalistique ?

La période de production

22Peut-on donner une mesure de la durée totale de la production d’un bien ? Cette question est clairement centrale, car la loi des détours exprime une relation fonctionnelle quantitative entre durée et quantité produite : elle n’a de sens que si les deux termes, durée du processus de production et quantité du produit, sont mesurables de manière non ambiguë.

23Il est entendu que la mesure de la quantité des produits ne pose pas de problèmes majeurs : les poissons de Robinson pourront être mesurés en nombre, ou en kilogrammes, etc. Mais qu’en est-il pour la durée du processus productif ? Böhm-Bawerk propose la « période moyenne de production », mais cet indice se révèle peu satisfaisant, comme de nombreux critiques l’ont montré. Au final, même si cette mesure peut être utilisée dans tous les cas de figure, ce qu’elle mesure ne correspond pas nécessairement à l’idée de durée de la production, et il n’est pas certain qu’on puisse comparer sans ambiguïté la longueur de deux processus de production différents. On ne peut éviter d’entrer dans quelques détails techniques.

24Les discussions sur la durée de la production sont rendues extrêmement ardues du fait du caractère multidimensionnel des processus de production ; un processus sera en effet décrit (au moins) par deux suites de nombres, l’une étant les différentes quantités de facteurs à différentes dates, l’autre les différentes quantités de produits à différentes dates. On pourra sans ambiguïté comparer la durée de deux processus à condition qu’ils aient une structure temporelle semblable, ce qui évidemment est loin de se présenter dans le monde réel.

25De plus, rien ne nous garantit totalement que le monde actuel, avec toute sa complexité, ne comporte que des processus de durée finie (c’est la critique que faisait Joan Robinson vis-à-vis de cette approche) : par exemple, le marteau que j’utilise aujourd’hui a été fabriqué à l’aide de biens existant depuis vingt-cinq ans, qui ont eux-mêmes été construits… Jusqu’où ne peut-on remonter dans la chaîne des biens de capital ? En somme, la loi des détours ne peut strictement avoir un sens que dans certaines conditions empiriques ; Böhm-Bawerk considère que le monde réel est conforme à ces conditions, que les processus sont effectivement comparables dans leur durée moyenne ; mais beaucoup se méfieront de cette hypothèse.

L’explication de l’intérêt

26La théorie du capital proposée par Böhm-Bawerk est un des éléments de sa théorie de l’intérêt, qu’il entend expliquer en termes économiques (et non sociaux ou politiques). L’intérêt est le résultat de forces économiques, liées à l’offre et à la demande de biens et services, en tenant compte qu’elles sont plongées dans un cadre temporel. Dans la formulation de Böhm-Bawerk, il y a trois causes distinctes de l’existence de l’intérêt, de formulation assez compliquée, voire obscure. on ne les reprendra pas ici sous leur forme originale mais, on l’espère, dans la substance.

27La demande a une dimension temporelle parce que, d’une part, les consommateurs préfèrent disposer des biens finals aujourd’hui que demain, et que, d’autre part, les producteurs de biens finals préfèrent disposer le plus tôt possible des biens intermédiaires qui leur sont utiles pour leur activité ; ainsi, les biens finals comme les biens intermédiaires sont soumis à la « préférence pour le présent », quoiqu’elle ait une nature différente dans ces deux cas. L’offre a une dimension temporelle du fait des détours de production qu’on a définis plus haut. La confrontation de l’offre et de la demande de biens amène, dans tous les cas, les demandeurs à évaluer les biens présents plus haut que les biens futurs de même nature. Et les offreurs valident cette évaluation parce qu’ils seront capables de produire plus s’ils disposent de temps. Cette surévaluation constitue l’intérêt, qui est donc un phénomène réel, existant obligatoirement dans tout système économique à production capitalistique, même sans monnaie.

L’erreur de Böhm-Bawerk ?

28Comme on l’a vu plus haut, c’est après avoir passé en revue toutes les théories de l’intérêt que Böhm-Bawerk proposait du phénomène une approche nouvelle. Aucune des théories existantes ne lui semble en effet acceptable. Quelles sont-elles, et quels sont leurs défauts ?

Böhm-Bawerk et les catégories de théories de l’intérêt

29Dans la monumentale Histoire qu’il publie en 1884, Böhm-Bawerk classe les théories de l’intérêt en plusieurs branches, toutes insatisfaisantes selon lui : la théorie de la productivité, la théorie de l’utilisation, la théorie de l’abstinence, les théories du travail, la théorie de l’exploitation.

30La théorie de la productivité est celle qui attribue au capital une capacité physique de créer le surplus de valeur qu’est l’intérêt. il s’agirait d’une propriété des biens de capital mis en œuvre lors des opérations de production. L’idée de productivité du capital, ainsi entendue, se compare évidemment à la productivité de la nature (ou de la terre) mise en avant par les Physiocrates au xviiie siècle, mais elle comporte un degré d’irréalisme supplémentaire, en attribuant une productivité physique à des agents créés par l’homme et non par un créateur tout-puissant, comme c’était le cas de la terre des Physiocrates. Jean-Baptiste Say est souvent cité comme fondateur de la théorie « naïve » de la productivité, alors que Lauderdale, puis Malthus et Carey en représentent le versant plus élaboré.

31La théorie de l’utilisation nous intéresse directement ici ; en effet, Böhm-Bawerk a classé la théorie (ou en tous cas l’approche) mengérienne de l’intérêt dans cette catégorie, et Menger, dans ses commentaires (dont il sera question plus bas), confirme son adhésion à une forme de théorie de l’utilisation. D’après les tenants de cette théorie, l’utilisation du capital est une qualité qui serait indépendante de sa substance ; la valorisation de cette qualité supplémentaire explique le surplus de l’intérêt.

32La théorie de l’abstinence, particulièrement développée par Senior, considère l’intérêt comme une rémunération de l’abstinence du capitaliste, des sacrifices qu’il consent pour financer la production.

33Les théories du travail (ou de la rémunération), qui regroupent des auteurs aussi divers que James Mill et McCulloch, Courcelle-Seneuil ou le socialiste Rodbertus, voient l’intérêt comme la rémunération de l’activité entrepreneuriale.

34Enfin la théorie de l’exploitation pose l’intérêt comme résultant des luttes sociales et/ou politiques, lui déniant le statut d’objet économique. Une telle théorie, proposée en particulier par les socialistes (encore une fois, utopiques ou réalistes) du xixe siècle, est évidemment peu prisée de l’économiste, qui considère l’intérêt comme un prix, susceptible d’une explication interne de même type que celles qu’on utilisera pour d’autres prix.

Menger et l’intérêt

35Dans le chapitre consacré à la valeur de ses Principes d’économie politique [Menger, 1871/trad. ang. 1950], Menger explique les divers sens qu’il faut donner selon lui à l’expression « productivité du capital » :

  • 4 Texte original : « […] zu dem Satze von der Produktivität des Capitals, ein Satz, welcher […] sonde (...)

Elle [la formule de « productivité du capital »] signifie simplement que disposer de quantités de biens économiques pour une certaine période de temps est pour des agents économiques le moyen de satisfaire mieux et plus complètement leurs besoins, et constitue donc un bien, ou plutôt un bien économique, surtout là où les quantités disponibles pour nous de services du capital sont moindres que le besoin qu’on a d’eux.
La satisfaction plus ou moins complète de nos besoins dépend ainsi autant du fait de disposer de quantités de capital pour certaines périodes de temps (de service du capital) que de la disposition d’autres biens économiques. Pour cette raison, les services du capital sont des objets auxquels les hommes attribuent de la valeur, et comme on le verra plus loin, font l’objet de commerce entre les hommes. [Menger, 1871, p. 1324]

36Et il précise au même paragraphe, dans les très longues notes du chapitre, que :

  • 5 Texte original : « Die Zinszahlung ist demnach nicht als Enstchädigung des Capitalbesitzers für sei (...)

Le paiement d’intérêts ne doit donc pas être considéré comme une compensation au propriétaire du capital pour son abstinence, mais comme rien d’autre que l’échange d’un bien économique (de service du capital) contre un autre (de l’argent par exemple). [Menger, 1871, p. 133, première note5]

37On voit qu’à l’origine Menger se rattache à la théorie de l’utilisation tout en s’opposant à la théorie de l’abstinence (et en acceptant l’appellation productivité du capital). L’idée que l’utilisation du capital est un bien économique, et est valorisée en tant que tel, permet d’intégrer la théorie de l’intérêt dans la théorie de la valeur, et il est indispensable de se souvenir ici que la théorie de la valeur de Menger, peut-être plus encore que celle des autres acteurs de la « révolution marginaliste », est proposée comme englobante, expliquant tous les prix – ceux des biens intermédiaires et des facteurs originaires comme ceux des biens finals – à travers un seul schéma explicatif, ce que ne pouvaient faire la théorie des classiques (quelque variante que l’on en prît) ni celle de Marx.

38Dans les années qui ont suivi la publication des Principes de 1871, Menger n’a guère élaboré son point de vue concernant l’intérêt ; il a cependant publié un texte concernant le capital, puis un certain nombre de commentaires sur les travaux de Böhm-Bawerk. Ce sont :

  • Zur Theorie des Kapitals [Menger, 1888a] ;

  • la Contribution à la théorie du capital est une version « allégée » du texte précédent traduite pour la Revue d’Économie Politique par Charles Secrétan [Menger, 1888b] ;

  • Eugen von Böhm-Bawerk, texte obituaire [Menger, 1915] ;

  • Das Problem des Capitalzinßes, article publié à l’occasion de la sortie de Einige Strittige Fragen der Capitalstheorie d’Eugen von Böhm-Bawerk, Wiener Zeitung, v. 30, iii. [Menger, 1900] ;

  • recension et discussion de la deuxième édition de Positive Theorie des Kapitales de Böhm-Bawerk dans le Literarisches Zentralblatt, v. 4, iv signé « C. M. ». Noté [Menger, 1903] ;

  • Böhm-Bawerks Kapitalzinstheorie, un manuscrit non daté qui se trouve dans les archives de l’université Duke en Caroline du Nord.

39Mis à part le dernier de ces textes, qui n’a pas été publié (et n’était probablement pas destiné à l’être), tous ces écrits évoquent Böhm-Bawerk et sa théorie du capital de manière favorable, soulignant à la fois l’importance du travail quasiment exhaustif et très profond de l’Histoire critique et l’aspect créateur et positif de sa Théorie positive du capital. Menger ne laisse néanmoins pas entendre qu’il adhère totalement à la construction de Böhm, mais il ne signifie en aucun cas que sa théorie soit une erreur (plus ou moins complète). Menger ne relève même pas le fait que Böhm-Bawerk a, dans son Histoire critique, rangé sa propre théorie de l’intérêt (évoquée ci-dessus) parmi les erreurs du passé. Au contraire, c’est le texte non publié qui contient un commentaire assez critique vis-à-vis de la vision de son jeune collègue, comme on le verra ci-dessous.

40Il semble donc que Menger agit dans le souci de préserver l’unité de la jeune école autrichienne dont il est conscient d’être le fondateur (comme le montre sa correspondance avec le Kultus-ministerium dont les universités impériales d’Autriche-Hongrie dépendaient), et dont il considère évidemment Böhm-Bawerk comme un membre à part entière, un membre qui a d’ailleurs complètement adopté la nouvelle théorie de la valeur, un membre aussi dont l’activité scientifique et la position sociale sont éminentes.

41Évoquons en premier lieu le texte concernant la théorie du capital [Menger, 1888a] : Menger y développe quelques critiques envers la théorisation du capital depuis Adam Smith. À ce dernier, il est surtout reproché d’avoir construit un concept de capital national, objet clairement macroéconomique. Un tel concept n’a guère de sens selon Menger, comme toutes les constructions de ce type qui violent, selon lui, ce qu’on appellera plus tard l’individualisme méthodologique : les concepts de la théorie économique sont ceux qui ont un sens pour les agents économiques eux-mêmes. Le capital d’un agent (un commerçant par exemple) est, selon Menger, l’ensemble des actifs qui pourront lui procurer un revenu par la suite. Cela se réfère à des projets, à des plans, et même si l’on peut faire une analogie entre revenu d’un agent et revenu d’une nation, grâce aux techniques de la comptabilité nationale, l’idée que la nation a des plans ne cadre évidemment pas le moins du monde avec la vision mengérienne ; notons d’ailleurs que Menger écrit ce texte sur le capital dans les années qui ont suivi le Methodenstreit, où il a exprimé avec force son point de vue sur les entités macroéconomiques.

42La définition du capital, et pas seulement le fait qu’il puisse en exister ou pas un concept national, est d’ailleurs elle-même objet de critique des classiques pour Menger. Ces derniers ont en effet défini le capital comme un ensemble de biens de production, ou comme des biens finals non encore terminés. Une telle approche relie le capital aux opérations de production, comme le fait encore de nos jours la fonction de production dont le capital est un des arguments. Mais de telles définitions n’ont que peu à voir avec la signification que l’entrepreneur, l’agent économique, donne au mot de « capital » ; pour ce dernier, et c’est bien la définition que retient Menger, le capital est à relier au revenu, et ce n’est que par sa médiation qu’il aura, peut-être, un rapport à la production : « peut-être », disons-nous, puisque le rentier dispose d’un capital (sous diverses formes) mais qu’il ne produit pas.

Menger et Böhm-Bawerk : divergences ou opposition sur l’intérêt ?

43Il y a là, de manière évidente, source de divergence avec Böhm-Bawerk. Ce dernier n’a pas éprouvé le besoin de rejeter le concept smithien de capital national (ou « social ») ; bien au contraire, puisqu’il propose une théorie du capital qui a une forte dimension « macroéconomique » (terme qui n’existait bien sûr pas à cette époque), il a besoin du capital social. Mais la divergence entre Menger et Böhm-Bawerk sur ce point pourrait bien être assez accessoire ; Böhm-Bawerk prend bien soin d’éviter un malentendu qui risque de s’installer dès qu’on manipule à la fois un concept de capital individuel ou « privé » et un autre de capital national ou social. L’erreur dans laquelle il est facile de tomber serait de poser que le capital national est la somme de tous les capitaux individuels ; elle amènerait à compter deux fois (ou plus) certaines valeurs, comme par exemple si on additionne le capital productif d’une firme (valeur des stocks et des machines) et la valeur des actions détenues par ses propriétaires. Böhm-Bawerk, pour éviter ces doubles comptages, définit justement le capital social comme l’ensemble des produits intermédiaires ; c’est donc une définition liée à la production, mais qui laisse toute sa pertinence au capital privé (qui ne joue pas un aussi grand rôle dans la théorie böhmienne).

44Pour trouver un motif de discorde plus important entre les deux économistes, il faut probablement revenir à l’examen critique que Böhm-Bawerk propose de l’esquisse de théorie de l’intérêt présente dans les Principes de 1871 de Menger. Dans le second volume de la somme que constitue son ouvrage [Böhm-Bawerk, 1929], il affirme, en effet, que Menger a « donné à la théorie de l’utilisation la forme la plus parfaite dont elle était susceptible » [Böhm-Bawerk, 1929, p. 138]. Alors que, selon lui, les prédécesseurs de Menger avaient proposé des versions imparfaites de la loi en question, celui-ci a clarifié la séquence causale dont elle dépend, et son « héritier » de questionner :

Car, comment serait-il possible d’expliquer clairement la différence de valeur de deux grandeurs, de la dépense de capital et du produit du capital, si l’on ne sait pas laquelle de ces deux valeurs est la cause de l’autre ? [ibid., p. 276]

45Menger détermine en effet cette séquence causale en affirmant que la valeur des biens d’ordre supérieur est toujours déterminée par la valeur de leurs produits (biens d’ordre inférieur), ce qui est le noyau de sa théorie de la valeur. Et les prix des biens suivent évidemment cet ordre causal : les prix des biens de capital dépendent des prix des produits finals qu’ils permettent de produire. Mais cette structure de prix aboutit toujours à ce que la somme des valeurs des biens de capital utilisés n’est jamais aussi grande que la valeur des biens finals : tel est le problème de l’intérêt.

46Menger, continue Böhm-Bawerk, présente alors une « réponse ingénieuse » : comme la production prend du temps, il faut que le capital reste à la disposition de l’entrepreneur pendant tout ce temps (comme on l’a vu plus haut). En plus des biens de capital auxquels nous sommes habitués à penser, à savoir les machines, les matières premières, etc., il existe donc un facteur particulier (et invisible) de la production qui est le fait de pouvoir disposer du capital pendant cette période. Et ce facteur doit être rémunéré : c’est cette disponibilité pour l’utilisation que rémunère l’intérêt. On le voit, Böhm-Bawerk, dans cette analyse, rend compte fidèlement de la pensée de Menger. Il conclut d’ailleurs de manière élogieuse le premier volet de cette analyse :

Ainsi présentée par Menger, la théorie de l’utilisation est absolument nette et tout à fait achevée. Elle est complètement débarrassée, non seulement de toute liaison objective avec les vieilles théories de la productivité, mais encore de toute réminiscence captieuse de ces doctrines. Elle fait du problème de l’intérêt, non plus un problème de production – ce qu’il n’est pas – mais un problème de valeur – ce qu’il est en réalité. [ibid., p. 279]

47Dans la partie proprement critique consacrée à cette doctrine, Böhm-Bawerk devait se montrer nettement plus incisif.

48L’idée à laquelle il s’attaque est celle qui consiste à établir une distinction entre le capital (les biens de capital) d’une part, et la relation entre l’utilisateur du capital et ce dernier, le droit de disposer (Verfügung), d’autre part. Selon son analyse, il est incohérent d’en faire deux biens économiques distincts, au même titre qu’il serait incohérent de faire d’une pièce d’or un bien, et de la pureté de cet or un bien distinct. Selon Böhm-Bawerk, on peut élaborer des raisonnements économiques (ou autres, au demeurant) sur les biens eux-mêmes, ou sur leurs capacités, ou encore sur leurs propriétés, ou encore sur leurs relations. Le choix d’un de ces points de vue est largement arbitraire, ou c’est même un choix de nomenclature, sans réelle conséquence sur le fond du discours. Mais il faut impérativement choisir un point de vue ou un autre, et ne pas les cumuler. S’il fallait se prononcer sur la meilleure terminologie, Böhm-Bawerk est d’ailleurs prêt à accepter qu’au lieu de parler de biens de capital, on utilise une formule mettant en avant les services rendus par ces biens, on parlerait alors d’une « somme des prestations en utilité » [Böhm-Bawerk, 1929, p. 337]. Pour autant, considérer dans une même analyse que les services rendus sont des biens économiques et qu’avec les biens de capital (qui sont détruits par le fait des services qu’ils rendent) ce sont deux catégories distinctes de biens, voilà qui serait une incohérence et amènerait à compter deux fois le même objet, perçu deux fois sous des apparences trompeuses. il faut rappeler ici que Böhm-Bawerk avait écrit un livre sur cette question des biens immatériels peu de temps auparavant [Böhm-Bawerk, 1881, rééd. en trad. anglaise 1962] où il développe largement cette analyse.

49Dans sa théorie, Menger n’expose toutefois aucune preuve directe du fait que la disposition de capital est vraiment un bien ; selon Böhm-Bawerk, la preuve de Menger est une preuve par défaut : puisque je ne peux pas expliquer directement l’intérêt, je dis qu’il existe un bien dont l’intérêt est le prix, et ce bien est la disposition du capital. Böhm-Bawerk compare cette procédure à celle des « astronomes qui, de certaines perturbations inexpliquées du cours des astres connus, ont conclu à l’existence de corps célestes perturbateurs encore inconnus » [Böhm-Bawerk, 1929, p. 338-339]. Curieusement, il ne poursuit guère cette intéressante comparaison, alors qu’il aurait pu signaler qu’il existe une condition de pertinence de cette méthode, à savoir l’observation future des corps astraux en question. Pour l’utilisation du capital, on ne voit guère quelle observation pourrait confirmer sa nature de bien économique indépendant ; aussi pourrait-on dire que l’approche mengerienne relève plutôt d’une autre critique, de type popperien, à savoir : celle d’être irréfutable, puisqu’elle considère que dès lors qu’il y a de la valeur, c’est qu’il existe un bien économique correspondant.

50Après cela, comme il a déjà été dit, Menger ne répond pas à la critique de manière publique, et Böhm-Bawerk ne change rien à son point de vue, consacrant une grande partie de son activité scientifique (elle-même n’étant, rappelons-le, qu’une partie de sa vie professionnelle) à défendre et réexposer sa propre théorie du capital. Pourtant, on dispose du manuscrit non publié de Menger déjà cité plus haut (Böhm-Bawerks Kapitalzinstheorie, manuscrit non daté qui se trouve dans les archives de l’université Duke) qui contient une critique de la théorie böhmienne de l’intérêt. Ce manuscrit n’est à notre connaissance pas daté ; pourtant ses trois premiers paragraphes sont strictement identiques (à quelques mots près) à la revue que Menger a publiée (dans le quotidien Wiener Zeitung en 1900) de l’ouvrage que venait de publier Böhm-Bawerk, Einige strittige Fragen der Kapitalstheorie ; on peut donc sans trop de risque considérer que notre manuscrit a été rédigé autour de l’année 1900, environ quinze ans après que Böhm-Bawerk avait émis sa critique de la théorie mengérienne de l’intérêt. Il pourrait s’agir d’un brouillon ou d’une version que l’auteur a finalement renoncé à publier. Mais ce texte de Menger (qui mériterait d’être traduit en anglais et en français), dans la mesure où il est critique vis-à-vis de Böhm-Bawerk, est essentiellement une défense par Menger de sa propre théorie, que Böhm-Bawerk a selon lui mal comprise. Menger réaffirme avec plus de détails ce qu’il a écrit près de trente ans auparavant : la disposition du capital est un bien économique au sens technique que Menger a donné à cette expression :

  • 6 Texte original : « … um die Behauptung, dass auch diese Nutzungen Güter seien, zu erweisen, muss ge (...)

[…] En vue de prouver l’affirmation que cette utilisation [de capital] est aussi un bien, il faut montrer que cette utilisation comporte aussi les quatre moments qui fondent la qualité de bien économique d’une chose, premièrement qu’il existe un besoin de cette utilisation, deuxièmement qu’elle est utile pour satisfaire les besoins, troisièmement que cette utilité est connue des hommes, et quatrièmement que l’utilisation est disponible, ce qui fait que la satisfaction du besoin est concrètement possible. La réalisation simultanée de ces quatre moments et par conséquent la qualité de bien de l’utilisation de biens non finis résulte de la circonstance suivante : que la disposition d’une partie déterminée des moyens consacrés à la production pendant un temps déterminé soit une condition nécessaire à la production, c’est-à-dire de la transformation de biens de production en produits finis. [p. 6 du manuscrit Böhm-Bawerks Kapitalzinstheorie, notre traduction6]

51Prenant l’exemple de la production d’étoffe, Menger montre alors que le producteur a besoin de disposer du capital nécessaire pendant toute la période. Cependant, force est de constater que Menger, dans cette nouvelle affirmation de sa théorie, plus développée et illustrée qu’elle ne l’était dans les Principes de 1871, ne répond pas vraiment aux objections de Böhm-Bawerk : s’il montre en effet que disposer d’un objet durant un certain temps est un bien économique, il ne montre pas que la propriété « disponibilité » d’un bien de capital est un bien économique différent du bien lui-même. Tout au contraire, Menger admet dans ce texte que l’utilisation de capital est un bien économique « certes non pas en plus des biens de capital, mais [que] ces derniers et l’utilisation sont des objets économiques alternatifs » [ibid., p. 8 du manuscrit, notre traduction]. Ces biens économiques sont objets de commerce et leur prix est l’intérêt. Quoique Menger qualifie ce propos de selbstverständlich (allant de soi), on ne peut qu’être troublé : en effet la difficulté dans l’explication de l’intérêt est, et reste, qu’après avoir payé les biens de capital, on ait encore à considérer l’intérêt qui est ainsi, soulignons-le, en plus. Pour que l’utilisation soit une explication convaincante, il faudrait bien qu’elle soit une chose en plus et non pas une chose alternative aux biens eux-mêmes.

52Ainsi, dans cette réponse tardive à son jeune critique, Menger ne parvient pas, à nos yeux, à fournir une réponse convaincante ; il échappe certes à l’accusation de double emploi, mais, de ce fait, prive sa théorie de l’utilisation d’un réel pouvoir explicatif de l’intérêt. Dans les derniers paragraphes de son texte, Menger s’attaque directement à la théorie böhmienne de l’intérêt. Concernant les différences de valeur entre biens présents et biens futurs, Menger indique qu’elles ne sont pas toujours dans le sens assigné par Böhm-Bawerk. Menger prend ainsi l’exemple de la production d’œufs, où les perspectives des évaluateurs ne sont certainement pas meilleures en hiver qu’elles ne le seront l’été suivant. Et, à propos de la loi des détours, il invite à observer que, malgré l’intérêt qu’ils peuvent rapporter, nous évitons généralement les détours de production. Ces deux derniers points constituent-ils réellement des réfutations, même partielles, de la théorie de Böhm-Bawerk ? On peut légitimement en douter ; le dernier point en particulier ne ferait d’ailleurs, dans l’approche de ce dernier, que traduire qu’on a atteint un point d’équilibre dans la structure du capital.

Conclusion

53Si la théorie du capital de Böhm-Bawerk présente des faiblesses indéniables, à côté d’intuitions éclairantes, Menger a eu vis-à-vis d’elle une attitude ambiguë, plutôt laudative dans ses publications et, autant qu’on puisse le voir d’après les manuscrits non-publiés, dont certains nous ont été accessibles, mais dont nombre restent à déchiffrer (et éventuellement traduire), critique en privé.

54Cette attitude peut s’expliquer, selon nous, de deux manières :

  • comme dit plus haut, elle pourrait découler d’une volonté de maintenir une unité de façade à une école naissante, et que Menger souhaite voir se renforcer dans le monde de la science économique ;

  • mais il existe aussi la possibilité que Menger n’ait pas été totalement satisfait de la réponse qu’il pouvait opposer à Böhm-Bawerk concernant sa théorie de l’utilisation du capital ; qu’il ait alors ressenti le besoin de retravailler cette réponse avant de la publier, ce dont peut-être il n’a alors plus eu le temps ou l’occasion.

55Nous n’avons pas la possibilité de trancher entre ces deux hypothèses, ou avec toute autre éventualité. Cette question reste par conséquent ouverte à la recherche, du moins pour l’instant…

Bibliographie

Böhm-Bawerk E. von, Capital und Capitalzins. Erste Abteilung : Geschichte und Kritik des Capitalzins-Theorien, Bibliothèque Innsbruck, Wagner, 1884, rééd. 1900, 1914, 4e éd. Iéna, Fischer, 1921 ; trad. française : Histoire critique des théories de l’intérêt et du capital, Paris, Giard et Brière, coll. « Bibliothèque internationale d’économie politique », 1902.

– Capital und Capitalzins. Zweite Abteilung : Die Positive Theorie des Capitals, Innsbruck, Wagner, 1889, rééd. 1902, 3e éd. En deux volumes, 1909 et 1912 ; trad. Française : La théorie positive du capital, par C. Pollack, Paris, Giard et Brière, coll. « Bibliothèque internationale d’économie politique », 1929.

– Rechte und Verhältnisse vom Standpunkte des volkswirthschaften Güterlehre, Verlag Wagner’schen Universität-Buchhandlung, Innsbruck, 1881 ; trad. anglaise : Whether Legal Rights and Relationships are Economic Goods, vol. 1 de Shorter Classics of Eugen von Böhm-Bawerk, Libertarian Press, 1962.

Hayek F. A., Price and Production, London, Routledge and Paul kegan, 1931 ; trad. française par TRADECOM, Prix et production, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Perspectives de l’économique », 1975.

Hennings K. H., The Austrian Theory of Value and Capital. Studies in the Life and Works of Eugen von Böhm-Bawerk, by the late Klaus H. Hennings, Cheltenham, Edward Elgar, 1997.

Jevons W. S., The Theory of Political Economy, London, 1871, rééditée R. D. C. Black (dir.), Harmondsworth, Penguin Books, 1970.

Magnan de Bornier J., « Comparing Menger and Böhm-Bawerk on Capital Theory », in G. Campagnolo (dir.), Carl Menger. Neu erörtert unter Einbeziehung nachgelassener Texte / Discussed on the Basis of New Findings, Frankfurt/Main – Wien, Peter Lang Verlag, 2008, p. 217-232.

Rae J., Statement of Some New Principles on the Subject of Political Economy, Boston, Hillard, Gray, and co., 1834, 414 p.

Schumpeter J. A., History of Economic Analysis, oxford University Press, rééd. 1954, traduction Casanova, Histoire de l’analyse économique, vol. III « L’Âge de la science : de 1870 à J. M. Keynes », Paris, Gallimard, 1983.

Notes

1 Je remercie vivement Gilles Campagnolo (coordonnateur de cet ouvrage et du programme CNRS évoqué en introduction), qui m’a communiqué certains documents inédits, découverts à l’université Duke au cours de ses recherches infatigables. Je tiens à remercier aussi Sebastian Ille, doctorant au GREQAM (UMR 6579 du CNRS), pour son aide à la compréhension des textes en allemand utilisés ici.

2 Communiqué par Gilles Campagnolo.

3 John Rae (1796-1872), auteur de Statement of Some New Principles on the Subject of Political Economy, 1834, expose une théorie de la production qui annonce celle de Böhm-Bawerk. Ce dernier lui a consacré un chapitre dans son Histoire critique (1884).

4 Texte original : « […] zu dem Satze von der Produktivität des Capitals, ein Satz, welcher […] sondern lediglich den Sinn hat, dass für die Verfügung über Quantitäten ökonomischer Güter innerhalb bestimmter Zeiträume für wirthschaftende Subjecte ein Mittel zur bessern und vollständigeren Befriedigung ihrer Bedürfnisse, demnach ein Gut und zwar ein wirthschaftliches Gut ist, überall dort, wo die uns verfügbaren Quantitäten von Capitalnutzungen geringer sind, als der Bedarf an denselben. Von der Verfügung über Quantitäten ökonomischer Güter innerhalb bestimmter Zeiträume (von Capitalnutzungen) ist demnach die mehr oder minder vollständige Befriedigung unserer Bedürfnisse nicht minder abhängig, als von unserer Verfügung über andere ökonomische Güter, und dieselben werden demnach objecte unserer Werthschätzung [sic], und wie wir in der folge sehen werden, auch objecte des menschlichen Verkheres. » (C’est Menger qui souligne ; traduction par l’auteur et par le coordinateur du volume).

5 Texte original : « Die Zinszahlung ist demnach nicht als Enstchädigung des Capitalbesitzers für seine Enthaltsamkeit zu betrachten, sondern nichts anderes, ans der Eintausch eines ökonomischen Gutes (der Capitalbenützung) gegen ein anderes, (z. B. gegen Geld) ». (Traduit par l’auteur et par le coordinateur du volume).

6 Texte original : « … um die Behauptung, dass auch diese Nutzungen Güter seien, zu erweisen, muss gezeigt werden, dass auch für diese Nutzungen die vier Momente zusammentreffen, welche die Güterqualität eines Dinges begründen, dass erstens ein Bedürfnis nach solchen Nutzungen existiert, dass dieselben zweitens tauglich sind, dieses Bedürfnis zu befriedigen, dass drittens diese Tauglichkeit von den Menschen erkannt wird und dass viertens die Nutzungen verfügbar sind, so dass sie zur Befriedigung des Bedürfnisses tatsächlich herangezogen werden können. Das Zusammentreffen dieser vier Momente und mithin die Güterqualität der Nutzungen von umlaufendem Vermögen ergibt sich aber aus dem Umstande, dass die Verfügung über ein bestimmtes der Produktion gewidmetes Vermögensquantum während einer bestimmten, zur Produktion erforderlichen Zeit eine notwendige Bedingung der Produktion, d.h. der Umgestaltung von Produktionsmitteln in Produkte ist. ».

Auteur

Jean MAGNAN DE BORNIER : économiste, professeur à l’Université Cézanne – Aix-Marseille iii, membre de l’unité GREQAM (CNRS/Université Cézanne), peut être contacté à l’adresse : jean.magnanb@univ-cezanne.fr

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable